Le Deal du moment :
Narcos Saisons 1 et 2 Coffret Blu-ray
Voir le deal
18.03 €

Aller en bas
— BETWEEN TRUTH AND WEAKNESS
Jonas Webber
DATE D'INSCRIPTION : 26/06/2018 PSEUDO/PRENOM : ELOW ; MULTICOMPTES : QUEEN IRINA + GENIUS DEVOS MESSAGES : 340 CELEBRITE : GEORGE MACKAY ; COPYRIGHT : ELOW ; METIER/APTITUDES : JARDINIER & CUEILLEUR, VOUS LE TROUVEREZ AUSSI SOUVENT PRÈS DU GRAND FEU (IL AIME S'EN OCCUPER). TRIBU/CAMP : THE 100 ; POINTS GAGNES : 20

 “a moment in the forest” (freyja) Empty “a moment in the forest” (freyja)

le Jeu 2 Jan 2020 - 10:03

— a moment in the forest
12 OCTOBRE 2119

Ce n’était pas une bonne idée.

C’est ce qu’il n’arrête pas de se répéter depuis une bonne heure. Il tourne en rond, il le sait. Il y a un arbre particulier, juste devant lui, avec des feuilles encore bien verte malgré l’automne déjà à bout. Au moins, il a réalisé assez vite que quelque chose n’allait pas et ça, c’est quand même un exploit. Maintenant, malgré toutes ses tentatives mémo-techniques pour repérer le nord et le sud, tous les conseils qui lui ont été donnés et ces rares fois où il a réussi l’aller-retour sans partir à gauche au lieu d’à droite, Jonas est perdu. Il ne trouve plus son chemin et le temps passe. Bien heureusement, il est parti assez tôt, ce matin-là, mais tout de même. Le soleil décline plus vite.

Comme souvent, quand il se retrouve au milieu de nulle part, Jonas s’arrête. Il pose son sac – pas très lourd, mais Jonas a trouvé des noisettes et ça commence à faire son petit poids. Il s’assoit par terre, face à cet arbre étrange, et essaye de se vider l’esprit – pas compliqué, en réalité. Sur son chemin, il est passé par le pont. C’est l’élément qu’il doit retrouver. Est-ce qu’il a longé la rivière ? Il ne s’en souvient plus. Et cet arbre ? Est-ce qu’il est passé à côté en arrivant ? Zut. Quel était donc l’autre repère ? Il se gratte la tête, ne trouvant aucune réponse. Pas la moindre image pour l’aider, rien. Il est coincé. Entouré de néant.

« Mince. » Il va encore se faire taper dessus, c’est certain, mais s’il n’essaye pas de se débrouiller par lui-même, aussi particulier son esprit peut-il être, alors comment faire ? Toujours dépendre des autres ? Mais est-ce qu’ils ne seraient pas tous un peu fier de lui s’il parvenait à se priver de leur aide ? S’il réussissait, pour une fois, à partir dans la forêt et revenir ? Non ? Il croise les bras, puis casse une noisette avec une pierre et la mange. Bon, s’il ne se lance pas, il ne trouvera pas, c’est certain. Et puisque cet arbre semble survivre au froid plus que les autres, peut-être bien que c’est un indice en lui-même ? Non ? Peu importe. Il se relève, bois un peu d’eau et dessine de faire le tour du tronc pour ensuite choisir une direction. Au hasard, mais quand même. C’est un début.

Après quelques minutes, il se demande s’il ne s’est pas trompé. Mais quelques minutes, ce n’est pas assez pour savoir si c’est le bon chemin ou non. Il doit être patient, prendre sur lui et avancer. Sauf qu’il se coince le pied dans une racine et se retrouve à glisser plus loin, avant de finir dans une flaque. Le froid lui donne un frisson et la boue sur le visage le fait grimacer. Ce n’est pas dramatique, mais ce n'est franchement pas agréable. Il aurait pu en rire, comme il rit souvent de ce genre de maladresse, mais il y a une fille, juste devant lui et il ne sait pas quoi dire. Il se contente de dégager la boue sur son visage pour mieux regarder – on ne sait jamais, c’est peut-être une illusion tout ça. Mais non, c’est bien une fille.

Pour éviter tout problème, il lève les mains. Pas d’arme, pas d’inquiétude, non ?

« Salut. » Tente-t-il tout simplement, se disant qu’il faut bien commencer quelque part. Il n’ose pas bouger. Les mains toujours en l’air, il espère qu’il n’est pas tombé face à une femme du désert qui va l’attraper et faire de lui un esclave ou quelque chose dans le genre.


@Freyja Vaarhal
Forget your running
Freyja Vaarhal
DATE D'INSCRIPTION : 15/10/2019 PSEUDO/PRENOM : Captain_M MESSAGES : 138 CELEBRITE : Saoirse Ronan COPYRIGHT : Moi METIER/APTITUDES : Chasseuse/Pisteuse TRIBU/CAMP : Pikunis POINTS GAGNES : 0

 “a moment in the forest” (freyja) Empty Re: “a moment in the forest” (freyja)

le Mar 14 Jan 2020 - 22:22
A moment in the forest


Elle ne cesse de serrer les dents, de retenir ces grognements douloureux qui ne demandent qu’à franchir la barrière de ses lèvres soudées ne serait-ce que pour exprimer la douleur lancinante qui lui traverse la cuisse jusqu’à la hanche. Le front ruisselant de sueur, son tee-shirt qu’elle a déchirée lors de la chute lui colle le long de la colonne vertébrale malgré la fraicheur de la saison. Elle ne tardera pas à trembler de froid, lorsque le corps entrera un peu plus en souffrance, encaissant le choc reçu quelques minutes plus tôt, mais pour le moment elle transpire à grandes eaux, cheveux collés le long de ses joues rougies.
Souffle court, Freyja s’appuie en grimaçant contre un arbre et constate de nouveau les dégâts. Le bandage autour de sa cuisse est déjà imbibée de sang, imprégnant son pantalon en toile. Elle n’ose à peine toucher la blessure, revoyant sans peine les chairs profondément ouvertes par sa chute stupide de sa part. Elle est le genre de chasseuse à ne jamais relâcher son attention, prenant garde à son environnement qu’elle sait parfois hostile et désavantageuse… mais aujourd’hui, elle a eu la stupidité et l’imprudence de lever le nez vers la cime des arbres, persuadée d’avoir entendu un bruit inconnu juste au-dessus d’elle. La punition est arrivée aussitôt, lorsqu’elle a senti la semelle de sa botte glisser sur une roche pour la faire dévaler vingt mètres plus loin, plantant une branche d’arbre aiguisée dans sa cuisse. La douleur a été immédiate, brutale, un déchirement venu de l’intérieure se répandant jusqu’au fond de ses tripes, lui soulevant une brusque nausée. A deux doigts de vomir son repas sur le sol tapis de feuille, Freyja a dû mordre avec force sur le manche de son couteau pour ne pas se mettre à hurler en délogeant le morceau de bois de sa blessure. Elle s’est plus que jamais maudite de ne pas avoir Althéa à ses côtés, son seul espoir de survie pour aller chercher quelqu’un du village pour venir lui porter secours. Elle se maudit également de son inattention, trainant maintenant difficilement sa jambe, perdant une quantité conséquente de sang.

Si elle ne fait rien ou n’arrive pas au village attend, elle va crevée. Si elle n’arrête pas très vite l’hémorragie, elle va crever aussi. Lamentablement, bêtement, en rageant contre elle-même. Et au-delà du fait qu’elle va mettre le triple d’heure à rentrer, Freyja se trouve désormais vulnérable à tout et à n’importe qui. La Pikuni déteste plus que jamais cette sensation de vulnérabilité, sachant ses chances réduites de 60% avec une blessure pareille, si ça n’est pas plus. Et dans l’environnement comme cette forêt, elle ne sera pas pardonnée, elle le sait.
C’est cette fois à l’arrêt qu’elle lève le nez vers le ciel, essaie de se repérer, se retrouve sans peine sur ce terrain qu’elle connait par cœur, aussi bien que son propre village, constatant donc qu’elle est bien loin de rentrer chez elle. Elle avance prudemment, jusqu’à ce qu’un bruit de pas l’interpelle. Il ne lui faut qu’une poignée de seconde pour dégainer et bander son arc, flèche pointée face à l’inconnu qui s’étale de tout son long contre une flaque de boue. Sans un mot, Freyja le tient en joue, prête à décocher son arme en pleine tête pour s’éviter tout danger jusqu’à ce que le jeune homme lève son regard vers elle, le visage barbouillé de boue. Son cœur bat à tout rompre, cogne contre sa poitrine. Si elle doit mourir ici, elle ne le fera pas sa lutter…

« Salut. » Son anglais parfait l’interpelle, lui donnant plus de détails que ce physique presque maladroit. Un débarqué, ici ? Aussi loin du camp ? Ça n’a pas si étonnant que ça ou en tout cas, plus autant qu’avant, mais cet homme n’a pas l’air aussi débrouillard que Murphy ou Maori par exemple. Jugement peut être hâtif, raison pour laquelle elle le garde en joue.  Le jeune homme lève pourtant les mains en signe de reddition mais ça ne calme pas pour autant la méfiance accrue de Freyja, sa blessure la faisant souffrir de martyr et transpirer un peu plus.

« Chon yu bilaik ? » Arc bandé, flèche dirigée sur son front, elle patiente, attend de voir si la menace est avérée ou non.

* Qui es-tu ?
 
(c) AMIANTE

— BETWEEN TRUTH AND WEAKNESS
Jonas Webber
DATE D'INSCRIPTION : 26/06/2018 PSEUDO/PRENOM : ELOW ; MULTICOMPTES : QUEEN IRINA + GENIUS DEVOS MESSAGES : 340 CELEBRITE : GEORGE MACKAY ; COPYRIGHT : ELOW ; METIER/APTITUDES : JARDINIER & CUEILLEUR, VOUS LE TROUVEREZ AUSSI SOUVENT PRÈS DU GRAND FEU (IL AIME S'EN OCCUPER). TRIBU/CAMP : THE 100 ; POINTS GAGNES : 20

 “a moment in the forest” (freyja) Empty Re: “a moment in the forest” (freyja)

le Mar 18 Fév 2020 - 14:56

— a moment in the forest
12 OCTOBRE 2119

Il ne sait plus. Quels étaient les mots que cette fille avait essayé de lui apprendre ? C'était quoi son prénom ? Nuna ? Mince alors. Les expressions simples, toujours utiles à prononcer dans une situation comme celle-ci, pourquoi as-t-il oublié ?

Il ne veut pas lui faire de mal, Jonas, mais il sait très bien que le manque de compréhension, ça peut tout changer. Qu’un sourire peut être mal interprété alors il lève les mains en l’air et espère ne pas perdre sa vie à cause de sa maladresse. Car oui, il est maladroit. Tout le temps, même sans rien faire de particulier. Assis dans le potager, debout près de Rachel quand elle cuisine, près du grand feu le soir sous les étoiles. C’est dans ses gènes, il n’y peut rien. Il a longtemps cessé de se battre contre quelque chose d’aussi inévitable. D'ailleurs, le pourcentage de chance qu'il glisse de nouveau est assez grand, mais pour l'instant, il reste les genoux dans la terre et essaye de regarder à travers ses cils lourds. Mince alors, qui est cette fille ?

Mourir parce qu’il est tombé la tête la première dans une flaque de boue sous les yeux d’une fille qui appartient sans doute à une autre tribu – et qui, peut-être, ne parle même pas sa langue… bonjour la fin de vie pourrie. Heureusement qu’il y a longtemps qu’il a accepté que mourir est inévitable, que ça soit dans la cage blanche d’une petite prison spatiale, où sur terre là où le vent amène des tempêtes meurtrières. Il ne craint plus de recevoir une flèche en plein cœur, mais de redevenir un prisonnier. Quelqu’un qu’on bloque entre quatre murs, qu’on empêche de voler. Voilà pourquoi le nom des Rahjaks ne disparaît pas. Qu'il maintient la crainte d'être, un jour, kidnappé, emporté dans le désert.

« Je suis désolé, je ne comprends pas. » Et il fait cette tête si particulière et si propre à Jonas. Cette expression confuse, maladroite. IL a peur, c’est vrai, et il est triste parce que si elle ne parle pas l’anglais, alors peut-être que tout peut s’arrêter.

Et alors qu’il baisse les yeux, il remarque sa cuisse. La blessure qu’elle affiche est loin d’être toute petite. Cela doit être incroyablement douloureux, même.

« Tu es blessée ? » Il indique avec son nez sa jambe, mais fini par craquer : il se relève en tentant de ne pas glisser et se nettoie le visage un peu plus. Qu’est-ce que c’est collant, comme truc. Cela le démange, d’ailleurs, de ne pas nettoyer ses vêtements et tout le reste, mais ce n’est pas le moment de s’inquiéter des apparences. « Je peux t’aider. » Dit-il alors. Puis il relève les bras en se disant qu’elle a peut-être cru qu’il allait l’attaquer ou quelque chose dans le genre, mais il n’a vraiment aucune arme et pas vraiment de muscle pour faire ce genre de choses. « Tu saignes beaucoup. »

@Freyja Vaarhal
Forget your running
Freyja Vaarhal
DATE D'INSCRIPTION : 15/10/2019 PSEUDO/PRENOM : Captain_M MESSAGES : 138 CELEBRITE : Saoirse Ronan COPYRIGHT : Moi METIER/APTITUDES : Chasseuse/Pisteuse TRIBU/CAMP : Pikunis POINTS GAGNES : 0

 “a moment in the forest” (freyja) Empty Re: “a moment in the forest” (freyja)

le Jeu 19 Mar 2020 - 22:35
A moment in the forest

La douleur lancinante lui crispe les muscles, lui colle des sueurs chaudes le long de la colonne tandis qu’elle maintient son arc tendu braqué droit sur l’inconnu à la chute ridicule. Il a la gueule sale et humide, comme ses fringues et Freyja ne se souvient pas l’avoir déjà vu quelque part. Elle se doute bien qu’il vient de l’un des camps tombés du ciel, mais lequel ? Depuis qu’elle a compris que Cassandre faisait partie du deuxième arrivage, la pikuni ne sait plus très bien. De toute façon, ça n’a aucune espèce d’importance là, tout de suite. Son cœur cogne avec violence avec la sensation particulière et très désagréable de se sentir vulnérable.

« Je suis désolé, je ne comprends pas. Elle comprend parfaitement son langage et ses mots collent parfaitement à cette expression paumée qu’il affiche. Il a un visage tout particulier mais Freyja aime les choses et les gens particuliers, ceux qui ont cette touche d’étrangeté, dissonant fortement avec la masse et la majorité. Mais ça n’est pas pour autant qu’elle baisse sa garde, loin de là. La flèche est toujours pointée sur le front, prête à percer l’espace pour se planter dans l’os de son crâne. Tu es blessée ? Elle ne desserre pas les dents, jauge l’attitude, le comportement. Je peux t’aider.Tu saignes beaucoup. » Le réflexe est purement défensif et animal lorsqu’elle se recule d’un pas, tendant un peu plus la ficelle de son arc. Mais qui dit reculer, dit prendre appuie sur sa jambe blessée et la douleur pulse aussi vite qu’un coup de jus dans l’ensemble de sa jambe jusque dans ses tripes. Freyja étouffe un cri de douleur et sous la surprise, décoche la flèche qui juste au-dessus du crâne de l’inconnu qui a certainement vu les dernières secondes de sa vie passer sous ses yeux.
La pikuni titube, manque de trébucher, l’arc au sol, main sur la blessure sanguinolente. L’espace autour d’elle tourne dangereusement et les bouffées de chaleur ne cessent à aucun moment de l’assaillir par vague. L’inévitable arrive et la jeune femme chute sur le côté, s’appuie sur le tronc d’arbre à proximité le front et le dos humide de sueur. Bordel. La douleur est pire que ce qu’elle ne veut l’admettre mais surtout si elle ne fait rien, elle se videra de son sang et en mourra. Seulement, l’idée que cet inconnu l’approche, bien que sa tronche soit plus avenante que méfiante, ne lui plait pas. Elle a en a connu des types ou des nanas comme lui, au visage agréable, inspirant la confiance à toute une tribu pour mieux vous planter une lame dans le dos, sans vous y attendre. Est-ce que c’est ce qui est arrivé à leur dernier chef ? Peut-être, peut-être pas. Son esprit divague et déraille à moitié alors qu’elle s’affaisse sur le tronc, couteau de chasse en main.

« Tu viens de quelle tribu ? Ton prénom ? Son anglais est écorché lorsqu’elle le prononce mais est suffisamment bien parlé pour se faire clairement comprendre. La méfiance est là mais semble s’amoindrir à mesure que l’instinct de survie lui hurle de peut-être lui donner une chance. Elle déglutit, la gorge sèche avant d’articuler. Moindre geste de travers, j’t’égorge. »

 
(c) AMIANTE

— BETWEEN TRUTH AND WEAKNESS
Jonas Webber
DATE D'INSCRIPTION : 26/06/2018 PSEUDO/PRENOM : ELOW ; MULTICOMPTES : QUEEN IRINA + GENIUS DEVOS MESSAGES : 340 CELEBRITE : GEORGE MACKAY ; COPYRIGHT : ELOW ; METIER/APTITUDES : JARDINIER & CUEILLEUR, VOUS LE TROUVEREZ AUSSI SOUVENT PRÈS DU GRAND FEU (IL AIME S'EN OCCUPER). TRIBU/CAMP : THE 100 ; POINTS GAGNES : 20

 “a moment in the forest” (freyja) Empty Re: “a moment in the forest” (freyja)

le Dim 29 Mar 2020 - 13:02

— a moment in the forest
12 OCTOBRE 2119

Un faux pas et il est mort. C’est ce qu’il devrait se dire, c’est ce qui devrait le pousser à partir en courant en direction opposé quitte à se perdre encore plus et à ne plus savoir quoi faire. Après tout, une flèche en plein cœur ça peut être très fatale – et il a déjà vu une chasseuse au campement prouver son art, alors il ne doute pas de la capacité de cette étrangère à l’anéantir en un temps record. En plus, avec de la boue sur le visage, il doit faire peut-être peur. Il ne sait pas. Cela peut se jouer de rien, alors il ne sait pas quoi faire et se sent incroyablement, mal à l’aise. Quel dommage qu’il n’ait pas appris sa langue ! Il s’était dit, une fois, qu’il devrait, mais il a tellement du mal à apprendre les choses, en générale, qu’il a vite oublié. Le peu de mémoire qu’il possède, c’est tout son apprentissage sur l’agriculture et les plantes. Même sur terre, il a peaufiné certains savoir, en trouvant des nouveautés dû aux radiations. Et puis, son travail lui a donné une place au campement qu’il a souvent peur de perdre. Lui qui aime ce qu’il fait chaque jour, ne peut s’autoriser à s’éloigner de sa routine au risque de ne plus être utile à quoi que ce soit.

Comme sa concentration jongle rapidement entre tout et rien, il ne peut nier la blessure de l’inconnue. Voir du sang l’angoisse et il a presque envie de se précipiter sur elle pour essayer de limiter les dégâts. Presque, parce qu’il ne peut pas ignorer la flèche, toujours pointé sur lui. Et l’étrangère recule, se fait mal et la flèche s’envole au-dessus de la tête de Jonas qui ne bouge plus d’un centimètre, pétrifié par ce qui viens de se passer. Tremblant, il essaye de toucher le haut de sa tête, sans pouvoir exprimer quoi que ce soit à part des onomatopées sans queue ni tête. « Je… Tu… Mais… C’est… Tu… » Finalement, il se retourne pour apercevoir l’arme planté tranquillement dans un arbre. Il n’a cependant pas besoin de dire pourquoi, car lorsqu’il reporte son attention sur elle, il comprend bien que c’est sa blessure, le problème.

« J’ai… Je… » Rha ! Il prend une grande respiration, sert bien les poings puis dit, un peu trop fort : « JE PEUX T’AIDER. JE SAIS COMMENT SOIGNER TA BLESSURE. » Il ne veut pas lui faire peur, mais peut-être qu’il a un peu exagéré. L’angoisse, en même temps, lui faire des choses stupides. « J’ai de quoi t’aider dans mon sac, mais je n’ai pas très envie de mourir et si tu ne comprends pas, je ne sais vraiment pas quoi faire pour t’aider. » Il soupire et se gratte la tête, en espérant qu’une solution vienne à lui – mais rien.

Il est vrai qu’avant son départ, il prend toujours avec lui un petit kit de survie improvisé. En sortie, il est si aisé de se blesser, qu’il se sent un peu plus en confiance avec ça dans le sac. Évidemment, on l’a aidé à trouver l’essentiel sans privé le campement du nécessaire, mais il avait sur lui quelques herbes emmitouflés dans du tissu, utiles pour arrêter une hémorragie et cicatrisé une plaie.

« Tu me comprends ! » Qu’il s’exclame de joie, ignorant complétement la méfiance du ton emprunter. « Pas besoin de m’égorger, je veux juste t’aider et puis comme ça, tu pourras aussi m’aider, je ne suis pas très sûr de mon chemin, je crois que j'ai réssui à me perdre. Encore. » Il cherche son sac pour y chercher ce dont il a besoin puis relève la tête : « Ah oui, pardon ! Je m’appelle Jonas, je viens de… Euh. Le peuple du ciel, je crois. Skaikru ? »

@Freyja Vaarhal
Forget your running
Freyja Vaarhal
DATE D'INSCRIPTION : 15/10/2019 PSEUDO/PRENOM : Captain_M MESSAGES : 138 CELEBRITE : Saoirse Ronan COPYRIGHT : Moi METIER/APTITUDES : Chasseuse/Pisteuse TRIBU/CAMP : Pikunis POINTS GAGNES : 0

 “a moment in the forest” (freyja) Empty Re: “a moment in the forest” (freyja)

le Jeu 18 Juin 2020 - 12:41
A moment in the forest


Il est effrayé, apeuré, elle se demande s'il va pas faire un malaise puisque visiblement Freyja le terrorise plus qu'il ne pourrait l'exprimer. La gorge sèche, elle lui donne l'accord de pouvoir l'aider, couteau en main. On aura connu plus avenant comme accueil mais c'est tout ce qu'elle peut fournir en vu de sa condition. Elle ne l'connait pas, ne sait pas qui il est, ni ce qu'il fout dans le coin, rien ne lui assure qu'il ne va pas en profiter pour la dépouiller après lui avoir planter une lame dans le cœur. Mais c'est soit continuer à jouer les têtues, soit accepter qu'il puisse potentiellement lui venir en aide.
Freyja abdique, prononce donc sa pseudo menace dans cet anglais écorché mais tout à fait compréhensible.

"Tu me comprends ! Transpirante, endolorie, Freyja ne réplique pas. Elle se garde bien de montrer qu'elle comprend l'anglais, plus que certains des siens. Manière étrange de se protéger. Pas besoin de m’égorger, je veux juste t’aider et puis comme ça, tu pourras aussi m’aider, je ne suis pas très sûr de mon chemin, je crois que j'ai réssui à me perdre. Encore. Souffle court, cœur battant, elle fronce les sourcils alors qu'elle observe cet homme qui n'a finalement peut-être rien de menaçant. Avec l'esprit qui commence à partir elle ne sait où, elle n'est plus sûre de rien. Couteau bien en main, elle le laisse s'approcher, priant pour avoir suffisamment de réflexe en réserve pour se défendre au cas où. Ah oui, pardon ! Je m’appelle Jonas, je viens de… Euh. Le peuple du ciel, je crois. Skaikru ?
- Je m'en suis douté, oui." D'où est-ce qu'il pourrait venir à part du ciel ? Etoile humaine venu se cracher avec une centaine d'autres. Freyja a apprit à les connaitre, à les apprécier, se liant d'amitié avec la plupart d'entre eux malgré la réticence des siens. Elle pense notamment à Lub' qui, elle, a bien moins de patience que la cadette. Une chance pour le fameux Jonas d'être tombé sur la plus jeune des Vaarhal. Mais s'entendre avec quelques-uns d'entre eux, ne veut pas dire avoir confiance en toute leur communauté. Comme partout, ils comportent leur lot de connard et de pourriture, Freyja le sait, l'a vu.

"Il n'y a que Skaikru pour réussir à se perdre ici. Elle serre les dents, laisse Jonas approcher alors qu'il fouille dans son sac certainement à la recherche de ce qu'il faut pour éviter qu'elle ne continue de se vider comme un porc une veille de fête. Ses doigts se crispent sur le manche du couteau sous une nouvelle vague douloureuse, étouffant un grognement entre ses dents. Elle commence à trembler de froid en parfait contraste avec la sueur qui perle à la racine des cheveux. A moins que ça ne soit les nerfs qui lâchent. J'ai glissé et je suis tombé vingt mètre plus bas sur une branche taillée. Pas sûre que ça soit très anglais ce qu'elle raconte là, qu'elle se fasse réellement comprend mais la douleur biaise absolument tous ses sens. J'ai pas ce qu'il faut pour arrêter le sang." Elle n'a pas ce qu'il faut tout court.

@Jonas Webber
(c) AMIANTE


— BETWEEN TRUTH AND WEAKNESS
Jonas Webber
DATE D'INSCRIPTION : 26/06/2018 PSEUDO/PRENOM : ELOW ; MULTICOMPTES : QUEEN IRINA + GENIUS DEVOS MESSAGES : 340 CELEBRITE : GEORGE MACKAY ; COPYRIGHT : ELOW ; METIER/APTITUDES : JARDINIER & CUEILLEUR, VOUS LE TROUVEREZ AUSSI SOUVENT PRÈS DU GRAND FEU (IL AIME S'EN OCCUPER). TRIBU/CAMP : THE 100 ; POINTS GAGNES : 20

 “a moment in the forest” (freyja) Empty Re: “a moment in the forest” (freyja)

le Lun 29 Juin 2020 - 12:55

— a moment in the forest
12 OCTOBRE 2119

La forêt est immense. Elle constitue un environnement que Jonas apprécie, mais évite tout de même. Il sait qu’il n’a pas les capacités de se défendre face à un animal, et qu’il y a tellement de curiosité qu’une fleur pourrait l’empoisser. Il a conscience des dangers, mais ne peut malheureusement pas échapper à son esprit maladroit qui, même lorsqu’il fait de son mieux pour ne pas trop s’éloigner, le conduit au loin. Peut-être qu’il y a quelque chose, ailleurs, qui l’attire. Une voix qui l’appelle. Mais quoi ? Il ne saurait pas dire. Il se sait être un fardeau plus qu’autre chose au sein de sa nouvelle famille. Personne n’est parfait, mais avec Jonas, cela ne s’arrête pas là. Il n’a pas juste des défauts qu’il pourrait supprimer. Il est ainsi. Sa déficience est une réalité qui ne pourra pas évoluer. Il redoute, d’ailleurs, toute chute. Toute frappe à la tête, comme lorsque son père lui donnait des coups. Parce qu’une petite voix dans sa tête reproche à son paternel d’avoir fait de lui ce qu’il est. D’avoir détruit sa tête, de l’avoir rendu fragile. Alors toute action de violence, il la refuse. S’en éloigne par crainte de voir son état s’empirer. Il a déjà tant de mal à se souvenir de certaines choses, alors tout oublié ? Comment vivre s’il ne peut rien fournir aux autres ? S’il ne peut même pas se rappeler son propre nom ?

Par chance, Freyja semble le comprendre et finalement faire un peu de compromis pour le laisser s’approcher. Jamais il ne sera capable de lui faire du mal, mais comment peut-elle le savoir ? À ses yeux, il n’est qu’un garçon des étoiles. Une menace dont elle ignore tout.

« C’est si facile que ça de nous reconnaître ? » Qu’il s’amuse à dire, tout en regardant autour de lui. Lui, ne vois pas de différence. Ils ont tous une tête, deux bras et deux jambes. Mais peut-être que ce sont les vêtements. Peut-être que c’est la façon de parler, de regarder les arbres comme si c’était la plus belle au monde ? Il ne sait pas, mais elle ajoute assez vite qu’il n’y a que le peuple du ciel pour se perdre et il se met à rire : « Surtout moi. »

Il sort de ses affaires ce dont il a besoin pour l’aider et prend un air très sérieux. Hors de question de faire une bêtise. Il veut la soigner, pas la blesser. Il faut empêcher qu’elle perde plus de sang, alors il s’y colle tout en l’écoutant. Il enlève son bandage, entoure sa cuisse d’un autre morceau de tissu et sert très fort en murmurant un doux : « Désolé. » Il se rappelle la fois où il s’est réveillé près de la rivière, les pieds en sang, les bras griffés. Aujourd’hui encore, il ne sait pas ce qui s’était produit, mais Eris avait pris soin de lui. Il tente donc de prendre soin de Freyja de la même manière : à la fois délicat et décidé. Sa blessure est profonde, mais Jonas reste concentré. C’est assez horrible, mais pas impossible à sauver. Il sort sa gourde et déverse de l’eau dessus, avant de tendre le reste à la demoiselle – elle doit être épuisée, avoir faim et soif. Puis d’un tissu, il sort un mélange de plantes qu’il mâche avant de le mettre sur la plaie. Il fait très attention à ne pas y aller trop fort, mais il faut vraiment tout recouvrir. Comme tout son mélange y passe, il ajoute son tissu bien plié comme un pansement, puis retire la bande qui arrêter le saignement et refait un bandage que tout tienne bien en place.

« J’ai une pomme, si tu veux ? » Il s’essuie le front du revers de sa main, ajoutant alors un peu de sang à la boue qui recouvre en partie sa tête, puis lui tend le fruit, seul nourriture qu’il possède – mais il se dit qu’il retrouvera son chemin avant qu’il ne soit trop tard.

@Freyja Vaarhal
Contenu sponsorisé

 “a moment in the forest” (freyja) Empty Re: “a moment in the forest” (freyja)

Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum