Aller en bas
— BETWEEN TRUTH AND WEAKNESS
Jonas Webber
DATE D'INSCRIPTION : 26/06/2018 PSEUDO/PRENOM : ELOW ; MULTICOMPTES : QUEEN IRINA + GENIUS DEVOS MESSAGES : 366 CELEBRITE : GEORGE MACKAY ; COPYRIGHT : ELOW ; METIER/APTITUDES : JARDINIER & CUEILLEUR, VOUS LE TROUVEREZ AUSSI SOUVENT PRÈS DU GRAND FEU (IL AIME S'EN OCCUPER). TRIBU/CAMP : THE 100 ; POINTS GAGNES : 140

 “we can now breathe the sea wind” (sierra) - Page 2 Empty Re: “we can now breathe the sea wind” (sierra)

le Dim 21 Juin 2020 - 18:21

— we can now breathe the sea wind
21 JUILLET 2119

Cette journée représente pour Jonas, une chance. La preuve que sa vie a bien changée depuis l’espace. Qu’il n’est plus condamné, destiné à mourir. Comme de nombreux prisonnier, son destin était la mort. Il n’y avait pas d’espoir, la règle était intransigeante et ils finiraient tous par se faire éjecter le moment venu. La prison n’était qu’un moyen de se déculpabiliser pour ceux qui avaient décidé de leur sort. Parce qu’ils étaient trop jeunes, parce que tuer un enfant c’est toujours trop horrible. Pourtant, vivre en prison, ce n’était pas vivre. C’était même pire. L’attente est une punition ignoble, surtout quand la fin est connu d’avance. Mais après toutes ses années, Jonas respire l’air de la planète. Il cultive dans un petit potager et aujourd’hui, ils vont même à la mer. La plage est un endroit si imprévisible, si beau. L’horizon n’a pas de limite et semble s’étirer sur des kilomètres et des kilomètres. Jonas se demande, d’ailleurs, s’il y a plus derrière. Une autre terre, d’autres peuples ? Son imagination n’a pas de limite.

« C’est vrai, c’est bien comme ça, je trouve aussi. »

Deux entités parfaitement séparées et indépendante. Jonas, il aime les autres, les jeunes qui comme lui ont souffert de l’emprisonnement et qui ont vite goûté à la liberté une fois sur terre. Il aime ses jeunes avec qui il a connu la guerre, les tempêtes, et plus encore. Tant d’aventure, tant de combats. Il se sent à sa place au potager et près du grand feu, là où lorsqu’il était allé visiter le village des adultes, il n’avait ressenti que du stress. La pression d’un retour en arrière à une vie qui ne lui a fait que du mal.

« Oui, ça va. » Il évalue la lourdeur de ses jambes, et estime qu’il ne se sent pas plus fatigué qu’à l’habituel. Peut-être parce qu’ils discutent et qu’en sa compagnie, Jonas ne voit pas le temps passer. Faire une pause maintenant, c’est parfait. Se reposer, c’est essentiel.

Il se retourne quand Sierra lui parle d’une rangée d’arbres et imagine la mer, plus loin. Un kilomètre, ce n’est pas très loin, en fait. Donc c’est comme s’ils avaient fait la moitié, ce qui le rassure complétement. Il est bien prêt à aller plus loin. Il tend l’oreille pour voir s’il peut entendre la rivière et sourit. Elle a raison.

« C’est formidable. » Il adore, la rivière. C’est annonciateur d’espoir, parce que souvent, c’est son repère. Sa manière à lui de retrouver la civilisation. Lorsqu’il se perd, il longe la rivière. Si le terminus n’est pas celui souhaité, alors il va à l’opposer et fini toujours par retrouver le campement. Bon, une fois, il a fini près du marais et a vu un énorme alligator qui l’a terrifié, mais depuis…

« Parfois, je me dis que ça serait bien de savoir nager. » Il croque dans sa pèche, juteuse et sucrée. Elle est parfaite. « Tu crois qu’un jour, je pourrais apprendre ? Il y a des tribus sympas quand même, eux, ils doivent savoir. » Il pense notamment aux Naoris, toujours si gentil avec lui, bien qu’il n’est surtout rencontré qu’une fille de la tribu.

@Sierra Megara
Sans peurs et presque sans reproches
Sierra Megara
DATE D'INSCRIPTION : 27/07/2014 PSEUDO/PRENOM : Sammix MULTICOMPTES : Adriel MESSAGES : 18182 CELEBRITE : Barbara Palvin COPYRIGHT : Schizophrénic + Tumblr METIER/APTITUDES : Ramasseuse de fruits & plantes / Agricultrice / Parcourir la forêt à la recherche de nouvelles plantes & fruits TRIBU/CAMP : Les 100 POINTS GAGNES : 217

 “we can now breathe the sea wind” (sierra) - Page 2 Empty Re: “we can now breathe the sea wind” (sierra)

le Sam 4 Juil 2020 - 13:56
Nous étions indépendants des uns des autres, alors très franchement, je laissais bien les odysséens à leur place, cela ne valait clairement pas le coup de s'amuser avec leurs affaires, nous n'étions plus leurs enfants, plus vraiment leurs condamnés à mort depuis des lustres. Nous avions été leur cause de salut et rien que pour ça, nous méritions leur respect. Avec le temps, il était venu, plus ou moins, et ça me convenait, ce ne serait pas moi qui m'amuserait à chercher la petite bête quoiqu'il en soit sur n'importe quel sujet. Je disais à Jonas ce que je pensais, et il semblait d'accord. Chacun agissait pour les siens, cela n'empêcherait pas des échanges, des choses comme cela, mais pas de regroupement, non, ça n'aurait pas de sens depuis le temps qu'ils étaient là, je m'y opposerais clairement, après, si la majorité voulait cela alors je m'y plierais mais il me semblait savoir que ce n'était pas prévu au programme, qu'aucune discussion n'allait dans ce sens là. C'était mieux ainsi, puisque nous arrivions sans trop de mal à subvenir à nos besoins, sans trop d'aide même si avec les tempêtes et tout ce qui avait pu se produire, les pikunis avaient pu nous donner des semences pour le potager, rien de fou mais toute de même, c'était à notifier. Alors je lui souriais, lui demandant si ça allait pour lui, si le rythme imposé n'était pas trop rapide, trop difficile, car souvent, je ne m'en rendais pas compte. Pour moi ça allait, alors je me disais que pour les autres aussi ça allait mais ce n'est pas si simple que ça. Commençant à bien le connaître, je lui demandais toutefois, mais au vu de sa première réaction, ça allait plutôt bien, c'était donc une bonne chose. Alors je lui montre le chemin, la rangée d'arbre près de la rivière qui signifie la moitié du chemin. Faire une pause maintenant me semble être une excellente idée, alors c'est ce que nous faisons, ralentissant le rythme pour presque s'arrêter. Il semble réussir à entendre le cours d'eau qui coule non loin et ça l'émerveille presque. J'en souris parce que j'ai l'habitude de venir jusqu'ici, c'est un terrain que j'ai pu explorer un paquet de fois, pour la cueillette, ou juste le plaisir de me promener parce que j'adore ça. Alors, nous prenons les fruits de l'arbre et nous en mangeons un peu. Il se demande alors s'il pourrait apprendre à nager, se disant qu'une des tribus terriennes pourrait l'aider dans ce sens. Je ne sais pas à qui il pense, mais les calusas ne sont plus, c'étaient de loin les meilleurs nageurs, mais sans doute que les autres savent nager aussi. Je sais nager, je ne suis pas une experte non plus, mais je sais faire, alors même si je ne serais pas une professeure hors pair, je pourrais agir avec lui, s'il le désire. Pas dans la rivière, mais dans la mer puisque c'est le but de ce voyage là.

" Je sais nager, je ne suis pas une nageuse extraordinaire, mais dans l'eau, je ne coule pas, je remue les pieds et les jambes pour reste à flot. Donc, je suppose que je pourrais t'apprendre les notions au moins. Le plus près c'est la rivière, mais tout à l'heure une fois que nous serons arrivés à la mer, je compte bien piquer une petite tête dedans. "

Je lui souris, même si nous n'aurons pas le temps de nous prélasser des heures sur la plage si nous voulons faire l'aller-retour dans la journée, nous aurons quand même un peu de temps pour profiter de cette eau différente de celle de la rivière, salée. J'avais hâte d'y être en tout cas, et même si mon élément c'est la terre, l'eau ne me déplaisait clairement pas. Dire que je suis un poisson dans l'eau est un peu abusé mais je ne m'y sentais pas trop mal. Une fois les fruits mangés, une fois une gorgée d'eau avalée, je lui proposais donc de prendre la route.
— BETWEEN TRUTH AND WEAKNESS
Jonas Webber
DATE D'INSCRIPTION : 26/06/2018 PSEUDO/PRENOM : ELOW ; MULTICOMPTES : QUEEN IRINA + GENIUS DEVOS MESSAGES : 366 CELEBRITE : GEORGE MACKAY ; COPYRIGHT : ELOW ; METIER/APTITUDES : JARDINIER & CUEILLEUR, VOUS LE TROUVEREZ AUSSI SOUVENT PRÈS DU GRAND FEU (IL AIME S'EN OCCUPER). TRIBU/CAMP : THE 100 ; POINTS GAGNES : 140

 “we can now breathe the sea wind” (sierra) - Page 2 Empty Re: “we can now breathe the sea wind” (sierra)

le Dim 9 Aoû 2020 - 14:10

— we can now breathe the sea wind
21 JUILLET 2119

C’est agréable, de ne pas être en guerre. De ne pas être affamé. De ne pas affronter une nouvelle tempête. C’est agréable de simplement se promener, profiter du soleil et de la météo clémente. De ne pas travailler. De sourire face à une journée paisible et tranquille. Il en a besoin, Jonas. La vie au campement n’est pas très compliquée pour lui, et le côté monotone ne le dérange pas, pourtant, il y a des tas de choses qu’il n’ose pas faire, parce qu’il a peur. Peur de faire défaut, peur de ne pas arriver à être comme les autres. Alors il garde ses distances, se contente de ce qu’il sait et n’essaye pas d’aller au-delà.

Alors pouvoir se rendre à la plage lui donne un nouveau souffle. Lui permet de ne penser à rien d’autres, de se faire plaisir. Avec Sierra, il a l’occasion de prendre une belle respiration et pour ça, il sait qu’il trouvera une manière de la remercier. Trouver des pêches, c’est déjà bien – elles sont d’ailleurs bien fermes et juteuses, et Jonas les adore. Mais il pense à lui faire un cadeau. Quelque chose. Peut-être un bijou, s’il retrouve Nuna. Il pourra peut-être lui demander contre quoi il pourrait faire cet échange, n’importe quoi. Ou alors une arme, pour se défendre dans les bois quand nécessaires, mais Sierra n’est pas une chasseuse alors l’idée d’avoir un objet symbolique, un bracelet ou quelque chose dans le genre, lui parait être une meilleure option.

« Tu sais nager ?! » Qu’il s’exclame, surpris. « Mais c’est génial ! Je veux bien que tu m’apprennes, j’adorerais savoir pour éviter… pour éviter de me noyer. » Il rit, parce qu’il sait qu’il peut très facilement se laisser prendre par le courant, où finir au fond d’une rivière. Il est peut-être trop heureux de cette nouvelle, même s’il sait qu’il pourrait très bien oublier, plus tard, ce qu’elle aura pris le temps de lui apprendre. Malheureusement, il n’a pas de contrôle sur sa mémoire défaillante. Parfois ça reste, parfois ça part. C’est comme ça.

Ils se relèvent ensuite, prêt à reprendre la route. Jonas s’étire un peu. Il ne s’était pas assis dans une bonne position, mais marcher va permettre à la circulation sanguine de reprendre correctement. Ils ne sont plus très loin, alors il est excité comme jamais.

« J’ai l’impression désormais, de vivre. » Il se tourne vers Sierra et lui offre un beau sourire. « Après toutes ses années, j’ai l’impression de vivre ma vie, et non de survivre en espérant gagner un jour ou deux de plus. Pas toi ? »

C'est comme après avoir terminé une course. Il réalise qu'il n'y a plus d'urgences. Qu'il peut simplement sortir du campement pour se reposer et profiter de la forêt et de l'eau salée. Combien d'années, la pression avait joué sur ses épaules ? Les relations houleuses avec les autres tribus, le manque de nourriture et de ressources... Non, tout paraît plus simple, plus doux. Une respiration bien méritée.

@Sierra Megara
Sans peurs et presque sans reproches
Sierra Megara
DATE D'INSCRIPTION : 27/07/2014 PSEUDO/PRENOM : Sammix MULTICOMPTES : Adriel MESSAGES : 18182 CELEBRITE : Barbara Palvin COPYRIGHT : Schizophrénic + Tumblr METIER/APTITUDES : Ramasseuse de fruits & plantes / Agricultrice / Parcourir la forêt à la recherche de nouvelles plantes & fruits TRIBU/CAMP : Les 100 POINTS GAGNES : 217

 “we can now breathe the sea wind” (sierra) - Page 2 Empty Re: “we can now breathe the sea wind” (sierra)

le Jeu 13 Aoû 2020 - 14:25
Jonas n'est pas tellement du genre à aller au delà de ce qu'il sait faire, il se contente de rester dans ses plans, dans ce qu'il sait faire, sans aller véritablement au delà, raison pour laquelle cette journée est assez particulière pour lui, une journée simple au fond. Pourtant, elle semble lui plaire plus que tu ne l'aurais cru quand tu lui as fait la proposition à vrai dire d'aller jusqu'à la mer, d'y rester une heure ou un peu plus et de repartir, parce que finalement, c'est le trajet qui est le plus long. C'est une grosse promenade, une bonne randonnée même si le dénivelé n'est pas non plus énorme, c'est relativement plat, pas de pente trop abrupte en passant par le chemin habituel. Ainsi, sur le chemin, nous tombons sur des pèches et elles sont excellentes. J'ai pendant un petit moment fait la cueillette, donc je sais approximativement où il y a ce genre de fruits sur le chemin, mais c'est bien qu'il ouvre l'oeil aussi après tout, nous faisons la même chose sur le campement ou presque. Nous ne sommes pas si nombreux sur le potager, et bien souvent il faut trouver les semences ailleurs pour que tout soit bon pour nous. Bref, le but n'était pas celui-ci alors cette petite pause pour trouver les fruits était la bienvenue pour lui, comme pour moi au fond. Le rythme semblait lui convenir donc c'était parfait. Alors, je lui dis que je sais nager, bon, je ne suis pas non plus une grande experte, mais avec Nymeria, j'ai appris quelques notions en l'observant dans l'eau, et cela me sert encore parfois. Je ne suis pas forcément très à l'aise quand je n'ai pas pied mais voilà, je sais nager un minimum oui, aussi étonnant que cela puisse paraître.

" J'essayerais de faire ce qu'il faut pour ça oui, mais je ne suis pas une nageuse olympique quand même, mais je barbote suffisamment pour ne pas ressembler à un gros caillou qu'on lance dans l'eau. "

Et j'en souris avant de lâcher un petit rire en haussant légèrement les épaules. Je ne vais pas en pleurer après tout, n'est ce pas ? Non, certainement pas même. Quoiqu'il en soit, il est venu le temps de repartir en direction de notre but ultime qui n'est plus très loin mais qui n'est pas encore à porter de mains toutefois, il va falloir faire quelques kilomètres encore. Quoiqu'il en soit, il semblait être vraiment heureux de cette journée, alors ça me donnait encore plus le sourire et la motivation de me rendre à la mer. Il semblait envie réussir à vivre et non plus à seulement survivre. Personnellement, je vivais avec cette optique là depuis un petit moment, depuis la fin de la première guerre avec les terriens à peu près. Ils avaient compris que nous n'étions pas des menaces, alors depuis les menaces étaient moins significatives pour nous, pour moi, et donc je vivais plus simplement ma vie. Je lui souriais donc.

" Oui, il faut se libérer de cette pression que l'on s'impose à nous même, et vivre notre vie tranquillement en accord avec les autres, pour le bien être de tous. Alors, profitons de cette journée toute simple, un peu de promenade, un peu de baignade et ce soir, nous rentrerons satisfaits au campement, la belle vie. "

Mon côté positif depuis notre arrivée sur terre m'avait toujours aidé à voir les choses du bon côté même si au départ c'était presque trop à vrai dire, mais j'avais mis un peu d'eau dans mon vin pour rendre tout cela plus réaliste. Et depuis, tout allait plutôt bien même si parfois, il y avait de petites tensions évidemment.
— BETWEEN TRUTH AND WEAKNESS
Jonas Webber
DATE D'INSCRIPTION : 26/06/2018 PSEUDO/PRENOM : ELOW ; MULTICOMPTES : QUEEN IRINA + GENIUS DEVOS MESSAGES : 366 CELEBRITE : GEORGE MACKAY ; COPYRIGHT : ELOW ; METIER/APTITUDES : JARDINIER & CUEILLEUR, VOUS LE TROUVEREZ AUSSI SOUVENT PRÈS DU GRAND FEU (IL AIME S'EN OCCUPER). TRIBU/CAMP : THE 100 ; POINTS GAGNES : 140

 “we can now breathe the sea wind” (sierra) - Page 2 Empty Re: “we can now breathe the sea wind” (sierra)

le Sam 12 Sep 2020 - 12:03

— we can now breathe the sea wind
21 JUILLET 2119

Il y a tant à apprendre, des autres tribus. Tant de secrets sur leur façon de survivre sur terre. Tant de choses sur leur quotidien. Jonas aimerait être plus intelligent, avoir une meilleure mémoire, être plus performant pour pouvoir passer plus de temps en leur compagnie, savoir parler cette autre langue et améliorer des choses dans leur campement. Mais il ne peut pas, il le sait. Si jamais, il apprend autre chose, il pourrait perdre toutes ses années à travailler la terre. Il pourrait effacer involontairement ce savoir précieux qui est devenu si important pour lui. Toutes ces connaissances qui font de Jonas, un élément important pour le campement, car le potager a beaucoup de valeur à ses yeux. Il y donne tout ce qu’il possède et fait vraiment très peu d’erreur, voire pas du tout, tant il arrive, à force de faire encore et encore, à se débrouiller sans trop y penser. C’est sa place, et il ne veut pas la perdre. Aussi, il n’y a rien de plus beau que de prendre soin des plantes, de voir les feuilles naître et mourir, d’apercevoir le cycle de la vie qui continue, encore et encore, quelles que soient les épreuves et la météo. Cela peut paraître ridicule, mais c’est ce travail qui lui donne espoir. Lui donne la force d’avancer. Jonas se considère comme une mauvaise herbe, qui petit à petit, donne de sa personne pour se faire pardonner sa différence et évoluer.

Il se met à rire avec elle à l’imaginer tomber au fond de l’eau tel un caillou, puis fini sa pèche avant de se relever et de poursuivre la route. Ils sont encore du chemin à faire et s’il n’est pas fatigué, il sait que ça finira par arriver. Plus tard sans doute, peut-être en fin de journée après avoir savourer l’eau salé.

« La belle vie, oui ! » Son optimisme ne l’étonne plus, mais il l’apprécie chaque jour un peu plus. C’est un élément de sa vie dont il ne peut se passer. Le positivisme de Sierra, illumine ses pensées noires. Toujours ! « C’est par là ? » Dit-il en prenant un peu les devants, retrouvant un gain d’énergie. Il aimerait aller un peu plus vite, mais peut-être que ce n’est pas une bonne idée. Cependant, il a tellement hâte de voir l’océan et la plage, que c’est plus fort que lui. Il ne peut pas faire autrement que d’avancer vite tout en lançant des regards à Sierra pour être sûr qu’il suit le bon chemin. Il est capable, après tout, de virer à droite quand il ne faut pas, mais cela a l’air d’aller.

« Tu penses qu’on pourra rester longtemps, une fois sur place ? » Il ralentit puis se gratte la tête. « Ça doit être beau, le couché de soleil, mais c’est dangereux peut-être de rentrer la nuit ? » Il y a tellement de bêtes, tellement de danger et que dans sa bonne humeur, Jonas peut vite l’oublier. Il n’a pas vraiment eu de problème par le passé, ou alors il a tout simplement oublié. Il a tellement l’impression que tout vas pour le mieux qu’il a dû mal à se rappeler du mauvais.

@Sierra Megara
Sans peurs et presque sans reproches
Sierra Megara
DATE D'INSCRIPTION : 27/07/2014 PSEUDO/PRENOM : Sammix MULTICOMPTES : Adriel MESSAGES : 18182 CELEBRITE : Barbara Palvin COPYRIGHT : Schizophrénic + Tumblr METIER/APTITUDES : Ramasseuse de fruits & plantes / Agricultrice / Parcourir la forêt à la recherche de nouvelles plantes & fruits TRIBU/CAMP : Les 100 POINTS GAGNES : 217

 “we can now breathe the sea wind” (sierra) - Page 2 Empty Re: “we can now breathe the sea wind” (sierra)

le Dim 27 Sep 2020 - 15:51
Ce n'était pas un voyage que je faisais tous les jours, parce qu'il était quand même long sachant que nous ne pouvions nous déplacer qu'à pied, que nous n'avions rien pour nous déplacer autrement et plus vite, mais ça faisait partie du spectacle à vrai dire. L'arrivée devant la mer était la récompense du voyage effectué, c'était ce qu'il était le clou du spectacle pour pouvoir en profite au mieux. Avec Jonas j'avais un rythme tranquille, il faut l'avouer, personnellement, je pouvais aller plus vite, mais le rythme était largement suffisant pour faire le trajet dans la journée, même si nous étions partis tôt et que nous reviendrions sans doute tard mais la période était favorable pour ça clairement. Les jours sont assez longs pour en profiter autant, alors nous y rendre à notre rythme, doucement mais sûrement, c'est ce que je préférais dire dans ces moments là. Jonas ne savait pas nager, mais moi oui, enfin, je me débrouillais, je n'étais pas capable de faire des milliers de choses, je ne saurais même pas dire comment pouvait s'appeler la nage que je savais faire, si elle portait véritablement un nom d'ailleurs, car sans doute que je ne ressemblais à rien dans ces moments là. L'essentiel était ailleurs, je ne coulais pas, j'arrivais à rester en surface et c'était bien là le plus important en espérant que les vagues ne soient pas trop fortes pour que nous puissions faire plus que nous tremper les pieds même si ce serait déjà bien à vrai dire. Quoiqu'il en soit nous en rions ensemble, du fait que je ne sois pas un simple caillou mais que j'arrivais clairement à flotter comme il faut sur l'eau. C'était quelques choses de simple, mais qui nous convenait à merveille, à lui, à moi. Il n'était pas certains d'où il fallait repartir, me posant la question et je lui confirmais que c'était bien par là qu'il fallait se rendre puisqu'il avait pris légèrement les devants. J'en souriais, il était vraiment plein d'enthousiasme et ça faisait plaisir à voir. Alors, je le laisse imposer le rythme et lui dira si jamais il faut mieux tourner à gauche, à droite ou continuer dans la même direction. Il me pose alors une question qui me fait réfléchir. Cela dépendra de la durée que nous allons mettre à arriver sur la plage. Je n'ai pas prévu de m'éterniser là-bas, mais de profiter suffisamment pour que ce ne soit pas simplement de la randonnée. Puis, il me dit qu'il aimerait voir le coucher de soleil sur la mer, voulant rentrer de nuit ce qui au vue de la période semblait néanmoins compliqué. La lune n'était pas dans une période pleine alors elle n'allait pas éclairer le chemin comme il faudrait. Et se promener avec des torches la nuit attirerait les animaux sauvages. Bien entendu, c'était possible, mais ce serait dangereux, surtout que nous ne sommes pas vraiment des chasseurs.

" Si nous continuons sur ce rythme là, nous pourrons rester à peu près deux heures sur place environ. Pour ce qui est du coucher de soleil, je peux te confirmer que c'est beau, mais rentrer de nuit me semble être compliqué, il y a trop de dangers, trop de variables à prendre en compte pour que le trajet soit suffisamment sûr. Après, la période est favorable pour que nous puissions dormir sur la plage et rentrer demain. Nous avons ce qu'il faut dans nos sacs pour tenir en terme de nourriture et d'eau si nous n'abusons pas. Qu'est ce que tu penses de cette option ? "

Cela impliquerait donc de faire un petit feu sur la plage, de trouver un peu de bois et éventuellement de pêcher un ou deux poissons mais c'était possible, les nuits n'étaient pas trop froide, fraîches, mais si nous dormions proches du feu, ce serait possible, envisageable. Avait-il envie de dormir à la belle étoile avec moi ? Aurait-il suffisamment confiance ? Peut être que durant la nuit nous pourrions nous faire attaquer mais bon, il n'y avait jamais de risque zéro quoiqu'il arrive.
Contenu sponsorisé

 “we can now breathe the sea wind” (sierra) - Page 2 Empty Re: “we can now breathe the sea wind” (sierra)

Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum