Aller en bas
Thémis Gyllenstierna
DATE D'INSCRIPTION : 26/09/2019 PSEUDO/PRENOM : J/CapRaccoon MULTICOMPTES : Maori K. Ho'oname, Werowa Sundagger MESSAGES : 81 CELEBRITE : Lulu Antariksa COPYRIGHT : Mellowness avatar, Dark Paradize signa METIER/APTITUDES : Souffleuse de verre TRIBU : Athna POINTS GAGNES : 112

Au pied de la montagne ~ ft. Wyatt Empty Au pied de la montagne ~ ft. Wyatt

le Dim 27 Oct 2019 - 11:07
 
   
Fiery mountain beneath the moon The words unspoken, we'll be there soon For home a song that echoes on And all who find us we'll know the tune… Thémis & Wyatt
   

   
Au pied de la montagne

   
Thémis avait appréhendé ce moment depuis plusieurs jours, et ne s'était pas trompée dans ses prévisions. C'était atroce. Violent, et douloureux. Et pas que violent, lent, aussi. C'était peut-être le pire. Devoir prendre son temps, pour ne pas se faire plus de mal, et donc faire durer la douleur. Et dire que la descente était la partie la plus facile de la journée. C'était une catabase, véritablement, une descente aux enfers. Littéralement ? plus ou moins. Elle ne descendait qu'au pied de la montagne, chose qu'elle aurait dû avoir l'habitude de faire, chose qu'elle avait eu l'habitude de faire, fut un temps. Un temps révolu, depuis bien des années. Et pourtant, elle s'astreignait à la renouveler, de temps en temps, cette catabase. Elle n'avait pas le choix : quand elle avait trop de verreries, qui ne trouvaient preneurs dans la montagne, il lui fallait les descendre et les vendre aux Pikunis, ex-Calusas, Iskaars, ou encore rare Débarqués qui venaient visiter le marché au pied de leurs monts. Une espèce de foire, un habitat plus ou moins précaire, plus ou moins pérenne. Thémis se débrouillait toujours pour descendre, mais entre ses verreries fragiles et son pied bot, c'était une épreuve à chaque fois. Elle prenait toujours des jours de congé, après. C'était une bonne excuse pour quelques repos.
  
De temps en temps, quand elle le pouvait, elle demandait à Sinead de l'aider à descendre ses œuvres, mais Sinead était partie en mission, alors aujourd'hui c'était tout pour sa pomme ! Thémis était quand même fière ; enfin, le serait une fois son calvaire du matin achevé. Elle avait préparé la veille, emballé ce qu'elle souhaitait vendre. Elle s'était levée avant l'aube, avait prévu une durée longue de descente. Et elle était pile dans les temps. Il y avait encore peu de monde, qui se baladait entre les étals. Pour l'instant, la majorité de la population de la foire, était composée des artisans de la montagne qui descendaient et mettaient en place leurs produits. L'air était frais, Thémis aimait cette atmosphère. C'était le moment de transition, entre l'été plus sec, et les neiges plus chaleureuses. D'ici à quelques jours, quelques semaines au plus, elle pourrait faire brûler un bon feu dans son foyer, et se blottir sous des couvertures toutes plus douces les unes que les autres. Peut-être même profiterait-elle d'être descendue au marché aujourd'hui pour en acheter. Si elle n'avait pas grand-chose à remonter. S'il en restait Si elle finissait en avance. Si elle avait le temps de s'y rendre. Si elle avait l'argent pour les acheter. Si elle trouvait son bonheur. Elle pouvait continuer comme ça encore longtemps. Ou alors, peut-être achèterait-elle quelques aliments, si des marchands et des voyageurs étrangers en proposaient. Ce serait un autre moyen de voyager.
   
Quoi qu'il en soit, pour l'instant son attention irait à ses propres ventes. La jeune femme n'avait pas pris de pause avant de se mettre à déballer et placer ses ouvrages. Elle les manipulait avec précaution, mais également avec l'aisance de l'habitude. Son boitillement se voyait à peine, parce qu'elle n'avait qu'à bouger le buste pour les soulever et les poser sur l'étal qu'on lui avait attribué. Heureusement pour elle, on avait pris en compte son handicap : si elle avait eu à monter une table et des tréteaux par elle-même, ç'aurait été une peine de plus, dont elle se serait bien passée. Mais elle n'avait pas à le faire, alors elle en profitait. Déjà, son esprit se questionnait : qu'allait-elle faire, en attendant que les clients soient plus nombreux ? Ses livres de compte étaient à jour. Elle ne s'était pas embarrassée de terre et d'eau pour l'amollir, afin de la malaxer et d'en tirer d'autres vases. La poterie était un art qu'elle affectionnait également, qu'elle pratiquait à côté ; surtout quand elle souhaitait retrouver un lien avec la terre. C'était toujours étonnant et innocemment jouissif de pouvoir modeler la terre. C'était juste une autre façon de travailler, mais Thémis aimait se poser, se barbouiller et s'amuser sur la surface encore fraîche. Ses talents en dessins n'étaient pas les plus développés, pas les meilleurs, mais elle s'en contentait, faisait avec ce qu'elle pouvait faire et c'était suffisamment satisfaisant. Mais elle n'avait rien pris pour potéifier quoi que ce soit. Thémis se contenterait probablement de regarder ses œuvres, et de rêvasser à leurs futurs. De lire dans le verre et dans les lignes et dans les couleurs leur avenir.

(c) crackle bones

   
Wyatt Sheperd
DATE D'INSCRIPTION : 01/08/2018 PSEUDO/PRENOM : Totoro's Child. MULTICOMPTES : TC Jones. MESSAGES : 780 CELEBRITE : Rami Malek COPYRIGHT : poésies cendrées - doom days. old money. doom days. - sleeping at last ; earth - pando METIER/APTITUDES : Conseiller Odysséen. - Botanique & Zoologie. TRIBU : Dana POINTS GAGNES : 145
Admin

Au pied de la montagne ~ ft. Wyatt Empty Re: Au pied de la montagne ~ ft. Wyatt

le Jeu 14 Nov 2019 - 22:10

Wyatt n’avait pas mis les pieds à la montagne depuis plusieurs années maintenant. S’il avait recroisé nombre de gens des tribus sœurs lors des derniers événements, finalement, le besoin et l’envie de retourner à la montagne ne s’était jamais fait sentir. Il faut dire qu’il était loin d’avoir une bonne expérience avec cette dernière. Lors de son expédition d’une demi-année, partant parcourir le monde et découvrir tout et n’importe quoi, il avait découvert les beautés les plus secrètes du monde mais aussi les plus cruelles. La montagne faisait partie de ces rencontres qu’il n’était pas prêt d’oublier et pas forcément pour les bonnes raisons. Le brun n’ayant jamais eu à faire à ce genre de terrain auparavant, s’était retrouvé pris au piège et blessé au creux des roches aussi belles que mortelles. Heureusement pour lui, à cette époque déjà, il avait croisé bon nombre de gens au grand cœur et clairement, les athnas en faisaient partis. L’ayant entendu gémir aux pieds de leurs montagnes, certains avaient pris le temps de se détourner de leur routine pour venir en aide au sombre inconnu qui leur faisait face. Le brun se débrouillait suffisamment pour se faire comprendre dans la langue des natifs et de toutes façons, ils n’avaient pas mis longtemps à comprendre qu’il ne leur voulait aucun mal.

Après l’avoir sorti de ses roches qui le tenaient prisonniers, ils avaient aussi pris le temps de le soigner et d’amener un homme qui maîtrisait les deux langues pour rendre la conversation plus douce. Résultat, le temps de quelques jours, peut-être une semaine, Wyatt Sheperd était resté aux pieds des montagnes, toujours accompagné, avec une bienveillance incroyable de gens qui l’avaient remis sur pieds. En échange, ils avaient simplement demandé à en savoir plus sur lui, son peuple, leurs coutumes et la vie dans le ciel. Informations que le brun avait troqué sans aucune difficulté, trouvant fascinant tout ce que ces hommes avaient à lui apprendre. Et puis, était venu le temps des séparations. Wyatt prenait le chemin inverse des montagnes et eux, rentraient dans leur village, bien gardé par les roches assassines pour celui qui venait se perdre dans les coins.

Il avait croisé quelques de ses sauveurs lors de rencontres ou même par hasard mais n’avait jamais pu réellement les remercier, prendre le temps de leur dire combien il était reconnaissant, même après toutes ces années. C’est pour cela qu’il était décidé à traverser une petite part du monde, retrouver le pied des montagnes et dire un vrai merci, accompagné d’objets qu’il avait troqué durant plusieurs années, à apprendre leur culture et leur commerce, pour leur prouver sa réelle gratitude.

Le chemin était long entre le campement et les montagnes terrifiantes. Le brun profitait de ce voyage pour se remémorer ce temps plus simple où il n’avait pas toutes ces responsabilités et où durant six mois, il avait pu s’en aller. Aujourd’hui, tout était différent, et si ça arrangeait tout le monde que le brun se soit fait des amis un peu partout dans le monde, lui, ça lui brisait le cœur de ne pas pouvoir autant les voir qu’auparavant. Alors ce voyage était un peu doux, un peu tendre après toutes les épreuves qu’ils avaient traversées, après tout ce monde qui avait évolué et changé.

Puis finalement, c’est lors d’un matin d’automne frais que Wyatt arrive à destination. Les yeux rivés sur les immenses montagnes, il se souvient de sa chute et tout ce qui a suivi comme si c’était hier, mais avant qu’il ne se perde dans ses pensées, un des sauveurs le salue et le brun se dirige instantanément vers lui. Cette fois-ci, c’est dans la langue des natifs, avec les années, bien mieux maîtrisées, qu’il dialogue instinctivement. « Je suis tellement content de vous revoir ! » Qu’il lance et l’autre semble ravi de l’entendre parler sa langue. Sourire un peu fier au bout des lèvres tandis que l’homme lui fait faire le tour des étales et le présente à ceux qui ne le connaissent que de nom, le skaikru qui a tenté d’escalader, des rires et des sourires alors que Wyatt, lui, tient en son sac les cadeaux de remerciements pour ceux sans lesquels il ne serait peut-être plus en vie. Pourtant, avant même qu’il n’ait pu demander à son ami de l’amener voir tous ceux qui étaient là ce jour là, l’homme l’embarquait pour lui faire faire le tour des lieux.

Le soleil montait de plus en plus haut dans le ciel quand finalement, les deux hommes s’arrêtent devant une jeune femme brune qui tient une étale magnifique. Wyatt reste silencieux, à observer les oeuvres exposées, complètement émerveillé par la beauté du verre soufflé tandis que l’athna fait les présentations pour lui. « Thémis ! T’as bien choisi ton jour pour venir, regarde qui est là, le skaikru, celui qui a failli nous claquer entre les doigts y a déjà un moment de ça ! » Et un coup dans l’épaule pour le concerner. Wyatt sort de ses pensées et sourit naïvement à la jeune femme face à lui, un peu mal à l’aise. Puis il ne peut pas s’en empêcher, toujours dans la langue des natifs, il dit. « Enchanté. » Tout d’abord, puis il pointe du doigt, presque trop délicatement, à des dizaines de centimètres d’eux mais en ayant peur de les abîmer. « C’est magnifique… » Qu’il lui dit dans un souffle. « C’est vous qui faîtes ça ? » Complètement admiratif du travail, il ne remarque même pas que son ami s’est tiré pour aller voir ailleurs. Le laissant là, face à une inconnue, sans trop savoir si elle a bien envie de discuter avec lui.
Thémis Gyllenstierna
DATE D'INSCRIPTION : 26/09/2019 PSEUDO/PRENOM : J/CapRaccoon MULTICOMPTES : Maori K. Ho'oname, Werowa Sundagger MESSAGES : 81 CELEBRITE : Lulu Antariksa COPYRIGHT : Mellowness avatar, Dark Paradize signa METIER/APTITUDES : Souffleuse de verre TRIBU : Athna POINTS GAGNES : 112

Au pied de la montagne ~ ft. Wyatt Empty Re: Au pied de la montagne ~ ft. Wyatt

le Ven 22 Nov 2019 - 22:16
 
   
Fiery mountain beneath the moon The words unspoken, we'll be there soon For home a song that echoes on And all who find us we'll know the tune… Thémis & Wyatt
   

   
Au pied de la montagne

   
Thémis a beau se plaindre du calvaire de la descente, ces jours de marché au pied de la montagne lui faisaient du bien. C'était toujours une expérience enrichissante, qu'il s'agisse de revoir d'anciennes connaissances ou de découvrir de nouvelles têtes. Bien entendu, la jeune femme ne perdait jamais de vue qu'elle descendait pour vendre, pas pour taper la discute à toutes les personnes qui avaient le malheur de croiser son regard. Elle était plutôt du genre à éviter les regards de toute façon. Thémis avait beau avoir une veine idéaliste très prononcée, elle n'en restait pas moins pragmatique quand il le fallait. En vérité, elle était pragmatique tant que Sinead n'était pas là. Dès que sa femme était à ses côtés, l'idéalisme reprenait le dessus, parce que Sinead était celle qui paradoxalement lui mettait les pieds sur terre la tête dans la lune et des étoiles dans les yeux. En l'absence de Sinead, le pragmatisme devenait cette ancre, ce rocher autour duquel naviguer. Thémis se raccrochait aux transactions, sans lesquelles elle se savait guère capable de tenir une conversation. Toujours ce problème d'eg- de confiance en elle.

La jeune femme soupira de soulagement en posant sa petite charrette vieille d'une bonne centaine d'années entre son étal et son voisin. Elle n'était pas spécialement méfiante de ses pairs, il lui fallait juste un endroit où la placer. Une chaise assez haute, sur laquelle elle s'appuyait plus qu'elle s'asseyait, et elle put délaisser quelque peu ses muscles. Ils se tétanisèrent deux minutes plus tard. "Thémis ! T'as bien choisi ton jour pour venir, regarde qui est là, le skaikru, celui qui a failli nous claquer entre les doigts y a déjà un moment de ça !" Bien sûr, qu'elle a entendu parler de cette histoire ! Tout le village en a parlé pendant des semaines. Pour s'en amuser, pour s'en plaindre, pour le plaindre, pour s'en émerveiller, peu importait, on en parlait. C'était le sujet à la mode. Et Thémis n'aimait pas les Débarqués. Douée de la méfiance naturelle des Athnas, dotée en outre d'une imagination débordante, il avait suffi de quelques rumeurs de gens venus des étoiles et de criminels pour qu'elle fasse des cauchemars d'une armée extraterrestre et diabolique venue les envahir. Oh, elle savait bien que ce n'était qu'un fantasme, qu'une fiction, mais son esprit n'était absolument pas sous son contrôle, alors que voulez-vous, elle avait cauchemardé.

Autrement dit, Thémis n'aimait pas les skaikru. Elle aurait préféré se passer de cette rencontre, mais on lui mit le skaikru sous le nez, et on la laissa se débrouiller avec lui. Contrairement à l'homme obnubilé par ses verreries, Thémis vit clairement frère Athna s'éloigner, le laisser là, derrière lui… en face d'elle. Et subitement, son regard sur ses poteries l'énerva. Elle n'était pas sanguine, pas impulsive ; pas plus que pacifiste, surtout pas avec sa mère ç'aurait été le comble de l'horreur… ! Bref, Thémis se situait dans un entre-deux de la violence… et ne savait absolument pas se disputer. Les mots lui échappaient déjà d'ordinaire, alors dans une conversation houleuse, où la répartie faisait tout, le mot juste et rapide, elle le bafouillait toujours et se ridiculisait toujours. Sa jalousie à voir le skaikru penché vers ses poteries, elle la força à souvenir, à retomber en simple méfiance. "Enchanté." La jeune femme ne put s'empêcher de tressaillir, à la fois agréablement surprise qu'il parle sa langue… et un peu plus méfiante encore. "C'est magnifique…" Encore une fois, mixed feelings, elle ne sait plus où se situer : fierté, méfiance… La honte fut une option, un instant, puis fut évacuée du champ des possibles. Un signe que sa confiance en elle-même s'accroissait quand même un peu, à force de temps et de travail. "C'est vous qui faîtes ça ?" Question innocente, qu'elle sait innocente, mais Thémis hésite quand même un peu, puis opte pour la fierté. "Oui." Elle maîtrise le gonasleng, vestiges d'une formation précédente, mais elle répond en trigedasleng, s'y sent plus à l'aise, voit l'intérêt à ne pas dévoiler sa connaissance de leur langage tout de suite. "Merci, pour le…" Elle ne finit pas sa phrase, c'est assez habituel chez elle. Juste un petit geste de la main, puisque de toute façon il n'y a pas d'équivoque possible. Thémis se prend à apprécier la simplicité de ces prémices de conversation, mais n'en apprécie que la simplicité. L'interlocuteur… méfiance, méfiance.
(c) crackle bones

   
Wyatt Sheperd
DATE D'INSCRIPTION : 01/08/2018 PSEUDO/PRENOM : Totoro's Child. MULTICOMPTES : TC Jones. MESSAGES : 780 CELEBRITE : Rami Malek COPYRIGHT : poésies cendrées - doom days. old money. doom days. - sleeping at last ; earth - pando METIER/APTITUDES : Conseiller Odysséen. - Botanique & Zoologie. TRIBU : Dana POINTS GAGNES : 145
Admin

Au pied de la montagne ~ ft. Wyatt Empty Re: Au pied de la montagne ~ ft. Wyatt

le Sam 18 Jan 2020 - 19:46
C’était vraiment particulier de revenir dans les montagnes. Chaque fois que Wyatt les voyait, même de loin, il se souvenait de cette sensation. Cette peur qui lui avait tordu de le ventre, le souffle du vent qui résonnait d’une manière si unique dans la roche. Cette fatigue qui l’avait pris avec toute la douleur et cette idée que c’était la fin. Il se souvient des visages et des hommes qui l’ont sorti de là. Il se souvient ne s’être jamais senti aussi idiot et inutile qu’en cet instant précis. Durant son aventure, le brun avait suivi les indications des Naoris avec précision. Si Harlan lui avait formellement interdit de s’approcher du désert, il avait toujours été beaucoup plus nuancé avec les autres. Pourtant, Wyatt le savait, à l’époque, il était un ovni perturbateur pour la plupart des terriens, encore plus pour ceux qui n’avaient pas l’habitude de croiser des gens de son espèce. Il n’avait jamais trop su dire si c’était les efforts qu’il avait fourni pour parler leur langue, ou alors simplement parce qu’ils étaient réellement intrigués par lui, qu’ils l’avaient gardé en vie. Toujours est-il qu’ils l’avaient fait : il leur devait la vie. Même s’il avait été établi dès le premier instant qu’il était hors de question que le skaikru grimpe dans les montagnes et s’approche de leur village, ils avaient rapidement trouvé un terrain d’entente. Ici, au pied des montagnes, il avait reçu des soins, parlé de sa vie d’avant, amélioré son langage et s’était reposé. Quelque part, il s’était senti bien, dans le creux de la roche dont il ne connaissait que peu de secrets.

C’est pour cela qu’il était toujours ravi d’y retourner. Même si ses anciennes blessures avaient tendance à le gratter un peu plus lorsque la montagne se rapprochait et même s’il pouvait rejouer en boucle sa chute dans sa tête, les montagnes l’avaient sauvé. Et, chaque fois qu’il s’approchait d’elles, elles l’accueillaient avec un tendre accueil. Toujours avec son air un peu perdu, Wyatt se faisait bousculer au milieu d’un peuple qu’il ne connaissait que trop peu, entre rires et sourires, avant de se retrouver face à une simple inconnue. Les créations sur sa table sont magnifiques et elles emportent le brun dans un autre monde. Tout ça, là-haut, c’était impensable. Personne ne savait faire des choses aussi magnifiques - personne n’avait l’occasion d’essayer. La question qui lui traverse les lèvres est digne d’un enfant. Pour elle, ça doit être une évidence. Elle doit connaître bien plus de gens capables de faire des choses de leurs dix doigts que capables de poser des questions aussi bêtes. Il attend la réponse avec impatience et alors qu’elle lui confirme ce qu’il pensait, il lâche un « Wow. » pur et simple. Quelque chose qui vient du cœur et qui traverse tout. Parce qu’il est bluffé, tellement bluffé qu’il en perd tout ce qu’il sait et ne sait plus. Ses yeux se relèvent sur la créatrice alors qu’elle le remercie sur ses compliments. Son sourire prend toute la place sur ses lèvres et il lui répond, en toute sincérité. « Non non, merci à vous ! » Des mots simples, mais des mots tellement pensés.

Pendant quelques instants il reste en silence à observer le détail des objets entre eux et réalise que d’une part il s’impose mais qu’en plus de ça, il ne s’est pas vraiment présenté. Alors il se redresse et passe une main derrière sa tête, très peu à l’aise et un peu honteux de son attitude d’enfant qui lui en a fait oublier ses bonnes manières. « Je m’appelle Wyatt. » Qu’il lui annonce simplement. Savoir le nom de la jeune femme lui ferait plaisir mais il a appris depuis bien longtemps qu’il ne fallait pas trop en demander. Il s’adapte à elle, et non l’inverse. Aussi, alors qu’il réalise que tous ses repères ont disparu et qu’il se retrouve paumé face à elle, il lui dit, dans un parler hachuré mais qu’il tente le plus précis possible. « Je peux m’en aller, si c’est mieux pour vous. » Et il réalise que son accent est loin d’être idéal - ça se voit à la tête de son interlocutrice, ou même des rochers, tout le monde semble saigner des oreilles. « Pardon pour l’accent. » Qu’il lui dit, en haussant les épaules.

Et il détourne les yeux vers le reste du peuple en mouvement. Tout le monde à sa place, sauf peut-être lui. Alors il tente, en se grattant l’arrière de la tête. « Je… je peux rester là, pendant qu’il revient ? » Il se mord l’intérieur de la lèvre et montre le derrière du banc. Il est clairement au milieu du passage et va finir par causer des ennuis à rester planter en plein milieu comme un idiot. Mais la créatrice voudrait-elle de lui ? Sinon tant pis, il errera sans but, en espérant retrouver des visages connus.
Contenu sponsorisé

Au pied de la montagne ~ ft. Wyatt Empty Re: Au pied de la montagne ~ ft. Wyatt

Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum