Aller en bas
— BETWEEN TRUTH AND WEAKNESS
Jonas Webber
DATE D'INSCRIPTION : 26/06/2018 PSEUDO/PRENOM : ELOW ; MULTICOMPTES : QUEEN IRINA + GENIUS DEVOS MESSAGES : 257 CELEBRITE : GEORGE MACKAY ; COPYRIGHT : SECRET SANTA (MYSTERY LIGHT) ; METIER/APTITUDES : JARDINIER & CUEILLEUR, VOUS LE TROUVEREZ AUSSI SOUVENT PRÈS DU GRAND FEU (IL AIME S'EN OCCUPER). POINTS GAGNES : 81

 “a moment in the forest” (freyja) Empty “a moment in the forest” (freyja)

le Jeu 2 Jan 2020 - 10:03

— a moment in the forest
12 OCTOBRE 2119

Ce n’était pas une bonne idée.

C’est ce qu’il n’arrête pas de se répéter depuis une bonne heure. Il tourne en rond, il le sait. Il y a un arbre particulier, juste devant lui, avec des feuilles encore bien verte malgré l’automne déjà à bout. Au moins, il a réalisé assez vite que quelque chose n’allait pas et ça, c’est quand même un exploit. Maintenant, malgré toutes ses tentatives mémo-techniques pour repérer le nord et le sud, tous les conseils qui lui ont été donnés et ces rares fois où il a réussi l’aller-retour sans partir à gauche au lieu d’à droite, Jonas est perdu. Il ne trouve plus son chemin et le temps passe. Bien heureusement, il est parti assez tôt, ce matin-là, mais tout de même. Le soleil décline plus vite.

Comme souvent, quand il se retrouve au milieu de nulle part, Jonas s’arrête. Il pose son sac – pas très lourd, mais Jonas a trouvé des noisettes et ça commence à faire son petit poids. Il s’assoit par terre, face à cet arbre étrange, et essaye de se vider l’esprit – pas compliqué, en réalité. Sur son chemin, il est passé par le pont. C’est l’élément qu’il doit retrouver. Est-ce qu’il a longé la rivière ? Il ne s’en souvient plus. Et cet arbre ? Est-ce qu’il est passé à côté en arrivant ? Zut. Quel était donc l’autre repère ? Il se gratte la tête, ne trouvant aucune réponse. Pas la moindre image pour l’aider, rien. Il est coincé. Entouré de néant.

« Mince. » Il va encore se faire taper dessus, c’est certain, mais s’il n’essaye pas de se débrouiller par lui-même, aussi particulier son esprit peut-il être, alors comment faire ? Toujours dépendre des autres ? Mais est-ce qu’ils ne seraient pas tous un peu fier de lui s’il parvenait à se priver de leur aide ? S’il réussissait, pour une fois, à partir dans la forêt et revenir ? Non ? Il croise les bras, puis casse une noisette avec une pierre et la mange. Bon, s’il ne se lance pas, il ne trouvera pas, c’est certain. Et puisque cet arbre semble survivre au froid plus que les autres, peut-être bien que c’est un indice en lui-même ? Non ? Peu importe. Il se relève, bois un peu d’eau et dessine de faire le tour du tronc pour ensuite choisir une direction. Au hasard, mais quand même. C’est un début.

Après quelques minutes, il se demande s’il ne s’est pas trompé. Mais quelques minutes, ce n’est pas assez pour savoir si c’est le bon chemin ou non. Il doit être patient, prendre sur lui et avancer. Sauf qu’il se coince le pied dans une racine et se retrouve à glisser plus loin, avant de finir dans une flaque. Le froid lui donne un frisson et la boue sur le visage le fait grimacer. Ce n’est pas dramatique, mais ce n'est franchement pas agréable. Il aurait pu en rire, comme il rit souvent de ce genre de maladresse, mais il y a une fille, juste devant lui et il ne sait pas quoi dire. Il se contente de dégager la boue sur son visage pour mieux regarder – on ne sait jamais, c’est peut-être une illusion tout ça. Mais non, c’est bien une fille.

Pour éviter tout problème, il lève les mains. Pas d’arme, pas d’inquiétude, non ?

« Salut. » Tente-t-il tout simplement, se disant qu’il faut bien commencer quelque part. Il n’ose pas bouger. Les mains toujours en l’air, il espère qu’il n’est pas tombé face à une femme du désert qui va l’attraper et faire de lui un esclave ou quelque chose dans le genre.


@Freyja Vaarhal
Forget your running
Freyja Vaarhal
DATE D'INSCRIPTION : 15/10/2019 PSEUDO/PRENOM : Captain_M MESSAGES : 100 CELEBRITE : Saoirse Ronan COPYRIGHT : Me METIER/APTITUDES : Chasseuse/Pisteuse TRIBU : Pikunis POINTS GAGNES : 84
Forget your running

 “a moment in the forest” (freyja) Empty Re: “a moment in the forest” (freyja)

le Mar 14 Jan 2020 - 22:22
A moment in the forest


Elle ne cesse de serrer les dents, de retenir ces grognements douloureux qui ne demandent qu’à franchir la barrière de ses lèvres soudées ne serait-ce que pour exprimer la douleur lancinante qui lui traverse la cuisse jusqu’à la hanche. Le front ruisselant de sueur, son tee-shirt qu’elle a déchirée lors de la chute lui colle le long de la colonne vertébrale malgré la fraicheur de la saison. Elle ne tardera pas à trembler de froid, lorsque le corps entrera un peu plus en souffrance, encaissant le choc reçu quelques minutes plus tôt, mais pour le moment elle transpire à grandes eaux, cheveux collés le long de ses joues rougies.
Souffle court, Freyja s’appuie en grimaçant contre un arbre et constate de nouveau les dégâts. Le bandage autour de sa cuisse est déjà imbibée de sang, imprégnant son pantalon en toile. Elle n’ose à peine toucher la blessure, revoyant sans peine les chairs profondément ouvertes par sa chute stupide de sa part. Elle est le genre de chasseuse à ne jamais relâcher son attention, prenant garde à son environnement qu’elle sait parfois hostile et désavantageuse… mais aujourd’hui, elle a eu la stupidité et l’imprudence de lever le nez vers la cime des arbres, persuadée d’avoir entendu un bruit inconnu juste au-dessus d’elle. La punition est arrivée aussitôt, lorsqu’elle a senti la semelle de sa botte glisser sur une roche pour la faire dévaler vingt mètres plus loin, plantant une branche d’arbre aiguisée dans sa cuisse. La douleur a été immédiate, brutale, un déchirement venu de l’intérieure se répandant jusqu’au fond de ses tripes, lui soulevant une brusque nausée. A deux doigts de vomir son repas sur le sol tapis de feuille, Freyja a dû mordre avec force sur le manche de son couteau pour ne pas se mettre à hurler en délogeant le morceau de bois de sa blessure. Elle s’est plus que jamais maudite de ne pas avoir Althéa à ses côtés, son seul espoir de survie pour aller chercher quelqu’un du village pour venir lui porter secours. Elle se maudit également de son inattention, trainant maintenant difficilement sa jambe, perdant une quantité conséquente de sang.

Si elle ne fait rien ou n’arrive pas au village attend, elle va crevée. Si elle n’arrête pas très vite l’hémorragie, elle va crever aussi. Lamentablement, bêtement, en rageant contre elle-même. Et au-delà du fait qu’elle va mettre le triple d’heure à rentrer, Freyja se trouve désormais vulnérable à tout et à n’importe qui. La Pikuni déteste plus que jamais cette sensation de vulnérabilité, sachant ses chances réduites de 60% avec une blessure pareille, si ça n’est pas plus. Et dans l’environnement comme cette forêt, elle ne sera pas pardonnée, elle le sait.
C’est cette fois à l’arrêt qu’elle lève le nez vers le ciel, essaie de se repérer, se retrouve sans peine sur ce terrain qu’elle connait par cœur, aussi bien que son propre village, constatant donc qu’elle est bien loin de rentrer chez elle. Elle avance prudemment, jusqu’à ce qu’un bruit de pas l’interpelle. Il ne lui faut qu’une poignée de seconde pour dégainer et bander son arc, flèche pointée face à l’inconnu qui s’étale de tout son long contre une flaque de boue. Sans un mot, Freyja le tient en joue, prête à décocher son arme en pleine tête pour s’éviter tout danger jusqu’à ce que le jeune homme lève son regard vers elle, le visage barbouillé de boue. Son cœur bat à tout rompre, cogne contre sa poitrine. Si elle doit mourir ici, elle ne le fera pas sa lutter…

« Salut. » Son anglais parfait l’interpelle, lui donnant plus de détails que ce physique presque maladroit. Un débarqué, ici ? Aussi loin du camp ? Ça n’a pas si étonnant que ça ou en tout cas, plus autant qu’avant, mais cet homme n’a pas l’air aussi débrouillard que Murphy ou Maori par exemple. Jugement peut être hâtif, raison pour laquelle elle le garde en joue.  Le jeune homme lève pourtant les mains en signe de reddition mais ça ne calme pas pour autant la méfiance accrue de Freyja, sa blessure la faisant souffrir de martyr et transpirer un peu plus.

« Chon yu bilaik ? » Arc bandé, flèche dirigée sur son front, elle patiente, attend de voir si la menace est avérée ou non.

* Qui es-tu ?
 
(c) AMIANTE

Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum