-40%
Le deal à ne pas rater :
Prix cassé sur les baskets Nike LeBron Witness III
60.47 € 99.99 €
Voir le deal

Aller en bas
- Whatever it takes -
Chris Wilson
DATE D'INSCRIPTION : 01/11/2015 PSEUDO/PRENOM : Glacy MULTICOMPTES : Ezra MESSAGES : 3329 CELEBRITE : Brett Dalton COPYRIGHT : Devos ♥ (avatar), frimelda (signature) METIER/APTITUDES : ancien militaire - maniement des armes - statège TRIBU/CAMP : odyssée POINTS GAGNES : 225

Snowflakes [Lubnjia] Empty Snowflakes [Lubnjia]

le Lun 9 Déc 2019 - 13:00

SNOWFLAKES
Chris & Lubnjia

« The city's cold and empty... »
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
1er décembre 2119 x
avant l'intrigue 27

La neige tombait. Sourire qui se dessinait sur un visage. Petits flocons de neige qui commençaient à se déposer sur ce début de barbe. Pas rasé pour dire. Un côté plutôt hirsute qui semblait coller à cette ambiance plus sauvage qui naissait sur le continent alors que les premières neiges apparaissaient. Empreintes qui étaient laissés dans la première couche de neige. Une neige poudreuse dont bientôt il serait possible d'entendre les craquement sous les bottes. Le froid se faisant ressentir, qui bientôt déposerait sa teinte glacée au-delà des arbres. Neige dont il serait possible d'entendre craquement et peut être un terrain qui deviendrait aussi plus accidenté. Le risque de tomber dans une crevasse. La nécessité à vrai dire d'être prudent même maintenant alors que j'évoluais au coeur de la forêt.

Il n'y avait que les arbres tout autour. Certains dénudés de leur parure de roi. Certains qui se tenaient encore debout. Sapins qui majestueusement continuaient de se dresser, qui pourraient être même décorés à l'occasion des festivités à venir. Noël arrivait. Une ambiance festive qui se profilait même ici sur terre, même alors que nous n'étions plus là-haut dans le vaisseau métallique. Main gantée qui se déposait sur le tronc du sapin le plus proche alors que l'espace d'une seconde je reprenais mon souffle. Un nuage qui se formait dans l'air. Un air froid mais point encore totalement glacial. Du moins cet air glacial était moins ressenti dans la journée tandis que la nuit, les tours de garde devenaient plus long, plus difficiles à tenir. Les patrouilles qui continuaient de se relayer de jour comme de nuit, qu'il pleuve, qu'il se mette à neiger ou qu'il se mette à faire beau. Patrouille autour du périmètre du campement de l'odyssée que je venais juste de finir. Seth qui lui avait une magnifique barbe, qui s'était éloigné pour retourner au campement alors que j'en avais profité pour faire quelques pas de plus, vérifier qu'aucun piège n'avait été posé autour du campement. Des pièces auparavant précédé par des grounders qui avaient été désamorcés. N'ayant été revus depuis ce jour où Skylar m'avait confié cette mission. Prudent non moins alors que j'aimais jeter toujours un coup d'oeil autour. Quand bien même les améliorations s'étaient améliorés avec les grounders des tribus environnantes, qu'une trêve s'était instaurée et qu'un mouvement de solidarité s'était créé, mieux valait se montrer prudent et raisonnable. Tenue militaire que je continuais de porter alors. Me fondant dans le décor bien qu'au fur à mesure que les couches de neige se cumuleraient, il serait préférable de troquer une tenue sombre pour une plus claire. Une préférence que de se fonder dans le décor et de s'adapter aux paysages, bien que la tâche la plus ardue n'était forcément celle qui attendait les gardes que les chasseurs. Eux chargés de trouver de quoi se substituer, de s'assurer que le stock de provisions était toujours haut pour passer l'hiver. Et si là n'était ma tâche, n'en venant pas moins à mettre la main à la pâte, à garder l'oeil ouvert. Toute provision supplémentaire qui restait la bienvenue alors qu'il y avait sur le campement des bouches à nourrir.

Et une marche que je reprenais lentement, mais surement. Ne m'arrêtant jamais longtemps pour éviter que les muscles se refroidissent, que le froid fasse son oeuvre. Il était préférable de continuer de marche pour faire circuler le sang, pour garder la chaleur dans son corps. M'arrêtant cette fois-ci de nouveau tout aussi silencieusement. Les derniers rares oiseaux qui piaillaient, qui s'étaient tus. Il y avait quelqu'un d'autre ici. Doigts qui rencontraient aussitôt les poignards à la lame aiguisée qui ne me quittaient pas. Mouvement systématique alors que déjà le bras était prêt à se plier, que la lame était prête à partir pour venir se planter sur la cible la plus proche quelle soit vivante ou immobile, animale ou humaine.
(c) DΛNDELION
Lubnjia Vaarhal
DATE D'INSCRIPTION : 15/10/2019 PSEUDO/PRENOM : MΛDΛME Λ. MULTICOMPTES : None MESSAGES : 656 CELEBRITE : Mackenzie Davis COPYRIGHT : Avatars > @LUX AETERNA (3) & @Thinkky (3) • Signature > @AMIANTE METIER/APTITUDES : Tailleur / Artisanat {Tisserande} & Combat TRIBU/CAMP : Athna POINTS GAGNES : 25

Snowflakes [Lubnjia] Empty Re: Snowflakes [Lubnjia]

le Lun 23 Mar 2020 - 16:45

( snowflakes )
Les pieds gelés, la tête toute engoncée dans son énorme écharpe — qui pourrait faire office de couverture, notons-le —, la blonde s’enfonce un peu plus dans cette foutue forêt qui ne semble pas avoir de fin. Voilà des heures, deux jours, même, qu’elle a quitté ses montagnes et Lubnjia se sent perdue, et pour cause… Cette neige qui s’est giclée partout, partout où ses yeux se posent et font qu’elle ne reconnaît plus rien autour d’elle ; se trouve-t-elle sur la bonne route, se rapproche-t-elle de la tribu Naori ? Elle jurerait être déjà passée par là, mais le manteau blanc couvre tout et lui fait perdre les pédales… Dans un énième soupir, elle va s’asseoir sur le premier rondin de bois qu’elle trouve et sur lequel elle peut poser son cul un instant. Elle se félicite de s’être couverte plus que de raison et de se trimballer assez à becter pour au moins une bonne dizaine de jours, alors qu’elle grogne brièvement : évidemment le rondin n’était absolument pas sec, et elle a beau ne pas le sentir directement, elle sait qu’elle a l’arrière-train mouillé.

Plus elle regarde autour d’elle et plus elle se dit qu’il faudrait qu’elle sache vers quoi elle se dirige. Mais, elle a beau chercher par dessus la cime des arbres, le ciel ne lui offre aucun indice, pas plus qu’un maigre réconfort, tout au plus… Ah, il ne manquerait plus qu’elle se retrouve chez les Rahjaks… Ou PIRE, chez les débarqués. Plus que le froid, cette simple pensée lui colle un frisson de dégoût tout le long de l’échine qu’elle réprime, agacée, en attrapant de quoi se remplir la panse ; il commence à se faire tard — ou tôt ? — et elle serait bien tentée de se trouver un abri où roupiller un peu… Pourtant, le silence pensant ne lui paraît vraiment pas accueillant, et elle tend l’oreille, arrêtant un instant sa mastication, pour essayer d’entendre quelque chose, n’importe quoi, plutôt que ce silence angoissant. Elle n’est pas peureuse la Vaarhal, mais le silence… Le silence ne lui a jamais rien présagé de bon. Et, quand elle entend enfin un semblant de vie dans cette dense flore cotonneuse, elle se sent tout de suite plus apaisée. Elle finit alors son casse-croûte — avant d’en attraper un autre, évidemment — et décide de se remettre en route ; plus vite elle s’y remettra, plus vite elle arrivera… Quelque part, si tant est qu’elle ne va pas trouver le bout du bout de cette île.

Ses pas se font plus lourds sur ce sol inhospitalier, et Lubnjia regarde une nouvelle fois le ciel avec un peu plus d’attention ; les étoiles ont laissé place à une aube grisaillée à qui la neige tombante donne l’impression de s’écrouler doucement. Lub’ se serait perdue une bonne partie de la nuit et elle se demande bien par quel miracle elle se n’est pas faite détrousser par des vagabonds solitaires ou bouffer par des animaux sauvages. Sa sœur la traiterait bien d’inconsciente — et elle serait d’accord avec elle, pour une fois — mais l’on ne changera pas la tête de mule de Lub’ : elle ne trouvera de repos qu’après être arrivée à bon port… Ou quand elle n’aura plus de quoi s’empaffer, peut-être. Elle se demande tout de même s’il ne serait pas plus sage de rebrousser chemin, ou de se concentrer un peu plus sur sa route — regarder la mousse sur les troncs d’arbre, chercher un brin d’eau qui la mènerait peut-être dans une cité… — mais elle préfère marcher encore, quitte à se perdre un peu plus, parce que marcher, mine de rien, ça tient les miches au chaud… Et de toute façon, elle ne peut pas retourner dans ses montagnes, avec l’avalanche qui a balafré une partie de l’île. Et allez chez ses parents ? Plutôt bouffer de la merde de chèvre !

Elle grogne doucement — pour changer — tout en finissant son deuxième casse-dalle, les yeux rivés sur ses godasses mouillées quand elle entend un bruit suspect. Coinçant son crouton de pain entre ses quenottes, la blonde vient chercher le premier truc qu’elle peut, le plus silencieusement possible… D’un pas lent, mesuré et le plus discret possible, elle s’avance vers l’origine du bruit, prête à bondir, tendue comme un ressort ; elle sent déjà son sang se gorger d’adrénaline et ses muscles scander, réclamer qu’elle porte le premier coup. C’est que ça fait des lustres qu’elle ne s’est pas battue, l’effrontée, et ça lui manquerait presque. Le sourire aux lèvres — autant qu’elle peut l’avoir, avec sa miche de pain — elle bondit alors, sortant de l’ombre des sapins et des fourrés qui la cachaient, pour atterrir devant un individu, tout bien habillé, et du poil au menton. Ni une ni deux, elle lui jette son arme qui vient se loger bien mollement sur le torse de l’étranger avant de tomber au sol. Trahie par… Une aiguille à tricoter, Lubnjia fait son caca nerveux et jette finalement un bout de pain sur le téméraire qui lui barre la route. « AH ! Foutu sac d’os, j’ai failli me pisser dessus ! »  — son langage ne semble pas trouver écho chez son interlocuteur, et la voilà bien coi. — « J’vais t’polir le cul à coups de louche en laiton tellement fort que tu te souviendras plus d’ton nom. » Elle fronce alors les sourcils, perplexe, et fini — ENFIN — son croûton avant de laisser son sac tomber au sol et de laver les mains devant elle, en signe de pacifisme. Clairement, l’autre ne la comprend pas, mais il ne ressemble pas non plus à ses dégénérés de débarqués… Non… NON. Un large sourire se dessine alors sur son visage et elle montre le ciel en riant. « Ciel, tu viens du ciel ? »  — évidemment, on ne lui répond pas, alors elle pose sa main sur sa poitrine. — « LUBNJIA. »  Elle espère au moins qu’il comprendra qu’elle s’est présentée. Elle rit alors nerveusement, montrant son aiguille à tricoter qui s'est piquée dans la neige... Argh. Elle aurait tant de choses à lui dire et à lui demander, mais ils ne parlent pas la même langue et bon dieu c’que ça l’emmerde !
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
( Pando )


Dernière édition par Lubnjia Vaarhal le Mar 24 Mar 2020 - 20:39, édité 1 fois
- Whatever it takes -
Chris Wilson
DATE D'INSCRIPTION : 01/11/2015 PSEUDO/PRENOM : Glacy MULTICOMPTES : Ezra MESSAGES : 3329 CELEBRITE : Brett Dalton COPYRIGHT : Devos ♥ (avatar), frimelda (signature) METIER/APTITUDES : ancien militaire - maniement des armes - statège TRIBU/CAMP : odyssée POINTS GAGNES : 225

Snowflakes [Lubnjia] Empty Re: Snowflakes [Lubnjia]

le Mar 24 Mar 2020 - 19:31

SNOWFLAKES
Chris & Lubnjia

« The city's cold and empty... »
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]Et soudain, ombre qui jaillissait des fourrées. Chacun qui se tombait dessus plutôt brutalement. Rien d'une attaque organisée. Ni l'un ni l'autre réellement blessée. Arme qu'elle tenait qui n'eut aucun effet, comme ma lame pourtant bien aiguisé. Une simple explication à cette absence d'efficacité avec ces deux corps qui entraient en collision l'un contre l'autre. Choc aussi peu efficace. Plus comme se heurter à un mur bien que la jeune femme à la tignasse blonde était plus petite. Enfin la collission des deux corps entre eux aurait pu servir de justification, presque à expliquer cette scène de combat de piètre qualité s'il n'y avait pas eu cette aiguille. Une aiguille que je ne remarquais pas tout de suite ou ne l'analysant pas de suite comme une aiguille. Simplement le bruit de la chute. Arme fatale qui tombait sur le sol. Ce qui n'était non moins pas la véritable arme de ce combat.

Attaqué par une miche de pain. Ce qui rendait la situation comique, ce qui expliquait tout. Attaqué par une miche de pain quoique cette scène était peut être familière, lointaine. Peut être. Peut être à une autre époque. Des souvenirs confus, plus lointains que je ne réussissais pas à ramener jusqu'à moi. Morceau de pain servant simplement d'arme fatale ou presque. Arme que je réussissais à rattraper en réussissant à ne pas me blesser. Presque un miracle. Ou un excès de fatalité. Opération plus délicate que de rattraper le morceau de pain avant qu'il n'en vienne à chuter au sol, mais y réussissant sans pour autant lâcher mon arme par instant de surprise. Un bout de miche déjà entaillé. Une marque de dents visible dessus.

Et déjà la jeune femme aux cheveux blonds passait à l'attaque de nouveau. Une danse qui n'était pas physique. Une attaque qui ne se réalisait pas à coup de couteau. Une attaque cette fois-ci verbale et des mots que je réussissais seulement en partie à saisir alors qu'elle parlait trop vite, vociférait, aboyait. « AH ! Foutu ... os, j’ai... pisser .. ! »  Plissant des yeux. « J’vais ... cul à coups d... fort que tu ...ton nom. » Trop rapide. Ayant appris mais n'ayant pas pratiqué depuis un moment. N'ayant pas pratiqué depuis un moment la langue des grounders car grounder elle l'était sans aucun doute. Une terrienne certes à l'aspect étrange, donnant plus l'impression d'être un petit animal furieux parce qu'il venait de perdre son croûton de pain. Une petite créature sortie de l'ombre. Ce à quoi elle ressemblait. Une description qui me faisait sourire, presque à en rire d'autant que je n'avais pas tout compris, et que tous les mots ne faisaient pas de sens. Du moins, les mots ne faisaient pas de sens de la manière dont ils étaient alignés. Plus du charabia alors qu'autre chose bien que j'avais vraiment voulu souhaiter apprendre, en savoir plus pour être capable de comprendre les conversations. Mais des mots communs, courants sur lesquels je m'étais focalisé. Certains là reconnaissables tandis que d'autres, une énigme. Une énigme que je devais représenter à ses yeux alors que je pouvais la voir froncer les sourcils. Fronçant les sourcils avant d'attraper son crouton de pain. Semblant y tenir beaucoup, à se demander depuis combien de temps elle n'avait pas mangé. Peut être nourri au yaourt tous les trois jours comme les lions. Peut être. La laissant faire alors que j'abaissais la lame pointée dans sa direction. Il était certain qu'elle n'était pas une menace. Peut être folle, mais une menace j'en doutais. Menace qu'elle tentait de me faire comprendre qu'elle n'était pas, alors qu'aussitôt elle levait ses mains en l'air. Ce qui m'aurait plutôt inquiété était que les dernières miettes de pain finissent dans la neige, mais non, elles avaient déjà été avalées. Un puits sans fond. Me contentant de la regarder, de l'observer avec une note de curiosité évidente alors qu'un sourire   s'étirait sur son visage. « Ciel, tu viens du ciel ? »  Amusant. Des coins de lèvres  qui se redressaient alors qu'elle se désignait. « LUBNJIA. » « Ai laik Chris kom skaikru. » Capable de parler dans sa langue, de formuler des phrases. Rangeant ma lame définitivement. Et son rire nerveux perçu en écho alors qu'elle désignait l'aiguille tombait sur sol. Regard qui suivait la désignation pour découvrir cette empreinte laissée dans la neige. Hochant la tête, comprenant un peu plus avant de me pencher pour ramasser l'aiguille perdue dans sa botte de foin. « Ouder. » Des questions qui se bousculaient dans ma tête. Curieux. « Trigedakru ? » Tentant en effet de déterminer à quelle tribu elle appartenait, de découvrir les origines de cette étrange créature, quoique mignonne.
(c) DΛNDELION
Astrid Helgusson
DATE D'INSCRIPTION : 28/07/2015 PSEUDO/PRENOM : avengedinchains MULTICOMPTES : Milo, Meeka, Yana, Elias & Richard MESSAGES : 1660 CELEBRITE : Karen Gillan COPYRIGHT : ava by ELOW ;; signa by beylin METIER/APTITUDES : Mercenaire et voleuse TRIBU/CAMP : Rahjak. Sa famille est Iskaar mais elle ne le sait pas encore. POINTS GAGNES : 30
Admin

Snowflakes [Lubnjia] Empty Re: Snowflakes [Lubnjia]

le Ven 26 Juin 2020 - 10:41
Ce sujet est archivé car sans réponse depuis 3 mois.
Si vous voulez le récupérez, n'hésitez pas à me mp Snowflakes [Lubnjia] 484338566
Contenu sponsorisé

Snowflakes [Lubnjia] Empty Re: Snowflakes [Lubnjia]

Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum