Aller en bas
Wyatt Sheperd
DATE D'INSCRIPTION : 01/08/2018 PSEUDO/PRENOM : Totoro's Child. MULTICOMPTES : TC Jones & Nila Yurinova MESSAGES : 987 CELEBRITE : Rami Malek COPYRIGHT : jenesaispas ;; - doom days / keane - somewhere only we know METIER/APTITUDES : Conseiller Odysséen. - Botanique & Zoologie. TRIBU/CAMP : Dana (Odyssée) POINTS GAGNES : 0
Admin

breathe (alaska&wyatt) Empty breathe (alaska&wyatt)

le Jeu 13 Fév 2020 - 20:10
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
« If I get it all down on paper, its no longer inside of me, threatening the life it belongs to and I feel like I'm naked in front of the crowd 'cause these words are my diary, screaming out loud and I know that you'll use them, however you want to »


» début 2118

Le matin est frais. Le soleil à peine levé, la brume domine encore l'horizon alors que le conseiller s'éloigne un peu de l'agitation du camp qui se réveille pour se poser dans un coin. Ces temps-ci, rien n'est facile. Il faut avouer qu'avec Wyatt, c'est souvent que les choses se compliquent. L'homme qui pensait naïvement voir son bonheur se créer entre ses mains alors qu’il poserait un pied sur Terre avait bien vu que tout était beaucoup plus compliqué. S’il avait eu le don de voir le positif pendant quasiment deux ans, ayant des opportunités qu’il n’aurait jamais crues possibles, le cyclone avait tout dévasté. Quelques mois auparavant, le vent lui avait pris un bout de son cœur et ne lui avait pas rendu. Toute son impuissance, toute la douleur et la violence qu’avait pu provoquer sa planète lui tordait les tripes.

Assis le long d’un muret, il regarde le monde se lever et remet une énième fois toute sa vie en question. Parfois, il se dit que ce serait tout simplement plus simple de prendre à nouveau ses affaires et quitter le camp. Cette fois-ci, ce ne serait sans doute pas pour six mois mais bien pour une vie. Mais il avait accepté des responsabilités, un poids sur ses épaules pour changer le monde et le rendre meilleur. Le brun se refusait d’être aussi lâche et de tout quitter parce que ce n’était pas si simple qu’il ne l’avait imaginé. Alors il prenait des temps pour lui, pour respirer, loin des autres. Il soufflait alors que le monde tenait bizarrement à rester ensemble. Une fois de plus la pièce de trop du puzzle, il n’est jamais vraiment rentré dans le moule de son camp et le crash sur Terre ne l’avait pas changé.

Perdu dans ses pensées il ne l’entend pas arriver. Elle le surprend et le biologiste sursaute alors que ses yeux se posent sur ceux de la jolie blonde. Quelques secondes, sans doute un peu longues avant qu’il ne lui sourit, qu’il soit enfin sorti complètement de son propre crâne. « Alaska. » Qu’il lui dit tout simplement. D’un geste de la main il lui propose de s’asseoir à côté de lui. C’est bizarre, parce qu’il n’est pas forcément du genre à partager son espace personnel, à risquer de se dévoiler plus qu’il ne le devrait. Mais quelque chose d’unique les rassemblent, quelque chose de tellement précis qu’il ne peut jamais faire autrement qu’avoir un geste tendre envers elle. Les deux odysséens étaient très loin d’être proches et ils ne l’avaient jamais été. Faut dire que Wyatt avait passé toute sa vie à éloigner le plus de gens possibles et que la docteur était bien plus jeune que lui.

Pourtant, y avait un lien indescriptible et indestructible qui les liaient. Au delà d’un crash violent, de la perte des leurs, de ce changement de monde. Elle était la seule qui était partie, comme lui. Même plus que lui, c’est durant une longue année qu’Alaska avait disparu des radars pour se réfugier et vivre loin d’eux, sans eux. Comme lui, la blonde avait fini par revenir. Le Conseiller n’avait jamais parlé de ça ni de quoique ce soit d’autre clairement avec sa cadette. Mais cette information était gravée en lui et il savait que même sans les mots, même s’ils n’arrivaient jamais à se parler, ils savaient l’un comme l’autre qu’il y avait quelque chose d’autre. Au delà de leurs propres murs, de leurs propres mœurs. Elle était la seule à pouvoir comprendre ça. Il était le seul à pouvoir la comprendre comme ça.

C’est sans doute pour cela que la présence de la débarquée apaise les maux qui le torturent pendant un instant. Peut-être que le biologiste devrait s’en satisfaire. L’avoir invitée à s’asseoir et savourer un silence calme à ses côtés. Peut-être que c’était suffisant, finalement. Les yeux noirs se tournent sur la femme à ses côtés et il sent quelque chose dans son regard, quelque chose qu’il ne connaît que trop bien. Des mots qu’elle ne dit pas, des maux qu’elle ne partage pas. Alors il lui offre un sourire un peu maladroit et il reprend, un peu tendrement. « Tu voulais me parler ou t’es juste venue observer le lever du soleil loin de l’agitation matinale ? » C’était stupide comme question, puisque la situation de ces deux-là si proches, si tôt, seuls, n’avait rien de normal. Alors elle n’était pas simplement venue observer le lever du soleil. D’un soupir il reprend, conscient que la différence d’âge, sa place au Conseil et tout ce qui le compose puisse bloquer l’autre et que c’est à lui de prendre les devants, au moins pour maintenant. « Comment tu vas ? Tes blessures, ça va mieux ? »

Le cyclone n’avait pas qu’arraché son cœur et tué des gens, des arbres et des îles. Il avait aussi blessé plus légèrement - du moins en surface, certains d’entre eux et il savait qu’Alaska en faisait partie. Peut-être que ce n’était pas la meilleure approche et peut-être qu’elle regrettait déjà d’avoir fait un pas vers lui. Mais il essayait, vraiment, sincèrement. Parce que même lui, il avait besoin d’elle, de la seule qui pouvait le comprendre sur ce point précis de sa vie.


Alaska C. Burckley
DATE D'INSCRIPTION : 04/11/2018 PSEUDO/PRENOM : Authenticity MULTICOMPTES : Demyan & Maxim MESSAGES : 160 CELEBRITE : Cara Delevingne COPYRIGHT : @avengedinchains METIER/APTITUDES : Médecin | Herboristerie & Notions médicales TRIBU/CAMP : Odyssée POINTS GAGNES : 0

breathe (alaska&wyatt) Empty Re: breathe (alaska&wyatt)

le Sam 22 Fév 2020 - 18:21
BREATHE

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] 

 
Let go of the battle. Breathe quietly and let it be. Let your body relax and your heart soften. Open to whatever you experience without fighting.
C'est la douleur qui la réveille. Ses membres s'enflamment et brûlent incessamment. Le sommeil va et vient dans un tourbillon de douleurs qui l'empêchent ne serait-ce que de penser. C'est le prix qu'Alaska doit payer. Sa dette envers les siens, sans doute. Parce qu'elle s'est occupée des autres, avant de s'occuper d'elle-même. Elle s'est mise de côté pour mieux sauver la vie des nécessiteux pendant le cyclone. Seulement, sa blessure à elle s'est infectée. Même toutes les médecines qu'elle connaît n'ont pas pu lui atténuer la douleur. Elle est fiévreuse et faible mais son corps se bat. Sa tête se bat. Elle ne se laisserait pas faire par la maladie, jamais. Elle a bien trop de choses à faire, bien trop de choses à terminer. Au dehors, le soleil a commencé à se lever doucement. Alaska se lève avec douceur pour s'éviter de bouger trop brusquement et respire un bon coup l'air frais. Eh bien, si c'est ce qui l'attend jusqu'à la fin de ses jours, c'est peut-être la punition de trop.  
Mais n'est-ce donc pas à cela que ressemble une malédiction ?
Elle a si peu de chance, Alaska. Mais peut-être qu'elle le mérite, après tout.

Autour d'elle, le campement se réveille doucement. Ce petit lieu de survie bien organisé lui donne des appréhensions. Contrairement aux autres peuples, elle a constamment l'impression de vivre avec un futur indécis. Chacun de leur pas sur cette terre est jugé. Ils ne sont que ceux qui sont arrivés après pour les autres. Pour certains, ils sont des voleurs. De terres, de ressources. Ils ne sont que des insectes face à ceux qui considèrent ce sol comme le leur depuis des décennies. Ses pas la mènent vers la lisière du camp, et ses yeux se posent sur ta silhouette. Wyatt. Les pensées d'Alaska se tournent directement vers les Naoris et une décharge de mélancolie lui coupent le souffle. Un instant, elle se fige. De toutes les personnes qu'elle peut voir ici, tu es probablement le seul qu'Alaska connaît plus qu'elle n'en a l'impression. Vous avez vécu les mêmes choses, en quelque sorte. Vous êtes plus liés que vous semblez l'être.
L'un comme l'autre, vous êtes partis un jour.
Mais pour revenir.

Ses pas se portent à tes côtés, jusqu'au moment où tu la remarques, enfin. Quelques secondes se passent, vos regards se croisent. Elle ne dit rien, parce qu'elle est un peu intimidée. Que se passera-t-il ? Est-ce que le monde risque de devenir d'un coup noir et blanc, chargé de souvenirs ? Elle sait l'effet que ça lui fait de penser à cette période de sa vie, à ce petit bout de bonheur. « Alaska. » Ton sourire la prend aux tripes. Bon sang, qu'est-ce qu'elle fait là ? Est-ce que maintenant c'est trop tard ? Au fond, peut-être que ça lui fera du bien. Elle ne doit juste pas penser à Harlan.

Elle ne dit rien, elle laisse s'installer le silence entre-vous. Parfois, il vaut tellement bien plus que les mots. Les yeux de la jeune femme se portent sur le monde qui se lève, devant vous, et elle prend conscience de cette fine barrière invisible qui la sépare des autres. Elle est si différente des autres, toi aussi peut-être un peu. Elle se sent vide, ici. Elle se sent seule. Et puis, tu romps le silence. Tu lui demandes ce qu'elle veut. C'est peut-être un peu bête, au fond. Parce qu'elle ne sait absolument pas ce qu'elle veut. Elle voulait te parler, probablement. Inconsciemment, probablement. Elle ne sait pas réellement quoi répondre. Peut-être les deux, un peu. Et puis, c'est toi qui reprend la conversation. « Comment tu vas ? Tes blessures, ça va mieux ? » Ses yeux se baissent involontairement vers son bras. Sa blessure est couverte, mais la douleur est toujours là. Peut-être qu'elle ne la quittera plus jamais maintenant.

« C'est douloureux. » Elle sait que ses mots sont superficiels. Le sujet est si difficile à aborder, parler de choses matérielles est tellement plus simple. « Mais ce n'est pas grand chose, comparé à d'autres », lance-t-elle avec un peu d'amertume. Elle ignore si tu as été blessé également, mais elle doute de t’avoir vu à l'infirmerie pendant qu'elle s'évertuait à soigner les autres. Du moins, ses pensées sont confuses, rendues douloureuses par le feu qui lui dévore le bras, et elle n'est pas certaine. « Je voulais te parler, enfin... Pas vraiment, mais si quand même. » Elle détourne les yeux de toi. C'est vrai qu'elle ne l'a décidé qu'en te voyant, alors c'est peut-être une erreur ? Tu as l'air sincère, et elle est certaine de pouvoir te faire confiance.

« Tout est compliqué, ici. » C'est bon, elle l'a dit. Enfin, elle a essayé, du moins.

(c) DΛNDELION


Dernière édition par Alaska C. Burckley le Dim 24 Mai 2020 - 10:43, édité 1 fois
Wyatt Sheperd
DATE D'INSCRIPTION : 01/08/2018 PSEUDO/PRENOM : Totoro's Child. MULTICOMPTES : TC Jones & Nila Yurinova MESSAGES : 987 CELEBRITE : Rami Malek COPYRIGHT : jenesaispas ;; - doom days / keane - somewhere only we know METIER/APTITUDES : Conseiller Odysséen. - Botanique & Zoologie. TRIBU/CAMP : Dana (Odyssée) POINTS GAGNES : 0
Admin

breathe (alaska&wyatt) Empty Re: breathe (alaska&wyatt)

le Ven 27 Mar 2020 - 15:48

La douleur était quelque chose de tellement particulier que c’était presque indescriptible. Il y avait de ces maux qui étaient totalement indescriptibles et d’autres qui se voyaient comme le nez au milieu de la figure. Wyatt avait été blessé plus d’une fois depuis qu’ils étaient sur Terre. Il avait vu les cicatrices se cumuler sur son corps et pourtant, aucune ne lui avait fait aussi mal que celles qui étaient invisibles. Le cyclone lui avait laissé une blessure tellement violente et profonde que même plusieurs mois après il peinait à respirer correctement. N’importe quel médecin lui aurait dit que c’était ridicule et qu’il allait parfaitement bien. Pourtant, jamais de toute son existence il ne s’était senti aussi mal. Quelque chose s’était brisé et contrairement à un os ou de la chair, ça ne semblait pas vouloir se réparer.

Lorsque Alaska arrive à ses côtés, malgré elle, elle apaise un peu ses tourments. Son pire ennemi c’était lui-même et il le savait. Une simple présence, même silencieuse, lui permettait de sortir la tête de l’eau pour quelques instants. S’il n’a jamais été du genre très social, Wyatt n’a pourtant jamais été totalement seul. Tout au long de sa vie il a eu quelques points d’ancrages auxquels se raccrocher dès qu’il en ressentait le besoin. Depuis le cyclone c’était un peu différent. Il le savait, s’il allait demander de l’aide, en parler à Nadja ou peut-être même à Harlan, ils seraient d’une oreille attentive. Mais il était loin de se sentir légitime sur le sujet. Lui, n’avait rien eu. Physiquement il n’avait rien subi, s’il avait tenté de donner un coup de main pour gérer la catastrophe il n’était pas non plus des plus utiles. En second plan, spectateur impuissant d’une vie qui tourne au cauchemar en quelques instants, il voyait sans cesse les images tourner dans sa tête.

Sa Terre lui avait brisé le cœur, fendu l’âme. Elle lui avait offert le chaos quand il n’avait espéré que de tendres rêves. Naïf, stupide, il n’avait toujours pas réussi à comprendre pourquoi elle leur avait fait ça. Pourtant, ils la traitaient mieux, même si tout n’était pas parfait, le brun avait l’impression que l’humain avait bien appris de ses erreurs. Tout ça n’était qu’une illusion, est-ce qu’ils fonçaient de nouveau droit dans le mur ? Le biologiste a un besoin viscéral de rationaliser les choses. La blessure d’Alaska est réelle. Son bras encore couvert est réel. Bien plus réel que toutes ses théories sur la Terre et le pourquoi elle aurait pu vouloir les punir. Wyatt se raccroche tant bien que mal au peu qu’il arrive encore à comprendre.

La voix tendre de l’odysséenne perce l’air et elle lui dit qu’elle a encore mal. Sans essayer de le cacher pour un sou, le conseiller affiche une moue profondément désolée. Ses billes brunes se perdent sur le bras bandé et il se demande s’il y a quoique ce soit qu’il puisse dire ou faire pour lui rendre la vie un peu plus facile. Y a cette petite voix qui lui dit que non, qu’il est inutile et qu’il le sait parfaitement. Alors il ne dit rien, il s’essaie à un faible sourire tandis qu’elle lui dit que d’autres vont bien plus mal. Elle a raison, certes, mais s’il admet ça, alors il se perd encore plus dans la futilité de son mal-être et qu’il se dit qu’il n’a réellement aucun droit de se sentir aussi mal, il va virer complètement dingue. Heureusement pour lui, avant que son esprit ne se perde un peu trop dans tout ça, elle reprend la parole. Les pupilles du brun se concentrent un peu plus sur elle. Alors qu’elle lui dit quelque chose d’un peu flou il ne peut s’empêcher de sourire - il n’y a peut-être pas que lui qui a l’esprit embrouillé finalement.

Lorsqu’elle détourne les yeux, il ne peut s’empêcher de perdre son sourire. S’il est parfaitement conscience d’être très peu à l’aise avec sa propre psyché il a du mal à se dire que quelqu’un d’autre puisse se sentir mal de parler, lui parler. Alors qu’il s’emmêle une fois de plus dans son propre crâne à chercher comment faire au mieux, c’est sa cadette qui prend la parole.

Tout est compliqué.
Tout est tellement compliqué.

Malgré lui, il laisse un rire lui échapper dans un soupir. « A qui le dis-tu. » Qu’il ne tarde pas à répondre. Puis il se frotte un peu l’arrière du crâne, les yeux visant l’horizon. Il peut lui faire confiance, il le sait pertinemment mais ça n’en reste pas moins difficile. Parler de ces choses-là c’est risquer de perdre le peu de lumière qui restait dans son obscurité. Mais Alaska en vaut la peine, parce qu’il refuse qu’elle aille aussi mal que lui. C’est son rôle en tant que conseiller de veiller sur le peuple et au delà de ça, c’est son rôle en tant qu’humain, de tout faire pour que ses semblables se sentent bien. A défaut de pouvoir panser leur blessures ou les nourrir, il peut leur montrer qu’ils ne sont pas seuls.

De plus, la blonde et lui ont un parcours un peu similaire même si très différent. Les deux ont un rapport au camp, à la vie ici, à la vie loin d’ici, un peu particulier. S’il existe une personne à qui il peut parler, c’est elle. « Je ne sais pas ce que j’imaginais là-haut, en pensant à la vie ici, mais certainement pas ça. » Sourire un peu triste au bord des lèvres tandis que ses yeux noirs retrouvent ceux de la débarquée. « Qu’est-ce qui te tracasse, dis-moi ? » C’est simple et peut-être même un peu trop direct, il a peur de la brusquer. Alors rapidement il se rattrape, détourne le regard dans le vide et reprend. « Enfin, t’es pas obligée de tout me dire mais je suis là, si tu veux parler. Entre “aventuriers” faut qu’on se serre les coudes, pas vrai ? » C’était un peu maladroit mais c’était sincère. Il espérait de tout son coeur qu’elle comprenne ce qu’il voulait dire par là.

Et s’il l’avait fait fuir, alors encore une fois, il ne pourrait s’en prendre qu’à lui-même.
Pars pas, s’il te plait, reste là.
Alaska C. Burckley
DATE D'INSCRIPTION : 04/11/2018 PSEUDO/PRENOM : Authenticity MULTICOMPTES : Demyan & Maxim MESSAGES : 160 CELEBRITE : Cara Delevingne COPYRIGHT : @avengedinchains METIER/APTITUDES : Médecin | Herboristerie & Notions médicales TRIBU/CAMP : Odyssée POINTS GAGNES : 0

breathe (alaska&wyatt) Empty Re: breathe (alaska&wyatt)

le Dim 24 Mai 2020 - 10:50
breathe
and let it out
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Let go of the battle. Breathe quietly and let it be. Let your body relax and your heart soften. Open to whatever you experience without fighting.
Jack Kornfield
Ton visage trahit un air désolé, lorsqu'elle te dit qu'elle a toujours mal. Ce n'est pas si grave, bien sûr, mais Alaska essaie juste de duper tout le monde. Elle sait pertinemment qu'elle a abusé, trop tardé, qu'elle a préféré s'occuper des autres avant elle et que c'était une erreur. Comme toujours, c'est à elle-même qu'elle reproche ce qui s'est passé. Jamais elle ne prendrait le risque de chercher un autre coupable. Et puis, de toute façon, il n'y en a aucun. A chaque fois que quelqu'un est blessé, c'est à cause d'elle, pour sûr. C'est peut-être une maigre consolation pour elle, de croire que pour une fois, elle n'a causé de tort à personne parce que c'est elle qui a subi, supporté la douleur et apaisé les esprits de la nature par son sacrifice. Après tout, elle supporte bien mieux sa propre douleur que celle des autres, parce qu'elle est constamment en train de souffrir.

« A qui le dis-tu. » Ton rire est presque muet, las. Elle répond en écho, riant si légèrement elle aussi qu'elle est à peine audible. Bien sûr, que tu comprend. Bien sûr, que tu la comprend aussi. Tout est compliqué, sans aucun doute, tu sais aussi bien qu'elle ce que c'est que de vivre ailleurs et ici en même temps. Elle n'a pas la prétention de te connaître si bien, mais elle en sait assez pour reconnaître vos points communs.  

Tu parles de la vie là-haut. De tout ce que vous aviez imaginé pour la vie d'en bas, de tout ce que vous aviez envisagé pour survivre et découvrir le nouveau monde. « Le monde d'en bas est bien plus étrange que je ne le pensais », murmure-t-elle, presque plus pour elle même que pour toi.

Vous vous êtes jetés dans un monde totalement inconnu, qui a continué de grandir bien longtemps après votre absence, et maintenant vous ne récoltez que des pots cassés. Il est difficile de penser que vous auriez pu prévoir tout ce qui se passe sur Terre, mais Alaska a un infime espoir que d'autres méthodes que celles employées par les dirigeants auraient fonctionné tout aussi bien, si ce n'est bien mieux. Elle n'avait pas imaginé les guerres, les batailles, les traités. Elle aurait préféré continuer une vie neutre, sans embûche, et rester là-haut s'il l'avait fallu. Elle aurait préféré ne pas devoir laisser des corps sur son chemin, pouvoir emmener tout le monde avec elle. Mais vous n'avez fait que subir, subir les choix d'autres.

Tes yeux cherchent à nouveau les siens. Elle sent le sang monter à ses pommettes, gênée plus par la situation que par ta compagnie ou tes mots. Tu as décroché de l'horizon pour mieux la regarder, elle. « Qu’est-ce qui te tracasse, dis-moi ? » Son cœur manque un battement. Tu sembles t'en rendre compte, puisque tout de suite tu te corriges. Tu ne veux pas blesser la petite Alaska, n'est-ce pas ? Elle doit déjà avoir l'air si fragile. Elle se sent idiote, un peu, d'être venue auprès de toi, de t'avoir dérangé avec ses sottises, avec ses émotions négatives. Tu n'avais pas besoin de ça. Elle ne suit pas ton regard qui se détourne du sien, elle continue à t'observer, en silence. Quelques secondes, à peine, avant que tu parles à nouveau. Mais quelques secondes où elle t'observe, elle voit bien que tu regrettes d'avoir été aussi direct. Elle ne peut pas t'en vouloir, après tout, c'est elle qui est venue vers toi. A tord ou à raison, elle n'en a pas la moins idée. « Enfin, t’es pas obligée de tout me dire mais je suis là, si tu veux parler. Entre “aventuriers” faut qu’on se serre les coudes, pas vrai ? » Alaska retient un rire nerveux, qui la fait frissonner en retour.

Elle ferme les yeux, les rouvre. Elle observe le campement qui s'anime doucement. Alaska cherche les mots, mais elle doute qu'il y ait une bonne façon d'annoncer qu'on se sent mal, qu'on se sent différent. « J'ai l'impression que quelque chose m'échappe, ici. » Sa voix est si basse qu'elle devient presque un murmure. « Je ne sais pas si c'est moi, ou eux, qui avons changé. » Qui est devenu différent ? Qui s'est transformé, au fur et à mesure des mois qui se sont écoulés ? Elle était loin, si loin, avec d'autres individus quelque part dans la forêt. Elle sent les regards, parfois mauvais, parfois hautains, qui la jugent. Qui pensent tout mieux savoir qu'elle, parce qu'elle a déserté. Elle n'a pas l'impression d'être devenue quelqu'un d'autre, d'être devenue quelqu'un d'horrible, et pourtant, elle ne se sent plus pareille face aux siens. Nombre d'entre-eux sont partis, disparus, mais ne sont jamais revenus. Était-ce une erreur, alors, de revenir ?

« Je ne parviens plus à retrouver ma place. » Elle ne cherche pas à ce que tout soit comme avant, mais elle veut juste des repères. Oh, bien sûr, heureusement que certains sont encore de bonne compagnie, avec elle, comme Elijah. Mais parfois, elle regrette énormément de ne pas avoir commis un crime, plus grave encore que celui pour lequel elle avait été condamnée. Juste pour pouvoir être de l'autre côté, chez les cents.

icon@doomdays
Elias Caroll
DATE D'INSCRIPTION : 20/01/2016 PSEUDO/PRENOM : avengedinchains MULTICOMPTES : Milo, Richard, Astrid & Meeka MESSAGES : 1227 CELEBRITE : Tom Hardy COPYRIGHT : signa by beylin METIER/APTITUDES : guerrier TRIBU/CAMP : Athna POINTS GAGNES : -10
Admin

breathe (alaska&wyatt) Empty Re: breathe (alaska&wyatt)

le Ven 9 Oct 2020 - 16:45
Sans réponse depuis 3 mois, ce rp est archivé.
N'hésitez pas à envoyer un mp pour le sortir des archives breathe (alaska&wyatt) 484338566
Contenu sponsorisé

breathe (alaska&wyatt) Empty Re: breathe (alaska&wyatt)

Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum