Aller en bas
Forget your running
Freyja Vaarhal
DATE D'INSCRIPTION : 15/10/2019 PSEUDO/PRENOM : Captain_M MESSAGES : 50 CELEBRITE : Saoirse Ronan COPYRIGHT : Me METIER/APTITUDES : Chasseuse/Pisteuse TRIBU : Pikunis POINTS GAGNES : 99
Voir le profil de l'utilisateur

Once upon a time ▬ Thémis Empty Once upon a time ▬ Thémis

le Sam 9 Nov 2019 - 18:46
Once upon a time
Thémis & Freyja


Elle a bien du mal à se défaire de sa déception, les sourcils résolument froncés alors qu’elle poursuit sa route sans un mot. Elle sait que sa sœur a des vers au cul à bouger tout le temps, n’importe où – ou presque – mais en venant voir Thémis, Freyja espérait malgré tout pouvoir passer quelques heures avec Lu’. Ce qui ne se fera apparemment pas. Et ça l’ennuie profondément, malgré la joie sincère de retrouver l’une de ses amies les plus proches.  Puisque Lubjnia ne peut s’empêcher d’avoir des vers au cul, il fallait qu’elle soit entrain de commercer elle ne sait où pile au moment où elle s’est décidée à venir rendre visite à son amie. D’autant plus qu’il lui faut la journée de marche pour atteindre le village des Athnas.
Freyja râle mentalement pour la forme, n’en voulant bien évidemment pas à sa sœur ainée malgré le manque qui stagne. Elle sait combien elle est heureuse ainsi, ayant trouvé sa voie sur d’autres chemins que celui emprunté dès la naissance. Sa place était ailleurs, c’était comme ça, personne n’y pouvait rien et les années passées ont au moins servi à rendre la peine moins douloureuse.

Ses pas se font aussi légers que furtifs, crissant à peine sur les feuilles qui borde le chemin qui la mène vers le camp des Athnas. Son regard clair virevolte de détail en détail, réflexe entretenu depuis qu’elle est toute petite. Savoir où regarder, comment le faire, être sur le qui-vive, les sens toujours en alerte. Bien qu’elle soit une passionnée des légendes, Freyja n’est pourtant pas tête en l’air, l’esprit dans les nuages, tout là-haut vers cet univers aussi fascinant qu’angoissant. Une étendue aux couleurs dégradées, voile illuminé d’un millier d’étoiles. Son esprit reste auprès de cette terre qu’elle affectionne avec un amour et une dévotion sincère, dont elle apprend les secrets chaque jour. Althéa trottine à ses côtés en silence et ce, sans jamais lui échapper. Il lui arrive de s’éloigner de temps à autre, intriguée par un son, un bruissement de feuillage, une roche dont elle marque le territoire mais jamais la chienne ne lui désobéit ou ne s’égare trop loin. Freyja glisse tendrement ses doigts sur le pelache court et noir de celle qu’elle considère comme une amie, une confidente. Un être qui ne la décevra jamais.
Althéa s’arrête, se dresse, tend l’oreille. La jeune Vaarhal stoppe aussitôt son pas, une main déjà posée sur son arc. Ses sens s’aiguisent, comme un voile qui s’étendrait sur plusieurs mètres pour analyser son environnement avant que ses muscles ne se détendent face au petit animal qu’elle perçoit au loin. Arc et flèche déjà en main, elle ordonne silencieusement à Althéa de ne faire aucun bruit avant d’encocher son arme, de prendre une grande inspiration et de viser sa proie. La jeune femme n’est pas genre à tuer un animal par plaisir. Elle sait qu’ils sont un don précieux de la Terre, de la Nature qu’elle respecte profondément. Mais les Athnas ne sont pas les plus gâtés par cette dernière, ils le savent tous et elle reste persuadée que ce cadeau plaira à Thémis pour le repas de ce soir, autour d’un feu.
La corde est lâchée, la flèche fuse et c’est sans surprise qu’elle atteint sa cible en pleine tête. Freyja n’est peut-être pas la meilleure à l’épée ou à la hache comme peut l’être sa sœur, mais l’arc et la visée à distance n’ont aucun secret pour elle. D’un léger sifflement, elle donne l’ordre à sa chienne qui lui ramène le lapin et sa flèche – munitions qui demandent une certaine main d’œuvre, alors hors de question de gaspiller – avant d’étirer un sourire face à ce qui leur rempliront le ventre ce soir.

±

Elle a beau être habituée aux longues marches, Freyja pousse malgré tout un soupire de soulagement lorsqu’elle arrive enfin à destination, étirant ses jambes et son dos après avoir saluer quelques connaissances croisées. Ça fait des années qu’elle vient ici rendre visite à sa tribu sœur, à sa sœur tout court d’ailleurs, Freyja n’est plus un visage que l’on présente. La jeune femme aime les Athnas presque aussi fort que son propre peuple. Bien trop jeune pour se souvenir de leurs conflits passés, elle a toujours grandi avec un amour sincère pour ceux qu’elle considère comme ses plus précieux alliés. C’est donc avec une joie non feinte qu’elle retrouve les maisons de granit, les toits de couleurs sombres, accueillant les bruits familiers des métaux que l’on forge, des pierres que l’on taille, des éclats de voix, des rires gras. Un univers plus brut que le sien mais qu’elle affectionne malgré tout.
Ses pas la mènent là où elle n’est pas attendu mais pour lequel elle a fait toute cette journée de marche. Et c’est sans surprise, à la lueur de cette fin de journée, qu’elle trouve Thémis entrain de soufflet le verre. Freyja reste là, une poignée de seconde à l’observer à la tâche, attendant à ce que Thémis ne se sente suffisamment observer pour lever le bout du nez vers elle.

« J’espère que c’est un cadeau pour moi. Elle désigne l’œuvre réalisée, d’un sourire malicieux avant de se diriger vers son amie qu’elle serre dans ses bras avec force. Cela fait bien trop longtemps qu’elles ne se sont pas vues. Heya Thémis. J’espère que je ne viens pas te rendre visite au mauvais moment ! »
(c) DΛNDELION
Thémis Gyllenstierna
DATE D'INSCRIPTION : 26/09/2019 PSEUDO/PRENOM : J/CapRaccoon MULTICOMPTES : Maori K. Ho'oname, Werowa Sundagger MESSAGES : 50 CELEBRITE : Lulu Antariksa COPYRIGHT : Mellowness avatar, Dark Paradize signa METIER/APTITUDES : Souffleuse de verre TRIBU : Athna POINTS GAGNES : 184
Voir le profil de l'utilisateur

Once upon a time ▬ Thémis Empty Re: Once upon a time ▬ Thémis

le Dim 10 Nov 2019 - 18:09
       

       
Can you tell me what the stars are holding ? Can you unveil their mysteries for me ? Can you tell me if they have untold stories ? Thémis & Freyja
       

       
Once upon a time

       
On aurait pu croire que c'était la même rengaine. Chaque jour la même routine. Pour chaque œuvre les mêmes gestes. De temps en temps, Thémis l'avouait, cela lui pesait. C'était surtout lorsqu'elle avait un plan structuré, des demandes très précises à respecter. Alors son art était restreint, son imagination limitée. Les clients pointilleux étaient des barrières qui se dressaient autour d'elle. Elle les craignait toujours, parce qu'une seule chose qui ne leur plaisait pas, et elle aurait perdu plusieurs heures de travail. Mais il y avait des éléments qu'elle ne pouvait contrôler. Les pigments qui se promenaient dans le verre, elle ne pouvait pas leur assigner une place. Elle était obligée de les laisser vagabonder dans la silice, obligée de les laisser creuser leur propre grotte, suivre leur propre chemin. Mais il suffisait que deux d'entre eux s'associent pour donner une couleur plus terne, ou une couleur trop vive, ou un contour trop flou, ou une forme trop suggestives, et elle aurait perdu des heures de travail. Il lui faudrait recommencer, espérer réussir la seconde fois. Jusqu'à présent, elle n'avait jamais eu à s'épuiser à refaire jusqu'à un point où elle ne pouvait plus le supporter. Et pourtant, ce point, elle le dépasserait, s'il le fallait. Quelquefois, elle espérait presque que cela arrive, pour avoir le plaisir de se laisser tomber dans les bras de Sinead, et pour avoir l'égoïste joie de la voir prendre sa défense. Mais dans sa tribu, les pointilleux étaient peu nombreux, et elle avait toujours su leur rendre une œuvre satisfaisante jusqu'à présent.
       
Thémis prêtait une attention toute particulière aux finitions du jour. Il commençait à se faire tard, la nuit tombait, et elle avait dû embraser quelques bougies pour finir. La lumière des flammes ne valait pas celle du jour, mais elle la détendait. Elle lui offrait un autre regard sur son monde. Elle plongeait dans les teintes de violette du long vase fin qu'elle devait fabriquer, cadeau pour une femme ou une amante. C'était un véritable petit monde qu'elle y voyait, et chaque paillette d'argent était une planète, une lune ou une étoile. Personne ne sautait de l'une à l'autre, comme sur des pierres à la surface d'un ruisseau. C'était un microscome figé dans le verre, emprisonné sous une forme particulière. Il lui donnait des idées, pour diversifier son art. Ce serait de la décoration pure, mais elle voulait emprisonner de nouvelles étoiles. Cela lui demanderait du travail, du temps, de la réflexion, des essais et des échecs, mais elle aurait une nouvelle corde à son arc. La métaphore lui fit esquisser un sourire. Artémis l'avait reniée il y a bien longtemps. Son sourire disparut bien vite dans l'obscurité, tandis que la jeune femme, d'une main experte, allongeait la matière fluide. Espèce de cire brûlante et améthyste, Thémis la cisaillait, la modelait, l'étirait. Le modèle, elle l'avait en tête. La feuille posée à ses côtés, elle n'y jetait pas un regard. Elle l'avait dessiné, elle l'avait imaginé, alors elle l'avait mémorisé. Maintenant, elle le façonnait.
       
Thémis a presque fini, et elle se délecte déjà de pouvoir étendre ses bras au-dessus de sa tête, de pouvoir s'étirer et se relaxer enfin un peu. Elle a beau être absorbée par son travail, elle sent très bien la présence qui vient de s'inviter dans son antre. Présence silencieuse. Présence immobile. Présence en attente. Pour le moment, Thémis l'ignore, elle est pressée de finir, mais ne se précipite pas pour autant. Doucement, elle entreprend de décrocher le vase, le travail réalisé, de sa canne, le dépose délicatement sur le souple cuir tendu entre deux perches, dans lequel ses œuvres reposent toujours une fois décapitées de la canne. Toujours aussi doucement, toujours aussi précautionneusement, Thémis le saisit délicatement. Ses mains sont gantées, mais ses doigts découverts, alors le verre encore chaud, le verre encore palpitant, est bien à plat sur ses paumes, tandis qu'elle se dirige vers le four de refroidissement. Toujours dans un silence crépusculaire, la jeune femme pose son œuvre le temps d'ouvrir, puis le pose dedans le temps de refroidir, et toujours elle sent le regard posé sur elle. Ce n'est pas une présence hostile ou impatiente qu'elle détecte. "J'espère que c'est un cadeau pour moi." C'est une présence amicale. Quand elle se retourne, Thémis a un grand sourire aux lèvres, tandis que Freyja s'avance vers elle, traverse l'atelier jusqu'à la serrer dans ses bras. C'est une accolade franche et sincère qui les unit quelques instants. "Heya Thémis. J'espère que je ne viens pas te rendre visite au mauvais moment !" Thémis secoua légèrement la tête, le sourire toujours accroché aux lèvres. "Non, ne t'en fais pas. Je viens tout juste de finir une commande." La jeune femme relève les yeux vers son amie de longue date. C'est toujours un plaisir de la revoir. "Heya, Freyja. Heya, Althea." Thémis baissa le nez vers la chienne qui tendait le museau vers elle, se pencha légèrement pour lui caresser la tête. "Tu as fait bon voyage ?" Elle reprend la conversation comme si de rien n'était. Comme si c'était tout à fait prévu que Freyja apparaisse à sa porte ce soir-là, alors que c'est une surprise bienvenue. Thémis était une femme simple, aux plaisirs simples. Une visite inattendue de l'une de ses amies les plus proches, cela suffisait à la ravir.
       
(c) crackle bones

       
Forget your running
Freyja Vaarhal
DATE D'INSCRIPTION : 15/10/2019 PSEUDO/PRENOM : Captain_M MESSAGES : 50 CELEBRITE : Saoirse Ronan COPYRIGHT : Me METIER/APTITUDES : Chasseuse/Pisteuse TRIBU : Pikunis POINTS GAGNES : 99
Voir le profil de l'utilisateur

Once upon a time ▬ Thémis Empty Re: Once upon a time ▬ Thémis

le Ven 15 Nov 2019 - 20:02
Once upon a time
Thémis & Freyja


La patience est un atout développé lors de ses longues journées de chasse ou de pistage, si bien qu’elle pourrait rester ici à regarder Thémis à l’ouvrage des heures entières s’en en souffrir. Son amie est talentueuse et bien qu’elle n’y connaisse pas grand-chose, Freyja sait reconnaitre son savoir-faire. Elle a un tas d’éléments de comparaisons, ne serait-ce que venant de son propre peuple et si chacun possède son habilité, forcé est de reconnaitre que Thémis a ce petit truc en plus. La passion, certainement.
L’étreinte tendre passée, Freyja observe son amie, large sourire aux lèvres.

« Non, ne t'en fais pas. Je viens tout juste de finir une commande. Et quelle commande. Le vase est sublime bien que ça ne soit pas un objet qu’elle affectionne de base. Niveau « décoration », Freyja est en-dessous du niveau 0 et ne possède pas vraiment bon goût au contraire de sa sœur. Heya, Freyja. Heya, Althea. La chienne lui répond d’un coup de langue sur la main et d’un couinement heureux, assise sagement et ne décollant pas de sa maitresse. Elle a mit des mois à la dresser comme il se doit, afin qu’elle lui obéisse au doigt et à l’œil, non dans le but de la soumettre à son autorité humaine mais surtout pour lui éviter un danger imprévu ou qu’elle ne s’échappe. Freyja aime plus que jamais sa chienne qui comble bien des jours vides depuis que de multiples fossés se sont creusés sur son chemin. Tu as fait bon voyage ?
- Long mais plaisant. J’ai eu de la chance d’avoir un beau temps. Presque une journée entière pour venir jusqu’ici, heureusement qu’il n’a pas plu à grandes eaux sur elles deux. Je t’ai même ramené le repas de ce soir. Freyja décroche le lapin de la besace en cuir qu’elle porte en bandoulière, fabriqué par un ami Pikuni, tendant l’animal à Thémis. Même avec l’absence de la flèche, le headshot était visible. La jeune femme décoche un sourire taquin à son amie. Ça, elle pointe du doigt la plaie, c’est pour te rappeler que la cible est ici et non dix mètres à côté. » Son rire bref franchit ses lèvres alors qu’elle passe un bras autour des épaules de Thémis. Elle prend toujours un malin plaisir à la charrier sur son absence totale de talent lorsqu’il s’agit de se munir d’un arc et de viser sa proie. Que ça soit en plein dans le mile ou non, la jeune femme a été un véritable challenge d’apprentissage lorsque Freyja s’est mise en tête de lui apprendre au moins à viser à peu près juste. Elle ne comprend pas comment Thémis peut être à ce point douée pour créer d’aussi minutieux détails sur ses œuvres mais d’être aussi maladroite à l’arc.
La taquinerie est tendre, elle le sait. Les deux jeunes femmes se connaissent depuis suffisamment longtemps pour savoir qu’il n’y a rien d’humiliant dans ce que Freyja lui rappelle avec le sourire aux lèvres. Cette dernière possède peut-être la vue et la précision d’un aigle, mais elle vous fera une lamentable représentation de quoi que ce soit lorsqu’il s’agit de fabriquer autre chose qu’une arme.

En attendant que Thémis soit prête à sortir de l’atelier pour qu’elles puissent rejoindre sa maison mais aussi donner à boire à Althea qui tire sérieusement la langue, Freyja grignote un morceau de fruit tiré de sa besace.

« Comment tu vas, depuis ? Et Sinead ? »
(c) DΛNDELION

Contenu sponsorisé

Once upon a time ▬ Thémis Empty Re: Once upon a time ▬ Thémis

Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum