Aller en bas
- Whatever it takes -
Chris Wilson
DATE D'INSCRIPTION : 01/11/2015 PSEUDO/PRENOM : Glacy MULTICOMPTES : Ezra MESSAGES : 3033 CELEBRITE : Brett Dalton COPYRIGHT : pretty girl (avatar), frimelda (signature) METIER/APTITUDES : ancien militaire - maniement des armes - statège POINTS GAGNES : 232

Catching fire [Alex] Empty Catching fire [Alex]

le Ven 10 Jan 2020 - 21:48

   
Catching fire.
Chris & Alex

   
« We are the rebellion. If we burn, you burn with us. »
Il y avait des lendemains des fêtes qui étaient toujours plus compliqués que d'autres. Il y avait des lendemains de fêtes qui se faisaient ressentir particulièrement violents. Mais pourtant chaque dose de douleur perçue en valait la peine, ne serait-ce pour ajouter un peu de fun et de piment à des soirées parfois trop obscurs. Des fêtes qui s'improvisaient plus ou moins discrètement. En dépit des règles et de l'aspect purement rigide rendue par le vaisseau métallique, par ses arcades grisonnantes et par les conseillers, il restait possible de s'amuser et de faire de la fête. Surprenant pour certains mais tout les moments restaient les bons. Chaque escapade était la bienvenue pour échapper à son quotidien, pour oublier pendant quelques instants les règles, les rations alimentaires à suivre, tous les ordres donnés pour permettre d'assurer notre survie dans l'espace. Terre oubliée laissée en proie à l’apocalypse. Planète qu'il était pourtant possible encore d'entrevoir. Tentative pour imaginer ce qu'il restait de cette planète qui avait connu la guerre et la désolation. Des baies vitrées qui offraient une vision sur la voûte céleste, sur l'immensité du ciel. Décor nocturne qui devenait celui des fêtes improvisées, se poursuivant dans les logis de chacun ou dans les couloirs. Il y avait eu les fous rires, il y avait eu les rires et les sourires. Il y avait eu les éclats de la musique, miracle de la technologie bienvenue. Des bouffées d'oxygène absorbées. Des moments de pure plaisir où chacun profitait de la vie. Cet esprit fêtard toujours là, en dépit des années qui commençaient à défiler. Epoque qui restait celle du bon temps.

Un cru peut être plus appréciable en bouteille que le lendemain. Lendemain particulièrement violent. Des voix un peu trop fortes mais surtout un entraînement physique qui était synonyme de torture. Ou peut être que ce n'était pas tant l'entraînement qui était l'étape la plus difficile, la plus délicate que les combats au corps à corps qui s'en étaient suivis entre les membres de la formation militaire. Un combat au corps à corps auquel j'avais tendance à exceller. Appréciant de sentir l'adrénaline dans mes veines, ce frissonnement avant de passer à l'attaquer. Car en dépit de ces règles que je trouvais trop rigide c'était bien vers le corps militaire que je m'étais tourné. Non pas que cela avait rendu le paternel plus fier, ou cela l'avait fait sourire. Rappel intempestif de bon matin que le temps n'était pas la fête et jérémiades très vites laissés de côté alors que je m'étais rapidement échappée. Au moins là-bas dans la salle d'entraînement je n'avais pas besoin de sentir son regard par-dessus mon épaule. Terrain d'entraînement qui était devenue un refuge alors que toute la frustration, la colère se transformait en énergie que je canalisais. L'alternative pour éviter de devenir fou furieux. Permettant d'éviter les regards froids, les rappels à l'ordre, les cloisonnements militaires si ce n'était parfois les coups. Sermon paternel qu'évité uniquement parce qu'il avait vu d'autres soldats passaient, qu'il avait aussitôt serré les dents, bomber le torse pour donner l'impression d'être le père exemplaire. Lui comme moi savons que ce n'était pas le cas. N'ayant jamais pardonné. La rancoeur restée des deux côtés. La haine qui avait été affûtée. Les braises qui ne s'éteignaient jamais. Un feu qui continuait de brûler dans la nuit, qui continuerait sans doute de brûler bien longtemps.

Mais alors que l'esprit restait perdu dans les limbes, emprisonné dans un brouillard sans nom, tout ceci était oublié alors que le corps en prenait un nouveau coup. Morsure physique différente alors que mon dos claquait contre le tapis d'entraînement. Poussant un grognement alors que j'étais immobilisé sur le sol. Vaincu. Et le glas qui sonnait alors que l'entraînement touchait à sa fin. Restant un instant là sur le sol à apprécier la morsure soudaine aussi du froid, du silence alors que les échos des pas des autres s'éloignaient. Un silence qui était le bienvenue. Mais pourtant quelques instants plus tard, je n'en venais pas moins à me relever. Suivant ce même mouvement collectif qui avait conduit toute la troupe à se diriger vers les douches. Changé rapidement. Tête que je penchais pour attraper mon sac avant de me redresser. Si mon esprit ne me dictait que de retourner retrouver les bras de Morphée, la journée n'était pas encore terminée loin de là. Journée qui se poursuivait par une patrouille dans les couloirs, cette fois-ci non pas affecté à un poste fixe. Coéquipier que je devais encore retrouver.

Quelques instants plus tard, c'était les vestiaires que je quittais et bientôt il n'y avait que les échos des pas contre le sol. Des silhouettes croisées. Hochement de tête. Uniforme militaire qui détonnait toujours. Certains qui avaient toujours la volonté de se coller contre les murs, de s'écarter dès que des gardes qui passaient. Poings qui se fermaient alors que l'idée que ces gens en viennent à s'écraser même sur le simple passage des gardes dont je faisais partie me révoltait. La loi était la loi, mais cela ne voulait pas dire qu'elle était juste. Regard qui se dirigeait vers une silhouette plus fine d'enfant, plus squelettique qui disparaissait dans l'ombre. Car non, dans cette partie du vaisseau métallique tout n'était pas beau ni rose. N'étant né du bon côté de la barrière ou dans l'aile la plus luxueuse alors que de ce côté-ci la misère et l'injustice étaient aussi monnaie courante. Garde mais autant rebelle, et ne pouvant que fermer les yeux à plusieurs reprises. Yeux que je fermerai de nouveau quelques instants plus tard sans me douter encore pour le moment. Pour le moment c'était un nouveau dédale qui était emprunté. Et soudain c'était un groupe de jeunes tout assemblé que je repérai. Inconscient alors qu'ils en venaient visiblement à tenter de dessiner des symboles ou écrire quelque chose sur la paroi métallique, risquant d'encourir une sanction pour dégradation des biens. Imbéciles pour ne pas être discrets. Mais aussitôt repérée que les premiers s'enfuyaient rapidement en riant, en criant alors que je me rapprochais de la scène de crime.
(c) DΛNDELION
ghosts like memories
Sykløn Overlevende
DATE D'INSCRIPTION : 22/11/2019 PSEUDO/PRENOM : ace MESSAGES : 35 CELEBRITE : Marie Avgeropoulos METIER/APTITUDES : Chasse & Combat TRIBU : Solitaire, terres de l'Est. Ex Kovarii, Ex-ex Cent. POINTS GAGNES : 65

Catching fire [Alex] Empty Re: Catching fire [Alex]

le Lun 13 Jan 2020 - 20:52

Alex n'était pas d'accord. Pour elle, ce n'était pas ici mais bien dans l'aile Phénix qu'il fallait dessiner. Mais les autres trouvaient ça trop risqué. Elle avait la belle vie, sa mère était militaire et elle vivait là-bas. Ce n'était pas le cas de tout le monde. Aussi comprit-elle, ravalant ses arguments. Ils étaient là pour s'amuser, pas pour militer après tout. Même si déjà, les clivages divers entre les populations de l'Arche la révoltaient. Regardant Jeremiah distribuer des craies, elle attrapa la sienne, d'un bleu océan. Du moins le supposait-elle. Elle en avait vu en image, dans de vieux livres, et s'était toujours dit que ce serait la première chose qu'elle ferait. Vous savez, si un jour ils redescendaient sur Terre. Mais ce n'était visiblement pas prêt d'arriver, préférant graviter tout autour tel un satellite. Elle reçut un petit coup d'épaule de Cal', le gamin lui souriant avant de se remettre à crayonner le mur de vert. Elle avait le don d'être dans la Lune, parfois, chose assez paradoxale dans l'espace. Mais en tant que tête brûlée du groupe, elle ne laissa pas faire. Lui rendant son coup d'épaule, un peu plus fort de façon à le faire chanceler, elle s'approcha du mur, un sourire déterminé accroché au bout des lèvres. Qu'allait être dessiner ? Qu'allait-elle écrire ? Elle n'était pas très artistique, mais elle était loin d'être bête. Et tel un petit power ranger rouge, son tempérament de feu guida sa main, la faisant tracer fébrilement les premiers contours, crayonner les premières formes, déployer les premières ailes. Finalement, les lettres suivirent, s'inscrivant au-dessous de la tête de ce qui semblait ressembler à un phénix. A-M-O-R.. un cri retentit, la faisant sursauter. « Attention !! Les gardes ! » s'écria un des gamins, pointant du doigt le bout du couloir. Suivant tous le doigt, ils bondirent ni une ni deux sur leurs pattes. « Mission avortée ! Je répète : Mission avortée ! » chanta fébrilement l'un des garçons, rapprochant ses mains de sa bouche pour amplifier le son. Tous fuyaient, sauf Alex. Amor, ça ne voulait rien dire. Il fallait qu'elle termine. La voyant derrière, Jeremiah et Calvin se stoppèrent. Le dernier vint l'attraper par le coude, la tirant alors qu'elle finissait sa dernière lettre, la faisant donner un coup vers le haut en se redressant. T. Voilà la dernière lettre. A Mort, était inscrit en rouge, une barre de craie reliant la dernière lettre au cou du phénix, le coupant. Le message était explicite. Se dégageant de l'étreinte, elle suivit son ami, se mettant à courir derrière les autres. Ils pouvaient entendre les pas des gardes sur leurs talons, leur criant de s'arrêter. Échangeant un regard, les deux compères se demandèrent. Prêt ? Prêt ! Et d'un seul coup, ils bifurquèrent, prenant chacun une direction différente. Deux de leurs amis avaient continué tout droit, tandis que Calvin avait pris à droite, et Alex à gauche. A voir qui les gardes choisiraient de traquer. Et l'un d'entre eux, elle le connaissait bien pour avoir souvent eu déjà affaire à lui. Détalant à travers couloir, prenant tantôt à gauche, à droite, elle risqua un petit regard par-dessus son épaule. C'était lui. Chris. Un sourire vint étirer son visage alors que la main du jeune garde manqua de se refermer fermement sur son épaule. Mais elle s'accroupit subitement, le faisant faire un joli culbuto en avant, pour mieux repartir dans l'autre sens. Le souffle court, le cœur à dix mille, elle lui lança pourtant, moqueuse : « Alors on tente la gym ? T'es pas assez souple déso ! » Sale gosse.


Dernière édition par Sykløn Overlevende le Mar 21 Jan 2020 - 23:00, édité 2 fois
- Whatever it takes -
Chris Wilson
DATE D'INSCRIPTION : 01/11/2015 PSEUDO/PRENOM : Glacy MULTICOMPTES : Ezra MESSAGES : 3033 CELEBRITE : Brett Dalton COPYRIGHT : pretty girl (avatar), frimelda (signature) METIER/APTITUDES : ancien militaire - maniement des armes - statège POINTS GAGNES : 232

Catching fire [Alex] Empty Re: Catching fire [Alex]

le Lun 13 Jan 2020 - 21:53

   
Catching fire.
Chris & Alex

   
« We are the rebellion. If we burn, you burn with us. »
Autres gardes repérés auquel je faisais signe à mon tour. Si j'aurai pensé leur éviter de se faire prendre en fuite, c'était trop tard alors que ces derniers venaient d'apparaître dans le couloir, avaient repéré aussi les jeunes. Et une en particulier que je reconnaissais que trop bien. N'ayant toutefois le temps d'admirer les graffitis sur le mur, pas réellement. Néanmoins, mon regard était attiré par cet oiseau dessinée sur les murs de la paroi du vaisseau. Phénix ou mockingjay qui déployait ses ailes. Renaissant des flammes pour s'envoler. Des courbes magnifiques et cet effet surnaturel alors que le regard ne pouvait être attiré par ce symbole révolutionnaire. Mais le regard perçant de l'oeil aiguisé il ne pouvait pas seulement être captivé par le dessin gravé dans les flammes si ce n'est par les mots gravés au-dessus. Sans doute aura-il été possible de faire abstraction du dessin, de fermer les yeux face à la beauté de l'art mais il était tout aussi certain que l'inscription "A mort" n'invitait pas à fermer les yeux. Non, loin de là. Inscription qui n'invitait pas à fermer les yeux et qui malencontreusement venait faire tâche. Bien entendu elle avait eut envie de s'acharner, voulut terminer de gribouiller contre les murs et évidemment dans la précipitation, entraîné par son ami, le dernier trait réalisé avait été raté. Dernière courbe du T qui se poursuivait pour couper la tête du phénix. Ce n'était plus de l'art, ce n'était plus un symbole de révolution. Ce n'était plus qu'un avis de mise à mort. Une tête mise à prix. Une somme d'argent inscrite en-dessous de la photo. Une somme d'argent à remporter pour le vainqueur dans un monde où le cowboy serait jugé sur son destrier, prêt à défendre la veuve et orphelin. Mais ici il n'y avait nulle récompense pécuniaire, par au sein du vaisseau métallique. Ce qui pouvait être espéré au mieux c'était des compliments dans l'espoir par la suite de continuer à se faire remarquer, à voir l'étoile briller et monter les échelons. Ce qui arrivait le plus souvent c'était que les mêmes truands ou jeunes pour l'occasion se fassent sanctionner au mieux, rappeler à l'ordre et dans le pire cas, ce serait l'obscurité qu'ils trouveraient. Porte de cellule se fermant derrière eux.

Et course poursuite qui n'attendaient pas. Un regard avant que chacun des gardes présent se mettent à se lancer sur les traces du fuyard. Suivi de près par un autre garde que je connaissais rapidement alors que je m'élançais dans la direction de la silhouette aux cheveux bruns. Des couloirs que je connaissais par coeur comme eux. L'adrénaline qui commençait à courir de nouveau dans les veines, comme pendant l'entraînement. Dans ces instants que je regrettais un peu plus d'avoir fait la fête hier bien que l'entraînement ayant précédé la fuite m'avait permis de reprendre mes esprits, de m'habituer à reprendre mon souffle, de reprendre le contrôle. Contrôle qui était repris alors que j'accélérai l'allure. Juste devant. Un signe et les deux silhouettes se divisaient pour emprunter des chemins différents. Diviser pour mieux régner. Ne m'arrêtant pas alors que sans jeter un coup d'oeil pour la silhouette masculine, je continuais de m'élancer derrière la silhouette féminine. Personnes croisées qui s'écartaient tout aussitôt ou auquel je leur criais de se pousser alors que j'accélérais le pas. Angle d'un couloir pris rapidement. Les battements du coeur qui s'étaient accélérés. Toute proche. Main presque prête à se refermer sur elle quand soudain la jeune femme se penchais et ne pouvant que passer au-dessus d'elle. Alors qu'elle s'apprêtait à repartir, je réussissais à rouler rapidement sur le sol. Choc auparavant amorti sur le terrain de l'entraînement, non pas que j'avais encore été plus prêt. Détestant me manger le sol. Détestant le sentiment et la rage qui redoublait face à ces mots lancés. « Alors on tente la gym ? T'es pas assez souple déso ! » Si je n'avais pas eu envie en particulier de les sanctionner, désormais le désir de la recadrer un peu était née. Un peu rancunier ou appréciant encore plus moyennement les chutes en vue de mon état précédemment fêtard de la veille. Et si je ne pouvais pester contre moi-même, je n'en venais que de nouveau à redoubler d'effort. Mais changeant de direction alors que me doutant qu'elle ne pouvait que se diriger vers cet endroit, cette issue pensant que j'étais à sa suite, je prenais un chemin plus court. L'avantage de connaître ses recoins par coeur, d'avoir été dans toute direction en compagnie de Robb, de @Rachel A. Gomez, de la bande. Couloirs qui étaient un domaine de jeu que je connaissais par coeur à sa différence et alors qu'elle s'apprêtait à bifurquer, mon bras interrompait sa course violemment. Comme un fil tendu non pas pour  la faire basculer au niveau du sol, s'en prenant à ses jambes alors que plus violemment mon bras s'était tendu au niveau de son tronc principal, ne pouvant que la forcer à se plier en deux sous l'impact du choc. Vengeance. « Hey Alex ! » Mains qui se refermaient sur elle avec certaine force pour l'empêcher de s'échapper. L'obligeant à rester tranquille alors qu'elle m'avait un peu mise de mauvaise humeur. « Alors tu donnes dans le graffiti maintenant ?! » Pointe de sarcasme autant ressenti. Elle aurait dû trouver un autre jour pour embêter Zorro.
(c) DΛNDELION
ghosts like memories
Sykløn Overlevende
DATE D'INSCRIPTION : 22/11/2019 PSEUDO/PRENOM : ace MESSAGES : 35 CELEBRITE : Marie Avgeropoulos METIER/APTITUDES : Chasse & Combat TRIBU : Solitaire, terres de l'Est. Ex Kovarii, Ex-ex Cent. POINTS GAGNES : 65

Catching fire [Alex] Empty Re: Catching fire [Alex]

le Lun 13 Jan 2020 - 22:24

Elle fatiguait. Mais elle ne voulait pas l'admettre. Narguant le jeune garde, son esprit cogite, réfléchissant à toute allure. Elle connait bien ces couloirs, pour les avoir presque tous parcourus - qu'elle en ai ou non le droit, d'ailleurs. Là. Elle sait. Si elle se dépêche, elle pourra peut-être l'atteindre avant lui, mais il fallait qu'elle accélère. Ses jambes fatiguées forcèrent alors un peu plus le pas, alors qu'elle tentait d'ignorer ce point de côté naissant. Elle ne devait pas se faire prendre. Entendant les pas s'éloigner, elle ne risqua cette fois pas de regard en arrière, ne voulant pas ralentir la cadence par peur. Plus que trois tournants. Deux. Un. « Ughhh !! » étouffa-t-elle. Un choc violent lui coupa le souffle, la cassant en deux au niveau de l'abdomen. Elle s'écroula. Chris. Fais chier. Gémissant à terre, ouvrant tout de même un œil malgré la douleur, elle se tenait le ventre. Peut-être aurait-elle dû s'abstenir de le provoquer. Une fois de plus, elle en payait le prix cash. Et si elle ne se faisait pas toujours attraper, cette fois, c'était un échec cuisant. Le visage rouge, haletante, elle se sentie soulever dans les airs, l'homme l'attrapant par les épaules, la redressant. « Alors tu donnes dans le graffiti maintenant ?! » se moqua-t-il. La brune lui lança un regard meurtrier, bien représentatif de ses pensées actuelles. C'était fini. Game Over. Tout s'était passé si vite. Et soudain, elle pris conscience de ses erreurs. De sa bêtise. Ton audace te perdra, avait souvent répété sa mère. Et si c'était un peu vrai, un autre mot se cachait derrière. Son arrogance, aussi, l'avait mise dans le pétrin.

Elle n'avait jamais vu la mort si proche. Elle avait toujours fait des bêtises, plus ou moins graves, mais ne s'était jamais autant engagée auparavant. Autant dévoilé ses pensées. A Mort Phénix. C'était grave. Très grave. Et son cœur continuait de tambouriner dans sa poitrine, faisant battre le sang à ses tempes. Allait-elle vraiment être envoyée en prison ? Allait-elle vraiment moisir dans une cellule, toute seule, jusqu'à ce qu'on vienne la chercher pour la jeter dans l'espace. Oh, elle savait bien ce qui arrivait aux gens jetés dans l'espace. Elle avait déjà lu sur ça, bien qu'elle ait évité de trop le souffler à ses amis. Peut-être aurait-elle du. Elle pria alors intérieurement pour qu'ils ne se soient pas fait attraper, eux aussi. Plantant son regard dans celui de Chris, elle prit sa décision en un battement de cils. « Tout est ma faute. » lui dit-elle dans un souffle, la respiration encore saccadée. Le regardant avec insistance, tentant de lui faire comprendre, elle répéta : « Tout est de ma faute. Les craies, c'est moi. L'idée, c'est aussi moi. Les dessins, les inscriptions.. tout est de moi. Ils n'ont fait que regarder, m'ont dit d'arrêter mais je n'ai pas écouté. » Elle ne savait pas si elle mentait bien. Était-il assez stupide pour la croire, ou assez gentil pour faire semblant ? Elle espérait l'une des deux options possible. Au moins, eux ne seraient pas condamnés, même s'ils se faisaient attraper. Où étaient-ils ? Ils auraient dû accorder leurs violons, au cas où. L'angoisse devait maintenant se lire dans ses yeux. Elle avait peur pour eux. Elle avait peur pour elle. « Je.. » souffla-t-elle. Se ressaisissant, ravalant les larmes qui commençaient à monter dans sa gorge, elle se refusait de craquer. Fronçant les sourcils, s'armant de ses derniers mots de petite dure à cuire, elle lui demanda calmement : « J'ai lu qu'un humain meurt en moins de 20 secondes dans l'espace, toutes les molécules d'air quittant son corps...tu penses que c'est douloureux ? » Elle était morte de peur. Curieuse, d'une part..mais terrifiée à l'idée que cela puisse arriver.


Dernière édition par Sykløn Overlevende le Mar 21 Jan 2020 - 23:01, édité 1 fois
- Whatever it takes -
Chris Wilson
DATE D'INSCRIPTION : 01/11/2015 PSEUDO/PRENOM : Glacy MULTICOMPTES : Ezra MESSAGES : 3033 CELEBRITE : Brett Dalton COPYRIGHT : pretty girl (avatar), frimelda (signature) METIER/APTITUDES : ancien militaire - maniement des armes - statège POINTS GAGNES : 232

Catching fire [Alex] Empty Re: Catching fire [Alex]

le Dim 19 Jan 2020 - 16:27

   
Catching fire.
Chris & Alex

   
« We are the rebellion. If we burn, you burn with us. »
Explications recherchées alors que je reprenais la parole, un peu plus avec cette note de sarcasme, d'arrogance. « Tu t'es prise pour Katniss Everdeen ?! » Ne pouvant que faire référence aux films. Le symbole du mockingjay. Les prémices d'une révolution contre le capitole. L'avantage d'être au coeur du vaisseau métallique. L'avantage de pouvoir accéder à toute cette technologie. Il suffisait de tendre les bras. Chacun qui pouvait s'amuser avec une tablette numérique. Encore plus précieux étaient les chargeurs. Encore plus précieux était le petit écran qui permettait à chacun d'accéder à toutes les archives numérisées. Si nombre d'objets avaient disparu, certains avaient été transférées dans ce grand nuage numérique flottant au-dessus de nos têtes. Une passion pour les informaticiens, pour les génies. Un plaisir tout autant de pouvoir se plonger dans un autre monde, ou pouvoir regarder des films. Les films d'action que les plus bienvenues. Et j'étais quasiment certain en repensant au symbole qu'elle avait gravé sur les murs de l'arche que le symbole provenait de là, de ces films. Peut être qu'elle avait simplement vu trop de films. Sans aucun doute qu'elle et les jeunes avez-voulu faire passer le temps. Et peut être que les dessins ou les graffitis auraient pu faire sourire si des mots n'avaient pas été inscrits aux côtés du symbole, criant à mort. Rendant tout de suite le symbole bien moins poétique, bien moins artistique, bien moins appréciable.

Regard acéré posé sur la jeune femme aux cheveux bruns qui était courbée vers l'avant. La respiration saccadée. Souffle qu'elle devait reprendre alors que le coup porté l'avait arrêté net dans sa course. Son visage rouge encore halentant. Peut être que j'aurai pu ressentir des remords ou de la compassion en la voyant se tordre au sol et tenter de se relever péniblement mais n'ayant pas encore digéré la chute précédente. Des explications qui devaient encore être demandées. Explications que j'attendais désormais alors qu'elle prenait finalement la parole dans un souffle. « Tout est ma faute. » Des mots hachés alors que je continuais de l'observer. Un masque. Un masque qui n'était pas tombé. Une expression indéchiffrable alors que je l'observais. Ne pouvant rien traduire. Ne pouvant rien tirer de ce visage. Ne sachant alors rien de ce que je ressentais. Comme si elle se retrouvait face à un mur, prête à être fusillée. Comme si elle se retrouvait face au masque du bourreau cagoulé qui allait quelques secondes après lui passer la corde au cou. Corde du pendu auprès duquel elle pouvait se balancer. Alors là étaient ces derniers mots. Ou sans doute était-ce le sentiment qu'elle devait avoir. Le sentiment de vivre ces derniers instants avant que le glas ne sonne, avant que la lame ne tombe. Rideau de fer. « Tout est de ma faute. Les craies, c'est moi. L'idée, c'est aussi moi. Les dessins, les inscriptions.. tout est de moi. Ils n'ont fait que regarder, m'ont dit d'arrêter mais je n'ai pas écouté. » Continuant de l'observer lentement. Me demandant si elle pensait réellement qu'une étiquette collée de naïf ou de pigeon était collé à mon front. Pouvant comprendre que je ne donnais pas avant forcément l'expression d'être le plus réveillé des gardes mais dans la course les derniers brumes liée à une ivresse euphorique s'étaient dissipées. Alors en pleine possession de mes moyens. Mais doutant qu'elle soit elle-même assez stupide pour pouvoir considérer que j'étais naïf au point ou gentil au point de faire semblant. Elle comme moi qui savions qu'elle n'était pas le cerveau de la bande. Ils l'étaient sans aucunement tous, tous coupables d'avoir voulu réaliser des graffitis. Certes plus qu'eux, elle était coupable de s'être attardée un peu plus longtemps. Et il était certain qu'elle venait d'avouer une partie de la vérité. Ayant bien vu ses amis l'encourageaient à partir, tentaient de l'entraîner. Mais il avait fallut qu'elle insiste, qu'elle en vienne à s'attarder pour écrire les derniers mots. Des derniers mots déformés alors que sa main avait ripé. Mais ne la croyant pas pour autant entièrement. Quant à son arrestation soudaine, elle était la seule responsable de sa capture.

Son visage qui se craquelait. Son souffle qui se faisait plus court. « Je.. » Voyant ses yeux commençaient à briller un peu plus. Les premiers signes. Me demandant à quel point elle luttait pour retenir les larmes de couler le long de ses joues. Mais autant que son souffle était court, il y avait ce brasier qui continuait de brûler. Il y avait cette étincelle qui continuait de briller alors qu'elle se redressait un peu, reprenait la parole lentement. « J'ai lu qu'un humain meurt en moins de 20 secondes dans l'espace, toutes les molécules d'air quittant son corps...tu penses que c'est douloureux ? » « Non.. à cette vitesse, c'est trop rapide. Tu ne ressentiras rien. Ce qui serait plus douloureux... ce serait si tu te retrouvais en cellule....» Conscient que je jouais avec ses nerfs un peu plus. N'ayant jamais dit être gentil. « Tu veux toujours garder ta version des faits ? ou tu veux coopérer et me parler un peu plus de tes petits amis révolutionnaires ? »
(c) DΛNDELION
Contenu sponsorisé

Catching fire [Alex] Empty Re: Catching fire [Alex]

Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum