-35%
Le deal à ne pas rater :
WD Elements Disque dur portable externe 5 To USB 3.0
99.99 € 152.99 €
Voir le deal

Aller en bas
Nila Yurinova
DATE D'INSCRIPTION : 14/03/2020 PSEUDO/PRENOM : Thirteen. MULTICOMPTES : Wyatt Sheperd & TC Jones. MESSAGES : 200 CELEBRITE : Natalie Portman COPYRIGHT : jenesaispas ; vocivus ; all for us - labyrinth METIER/APTITUDES : Sous responsable de la Justice et des applications des peines (Gardienne du savoir, stratège) TRIBU/CAMP : Enfants de Svarog CERCLE - ORDRE : Cercle 3 - Ordre VII (érudite) POINTS GAGNES : 49
Admin

« Born to the fire that burns in the all-seeing eye » (Maxim&Nila) Empty « Born to the fire that burns in the all-seeing eye » (Maxim&Nila)

le Mer 18 Mar 2020 - 0:11
« Stand aside as they bow to the call of the beast. Tantalized and seduced by the demons released. Cast to the ground by the whim of the merciless sky. Born to the fire that burns in the all-seeing eye. The beating of a million drums. The fire of a million guns. The mother of a million sons. Civilization. »


» mars 2120


Les dernières semaines avaient été particulièrement bouleversantes sur le berceau. Leur monde avait radicalement changé et l’équilibre de la vie semblait prendre un tout autre sens. Si Nila n’avait absolument pas remis en cause la parole et les envies de Kolya, elle ne pouvait cacher une certaine forme d’angoisse. Ces semaines à s’entraîner pour les uns, à préparer au mieux pour les autres avaient créé une tension que le peuple n’avait jamais connu. Bien évidemment, la sous responsable de la justice avait réussi à trouver son compte dans cette histoire et décidé de profiter de ces instants en suspens pour tirer son épingle du jeu. Il était temps, plus que jamais, de montrer sa valeur et de se faire bien voir, tant aux yeux de Svarog que de Kolya.

Alors que l’érudite passait désormais le plus clair de son temps à s’occuper des plus jeunes et des plus vieux, rendre service et rappeler en boucle les préceptes, il lui avait semblé que le temps s’était accéléré. Rapidement, le jour-J était arrivé et la plupart du peuple quittait son île bien aimée. Une boule au ventre en les voyant partir à l’horizon. Non pas qu’elle manque de confiance en eux mais parce que tout ça est tellement nouveau que ça lui fait un peu peur. Mais son rôle sur le berceau n’est pas d’avoir peur, bien au contraire. L’érudite doit montrer une confiance de fer en leur prophète et en tout ce sur quoi leur vie avait été construite. Elle devait également appliquer comme si de rien n’était les règles de vie, pour prouver que rien n’avait changer.

Pourtant, il était évident que quelque chose avait changé. Le calme inhabituel du berceau, les bouches plus closes que d’ordinaire, que ce soit par le doute ou par les prières silencieuses. Une atmosphère bien particulière régnait alors que la belle réunissait un petit groupe d’enfant pour un petit groupe de parole - rien d’exceptionnel. Les questions étaient timides, certains avaient peur pour leurs parents, d’autres avaient des doutes sur Kolya. De sa voix calme et chaleureuse, l’érudite avait rassuré les troupes par des mots doux et soigneusement choisis. Durant de longues minutes elle leur avait vanté les mérites de la confiance et le besoin que son peuple avait, en cet instant précis, que l’on croit en lui. Il aurait été sacrilège de douter de Svarog en cet instant si charnière. Tous semblaient le comprendre et de toutes façons, elle veillerait à ce que ce soit le cas, quitte à devoir appliquer des sanctions pour les plus réticents.

Mais si la brunette semblait pleine de ressources pour rassurer les uns et les autres, il lui paraissait qu’il n’existait personne pour la rassurer elle. Compter sur soi-même et sur les dieux n’était pas forcément désagréable mais en cet instant précis elle avait besoin de plus. C’est pour ça, que comme à son habitude, elle se dirige vers Maxim qu’elle aperçoit non loin. D’un sourire collé sur le visage elle s’avance tendrement vers lui. « Tu veux venir te poser cinq minutes avec moi ? » Lui propose-t-elle tout naturellement alors qu’elle pointe au loin sa cabine. Nika était parti, ils seraient seuls.

Maxim, c’était toute sa vie. D’une manière bien différente que l’étaient Svarog ou Kolya mais pourtant tout aussi importante. Si elle débordait d’énergie et d’ambition depuis son plus jeune âge, c’était grâce à Maxim qu’elle avait su utiliser tout ça à bon escient. Il avait été son mentor, son guide, son avenir. Depuis des années, il était son ancre, son point de repère. Celle qui semblait ne s’appuyer de personne et être capable de se détacher de tout et tout le monde éprouvait un attachement tout particulier pour son aîné. Clairement, il avait été ce qu’elle attendait de ses parents. Toujours à la pousser à s’élever, la conseiller, la guider vers un avenir plus grand et plus fort. Elle lui vouait, à lui seul, une confiance absolue. Elle buvait ses paroles comme s’il détenait des centaines de milliers de secrets sur la vie. S’il existait une personne dans ce monde qui pouvait la détruire d’un claquement de doigts, c’était lui. Cette pensée ne traversait pourtant jamais la tête de la passionnée. Pour elle, Maxim était trop bon, trop parfait, trop idéal pour faire autre chose que lui apporter lumière et bonne parole.

D’un regard un peu inquiet, bien que discret, elle lui lance un peu plus fermée qu’auparavant. « Comment tu vas ? Je suis… je suis contente que tu sois resté. » Elle lui offre un sourire de circonstances et commence à marcher à ses côtés alors que le pont vit sa vie, au ralenti, mais il vit. « Tu crois qu’on va pouvoir les maintenir sur la bonne voie longtemps ? » Question pleine d’innocence alors qu’elle peut lire l’inquiétude dans les visages qu’elle croise du regard. Elle avait juste besoin que Maxim lui dise que tout irait bien, qu’il serait là. Et tant qu’il était là, elle ne risquait rien.
Maxim Perov
DATE D'INSCRIPTION : 16/03/2020 PSEUDO/PRENOM : Authenticity MULTICOMPTES : Demyan & Alaska MESSAGES : 56 CELEBRITE : Nikolaj Coster-Waldau COPYRIGHT : @luxaeterna METIER/APTITUDES : Enseignant | Gardien du savoir & Art de la parole TRIBU/CAMP : Enfant de Svarog CERCLE - ORDRE : Cercle III - Ordre 8 POINTS GAGNES : 20

« Born to the fire that burns in the all-seeing eye » (Maxim&Nila) Empty Re: « Born to the fire that burns in the all-seeing eye » (Maxim&Nila)

le Mar 31 Mar 2020 - 16:44
Born to the fire

I’ve died a thousand deaths, each time reinventing myself brighter, stronger, and purer than before. From the midst of destruction, I became the creator of myself. From the midst of darkness, I became my own source of light.
Cristen Rodgers

Tes pas ne sont plus aussi certains, depuis que la grande nouvelle a été annoncée. Difficile à dire, ce que l'avenir nous présenteras, et bien que ta foi n'en soit pas le moins malmenée, tu restes à l’affût des moindres détails. Quelque part, tu as peur pour ta famille. Tu crains que tout ceci tourne au désastre, au chaos. Tant d'années que vous montrez une servitude sans égale à Kolya, tant d'années que chacun de vos pas est mesuré pour le bien de la survie du Berceau. Tu ignores s'il y survivra, tu ignores si vos actions seront jugées avec bienveillance, mais tu es certain que jamais tu ne laisseras votre peuple chuter. Jamais tu n'abandonnera et jamais tu ne laisseras tomber, pas dans les moments difficiles. Pour le meilleur et pour le pire, tu es plus que jamais convaincu de ta fidélité à Svarog. Si il est encore possible pour toi de douter.

Sans même accorder plus d'un regard à tes enfants, tu les as laissés suivre le bras droit du prophète vers l'inconnu. Vers tous ces Aveugles, ignorants du sort qui leur est réservé. Tu ne portes pas de jugement sur la préparation que chacun d'entre-eux a reçu, mais tu espères que cela suffira pour affronter des tribus dont vous ignorez tout. Dehors, c'est surement le malheur et le chaos auxquels les autres doivent faire face, ceux qui n'ont pas eu la chance d'être sauvés sur le Berceau, ceux qui n'ont pas pu faire partie de votre si précieuse maison. Tu ne vois qu'un avenir, un passé et un présent tortueux pour tous ceux qui ignorent les bienfaits de vos croyances.

En dehors des cabines, l'ambiance est terne. Le Berceau semble vide, inhabité, quand ceux qui ne peuvent partir sont les derniers gardiens de ce foyer, auparavant si vivant. Imperméable aux humeurs, inchangeable face aux craintes, tu restes de marbre, tu perfectionnes ton rôle si parfait. Tu es immuable, même si on t'obligeait à faire face à tes émotions, tu ne saurais montrer plus, tu ne saurais risquer de montrer tes craintes. Le contact des Innocents et des Etudiants a forgé ton contrôle plus que de raison. Eux sont si faibles, si craintifs, si naïfs ; ils ont besoin d'un support solide, quelqu'un à qui se raccrocher, quelqu'un qui, toujours, restera égal à lui-même. Partout, tu es convaincu qu'on a besoin de s'appuyer sur toi. Que tu es indispensable, que c'est ton rôle, que tu es le pilier qui maintient en éveil les esprits dénués de connaissances. Tu dois être et rester parfait, juste pour eux.

Un murmure, un sourire, une jolie voix. Proche de toi, tu aperçois Nila. Elle te rejoint, au milieu des autres visages, tu n'aurais pu la rater. Si peu de personnes sont encore ici, et si peu de visages autres que celui-ci sauraient te faire sourire. « Tu veux venir te poser cinq minutes avec moi ? » Tu hoches la tête, acceptes et la suis. Parfois, les silences valent mille mots. Tu lui adresses un regard chaleureux, réconfortant peut-être pour elle.

La jeune femme est l'une de celles que tu apprécies. Une petite pierre que tu as passé des années à polir, à façonner à ta façon. Tu lui appris à penser, sans aucun doute, tu lui as montré maintes fois le chemin. Elle s'est montrée digne de ce que tu avais à lui enseigner, de ce que tu avais à lui apprendre, l'une des meilleures sans le moindre doute.
Et pourtant, elle fait pincer ton cœur à cause de ce sentiment de jalousie qui t'effraie quelque part. Elle a réussi, bien plus que tu ne l'aurais espéré. Elle a gagné ta confiance avec une telle ferveur, que tu t'en voudrais d'avoir à lui retirer, d'avoir à la soupçonner. Si elle s'était détournée de toi, si elle avait pensé tes conseils bien moins avisés que ceux d'un autre, peut-être aurais-tu fais quelque chose d'autre, de cette petite pointe d'amertume et de jalousie. Peut-être l'aurais-tu éveillée, mélangée avec un soupçon de colère.
Mais elle n'a rien mérité de tout ça.
Jamais pour l'instant.

Vos pas se dirigent vers sa cabine, qu'elle t'a montré d'un geste bref de la main. Sans s'interrompre un instant pour vous, le Berceau continue à vivre doucement. « C'est une drôle de mélancolie qui berce notre foyer. » Vas-tu bien ? Certainement, probablement. Un instant, tes pensées se posent sur les visages de tes enfants, partis sur le continent pour la grandeur de votre prophète. « Je suis plus utile ici. » C'est un fait. Te battre ne t'a jamais semblé être dans tes obligations. Tu n'aurais pas pu faire face à la traversée de l'océan, aux batailles et au continent tel que les autres vont le découvrir. Bien que tu n'en diras rien.

Tu lui jettes un regard en coin. Tu jauges son humeur. Difficile de penser quoi que ce soit ce qui se trame en ce moment. Toi-même, tu penses que cette douloureuse période vous fera mettre à pied les traîtres, vous rendra plus grands et plus forts encore au sein même de ce que vous bâtissez depuis si longtemps. « J'ai peur que nous vivions un moment difficile » Ton regard se fait dur. Les yeux que vous croisez vous évitent, tandis que vous atteignez la cabine de Nila. « Nous ferons comme nous avons toujours fait, n'est-ce pas ? Nous n'aurons pas à être plus durs, les uns envers les autres. Juste à rester égaux à nous-mêmes. » Tu poses une main sur son épaule, cherche son regard. « Rien ne me fait plus plaisir que de te savoir ici, avec nous. » Tu es sincère, bien que tu te questionnes sur son intérêt à rester au Berceau, plutôt que de suivre le chemin de la bataille.

(c) DΛNDELION
Nila Yurinova
DATE D'INSCRIPTION : 14/03/2020 PSEUDO/PRENOM : Thirteen. MULTICOMPTES : Wyatt Sheperd & TC Jones. MESSAGES : 200 CELEBRITE : Natalie Portman COPYRIGHT : jenesaispas ; vocivus ; all for us - labyrinth METIER/APTITUDES : Sous responsable de la Justice et des applications des peines (Gardienne du savoir, stratège) TRIBU/CAMP : Enfants de Svarog CERCLE - ORDRE : Cercle 3 - Ordre VII (érudite) POINTS GAGNES : 49
Admin

« Born to the fire that burns in the all-seeing eye » (Maxim&Nila) Empty Re: « Born to the fire that burns in the all-seeing eye » (Maxim&Nila)

le Mer 25 Nov 2020 - 22:35
Le moment qu’ils vivaient en cet instant précis était indescriptible. Il était à la fois incroyablement banal et horriblement inédit. Alors que les balades de Nila et Maxim remontaient à bien des années, quand l’érudite n’était pas plus haute que trois pommes, le silence sur le berceau lui était très nouveau. D’aussi loin que la responsable se souvienne, elle n’avait jamais connu un jour aussi calme sur Kolybel. Même les jours de deuil, même dans des jours de grande détresse, rien n’était comparable à ce qui se passait aujourd’hui. L’atmosphère était pesante. D’une lourdeur bien différente de celle d’une tempête ou d’un ouragan. D’une fraîcheur bien plus froide que tous les hivers qu’elle avait pu connaître. C’était bizarre cette sensation qu’elle avait sur la poitrine. Nila savait les combattants protégés par leurs dieux adorés mais elle ne pouvait ôter cette pointe d’inquiétude. En particulier pour Nika, son jeune protégé, à peine l’avait-elle pris sous son aile que la vie lui avait offert un autre destin. On pourrait se dire qu’elle tient enfin une pensée réellement altruiste. La belle a vu quelque chose dans les yeux du blondinet et elle a peur que les horreurs de la guerre lui enlèvent, l’enfoncent dans les ténèbres pour de bon. La vérité est un peu moins belle. S’il y a de ça, Nila est avant tout frustrée de ne pas avoir pu parfaitement le cerner et le façonner avant de l’envoyer au front. Peureuse de le voir s’échapper, elle refuse de voir son dernier protégé comme un échec. La simple pensée de le voir renier ce qu’ils construisaient lui fait serrer les dents. Il faut qu’il revienne.. Et puis Misha, son futur époux. Reviendra-t-il entier ? Si les ténèbres l’attrapent, pour le coup, elle n’hésitera pas à lui enfoncer elle-même la tête dedans. Misha n’était pas quelqu’un de faible et malléable comme l’était Nika, il n’aurait pas droit aux mêmes faveurs, qu’importe l’attachement qu’elle pouvait lui vouer. Tout ça s'emmêle un peu dans la tête de la justicière et elle réalise que peu importe ce qu’elle peut imaginer il lui est impossible de prévoir la suite des évènements.

C’est sans doute ça le plus terrifiant, pour la première fois de sa vie, Nila ne sait pas de quoi demain est fait. Heureusement pour elle dans cet océan d'incertitudes, il lui reste Maxim. Alors qu’elle lui adresse la parole, elle se sent déjà un peu mieux respirer. Tant qu’elle verra son regard, son sourire qu’elle connaît par cœur, tout ne pourra qu’aller, elle le sait. Alors dès que sa voix suave perce les eaux troubles, les yeux noisettes retrouvent leur éclat. Toutes les questions s’envolent en morceaux et autour d’eux, tout semble plus léger. La mélancolie, c’était le terme qu’il avait choisi et elle le préférait largement à tout ce qu’elle avait en tête. Les mots qui s’enchaînent lui laissent un fin sourire sur les lèvres tandis qu’elle répond tendrement. « Tu as toujours su trouver les bons mots, Maxim. » sa voix retrouve une certaine assurance, bien que discrète alors qu’elle ne commente pas le fait qu’il soit plus utile ici. Pour elle, il est utile partout, elle idolâtre le mentor qui l’a vue grandir et s’imagine que le monde entier ne pourrait voir que ce qu’elle ne voit en le regardant. Pourtant, la petite fille en elle reste heureuse de l’avoir à ses côtés, un peu rien que pour elle. Evidemment, elle n’en dira rien, en profitera juste, comme si tout était normal, comme si rien n’était fait exprès.

Les yeux perdus entre l’inquiétude et la chaleur des mots du mentor, Nila se perd dans des questions bien trop compliquées pour y répondre. Pourtant, Maxim le fait quand-même. De tout son calme et de tout son charisme, il répond comme si ça n’avait jamais été une question très difficile pour lui. C’était ça, qu’elle aimait chez lui. Celle qui n’avait jamais remis aucun principe en doute avait parfois du mal à trouver les réponses à ses propres questions, mais grâce à Svarog, Maxim, lui, avait toutes les réponses. C’était son foyer, cet homme, son savoir et sa droiture faisaient de lui quelqu’un qu’elle admirait et à qui elle vouait corps et âme. Elle hoche lentement la tête alors qu’il lui parle de faire ce qu’ils ont toujours fait, lui couche l’évidence au creux de ses tympans, la rassure, comme il l’a toujours fait. Le poids sur sa poitrine se retire complètement pour laisser place à une chaleur douce et interne lorsqu’il lui dit qu’il est heureux de la savoir avec eux, avec lui. La douce ne peut cacher son sourire, pas plus qu’elle ne le veut. Ses yeux clairs se trouvent dans ceux de l’homme alors qu’ils arrivent aux portes de la cabine désertée de l’un de ses occupants et que Nila l’invite à entrer d’un geste tendre. Cette fois-ci, ils sont réellement seuls, plus de regards qu’ils peuvent croiser par inadvertance. Les pas s’entendent et même si la porte reste ouverte, ces derniers se font plus rares. D’un soupir elle l’invite à s’asseoir en regardant les affaires rangées de son colocataire, son sourire s’étire et elle reprend, en direction de sa seule ancre. « Merci de m’avoir rassurée, comme toujours. Je ne suis toujours pas sûre que ce soit digne de quelqu’un de mon rang d’avoir besoin des mots d’un autre pour se sentir mieux mais tu as cette faculté unique de rendre tout évident. » Sa voix s’est adoucie et se remplit peu à peu de chaleur alors que ses mains jouent l’une avec l’autre. « As-tu observé des comportements à signaler depuis le départ de nos troupes ? » Elle agite une main en l’air et reprend presque instantanément. « Excuse-moi, je ne peux pas m’en empêcher. Ce n’est pas le moment de parler de ce genre de choses. » Nila le sait, plusieurs des proches de Maxim sont partis au front, les proches de tout le monde sont partis. Alors elle relève les yeux sur lui, de ce regard qu’elle ne lui réserve que très rarement, celui qui se veut pour sonder les gens. « J’ai entendu qu’Ilya était parti au combat… Il a ton courage à ce que je vois. comme s’ils avaient vraiment eu le choix. N’as-tu pas peur que nos inquiétudes prennent le dessus sur notre raison ces prochaines heures, jours ? Les dieux sont avec eux, c’est évident mais l’inquiétude se lit dans tous les visages, ou presque. Il risque d’être difficile de leur faire faire quoique ce soit sans qu’ils aient cette bataille en tête. On ne peut pas vraiment les blâmer, sans douter des dieux, au grand jamais, il serait inhumain de ne pas prendre en compte les sentiments des uns et des autres. Je pensais que tu aurais sans doute, comme toujours, un remède à ces maux. Tu sais toujours comment faire pour garder les gens sur le droit chemin. Tu l’as toujours fait avec moi après tout. » Et finalement, la jeune femme ne s’adressait plus seulement à un mentor mais bien à un collègue. A un gradé qui avait une responsabilité, comme elle. Parce qu’elle n’était plus la petite enfant qu’il pouvait protéger de tout, désormais, elle devait faire partie des protecteurs elle aussi. Qu’importe, tant qu’elle était avec lui, elle n’avait pas peur. Elle n’avait plus peur.
Contenu sponsorisé

« Born to the fire that burns in the all-seeing eye » (Maxim&Nila) Empty Re: « Born to the fire that burns in the all-seeing eye » (Maxim&Nila)

Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum