Aller en bas
Achlys Cintra
DATE D'INSCRIPTION : 27/12/2019 PSEUDO/PRENOM : leolaws MESSAGES : 26 CELEBRITE : Caity Lotz COPYRIGHT : Praimfaya (avatar) ; saaya & schyzophrenic (signature) METIER/APTITUDES : Pisteur, et si nécessaire éclaireur, elle a des capacités de chasse et d'observation. TRIBU : Kovarii, réfugiée chez les Naori pour le moment POINTS GAGNES : 76

Beauteous fields arise before me + Achlys Empty Beauteous fields arise before me + Achlys

le Sam 28 Déc 2019 - 11:40
SURNOM
Son amante s’amusait à l’appeler Artémis, par rapport à son talent à l’arc, mais depuis son décès et la blessure d’Achlys, plus personne ne la surnomme aujourd’hui.
 
ÂGE
32 ans, elle est née le 12 Octobre 2087
 
ORIENTATION SEXUELLE
Homosexuelle, elle n’a jamais été intéressée par les formes masculines.
 
SITUATION AMOUREUSE
Célibataire, elle a perdu son amante suite au cyclone ayant ravagé leur île.
 
MÉTIER / FONCTION
Pisteur et éclaireur si besoin
 
APTITUDE(S)
Chasse et Orientation
 
TRIBU
Kovarii présentement réfugiée chez les Naoris, et pas forcément satisfaite de sa situation.
 

Achlys a toujours été quelqu’un d’assez sanguin, vive et remplie d’énergie. Il n’y avait pas une aventure qu’elle refusait, toujours prête à aller au cœur de leur jungle avec courage et une petite dose d’imbécillité. Achlys était intrépide. Petite, les histoires du continent la faisaient rêver : elle voulait voir autre chose, elle voulait pouvoir s’aventurer pendant des jours dans les reliefs sans plus jamais voir la mer ; chose bien impossible sur leur île. Comme nombreuses de ses sœurs, Achlys n’a qu’un intérêt limité pour l’eau, et la mer en particulier, qu’elle trouve bien trop sauvage et imprévisible. Ce n’est pas dire qu’elle n’a pas essayé de l’apprivoiser. Achlys refuse d’avoir peur, jusqu’aux confins de la bêtise. Elle n’abandonne pas, et c’est un trait qui peut être autant attachant qu’il est irritant : elle ne se laisse jamais abattre, mais elle ne cesse non plus de défendre ses arguments tout en sachant pertinemment qu’elle a tort. Achlys a toujours été prête à s’amuser, le sourire facile et jamais trop sérieuse, au point d’ailleurs de se faire remonter les bretelles plus d’une fois par les instructrices pendant son enfance.

Si elle a montré un brin de compétence au combat — juste assez pour se défendre convenablement, et éviter d’être blessée gravement, mais jamais trop souvent gagner — c’est à l’arc qu’elle excelle. Sur l’île, elle était chasseuse : une des meilleures, ou du moins c’est ce qu’elle pense. Entre son sens de l’orientation parfaitement développé, et sa capacité à repérer et suivre les proies, elle avait tous les ingrédients nécessaires à l’œil acéré que nécessitait une bonne partie de chasse. Il est presque impossible de perdre Achlys, sauf à lui bander les yeux (et encore, elle se vanterait d’être capable de retrouver son chemin grâce à l’écorce des arbres). Cette capacité à trouver sa voie quel que soit l’environnement lui a été de nombreuses fois utile, lorsqu’il faisait trop sombre pour retrouver le sentier, ou même lorsqu’elle accompagnait ses sœurs sur les autres îles pour la fête des roses.

Après le cyclone, Achlys s’est un peu enfoncée dans le silence. Son cœur est resté en partie sur l’île, et avec lui ses meilleurs souvenirs. Le sourire lui vient moins facilement, et elle aimerait s’imaginer plus sérieuse et réfléchie, mais elle sait que ce n’est pas le cas. Elle est toujours aussi impatiente, incapable d’attendre et toujours à se frustrer. Sa chute — due à sa propre bêtise, son empressement et son impatience — l’a rendue un peu plus amère. Elle est en colère, contre elle-même principalement, mais aussi contre la déesse. Sans solutions face à sa situation, elle tente tant bien que mal de s’ajuster. Chasseuse, elle n’est plus, à présent incapable de bander un arc correctement. Aujourd’hui elle traque, elle observe, et elle regarde avec jalousie les autres chasseurs. Elle est toujours capable de poser des pièges s’il le faut, mais elle préfère laisser cela aux autres, si elle le peut. Elle a reconcentré ses talents ailleurs, et la reconversion ne lui plaît guère mais elle n’a pas d’autre choix. Elle a du mal à trouver sa place, rêvant d’un ailleurs sans pour autant oser franchir le pas. Elle a un peu perdu son courage, elle a enfin goûté à la peur, et elle en ressort diminuée.

Mais le temps soigne toutes les blessures, paraît-il. Elle est toujours en colère mais elle a enterré le sentiment au plus profond d’elle-même, et il ne ressort que rarement. Elle a réappris à sourire, et à le vouloir vraiment. Elle rigole à nouveau, même si c’est parfois un peu triste. Malgré tout, elle a l’impression de n’avoir toujours pas trouvé sa place. Si ce n’est plus avec jalousie qu’elle observe les autres, c’est avec envie. Malgré de nombreux efforts, son bras n’a retrouvé ni sa mobilité ni sa force, et même si elle ne l’admet pas facilement, cela la fait se sentir inadéquat. Mais elle refuse de perdre espoir cette fois-ci, persuadée qu’elle trouvera finalement quelque chose qui donne un nouveau sens à sa vie. Elle n’est plus aussi intrépide mais elle a retrouvé le goût de l’aventure, et il n’est pas rare qu’elle accompagne les marchands Naoris sur leurs périples.

+ Tu nous parles un peu de toi ? De ce que tu as fait au cours de ta vie de bien, ou de mal ?


Achlys a été l’équivalent d’une enfant sauvage. Très peu disciplinée, elle a passé plus de temps à faire ce qu’elle voulait qu’à écouter les matriarches. Ca lui a coûté plusieurs remontées de bretelles, mais aujourd’hui elle sait par exemple nager. En vieillissant, elle a trouvé sa voie, et avec elle un peu de sagesse. En devant chasseuse pour sa tribu, Achlys, si elle ne perdit pas sa fierté, devint beaucoup plus gérable pour les autres Kovariis. Son talent à l’arc lui valut son surnom. Son plus grand regret a été de quitter l’île à l’approche du cyclone. Elle sait qu’elle serait morte si elle était restée, mais en partant elle a tout perdu, son amante, sa famille, et son rôle. La personne à qui elle en veut le plus est elle-même, et si sa colère est aujourd’hui moins visible, elle est toujours présente.

 
+ Ton opinion sur les Débarqués ? A leurs arrivées et aujourd'hui ? (n'oublie pas que les 100 et les Odysséens ne sont pas arrivés en même temps).


Les deux étoiles qui tombèrent du ciel furent accueillies avec beaucoup de scepticisme et de crainte de la part d’Achlys. La seconde encore plus que la première. Parce qu’elle était encore sur l’île, elle n’a jamais eu peur de les rencontrer, mais elle a craint ce qu’ils pouvaient faire au continent. Certainement, ils avaient dû emmener avec eux des restes de l’ancien monde, des restes qui ne disaient rien qui vaille — peut-être même des restes qui pouvaient détruire le monde à nouveau. A ce jour, Achlys n’a pas véritablement rencontré ceux qui sont tombés du ciel. Elle sait que les Naoris ont eu de nombreux contacts avec eux, avant le cyclone, mais moins depuis. Comme elle ne s’aventure pas fréquemment en dehors du village, elle n’a donc pas eu l’occasion de tomber sur l’un de ces hommes des étoiles. Elle a cependant demandé leur avis à nombreux des marchands qui passent dans le coin, et elle en sait assez pour savoir qu’elle serait plus encline à rencontrer ceux qui sont tombés la deuxième fois, que les premiers.

 
+ Est-ce que tu as déjà envisagé de quitter ta tribu et pourquoi ?


Enfant, Achlys a très souvent imaginé qu’elle allait quitter sa tribu, non pas parce qu’elle n’était pas satisfaite de sa vie avec les Kovariiis, mais parce qu’elle avait désespérément envie d’explorer le continent. Elle serait plutôt partie pour mieux revenir, avec des trésors à chaque fois, si possible. Elle ne l’a jamais fait. Hormis les quelques fois où elle a accompagné ses sœurs pour la fête des roses, Achlys n’a finalement jamais quitté l’île. Si elle se questionnait toujours sur le continent, sa vie sur l’île était particulièrement gratifiante. Aussi, elle avait trop peur de rester bloquée sur le continent et de ne pouvoir revenir.
 

 
+ Quelle est ta place dans ta famille ? Auprès de tes proches ? Est-ce que tu te sens bien chez les tiens ? Et qu'est-ce que tu fais de tes journées ?


Achlys n’a plus vraiment de famille, ou de famille de sang en tous les cas. Il lui reste ses sœurs, qui sont exactement dans la même situation qu’elle. Elle remercie tous les jours la Déesse de leur avoir donné l’opportunité de pouvoir trouver refuge ensemble. Être sur le continent était déjà assez dévastateur pour elle, Achlys n’ose même pas imaginer ce que ça serait si elle était toute seule. Elle a essayé de se faire une nouvelle place au sein des Naoris, aux côtés des Kovariiis survivantes, mais elle n’est pas certaine que ce soit le meilleur endroit pour elle. Elle n’a pas de mal à s’intégrer à leur tribu d’accueil, capable de s’adapter à leurs mœurs malgré leur étrangeté, mais le problème est plutôt d’ordre personnel. Elle ne sait plus quelle est sa place dans le monde, maintenant qu’elle n’est plus archère, et tant qu’elle n’aura pas trouvé un nouveau but, elle doute se sentir à sa place où que ce soit. Alors, en attendant, elle met en œuvre ses talents restants pour aider les Naoris, que ça passe par la cueillette, la traque ou accompagner les marchands Naoris hors de leur forêt, offrant une protection supplémentaire à la caravane.


 
+ Quel est ton avis sur les autres tribus ? (n'hésite pas à parler des intrigues)


Initialement, Achlys se sentait assez peu concernée par les affaires du continent, et donc si elle avait une connaissance rudimentaire des autres tribus, elle n’avait pas d’avis sur elles. Seuls les Iskaar sortaient de ce champ, parce qu’elle avait pu en rencontrer lorsqu’ils étaient venus leur vendre du bois. Elle avait admiré leur côté aventureux, et elle avait été choquée qu’ils n’eût pas peur de prendre la mer. L’inverse des Kovariiis, ou presque. Aujourd’hui, Achlys serait curieuse d’aller faire un tour dans chacun des autres villages. Il n’y a que les Rahjaks qui ne l’intéressent pas, leur culture si drastiquement opposée à la sienne qu’elle sait qu’elle n’aimerait pas ce qu’elle y trouverait. Elle apprécie le calme des Naoris, même si elle préfèrerait parfois qu’ils s’imposent un peu plus face à leurs rivaux. Elle aime l’honneur des Athnas, et la tolérance des Pikunis.


+ Le QCM THien pour vérifier que tout est bien compris. Pour cocher la bonne réponse, mettez checked après "checkedbox" (comme ceci : "checkbox" checked>), dans le code. Il n'y a qu'une seule bonne réponse par question. Veuillez ne pas enlever les balises hide.

 
 

« Qu’est-ce qu’il y a là-bas ? » Ce n’était pas la première fois qu’elle posait la question, et sa mère eut vite fait de le lui rappeler en soupirant. Du haut d’une petite colline, Achlys avait vue imprenable sur la mer, et plus loin, sur le ‘continent’. Elle ne savait pas exactement si c’était un continent, mais l’étendue de terre avait l’air tellement large depuis son point de vue que c’était le seul mot qui lui venait à l’esprit. « Je te l’ai déjà dit, Achlys. » Le ton trahissait une once d’impatience, et la fillette se retourna vers sa mère, souriant malgré tout, assez pour laisser entrevoir ses fossettes. « S’il te plaît. » Le sourire semblait contagieux, car après un nouveau soupir, sa mère lui rendit. « D’autres terriens, comme nous. » Elle anticipa la nouvelle question d’Achlys, qui s’apprêtait à ouvrir la bouche, et elle leva une main pour l’interrompre, continuant. « Il y a un volcan endormi, des forêts de chênes, et même un désert. » C’était ça que souhaitait entendre Achlys, c’était ça qui l’intéressait. Les autres tribus, elle connaissait leur existence de par les cours qu’on leur donnait, et ça lui suffisait. Pour l’instant, ce n’était pas les gens qui l’intriguaient le plus. Elle était parfaitement satisfaite des kovarii, parfaitement heureuse de sa situation pour ne pas trop se demander comment les choses se passaient ailleurs. Mais les décors, les reliefs, les forêts, les rivages, elle voulait en visiter d’autres. Elle n’avait même pas encore terminé d’explorer leur île, encore bien trop petite pour ça, mais elle s’imaginait déjà ailleurs, loin de sa tribu, à escalader les plus hauts pics du continent. Elle aimait bien escalader, même si ça ne plaisait guère à sa mère. Elle préférait souvent être en haut des arbres pour pouvoir observer au loin, même si elle avait toujours peur de se faire mal en redescendant. Monter était facile, c’était descendre le plus dur pour elle.

« Tu penses que je pourrais y aller plus tard ? » Demanda-t-elle, les yeux à nouveau rivés sur l’horizon. Elle ne savait pas qu’elle y vivrait, et qu’elle regretterait son île — comment aurait-elle pu ? « Je suis sûre que tu pourras y aller au moins une fois, pour la fête des roses. » Achlys ne put s’empêcher de faire la grimace, secouant la tête. Bien sûr, elle savait déjà ce qu’était la fête des roses. Sans trop en connaître les détails pour autant, elle savait que c’était là-bas que sa mère avait rencontré son père, et qu’il ne l’avait pas suivie — ou plutôt n’avait pas eu le choix de la suivre. Il y avait peu de garçons dans leur tribu, et ça plaisait à Achlys. Elle n’avait rien contre eux mais elle préférait jouer avec ses amies plutôt qu’avec les quelques hommes de la tribu. Ils avaient toujours l’air plus tristes, les adultes, et même si elle ne comprenait pas encore entièrement la réalité de leur situation, elle avait bien compris que sa mère avait plus de pouvoir que son oncle. « J’explorerai le désert. » Dit-elle finalement avec certitude, pointant un doigt vers l’horizon, un peu au hasard. L’idée d’un désert la terrifiait tout autant qu’elle l’attirait. Elle aimait imaginer un monde sans eau, tout en le craignant. Elle ne pleurerait pas l’absence de la mer, bien trop inquiétante à son goût, mais elle était en âge de comprendre qu’il leur fallait de l’eau pour survivre. Comment faisaient-ils pour vivre, au milieu du désert ? Perdue dans ses pensées, Achlys manqua la moue de sa mère. Elle lui sourit lorsqu’elle posa sa main contre son épaule, et elle se tourna légèrement vers sa mère pour s’adosser contre son buste puissant. « Qu’est-ce qu’on mange ce soir ? » La question fit rire la mère d’Achlys, et elle tourna la tête pour lui lancer un sourire malicieux, fossettes parfaitement dessinées.

***


« Reviens ici Achlys ! C’est trop dangereux ! » Elle ne se retourna pas vers la source des mots, continuant sa route vers la berge. Elle ne savait pas quel endroit était le meilleur pour faire ce qu’elle voulait faire, mais elle avait vaguement — bêtement — plus confiance en la mer qu’en les marécages. Elle n’avait été là-bas qu’une poignée de fois pour le moment, pendant leurs entrainements, et elle n’avait été que très peu rassurée. Le sol était traître aux marécages, prêts à avaler des pieds et des jambes dans leur boue trop malléable. Le sable était plus sûr. Même elle n’était pas très rassurée par les vagues, et les courants — on leur avait répété maintes et maintes fois que certains courants dans la mer pouvaient les attirer au large — elle aimait les entrainements qu’ils faisaient ici. Courir dans le sable permettait d’améliorer leur endurance, et si Achlys n’était pas plus douée que ça au combat, elle pouvait courir plus longtemps que les autres. C’était important aussi, ou tout du moins c’était ce que lui répétait son instructrice. Elle savait déjà qu’elle ne serait pas une guerrière, mais elle pourrait quand même faire quelque chose qui serait utile à la tribu.

Et elle comptait apprendre à faire quelque chose d’autre qui serait utile à la tribu, quelque chose qui lui faisait peur mais dont elle sortirait grandie — en théorie. « Achlys ! » Elle avait déjà les pieds dans l’eau, mais elle se retourna enfin vers la voix, levant les yeux au ciel. « Laisse-moi ! Ca va bien se passer. » Elle se tourna à nouveau vers la mer, déglutissant nerveusement. Elle n’était pas particulièrement rassurée, malgré l’assurance dans sa voix. La mer n’était pas trop agitée aujourd’hui mais elle l’était toujours plus qu’elle ne l’aurait préféré. Clairement, ce n’était pas la plus brillante de ses idées, mais elle ne pouvait pas reculer maintenant. Premièrement, elle serait ridicule : ils étaient au moins trois ou quatre à être témoins de sa stupidité ; deuxièmement, elle se décevrait. « Allez ! Allez ! » L’anglais était toujours étrange lorsqu’elle le parlait, familier sans l’être. Mais parce qu’elle ne passait pas autant de temps que les autres à combattre, ayant bien réalisé qu’elle n’était pas à la hauteur de nombreuses de ses amies, elle se concentrait sur d’autres choses, dont l’anglais. Si elle comptait explorer le continent, ça lui serait forcément utile. L’autre chose qui lui serait utile serait de ne plus avoir peur de la mer, et pour cela, elle était persuadée qu’apprendre à nager servirait à ne plus être terrifiée. Si elle ne se noyait pas avant.

Elle avança d’un pas, l’eau montant jusqu’à ses genoux. Elle ne cessait d’observer l’horizon avec des yeux anxieux. Les vagues lui mouillaient les cuisses, et elle n’avait pas froid mais elle frissonnait quand même, inquiète. Elle n’avait peur de rien, se répétait-elle en boucle à voix basse. Quel genre d’explorateur ferait-elle si elle ne pouvait même pas mettre un pied dans l’eau sans trembler de peur. Elle se força à continuer, et bien vite l’eau lui arrivait au niveau de la poitrine. Les vagues lui éclaboussaient le visage à présent, et elle s’essuya le visage, contrariée d’avoir eu du sel dans les yeux. Encore un autre défaut de la mer, le sel. C’était pratique si on laissait l’eau sécher quelque part pour le récupérer, mais ça brûlait les yeux et ça n’avait pas bon goût. Elle n’osa pas aller plus loin, voulant avoir pied si jamais elle commençait à paniquer. Mais il était temps de se lancer. Elle jeta un dernier regard vers la côte, et observa avec un peu d’horreur que le groupe l’observant avait grandi. Elle ne pouvait plus faire demi-tour maintenant. Elle prit un grand souffle et enleva ses pieds du sol. Elle se sentit flotter un instant, et elle chercha à mettre ses bras et pieds en mouvement, un peu à l’instinct. Elle ne commença pas à couler mais elle s’enfonça juste assez pour avoir l’eau au niveau de la bouche, ce qui la fit paniquer. Après quelques coups de mains, elle réussit à ressortir la tête de l’eau, mais une vague lui arriva en plein visage, et elle but la tasse. Paniquée, elle reposa les pieds par terre et toussa. Loin de se laisser abattre, une fois son souffle regagné, elle réessaya. Elle avait de l’eau jusqu’aux oreilles et elle n’entendait rien à part l’eau et le vent, mais elle n’avait pas besoin de se retourner pour savoir qu’il y avait de nombreux yeux pour contempler son acte idiot. Elle ne le regrettait pas exactement mais il était clair qu’elle n’arriverait pas à nager normalement aujourd’hui, et qu’elle se ferait passer un savon mémorable par sa mère. Qu’importait. Elle reviendrait jusqu’à ce qu’elle puisse garder la tête hors de l’eau sans s’épuiser.

***


C’était la première fois qu’elle avait l’opportunité de partir seule dans la jungle. Enfin, presque seule. Elle jeta un regard sur la Kovariii qui l’accompagnait et leva les yeux au ciel. Certes, elle n’était pas de taille à affronter un sanglier en colère — cela dit, elle doutait que qui que ce soit fût véritablement de taille contre un sanglier — mais elle ne comptait pas en approcher un d’assez près, de toute façon. C’était comme si sa mère avait oublié qu’elle était particulièrement capable à l’arc, pour décider de lui donner une escorte. Et quelle escorte. La blonde qui l’accompagnait était plus grande qu’elle, et c’était déjà un détail qui l’irritait. Elle avait des épaules bien dessinées — trop bien dessinées — et une épée tenue inutilement dans la main. Achlys ne put retenir un soupir. « Tu penses qu’on va rencontrer une panthère aussi près du village ? » Son ton était condescendant, et elle jeta un œil à la blonde, irritée de son absence de réponse. « Tu peux rentrer tu sais, je sais ce que je fais. » Cette fois-ci, son escorte daigna lui répondre. Son ton se voulait indifférent, mais Achlys pouvait entendre l’impatience dans sa voix. « Ta mère m’a demandé de venir. » Et bien sûr, elle était du genre à respecter la volonté des aînées au pied de la lettre. Elle était presque l’opposé d’Achlys. Pas qu’Achlys fût véritablement irrespectueuse, mais son caractère lui avait souvent causé des ennuis. Elle aimait faire ce qu’elle voulait, surtout lorsqu’il s’agissait de faire quelque chose que les autres ne trouvaient pas « sûr ». Après tout, elle savait nager maintenant, comparé à la plupart des Kovariiis.

« Je n’ai pas besoin de toi. » Répondit-elle, un peu énervée, et distraite. Assez distraite pour rater la racine pourtant évidente qui se tenait devant ses pieds. Elle trébucha, à sa plus grande honte, et manqua de se manger le sol. Ce fut la main solide de l’escorte contre son bras, la retenant fermement, qui l’empêcha de tomber par terre. Achlys rougit profondément, se redressant avec hâte et s’écartant de la blonde. La jeune Kovariii ne dit rien, mais le sourire narquois qui éclaira son visage était un commentaire suffisant. Achlys continua son chemin en l’ignorant, les oreilles brûlantes. Autant accepter sa présence, pensa-t-elle. Elle était inutile mais au moins elle était silencieuse, et c’était après tout nécessaire pour se fondre dans la jungle. Lorsqu’elles commencèrent véritablement à s’enfoncer entre les arbres, Achlys se concentra. C’était la première fois qu’elle partait chasser seule et elle voulait revenir avec quelque chose d’impressionnant, si possible. Loin de vouloir tuer un animal pour le plaisir, elle voulait quand même revenir avec une biche, ou même un sanglier, plutôt qu’un petit lapin. Le risque était là, évidemment. Lors de leurs enseignements, on leur avait répété que les animaux de la jungle étaient plus dangereux que leurs cousins des forêts. D’ailleurs, il fallait même être un peu stupide pour chercher à s’attaquer à un sanglier tout seul, le risque de le rater étant tout de même assez élevé. Et personne ne souhaitait se retrouver face à un sanglier en colère.

« Tu es sûre que tu sais où tu vas ? » Elles marchaient depuis un bon moment déjà, et l’escorte ne commençait pas à fatiguer mais elle commençait à s’impatienter. C’était bien un des traits qui ennuyait le plus Achlys chez les guerriers : leur impatience. Certes, Achlys n’était pas particulièrement patiente elle-non plus, principalement avec les gens, mais la chasse était différente. Si on était pressé, on ratait les animaux, tout simplement. Et laisser entendre qu’Achlys ne savait pas se retrouver dans une forêt qu’elle connaissait quasiment par cœur était insultant, tout simplement. « Ssssh. » Elle arrêta la blonde d’un bras, se figeant au milieu des arbres. Plus loin, une petite clairière au milieu des arbres. Un petit ruisseau la traversait, et y buvait une biche. Pas trop petite, clairement adulte, et parfaitement distraite par le cours d’eau. C’était exactement ce que recherchait Achlys. La proie parfaite. Ignorant totalement la présence à côté d’elle, elle extirpa lentement une flèche de son carquois, venant la fixer à la corde de son arc avec une lenteur calculée. N’importe quel geste brusque pourrait attirer l’attention de l’animal et elle ne le souhaitait pas, pas tout de suite en tous les cas. La biche était presque parfaitement orientée vers elle. Le plus important était de ne pas la faire souffrir, et pour cela, il fallait viser le cœur. Achlys s’était bien entraînée, des années durant, à viser à l’arc, si bien qu’elle était devenue particulièrement habile. Il fallait juste que la biche relève la tête et elle serait en position parfaite pour atteindre son cœur. Par chance, ces animaux étaient tout aussi curieux que paniqués. Achlys banda son arc, et siffla entre ses dents. Instantanément, la tête de l’animal s’orienta vers elles. La Kovariii n’hésita pas, et l’instant d’après, la flèche fila vers sa cible. La biche n’eut pas le temps de bouger que la pointe en métal pénétra sa fourrure, et elle s’effondra en un bruit sourd contre le sol de la jungle. Si intérieurement Achlys sautait de joie, elle garda un extérieur calme. Elle jeta un œil attentif sur les alentours avant de pénétrer dans la clairière, l’escorte sur les talons. Auprès de la biche, elle vérifia qu’elle était bien morte avant de retirer la flèche, caressant distraitement le flan de l’animal. Elle releva la tête vers la blonde, et lui sourit, rieuse. « Tu as raison, tu as bien fait de rester, tu vas pouvoir la porter jusqu’au village. » L’escorte roula des yeux, mais elle rengaina son épée et aida Achlys à arranger l’animal pour le porter plus facilement.

***


« Tu as intérêt de revenir, tu m’entends ? » Achlys leva les yeux au ciel, mais n’arrêta pas de préparer son sac, y plaçant quelques denrées nécessaires au voyage. Elles ne partiraient pas longtemps, mais elle voulait être prête dans l’éventualité où une tempête les gardaient coincées sur le continent. C’était bien arrivé une fois dans le passé, après tout, et c’était une peur que la plupart des Kovariii partageaient. « Oui, mère. » Répondit-elle distraitement, vérifiant l’affûtage de ses flèches. Elle n’allait pas sur le continent pour chasser mais mieux valait être préparé pour tout, pensait-elle. Ce n’était pas forcément l’avis de sa mère, mais elle se garda de faire un commentaire. « Rappelle-moi pourquoi tu veux y aller ? » Achlys n’avait jamais caché à sa mère qu’elle n’avait pas d’attirance pour les hommes. Peut-être qu’une partie d’elle-même espérait encore que sa fille mît de côté ses préférences pour préserver leur peuple, mais elle ne le dit pas. « Tu sais très bien pourquoi. » Et effectivement, sa mère savait parfaitement pourquoi : c’était ce qu’elle voulait depuis son enfance : rejoindre le continent, l’explorer, ne serait-ce qu’un petit peu. La fête des roses était l’excuse parfaite. Les Kovariii auraient besoin d’un éclaireur et elle s’était bien généreusement proposée. L’autre côté de l’affaire n’intéressait pas Achlys, elle trouverait bien à s’occuper pendant que son peuple chercherait leur homme pour la nuit.

« Sois prudente, d’accord ? » Achlys se tourna vers sa mère avec un sourire, sac à l’épaule, carquois à la hanche et arc à la main. Elle lui fait une bise sur la joue avant de lui sourire. « Evidemment. Et puis il ne va rien m’arriver, je sais nager. » Ces mots arrachèrent une grimace à sa mère, et elle ne put s’empêcher de rire en réponse. Apprendre à nager avait été laborieux, et elle avait risqué la colère de plus d’une aînée. Mais à présent, elle craignait un peu moins l’eau, assez pour ne plus avoir peur de s’aventurer vers le continent. Accompagnée de plusieurs amies, elle se rendit vers les embarcations. Les longues pirogues étaient installées contre le sable, prêtes au départ. Elles avaient toutes appris à pagayer, et à garder son équilibre dans l’embarcation. Chacune connaissait sa place, et son rôle. La traversée fut sans incident, et enfin, après des années à en rêver, Achlys posa le pied sur le continent. C’était la fin de l’après-midi, et elle observa avec émerveillement les différences existantes avec leur île. La végétation était toujours aussi dense mais les arbres n’étaient pas similaires. L’odeur elle-même n’était pas la même. Achlys était fascinée. Mais elle n’était pas là que pour elle, et elle prenait son rôle à cœur. Alors, accompagnée de ses sœurs, et aidée par celles qui avaient déjà fait la route vers les villages du continent, elle les guida vers les points désirés.

La nuit tombée, et la destination atteinte, elle se retrouva aux alentours d’un village, assise au coin d’un feu, à l’abri des éléments. Les Kovariii recherchaient leurs hommes pour la soirée, et Achlys, peu intéressée, regardait le ciel. Un craquement de branches lui fit faire volte-face et elle se leva de son tronc d’arbre, dague fermement tenue entre ses doigts. Achlys n’excellait pas autant que ses sœurs au combat mais elle savait au moins se défendre. La silhouette qui sortit de l’ombre lui fit relâcher sa prise sur la dague et elle soupira, se rasseyant sur le tronc. « Qu’est-ce que tu fais là ? » Demanda-t-elle, un brin irritée. Bien qu’elle ne fût pas contentée de l’admettre, la blonde — l’escorte — lui avait fait peur. « Je ne suis pas venue ici pour ça. » Achlys lui jeta un coup d’œil lorsqu’elle s’assit à côté d’elle, haussant un sourcil. « Et tu es venue ici pour quoi ? » Il n’y eut que du silence comme réponse, et Achlys se tourna entièrement vers la blonde. Elle la fixa avec intrigue, car l’escorte avait soudainement le regard fuyant, ce qui ne lui était pas du tout caractéristique. « Déliah ? » Le regard bleu de Déliah se posa soudainement sur elle et Achlys lui sourit, un peu hésitante. « Tu connais mon nom ? » Le choc dans la voix de Déliah ne plut pas l’archère et elle ne put s’empêcher de lever les yeux au ciel. « Evidemment. » Vint la réponse, et la blonde lâcha un soupir étrangement soulagé. Elle se tenait soudainement plus proche d’Achlys et cette dernière se figea, intriguée. L’instant d’après, elle sentit des lèvres contre les siennes, et elle lâcha un soupir, s’accrochant au cou de Déliah. « Je suis venue pour toi, Artémis. »

***


« Il y a une nouvelle étoile. » Elles étaient sur la plage, assez loin de l’eau pour ne pas être inquiétées, mais assez loin du village pour être tranquilles. Un feu brûlait non loin d’elles et Achlys avait sa tête posée sur le sable, Déliah à côté d’elle. Elle avait les yeux fermés, mais aux mots de la blonde, elle ne put que les rouvrir, incrédule. « Quoi ? » Son regard se porta d’abord sur son amante, qui pointa du doigt le ciel sans la regarder en retour. Alors, Achlys regarda le ciel à son tour et haussa les sourcils en voyant à son tour un éclat qui n’aurait pas dû y être. « Etrange. C’est peut-être … » L’étoile bougeait, et elle se rapprochait. Achlys se rassit sur le sable, Déliah avec elle. L’objet, qui n’était clairement plus une étoile, se rapprochait rapidement. Il était impossible de distinguer ce que cela pouvait être, mais ça se rapprochait de la Terre. Elle pouvait le voir grossir. Impulsivement, elle attrapa la main de son amante. « La grande Artémis aurait-elle enfin peur de quelque chose ? » Murmura Déliah à son oreille, et Achlys frappa son bras de sa main libre, fronçant les sourcils. « Ca ne t’inquiète pas, des choses qui tombent du ciel ? » Demanda-t-elle, contrariée. « Si, bien sûr. » Les mots étaient sérieux, et Achlys lâcha un soupir, s’adossant contre le buste musclé de son amante.

Elle n’aurait su dire combien de temps passa avant que l’objet ne s’écrasât sur Terre. L’impact était sur le continent, assez proche pour qu’elles pussent en voir la fumée, qui grimpait et grimpait dans le ciel. Impossible de savoir si c’était un morceau de roche, ou quelque chose d’autre. Des jours plus tard, Achlys apprit qu’il y avait eu des humains à bord de l’objet, des humains qui vivaient dans le ciel. Des anciens terriens, sûrement, des lâches imagina-t-elle, qui préférèrent fuir les conséquences de leur guerre. Evidemment, depuis, les lâches étaient sûrement morts, mais c’était donc des enfants de lâches, et ça n’amenait rien de bon. Pourquoi étaient-ils là ? Vivre sur une île au loin du continent, la première fois, devint un enchantement. Et Achlys n’osa pas participer à la nouvelle fête des roses, inquiète de tomber sur ces humains venus du ciel. De quoi avait-elle peur, elle ne le savait pas, mais elle pouvait déjà sentir qu’ils allaient changer l’équilibre de leur monde, déjà difficilement établi.

***


Elle ne pouvait pas comprendre pourquoi la majeure partie des Kovariii ne suivaient pas l’avis de leur Kuhani. Pire, ne la croyait pas. Elles qui avaient rebâti leur tribu suite à une tempête, elles qui craignaient depuis les eaux et leur tempérament, ne semblait pas croire le présage d’un cyclone. Achlys aimait se vanter de n’avoir peur de rien, mais elle n’était pas assez bête pour se prétendre au-dessus des éléments. C’était bien la raison pour laquelle elle avait appris à nager, après tout. Elle mettait frénétiquement des affaires dans des sacs, juste le nécessaire, pas de quoi surcharger les pirogues. Elles n’étaient pas nombreuses à partir et elles devraient être prudentes, si le vent n’était pas encore arrivé, la mer était plus agitée que d’habitude. « S’il te plaît, Mère, viens avec nous. » Elle se tourna juste assez longtemps pour fixer sa mère, qui restait postée dans un coin de la pièce en l’observant. Sa léthargie l’irritait et elle voulait aller auprès d’elle pour la secouer. « Je ne peux pas abandonner les nôtres. » La réponse la laissa sans voix, et Achlys resta sans bouger un instant, avant qu’elle ne trouvât à répondre. « Tu penses que c’est ce que je suis en train de faire ? » Les mots étaient lâchés dans un souffle, incrédules. C’était plutôt les autres qui les abandonnaient. C’était sa mère qui l’abandonnait. « Vous allez vous laisser mourir ? Et c’est nous qui vous abandonnons ? » Elle secoua la tête et recommença à stocker les essentiels dans son sac. Elle avait un peu de vivres, de quoi fabriquer ses flèches, une autre tunique et de quoi lui tenir chaud. Elles pourraient installer les tentes dans le fond des pirogues. « Rien n’indique que le cyclone va vraiment arriver ! » Achlys ne pouvait pas répondre à ça. Elle finit de rentrer ses affaires dans son sac, et elle le balança par-dessus son épaule. Arc à la main, elle se dirigea vers sa mère. Elle l’enlaça avec force, cachant son visage dans son cou pendant un instant. « Je t’aime. » Murmura-t-elle contre sa peau, douloureusement consciente que ça serait la dernière fois qu’elle verrait sa mère, cyclone ou non.

Elle partit sans un mot de plus, se dirigeant vers la plage. Elles étaient déjà un petit groupe à se préparer, amenant les pirogues sur la berge et commençant à y charger les sacs. Le tout était fait dans le calme, comme si personne n’avait conscience de ce qu’il se tramait — elles en avaient toutes bien trop conscience. Achlys nota qu’elles étaient beaucoup moins nombreuses qu’elle pensait. Elle constata aussi que Déliah n’était pas là. « Je reviens ! Je dois aller chercher Déliah ! » Cria-t-elle, déjà en train de courir vers le village. Lorsqu’elles en avaient parlé, elle avait été persuadée que Déliah viendrait avec elles. Elle courut vers le village, équilibrant le poids sur ses épaules pour ne pas trop se fatiguer. La journée allait être longue, et la traversée n’était pas de tout repos. Elle poussa la porte de la maison de Déliah sans frapper, persuadée de trouver son amante en train de finir de se préparer. Au contraire, elle la trouva assise sur son lit, comme si elle l’attendait. « Déliah ? » Le ton d’Achlys était hésitant, et elle se figea au milieu de la pièce. Déliah se releva, et le sourire qui ornait ses lèvres était tellement triste qu’elle eut envie de faire demi-tour. « Je suis désolée, Artémis, je ne peux pas partir. » Elle entendait les mots, sans véritablement les comprendre. Elle secoua la tête de façon négative, prenant un pas en arrière lorsque Déliah essaya de s’approcher. « Non, non, tu avais dit … Déliah, il faut partir maintenant. Le cyclone arrive. » C’était au tour de la blonde de secouer la tête, et Achlys lâcha un souffle tremblant. « Je suis désolée. » Répéta-t-elle, et l’archère grogna presque en réponse. « Tu es désolée ? » Il y avait de la colère dans son ton, colère qu’elle regrettait déjà. Mais c’était simple de s’y raccrocher. « Tu vas mourir ici. » Il n’y avait que du silence pour lui répondre. Elle se mordit la lèvre violemment, reprenant le dessus sur ses émotions. « Ca ne pouvait pas durer, de toute façon. » Elle ne le pensait pas, malgré les mœurs de sa tribu. Les relations duraient rarement, mais elle ne voulait personne d’autre que Déliah. « Au revoir. » Lâcha-t-elle avec finalité, le ton dur mais les yeux baissés. Pour la première fois, elle prit la fuite sans attendre de réponse. Essuyant rageusement les larmes qui coulaient le long de ses joues, elle alla retrouver ses sœurs sur la plage. Elle jeta ses affaires dans la dernière pirogue, et commença à la pousser à la mer sans attendre. « On peut y aller. »

***


Elle peinait à sourire. Elles n’étaient plus qu’un petit nombre, regroupées ensembles au pied du volcan endormi, sur le continent. Elle qui en avait rêvé depuis son enfance, elle était enfin en train d’explorer les terres inconnues et si souvent convoitées. Mais elle aurait voulu être n’importe où plutôt qu’ici. Le vent secouait les arbres, et la pluie ne cessait de tomber. Les éléments semblaient enfin se calmer, mais elle les avait vus déchaînés sur la mer : elle les avait vus déchaînés sur leur île. Elle doutait que quoi que ce soit — qui que ce soit ¬— pût survivre à un tel déferlement. Les autres parlaient de monter une expédition pour aller vérifier s’il y avait des survivants, lorsque la météo se serait calmée. Elle n’y croyait pas. Elle ne voulait pas en être. A quoi bon y retourner. Elle avait terriblement peur de ce qu’elles pourraient y trouver. Elle resta à l’écart un bon moment, juste assez près du feu pour ne pas avoir froid, mais assez loin pour ne pas avoir à partager la discussion. Elle savait qu’elle était amère, et qu’elle n’avait pas plus de raisons que les autres de l’être. Elles avaient toutes perdu, leur famille et leur vie avaient été englouties par les flots. Elles n’avaient plus de base à laquelle retourner, et elles devraient tout reconstruire, une nouvelle fois, sur le continent.

Elle n’avait pas utilisé son arc depuis qu’elles étaient arrivées sur les terres. Elles survivaient pour l’instant avec leurs vivres, assez nombreuses pour ne pas avoir à s’encombrer d’un cadavre, ou à perdre du temps à explorer les forêts alentours. Les animaux aussi s’étaient cachés, cherchant refuge face aux éléments, et Achlys n’avait nullement besoin de tomber sur une proie plus grosse qu’elle en cherchant de quoi manger. C’aurait bien été leur veine, de tomber sur des loups, des pumas, ou Di’anada sut quoi. Même si elle avait passé beaucoup de temps à étudier le continent, la réalité était toute autre lorsqu’elle n’avait plus le choix de rentrer chez elle. « On va se mettre en route demain. » La voix était soudainement plus proche que les autres, et Achlys releva la tête pour voir une de ses sœurs. Elle hocha la tête, incapable d’une autre réaction. Qu’importait, de toute façon. « Tu nous guideras vers le village des Naoris ? Tu y es déjà allée, je m’en souviens. » C’était vrai, elle avait déjà accompagné les Kovariii jusqu’à leur village. Enfin, jusqu’à ses alentours. Ils leur avaient bandés les yeux pour les amener jusqu’aux portes, et si à l’époque elle n’avait pas été très confiante, aujourd’hui elle comprenait pourquoi ils prenaient autant de précautions. Elle se souvenait probablement du chemin pour trouver le bon carré de forêt, si elle se mettait à réfléchir. Le problème était qu’elle était plus encline à se laisser dépérir sur place qu’à faire quoi que ce soit pour changer sa situation. Cependant, ce n’était pas juste pour les autres qui l’accompagnaient aujourd’hui. Alors, elle força un sourire sur ses lèvres. « Oui, d’accord. Mais on ne pourra pas le trouver sans eux, il est trop bien caché pour ça. Ils nous remarqueront quand on approchera. »

Elles se mirent en route à l’aube, le soleil perçant enfin les nuages. Cela rendait l’orientation plus simple. La tâche lui donnait une chose sur laquelle se concentrer, pour oublier, au moins pour un temps, ce qu’il s’était passé. C’était difficile d’arrêter d’y penser complètement, mais elle essayait. Elle savait que ses sœurs en faisaient de même. Malgré ses efforts, elles semblaient tourner en rond. Elle ne reconnaissait pas les arbres, et sans prendre de la hauteur, elle n’arriverait pas à retrouver la route. C’était le côté particulièrement irritant des forêts, il était tellement simple de s’y perdre. C’était bien là un indice qu’elle n’était pas dans son assiette. Achlys ne se serait jamais perdue, et ne se serait encore moins avouée vaincue. Il était temps d’y remédier. Un peu plus loin, elle pouvait voir un arbre dont la cime dépasserait sûrement les autres, assez pour pouvoir retrouver son chemin. « Attendez-là, je vais trouver notre route. » Elle confia son arc à l’un de ses compagnons de fortune, et commença son ascension. Achlys avait appris à grimper ; ou plutôt à tomber sans trop se faire mal. C’était Déliah qui savait très bien s’accrocher aux arbres. La pensée la figea contre le tronc pendant un instant, et elle reprit son souffle, poussant les émotions au plus profond d’elle-même. Elle recommença à grimper, s’accrochant à une branche, puis une autre, se hissant souplement jusqu’à l’étage supérieur. Bien trop lentement à son goût, elle parvint au sommet de l’arbre, ou tout du moins assez haut pour dépasser le reste de la forêt. Il ne lui fallut que quelques minutes pour mémoriser le chemin qui leur permettrait de rejoindre les Naoris. Ca leur prendrait quelques jours au moins, la marche en forêt étant bien plus compliquée qu’en plaines.

Il fallait redescendre, à présent, et c’était bien cela qui inquiétait le plus Achlys. Descendre était toujours beaucoup plus complexe que grimper pour elle, et c’était à cause de ça qu’elle était tombée de nombreuses fois, sur l’île. Elle entreprit le chemin inverse avec lenteur, prenant gare à là où elle mettait ses pieds. Elle redescendit assez pour recommencer à voir les Kovariii en contrebas, et elle lâcha un petit soupir de soulagement. Distraite, elle ne sentit la bourrasque que trop tard. La cime de l’arbre bougea soudainement, et sous la surprise, son pied glissa de la branche sur laquelle il se tenait. Elle se rattrapa tant bien que mal à l’écorce de l’arbre, ses doigts s’écorchant contre le bois avec désespoir. Le prochain mouvement de l’arbre eut raison d’elle, et elle lâcha prise, complètement déséquilibrée par la courbe de l’arbre. « Achlys ! » La chute fut beaucoup plus courte qu’elle ne l’aurait imaginée — peut-être avait-elle été plus bas qu’elle ne l’avait pensé — et elle finit par heurter le sol après de longues secondes. Quelques branches avaient ralenti sa descente précipitée, assez pour ne pas la tuer mais insuffisant pour amortir totalement la chute. Achlys tomba sur son épaule droite, et le choc fut tel qu’elle ne pût retenir un cri. La douleur était indescriptible, et elle sentait à peine les mains des Kovariii sur elle, l’arrangeant dans une position plus pratique pour constater les dégâts. Elle se força à rester consciente aussi longtemps qu’elle le pût, mais la douleur était telle qu’elle finît par lâcher prise.

***


Ses fractures s’étaient enfin consolidées, et s’il restait une vague douleur qui la lançait lorsque le temps était humide, elle pouvait bouger son bras à nouveau. Comme l’avait prédit le druide qui s’était occupé de la soigner, elle n’avait pas retrouvé la mobilité de son bras. Elle était incapable de le soulever au-dessus du niveau de son épaule, et forcer le mouvement ne lui apportait que douleur et faiblesse. Pendant ses longs mois d’immobilisation, elle avait également beaucoup perdu en masse musculaire, ce qu’elle ressentait à chaque pas. Un peu naïvement, elle pensait que si elle retrouvait sa force, elle pourrait à nouveau être aussi mobile qu’auparavant. Ce ne fut pas le cas. Malgré de nombreuses tentatives, elle n’arrivait plus à bander son arc. Le mouvement était tout simplement impossible pour son épaule, la force requise pour tendre la corde bien trop grande pour ses os fragilisés. Les efforts des druides n’avaient pas suffi : les fractures, si elles étaient à présent réparées, ne s’étaient pas bien ressoudées. C’était particulièrement visible sur sa clavicule, où l’os n’était plus lisse mais soulevé, formant une bosse sous sa peau.

Pendant les semaines qui suivirent, elle refusa d’accepter sa situation. Elle fit tout ce qui était préconisé par les druides, travaillant lentement son bras pour espérer retrouver un peu de mobilité, étalant des mélanges d’herbes médicinales sur sa peau dans l’espoir que quelque chose se passât — en vain. Finalement, elle fut forcée de se rendre à l’évidence : elle ne pourrait plus jamais bander un arc de sa vie. Elle qui n’avait jamais été particulièrement douée au combat devait également tout réapprendre, avec l’aide de ses sœurs et des sentinelles Naoris. Privée de son bras dominant, elle devait se contenter de sa main gauche, plus maladroite et étrange, pour manier une dague. Juste de quoi se défendre, si jamais elle venait à s’aventurer hors du village Naori. Elle qui, quelques semaines plus tôt, avait hâte de se remettre pour enfin pouvoir quitter le camp, et peut-être trouver une place ailleurs, se retrouvait quasiment forcée de rester. Elle avait perdu son but, et avec lui tout espoir de pouvoir s’habituer au continent. Elle n’avait rien contre les Naoris, même si elle avait du mal à comprendre leur dynamique. Les voir vivre en égalité parfaite était étrange, n’ayant jamais connu un homme en position importante — ou n’ayant jamais vu autant d’hommes en général.

Elle devait réussir à trouver sa place auprès d’eux, tout du moins le temps de pouvoir les repayer pour leur aide. Achlys n’avait pas perdu sa fierté, et elle se trouvait bien incapable de partir avant d’avoir compensé tout ce qu’ils avaient mis en œuvre pour elle. La chasse était hors de question, mais elle pouvait sûrement participer d’une autre façon. Elle était toujours capable de pister, même si elle avait perdu un peu de son endurance pendant ses mois d’immobilité. Certainement, elle pourrait être d’une quelconque utilité à sa tribu d’accueil. Soupirant, elle reposa le poids qu’elle tenait dans la main au sol. Elle passait toujours trop de temps à penser lorsqu’elle se remusclait, sans que ce soit toujours constructif. Elle essuya son front d’un revers de la main et quitta son petit recoin au sein des cabanes des kovarii. Elle salua les quelques-unes de ses sœurs présentes d’un signe de la main, et fit son tour habituel du village. Elle évitait toujours de trop aller sur les hauteurs, son corps — et son esprit — toujours traumatisés par la chute. Ses pas, comme souvent, la menèrent sur la place où ils faisaient du troc. C’était le seul lien qu’elle avait avec le reste du continent, le seul contact avec les autres tribus. Elle était toujours curieuse de ce qu’ils amenaient, et elle ne manquait jamais une occasion de discuter avec eux. Ca lui occupait l’esprit, et si elle n’arrivait toujours pas à se projeter vers le futur — vers ce qu’elle pourrait faire — ça lui permettait de garder vivante une petite flamme d’espoir.

C’était à cette place qu’elle avait vu ceux qui venaient du ciel pour la première fois. Pas la première chute, la seconde : ceux qui étaient plus âgés — ou tout du moins c’était ce qu’on lui avait dit — et soit disant plus érudits. Elle avait eu envie de leur demander s’ils avaient un remède, quelque chose pour aider son épaule, mais elle n’avait pas osé les approcher. Elle les avait observés de loin, curieuse et effrayée à la fois. Ils étaient comme eux, plus ou moins, mais ils parlaient la vieille langue. Aujourd’hui, ils n’étaient pas là. Il y avait des marchands qu’elle n’avait jamais vus avant, et d’autres qu’elle croisait plus fréquemment. L’une d’entre eux, une athna, qui vendait des tuniques en tissu. Ses vêtements l’émerveillaient toujours, elle qui n’avait toujours connu que le cuir et les peaux de bêtes. « Vaarhal. » La salua-t-elle, ses doigts glissant comme à chaque fois sur les morceaux de tissu. Elle n’avait rien à lui donner en échange, mais ça ne l’empêchait pas de rêver. « Tu es encore descendue de ta montagne ? » Elle aimait bien quand la tisserande lui parlait de là où elle venait. Peut-être un jour déciderait-elle de la suivre, pour voir le pic de ses propres yeux. Peut-être. « Achlys ! » La voix détourna son attention, et elle lâcha des yeux l’athna pour porter son attention sur l’une de ses sœurs, qui tenait deux épées en bois grossier à la main. « Tu n’avais pas oublié j’espère ? » Achlys ne put retenir un grognement, et elle se tourna entièrement vers la kovarii, rattrapant maladroitement l’épée qu’elle venait de lui lancer. Sa coordination n’était clairement plus ce qu’elle était. « J’arrive. » Elle jeta un œil vers l’athna, et observa une dernière fois ses tissus avant de se diriger vers son amie. « A la prochaine. » Lâcha-t-elle par-dessus son épaule, avant de suivre la kovarii jusqu’à l’extérieur du village pour un entrainement au milieu des arbres, qui la laissa toujours aussi mauvaise mais assez fatiguée pour dormir comme une pierre.

DERRIÈRE L’ÉCRAN

  Je m'appelle Leolaws et j'ai 24 ans. Vous pouvez donc vous en douter, je suis une fille. J'ai connu le forum grâce à Captain Sardine et je le trouve intriguant. Si possible, je n'aimerais pas avoir un parrain afin de m'aider à l'intégration et la compréhension.


  Mon personnage est un inventé et je vous ne vous autorise pas à en faire un scénario si mon compte se retrouve supprimé.

 
SE RÉFÉRENCER


 
Code:
✜ [color=firebrick]Caity Lotz[/color] → Achlys Cintra

 
Code:
✜ [b]Pisteur[/b] : Achlys Cintra
Code:
✜ [b]Eclaireur[/b] : Achlys Cintra


 
Code:
[b]2087[/b] (12/10) : Achlys Cintra (32)
   

 
Achlys Cintra
Maybe this time I can go far; Thinkin' 'bout where I've been ain't helpin' me start


Dernière édition par Achlys Cintra le Mer 1 Jan 2020 - 19:03, édité 13 fois
Forget your running
Freyja Vaarhal
DATE D'INSCRIPTION : 15/10/2019 PSEUDO/PRENOM : Captain_M MESSAGES : 100 CELEBRITE : Saoirse Ronan COPYRIGHT : Me METIER/APTITUDES : Chasseuse/Pisteuse TRIBU : Pikunis POINTS GAGNES : 84
Forget your running

Beauteous fields arise before me + Achlys Empty Re: Beauteous fields arise before me + Achlys

le Sam 28 Déc 2019 - 13:00
Beauteous fields arise before me + Achlys 130410295 Beauteous fields arise before me + Achlys 130410295 Beauteous fields arise before me + Achlys 130410295 Beauteous fields arise before me + Achlys 130410295 Beauteous fields arise before me + Achlys 130410295 MEME PAS ON ME DIT COMMENT J'SUIS CHOQUEE DECUE !!

Bienvenue à toi, j'suis super contente de te retrouver ici et de pouvoir avoir l'occasion de nouveau - j'espère ahem - rp avec toi ! Hâte de voir ce que tu vas faire avec sublime Cathy Beauteous fields arise before me + Achlys 3395933406 Beauteous fields arise before me + Achlys 242792929
Achlys Cintra
DATE D'INSCRIPTION : 27/12/2019 PSEUDO/PRENOM : leolaws MESSAGES : 26 CELEBRITE : Caity Lotz COPYRIGHT : Praimfaya (avatar) ; saaya & schyzophrenic (signature) METIER/APTITUDES : Pisteur, et si nécessaire éclaireur, elle a des capacités de chasse et d'observation. TRIBU : Kovarii, réfugiée chez les Naori pour le moment POINTS GAGNES : 76

Beauteous fields arise before me + Achlys Empty Re: Beauteous fields arise before me + Achlys

le Sam 28 Déc 2019 - 13:11
C'est la sardine elle m'a forcée Beauteous fields arise before me + Achlys 977114301 Beauteous fields arise before me + Achlys 3474094350

Merci Beauteous fields arise before me + Achlys 2215546156 Beauteous fields arise before me + Achlys 1551717786
Evidemment qu'on va RP voyons.
Membre du mois
Lubnjia Vaarhal
DATE D'INSCRIPTION : 15/10/2019 PSEUDO/PRENOM : MΛDΛME Λ. MULTICOMPTES : None MESSAGES : 381 CELEBRITE : Mackenzie Davis COPYRIGHT : Avatars > @LUX AETERNA (3) & @Thinkky (3) • Signature > @AMIANTE METIER/APTITUDES : Tailleur / Artisanat {Tisserande} & Combat TRIBU : Athna POINTS GAGNES : 79
Membre du mois

Beauteous fields arise before me + Achlys Empty Re: Beauteous fields arise before me + Achlys

le Sam 28 Déc 2019 - 13:18
JOR, je t'ai forcée. Beauteous fields arise before me + Achlys 130410295 J'ai lourdement insisté, c'est vraiiii, mais je t'ai pas mis — cette fois-ci — le couteau sous la gorge. Beauteous fields arise before me + Achlys 3164339449

J'vais t'pousser du lit pendant la sieste. Beauteous fields arise before me + Achlys 2666259645

Courage pour la fiche, mais ça va t'aimes faire ça, toi... Beauteous fields arise before me + Achlys 3900222711 Beauteous fields arise before me + Achlys 3395933406
DES POUPOUILLES. Beauteous fields arise before me + Achlys 2132942727 Beauteous fields arise before me + Achlys 1583708803 Pis j'suis trop contente que tu aies craqué ! Beauteous fields arise before me + Achlys 1062394408 Beauteous fields arise before me + Achlys 412041774 Beauteous fields arise before me + Achlys 412041774 Beauteous fields arise before me + Achlys 1551717786 Beauteous fields arise before me + Achlys 4043954467
Gen Deng
DATE D'INSCRIPTION : 04/10/2014 PSEUDO/PRENOM : neko MULTICOMPTES : Eirik Thorvald, Skylar Rees, Leary Wrath, Cyd Raye MESSAGES : 1551 CELEBRITE : Godfrey Gao COPYRIGHT : DANDELION(avatar), tumblr (gif), northern lights.(code signature) METIER/APTITUDES : cavalier, archer TRIBU : Athna POINTS GAGNES : 22

Beauteous fields arise before me + Achlys Empty Re: Beauteous fields arise before me + Achlys

le Sam 28 Déc 2019 - 13:20
Bienvenue à toi et bon courage pour ta fiche^^
Admin △ I of the Storm
Einar Helgusson
DATE D'INSCRIPTION : 11/08/2018 PSEUDO/PRENOM : Electric Soul MULTICOMPTES : Harlan Tikaani & Kayden Elwood MESSAGES : 2380 CELEBRITE : Chris Hemsworth COPYRIGHT : Lux Aeterna (vava) & captaindanver tumblr (gifs) & bat'phanie (signa) METIER/APTITUDES : Commerçant de bois bleu | Navigation & Artisanat TRIBU : Iskaar POINTS GAGNES : 259
En ligne
Admin △ I of the Storm

Beauteous fields arise before me + Achlys Empty Re: Beauteous fields arise before me + Achlys

le Sam 28 Déc 2019 - 13:37
Bienvenue un peu plus officiellement par ici, je vois que Lub t'a enfin fait craquer Beauteous fields arise before me + Achlys 3395933406 Tu vas voir, on est gentils Beauteous fields arise before me + Achlys 171928021 Et puis si tu rejoins les Naoris c'est encore mieux

Bon courage pour la fiche, tu as 7 jours pour terminer celle-ci, n'hésite pas à contacter le staff si tu as des questions Beauteous fields arise before me + Achlys 484338566

PS : Je sens que quelqu'un a regardé The Witcher, récemment Beauteous fields arise before me + Achlys 3900222711
Accro des points
Murphy Cavendish
DATE D'INSCRIPTION : 06/12/2015 PSEUDO/PRENOM : Lux Aeterna MULTICOMPTES : Nuna Cortez MESSAGES : 41958 CELEBRITE : Sophia Bush COPYRIGHT : jenesaispas (vava) ; Lux Aeterna (sign & gifs & fiche rp) METIER/APTITUDES : Conseillère diplomate; militaire - lieutenant, stratège, garde et patrouilleuse. Quelques notions de médecine et bases en maniement des armes. POINTS GAGNES : 691
Accro des points

Beauteous fields arise before me + Achlys Empty Re: Beauteous fields arise before me + Achlys

le Sam 28 Déc 2019 - 15:57
OUHH quelqu'un qui a été traîné ici par des contacts, c'est toujours bon ça Beauteous fields arise before me + Achlys 1728425913 (même si je suis contre les violences, si t'as besoin de quelques points de suture ou de parler de tes traumatismes, je suis là Beauteous fields arise before me + Achlys 2215828127)
Bienvenue en tout cas, j'ai hâte d'en lire davantage sur ta demoiselle ! Bonne rédaction de fichette Beauteous fields arise before me + Achlys 2215546156
Meeka Standen
DATE D'INSCRIPTION : 29/01/2017 PSEUDO/PRENOM : avengedinchains MULTICOMPTES : Milo, Richard, Astrid & Elias MESSAGES : 587 CELEBRITE : Katheryn Winnick COPYRIGHT : ava by dandelion METIER/APTITUDES : Forgeron qui bricole aussi le bois TRIBU : Naori POINTS GAGNES : 12
Admin

Beauteous fields arise before me + Achlys Empty Re: Beauteous fields arise before me + Achlys

le Sam 28 Déc 2019 - 16:08
bienvenue à toi par ici Beauteous fields arise before me + Achlys 484338566
tu es de toute beauté !
hate d'en lire davantage sur toi Beauteous fields arise before me + Achlys 2215546156
Achlys Cintra
DATE D'INSCRIPTION : 27/12/2019 PSEUDO/PRENOM : leolaws MESSAGES : 26 CELEBRITE : Caity Lotz COPYRIGHT : Praimfaya (avatar) ; saaya & schyzophrenic (signature) METIER/APTITUDES : Pisteur, et si nécessaire éclaireur, elle a des capacités de chasse et d'observation. TRIBU : Kovarii, réfugiée chez les Naori pour le moment POINTS GAGNES : 76

Beauteous fields arise before me + Achlys Empty Re: Beauteous fields arise before me + Achlys

le Sam 28 Déc 2019 - 16:25
Beauteous fields arise before me + Achlys 3048774416

Gen > Merci !

Einar > Héhé merci Beauteous fields arise before me + Achlys 2132942727 je sens que Lub a un peu trop parlé de moi Beauteous fields arise before me + Achlys 130410295
Et non, je ne vois pas du tout de quoi tu veux parler Beauteous fields arise before me + Achlys 2215828127 (je vais pas pousser le vice au point de la surnommer la lionne, mais la tentation est là  Beauteous fields arise before me + Achlys 31866692)

Murphy > Elle m'a menacé de me priver de churros si je venais pas  Beauteous fields arise before me + Achlys 1360497918
Merci madame  Beauteous fields arise before me + Achlys 1802821642

Meeka > Toi aussi tu es de toute beauté Beauteous fields arise before me + Achlys 422672239 Merci o/
Anoki W. Lu
DATE D'INSCRIPTION : 10/08/2019 PSEUDO/PRENOM : Mellowness MULTICOMPTES : L'infatigable Sinead MESSAGES : 1661 CELEBRITE : Willy Cartier COPYRIGHT : .nyx (avatar) / endlesslove (signa) METIER/APTITUDES : Couturier / Artisanat & Cueillette POINTS GAGNES : 272

Beauteous fields arise before me + Achlys Empty Re: Beauteous fields arise before me + Achlys

le Sam 28 Déc 2019 - 18:04
Han yes Lub t'a fait craquer Beauteous fields arise before me + Achlys 13787583 Beauteous fields arise before me + Achlys 13787583 Beauteous fields arise before me + Achlys 13787583
Tant de mystères sur cette fiche, bon courage pour la rédaction Beauteous fields arise before me + Achlys 3395933406
En tout cas bienvenue ici Beauteous fields arise before me + Achlys 484338566
Ezra Aerys
DATE D'INSCRIPTION : 28/02/2016 PSEUDO/PRENOM : Glacy MULTICOMPTES : Chris Wilson MESSAGES : 2559 CELEBRITE : Jessica Parker Kennedy COPYRIGHT : murphy ♥ (avatar) - Kieran ♥ (signa) METIER/APTITUDES : esclave de Roan (de retour) ▲ métier ingrat ▲ ancienne couturière, esclave domestique, prostituée TRIBU : Rahjak POINTS GAGNES : 921

Beauteous fields arise before me + Achlys Empty Re: Beauteous fields arise before me + Achlys

le Sam 28 Déc 2019 - 18:15
Ce choix d'actrice Beauteous fields arise before me + Achlys 166108470Beauteous fields arise before me + Achlys 166108470 j'ai hâte d'en savoir plus face à tant de mystères ! Beauteous fields arise before me + Achlys 3237542935
Maori K. Ho'oname
DATE D'INSCRIPTION : 13/06/2019 PSEUDO/PRENOM : CapRaccoon MULTICOMPTES : Werowa Sundagger, Thémis Gyllenstierna MESSAGES : 309 CELEBRITE : Becky G COPYRIGHT : Alaska avatar, Dark Paradize signa METIER/APTITUDES : Traqueuse pour les 100 ¤ chasse/pêche ¤ combat TRIBU : n°81 des 100 3:) POINTS GAGNES : 272

Beauteous fields arise before me + Achlys Empty Re: Beauteous fields arise before me + Achlys

le Sam 28 Déc 2019 - 18:21
Bienvenue !! Beauteous fields arise before me + Achlys 2057722620 J'ai hâte d'en savoir plus !!  Beauteous fields arise before me + Achlys 484338566
Et j'adore l'avatar Beauteous fields arise before me + Achlys 3395933406
Admin - Panic Station
Elijah Callaghan
DATE D'INSCRIPTION : 24/03/2017 PSEUDO/PRENOM : bbchat MULTICOMPTES : Liam Cohen, Saoirse Crowley, Cassandre Darcy, Near Reinhart MESSAGES : 2516 CELEBRITE : Cillian Murphy COPYRIGHT : jenesaispas signa Perséphone + bckstreetbystumblr, gif profil Murphy Lux aeterna ♥ Paroles signa : Blood Red Shoes - Elijah. empty gold. (Nadja ♥) METIER/APTITUDES : Psychologue blasé ne demandant qu'à être surpris, à nouveau emballé par cette voie qu'il a choisie. veilleur de nuit, stratège TRIBU : Blue for the win, Odysséen. POINTS GAGNES : 82
Admin - Panic Station

Beauteous fields arise before me + Achlys Empty Re: Beauteous fields arise before me + Achlys

le Sam 28 Déc 2019 - 18:53
Bienvenue Beauteous fields arise before me + Achlys 484338566 C'est tout vide encore. J'ai hâte d'en savoir plus sur ce perso !
Achlys Cintra
DATE D'INSCRIPTION : 27/12/2019 PSEUDO/PRENOM : leolaws MESSAGES : 26 CELEBRITE : Caity Lotz COPYRIGHT : Praimfaya (avatar) ; saaya & schyzophrenic (signature) METIER/APTITUDES : Pisteur, et si nécessaire éclaireur, elle a des capacités de chasse et d'observation. TRIBU : Kovarii, réfugiée chez les Naori pour le moment POINTS GAGNES : 76

Beauteous fields arise before me + Achlys Empty Re: Beauteous fields arise before me + Achlys

le Sam 28 Déc 2019 - 19:45
Anoki > Merci beaucoup ! Et ça arrive vite j'espère Beauteous fields arise before me + Achlys 2132942727

Ezra > The thirst is real Beauteous fields arise before me + Achlys 1360497918 merci Beauteous fields arise before me + Achlys 3048774416

Maori > Merci madame Beauteous fields arise before me + Achlys 3474094350

Elijah > Thanks handsome ! Beauteous fields arise before me + Achlys 422672239
Hécate Pankara
DATE D'INSCRIPTION : 06/04/2017 PSEUDO/PRENOM : Aenah / Marie MESSAGES : 355 CELEBRITE : Mimi Elashiry COPYRIGHT : doom days (av), poésies cendrées.(sign), Gingerbread (gif) METIER/APTITUDES : Guerrière et chasseuse TRIBU : Kovarii, aujourd'hui chez les Naoris POINTS GAGNES : 26

Beauteous fields arise before me + Achlys Empty Re: Beauteous fields arise before me + Achlys

le Dim 29 Déc 2019 - 12:16
Une Kovarii !!!!! Beauteous fields arise before me + Achlys 2658157065
Il nous faudra un lien, obligéééé ! Beauteous fields arise before me + Achlys 166108470
Bienvenue parmi nous ! Beauteous fields arise before me + Achlys 1802821642
Contenu sponsorisé

Beauteous fields arise before me + Achlys Empty Re: Beauteous fields arise before me + Achlys

Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum