Le Deal du moment :
Précommande Assassin’s Creed Valhalla sur ...
Voir le deal
54.99 €

Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous

Once upon a time ▬ Thémis Empty Once upon a time ▬ Thémis

le Sam 9 Nov 2019 - 18:46
Once upon a time
Thémis & Freyja


Elle a bien du mal à se défaire de sa déception, les sourcils résolument froncés alors qu’elle poursuit sa route sans un mot. Elle sait que sa sœur a des vers au cul à bouger tout le temps, n’importe où – ou presque – mais en venant voir Thémis, Freyja espérait malgré tout pouvoir passer quelques heures avec Lu’. Ce qui ne se fera apparemment pas. Et ça l’ennuie profondément, malgré la joie sincère de retrouver l’une de ses amies les plus proches.  Puisque Lubjnia ne peut s’empêcher d’avoir des vers au cul, il fallait qu’elle soit entrain de commercer elle ne sait où pile au moment où elle s’est décidée à venir rendre visite à son amie. D’autant plus qu’il lui faut la journée de marche pour atteindre le village des Athnas.
Freyja râle mentalement pour la forme, n’en voulant bien évidemment pas à sa sœur ainée malgré le manque qui stagne. Elle sait combien elle est heureuse ainsi, ayant trouvé sa voie sur d’autres chemins que celui emprunté dès la naissance. Sa place était ailleurs, c’était comme ça, personne n’y pouvait rien et les années passées ont au moins servi à rendre la peine moins douloureuse.

Ses pas se font aussi légers que furtifs, crissant à peine sur les feuilles qui borde le chemin qui la mène vers le camp des Athnas. Son regard clair virevolte de détail en détail, réflexe entretenu depuis qu’elle est toute petite. Savoir où regarder, comment le faire, être sur le qui-vive, les sens toujours en alerte. Bien qu’elle soit une passionnée des légendes, Freyja n’est pourtant pas tête en l’air, l’esprit dans les nuages, tout là-haut vers cet univers aussi fascinant qu’angoissant. Une étendue aux couleurs dégradées, voile illuminé d’un millier d’étoiles. Son esprit reste auprès de cette terre qu’elle affectionne avec un amour et une dévotion sincère, dont elle apprend les secrets chaque jour. Althéa trottine à ses côtés en silence et ce, sans jamais lui échapper. Il lui arrive de s’éloigner de temps à autre, intriguée par un son, un bruissement de feuillage, une roche dont elle marque le territoire mais jamais la chienne ne lui désobéit ou ne s’égare trop loin. Freyja glisse tendrement ses doigts sur le pelache court et noir de celle qu’elle considère comme une amie, une confidente. Un être qui ne la décevra jamais.
Althéa s’arrête, se dresse, tend l’oreille. La jeune Vaarhal stoppe aussitôt son pas, une main déjà posée sur son arc. Ses sens s’aiguisent, comme un voile qui s’étendrait sur plusieurs mètres pour analyser son environnement avant que ses muscles ne se détendent face au petit animal qu’elle perçoit au loin. Arc et flèche déjà en main, elle ordonne silencieusement à Althéa de ne faire aucun bruit avant d’encocher son arme, de prendre une grande inspiration et de viser sa proie. La jeune femme n’est pas genre à tuer un animal par plaisir. Elle sait qu’ils sont un don précieux de la Terre, de la Nature qu’elle respecte profondément. Mais les Athnas ne sont pas les plus gâtés par cette dernière, ils le savent tous et elle reste persuadée que ce cadeau plaira à Thémis pour le repas de ce soir, autour d’un feu.
La corde est lâchée, la flèche fuse et c’est sans surprise qu’elle atteint sa cible en pleine tête. Freyja n’est peut-être pas la meilleure à l’épée ou à la hache comme peut l’être sa sœur, mais l’arc et la visée à distance n’ont aucun secret pour elle. D’un léger sifflement, elle donne l’ordre à sa chienne qui lui ramène le lapin et sa flèche – munitions qui demandent une certaine main d’œuvre, alors hors de question de gaspiller – avant d’étirer un sourire face à ce qui leur rempliront le ventre ce soir.

±

Elle a beau être habituée aux longues marches, Freyja pousse malgré tout un soupire de soulagement lorsqu’elle arrive enfin à destination, étirant ses jambes et son dos après avoir saluer quelques connaissances croisées. Ça fait des années qu’elle vient ici rendre visite à sa tribu sœur, à sa sœur tout court d’ailleurs, Freyja n’est plus un visage que l’on présente. La jeune femme aime les Athnas presque aussi fort que son propre peuple. Bien trop jeune pour se souvenir de leurs conflits passés, elle a toujours grandi avec un amour sincère pour ceux qu’elle considère comme ses plus précieux alliés. C’est donc avec une joie non feinte qu’elle retrouve les maisons de granit, les toits de couleurs sombres, accueillant les bruits familiers des métaux que l’on forge, des pierres que l’on taille, des éclats de voix, des rires gras. Un univers plus brut que le sien mais qu’elle affectionne malgré tout.
Ses pas la mènent là où elle n’est pas attendu mais pour lequel elle a fait toute cette journée de marche. Et c’est sans surprise, à la lueur de cette fin de journée, qu’elle trouve Thémis entrain de soufflet le verre. Freyja reste là, une poignée de seconde à l’observer à la tâche, attendant à ce que Thémis ne se sente suffisamment observer pour lever le bout du nez vers elle.

« J’espère que c’est un cadeau pour moi. Elle désigne l’œuvre réalisée, d’un sourire malicieux avant de se diriger vers son amie qu’elle serre dans ses bras avec force. Cela fait bien trop longtemps qu’elles ne se sont pas vues. Heya Thémis. J’espère que je ne viens pas te rendre visite au mauvais moment ! »
(c) DΛNDELION
C'yra Lor-Istad
DATE D'INSCRIPTION : 26/09/2019 PSEUDO/PRENOM : J/CapRaccoon MULTICOMPTES : Maori, Werowa, Lazuli MESSAGES : 144 CELEBRITE : Seo Soojin COPYRIGHT : endlesslove vava, drake signa, capraccoon icons&texts METIER/APTITUDES : marchande, danseuse TRIBU/CAMP : Athna POINTS GAGNES : 56

Once upon a time ▬ Thémis Empty Re: Once upon a time ▬ Thémis

le Dim 10 Nov 2019 - 18:09
       
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
       
Can you tell me what the stars are holding ? Can you unveil their mysteries for me ? Can you tell me if they have untold stories ? Thémis & Freyja
       

       
Once upon a time

       
On aurait pu croire que c'était la même rengaine. Chaque jour la même routine. Pour chaque œuvre les mêmes gestes. De temps en temps, Thémis l'avouait, cela lui pesait. C'était surtout lorsqu'elle avait un plan structuré, des demandes très précises à respecter. Alors son art était restreint, son imagination limitée. Les clients pointilleux étaient des barrières qui se dressaient autour d'elle. Elle les craignait toujours, parce qu'une seule chose qui ne leur plaisait pas, et elle aurait perdu plusieurs heures de travail. Mais il y avait des éléments qu'elle ne pouvait contrôler. Les pigments qui se promenaient dans le verre, elle ne pouvait pas leur assigner une place. Elle était obligée de les laisser vagabonder dans la silice, obligée de les laisser creuser leur propre grotte, suivre leur propre chemin. Mais il suffisait que deux d'entre eux s'associent pour donner une couleur plus terne, ou une couleur trop vive, ou un contour trop flou, ou une forme trop suggestives, et elle aurait perdu des heures de travail. Il lui faudrait recommencer, espérer réussir la seconde fois. Jusqu'à présent, elle n'avait jamais eu à s'épuiser à refaire jusqu'à un point où elle ne pouvait plus le supporter. Et pourtant, ce point, elle le dépasserait, s'il le fallait. Quelquefois, elle espérait presque que cela arrive, pour avoir le plaisir de se laisser tomber dans les bras de Sinead, et pour avoir l'égoïste joie de la voir prendre sa défense. Mais dans sa tribu, les pointilleux étaient peu nombreux, et elle avait toujours su leur rendre une œuvre satisfaisante jusqu'à présent.
       
Thémis prêtait une attention toute particulière aux finitions du jour. Il commençait à se faire tard, la nuit tombait, et elle avait dû embraser quelques bougies pour finir. La lumière des flammes ne valait pas celle du jour, mais elle la détendait. Elle lui offrait un autre regard sur son monde. Elle plongeait dans les teintes de violette du long vase fin qu'elle devait fabriquer, cadeau pour une femme ou une amante. C'était un véritable petit monde qu'elle y voyait, et chaque paillette d'argent était une planète, une lune ou une étoile. Personne ne sautait de l'une à l'autre, comme sur des pierres à la surface d'un ruisseau. C'était un microscome figé dans le verre, emprisonné sous une forme particulière. Il lui donnait des idées, pour diversifier son art. Ce serait de la décoration pure, mais elle voulait emprisonner de nouvelles étoiles. Cela lui demanderait du travail, du temps, de la réflexion, des essais et des échecs, mais elle aurait une nouvelle corde à son arc. La métaphore lui fit esquisser un sourire. Artémis l'avait reniée il y a bien longtemps. Son sourire disparut bien vite dans l'obscurité, tandis que la jeune femme, d'une main experte, allongeait la matière fluide. Espèce de cire brûlante et améthyste, Thémis la cisaillait, la modelait, l'étirait. Le modèle, elle l'avait en tête. La feuille posée à ses côtés, elle n'y jetait pas un regard. Elle l'avait dessiné, elle l'avait imaginé, alors elle l'avait mémorisé. Maintenant, elle le façonnait.
       
Thémis a presque fini, et elle se délecte déjà de pouvoir étendre ses bras au-dessus de sa tête, de pouvoir s'étirer et se relaxer enfin un peu. Elle a beau être absorbée par son travail, elle sent très bien la présence qui vient de s'inviter dans son antre. Présence silencieuse. Présence immobile. Présence en attente. Pour le moment, Thémis l'ignore, elle est pressée de finir, mais ne se précipite pas pour autant. Doucement, elle entreprend de décrocher le vase, le travail réalisé, de sa canne, le dépose délicatement sur le souple cuir tendu entre deux perches, dans lequel ses œuvres reposent toujours une fois décapitées de la canne. Toujours aussi doucement, toujours aussi précautionneusement, Thémis le saisit délicatement. Ses mains sont gantées, mais ses doigts découverts, alors le verre encore chaud, le verre encore palpitant, est bien à plat sur ses paumes, tandis qu'elle se dirige vers le four de refroidissement. Toujours dans un silence crépusculaire, la jeune femme pose son œuvre le temps d'ouvrir, puis le pose dedans le temps de refroidir, et toujours elle sent le regard posé sur elle. Ce n'est pas une présence hostile ou impatiente qu'elle détecte. "J'espère que c'est un cadeau pour moi." C'est une présence amicale. Quand elle se retourne, Thémis a un grand sourire aux lèvres, tandis que Freyja s'avance vers elle, traverse l'atelier jusqu'à la serrer dans ses bras. C'est une accolade franche et sincère qui les unit quelques instants. "Heya Thémis. J'espère que je ne viens pas te rendre visite au mauvais moment !" Thémis secoua légèrement la tête, le sourire toujours accroché aux lèvres. "Non, ne t'en fais pas. Je viens tout juste de finir une commande." La jeune femme relève les yeux vers son amie de longue date. C'est toujours un plaisir de la revoir. "Heya, Freyja. Heya, Althea." Thémis baissa le nez vers la chienne qui tendait le museau vers elle, se pencha légèrement pour lui caresser la tête. "Tu as fait bon voyage ?" Elle reprend la conversation comme si de rien n'était. Comme si c'était tout à fait prévu que Freyja apparaisse à sa porte ce soir-là, alors que c'est une surprise bienvenue. Thémis était une femme simple, aux plaisirs simples. Une visite inattendue de l'une de ses amies les plus proches, cela suffisait à la ravir.
       
(c) crackle bones

       


Dernière édition par Thémis Gyllenstierna le Ven 22 Nov 2019 - 22:21, édité 1 fois
Invité
Invité
Anonymous

Once upon a time ▬ Thémis Empty Re: Once upon a time ▬ Thémis

le Ven 15 Nov 2019 - 20:02
Once upon a time
Thémis & Freyja


La patience est un atout développé lors de ses longues journées de chasse ou de pistage, si bien qu’elle pourrait rester ici à regarder Thémis à l’ouvrage des heures entières s’en en souffrir. Son amie est talentueuse et bien qu’elle n’y connaisse pas grand-chose, Freyja sait reconnaitre son savoir-faire. Elle a un tas d’éléments de comparaisons, ne serait-ce que venant de son propre peuple et si chacun possède son habilité, forcé est de reconnaitre que Thémis a ce petit truc en plus. La passion, certainement.
L’étreinte tendre passée, Freyja observe son amie, large sourire aux lèvres.

« Non, ne t'en fais pas. Je viens tout juste de finir une commande. Et quelle commande. Le vase est sublime bien que ça ne soit pas un objet qu’elle affectionne de base. Niveau « décoration », Freyja est en-dessous du niveau 0 et ne possède pas vraiment bon goût au contraire de sa sœur. Heya, Freyja. Heya, Althea. La chienne lui répond d’un coup de langue sur la main et d’un couinement heureux, assise sagement et ne décollant pas de sa maitresse. Elle a mit des mois à la dresser comme il se doit, afin qu’elle lui obéisse au doigt et à l’œil, non dans le but de la soumettre à son autorité humaine mais surtout pour lui éviter un danger imprévu ou qu’elle ne s’échappe. Freyja aime plus que jamais sa chienne qui comble bien des jours vides depuis que de multiples fossés se sont creusés sur son chemin. Tu as fait bon voyage ?
- Long mais plaisant. J’ai eu de la chance d’avoir un beau temps. Presque une journée entière pour venir jusqu’ici, heureusement qu’il n’a pas plu à grandes eaux sur elles deux. Je t’ai même ramené le repas de ce soir. Freyja décroche le lapin de la besace en cuir qu’elle porte en bandoulière, fabriqué par un ami Pikuni, tendant l’animal à Thémis. Même avec l’absence de la flèche, le headshot était visible. La jeune femme décoche un sourire taquin à son amie. Ça, elle pointe du doigt la plaie, c’est pour te rappeler que la cible est ici et non dix mètres à côté. » Son rire bref franchit ses lèvres alors qu’elle passe un bras autour des épaules de Thémis. Elle prend toujours un malin plaisir à la charrier sur son absence totale de talent lorsqu’il s’agit de se munir d’un arc et de viser sa proie. Que ça soit en plein dans le mile ou non, la jeune femme a été un véritable challenge d’apprentissage lorsque Freyja s’est mise en tête de lui apprendre au moins à viser à peu près juste. Elle ne comprend pas comment Thémis peut être à ce point douée pour créer d’aussi minutieux détails sur ses œuvres mais d’être aussi maladroite à l’arc.
La taquinerie est tendre, elle le sait. Les deux jeunes femmes se connaissent depuis suffisamment longtemps pour savoir qu’il n’y a rien d’humiliant dans ce que Freyja lui rappelle avec le sourire aux lèvres. Cette dernière possède peut-être la vue et la précision d’un aigle, mais elle vous fera une lamentable représentation de quoi que ce soit lorsqu’il s’agit de fabriquer autre chose qu’une arme.

En attendant que Thémis soit prête à sortir de l’atelier pour qu’elles puissent rejoindre sa maison mais aussi donner à boire à Althea qui tire sérieusement la langue, Freyja grignote un morceau de fruit tiré de sa besace.

« Comment tu vas, depuis ? Et Sinead ? »
(c) DΛNDELION

C'yra Lor-Istad
DATE D'INSCRIPTION : 26/09/2019 PSEUDO/PRENOM : J/CapRaccoon MULTICOMPTES : Maori, Werowa, Lazuli MESSAGES : 144 CELEBRITE : Seo Soojin COPYRIGHT : endlesslove vava, drake signa, capraccoon icons&texts METIER/APTITUDES : marchande, danseuse TRIBU/CAMP : Athna POINTS GAGNES : 56

Once upon a time ▬ Thémis Empty Re: Once upon a time ▬ Thémis

le Ven 22 Nov 2019 - 23:25
       
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
       
Can you tell me what the stars are holding ? Can you unveil their mysteries for me ? Can you tell me if they have untold stories ? Thémis & Freyja
       

       
Once upon a time

       
La montagne était son foyer, et Thémis ne l'avait que rarement quitté. Alors qu'autour d'elle, la majorité des personnes qu'elle connaissait étaient des âmes errants constamment sur les chemins. Freyja était pisteuse, sa sœur Lubnjia n'hésitait pas à partir sur les routes, TC était un marchand sans port d'attache et Sinead cédait constamment à l'appel de l'aventure. Thémis était plutôt le carrefour, qu'on traversait. On s'y arrêtait plus ou moins longtemps, puis on reprenait une route quelconque, jusqu'à la prochaine fois. Cela ne la dérangeait pas, même si quelquefois elle contractait la bougeote de ses proches et aurait aimé pouvoir quitter son atelier. Elle l'aimait, plus que tout, le couvait d'un regard maternel comme elle pouvait le faire avec son frère, mais de temps en temps Thémis aimerait savoir ce que c'était, l'aventure, les jours passés sur les chemins et les nuits à la belle étoile. Ce serait une expérience unique pour elle, mais il arrivait qu'elle se sente mise à l'écart, parce que c'était un monde qu'elle ne pouvait pas comprendre. A vrai dire, la jeune femme ne pensait pas pouvoir comprendre le monde un jour, pas tant qu'elle resterait dans son foyer en tout cas. Mais elle ne pouvait pas en sortir, et ne durerait probablement pas longtemps dans ce monde qu'elle ne connaissait pas, alors mieux valait qu'elle ne le connaisse jamais et continue de l'imaginer. Au moins, Thémis n'aurait aucun moyen de se mettre en danger, et encore moins d'être déçue par ce qu'elle découvrirait hors des remparts de ses montagnes.
       
Thémis avait une vision idéalisée du monde, colportée par les récits et racontars de ses proches, et elle le savait, et c'était tout ce qui importait. Être lucide. "Long mais plaisant. J'ai eu de la chance d'avoir un beau temps." La réponse de Freyja lui fit esquisser un sourire. Thémis avait perdu la notion des distances, si tant est qu'elle l'ait jamais eue ; et ne s'était pas rendue compte du soleil qui brillait dehors, enfermée dans son atelier clos toute la journée. Bien sûr, il y avait son entrée, sa porte ouverte, mais la météorologie n'était pas sa préoccupation première, alors elle y accordait peu d'attention, se contentait de prendre les questions du soleil sans se poser de rayons- les rayons du soleil sans se poser de questions. "Je t'ai même ramené le repas de ce soir." L'artisan, qui nettoyait le bout de sa canne avec l'inattention de l'habitude, releva la tête, pour poser les yeux sur le lapin qui pendait fièrement de la main de Freyja. Thémis posa sa canne propre à sa place, et récupéra le lapin, leva les yeux au ciel à la taquinerie de son amie. "Ce n'était pas de ma faute, c'était celle de la flèche." rétorqua-t-elle avec un sourire aux lèvres, allégée par ces souvenirs d'enfance. Ses compétences au tir à l'arc sont plus proches de néantissimes que de nulles, au grand dam de Freyja. C'était cette dernière qui aurait mérité le surnom d'Artémis, pas elle. Elle, c'était pour se moquer qu'on l'en avait affublée.
       
L'arc était une science qu'elle n'avait jamais comprise. C'était assez phénoménal, quand même : Thémis avait beau s'y être essayée, s'y être entraînée, ça avait toujours été une catastrophe. Un désespoir ambulant. Malgré tous ses efforts, toucher la cible était un exploit ; toucher un animal, un miracle, même plus la chance du débutant, un miracle. Vraiment, c'était phénoménal, cette incapacité. La jeune femme secoua la tête, amusée, et entreprit de ranger ses affaires, d'éteindre son four, de se faire confiance pour ne pas vérifier que toutes les commandes étaient bien placées pour refroidir, et suivit Freyja hors de son atelier. La chienne trottinait aux côtés de sa maîtresse, tandis que les deux femmes se dirigeaient vers la maison de Thémis, pas très loin par souci de commodités. "Comment tu vas, depuis ? Et Sinead ?" Comme toujours lorsqu'on mentionne sa femme, un sourire tendre éclaire les traits de Thémis, qui rêvasse toujours un peu à l'entente de son nom. "On va bien. On a fêté nos cinq ans de mariage il y a quelques jours d'ailleurs." Information non nécessaire, mais dont elle était si fière. Thémis avait toujours envie d'exploser de joie à cette pensée. "Et toi ? Quoi de neuf ?" Elles sont rentrées dans la maison à présent, et Thémis pose ses affaires, ainsi que le lapin, sur la table. La jeune femme invite d'un geste Freyja à prendre place sur l'une des chaises simples de son antre, tandis qu'elle-même savoure la fin d'une journée bien remplie. Il lui faudra bientôt allumer un feu face à la luminosité déclinante, puis s'occuper du lapin, mais pendant quelques instants Thémis apprécie de ne pas avoir à se presser, apprécie la compagnie.
       
(c) crackle bones

       
Invité
Invité
Anonymous

Once upon a time ▬ Thémis Empty Re: Once upon a time ▬ Thémis

le Sam 7 Déc 2019 - 20:02
Once upon a time
Thémis & Freyja


Freyja chérit ce genre de moment. Malgré le manque, elle apprécie malgré tout la distance pour une seule raison : Les joies des retrouvailles. Revenir chez les Athnas pour voir sa sœur ou même Thémis comme maintenant, lui procure un sincère sentiment de plénitude, de joie. La jeune femme sait déjà qu’elles passeront probablement des heures à discuter, à se retrouver, à partager des moments uniques comme elles l’ont toujours fait. Thémis fait partie des rares personnes avec qui Freyja aime ce genre d’instant.
Si Saoirse était encore là, elle ferait partie de ces personnes. En tête de liste.

La jeune femme ricane, taquine, sous la réflexion de Thémis concernant la flèche qui serait soi-disant coupable de son échec. Elles savent
toutes les deux que c’est faux, que l’Athna est mauvaise en visée, autant qu’elle est douée de ses mains. Ceci dit, si Freyja devait s’exercer
à l’art de Thémis, elle ferait probablement une véritable catastrophe.
Elle laisse Thémis ranger son affaire, éteindre son four et faire ce qu’elle a à faire pour pouvoir enfin quitter les lieux et s’exiler vers la demeure de son amie, sous les questions de la Pikuni. Elles ne se sont pas vu depuis quelques temps maintenant, elles ont certainement bon nombre de chose à rattraper. A la seconde où Freyja évoque le nom de Sinead, elle peut voir le visage de Thémis changer, s’adoucir – bien que ce dernier soit déjà tendre -, léger sourire presque niais sur les lèvres. Freyja s’en amuse autant qu’elle trouve ça beau de la voir ainsi épanouie.

« On va bien. On a fêté nos cinq ans de mariage il y a quelques jours d'ailleurs.
- Cinq ans, déjà ? » Freyja s’étonne réellement, elle-même surprise du temps qui passe et surtout de son allure. Ce qui la ramène également à l’ancienneté de leur propre amitié. La jeune femme ne sait pas si elle sera capable un jour de vivre autant de temps avec la même personne. Très peu portée sur les relations, la Pikuni a passée plus de temps à se blinder et à se tenir à l’écart de tous sentiments qui pourraient potentiellement la mettre à mal qu’à chercher quelqu’un. A quoi bon ? Pour le moment elle profite d’une certaine liberté, flirtant à droite à gauche sans jamais s’attarder. A tort, peut-être.
Les deux jeunes femmes pénètrent dans la demeure de Thémis, toujours aussi chaleureuse et accueillante que dans ses souvenirs. Le lapin est posé sur la table, Freyja prenant place autour de cette dernière sous l’invitation de son amie. Althea, elle, s’allonge déjà non loin de la porte, fatiguée par cette longue journée de marche. Elle-même sent les prémices d’une fatigue mais l’excitation et la joie de revoir son amie la maintenir éveiller pour la nuit.

« Et toi ? Quoi de neuf
- Oh, peu de chose, tu sais. Ma vie n’est pas des plus passionnantes en ce moment. Et elle n’exagère pas. Est-ce que je peux me servir en eau ? Pour Althea. Sa pauvre chienne tire la langue et cette dernière mérite bien d’assouvir tous ces besoins après la route qu’elle a effectuée à ses côtés. Elle attend que Thémis le lui accorde et ce, même si elles se connaissent depuis maintenant suffisamment longtemps, avant de s’emparer d’un bol en terre cuite qu’elle remplit d’eau et qu’elle dépose devant sa chienne après l’avoir affublé d’une caresse. Je continue d’aider mes parents à l’armurerie et de chasser pour le village, je fais quelques rondes quand il y a besoin. Elle n’hésite jamais à prêter mains fortes aux siens, quelle que soit la demande. Mais, j’ai réussi à récupérer quelque chose qui devrait t’intéresser… »

La jeune femme fouille dans son sac en bandoulière et en sort un objet qu’elle a trouvé par hasard, lorsqu’elle s’est aventurée plus loin que d’habitude. Freyja est une curieuse née, tout l’intéresse et si la moindre chose qu’elle ne connait pas attire son attention, elle saura lui donner l’intérêt mérité. Exactement comme ce cheval trouvé près d’une bâtisse à moitié effondrée datant de l’ancienne époque où l’humanité a commit les pires erreurs. Aujourd’hui, ils rattrapent le coup, corrige ce que leurs ancêtres ont fait de pire en choyant cette Terre Mère qui accepte de les garder en son sein.

« Il a une patte cassée et il lui manque une oreille mais j’ai pensé que tu aimerais. » L’animal transparent, qui ressemble presque en tout point à du verre – à moins que ça ne soit une autre matière bien plus coûteuse de l’époque – a été nettoyer avec soin par Freyja avant de se décider à le ramener jusqu’ici. Un présent qui pourrait inspirer bien des légendes sur la manière de vivre de leurs ancêtres. Comme par exemple, des géants maniant le verre aussi bien que Thémis elle-même. A moins que ça ne soit des personnes comme elles ? Freyja n’en sait rien, s’amuse parfois à le deviner, s’inspirant de ce qu’elle voit comme vestige autour d’elle. Peut-être devrait-elle poser des questions auprès de Murphy à l’occasion…

(c) DΛNDELION

C'yra Lor-Istad
DATE D'INSCRIPTION : 26/09/2019 PSEUDO/PRENOM : J/CapRaccoon MULTICOMPTES : Maori, Werowa, Lazuli MESSAGES : 144 CELEBRITE : Seo Soojin COPYRIGHT : endlesslove vava, drake signa, capraccoon icons&texts METIER/APTITUDES : marchande, danseuse TRIBU/CAMP : Athna POINTS GAGNES : 56

Once upon a time ▬ Thémis Empty Re: Once upon a time ▬ Thémis

le Dim 8 Déc 2019 - 22:49
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
       
Can you tell me what the stars are holding ? Can you unveil their mysteries for me ? Can you tell me if they have untold stories ? Thémis & Freyja
       

       
Once upon a time

       
Thémis ne connaissait rien de mieux que de rentrer chez elle après une journée de travail éreintante. Avec le temps, l'expérience, avec les années ses épaules ne la brûlaient plus autant que durant ses premières journées devant le fourneau. Manier la canne avait été une épreuve ; rester debout toute une journée 'avait été encore plus. Tout le monde avait dû s'adapter, ils avaient dû trouver des solutions, tous ensemble, pour qu'elle soit plus à l'aise, pour que son corps fragilisé ne se brise pas à force de mauvaises postures. Finalement, ça avait payé, et elle avait pu s'abandonner complètement à sa passion. Elle pouvait aujourd'hui laisser son esprit divaguer, tandis qu'entre ses doigts la canne roulait tournait et tournoyait, dans un sens et dans l'autre, tandis que le verre prenait forme entre ses paumes. Elle lui insufflait un peu d'air, le gonflait, le décorait, pouvait en faire ce qu'elle voulait à présent. Cela faisait longtemps qu'elle n'avait rien brisé. Les premières fois, soit elle lui donnait trop de souffle, soit pas assez, et le verre était distendu ou mou, inutilisable, informe. Il fallait trouver le bon équilibre, le juste milieu. D'aucuns appelaient cela une science, Thémis appelait cela un art. Elle ne pouvait pas mathématiser ce qu'elle faisait. Si elle devait un jour enseigner son art, ce serait difficile, parce qu'il était rempli d'instinct, d'instants qu'on ne pouvait expliquer. Elle ne pouvait pas dire "On souffle 3 secondes, on s'arrête, on souffle 4 secondes, puis on s'arrête à nouveau, et on souffle encore 3 secondes.3 Ce n'était pas ça. Ce n'était pas mathématisable. C'était dans les tripes, c'était profond et inexplicable, alors ça lui convenait parfaitement.
       
Retrouver son foyer lui convenait parfaitement aussi. Thémis avait beau adorer son travail, rechigner à le quitter de temps à autre, rentrer chez elle était quand même une joie intense. Juste le fait de pouvoir se poser, se délasser un peu, même si elle a le milliard de tâches de la femme au foyer à faire, pendant quelques instants juste se poser est une délicate attention. C'est pour cela qu'elle en profite, va juste allumer un feu dans le foyer, le vrai, tranquillement. Freyja s'est assise à la table. "Cinq ans, déjà ?" Sa surprise est une douce musique aux oreilles de Thémis, qui avait juste acquiescé. Cinq ans, déjà. "Oh, peu de choses, tu sais. Ma vie n'est pas des plus passionnantes en ce moment. […] Est-ce que je peux me servir en eau ?
-Bien sûr, vas-y, n'hésite pas. Thémis a répondu sans hésitation, presque sans réfléchir.
- Je continue d'aider mes parents à l'armurerie et de chasser pour le village, je fais quelques rondes quand il y a besoin…
- Je t'avoue que la vie de garde ne me manque pas. Thémis est honnête avec Freyja, accepte de plus en plus que pendant seize ans de sa vie, elle a été embrigadée pour suivre une voie qu'elle n'aimait pas. En parler à sa mère est encore loin, mais elle progresse, pas à pas.
- Mais, j'ai réussi à récupérer quelque chose qui devrait t'intéresser…" A ces mots, la tête de Thémis se relève, elle détourne son regard des bûches qui commencent à flamber doucement dans l'âtre.
       
De son pas si caractéristique, la jeune femme revient vers son amie, prend place sur la chaise en face d'elle. Le dîner viendra après. Elle veut d'abord savoir ce que Freyja lui a apporté. Outre la joie de se voir offrir une surprise, la Pikuni a piqué sa curiosité, et Thémis a hâte d'en savoir plus. Chaque babiole récupérée est une fenêtre sur le monde - et même sur d'autres mondes. Freyja lui présente alors une petite figurine de cheval, transparente. "Il a une patte cassée et il lui manque une oreille mais j'ai pensé que tu aimerais.
- Il est parfait." Thémis a encore une fois répondu sans hésitation, sans attendre. les mots se sont bousculés dans sa bouche et ont franchi ses lèvres, tandis que la jeune femme manipule avec précaution l'objet. Il est lourd. En verre, mais en verre plein, bien loin du verre soufflé que Thémis manipule. Elle ne pourrait pas réaliser une forme aussi petite et aussi précise en verre soufflée. En tout cas, pas d'un seul tenant. Quoique, ce serait un défi intéressant à relever. "Raconte-moi comment tu l'as trouvé. Et où." Elle veut tout savoir dessus à présent, elle est avide de connaître cette infime partie de son histoire. L'ensemble de l'histoire, même si elle y avait accès, ne l'intéresserait pas. Ce n'était pas intéressant de tout savoir. L'inventivité résidait dans les parts d'ombres. Mais trop d'ombres n'était pas bon non plus : son esprit partait déjà sur des milliards de voies possibles, elle avait besoin de le canaliser pour déployer plus efficacement les possibilités. Le bon équilibre. Le juste milieu. Raconte-moi son histoire.
       
(c) crackle bones

       
Invité
Invité
Anonymous

Once upon a time ▬ Thémis Empty Re: Once upon a time ▬ Thémis

le Sam 21 Déc 2019 - 11:11
Once upon a time
Thémis & Freyja


« Il est parfait. Le sourire de Freyja s’élargit devant l’émerveillement de son amie face à son cadeau. C’est tout ce qu’elle espérait, l’expression de son regard et l’intérêt sincère qu’elle porte à l’objet valent bien plus qu’un merci. Le cheval estropié et en verre plein resplendit malgré son ancienneté, l’endroit où elle l’a trouvé. Elle a passée du temps à le nettoyer de fond en comble pour lui redonner une deuxième jeunesse, tout en essayant de ne pas l’abîmer plus qu’il ne l’est déjà et pour être honnête, Freyja est fière du résultat. Si elle avait eu les mêmes mains dorées que Thémis ou même que sa propre sœur, elle se serait chargé de le « réparé » … mais finalement, la patte et l’oreille en moins ne sont-elles pas la marque de son histoire ? Raconte-moi comment tu l’as trouvé. Et où. » Son ton est presque sans appel et Vaarhal sent à quel point la curiosité a été piquée au vif, l’intérêt soulevée. Elle aime provoquer ce genre d’effet.
Assise au bout de la table, Freyja joint ses mains sur la table, Althéa venant les rejoindre en s’allongeant aux pieds de sa maitresse après avoir bu toute sa gamelle à grandes lapées, assoiffée de leur dernière route. L’œil de la Pikuni brille déjà d’excitation mais aussi de curiosité. S’il y a une chose qu’elle aime autant que la chasse et la traque, c’est bien les légendes et tout ce que l’imagination pourrait s’inventer, s’imaginer, pour combler les vides et les zones d’ombres.

« C’était lors d’une journée pluvieuse aux nuages lourds, il y a une semaine de ça. D’emblée, Freyja pose le contexte, l’ambiance, un sourire malin aux lèvres. Elle aurait pu faire raconteuse d’histoire et de légende si elle n’aimait pas à ce point le caractère brut et naturel de la chasse et de ses vagabondages. C’était l’effervescence au village pour se préparer pour les récoltes du jour en vu de l’hiver qui approche, les Pikunis gardent la tête haute malgré la récente perte d’un de nos chefs. Cette fois son regard s’assombrit et elle ne le joue pas, bien au contraire. Le décès d’Eddard et toute la colère qui a suivit lui pèsent encore sur les épaules. Tout autant que la rancœur d’avoir été ainsi trahi. Comme d'habitude, je suis parti pour une journée de chasse et pour ramener quelques gibiers avec Althéa à mes côtés. Tu me connais, ma curiosité et moi, j’ai voulu m’éloigner un peu du terrain que j’exploitais d’habitude et j’ai pas été déçue. » Son sourire est là, présent, large. Le regard pétillant, Freyja se souvient comme si c’était hier du bond que son cœur a fait lorsqu’elle est tombée sur des vestiges qu’elle n’avait encore jamais vus jusqu’ici. Pourtant, elle aime plus que tout exploiter les environs et ça n’est pas un hasard si elle aime à ce point prendre son temps seule avec son arc et ses flèches pour des journées entières. De cette façon, elle fait d’une pierre deux coups pour explorer tout ce qui lui est encore inconnu. Et bon sang, elle le sait au fond de ses tripes qu’il reste un million de choses à apprendre et à découvrir. Et autant de questions à assouvir. Les débarqués l’aident beaucoup sur ce point là.

« C’est à quelques heures de marches du village, vers l’est. Je me suis légèrement écartée du sentier pour atterrir près de plusieurs vestiges du passé. Je le sais parce que les pancartes étaient délavées, les inscriptions à peine visibles et c’étaient peuplées de choses dont la plupart m’étais inconnu. Arc bandé par précaution, j’ai avancé, exploré et… Thémis, c’était incroyable. Plusieurs sortes de maisons grises effondrées, détruites, pour beaucoup elles n’étaient qu’un tas de poussières opaques. Des toits éclatés, des tuiles parsemées partout au sol avec toute notre mère nature qui avait reprit ses droits, couvrant le peu de bâtisses encore debout, comme si elle cherchait à les couver. C’était presque comme si elle les pardonnait. Elles en oublient le temps, le feu crépitant dans la cheminée, tandis que Freyja poursuit sa courte histoire. C’est là que j’ai trouvé d’autres ruines, dont l’une d’elle où j’ai trouvé ce cheval. J’ai fouillé un bon moment avant de le trouver, en marchant par hasard près de la bâtisse écroulée avec une pancarte effritée que je n’avais jamais vu avant. Il était là, sous une table en métal cabossée. Il y en avait un tas d’autres comme lui sous forme de chiens, d’autres bêtes que je ne connais pas mais ils étaient en trop mauvais état pour que je puisse t’en ramener un deuxième. Disons qu’il est le rescapé de toute sa grande famille. »


(c) DΛNDELION
C'yra Lor-Istad
DATE D'INSCRIPTION : 26/09/2019 PSEUDO/PRENOM : J/CapRaccoon MULTICOMPTES : Maori, Werowa, Lazuli MESSAGES : 144 CELEBRITE : Seo Soojin COPYRIGHT : endlesslove vava, drake signa, capraccoon icons&texts METIER/APTITUDES : marchande, danseuse TRIBU/CAMP : Athna POINTS GAGNES : 56

Once upon a time ▬ Thémis Empty Re: Once upon a time ▬ Thémis

le Dim 22 Déc 2019 - 23:27
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
       
Can you tell me what the stars are holding ? Can you unveil their mysteries for me ? Can you tell me if they have untold stories ? Thémis & Freyja
       

       
Once upon a time

       
Thémis était prête à se laisser emporter. Il n'y avait rien de mieux qu'une bonne histoire, à ses yeux. Elle aimait les histoires, Thémis. Tous les types d'histoires. Du récit d'aventures à la légende traditionnelle, en passant par le conte inventé et qui prenait forme sous ses yeux, tout lui parlait. Son imagination pouvait naître de n'importe quoi, prendre racine n'importe où : d'un mot, d'un son, ne serait-ce que d'une intonation ou d'un accent dans la voix, d'un silence, d'un crépitement du feu qui venait parfaitement ponctuer le suspense, un rien pouvait devenir un tout dans son esprit. Avec le temps, elle avait appris à reconnaître les signes, quelquefois à créer les conditions ou à les orienter mais rien ne valait ce moment où l'imagination la prenait à la gorge, de façon subite et incontrôlée, et avant tout imprévue et intense. Il n'y avait rien de mieux, rien de plus prolifique. Son esprit alors fourmillait d'idées et d'atmosphères, et elle n'avait qu'une envie, se précipiter dans son atelier et créer, créer, créer jusqu'à ne plus avoir de matière, jusqu'à ne plus avoir de verre ou jusqu'à ne plus avoir de souffle. C'était brûlant, c'était bouillonnant dans son crâne, et alors qu'elles s'installaient toutes deux, avant même que l'histoire de Freyja ne commence, Thémis sentit le frisson caractéristique de l'extase du récit qui arrivait, et déjà elle se voyait dans la plaine ou dans la forêt ou au pied de la montagne et dans une grotte ou une clairière entourée d'arbres aux hautes cimes ou dans un champ avec les herbes jusqu'à la taille. Elle n'y connaît rien en culture, ses souvenirs de voyage chez les Pikunis sont vagues et lointains. Et alcoolisés, mais c'est une autre histoire. Une histoire qu'elle raconterait peut-être un jour.

       
Thémis sent qu'elle a besoin de s'occuper les mains, alors elle rend la sculpture à Freyja, le temps de récupérer le lièvre qu'elle a apporté. Son imagination fonctionne toujours mieux quand elle peut s'occuper les mains. Cela la force à rester centrée sur l'histoire, sinon elle se perdrait à des années-lumière et n'écouterait plus rien. Alors Thémis empoigne un couteau, et entreprend avec l'aisance de l'habitude de préparer le dîner. Non loin, Freyja commence son récit. Elle a adopté la posture du récitant, bien droite et mains jointes. Thémis esquisse un sourire, retrouve sur le visage de Freyja l'air avide d'inventivité qu'elle-même doit arborer. "C'était lors d'une journée pluvieuse aux nuages lourds, il y a une semaine de ça. […] Tu me connais, ma curiosité et moi, j'ai voulu m'éloigner un peu du terrain que j'exploitais d'habitude et j'ai pas été déçue." En quelques phrases, Freyja a placé le contexte, et l'imagination de Thémis s'est posée dans la forêt. Elle déambule presque au même rythme que la traqueuse et exploratrice, voit presque Althea renifler et courir devant elle. Son rythme, ses phrases, sa voix, modulent ses pas, ses enjambées, sa marche. Elle avance au rythme de l'histoire, et c'est bon.

       
Elle pourrait passer des heures ainsi, à se perdre dans la forêt de son esprit. Freyja l'entraîne tout doucement, lui fait visiter son monde, leur monde mais à travers ses yeux. Elle peut sentir, entendre, presque toucher le bonheur qu'il y a dans sa voix, à raconter cette histoire qui ne sera que la leur, que l'histoire qu'elles connaîtront toutes les deux de ce cheval brisé, de cette relique puissante. Et le meilleur sera peut-être, quand dans les prochaines rencontres de la Pikuni, quand elles reverront le vestige, elles se rappelleront en riant de cette soirée, un sourire nostalgique aux lèvres, et que Thémis lui montrera peut-être ce qu'elle aura fait, ce que son histoire lui aura inspiré. Mais pour l'instant l'heure est au récit. "C'est à quelques heures de marche du village, vers l'est. Je me suis légèrement écartée du sentier pour atterrir près de plusieurs vestiges du passé. Je le sais parce que les pancartes étaient délavées, les inscriptions à peine visibles et c'étaient peuplées de choses dont la plupart m'étais inconnu. Arc bandé par précaution, j'ai avancé, exploré et… Thémis, c'était incroyable. Plusieurs sortes de maisons grises effondrées, détruites, pour beaucoup elles n'étaient qu'un tas de poussières opaques. Des toits éclatés, des tuiles parsemées partout au sol avec toute notre mère nature qui avait reprit ses droits, couvrant le peu de bâtisses encore debout, comme si elle cherchait à les couver. C'était presque comme si elle les pardonnait. C'est là que j'ai trouvé d'autres ruines, dont l'une d'elle où j'ai trouvé ce cheval. J'ai fouillé un bon moment avant de le trouver, en marchant par hasard près de la bâtisse écroulée avec une pancarte effritée que je n'avais jamais vu avant. Il était là, sous une table en métal cabossée. Il y en avait d'autres comme lui sous forme de chiens, d'autres bêtes que je ne connais pas mais ils étaient en trop mauvais état pour que je puisse t'en ramener un deuxième. Disons qu'il est le rescapé de toute sa grande famille." La mention de son prénom l'a surprise au premier abord, lui a remis les pieds sur Terre, et à vrai dire n'a fait que rendre le reste plus puissant.

       
De l'extérieur on pourrait croire que Thémis n'a rien écouté, tant elle semble concentrée sur son lièvre. Mais quiconque la connaît assez bien, reconnaît cette petite lueur rêveuse dans ses yeux. Ses gestes sont machinaux. Son imagination vagabonde. Thémis n'est pas douée pour dessiner, elle préfère l'abstrait des couleurs dispersées dans le verre ou le jeu des reliefs de la poterie. C'est un univers sombre qui lui est ici dépeint, avec juste quelques taches de clarté ; peut-être quelque chose tout en noir et blanc. Beaucoup de noir, et juste quelques touches ou taches de blanc, quelques morceaux de transparence au milieu des ténèbres, du verre éclatant parmi les ombres. C'est du secret qu'elle aimerait modeler, des ponts et des tunnels et des grottes, un endroit recouvert (et même recouds-vert) alors peut-être y rajouter quelques lignes de vert… oui cela prend forme à présent. Ce serait un plat, parce que Thémis ne perd pas de vue que ce qui se vend le mieux, c'est ce qui est aussi beau que pratique. Alors oui, ce serait un plat, aux bords relevés. Des coins poudrés de vert et de marron, un centre de gris ou de noir avec de nouveau quelques lignes d'un beau vert sombre pailleté d'argent, et quelques puits de transparence au milieu, laissés à la fantaisie du hasard. Ce ne serait pas son plat, leur plat, à Sinead et à elle. Cela aurait pu, elle aurait pu le juxtaposer à côté du cheval, voir y incorporer le cheval, mais cela serait lui fixer une histoire et Thémis s'y refuse. L'histoire de sa découvert n'est qu'un des récits qu'elle peut en tirer. Peut-être tentera-t-elle une expérience avec la sculpture. Demander aux gens ce qu'ils voient quand ils la voient. La jeune femme a fini son lièvre, et à présent elle le met à cuire. Les yeux perdus dans les flammes pendant quelques instants, elle a un fin sourire aux lèvres. Peut-être vendra-t-elle le plat. Ou peut-être le donnera-t-elle à Freyja, pour qu'elle ait elle aussi une trace de cette histoire. "Merci." Sa voix est vibrante d'émotions. "J'aime quand tu me fais le récit de tes aventures." Elle se tait quelques instants, puis se retourne vers son amie, en profite pour se chauffer le dos. "A ton avis, comment les Débarqués réagissent, en voyant les ruines ? Ce sont leurs ancêtres qui ont tout détruit après tout." Question qui lui est venue à l'instant, tandis qu'elle rêvasse encore de ces ruines. Thémis aime bien garder ses idées pour elle, au moins pendant quelques minutes. Le temps de les digérer, de les mûrir, et de s'assurer que ce sont de bonnes idées. Elle n'aime pas se sentir obligée de devoir faire quelque chose parce qu'elle en a parlé. Mais elle est assez sûre d'elle, concernant cette histoire de secret, d'à couvert et de taches dans l'obscurité que Freyja lui a servi sur un plateau. Oh, vraiment, ça lui semble être une bonne idée. "Ton histoire… elle m'inspire un plat. Du sombre, du noir et du marron, quelques lignes de vert, et surtout des espaces sans rien, avec juste le verre. Le verre, le v-e-deux r-e je veux dire. Quelques puits transparents, un peu de clarté dans l'obscurité. Il faudrait le recourber aux extrémités, ce serait plus facile de le soulever, et l'arrondi ça donne… ça me donne l'impression des ruines. A l'envers, mais ça me les rappelle." Elle a un mode de fonctionnement étrange, elle le sait, parfois c'est incompréhensible pour autrui mais tant pis. Elle est clairement passionnée, ses mains ont dessiné dans les airs la forme du plat tandis qu'elle parlait. Thémis aime ces moments où elle est inspirée.
       
(c) crackle bones

       
Invité
Invité
Anonymous

Once upon a time ▬ Thémis Empty Re: Once upon a time ▬ Thémis

le Sam 28 Déc 2019 - 20:50
Once upon a time
Thémis & Freyja


Elle aurait pu encore se perdre des heures dans son histoire, y broder des merveilles, des imaginaires pour embellir un peu plus ses mots et tout cela dans l’unique but de transporter Thémis avec elle. Freyja n’ose imaginer la frustration de son amie de ne pouvoir vagabonder comme elle a pu le faire autrefois… Si elle devait elle aussi se retrouver presque infirme, elle sombrerait dans la folie pure. Freyja ne peut vivre sans ses moments de chasse, de traque, de solitude au milieu des verdures, des champs, des montagnes. La nature lui est bien trop proche, bien trop aimée pour qu’elle ne puisse envisager une seule seconde d’en être presque séparée. La Pikuni prend alors un peu plus conscience de sa chance. Remercie en silence la vie de l’avoir épargner physiquement car bien des fois elle aurait pu se retrouver morte ou estropiée.
Ses mots s’achèvent sur une note joyeuse, mystérieuse et chaude. Freyja garde ce sourire énigmatique en coin, tout en contemplant Thémis dépecer le lapin et en préparer la viande. Son ventre s’émerveille déjà à l’idée de savourer ce repas gagné et offert par Mère Nature.

Elle boit une gorgée d’eau fraîche, Thémis mettant à cuir la viande au-dessus d’un feu dont les teintes la fascine toujours.

« Merci. J’aime quand tu me fais le récit de tes aventures.
- Et je ferais en sorte de toujours t’en raconter. » Ses mots sont sincères, elle n’a aucunement besoin de le préciser. Régulièrement, Freyja se fait une lister de tout ce qu’elle pourra bien conter auprès de son amie, allant jusqu’à s’aventurer plus loin que d’habitude parfois, pour le simple fait de la faire rêver à défaut de pouvoir l’emmener avec elle. Elle compense à sa façon l’impossibilité de Thémis à pouvoir vagabonder à ses côtés.

« A ton avis, comment les Débarqués réagissent, en voyant les ruines ? Ce sont leurs ancêtres qui ont tout détruit après tout. Freyja ne répond pas tout de suite, arque un sourcil et réfléchit. C’est une bonne question, une énième qu’elle devra poser à Murphy. Ton histoire… elle m'inspire un plat. Du sombre, du noir et du marron, quelques lignes de vert, et surtout des espaces sans rien, avec juste le verre. Le verre, le v-e-deux r-e je veux dire. Quelques puits transparents, un peu de clarté dans l'obscurité. Il faudrait le recourber aux extrémités, ce serait plus facile de le soulever, et l'arrondi ça donne… ça me donne l'impression des ruines. A l'envers, mais ça me les rappelle. » La Pikuni sourit en écoutant son amie, les mots qu’elle lui sort qui peuvent parfois paraitre jeter dans le désordre. Ceux qui y voit un vocabulaire bordélique, sans aucun sens, Freyja elle perçoit de jolis ricochés qui la mène vers des idées différentes, une imagination sans limite, sans frontière. Comme le cœur de Thémis qu’elle chérit précieusement. En cette seconde, Vaarhal se dit que Sinead a une chance folle d’avoir cette femme à ses côtés mais que surtout, elle a tout intérêt à chérir l’âme qu’elle a prise pour épouse, au risque de se frotter à la colère froide mais meurtrière de Freyja. Elle n’est peut-être pas aussi sanguinaire que Lubnjia, mais elle n’en est pas moins violente dans la lenteur de sa vengeance.

« J’aime voir que ton imagination n’a jamais de limite. Je n'sais pas comment tu fais. Son sourire s’attendrit alors qu’elle observe toujours Thémis. Pourquoi tu ne te testerais pas à la création de plat ? Vu le talent que certains ont pour faire à manger, ça ressemblerait presque à un art. Encore un où je suis très très loin d’exceller. Freyja rit de sa propre absence de talent à ce sujet. Je te mettrais bien au défi de réaliser un repas pour chacune de mes histoires. » Et pourquoi pas ? La Pikuni est curieuse – encore et toujours – de voir ce que ses mots, ce qu’elle raconte, peut inspirer une âme comme celle de Thémis. D’un geste distrait, elle caresse du bout du doigts son bracelet de cuir que Saoirse lui a offert il y a longtemps. Trop longtemps. Elle n’y pense pas, c’est un réflexe qu’elle a depuis sa disparition, comme si c’était une manière bien à elle de se raccrocher à un trop maigre espoir qu’elle soit en vie quelque part.

« Je ne sais pas comment les Débarqués réagissent face aux ruines de leurs ancêtres… Mais à leur place, je crois que je serais à la fois en colère et déçus. Personne n’a envie de savoir que son propre peuple est responsable d’un carnage comme celui qu’ils ont causés. Elle marque une pause, son regard fixé sur la table en bois avant de revenir vers son amie. Certains de ceux que j’ai rencontrés ont l’air d’avoir honte. D’autres ont l’air de passer complètement au-dessus. J’essaie de ne plus juger, je ne suis pas dans leur tête, mais j’ose espérer qu’ils ont apprit des erreurs de leurs ancêtres comme nous l’avons fait. Les Pikunis, les Athnas et tous les autres peuples ne viennent pas de nulle part… C’est ce qu’elle pense, se dit. Freyja finit par hausser les épaules avant de se mettre debout, arpentant la pièce d’un pas tranquille. Toujours ce besoin constant de bouger, de ne pas rester statique, bien qu’elle soit capable de rester figer des heures entières durant la chasse. En tout cas, je ne laisserai personne gâcher tout ce que l’on a construit. » Freyja a appris à apprécier les Débarqués, petit à petit, grâce à leurs actions bienveillantes. Sans ça, elle serait comme la plupart : Méfiantes, avec ce sentiment d’insécurité. Sa curiosité l’a au moins poussé à connaitre quelques âmes, quelques personnes qui lui sont aujourd’hui presque chères. Comme Maori, comme Murphy. Et d’autres encore.
(c) DΛNDELION


C'yra Lor-Istad
DATE D'INSCRIPTION : 26/09/2019 PSEUDO/PRENOM : J/CapRaccoon MULTICOMPTES : Maori, Werowa, Lazuli MESSAGES : 144 CELEBRITE : Seo Soojin COPYRIGHT : endlesslove vava, drake signa, capraccoon icons&texts METIER/APTITUDES : marchande, danseuse TRIBU/CAMP : Athna POINTS GAGNES : 56

Once upon a time ▬ Thémis Empty Re: Once upon a time ▬ Thémis

le Dim 29 Déc 2019 - 15:05
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
       
Can you tell me what the stars are holding ? Can you unveil their mysteries for me ? Can you tell me if they have untold stories ? Thémis & Freyja
       

       
Once upon a time

       
Thémis ne sait pas si elle a l'âme aventureuse. Il est vrai que la plupart de ses amis sont des voyageurs, des itinérants, ils parcourent les routes. Pour diverses raisons : Sinead pour explorer, TC pour marchander, Freyja pour chasser. Chacun a ses raisons, mais tous marchent, marchent encore et marchent toujours. Ils avalent les kilomètres, les sentiers et les territoires. Leurs yeux voient des dizaines de paysages différents : arbres, plaines, grottes. Ils savent reconnaître les traces ou les baies, ils savent se diriger dans ce monde qui lui est inaccessible. Ils voient des choses merveilleuses : des torrents et des cascades, du sable et de l'océan, des couchers de soleil sur ces paysages. Thémis ne connaît qu'un seul coucher de soleil, celui sur la montagne. Elle le connaît par temps sec, par temps ensoleillé, par temps pluvieux, par temps nuageux, par temps orageux, par temps de tempête, par tous les temps mais elle ne connaît que lui. Alors elle y prête plus attention que d'autres. Elle ne connaît rien d'autre, alors elle se concentre sur lui. La moindre nuance, le moindre détail, elle tente de les apercevoir. Elle tente de les déchiffrer et de les décrypter, elle les analyse… Non, elle ne les analyse pas. Analyser est trop scientifique, trop réaliste. Elle les regarde. Elle tente de les voir. Elle tente de les rendre quelquefois, dans ses œuvres, même si c'est impossible. Freyja est prête à défendre leur mère nature envers et contre tout, et Thémis comprend pourquoi. Ce qu'elle sait, c'est qu'elle n'a jamais vraiment eu l'âme belliqueuse. Mais elle comprend, qu'on puisse vouloir protéger cette nature si splendide. Thémis n'a qu'une vision étroite de cette nature, une vision particulière, mais elle en entrevoit toutes les possibilités et toute la richesse. C'est peut-être pour cela qu'elle prête tant d'attention aux détails, dans son art. Parce qu'elle ne peut pas avoir une vue d'ensemble de la nature.

 
Les limites de sa vision l'amènent à puiser au plus profond de ce qu'elle voit. Elle se nourrit de tout ce qu'on lui dit, même de ce qui peut paraître le plus insignifiant. Ce n'est qu'un cheval, cassé qui plus est, mais Thémis n'a qu'une hâte, c'est de le reprendre entre ses mains, de le triturer et de le regarder sous tous les angles. De le mettre devant le feu, puis sous le soleil, puis près de l'eau, et même dans l'eau pourquoi pas. Puis de le poser sur une étagère, et le redécouvrir dans quelque temps. "Et je ferais en sorte de toujours t'en raconter." C'est comme une promesse, un marché qu'elles concluent tacitement. Thémis sourit, les yeux fixés sur le cheval posé sur la table, branlant et pourtant si solide. Elle l'adore. Freyja l'écoute, sourit, puis lui répond. "J'aime voir que ton imagination n'a jamais de limite. Je n'sais pas comment tu fais. […] Pourquoi tu ne te testerais pas à la création de plat ? Vu le talent que certains ont pour faire à manger, ça ressemblerait presque à un art. Encore un où je suis très très loin d'exceller. […] Je te mettrais bien au défi de réaliser un repas pour chacune de mes histoires." Thémis penche légèrement la tête sur le côté. Elle sent qu'il y a quelque chose d'étrange, dans la conversation. Comme s'il y avait eu un glissement. Comme si elles ne parlaient plus sur le même plan. La jeune femme se dirige, de son pas traînant, vers la table, pour reprendre le petit objet entre ses doigts. Et subitement, alors qu'un rai de soleil vient par hasard frapper le verre, la lumière se fait aussi dans son esprit, et Thémis se mit à rire, doucement. Les mots leur ont joué un sacré tour. "Freyja, je fais des plats en verre. Je voulais dire que ton histoire m'inspirait un plat, en verre, un plat au sens de plat, pas au sens de repas. Je ne suis pas suffisamment douée en cuisine pour créer mes propres recettes." Mais maintenant que Freyja lui a mis l'idée dans le crâne, elle va avoir envie de s'y essayer. Elle va lui falloir du temps, pour y réfléchir, pour se motiver, pour se prendre un moment pour le faire. Maintenant, la prochaine fois que Freyja viendra, elle a envie de lui servir le plat, dans le plat. Le repas, et le couvert. "Un plat comme couvert. Enfin, pas recouvert, mais… tu vois ?" Les mots et elle ne s'entendent toujours pas. C'est une histoire compliquée. Ce qui est sûr, c'est qu'elles riront bien de ce quiproquo, lorsqu'elles ressortiront le cheval dans quelques visites.

 
Thémis le repose une nouvelle fois sur la table, un sourire toujours aux lèvres, puis retourne vers son lièvre et fait tourner la broche. "Je ne sais pas comment les Débarqués réagissent face aux ruines de leurs ancêtres… Mais à leur place, je crois que je serais à la fois en colère et déçus. Personne n'a envie de savoir que son propre peuple est responsable d'un carnage comme celui qu'ils ont causés. […] Certains de ceux que j'ai rencontrés ont l'air d'avoir honte. D'autres ont l'air de passer complètement au-dessus. J'essaie de ne plus juger, je ne suis pas dans leur tête, mais j'ose espérer qu'ils ont apprit des erreurs de leurs ancêtres comme nous l'avons fait. […] En tout cas, je ne laisserai personne gâcher tout ce que l'on a construit." Thémis reprit sa position initiale, dos au feu, à se réchauffer les jambes. Elle croise les bras, cette fois-ci, pose un regard songeur sur Freyja. Les rencontres, aussi, ses rencontres sont limitées. "J'ai rencontré un Débarqué il y a quelque temps. Au pied de la montagne. Il était très… humain." Thémis paraissait naïve, ainsi, surprise, aussi. Elle avait diabolisé les Débarqués, les avait aliénisés parce qu'ils venaient des étoiles et du cosmos. Eux plus que tous avaient eu accès à d'autres mondes, et ils revenaient sur Terre. Ils avaient attendu des centaines d'années avant de revenir sur l'espace qu'ils avaient détruit et abandonné. Rendu invivable, et ils avaient attendu qu'il soit de nouveau vivable avant d'y revenir, au lieu de partir. Quelquefois Thémis se disait qu'ils auraient mieux fait de se trouver une autre planète. Elle était méfiante, comme tous les Athnas, mais son imagination débordante exacerbait sa méfiance. Elle était terrifiée à l'idée que Sinead rencontre certains d'entre eux, parce qu'une part d'elle les voyait encore comme des monstres verts et gluants. C'était irrationnel, elle le savait bien, mais c'était quand même ancré en elle, cette peur. "Est-ce qu'ils ont des légendes ?" Sans grand rapport avec ce qui précédait. Un passage du coq à l'âne comme elle en faisait beaucoup.
       
(c) crackle bones

       
Invité
Invité
Anonymous

Once upon a time ▬ Thémis Empty Re: Once upon a time ▬ Thémis

le Mer 8 Jan 2020 - 19:19
Once upon a time
Thémis & Freyja


« Freyja, je fais des plats en verre. Je voulais dire que ton histoire m'inspirait un plat, en verre, un plat au sens de plat, pas au sens de repas. Je ne suis pas suffisamment douée en cuisine pour créer mes propres recettes. Un plat comme couvert. Enfin, pas recouvert, mais… tu vois ? Freyja bug, s’arrête et grogne dans sa barbe. C’est qu’elle se sentirait presque con là tout de suite de ne pas avoir saisi la nuance. Elle qui est généralement sur la même longueur d’onde que son amie de longue date, se trouve avoir loupée le coche comme une idiote. Bien évidemment qu’elle parle d’un plat en verre, d’autant plus qu’elle lui a précisée et non d’un plat à manger et à partager. Visiblement, elle était bien plus perturbée ou distraite qu’elle ne voudrait l’admettre. La Pikuni agite la main comme pour balayer ses propos précédents.
- Désolée, je suis complètement à côté de mes bottes. Je sais pas pourquoi j’ai été pensé un truc pareil. La marche m’a plus fatiguée que je n’le pensais. » Elle lui offre un sourire d’excuse, ravale la légère honte qui lui étreint le cœur. Ça n’est pas un drame mais elle n’a pas envie que Thémis pense qu’elle ne l’écoute pas. Quoi qu’il en soit, elle ne semble pas lui tenir rigueur alors qu’elle pose le cadeau sur la table pour revenir à leur repas de tout à l’heure. Freyja revient sur la question de Thémis concernant les débarqués en livrant son avis sans détour, comme à chaque fois. La jeune femme sait émettre des réserves – ou en tout cas, se montrer prudente – en fonction de la personne avec qui elle échange, mais avec Thémis, elle sait qu’elle est en confiance. L’arrivée et l’histoire des Débarqués la fascine autant qu’elle peut l’effrayer. Littéralement tombé du ciel comme une étoile s’étant décroché de cette immense masse si mystérieuse, ils ont été vu comme un mauvais présage, une punition ou peut-être un rappel de l’ancien temps, afin de leur remémorer que les erreurs passées ne doivent pas être reproduite. Freyja a mis des mois, voire des années peut-être avant de pouvoir leur faire totalement confiance. Et encore, certains restent sur la brèche à ses yeux.

« J'ai rencontré un Débarqué il y a quelque temps. Au pied de la montagne. Il était très… humain.
- Ah oui ? Freyja n’est pas plus étonnée que ça, mais plutôt curieuse. Est-ce qu’elle le connait ? A quelle occasion l’a-t-elle rencontrée ? Autant de questions qui pour le moment restent sans réponse mais qu’elle se chargera de lui poser. Elle-même en avait rencontré quelques-uns, que ça soit de la première ou de la deuxième vague. Elle pense notamment à Maori, Murphy, et d’autres encore qui lui restent agréablement sur le cœur. Preuves qu’ils ne sont peut-être pas tous et toutes dangereux.
- Est-ce qu’ils ont des légendes ?
- Oui, ils en ont. La réponse lui vient naturellement, simplement. J’échange beaucoup avec une débarquée que j’ai rencontré en partie grâce à Althéa. A la seconde où la chienne entend son nom, cette dernière redresse la tête, cherchant une caresse affectueuse de la part de sa maitresse et qu’elle trouve aussitôt. Nous avons échangé notre savoir sur nos langues communes, mais il lui arrive parfois de me raconter quelques histoires. C’est ce qui rend leur relation particulièrement précieuse aux yeux de Freyja. Elle ne le formule pas, ne se l’avoue peut-être même pas, mais Murphy est particulière à ses yeux. Elle ne lui fait pas aveuglément confiance mais leurs multiples échangent ont forgé quelque chose qu’elle ne peut nier, en plus du respect que cette femme lui inspire. Je t’en raconterais une la prochaine fois, promis. Elle aime faire rêver Thémis autant qu’elle aime passé du temps avec elle. Et ce moment partagée avec son amie lui fait presque oublié la légère amertume de ne pas avoir pu voir sa sœur. Raconte-moi ta rencontre avec ce débarqué. »

(c) DΛNDELION


[/quote]
C'yra Lor-Istad
DATE D'INSCRIPTION : 26/09/2019 PSEUDO/PRENOM : J/CapRaccoon MULTICOMPTES : Maori, Werowa, Lazuli MESSAGES : 144 CELEBRITE : Seo Soojin COPYRIGHT : endlesslove vava, drake signa, capraccoon icons&texts METIER/APTITUDES : marchande, danseuse TRIBU/CAMP : Athna POINTS GAGNES : 56

Once upon a time ▬ Thémis Empty Re: Once upon a time ▬ Thémis

le Jeu 9 Jan 2020 - 22:09
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
       
Can you tell me what the stars are holding ? Can you unveil their mysteries for me ? Can you tell me if they have untold stories ? Thémis & Freyja
       

       
Once upon a time

Personne ne l'aurait cru, mais Thémis aime explorer. Bien sûr, ce n'est pas le même type d'exploration que sa femme, ou que son amie ici présente. Les paysages réels, elle ne les traverse qu'en esprit, et encore elle s'en empêche souvent, car tout reste si flou et si incertain… Thémis aime aussi la précision, alors elle n'aime pas se balader dans des territoires connus de ses proches, de peur qu'ils se rendent compte qu'elle n'a aucune idée de quoi ils lui parlent. Souvent, leurs traversées se traduisent par quelques éclats, par quelques visions, et par une atmosphère surtout. Ces couleurs, si chères à son cœur. Ce sont ces paysages-là, que Thémis préfère explorer. Les paysages qui sont créés de toutes pièces par son esprit, une forêt qu'elle a inventé des racines aux cimes, dans laquelle elle est seule à se promener. Elle n'y emmène jamais personne, ces forêts restent inaccessibles. Elle y a tout créé : les feuilles sont ciselées, l'écorce soigneusement détachée en couches successives de différentes couleurs. Les quelques pierres sont lesquelles elle bute sont d'un gris anthracite magnifique, tachetées de blanc qu'elle voit avec clarté. C'est tout un univers qu'elle se crée, dans lequel elle puise. Pour l'instant elle est focalisée sur ces ruines dont lui a parlé son amie, elle les explore, laisse ses doigts effleurer la pierre érodée, rendue irrégulière par la pluie. Une fine bruine tombe, humidifie ses cheveux, mouille ses épaules. Thémis ne veut pas voir les ruines, en réalité, dans la réalité.

       
Freyja a l'air de s'en vouloir, d'avoir mal compris ce qu'elle voulait dire, cela fit sourire Thémis. "Désolée, je suis complètement à côté de mes bottes. Je sais pas pourquoi j'ai été pensé un truc pareil. La marche m'a plus fatiguée que je n'le pensais.
- Ne t'en fais pas. Je ne suis jamais très claire non plus, les mots m'échappent souvent. En fait, c'était même une bonne idée, un plat comme repas. Qui sait, je serai peut-être inspirée, et la prochaine fois que tu reviendras on mangera ce plat dans… l'autre plat." Même là ce n'était pas franchement très clair. Tant pis. A vrai dire, cette fois-ci l'équivoque l'amuse. Parce qu'elle est avec une amie. Dans d'autres circonstances, avec un client, ç'aurait été bien plus problématique, et elle s'en serait voulue. Angoissée, inquiétée, il lui aurait fallu du temps avant de s'en remettre. Thémis avait malheureusement une très bonne mémoire, surtout en ce qui concernant les moments les plus embarrassants. Enfin, c'est toujours comme ça, elle suppose. Ce sont toujours les pires moments qui restent le plus longtemps ancrés dans la mémoire, non ? "Ah oui ? […] Oui, ils en ont. J'échange beaucoup avec une débarquée que j'ai rencontrée en partie grâce à Althéa. […] Nous avons échangé notre savoir sur nos langues communes, mais il lui arrive parfois de me raconter quelques histoires." Comme Althéa un instant plus tôt, les oreilles de Thémis se dressent. Si elle avait été un chat, elles auraient été totalement pliées vers l'arrière, tendues vers la voix de Freyja qui se rapproche et vient se placer à côté d'elle. Thémis vérifie d'un œil distrait la cuisson de son lièvre. "Je t'en raconterais une la prochaine fois, promis." La jeune femme tourna la tête vers son amie, et lui offrit un grand sourire. Elle n'ajouta rien, son sourire était probablement suffisant, en tout cas assez parlant. Bien sûr, qu'elle veut entendre leurs histoires …!

       
Son imagination fourmille déjà. Le plaisir vient aussi du pari sur l'histoire : à quelle histoire aura-t-elle droit ? A une légende des débarqués, sur la vie d'avant l'espace, un conte hérité de leurs ancêtres ? Au récit de leurs aventures dans le cosmos, à celui de leur arrivée sur Terre ? A une description de leur mode de vie, suspendus dans les airs au milieu des étoiles ? Ou à autre chose, quelque chose de complètement différent ? Elle ne sait pas grand-chose d'eux, après tout. Ils peuvent encore la surprendre, en bien. "Raconte-moi ta rencontre avec ce débarqué." Thémis se retrouve peu dans la position du conteur. Elle est meilleure comme public. La jeune femme se remet à s'activer, retourne dans la partie cuisine près de la table, pour sortir quelques plaques de bois qui leur serviraient d'assiettes et de plat. Elle aime la rudesse du bois brut, un matériau qu'elle ne maîtrise pas et c'est probablement pour ça que la souffleuse de verre l'aime tant. Thémis sortit deux verres en plus, les remplit d'eau, prit le temps de réfléchir avant de répondre. "Il n'y a pas grand-chose à dire. J'ai dû descendre au marché au pied de la montagne pour vendre le surplus de verreries que j'avais. Et… il était là. Il était venu nous remercier, nos guérisseurs l'ont sauvé alors qu'il s'était blessé. Il avait essayé d'escalader la montagne. Il était très intéressé par mes ouvrages … fasciné, presque. Autrement, c'était… très calme." Thémis s'était appuyée sur la table, pensive. Elle revoit le visage du débarqué avec précision, ne sait toujours pas comment elle doit se sentir après cette rencontre pour le moins imprévue. "Désolée, je ne suis pas douée pour les histoires. Pas pour celles qui me sont arrivées, en tout cas. …Tu peux apporter le lièvre." Thémis offrit un sourire un peu dépité à Freyja, elle aurait aimé avoir une anecdote à la hauteur de l'histoire qu'elle lui a raconté. Elle a encore du chemin à faire pour ce faire, cependant. Encore une chose que Thémis se promet d'améliorer.
       
(c) crackle bones

       
Invité
Invité
Anonymous

Once upon a time ▬ Thémis Empty Re: Once upon a time ▬ Thémis

le Dim 16 Fév 2020 - 20:14
Once upon a time
Thémis & Freyja


Voir ce sourire sur ce visage vaut tous les mots du monde. A peine a-t-elle finit de lui dire que la prochaine fois elle lui fera part de tous ce qu’elle pourrait apprendre des débarqués, que des étoiles illumines sont regards sombres. Thémis a cette petite part de candeur qui émeu toujours la blonde au cœur endurci et Freyja ne se lassera probablement jamais de lui raconter milles et une histoires et légendes. Elle aime lui faire imaginer, la transporter et la faire voyager d’une autre façon maintenant qu’elle ne peut plus vagabonder avec elles au travers les montagnes et les plaines. Elles ont désormais leur propre petit rituel, comme un lien précieux qu’elles partagent pudiquement, sans vraiment en faire profiter qui que ce soit d’autres.

Maintenant, c’est Thémis qu’elle veut écouter, elle veut entendre cette histoire sur ce débarqué. Elle ne peut pas se mentir, il y a aussi une pointe d’inquiétude. Ca n’est pas parce qu’elle fait confiance à beaucoup d’entres eux, que c’est le cas pour la totalité de ce peuple tombé du ciel. Ils ont bien évidemment fait leur preuve, ont montré à quel point ils étaient prêts à vouloir les aider eux, le peuple de la terre, les survivants. Seulement, Freyja sait à quel point tout panier comporte ses pommes pourries… Les débarqués ne font bien évidemment pas exception. La pikuni réceptionne sa plaque de bois qu’elle installe devant elle, son regard tourné vers son amie.

« Il n'y a pas grand-chose à dire. J'ai dû descendre au marché au pied de la montagne pour vendre le surplus de verreries que j'avais. Et… il était là. Il était venu nous remercier, nos guérisseurs l'ont sauvé alors qu'il s'était blessé. Il avait essayé d'escalader la montagne. Il était très intéressé par mes ouvrages … fasciné, presque. Autrement, c'était… très calme.
- Hm. D’accord. Elle ne saurait dire pourquoi mais Thémis semble… légèrement perturbée par cette rencontre. Ou tout cas, pas totalement insensible. Quelque chose lui titille l’esprit, à moins que ça ne soit Freyja qui ne se fasse de fausses idées.
- Désolée, je ne suis pas douée pour les histoires. Pas pour celles qui me sont arrivées, en tout cas. …Tu peux apporter le lièvre. La pikuni hausse les épaules en signe de protestation et se lève pour lui ramener le lièvre qui leur serviront de repas à toutes les deux ce soir.
- Tu sais très bien raconter, mais tu me donnes l’impression que ce débarqué t’a marqué. Tiens. Elle lui tend l’animal et s’adosse à la table, bras croisés sur la poitrine. Ce que je comprendrais, ils ne sont pas légions à venir frapper à nos portes du jour au lendemain. Tout du moins, tout dépend des circonstances, même si aujourd’hui ils cohabitent bien plus qu’ils ne le faisaient avant. Cela n’empêche pas cette part de méfiance. Tu veux que j’prépare des pommes de terre avec ? » Elle propose son aide, de quoi accompagner cette viande pour qu’elles soient toutes les deux repus jusqu’au lendemain.

« Je pense rester ici deux ou trois jours, j’irai chasser pour votre village pendant ce temps-là. Elle la contemple, d’un coup d’œil espiègle avant de poursuivre. Et si tu as quelques heures par jours à m’accorder sans que Sinead ne veuille m’étriper de te voler à elle, je t’ai réservé quelques histoires pour chaque jours. » Non, elle n’est jamais tari de légendes, d’aventures à conter. Pas lorsqu’il s’agit d’illuminer le visage de Thémis.

HRP:
Désolée mille fois du retard Once upon a time ▬ Thémis 480477335 Once upon a time ▬ Thémis 2408540085 Et je ne sais pas ce que tu en penses, mais peut-être que l'on pourrait partir sur une clôture ? Sauf si tu veux que l'on exploite encore un peu ! Tiens moi au jus Once upon a time ▬ Thémis 620182214
(c) DΛNDELION


C'yra Lor-Istad
DATE D'INSCRIPTION : 26/09/2019 PSEUDO/PRENOM : J/CapRaccoon MULTICOMPTES : Maori, Werowa, Lazuli MESSAGES : 144 CELEBRITE : Seo Soojin COPYRIGHT : endlesslove vava, drake signa, capraccoon icons&texts METIER/APTITUDES : marchande, danseuse TRIBU/CAMP : Athna POINTS GAGNES : 56

Once upon a time ▬ Thémis Empty Re: Once upon a time ▬ Thémis

le Dim 1 Mar 2020 - 14:24
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
       
Can you tell me what the stars are holding ? Can you unveil their mysteries for me ? Can you tell me if they have untold stories ? Thémis & Freyja
       

       
Once upon a time

Slip of the tongue. C'est la meilleure expression pour désigner ce qui se passe quand Thémis essaie de raconter une histoire, ou quelquefois, juste de parler. Les mots lui échappent, prennent une autre tournure, Thémis s'inquiète probablement trop. A force de trop vouloir être claire, elle obscurcit tout, pas vrai ? Elle opacifie ce qu'elle veut réellement dire, à force d'épanorthoses elle perd son interlocuteur… Il lui faudrait prendre des cours, ou juste prendre confiance en elle, mais elle n'a pas envie. Aussi difficile cela soit-il pour elle, Thémis se demande si elle n'aime pas ça, en réalité. Un peu comme une marque de fabrique. De temps en temps elle se dit qu'elle devrait en mettre une sur ses œuvres, mais ne sait jamais que faire. Il faudrait qu'elle demande à Nuna de lui faire une sorte de sceau ou de tampon qu'elle puisse appliquer sur le verre encore chaud, mais ne sait pas ce qu'elle pourrait y apposer, comme marque. Quel dessin la représenterait le mieux ? Quelle figure la dévoilerait comme la créatrice de cette œuvre ? Comment faire, pour se faire reconnaître, sans simplement marquer son nom ? Thémis aime conserver une part d'anonymat dans ses œuvres, que chacun puisse se les approprier. Mais elle a peur qu'on lui vole son art.

       
La jeune femme sort de ses pensées lorsque Freyja bouge, rapporte l'animal tandis qu'elle-même saisit un couteau pour le séparer en morceaux. "Tu sais très bien raconter, mais tu me donnes l'impression que ce débarqué t'a marqué. Tiens. […] Ce que je comprendrais, ils ne sont pas légions à venir frapper à nos portes du jour au lendemain. […] Tu veux que j'prépare des pommes de terre avec ?" Un sourire mélancolique est né sur les lèvres de Thémis, tandis qu'elle écoute son amie réagir. En silence, elle se met à découper leur repas et à servir les morceaux, ressasse sa rencontre avec Wyatt, le débarqué d'ailleurs. "Je t'en prie, fais des pommes de terre. Tu sais où elles sont." Son sourire franc est revenu, elle tirerait presque la langue à Freyja si c'était dans ses habitudes. Thémis adore les pommes de terre, c'est une passion dévorante qu'elle ne s'explique pas mais qui est bien là. Il est très rare qu'elle dise non à des pommes de terre. Il est presque certain que ce fameux plat Freyja comprendra des pommes de terre. Persillées, si elle arrive à acheter la plante aromatique au prochain marché. Ses pensées voltigent, vagabondent, reviennent au débarqué vagabond arrivé au pied des montagnes. Elle ne cesse de revenir à lui, ces derniers temps, réellement bouleversée par cette rencontre. "C'est vrai. Il m'a marqué. Je n'en avais jamais rencontré avant, et on a entendu tellement d'histoires sur eux… Je ne m'attendais pas à ce qu'il soit si… Comme moi."

       
Thémis a fini de découper son lièvre, elle regarde Freyja s'occuper des pommes de terre puis prend le parti de s'asseoir à sa place. Sa jambe commence à la lancer un peu, ça a été une grosse journée. La jeune femme étend sa jambe avec un soupir d'aise, mouvement instinctif, réconfort physique et moral. "Je pense rester ici deux ou trois jours, j'irai chasser pour votre village pendant ce temps-là. […] Et si tu as quelques heures par jours à m'accorder sans que Sinead ne veuille m'étriper de te voler à elle, je t'ai réservé quelques histoires pour chaque jours." Le sourire franc, le sourire fou d'histoires de Thémis est revenu encore une fois, presque omniprésent sur ses traits en présence de Freyja. "Sinead est partie pour quelques jours, si ça se trouve tu la croiseras dans la forêt. Et tu sais que tu es toujours la bienvenue à l'atelier ou à la maison, je serais toujours ravie de t'écouter ! Alors… quand tu veux !" Comme toujours lorsqu'on évoque sa femme, le cœur de Thémis fond. Ajoutez-y Freyja et ses histoires, et c'est une véritable guimauve.
      
(c) crackle bones

       

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] on peut en effet partir sur une clôture si tu le souhaites  Once upon a time ▬ Thémis 171928021 toutes les bonnes choses ont une fin  Once upon a time ▬ Thémis 665777697
Astrid Helgusson
DATE D'INSCRIPTION : 28/07/2015 PSEUDO/PRENOM : avengedinchains MULTICOMPTES : Milo, Meeka, Yana, Elias & Richard MESSAGES : 1695 CELEBRITE : Karen Gillan COPYRIGHT : signa by beylin METIER/APTITUDES : Mercenaire et voleuse TRIBU/CAMP : Rahjak. Sa famille est Iskaar mais elle ne le sait pas encore. POINTS GAGNES : 40
En ligne
Admin

Once upon a time ▬ Thémis Empty Re: Once upon a time ▬ Thémis

le Ven 26 Juin 2020 - 10:46
Ce sujet est archivé car sans réponse depuis 3 mois.
Si vous voulez le récupérez, n'hésitez pas à me mp Once upon a time ▬ Thémis 484338566
Contenu sponsorisé

Once upon a time ▬ Thémis Empty Re: Once upon a time ▬ Thémis

Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum