-30%
Le deal à ne pas rater :
Remise de 30% sur les chaussures Nike Air VaporMax 2019
133 € 190 €
Voir le deal

Aller en bas
Sinead Gyllenstierna
DATE D'INSCRIPTION : 29/09/2019 PSEUDO/PRENOM : Sandra MULTICOMPTES : Anoki & Kostya MESSAGES : 279 CELEBRITE : Rose Bertram COPYRIGHT : lilousilver METIER/APTITUDES : Eclaireuse/Exploratrice TRIBU/CAMP : Athna POINTS GAGNES : 271

Elias ~ Fickle Game Empty Elias ~ Fickle Game

le Mer 4 Déc - 1:18
There will be no miracles here

Elias & Sinead
xxx
« Dear Pain, please don't come back another day. »

Encore un coup.
Frapper. Esquiver. Transpirer. Jauger. S'avancer. Frapper à nouveau.
Prendre confiance. S'imaginer déjà le goût de la victoire. Alors que tout ne fait que commencer. Sous estimer l'adversaire, et faire un pas de trop. Et laisser l'autre nous atteindre, nous frapper. Trop brusquement.
Chuter. Mais se relever. Avec difficulté. Ne rien lâcher. Puis riposter. Et frapper. Toujours frapper. Même pas besoin d'armes.
Juste de la détermination.
Juste se laisser guider par nos plus bas instincts animaux. Accro à l'adrénaline.
Tout ça sous les encouragements de quelques rares spectateurs.

Moi je vois que de la brutalité. J'arrive pas à voir ce qu'il a de beau. Deux corps écorchés, amochés, sans qu'aucun ne prenne réellement le dessus l'un sur l'autre. Juste un entraînement. La violence, la routine. Je soupire. Des fois j'en viens à croire que cette tribu c'est pas vraiment la mienne. L'art de la guerre... jamais compris pourquoi on foutait ces deux mots ensemble. Mais je prends sur moi. Je ne pose plus de questions. Je dissimule mon ennui mortel et je balance un sourire forcé aux deux jeunes guerriers comme pour les encourager alors que je suis même pas venue là pour ça. Ils sont épuisés. Et rouges. Quelle idée de venir se battre dans l'arène aujourd'hui. Au moment où le soleil nous écrase et nous fait fondre comme Thémis avec ses verres.

Le plus petit des deux vient de se prendre un coup au visage. Il avait pas anticipé ça. Il pisse le sang. Il a une gueule dans un sacré état. Il est temps que je me tire. Je joue à la déserteuse. J'ai vraiment rien à faire là. J'ai jamais eu ma place dans cette maudite arène. Alors je me relève. Je pensais vraiment le trouver là, mais il est clair qu'Elias est pas dans le coin. Bizarrement dès que je sors d'ici, tout va mieux. J’erre dans le village. Quelques minutes qui me paraissent déjà trop longues. Mais au moins j'ai plus besoin de supporter la vue de ces affrontements inutiles. En vrai j'ai rien contre tout ça. Ça me rappelle juste que moi j'ai jamais eu l'étoffe d'une guerrière. Et que je l'aurais jamais.

Bon comment je suis censée mettre la main sur Elias ? J'avais tout misé sur l'arène. Et j'étais déjà passée chez lui, je l'avais même appelé plusieurs fois mais aucune réponse. Pourquoi quand j'essaye de faire une bonne action, tout est compliqué ? J'ai l'air maline à faire des allers retours dans les souterrains. Peut-être qu'il est sorti ? Parti se vider la tête dans nos montagnes, loin du village. Mais j'aime pas ça le voir tout le temps seul. Ne plus parler à personne. Ça m'inquiète. De toute façon je suis trop têtuée pour renoncer et rentrer chez moi. Il me reste plus qu'une solution. La vieille folle. C'est le petit surnom que je lui donne, enfin pas devant elle. Elle me fait trop peur pour ça. Mais là elle est ma dernière chance. Elle est toujours en train de squatter dehors. À râler sur les enfants qui courent et à surveiller les allers et venus de tous ceux qui passent devant elle. Elle n'a plus tout de sa tête, c'est sûr, mais elle est toujours au courant de tout.

Par contre j'avais oublié qu'elle m'apprécie pas. Mais ça me revient aussitôt en mémoire lorsque je me rapproche d'elle et que je la vois m'ignorer complètement. Elle a aucune envie de me parler. Génial. J'insiste. Tout ce que je finis par recevoir c'est un regard du genre à vous glacer le sang. Je peux pas croire que je galère autant pour un truc si simple. Je finis par lui dire que je lui rendrais service, n'importe quoi, lorsqu'elle me le demandera, pour qu'elle daigne enfin m'accorder son attention et me répondre. Par chance, elle a l'air de pouvoir m'aider. Elle m'affirme qu'elle l'a vu rentrer chez lui et qu'elle ne l'a pas vu sortir depuis. Bon j'y retourne alors...

...

« Elias ! Je sais que t'es là. Ouvre. »

Apparemment il est pas sorti de chez lui depuis un moment.

« On m'a dit que t'étais là aussi quand je suis passée toute à l'heure. C'est quoi le truc, tu joues à cache-cache ? »

Il compte me faire attendre comme ça longtemps ?

« Bon Elias ouvre ! »

Il m'en faut peu pour perdre patience. J'espère au moins que l'ancienne a pas perdu la boule au point de confondre Elias avec quelqu'un d'autre. Ou qu'elle a pas dit ça juste pour se débarrasser de moi. Ça se trouve elle raconte n'importe quoi, ça se trouve il est même pas ici et je crie devant sa porte pour rien.
Dire que je viens là uniquement pour lui. Si un jour on m'aurait dit que je chercherais à l'aider. Je l'aurais jamais cru. J'ai jamais pu le supporter. Mais depuis le drame, c'est plus pareil. Et je peux vraiment pas le laisser seul. Pas dans ces conditions.

« Je bougerais pas d'ici de toute façon. Je dormirais devant ta porte s'il le faut. »

Ouais j'aime bien exagérer. J'espère au moins qu'il est vraiment là.
©️ 2981 12289 0


@Elias Caroll Elias ~ Fickle Game 3866652601 Elias ~ Fickle Game 3866652601 Elias ~ Fickle Game 3866652601
Elias Caroll
DATE D'INSCRIPTION : 20/01/2016 PSEUDO/PRENOM : avengedinchains MULTICOMPTES : Milo, Richard, Astrid & Meeka MESSAGES : 1157 CELEBRITE : Tom Hardy COPYRIGHT : signa by beylin METIER/APTITUDES : guerrier TRIBU/CAMP : Athna POINTS GAGNES : 171
Admin

Elias ~ Fickle Game Empty Re: Elias ~ Fickle Game

le Dim 5 Jan - 10:22

Fickle game
★ Elias et Sinead


A quoi sert la vie lorsque l’on perd certains points de vie ? Lorsqu’on se perd et qu’on n’a plus l’équilibre évident qu’on possédait par le passé ? Elias se perd, s’étouffe, s’insurge. Sa vie ne fut jamais évidente, son existence fut complexe et étouffante. Cette douleur, cette colère qui monte à chaque instant et qui le pousse à garder le contrôle, cette histoire qu’il n’a jamais compris et dont il n’a jamais vraiment parlé aux gens. En réalité, en perdant son équilibre, Elias a l’impression que tout pourrait s’écrouler à tout instant. Un soupir s’échappe de ses lèvres alors qu’une larme coule sur sa joue. Il ne s’autorise jamais de parler. Tout est compliqué. Son repère s’écroule sans qu’il ne lui soit possible d’y comprendre quelque chose. Il ne sait pas quoi dire, il ne sait pas comment il doit se comporter. Assis sur son lit, le visage entre les mains, il ne sait plus quoi faire. Il a perdu une base qu’il ne comprenait qu’à moitié, qu’à demi-mot.

Un soupir s’échappe de ses lèvres, il ne sait plus quoi faire, ne parvient pas à assimiler l’idée même de devoir vivre sans elles. Il n’est plus père, il n’est plus mari. En réalité, il n’est plus rien et il est bien incapable de déterminer ce qu’il doit être ou ne pas être. Elias redevient l’homme guerrier. Solitaire, et qui n’a rien à quoi s’attacher. Leurs corps ont été ramenés, tout est déjà terminé et il n’a eu que bien peu de temps pour leurs dire au revoir. Mais ça ne change pas grand chose et il le sait, il pourra les rejoindre dès qu’il en aura l’occasion. Il faudra juste un peu de temps, trop de temps. Il n’y aura rien à faire, rien à faire pour que la situation s’arrange. Perdu, détruit. Anéanti également.

les coups à sa porte, il ne les entend pas. Tiraillé face à un son étrange, il ne sait pas comment il doit se comporter ni ce qu’il est supposé dire. Il n’y a pas de méthode magique et à côté de ça, il ne se voit pas poser la moindre question à qui que ce soit, parce que ça n’a jamais été facile. Mais une chose est sûre, il ne veut voir personne, il ne veut pas avoir à poser son regard sur le visage de quelqu’un. Il veut juste être débarrassé. Alors les coups à la porte le font monter en pression, ses mains tremblent et il sent que ça pourrait dégénérer à tout instant. Il inspire doucement, soupire, tente d’aller bien, tente d’avancer. Mais c’est loin d’être gagné, surtout si on vient le faire chier.

Que pourrait-il faire, si elle refuse de bouger ? S’il n’ouvre pas la porte, elle ne bougera pas, c’est ça ? Et bien ça, il en est absolument hors de question. Il refuse de l’entendre parler devant la porte pendant encore des heures, il ne le supporterait pas. Et ça finirait par lui donner envie de lui faire manger la porte. Alors il se lève, agacé, et ouvre la porte à la volée. " Qu’est-ce que tu veux ?! ". La voix est forte, énervée. Il n’a aucune patience et il n’a absolument pas envie d’être là. Il aimerait fuir, se glisser au coeur de la forêt. Et espérer se faire mal, quelque part, se blesser et mourir pour les retrouver. Comme s’il pouvait se blesser par accident…

" Fous moi la paix. ". Et il tente de fermer la porte, persuadé malgré tout que ce ne serait pas aussi simple.

Spoiler:
J’espère que ça te va. S’il y a un problème, n’hésite pas à me le dire Elias ~ Fickle Game 480477335
Sinead Gyllenstierna
DATE D'INSCRIPTION : 29/09/2019 PSEUDO/PRENOM : Sandra MULTICOMPTES : Anoki & Kostya MESSAGES : 279 CELEBRITE : Rose Bertram COPYRIGHT : lilousilver METIER/APTITUDES : Eclaireuse/Exploratrice TRIBU/CAMP : Athna POINTS GAGNES : 271

Elias ~ Fickle Game Empty Re: Elias ~ Fickle Game

le Jeu 30 Jan - 15:12
There will be no miracles here

Elias & Sinead
xxx
« Dear Pain, please don't come back another day. »
Chaque jour on se lève. On mange rapidement, trop rapidement, on se prépare, on salue mécaniquement les mêmes personnes sans leur prêter réellement attention et sans réaliser l'importance de leur présence, on travaille sans trop se poser de questions, on râle après les autres ou après nous-mêmes, puis le soir venu, on se couche sans réaliser que c'était une belle journée. Comme si cette routine était acquise, au point que souvent on en oublie sa saveur. Sauf qu'un jour tout s'arrête. On n'y est pas préparé, jamais. On se prend le mur en pleine face et on n'a pas le temps de comprendre quoi que ce soit, on a simplement le temps de sentir à quel point c'est douloureux. Les repères s'effondrent, certaines personnes disparaissent sans dire au revoir, et alors on regrette tant de ne pas avoir savouré cette douce routine.

Une gamine comme moi n'a encore pas eu le temps de savoir ce que c'est la vraie souffrance. Celle qui déchire vos entrailles et écrase votre fragile cœur sous plusieurs tonnes de désespoir. Celle qui s'installe en vous, et qui perdure pour des saisons entières. Celle qui ne disparaît jamais complètement tant les cicatrices qu'elle a ouvertes sont profondes. Alors qu'est-ce que je fous là ? C'est la question que je me pose quand la porte s'ouvre brutalement dans un fracas à faire rougir le tonnerre. Aïe mes tympans doivent être en train de rendre l'âme et je crois que je suis à deux doigts de la crise cardiaque. Si le but était de me faire flipper c'est réussi. Je ne sais pas à quel genre d'accueil je m'attendais... mais pas à celui-là en tout cas.

« À ton avis ? Tu crois que je viens te voir pour monter un club de couture ? »

Je n'ai pas pu m'empêcher de répliquer d'un ton acerbe et railleur. Génial ça fait pas une minute que je suis là et je suis déjà en train de m'énerver. J'ai beau savoir qu'il traverse le pire moment de sa vie et que je suis censée être là pour l'aider, c'est plus fort que moi d'être agressive quand on m'agresse. Il faut que je respire. Pour une fois, il faut que je prenne sur moi. Je n'ai jamais été douée pour ça - je sais encore moins faire ça que de me battre - mais c'est pas comme si j'avais d'autre choix. Sauf que j'ai l'impression d'avoir loupé un épisode. Je ne comprends pas pourquoi sa colère est si forte, la dernière fois pourtant je croyais qu'on avait franchi un cap. Après tant d'années à s'insupporter, c'était comme si pour la première fois, on s'était compris. J'avais eu l'impression que ma peine s'était liée à la sienne. C'est pour ça que je suis là à nouveau. Qu'est ce qui a changé ? M'en veut-il de ne pas être revenue le voir plus tôt ?

Les traits de mon visage se détendent en quelques secondes et mon regard devient lumineux à nouveau, pourtant toujours voilé par un nuage d'inquiétude. Et par réflexe, mon pied se glisse dans l'encadrure de la porte avant qu'il ne puisse la fermer complètement. Heureusement que ce n'était pas aussi brutal que tout à l'heure ou j'aurais fini estropiée. Bon ok peut-être pas, mais ça aurait été douloureux c'est sûr.

« Laisse-moi rentrer. Juste cinq minutes. »

Miracle ma voix est presque douce. J'ai fait un sacré effort en tout cas. C'est pas en se comportant comme un ours qu'il va me faire fuir.

« Je pense pas que tu sois en paix quand t'es seul. Et c'est pas comme si t'avais quelque chose de plus intéressant à faire. »

Et à moins que tu veuilles m'arracher le pied je te laisserais pas fermer cette porte. Mais ça je le garde pour moi, j'attends juste sagement à l'extérieur, l'air déterminé, en espérant qu'Elias va s'adoucir. Dans le fond il m'a toujours fait un peu peur et je crois pas avoir les épaules assez solides pour gérer sa fureur.

©️ 2981 12289 0


@Elias Caroll  c'était parfait Elias ~ Fickle Game 171928021 j'espère que tout est ok dans ma réponse aussi Elias ~ Fickle Game 4043954467
Elias Caroll
DATE D'INSCRIPTION : 20/01/2016 PSEUDO/PRENOM : avengedinchains MULTICOMPTES : Milo, Richard, Astrid & Meeka MESSAGES : 1157 CELEBRITE : Tom Hardy COPYRIGHT : signa by beylin METIER/APTITUDES : guerrier TRIBU/CAMP : Athna POINTS GAGNES : 171
Admin

Elias ~ Fickle Game Empty Re: Elias ~ Fickle Game

le Mar 25 Fév - 16:31

Fickle game
★ Elias et Sinead


La douleur est étouffante, perturbante. En réalité, Elias ne se souvient pas d’avoir un jour eu aussi mal. S’il a perdu ses parents d’une manière tout aussi dramatique, ce n’était pas pareil. Une personne finit un jour par perdre ses parents, c’est un fait. Il le savait et le temps passant, il les savait plus âgé, plus maladroit et moins observateur. C’est salement arrivé mais ça n’avait rien d’une surprise. Peut-être que ça fait de lui un être horrible mais pour le coup, ça n’avait rien de satisfaisant. En réalité, rien ne pourrait lui permettre d’aller mieux. Rien ne pourrait l’aider à se sentir meilleur en cet instant. Plus bas que terre, il n’est pas certain d’être en mesure de se relever face à la douleur qu’il ressent au fond de l’estomac. Et il n’a pas envie d’en parler, il n’a plus envie d’aborder le sujet. Il a juste pour intention d’enterrer ça quelque part, dans un coin de sa tête. Que ce soit évident ou non, d’ailleurs. Parce que ça n’a rien de facile, en réalité.

Forcément, il n’a pas envie de voir la personne qui se tient derrière la porte. Et il n’apprécie pas ça. Il ne veut voir personne, même s’ils se sont tenus dans l’épreuve. La douleur, il la ressente tous les deux mais il estime que son niveau est plus important encore. C’est compliqué, mais hors de question pour lui de continuer d’en parler. Il se referme et sans doute est-ce pire que de parler. Sans doute ne parviendra-t-il pas à guérir s’il garde les choses pour lui. C’est stupide mais il ne peut juste pas s’en empêcher et en réalité, il n’en a même pas envie. Si la douleur est forte, elle ne gêne en rien la situation immédiate et hors de question de réfléchir à toute cette histoire. A quoi ça servirait hein ? Il veut juste garder les choses pour lui et certes, ce n’est pas facile mais il est hors de question de revenir en arrière. C’est bien assez douloureux comme ça. Il a mal, putain. Ca lui déchire le bide, lui arrache un soupir en continu et il ne parvient pas à aller contre ça parce qu’il ne supporte pas ce qu’il ressent. Il déteste se sentir fragile et pourtant, c’est bien à cela qu’il fait face. Il se sent faible parce qu’il ne s’attache jamais aux gens et pour une fois qu’il le fait, voilà qu’il prend le revers en pleine face, sans qu’il ne soit en mesure de l’accepter ou même de le supporter. C’est ainsi et il n’est donc pas nécessaire de réfléchir plus loin. Ne peut-on pas comprendre un seul instant qu’il pourrait ne pas avoir envie de parler ? Est-ce vraiment si surprenant ou incroyable ? Oui, sans doute va-t-elle mal prendre quelque chose mais on ne peut pas dire que Elias s’en soucie vraiment. Tout ça, en réalité, ça ne l’intéresse pas du tout. Qu’elle pense ce qu’elle veut, du moment qu’elle s’en va et le laisse tranquille.

Mais l’idée même de la voir partir semble impossible. On dirait que ce n’est pas l’objectif ici et c’est quelque peu agaçant. Il n’a pas envie de parler, il n’a pas envie d’aborder le sujet parce que ça lui arrache déjà grandement la bouche, ça lui fait mal. Il n’a pas envie d’aborder le sujet parce que ça lui retourne le bide et rien qu’à l’idée, il est pris de vertige. Et il y a cette colère, cet agacement qui monte doucement en lui. Il ne veut pas craquer mais ça pourrait lui échapper, ça pourrait l’énerver. Et il n’en a pas envie. Bordel, tout ceci ne tourne vraiment pas rond. Et ça a un petit quelque chose d’agaçant parce que depuis que c’est arrivé, on ne veut pas comprendre qu’il ne veut pas de la pitié des gens, il veut être tranquille, il veut rester dans son coin. Il veut qu’on lui foute la paix bordel. Pourquoi est-ce que c’est si compliqué à comprendre ? " Je ne t’ai rien demandé, tu peux partir. ". Et au vu du ton qu’elle utilise, elle n’a même pas envie d’être là elle-même. Qu’elle reparte alors, je n’ai absolument rien demandé, ça tombe plutôt bien, non ?

Oui, c’est vrai, ils se sont un peu rapproché dans la nécessité de l’action. Il avait besoin de se détendre, de soutien. Mais il a fini par réaliser qu’il ne fonctionnait pas forcément comme ça et que tout ceci ne tourne pas rond. Hors de question pour lui de réfléchir à tout ça parce que ça ne servirait vraiment à rien. De son point de vu, en tout cas, ça ne rime à rien et il est hors de question pour lui de continuer à ce petit jeu. Si la colère irradie et qu’il se comporte comme un crétin, et bien tant pis. Il ne risque pas de s’en excuser. Dans le contexte actuel, il se permet réellement de croire qu’il est disposé à faire ce qu’il veut et à ressentir les choses comme il le souhaite. Que cela plaise aux gens ou non, ça ne change absolument rien. Elle n’est pas venue le voir pendant une petite période et de son côté, il a eu le temps de réfléchir à la situation, il a eu le temps de faire le point et d’analyser la situation. De voir qu’il n’y avait rien de clair dans son comportement et tout ceci ne pouvait pas durer plus longtemps. C’était compliqué, et agaçant au possible mais qu’est-ce qu’il pouvait y faire hein ? Rien, c’est bien ça le problème. Alors il s’est mis dans une bulle et s’est mis à sincèrement croire que la solitude était la seule chose vraiment importante. Alors peut-être que ça brise le lien qui s’est glissé entre eux et ça ne l’atteint pas vraiment, il s’en moque. Parce qu’il a tout perdu, parce qu’à ses yeux, plus rien ne l’intéresse.

Alors, oui, sans doute que la méthode est mauvaise, sans doute aurait-il pu faire un effort de sympathie, au vu de la situation, du contexte et de qui elle a perdu, elle aussi. Mais il n’y arrive pas. En se refermant sur lui-même, il a tout bloqué, tout brisé autour de lui et il n’a pas envie d’aller vers les gens, il n’a pas envie de revenir en arrière parce que toute cette histoire est déjà bien assez difficile comme ça.

Son pied dans l’entrée empêche Elias de fermer la porte et il soupire, grimace et s’agace. Il ne forcera pas, bien sûr, il ne va quand même pas lui casser le pied. Pourtant, il y pense, vraiment. Il sait que la compagnie de quelqu’un devrait lui faire du bien. Il en a conscience mais ça ne veut pas pour autant dire qu’il en veut, qu’il en a envie. Il a juste envie d’être seul, envie de souffler et de se détendre. Il veut juste être tranquille et il voit bien que ça n’a rien d’évident mais les choses sont comme elles sont et il n’est donc pas nécessaire de chercher plus loin, si ? Pourquoi veut-elle à ce point entrer bordel ? " Pourquoi ? ". Sans doute que son ton continue d’être beaucoup trop froid. Il n’y peut rien, il ne parvient pas à faire autrement. Il veut être seul et il est prêt à lui faire mal pour qu’elle le comprenne. Elle ne semble juste pas le comprendre alors elle insiste, encore et encore. Et lui, il est au bout du rouleau. Il a bien trop mal pour comprendre la situation actuelle. Rien à faire en effet, si ce n’est se lamenter sur lui-même et se plaindre du fait qu’il n’était pas là. Et il risque de le faire encore longtemps. Mais il s’en fout, et il continuera à s’en moquer, sans l’ombre d’un doute. " La solitude me fait du bien. Maintenant… Je sui seul. ". Il détourne le regard, une nausée le traversant. Il est seul oui, et il ne le supporte qu’à demi-mot, il ne l’accepte pas vraiment mais il n’a guère le choix et ça fait putain de mal. Quoi qu’il puisse en dire, il ne peut pas revenir en arrière et c’est une catastrophe. Mais son pied est toujours là et il l’empêche de fermer. Alors il soupire, marmonne quelques insultes et finit par ouvrir. " Pas longtemps. ". Et qu’elle ne se mette pas à parler d’une quelconque victoire.
Sinead Gyllenstierna
DATE D'INSCRIPTION : 29/09/2019 PSEUDO/PRENOM : Sandra MULTICOMPTES : Anoki & Kostya MESSAGES : 279 CELEBRITE : Rose Bertram COPYRIGHT : lilousilver METIER/APTITUDES : Eclaireuse/Exploratrice TRIBU/CAMP : Athna POINTS GAGNES : 271

Elias ~ Fickle Game Empty Re: Elias ~ Fickle Game

le Lun 16 Mar - 15:55
There will be no miracles here

Elias & Sinead
xxx
« Dear Pain, please don't come back another day. »
Est-ce mes parents auraient été aussi tristes ? C'est ce que je me demande quand je vois l'inqualifiable souffrance d'Elias. Est-ce qu'eux aussi, derrière leur masque de guerrier infaillible, seraient submergés par le chagrin si l'un d'eux deux ou moi disparaissait ? J'aimerais le croire. Non pas que j'ai envie qu'ils souffrent. Je n'ai pas non plus l'envie de disparaître. J'aime trop la vie pour ça. Et c'est certainement étrange comme question. Mais ce qui est plus étrange, c'est que je n'en sache pas la réponse. Dans une famille normale, on répond oui sans aucune hésitation, non ? On sait qu'on tient les uns aux autres. Qu'on se connait mieux que quiconque, qu'on se soutient, qu'on a besoin les uns des autres. Qu'on s'aime. Alors s' il arrive malheur à l'une des personnes du foyer, c'est tout l'amour qu'on avait pour elle qui devient chagrin et douleur, et c'est l'équilibre de la famille qui se brise. Et plus rien n'est jamais pareil. Parce qu'on ne peut pas juste oublier. Il n'y a aucune commande pour tout effacer. Les souvenirs de cette personne sont plus forts que tout. Ils résident parfois dans de simples détails. Le bracelet qu'elle nous avait offert, l'arbre sur lequel on adorait grimper, les histoires qu'on se racontait. Oui cela peut venir d'un simple objet, de juste un mot ou deux, ou de tout un lieu. Ça peut aussi venir des traits de nos proches qui nous rappellent son visage. En fait, quelle qu'en soit la source, les souvenirs s'accrochent. Ou bien peut-être que c'est nous qui nous nous accrochons à eux. Comme si c'était notre seul et dernier moyen de garder la personne encore un peu à nos côtés, de prétendre qu'elle n'a pas vraiment disparue, qu'elle est là dans notre esprit, dans notre coeur. Pourtant on ne la verra jamais plus ouvrir la porte de la maison. On ne partagera jamais plus un repas ou des rires avec elle. On devra apprendre à vivre, sans elle. Même si on n'en a pas envie. On n'a simplement pas le choix. Mais les premiers temps la peine est supposée être trop forte. On ne pense qu'à ça. Tout le reste autour de nous s'efface pour nous laisser nous noyer seul dans notre océan de larmes.

Pourtant quand je vois ma famille, j'ai l'impression que tout est différent. J'ai l'impression qu'eux ne laisseront jamais tomber leur masque, même dans les pires drames. Je l'ai longtemps cherché, le coeur qui battait sous leur enveloppe de glace mais je ne l'ai pas trouvé. Enfin disons plutôt que cela fait des années que je ne l'ai pas vu. Quand j'étais aussi haute que l'arc de ma mère, je me souviens des contes qu'elle me partageait. Je me rappelle son tendre sourire. Mais il a disparu dès l'instant où je suis devenue cet enfant difficile qu'on ne sait comment apaiser. Et depuis, je n'ai jamais pu l'obtenir à nouveau. Quoi que je fasse.
Je n'ai jamais entendu non plus mes parents dire qu'ils s'aimaient. Ils font presque tout ensemble mais leurs yeux ne brillent pas quand ils se regardent. Les disputes sont communes. Les mots tendres, inexistants. Peut-être que c'est inévitable, que c'est la logique que suit chaque couple qu'il le veuille ou non. Mais je vois pas l'amour régner au milieu de notre famille. Ni pour moi ni envers eux. Alors je me demande si ça leur ferait vraiment quelque chose. Ou s'ils avanceraient comme ils l'ont toujours fait, sans avoir le moindre regard pour le passé et sans prendre le risque que le masque ne se fissure. Je crois pas avoir envie de connaître la réponse finalement...

Tout ce que je sais aujourd'hui qu'Elias lui, il aimait vraiment sa famille. Je suis sûre qu'avec elle, il laissait vraiment le masque tomber. Un Elias à l'opposé de celui que moi je connaissais. Il faut dire que je l'ai vite jugé. Il m'agaçait autant qu'il me faisait peur. Et je le fatiguais tout autant. Pourtant là, toutes ces petits rancoeurs paraissent ridiculement fades. Sans importance. J'aimais sa femme aussi. Je crois qu'elle m'aimait bien en retour, à la différence de son mari. En tout cas elle m'a donné plus d'attention et d'amour que ma propre mère ne l'a jamais fait. Elle était douce. Elle me manque. Alors je n'ose pas imaginer ce que lui ressent. Je ne peux comprendre qu'une infime partie de sa peine. C'est peut-être pour ça qu'il semble autant en colère. Il n'a sûrement aucune vie que je vienne prétendre que je sais ce qu'il ressent, ni que je vienne lui offrir ma pitié. Mais c'est pas pour ça que je suis là. Je suis là pour elle et pour lui. Je veux simplement lui montrer qu'il y a des gens autour de lui. Des gens prêts à lui tendre la main, s'il en a besoin. Et que c'est pas juste des mots en l'air. Alors je vais rester même s'il aimerait que je m'en aille immédiatement. Juste quelques minutes. Même si comme il me le dit, il ne m'a rien demandé, c'est important.

« Parce que tu vas finir par perdre la tête si tu continues de rester seul sans voir personne de la journée.  » Je le fixe avec un doute, comme si j'hésitais à poursuivre. « Et bon peut-être un peu aussi parce que je suis inquiète. » J'arrive pas à croire que j'ai dit ça.

C'est peut-être pas le bon moment pour le déranger. Mais je crois qu'il n'y a jamais de bons moments dans telles circonstances. C'est normal de ne pas avoir la tête à se taper la discut' avec qui que ce soit. Mais ça ne veut pas dire pour autant que c'est sain. S'enfermer complètement c'est une piste dangereuse. Un cercle vicieux car nos pensées les plus noires s'entraînent les unes les autres. Et c'est presque impossible de s'en sortir seul. J'ai pas envie qu'il fasse une connerie.

« Ça te fait vraiment du bien ? On dirait pas...  »

Il est seul... Est-ce ce que je peux prétendre le contraire ? Je pourrais lui dire que les Athnas le laisseront jamais tomber, que tout le monde a des pensées sincères pour lui, que moi je suis là aujourd'hui. Sauf que je n'ai pas osé. Parce que je crois qu'il s'en fout royalement. Et parce que ce n'est pas cela qu'il veut dire par seul. Personne ne peut remplacer une famille. Mais au moins j'ai réussi. Il accepte de me céder quelques minutes de son temps. Il ne m'a pas broyé le pied. Je crois qu'on peut estimer que c'est bon signe. Alors dès que la porte s'ouvre, je m'y glisse aussitôt avant qu'il ne change d'avis. Me voilà à l'intérieur. Pour être honnête, je me sens immédiatement envahie par la lourdeur de l'atmosphère. C'est vide, silencieux, pesant. Je devais m'y attendre mais ça surprend quand même. Je ne dis rien un instant. Puis je repense à ce qu'il m'a dit, et finalement je me lance.

« Tu as pas des...amis, qui pourraient t'accueillir quelques temps ? Peut-être que ça te ferait du bien d'être entouré. »

Est-ce qu'Elias a des amis ? Qu'est-ce que j'en sais ? J'imagine que oui. Tout le monde a des amis, non ?

©️ 2981 12289 0


@Elias Caroll  Elias ~ Fickle Game 3866652601
Elias Caroll
DATE D'INSCRIPTION : 20/01/2016 PSEUDO/PRENOM : avengedinchains MULTICOMPTES : Milo, Richard, Astrid & Meeka MESSAGES : 1157 CELEBRITE : Tom Hardy COPYRIGHT : signa by beylin METIER/APTITUDES : guerrier TRIBU/CAMP : Athna POINTS GAGNES : 171
Admin

Elias ~ Fickle Game Empty Re: Elias ~ Fickle Game

le Mar 14 Avr - 14:39


|
Fickle game ;
elias & sinead


— Pour lui, la solitude n’a jamais été un problème. Certes, ça peut en surprendre plus d’un, et déplaire à d’autres mais les choses sont comme elles sont et il n’est donc pas nécessaire de chercher plus loin. Mais ça semble les dépasser, tous ces gens qui ne sont pas en mesure de comprendre que rester seul n’a pas que des défauts. Il l’a toujours été et aujourd’hui, certes c’est plus difficile, mais c n’est qu’un retour vers un naturel qu’il a toujours connu. La cause est plus difficile, cependant, puisqu’elle provient de la mort, et qu’il vient de perdre femme et enfant, mais qu’est-ce que ça change ? Pourquoi est-ce que maintenant, on se soucie de ne pas le laisser seul ? Pourquoi d’un seul coup, cela ne lui est pas permis. Ils sont plusieurs, ceux qui sont venus le trouver pour lui donner un coup de main, pour lui permettre de tenir le coup à travers le deuil. Il faut dire que Moïra avait beaucoup d’amis et qu’il en est de même pour Clara. Elles étaient aimés, sans doute plus qu’il ne l’a jamais été. Il s’en moque de l’amour des gens, il privilégie le respect et de ce côté là, il sait qu’il n’a rien à craindre, rien dont il faille s’inquiéter. Il est bien dans sa vie et il l’a toujours été. Aujourd’hui l’épreuve est difficile. Nombreux sont les instants où il reste inerte, sans bouger. Il est mort à l’intérieur, il le sait et il n’attend que le jour où il lui sera permis d’aller les retrouver, il ne sait juste pas encore combien de temps ça risque de prendre et il ne possède pas la moindre réponse. Qu’il le veuille ou non, il lui faudra attendre, il est coincé. Et il n’apprécie pas vraiment ça, mais… Comme s’il pouvait faire autrement.

Perdre la tête, il ne lui semble pas l’avoir un jour eu sur les épaules, il n’a jamais eu l’impression d’être clair sur ça et il a toujours été un peu dérangé, mais il est né comme ça. Un trouble qui le ronge de l’intérieur et qu’il a appris à calmer avec l’aide de ses parents. Avec Moïra c’était plus facile encore, elle savait comment elle pouvait s’y prendre, elle savait comment faire les choses parce que c’était plus facile, par moment. Plus acceptable également. Les choses ne sont pas évidentes, en fin de compte parce qu’il ne sait pas de quoi demain sera fait et en fin de compte, il n’y porte pas le moindre intérêt. Il s’en fout, il se moque de voir comment les choses pourraient évoluer parce que ça ne change rien. La souffrance qui irradie en lui est si forte qu’il ne peut qu’à moitié faire attention à la colère qui lui prend le bide depuis l’enfance. Alors perdre la tête, ça finira sans doute par arriver. Il espère juste qu’il ne sera pas contraint d’emporter quelqu’un avec lui dans sa chute. Quant à l’inquiétude de la gamine, il est incapable de savoir si c’est honnête ou non. Il reste mitigée à ce sujet et ça lui retourne un peu l’estomac. Il n’a jamais cru à l’inquiétude des gens, il ne s’est jamais soucié de ce qu’on pouvait penser de lui et si on le prenait en compassion parfois. Il ne visualise que pitié dans ces cas-là et ça ne lui plaît pas vraiment. ” Je tuerais quelqu’un si je vois des gens toute la journée. La solitude a toujours été ma vie.”. Mais il comprend que ça puisse en surprendre plus d’un, il le conçoit parfaitement. Mais c’est ainsi et il n’est donc pas vraiment nécessaire de réfléchir plus loin à toute cette histoire. Tout semble déjà bien trop compliqué.

Peut-être que la laisser entrer est une mauvaise idée, peut-être qu’il aurait été préférable de la laisser dehors, de l’empêcher de la déranger. Rester seule, profiter du fait qu’il puisse faire son deuil en toute impunité et dans la discrétion. Dans sa tête, il s’imagine que lorsqu’il franchira la porte de chez lui, il ira mieux. Ce n’est pas si simple bien sûr, ça ne peut pas être si rapide mais il aurait envie d’y croire, il aurait envie d’imaginer que ça pourrait l’être. Il n saurait le dire et il n’a, d’ailleurs, pas du tout envie d’y réfléchir. Il imagine juste que tout serait plus simple si on le laisse faire les choses à sa manière dans l’ordre qui lui paraît juste. ” Rien ne peut me faire du bien”. Il vient de perdre les siens et quelques années auparavant, il perdait déjà ses parents. Autant le dire, ça n’a absolument rien de supportable. Il fait de son mieux mais il ne fait pas dans les miracles, il n’a jamais fait de miracle en fin de compte. Et niveau social, il n’a tellement pas l’habitude que finalement, il ne sait pas comment gérer tout ça et il est bien trop fier pour évoquer cela à voix haute. Il n’en est pas capable.

Quant à l’idée d’abandonner la maison et d’aller chez des amis pendant quelques temps, ce n’est même pas envisageable. Déjà, il n’a pas suffisamment d’amis pour faire un truc pareil. Et aucun dont il serait suffisamment proche, d’ailleurs. Il n’imagine même pas la chose une seule seconde. Impossible pour lui. Le seul dont il serait suffisamment proche, c’est Isdès, mais c’est tout. Et il a bien trop d’égo pour être en mesure de faire une chose pareille. ” Je reste dans ma maison”. Autant le dire, Elias, il ne facilite pas l’échange, la conversation ou même l’envie de lui donner un coup de main, il le sait. Mais il s’en moque, il n’a jamais été question de respecter quoi que ce soit. Et il ne lui a pas non plus demandé de venir.


Sinead Gyllenstierna
DATE D'INSCRIPTION : 29/09/2019 PSEUDO/PRENOM : Sandra MULTICOMPTES : Anoki & Kostya MESSAGES : 279 CELEBRITE : Rose Bertram COPYRIGHT : lilousilver METIER/APTITUDES : Eclaireuse/Exploratrice TRIBU/CAMP : Athna POINTS GAGNES : 271

Elias ~ Fickle Game Empty Re: Elias ~ Fickle Game

le Mer 29 Avr - 19:28
There will be no miracles here

Elias & Sinead
xxx
« Dear Pain, please don't come back another day. »

J'agis trop souvent sans réfléchir. J'entends une voix, ou peut-être est-ce mon instinct, qui me dit certaines choses et je fonce sans trop me poser de questions. Ce n'est pas toujours une réussite, je finis souvent pas m'en mordre les doigts. Mais là j'avais bien réfléchi avant de venir. Ce n'était pas un coup de tête, ce n'était pas non plus une corvée que je me sentais obligée d'accomplir pour me soulager la conscience, non j'avais pris le temps d'y réfléchir et voulu réellement venir ici. Pourtant maintenant que j'y suis, je sens que ce n'est pas vraiment ma place. Je suis une intruse dans cette maison endeuillée. Je vois bien dans les yeux d'Elias que je ne suis pas la bienvenue. Je viens bousculer sa solitude, alors qu'on ne s'entend même pas en temps normal. À vrai dire je n'avais jamais mis les pieds ici avant. On dirait que la solitude a pris possession du mobilier. La table, les chaises, tout forme un miroir de sa souffrance. J'ai l'impression que les entailles dans le bois sont les mêmes que celles qui meurtrissent le cœur d'Elias en ce moment. Je suis venue sans savoir à quoi m'attendre, sans vraiment mesurer la puissance destructrice de la peine qu'on a quand on perd tous ceux auxquels on tient. Mais je reste, je ne vais pas rebrousser chemin, enfin pas encore.

Mes yeux verts ne lâchent pas ceux d'Elias, comme si je refusais de baisser le regard, comme si je voulais lui montrer que ma présence ici est sérieuse. Je reste dans l'entrée, je n'ai pas l'audace de m'avancer plus. Ici c'est chez lui et je n'ai normalement rien à y faire. « Alors...tu n'as vraiment besoin de personne ? » Il dit que la solitude lui convient, qu'au fond c'est ce qu'il a toujours connu. Mais seul il ne l'était plus, il avait sa famille. Maintenant est-il encore autant capable qu'il le pense de supporter à nouveau l'isolement ? J'essaye de le comprendre mais je suis pas sûre d'en être capable. On est trop différents lui et moi. Je sais qu'il ne me porte pas dans son cœur. Mais j'ai ce besoin idiot de m'assurer qu'il ne va pas complètement sombrer. Moïra elle l'aimait, elle l'aimait vraiment. Ça je le sais et je ne veux pas voir cette amour se transformer en un fardeau provoquant sa noyade.

Mais il a raison, à part le temps, rien ne peut effacer une telle douleur. Surtout pas ma ridicule peine comparée à la sienne, et encore moins mon inquiétude. Même le temps, je ne sais pas si c'est le remède miracle que tout le monde prétend. Est-ce qu'on peut vraiment un jour parvenir à tourner la page d'un tel drame ? En fait j'espère que je n'aurais jamais la réponse à cette question. « J'aurais aimé mieux les connaître. » Cet aveu murmuré, le regard perdu sur le mur d'en face, je prie pour que cela ne l’énerve pas. Il faut dire aussi qu'il ne me facilite pas la tâche. J'ai l'impression de marcher sur un terrain piégé. Comme si à chaque mot prononcé je prenais le risque de déclencher une colère ou qu'il me prenne par le col et me jette hors de chez lui. En tout cas lui il restera ici, il me l'a bien fait comprendre. J'ai hoché silencieusement la tête. Cette maison c'est pratiquement tout ce qui lui reste d'elles, je suppose que partir, même temporairement, lui donnerait l'impression de les abandonner. Alors je tente une autre approche, autant pour moi que pour lui enfin de compte. « Tu veux me parler d'elles ?  » Sa réponse sera probablement un refus brutal - enfin pas trop brutal quand même hein ? - pourtant je tente le coup. Plutôt que d'essayer d'oublier alors que c'est impossible, peut-être au contraire qu'il faut leur redonner vie. Juste quelques minutes, dans cette pièce, si Elias se sent prêt à parler d'elles, si c'est moins douloureux que de chercher à les effacer.

©️ 2981 12289 0


@Elias Caroll réponse un peu courte, j'espère que ça te plaira quand même Elias ~ Fickle Game 3446207683 Elias ~ Fickle Game 484338566
Elias Caroll
DATE D'INSCRIPTION : 20/01/2016 PSEUDO/PRENOM : avengedinchains MULTICOMPTES : Milo, Richard, Astrid & Meeka MESSAGES : 1157 CELEBRITE : Tom Hardy COPYRIGHT : signa by beylin METIER/APTITUDES : guerrier TRIBU/CAMP : Athna POINTS GAGNES : 171
Admin

Elias ~ Fickle Game Empty Re: Elias ~ Fickle Game

le Lun 4 Mai - 14:06


|
Fickle game ;
elias & sinead


— Un soupir s’échappe de ses lèvres. La situation est déplaisante, déplacée et compliquée. Elias n’aime pas la solitude et en même temps, c’est ce qu’il a toujours connu. S’y habituant, il a désormais énormément de mal lorsqu’il est entouré. Avec sa petite famille, ils avaient établi quelque chose sur le long terme, il avait mis du temps pour s’y habituer mais réellement, c’était une nécessité évidente. Il n’a pas toujours les compréhensions adéquates et il se perd, certains jours, mais il fera de son mieux pour ne pas perdre le contrôle en fonction de certaines situations. Et là, pour le coup, il a la tête qui pourrait exploser. Il n’a, pour autant, absolument pas besoin d’une fille venant lui dire que la solitude ce n’est pas bon et qu’il doit être entouré. Il en a sans doute conscience, quelque part, en lui, il n’a juste pas envie d’y penser parce que ça lui paraît plus facile de mettre ça dans un coin de sa tête. La douleur qui lui arrache le bide est plus forte que tout ce qu’il pourrait dire. Sans doute pourrait-il la remercier d’être là, sans doute pourrait-il être reconnaissant aussi, de sa présence. Elle tenait à sa femme et ça, il le sait aussi mais ça ne veut pas dire que c’est facile. La douleur lui tiraille le bide, encore une fois, mais il ne lui est guère possible de revenir en arrière. Elles ne sont plus là et il n’est désormais plus possible de revenir en arrière. Il n’irait pas dire qu’il n’a besoin de personne et pourtant, au milieu de cette douleur, il réalise que c’est sans doute la seule chose qui soit vraiment nécessaire. Mais une nouvelle fois, ce n’est pas facile. C’est compliqué, voilà tout. Mais il passe une main sur son visage, il inspire un grand coup, il tente de se calmer, de se reprendre mais ça n’a rien d’évident. Absolument rien. Et c’est bel et bien là que se trouve le gros du problème. Hors de question pour lui de souffrir trop fort, hors de question pour lui de se montrer faible en même temps. Ce besoin de paraître grand, fort, il finira peut-être par le tuer mais il n’a jamais été en mesure d’aller contre ça. Quoi qu’il en dise, quoi qu’il puisse ressentir, ça ne change pas grand chose, bien sûr. Et il n’y a rien à faire pour que la situation s’améliore parce que la douleur est là. ” J’étais seul avant elles. Je peux le redevenir.”. Il n’a pas envie de voir la pitié se glisser sur ses traits, il n’a pas envie de la voir le regarder différemment parce qu’il a besoin du respect qu’il peut lire sur le visage des autres. C’est un besoin évident contre lequel il ne peut pas lutter.

Dans le fond, il ne veut pas la repousser, il ne veut pas se montrer déplaisant et détestable mais chez Elias, c’est une manière de se protéger, de se rebeller, dans un sens. Il use cette méthode pour parvenir à garder la tête sur les épaules mais il n’y arrive pas. C’est toujours plus facile à dire qu’à faire. Et de toute manière, même quand il voit que quelque chose ne va pas, il ne parvient pas à revenir en arrière, il ne parvient pas à calmer le jeu et à se montrer plus délicat. Peut-être qu’on peut dire qu’Elias est un abruti, oui, sans doute. Mais il ne peut pas changer son comportement juste parce qu’on estime que ça faciliterait un peu les choses. Ca ne fonctionne pas comme ça.

Il baisse le regard, quand elle se met à dire qu’elle aurait voulu mieux les connaître. Le monde a perdu quelque chose, oui, c’est vrai. BEaucoup de personnes auraient apprécié de croiser la route de ces deux femmes exceptionnelles. Oh, s’il n’arrêtait pas de répéter à Clara qu’elle n’était encore qu’un enfant, il savait qu’elle avait grandi. Seize ans, âge où on est vu comme une adulte par le monde sauf par les parents. ” Ce monde ne les méritait pas”. Et lui, encore moins. Il est comme ça, Elias, il part du principe que la gentillesse et la délicatesse, ça n’a pas grand chose à faire dans sa vie. Oh, Moïra avait du caractère, elle n’était pas toujours facile à vivre.

Elle veut qu’il parle d’elles, elle veut en savoir plus sur elles. Sur Moïra, elle sait des choses, elles se connaissaient. Sans doute pas tant que ça mais tout de même, elles se connaissaient forcément. Mais malgré tout ce qu’il pourrait en dire, Elias sait que personne n’avait la chance de les connaître aussi bien que lui. Et s’il trouve ça quelque peu triste, la situation est ainsi et il n’est pas vraiment possible de revenir sur ça. La douleur qui lui irradie le coeur, lui broie les tripes, elle est atroce. Il a envie de fuir, il a envie de creuser un trou et d’en sortir une fois la douleur disparue. Mais elle ne partira pas, c’est bien ça le problème. La douleur va rester, quoi qu’il en dise. Qu’il l’accepte ou pas, la douleur demeure. Mourir est une solution, cela lui permettrait de les retrouver, mais il ne peut pas mourir, juste comme ça. Il ne peut pas quitter ce monde en se donnant la mort, cela ne lui correspond pas, ce n’est pas son genre. ” Qu’est-ce que tu veux savoir ?”. Lui, il ne sait pas par où commencer, il ne sait pas non plus si c’est une bonne idée, de lui parler. Mais il ne peut se résoudre à faire autrement parce qu’il a envie d’en parler, parce qu’il sait qu’il n’a pas le droit de garder ça pour lui. Il a envie d’en parler parce qu’il a mal et qu’il ne sert à rien de prétendre que la douleur n’existe pas. Mais parler des gens, ce n’est pas son genre alors il ne sait pas comment il faut faire.


Sinead Gyllenstierna
DATE D'INSCRIPTION : 29/09/2019 PSEUDO/PRENOM : Sandra MULTICOMPTES : Anoki & Kostya MESSAGES : 279 CELEBRITE : Rose Bertram COPYRIGHT : lilousilver METIER/APTITUDES : Eclaireuse/Exploratrice TRIBU/CAMP : Athna POINTS GAGNES : 271

Elias ~ Fickle Game Empty Re: Elias ~ Fickle Game

le Mar 19 Mai - 23:50
There will be no miracles here

Elias & Sinead
xxx
« Dear Pain, please don't come back another day. »

Je me demande si moi aussi j'aurais ma propre famille. Je me demande ce que ça fait d'avoir une famille qu'on a choisie, qu'on a soi-même construite. Et je me demande si on passe notre temps à avoir peur de les perdre. Ou s'ils rendent notre quotidien plus facile et plus doux. Plus savoureux. « Tu peux oui...» Ça je n'en ai jamais douté. « Mais est-ce que c'est ce que tu veux ? » La question résonne entre les murs. Le ton est neutre, peut être trop neutre. Mais elle n'est l’œuvre que d'une curiosité sincère. Pas d'un jugement. Juste une simple envie de comprendre. Enfin d'essayer car je ne sais pas si je le peux. Je n'ai aucune idée de ce qu'il se passe à l'intérieur de son crâne trop secret et trop différent du mien. Est-ce que tu l'embrasserais avec dévotion cette solitude, Elias ? Est-ce que t'as vraiment envie de ça ? Est-ce que c'est juste pour sauver les apparences ? Est-ce par peur de s'attacher et de prendre le risque de souffrir autant à nouveau ? N'y a-t-il pas d'autres Athnas à qui tu tiens ? Ou est-ce que la solitude est vraiment ta meilleure compagne ? Celle qui t'apporte la paix et qui sert de pansement à la douleur ? Moi je n'ai aucune réponse à toutes ces questions. Moi je ne suis qu'une spectatrice...inutile ? Je ne peux ni faire taire les douleurs ni effacer les mémoires. Je ne peux même pas prétendre le connaître. On a toujours tout fait pour s'éviter, ou pour se quereller les rares fois où l'on devait se côtoyer, jamais pour sympathiser. Mais on ne peut pas dire que cela ait de l'importance. Dans ces moments, les tensions et les rivalités doivent s'effacer. On est de la même tribu. On ne se laisse pas tomber entre Athnas, enfin j'ose croire que c'est le cas. Qu'on est une tribu soudée. Sinon qu'est-ce qu'il nous reste ? Pourtant je suis forcée de me rendre compte que les bonnes intentions ne suffisent pas. Je me sens assez stupide face à lui. J'ignore encore combien de temps il va supporter ma présence dans sa maison. J'espère juste que ça ne va pas mal finir. Mais je ne peux pas m'empêcher d'insister et d'avoir l'impression de parvenir doucement à bâtir un fragile pont pour franchir ce gouffre. C'est maladroit, sans aucun doute, mais ça ne peut de toute façon pas être pire ? Ma présence ne peut pas lui faire plus de mal qu'il n'en a déjà, enfin j'imagine. « Elles aidaient à rendre ce monde plus beau. Peut-être que c'est nous qui ne sommes pas à la hauteur ? » Il y en a d'autres des personnes comme elles, ces personnes qui font renaître notre insouciance, qui rendent la vie presque magique, et qui pourraient nous faire oublier tous les malheurs. Elles sont trop rares. Presque une légende que l'on croit irréelle. Perdre l'une de ces personnes, c'est perdre une partie de la beauté de ce monde. Elle ne peut pas être remplacée, mais elle peut être complétée. On porte tous sur nos épaules le poids et le choix d'alimenter cette beauté ou de l'abimer. Je ne sais pas vraiment dans quelle catégorie j'oscille. Je crois qu'on est nombreux à faire les deux à la fois.

Mais quand il me demande ce que je veux qu'il me raconte sur elles, je ne sais quoi répondre. Je n'avais pas vraiment réfléchi à ça, en fait. J'étais prête à tout entendre, enfin tout ce qu'il était prêt à dévoiler. À vrai dire je suis surprise de ne pas essuyer un refus. Et surprise d'être toujours là. Peut-être un peu touchée aussi, parce qu'il semble prêt à parler d'elles, mais ça on va éviter de le montrer. « Elles se ressemblaient beaucoup ? Ou tu avais refilé ton insupportable caractère à Clara ? » Je fais semblant de lever les yeux au ciel, comme pour témoigner de toutes les misères qu'il m'a fait subir, mais un sourire franc et moqueur ose pointer le bout de son nez sur mon visage juvénile. Je ne doute pas qu'Elias a un tas de qualités même si je les cherche encore et que Moïra n'était pas parfaite, mais aussi tordu que cela puisse paraître, je crois que le provoquer est la meilleure façon de lui prouver que je ne le traite pas différemment d'avant, que je ne l'ai jamais pris et ne le prendrais jamais pour une personne fragile. Ce drame n'enlève rien au puissant, et pénible, guerrier qu'il est. Ça m'aura quand même permis de me rendre compte qu'il n'est pas aussi antipathique que je le prétendais et que même quand on croit n'avoir rien en commun, la vie peut nous jouer des tours et associer nos chemins.

©️ 2981 12289 0


@Elias Caroll Elias ~ Fickle Game 484338566
Contenu sponsorisé

Elias ~ Fickle Game Empty Re: Elias ~ Fickle Game

Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum