Aller en bas
Nila Yurinova
DATE D'INSCRIPTION : 14/03/2020 PSEUDO/PRENOM : Thirteen. MULTICOMPTES : Wyatt Sheperd & TC Jones. MESSAGES : 223 CELEBRITE : Natalie Portman COPYRIGHT : jenesaispas ; vocivus ; all for us - labyrinth METIER/APTITUDES : Sous responsable de la Justice et des applications des peines (Gardienne du savoir, stratège) TRIBU/CAMP : Enfants de Svarog CERCLE - ORDRE : Cercle 3 - Ordre VII (érudite) POINTS GAGNES : 78
Admin

« You can feel it in your mind » (Misha&Nila) Empty « You can feel it in your mind » (Misha&Nila)

Mer 18 Mar 2020 - 0:47
« All along the eastern shore put your circuits in the sea. This is what the world is for: Making electricity. You can feel it in your mind oh you can do it all the time. Plug it in, change the world. »


» janvier 2120

Il n’existe pas de monde parfait. Un monde où chaque règle, chaque habitude, chaque petit détail convient n’est pas réel. Pourtant, Nila a conscience de vivre dans ce qui s’en rapproche le plus. Son idéal à elle en tellement de points que c’en est presque irréels. Peut-être est-ce simplement parce qu’elle n’a jamais rien connu d’autre et que ses envies comme ses idéaux s’y sont adaptés ou peut-être qu’elle est réellement faite pour ce monde. Toujours est-il, qu’à l’heure actuelle, elle n’échangerait sa vie pour rien au monde. Qu’importe un rêve ou un autre monde que l’on pourrait lui vendre, qu’importe une liberté et des terres à pertes de vue comme disent certaines rumeurs. Rien, rien au monde ne lui donne envie de quitter son berceau. Il n’existe même pas au fond d’elle un semblant de curiosité vis à vis des bruits de couloir qu’elle a passé toute sa vie à entendre.

C’est pourtant simple, s’il existe bel et bien un autre monde, s’il existe bel et bien quelque chose d’autre que ce qu’ils connaissent, ce sera forcément moins bien. Elle en est persuadée. Eux, ils n’ont ni Kolya ni Svarog, ils n’ont pas les dieux à leurs côtés pas plus qu’ils n’ont de prophète. Ils n’ont pas une vie aussi parfaite que celle qui se déroule sur l’île cachée. C’est une certitude ancrée dans l’âme de la femme que rien, ni personne, ne semble pouvoir ébranler.

Si sa vie presque parfaite lui convient la plupart du temps, ce soir, le détail qui rend cette vie presque parfaite a fait surface et l’a frappée en pleine figure. Nila est irréprochable sur tous les points de sa vie. Tout ce qui la constitue correspond à ce que la secte veut et attend d’elle. Tout, sauf son statut matrimonial. Ce n’est pas faute de ne pas vouloir d’un mari, simplement que sa tête est tellement prise par tout le reste qu’elle n’a pas de temps ou d’énergie à consacrer à un homme. Elle a bien eu des flirts mais tous ont toujours trouvé meilleure chaussure à leur pied et elle ne les a jamais blâmé. Ce soir, pourtant, on lui a rappelé ce léger détail. Alors qu’elle était avec celui qu’elle peut considérer comme un ami et ses parents, ces derniers leur ont suggéré qu’ils feraient mieux d’être plus qu’ami. Si sur l’instant, l’érudite avait répondu d’un sourire poli et rapidement dérivé le sujet, les paroles ne l’avaient pas quittée.

Misha. Misha c’était un peu son double au masculin. Sur tout et à la fois sur rien. Ils avaient vécu leur vie côte à côte et s’étaient plutôt toujours bien entendu. Lui, il avait été marié, elle, jamais. Ils avaient tous les deux de belles ambitions et se respectaient. Jamais elle n’avait imaginé une seconde Misha comme autre chose qu’un ami, un complice, parfois un rival. Jamais elle n’avait songé une seconde à ce qu’il devienne plus que ça. Et pourtant, l’idée était loin d’être stupide. Misha était un excellent parti, elle avait suffisamment confiance en lui pour savoir qu’il ne lui attirerait pas d’ennuis. En plus de ça, si effectivement elle devait se marier, autant que ce soit avec lui, non ? C’était sans doute sa meilleure option. Celle qui n’allait jamais se mettre en travers de son chemin et de ses ambitions, celle qui allait trouver un terrain d’entente. S’il existait une personne qui pouvait voir les choses de manières aussi pragmatiques qu’elle, c’était bien lui.

Alors que les parents Machir les quitte et laissent les deux amis ensemble, Nila se retourne vers son compère de toujours pour lui faire face et lui dit, de but en blanc. « Se marier, mhm ? » Il était impossible qu’elle évite le sujet plus longtemps. Elle avait besoin de poser les choses avec lui, d’en parler, de tâter le terrain et d’étudier ses réactions. Ses yeux caféinés se perdent dans ceux de son interlocuteur et elle reprend. « J’imagine que ce n’est pas la pire idée. » Elle détourne le regard et se laisse à ses pensées quelques instants avant d’ajouter. « Mais t’es prêt, toi, à refaire ta vie ? »

Certes, il était coutume de se re-marier, d’avancer quoiqu’il se passe. Misha avait perdu sa première femme mais cela ne devait pas l’empêcher de vivre. L’idée était loin d’être dérangeante mais pourtant, elle restait sensible. Perdre un être cher, bien que ce soit la volonté des dieux, ce n’est jamais facile. Le père de famille a pu compter sur la secte - et sur Nila - mais il se retrouve malgré tout avec ses enfants, sans sa femme. Ses parents n’ont pas tort, la vie serait plus douce avec quelqu’un à ses côtés, le serait-elle vraiment si ce quelqu’un était Nila ? Il y a un milliard de questions qui se bousculent dans la tête de l’érudite alors qu’elle cherche à sonder le regard de son ami. Même si elle était sensible aux sentiments de ce dernier, elle n’en restait pas moins elle-même. Et Nila, elle n’avait comme intérêt principal que le sien. S'ils décidaient bel et bien de passer le pas du mariage, il fallait qu’elle soit sûre et certaine que cet accord la tirerait toujours vers le haut, jamais l’inverse. Et pour ça, elle devait venir au fond des pensées de son ami, connaître l’essence de ses intentions. Alors, Misha, tu ressens quoi, toi ?
Misha Machir
DATE D'INSCRIPTION : 15/03/2020 PSEUDO/PRENOM : Amsaja MULTICOMPTES : Gen Deng, Eirik Thorvald, Leary Wrath, Skylar Rees, Cyd Raye MESSAGES : 101 CELEBRITE : Ju Ji-hoon COPYRIGHT : avengedinchains METIER/APTITUDES : Ingénieur TRIBU/CAMP : Enfant de Svarog CERCLE - ORDRE : Cercle III, Ordre 8 POINTS GAGNES : 68

« You can feel it in your mind » (Misha&Nila) Empty Re: « You can feel it in your mind » (Misha&Nila)

Lun 30 Mar 2020 - 16:00
Ce début d’après-midi avait commencé normalement. Misha travaillait calmement, son père était venu alors le trouver et lui avait simplement dit que sa mère prévoyait ce soir qu’ils mangent ensemble sur le ponton, avec Nila. L’ingénieur n’avait pas bronché même s’il n’était pas dupe. Depuis la mort d’Ada, ses parents lui avaient laissé suffisamment de temps. Cela faisait cinq ans, cinq ans que sa femme était morte. Ses enfants grandissaient, Misha commençait à avoir de la peine à les gérer seul, il lui fallait une femme. La mère de Misha avait eu trois enfants, il était logique dans sa tête que son fils aîné en fasse un troisième. Le brun ne pensait pas ainsi, mais il ne voulait pas contrarier sa mère. Il était fertile, il avait eu deux enfants, alors pourquoi s’arrêter ? Même si une part de lui le désirait, il ne pourrait pas rester seul jusqu’à la fin de ses jours, pas un homme comme lui. Il savait que ses parents préparaient. Depuis quelques mois, sa mère tournait autour du pot, parlait de plusieurs femmes pour essayer d’éveiller l’intérêt d’un Misha très distant. Et il y avait eu Nila. Nila une femme ambitieuse, une femme de trois ans son aînée, non mariée, c’était son moment de fonder une famille et vite.

Misha en avait déjà mal à la tête. Il appréciait Nila comme une amie. Ils avaient les mêmes ambitions, les mêmes valeurs, mais, car il fallait un mais, il avait peur d’elle. Il ne voulait pas qu’elle voit l’obscurité de son âme et se doute de quelque chose. Il savait qu’elle n’hésiterait pas à le dénoncer. Il avait été protégé et guidé par sa femme et maintenant il allait devoir faire confiance à une autre femme. Il n’y avait pas que ce détail qui le dérangeait. Se marier voulait dire qu’ils devaient avoir des relations intimes ensemble. Misha soupira un grand coup, il se poserait ce genre de questions plus tard. C’était l’heure du repas et il fut parfaitement à l’heure pour une fois. Il vit bien les ruses de sa mère qui le mit à côté de Nila. Le repas se passait bien jusqu’à que ses parents décidèrent d’attaquer et sous-entendirent, quoique là ce n’était même plus sous-entendre, qu’ils envisagent leur mariage. Comme toujours, Nila réussit à détourner la conversation sous le silence pesant de Misha. L’ambiance était étrange. L’ingénieur savait maintenant qu’il devrait discuter de ce détail avec son amie et il se demandait comment elle allait réagir. Difficile de la sonder. Elle était hermétique. Bien plus que lui, qui semblait un peu plus expressif qu’elle.

Les parents les laissèrent et Nila se tourna vers lui. Misha posa ses couverts, s’essuya la bouche et la regarda calmement. « J’avais l’espoir qu’ils n’envisagent pas de t’en parler. » Car c’était suffisamment humiliant. Il reconnaissait le regard de Nila, elle le sondait, elle cherchait des réponses en lui. Il lui renvoya son regard sombre et son visage dénué de toute chaleur. Il fut étonné qu’elle avoua que ce n’était pas la pire idée. Elle réagissait bien mieux que ce qu’il pensait de base. « Il le faut bien. » Ce n’était ni un oui, ni un non. Il fallait refaire sa vie. Il fallait le faire et ne pas tourner autour du pot pendant encore de nombreuses années. Sa femme lui manquerait toujours, mais il était entouré. Il ne ressentait presque plus ce pincement douloureux, un pincement qui était surtout là le soir quand il était seul face à lui-même. « Es-tu vraiment prête à l’idée d’épouser quelqu’un et encore plus moi ? » Ils n’étaient pas moches, ils s’accordaient bien ensemble, ils s’entendaient relativement bien. Misha se rapprocha légèrement de Nila. «Serais-tu prête à partager ta couche avec moi et à ce que je te touche ? Je ne suis même pas assez proche de toi. Je suis à une distance sociale amicale. » Supporterait-elle sa chaleur ?

Misha ne savait pas quoi penser de cette idée. D’un côté, là il pouvait donner son avis. Nila n’était pas un mauvais parti. Il avait le choix de son épouse contrairement au premier mariage. Il avait par contre peur d’elle, de sa clarté d’esprit et du côté intime qu’ils devraient gérer. Ils pouvaient continuer à se comporter comme des amis, mais ils devraient fournir une progéniture. « Une fois le mariage fait, il faut faire en sorte d’avoir un enfant. » Et vu l’âge de Nila, Misha pariait sur des probabilités où il faudrait faire plusieurs fois par semaine l’amour pour espérer qu’elle tombe enceinte. Il n’irait pas lui balancer son âge dans la figure. Ce serait franchement impoli. Par contre, il se rendit soudainement compte qu’il avait soif de contact physique. Une soif qu’il avait ignorée durant des années avec négligence. Le seul fait d’y penser lui fit prendre conscience qu’il était déjà dans un sac de problèmes sans fond.
Nila Yurinova
DATE D'INSCRIPTION : 14/03/2020 PSEUDO/PRENOM : Thirteen. MULTICOMPTES : Wyatt Sheperd & TC Jones. MESSAGES : 223 CELEBRITE : Natalie Portman COPYRIGHT : jenesaispas ; vocivus ; all for us - labyrinth METIER/APTITUDES : Sous responsable de la Justice et des applications des peines (Gardienne du savoir, stratège) TRIBU/CAMP : Enfants de Svarog CERCLE - ORDRE : Cercle 3 - Ordre VII (érudite) POINTS GAGNES : 78
Admin

« You can feel it in your mind » (Misha&Nila) Empty Re: « You can feel it in your mind » (Misha&Nila)

Lun 16 Nov 2020 - 19:39
Nila n’était pas quelqu’un de facile à déstabiliser. Très jeune, elle avait appris à sonder les gens et l’environnement qui l’entourait. Très observatrice, l’érudite était souvent capable de prévoir comment allait se dérouler une conversation ou une quelconque situation. Loin d’être devin, elle était juste suffisamment attentive aux détails de la vie pour voir ses grandes lignes se tracer. Il était donc très rare de voir la sous-responsable afficher des expressions de surprise non feinte ou de peur. Le repas avec les parents de Misha s’était d’ailleurs déroulé sur le ton de sa vie. La possibilité qu’ils évoquent une union rentrait dans le champ des possibles de la jeune femme. Avec une grâce et une délicatesse sur-mesure elle avait maîtrisé le sujet et l’instant là où son compère de toujours avait arboré un silence lourd de sens.

La fin du repas s’était déroulée sans accroc jusqu’à ce que les aînés quittent la table. La gradée n’était pas du genre à faire semblant. Les secrets n’avaient jamais réellement fait partie de sa ligne de conduite. Elle n’avait rien à cacher et sa confiance en son ami primait sur le malaise possible de la situation. Du moins c’était ce qu’elle croyait. Toujours aussi droite, le menton levé et ses yeux noisettes posés sur le beau brun, elle s’attendait à beaucoup de scénarios mais pas à celui-ci. Oh, pourtant ce n’était pas si surprenant quand on y réfléchissait, son ami n’avait fait preuve que de cette honnêteté qu’elle lui connaissait si bien. Mais là, c’était un peu différent. Sans imaginer qu’il allait tourner autour du pot, elle n’avait pas non plus cru possible qu’il ait envisagé la chose à ce point là. Incapable de cacher le fait qu’elle soit déstabilisée, elle détourne le regard de l’homme et l’écoute en silence. Ses yeux dérivent sur les environs tandis que tout ce qu’il dit prend place dans sa tête. Les doigts fins de l’érudite tapotent le bord de la table, masquant ce manque cruel de réponses. Elle ne cherche ni à faire semblant, ni à meubler l’instant. Misha la connait, il sait qu’elle a besoin de réfléchir et d’analyser les choses.

Comme pour tout dans sa vie, la gradée prend les choses point par point, son ton, malgré elle, se trouve bien moins chaleureux que quelques instants auparavant. Il faut dire qu'au-delà de leur amitié ou d’une union, ils parlent business et ils en ont tous les deux conscience. On ne parle pas là d’un mariage d’amour fou mais plutôt d’un contrat arrangé, encore faut-il que les termes arrangent réellement tous les partis impliqués. De toute sa hauteur, Nila retrouve le regard de l’homme et le fixe quelques instants avant d’enfin ouvrir la bouche. « Tu dis qu’il le faut bien mais tu sais aussi bien que moi qu’il vaut mieux rester seul plutôt qu’un mariage qui vire au fiasco. » C’était froid, dur mais c’était vrai. Se séparer ici n’était pas une tâche aisée, vivre seul non plus. Pourtant, Nila savait pertinemment qu’entre un mariage malheureux et sa solitude, elle choisissait sa solitude. « Si tu pleures encore Ada, que tu dois culpabiliser et te détruire de sombres pensées ça nous portera préjudice à tous les deux. Je ne dis pas que tu n’es pas prêt, je te demande juste d’être honnête avec moi et de me dire si tu as des doutes. » Elle détend ses doigts et retire son regard pesant de l’homme, rarement, la femme s’autorise à être sentimentale. « Ce n’est pas parce que tu me dis que tu penses encore à elle que je te dirai forcément non, je crois juste que si l’on doit vraiment faire en sorte que ça marche, il faut que l’on parle de nos sentiments. Ceux qui sont faciles et ceux qui ne le sont pas. Sinon on se condamne tous les deux à s’enfoncer dans les ténèbres et même pour toi, Misha, je n’irai pas toucher les ténèbres. »

Alors qu’elle soupire, elle reprend, toujours dans sa liste ordonnée de pensée sur la suite. La suite des propos de l’homme qui l'avait bousculée dans sa ligne parfaite d’anticipation ne pouvait être évitée. Si elle lui demandait une honnêteté complète il fallait qu’elle soit capable d’en faire preuve aussi. Alors en ravalant sa fierté et la boule qui s’était glissée légèrement dans son estomac elle reprenait, une main se baladant dans ses cheveux. « Si je devais choisir une personne pour le faire, il est logique que ce soit toi. Certes, nous n’avons même jamais flirté mais il faut être objectif. Je t’apprécie depuis toujours et tu es un bel homme. Encore plus que toutes ces futilités, j’ai confiance en toi. Je ne te dis pas que ce ne serait pas bizarre pour moi de me retrouver dans un lit avec toi mais je sais aussi que tu ne me feras jamais de mal. » C’était un sujet un peu tabou mais elle s’en fichait. Nila n’accordait pas sa confiance facilement et c’était certainement l’une des raisons qui la rendait célibataire à son âge. Ses yeux noisette retrouvent ceux de l’homme à ses côtés et durant un fragment de seconde elle se demande si ça marcherait. Toute la vie de Neonila avait été dirigée par son ambition et son amour des dieux, de tous les principes de leur vie sur Kolybel. Il n’y avait eu que peu de moments dans sa vie pour laisser place au désir et à l’amour. Encore moins charnel. Pourtant, l’idée ne lui était pas désagréable. Elle n’avait jamais détesté l’idée, simplement n’en avait jamais fait une priorité. Peut-être qu’il était temps, avec tout ce qui se tramait autour d’eux, de s’autoriser de penser un peu autrement. Et puis, encore plus important, elle était certaine avec Misha de pouvoir allier son ambition à leur vie personnelle.

Il ne restait donc plus qu’un seul point, un point à la fois minime et si important. Misha était père mais Nila n’avait jamais mis personne au monde. « Un enfant, tu sais que ça a toujours été un sujet délicat pour moi. Non pas que je n’y ai jamais pensé ou que je n’en veuille pas mais ça demande beaucoup de temps, malgré nos postes et les aides de tout le monde, les contraintes m’ont toujours paru insurmontables. Mais c’est sûrement parce que je n’ai jamais imaginé concevoir un enfant avec quelqu’un en qui j’avais confiance. » Elle marque une pause et étrangement, se rend compte qu’en une simple discussion, elle ne le regarde plus tout à fait pareil, comme si une autre vérité s’était ouverte. « Que penseraient tes enfants, tu crois ? » Si leur père était prêt à passer à autre chose - ou du moins tout faire pour - l’étaient-ils ? Nila avait toujours pris en compte les sentiments des autres, à sa manière. Plus quelqu’un se sentait bien chez lui, plus il était heureux, plus il avait de chances d’avoir un destin brillant dans la lumière. Ces pauvres enfants avaient déjà perdu leur mère, ils n’avaient pas besoin qu’on leur colle une femme dont ils ne voulaient pas dans les pattes. C’était un risque énorme à prendre s’ils n’étaient pas prêts, ils risquaient de sombrer dans les ténèbres et ça, Nila ne se le pardonnerait pas. Parce qu’elle les connaissait depuis leur naissance et que, avant toute cette discussion hors du temps, Misha restait quelqu’un qu’elle appréciait profondément.

Finalement, elle casse le peu de distance qu’il y a entre eux pour se rapprocher de lui, l’observer de plus près. Sans le toucher, elle le frôle, leurs peaux s’apprivoisent sans se mêler et ses yeux se fondent une fois de plus dans les siens. Tous les deux, à l’abri de tous les regards pour quelques instants seulement, son souffle proche du sien, elle lui murmure, juste pour lui, rien que pour lui. « Est-ce que tu crois qu’il faut tout risquer pour ne plus être seul ? Tu veux quoi, toi, Misha ? T’as vraiment envie de ça ? »

C’était étrange de jouer à ce jeu là avec le brun. Elle savait user de ses charmes, la vipère avait le don de faire tourner les têtes et faire perdre toute notion de danger à ses interlocuteurs pour en obtenir la vérité mais avec lui, jamais. Misha n’était pas une cible et ne l’avait jamais été. Entre eux, c’était plus simple, platonique et tracé. Tout bouleverser de cet équilibre semblait tellement risqué mais aussi, un défi à relever ? Le cœur battant à un rythme parfaitement maîtrisé, elle glisse ses doigts sous la table, sur ceux de son potentiel amant. La pulpe de ses doigts effleure le dos de la main de l’autre et ses pupilles restent dans les siennes. Etait-ce seulement possible ? Existait-il seulement un peu d'alchimie entre eux ?

Sans faire un pas de plus, la sous responsable cherche simplement à savoir s’ils sont capable de créer des étincelles entre eux ou si, définitivement, ils ne sont pas faits pour être ensemble. Si sur un plan intellectuel ils étaient un couple parfait, elle était bien consciente que ça ne suffisait pas. Alors de ce toucher timide, presque interdit, elle se demande si là tout de suite, Misha la voit toujours comme avant, ou s’il y a quelque chose de différent.
Misha Machir
DATE D'INSCRIPTION : 15/03/2020 PSEUDO/PRENOM : Amsaja MULTICOMPTES : Gen Deng, Eirik Thorvald, Leary Wrath, Skylar Rees, Cyd Raye MESSAGES : 101 CELEBRITE : Ju Ji-hoon COPYRIGHT : avengedinchains METIER/APTITUDES : Ingénieur TRIBU/CAMP : Enfant de Svarog CERCLE - ORDRE : Cercle III, Ordre 8 POINTS GAGNES : 68

« You can feel it in your mind » (Misha&Nila) Empty Re: « You can feel it in your mind » (Misha&Nila)

Dim 6 Déc 2020 - 22:02
Misha regarda le profil élégant de Nila qui avait détourné le regard, elle était troublée, c’était évident. Son regard sombre se posa sur ses doigts fins qui tapotaient le bord de la table. Il voyait presque les rouages dans son esprit. Il respectait le temps qu’il lui fallait pour analyser et fournir une réponse. Il se laissa aller dans son regard, se demandant quel genre de réponse elle allait lui fournir. Il comprenait, elle ne voulait pas d’un mariage qui virait au fiasco et eux deux qui s’entre-déchiraient. Misha comprenait son opinion. Même s’il pensait un peu avec arrogance que s’ils devaient se marier, tout irait très bien. Il l’écouta attentivement parler d’Ada, il ne montra rien de son trouble. Elle ne pouvait voir la réalité, sa peur. Elle était plus intellectuelle qu’Ada, moins douce, elle n’accepterait pas ses ténèbres, c’était évident. Elle ne le protégerait jamais ou peut-être changerait-elle d’avis. Elle était pragmatique. Misha la fixa quelques secondes, elle disait ne pas toucher les ténèbres, même pour lui. Il était évident que son amie ignorait ce qu’impliquait un mariage. La reproduction d’une lignée, tout faire pour une famille, même l’impardonnable. « Elle est la mère de mes enfants. Il est évident qu’une part de moi l’aimera toujours. Mais j’ai eu mon temps. » Cinq ans, c’était tout ce qu’on lui donnait.

Maintenant, il devait faire avec et avancer. Peut-être que se perdre dans les bras de Nila l’aiderait. Il était un père de famille, il ne pouvait pas aller batifoler n’importe où. Il ne pouvait pas lui dire qu’il avait des envies, des désirs et que c’était aussi pour cela qu’on lui cherchait une épouse. Ses parents étaient traditionnalistes. Même si Misha était adulte, il avait été un adolescent charmeur, fougueux. Cinq ans qu’il restait sage, il ne tiendrait pas cinq ans de plus. Surtout que la solitude lui pesait vraiment, mais ceci était son petit secret. Il l’écouta aborder l’idée d’être ensemble dans le même lit. Vraiment, ne lui ferait-il jamais de mal ? Il ne dit rien, la regardant, la détaillant pour la première fois. « Tu es une belle femme aussi. J’ai confiance en toi, je te connais. » En tant qu’amie, quel genre de femme était-elle au lit ? Il l’avait flattée, soulignant sa beauté évidente pour voir comment elle le prendrait. Ce mariage était le meilleur qui pouvait lui arriver tendait-il de se convaincre, le meilleur parti. Elle parla de la réaction des enfants, à son plus grand étonnement.

Il était évident que vu le statut de Nila, elle ne réduirait pas son temps de travail pour s’occuper d’un bébé, il ne la voyait pas faire cela. Ils trouveraient une solution agréable pour les deux. « S’ils sentent que tout est bon pour moi, ils m’obéiront. Une fois que le grand t’aura accepté, tout ira bien. » Son fils aîné avait besoin d’une mère pour le cadrer, pour lui donner ce côté féminin que Misha ne pouvait pas offrir. Il restait convaincu que si lui était content, les petits accepteraient vite Nila. « Ils sont en train d’oublier leur mère. Plus les années passeront et plus leurs mémoires l’effaceront, c’est ainsi. » Une vérité crue. Ils étaient encore si petits. Ce n’était pas à sa mère de les élever, mais à son épouse et lui d’épauler, d’accompagner. Il n’envisageait pas une seconde que les enfants mènent la vie dure à Nila. Son amie se rapprocha de lui, il plongea son regard foncé dans le sien. Elle avait une voix si envoûtante, mais il n’était pas dupe. Il ne dit pas ce qu’il désirait réellement. Il connaissait les rouages du Berceau et les attentes qu’on posait sur lui. Il ne décevrait personne, jamais. Pour le bien des Enfants.

Il la sonda, était-elle prête à rester seule ? C’était risqué, surtout pour une femme. Cela pouvait être toléré, mais combien de temps ? Elle avait un ventre à combler et encore l’âge pour. « Et toi ? Es-tu prête à attendre encore et à risquer de ne pas fonder de famille ? Je sais que tu es forte, indépendante, mais à force d’attendre, tu peux perdre. » Il lui donnait un conseil. Il comprendrait qu’elle ne voulait pas risquer ce pari avec lui, mais à force de trop attendre, elle risquait de louper sa chance. Les progénitures étaient l’avenir du Berceau et si ce n’était pas lui, on lui présenterait un autre parti. Il fut surpris de sentir les doigts de Nila se glisser sous la table, lui toucher sa main, mais ne montra rien. Il eut un sourire doux, alors que ses doigts attrapèrent ceux de l’érudite. Il se pencha légèrement en avant, la tête baissée, il fut proche de son oreille. Ses doigts se détachèrent de ceux de sa future épouse pour caresser son poignet. Une douce chaleur l’envahit, lui rappelant qu’il était un homme et elle une femme. Rien n’était impossible. L’idée se faisait gentiment dans son esprit, elle pourrait faire une bonne épouse. Intellectuellement, cela irait, mais physiquement ? Peut-être bien. Il recula la tête, la regarda avec intérêt. « As-tu les réponses que tu cherches ? » Il savait qu’elle le testait, mais c’était réciproque. Il tentait de trouver les signes qui pourraient montrer qu’ensemble, ils formeraient un bon couple.
Contenu sponsorisé

« You can feel it in your mind » (Misha&Nila) Empty Re: « You can feel it in your mind » (Misha&Nila)

Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum