-39%
Le deal à ne pas rater :
Prix cassé sur le Smartphone Samsung Galaxy Note 10
479 € 779 €
Voir le deal

Aller en bas
- Whatever it takes -
Chris Wilson
DATE D'INSCRIPTION : 01/11/2015 PSEUDO/PRENOM : Glacy MULTICOMPTES : Ezra MESSAGES : 3376 CELEBRITE : Brett Dalton COPYRIGHT : alcuna licenza. (avatar), frimelda (signature) METIER/APTITUDES : ancien militaire - maniement des armes - statège TRIBU/CAMP : odyssée POINTS GAGNES : 128

Catching fire [Alex] Empty Catching fire [Alex]

le Ven 10 Jan - 21:48

   
Catching fire.
Chris & Alex

   
« We are the rebellion. If we burn, you burn with us. »
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]Il y avait des lendemains des fêtes qui étaient toujours plus compliqués que d'autres. Il y avait des lendemains de fêtes qui se faisaient ressentir particulièrement violents. Mais pourtant chaque dose de douleur perçue en valait la peine, ne serait-ce pour ajouter un peu de fun et de piment à des soirées parfois trop obscurs. Des fêtes qui s'improvisaient plus ou moins discrètement. En dépit des règles et de l'aspect purement rigide rendue par le vaisseau métallique, par ses arcades grisonnantes et par les conseillers, il restait possible de s'amuser et de faire de la fête. Surprenant pour certains mais tout les moments restaient les bons. Chaque escapade était la bienvenue pour échapper à son quotidien, pour oublier pendant quelques instants les règles, les rations alimentaires à suivre, tous les ordres donnés pour permettre d'assurer notre survie dans l'espace. Terre oubliée laissée en proie à l’apocalypse. Planète qu'il était pourtant possible encore d'entrevoir. Tentative pour imaginer ce qu'il restait de cette planète qui avait connu la guerre et la désolation. Des baies vitrées qui offraient une vision sur la voûte céleste, sur l'immensité du ciel. Décor nocturne qui devenait celui des fêtes improvisées, se poursuivant dans les logis de chacun ou dans les couloirs. Il y avait eu les fous rires, il y avait eu les rires et les sourires. Il y avait eu les éclats de la musique, miracle de la technologie bienvenue. Des bouffées d'oxygène absorbées. Des moments de pure plaisir où chacun profitait de la vie. Cet esprit fêtard toujours là, en dépit des années qui commençaient à défiler. Epoque qui restait celle du bon temps.

Un cru peut être plus appréciable en bouteille que le lendemain. Lendemain particulièrement violent. Des voix un peu trop fortes mais surtout un entraînement physique qui était synonyme de torture. Ou peut être que ce n'était pas tant l'entraînement qui était l'étape la plus difficile, la plus délicate que les combats au corps à corps qui s'en étaient suivis entre les membres de la formation militaire. Un combat au corps à corps auquel j'avais tendance à exceller. Appréciant de sentir l'adrénaline dans mes veines, ce frissonnement avant de passer à l'attaquer. Car en dépit de ces règles que je trouvais trop rigide c'était bien vers le corps militaire que je m'étais tourné. Non pas que cela avait rendu le paternel plus fier, ou cela l'avait fait sourire. Rappel intempestif de bon matin que le temps n'était pas la fête et jérémiades très vites laissés de côté alors que je m'étais rapidement échappée. Au moins là-bas dans la salle d'entraînement je n'avais pas besoin de sentir son regard par-dessus mon épaule. Terrain d'entraînement qui était devenue un refuge alors que toute la frustration, la colère se transformait en énergie que je canalisais. L'alternative pour éviter de devenir fou furieux. Permettant d'éviter les regards froids, les rappels à l'ordre, les cloisonnements militaires si ce n'était parfois les coups. Sermon paternel qu'évité uniquement parce qu'il avait vu d'autres soldats passaient, qu'il avait aussitôt serré les dents, bomber le torse pour donner l'impression d'être le père exemplaire. Lui comme moi savons que ce n'était pas le cas. N'ayant jamais pardonné. La rancoeur restée des deux côtés. La haine qui avait été affûtée. Les braises qui ne s'éteignaient jamais. Un feu qui continuait de brûler dans la nuit, qui continuerait sans doute de brûler bien longtemps.

Mais alors que l'esprit restait perdu dans les limbes, emprisonné dans un brouillard sans nom, tout ceci était oublié alors que le corps en prenait un nouveau coup. Morsure physique différente alors que mon dos claquait contre le tapis d'entraînement. Poussant un grognement alors que j'étais immobilisé sur le sol. Vaincu. Et le glas qui sonnait alors que l'entraînement touchait à sa fin. Restant un instant là sur le sol à apprécier la morsure soudaine aussi du froid, du silence alors que les échos des pas des autres s'éloignaient. Un silence qui était le bienvenue. Mais pourtant quelques instants plus tard, je n'en venais pas moins à me relever. Suivant ce même mouvement collectif qui avait conduit toute la troupe à se diriger vers les douches. Changé rapidement. Tête que je penchais pour attraper mon sac avant de me redresser. Si mon esprit ne me dictait que de retourner retrouver les bras de Morphée, la journée n'était pas encore terminée loin de là. Journée qui se poursuivait par une patrouille dans les couloirs, cette fois-ci non pas affecté à un poste fixe. Coéquipier que je devais encore retrouver.

Quelques instants plus tard, c'était les vestiaires que je quittais et bientôt il n'y avait que les échos des pas contre le sol. Des silhouettes croisées. Hochement de tête. Uniforme militaire qui détonnait toujours. Certains qui avaient toujours la volonté de se coller contre les murs, de s'écarter dès que des gardes qui passaient. Poings qui se fermaient alors que l'idée que ces gens en viennent à s'écraser même sur le simple passage des gardes dont je faisais partie me révoltait. La loi était la loi, mais cela ne voulait pas dire qu'elle était juste. Regard qui se dirigeait vers une silhouette plus fine d'enfant, plus squelettique qui disparaissait dans l'ombre. Car non, dans cette partie du vaisseau métallique tout n'était pas beau ni rose. N'étant né du bon côté de la barrière ou dans l'aile la plus luxueuse alors que de ce côté-ci la misère et l'injustice étaient aussi monnaie courante. Garde mais autant rebelle, et ne pouvant que fermer les yeux à plusieurs reprises. Yeux que je fermerai de nouveau quelques instants plus tard sans me douter encore pour le moment. Pour le moment c'était un nouveau dédale qui était emprunté. Et soudain c'était un groupe de jeunes tout assemblé que je repérai. Inconscient alors qu'ils en venaient visiblement à tenter de dessiner des symboles ou écrire quelque chose sur la paroi métallique, risquant d'encourir une sanction pour dégradation des biens. Imbéciles pour ne pas être discrets. Mais aussitôt repérée que les premiers s'enfuyaient rapidement en riant, en criant alors que je me rapprochais de la scène de crime.
(c) DΛNDELION
Invité
Invité
Anonymous

Catching fire [Alex] Empty Re: Catching fire [Alex]

le Lun 13 Jan - 20:52

Alex n'était pas d'accord. Pour elle, ce n'était pas ici mais bien dans l'aile Phénix qu'il fallait dessiner. Mais les autres trouvaient ça trop risqué. Elle avait la belle vie, sa mère était militaire et elle vivait là-bas. Ce n'était pas le cas de tout le monde. Aussi comprit-elle, ravalant ses arguments. Ils étaient là pour s'amuser, pas pour militer après tout. Même si déjà, les clivages divers entre les populations de l'Arche la révoltaient. Regardant Jeremiah distribuer des craies, elle attrapa la sienne, d'un bleu océan. Du moins le supposait-elle. Elle en avait vu en image, dans de vieux livres, et s'était toujours dit que ce serait la première chose qu'elle ferait. Vous savez, si un jour ils redescendaient sur Terre. Mais ce n'était visiblement pas prêt d'arriver, préférant graviter tout autour tel un satellite. Elle reçut un petit coup d'épaule de Cal', le gamin lui souriant avant de se remettre à crayonner le mur de vert. Elle avait le don d'être dans la Lune, parfois, chose assez paradoxale dans l'espace. Mais en tant que tête brûlée du groupe, elle ne laissa pas faire. Lui rendant son coup d'épaule, un peu plus fort de façon à le faire chanceler, elle s'approcha du mur, un sourire déterminé accroché au bout des lèvres. Qu'allait être dessiner ? Qu'allait-elle écrire ? Elle n'était pas très artistique, mais elle était loin d'être bête. Et tel un petit power ranger rouge, son tempérament de feu guida sa main, la faisant tracer fébrilement les premiers contours, crayonner les premières formes, déployer les premières ailes. Finalement, les lettres suivirent, s'inscrivant au-dessous de la tête de ce qui semblait ressembler à un phénix. A-M-O-R.. un cri retentit, la faisant sursauter. « Attention !! Les gardes ! » s'écria un des gamins, pointant du doigt le bout du couloir. Suivant tous le doigt, ils bondirent ni une ni deux sur leurs pattes. « Mission avortée ! Je répète : Mission avortée ! » chanta fébrilement l'un des garçons, rapprochant ses mains de sa bouche pour amplifier le son. Tous fuyaient, sauf Alex. Amor, ça ne voulait rien dire. Il fallait qu'elle termine. La voyant derrière, Jeremiah et Calvin se stoppèrent. Le dernier vint l'attraper par le coude, la tirant alors qu'elle finissait sa dernière lettre, la faisant donner un coup vers le haut en se redressant. T. Voilà la dernière lettre. A Mort, était inscrit en rouge, une barre de craie reliant la dernière lettre au cou du phénix, le coupant. Le message était explicite. Se dégageant de l'étreinte, elle suivit son ami, se mettant à courir derrière les autres. Ils pouvaient entendre les pas des gardes sur leurs talons, leur criant de s'arrêter. Échangeant un regard, les deux compères se demandèrent. Prêt ? Prêt ! Et d'un seul coup, ils bifurquèrent, prenant chacun une direction différente. Deux de leurs amis avaient continué tout droit, tandis que Calvin avait pris à droite, et Alex à gauche. A voir qui les gardes choisiraient de traquer. Et l'un d'entre eux, elle le connaissait bien pour avoir souvent eu déjà affaire à lui. Détalant à travers couloir, prenant tantôt à gauche, à droite, elle risqua un petit regard par-dessus son épaule. C'était lui. Chris. Un sourire vint étirer son visage alors que la main du jeune garde manqua de se refermer fermement sur son épaule. Mais elle s'accroupit subitement, le faisant faire un joli culbuto en avant, pour mieux repartir dans l'autre sens. Le souffle court, le cœur à dix mille, elle lui lança pourtant, moqueuse : « Alors on tente la gym ? T'es pas assez souple déso ! » Sale gosse.


Dernière édition par Sykløn Overlevende le Mar 21 Jan - 23:00, édité 2 fois
- Whatever it takes -
Chris Wilson
DATE D'INSCRIPTION : 01/11/2015 PSEUDO/PRENOM : Glacy MULTICOMPTES : Ezra MESSAGES : 3376 CELEBRITE : Brett Dalton COPYRIGHT : alcuna licenza. (avatar), frimelda (signature) METIER/APTITUDES : ancien militaire - maniement des armes - statège TRIBU/CAMP : odyssée POINTS GAGNES : 128

Catching fire [Alex] Empty Re: Catching fire [Alex]

le Lun 13 Jan - 21:53

   
Catching fire.
Chris & Alex

   
« We are the rebellion. If we burn, you burn with us. »
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]Autres gardes repérés auquel je faisais signe à mon tour. Si j'aurai pensé leur éviter de se faire prendre en fuite, c'était trop tard alors que ces derniers venaient d'apparaître dans le couloir, avaient repéré aussi les jeunes. Et une en particulier que je reconnaissais que trop bien. N'ayant toutefois le temps d'admirer les graffitis sur le mur, pas réellement. Néanmoins, mon regard était attiré par cet oiseau dessinée sur les murs de la paroi du vaisseau. Phénix ou mockingjay qui déployait ses ailes. Renaissant des flammes pour s'envoler. Des courbes magnifiques et cet effet surnaturel alors que le regard ne pouvait être attiré par ce symbole révolutionnaire. Mais le regard perçant de l'oeil aiguisé il ne pouvait pas seulement être captivé par le dessin gravé dans les flammes si ce n'est par les mots gravés au-dessus. Sans doute aura-il été possible de faire abstraction du dessin, de fermer les yeux face à la beauté de l'art mais il était tout aussi certain que l'inscription "A mort" n'invitait pas à fermer les yeux. Non, loin de là. Inscription qui n'invitait pas à fermer les yeux et qui malencontreusement venait faire tâche. Bien entendu elle avait eut envie de s'acharner, voulut terminer de gribouiller contre les murs et évidemment dans la précipitation, entraîné par son ami, le dernier trait réalisé avait été raté. Dernière courbe du T qui se poursuivait pour couper la tête du phénix. Ce n'était plus de l'art, ce n'était plus un symbole de révolution. Ce n'était plus qu'un avis de mise à mort. Une tête mise à prix. Une somme d'argent inscrite en-dessous de la photo. Une somme d'argent à remporter pour le vainqueur dans un monde où le cowboy serait jugé sur son destrier, prêt à défendre la veuve et orphelin. Mais ici il n'y avait nulle récompense pécuniaire, par au sein du vaisseau métallique. Ce qui pouvait être espéré au mieux c'était des compliments dans l'espoir par la suite de continuer à se faire remarquer, à voir l'étoile briller et monter les échelons. Ce qui arrivait le plus souvent c'était que les mêmes truands ou jeunes pour l'occasion se fassent sanctionner au mieux, rappeler à l'ordre et dans le pire cas, ce serait l'obscurité qu'ils trouveraient. Porte de cellule se fermant derrière eux.

Et course poursuite qui n'attendaient pas. Un regard avant que chacun des gardes présent se mettent à se lancer sur les traces du fuyard. Suivi de près par un autre garde que je connaissais rapidement alors que je m'élançais dans la direction de la silhouette aux cheveux bruns. Des couloirs que je connaissais par coeur comme eux. L'adrénaline qui commençait à courir de nouveau dans les veines, comme pendant l'entraînement. Dans ces instants que je regrettais un peu plus d'avoir fait la fête hier bien que l'entraînement ayant précédé la fuite m'avait permis de reprendre mes esprits, de m'habituer à reprendre mon souffle, de reprendre le contrôle. Contrôle qui était repris alors que j'accélérai l'allure. Juste devant. Un signe et les deux silhouettes se divisaient pour emprunter des chemins différents. Diviser pour mieux régner. Ne m'arrêtant pas alors que sans jeter un coup d'oeil pour la silhouette masculine, je continuais de m'élancer derrière la silhouette féminine. Personnes croisées qui s'écartaient tout aussitôt ou auquel je leur criais de se pousser alors que j'accélérais le pas. Angle d'un couloir pris rapidement. Les battements du coeur qui s'étaient accélérés. Toute proche. Main presque prête à se refermer sur elle quand soudain la jeune femme se penchais et ne pouvant que passer au-dessus d'elle. Alors qu'elle s'apprêtait à repartir, je réussissais à rouler rapidement sur le sol. Choc auparavant amorti sur le terrain de l'entraînement, non pas que j'avais encore été plus prêt. Détestant me manger le sol. Détestant le sentiment et la rage qui redoublait face à ces mots lancés. « Alors on tente la gym ? T'es pas assez souple déso ! » Si je n'avais pas eu envie en particulier de les sanctionner, désormais le désir de la recadrer un peu était née. Un peu rancunier ou appréciant encore plus moyennement les chutes en vue de mon état précédemment fêtard de la veille. Et si je ne pouvais pester contre moi-même, je n'en venais que de nouveau à redoubler d'effort. Mais changeant de direction alors que me doutant qu'elle ne pouvait que se diriger vers cet endroit, cette issue pensant que j'étais à sa suite, je prenais un chemin plus court. L'avantage de connaître ses recoins par coeur, d'avoir été dans toute direction en compagnie de Robb, de [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien], de la bande. Couloirs qui étaient un domaine de jeu que je connaissais par coeur à sa différence et alors qu'elle s'apprêtait à bifurquer, mon bras interrompait sa course violemment. Comme un fil tendu non pas pour  la faire basculer au niveau du sol, s'en prenant à ses jambes alors que plus violemment mon bras s'était tendu au niveau de son tronc principal, ne pouvant que la forcer à se plier en deux sous l'impact du choc. Vengeance. « Hey Alex ! » Mains qui se refermaient sur elle avec certaine force pour l'empêcher de s'échapper. L'obligeant à rester tranquille alors qu'elle m'avait un peu mise de mauvaise humeur. « Alors tu donnes dans le graffiti maintenant ?! » Pointe de sarcasme autant ressenti. Elle aurait dû trouver un autre jour pour embêter Zorro.
(c) DΛNDELION
Invité
Invité
Anonymous

Catching fire [Alex] Empty Re: Catching fire [Alex]

le Lun 13 Jan - 22:24

Elle fatiguait. Mais elle ne voulait pas l'admettre. Narguant le jeune garde, son esprit cogite, réfléchissant à toute allure. Elle connait bien ces couloirs, pour les avoir presque tous parcourus - qu'elle en ai ou non le droit, d'ailleurs. Là. Elle sait. Si elle se dépêche, elle pourra peut-être l'atteindre avant lui, mais il fallait qu'elle accélère. Ses jambes fatiguées forcèrent alors un peu plus le pas, alors qu'elle tentait d'ignorer ce point de côté naissant. Elle ne devait pas se faire prendre. Entendant les pas s'éloigner, elle ne risqua cette fois pas de regard en arrière, ne voulant pas ralentir la cadence par peur. Plus que trois tournants. Deux. Un. « Ughhh !! » étouffa-t-elle. Un choc violent lui coupa le souffle, la cassant en deux au niveau de l'abdomen. Elle s'écroula. Chris. Fais chier. Gémissant à terre, ouvrant tout de même un œil malgré la douleur, elle se tenait le ventre. Peut-être aurait-elle dû s'abstenir de le provoquer. Une fois de plus, elle en payait le prix cash. Et si elle ne se faisait pas toujours attraper, cette fois, c'était un échec cuisant. Le visage rouge, haletante, elle se sentie soulever dans les airs, l'homme l'attrapant par les épaules, la redressant. « Alors tu donnes dans le graffiti maintenant ?! » se moqua-t-il. La brune lui lança un regard meurtrier, bien représentatif de ses pensées actuelles. C'était fini. Game Over. Tout s'était passé si vite. Et soudain, elle pris conscience de ses erreurs. De sa bêtise. Ton audace te perdra, avait souvent répété sa mère. Et si c'était un peu vrai, un autre mot se cachait derrière. Son arrogance, aussi, l'avait mise dans le pétrin.

Elle n'avait jamais vu la mort si proche. Elle avait toujours fait des bêtises, plus ou moins graves, mais ne s'était jamais autant engagée auparavant. Autant dévoilé ses pensées. A Mort Phénix. C'était grave. Très grave. Et son cœur continuait de tambouriner dans sa poitrine, faisant battre le sang à ses tempes. Allait-elle vraiment être envoyée en prison ? Allait-elle vraiment moisir dans une cellule, toute seule, jusqu'à ce qu'on vienne la chercher pour la jeter dans l'espace. Oh, elle savait bien ce qui arrivait aux gens jetés dans l'espace. Elle avait déjà lu sur ça, bien qu'elle ait évité de trop le souffler à ses amis. Peut-être aurait-elle du. Elle pria alors intérieurement pour qu'ils ne se soient pas fait attraper, eux aussi. Plantant son regard dans celui de Chris, elle prit sa décision en un battement de cils. « Tout est ma faute. » lui dit-elle dans un souffle, la respiration encore saccadée. Le regardant avec insistance, tentant de lui faire comprendre, elle répéta : « Tout est de ma faute. Les craies, c'est moi. L'idée, c'est aussi moi. Les dessins, les inscriptions.. tout est de moi. Ils n'ont fait que regarder, m'ont dit d'arrêter mais je n'ai pas écouté. » Elle ne savait pas si elle mentait bien. Était-il assez stupide pour la croire, ou assez gentil pour faire semblant ? Elle espérait l'une des deux options possible. Au moins, eux ne seraient pas condamnés, même s'ils se faisaient attraper. Où étaient-ils ? Ils auraient dû accorder leurs violons, au cas où. L'angoisse devait maintenant se lire dans ses yeux. Elle avait peur pour eux. Elle avait peur pour elle. « Je.. » souffla-t-elle. Se ressaisissant, ravalant les larmes qui commençaient à monter dans sa gorge, elle se refusait de craquer. Fronçant les sourcils, s'armant de ses derniers mots de petite dure à cuire, elle lui demanda calmement : « J'ai lu qu'un humain meurt en moins de 20 secondes dans l'espace, toutes les molécules d'air quittant son corps...tu penses que c'est douloureux ? » Elle était morte de peur. Curieuse, d'une part..mais terrifiée à l'idée que cela puisse arriver.


Dernière édition par Sykløn Overlevende le Mar 21 Jan - 23:01, édité 1 fois
- Whatever it takes -
Chris Wilson
DATE D'INSCRIPTION : 01/11/2015 PSEUDO/PRENOM : Glacy MULTICOMPTES : Ezra MESSAGES : 3376 CELEBRITE : Brett Dalton COPYRIGHT : alcuna licenza. (avatar), frimelda (signature) METIER/APTITUDES : ancien militaire - maniement des armes - statège TRIBU/CAMP : odyssée POINTS GAGNES : 128

Catching fire [Alex] Empty Re: Catching fire [Alex]

le Dim 19 Jan - 16:27

   
Catching fire.
Chris & Alex

   
« We are the rebellion. If we burn, you burn with us. »
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]Explications recherchées alors que je reprenais la parole, un peu plus avec cette note de sarcasme, d'arrogance. « Tu t'es prise pour Katniss Everdeen ?! » Ne pouvant que faire référence aux films. Le symbole du mockingjay. Les prémices d'une révolution contre le capitole. L'avantage d'être au coeur du vaisseau métallique. L'avantage de pouvoir accéder à toute cette technologie. Il suffisait de tendre les bras. Chacun qui pouvait s'amuser avec une tablette numérique. Encore plus précieux étaient les chargeurs. Encore plus précieux était le petit écran qui permettait à chacun d'accéder à toutes les archives numérisées. Si nombre d'objets avaient disparu, certains avaient été transférées dans ce grand nuage numérique flottant au-dessus de nos têtes. Une passion pour les informaticiens, pour les génies. Un plaisir tout autant de pouvoir se plonger dans un autre monde, ou pouvoir regarder des films. Les films d'action que les plus bienvenues. Et j'étais quasiment certain en repensant au symbole qu'elle avait gravé sur les murs de l'arche que le symbole provenait de là, de ces films. Peut être qu'elle avait simplement vu trop de films. Sans aucun doute qu'elle et les jeunes avez-voulu faire passer le temps. Et peut être que les dessins ou les graffitis auraient pu faire sourire si des mots n'avaient pas été inscrits aux côtés du symbole, criant à mort. Rendant tout de suite le symbole bien moins poétique, bien moins artistique, bien moins appréciable.

Regard acéré posé sur la jeune femme aux cheveux bruns qui était courbée vers l'avant. La respiration saccadée. Souffle qu'elle devait reprendre alors que le coup porté l'avait arrêté net dans sa course. Son visage rouge encore halentant. Peut être que j'aurai pu ressentir des remords ou de la compassion en la voyant se tordre au sol et tenter de se relever péniblement mais n'ayant pas encore digéré la chute précédente. Des explications qui devaient encore être demandées. Explications que j'attendais désormais alors qu'elle prenait finalement la parole dans un souffle. « Tout est ma faute. » Des mots hachés alors que je continuais de l'observer. Un masque. Un masque qui n'était pas tombé. Une expression indéchiffrable alors que je l'observais. Ne pouvant rien traduire. Ne pouvant rien tirer de ce visage. Ne sachant alors rien de ce que je ressentais. Comme si elle se retrouvait face à un mur, prête à être fusillée. Comme si elle se retrouvait face au masque du bourreau cagoulé qui allait quelques secondes après lui passer la corde au cou. Corde du pendu auprès duquel elle pouvait se balancer. Alors là étaient ces derniers mots. Ou sans doute était-ce le sentiment qu'elle devait avoir. Le sentiment de vivre ces derniers instants avant que le glas ne sonne, avant que la lame ne tombe. Rideau de fer. « Tout est de ma faute. Les craies, c'est moi. L'idée, c'est aussi moi. Les dessins, les inscriptions.. tout est de moi. Ils n'ont fait que regarder, m'ont dit d'arrêter mais je n'ai pas écouté. » Continuant de l'observer lentement. Me demandant si elle pensait réellement qu'une étiquette collée de naïf ou de pigeon était collé à mon front. Pouvant comprendre que je ne donnais pas avant forcément l'expression d'être le plus réveillé des gardes mais dans la course les derniers brumes liée à une ivresse euphorique s'étaient dissipées. Alors en pleine possession de mes moyens. Mais doutant qu'elle soit elle-même assez stupide pour pouvoir considérer que j'étais naïf au point ou gentil au point de faire semblant. Elle comme moi qui savions qu'elle n'était pas le cerveau de la bande. Ils l'étaient sans aucunement tous, tous coupables d'avoir voulu réaliser des graffitis. Certes plus qu'eux, elle était coupable de s'être attardée un peu plus longtemps. Et il était certain qu'elle venait d'avouer une partie de la vérité. Ayant bien vu ses amis l'encourageaient à partir, tentaient de l'entraîner. Mais il avait fallut qu'elle insiste, qu'elle en vienne à s'attarder pour écrire les derniers mots. Des derniers mots déformés alors que sa main avait ripé. Mais ne la croyant pas pour autant entièrement. Quant à son arrestation soudaine, elle était la seule responsable de sa capture.

Son visage qui se craquelait. Son souffle qui se faisait plus court. « Je.. » Voyant ses yeux commençaient à briller un peu plus. Les premiers signes. Me demandant à quel point elle luttait pour retenir les larmes de couler le long de ses joues. Mais autant que son souffle était court, il y avait ce brasier qui continuait de brûler. Il y avait cette étincelle qui continuait de briller alors qu'elle se redressait un peu, reprenait la parole lentement. « J'ai lu qu'un humain meurt en moins de 20 secondes dans l'espace, toutes les molécules d'air quittant son corps...tu penses que c'est douloureux ? » « Non.. à cette vitesse, c'est trop rapide. Tu ne ressentiras rien. Ce qui serait plus douloureux... ce serait si tu te retrouvais en cellule....» Conscient que je jouais avec ses nerfs un peu plus. N'ayant jamais dit être gentil. « Tu veux toujours garder ta version des faits ? ou tu veux coopérer et me parler un peu plus de tes petits amis révolutionnaires ? »
(c) DΛNDELION
Invité
Invité
Anonymous

Catching fire [Alex] Empty Re: Catching fire [Alex]

le Jeu 5 Mar - 14:53

Alex n'avait jamais été le cerveau du groupe. Jeremiah l'était. Calvin lui, était le rigolo de la troupe. Et elle, se contentait de la mener, de dire si on se lançait dans une énième bêtise ou pas, et quand. Elle était la plus téméraire du groupe, celle qui leur donnait le courage - ou l'insouciance - de réaliser leurs conneries. Les autres, se contentaient de les soutenir. Ils était les cinq doigts de la main, aussi agiles et intrépides que s'ils avaient été dans un film d'action. C'était ses préférés, à Calvin, les films d'action. Parfois même, elle en montrait certains à Skye. Et lorsque le garde la qualifia de Katniss, elle ne mit pas longtemps avant de faire le rapprochement. Skye lui disait toujours qu'elle avait l'impression que c'étaient elles, Katniss et Primrose. Qu'elle aimerait qu'Alex l'emmène un jour, dans l'Arche, faire les 400 coups. Qu'elle voudrait être Katniss, elle aussi, un jour. Si elle savait. Elle deviendrait bien plus. Alex n'était pas très branchée films, mais celui-là, sa jeune protégée le lui bassinait souvent. Si le symbole était le même que celui de la révolution du film ? Là, il lui en demandait trop. Le phénix, c'était surtout le nom du plus beau quartier de l'Arche, celui dans lequel elle résidait, et pourtant celui qu'elle voudrait voir tomber. Jeremiah avait eut l'idée, qu'elle avait tout de suite approuvée. C'était ça, leur symbole. Pas un petit oiseau de pacotille. Piquée dans son égo, elle se garda bien de moufter, cependant. L'heure n'était pas à la vantardise, clairement. Et mieux valait qu'ils les pensent assez naïfs pour recopier un quelconque film plutôt que réfléchir à des symboles actuels. Peut-être leurs talents de dessinateurs étaient-ils vraiment mauvais. Elle n'avait jamais eu la patience de rester assise à sa table, préférant donner des coups de coude à ses camarades, leur voler des stylos pour faire des fléchettes avec ou encore envoyer des boulettes de papier via sarbacane. Autant dire qu'avec la rareté des ressources, Alex n'avait pas tenu longtemps en cours de dessin. Elle avait plutôt été exclue rapidement de l'activité. Une vraie pile électrique.

Alors que les larmes brillaient au fond de ses yeux verts, la gamine récitait ce qu'elle avait retenu. Si le dessin ne l'intéressait pas, elle avait cependant bonne mémoire. Des formes. Des mots. Des informations. Elle n'avait pas un sens de l'orientation très développé, mais pour ce qui était de la culture générale, elle en savait plus que la plupart des enfants de son âge. Excepté Jeremiah. Elle ignorait toujours comment il faisait pour absorber autant d'informations en si peu de temps. Elle l'enviait, lui qui arrivait à rester concentré super longtemps lorsqu'il lisait des bouquins. Elle, ne retenait que l'essentiel. Mais elle le retenait à vie. 20 secondes. C'est le temps approximatif qu'il faut à un humain éjecté pour s'éteindre, dans l'espace. Elle se remémore encore les détails qu'elle avait entendu de la bouche de son père, alors qu'elle le suivait, jouant à l'apprentie espionne. Elle avait un don pour traquer les gens, et avec ou sans sarbacane, elle adorait lancer des projectiles à distance, ayant une vue d'aigle à force d'entraînement. La bagarreuse du groupe. Et si Chris la refroidit instantanément de sa réponse, la faisant frémir d'effroi, elle ne pouvait s'empêcher de penser que la prison n'était pas si terrible. Enfermée, on avait toujours la chance de vivre, et peut-être de se racheter..n'est-ce pas ? Dehors... on avait 20 secondes. Peu de choses changent en ce laps de temps. Mais alors qu'il lui propose de revoir sa version des faits, la flamme revient dans les émeraudes, et la petite jappe : « J'ai dit la vérité ! » Elle est peut-être morte de peur, effrontée et a un sacré caractère de cochon. Mais il y a bien une chose qu'elle n'est pas : une balance. Elle ment, farouche, sachant très bien qu'il n'y croit pas une seconde. Mais elle avait foi en ses amis. Ils ne se feraient pas attraper. Et si c'était le cas, ils ne diraient rien. Comme elle. Se demander si l'inverse pouvait arriver, c'était déjà trahir en soi leur amitié. Et jamais Alex ne le ferait. L'honneur, même à son âge, ça comptait beaucoup. Son père avait trahi sa mère. De sa vie, jamais elle ne ferait la même erreur. Tenace, elle répète : « C'est ma faute. C'est moi qui ai dessiné le..geai. A cause du film. C'était pour rire. J'ai tout fait toute seule. » Et, les larmes se dissipant peu à peu, prenant son courage à deux mains, elle déglutit alors qu'elle s'apprêtait à le tenter. « Mets-moi en prison si tu veux. Je suis la seule fautive. » Et elle lui tend ses poignets, refusant d'en dire plus.
- Whatever it takes -
Chris Wilson
DATE D'INSCRIPTION : 01/11/2015 PSEUDO/PRENOM : Glacy MULTICOMPTES : Ezra MESSAGES : 3376 CELEBRITE : Brett Dalton COPYRIGHT : alcuna licenza. (avatar), frimelda (signature) METIER/APTITUDES : ancien militaire - maniement des armes - statège TRIBU/CAMP : odyssée POINTS GAGNES : 128

Catching fire [Alex] Empty Re: Catching fire [Alex]

le Lun 9 Mar - 21:38

   
Catching fire.
Chris & Alex

   
« We are the rebellion. If we burn, you burn with us. »
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] Frisson qui glissait le long de son dos, mais non haut comme quatre pommes pour ainsi dire, elle ne pouvait que japper de plus belle. Peut être que c'était toujours les plus petits qui criaient le plus, presque à s'époumoner les poumons alors que je me reculais. Note aiguë qui résonnait. Comme des notes de musique qui se répercutaient en écho dans le couloir désert du vaisseau métallique, flottant au coeur de la galaxie. Des sons encore trop aigus. Des sons qui résonnaient trop fortement au creux de ma tête, de mon esprit. Marteau qui frappait encore et encore. Echo qui se répercutait dans un bruit de sourd et qui n'avait rien d'enchanteur. La répercussion du son qui était plus faible que ce qu'elle n'avait été en début de matinée, mais restant persistante. Des bruits de voix jugés trop forts alors que j'aurai préféré de loin me complaire dans le silence, finir la matinée tranquillement voir espérer retrouver mon lit. Une autre fois alors que j'étais désormais pris au piège. Un froncement de sourcils bien que je tentais de ne rien transparaître, ni porter ma main à mon front. Un début de migraine qui feignait de venir pointer le bout de son nez. Début de migraine que je préférerai certainement de loin d'éviter, et avec les souvenirs de la soirée de la veille, il n'était certain que je n'étais pas dans mon stade le plus clément alors. « J'ai dit la vérité ! » « Essaye encore alors. Peut être que la seconde fois ce sera plus convainquant. » Une note de sarcasme. Une note de sarcasme et peut être un peu un fond de  froideur qui continuait de transparaître. N'ayant pas la patience pour les petits jeux comme ceux-là. Me demandant si elle était vraiment stupide au point de croire qu'il était écrit pigeon sur mon front. Lui donnant la chance pourtant de se montrer convaincante, de s'expliquer mais non elle s'entêtait. Obstination mal placée. « C'est ma faute. C'est moi qui ai dessiné le..geai. A cause du film. C'était pour rire. J'ai tout fait toute seule. » « Et tu t'es dit au passage que tu as laissé le dessiner en plus grand... histoire que tout le monde le voit ? » Faisant mine d'hocher la tête comme si j'étais convaincu. Il fallait reconnaitre qu'elle dessinait bien. Ayant certainement la fibre artistique, peut être même un talent qui n'avait jamais été exploité jusqu'au bout. « Le petit message sympathique que tu as commencé à taguer, c'était aussi pour le fun ? » Voix plus froide, plus sévère. Encore juste dessiner un oiseau, certes c'était de la dégradation des biens, mais si le dessin était bien réalisé, il n'y avait pas à mes yeux de quoi faire un foin, mais annoncer une mort prochaine, cela rendait le message tout de suite plus dramatique, moins charmant aux yeux des autres gardes.

« Mets-moi en prison si tu veux. Je suis la seule fautive. » Jamais vu de quelqu'un d'aussi entêtée bien qu'elle était visiblement terrorisée à l'idée de mourir dans la douleur. Il fallait lui reconnaitre qu'elle était loyale, ni une balance. Traits de caractère qu'admirable. Mais est-ce qu'il était judiciaire à sa place de s'entêter encore et encore, ne rien dire, c'était peut être une autre question. « Tu as l'air de vraiment de tenir à aller en prison... » Pourtant il n'y avait rien de charmant là-bas. Finir dans une cellule, c'était bien loin de la destination touristique de rêve. Aucune plage de sable fin, palmier, et océan aux couleurs émeraude. Aucune chaleur existante entre ces murs. L'isolement. Une porte de cellule se fermant. Sans aucun doute que des notes de musique étaient bien plus agréables à entendre que le grincement d'une porte de cellule se refermant. « Tu penses que tes amis seront aussi loyaux que toi ? aussi courageux ? » Question censée, curieuse de savoir si elle pensait qu'ils allaient aussi être loyaux, se dénoncer ou la dénoncer elle. N'ayant pas eu le temps de mettre un plan au point s'ils venaient à être attrapés. En voyant les gardes, ils n'avaient pu que se décider de fuir et si tous n'avaient pas été attrapés, d'autres pouvaient encore l'être. Il suffisait d'être rapide. Il suffisait de connaitre les coins du vaisseau métallique et la course pouvait commencer, prendre un autre tournant. Il suffisait d'une seconde pour qu'un soit pris. Me demandant s'ils avaient seulement pensé aux risques en se décidant à taguer ou s'ils étaient juste allés à suivre leur fibre artistique, et se laisser porter par la vague. Or, il y avait toujours des conséquences, et elle ne pouvait que commencer à s'en rendre compte désormais. Ce qu'elle risquait que d'être enfermée. Echappant à une mort certaine alors qu'elle n'avait atteint l'âge de la majorité mais risquant bel et bien de se retrouver enfermée. Elle me suppliait même de le faire. Nouveauté. Ou peut être croyait-elle encore tout simplement que la vie n'était qu'un jeu.
(c) DΛNDELION
Invité
Invité
Anonymous

Catching fire [Alex] Empty Re: Catching fire [Alex]

le Lun 11 Mai - 16:16

Les mots sont durs, froids, et transitent dans son petit esprit à la vitesse de la lumière, ayant à peine le temps de les comprendre. Pourtant ils sont lourds de sens, et si le petit cœur enfantin panique, pas bien sûr dans quelle aventure il s'embarque cette fois, il lui semblait très net que la fin semblait quelque peu plus noire que les précédentes histoires. Non, elle ne voulait pas finir en prison. Le mot même lui glaçait le sang, entendant parfois sa mère en parler. Un autre mort, asphyxié. Un jeune qui a atteint l'âge adulte, éjecté. Si ça brise le cœur de sa mère de voir subir pareil châtiment, de l'encadrer même, que dirait-elle lorsqu'elle verrait sa propre fille jetée dans une cellule ; éjectée dans l'espace, le corps damné, les larmes gelées. Alex n'est pas certaine de vouloir voir ce film d'horreur-là. Elle n'a pas envie de faire du mal à sa mère, si forte pour elle. Plus que tout, elle ne veut pas mourir. Et si le regard n'est plus vraiment embué de larmes, son cœur lui s'alourdit à mesure, coulant comme une pierre dans un puits sans fond. Va-t-il vraiment être celui qui condamna un enfant ? Elle ne veut pas le croire. Elle s'accroche à ce déni, lutte pour cet espoir qu'elle cherche dans les prunelles de son gardien.

Elle ne répond pas aux piques, à la provocation. Elle reste muette, s'adonnant à la contemplation de ses chaussures, en examinant méticuleusement les coutures. Elle ne veut pas répondre. Elle n'a rien à lui dire. Si elle est bonne dessinatrice ? Si un phénix peut passer pour un geai, je crois qu'elle a sa réponse. Ainsi, non seulement elle s'était faite prendre comme une idiote, mais elle avait raté son message. Jackpot, se dit-elle, maussade. Cette vérité n'arrangeait rien à son humeur, rajoutant un nuage orageux, petit mouton noir, en plus de toutes les émotions qui l'assaillaient de part et d'autre. Avait-elle mérité son sort ? C'était une question dont la réponse lui échappait. Certes, elle avait dégradé. S'était moqué d'autrui. Oui, elle avait fui et non elle n'assumait pas ses actes. Mais était-ce assez pour condamner la gamine à mourir, à petit feu d'abord, puis d'un seul coup qui l'achèverait ensuite, sous l'effroi de sa famille ? Finalement, chaque crime de ces délinquants, ces prisonniers, méritait-il telle sanction ? Elle ne comprenait les mesures drastiques que les adultes prenaient, ne saisissait pas pourquoi toute personne qui ne respectait pas les règles du jeu devait forcément mourir. Quand elle ne respectait pas les règles d'un jeu, elle était punie ; ou exclue dudit jeu s'il y a récidive. Au mieux, les règles étaient adaptées pour que tout-un-chacun s'amuse dans ledit jeu. Mais de là à tuer celui qui est différent de soi, qui réfléchit autrement, agit selon d'autres règles.. c'était un peu extrême. Et cela la confirmait dans l'idée que les adultes étaient barbants, qu'ils ne savaient pas s'amuser. Ils ne savaient qu'être tristes.

Les grands yeux verts s'élèvent vers ceux du gaillard lorsque ses amis sont évoqués. La trahiraient-ils ? Non. Peut-être.. ? Non !! La vérité, c'est que le doute s'insinuait en elle, serpent des ténèbres, louvoyant cette flamme d'innocence qui continuait de brûler en sa poitrine, tenace. Alex, elle y croyait. Elle croyait en eux. En eux tous. Elle refusait de se dire qu'ils pourraient être ceux qui la condamnerait. Et s'ils le faisaient ? S'ils la dénonçaient ? Le petit esprit cogita et en vint finalement à la conclusion suivante, fronçant les sourcils : s'ils la dénonçaient, elle finirait en prison. Mais de toute façon, elle était déjà partie pour y aller, alors quelle différence ? Peu importe s'ils craquaient, peu importe s'ils n'arrivaient pas tenir leur langue : rien ne changerait pour elle. Elle leur en voudrait, oh oui. Mais ça lui passerait. Non, ce qu'elle espérait seulement c'est qu'ils ne s'entre dénonceraient pas tous. Et pourtant, quelque part en elle, elle espérait ne pas être seule en prison. S'ils étaient réunis, ils pourraient a minima s'amuser avant de périr, non ? Un petit sourire triste passa sur ses lèvres, alors que le regard vide, elle répondit au garde : « Je préfère y aller toute seule.. » minaude-t-elle, déterminée. Il ne lui fera pas changer d'avis, c'est certain. « Pourquoi tu tiens tant à ce que je les dénonce ? Tu dénoncerais tes amis, toi, même si tu savais qu'ils mourraient ? Si oui, j'espère qu'on ne sera jamais amis. » lui dit-elle calmement, l'intelligence pétillant dans ses yeux, le reproche et la tristesse aussi. Et, hésitante, comprenant qu'elle venait de sceller son destin, elle lui tendit les poignets, résignée à ce qu'on lui passe les menottes. Baissant la tête, elle ne voulait plus le regarder, ne voulait plus voir ce visage qui pour elle représentait désormais son tombeau. Car il n'y avait pas d'autre solution, pas vrai ? Si elle n'avait pas d'autre choix que trahir pour peut-être survivre, alors elle n'avait pas vraiment de choix. Et sur cette dernière pensée, les poignets tendus en l'air, le visage toujours tourné contre le sol, quelques larmes se remirent à couler en pensant à tout ce qu'elle allait rater. Pour une bêtise. Pour des crayons et un dessin raté. Une vie qui s'arrêtait.
- Whatever it takes -
Chris Wilson
DATE D'INSCRIPTION : 01/11/2015 PSEUDO/PRENOM : Glacy MULTICOMPTES : Ezra MESSAGES : 3376 CELEBRITE : Brett Dalton COPYRIGHT : alcuna licenza. (avatar), frimelda (signature) METIER/APTITUDES : ancien militaire - maniement des armes - statège TRIBU/CAMP : odyssée POINTS GAGNES : 128

Catching fire [Alex] Empty Re: Catching fire [Alex]

le Mar 12 Mai - 12:59

   
Catching fire.
Chris & Alex

   
« We are the rebellion. If we burn, you burn with us. »
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]Déterminée jusqu'au bout et loyale. Pouvant voir la flamme pétillait dans son regard alors que je mentionnais ses amis, la possibilité que ces derniers ne soient pas aussi loyaux qu'elle, aussi déterminés à aller en prison. Eux qui pouvaient y terminer aussi tout comme elle s'il la dénonçait mais surtout elle qui paraissait déterminée, fidèle jusqu'au bout alors que j'avais désormais la certitude qu'elle ne changerait pas d'avis. « Je préfère y aller toute seule.. » Cute. « Pourquoi tu tiens tant à ce que je les dénonce ? Tu dénoncerais tes amis, toi, même si tu savais qu'ils mourraient ? Si oui, j'espère qu'on ne sera jamais amis. » La jeune fille qui tendait ses poignets. Martyr. Acceptant sa sentence. Acceptant sa pénitence. Entendant déjà dans sa tête le cliquetis des menottes alors qu'elles se refermeraient sur son poignet. Tête qu'elle avait baissée vers le sol mais pouvant voir les premières larmes s'écoulaient le long de ses yeux. Larmes qui dévalaient ses joues pour venir terminer leur course sur le sol. Ce même sol sur lequel elle avait terminé sa course quelques instants plutôt quand j'avais interrompu sa course et l'empêchait de prendre la fuite. L'observant silencieusement. Etudiant son visage alors que je faisais un pas vers elle. Menottes que je n'avais pas sortis. Menottes que je ne comptais pas alors sorti, bien que défiant les règles ou trouvant une meilleure alternative qui m'évitera de refermer une porte de cellule sur son visage déjà larmoyant. « La loi est dure, mais c'est la loi. » Loi qui existait pour être suivie pour maintenant un semblant de réglementation, de cohérence au sein de vaisseau métallique et pour éviter que le chaos naisse, pour éviter la propagation du fléau. Loi qui existait pour maintenir une cohérence entre les individus qui cohabitaient, qui vivaient au sein de l'odyssée, qui représentaient le dernier bastion de l'humanité. N'ayant pas alors idée que la race humaine n'était pas éteinte, qu'il y avait des mètres plus bas, sur cette terre que l'on pensait déserte des hommes et des femmes qui vivaient. N'ayant non plus aucune idée qu'au coeur de l'océan, se déplaçait le berceau et là aussi ceux qui pensaient être le dernier bastion de l'humanité. Une humanité divisée, qui pensait son espèce éteinte mais ce qui n'était pas la vérité. Ce qui ne serait toutefois su tout de suite. Ce qui n'était pas alors le problème de savoir si d'autres personnes existaient, si les règles établies préalablement étaient juste ou injustes. Reprenant la parole calmement. « Mais non je ne dénoncerai pas mes amis. » Une certitude alors que tout comme elle j'aurai préféré sauter de la falaise plutôt que de les pousser eux de la falaise. Sa loyauté qui était admirable et que je comprenais mais qui ne l'expiait pas du fait qu'elle avait tagué le vaisseau métallique d'un message si peu sympathique mais d'un dessin pourtant réussi. « Tu peux baisser tes mains, je te mettrai pas en cellule aujourd'hui. » Mais ce qui ne voulait pas dire que la partie était gagnée, ce qui ne voulait pas dire que là était complètement un test bien que la jolie brune ne devait rien comprendre à ce qui se passait, tenter encore de comprendre ce qui était en train de passer. Soulagement qui devait suivre la tempête d'émotions qui avait jailli dans son esprit, effaçait la peur de voir son destin était décidé, le fil de sa vie être coupé si peu. « Mais j'aurai toujours besoin des noms de tes amis. » Ce qui restait une certitude, et des noms dont j'aurai besoin si je voulais tenter de savoir ce qu'il en était ou tenter de faire passer comme punition l'idée d'un petit travaux d'intérêt collectif que de nettoyer la carcasse métallique, effacer ces tags. Ce qui était certain. Bruit de pas alors que je m'écartais pour laisser les personnes passées. Hochement de tête. « Suis-moi. » Conversation que je poursuivrai moins publiquement, moins au détour d'un couloir alors que je lui faisais signe de marcher à côté de moi tout en gardant un oeil sur elle pour éviter tout nouveau début de fuite ou autre idée qui pourrait naitre dans son esprit. Et ayant sans doute aussi besoin de me déshydrater. Bouche empâtée.
(c) DΛNDELION
Admin △ Underneath it's just a game
Harlan Tikaani
DATE D'INSCRIPTION : 06/12/2015 PSEUDO/PRENOM : Electric Soul MULTICOMPTES : Kayden Elwood, Einar Helgusson & Nikita Lebedev MESSAGES : 11772 CELEBRITE : Jon Kortajarena COPYRIGHT : Electric Soul & Lux Aeterna METIER/APTITUDES : Conseiller druide | Soigneur & orateur/diplomate TRIBU/CAMP : Naori POINTS GAGNES : 211
Admin △ Underneath it's just a game

Catching fire [Alex] Empty Re: Catching fire [Alex]

le Dim 19 Juil - 17:28
RP archivé suite à la suppression de Sykløn Catching fire [Alex] 484338566
Contenu sponsorisé

Catching fire [Alex] Empty Re: Catching fire [Alex]

Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum