Aller en bas
Wyatt Sheperd
DATE D'INSCRIPTION : 01/08/2018 PSEUDO/PRENOM : Totoro's Child. MULTICOMPTES : TC Jones. MESSAGES : 831 CELEBRITE : Rami Malek COPYRIGHT : poésies cendrées - old money - il y a ton sourire ; saez - eilyam METIER/APTITUDES : Conseiller Odysséen. - Botanique & Zoologie. TRIBU : Dana POINTS GAGNES : 425
En ligne
Admin

breathe (alaska&wyatt) Empty breathe (alaska&wyatt)

le Jeu 13 Fév 2020, 20:10
« If I get it all down on paper, its no longer inside of me, threatening the life it belongs to and I feel like I'm naked in front of the crowd 'cause these words are my diary, screaming out loud and I know that you'll use them, however you want to »


» début 2118

Le matin est frais. Le soleil à peine levé, la brume domine encore l'horizon alors que le conseiller s'éloigne un peu de l'agitation du camp qui se réveille pour se poser dans un coin. Ces temps-ci, rien n'est facile. Il faut avouer qu'avec Wyatt, c'est souvent que les choses se compliquent. L'homme qui pensait naïvement voir son bonheur se créer entre ses mains alors qu’il poserait un pied sur Terre avait bien vu que tout était beaucoup plus compliqué. S’il avait eu le don de voir le positif pendant quasiment deux ans, ayant des opportunités qu’il n’aurait jamais crues possibles, le cyclone avait tout dévasté. Quelques mois auparavant, le vent lui avait pris un bout de son cœur et ne lui avait pas rendu. Toute son impuissance, toute la douleur et la violence qu’avait pu provoquer sa planète lui tordait les tripes.

Assis le long d’un muret, il regarde le monde se lever et remet une énième fois toute sa vie en question. Parfois, il se dit que ce serait tout simplement plus simple de prendre à nouveau ses affaires et quitter le camp. Cette fois-ci, ce ne serait sans doute pas pour six mois mais bien pour une vie. Mais il avait accepté des responsabilités, un poids sur ses épaules pour changer le monde et le rendre meilleur. Le brun se refusait d’être aussi lâche et de tout quitter parce que ce n’était pas si simple qu’il ne l’avait imaginé. Alors il prenait des temps pour lui, pour respirer, loin des autres. Il soufflait alors que le monde tenait bizarrement à rester ensemble. Une fois de plus la pièce de trop du puzzle, il n’est jamais vraiment rentré dans le moule de son camp et le crash sur Terre ne l’avait pas changé.

Perdu dans ses pensées il ne l’entend pas arriver. Elle le surprend et le biologiste sursaute alors que ses yeux se posent sur ceux de la jolie blonde. Quelques secondes, sans doute un peu longues avant qu’il ne lui sourit, qu’il soit enfin sorti complètement de son propre crâne. « Alaska. » Qu’il lui dit tout simplement. D’un geste de la main il lui propose de s’asseoir à côté de lui. C’est bizarre, parce qu’il n’est pas forcément du genre à partager son espace personnel, à risquer de se dévoiler plus qu’il ne le devrait. Mais quelque chose d’unique les rassemblent, quelque chose de tellement précis qu’il ne peut jamais faire autrement qu’avoir un geste tendre envers elle. Les deux odysséens étaient très loin d’être proches et ils ne l’avaient jamais été. Faut dire que Wyatt avait passé toute sa vie à éloigner le plus de gens possibles et que la docteur était bien plus jeune que lui.

Pourtant, y avait un lien indescriptible et indestructible qui les liaient. Au delà d’un crash violent, de la perte des leurs, de ce changement de monde. Elle était la seule qui était partie, comme lui. Même plus que lui, c’est durant une longue année qu’Alaska avait disparu des radars pour se réfugier et vivre loin d’eux, sans eux. Comme lui, la blonde avait fini par revenir. Le Conseiller n’avait jamais parlé de ça ni de quoique ce soit d’autre clairement avec sa cadette. Mais cette information était gravée en lui et il savait que même sans les mots, même s’ils n’arrivaient jamais à se parler, ils savaient l’un comme l’autre qu’il y avait quelque chose d’autre. Au delà de leurs propres murs, de leurs propres mœurs. Elle était la seule à pouvoir comprendre ça. Il était le seul à pouvoir la comprendre comme ça.

C’est sans doute pour cela que la présence de la débarquée apaise les maux qui le torturent pendant un instant. Peut-être que le biologiste devrait s’en satisfaire. L’avoir invitée à s’asseoir et savourer un silence calme à ses côtés. Peut-être que c’était suffisant, finalement. Les yeux noirs se tournent sur la femme à ses côtés et il sent quelque chose dans son regard, quelque chose qu’il ne connaît que trop bien. Des mots qu’elle ne dit pas, des maux qu’elle ne partage pas. Alors il lui offre un sourire un peu maladroit et il reprend, un peu tendrement. « Tu voulais me parler ou t’es juste venue observer le lever du soleil loin de l’agitation matinale ? » C’était stupide comme question, puisque la situation de ces deux-là si proches, si tôt, seuls, n’avait rien de normal. Alors elle n’était pas simplement venue observer le lever du soleil. D’un soupir il reprend, conscient que la différence d’âge, sa place au Conseil et tout ce qui le compose puisse bloquer l’autre et que c’est à lui de prendre les devants, au moins pour maintenant. « Comment tu vas ? Tes blessures, ça va mieux ? »

Le cyclone n’avait pas qu’arraché son cœur et tué des gens, des arbres et des îles. Il avait aussi blessé plus légèrement - du moins en surface, certains d’entre eux et il savait qu’Alaska en faisait partie. Peut-être que ce n’était pas la meilleure approche et peut-être qu’elle regrettait déjà d’avoir fait un pas vers lui. Mais il essayait, vraiment, sincèrement. Parce que même lui, il avait besoin d’elle, de la seule qui pouvait le comprendre sur ce point précis de sa vie.


Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum