Aller en bas
- Whatever it takes -
Chris Wilson
DATE D'INSCRIPTION : 01/11/2015 PSEUDO/PRENOM : Glacy MULTICOMPTES : Ezra MESSAGES : 3348 CELEBRITE : Brett Dalton COPYRIGHT : alcuna licenza. (avatar), frimelda (signature) METIER/APTITUDES : ancien militaire - maniement des armes - statège TRIBU/CAMP : odyssée POINTS GAGNES : 255

You can coax the cold right out of me [Rachris] Empty You can coax the cold right out of me [Rachris]

le Mar 11 Fév 2020 - 22:26

You can coax the cold right out of me
Chris & Rachel

« we don't get to choose who we love »
le 14 février 2120 - jour de la st valentin

Tout avait commencé par un message. Un message transmis. Un simple message. Un simple message censé être parfaitement innocent. C'est toujours ce qu'on peut croire des messages, qu'ils sont innocents. Des simples mots assemblés. Rien de bien compliqué. Rien de très mathématique. Juste des mots. Un message à déchiffrer, à interpréter. Un message peut être plus compliqué à faire passer désormais alors que les moyens technologiques n'étaient plus aussi avancées que sur l'odyssée. Un peu revenu à l'âge de pierre, presque à croire qu'il faudrait envoyer des signaux de fumée, faire un feu et attendre que le message parvienne d'une tribu à l'autre ou imiter les bruits des oiseaux. Presque à croire qu'il faudrait utiliser un code pour communiquer. En quelque sorte, si on grossissait les traits, il restait vrai que désormais pour communiquer, rien n'était instantané. Il n'y avait aucun signal wifi. Il n'y avait aucune perception des données facilement. Une personne devait être rencontrée face à face pour pouvoir communiquer avec elle. Il fallait donc compter plusieurs jours pour faire les déplacements surtout si la personne avec laquelle on voulait communiquer ne se trouvait pas sur le campement. Il fallait compter plusieurs jours pour que le chemin soit parcouru ou si ce n'est pour employer des moyens détournés afin de transmettre ce message. Un message finalement transmis, reçu par un garde. Un message qui ne provenait de ce garde en personne ou d'un membre du campement. Message qui avait parcouru du chemin par des voies détournées, provenant du campement des 100. Un message peut être pas si innocent que cela. Un message qui m'avait plutôt interpellé et attisé ma curiosité quand j'avais appris de qui il venait. Venant de Rachel. Un message qui avait été transmis quelques jours auparavant. Un message transmis, qui m'indiquait où je devais me rendre et quel jour. Une simple explication, le désir de parler. Un message énigmatique et pourtant peut être pas tellement si on se rappelait notre dernière conversation, ne pensant pas à celle eut au près de la rivière, lorsque des glissades s'étaient improvisées en compagnie d'autres membres de son campement. Message qui avait sans doute transité grâce à l'un d'entre eux alors que les allées et venues entre les deux campements s'étaient fait plus fréquentes lorsque la grippe avait frappé. La nécessité d'allier ses forces. Et un message qui ne m'indiquait pas que je devais allier mes forces à quiconque si ce n'était que je devais me rendre à cet endroit.

Peut être que ce qui était plus embêtant était que le jour choisi n'était pas réellement anodin, celui de la st valentin si encore ce jour censé être romantique était célébré de ce monde. Pas célébré là-haut, mais mentionné dans les archives. Encore moins célébré par le paternel qui ne semblait jamais avoir déclaré son amour pour qui que ce soit. Doutant qu'il l'ait fait avec ma mère non plus. Pas le type très affectueux. Certainement pas sur lui qu'on allait apprendre les marques d'amour et d'affection. Certainement pas avec lui que j'aurai discuté mariage, passion et luxure. Non, certainement pas. Ce qui était plus embêtant car si je n'avais appris de lui les leçons pour devenir le parfait homme ou savoir quoi faire en amour, comment régir ce petit coeur, ou ce muscle bien précis dénommait myocarde, je tentais de faire les choses bien. Tentant, ne disant pas que je réussissais à la perfection bien que j'essayais. Il restait néanmoins certain que les révélations de Rachel avait jeté un froid avec Chiraz. Ayant tenu à être sincère, ne sachant pas si c'était le mieux alors que chacun avait pris ses distances pas à pas. Et rapidement les tâches et occupations avaient accaparé tout notre temps, alors qu'elle avait donné un coup de main à l'infirmerie et que j'enchaînais les patrouilles. N'ayant pas non plus eu le temps de discuter avec elle. Ce que je pensais alors faire comme lui offrir des fleurs. Plus le sentiment de risquer de me prendre une gifle quand je lui avais avoué quelques jours avant qu'elle m'avait transmis un message, me demandant de la rejoindre. Aucune note aphrodisiaque flottant alors dans l'air alors que la soirée avait eu plus un goût amer.

Peut être ce sentiment de la trahir alors que j'avais fait mon choix. Décidant de la rejoindre. Peut être une erreur. Sans aucun doute. Ne pouvant encore le savoir réellement. Tentant peut être d'écouter les conseils de Devos ou me laisser guider par mon instinct, par ce coeur malgré tout un peu guimauve qui me disait de la rejoindre. La note qui serait sans doute salée alors que je risquais les courroux de Chiraz, que je risquais de tout faire foirer. Mais personne ne pouvait contrôler indéfiniment ces sentiments, encore moins quand Cupidon décidait de se mêler de la partie pour tirer ses flèches et faire tomber les uns et les autres amoureux. Peut être trop inséparables.

Ayant bien tenté de ne pas trop réfléchir alors que j'affrontais la neige et les flocons de neige pour me rendre en direction du point de rendez-vous choisi. La météo qui se mêlait aussi à la situation, pour venir ajouter une note glaciale à cette ambiance demi teinte. Les empreintes laissées derrière-moi dans la neige alors que je m'étais éloigné du campement non sans tout indiquer à Seth, le prévenant de la direction empruntée, de tout. Voyant aussi avec mon supérieur hiérarchique, respectant les règles et d'autant plus prudent alors que l'hiver était là. Mieux valait faire attention. Des précautions aussi prises alors que j'emportais avec moi la peau de chamois préalablement échangé lors d'un troc, un sac avec des provisions, de quoi faire un feu, une couverture et d'autres petits outils pouvant servi. Prudent toujours. Des lames que je vérifiais qui étaient bien à leur place. Étincelantes. En prenant le plus grand soin. Chargé mais attentionné alors que je m'avançais au travers de la forêt, traçant un chemin entre les sapins. Laissant des traces de pas derrière-moi, des empreintes dans la neige. Décor somptueux et vision encore certaine. Pour le moment il n'y avait que quelques flocons de neige dansant dans le ciel. Rien de bien inquiétant même si je ne pouvais que jeter quelques coups d'oeil en direction du ciel alors que je continuais de m'approcher du point de rendez-vous situé non loin de grottes, non loin du campement aussi. Bientôt là.
(c) DΛNDELION
Rachel A. Gomez
DATE D'INSCRIPTION : 07/05/2018 PSEUDO/PRENOM : Dumbass*Angel MULTICOMPTES : non MESSAGES : 701 CELEBRITE : Chloe Bennet COPYRIGHT : Panda (avatar), hedgekey (signature) METIER/APTITUDES : cuistot, avec aptitudes en botanique et cuisine TRIBU/CAMP : Cents POINTS GAGNES : 120

You can coax the cold right out of me [Rachris] Empty Re: You can coax the cold right out of me [Rachris]

le Mar 3 Mar 2020 - 21:51

You can coax the cold right out of me
Chris & Rachel

« we don't get to choose who we love »
le 14 février 2120 - jour de la st valentin

Cela faisait quelques jours que je lui avais transmis ce message, ma crainte grandissante quant à la conversation que l’on eut, auparavant. On ne se croisait pas autant qu’avant, et même lors de cette sortie entre Cents et Odysséens, nous n’en étions pas revenus sur le sujet. Je ne voulais pas qu’il m’évite juste parce que j’avais avoué mes sentiments. Il fallait qu’il sache que je respecterais son choix, car je me devais d’agir en adulte. C’est moi qui envahissais son couple, c’est moi qui rompis l’équilibre, avec mes aveux. C’était tout à son honneur, s’il disait vouloir poursuivre sa vie amoureuse avec Chiraz. Et en toute honnêteté, les premières semaines seraient les plus difficiles. Notre amitié ne sera plus la même, qu’importe son choix. Mais au moins, je ne vivrais pas avec des regrets, avec des ‘et si’. Si la mort de mon frère m’avait appris quelque chose, c’est que la vie est trop courte. Qui sait ce qui pourrait nous prendre au dépourvu demain? Quitter ce monde avec un poids de plus sur les épaules, ce n’est pas souhaitable. Bon, il est vrai, je déchargeais mes problèmes sur Chris, et pour cela, je m’en voulais. Je le laissais à cette décision difficile, me lavant les mains. Coupable, mais espérant quand même qu’il me rejoigne près des grottes, dans la forêt profonde. Un point juste assez éloigné des campements pour qu’on évite le regard des autres, et que les gens en viennent à en discuter entre eux. Ce serait horrible pour Chiraz de l’apprendre de quelqu’un d’autre que Chris. Non, il valait mieux prendre des précautions.

Je me rendis compte, pendant le déplacement, la journée que j’avais choisie pour cette rencontre. La St-Valentin, le jour de tout romantisme. Oh non! Avait-il dit à Chiraz où il se rendait? Ou … ou avait-il parlé à la blondinette de notre discussion? Je n’osais pas y croire, mais le connaissant, il ne pouvait lui cacher un tel secret. J’éviterais certainement le campement des Odysséens pendant encore quelques jours, question de ne pas la confronter. Après tout, la dernière fois qu’on s’est parlé, je lui disais ne pas avoir la force d’avouer quoi que ce soit à Chris. Techniquement, elle me croyait encore silencieuse, incapable de voir au-delà de mes propres tourments personnels. Maintenant, les choses changeaient. Je n’étais pas exactement comme avant, mais je reprenais du poil de la bête. Même si je ne savais pas encore bien exprimer mes sentiments, mon audace me revenait peu à peu. Ça, et peut-être aussi cette envie de ne rien laisser derrière, de ne pas vivre avec trop de regrets. À mes yeux, Chiraz ne devait pas craindre quoi que ce soit. La façon qu’a Chris de la regarder, le fait qu’il essaie de passer plus de temps avec elle … tout de son comportement me laisse croire qu’au final, elle saura gagner son cœur. Et c’est tant mieux, s’ils sont heureux.

J’arrivais au point de rencontre avant qu’il ne soit là. Je m’installais donc, laissant mon sac de victuailles non loin, mais accroché sur une branche, de peur qu’il ne se mouille sur la neige. J’avais apporté ce que j’avais de plus chaud, mais vu la température, cela n’aidait pas. Cependant, mes pensées étaient tellement accaparées que je ne sentais pas la morsure du froid. En fait, mes yeux étaient rivés sur le ciel, à observer les flocons tombés, à essayer d’en prendre un et le voir doucement fondre dans ma main. À bien y penser, l’hiver reflétait la froideur qui m’écorchait, mais qui, avec la chaleur des gens autour de moi, fondait. Je ne sais pas encore si le printemps serait synonyme de renouveau, mais le fait que je ne me vois plus au bord de l’abime devait être un bon présage.  
(c) DΛNDELION
- Whatever it takes -
Chris Wilson
DATE D'INSCRIPTION : 01/11/2015 PSEUDO/PRENOM : Glacy MULTICOMPTES : Ezra MESSAGES : 3348 CELEBRITE : Brett Dalton COPYRIGHT : alcuna licenza. (avatar), frimelda (signature) METIER/APTITUDES : ancien militaire - maniement des armes - statège TRIBU/CAMP : odyssée POINTS GAGNES : 255

You can coax the cold right out of me [Rachris] Empty Re: You can coax the cold right out of me [Rachris]

le Lun 9 Mar 2020 - 21:53

You can coax the cold right out of me
Chris & Rachel

« we don't get to choose who we love »
Les flocons de neige qui continuaient de virevolter dans le ciel. Le morsure du froid. Continuant d'avancer entre les troncs des arbres, traçant un chemin un peu improvisé dans la neige mais pourtant mémorisé. Or, avec l'hiver, le paysage était transformé. La neige était un peu traître aussi. Un paysage captivant mais bel et bien traître, pouvant conduire les voyageurs à emprunter des détours. Avançant dans la même direction depuis le début, mais là encore le chemin emprunté était certainement différent de celui emprunté au coeur de l'été. La mémoire qui devenait la meilleure alliée pour se rappeler des détours empruntés, pour se frayer un chemin et arriver jusqu'au point de destination. M'aidant des repères, certes pour certains totalement enneigés et enfouis sous la neige. Mais confirmation obtenue quand j'apercevais finalement entre les arbres, dans un espace plus dégagé, la silhouette de Rachel.

Ne pouvant qu'être que sa silhouette. Assise dans la neige comme s'il s'agissait d'un tapis d'herbe, ignorant la morsure du froid ou que par la suite ses vêtements ne pourraient qu'être trempés, humides. Ce qui ne semblait pas lui importer alors qu'elle semblait perdue dans ses pensées. Ne pouvant voir son visage. Ne pouvant voir que son dos mais certain que c'était sa silhouette. Certain qu'il s'agissait d'elle alors même que je ne voyais ni son visage, ni les expressions de son visage. Pensant croire que son regard était rêveur, perdu dans la vague. Un regard plus précisément perdu en direction du ciel alors qu'elle semblait avoir un peu lever la tête pour contempler les flocons de neige qui continuaient de virevolter dans une danse lente et langoureuse. Sa silhouette que je n'associais pas à celle d'un grounder. Une hypothèse éliminée dès le départ alors qu'elle se trouvait au point du rendez-vous donné. Des tenues propres à leur style, propre à son style. Aucune arme visible comme celle qu'aurait pu porter certains des terriens que j'avais entrevu au coeur de la forêt profonde. N'ayant esquissé au mouvement pour signifier qu'elle s'était rendue compte de ma présence. Ne semblant même pas m'avoir entendue approcher. Bien que dans un sens, elle ne pouvait non plus avoir attendu de son. Neige qui amortissait le bruit de mes pas. Et c'était sur ce même tapis de neige que je m'étais arrêté. M'arrêtant dans l'ombre des arbres pour observer la scène qui se déroulait sous mes yeux, pour observer cette silhouette à l'allure paisible qui semblait à sa place là. Mais sa présence tout aussi trahie par ce sac à dos qui pendait sur une branche pour éviter qu'il n'en vienne à toucher le sol, qu'il puisse être à son tour trempé. Intelligent. Ayant elle aussi penser à emporter un sac en plus, à prendre des affaires. Plus qu'une précaution mais une nécessité dès lors que les pas se portaient en dehors des limites du campement, en direction de l'inconnu.

Tapi dans l'ombre. Comme la silhouette d'un loup se dessinant. Loup noir aux prunelles presque jaunes. Silhouette animale immobile entre les arbres. Flocons de neige qui venaient colorer le pelage. Observant sa proie. L'observant elle tout simplement. N'esquissant pas un mouvement pour bouger encore l'espace de quelques secondes. Regard qui restait focalisé sur elle puis sur les environs, alors qu'instinctivement je ne pouvais que jeter un regard autour, s'assurer qu'il n'y avait personne d'autre. Mais non, nous étions bien les seuls au monde ou du moins nous étions les seules personnes peut être insensées à avoir quitter la chaleur du foyer pour s'aventurer en dehors du cocon, pour affronter la forêt et la froideur, la neige. Seulement lorsque j'étais assuré qu'il n'y avait plus personne alors qu'automatiquement mes doigts étaient venus se porter contre le manche de ma lame, que j'avais fait le premier pas dans sa direction. Empreinte laissée dans la neige alors que je quittais l'écrin du pénombre pour me diriger vers elle doucement. Empreinte de pas de nouveau laissée dans la neige mais qui commenceraient à être bientôt recouvertes par des flocons de neige. Alors que je réduisais la distance entre nous deux, je ne pouvais que lentement reprendre ma respiration. Un masque qui se reconstituait. Traits du visage qui se transformer pour aborder une expression plus ou moins neutre. Peut être parce que la situation avait trop changé pour prétendre que nous n'étions pas là, à danser nous mêmes entre les flocons de neige.

(c) DΛNDELION
Rachel A. Gomez
DATE D'INSCRIPTION : 07/05/2018 PSEUDO/PRENOM : Dumbass*Angel MULTICOMPTES : non MESSAGES : 701 CELEBRITE : Chloe Bennet COPYRIGHT : Panda (avatar), hedgekey (signature) METIER/APTITUDES : cuistot, avec aptitudes en botanique et cuisine TRIBU/CAMP : Cents POINTS GAGNES : 120

You can coax the cold right out of me [Rachris] Empty Re: You can coax the cold right out of me [Rachris]

le Mar 31 Mar 2020 - 6:04

You can coax the cold right out of me
Chris & Rachel

« we don't get to choose who we love »
J’observais ces temps-ci les maniérismes des jeunes femmes des deux campements. Mon regard se fixait sur leur façon de s’exprimer et de bouger, cherchant certainement à trouver ce qui me faisait défaut. Peut-être était-ce parce que je ne me tins que très rarement avec des filles, mais visiblement, certains traits plus féminins manquaient à l’appel, chez moi. Et encore, si ce n’était que ça! Il ne fallait pas oublié qu’en comparaison à plusieurs jeunes femmes, il semblerait que je ne sois pas celle qui garde le plus mon sang froid. Je m’emporte trop facilement dans mes émotions, bonnes ou mauvaises. Je n’ai pas une limite précise, je ne sais pas nécessairement quand m’arrêter. Je me remémore toutes les connaissances ou amies que nous avons en commun, Chris et moi, et il m’arrive de plus en plus souvent de les passer, les unes après les autres, à lister chacune de leurs qualités. Un énorme détour qui m’empêchait d’en arriver à Chiraz, car là, je savais que je perdais sur plus d’un point. En un mot: fortes. Toutes les femmes que je croisais sur mon chemin avait cette aura qui se dégageait d’elles, comme si elles pouvaient affronter le monde entier sans sourciller. Oh, qui sait, peut-être que ce n’est qu’une impression. Elles cachent bien leur jeu, en tout cas. Je les envie tellement. Ce sang-froid, cette façon d’avancer avec confiance. Même quand j’essayais de cacher ma peine et mon deuil à Chris, je n’étais pas capable de croiser son regard, tellement je masquais mal mes problèmes. Et c’est qu’il n’y avait pas de manière pour qui que ce soit de m’enseigner ça. Soit tu l’as, soit tu ne l’as pas. Chiraz, quand je la voyais avec lui, eh bien je ne voyais pas une once de doute, pas un seul moment de faiblesse.

Seule dans cette longue balade jusqu’à ce point de rencontre, j’avais tout le temps du monde pour penser à ça, mais à bien d’autres choses. Notamment, je ressassais mon cadeau empoisonné à Chris, mes aveux, une libération assez amère en bouche pour lui. Je voulais me prouver pouvoir grandir, pouvoir passer outre cette étape difficile dans ma vie. Je ne cessais de culpabiliser et pourtant, une partie de moi ressentait une énorme satisfaction. Sans-coeur, oui. Je ne pense qu’à moi. Je me crois finalement capable de fermer un chapitre plus que pénible de ma vie, me raccrochant à tout ceux que j’apprécie, mais j’ai l’impression d’avoir effacer les pages d’une histoire déjà écrite pour d’autres. « Chiraz, je suis tellement… » J’aimerais trouvé la force de m’excuser, car même si cela semblait venir d’une fille trop sûr d’elle, en vérité, je me sentais véritablement coupable. Si mon amour pour Chris n’était pas si important dans ma vie, j’aurais quitté le campement sur le champ, j’aurais mis de la distance entre moi et … et eux. L’ironie dans tout ça, c’est que même lorsque j’essayais de m’échapper à son regard il y a de cela plusieurs mois, nos chemins se croisaient toujours. Lui-même m’avoua qu’il ne voulait pas nécessairement que je parte, que c’était peut-être égoïste de sa part, mais il espérait que je reste. Mon coeur était donc voué à être meurtri, qu’importe la situation. « Je suis … désolée, Chiraz. Je suis une égoïste ». Personne n’était là pour m’écouter, alors que j’arrivais non loin des grottes. Un soulagement, car je ne me sentais pas prête à croiser son regard. Je l’avais trahie, en quelque sorte. Moi qui lui dit de faire part de mes résultats médicaux à Chris, quand je venais la voir. Une nonchalance que je feignais à l’époque et qui parût rassurer la blondinette alors qu’elle avait déjà la puce à l’oreille.

La nécessité de me changer les idées en regardant le paysage enneigé. Le froid qui me rappelait un temps pas si lointain où je préférais cette température à quoi que ce soit d’autre. Je croyais que sa morsure était un reflet de mon âme, de ce qui m’habitait. Comment est-ce que la fille qui se croyait incapable d’aimer ni d’être aimé, auparavant, espérait maintenant qu’on lui avoue un tel sentiment? Je laissais des flocons fondre sur ma peau, sur mon visage. Je n’en étais plus là. Bientôt, le printemps serait à nos portes. Bientôt, je viendrais à fleurir, comme les premiers bourgeons. Il fallait que je finisse par passer outre mes malheurs. La vie misérable que je menais jusque-là n’aura plus raison de ma santé mentale! Rire, sourire, essayer d’en revenir à la Rachel d’avant, sans pourtant me voiler la face. Je ne serais jamais parfaitement comme dans le passé, parce que j’avais perdu des pièces de mon être en chemin. Le but ici était de raccommoder ce que je possédais encore, et me créer une suite logique. Je ne laisserais pas la noirceur vaincre une fois de plus, pas si je me bats contre celle-ci. Le chemin sera long et sinueux. Je rencontrerais probablement pas mal d’obstacles. Je retomberais dans mes souvenirs parfois douloureux. Mais je me redresserais debout à chaque fois. Je ne voulais pas que ce printemps soit comme l’autre. J’en avais assez de la solitude et de la peur qui guidaient mes moindres décisions et mouvements. « Chris? » J’entrevis une silhouette qui s’approchait alors que je tournais doucement. Je n’étais pas certaine que c’était lui, et vu mon manque flagrant d’arme, je n’eus comme instinct de serrer les poings. Cela ne servirait à rien s’il s’agissait d’un ennemi bien plus fort que moi. Mais après quelques secondes d’hésitation, j’aperçus les traits de son visage. Expression plus au moins neutre. « Chris! Pendant un instant, je crus que t’étais un terrien là pour m’attaquer. » J’essayais de prendre ça sur un ton à la légère, ne sachant pas trop à quoi m’attendre.
(c) DΛNDELION
- Whatever it takes -
Chris Wilson
DATE D'INSCRIPTION : 01/11/2015 PSEUDO/PRENOM : Glacy MULTICOMPTES : Ezra MESSAGES : 3348 CELEBRITE : Brett Dalton COPYRIGHT : alcuna licenza. (avatar), frimelda (signature) METIER/APTITUDES : ancien militaire - maniement des armes - statège TRIBU/CAMP : odyssée POINTS GAGNES : 255

You can coax the cold right out of me [Rachris] Empty Re: You can coax the cold right out of me [Rachris]

le Jeu 2 Avr 2020 - 11:56

You can coax the cold right out of me
Chris & Rachel

« we don't get to choose who we love »
M'approchant toujours un peu plus sans me douter qu'en parallèle elle s'était imaginée sa prochaine rencontre avec Chiraz, les mots qu'elle pourrait prononcé. Rencontre qui n'aurait pas lieu de suite mais pour le moment aucun de nous deux était conscient de l'invasion qui se produirait bientôt. Aucun de nous deux avait conscience que les enfants de Svarog existaient, que d'autres membres de l'espèce humaine existaient et passeraient à l'attaque bien plus tard lors des fêtes d'équinoxe. Inconscient des dangers existants. Distance qui se réduisait encore plus alors que je continuais de me diriger vers elle. Silhouette reconnaissable entre les arbres bien qu’elle était habillée chaudement, qu’il aurait pu être difficile de la reconnaitre. Mais sa silhouette qu’il n’était pas possible de confondre. « Chris? » Visage qui se tournait vers moi, ses poings serrés. Apprenant. Déjà mieux que la dernière fois, bien qu’en soit elle était toujours assisse sur un tapis de neige. Comme si auparavant elle n’avait que voulu que se laisser tomber en arrière, écarter les bras pour tracer dans la poudreuse un ange prêt à s’envoler. Figure incertaine qu’il aurait fallu remarquer en prenant du recul. Ange néanmoins prêt à se défendre. Entre ses mains, aucune arme, mais un premier point bien que cela n’aurait pas suffit si elle était attaquée soudainement par un adversaire à moins de réagir très rapidement. « Chris! Pendant un instant, je crus que t’étais un terrien là pour m’attaquer. » « Non juste moi. » Nul terrien en vue. Aucun grounder. Aucun passage constaté au cœur de la forêt. Aucune impression d’être suivie. Il n’y avait que mes empreintes qui s’étaient dessinés dans la neige. Des empreintes désormais recouvertes alors que les flocons continuaient de tomber doucement, paraissant même un peu s’intensifier bien qu’à ce stade-ci, la différence n’était pas encore remarquée. Pour le moment, le paysage paraissait avait un côté magique, sorti d’un conte de fée. Il n’y avait que les arbres et de la neige à perte de vue. Neige qui recouvrait le sol et flocons de neige qui se déposait sur les branches de sapin, sur la barbe que j’abordai désormais. Regard qui se posait sur elle, sur les doux flocons qui venaient se déposer dans ses cheveux châtains. Regard qui venait ensuite se poser sur son visage alors que je reprenais spontanément la parole. « Tu ne devrais pas rester dans la neige, tu vas attraper froid. » Le risque alors que ses vêtements devaient déjà être humides. Ne semblant sans être rendue compte ou ne paraissant pas avoir été dérangée par cette idée, par ce point alors qu’on aurait dit qu’elle s’était perdue dans ses pensées bien avant que je n’en vienne à arriver jusqu’à elle. Me demandant brièvement à quoi elle pensait avant que je n’en vienne à arriver aussi discrètement. Question sans réponse que j’en venais à chasser de mon esprit alors que je lui tendais mes mains pour l’aider à se relever. Poids plume. Notant au passage le sac posé à côté d’elle. Etant venu équipée déjà un bon point. Espérant doucement mais sûrement reprendre les leçons que je lui avais donné avant, ou du moins continuer à l’inciter à la prudence. Ne voulant la voir être blessée encore plus. Regard qui dévisageait son visage à la recherche d’un indice pour découvrir son humeur, pour savoir comment elle se portait depuis la dernière fois, depuis les derniers mots échangés. Délicatesse alors que je tentais de savoir si elle avait rechuté, si elle était de nouveau replongée dans des pensées obscures, si elle avait de nouveau rencontrer des nuits sans sommeil. Tentative de connaitre son état d’esprit alors qu’elle m’avait aussi demandé de venir là. Source de conflit. Nouvelle image chassée de mon esprit alors que je me reculais d’un pas.

Trace de chaleur disparaissant. Froid ressenti aussitôt. Froid qui s’emparait des corps. Une nécessité pour le moment. Des pas esquissés doucement. Changement de sujet. « Tu as pris une arme avec toi avant de partir ? » Une question. Pensant soudainement au couteau que Robb m’avait demandé de confier à Aliénor, son désir que je lui apprenne à se battre. Me rappelant sa promesse d’apprendre aussi à Rachel de se battre, à continuer de veiller sur elle. Regard qui se faisait lointain, plus nostalgique. L’impression qu’il se trouvait là à côté. Tentant de réussir au mieux à tenir sa promesse, espérant qu’il était satisfait. Me demandant ce qu’il dirait s’il était là, s’il nous voyait, s’il me crierait dessus pour ne pas tenter de faire le moindre mouvement avec elle ou s’il m’interdirait de la voir. Ce que Devos ne pensait pas, estimant qu’il serait heureux. Image que je chassais de nouveau alors que mes doigts venaient à se diriger vers l’une des lames que je portais toujours sur moi. Au nombre de six. Détestant m’en séparer. Armes précieuses auquel je tenais, que j’entretenais avec soin. Maniable facilement. Les ayant toujours aiguisé, entretenu alors que la lame brillait. Poignard qu’il était facile de s’emparer. Armes de prédilection avec mes poings. Lames qui trouvaient leur cible à chaque fois. N’ayant jamais manqué. Alors elles comptaient. Une valeur sentimentale au-delà d’une valeur matérielle. Mais pas qu’elles. Une de mes lames que je m’emparais, que je faisais pivoter d’un mouvement habile pour présenter la garde à Rachel. Pointe de la lame dirigée en direction de mon cœur. « Tiens, prend là. » Pas une demande. Un cadeau. Lame que je lui offrais.

(c) DΛNDELION
Rachel A. Gomez
DATE D'INSCRIPTION : 07/05/2018 PSEUDO/PRENOM : Dumbass*Angel MULTICOMPTES : non MESSAGES : 701 CELEBRITE : Chloe Bennet COPYRIGHT : Panda (avatar), hedgekey (signature) METIER/APTITUDES : cuistot, avec aptitudes en botanique et cuisine TRIBU/CAMP : Cents POINTS GAGNES : 120

You can coax the cold right out of me [Rachris] Empty Re: You can coax the cold right out of me [Rachris]

le Lun 11 Mai 2020 - 0:54

You can coax the cold right out of me
Chris & Rachel

« we don't get to choose who we love »
Sortant du campement avec cette légèreté que je ressentais toujours, lorsque je faisais mes sorties quotidiennes. Une mauvaise habitude, dira-t-on, surtout en sachant que je ne prenais jamais d’arme avec moi, que je ne me préparais pas nécessairement en conséquence. Je ne m’estimais pas en danger, mais la réalité me frappera tôt ou tard. Car cette paix ne subsistera pas éternellement. Personne ne se doute vraiment d’une attaque, la plupart des débarqués s’entendant bien avec les grounders. Bon, il est vrai, je fais exception, car je m’imagine toujours le pire. Pourtant, peut-être ai-je raison de vivre avec cette impression de danger à nos portes. Mon pessimisme sur la situation pourrait me servir, si seulement je savais réellement me défendre. Une lacune qui ne m’avait pas tant dérangé, ces dernières années, mais, avec le temps, je me sentais de plus en plus impuissante, et je détestais cette sensation. À en voir d’autres, avec qui je parle ou avec qui Chris discute, je suis la plus petite et la plus faible. Je me sens terriblement inférieure, ce qui n’aide en rien mon rétablissement mental. Afin de progresser, l’entraînement reviendra au goût du jour, et avec lui, mes frustrations d’antan. Voulant voir des améliorations instantanément, chose qui s’avérait impossible. Mine déconfite en entendant dire que cela leur avait pris des années, avant d’en arriver à ce niveau. Plus de détermination que moi, ça c’est sûr. J’embarquais dans la vague avec plusieurs années de retard, ce qui signifiait que je n’arriverais à un niveau respectable qu’à mes 40 ans dépassés. Trop loin pour que cela se concrétise, à mon avis.

Néanmoins, l’idée est plantée et elle ne sort plus de ma tête. La preuve? Voilà qu’en entendant quelqu’un s’approcher de moi, je serre les poings. Bien entendu, en fixant les traits du visage de la personne en question, je reconnais Chris. Mais la preuve que le changement faisait son chemin était bien là. En temps normal, je ne me serais pas inquiétée, j’aurais immédiatement penser que c’était lui qui s’approchait. Maintenant, je me tenais un peu plus ferme. Soulagée que ce soit lui, j’essayais d’expliquer cette posture somme toute assez hors norme pour moi. Il m’indiqua que ce n’était que lui. Le connaissant, il avait scruter les lieux pour s’assurer que personne ne nous surveillait. Puis avec la neige qui tombe, j’imagine que nos traces de pas s’effaceront rapidement. Un paysage sorti tout droit d’un conte de fée. Un peintre n’aurait certainement pas su faire mieux! Ce tapis blanc rendait tout ce que l’on pouvait voir plus pure. Malheureusement, la neige était également froide, et ce n’est qu’une fois sortie de mes pensées, que je m’en rendis compte. « Tu as raison … mais j’étais … je pensais à … qu’importe. » Je pris les mains qu’il me tendit afin de me relever plus rapidement. C’est la morsure du vent et de certains vêtement trempes que je vins à regretter mon geste. Bordel, j’avais encore beaucoup trop cet aspect naïf et enfantin qui m’énervait. Quand est-ce que je grandirais et deviendrais une vraie femme, avec plus de tête? De ne pas avoir la présence d’un grand frère qui me rappelle à l’ordre sur le même campement, ça apportait ces lacunes. Il fallait que je reprenne sur moi et que je commence à me conseiller moi-même. Pour ne l’avoir jamais vraiment fait jusque-là, c’est difficile de débuter. Mon regard qui rencontrait celui de Chris et qui remarquait sa façon de m’analyser. Je savais qu’il cherchait à savoir comment je me sentais, et si j’avais fais du progrès. J’allais lui répondre, essayer de le rassurer un peu, mais il s’écarta, changeant totalement le sujet. « Je … non, je n’en ai pas pris. Je n’ai accès qu’à mes couteaux de cuisine de toute façon, et ça impliquerait une confrontation d’un peu trop près. » En sachant manier une arme plus longue d’abord, peut-être que ça me rassurerait. Un couteau, c’est soit que je le lance sur mon ennemi et je risque de rater mon coup, soit que j’attends un rapprochement qui risque de me coûter cher. En comparaison, Chris savait parfaitement manier ses lames, armes qu’il avait toujours sur lui. La différence, c’est qu’il atteignait toujours ses adversaires, et n’en perdait jamais une seule. Des objets avec une valeur autre que matérielle, clairement, puisqu’il en prenait grand soin. Et là, devant moi, il s’empara d’une des lames avant de la faire pivoter de façon très habile, afin de me présenter la garde de celle-ci. Il me dit de la prendre, mais j’hésitais. « Ce n’est pas que je n’apprécie pas ce cadeau … mais je ne sais pas comment la manier … et tu en as probablement plus de besoin que moi. » Pourtant, mes yeux fixaient toujours la garde. J’étais tentée d’essayer, curieuse de voir ce que ça me donnerait comme sensation. Jusque-là, je n’avais jamais manié d’arme.
(c) DΛNDELION
- Whatever it takes -
Chris Wilson
DATE D'INSCRIPTION : 01/11/2015 PSEUDO/PRENOM : Glacy MULTICOMPTES : Ezra MESSAGES : 3348 CELEBRITE : Brett Dalton COPYRIGHT : alcuna licenza. (avatar), frimelda (signature) METIER/APTITUDES : ancien militaire - maniement des armes - statège TRIBU/CAMP : odyssée POINTS GAGNES : 255

You can coax the cold right out of me [Rachris] Empty Re: You can coax the cold right out of me [Rachris]

le Mar 12 Mai 2020 - 18:34

You can coax the cold right out of me
Chris & Rachel

« we don't get to choose who we love »
Etudiant son visage alors que je lui demandais si elle avait pris une arme avec elle. Une mesure de précaution. Des bois qui laissaient transparaitre une note féerique, nappée de cette couche de crème chantilly. Mais il ne restait pas moins que plus d'un ingrédient pouvait être ajouté à la recette; que parfois le mauvais pour avait être ajouté, créant un mélange qui ne dépassait pas l'entendement mais qui laissait un arrière-goût en bouche. Des bois qui étaient sûrs auprès des grounders grâce à la trêve installée mais des bois dans lesquels vivaient aussi des créatures sauvages. Une lame qui pouvait toujours être utile dans ces moments, ou même pour se détacher, s'en sortir d'un piège ou ne serait-ce que pour cautériser une plaie. Ce qui était une marque d'imprudence mais restant elle-même. Peut être trop méfiant. « Je … non, je n’en ai pas pris. Je n’ai accès qu’à mes couteaux de cuisine de toute façon, et ça impliquerait une confrontation d’un peu trop près. » « Si tu veux une larme plus longue, pour te tenir plus éloignée il faudrait que tu apprennes à manier une épée ou que tu saches utiliser un arc. » Etincelle qui s'était allumée dans mon regard. Si certains pensaient mécanique, si certains aimaient penser cuisine, mon cerveau aimait penser à propos des armes qu'il pouvait manier. « Mais une épée peut être lourde à manier. » M'approchant d'elle comme si je l'examinais. Un peu le cas. Elle était petite, agile. Ce qui ne pouvait pas dire qu'elle en pouvait pas manier une épée, mais renforcement musculaire qu'elle devrait certainement faire, se soumettre à un entraînement. « Ce qui est intéressant avec les dagues, les poignards.. c'est qu'ils peuvent être utilisés rapidement. » Et la seconde d'après, faisant voler un de mes poignards en direction du tronc d'arbre le plus proche. La lame qui se plantait au centre du tronc alors que je me déplaçais pour aller la chercher. La considérant pendant l'espace d'un instant et la rangeant. « Il suffit de s'entraîner, d'apprendre à viser. » Comme les techniques pour apprendre à se défendre, à frapper que j'avais tenté préalablement de lui apprendre là était la même chose. Des lames qu'il fallait apprendre à manier comme si elles étaient une extension de notre corps. Ne pas réfléchir juste visé. Et ne réfléchissant pas ou choix qui était fait rapidement alors que je lui tendais une de mes lames et lui remettait avec solennité. « Ce n’est pas que je n’apprécie pas ce cadeau … mais je ne sais pas comment la manier … et tu en as probablement plus de besoin que moi. » « J'en ai encore d'autres sur moi. » Un sourire. La vérité alors que je ne me baladais jamais avec simplement un seul poignard avec moi. Plusieurs lames qui m'accompagnaient. En prenant précieusement soin, de chacune d'entre elle bien que je n'avais pas jusqu'à été leur trouver un prénom affectif à chacun. Regard qui se reportait de nouveau vers le ciel alors que désormais des plus gros flocons de neige tombaient du ciel. Flocon de neige qui se déposaient sur ses mèches de cheveux bruns. Pellicules blanche qui venaient déjà recouvrir le manteau blanc étendu sur le sol. « Et je t'apprendrai à la manier. » Une proposition pas tant qu'une affirmation. Cadeau donné que je ne comptais pas reprendre bien que mon attention se reportait sur la lame, sur son visage non sans demander si par ses mots, elle avait tenté de rejeter simplement tout objet que je pourrai lui offrir. Ayant pourtant affirmé le contraire mais ayant ensuite aussi nuancé sa réponse. Expression hésitante sur son visage qui était un peu comme une douche glacée au fil des secondes alors que je détournais le regard. Me demandant si je regrettais pas un peu désormais bien que je savais que dans le fond, non. Regard évasif alors que j'observais la neige tombait non sans me dire que cette neige continuerait de tomber et que la conversation qu'elle voulait avoir ne méritait pas d'avoir des participants congelés. Conversation pour laquelle elle m'avait fait venir et qui trottait dans un coin de mon esprit, alors que je ne savais réellement de quoi elle voulait me parler. Mais il était certain que j'étais venu sans réelle hésitation.

Pensées que je chassais alors que je reprenais la parole d'un ton neutre. « On devrait bouger avant qu'il continue de neiger plus. » Les flocons de neige qui continuaient de se déposer sur le sol, formant un puzzle uni. Ce qui restait dans un coin de mon esprit, l'idée qu'il en vienne à neiger plus, que le vent n'en vienne à se lever et la tempête de neige se soulevait. « Il y a des grottes pas loin je crois ? » Ce qui me semblait de mémoire, ce qui pourrait servir d'abri en attendant qu'il cesse de neiger à gros flocons. Peut être était-il sans doute mieux et plus prudent de bouger maintenant alors que nous avions encore la visibilité plutôt que de se transformer en esquimau. Une option peut être plus sûre.
(c) DΛNDELION
Rachel A. Gomez
DATE D'INSCRIPTION : 07/05/2018 PSEUDO/PRENOM : Dumbass*Angel MULTICOMPTES : non MESSAGES : 701 CELEBRITE : Chloe Bennet COPYRIGHT : Panda (avatar), hedgekey (signature) METIER/APTITUDES : cuistot, avec aptitudes en botanique et cuisine TRIBU/CAMP : Cents POINTS GAGNES : 120

You can coax the cold right out of me [Rachris] Empty Re: You can coax the cold right out of me [Rachris]

le Mar 12 Mai 2020 - 20:43

You can coax the cold right out of me
Chris & Rachel

« we don't get to choose who we love »
Aucunement de nature violente, je ne pensais jamais à apporter une arme avec moi, en sortant du campement. Je ne réfléchissais pas au danger, estimant surtout qu’en cas de besoin, je saurais où me cacher, comme je le fis lors des premières attaques des terriens. Un instinct de survie qui n’équivalait pas celui de Chris, et que devait probablement l’inquiéter. Nous n’étions pas dans le même campement, donc il ne pourrait assurer ma protection. Et en plein cœur d’un combat, il lui serait dangereux de penser à moi alors que l’ennemi se trouve devant lui. Si je mettais un peu dans ses souliers, je comprenais mieux pourquoi est-ce qu’il me posait une telle question. Après tout, n’avait-il pas juré à mon frère qu’il garderait un œil sur moi? En ne revenant pas sur le sujet de l’entraînement, Chris ne ferait pas son devoir. Et je savais pertinemment qu’après m’avoir proposé la lame, il m’en parlerait encore. Il n’attendait que cette perche tendue pour retenter sa chance. S’assurant auparavant que je me porte mieux, que mon mental ait changé. Et si ça m’aurait irrité, de l’entendre continuellement parler de ce sujet, maintenant, j’essaie de ne pas trop le balayer d’un revers de main. Courir et fuir contre l’inévitable ne servirait à rien. J’ai bien pu le voir de mes propres yeux, alors que je fuyais un possible retour à la normale, et que là, cela fait quelques semaines que j’entame le processus. Une réponse assez fuyante de ma part, mais une possibilité qu’il saisit immédiatement, puisque j’avais parlé de confrontation. Une épée ou encore un arc qu’il me proposait comme arme, si je voulais me tenir plus éloignée de mes ennemis. Mais encore fallait-il savoir comment les utiliser. Puis je n’avais pas la force nécessaire pour tenir une épée, vu mes bras. Il s’approcha, examinant probablement mon physique, savoir ce qui me faisait défaut. Des problèmes que je lui avais déjà pointés, me servant d’eux comme excuse afin d’éviter toute forme d’entraînement. Je ne dis cependant rien, préférant l’écoutant alors qu’il continuait son discours. Me parlant de dagues et de poignards, les considérant parfait pour une utilisation rapide. Chris me fit ensuite une démonstration, visant le tronc de l’arbre le plus proche. Il l’atteignit en plein centre sans même sourciller une seule seconde, avant de se déplacer et d’aller la chercher pour la ranger. Bah oui, il fallait apprendre à viser. Mais combien de temps passerais-je à me fâcher de rater constamment ma cible avant de l’atteindre. Ne possédant pas la même patience, voulant voir des résultats rapidement, non pas dans les mois ou les années à venir.

Il me remit donc la lame, me la tendit pour que la prenne, affirmant qu’il en avait d’autres, de toute façon. Oh, ça ne m’étonnait pas. S’il y avait une personne ici de prévenante, c’était bien lui. Bordel, il en revenait constamment à ça, à l’entraînement. Me donner cette arme ne suffisait pas, il fallait en plus qu’il rajoute une proposition, celle de m’apprendre à la manier. En temps normal, j’aurais décliné complètement, j’aurais sorti un commentaire sarcastique. Cependant, depuis notre dernière conversation, je n’arrivais pas à lui parler de la même façon. Prise entre deux murs, incertaine s’il voulait qu’on reste dans nos habitudes, ou si je pouvais lui parler de façon plus … émotive. « Tu viens toujours équiper, ça ne me surprend pas. » dis-je sur un ton doux. Je pris ensuite la garde, observant la lame, ne sachant pas comment ranger un tel truc … ni même la tenir, en fait. « J’ai la nette impression que tu n’arrêteras pas d’en revenir à l’entraînement que lorsque je finirais par accepter. J’me trompe? » Je ne lui disais pas qu’après avoir préféré vivre endolorie dans mon trauma personnel, que maintenant, toutes les émotions faisaient surface. Je ne me promenais plus hors du campement dans le seul but d’observer la flore, mais bien de dépenser l’énergie en trop. Comme si deux consciences s’affrontaient constamment. Je réussissais à cacher mes quelques bleus aux mains des regards curieux, et pour ceux qui demandaient, je prétextais une chute stupide ou un truc du genre.

Mon regard qui n’avait pas observé le ciel depuis quelques minutes déjà. N’ayant pas remarqué que la météo changeait, que les flocons se faisaient plus gros et plus présents. On devrait trouver une façon de s’abriter, au cas où une tempête s’annonce. Autrement, on finirait en glaçon, et ce n’est pas ce que j’avais prévu. Empoignant mon sac, je lui pointais un recoin plus reculé de la forêt. « Par-là, il y en a. J’aime bien m’y cacher, de temps à autre, quand je me promène dans les environs. » En marchant en direction des grottes, je me sentais étrangement plus confiante, maintenant que j’avais cette arme en main. Sans que je ne le lui dise, il saurait rapidement lire ma posture actuelle. Et je m’attends déjà à ce qu’il fasse référence à ça, ne serait-ce que pour apporter un argument de plus à la table.
(c) DΛNDELION
- Whatever it takes -
Chris Wilson
DATE D'INSCRIPTION : 01/11/2015 PSEUDO/PRENOM : Glacy MULTICOMPTES : Ezra MESSAGES : 3348 CELEBRITE : Brett Dalton COPYRIGHT : alcuna licenza. (avatar), frimelda (signature) METIER/APTITUDES : ancien militaire - maniement des armes - statège TRIBU/CAMP : odyssée POINTS GAGNES : 255

You can coax the cold right out of me [Rachris] Empty Re: You can coax the cold right out of me [Rachris]

le Mer 13 Mai 2020 - 12:43

You can coax the cold right out of me
Chris & Rachel

« we don't get to choose who we love »
Lame que je lui avais tendue. « Tu viens toujours équiper, ça ne me surprend pas. » Là dessus elle ne se trompait pas. Aimant contrôler ce qui se passait autour de moi. Etant préparé à tout événement. Mais la difficulté était que justement avec elle je ne contrôlais rien. Ayant cesser de tout contrôler depuis un bon moment désormais alors que j'étais tout simplement en roue libre. Ne contrôlant simplement plus rien. La raison qui m'avait déserté alors que je me trouvais là désormais. Et tentant de me focaliser sur la lame qu'elle tenait entre ses mains alors qu'elle reprenait la parole doucement. « J’ai la nette impression que tu n’arrêteras pas d’en revenir à l’entraînement que lorsque je finirais par accepter. J’me trompe? » Esquissant un petit sourire alors que l'instant d'après j'en venais à lui montrer comme tenir la lame, lui donner des explications efficaces. Premiers flocons de neige qui se déposaient sur sa main et sur la dague de la lame. Se reflétant comme dans un miroir. Eclat aiguisé. Lame affûtée qui était dirigée vers l'extérieur. Repositionnant ses doigts alors que je lui montrais les gestes doucement mais lentement pour lui expliquer comment tenir la garde, la lame. Lui laissant ensuite l'arme entre ses mains. Un entrainement qui pourrait être poursuivi après bien qu'elle savait aussi que je n'allais pas lâcher l'affaire. Ce sourire en coin qui disait tout.

Un même accord néanmoins que de se mettre à l'abri, de se protéger des flocons de neige qui continuaient de tomber à plus grande échelle. L'hiver là. Températures qui baissaient et cette préférence à suivre que de se mettre à couvert. De mémoire, il y en avait pas loin des grottes. Région qui en abritait. La forêt qui se dessinait autour des campements qu'il fallait en premier apprivoiser, qu'il fallait apprendre à mémoriser. Mais plusieurs années étaient passées depuis l'arrivée de chacun sur terre. Des environs explorées. Une trappe trouvée aussi dissimilant un vieux bunker. Repère pendant un temps. Des souvenirs. Mais le bunker qui n'était pas à côté à la différence des grottes. Ce qui me semblait. Ce dont je me rappelais et Rachel qui en savait peut être encore plus, bien qu'à deux nous pouvons finir par les trouver. « Par-là, il y en a. J’aime bien m’y cacher, de temps à autre, quand je me promène dans les environs. » Regardant l'endroit qu'elle m'avait désigné. Vers un recoin plus reculé de la forêt. Une chose positive que de savoir que des grottes se trouvaient dans le coin, qu'il serait possible de s'abriter prochainement pour éviter les flocons de neige qui continuaient de tomber sur le sol. Notant aussi ce qu'elle voulait dire par là, alors qu'elle indiquait s'y cacher, retrouvant sa solitude. Ne disant pas un mot, lui faisant juste signe de me montrer le chemin qu'elle connaissait. Ce que je faisais alors, suivant la direction qu'elle empruntait. Regard que je jetais sur le côté pour vérifier qu'il n'y avait rien. Prudent toujours. Pas qui suivaient les siens. Des empreintes de pas qui se dessinaient dans la neige. Duo se dirigeant en direction des grottes et y arrivant finalement. Grottes qu'il fallait connaitre pour apercevoir et savoir où elles se trouvaient. Toujours un peu méfiant car c'était aussi dans des grottes qu'il était possible de se retrouver piégés. Mais si elle était déjà venue, c'était qu'elles étaient inhabitées. Et ayant besoin aussi d'un endroit pour se réfugier, pour se trouver un abri de la neige. Ce qui ferait l'office et arrivant au seuil à me tenir presque debout. Regard jeté vers le fond. Grotte qui était petite. Plus une cavité qui permettait de s'abriter et de se protéger. Et visiblement personne à l'intérieur. Seuls. « Au moins, on sera à l'abri de la neige. » M'avançant de nouveau vers l'extérieur, jusqu'à l'entrée de la grotte. Mon regard qui se portait de nouveau en direction des arbres puis en direction du ciel d'où les flocons continuaient de tomber. « ... le temps que cela cesse. » Encore fallait-il espérer que les flocons de neige qui tombaient ne laissent pas la place à une tempête de neige ou un tourbillon de neige plus important. A l'abri en effet le temps que cela cesse et cela se passe. Flocons de neige qui tombaient que je continuais de regarder. C'était reposant.
(c) DΛNDELION
Rachel A. Gomez
DATE D'INSCRIPTION : 07/05/2018 PSEUDO/PRENOM : Dumbass*Angel MULTICOMPTES : non MESSAGES : 701 CELEBRITE : Chloe Bennet COPYRIGHT : Panda (avatar), hedgekey (signature) METIER/APTITUDES : cuistot, avec aptitudes en botanique et cuisine TRIBU/CAMP : Cents POINTS GAGNES : 120

You can coax the cold right out of me [Rachris] Empty Re: You can coax the cold right out of me [Rachris]

le Mar 16 Juin 2020 - 5:14

You can coax the cold right out of me
Chris & Rachel

« we don't get to choose who we love »
On pourrait toujours compter sur Chris pour être préparer à toute éventualité. Pensant logiquement, à vrai dire, alors qu’avoir une arme sur soi quand on se baladait en dehors de nos campements respectifs était indispensable. Une habitude qui me faisait totalement défaut, moi qui ne prenait avec moi que de quoi manger. Niveau survie, on repassera! Je ne mourrais pas de faim, certes, mais si on m’attaquait, je ne tiendrais pas le coup très longtemps. Une réalité qui me frappe en pleine figure, maintenant que mes pensées ne sont plus aussi ténébreuses. Un besoin de me redresser et de me reprendre en main qui ne passait pas que part le fait de socialiser avec les autres. Le progrès, il me sera flagrant lorsque j’aurais enfin accepté de bouger, de cesser mes enfantillages. Dans ce cas-ci, je sais bien que cela signifiait reprendre l’entraînement. Une étape horriblement difficile à franchir, ayant cette petite voix dans ma tête qui ne cesse de me répéter que je n’y arriverais pas. Le hic, c’est que je ne voulais pas froisser Chris. Il pensait bien faire, en me donnant sa lame, en me laissant comprendre qu’il était toujours prêt à me montrer comment me défendre et me battre. Une réponse négative que je ne prononçais pas, préférant faire plutôt appel au sarcasme. Mon petit commentaire eut le don de le faire sourire, avant qu’il ne vienne à me montrer comment tenir la lame et m’expliquer certaines choses. Notre concentration rivée sur la dague alors qu’au même moments, les premiers flocons de neige tombèrent. Mon regard qui se fixait sur l’éclat de la lame, preuve que celle-ci était bien aiguisée, donc très dangereuse entre mes mains. Bah quoi? Il suffirait d’un faux mouvement et elle pourrait blesser n’importe qui. Un manque de confiance qui s’imprègne dans ma peau, même si Chris essaie tant bien que mal de me montrer comment positionner mes doigts. Des gestes doux et lents, de quoi probablement me donner ne serait-ce qu’une pointe de curiosité. Bordel! Toujours ce petit sourire en coin, comme quoi il semblait savoir que je finirais par accepter de reprendre l’entraînement.


La neige qui tombait maintenant à plus grande échelle, nous poussa à trouver un abri. Il n’était pas recommandé de rester dans de telles températures trop longtemps, surtout en hiver. Mais je n’avais pas prévu cette météo … enfin … personne ne peut vraiment la prévoir. Je lui dis donc savoir où se trouvaient des grottes, ajoutant aimer m’y cacher de temps à autre. Je m’en voulais, d’avoir laisser ce genre d’information m’échapper. Allais-je continuer à l’inquiéter de la sorte? Mon état mental n’était pas encore parfait, mais j’avais fait du chemin. C’est ça qu’il devrait retenir. S’il m’imaginait fragile, je crois que je finirais par péter un plomb. Je fais du mieux que je peux pour affronter le ras-de-marée que sont mes émotions et mon passé, mais il n’est pas anormal que de temps à autre, je me retrouve avec un besoin de solitude, ne serait-ce que pour mieux réfléchir à la suite. Je me retins, cependant, d’ajouter quoi que ce soit à mes paroles. Cela sonnerait faux. Le silence, plutôt. Dans la grandeur de la forêt, sans que l’on se parle, les bruits de nos pas sur la neige résonnent. Nous arrivons sans trop de mal aux grottes en question, dont une que j’aime particulièrement. Certes, elle est petite, mais nous ne comptions pas rester ici toute la nuit, n’est-ce pas? Il ne s’agissait que de neige, tout cela s’arrêterait bientôt, pour nous donner le temps de retourner à nos campements respectifs. « On peut profiter de cet abri, justement, pour observer les flocons qui tombent. » Mes yeux se lèvent vers le ciel, avant de venir se poser sur le tapis. « C’est si blanc … et ça scintille, à la lumière. » J’adorais la sensation de froid que cela me procurait, quand je prenais une petite poignée dans ma main. « Tout ce qui me désole, c’est que ce tapis cache les plantes. Donc je peux pas aller explorer autant que je voudrais. » Ça me donnait une activité de moins à faire. Certes, je me promenais quand même. Le seul hic, c’est que je ne possédais pas les mêmes distractions habituelles.
(c) DΛNDELION
- Whatever it takes -
Chris Wilson
DATE D'INSCRIPTION : 01/11/2015 PSEUDO/PRENOM : Glacy MULTICOMPTES : Ezra MESSAGES : 3348 CELEBRITE : Brett Dalton COPYRIGHT : alcuna licenza. (avatar), frimelda (signature) METIER/APTITUDES : ancien militaire - maniement des armes - statège TRIBU/CAMP : odyssée POINTS GAGNES : 255

You can coax the cold right out of me [Rachris] Empty Re: You can coax the cold right out of me [Rachris]

le Mer 17 Juin 2020 - 9:58

You can coax the cold right out of me
Chris & Rachel

« we don't get to choose who we love »
Flocons de neige qui continuaient de tomber. Ces regards rivés en direction de l'extérieur. Ces regards rivés en direction de ces flocons de neige qui tombaient. La visibilité était bien moins certaine qu'auparavant, alors que les nuages plus grisés s’épaississaient. Peut être que la visibilité s'améliorerait mais pour le moment avec les flocons de neige qui continuaient de tomber, il était plus sûr de rester à l'intérieur. Evidemment, il serait toujours possible de se diriger à l'extérieur des grottes, il serait toujours possible de sortir à couvert. Mais sortir alors que les flocons de neige risquaient certainement plus de tomber signifiait risquait d'être trempé mais cela signifiait aussi que discuter serait plus compliqué. Le froid prendrait le dessus. La neige risquerait de tomber plus certainement. Il était sans aucun doute préférable de rester là en attendant ne serait-ce que pour discuter, avoir un toit sur les têtes comme dans les grottes. « On peut profiter de cet abri, justement, pour observer les flocons qui tombent. »  « On peut totalement faire cela ! » L'idée qui me convenait parfaitement. Rester là et regarder la neige qui tombait. Ne pensant pas à la conversation à venir pour le moment, laissant mon regard être attiré par ces flocons de neige. Tourbillon qui se formait dans le vide, dans le silence. Flocons de neige qui miroitaient et qui recouvraient  un tapis. Tout n'était que lumière et éclat de neige, scintillement. « C’est si blanc … et ça scintille, à la lumière. » « Si lumineux ! » En effet, tout le paysage se transformait. Le paysage était plus lumineux, agréable à regarder alors que la vision des flocons de neige était attirante et repose. Mais une vision aussi plus inquiétante si le ciel continuait de se couvrir, que les flocons de neige continuaient de tomber et de s'accumuler, empêchant toute voie de recours, toute voie de sortie. « Tout ce qui me désole, c’est que ce tapis cache les plantes. Donc je peux pas aller explorer autant que je voudrais. » « Tôt ou tard, la neige  disparaîtra. » Mais pour le moment, en effet tout est recouvert. Les plantes étaient recouvertes. La neige recouvrait tout, créant un tapis blanc. Un tapis qui n'était pas aussi moelleux mais qui empêchait pour le moment toute possibilité de débusquer de nouvelles plantes. Et alors quand la neige fonderait, il serait enfin possible de trouver de nouvelles plantes. Mais tout aussi, que la végétation se faisait plus rare, en l'espace de cette année, les animaux se faisaient aussi plus rares. Certaines se tapissant dans les terriers, attendant le retour du printemps ou du dégel. Le terrain d'exploration qui se transformait et changeait nécessairement à l'approche de l'hiver. Un paysage plus glacial, plus polaire mais là aussi agréable alors que le froid était revigorant, que le paysage était contrastant. Aussi agréable que terrifiant. L'hiver qui rappelait toujours de mauvais souvenir, des souvenirs plus violents de la mort de Robb mais aussi l'hiver qui apportait avec lui le repos, le renouveau. Sensation de douceur et d'apaisement qui pouvait être trouvée alors que la paix pouvait être trouvée, avec le temps. Comme les flocons de neige qui recouvraient le sol, faisaient disparaître les anciens éléments, les anciens souvenirs étaient aussi laissés de côté et abandonnés.

Neige que je continuais de contempler pendant un long moment, mais étant aussi pragmatique et réaliste. Sachant que nous n'étions pas là simplement à l'origine pour nous promener dans les bois, compter les flocons de neige. Cette rencontre avait un but. Et cette rencontre était aussi source de tension. Rien n'était dissimilé. Rien qui n'était caché. Une évidence partant de là que les enjeux étaient plus importants que ceux existants en ce moment, que ceux faisant référence aux flocons de neige. Le compte qui était moins important que la réelle conversation à venir, que celle pour laquelle j'étais là. Rompant donc le contact avec les flocons de neige et le paysage si lumineux pour reporter mon attention sur Rachel. Conscient que la minute d'après, la conversation allait être bien moins légère et beaucoup plus sérieuse. « Alors pourquoi tu voulais me voir ? » Ce qui était indiqué dans son message. Et plus précisément non seulement qu'elle voulait me voir, fixant un point de rendez-vous mais aussi qu'elle voulait discuter. « De quoi voulais-tu me parler ? » Mais un sujet de conversation donc j'avais bien plus idée, imaginant bien plus l'issue de la conversation à venir. Pourtant là. Etant venu.
(c) DΛNDELION
Rachel A. Gomez
DATE D'INSCRIPTION : 07/05/2018 PSEUDO/PRENOM : Dumbass*Angel MULTICOMPTES : non MESSAGES : 701 CELEBRITE : Chloe Bennet COPYRIGHT : Panda (avatar), hedgekey (signature) METIER/APTITUDES : cuistot, avec aptitudes en botanique et cuisine TRIBU/CAMP : Cents POINTS GAGNES : 120

You can coax the cold right out of me [Rachris] Empty Re: You can coax the cold right out of me [Rachris]

le Jeu 23 Juil 2020 - 17:16

You can coax the cold right out of me
Chris & Rachel

« we don't get to choose who we love »
Je n’avais plus cette habitude d’observer le paysage avec appréciation. Les effets secondaires de mon éloignement, de cette noirceur qui m’a habité pendant si longtemps. Maintenant que mon humeur change, que je prends du mieux, je sais admirer la nature à nouveau. C’est un peu comme avant, … sauf que bien de l’eau a coulé sous le pont depuis. La nature m’émerveille et me permet de reprendre contact avec ce moi d’autrefois, même si ce n’est qu’en petite partie pour le moment. Les flocons qui tombent du ciel, je me souviens adorer les regarder, accompagnée de mon frère. Lorsqu’on ne passait pas notre temps à aider au campement, on s’amusait dans la neige. Ça me manque, c’est sûr! Heureusement, l’amertume que je ressentais en resassant le passé n’est plus aussi présente qu’avant. Et encore moins quand la nature m’offre un si beau spectacle. Le petit hic, c’est que visiblement, la météo commençait à s’empirer. Si nous ne nous mettions pas à l’abri bientôt, on serait couvert par la neige, et on risquerait d’attraper froid. On opta donc pour les grottes, non loin, où nous pourrons quand même observer le spectacle en toute quiétude. L’idée nous conviant parfaitement, on partit à la recherche de l’entrée la plus proche. Une fois à l’intérieur, on admirait le ciel et les flocons. Tout comme moi Chris, Chris semblait apprécier les reflets de lumière qui illuminaient la neige. « Tout est un cycle. La neige qui tombe laissera place aux bourgeons. » Un nouveau début … enfin, c’est ce que j’espérais. Je voulais interpréter cela comme tel, ne serait-ce que pour me pousser dans la bonne direction. Autrement, je resterais cloîtrée dans la douleur et dans le froid que devint mon cœur, ces derniers temps. Le vide immense que la mort de mon frère a laissé derrière, celui qui perdura en mon être et qui me figea dans le temps. Ou pas. Il faut dire que je ne me reconnais plus tellement. Pas tant une évolution, mais plutôt une dégradation. Certaines manies ou traits de personnalité qui sont inexistants, mais qui me définissaient autrefois. Où est-ce que je peux retrouver l’ancienne Rachel? Je voudrais tant effacer l’angoisse et la tristesse de mon visage une bonne fois pour toute! La mélancolie devrait remplacée tout ça, question d’adoucir un peu la vie.

Nos regards fixés vers l’horizon, nous étions dans un silence presque total. Éviter la raison de sa venue ici, voilà mon but. J’avais du mal avec les mots, sentant que toute parole pourrait s’avérer être dévastatrice. Je portais encore le poids de mes révélations. Bordel, pourquoi est-ce que je suis venue chamboulée sa vie? Il devait déjà s’armer de beaucoup de patience rien que pour me pousser à guérir de ces plaies ouvertes, il a fallu en plus que je lui fasse des aveux sentimentaux? S’il choisit de rester avec Chiraz, je ne pourrais pas m’étonner. Elle lui offre certainement plus de stabilité que moi. Qui sait, peut-être me jugeait-il être encore la gamine d’autrefois. Alors pourquoi tu voulais me voir ? La question qui fait écho à mes craintes actuelles. Et c’est qu’il ne s’arrêta pas là, venant rajouter plus de précision dans sa demande. Je baissais la tête, sachant parfaitement que je lui devais des réponses. « Je … tu sais, on a pas besoin de parler de ça si tu préfères … » J’essayais de lancer mes dernières cartes, croyant qu’il voudrait peut-être ne pas discuter de ce sujet. Malheureusement, je sais bien que de fuir l’inévitable est inutile. « Est-ce que … est-ce que tu en as parlé à Chiraz? » J’avais le cœur gros rien qu’en prononçant son nom. Des voix faisaient écho, me traitant de voleuse et d’égoïste. « Si c’est le cas, qu’a-t-elle dis? N’épargne pas les mots, moi-même je me traite de bien des choses, à l’idée que je me sois immiscée dans votre vie. » Bah quoi? Ils s’aimaient parfaitement, et là, je suis arrivée, comme une bombe à retardement. Et Chris, lui, ne m’avait même pas injurié. Merde! Je ne le méritais vraiment pas. Il avait bien trop bon cœur, et la personne avec qui il devrait être ne pouvait avoir aussi mauvais fond que moi.
(c) DΛNDELION
- Whatever it takes -
Chris Wilson
DATE D'INSCRIPTION : 01/11/2015 PSEUDO/PRENOM : Glacy MULTICOMPTES : Ezra MESSAGES : 3348 CELEBRITE : Brett Dalton COPYRIGHT : alcuna licenza. (avatar), frimelda (signature) METIER/APTITUDES : ancien militaire - maniement des armes - statège TRIBU/CAMP : odyssée POINTS GAGNES : 255

You can coax the cold right out of me [Rachris] Empty Re: You can coax the cold right out of me [Rachris]

le Lun 3 Aoû 2020 - 18:37

You can coax the cold right out of me
Chris & Rachel

« we don't get to choose who we love »
« Je … tu sais, on a pas besoin de parler de ça si tu préfères … » « On peut... » Un peu mal à l'aise ou gêné. Ne sachant vraiment sur quel pied dansait alors que tout était encore confusion, que je ne savais exactement ce que je voulais. Mais si mon esprit était confus tout comme mon coeur, je me trouvais néanmoins là. Comme si nous avions déjà vu ce film avant. « Est-ce que … est-ce que tu en as parlé à Chiraz? » « Oui. » Un simple mot. Une simple confirmation. Cette fin qui ne présageait rien de bon. Ce sentiment de déjà vu. Lui ayant parlé. N'ayant compté faire autrement alors qu'après quelques jours, c'était la première chose que j'avais faite. Méritant de savoir la vérité. Méritant de savoir ce que je pensais. Méritant respect et méritant cette franchise. Cette franchise que nous nous étions toujours promis depuis le début même si elle n'avait rien de plaisante ni d'agréable. Une vérité bien plus agréable à entendre et appréhender lorsque nous nous étions deux inconnus l'un pour l'autre. C'était plus facile alors que de balancer des bombes, que de prononcer des mots crus, de se heurter à une vérité froide et implacable. Mais une fois que des liens étaient tissés, que la personne en face n'était plus une amie ou un voisin ou un colocataire, alors tout se compliquait. Il y avait cette affection. Il y avait cet amour. Il y avait ce désir de ne pas blesser l'autre. Il y avait ce désir de blesser ni l'une ni l'autre. Ayant su depuis le début que cela ne serait pas facile de lui annoncer la vérité, de lui révéler par la même occasion qu'aussi cruel que cela soit, cela risquait de tout changer. Il n'y avait rien de joli ni d'agréable à entendre pour elle. Il n'y avait rien d'agréable à voir son regard changeait et comprendre qu'elle avait déjà vu le film. Un film dont semblait avoir déjà vu la fin, et qu'elle ne paraissait pas avoir aimé. Cette blague qui n'avait rien de drôle. Elle savait déjà. Elle avait déjà deviné à vrai dire. Plus perspicace que je n'avais pu l'être. Lorsque j'étais aveugle, elle voyait aussi clairement que possible ce qui se passait. Des mots qui n'avaient fait que confirmer ce qu'elle pensait déjà, ce qu'elle soupçonnait déjà. Ce qui avait peut être plus violent que de voir qu'elle s'en doutait déjà, et qu'elle soupçonnait déjà ma réponse. Là où j'aurai cru qu'elle aurait crié, elle ne l'avait pas fait. Ce que j'aurai préféré. Peut être les cris et l'hystérie auraient été plus facile à gérer. Mais elle était différente, Chiraz. Se distinguant des conquêtes d'un soir. Elle était différente, tout comme l'était à sa manière Rachel. Et comprenant aussi que la jolie brune puisse vouloir savoir et appréhendait de loin la réaction de la jolie blonde dont elle avait dû se douter. Cet instinct féminin. « Si c’est le cas, qu’a-t-elle dis? N’épargne pas les mots, moi-même je me traite de bien des choses, à l’idée que je me sois immiscée dans votre vie. » Ne pouvant m'empêcher de sourire même si ce n'était ni plaisant à dire ni à avouer. Souriant peut être parce que là encore Chiraz s'était démarqué, ne réagissant ni comment moi ou la jeune femme aurait pu l'imaginer. « Elle s'en doutait déjà. Elle n'était pas surprise. C'était comme si elle savait déjà. » Ce qui semblait être le cas, qu'elle le savait déjà. « Vous en aviez parlé avant ? » Ce qui aurait pu être le cas, que Rachel en vienne à toucher deux mots à Chiraz mais en doutant tout aussi. « Elle n'a pas crié, elle ne t'as pas injurier, ou m'attaquer. Elle a réagi posément.. » Très posément même vu la nouvelle qu'elle avait appris. Paraissant le prendre plutôt bien d'un point de vue extérieur. « Elle voulait plus savoir ce que j'allais faire ou ce que je pensais... » Un point plus compliqué. Un sujet toujours compliqué. Les notes de tension qui s'étaient accrues depuis notre dernière conversation ou les sources de tension aussi. Mon coeur qui vacillait et qui penchait d'un côté mais aussi de l'autre. Car là était le problème, que je n'avais pas encore de réelle réponse, ni fait un réel choix encore. Egoïste alors qu'autant que mon coeur penchait vers Rachel et qu'une des voix me disait d'aller vers elle, l'autre me disait de rester auprès de Chiraz et de poursuivre ce chemin, main dans la main. Avec Rachel, c'était l'inconnu. Tout était imprévisible. Il y avait des sujets de discorde, il y avait des visions que nous ne partagions pas. Il y avait les ombres, il y avait la dépression. Mais il y avait aussi l'attirance, la passion et cette constante depuis le début, ce coeur qui battait un peu plus vite. Instinct protecteur et jaloux qui se réveillait. Et de l'autre côté, il y avait Chiraz. Un électrochoc. Le calme après la tempête alors qu'elle était toujours là, comme une ancre dans ma vie. Il y avait la vérité, il y avait cette vie construite, il y avait cette source d'apaisement sans complication et ce bonheur pure et simple. Autant différente le jour que la nuit. Et toutes deux qui avaient une place importante dans mon coeur. Regard qui se reposait sur la jeune femme alors que je reprenais la parole. « ... ce que je sais un peu moins... »
(c) DΛNDELION
Contenu sponsorisé

You can coax the cold right out of me [Rachris] Empty Re: You can coax the cold right out of me [Rachris]

Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum