-50%
Le deal à ne pas rater :
Les baskets Nike Air Max 200 en promotion
63 € 125 €
Voir le deal

Aller en bas
— BETWEEN TRUTH AND WEAKNESS
Jonas Webber
DATE D'INSCRIPTION : 26/06/2018 PSEUDO/PRENOM : ELOW ; MULTICOMPTES : QUEEN IRINA + GENIUS DEVOS MESSAGES : 364 CELEBRITE : GEORGE MACKAY ; COPYRIGHT : ELOW ; METIER/APTITUDES : JARDINIER & CUEILLEUR, VOUS LE TROUVEREZ AUSSI SOUVENT PRÈS DU GRAND FEU (IL AIME S'EN OCCUPER). TRIBU/CAMP : THE 100 ; POINTS GAGNES : 140

 “we can now breathe the sea wind” (sierra) Empty “we can now breathe the sea wind” (sierra)

le Lun 30 Déc 2019 - 11:21

— we can now breathe the sea wind
21 JUILLET 2119

La chaleur a enveloppé le continent. L’hiver glacial a fini par laisser sa place pour le plus grand plaisir du potager. Le printemps est passé sans problème et l’été s’annonce aussi bon. Si la tâche n’a pas été entièrement facile – gérer les cultures n’est pas une partie de plaisir – au moins la nourriture n’a pas manqué au campement et les cuisiniers ont réussi à faire ce qu’il faut. Les repas n’ont pas été plus copieux que les années précédentes, mais il y avait le nécessaire et ça, c’est le principal. Pas de ventre vide qui grogne, pas de corps qui maigrissent, pas de bouche non-nourrie. C’est son objectif, à lui. Outre d’aider les plantes à aller au bout de leur existence, de mener à bien l’évolution des fruits et légumes dont il se charge, il y a ce besoin vital de nourrir chacun et de n’oublier personne. Les récoltes ne sont pas non-plus gigantesques, mais Jonas est plutôt fier. Entre ça et les cueillettes, sans oublier la chasse, ils se débrouillent. Ses seules préoccupations, maintenant, sont liées à l’entretien des cultures. Avec la chaleur, il faut arroser assez souvent.

Assis dans la terre, Jonas vérifie les tuteurs des plants de tomate. Certains ne sont pas encore assez mûr et peuvent déséquilibrer les plantes. Heureusement qu’il n’est pas seul, mais c’est sans doute lui qui passe le plus de temps devant le potager. Pas parce qu’il y a beaucoup à faire, mais parce que c’est ici qu’il se sent chez lui. Qu’il se sent en harmonie avec la communauté et avec le rôle qu’il joue. Il ne pensait pas trouver sa place, réussir à être un atout plus qu’une faiblesse, mais finalement, il a trouvé.

Il se relève, s’essuie les mains et vérifier qu’il y a encore de l’eau dans la réserve mis en place pour les cultures. Il faudra bientôt aller chercher des sauts et les remplir à la source la plus proche, puis faire le trajet retour jusqu’ici pour ne pas négliger les plantes qui ont le plus soif. Et puis lui aussi, il a soif. Le travail, ça épuise facilement, même tôt le matin. Debout depuis le lever du soleil, Jonas n’est pas du genre à dormir quand le soleil brille tout haut. Il apprécie la fraîcheur d’une matinée d’été. Il y a quelque chose de paisible, vraiment, à se lever en même temps que le reste de la planète. Alors qu’il ramasse un panier de légumes récoltés, il aperçoit Sierra qui arrive en sa direction.

C’est vrai qu’aujourd’hui, ils vont aller à la mer ! Il avait oublié, le pauvre, mais avant qu’elle ne l’interpelle, il laisse le panier à un autre et se précipite vers elle.

« Je suis prêt ! Je suis prêt ! J'arrive ! » L’excitation est énorme. La dernière fois qu’il est allé voir l’océan, c’était avec Taël, il y a peut-être bien cinq ans. Depuis, il a n’a jamais osé y retourner. Peut-être parce qu’il tenait, à l'époque, à s’appliquer avec le potager encore jeune, peut-être aussi parce qu’il ne voulait pas être indésiré. Il ne demande pas, Jonas. Il reste plutôt dans son coin sans trop de problèmes et s’amuse seul. Un enfant, au fond, et il sait que cette image le colle affreusement et qu’il ne peut pas s’en détacher. Alors sa seule solution, c’est de ne jamais s’imposer. Sauf que Sierra lui a gentiment proposé et il n’a pas su refuser. Il lui fait signe d’attendre deux petites minutes et cours chercher son sac, ajoutant dedans de quoi boire sur le trajet et manger. L’hydratation est importante, pour eux, autant que pour les plantes et puisqu'il passe la journée dehors, autant de ne pas oublier de manger un petit quelque chose.

« On peut y aller. » Et si besoin, ils peuvent courir, mais ça serait idiot alors il ne fait pas la remarque. Il s’agrippe à son sac, vérifie que son tee-shirt n’est pas trop sale et n’attend qu’une chose : traverser la forêt pour sentir le vent salé.

@Sierra Megara
Sans peurs et presque sans reproches
Sierra Megara
DATE D'INSCRIPTION : 27/07/2014 PSEUDO/PRENOM : Sammix MULTICOMPTES : Adriel MESSAGES : 18174 CELEBRITE : Barbara Palvin COPYRIGHT : Schizophrénic + Tumblr METIER/APTITUDES : Ramasseuse de fruits & plantes / Agricultrice / Parcourir la forêt à la recherche de nouvelles plantes & fruits TRIBU/CAMP : Les 100 POINTS GAGNES : 191

 “we can now breathe the sea wind” (sierra) Empty Re: “we can now breathe the sea wind” (sierra)

le Mar 31 Déc 2019 - 0:37
L'été, il y a tellement à faire sur le potager, c'est fou, il faudrait ne pas dormir ou presque pour s'occuper de celui-ci. Avec Jonas, nous nous en occupons comme il faut, nous avons du remettre tout cela en ordre après les différentes péripéties, les différentes tempêtes, sans oublier les animaux qui ont pu venir roder sur le potager et en dévaster une partie. C'est comme ça après tout, les choses ne sont pas aussi simples qu'on le voudrait, je le sais bien, ce n'est pas facile, mais jamais je n'ai baissé les bras pour ça, jamais. J'ai toujours réussi à voir le verre à moitié plein, plutôt que le verre à moitié vide, et c'est ce que j'essaye de faire pour chaque chose. J'essaye aussi de donner cette vision là à ceux qui sont trop pessimistes, mais ce n'est pas une affaire si simple que ça. Parce que chasser le naturel, il revient au galop, et j'ai tendance à être trop optimiste même quand il n'y a pas ou plus de raison de l'être. C'est comme ça, j'ai réussi à mettre un peu d'eau dans mon vin, d'être optimiste mais réaliste toutefois.

Aujourd'hui toutefois le potager passera en second dans votre vie, pour quelques heures au moins, guère plus, car avec la chaleur, il ne faut pas le laisser sans surveillance trop longtemps mais il devrait y survivre, je parle du potager, mais de Jonas aussi bien entendu. J'ai même intérêt à le ramener en un seul morceau, parce que c'est moi qui va le guider jusqu'à notre destination, une destination qu'il n'a plus rejoint depuis maintenant trop longtemps à vrai dire. Alors lorsque je lui avais proposer, j'avais sentie comme une certaine excitation, et je la retrouvais encore dans ses prunelles aujourd'hui comme pour confirmer que nous sommes et que nous resterons à jamais des enfants du ciel, réussissant à nous émerveiller avec finalement peu de choses. Il faut dire qu'il n'y avait pas tellement pour être dans un état pareil. Ainsi, le soleil vient à peine de montrer le bout de son nez, laissant entrevoir une certaine clarté, que déjà il faut y aller. Aurait-il oublié que c'est aujourd'hui que nous avions choisi ? Mais je n'a pas le temps de l'apostropher que tout exciter, il me dit qu'il arrive et ça me fait sourire. Il n'est pas encore totalement prêt, il lui manque quelques détails mais il arrive après quelques minutes à peine.

" J'espère que tu n'as rien oublié parce que l'on ne va pas faire demi tour une fois qu'on sera en chemin. Je te mets la pression là, hein ? "

Et j'en rigole, parce que je sais qu'il a dû vérifier plusieurs fois qu'il avait tout ce qu'il fallait pour arriver jusqu'à bon port. Ainsi, nous partons en direction de la plage, près de ce qui a été le village calusa, encore détruit, pas encore reconstruit, s'ils décident de le reconstruire un jour, chose que j'ignore même si je trouve que c'est dommage de ne pas tenter une reconstruction.
— BETWEEN TRUTH AND WEAKNESS
Jonas Webber
DATE D'INSCRIPTION : 26/06/2018 PSEUDO/PRENOM : ELOW ; MULTICOMPTES : QUEEN IRINA + GENIUS DEVOS MESSAGES : 364 CELEBRITE : GEORGE MACKAY ; COPYRIGHT : ELOW ; METIER/APTITUDES : JARDINIER & CUEILLEUR, VOUS LE TROUVEREZ AUSSI SOUVENT PRÈS DU GRAND FEU (IL AIME S'EN OCCUPER). TRIBU/CAMP : THE 100 ; POINTS GAGNES : 140

 “we can now breathe the sea wind” (sierra) Empty Re: “we can now breathe the sea wind” (sierra)

le Dim 19 Jan 2020 - 19:01

— we can now breathe the sea wind
21 JUILLET 2119

Le potager est une véritable source pour le campement. Bien entretenue, apprécié, il permet de renforcer les besoins alimentaires de chacun. Les cuisiniers arrivent à faire des miracles avec certaines récoltes et parfois même donner du goût à des légumes qui n’en ont pas. L’importance de la survie a toujours primé, mais ces derniers temps ils s’autorisent tous à respirer un peu, à être créatif et même, se faire plaisir. Si la culture demande un énorme effort à Jonas et aux autres, cela n’en reste pas moins un travail agréable et régulier. Dans la répétition, Jonas n’oublie pas. C’est pour ça que ce travail a toujours été idéal pour lui. Il y a trouvé sa place, sa zone de confort et ne se laisse pas miner par la montagne de chose à faire pour que tout se passe comme prévu, au contraire. Il fait preuve d’un énorme positivisme quand nécessaire. Il a de la chance d’avoir à ses côtés quelqu’un comme lui, quelqu’un qui malgré les difficultés ne baisse pas les bras. Sierra est une dose de bonnes ondes, vraiment. Si lui est incapable de communiquer sa bonne volonté aux autres, elle, le transmet sans aucun mal. Le regard toujours tourné vers un avenir prometteur.

Et ils savent tous que la planète n’est pas stable. Qu’une nouvelle tempête peut toujours tout détruire, et faire tomber l’univers sur leur tête. Jonas ne sait jamais ce qui peut arriver, il sait simplement qu’ils sauront survivre, ensemble. Après toutes ses années, c’est bien la seule certitude. Quand le danger est là, plus personne n’est oublié, laissé à l’écart. Plus personne n’est différent. Plus personne.

C’est dans une journée comme celle-ci que Jonas se sent revivre. Il devient alors un jeune comme un autre, un survivant qui cherche à profiter d’un peu de répit. À force de rester au campement, il ne fait pas grand-chose en dehors du potager et parfois, une sortie ne lui fait pas de mal. Il accompagne aussi lors des cueillettes, mais comme il s’égare assez souvent, cela devient de plus en plus pénible pour ses camarades qui le retrouve des heures plus tard à courir après un papillon (c’est arrivé une fois).

« Non, non, j’ai tout, promis. » Enfin, je crois. Mais elle se moque un peu de lui et il se met à rire aussi. Normalement, il a tout, il en est certain. Il avait tellement hâte, que c’était presque impossible de ne pas vérifier une dizaine de fois pour que cette journée soit parfaite.

« Je ne sais plus si le trajet est très long, mais je suis vraiment content d’aller à la plage avec toi. » Dit-il en essayant de suivre son rythme et ses directions. Il ne saurait pas dire vers où ils partent, mais il fait entièrement confiance à Sierra. Il sait qu’elle saura les guider à travers la forêt, les ruines et plus encore. Jusqu’à l’eau, brillante, qui lui a tant manqué.

@Sierra Megara
Sans peurs et presque sans reproches
Sierra Megara
DATE D'INSCRIPTION : 27/07/2014 PSEUDO/PRENOM : Sammix MULTICOMPTES : Adriel MESSAGES : 18174 CELEBRITE : Barbara Palvin COPYRIGHT : Schizophrénic + Tumblr METIER/APTITUDES : Ramasseuse de fruits & plantes / Agricultrice / Parcourir la forêt à la recherche de nouvelles plantes & fruits TRIBU/CAMP : Les 100 POINTS GAGNES : 191

 “we can now breathe the sea wind” (sierra) Empty Re: “we can now breathe the sea wind” (sierra)

le Ven 31 Jan 2020 - 22:07
C'est le potager qui nous unit depuis déjà pas mal de temps et c'est ce qui continuera à nous unir Jonas et moi, mais c'est aussi ce qui permet à tout le monde de vivre, de survivre sur cette terre redevenue viable. Ce n'est pas toujours facile, ni simple, mais c'est comme ça que ça fonctionne, il faut faire certains sacrifices pour le bien de tous, c'est comme ça que je pense depuis le premier jour, toujours à penser aux autres avant moi-même. J'ai été parfois au bord de la rupture sans jamais réellement l'atteindre, parce que j'ai toujours réussi à m'occuper l'esprit par des choses moins préoccupantes pour garder un état d'esprit positif. C'est important de toujours voir le verre à moitié plein, plutôt que l'inverse mais ce n'est pas une mince affaire pour d'autres, je pense notamment à Rachel qui voit le verre de cette façon même si elle fait des efforts. Jonas n'a jamais été avare d'efforts concernant le potager, mais aujourd'hui, nous avions prévu une journée pour ainsi dire tranquille, disons qu'elle est loin de nos préoccupations habituelles, car elle sera sans doute aussi fatigante voir plus qu'une "simple" journée au potager. Ce seront surtout nos jambes qui vont souffrir, car il faut faire pas mal de marche, alors qu'avec le potager, c'est tout nos muscles ou presque qui travaille. Là, ce seront surtout nos jambes pour atteindre cette eau salé, parfois dangereuse quand elle se déchaîne complètement. Nous l'avions vu lors des tempêtes que nous avions pu subir sur le campement, l'une des dernières avait même réussie à rendre le village calusa impraticable. Notre campement avait pris cher aussi mais nous avions réussi à reconstruire, refaire ce qu'il fallait malgré tout, en restant le plus positifs possible. C'était facile à dire pour moi, plus difficile pour d'autres mais dans l'ensemble, le moral ne semblait pas être en berne comme cela a parfois été le cas. Il est important de faire ce qu'il faut pour garder tout cela au beau fixe, raison pour laquelle j'emmenais avec moi Jonas pour une petite balade que je faisais régulièrement. Cela lui ferait voir du pays, et nous ferait du bien, de varier de nos occupations habituelles. J'avais tout préparé de mon côté mais est ce qu'il en était de même pour lui ? Il semblerait même s'il n'était pas complètement sûr de lui, je pouvais le lire sur son visage. Mais je le prenais à la rigolade alors son visage se détendait immédiatement. Il ne savait plus si le trajet était très long, mais c'était le cas, du moins, dans la mesure du possible, il y aurait plus de marches vers la plage que le temps qu'il faudrait rester là-bas, mais ça en valait la peine.

" Juste quelques heures, mais ça vaut le coup, la plage est sublime et comme il fait beau, nous allons pouvoir nous baigner un peu et sécher sur le chemin du retour. "

Et ainsi donc, je partais légèrement devant avec un rythme suffisamment soutenu pour ne pas être trop rapidement fatiguée, mais aussi pour que le trajet ne prenne pas plus de temps qu'il ne le faudrait. Le trajet sera sans doute l'occasion d'apprendre un peu plus à se connaître lui et moi, dans des conditions différentes de celles du potager.
— BETWEEN TRUTH AND WEAKNESS
Jonas Webber
DATE D'INSCRIPTION : 26/06/2018 PSEUDO/PRENOM : ELOW ; MULTICOMPTES : QUEEN IRINA + GENIUS DEVOS MESSAGES : 364 CELEBRITE : GEORGE MACKAY ; COPYRIGHT : ELOW ; METIER/APTITUDES : JARDINIER & CUEILLEUR, VOUS LE TROUVEREZ AUSSI SOUVENT PRÈS DU GRAND FEU (IL AIME S'EN OCCUPER). TRIBU/CAMP : THE 100 ; POINTS GAGNES : 140

 “we can now breathe the sea wind” (sierra) Empty Re: “we can now breathe the sea wind” (sierra)

le Dim 15 Mar 2020 - 16:17

— we can now breathe the sea wind
21 JUILLET 2119

Jonas a toujours été fasciné par la terre. Dans l’espace, c’est cette obsession pour la planète qui lui a, en quelque sorte, permit de survivre. L’idée qu’un jour, il puisse marcher, respirer, courir à travers les arbres, entendre les oiseaux chantés, voir le soleil se lever. Tout cela a construit en lui une passion, un rêve. Quand sa sentence fut prononcée, c’est la perspective de ne jamais voir son rêve se réaliser qui lui a brisé le cœur. La seule chose qui lui était donnée de voir, et ce, jusqu’à son dernier jour, c’était des murs blancs et un vide total. Il aurait pu se laisser mourir dans cet espace clos, sans avenir, mais dans son silence, il a continué de rêver de ce monde. Il se répétait en boucle tout ce qu’il avait appris, sur les pays, les animaux, le climat. Toutes les informations que son cerveau n’avait pas effacées, tout ce qui, justement, le faisait viber.

Alors forcément, une fois sur terre, Jonas s’est tourné vers le potager, vers la cueillette. Tout ce qui touchait à l'environnement, tout ce qui lui permettait de mettre en comparaison son apprentissage et la réalité. C’était la seule chose qu’il savait plus ou moins faire. Sa place, elle était là et pour rien au monde il ne voudrait que ça change. Même s’il n’est pas du genre à s’approcher des autres et qu’il a tendance à rester en retrait, il sait qu’il fait partie de cette communauté. Qu’il possède un lien qui l’unit aux autres. Qu'il peut apporter quelque chose aux autres, malgré ses différences.

La marche jusqu’à la plage est longue, mais ça Jonas l’a un peu oublié. De même qu’il n’est pas très physique, le garçon, mais il saura supporter la longueur de la route et le poids de son sac à dos.

« J’ai hâte qu’on y arrive ! » L’idée de pouvoir mettre les pieds dans l’eau, cela l’enchante. Il est impatient d’y arriver, mais il ne devrait pas trop forcer sur le rythme au risque d’être trop vite épuisé. Jonas essaye donc d'imiter son amie et une fois qu’il a l’impression d’avoir trouvé la bonne technique, il sourit. C’est comme si à chaque pas fait, la plage se rapprocher de lui et ça, ça le rend très heureux.

« Cela fait tellement longtemps que je n’étais pas sortie du campement. » Qu’il n’était pas allé voir d’autres choses. Il aime sa petite routine, Jonas. Il ne s’en plaint pas, au contraire, il a besoin de ça. Avec sa mémoire difficile, répéter plusieurs fois les mêmes actions lui permet de mieux avancer. « C'est vraiment une bonne journée. »

@Sierra Megara
Sans peurs et presque sans reproches
Sierra Megara
DATE D'INSCRIPTION : 27/07/2014 PSEUDO/PRENOM : Sammix MULTICOMPTES : Adriel MESSAGES : 18174 CELEBRITE : Barbara Palvin COPYRIGHT : Schizophrénic + Tumblr METIER/APTITUDES : Ramasseuse de fruits & plantes / Agricultrice / Parcourir la forêt à la recherche de nouvelles plantes & fruits TRIBU/CAMP : Les 100 POINTS GAGNES : 191

 “we can now breathe the sea wind” (sierra) Empty Re: “we can now breathe the sea wind” (sierra)

le Jeu 19 Mar 2020 - 0:15
Nous allions avoir le temps de discuter sur le chemin, plus que lorsque nous étions en train de bosser sur le potager, parce que vu la masse de boulot à faire, il ne fallait jamais perdre de temps. Oui, je sais, je dis ça et nous allons nous promener sur la journée pour aller jusqu'à la mer mais ce n'est pas quelques choses que nous allons faire régulièrement, et puis, nous avons suffisamment avancés pour nous prendre une journée de repos, même si au fond, elle ne sera pas si reposante que ça, parce qu'il va falloir marcher, bien comme il faut pour atteindre ce but. Mais cela vous changera de votre routine habituelle, surtout pour lui, parce que tu sais faire d'autres choses, partir à l'aventure pour un peu de cueillette, parfois un peu plus loin du campement. Jonas restait assez proche du campement, dans le potager, guère plus, raison sans doute de son excitation pour arriver à destination, destination qu'il avait connu, une fois visiblement, et qu'il avait fortement apprécié. Je n'ai jamais compté le nombre de fois où je suis allée là-bas, mais c'est bien plus que ça, dernièrement pour aller aider les calusas à récupérer quelques affaires, et à bien y réfléchir, cela remonte déjà à quelques mois mine de rien. Je lui souris, essayant de prendre un bon rythme, sans que ce ne soit un rythme trop fatiguant. Il faut faire l'aller-retour dans la journée, c'est mieux, mais il ne faut pas non plus s'user trop rapidement, il faut le bon compromis en quelques sortes. Je saurais le trouver, pour moi, mais est ce que ce serait bon pour Jonas ? Je ne sais pas, mais c'est moi qui fait le guide, alors je vais quand même devoir marcher devant, en espérant ne pas le voir essouffler au bout d'un kilomètre ou deux. A priori, cela ne devrait pas être le cas, mais on ne sait jamais après tout. J'en souris pourtant.

" Ne t'impatiente pas trop, la marche dure quelques heures quand même, à raison d'environ 4 kilomètres par heure environ. Mais oui, ça nous fera du bien de nous éloigner un peu du campement. Si jamais sur le chemin, tu vois des endroits où il y a de bonnes choses à manger, on pourra s'y arrêter un instant, ça nous fera de petites pauses, ça ne fera pas de mal. "

Parce que oui, il faut savoir ménager la chèvre et le chou, pour arriver à bon port sans trop de mal. Je savais qu'il y avait quelques coins susceptibles de voir fleurir quelques plantes médicinales ou quelques baies, mais cela dépendra de la position du soleil dans le ciel, parce qu'il ne faudrait pas prendre trop de retard sur le trajet initial. J'avais l'oeil pour voir ces choses mais Jonas serait peut être plus prompt que moi à ce niveau là, même si notre objectif restait la plage bien entendu, pour nous détendre un peu, rien que nous deux, les fiers agriculteurs du campement des petits hommes du ciel.
— BETWEEN TRUTH AND WEAKNESS
Jonas Webber
DATE D'INSCRIPTION : 26/06/2018 PSEUDO/PRENOM : ELOW ; MULTICOMPTES : QUEEN IRINA + GENIUS DEVOS MESSAGES : 364 CELEBRITE : GEORGE MACKAY ; COPYRIGHT : ELOW ; METIER/APTITUDES : JARDINIER & CUEILLEUR, VOUS LE TROUVEREZ AUSSI SOUVENT PRÈS DU GRAND FEU (IL AIME S'EN OCCUPER). TRIBU/CAMP : THE 100 ; POINTS GAGNES : 140

 “we can now breathe the sea wind” (sierra) Empty Re: “we can now breathe the sea wind” (sierra)

le Sam 28 Mar 2020 - 15:19

— we can now breathe the sea wind
21 JUILLET 2119

« 4 kilomètres par heure, c’est beaucoup ? » Il ne sait pas, la notion le dépasse. Est-ce qu’il marche assez vite ? Est-ce qu’il est trop long et Sierra lui suggère d’accélérer un peu ? Lui qui espère ne pas être un poids, se pose dix mille questions. Il sent d’ailleurs que son rythme cardiaque s’accélère, mais sa respiration est plutôt correcte pour l’instant. Dans une petite heure, peut-être, qu’il sera déjà épuisé et que la route sera encore plus longue que prévue par sa faute ? Aucune idée. Il fait confiance à Sierra, elle saura lui faire signe et lui dire si ça ne va pas. Ils ont toujours fait une bonne équipe ensemble, alors il n'a pas peur.

En ce qui concerne les bonnes choses à manger, il espère ne pas oublier. Parce qu’il oublie facilement. Peut-être qu’avec le ventre vide, il saura s’alerter au bon moment pour faire une pause et grignoter quelques choses dans la forêt. Il y avait largement de coin faire, surtout en cette saison. Il fait si bon, d’ailleurs. Aussi, ça serait dommage de ne pas profiter de ce trajet pour cueillir quelques plantes, c’est toujours très utile pour la communauté. Comme il n’a pas besoin de réfléchir au trajet puisque son amie est là, il sait que c’est une tâche qu’il peut accomplir. Il a juste besoin de se répéter intérieurement de garder l'œil ouvert - ce qu'il fait déjà. Il jette des coups des regards partout, tout en suivant Sierra.

« Dis-moi… » Qu’il commence. « Je ne sais plus si je t’ai déjà posé la question, mais tu ferais quoi toi si les autres nous demande de venir vivre avec eux ? » Il ne sait pas pourquoi, mais la question est apparue de nulle part dans sa tête et il a simplement ressenti le besoin de le demander.

Avec sa mémoire défaillante, il sait aussi qu’il répète peut-être une conversation, mais quelque chose lui dit qu’il n’a jamais abordé la question avec elle auparavant, sans doute parce qu’ils parlent surtout d’agriculture et de choses assez simple. La visite du nouveau village, c’était il y a maintenant deux ans quand il y songe. Depuis plus personne n’en a vraiment parlé, mais tant de choses s’était produit aussi. La tempête, tout d’abord, tout le travail pour reconstruire et retrouver un campement fonctionnel… Et puis Jonas a entendu parlé de rumeurs comme quoi les adultes travaillent sur un projet qui pourrait apporter de l’électricité. Une amélioration qui ne peut être négligée et qui, au fond, lui fait peur.

Alors et si demain, ils proposaient quelques choses ?
Que ferait Sierra ?

@Sierra Megara
Sans peurs et presque sans reproches
Sierra Megara
DATE D'INSCRIPTION : 27/07/2014 PSEUDO/PRENOM : Sammix MULTICOMPTES : Adriel MESSAGES : 18174 CELEBRITE : Barbara Palvin COPYRIGHT : Schizophrénic + Tumblr METIER/APTITUDES : Ramasseuse de fruits & plantes / Agricultrice / Parcourir la forêt à la recherche de nouvelles plantes & fruits TRIBU/CAMP : Les 100 POINTS GAGNES : 191

 “we can now breathe the sea wind” (sierra) Empty Re: “we can now breathe the sea wind” (sierra)

le Lun 30 Mar 2020 - 1:29
Pour moi, c'était une allure assez tranquille à vrai dire, je pouvais faire bien mieux, simplement en marchant, surtout que là, c'était véritablement de la promenade, de la randonnée, et le dénivelé n'était pas extraordinaire. Il y aurait juste à descendre un peu une fois la plage atteinte et donc remonter dans le sens inverse, si si, je vous jure. Mais sinon, c'était assez plat dans l'ensemble donc l'allure de quatre kilomètres par heure me semblait parfaitement raisonnable. Jonas se posait pourtant la question, preuve que c'était peut être rapide pour lui. Peut être qu'il n'en savait strictement rien du tout, mais si je sentais que c'était trop pour lui, je pourrais me caler sur son rythme à lui, histoire qu'il ne finisse pas complètement cuit en arrivant à la plage, ce serait dommage quand même.

" C'est une bonne allure, sans non plus qu'elle soit trop élevé. En général, c'est ton allure normale en fait, on marche en moyenne à quatre kilomètres par heure. Mais si tu sens que ça te fatigue trop, on fera le point quand on aura marché une heure d'accord ? Je regarderais si on est à la bonne distance et tout. On n'est pas à quelques minutes près en tout cas. "

Je veux le rassurer car je sens qu'il a un peu de mal à se faire confiance sur le coup. Après voilà, nous fonctionnons bien en duo alors, je pense qu'il devrait survivre un minimum, mais si dans quelques minutes il sent que ça ne le fait, je ralentirais un peu le pas pour qu'il puisse profiter de la plage puisque c'est notre but avéré. Je lui dis de faire gaffe si jamais il voit des choses à manger en chemin, on pourrait grignoter un peu, et puis retenir le coin pour le campement plus tard, pour venir faire une cueillette intéressante, mais c'est un plus, il ne faut pas qu'il se focalise sur ce genre de choses mais autant en profiter. Je le vois qui jette des regards à droite à gauche tout en me suivant. Il n'a pas à se soucier de ce détail du coup ça va, il s'en sort bien. Il me pose alors une question, et la réponse n'est pas simple à donner en fait. Est ce qu'il m'a déjà posé la question ? Je ne crois pas, sinon, je pense que je m'en souviendrais, mais je me suis déjà posée cette question là. Et pour moi, c'est assez clair, peut être pas pour d'autres, je ne saurais dire.

" Par les autres, tu veux bien parler des nos aînés ? Personnellement, je trouve qu'on s'en sort bien entre nous. On leur a prouvé qu'on savait s'en sortir, que nous n'avions pas besoin d'eux. Donc, si on échange des choses, de la nourriture, des vêtements, des choses comme ça, je veux bien, mais je pense qu'ils nous ont bien dissociés en nous envoyant sur terre pour la tester. Et maintenant, ça fait plusieurs années que nous sommes là, on est arrivé presque deux ans avant eux, et nous ne sommes pas morts. Alors pourquoi devrions-nous aller vivre avec eux ? Tu en penses quoi toi ? "

Mon point de vue est assez tranché à vrai dire, mais pour moi c'était dans la logique même. Si nous étions bien mal en point, je dirais pourquoi pas, mais là, je n'en voyais tout simplement pas l'intérêt. Peut être que Jonas avait un avis différent, j'allais bientôt le savoir.
Sans peurs et presque sans reproches
Sierra Megara
DATE D'INSCRIPTION : 27/07/2014 PSEUDO/PRENOM : Sammix MULTICOMPTES : Adriel MESSAGES : 18174 CELEBRITE : Barbara Palvin COPYRIGHT : Schizophrénic + Tumblr METIER/APTITUDES : Ramasseuse de fruits & plantes / Agricultrice / Parcourir la forêt à la recherche de nouvelles plantes & fruits TRIBU/CAMP : Les 100 POINTS GAGNES : 191

 “we can now breathe the sea wind” (sierra) Empty Re: “we can now breathe the sea wind” (sierra)

le Lun 30 Mar 2020 - 1:29
Pour moi, c'était une allure assez tranquille à vrai dire, je pouvais faire bien mieux, simplement en marchant, surtout que là, c'était véritablement de la promenade, de la randonnée, et le dénivelé n'était pas extraordinaire. Il y aurait juste à descendre un peu une fois la plage atteinte et donc remonter dans le sens inverse, si si, je vous jure. Mais sinon, c'était assez plat dans l'ensemble donc l'allure de quatre kilomètres par heure me semblait parfaitement raisonnable. Jonas se posait pourtant la question, preuve que c'était peut être rapide pour lui. Peut être qu'il n'en savait strictement rien du tout, mais si je sentais que c'était trop pour lui, je pourrais me caler sur son rythme à lui, histoire qu'il ne finisse pas complètement cuit en arrivant à la plage, ce serait dommage quand même.

" C'est une bonne allure, sans non plus qu'elle soit trop élevé. En général, c'est ton allure normale en fait, on marche en moyenne à quatre kilomètres par heure. Mais si tu sens que ça te fatigue trop, on fera le point quand on aura marché une heure d'accord ? Je regarderais si on est à la bonne distance et tout. On n'est pas à quelques minutes près en tout cas. "

Je veux le rassurer car je sens qu'il a un peu de mal à se faire confiance sur le coup. Après voilà, nous fonctionnons bien en duo alors, je pense qu'il devrait survivre un minimum, mais si dans quelques minutes il sent que ça ne le fait, je ralentirais un peu le pas pour qu'il puisse profiter de la plage puisque c'est notre but avéré. Je lui dis de faire gaffe si jamais il voit des choses à manger en chemin, on pourrait grignoter un peu, et puis retenir le coin pour le campement plus tard, pour venir faire une cueillette intéressante, mais c'est un plus, il ne faut pas qu'il se focalise sur ce genre de choses mais autant en profiter. Je le vois qui jette des regards à droite à gauche tout en me suivant. Il n'a pas à se soucier de ce détail du coup ça va, il s'en sort bien. Il me pose alors une question, et la réponse n'est pas simple à donner en fait. Est ce qu'il m'a déjà posé la question ? Je ne crois pas, sinon, je pense que je m'en souviendrais, mais je me suis déjà posée cette question là. Et pour moi, c'est assez clair, peut être pas pour d'autres, je ne saurais dire.

" Par les autres, tu veux bien parler des nos aînés ? Personnellement, je trouve qu'on s'en sort bien entre nous. On leur a prouvé qu'on savait s'en sortir, que nous n'avions pas besoin d'eux. Donc, si on échange des choses, de la nourriture, des vêtements, des choses comme ça, je veux bien, mais je pense qu'ils nous ont bien dissociés en nous envoyant sur terre pour la tester. Et maintenant, ça fait plusieurs années que nous sommes là, on est arrivé presque deux ans avant eux, et nous ne sommes pas morts. Alors pourquoi devrions-nous aller vivre avec eux ? Tu en penses quoi toi ? "

Mon point de vue est assez tranché à vrai dire, mais pour moi c'était dans la logique même. Si nous étions bien mal en point, je dirais pourquoi pas, mais là, je n'en voyais tout simplement pas l'intérêt. Peut être que Jonas avait un avis différent, j'allais bientôt le savoir.
— BETWEEN TRUTH AND WEAKNESS
Jonas Webber
DATE D'INSCRIPTION : 26/06/2018 PSEUDO/PRENOM : ELOW ; MULTICOMPTES : QUEEN IRINA + GENIUS DEVOS MESSAGES : 364 CELEBRITE : GEORGE MACKAY ; COPYRIGHT : ELOW ; METIER/APTITUDES : JARDINIER & CUEILLEUR, VOUS LE TROUVEREZ AUSSI SOUVENT PRÈS DU GRAND FEU (IL AIME S'EN OCCUPER). TRIBU/CAMP : THE 100 ; POINTS GAGNES : 140

 “we can now breathe the sea wind” (sierra) Empty Re: “we can now breathe the sea wind” (sierra)

le Sam 25 Avr 2020 - 16:07

— we can now breathe the sea wind
21 JUILLET 2119

Il sort si rarement qu’il ne sait pas. Qu’il n’a pas la moindre idée de l’effort que ça peut lui demander, le temps que cela peut prendre. Tout ce à quoi il pense, c’est l’arrivée. La destination. Cette plage, ce soleil, l’eau à ses pieds. Comme beaucoup, il ne sait pas nager et ne cherche pas à savoir comment faire pour. En revanche, il aime se détendre, sentir le liquide rafraîchir sa peau, passer sous l’eau et voir le monde différemment. Quand il pense à la plage, il ne pense qu’à la joie qu’il a ressenti la première fois qu’il a vu l’horizon au loin, dessiner par la limite de l’océan. Le chemin à faire, Jonas est prêt. Il y mettra l’effort nécessaire. Grimpera où il faut, suivra le rythme nécessaire demandé, bref, il n’a pas peur. Surtout pas avec Sierra. Il sait qu’elle fera le nécessaire pour qu’ils arrivent sans problème, et pas trop épuisés pour pouvoir dépenser leur énergie dans l’eau.

« Oh je ne savais pas que c’était une allure normale. Tu sais tellement de choses. » Il lance un coup d’œil à ses pieds. Si c’est normal, c’est que ça doit être facile, même pour lui. « Je suis d’accord, on verra dans une heure. » Histoire de faire le point et de vérifier le chemin déjà fait et celui qui restera à faire. Sierra sait comment le rassurer et prendre les choses en main. Avec lui, pas le choix, il faut jouer les leaders. Le guider. Seul, il peut très vite s’égarer, sauter d’une envie à l’autre, oublier ses objectifs principaux. En sachant qu’il faut simplement garder l’œil si quelque chose d’intéressant est sur le chemin, c’est plutôt facile. Il peut se concentrer sur cette tâche tout en suivant son amie et en discutant avec elle.

Et pour discuter, il y a bien un sujet que Jonas voudrait mettre sur la table. Ce n’est peut-être plus tant d’actualité que ça, mais qui sait ? Ils ne savent pas ce que demain peut réserver et, au fond, Jonas n’arrête pas d’y penser. Les parents, les ainés, les adultes. Ce groupe qui, là-haut, gérait tout. Qui était aussi responsable de leur sort. Jonas a toujours peur que tout change à cause d’eux. Qu’ils se retrouvent de nouveau ensemble, de nouveau dans une cage.

En écoutant Sierra, il se dit qu’il la rejoint totalement dans ce qu’elle dit et son petit cœur en sursaute de bonheur. Il est d’accord. Tellement d’accords qu’il sourit bêtement. C’est tellement flagrant qu’il rejoint sa façon de penser qu’il a des étoiles dans les yeux.

« Je n’irais pas vivre avec eux. Jamais. » Même si c’était nécessaire pour survivre, il ne sait pas pourquoi il s’y refuse. Non, en réalité, il sait pourquoi. Son visage perd de sa bonne humeur alors qu’il regarde devant lui : « Ma mère est avec eux. Je l’ai croisé, une fois. J’étais content de savoir qu’elle n’était pas morte après le crash, mais… Elle, elle s’en fiche. » Il se tourne légèrement vers Sierra et ajoute : « J’étais mort à ses yeux et je le suis toujours. Alors pourquoi j’irais vivre là-bas ? »

@Sierra Megara
Sans peurs et presque sans reproches
Sierra Megara
DATE D'INSCRIPTION : 27/07/2014 PSEUDO/PRENOM : Sammix MULTICOMPTES : Adriel MESSAGES : 18174 CELEBRITE : Barbara Palvin COPYRIGHT : Schizophrénic + Tumblr METIER/APTITUDES : Ramasseuse de fruits & plantes / Agricultrice / Parcourir la forêt à la recherche de nouvelles plantes & fruits TRIBU/CAMP : Les 100 POINTS GAGNES : 191

 “we can now breathe the sea wind” (sierra) Empty Re: “we can now breathe the sea wind” (sierra)

le Lun 27 Avr 2020 - 17:18
Jonas est clairement trop casanier, par rapport à moi, même si je me suis calmer par rapport au début où j'arpentais cette forêt pour la cueillette. Il faut dire qu'il n'y avait pas de potager à la base, c'était compliqué d'en imaginer un à vrai dire, parce que nous n'avions pas de semences, pas d'outils et pas non plus assez de connaissances et de compétences pour rendre cela possible. Mais je suis tombée sur de gentils pikunis, même si je ne savais pas à l'époque leur tribu, qui m'ont aidé à mieux apprendre, à mieux comprendre, la cueillette dans un premier temps, puis ensuite le potager pour que nous puissions avoir des réserves pour l'hiver. Le premier a été difficile mais par miracle j'ai envie de dire, nous avons réussi à survivre. Et puis après, nous avons réussi à nous organiser au mieux, c'est comme ça que nous avons réussi à évoluer vers des choses plus concrètes, mieux adaptées pour la survie du campement. Quoiqu'il en soit, Jonas ne semblait pas avoir d'idée par rapport aux distances à parcourir, alors j'essayais de le rassurer, de lui dire que pour le moment, nous marchions tranquillement sans en faire trop, enfin pour ma part, il en était ainsi, je me savais capable de faire un plus gros effort, de marcher plus vite pour couvrir plus de kilomètres, mais le but n'était pas de le fatiguer avant l'heure, non, le but était d'arriver à bon port et de pouvoir profiter un peu de la plage tout en faisant l'aller-retour dans la journée. C'était possible, mais il ne fallait pas traîner pour autant quand même vu les distances à parcourir en partant tôt, et en revenant tard. Mais c'était un petit prix à payer pour nous faire ce petit plaisir. Je savais que dans l'idéal, il faudrait aller plus vite mais bon, comme ça, c'était bon. Toutefois, il semblait étonné que je connaisse tout cela, mais à force de marcher dans le coin, de m'être fait avoir plus d'une fois, abandonnée par la lueur du jour en été, j'avais pris certaines habitudes, certaines précautions aussi. J'en souriais simplement, nous ferions le point dans une heure environ, je verrais ce qu'il en sera pour lui, moi ça irait, mais c'était lui que je voulais préserver, si jamais nous faisions une mauvaise rencontre, ou simplement, pour arriver à destination. Alors, je souriais à sa question, lui répondant d'une façon très franche sans passer par quatre chemins, ça ne servirait à rien. Pour moi, nous n'avions rien à leur prouver, nous nous en sortions fort aisément finalement, alors pourquoi regrouper les deux campements ? Ils nous avaient jeter comme des choses périssables, et finalement, nous avions été leur porte de salut, ils devraient nous remercier plus que cela encore. M'enfin, je m'en fichais, ce n'était pas très important, il n'y avait pas de raison que ça arrive, que nous nous retrouvions sur les ruines de l'ancien métro puisqu'ils avaient décidés de se réfugier là-bas. Jonas avait un grief supplémentaire, sa mère était toujours là, mais elle le pensait mort, sans doute parce que c'était un incapable à ses yeux, sans doute. Moi, je n'avais rien contre mes parents. A vrai dire, je n'avais pas cherché à savoir s'ils étaient toujours en vie ou mort, parce que j'avais pris mon indépendance en arrivant en prison là-haut. J'avais été leur déshonneur, alors sans doute qu'ils me pensaient morte, je ne saurais même pas dire.

" Je pense que beaucoup pensent comme nous, pour nos parents nous étions comme morts, puisque nous avions été jetés sur terre sans savoir s'il était possible d'y vivre à nouveau. Si cela n'avait pas été le cas, ça nous aurait tué et puis voilà. Mais nous avons eu de la chance. Nous sommes devenus leur porte de salut quand ils ont du venir sur terre à leur tour. Nous sommes indépendants des uns des autres, c'est sans doute mieux comme ça. "

Le chemin défilait sous nos pas, si bien qu'une petite pause ne serait pas mal venue d'ici quelques minutes, car le temps tournait, et même si ça ne faisait pas une heure, peut être qu'il commençait à fatiguer, ou peut être pas.
— BETWEEN TRUTH AND WEAKNESS
Jonas Webber
DATE D'INSCRIPTION : 26/06/2018 PSEUDO/PRENOM : ELOW ; MULTICOMPTES : QUEEN IRINA + GENIUS DEVOS MESSAGES : 364 CELEBRITE : GEORGE MACKAY ; COPYRIGHT : ELOW ; METIER/APTITUDES : JARDINIER & CUEILLEUR, VOUS LE TROUVEREZ AUSSI SOUVENT PRÈS DU GRAND FEU (IL AIME S'EN OCCUPER). TRIBU/CAMP : THE 100 ; POINTS GAGNES : 140

 “we can now breathe the sea wind” (sierra) Empty Re: “we can now breathe the sea wind” (sierra)

le Dim 10 Mai 2020 - 14:47

— we can now breathe the sea wind
21 JUILLET 2119

Dans l’espace, son seul espoir, c’était la planète. Sa seule raison d’être, c’était l’idée d’un jour se retrouver en bas, de sentir la terre sous sa peau, de respirer un air nouveau, de voir le soleil brillait plus loin dans un ciel dégagé. Jonas a toujours été un rêveur. Il a toujours imaginé sa vie sur terre comme une évidence. Comme sa seule raison d’être. C’est cette passion pour la planète qui l’a aidé à avancer, à trouver une place au sein de l’odyssée. C’était loin d’être facile, loin d’être aussi proche que ce qu’il fait avec le potager aujourd’hui, mais c’était un commencement. Un apprentissage sur les bases des plantes, sur leur besoin, sur leur vie. Et s’occuper des plantes, c’était comme s’occuper d’être à part. D’être qui avait besoin de lui pour évoluer. Il se sentait important, Jonas. Il avait la sensation d’apporter sa pierre à l’édifice. D’avoir trouvé un équilibre entre ce qu’il est et ce qu’on attendait de lui. Et il a tout gâché. Parce qu’il est ainsi. Réservé, traumatisé. Le rythme là-haut avait eu raison de lui. Les jours qui se ressemblaient, les mêmes visages qui l’accompagnaient partout. Jonas s’était accroché, il pensait que c’était le seul chemin qui le mènerait un jour à la terre, mais son esprit en avait décidé autrement. La proximité l’a toujours dérangé, mais à force, beaucoup avait oublié, beaucoup avait pris des libertés et forcément, Jonas a craqué. Cette fille était morte et lui, il allait subir le même sort. Il y pense toujours, tout le temps. Sa mémoire défectueuse ne lui permettra jamais d’effacer ce moment. Cet instant où tout a basculé.

Cette mission suicide sur terre, c’est ça qui l’a sauvé. Et Jonas est reconnaissant envers les autres jeunes. Après tout ce qu’ils ont vécus, ils sont encore là. Ensemble. Des survivants. Peut-être que la plupart ignorent qui il est vraiment, peut-être que d’autres ont toujours peur de ce côté imprévisible où Jonas peut tout détruire sur son passage, mais il y a surtout des personnes comme Sierra à ses côtés. Des personnes capables de l’accompagner à une journée plage pour un sourire ou deux.

Qu’elle soit proche du même avis que lui concernant une coalition entre les deux groupes, le rassure énormément. Pour rien au monde il ne voudrait que ça change. Qu’eux, changent. Il aime le campement, il aime son potager. Il aime cette famille qui est la sienne depuis des années.

« Oui, c’est mieux comme ça. » Deux entités distinctes, deux mondes qui n’ont pas de droit l’un sur l’autre. Il préfère ça. Il préfère largement ça. Parce qu’au fond, il a toujours peur. « Au moins, ils ne peuvent plus nous condamner. »

Ils ne peuvent plus nous condamner et nous tuer. Nous imposer une justice sans fond. Une justice pour eux. Jonas n’a jamais oublié. Les murs blancs de sa prison, tâcher par son sang. Les murs blancs du seul espace qui lui était autorisé à avoir, avant de mourir. L’une de ses plus grandes peurs réside à un retour en prison. Un retour à l’attente de la mort.

@Sierra Megara
Sans peurs et presque sans reproches
Sierra Megara
DATE D'INSCRIPTION : 27/07/2014 PSEUDO/PRENOM : Sammix MULTICOMPTES : Adriel MESSAGES : 18174 CELEBRITE : Barbara Palvin COPYRIGHT : Schizophrénic + Tumblr METIER/APTITUDES : Ramasseuse de fruits & plantes / Agricultrice / Parcourir la forêt à la recherche de nouvelles plantes & fruits TRIBU/CAMP : Les 100 POINTS GAGNES : 191

 “we can now breathe the sea wind” (sierra) Empty Re: “we can now breathe the sea wind” (sierra)

le Sam 16 Mai 2020 - 17:25
Le plus paradoxal dans tout ça, c'est que finalement, nous travaillons ensemble mais que nous ne nous parlons pas tant que ça non plus, c'est presque fou, presque dingue, mais si nous sommes d'une efficacité redoutable sur le potager, pour le reste ce n'est pas vraiment ça. Pourtant, depuis le temps, je lui fais confiance, et je sais que l'inverse est totalement vrai. Mais nous n'avons pas appris à nous connaître comme nous l'aurions dû, je le pense sincèrement, parce qu'il est presque abstrait pour moi, trop par rapport au temps que nous passons ensemble depuis des années, comme si finalement, les questions n'avaient plus à être posées, qu'il était trop tard, que ça ferait bête si nous nous les posions maintenant. Pourtant, il le faisait aujourd'hui, me posant une question personnelle, sur mon point de vue à avoir à propos de nos aînés, si jamais il fallait regrouper les deux campements. Il était évident que ça ne servait à rien, que nous n'avions pas besoin d'eux depuis maintenant plus de cinq années, c'était un gouffre qui s'était formé. Ainsi, si nous pouvions échanger des choses, c'était une bonne chose, faire une sorte d'alliance, mais il était clair qu'ils n'étaient pas comme nous. Alors un regroupement n'était pas à l'ordre du jour, ce serait contre productif, et si ça ne dérangerait pas certains, d'autres traîneraient leur spleen comme tout. Personnellement, je ferais avec, ça ne me dérangerait pas outre mesure si cela venait à se décider mais dans mon esprit, notre indépendance était bien légitime et normale qui plus est. Et Jonas pense la même chose, sans doute qu'il serait de ceux qui ne voudraient absolument pas changer, car il avait ces petites habitudes ici, enfin sur le campement et qu'il ne désirait pas en changer aucunement. J'en souriais mais sa deuxième phrase était néanmoins significative de ce malaise primaire, celui où nous étions des délinquants, de la chair à canon lors de notre envoi sur terre. Et il avait dû faire quelques choses d'important pour redouter d'être encore condamné au bout de tant d'années. Il y avait prescription, ce qui s'était passé là-haut resterait là-haut à jamais et même si c'est parfois difficile d'oublier, il faut s'efforcer d'y penser le moins possible malgré la gravité des faits. Moi, je n'avais pas fait grand chose, bonne élève, j'avais attisée la jalousie, et des coups avaient été donnés, une simple bagarre, et c'est moi qui avait été jugée coupable, mise au rebut de la société alors que je n'avais fait que me défendre après des mois de harcèlement moral. Mais ils en avaient décidés autrement, cette gifle, ces coups portés n'étaient pas beaux à voir, et semblaient sortis de nul part. Pourtant, ma patience est là, grande, toujours plus grande, mais cette personne avait réussi à l'user jusqu'à la corde pour que le coup parte. Il faut dire que depuis notre enfance elle agissait de la sorte, le vase s'était rempli au bout de nombreuses années, jusqu'à ce qu'il finisse par déborder, complètement. Il s'était vidé, sans jamais se remplir de façon excessive depuis. C'était ainsi, je ne pouvais pas revenir en arrière, un mal pour un bien au final.

" Ils ne nous condamneront jamais Jonas, nous avons été leur salut. Sans nous, ils se seraient tués à petit feu là-haut. Mais ils ont pu venir sur terre, alors si quelqu'un doit condamner les autres, nous sommes clairement les mieux placés pour ça, les plus légitimes. "

Mais je n'avais envie de condamner personne à vrai dire, si tout le monde pouvait vivre dans la plus parfaite des harmonies, ce serait génial, mais c'était comme ça après tout. Nous avancions doucement mais d'un pas sûr en direction de notre but. J'en souriais, il ne semblait pas se rendre compte de la distance déjà parcourue, même si je ne tarderais pas à faire un petit point avec lui, pour voir comment il se sentait.
— BETWEEN TRUTH AND WEAKNESS
Jonas Webber
DATE D'INSCRIPTION : 26/06/2018 PSEUDO/PRENOM : ELOW ; MULTICOMPTES : QUEEN IRINA + GENIUS DEVOS MESSAGES : 364 CELEBRITE : GEORGE MACKAY ; COPYRIGHT : ELOW ; METIER/APTITUDES : JARDINIER & CUEILLEUR, VOUS LE TROUVEREZ AUSSI SOUVENT PRÈS DU GRAND FEU (IL AIME S'EN OCCUPER). TRIBU/CAMP : THE 100 ; POINTS GAGNES : 140

 “we can now breathe the sea wind” (sierra) Empty Re: “we can now breathe the sea wind” (sierra)

le Mar 26 Mai 2020 - 17:30

— we can now breathe the sea wind
21 JUILLET 2119

Lorsqu’ils ont été envoyés sur terre, Jonas ne s’était pas senti bien. Il avait l’impression que sa condamnation avait été avancée de plusieurs années, il s’était senti trahis. Et puis il s’était vite rendu compte qu’ils avaient l’opportunité de reprendre sa liberté. Certains se fichaient de savoir les raisons d’emprisonnement des autres, d’autres rester néanmoins méfiants. C’était particulier de se faire confiance sans rien. Pour Jonas, c’était encore plus étrange. Entre ceux qui savaient, ceux qui ne voulaient pas lui donner la moindre arme, qui le désignait comme malade et dangereusement imprévisible, et ceux qui avait décidé de lui donner une chance. De repartir à zéro. Des années plus tard, Jonas ne s’autorise pas à faire le moindre faux pas. Il sait pourtant que beaucoup ne l’approche pas, parce qu’il est atypique. Que sa mémoire lui joue des tours, que parfois, il a l’air tout simplement fou. La distance qui s’installe, il essaye de l’entretenir et s’en accommode. Avec son petit potager, il a trouvé une place que personne ne peut lui enlever et ça, c’est le plus important. Ceux qu’ils pensent vraiment de lui, ça ne l’inquiète pas tant qu’on ne lui demande pas de partir. De disparaître. Pourtant, c’est compréhensible. Il a tué quelqu’un. Publiquement. Violemment. Il y a du sang sur ses mains et ça ne s’efface pas si facilement. Voilà pourquoi il a tant peur de retourner en prison. Il sait que ça a mis du temps, avec les autres jeunes, pour que ça change même un tout petit peu, mais eux ? Eux les adultes. Eux qui préféreront écouter sa mère, plutôt que lui…

« Tu crois qu’on peut les condamner, nous ? » Il n’avait pas pensé à ça, mais ce que dit Sierra n’est pas faux. D’un autre côté, pourquoi faire ? Il y avait tant de personne déjà morte. Tant de jeunes qui ont souffert des lois horribles de l’espace. Au final, se venger, ce n’est pas une solution. En revanche, l’idée de pouvoir intervenir, choisir, décider, c’est quelque chose d’agréable. Parce qu’ils seront alors tous au même niveau. Cet équilibre, ça lui plaît, à Jonas. Il ne sera certainement pas le genre à vouloir mettre quelqu’un en prison, mais si des personnes en qui il a confiance, peuvent prendre les choses en mains, pourquoi pas ?

« Oh, regarde ! » Il fait signe à Sierra de s’arrêter et de regarder un peu plus à sa droite. Il y avait derrière un buisson, un petit pêcher avec quelques fruits. Ce n’est pas trop haut, ce qui est très pratique pour cueillir et à voir l’état de l’arbre, cela ne l’étonne pas qu’il reste peu de fruit – sans doute d’autres sont passé là avant eux. Ils n’auront pourtant pas de mal à en manger plusieurs. « On pourrait faire une petite pause pour manger un peu, non ? En plus, il fait tellement bon. »

Il est vrai qu’il fait particulièrement agréable, que la chaleur n’a pas atteint son pic et qu’en plus, Jonas est en pleine forme ! Il sait cependant qu’il dois faire attention et il estime que Sierra saura mieux que lui si une pause est nécessaire maintenant ou, plus tard. En plus, il ne sait pas du tout la distance parcourue, mais il a l’impression qu’ils se rapprochent vraiment de la plage et ça, ça le fait sourire. « Tu penses qu’on a fait la moitié du chemin, ou pas ? » Il regarde autour de lui, c’est calme. Le soleil est tranquille dans le ciel, il n’y a pas un seul nuage et pas l’ombre d’un animal particulier autour d’eux. Cette journée va être parfaite.

@Sierra Megara
Sans peurs et presque sans reproches
Sierra Megara
DATE D'INSCRIPTION : 27/07/2014 PSEUDO/PRENOM : Sammix MULTICOMPTES : Adriel MESSAGES : 18174 CELEBRITE : Barbara Palvin COPYRIGHT : Schizophrénic + Tumblr METIER/APTITUDES : Ramasseuse de fruits & plantes / Agricultrice / Parcourir la forêt à la recherche de nouvelles plantes & fruits TRIBU/CAMP : Les 100 POINTS GAGNES : 191

 “we can now breathe the sea wind” (sierra) Empty Re: “we can now breathe the sea wind” (sierra)

le Mar 26 Mai 2020 - 23:38
Nous sommes libres de faire nos propres choix depuis longtemps, depuis que nous avons pris notre indépendance sur terre. C'était le deal de départ, et personne ne reviendrait jamais là dessus. Nous n'étions plus des criminels, plus vraiment, et si certains avaient fait de graves fautes, pour d'autres c'est plus léger. Pour moi cependant, ce qui s'était passé là-haut été resté là-haut, en bas, cela avait été une nouvelle vie, une nouvelle chance de faire valoir notre valeur aux yeux des autres comme nous, mais aussi de nos aînés. C'est pour cette raison que j'étais sociable, avec tout le monde, notamment avec Jonas. Il a toujours été un peu particulier, mais pourquoi s'arrêter à ces particularités là ? Je n'ai jamais su voir le verre à moitié vide, il a toujours été à moitié plein pour moi, raison de mon optimisme ambiant, de ce sourire qui ne se départie jamais de mon visage, même quand les choses ne vont pas bien. Je suis comme ça, c'est dans ma nature, dans chaque mauvaise situation, j'arrive à y trouver du positif. Alors parfois c'est un peu trop, j'ai appris à mettre un peu d'eau dans mon vin, à faire en sorte de rester optimiste tout en étant plus réaliste, parce que ça compte quand même. Je n'ai pas peur de grand chose, j'ai toujours de l'énergie à revendre, pour le potager avec Jonas notamment, mais pour me promener comme c'est le cas aujourd'hui. Ainsi, la conversation s'arrête sur nos aînés, sur le fait que nous pourrions les condamner. Bien sûr que nous le pourrions, mais cela ne se fera jamais.

" On pourrait le faire, mais jamais personne ne le fera, parce que nous sommes indépendants, ils règlent leurs soucis, et nous réglons les nôtres ici. Je pense que c'est mieux comme ça nous gardons vraiment notre indépendance. "

Et personne ne viendra fouiner de notre côté, pas au delà de ce qu'il faudrait faire quoiqu'il en soit. Clairement ça ne servirait à rien d'aller fouiner du côté de l'Odyssée, alors je ne le ferais pas, et sans doute que lui non plus. Alors tout d'un coup, il me montre quelques choses. Il a vu un arbre fruitier juste là, un pêcher visiblement et il y a quelques fruits murs dessus à porter de main ou presque. J'ai bien fait de lui dire de faire attention à ce genre de détails, j'aurais pu passer à côté sans le voir, alors j'en souris. Il requiert une pause qui sera la bienvenue évidemment.

" Oui, c'est l'heure de faire une petite pause. Elle sera bienvenue. Tu ne te sens pas trop fatigué, ça va pour le moment au moins ? "

Parce que je ne marche pas spécialement lentement, ni spécialement vite, je vais à mon allure à peu près mais peut être que ça ne lui convient pas. Je m'en voudrais si c'était le cas mais bon, je ne pouvais pas deviner non plus. J'en souriais alors que je sautais légèrement pour avoir une petite pèche. Alors il me demande si nous avons fait la moitié du chemin mais pas tout à fait encore.

" Il manque un kilomètre avant d'avoir fait la moitié du chemin. Tu vois juste derrière cette rangée d'arbre, il y a la rivière, ce sera la moitié du chemin, nous y sommes presque, si nous tendons l'oreille, nous pouvons l'entendre couler doucement mais sûrement. "

Le cours d'eau bruisse légèrement, rien de fou de là où nous sommes mais il se fait entendre, aussi doux que le soleil qui traverse la forêt là où vous êtes. La journée est loin d'être finie mais jusqu'à présent elle est très agréable, il faut bien le reconnaître.
Contenu sponsorisé

 “we can now breathe the sea wind” (sierra) Empty Re: “we can now breathe the sea wind” (sierra)

Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum