Aller en bas
Admin - Falling Away with You
Cassandre Darcy
DATE D'INSCRIPTION : 23/09/2016 PSEUDO/PRENOM : MysteryLight MULTICOMPTES : Liam, Near, Elijah, Saoirse, Jade MESSAGES : 3185 CELEBRITE : Natalia Dyer COPYRIGHT : blake (ava) gif profil Murphy ** Signa, Sial (Alaska) gif loudsilence. Chat Rugibineux (gif profil) METIER/APTITUDES : Cuistot TRIBU : Odyssée POINTS GAGNES : 66
Voir le profil de l'utilisateur
Admin - Falling Away with You

Believer never dies (Freyja)   Empty Believer never dies (Freyja)

le Jeu 21 Nov 2019 - 3:16
Another Coin For...

The world was on fire and no one could save me but you. It's strange what desire will make foolish people do. I'd never dreamed that I'd meet somebody like you. And I'd never dreamed that I'd lose somebody like you.



Elle est un peu dans la lune Cassandre. Elle reste souvent en forêt, sait pourtant qu’elle doit faire attention mais il y a cette boule de poil qu’elle recherche du regard. Pourtant elle sait que Night ne va pas si loin. Enfin si, il peut aller où bon lui semble mais depuis qu’elle l’a rencontré avec Tael, le petit chat sauvage, ne s’en va jamais bien loin. Il a senti qu’elle faisait la cuisine tous les jours, qu’elle avait plus de chance de lui donner deux trois morceaux de viande de son repas sans pour autant priver les rations des autres. C’est ce qu’elle fait, elle n’a jamais eu très faim de toute façon et s’en contente bien. Elle ne le fait pas pour qu’il reste, elle le sait encore un peu sauvage pour ça mais quand il la regarde avec ces yeux-là, la demoiselle ne peut pas lui dire non : elle n’y arrive tout simplement pas.

C’est lui qu’elle suit sans trop faire attention aujourd’hui. Oh bien sur qu’elle a entendu parler de plein de rumeurs mais elle ne va pas vers le phare aujourd’hui, du moins c’est ce qu’elle pensait tout à l’heure. Elle ne pensait pas en réalité s’être égarée aussi loin. Le temps passe vite surtout lorsque l’on suit un chaton encore sauvage qui voulait lui montrer des plantes et autres bestioles qu’elle n’avait pas encore vues.  Elle est peut-être inconsciente, on le lui dira encore bien souvent mais elle aime être en forêt bien plus qu’au campement. Elle peut y rester des heures même quand l’hiver approche. Elle a encore cette peau de mouton tannée qu’elle porte assez souvent autour des épaules comme pour ne plus jamais ressentir le froid. Elle remerciera Gen si elle le recroise parce qu’elle y tient. Elle l’a déjà fait quand il lui a fait ce présent en échange d’un dessin, un échange qu’elle n’attendait pas parce que le dessin de sa jument c’était si peu en comparaison mais la valeur des choses est différente d’une personne à une autre. Une jument déformée par la radioactivité, certains l’auraient regardé avec dégoût, Cassandre était plutôt curieuse, inquiète pour la jument aussi alors ils avaient sympathisé même si la rencontre aurait pu très mal terminé enfin surtout pour son pieds posé sur un piège par sa façon d’être ainsi non attentive en forêt quand elle est captivée par tout et un peu n’importe quoi.

Elle a ce carnet avec elle, ce crayon bientôt en fin de vie mais elle y fait attention depuis le départ, en a peut-être encore un autre qu’il lui reste depuis cet échange non loin de chez les Pikunis mais pour l’heure elle sait qu’elle devra faire attention et ne pas dessiner n’importe quoi, ce qu’elle ne fait pas. C’est bien souvent des animaux, parfois des visages connus, méconnus. C’est comme pour garder une trace de ce qu’il s’est passé, de ce qu’ils vivent, de ce quotidien qu’ils vivent depuis qu’ils ont atterris sur terre. Depuis bien longtemps déjà. Elle tourne autour d’elle-même, persuadée d’avoir entendu un bruit mais ce n’est que le bruit des branches qui craquent, elle est peut-être un peu plus loin qu’elle l’aurait pensé. Elle a cette carte brièvement dessinée sur ce calepin mais c’est une esquisse parce qu’elle l’a récupéré de quelqu’un d’autre, quelqu’un qui est parti, qui n’est plus jamais revenu. Elle n’a pas encore vérifié si la carte était bonne, si elle était complète. Complète elle ne l’est surement pas, un jour peut-être qu’elle posera la question mais pour l’heure, il est déjà un peu tard pour ça parce qu’elle ne voit déjà plus où elle est. Elle a dépassé l’ancien campement de l’Odyssée, là où elle a retrouvé ce carnet l’autre fois mais elle a du mal à se repérer pour le coup et c’est bien malin. Un feulement l’interpelle, c’est Night qui a remarqué quelque chose, peut-être une présence ? Elle reste alerte mais ne voit rien, n’a pas la capacité des traqueurs et chasseurs pour s’en sortir ici et la nuit à été courte à l’ancien campement de l’Odyssée. Une halte jusqu’au seul endroit où elle peut encore se repérer toute seule, au-delà c’est bien une première pour celle qui n’a jamais été aussi loin.

C’est pas dans ses habitudes de venir ici, ça faisait un moment qu’elle n’était pas revenue comme pour ne pas se souvenir de ceux qui ne sont pas partis avec eux, de Sam qui doit être elle ne sait où depuis le temps qu’il n’est pas revenu. Elle espère que tout va bien pour lui-même si c’est difficile d’y penser : c’est mieux de le savoir en vie avec son père quelque part sur cette île que d’imaginer le pire. Elle secoue la tête en ne voyant rien, ne sait pas ce que Night veut lui montrer mais si quelqu’un est présent, il finira bien par se pointer sinon elle prendra la direction du retour du moins si elle parvient à se repérer. Que c’est malin de se laisser désorienter par cette bouille encore sauvage qui va où bon lui semble, dans les lieux qui lui sont le plus familier et pourtant, ce n’est pas du tout par ici qu’elle l’a rencontré la première fois. Autre craquement, cette fois-ci elle lève la voix en espérant que quelqu’un la comprenne. « Y’a quelqu’un ? » Elle ne veut pas parler dans le vent. « Tu m’emmènes où Night, j’suis jamais allée par là encore.  » Ils s’avancent entre les arbres et elle voit une sorte de monument un peu plus loin, peut-être encore une demi heure de marche et ils y seront. Elle se demande ce dont il s’agit, peut-être le phare, elle se souvient que des Odysséens y sont allés pour explorer, voir si c’était vivable avant de se rendre compte qu’il ne l’était pas du tout.


Spoiler:




CODAGE PAR AMATIS
loudsilence. & la peau bleue


Forget your running
Freyja Vaarhal
DATE D'INSCRIPTION : 15/10/2019 PSEUDO/PRENOM : Captain_M MESSAGES : 57 CELEBRITE : Saoirse Ronan COPYRIGHT : Me METIER/APTITUDES : Chasseuse/Pisteuse TRIBU : Pikunis POINTS GAGNES : 126
Voir le profil de l'utilisateur

Believer never dies (Freyja)   Empty Re: Believer never dies (Freyja)

le Mer 27 Nov 2019 - 23:33
Believer never dies
Cassandre & Freyja


Deux jours qu’elle s’est éloignée de son village, deux jours qu’elle erre sur le sillon des chemins, au bord des forêts luxuriantes, la berçant de ses bruits environnants. Freyja ne se lassera jamais de l’odeur particulière de la sève, de l’écorce d’un arbre, du feuillage. Celle de la terre, des animaux qu’elle chasse ou qu’elle observe. Un environnement riche, d’une beauté sans pareille et qu’elle aime à parcourir des heures ou des jours durant. Un terrain qui lui est familier et dont elle respecte la source. Bien évidemment, Althéa trottine fièrement à ses côtés tandis que la jeune femme ramasse sa tignasse blonde en un chignon qu’elle lit avec un fil de cuir. Arc en bandoulière, flèches sagement rangées dans l’étui autour de sa hanche, Freyja s’est accordé ce court « exil » pour tout simplement se reconnecter à leur Mère à tous. Ce sont des moments précieux qu’elle chérit plusieurs fois dans l’année où la jeune femme profite de cette solitude bien méritée.
Bien qu’attentive et sur le qui-vive, son esprit divague, erre. Il passe de sa sœur aînée, Lubnjia, qu’elle n’a pas vu depuis bien trop longtemps. Elle se demande ce qu’elle fait en cet instant même… certainement entrain de se mettre sur la tronche avec quelqu’un. A moins qu’elle ne soit encore en vadrouille pour faire du commerce. L’un et l’autre sont possibles concernant la bougeotte de sa sœur. Freyja se dit qu’à son retour au village, elle prendra quelques jours pour prendre du repos avant de repartir sur la route pour aller lui rendre visite. Elle ne profitera aussi pour venir tenir compagnie à Thémis, tiens.

Althéa glisse sous les doigts de Freyja venant réclamer une caresse de sa maitresse avant de trottiner plus loin devant. La jeune femme réajuste ses bracelets d’un geste de poignet avant de s’arrête, juste un quart de seconde. Temps nécessaire pour que son regard se pose sur le bracelet de cuir et que son cœur se serre brutalement. Les années ont beaux s’écoulées, elle ne tasse pas la douleur. Freyja tait ses douleurs autant qu’elle les dissimule aux yeux du monde, seule Lubnjia peut se vanter d’être l’une des rares personnes à pouvoir déceler les brèches. Et là, en cette seconde, le vide créé par la disparition de Saoirse s’agrandit un peu plus et Freyja le sait, la plaie ne se colmatera jamais.
Ce sont les grognements d’Althéa qui l’arrache de ses sombres pensées qu’elle chasse aussitôt, ses sens en alerte. La jeune femme la suit du regard, observe l’animal dresser la truffe, oreilles dressées, à l’affut. D’un pas leste, rapide, elle rejoint sa chienne au bout du chemin qui se dégage légèrement, interceptant au même instant une voix.

« Tu m’emmènes où Night, j’suis jamais allée par là encore. » La jeune femme fronce les sourcils, apaise d’une caresse sa chienne. Une inconnue longe la forêt, débouche sur une vieille bâtisse au loin, que Freyja connait de nom mais qu’elle n’a jamais visité jusqu’à ce jour. Et c’est justement pour cette raison qu’elle se trouve dans le coin, car si son escapade est avant tout une bonne occasion pour se retrouver quelques jours avec elle-même, elle ne peut nier que sa curiosité l’a poussé jusqu’ici. Les rumeurs sont beaucoup trop mystiques et intrigantes pour que Freyja ne fuit ce vieux phare qui se dresse de toute sa splendeur malgré l’âge.
Son attention se reporte sur la jeune femme qu’elle n’a, il lui semble, jamais vu. Frêle, jeune et certainement pas d’un quelconque clans alentours – Freyja connait bien trop les codes pour ne pas les reconnaître -, son instinct premier lui souffle que cette personne est une femme du ciel. Les tous premiers arrivants, ceux que la Pikuni aime à fréquenter, bien plus que la seconde vague. Althéa toujours à ses côtés, elle l’interpelle d’un sifflement pour se faire entendre malgré la courte distance qui les sépare.

« Heya. Tu cherches quelque chose ? Je ne t’ai jamais vu dans le coin. » Son anglais reste approximatif mais bien plus compréhensible qu’il y a quatre ans.

(c) DΛNDELION
Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum