Aller en bas
Accro des points
Ezra Aerys
DATE D'INSCRIPTION : 28/02/2016 PSEUDO/PRENOM : Glacy MULTICOMPTES : Chris Wilson MESSAGES : 3215 CELEBRITE : Jessica Parker Kennedy COPYRIGHT : doom days (avatar) - frimelda (signa) METIER/APTITUDES : esclave de Werowa▲ métier ingrat ▲ ancienne couturière, esclave domestique, prostituée, esclave domestique de Roan TRIBU/CAMP : Rahjak POINTS GAGNES : 393
Accro des points

A new world [Thémis] - Page 3 Empty Re: A new world [Thémis]

le Lun 3 Aoû 2020 - 20:58

   
A new world
Ezra & Thémis

   
« Si les anges volent, c'est parce qu'ils se prennent eux-mêmes à la légère. »
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]Il ne manquait que sa réaction. Il me restait à savoir ce qu'elle pensait de la robe plus spécifiquement. « Bien. C'est... doux ? » Le tissus qui l'était bien que plus épais que celui que je pouvais user pour coudre en temps normal. Ayant de loin une affinité avec les tissus plus léger, plus fin. Mais il était aussi certain qu'il était nécessaire de moduler les tissus face aux désirs des clients mais aussi face aux conditions météorologiques. Appréciant tout aussi manier les tissus, et ayant appris de ce fait à les assembler. De nouveaux styles qui pouvaient se dessiner lorsque les tissus étaient cousus les uns aux autres, assemblés et améliorés. Ayant besoin d'avoir son avis autant que je pouvais voir qu'elle avait besoin d'être rassurée. « Ça te paraît bien ? » « Oui. » Il n'y avait là nulle trace de mensonge. Il n'y avait là nul désir de chanter faux, de créer une illusion. Il n'y avait nul désir de l'escroquer. Si certains marchands étaient de cette trempe, opportunistes et profitant des plus crédules ou de la visite d'étrangers dans la cité pour s'enrichir, là n'était pas mon cas. A la recherche de la perfection. De ce fait, le mensonge ne m'aidait pas à accomplir le but recherché, à remplir mon objectif. Préférant l’honnêteté. Ne tentant pas alors de ravir mon ego ou de gagner des pièces d'or, sinon de mettre sa silhouette en valeur. Ce que j'espérai faire à juste titre. Espérant voir un sourire se dessinait sur ses lèvres.

Et une révélation qui ne savait tarder alors que la jeune femme aux cheveux bruns s'approchait de la source d'eau la plus proche, craquelée à cause du froid. Miroir presque brisé mais qui reflétait non moins à la perfection ses traits. Ne m'approchant pas le long de la berge pour venir me positionner à ses côtés. Ce moment n'appartenait qu'à elle. Préférant rester en retrait. L'observant à distance sans pouvoir entrevoir les réactions ou les expressions de son visage se transformaient. Restant à distance en faisant face à son dos, attenant simplement. Attendant de la voir pivoter sur ses talons et de qu'elle puisse profiter cet instant. Espérant que la vision rendue serait parfaite. Inspirée. Et lorsque la jeune femme pivotait doucement sur ses talons, elle parut plus que jamais née au coeur de la forêt. « C'est parfait. » Sourire qui se dessinait sur mon visage face à sa réponse. La réponse que j'attendais au fond de moi. La réponse qui me convainquait et suffisait pour me dire qu'il n'y avait pas besoin d'autre retouche. C'était parfait. Et le décor ne mettait que plus en valeur sa silhouette. Sublime dans cette robe aux tons verts.

Et soudain son visage qui se transformait. « Attends, j'ai oublié ! » Note de surprise cette fois-ci sur mon visage alors que je la regardais s'éloigner jusqu'à sa besace pour récupérer ce qu'elle avait voulu chercher. Certainement curieuse alors que je l'observais revenir dans ma direction. Me demandant ce qu'elle transportait et ce qu'elle voulait, d'autant qu'elle ne paraissait plus alors très à l'aise. Et craignant alors non pas que ce soit dû à la proximité de l'objet entre ses doigts si ce n'était de la robe. Une première source d'inquiétude puis une seconde alors qu'elle me tendait finalement l'objet qui se trouvait préalablement entre ses mains. Objet que je découvrais avec stupeur et un peu des traits enfantins. Le découvrant de sa protection pour l'observer avec un sourire sur le visage. Alors fascinée par le travail, par les couleurs qui rappelaient celles du ciel ou de l'océan. Un travail différent que celui rencontré dans la cité de feu. Une oeuvre bien différente de celle que j'avais l'habitude de réaliser. Plus originale. Et regard qui continuait d'être fixé en direction du cadeau qu'elle venait de faire. Car là était un cadeau. Touchée au fond de mon être alors que je reportais mon attention, en partie émue en direction de la jeune femme. « Pour te remercier. Le cuir c'est juste pour protéger. » « Chof. » Un mot qui avait à l'air bien plus d'importance. Et en faisant attention à ne pas briser le petit vase, j'en venais à tendre mon bras dans sa direction. Une alliance dessinée ou le début d'une longue amitié qui prenait forme.

(c) DΛNDELION
Thémis Gyllenstierna
DATE D'INSCRIPTION : 26/09/2019 PSEUDO/PRENOM : J/CapRaccoon MULTICOMPTES : Maori, Werowa, Lazuli MESSAGES : 120 CELEBRITE : Lulu Antariksa COPYRIGHT : endlesslove vava, drake signa, capraccoon icons&texts METIER/APTITUDES : Souffleuse de verre TRIBU/CAMP : Athna POINTS GAGNES : 49

A new world [Thémis] - Page 3 Empty Re: A new world [Thémis]

le Jeu 13 Aoû 2020 - 22:30
A new world
Angels speak to those who silence their minds long enough to hear Thémis & Ezra
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]Krasha a les yeux ébahis des petits enfants qui s'émerveillent devant ses verreries pour la première fois. C'est étonnant de voir une adulte réagir de la même manière que ces bambins. Il y a comme un fossé entre son visage et la lueur dans ses yeux, cette admiration pour les couleurs, les formes. L'admiration est d'autant plus forte qu'elle n'a aucune idée de comment elle s'y est prise, Thémis le parierait, en mettrait sa main à chauffer. Elle aussi, elle regardait les robes cousues, pendues aux portants de bois ou de fer, avec cette même admiration, avant. Avant de voir Krasha se transformer en couturière, transformer ses doigts en agiles instruments, manier l'aiguille et la fil comme certains maniaient l'épée et la lance ; comme elle maniait la canne et le verre. Elles travaillaient le matériau, toutes les deux. Elles donnaient forme, implantaient cœur et mémoire dans leurs œuvres, devenues des morceaux de temps précieux. Des morceaux de leur temps, à elles, de leur temps de vie qu'elles matérialisaient sous forme de pantalons, de chemises, de robes, et de vases, de miroirs, de coupes. Des éclats, des fragments, des facettes et des mailles, une histoire, deux histoires, mille et une histoires. Des contes et des légendes, de simples souvenirs de senteur, d'ambiance, de sentiment. Du noir pour la mélancolie, du violet pour le soleil couchant, du jaune pour ce gâteau à l'arôme citron. Elles faisaient avec ce qu'elles maîtrisaient, les artisanes : elles ne sont pas artistes, mais pas loin. Le tissu devient leur partition, le verre en fusion leur mélodie. Au lieu de taper sur les lames du xylophone, elle glisse une aiguille sur du textile. Au lieu de souffler dans une flûte traversière, elle le fait dans une canne de verrier. Ses doigts courent sur le cylindre, descendent près du verre et remontent vers ses lèvres, légers et rapides. L'aiguille vole sur le tissu, pique et creuse et pointe et ressort et trace son chemin. Des lignes qui s'entrecroisent et forment des constellations, tandis que sur le verre des couleurs coulent et forment des filaments. Une dizaine de pas qui parcourent des sentiers minuscules, passagers sans but, errances au gré du hasard. Et quand les traits s'évasent, c'est comme une trace de luge dans la neige, quand ils prennent leur plateau en bois et dévalent le flanc de la montagne au début de l'hiver. Derrière eux ils laissent de longues traînées qui sont ou creusées par les suivants ou remplies par les flocons. Les rires s'envolent dans l'air, éclatent, quelquefois le bois aussi quand ils loupent un virage et heurtent un arbre. Les os, c'est plus rare, ils ont le saut de chamois instinctif ; juste avant l'impact, une poussée des jarrets et ils font autruche dans la neige. Tête la première et fesses en l'air, mais au moins ils n'ont pas fini en purée. Les accidents de luge sont rares ; les accidents tout courts sont rares. Dans la neige ils glissent et plantent leurs pieds, le plus dur c'est de remonter : c'est d'abord la pointe du pied, pour prendre appui et ne pas partir en arrière. Sinon c'est roulé-boulé les fesses en premier, et tout de suite c'est effrayant, ils n'ont toujours pas d'yeux derrière la tête. Il ne faut pas être en fin de cordée dans ces cas-là. Certains s'aident, s'empoignent par les mains ou par les avant-bras et se tirent. Le sommet n'est pas l'objectif, avec ses nuages gris et ses bords crénelés, c'est l'ouverture sombre dans la poudreuse immaculée, gueule d'ombre à défaut de gueule d'ange. Elle est loin quand même, mais les rires continuent de fuser sur toute la remontée, et encore dans les rues. La nuit tombe, et dans la montagne l'hiver elle tombe vite, ce sont les lumières qui percent de sous les volets et les portes qui éclairent par intervalles le groupe de jeunes. Peu à peu ils se séparent dans le village, les portes s'ouvrent et la lumière envahit la rue, se mêle à celle du couchant réverbérée par les nuages, puis se referment pour la nuit. Les plateaux de bois sont abandonnés devant les maisons, et la neige qui tombe toujours les recouvre peu à peu de sa myriade de flocons laineux. Thémis avec son boitillement finit la route seule, pousse la porte de sa maison et retrouve Sinead au chaud, avec un grand sourire aux lèvres, de surprise et de joie, elle ne s'attendait pas à ce qu'elle soit déjà rentrée. Elle se pend à son cou et à ses lèvres, après avoir été mouillée par la neige, les chaleurs de la cheminée et de son corps la réchauffent. « Tu es rentrée... ». Désormais elle pourra l'accueillir avec sa belle robe, et Krasha pourra épater la galerie avec sa verrerie. Du moins Thémis se plaît à le croire. Avec un sourire doux, innocent, rêveur, la souffleuse de verre entoura l'avant-bras de Krasha de ses phalanges heureuses.[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

code by FRIMELDA
Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum