Aller en bas
† Hell Ain't Civilized †
Ozvan Hickok-Cannary
DATE D'INSCRIPTION : 27/05/2015 PSEUDO/PRENOM : I MULTICOMPTES : My Boy D'Arbanville & Hyacinthe & Dix & Elouan & Tam-Tam MESSAGES : 4887 CELEBRITE : Anson Mount COPYRIGHT : AVENGEDINCHAINS & Brimbelle & Pivette METIER/APTITUDES : Eclaireur & Orientation & Combat TRIBU : Rahjak POINTS GAGNES : 47

Kiss The Dirt ( ☼ Werowa ) Empty Kiss The Dirt ( ☼ Werowa )

le Dim 3 Nov 2019 - 19:00

Werowa & Ozvan @BackFromThePast


Les portes de la cité franchies, un soupir inaudible souleva sa poitrine tandis qu'il se félicitait de l'indifférence des gardes à son égard. Ozvan laissa déambuler son étalon dans les rues alors qu'il profitait des rayons du soleil qui jouaient sur sa peau. Certains auraient dit son cuir, mais ça, c'était un autre sujet. Il aimait plus que tout vagabonder dans l'immense forêt, ou se rendre dans les montagnes, mais le picotement de la fraicheur qui s'annonçait à nouveau, lui rappelait combien il avait traversé un peu plus durement les derniers hivers.

La présence de Ahn lui manquait, lui raconter des histoires et la voir grandir lui insufflait toujours une énergie lumineuse. Et cette absence inquiétante lui mordait au ventre, rappelant à cet homme qu'il n'aurait aucune descendance. Enfin ça valait mieux comme ça. Il ne s'imaginait pas vraiment vivre vingt-ans de plus pour élever un nouveau-né. Et puis son retour, plus rapide, ne tournait pas du tout autour de ce problème. Sans guider Emzelt, celui-ci venait de prendre par habitude la route si connue de leur maison. Celle dont il avait pris le temps de refaire les avaries pendant tout l'été. Ce qui lui valut la colère De Gen.  @Gen Deng

Après avoir conduit son Appaloosa dans les écuries, il se laisserait bien aller à sommeiller toute une journée en buvant les restes des bouteilles abandonnées sur la table à son dernier passage. Néanmoins il ne voulait pas tarder avant de rencontrer les mercenaires à qui il doit rendre des comptes. Et des bons cette fois. Car il devenait de plus en plus nécessaire d'éloigner de sa personne les éventuels soupçons qui régnaient à son propos.

Alors les mains dans les poches il s'en va vers la place commerçante en sifflotant. Dans les visages qu'il croisait, il ne reconnaissait plus grand monde. Pendant des années il suivait avec attention l'évolution de plusieurs protégés. Mais depuis la mort du dernier il se désintéressait à prendre à nouveau un jeune sous son aile. Ils ne lui survivaient pas, et la souffrance provoquée par ces pertes, quelques années plutôt, le conduisit presque à la folie. Ozvan se refusait de retenter cette expérience, encore maintenant il entendait des voix invisibles lui souffler à l'oreille, des voix rageuses et vengeresses. Il n'ignorait pas que depuis son enfance son esprit menaçait de basculer vers des terres obscures, alors voltigeait sur le fil du rasoir très régulièrement. Ce qui expliquait sa vie a la fois vagabonde et dissolue.

La porte de la taverne poussée, s'exhalèrent aussitôt une odeur de vinasse mélangée à de la sueur rance, au fond de laquelle surnageait une flagrance indescriptible qui vous agressait les narines. Au premier abord on avait envie de reculer mais, enfin un freluquet, car un homme d'âge avancé ne se laissait plus impressionné par ça. Oh on se pinçait bien un peu le nez, on se sentait incommodé quelques minutes jusqu'à ce qu'on choisisse la place qui convenait. On adressait un signe ou l'autre, parfois on se faisait happer par une main qui vous entrainait à ses côtés dans la débauche. On chassait une mouche envahissante qui tentait de se poser sur votre visage, puis enfin on commandait une bonne pinte dans l'idée de se la couler douce.

Ainsi balayait-il la foule qui produisait un brouhaha indescriptible pour découvrir un de ces mercenaires qui l'attendaient au tournant. Le dos appuyé sur un mur, il descendit rapidement son premier verre, en demanda une seconde puis un truc à grailler. Son estomac le démangeait et il ne pouvait que constater que ceux qui lui cherchaient misère se baladaient en dehors pour le moment. Ça lui laissait quelques instants de répit...

@Werowa Sundagger Kiss The Dirt ( ☼ Werowa ) 2168012011 Kiss The Dirt ( ☼ Werowa ) 171928021 Kiss The Dirt ( ☼ Werowa ) 171928021
Werowa Sundagger
DATE D'INSCRIPTION : 03/08/2019 PSEUDO/PRENOM : CapRaccoon MULTICOMPTES : Maori K. Ho'oname, Thémis Gyllenstierna MESSAGES : 160 CELEBRITE : Sofia Boutella COPYRIGHT : Lux Aeterna avatar, Dark Paradize signa METIER/APTITUDES : Garde ¤ mercenaire déchue, ancienne esclave gladiateur ¤ combat TRIBU : Rahjak POINTS GAGNES : 253

Kiss The Dirt ( ☼ Werowa ) Empty Re: Kiss The Dirt ( ☼ Werowa )

le Dim 10 Nov 2019 - 15:18
 
   
Dancing in the Wind, Running with the Sun. I've Spent my time Burning, Hoping it'll never End. Werowa & Ozvan
   

   
Kiss the Dirt

   
Werowa aurait préféré faire face à une vision plus réjouissante. Mais celle-ci, cette vision à laquelle elle faisait face, était d'horreur. Surtout pour ses tripes. Un placard vide. Un ventre affamé. Plus les jours avançaient, plus elle pensait vraiment à acheter un esclave. Au moins, elle n'aurait plus à se préoccuper de ce genre de choses. Bien entendu, ses préoccupations actuelles, notamment aller acheter de quoi manger, seraient remplacées par d'autres, mais au moins elle aurait le ventre plein. C'était bien la seule chose qui comptait à l'instant présent. Après une journée passée à courir sur les toits, elle aurait aimé se poser, délasser ses muscles et se remplir le ventre. Impossible, impossible, impossible. Cela l'agaçait. Elle irait le lendemain faire ses emplettes. Cela l'agaçait. Elle pourrait faire tellement de choses, sans ces considérations si triviales. Libérée de la faim, de la soif, elle se libérerait tellement de temps… ! Non pas qu'elle saurait comment l'user. Il était rare qu'elle souhaite se poser, se délasser. Autrement, elle tournait vite en rond. Mais ce soir, elle aurait bien aimé être seule avec ses pensées. Plonger, replonger, se laisser emporter. Pour une fois qu'elle en avait envie, elle n'allait pas pouvoir le faire. Cela l'agaçait.
   
La guerrière soupira en refermant sa porte derrière elle. Les ruelles étaient encore animées, de plus en plus emplies de rires et de monde lorsqu'elle s'approchait du centre de la ville. Au fur et à mesure des auberges, les portes s'ouvraient et se refermaient, les feux perçaient sous les portes, dans le jour. Il y avait des éclats de voix, et Werowa se faufilait entre les personnes qui discutaient et poussaient les battants. Elle n'avait pas spécialement d'auberge en tête. Elle avait juste faim. Mais ses pas choisirent pour elle, la dirigèrent vers une façade qu'elle connaissait bien. Une façade derrière laquelle se cachaient des mercenaires et des mercenaires. C'était un peu un repère, leur repaire, son repaire avant qu'elle ne soit déchue. Elle y était revenue, de temps en temps, poussée par la faim, par une vague nostalgie passagère. Elle savait ce qu'elle trouverait derrière. Elle savait qu'elle pouvait y être embêtée. Qu'elle pouvait y être moquée. Regardée de travers. Méprisée. Elle savait qu'elle pouvait y trouver de quoi monter une bagarre, et ça ne la dérangeait pas. Elle se sentait prête à prendre le risque, ce soir. Elle avait faim. Cela l'agaçait. Croquer quelques inconscients au passage ne la dérangeait absolument pas.
   
Werowa poussa alors la porte, fut frappée par les effluves de chaleur d'alcool et de nourriture. Personne ne lui prêta attention à son entrée, ce qui était tant mieux. Il restait peu de places, mais la pièce n'était pas bondée. L'idéal. Ses yeux parcoururent la salle. Peu de visages connus, aucun proche. L'idéal. Jusqu'à ce que ses yeux noirs accrochent un dos qui, lui, était bien connu. Un bref mouvement de profil, tandis que l'homme passait commande. Ce profil, elle le connaissait bien aussi. Des mois passés à chevaucher à ses côtés, ça forgeait des souvenirs, une mémoire, un sentiment de certitude en l'apercevant. Werowa haussa les épaules, et se dirigea vers Ozvan, vint s'installer tranquillement en face de lui. Elle passa également commande, puis porta son regard inexpressif sur l'homme. Il avait été une espèce de mentor à ses débuts en tant qu'éclaireuse. A lui enseigner les chemins les plus sûrs hors de la ville, à lui apprendre à lire le désert. En tant que fille de vignerons, Werowa n'avait guère eu l'opportunité de voyager. Elle savait prévoir une tempête, c'était presque inscrit dans ses gènes. Mais les milliards d'autres signes et d'autres dangers du désert, Ozvan avait participé à les lui apprendre. "Ozvan. Ca fait un bail." Elle est juste un peu curieuse de savoir s'il sait ce qui lui est arrivé, s'il a suivi un peu son parcours. Elle s'en fiche qu'il veuille la voir ou pas. Elle a faim. Cela l'agaçait.
(c) crackle bones

   
† Hell Ain't Civilized †
Ozvan Hickok-Cannary
DATE D'INSCRIPTION : 27/05/2015 PSEUDO/PRENOM : I MULTICOMPTES : My Boy D'Arbanville & Hyacinthe & Dix & Elouan & Tam-Tam MESSAGES : 4887 CELEBRITE : Anson Mount COPYRIGHT : AVENGEDINCHAINS & Brimbelle & Pivette METIER/APTITUDES : Eclaireur & Orientation & Combat TRIBU : Rahjak POINTS GAGNES : 47

Kiss The Dirt ( ☼ Werowa ) Empty Re: Kiss The Dirt ( ☼ Werowa )

le Mar 24 Déc 2019 - 19:35

Werowa & Ozvan @BackFromThePast


Concentré sur un moucheron qui tournicotait autour de son verre dans l'espoir de s'y vautrer, l'éclaireur ne portait pas attention à ce qui se tramait autour de lui. Rassuré par son premier tour de piste du regard, il s'offrait le luxe de se détendre. Comme s'il revenait à l'époque où il ne tentait pas de lire ce qui se cachait derrière un visage avenant. Alors il ne la remarqua pas tout de suite, ou il n'eut simplement pas envie ... Ce fut quand elle s'adressa à Ozvan qu'il releva la tête et posa ses pupilles sur elle. Oh une rescapée ...

A dire vrai, il n'imaginait même pas que cette terre porta encore ses pas. Sans doute qu'il avait fait son deuil un peu trop en avance. Ou alors pour se prémunir d'une nouvelle trop mortelle pour qu'il accepta de l'encaisser encore une fois « T'es vivante ? J'ai entendu dire que tu étais morte » Ce qui se résumait à un pur mensonge, mais il ne désirait pas évoquer ses troubles, ses doutes, ses folies intérieures. Le vagabond il n'exprimait jamais vivement ses émotions, que dans de très rares occasions, avec des personnes bien particulières. Ses pupilles brillèrent un peu plus que de coutume, mais ce fut tout « T'as fait un truc à quelqu'un pour qu'on fasse courir de telles rumeurs ? » La questionna-t-il, histoire de se remettre de la surprise.

Maintenant que son intérêt avait été interpellé, ses yeux se déplaçaient vers la porte à chaque nouvelle entrée afin de vérifier s'il devait s'attendre à une accusation ou non « Et bien pour fêter une telle résurrection je t'offre quelque chose » Il n'exprimait pas de joie de la revoir, bien qu'il en éprouvât, mais il détestait se répandre en émotions, ce qui rendait parfois ses relations très compliquées, en particulier celle avec Gen @Gen Deng. Non sa façon à lui était de les nourrir avec des petits gestes ou des attentions, avec cet air de ne pas y toucher.

A présent il la détaillait un peu plus, il se le permettait, elle ne lui apparaissait pas très réjouit, un peu comme si une ombre assombrissait ses pensées. Mais il n'irait pas fouiller dedans, Ozvan ne supportait pas quand on l'interrogeait ou qu'on s'obstinait à découvrir des faits qu'il préférait taire. Alors il n'infligeait pas cela aux autres, à moins que ce fut nécessaire pour son travail, mais ça ne gonflait jamais son cœur de joie « Et sinon ou est-ce que tu étais passée ? Bon c'est certain je ne suis jamais beaucoup chez moi ... Mais si t'as besoin tu peux laisser un mot » Néanmoins il ne se souvenait plus vraiment si elle savait écrire ou non ... Il effaçait tant de gens de ses souvenirs afin qu'aucun détail ne le tourmente plus encore que les voix qui le suivaient partout.

Soudain il reconnut un de ceux qui attendaient des comptes de sa part, un mercenaire accompagnée d'une belle. Visiblement il ne souhaitait pas converser avec Ozvan tout de suite, car juste après l'avoir vu, il lui fit un signe qui signifiait très clairement "Plus tard". A la fois ça le soulageait, tout en le retardant un peu plus sur le chemin de son retour. Ainsi il laissa échapper un soupir agacé qui ne s'adressait absolument pas à Werowa « T'es toujours mercenaire ? » Questionna-t-il en dirigeant à nouveau son intérêt vers la jeune femme.

En tout cas si elle avait continué sur cette voie, elle ne s'adressait jamais à lui, ce qui ne le vexait absolument pas - il en fallait beaucoup plus -, mais l'étonnait bien un peu. Après chacun manifestait ses préférences, et tant mieux. Il appela l'aubergiste pour que celui-ci remplit à nouveau son verre, il avait bien l'idée de se saouler pour que le matin ne lui parut pas trop long avant de pointer son nez. Évidement c'était moins drôle sans quelques compagnons de beuverie, mais si la revenante se joignait à lui, ça s'avérerait déjà une bonne aubaine ...  


@Werowa Sundagger  Kiss The Dirt ( ☼ Werowa ) 2168012011 Kiss The Dirt ( ☼ Werowa ) 171928021 Kiss The Dirt ( ☼ Werowa ) 171928021 Joyeux Noël à toi ( Et ta réponse était parfaite  Kiss The Dirt ( ☼ Werowa ) 171928021 )

Kiss The Dirt ( ☼ Werowa ) 10
Werowa Sundagger
DATE D'INSCRIPTION : 03/08/2019 PSEUDO/PRENOM : CapRaccoon MULTICOMPTES : Maori K. Ho'oname, Thémis Gyllenstierna MESSAGES : 160 CELEBRITE : Sofia Boutella COPYRIGHT : Lux Aeterna avatar, Dark Paradize signa METIER/APTITUDES : Garde ¤ mercenaire déchue, ancienne esclave gladiateur ¤ combat TRIBU : Rahjak POINTS GAGNES : 253

Kiss The Dirt ( ☼ Werowa ) Empty Re: Kiss The Dirt ( ☼ Werowa )

le Mer 25 Déc 2019 - 15:44
 
   
Dancing in the Wind, Running with the Sun. I've Spent my time Burning, Hoping it'll never End. Werowa & Ozvan
   

   
Kiss the Dirt

   
Werowa n'avait pas pour habitude de renouer avec des figures du passé. Elle ne cherchait pas à les retrouver, et elles ne voulaient rien avoir à faire avec une honte telle que Werowa Sundagger. C'était tant mieux. De cette façon, sa vie était cloisonnée. Deux ans que ça se passait ainsi, il y avait peu de chances que ça durerait, mais Werowa profitait du calme que cela lui procurait pour l'instant. Revoir Ozvan, c'était déjà un premier coup de hache qui abattrait les cloisons, elle le savait bien, mais Ozvan n'était pas la pire rencontre à faire, niveau passé. Niveau présent non plus d'ailleurs. Werowa s'installa en face de lui, le salua, attendit qu'il lève les yeux de son verre, tandis qu'on venait lui déposer sa commande. La guerrière saisit aussitôt son verre, en avala une gorgée, puis se mit à piocher dans son plat. Elle était avant tout venue pour manger, son ventre ne l'oubliait pas, alors elle mangeait. En face d'elle, Ozvan leva les yeux vers elle, la reconnut, et une pointe de surprise passa dans ses prunelles. "T'es vivante ? J'ai entendu dire que tu étais morte." Alors il ne savait rien de ce qui lui était arrivé. En même temps, deux coups d'éclat, un neuf ans plus tôt, le second il y a deux ans, et entre les deux le néant, ce n'était pas étonnant qu'il n'ait pas suivi son actualité. S'il était dehors… Et elle lui cherchait des excuses, clairement. Elle aimait bien Ozvan. Elle était un peu piquée qu'il ne se soit pas préoccupé de son cas, qu'il n'ait pas essayé de savoir ce qu'elle devenait. Il aurait peut-être été déçu. "T'as fait un truc à quelqu'un pour qu'on fasse courir de telles rumeurs ? […] Et bien pour fêter une telle résurrection je t'offre quelque chose." Cette fois-ci, un sourire amer se dessine brièvement sur les lèvres de la garde, qu'elle cache entre deux coups de fourchette.

   
Et les questions se poursuivent, s'enchaînent les unes après les autres : "Et sinon ou est-ce que tu étais passée ? Bon c'est certain je ne suis jamais beaucoup chez moi… Mais si t'as besoin tu peux laisser un mot.", "T'es toujours mercenaire ?" Un tas de questions, mais si d'ordinaire cela la dérange, aujourd'hui ce n'est pas le cas. Werowa continue d'observer Ozvan, tranquille, elle voit ses yeux partir droit vers la porte à chaque fois que cette dernière s'ouvre, elle a l'impression qu'il est sur les crans, prêt à disparaître dès que ça ne lui plaît pas. Ils se jaugent, l'un et l'autre, se rendent compte qu'ils ont changé. Werowa, ça lui fait un choc. Elle sait, qu'elle a changé, mais elle n'a eu personne en face pour le lui prouver. La garde enfourna une nouvelle bouchée de son dîner, avala une nouvelle gorgée de sa boisson, puis entreprit de répondre. Méthodiquement : une question après l'autre, une réponse après l'autre. "Je suis en vie, comme tu peux le voir. Et oui, j'ai énervé quelqu'un. Le roi Arkhip." Elle fait tourner son verre entre ses doigts pendant quelques instants, plongée dans le passé, puis se décide à reprendre, à s'expliquer un peu plus. S'expliquer. Non, juste expliquer. Elle n'aimait pas l'idée de pardon qu'il y avait dans le pronominal. Elle se décide à reprendre, à expliquer un peu plus : "Une mission qui a mal tourné, avec mon frère. Il l'a décapité, m'a envoyée dans l'arène. Et ça répond à ton où étais-tu passée." Une pointe de malice, elle se laisse aller. Werowa reprend son repas, tandis qu'Ozvan commande à nouveau à boire. Il a l'intention de se saouler, elle en est presque sûre. Quelque chose dans les gestes, quelque chose dans le regard. L'expérience d'avoir elle aussi fait ces gestes, eu ce regard, aussi, même si ça remonte à loin. Le temps écoulé la frappe en plein cœur encore une fois, alors elle fait la conversation pour échapper au vertige que cela produit : "Je suis garde maintenant. Depuis deux ans." Elle sait que cela peut jeter un froid, les gardes ne sont pas très bien vus, en et hors de leur rôle. Comme si une parcelle d'eux restait toujours garde, toujours à l'affût de la moindre incartade, du moindre écart au règlement de la cité. C'est d'autant plus vrai avec Werowa. Et elle sait parfaitement, aussi, que les gardes sont parfois les premiers à ne plus respecter le règlement, une fois leur devoir du jour accompli. "Tu es toujours sur les routes alors… ça marche bien ?" C'était bizarre, de parler de tout et de rien, étrange, de demander des nouvelles. Elle était maladroite, plus habituée à ce genre d'exercice. Et c'était encore plus bizarre, de ne pas chercher la petite bête, le petit silence et la petite hésitation qui lui en diraient plus. C'était de la conversation gratuite, ce soir, et Werowa n'y excellait pas. Mais elle devait avouer que ça détendait, et que ça faisait du bien, de se détendre. "Je ne sais pas comment tu fais pour aller dans la forêt." Son aversion pour la forêt ne datait pas d'hier. Une pensée honnête. Werowa serait-elle en train de s'ouvrir ?

(c) crackle bones

   

@Ozvan Hickok-Cannary JOYEUX NOËL !!!  Kiss The Dirt ( ☼ Werowa ) 3512498193 Kiss The Dirt ( ☼ Werowa ) 2499070051 Kiss The Dirt ( ☼ Werowa ) 2849888791 Kiss The Dirt ( ☼ Werowa ) 2849888791
Contenu sponsorisé

Kiss The Dirt ( ☼ Werowa ) Empty Re: Kiss The Dirt ( ☼ Werowa )

Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum