Aller en bas
Admin △ Underneath it's just a game
Harlan Tikaani
DATE D'INSCRIPTION : 06/12/2015 PSEUDO/PRENOM : Electric Soul MULTICOMPTES : Kayden Elwood & Einar Helgusson MESSAGES : 10498 CELEBRITE : Jon Kortajarena COPYRIGHT : Electric Soul & tearsflight (tumblr) METIER/APTITUDES : Conseiller druide | Soigneur & orateur/diplomate TRIBU : Naori POINTS GAGNES : 605
Admin △ Underneath it's just a game

For that devious dance between you and me △ Irina Empty For that devious dance between you and me △ Irina

le Mar 7 Jan 2020 - 23:54
Le froid du métal mord ta chair. Tu fixes les menottes, et les chaînes qui te relient au mur avec un regard désintéressé, vide, las. Tu sais exactement à quel point il est futile de tirer dessus. Les marques sur tes poignets témoignent de la solidité et de l'étroitesse des liens, le cliquetis des chaînes reste en ta mémoire quand tu as tenté de t'en dégager. Tu ne t'échapperas pas comme, Harlan, tu le sais. Tu ne peux rien faire d'autre qu'attendre. Attendre que quelqu'un d'autre décide de ton destin. Tu n'as plus le pouvoir sur rien.

Tes yeux se promènent sur les barreaux et la rouille du métal, sur les murs couleur ocre et la danse de la faible lueur des flammes de la torche accrochée dans le couloir. Tes amulettes reposent sur ta poitrine, intouchées depuis leur dernière inspection ; pierres de protection, cristaux de guérison et une fiole contenant un poison. Tu as songé, brièvement, à utiliser cette dernière. Toujours présente à ton cou, régulièrement changée, une mesure de sécurité, autant pour tes ennemis que pour t'assurer une issue de sortie potentiellement moins douloureuse. Mais tu n'es pas égoïste, Harlan, pas à ce point. Tu n'es pas seul prisonnier, d'autres Naoris sont fermés, Rowena et Ashiri aussi. Tu n'as aucunement le droit de craquer, de faiblir. Tu dois penser à ta tribu en premier, et pour cela, tu dois éviter tout geste désastreux. Tu en as déjà trop fait.

Des jours, ici, des jours et tu as déjà analysé tout ton environnement immédiat. Tu as échafaudé théories et plans dès ton entrée ici, dès qu'on t'a éloigné sciemment de Rowena et Ashiri. Il te fallait quelque chose pour ne pas finir rongé par la culpabilité, par la peur. Les émotions ne t'ont jamais réussi, Harlan, et tu le sais parfaitement. Alors tu étouffes la culpabilité, tu étouffes la peur. Le premier jour, à croupir parmi les Naoris, à avoir encore l'image fraîche de ce massacre sur tes rétines, tu ne pouvais que songer à ça. Tes erreurs. Le poids de ton arrogance. De ta folie. À te croire supérieur, à penser que tu ne paierais jamais le prix de tes jeux et manipulations. Des heures et des heures, à réfléchir à tes fautes de calcul, à ce qui avait pu t'échapper. Éreinté, physiquement. Épuisé, mentalement. Ton mental d'acier, effrité, découragé.

Mais oh, s'il y a bien une chose pour laquelle tu as toujours été doué, Harlan, c'est construire des murailles autour de ce coeur atroce. Ton coeur ne t'a jamais réussi. Et si ton esprit trop fourbe t'a trahi, tu sais que ces jeux et manipulations sont davantage l'oeuvre de l'homme que tu étais autrefois que celui que tu es aujourd'hui. Plein de haine et d'arrogance, brûlé par la vengeance. Où t'a mené la vengeance, Harlan, si ce n'est qu'à la destruction ? Si ce n'est à être un prisonnier, un trophée, à la gloire du peuple rahjak et de son roi ? Si ce n'est à la mort et à l'emprisonnement des tiens ?

Alors à toi de réparer. Tu ne sais pas encore quand, comment, mais quel autre choix as-tu ? Tu es conseiller druide : tu es responsable de ta tribu et tu mourrais pour elle. Là-dessus, tu n'as jamais eu aucun doute. Mais à l'heure actuelle, tout ce que tu peux faire, c'est tenir. Tenir bon, serrer les dents. Ne pas montrer ton impuissance, face aux tiens. Si tu n'as pas la force pour les rassurer par les mots, tu peux au moins tenir et ne pas plier. Ne pas montrer à quel point tu es terrifié d'avoir enclenché un jeu mortel dont tu ne maîtrises plus aucun pion.

Le métal cliquette, à nouveau. Mais le bruit, cette fois, ne vient pas de toi – tu connais le tintement de tes chaînes par coeur. Tu relèves à peine la tête aux sons métalliques, désormais. Tu as appris, depuis le temps, que les Rahjaks venus vous voir, qu'ils soient citoyens curieux ou gardes, veulent juste vous faire réagir. Tu ne leur donneras pas cette satisfaction. Peut-être que c'est de la fierté et peut-être que c'est mal placé, mais c'est encore une partie de toi intacte et tu t'y accroches comme tu le peux.

Pourtant, le son se fait répétitif, insistant. On finit par aboyer ton nom, puis, quand tu ne réagis pas immédiatement, on t'interpelle par ton titre. Tu te raidis légèrement, relèves enfin le regard. La silhouette du garde est aussi peu familière pour toi que tout le reste, un garde lambda parmi d'autre. Mais oh, la personne à ses côtés ? La personne à ses côtés, c'est tout autre chose.

Est-elle venue se moquer, à son tour ? Ou as-tu droit à un joli messager royal, pour t'annoncer ta mort ? À une époque, tu as cru que vous pourriez être de solides alliés, davantage peut-être, même. Ça te semble presque impossible, désormais. Tes choix l'ont certainement retournée contre toi.

« Princesse Irina. » salues-tu, voix distante, manquant probablement de la déférence que tu devrais montrer. Tu devrais profiter de cette occasion, songes-tu, distraitement. Tu devrais tenter de jouer tes cartes.

Mais de quelles cartes disposes-tu encore, enchaîné ainsi ?

Patience. Patience. Attends que l'autre révèle son jeu.
Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum