Le Deal du moment : -31%
JBL Flip Essential – Enceinte Bluetooth portable ...
Voir le deal
68.99 €

Aller en bas
- Hit the Road -
Taël D'Arbanville
DATE D'INSCRIPTION : 16/04/2015 PSEUDO/PRENOM : Isaïah/Burning Soul MULTICOMPTES : Ozvan & Hyacinthe & Ten & Celeste ( ex Elouan ) & Tam-Tam MESSAGES : 15514 CELEBRITE : Aneurin Barnard COPYRIGHT : Lubnjia Santa ! Alex Tempêtueuse :) & AVENGEDINCHAINS & Lux Aeterna & Rowen & Harlan METIER/APTITUDES : Cuisinier - Aide soignant/Leader Camp de vie TRIBU/CAMP : Cent / Ex-kidnappé POINTS GAGNES : 88

Oh Simple Thing ... ( ☼ Anoki ) Empty Oh Simple Thing ... ( ☼ Anoki )

le Lun 7 Oct 2019 - 21:42
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Anoki & Taël @PantalonEnMiettes #IsThereSomethingStrangeInTheNeigthboroug



Cela fait plusieurs fois qu'il parcourt le campement, ça n'a rien d'extraordinaire puisque ça fait un peu parti de son job. Régulièrement, dans la journée quand il ne se trouve pas aux fourneaux avec Rachel, à l'infirmerie s'il faut soigner un petit bobo ou entrain de faire l'éducation de James, il arpente les lieux. Au cas où l'un ou l'autre souhaiterait l'aborder pour lui demander de l'aide ou faire une simple requête.

Cependant, depuis ce matin il a doublé ses rondes de passage - même triplé -, et ce parce qu'il se voit dans l'obligation d'aller chercher de l'aide. Pas chez n'importe qui ... Et d'ailleurs s'il en avait la capacité, le bouclé réglerait le problème lui-même. C'est que son dernier pantalon tombe en morceaux, il croyait qu'il durerait beaucoup plus longtemps. Oh il n'ignorait pas Taël, que très vite, il lui serait nécessaire d'aller faire un peu de troc pour se rhabiller. L 'imbécile, il remettait toujours à demain, comme un procrastinateur, et surtout parce que toutes ses activités lui mangeaient l'entièreté de sa journée. Trop tard, il ne pourra pas se rendre chez les terriens dans un tel état, il y arriverait nu s'il devait traverser un bout de forêt, alors la seule solution qui s'impose à lui : Un couturier.  

le seul à disposition demeure Anoki, bien qu'il ne l'ait jamais prononcé, il connaissait très bien le prénom de ce dernier. Généralement il l'interpellait de loin, puis coupait court très vite à leur échange de dialogue. Oh le cuisinier ne se montrait pas agressif, ça ne lui ressemblait pas, mais il ne souhaitait pas particulièrement développer un lien avec celui-là. Non qu'il puisse lui reprocher une mauvaise attitude, au contraire, de plus il ignorait totalement le crime de celui-ci, et n'avait jamais essayé d'en savoir plus.

Comme pour tous les autres, après tout, suite à une telle épreuve ils possédaient tous le droit et le devoir de repartir à zéro. Alors non, il ne travaillait pas mal du tout, Taël l'estimait même plutôt doué, et serviable ... Alors ? Ben il y a des trucs qu'il ne s'expliquait pas à lui-même, et il était passé par tant de choses et d'épreuves depuis son arrivée, qu'il renonçait complétement à plonger au fond de son âme. Beaucoup le jugèrent plutôt mal ou bizarre au début, mais depuis ils s’habituèrent à lui Et comme il évoluait plutôt pas mal non plus les regards étranges ou agacés diminuaient de plus en plus. Finalement il décida de s'arrêter tout net devant l'abri de celui qui le faisait tourner en bourrique depuis le matin.  

« Tu es là ? » Evidement ce n'était pas des plus efficaces, éloigné de quelques mètres de l'habitation, ça pouvait s'adresser à n'importe qui. Surtout que Taël n'insufflait pas beaucoup d'énergie dans son appel. Il se résigna donc à exécuter plusieurs pas pour se rapprocher de l'antre du couturier « Anoki ? » Bizarre comme sensation lorsque ce mot passa ses lèvres pour la toute première fois.

Le bouclé haussa les épaules dans le vide, pour lui, il se traitait d'imbécile et de sombre idiot. Mais qu'est-ce que ses manières soudainement de sa part ? Alors il fonça, à son habitude, spontané dans sa gaucherie,  osa pénétrer à l'intérieur « Anoki tu es là ? Je te cherche ... »

Taël cligna légèrement des yeux car on n'y voyait pas grand-chose quand on passait de la lumière du jour à ces séjours bricolés plutôt sombres. Il lui sembla apercevoir une silhouette, aussi se laissa-t-il le temps de s'habituer à la différence de clarté « Désolé d'arriver comme ça chez toi, mais je ne t'ai pas vu sur le camp » Ou dans ce cas il n'osa pas l'approcher, mais ça il se garderait bien de le lui révéler. Espérons maintenant qu'il n'allait pas tout simplement le chasser parce qu'il le surprenait dans son moment de détente ...



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] Oh Simple Thing ... ( ☼ Anoki ) 2732326958 Oh Simple Thing ... ( ☼ Anoki ) 2790306669
Invité
Invité
Anonymous

Oh Simple Thing ... ( ☼ Anoki ) Empty Re: Oh Simple Thing ... ( ☼ Anoki )

le Mer 9 Oct 2019 - 0:53


Oh simple thing
Give me the permission to act like a child ~ Taël & Anoki

De tes doigts tristes, tu caressais son flanc. Toute la tendresse dont tu savais faire preuve, tu la donnais à cet instant. Ton âme accompagnait la sienne. Son corps chaud ne le serait plus dans peu de temps. Mais l'attente n'avait pas de fin. Si cela te semblait si long, qu'en était-il pour elle ? Tu ignorais tout de la douleur qu'elle devait ressentir, car ce n'était pas toi, étendu au sol, qui baignait dans cette liqueur grenat, mais elle. Le flot était irréfrénable. Le sol en était maculé. Tes vêtements aussi. Sauf que ce n'était qu'un détail futile. Ce qui comptait c'était que son regard - qui t'avait longtemps fui - te faisait désormais face. Elle n'avait plus la force de lutter. Elle n'avait plus la force d'avoir peur de toi. Le plus que tu pouvais faire était de lui offrir ta chaleur humaine, tes tendres caresses et tes yeux bouleversés n'abandonnant pas les siens. Tu ignorais si cela soulageait une partie de sa souffrance. Peut-être n'était-elle plus en état de percevoir ta présence. Mais qu'elle s'en rendait compte ou non, tu resterais jusqu'au bout. Aucune âme, quelle qu'elle soit, ne méritait d'être seule en voyant la fin arriver.

Sa tête posée sur tes cuisses, la biche refusait de se laisser partir... Peut-être avait-elle des petits qui attendaient son retour ? Elle avait trouvé refuge derrière ce petit bosquet, tu l'avais entendue s'écrouler sans savoir de quoi il s'agissait et en t'approchant tu l'avais vue. Elle avait voulu te fuir mais c'était de son arrière train que provenait la blessure béante. Impossible de courir à nouveau. C'était ici que ses jours prendraient fin, alors tu avais simplement voulu lui tenir compagnie... Était-ce stupide ? Tu n'avais même pas de quoi abréger ses souffrances. Tu n'étais qu'un spectateur impuissant, compatissant. Et face à son regard si humain tu comprenais pourquoi la chasse te faisait tant horreur. Ainsi que pourquoi depuis ton arrière sur Terre, aucune bouchée de viande ne t'avait procuré le moindre plaisir.

Peut-être que ton inconscient cherchait juste à te rassurer mais tu avais la sensation que tes caresses l'apaisaient. Son aura était si faible. Et toi tu ne voyais qu'elle, oubliant complètement tout ce qui vous entourait. Tu fredonnas même légèrement quelques notes, sorties tout droit de ton imagination, comme si tu refusais que l'animal majestueux parte dans le silence et l'indifférence. Cela dura quelques minutes encore. Quelques minutes de vie aux abords de la mort. Quelques minutes d'un animal à l'agonie, et d'un humain désemparé. Quelques minutes avant qu'elle n'expira pour la dernière fois, et que tu lui adressas une prière. Quelques minutes après lesquelles tu restas immobile un moment. Ébranlé par cette si grande peine que tu ressentais. Ce sentiment de tristesse... tu avais presque oublié ce que c'était. Le regard baissé, le cœur meurtri, tu te relevas et te mis en direction du campement. Il fallait que tu rentres. Et tu ne pouvais l'emmener. Les biches pesaient généralement une centaine de kilos. Même si la laisser derrière-toi ne faisait qu'empirer l'émotion. Et bien que tu aimerais qu'elle repose en paix et que sa dépouille soit respectée, tu devrais indiquer son emplacement aux chasseurs. Étant donné que c'était forcément l'un d'eux qui lui avaient fait cette blessure à l'arrière-train, ils devaient la chercher dans toute la forêt. Et une telle potentielle réserve de nourriture ne pouvait être laissé à l'abandon. Si les chasseurs se montraient réactifs, ils pourraient peut-être la récupérer avant que les corbeaux ne s'en fassent un festin.

Après cinq années de survie sur Terre, la plupart des Cents s'étaient habitués à cette partie de votre quotidien. Tuer pour survivre. Mais pas toi. Comme un enfant, tu t'émerveillais à chaque animal que tu croisais, à chaque fleur qui s'éveillait. Comme un enfant, tu n'étais pas préparé à supporter ce genre de funeste spectacle. Alors sur le chemin du retour, habituellement loin dans tes pensées, ton esprit était là totalement vide. Fragilisé. Ce n'est qu'en arrivant à l'entrée du camp que tu parvins à sortir de ta torpeur, à mettre ce qu'il venait de se passer de côté, et à réaliser que tu étais couvert de sang. Il faillait que tu te changes immédiatement. Tu n'avais pas envie qu'on te pose de question. Ensuite, il serait temps de reprendre tes fonctions, comme si rien n'était arrivé. Profites de la vie tant que tu vas bien. C'est à cette idée que tu te raccrochas.

Tu étais donc au fond de ta tente, à l'abri des regards et en train de constater l'ampleur des dégâts sur tes vêtements, lorsque tu eus l'impression qu'on avait murmuré ton nom. Mais qui ? Tu pensas sincèrement avoir halluciné. Alors tu t'apprêtais à retirer ton haut tacheté, lorsqu'une présence inattendue fit surface en s'engouffrant dans ton abri. Tu tournas la tête, surpris. Tu n'avais pas rêvé finalement. « Bonjour Taël. » Se passait-il quelque chose ? Car s'il y avait bien quelqu'un qui n'était pas du genre à venir te voir c'était bien lui. Tu avais cette fréquente impression qu'il te fuyait. Là en l’occurrence, il semblait avoir besoin de tes services. Tu remarquas directement l'état de son pantalon. C'était loin d'un gentil trou. Tu percevais presque plus de peau nue que de tissu. Cela te fit légèrement sourire, car tu imaginais le malaise de Taël de se montrer ainsi. « T'en fais pas, tu ne me déranges pas. » Si ce n'est que s'il était entré quelques secondes plus tard, il t'aurait vu en train de te déshabiller. « Tu attendais de te retrouver à poil avant de venir me voir ? » plaisantes-tu. Car pour que son bas soit si déchiré, cela n'avait pas dû se faire du jour au lendemain. Cela devait faire un moment que son habit se détériorait. Pas sûr que tu pourrais sauver ce pauvre pantalon. « Désolé je m'étais absenté. » Cela n'aurait pas dû être une longue absence, mais tu avais eu ce...contretemps. « Ça ne te dérange pas si je me change avant de m'occuper de toi ? » Peut-être d'où il était ne voyait-il pas le sang qui te couvrait, en tout cas tu ne pouvais décemment pas rester comme ça. Et pour être honnête, tu avais besoin de les retirer, de tout oublier. Reprendre la journée normalement, retrouver la couture et profiter de la rare présence de Taël, c'était exactement ce qu'il te fallait. Une mort ne suffisait pas à arrêter la vie.

code by bat'phanie



@Taël D'Arbanville Oh Simple Thing ... ( ☼ Anoki ) 4081441540 Oh Simple Thing ... ( ☼ Anoki ) 4081441540 Oh Simple Thing ... ( ☼ Anoki ) 3746051466


Dernière édition par Anoki W. Lu le Sam 23 Nov 2019 - 22:27, édité 2 fois (Raison : n)
- Hit the Road -
Taël D'Arbanville
DATE D'INSCRIPTION : 16/04/2015 PSEUDO/PRENOM : Isaïah/Burning Soul MULTICOMPTES : Ozvan & Hyacinthe & Ten & Celeste ( ex Elouan ) & Tam-Tam MESSAGES : 15514 CELEBRITE : Aneurin Barnard COPYRIGHT : Lubnjia Santa ! Alex Tempêtueuse :) & AVENGEDINCHAINS & Lux Aeterna & Rowen & Harlan METIER/APTITUDES : Cuisinier - Aide soignant/Leader Camp de vie TRIBU/CAMP : Cent / Ex-kidnappé POINTS GAGNES : 88

Oh Simple Thing ... ( ☼ Anoki ) Empty Re: Oh Simple Thing ... ( ☼ Anoki )

le Mer 30 Oct 2019 - 21:54
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Anoki & Taël @PantalonEnMiettes #IsThereSomethingStrangeInTheNeigthboroug



La tonalité de la voix d'Anoki résonne d'étranges vibrations alors qu'il salue Taël, et l'esprit du bouclé s'y accroche plus longuement que nécessaire. Il y ressent un certain malaise, mais peut-être n'est-ce que le sien qu'il transfère mentalement sur le couturier, afin de se rassurer. Ses lèvres bougent doucement alors qu'il veut s'inquiéter de comment se porte son vis-à-vis, cependant ce dernier le coupe inconsciemment pour lui confirmer qu'il ne le dérangeait pas.

Ah zut, il aurait sûrement sauté sur la perche tendue pour s'esquiver aussi vite que le vent. Tout en se promettant de revenir plus tard. Malheureusement ses pieds doivent s'ancrer comme une enclume sur le sol pour ne pas reculer, et affronter l'autre. Taël, il secoue intérieurement ses pensées, fautives de revêtir le garçon d'un manteau ennemi, comme s'il devait entrer en guerre. Alors il s'efforce de respirer doucement tout en se maudissant d'agir si bêtement.

« Oh tant mieux » Il faut bien qu'il se donne une contenance. Avec celui-là c'est comme s'il reculait de cinq ans en arrière. Quand il se cachait de tous, qu'il refusait de partager la vie du camp car il demeurait persuadé, après avoir aperçu le premier terrien qu'ils viendraient tous les assassinés dans leur sommeil. Depuis il a radicalement changé. Avec les siens il s'est stabilisé. Normalement. Y'avait que Alex qui le mettait dans tous ses états. Mais elle est partie. Alors il ne redoute plus rien.

Redouter quoi ?

Peu concentré, Taël n'enregistre pas la seconde phrase que prononce Anoki, son cerveau ne réagit que quand il ouïe les mots "A poil". Ses pupilles s'arrondissent comme des soucoupes, alors que sa conscience regagne complétement sa tête. Une expression légèrement ahurie s'empare de ses traits pendant qu'il dévisage de haut en bas le couturier - c'est plus fort que lui -, et en arrive à la conclusion qu'il a dû manquer un sacré bout de tout un ensemble de paroles.

Néanmoins l'obscurité de l'abri s'enfuit alors que Taël s'y habitue tranquillement. Il n'est donc pas sans noter les tâches qui envahissent les vêtements du brun quand celui-ci s'excuse de s'être absenté « Tu t'es absenté ? » Questionne le bouclé, comme un écho passant du je au tu. Une inquiétude perce dans cette demande. Non que partir de leur lieu de vie fut exceptionnel, ou interdit, mais plutôt, et surtout, l'incident qui a couvert de sang Anoki. Il le flaire dorénavant comme si le fait d'être rappelé à la réalité ait donné un coup de pied à son odorat. Car pour un cuisinier l'odeur métallique de l'hémoglobine lui saute directement au nez. De plus tout le monde sait que son interlocuteur ne possède rien d'un chasseur « T'as eu un souci ? Tu es blessé ? Tu veux que je regarde ? » Proposition qu'il regrette aussitôt l'avoir lancée. Non pas qu'il laisserait mourir Anoki dans d'atroces souffrances, juste qu'il refilerait ce job à un autre soignant plus doué que lui.  

Ce qui est, bien entendu, absurde comme réaction. Evidement que si le couturier fut en proie d'un quelconque mal ou danger, Taël n'eut pas hésité une seconde à le secourir. Mais il ne semblait pas défaillir ... car bon, si c'était lui qui avait perdu tout ce liquide vermeil, il eut probablement été très chancelant ...

« Oh oui ... » Balbutia-t-il en se détournant pour lui offrir toute son intimité « Enfin non, ça ne me dérange pas » Un peu quand même. Non pas que Taël fut prude ... Ou peut-être un peu. La vérité était que depuis qu'il avait été enfermé dans une cage avec d'autres cent, il évitait toute promiscuité. Puis surtout on ne demeure pas cadenassé dans une cellule pendant dix ans sans en garder des marques. Alors le bouclé, il n'apprécie pas forcément de se déshabiller ou se laver en public, mais ça ne regarde que lui. Il n'emmerde pas ceux qui sont exhibitionnistes. Non pas qu'il pense que le brun le soit. Il n'y a pas réfléchi et il s'en fout. C'est ce qu'il se murmure à lui-même, un peu trop haut, pour échapper à toutes ces idées un peu fantasmagoriques qui se bousculent dans sa caboche. Telles les mouches qui vont embêter les bestiaux aux grandes chaleurs.

Décidément ses comparaisons se révèlent nulles « Bref si tu as besoin que je t'examine n'hésite pas » Mais pourquoi insiste-t-il ? L'autre aura bien compris sans qu'on aille lui mettre les points sur les I « D'ailleurs c'est pour tout autre chose que je venais te voir »
 
Ne se doutant pas qu'Anoki a tout deviné en un coup d'œil à la vue de ses vêtements. Sa distraction l'a perdu vers d'autres horizons, il s'apprête à s'embarquer dans des explications sur ses intentions « C'est que, si tu n'es pas trop occupé, j'aurais besoin de tes services... » Ça lui coute un peu - beaucoup - de demander de l'aide à celui auquel il se jurait de ne jamais le faire. Mais le moteur est lancé alors maintenant il ne peut plus emprunter les chemins de traverse « Et puis ça ne presse  pas »

Tu rigoles de qui ?

Taël il jette toutes les miettes de pain possible pour qu'Anoki puis saisir la tangente « C'est que, tu sais ... Je pensais que j'avais encore beaucoup plus de vêtements, et je voulais me rendre au troc, chez les terriens comme je le fais d'habitude ... Et j'ai trop laissé le temps passé » Et pourquoi il raconte tout ça. Il s'en moque le couturier des raisons du pourquoi, lui, il n'a besoin que des habits ou des commandes qu'on va lui passer « Bref j'ai plus vraiment de pantalons, est-ce que tu pourrais raccommoder le seul qui me reste le temps que j'en trouve un autre ? » Ouf. Ça s'apparentait à une montagne et finalement il a découvert une colline. Pour le début ... Mais après si il dit oui, comment est-ce qu'on procède ?



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]   Oh Simple Thing ... ( ☼ Anoki ) 4223727879 Oh Simple Thing ... ( ☼ Anoki ) 4049921582 Oh Simple Thing ... ( ☼ Anoki ) 4049921582
Invité
Invité
Anonymous

Oh Simple Thing ... ( ☼ Anoki ) Empty Re: Oh Simple Thing ... ( ☼ Anoki )

le Sam 23 Nov 2019 - 22:28


Oh simple thing
Give me the permission to act like a child ~ Taël & Anoki

 Si tu ressentais régulièrement l'envie de t'évader, si tu vagabondais souvent au milieu des arbres, et si par hasard ce matin tu avais découvert cette biche mutilée, c'est sans aucun doute parce que tu passais une majeure partie de ton temps enfermé dans cet abri. La nuit, officiellement à dormir mais la plupart du temps à subir quelques persistantes insomnies ou à expérimenter un libertinage non dissimulé ; et le jour simplement pour remplir ta fonction. La tente te protégeait du vent, et t'offrait le luxe d'un calme fragile mais nécessaire pour se concentrer. Ça t'a toujours bien convenu jusqu'à présent, et cela devrait continuer ainsi. Il y a ceux comme Taël, indispensable, qui se démenaient en vadrouillant la journée entière entre les différents pôles du camp. Tu admirais l'énergie dont il devait faire constamment preuve pour assurer sur tous les fronts. Cuisinier, soigneur, leader. Difficile d'être plus impliqué que cela. Toi tu ne faisais que t'asseoir, et réparer ou créer, en mêlant tes doigts aux fils et aux aiguilles pour laisser parler ton corps habitué à ces gestes devenus quasiment mécaniques. Bien que le contact avec le tissu restait toujours si savoureux. Il t'arrivait aussi parfois de participer aux cueillettes, mais c'était loin d'être un fardeau, juste un honnête plaisir. Alors tu avais, de plus en plus souvent, l'espoir de pouvoir t'investir plus encore. Et de te débarrasser de cette impression nouvelle de ne pas en faire assez. Il faut dire que les Cents t'ont tant apporté. Tu n'as plus rien de celui que tu étais il y a cinq ans, grâce à eux. Tu ne savais pas encore ce que tu pourrais faire de plus, mais tu pouvais au moins profiter de cette occasion pour te rendre utile, surtout pour l'un des piliers du campement. Taël ne venait pour ainsi dire jamais à toi, et les rares moments où c'était le cas l'échange ne devait pas durer plus d'une minute, c'était peut-être enfin le moment de le remercier - non pas par des mots mais par des actes - pour tout ce qu'il faisait. Alors oui, ta tente était grande ouverte pour lui, il y avait sa place. Surtout au vu de l'urgence de sa situation. Mais pendant un instant, tu crus que tu étais en train de le faire fuir. Hum ta blague avait dû être de mauvais goût, en tout cas le choc sur son visage te fit regretter de t'être permis de le taquiner ainsi alors que vous vous connaissiez si mal. La prochaine fois tu devrais être plus délicat, sinon cet échange risquait de tourner court comme tous les autres. Généralement, tu ne te posais pas de question pour t'exprimer. Tout venait naturellement, calmement, et parfois-même sans utiliser de mots, simplement par un regard, un sourire, pour écouter ce que l'on avait à te dire. On te trouvait parfois trop sérieux, et d'autre fois étrangement enfantin. Parfois on estimait que tu philosophais trop longtemps sur des choses inutiles, et parfois on s'agaçait de voir que tu te montres si peu bavard. Mais rien de tout ça ne t'avait jamais dérangé ni changé. Mais avec Taël, c'était déstabilisant cette impression que chacune de tes paroles l'incommodaient. Tu ne savais comment t'y prendre pour te rattraper, sans savoir de quoi tu étais coupable. « Juste une envie de prendre un peu l'air. » Il n'y avait pas un jour sans que tu ne t'échappais du campement, pour une heure au moins. « Mais je crois que j'aurais dû rester dans ma tente » songas-tu à voix haute. Ça t'aurait évité bien des émotions.  


Par contre, l'aspect dans lequel tu étais à cet instant était surêment déconcertant, et surtout peu crédible venant d'un couturier. « Non, je vais bien. » Au vu de ton calme, il devait paraître clair que tu ne mentais pas. Mais l'odeur indélébile du sang commençait à te faire tourner la tête. Rappel d'instants passés, très lointains, que tu voulais être oubliés. « Mais je suis désolée d'être si peu présentable. » Qu'il s’inquiétait pour toi montrait qu'il ne te détestait pas tant que ce que tu craignais. Et une fois de plus, il était prêt à jouer son rôle jusqu'au bout. Mais aujourd'hui, pour une fois, ce ne serait pas lui qui se mettrait au travail. Tu avais juste besoin de changer ton haut pour un de ceux - propres - qui étaient posés près du lit, mais lui avait besoin que tu lui trouves un nouveau pantalon. Ou que tu répares celui qu'il avait, mais ça il y avait peu de chances que ce soit possible. « Je ne souhaite pas te mettre mal à l'aise, tu peux sortir une minute de la tente si tu préfères » proposas-tu lui avec douceur. On ne pouvait pas dire que tu sois pudique, tu aimais spontanément les corps tout en ayant parfaitement conscience des tabous et complexes qui circulaient autour. Alors tu attendais d'abord de savoir si Taël voulait s'éclipser quelques secondes, ou simplement détourner le regard, pendant que tu retirerais ce haut vermeil poisseux. Pour l'instant tu l'avais toujours sur toi, en ayant profondément hâte du moment du moment où tu pourrais t'en débarrasser. Mais si Taël sortait de ta tente, reviendrait-il ensuite ? Car sa présence ici semblait presque être un effort surhumain pour lui. Peut-être que tu te faisais simplement des idées, et qu'il était avec toi comme avec n'importe qui d'autre. « Je crois que c'est plutôt toi qui vas avoir besoin d'être examiné. » Tu lui offris un simple sourire. Il te faudrait t'approcher pour savoir si quelque chose était sauvable dans cette épave de tissus qui couvraient ses jambes. Et probablement prendre ses mesures, s'il l'acceptait. Mais d'abord, il semblait déterminé t'expliquer la raison de sa venue. Tu l'avais compris mais il devait être important pour lui de le formuler. Alors tu te tus. Complètement, jusqu'à ce qu'il ait dit tout ce qu'il voulait. Tu observais curieusement le jeune leader tout en l'écoutant. En fait c'était plutôt attendrissant. Mais ça tu te devais de le garder pour toi. Tu ne prendras pas le risque de le perturber à nouveau. Finalement, en quelques minutes tu entendis plus le son de sa voix qu'au cours de toute l'année passée. C'était bon signe, non ? « Je vais t'aider, je suis là pour ça tu sais. Et beaucoup d'autres viennent me voir à la dernière minute, ne t'en fais pas. » Enfin généralement ils ne venaient pas avec des vêtements en lambeaux et la moitié de leur peau découverte. À vrai dire cela t'amusait, et tes mots le rassureraient peut-être. Les quelques vêtements dont tu devais t'occuper pouvaient largement attendre. Alors que Taël non. « Et je n'oserais pas me mettre un leader à dos. » Tu avais osé tenter une légère plaisanterie à nouveau. « Par contre... je ne sais pas si on va pouvoir le sauver. Mais si ce n'est pas possible, je devrais pouvoir t'en trouver un autre. À ta taille. J'espère juste qu'il n'avait pas une valeur sentimentale pour toi » Il était toujours surprenant de voir ô combien certains pouvaient s'attacher à leurs vêtements. Dans un monde où les ressources étaient si rares, si précieuses, la moindre possession matérielle pouvait prendre une valeur inestimable. Comme si l'être humain avait besoin de posséder pour se sentir bien.

code by bat'phanie



@Taël D'Arbanville  J'ai mis plus de temps que prévu à répondre mais j'espère que ça te va Oh Simple Thing ... ( ☼ Anoki ) 665777697 Oh Simple Thing ... ( ☼ Anoki ) 484338566
- Hit the Road -
Taël D'Arbanville
DATE D'INSCRIPTION : 16/04/2015 PSEUDO/PRENOM : Isaïah/Burning Soul MULTICOMPTES : Ozvan & Hyacinthe & Ten & Celeste ( ex Elouan ) & Tam-Tam MESSAGES : 15514 CELEBRITE : Aneurin Barnard COPYRIGHT : Lubnjia Santa ! Alex Tempêtueuse :) & AVENGEDINCHAINS & Lux Aeterna & Rowen & Harlan METIER/APTITUDES : Cuisinier - Aide soignant/Leader Camp de vie TRIBU/CAMP : Cent / Ex-kidnappé POINTS GAGNES : 88

Oh Simple Thing ... ( ☼ Anoki ) Empty Re: Oh Simple Thing ... ( ☼ Anoki )

le Ven 6 Déc 2019 - 20:45
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Anoki & Taël @PantalonEnMiettes #IsThereSomethingStrangeInTheNeigthboroug


L'implication du Bouclé dans le camp n’a pas été immédiate. Tout au début il s'y refusait, puis il à tout d'abord commencé à se faufiler dans l'infirmerie pour aider les blessés quand les "médecins" officiels ne s'y trouvaient pas. Au fur et à mesure il y à trouvé sa place, bien qu'il ne s'occupa généralement que des blessures et de petites maladies pas trop compliquées. Après il trouva que la cuisine nécessitait bien plus sa présence, même s'il restait disponible pour les soins, surtout que les principaux soigneurs disparurent au fil des ans. Comment il en était arrivé à devenir leader de vie de camp, il ne le comprenait toujours pas mais chaque jour il tentait d'honorer le mieux possible ce titre. Pourtant il ne possédait pas l'impression de s'activer plus que les autres. Car avec toutes les disparitions infortunées la plupart s'occupaient de plusieurs domaines avec plus ou moins de succès. Lui il gardait l'impression de ne jamais pouvoir en faire assez.

Au point qu'il s'oubliait très souvent, ce qui le menait à présent sous la tente d'Anoki dont jamais il ne s'imagina qu'il eut pu en franchir le seuil. Le bouclé hocha la tête quand ce dernier lui déclara son envie de prendre l'air, il ne comptait pas les fois ou lui-même désirait s'échapper pour se reposer au milieu du calme de la forêt  « Oh pourquoi aurais-tu du rester ? » renvoya Taël comme un écho aux pensées du couturier.

Un peu comme s'il lui paraissait impératif de meubler le silence. S'y dissimulait-il quoi que ce soit qu'il refusa de voir ? Ou d'entendre ? Avec , ça se résumait à une constante fuite en avant, sans que Taël chercha à en comprendre la raison. D'ailleurs il se vit rassurer quand son interlocuteur lui assura qu'il se portait bien. Ouf ... Dans tous les sens du terme. Qu'il aille bien, puis que Taël ne fut pas obliger d'aller le soigner, S'il eut fallut des fils afin de refermer la plaie ? Surement que ses doigts eussent trembler avant de parvenir à le piquer ...

« Oh à mon avis, il y à peu de situations ou tu ne dois pas être présentable » Évidement Taël, il n'a pas réfléchit avant de s'exprimer, ses cordes vocales ne lui en ont pas laissé l'occasion. Le bouclé il a quasi eut l'impression qu'un autre enpruntait sa voix pour faire cette remarque. Et finalement ses propres paroles le mettaient bien plus mal à l'aise que la tenue d'Anoki. Pour ça il lui suffirait de détourner les yeux quelques instants  « Oh non non ça va ...  » Il se mordit les lèvres avant qu'une autre ineptie n'en profita pour se manifester. Il refusait de jouer à l'effaroucher, qui après irait le prendre au sérieux. Bon pour l'instant, dans cet abri ne s'y déplaçait que deux personnes. Mais en dehors de lui, il accordait beaucoup plus de crédit à celle qui restait pour ne pas essayer de se comporter comme un humain tout à fait normal.

Rien non plus ne l'assurait qu'il ne s'enfuirait pas à toutes jambes quand il se retrouverait à nouveau au grand air. Alors, non, pas de retour en arrière « Euh ... Pardon ? » A la réflexion, sans doute aurait-il du accepter la proposition d'Anoki,et sortir de cet étrange lieu, envahit par le clair obscur pour se rafraichir l'esprit « Je ne suis pas ... » Il tourna la tête pour offrir à Anoki un instant pour se changer avant que la lumière éclaira ses pensées. Et qu'il se rendit compte, que quand le brun lui offrait de l'examiner il visait ses vêtements, et pas lui « Ah oui ... D'accord »

Il entreprit de respirer doucement pour calmer le sang qui s'échauffait en coulant trop vite dans ses veines. Ça le contrariait particulièrement cette attitude qu'il eut qualifié de midinette chez un autre. Cependant tous s'étaient habitués à la maladresse dont Taël faisait preuve régulièrement, alors si ça ne s'éternisait ça pouvait encore être interprété de la sorte. Voilà comment il finit par donner quelques détails un peu plus clairs sur le comment et le pourquoi il ne s'était pas rendu auparavant chez Anoki pour solliciter un peu d'aide « Ah oui ? ... D'autres aussi traînent autant que moi ? Je n'y ait vu que du feu, je les croyais tous beaucoup plus doués et prévoyant que moi » Finit-il par avouer sans s'imaginer une minute qu'il se retrouvait quand même le plus dépenaillé de tous les siens.

Relevant la tête soudainement, il la tourna sans réfléchir vers Anoki, il ne jouait jamais sur son statut de Leader, parce qu'il vivait tous les jours avec cette vérité qu'il ne le méritait pas « Oh mais je ne suis pas un tyran ... » Protesta-t-il avec véhémence. Néanmoins il ignorait peut-être les moqueries qui prenaient naissance lorsqu'il quittait un endroit. Toujours il tachait d'être juste, Et qui sait s'il n'échouait pas inexorablement « Si ? » Mais avant qu'Anoki puisse lui répondre il désira expliciter « Et surtout je ne veux passer avant personne, tant pis pour mon allure, c'est ma faute, j'aurais du venir avant ... »

Encore eut-il fallut qu'il soit moins têtu et récalcitrant envers le couturier, mais ça devait demeurer dans l'ombre. Parmi ces toutes petites choses qu'on ne révélaient jamais en les supposant insignifiantes mais qui pesaient terriblement fort sur les épaules. Maintenant on passait à l'action, à savoir si les dépouilles qui couvraient à moitié Taël finiraient à la poubelle ou non « Euh... »

Il décrocha un petit bandeau rouge, celui qui appartenait à Lou, qu'il récupera prêt de son cadavre, sur le champ de bataille lors de cette meurtrière guerre d'une journée. Celle à laquelle il n'assista pas car il revenait du désert, de ce kidnapping qui faillit le détruire « Non... J'ai des trucs, mais pas sur moi ... en fait c'est surtout les objets des autres, ceux qui ont partis ... » En vrai il y avait encore cette fourrure offerte par Tristam dans la forêt, avant que le cent rebelle ne s’éloigna pour disparaitre à jamais. Mais il ne la portait que rarement sur lui pour ne pas l'abîmer « Et toi tu t'attaches à tes vêtements ? »




[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]    Oh Simple Thing ... ( ☼ Anoki ) 4049921582 Oh Simple Thing ... ( ☼ Anoki ) 4049921582 Oh Simple Thing ... ( ☼ Anoki ) 171928021 Oh Simple Thing ... ( ☼ Anoki ) 171928021
Invité
Invité
Anonymous

Oh Simple Thing ... ( ☼ Anoki ) Empty Re: Oh Simple Thing ... ( ☼ Anoki )

le Dim 29 Déc 2019 - 19:44


Oh simple thing
Give me the permission to act like a child ~ Taël & Anoki

« Parce qu’ici, au campement, la vie est paisible. Mais dès que l’on décide d’en sortir, on prend le risque de tomber nez à nez avec la violence. » Cette remarque était autant pour toi que pour Taël, comme si tu te perdais dans tes réflexions face à sa question. Tu étais doué pour donner des réponses que l’on n'attendait pas. Parce que plutôt que d’expliquer ce qui avait pu se passer, plutôt que de dire clairement d’où provenait ce sang et quel était le sens de tes paroles, tu préférais livrer ton ressenti. Tenter de prendre du recul sur la situation et partager ta vision des choses, plutôt que de s’épancher sur un fait funeste, appartenant au passé. L’animal était mort. Et cela n’intéressait probablement personne. Ainsi était fait l’humain. La nature elle-même pouvait se montrer cruelle. Ou plutôt impitoyable. Car la cruauté c’était une notion relevant de la morale, pas de la nature. Cette dernière ne faisait pas de distinction entre le bien et le mal. Elle distribuait les rôles entre proie et prédateur, mais elle donnait à chacun des moyens de survivre.  Et surtout, elle veillait à toujours préserver l’équilibre. Mais les humains eux n’étaient pas très doués pour obéir à cet équilibre. Ils tombaient souvent dans la démesure. Toi-même tu savais malheureusement à quel point il était difficile de ne pas basculer d’un côté ou de l’autre. Tu étais sur ce fil tendu, au dessus du vide, sur lequel tu craignais de chuter à chaque pas. Ces moments où tu sentais des prémices de colère empoisonner ton esprit, tu luttais avec difficulté pour retrouver l'harmonie. Des émotions encore instables que tu tentais de contrôler et cacher autant que possible. Tout le monde avait ses propres démons, qui nous emmenaient malgré nous vers des extrêmes. Tous éloignés de l'équilibre. Alors quand tu étais face à Taël, tu voyais l’exemple même d’un homme trop altruiste. Une personne avec un cœur si pur qu’il ne cessait jamais de prendre soin des autres mais ne veillait pas à prendre soin de lui-même. Au moins pour une fois, il y aurait quelqu'un pour s'occuper de lui. Toi. C'était sûrement pas ce dont il rêvait, et ce n'était que pour un simple pantalon, mais quelques minutes où il peut penser juste à lui et pas s'inquiéter pour le reste du camp, ça ne pouvait faire que du bien, non ?

« Merci. » Est-ce que sa remarque était un compliment ? En tout cas c'était comme ça que tu l'avais pris. Et cela te touchait tant c'était inattendu. Tu avais l'impression que vous aviez bien plus de points communs que les apparences ne le laissaient penser. Mais pour le moment, il semblait y avoir un immense fossé qui perturbait la communication entre vous. En tout cas cela te rassura qu'il affirme rester dans la tente, un instant tu avais vraiment cru être en train de le faire fuir. De toute façon te changer ne serait que l'affaire de quelques secondes et après tu pourrais te concentrer sur la raison de la venue de Taël. Mais pour le moment tu étais un peu trop occupé à observer son visage si expressif. Cette manière unique qu'il avait là, de mal interpréter chacune de tes phrases et de bafouiller était adorable.

Finalement le joli bouclé détourna le regard pour t'offrir l'opportunité d'enfin retirer ce haut poisseux. Le sang n'avait pas complètement séché. Il y en avait tant que tu savais ton vêtement condamné. Cela te contrariait, vêtir tout un clan nécessitait de l'organisation et des ressources, or là tu venais d'en gaspiller une. Tu aurais dû être plus vigilant. Tu ne regrettais pourtant pas d'avoir accompagné l'animal vers sa fin. Mais tu retires le tissu avec soulagement. Un long frisson te saisit parce qu'il faisait trop froid pour être le torse découvert. De trois pas rapides, tu rejoignis le côté avant de ton lit, là où au pied reposaient quelques vêtements parfaitement pliés. Cinq secondes plus tard tu étais recouvert d'un T-shirt, simple, propre mais dont tu adorais sa couleur bleue nuit. Teinture obtenue grâce à un mélange de racines et de baies de prunellier. Parce qu'en tant que couturier, tu ne côtoyais pas seulement les aiguilles, mais aussi les plantes. Et elles étaient fascinantes. À l'instar du Cent qui te faisait face.

D'ailleurs il avait honte de venir si tardivement, alors que tu comprenais très bien qu'il avait autre chose à penser pendant ses journées que l'état de ses vêtements. Comme tous les Cents ici. Souvent même tu leur signalais toi-même qu'ils avaient besoin d'une petite réparation, Mais Taël tu avais l'impression de le croiser si peu que tu n'avais pas remarqué avant qu'il avait besoin de tes services. « Tu penses que tu n’es pas doué ? » demandes-tu doucement en penchant la tête. Comme si tu ne saisissais pas pourquoi il se dévalorisait. Comme si tu cherchais à comprendre ce brun si mystérieux. « Tu ne devrais pas être si dur avec toi. Tu en fais beaucoup pour nous tous. » Il pouvait être fier de tout ce qu'il accompli depuis cinq ans. Tu étais certain que tout le monde le respectait autant que toi tu le respectais.

Et pour ne pas changer, ta nouvelle taquinerie ne fit qu'accroître son malaise face à toi. Décidément, tu ne savais pas t'y prendre avec lui. Tu n'avais pas pour habitude de vexer ou blesser les autres, alors tu détestais l'idée que ça puisse être le cas là avec Taël. « Pardonne-moi si je suis maladroit. Tu es un leader méritant et apprécié. Personne ici te considère comme un tyran, surtout pas moi. Et t'en fais pas, j'ai largement le temps de m'occuper de toi. » Ta sincérité était-elle suffisante ?

Par une phrase banale, tu venais peut-être de raviver de mauvais souvenirs. Taël sembla s'éloigner dans ses pensées, jusqu'à ce qu'il finisse par se confier. Oui trop de gens disparaissaient... « À travers ces objets, les personnes auxquelles tu tenais vivent encore. C'est une bonne manière de rester connectés. » Ceux qui nous quittaient ne finissaient jamais dans l'oubli, la connexion qu'on avait avec eux ne connait pas la mort. Les âmes restent liées.

« Je mets du cœur dans tous les vêtements que je conçois ou que je répare. Certains plus que d'autres, car les tissus peuvent avoir une histoire. Mais la mallette sur la table c'est la seule qui a su me faire vraiment succomber. » Cela faisait cinq ans qu'elle donnait tout son sens à ta vie parmi les Cents. Un doux sourire t'éclaira quelques secondes, et finalement ton attention se reporta sur Taël. « Je peux m'approcher pour examiner ton pantalon ? Et peut-être que je devrais prendre tes mesures, s'il t'en faut un nouveau. » Lui demander l'autorisation c'était s'assurer de ne pas le brusquer. Tu sentais que cette tâche habituellement simple... allait être plus complexe que prévu.  

code by bat'phanie



@Taël D'Arbanville Oh Simple Thing ... ( ☼ Anoki ) 1551940213  Oh Simple Thing ... ( ☼ Anoki ) 484338566
- Hit the Road -
Taël D'Arbanville
DATE D'INSCRIPTION : 16/04/2015 PSEUDO/PRENOM : Isaïah/Burning Soul MULTICOMPTES : Ozvan & Hyacinthe & Ten & Celeste ( ex Elouan ) & Tam-Tam MESSAGES : 15514 CELEBRITE : Aneurin Barnard COPYRIGHT : Lubnjia Santa ! Alex Tempêtueuse :) & AVENGEDINCHAINS & Lux Aeterna & Rowen & Harlan METIER/APTITUDES : Cuisinier - Aide soignant/Leader Camp de vie TRIBU/CAMP : Cent / Ex-kidnappé POINTS GAGNES : 88

Oh Simple Thing ... ( ☼ Anoki ) Empty Re: Oh Simple Thing ... ( ☼ Anoki )

le Mar 14 Jan 2020 - 21:55
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Anoki & Taël @PantalonEnMiettes #IsThereSomethingStrangeInTheNeigthboroug #Anaël


À Force de se trouver face à des murs, psychologiques et physiques, le bouclé s'était isolé, forgeant ses propres fondations, pour le moins fantasques. Pour ne pas dire énigmatiques. Il tournait toujours ses réponses afin d'offrir le moins d'indices à son sujet, tout en gardant une expression souriante et avenante envers ceux qui venaient vers lui. Il commença à jouer à ce jeu quand on l'emprisonna, dans l'espoir de ne donner aucune prise sur lui à ses ennemis. Et s'il s'était abandonné longuement au désespoir lorsqu'il apprit la mort de sa mère, n'ayant pas pu lui dire aurevoir. Il se releva, s'enferma dans le silence ... A quoi bon donner vie à ses rêves quand il savait pertinemment qu'il sombrerait dans l'espace à son dernier souffle. Taël il perfectionna cette tactique lors de son emprisonnement dans la cité de feu, au point d'en perdre ... presque la raison quand il revint chez les siens.

Maintenant il tourbillonnait partout, sans s'octroyer beaucoup de repos parce qu'il tentait de rattraper le temps perdu. Néanmoins il ne lâchait toujours pas prise, et ce recul de soi s'affirma plus encore lorsque Alex le quitta en lui laissant sur les bras le petit James. À Cette époque là, le bouclé, il s'était permis d'ouvrir une petite faille de son armure afin d'en sortir la tête et découvrir le monde autrement. Mais pareil à un escargot il rentra aussi vite dans sa coquille.

L'univers d'Anoki, où il venait de mettre les pieds, le troublait infiniment. Dans cette explication légèrement brouillardeuse que ce dernier lui donnait, se dissimulaient des signes mystérieux. Des codes qu'il ne parvenait pas à traduire, et qui racontait une histoire sanglante, assurément vue l'allure du couturier. Il décela de la mélancolie dans le ton d'Anoki. Généralement Tael il cernait bien les gens, il les ressentait. Néanmoins il existait deux cent qui le déroutaient un peu, Kaï  et Jonas. le bouclé hésitait à savoir s'il les affectionnait ou non. Après tout, personne ne l'obligeait à aimer tout le monde. Bizarrement quand il se trouvait dans la Zone Anoki, il se mettait à rêvasser, sa maladresse s'accentuait - Oui comme si elle ne l'humiliait pas déjà assez souvent -, et son esprit tourbillonnait comme ses feuilles quand elles dansaient avec le vent.

Ici encore, comme s'il n'arrivait pas stabiliser ses pensées « Oh ! des histoires de violence je pourrais t'en raconter plein aussi » Déclara Taël pendant qu'Anoki se changeait, légèrement à retardement, fidèle à lui-même depuis qu'il s'était aventuré sous cette tente. Un peu déstabilisé - Juste un peu ? -, la conversation dévia, il ne comprit pas comment, sur lui « Je sais pas, c'est juste que quand je suis arrivé ici, je ne savais vraiment rien faire, à part la cuisine. Alors je crois que je dois m'améliorer pour tout »

Déverser autant de mots à un être si lointain de lui - cosmiquement -, qu'il croyait , le pris au dépourvu, il ne se dévoilait pas Taël, il fuyait l'intimité intellectuelle au prix de sa vie. Il se perdait dans cette tanière, tapissée des toiles d'araignées invisibles, tissées par Anoki. Elles s'enroulaient autour de lui, l'obligeant à dire exactement les mots qu'il souhaitait éclipser du regard des autres. D'ailleurs il savait au plus profond de son âme que contrairement à ce qu'avançait son interlocuteur il n'en ferait jamais assez pour eux.

Taël s'agita? légèrement inquiet de se voir assimiler à un tyran, bien que le couturier veuille le rassurer directement, le bouclé se jura intérieurement de ne pas le devenir « oh ! mais ne t'excuse pas, c'est mieux d'en parler de que de garder ça à travers la gorge » Néanmoins il ne développât pas plus cette méprise puisque l'instant fatidique approchait, qu'Anoki l'interrogeait sur ses vêtements. Tous pourris en vérité. le bouclé faisait bien plus attention aux souvenirs des êtres qu'à ce qu'il portait sur le dos « oui mais parfois je me demande si je ne m'accroche pas trop, je veux dire, ce n'est plus avec eux que je vais construire une famille » Et ce mot, il sous-entendait un réseau de personne avec qui il réussirait à être complétement lui « Tu sais peut-être que ça nous ... me fait trop regarder vers le passé »

Peut-être que s'il parlait autant, il s'agissait de ne pas autoriser son cerveau à prendre certains raccourcis qu'il repoussait inconsciemment. Alors il renvoya la question à Anoki, ruse bien innocente puisqu'en vérité la réponse l'intéressait beaucoup. Au fond il bouillait d'en apprendre plus sur ce jeune homme, il s'en apercevait au fur et à mesure des minutes qui s'égrenaient « oh ! c'est quoi l'histoire de cette mallette ? » Ses pupilles brillèrent comme des étoiles sous un ciel illuminé par une lune pleine. Et s'il faisait tout son possible pour ensevelir - travestir - son essence, le visage du bouclé se contemplait comme un film défilant sur un grand écran. Un instinct subtile lui murmurait que le temps de déguerpir s'annonçait car ses mécanismes de défense  craquelaient dangereusement face au couturier « Enfin si ce n'est pas trop indiscret » Taël concédait à Anoki une porte de sortie. Surtout pour lui, pour se défendre d'en apprendre trop sur celui qui se dressait à ses côtés.

« C'est épouvantable, je crois que j'attrape une sale migraine » Murmura-t-il involontairement, persuadé de simplement l'avoir pensé. Aussitôt après il octroya un sourire à Anoki pour effacer ce qu'il jugeait être une faiblesse « Je ne m'en offenserais pas, on à tous son jardin secret qu'on n'a pas envie de partager » ou pas.

Surtout dit non j'ai pas envie de te trouver trop sympa ...

Absorbé dans ses diverses pérégrinations intrinsèques, il tressaillit quand le couturier lui demanda s'il pouvait l'approcher. Taël lança trop rapidement un « Oui » qui claqua comme un non. Il le réitéra une deuxième fois « Oui ? » Telle une interrogation transportant toutes ses inquiétudes. Il termina par un « Bien sûr » plus assuré alors que le rouge lui montait aux joues, sans doute à cause de la chaleur qui régnait dans cet abri « C'est marrant j'avais pas remarqué qu'il faisait aussi étouffant quand je suis rentré ici.  Et tu crois qu'il m'en faudra un nouveau ? »

Ses yeux se dirigèrent vers la loque qu'il rafistolait avec des bouts de tissu de toutes les couleurs « Bon c'est vrai que ça fait un peu Arlequin, et qui si tu tires sur un morceau qui dépasse ça va un peu ... » Le bouclé se retourna vers Anoki en haussant les épaules, parce que CE truc était mort, il aurait fallu être sorcier pour parvenir à le raccommoder. Et malgré toute l'agilité des doigts du couturier, il n'existait pas encore de poudre de fée qui 'en tombait pour réaliser des miracles « J'aurais pu te donner mes mesures, si je les savais mais je me procure toujours les vêtements à l'oeil » Parce que hein faudrait surtout pas qu'on s'approche trop de lui « Donc fait ce que tu dois » non il ne se dirigeait pas vers un abattoir mais on aurait pu le conclure face à son air penaud.



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]     Oh Simple Thing ... ( ☼ Anoki ) Fresse Oh Simple Thing ... ( ☼ Anoki ) 2132942727 Oh Simple Thing ... ( ☼ Anoki ) 3048774416 Oh Simple Thing ... ( ☼ Anoki ) 4081441540
Invité
Invité
Anonymous

Oh Simple Thing ... ( ☼ Anoki ) Empty Re: Oh Simple Thing ... ( ☼ Anoki )

le Jeu 12 Mar 2020 - 23:08


Oh simple thing
Give me the permission to act like a child ~ Taël & Anoki

Tu aimais ta vie ici. Tu aimerais que les choses restent ainsi. Que rien ne change. Parce que c'était si précieux, de se sentir bien. De se sentir libre et indépendant mais pas isolé. De prendre plaisir à travailler et se sentir utile mais sans pression ni responsabilités. D'être apprécié mais pas au centre de l'attention. Bref, d'être à la place exacte où l'on devait se trouver. Mais tu ignorais à quoi ressemblerait demain. Tu ignorais si ce serait un jour comme un autre, ou si une catastrophe viendrait tout ravager. Tu ignorais si le soleil continuerait de triompher sur son piédestal, ou s'il serait balayé par une tempête. Tu ignorais si cette paix mise en place après tant d'obstacles, survivrait à ceux qui suivront. La seule chose dont tu étais sûr, était ce que tu vivais maintenant, à ce moment-ci et pas un autre. Tu te complaisais dans la plénitude de ce quotidien, et tu ne demandais rien de plus. Savourant avec gratitude ce que la vie t'offrait. Là, c'est la présence de Taël qui venait aromatiser cette journée. Un arôme rare, insolite, déconcertant. Il avait failli s'esquiver mais finalement, il restait. Malgré une distance physiquement palpable qu'il semblait tenir à préserver, il t'accordait le temps dont tu avais besoin pour faire ce qui l'avait forcé à venir ici. Tu tentais autant que possible de ne pas le déstabiliser, mais il serait contraint d'accepter que tu brises cette distance pour faire correctement ton travail.

« Je crois qu'on a tous beaucoup d'histoires de ce genre en réserve. » Mais il était certainement mieux de les taire. Les tiennes en tout cas, tu souhaitais nullement les partager. La noirceur n'avait sa place que dans l'oubli. Elle n'était pas faite pour être mise sur le devant de la scène, au risque de contaminer tous ceux qui la regardait. Alors tu ne demandais pas de détails.

Mais tandis que tu venais de te changer, les mots suivants du bouclé étonnèrent ton esprit curieux. Surprise de voir qu'il se montre si exigeant avec lui-même. « Tu n'as pas besoin de tout savoir faire. » Tu avais déjà l'impression qu'il ne gardait jamais une minute pour lui. Se surmener ainsi finirait forcément par lui faire du tort. « Notre camp est comme un puzzle. Comme chacun de nous, tu en es une pièce importante qui se complète avec les autres pour former un ensemble complet et harmonieux. Tu n'as pas besoin d'essayer d'être le puzzle à toi tout seul. »

Les choses étaient bien telles qu'elles étaient. Chercher à s'améliorer était la clé pour avancer mais la difficulté était de quand même savoir se satisfaire de ce qu'on l'avait et de qui l'on était. Taël ne semblait pas se rendre compte de tout ce qu'il faisait. Il en avait du mérite, beaucoup même, tu espérais qu'il le verrait un jour. Ou que quelqu'un le lui montrerait ce qu'il vaut. Car ce n'étaient pas tes phrases philosophiques qui l'aideraient. Et au fond, tu le connaissais si peu. Ce n'était pas à toi de te mêler de sa vie. Tu pris quand même le temps de réfléchir à son interrogation. En réalité, tu t'étais toi-même posé cette question si souvent... Tu lui livras une réponse honnête, qui n'était peut-être pas la bonne, mais qui était la conclusion à laquelle tu étais venu à force d'y penser. « Ce n'est pas mauvais de rester lié à ceux que tu as aimé, tant que ce n'est pas un poids pour toi. Et tu ne m'as pas l'air d'être une personne bloquée dans la passé. » Contrairement à moi...

Heureusement que la conversation dériva sur un sujet plus léger, bien que Taël avait l'air stressé à l'idée que ça puisse être un tabou pour toi. Mais pourquoi cela le serait-il ? Tu parlais peu de toi, par habitude certainement, mais tu répondais toujours aux questions que l'on te posait. Parfois de manière détournée certes. Mais le plus souvent tu te livrais avec franchise sans chercher à cacher certains détails. Sauf qu'une phrase de Taël te mit en alerte avant que tu ne dises quoi que ce soit, effaçant pendant de longues secondes ton sourire et révélant une inquiétude spontanée. « Je peux t'accompagner à l'infirmerie juste après, si tu veux. Je te prêterais un pantalon, il sera un peu trop grand pour toi mais il te dépannera. Et... préviens-moi si tu te sens vraiment pas bien. » Tu avais pourtant répondu d'un ton calme, comme tu en avais l'habitude. Comme si tu refusais de laisser tes émotions altérées tes paroles. « Quant à la mallette, rassure-toi ça n'a rien de secret. Je l'ai eu au troc, la première fois que je m'y rendais. » Un sourire nostalgique et ravi avait refait surface sur ton visage hâlé. « J'étais fasciné par toutes les denrées, les tissus, les objets en tout genre que les terriens possédaient, puis j'ai repéré cette mallette. Mais rien de ce que j'avais n'intéressait le Pikuni qui la possédait. En voyant que je la voulais vraiment, il m'a proposé de l'aider une journée pour la récolte dans son champ. Je crois que j'ai été doublement gagnant cette fois-là. J'ai obtenu la mallette et j'ai travaillé au côté de plusieurs Pikunis. C'était un moment simple, hospitalier, comme si la guerre n'avait jamais eu lieu, qui m'a prouvé que la paix était possible et qu'ils avaient beaucoup à nous apprendre. » Quoi qu'il se passe, même si de nouveaux conflits survenaient, tu continuerais de croire en cette paix. La vie des terriens valaient tout autant que les vôtres. Et l'être humain était suffisant intelligent pour être capable de trouver des solutions aux problèmes qui n'impliquaient ni haine ni violence. « Je la trouve... magnifique. »  ajoutas-tu finalement, le regard perdu un instant sur l'objet de cette histoire.

Tu avais beaucoup trop parlé depuis la venue du Cent. Il était temps que tu t'occupes de lui comme tu étais censé le faire depuis son arrivée. Tu n'avais pas de pantalon en réserve pour lui, mais des tissus oui. En prenant ses mesures, tu pourrais lui en confectionner un. « Ça doit être la migraine qui te fait cet effet. J'espère que tu n'es pas en train de tomber malade. » Ici, même de banals maux pouvaient prendre de graves proportions. Les infirmiers et médecins, aussic compétents soient-ils, ne pouvaient venir en aide à tout le monde avec aussi peu de ressources et d'équipements. « Non je crois qu'il va falloir lui dire adieu. Même si je parvenais à le "rafistoler", ça ne serait pas solide et ça se déchirerait à nouveau au moindre accroche. Et je n'ai rien en stock qui pourrait te correspondre. Le mieux à faire est que je t'en fasse un nouveau. Je le ferais à partir des morceaux de celui-ci et de quelques autres tissus similaires. Si cela te convient bien sûr. » Tu ne voulais pas te lancer dans la conception d'un vêtement à vu d'œil. Tu voulais être certain que le travail soit bien fait. Alors tu étais soulagé que Taël accepte de te laisser le mesurer. Au vu de cette distance palpable qu'il garde constamment, tu avais presque cru qu'il refuserait et s'en irait. Mais à vrai dire il pouvait difficilement rester dans cette tenue. « Prendre tes mesures n'est l'affaire que de quelques minutes, après je te rends ta liberté. »  Enfin sauf si l'état de Taël s'empirait et que tu devais te rendre avec lui à l'infirmerie. Mais vous n'en étiez pas encore là. Et sa présence était loin d'être dérangeante, surtout en sachant qu'il ne t'appréciait pas réellement mais qu'il avait l'air de faire beaucoup d'efforts pour se montrer amical.

En tout cas, autant la situation que votre discussion semblaient montrer que Taël s'occupait peu de lui-même. Alors en prenant le temps de lui confectionner ce vêtement, cela lui ferait au moins quelque chose rien que pour lui. Et tu comptais faire ça bien. Tu ouvris la fameuse mallette afin d'y récupérer ton mètre ruban. Ce ne fut qu'à cet instant que tu te mis à t'avancer vers lui, franchissant la distance qu'il avait veillé à garder. « On va commencer par la taille, ok ? » Désormais à un seul mètre de lui, tu attendais son aval. Puisqu'il semblait peu à l'aise en ta compagnie, c'était à toi de faire en sorte que tout se passe au mieux pour lui. En fait cet évènement était peut-être enfin l'occasion effacer les réticences qu'il avait à ton égard.

code by bat'phanie



@Taël D'Arbanville  enfin Oh Simple Thing ... ( ☼ Anoki ) 1802821642 Oh Simple Thing ... ( ☼ Anoki ) 1802821642 Oh Simple Thing ... ( ☼ Anoki ) 1802821642
- Hit the Road -
Taël D'Arbanville
DATE D'INSCRIPTION : 16/04/2015 PSEUDO/PRENOM : Isaïah/Burning Soul MULTICOMPTES : Ozvan & Hyacinthe & Ten & Celeste ( ex Elouan ) & Tam-Tam MESSAGES : 15514 CELEBRITE : Aneurin Barnard COPYRIGHT : Lubnjia Santa ! Alex Tempêtueuse :) & AVENGEDINCHAINS & Lux Aeterna & Rowen & Harlan METIER/APTITUDES : Cuisinier - Aide soignant/Leader Camp de vie TRIBU/CAMP : Cent / Ex-kidnappé POINTS GAGNES : 88

Oh Simple Thing ... ( ☼ Anoki ) Empty Re: Oh Simple Thing ... ( ☼ Anoki )

le Mar 7 Avr 2020 - 23:54
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Anoki & Taël @PantalonEnMiettes #IsThereSomethingStrangeInTheNeigthboroug #Anaël


Plonger dans sa mémoire pour aller y puiser des histoires sombres et tristes ne semblait pas à Taël la meilleure des distractions. Parce que ça le rapprochait dangereusement des limites fragiles qui faisaient basculer on esprit. Bien qu'il se fût plié au jeu, simplement - et inconsciemment - pour masquer les évidences qui dansaient devant ses yeux. Oui, le bouclé, il risquerait sa santé mentale pour éviter de regarder certaines vérités en face. Contrairement à Anoki, il ne parvenait pas à savourer l'instant, car il s’affairait comme une abeille sur des milliers de petites choses à améliorer pour la vie de ses "concitoyens". Taël il courrait à grandes enjambées vers le futur évitant de regarder le présent qui agitait ses mains devant sa figure pour se faire remarquer. Il fut néanmoins soulagé qu'on n'aille pas s'appesantir sur les vieilles souffrances.

Alors quand Anoki lui suggéra qu'au fond il n'avait pas besoin de tout savoir faire, il sursauta légèrement, un peu comme une révolte qui prenait corps dans l'intention de défendre son droit à la liberté d'action. Si on lui retirait ça, qu'allait-il devenir ? Bien entendu les propos du couturier n'impliquaient pas une action aussi drastique. C'est bien lui, Taël, qui y décelait des significations cachées, comme s'il se persuadait que tout ce qui provenait de ce dernier contenait une dangereuse aura, éventuellement mortelle « Tu exagères » se murmura-t-il à lui-même persuadé de s'être exprimé en silence.

Sa tête se pencha légèrement pour mieux écouter les mots d'Anoki. Il s'en dégageait un certain sens, Taël se devait de l'admettre, mais il rechignait à lui donner complétement raison. Possédant cette bizarre sensation qu'il abdiquerait devant lui, alors qu'ils ne discutaient absolument pas de secrets d'état. Pourquoi tout, prenait-il toujours des proportions énormes quand il se retrouverait non loin de celui-ci ?  « Tu n'as pas tort » Admit-il presque à regret « Mais je dois quand même faire tenir le puzzle ensemble, Et pour cela j'ai la certitude que je devrais savoir un peu tout faire. Après ... Je me rends compte que c'est quasiment impossible, et que je risque d'être maladroit dans tout plutôt qu'être habile pour une chose en particulier » Aucune intention première d'en révéler autant sur ses dilemmes intérieurs par rapport aux cent.

Ça sortait tout seul, comme si la seule présence du couturier lui tirait les vers hors du nez, ce qui le confortait dans ses élucubrations personnelles. Pourtant il y trouvait un apaisement inattendu, accompagné d'une envie de s'abandonner inusitée venant de lui. Tandis que son âme se hérissait de picots telle un porc-épic, il ne parvenait qu'à sourire béatement sans pourtant oser lever les yeux vers celui qui lui procurait cette douceur déroutante. Ce qui l'amena à oser poser une interrogation plus personnelle dont il ne discutait avec personne. D'ailleurs le bouclé offrait des réponses aux autres mais ne s'enfonçait que rarement, avec eux, dans ses épreuves.

Son reflet que lui renvoyait les autres - Ou Anoki à cet instant précis - surprenait toujours le bouclé, parfois il lui semblait qu'on lui évoquait un étranger « Si je ne le parais pas, ça ne fait pas depuis très longtemps, je commence juste à m'en détacher ... De toute façon même quand on le veut très fort, il y des trucs qu'on arrive pas à oublier » Depuis peu, il comprenait qu'il se devait d'avancer, sinon Taël demeurerait coincé au milieu de failles qui l'attireraient vers le bas, alors il ne serait plus d'aucune utilité pour personne. Cette réflexion de sa part n'appelait aucune autre réponse, d'ailleurs les voilà qui passaient, si l'on peut dire, au plat de résistance. Ce pourquoi il essaya de détourner l'attention avec la mallette, au fond ça l'intriguait véritablement beaucoup. D'ailleurs il crut qu'il n'en apprendrait rien quand Anoki lui offrit de l'accompagner à l'infirmerie.

Aussitôt la migraine s'envola dans les cieux, le compromis lui paraissait encore plus effrayant. Entretemps Anoki lui raconta la petite anecdote qui s'attachait à cet objet, si bien que le bouclé préféra écouter et en oublia son affreux mal de crâne « C'est bien que tu aies pu finir par l'avoir. Elle doit t'être vraiment précieuse. Moi aussi j'ai travaillé pour les pikunis, j'ai essayé d'apprendre notre langue à l'une des leurs. J'avais des denrées en échange, mais elle m'a aussi appris à travailler le bois. D'ailleurs les tasses qui ne ressemblent à rien ben ça vient de moi. J'ai encore de gros progrès à faire »  

En parlant il s'animait, le rouge montant à ses joues, l'émotion chez lui le trahissait toujours. Malheureusement la longueur de ses boucles ne le dissimulerait en rien, il se fiait donc à l'obscurité fuyante du lieu pour venir à son secours « Oh non ! j'ai de la chance, je tombe jamais malade, juste une fois de l'infection à cause des griffes d'un ours » Il évoquait cet événement comme s'il c'eut été un simple lancer de boule de neige, se privant bêtement du prétexte de la migraine pour se carapater sans demander son reste. C'était si étrange, sa volonté se débinait sur place alors qu'il se découvrait cloué littéralement au sol de cet abri, livré au couturier. Oui bien trop dramatique, encore une fois « Oh oui, je prendrais tout ce que tu voudras bien me donner ... Me confectionner. Après j'essayerais de me trouver du temps pour aller du côté des terriens pour trouver des vêtements ... Ou du tissu ... Pour toi »

Une manière de le remercier de son aide. De plus il venait juste de noter qu'Anoki manquait cruellement de matériel, et ça c'était un peu son rayon « Je veux dire pas forcément pour moi ... Mais pour que tu puisses en dépanner plus parmi nous » Il ne faudrait surtout qu'Anoki puisse s'imaginer un seul instant que Taël viendrait à trouver des excuses pour passer du temps en sa compagnie « Hein quoi ? Quelques minutes ... Oh c'est rapide ... D'accord » Le voilà presque frustré, soudainement, d'avoir la possibilité de récupérer sa liberté dans quelques secondes. Sa tonalité a d'ailleurs traduit cette déception. Du moins il s'en inquiétait et de rajouter « On pourrait même y aller ensemble pour que tu choisisses les tissus »

Parfois sa bouche modulait des phrases auxquelles ses lèvres ouvraient le passage sans que son cerveau eût donné son accord. C'est ce dont il se persuadait, concentré sur les pièges qu'il se tendait à lui-même. Aussi ne remarqua-t-il tout de suite la silhouette qui se rapprochait de lui. Ce fut quand les mots résonnèrent tout à côté de son oreille qu'il sursauta en se tournant brusquement vers Anoki. Alors il retint son souffle comme s'il plongeait sous des eaux noires et sombres pour éviter de se noyer. Puis il le relâcha respirant de façon particulièrement saccadée. On aurait pu croire qu'il revenait d'une longue course tant il paraissait échevelé avec des joues si rouges d'avoir accompli un tel effort « ok » Répondit-il sans savoir exactement à quoi il venait de donner son accord ...


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]     Oh Simple Thing ... ( ☼ Anoki ) 1802821642 Oh Simple Thing ... ( ☼ Anoki ) 1802821642
Invité
Invité
Anonymous

Oh Simple Thing ... ( ☼ Anoki ) Empty Re: Oh Simple Thing ... ( ☼ Anoki )

le Mar 14 Avr 2020 - 17:13


Oh simple thing
Give me the permission to act like a child ~ Taël & Anoki

Il était toujours surprenant de remarquer à quel point les humains s'infligeaient eux-mêmes les tourments d'une pression fictive et inutile. Comme si le monde n'était pas déjà suffisamment complexe, pas suffisamment dangereux, qu'il faille se rajouter à soi-même des objectifs trop grands pour nous. Tu ne pouvais parfaitement comprendre tous les enjeux qu'impliquait être leader. Tu savais simplement que ce n'était pas une responsabilité que tu te sentirais capable d'assumer. Et tu savais, ou plutôt tu estimais, que même si c'était une lourde charge, ils avaient le droit de prendre quelques moments pour eux, et qu'ils n'avaient pas à tout porter tous seuls du haut de leurs jeunes épaules. Même ici, dans ta tente, basique mais que tu tentais de rendre accueillante par des sourires chaleureux offerts à tous les visiteurs, Taël semblait soucieux. C'était comme s'il ne se pensait pas à la hauteur ou qu'il voulait éternellement en faire plus. Tu aurais aimé réussir à le convaincre, mais par-dessus tout tu aurais aimé lui faire oublier toute cette pression au moins pendant quelques minutes. Tu ne voulais pas tenter de jouer de ton charme comme tu le faisais fréquemment, tu essayais simplement de lui apaiser ou bien divertir l'esprit. Ce qui n'était pas une tâche facile tant le beau bouclé semblait avoir des dizaines de pensées en tête. Mais tu insistas avec douceur, en espérant qu'il finirait par être moins dur avec lui-même. « Tu fais déjà tout ce qu'il faut, Taël. Je t'assure. Personne ne peut tout maitriser, tout connaître. Car comme tu dis, si on essaye, on finit par s'égarer. » Il y avait mille et une manières de se perdre soi-même, et même si elle était plus subtile et moins brutale que d'autres, celle-ci en faisait bien partie. À vouloir nuit et jour se perfectionner, on prenait des chemins dangereux, des chemins nous donnant la sensation de n'être jamais à la hauteur de rien ni de personne. Tu ne souhaitais pas que Taël prenne ce genre de routes sinueuses. Tu voulais qu'il perçoive la profondeur et la force qui se dégageaient de sa propre aura, car toi tu la voyais, et elle te fascinait. « Tu sais, on est tous là pour t'épauler, il te suffit de le demander chaque fois que tu en as besoin. Tu n'es pas seul. » Non, il ne l'était pas. Il ne le serait jamais, car les Cents vous seriez là. Tu ignorais si vous finiriez par fusionner avec l'Odyssée, probablement que oui, mais vous ne vous vous sépareriez pas. Tu ne pouvais pas le concevoir. Et en dehors de ça, toi-même tu avais l'étrange conviction que s'il avait besoin de ton aide, n'importe quand, tu rappliquerais aussitôt. Mais Taël ne voulait pas de ton aide, n'est-ce pas ? Il avait toujours tout fait pour te tenir à l'écart de lui. Pourtant à cet instant, ça devenait difficile de respecter cette distance. Tu avais envie de la rompre.

Tu ignorais tant de lui. Tu ne posas aucune question indiscrète, tu ne cherchais jamais à te mêler de la vie des gens, même si tu avais rarement eu envie d'en savoir autant. Alors non tu ne savais pas exactement à quoi il faisait référence lorsqu'il évoquait son passé, mais tu le comprenais bien plus que tu ne l'aurais voulu. Tu aurais aimé pouvoir ne pas comprendre ce que c'était l'obscurité, la peine, le deuil. Mais tu le savais. « On n'oublie jamais vraiment, ce qui compte c'est de réussir quand même à avancer. » Peut-être était-ce culotté venant de ta part. Toi qui avais encore si souvent l'impression d'être bloqué là-haut, encore dans le ciel, le sang toujours collé aux mains. Mais chaque jour tu progressais, grâce aux Cents, du moins tu l'espérais du plus profond de ton être. Non tu n'étais plus le même que la-haut. Tu faisais tout pour t'en convaincre.

C'était grâce à des leaders comme lui que la paix avec les terriens était si précieusement maintenue et même renforcée. Taël était difficile à saisir, mais il avait du cœur et le sens du partage. Personne ne pouvait être insensible à cela. « Moi je trouve que ces tasses sont belles. Elles sont le fruit d'un partage avec les terriens, et tu y as mis ton cœur, alors elles le sont forcément. » N'était-ce pas cela le véritable sens de la beauté ? Un simple mélange d'effort et d'amour. Rien de moins ni de plus. Tu espérais que vous en auriez beaucoup d'autres, des occasions d'échanger ou de travailler en coopération avec les terriens. Cela t'amusait de t'imaginer que dans plusieurs générations, vous ne serez peut-être tous plus qu'une seule et même tribu. Unie, immense, diversifiée, pacifique.

Tu t'étais inquiété pour lui, mais il semblait encore en parfaite forme. Il mettait une fois de plus toute son âme dans ses mots, et ses joues se coloraient parfois. Tu avais dû mal à t'empêcher de sourire, tant quelque chose chez ce Cent t'hypnotisait. Tu étais malgré tout vigilant, gardant en tête la possibilité que sa migraine pouvait être le début d'une maladie, et tu ne voulais pas non plus qu'il fasse soudainement un malaise sous tes yeux. « Donc en plus de gérer l’ensemble du campement, tu affrontes des ours ? » Un de tes sourcils s'arque, tu cèdes une fois de plus à de légères taquineries car sa présence était beaucoup plus amusante que ce que tu avais pu soupçonner.

Cela te fit une drôle de sensation qu'il te propose de t'aider pour te fournir du tissu. Jusqu'à présent, il s'était toujours tenu éloigné de toi, qu'est-ce qui avait changé ? C'était la première fois qu'il se permettait de discuter avec toi, peut-être se rendait-il compte que tu n'étais pas si antipathique ou étrange que ça ? « Ne t'embête pas pour moi. Tu dois avoir des tas d'autres choses à faire. » Jusqu'à présent, tu t'en sortais plutôt bien pour trouver suffisamment de tissu, mais surtout, il semblait déjà tant occupé que tu n'avais pas envie de devenir un poids de plus sur ses épaules. Au contraire, tu aurais aimé pouvoir rendre cette charge plus légère, plus facile à porter, mais comment ?

« Tu pensais que je te retiendrais ici des heures ? Je n'ai pas pour habitude de retenir les gens en otage dans ma tente. Enfin jamais contre leur plein gré. » Venais-tu vraiment de placer un sous-entendu derrière cette phrase ? Et ce sourire ambigu, que faisait-il sur ton visage ? Peut-être essayais-tu de sonder Taël. De le tester, et d'enfin savoir ce qui se cachait vraiment derrière tous ses mystères et sa maladresse. Car tu avais presque cru percevoir une déception dans sa voix, alors même si c'était peut-être qu'une hallucination, tu avais été bien trop tenté de plonger cette brèche pour comprendre ce que pensait vraiment le tendre bouclé. Mais tu ne savais pas s'il avait déjà entendu les bruits circulants sur ta tente souvent bien occupée la nuit... En tout cas, il venait carrément de te proposer, un rendez-vous ? Il s'y sentait probablement obligé, il avait sûrement l'impression de te prendre beaucoup de temps et donc il cherchait à te remercier. Mais un instant tu avais cru à autre chose... « C'est mon métier de réparer les vêtements, tu n'as pas à te sentir redevable. Si tu veux venir au troc avec moi, et me filer un coup de main, ce serait avec joie, mais ne t'y sens pas obligé. Tu devrais profiter de ton temps libre pour passer du temps avec ceux que tu aimes. » Malgré ces mots, tu souriais intérieurement en imaginant ce que ça pourrait bien donner Taël et toi ensemble en expédition, ce serait sûrement comique, mais tu étais persuadé que lui le regretterait très vite sa décision.

Il était en tout cas temps d'abréger l'attente du Cent. Il t'avait donné son accord alors tu commenças à dérouler le mètre, et de manière professionnelle, tu entouras l'outil autour de la taille de Taël tandis que tes mains l'effleuraient. « Reste bien droit. » soufflas-tu doucement. Tu fixais avec concentration tes propres gestes, puis tu mémorisas sans difficulté le nombre. Tu étais si focalisé sur ce que tu faisais que tu ne le prévins pas avant de faire la même chose avec ses hanches. Quelques centimètres sous son nombril, tes mains firent à nouveau le tour de son corps pour y placer correctement l'appareil et y lire la mesure obtenue. Mais voulant t'assurer qu'aucun de tes gestes ne le dérangeait, tu relevas les yeux vers lui et ce ne fut qu'à ce moment précis, que tu semblas réellement prendre conscience de l'étrangeté de cette proximité entre vous. « Je-hum...» Le souffle coupé, tu te tus un instant comme si les mots que tu avais voulu prononcer s'étaient volatilisés et que tu ne savais plus que dire. Ton regard s'agitait et tu faillis lâcher le mètre sans comprendre pourquoi. La seconde d'après, tu te forças à reprendre la parole, sinon Taël allait se poser de réelles questions. « Ça va pour l'instant ? Je dois encore juste te mesurer l'entrejambe, enfin, ça veut dire la longueur intérieure de ta jambe. » Tu tenais à ce que les choses soient claires, surtout vu l'inexplicable égarement que tu venais d'avoir.

code by bat'phanie



@Taël D'Arbanville Oh Simple Thing ... ( ☼ Anoki ) 3746051466


Dernière édition par Anoki W. Lu le Sam 23 Mai 2020 - 17:01, édité 3 fois
- Hit the Road -
Taël D'Arbanville
DATE D'INSCRIPTION : 16/04/2015 PSEUDO/PRENOM : Isaïah/Burning Soul MULTICOMPTES : Ozvan & Hyacinthe & Ten & Celeste ( ex Elouan ) & Tam-Tam MESSAGES : 15514 CELEBRITE : Aneurin Barnard COPYRIGHT : Lubnjia Santa ! Alex Tempêtueuse :) & AVENGEDINCHAINS & Lux Aeterna & Rowen & Harlan METIER/APTITUDES : Cuisinier - Aide soignant/Leader Camp de vie TRIBU/CAMP : Cent / Ex-kidnappé POINTS GAGNES : 88

Oh Simple Thing ... ( ☼ Anoki ) Empty Re: Oh Simple Thing ... ( ☼ Anoki )

le Jeu 30 Avr 2020 - 22:27
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Anoki & Taël @PantalonEnMiettes #IsThereSomethingStrangeInTheNeigthboroug #Anaël


Ni ici, ni dans aucune autre univers parallèle le bouclé ne demanda de devenir un des leaders du camps, il se trouva projeter à cette place sans trop comprendre comment. Ne prenant pas compte que ses actions et son implication le menèrent juste à ce qu'il souhaitait éviter depuis le début. Lui il agissait souvent par instinct, tout en cogitant beaucoup trop sur des agissements bien précis qu'il prévoyait. Malheureusement il prenait souvent un autre chemin que celui qu'il se traçait avec patience. D'aucun aurait pu avancer qu'il se comportait de manière lunatique. Mais comme il ne partageait pas ses propres réflexions, la plupart s'habituèrent à ses bizarreries au fil du temps.

Après tout, personne ne pouvait douter de tout ce qu'il entreprenait pour les autres. A part lui et quelques mauvaises langues. Que seraient-on sans elles ? Bien entendu, lui il n'entendait que les reproches, qui terminaient dans son esprit avec des proportions immenses. Une souris se transformait en éléphant. Solitaire bien qu'entouré, il refusait d'écouter les éventuels compliments qu'on lui adressait, comme s'il portait une faute que rien que ne pourrait jamais effacer. Des regrets, sans nul doute, qu'il ne partageait avec personne. Cependant le ton doux, presque caressant d'Anoki l'apaisa à propos de ses inquiétudes sans pour autant réellement le convaincre « Oui ... Et en même temps, ici, tout le monde se doit d'avoir plusieurs cordes à son arc » 

Mais pas toutes ....

Quand Anoki suggéra une aide que lui ou d'autres possédaient la possibilité de lui offrir, Taël garda son regard obstinément baissé vers le sol, des boucles rebelles dissimulaient ses yeux. Il ne comprenait pas pourquoi cette proposition le touchait aussi fort, il ne se rappelait pas non plus si on lui avait déjà faite. Probablement que oui, mais alors il refusait d'entendre, toujours dans cette optique de prouver qu'il arriverait un jour à devenir invulnérable. Voilà pourquoi il ne se donnait pas le droit d'accepter. Et pourtant, là tout de suite, il aurait bien sauté sur l'occasion, ce qui lui démontrait une fois de plus, combien la proximité du couturier s'avérait dangereuse « Merci ! »

Il se mordit la langue pour ne pas rajouter bêtement "je n'hésiterais pas à venir te chercher" Après tout, l'autre - il s'obligeait à le surnommer ainsi mentalement -, ne le visait pas lui personnellement, mais tous les cent. Était-il devenu un porte-Parole ? Quelle manière habile de renverser cette tendance qui le troublait pour s'offusquer intérieurement d'un acte absolument adorable. Taël, il eut souhaité se tourner vers lui, se montrer rude et brutal, et l'intention était là, mais il ne put que lui envoyer un sourire accompagné des deux pupilles reconnaissantes qui se révoltaient contre lui, Taël. Voilà qu'il perdait la maîtrise de ses mouvements, de sa volonté, de ses décisions. Oui fallait qu'il parte vite et sans explication avant qu'il ne se comportât comme un irréfléchi.

Et quand le couturier prononça avancé, un vague intérieure le poussa vers ce dernier, que le bouclé eut encore la force de repousser. Ouf. Dans la profondeur de son âme, il se transformait en moussaillon du haut de son mât, luttant contre une terrible tempête sur une mer déchainée. Heureusement qu'il n'était pas le matelot du petit navire dans lequel on tirait à la courte paille, sinon il se serait fait manger tout cru.

Puis tout s'immobilisa soudain autour de lui, comme si la planète tournait au ralenti, il venait de détecter, une douleur chez Anoki, son empathie prenait le dessus, l'arrimant un peu plus à la terre pour quelques secondes « Ça va ? » Questionna-t-il renversant l'attention sur l'autre. Il ne s'agissait pas d'un réel faux-fuyant mais d'une véritable bienveillance à l'attention d'Anoki. Cependant il y fit la sourde oreille, ou il ne l'entendit pas, car le couturier enchaîna sur les tasses - ou ce qui en faisait office - que Taël sculptait. Un sourire gêné apparue sur ses lèvres, le bouclé ne croyait pas du tout à ce compliment cependant une réalité s'y était glissée « Oh je ne sais rien faire sans y mettre du cœur, pour autant ça n'en garanti pas la réussite, mais avec de l'acharnement on peut s'en rapprocher » Pensée qui lui apportait un petit peu d'espoir pour le futur. Le bouclé s'apprêtait à lui redemander cette interrogation qui le tarabustait quand le problème de l'ours le stoppa une fois pour toutes.  

Maintenant qu'il venait de couper la branche sur laquelle il était assise, Taël ne pouvait continuer à inventer diverses facéties pour jeter de la poudre aux yeux d'Anoki. Et il haussa les épaules un peu brusquement avant de continuer sur l'ursidé « Oh ... Je me suis juste enfui après avoir dérangé un ourson, sa maman l'a très mal pris. Un terrien est intervenu par miracle, mais elle a quand même réussi à me déchirer l'épaule. Je ne crois pas que j'aurais pesé grand-chose face à lui. D'ailleurs je n'en aie jamais rencontré d'autres, mais depuis j'ai toujours évité de prendre ce raccourci »

A vrai dire parfois il se demandait s'il n'avait pas rencontré le seul survivant de l'île, ce dont il doutait quand même. Mais maintenant, il s'embringuait dans un truc bien plus complexe, spontanément il déclara au couturier qu'il trouverait du temps pour aller chercher du tissu chez les terriens. Le bouclé se retrouvait sur un terrain connu, celui de l'aide à autrui, cependant tout sonnait différemment, chaque mot contenait une note discordante qui le perturbait au pont de paraître étranger à sa personne « Oh non, je n'ai rien à faire » Un mensonge éhonté, évident, lui qui se targuait de rester toujours le plus proche de la réalité. Et pourquoi ? Faire plaisir à quelqu'un qu'il fuyait comme la peste. Mais qu'il ne parvenait plus à repousser dans le noir et l'obscurité de cette tente pour faire corps avec toutes les ombres qui s'y glissaient.

« Je je ne sais pas ce qui se passe sous ta tente ... » Balbutia-t-il pris au dépourvu. Mais non Taël, ce n'est pas comme si circulais tard le soir pour vérifier que tout se passait bien pour chacun. Le bouclé n'ignorait aucune des allées et venues de chacun, puisqu'il les observait dans le soir, depuis son arrivée, et ceci pour établir les heures ou il pourrait circuler sans croiser qui que ce soit. Il savait. Tout en voulant jouer à l'indifférent il ne répondait pas du tout à l'interrogation de l'autre « Je veux dire je suis jamais venu ici avant alors je ne sais pas ce .. Comment ça se passe » Se rattrapa-t-il maladroitement en rougissant davantage, et se maudissant plus encore.

Cependant ça ne suffisait à son corps défendant - vous le croyez ? - Il renchérit de manière un peu trop passionnée avant de retourner dans sa coquille .

« Oh mais si je veux y aller avec toi ! »

Un enfant qui réclamait du chocolat aurait la même et exacte tonalité. Sans transition aucun - selon lui -, il se fit prendre en mains par Anoki, à qui il avait donné son accord. Je m'en fous, je m'en fous, je m'en fous se répétait-il inlassablement pour se détacher de l'exercice. Lui revenait en mémoire l'avertissement du Terrien. [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] Le bouclé se lisait comme un livre ouvert, et donc la méthode consistait à se détacher du monde ... Mais quand deux yeux bruns - Noirs ? - s'arrêtèrent aussi prêt des siens. Au milieu de cet étrange silence, il en perdit son latin, et chancela si fort, à la fois dans son esprit et dans son corps qu'il dut se retenir à Anoki, tout en se retrouvant tout contre lui. Proximité trop brulante pour qu'il la supporte, alors il recula promptement « Pardon j'ai perdu l'équilibre ... Euh ... Oui d'accord »



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]     Oh Simple Thing ... ( ☼ Anoki ) 1776346109 Oh Simple Thing ... ( ☼ Anoki ) 620182214 Oh Simple Thing ... ( ☼ Anoki ) 344132641 Oh Simple Thing ... ( ☼ Anoki ) 2215546156
Invité
Invité
Anonymous

Oh Simple Thing ... ( ☼ Anoki ) Empty Re: Oh Simple Thing ... ( ☼ Anoki )

le Sam 23 Mai 2020 - 17:01


Oh simple thing
Give me the permission to act like a child ~ Taël & Anoki

Tu avais l'impression de découvrir un nouveau Taël. Ou plutôt, tu découvrais qui était vraiment Taël. Il était l'un de ces rares Cents dont tu ignorais presque tout, et en cinq ans de vie sur le même camp, c'était difficile de comprendre comment tu pouvais savoir aussi peu de choses sur lui. Hormis son implication évidente pour vous tous et sa volonté que tout se passe au mieux sur le camp, le reste de sa personnalité constituait une énigme complète. Tu n'étais jamais parvenu à prendre part à de véritables conversations avec lui. Ce n'était pas faute d'avoir mené quelques tentatives, toutes repoussées par le bouclé jusqu'à ce que tu comprennes qu'il t'appréciait bien peu et n'avait aucunement envie de ne serait-ce que partager quelques minutes de discussion. En même temps, il était illusoire de croire que sur un camp de 70 personnes, on puisse s'entendre avec tout le monde. Il y avait d'autres Cents que tu connaissais très peu et cela ne posait aucun véritable problème. Mais cela avait toujours été plus différent, plus particulier avec Taël, parce qu'il ne semblait pas juste indifférent mais carrément mal à l'aise, fuyant. Ce qui d'ailleurs attirait toute ton attention car tu ne parvenais à cerner ce qu'il pouvait tant détester chez toi. Pendant un temps, tu crus même qu'il connaissait ton passé et qu'il avait peur de toi. C'était le pire des scénarios possibles. Heureusement tu abandonnas vite cette théorie, et tu laissas tomber l'idée de comprendre ainsi que celle d'améliorer la situation.

Alors, tu ignorais pourquoi cette fois-ci, c'était différent. Pourquoi cette fois-ci, vous parveniez à discuter normalement, enfin à peu près. Et pourquoi cette fois-ci, tu avais même l'impression que le courant passait étrangement bien. Il en venait même à te confier ses pensées, et ses histoires passées. C'était aussi surprenant que plaisant. Captivant même. Ce que l'on attendait le moins, était toujours ce qui nous touchait le plus. Peut-être avait-il passé une journée si bonne qu'il en oubliait son aversion pour toi. Ou peut-être se sentait-il obligé de se montrer aimable en échange du service que tu lui rendais ? Ça semblait pourtant être plus que ça. Il n'avait pas l'air de se forcer. Mais à vrai dire, tu te fichais de la raison de ses réticences disparues, tu te réjouissais simplement de cette opportunité de mieux saisir qui il était. Et la première chose qui t'interpellait était de voir à quel point il n'avait pas conscience de tout ce qu'il faisait pour vous et semblait croire qu'il n'en faisait jamais assez. Tu n'étais pas parvenu à le convaincre, mais tu espérais qu'il finirait par s'en rendre compte avant de trop s'épuiser. Il tenait à veiller sur tout le monde, tout le temps, mais qui veillait sur lui ?

En le voyant baisser le regard - tu aurais tant voulu comprendre ce qu'il avait en tête à cet instant précis - tu eus presque peur qu'il avait mal pris le soutien que tu lui avais manifesté, mais il te remercia finalement. Cela te rassurerait de savoir qu'il n'hésiterait pas à le dire si les responsabilités qu'il portait devenait trop pesantes, mais tu en doutais. Il n'avait pas l'air du genre à oser demander de l'aide. Tu te promis d'être plus vigilant à lui à partir de maintenant. Mais évoquer ensuite le passé t'embarqua dans de sombres souvenirs, comme à chaque fois, si bien qu'il te fallut plusieurs secondes pour réaliser que Taël venait de te demander... si cela allait ? Tu ne sus pas ce qui te déconcerta le plus entre le fait qu'il semblait s’inquiéter pour toi ou celui qu'il ait réussi à percevoir ton tourment passager. La confusion de voir qu'il paraissait attentif à toi, alors qu'il s'était toujours comporté à l'inverse de cela, chassa tes mauvaises pensées, mais te laissa aussi sans voix. Plutôt que de prendre le risque de répondre et de ne pas pouvoir dissimuler ce trouble, tu prétendis lâchement n'avoir rien entendu. L'histoire de ses tasses fut ton échappatoire, bien que la réponse de Taël ne fit qu'accroître cette pointe de tendresse au fond de ton cœur vagabond. "C'est ce qui fait ton charme", eus-tu envie de répondre, mais avec Taël, impossible, il aurait fui aussitôt et ne t'aurait certainement plus jamais adressé la parole. « Avec du cœur et de la détermination, je crois qu'on peut tout réussir. » Une réponse plus conventionnelle mais sincère malgré tout.

Sur l'Odyssée la vie était prévisible, trop prévisible, mais ici les imprévus et les dangers étaient partout. Vous étiez tous passés par des anecdotes plus ou moins similaires, vous retrouvant au moins une fois en difficulté face à des prédateurs sauvages ou des terriens hostiles. « Merci à ce terrien alors, sans lui je n'aurais pas eu le plaisir de concevoir un nouveau pantalon aujourd'hui. » Tes sourires mi-chaleureux mi-espiègles se suivaient et s'enchaînaient, comme si tu découvrais chez Taël un don pour t'amuser ou t'attendrir. Ton regard s'adoucit. Il semblait débordé mais affirmait désormais qu'il avait tout son temps pour t'aider. « Vraiment ? » Tu avais justement cru comprendre qu'il était débordé. Mais il était le mieux placer pour savoir comment il voulait organiser son temps. Et peut-être tenait-il vraiment à te rendre service lui aussi.

Ce n'était pas bien, tu le savais, de taquiner ainsi le mignon bouclé qui était perturbé par tes insinuations. Tu n'avais pas pu t'en empêcher. Les jeux, particulièrement ceux de charme, tu en raffolais. Et sans vraiment savoir comment ni pourquoi, Taël réveillait en toi de drôles d'envies. Mais tu pris sur toi pour ne pas aller plus loin dans tes mots, car ce n'était pas qu'une simple histoire de jeu ou de séduction. Tu ne pouvais pas jouer avec Taël comme tu l'avais fait avec les autres. Tu ne voulais pas jouer avec Taël comme tu l'avais fait avec les autres. Mais rien que pour voir ses joues ravissantes se rougir, cela en avait valu la peine. « Des choses sans importance... Rien de tout cela ne compte. » À cet instant, cela te semblait important de le préciser. Toutes ces aventures que tu cumulais, ce n'était pas par pure envie de jouer les Don Juan, bon peut-être un peu, mais c'était surtout le meilleur moyen pour te protéger de tes cauchemars. Comme si tu étais prêt à tout pour ne pas passer la nuit seul. Maudit colocataire qui dormait trop souvent ailleurs. À défaut de te confier à quelqu'un ou de résoudre tes problèmes de culpabilité, tu savais séduire. Et c'est de cette manière que tu t'assurais de ne pas te retrouver seul face à toi-même. Du moins le moins souvent possible. « Très bien, alors on ira là-bas ensemble. » Ton ton s'était réchauffé, comme si tu partageais le même enthousiasme que Taël. Comme si cette perspective te ravissait.

Prendre ses mesures aurait dû être facile et rapide. Et tu aurais ensuite pu le libérer de ta tente, puisqu'il n'attendait sûrement que ça. Pourtant en relevant la tête, tu perdis inexplicablement tes moyens. Ton esprit partait à la dérive. Vous étiez proches, trop proches. Ses yeux... si près des tiens, si hypnotisants. C'était étrange. Donnant l'impression qu'une faille venait de s'ouvrir, ta respiration s'accabla, et ça te fit frémir de sentir le jeune leader s'accrocher brusquement à toi, comme s'il avait failli tomber, enfin c'est ce que tu supposas. Ce contact physique, accidentel, trop court, tu aurais aimé qu'il n'ait jamais eu lieu. Car même si Taël s'éloigna juste après, tu sus immédiatement que tu en voulais plus. « Ce n'est rien... j'espère que je fus un appui confortable... » Tes yeux, devenus plus sombres qu'ils ne l'étaient, obscurcis par un voile fiévreux, essayaient de lire dans les siens. Tu te rapprochas doucement. « On a quasiment fini. » Tu t'abaissas et ton avant-bras effleura distraitement l'une de ses cuisses, pendant que tu fis glisser l'outil le long de sa jambe. Dans quelques secondes, tu aurais cette dernière mesure et il pourrait s'éclipser, même si soudainement tu n'étais plus sûr d'avoir envie de le laisser partir.

code by bat'phanie



@Taël D'Arbanville Désolée de ma lenteur Oh Simple Thing ... ( ☼ Anoki ) 665777697 Oh Simple Thing ... ( ☼ Anoki ) 484338566 Oh Simple Thing ... ( ☼ Anoki ) 484338566
- Hit the Road -
Taël D'Arbanville
DATE D'INSCRIPTION : 16/04/2015 PSEUDO/PRENOM : Isaïah/Burning Soul MULTICOMPTES : Ozvan & Hyacinthe & Ten & Celeste ( ex Elouan ) & Tam-Tam MESSAGES : 15514 CELEBRITE : Aneurin Barnard COPYRIGHT : Lubnjia Santa ! Alex Tempêtueuse :) & AVENGEDINCHAINS & Lux Aeterna & Rowen & Harlan METIER/APTITUDES : Cuisinier - Aide soignant/Leader Camp de vie TRIBU/CAMP : Cent / Ex-kidnappé POINTS GAGNES : 88

Oh Simple Thing ... ( ☼ Anoki ) Empty Re: Oh Simple Thing ... ( ☼ Anoki )

le Ven 5 Juin 2020 - 21:12
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Anoki & Taël @PantalonEnMiettes #IsThereSomethingStrangeInTheNeigthboroug #Anaël


Au début de son séjour sur la terre, le jeune homme préféra l'obscurité à la lumière. A dire vrai, il n'imaginait pas qu'ils survivraient plus que quelques jours. Même, le bouclé embrassait l'idée de la mort telle une délivrance. Enfin ! Après avoir vécu dix ans dans l'expectative de la rencontrer, Taël ne parvenait pas à visionner d'autres possibilités dans sa tête. Il se dissimula donc au regard des autres avec habilité, il n'y avait que quand il s'endormait inopinément qu'on trébuchait éventuellement sur lui. Forcément, toute cette jeunesse ressemblait à une ruche en activité, n'accordant pas d'attention à ceux qui ne suivaient pas le mouvement.

Malheureusement - ou fort heureusement - les besoin humains nécessitaient par instant de sortir de sa bulle. Surtout quand le cœur tendre du garçon en voyait un autre en difficulté. En vérité il n'agissait jamais pour lui-même, puisqu'il avait été conditionné à prendre soin de sa mère depuis son plus jeune âge. Oh s'il eut possédé un mauvais fond, évidement il n'aurait pas plongé dans ce besoin de tendre la main à son prochain avec une telle conviction. Alors lui, qui était-il véritablement ? Sans doute ne le savait-il pas lui-même. Il commençait tout doucement à se découvrir, à s'arrêter sur ce qu'il désirait ou non, mais encore trop parcimonieusement. Alors oui, tout le monde le connaissait, mais peu aurait su aller au fond des choses. Et finalement dans la vie de tous les jours, au campement, ces petits détails ne possédaient aucune espère d'importance. On s'accrochait grâce à tous les survivants et ça suffisait largement.  

Pourtant, et Assurément, quand le bouclé se comportait avec gentillesse envers tous, mais en fuyait un en particulier, ça ne passait pas inaperçu à ce particulier en question ! Et lui, le bouclé ne manquait pas de le noter. Alors il aurait bien donné tout ce qu'il possédait au monde pour devenir transparent, invisible quand il devait croisait Anoki. Même son prénom rendait le bouclé plus agité, ou le simple fait d'entendre le son de sa voix. Et Taël il refusait de trouver une explication à ce phénomène bizarre. Il Opposait un blocage instantané à tout ce qui touchait de prêt ou de loin le couturier.

Et voilà que tout ce qu'il craignait sans jamais l'avoir prédit se produisait maintenant. Parce que dans le plus obscur de ses recoins, Taël devinait qu'il ne le haïssait pas, bien au contraire. Et pourtant si ... Parce qu'il ne maîtrisait plus rien en sa présence et il abhorrait ça - ? -. Mais lutter s'avérait inutile, puisque plus les secondes s'égrenaient, plus Taël s'adoucissait, se surprenant à gouter ces instants volés à Anoki. Bien qu'il tentât une résistance dérisoire et complétement veine.

Celle-ci se dématérialisa quand l'espace fugace d'un moment il ressenti l'étrange trouble qui s'emparait de son interlocuteur. Juste là, il eut voulu aller s'assoir avec lui et tenter de le rassurer. Mais Taël avec sa tonalité trop basse probablement, ne su obtenir aucune réponse. Alors naquit cette frêle inquiétude qu'il commença à éprouver pour le couturier, balayant tous ces efforts pour le repousser ces quatre - cinq - dernières années. Il venait de se permettre d'éprouver une émotion à son égard...

« Je crois surtout qu'on peut tout essayer, quant à Réussir ... » Enfin il n'impliquait que lui, il ne sous-entendait aucunement que ce fut impossible pour l'autre. Oui revenons sur L'autre, ne nous laissons pas distraire. Ne commençons pas à avoir le palpitant qui sursaute dès qu'un événement dramatique parcourt telle une rumeur toutes les lèvres pour arriver à son Ouïe, et qu'il n'aille dorénavant se précipiter pour vérifier que l'autre respire encore.

Le trouble gagnait impitoyablement du terrain. Il se perdait dans l'explosion de pensées qui envahissaient, impitoyables, son cerveau. Alors il demeura légèrement - beaucoup - dubitatif quand on en revint à l'histoire de l'ours. Il ne capta pas directement le lien implicite qu'évoquait Anoki entre le terrien, l'ursidé, lui et le pantalon. Le bouclé jeta un regard interrogatif à Anoki, ses yeux presque aussi grands que des soucoupes, perdus entre ici et là-bas, à la limite de l'extinction parce qu'il se sentait ridicule de ne pas comprendre. Et non ça le dérangeait que l'au.. Anoki puisse penser ça de lui. Ce fut pendant ce bref - mais profond - égarement que le couturier lui assura que rien qui puisse se produire sous sa tente ne devait être considéré comme important. Soulignant ainsi à quel point Taël se devait de continuer à fuir Anoki, mais n'en éprouvait aucune envie.

Le rouge prenant plus en plus possession de ses joues, il bégaya quelques mots incompréhensible - plutôt des onomatopées - qui certainement n'en avaient que la dénomination. Taël crut alors se rattraper sur cette interrogation à propos de son emploi du temps qu'avait laissé fuir un peu trop en proie au désarroi.

« Vraiment »

Il s'aperçut alors que ça prêtait à confusion, qu'Anoki pouvait très bien l'interpréter à propos de ses activités nocturnes « je veux dire oui, j'aurais vraiment du temps ... Pour toi ... Pour ... pas ... Les tissus » Étrangement, le pénétrait l'impression de confesser un monde dans ses seuls mots, pourtant, et il voulait s'en convaincre avec détermination, bien anodins. Rêvait-il, out toute l'atmosphère se colorait d'étranges demi-teintes voltigeant entre les regards, les gestes, les paroles ... Il fut infiniment soulagé de l'accord d'Anoki pour cette fameuse expédition au duty-free, un peu comme s'il lui offrait la lune. Il ne put retenir un sourire rayonnant. « Oui ensemble » Un de ceux qu'on entrevoyait si peu. Il en oublia toute la pression qu'il s'infligeait pour laisser s'échapper une joie qui n'aurait pas dû être.

Et si

Elle ... aussi ne revêtait aucune importance comme tout ce qui arrivait dans cet abri. Son âme jouait aux montagnes russes, et il s'interrogeait si d'ici peu il ne sombrerait pas dans un sommeil ennemi. Tout empruntait un gout différent, les mesures qui auraient dû être une torture lui firent perdre l'équilibre au milieu d'un étrange danse que tous les deux effectuaient. Lui il aurait bien fait durer ce contact un peu plus longtemps, certainement il perdait la tête ...

« Oui » Si petit ce oui, murmuré comme un secret, quasi imperceptible. Et l'autre qui annonçait la fin, cela aurait dû le réjouir, il eut voulu s'écrier *ouf !* Parce que ces frôlements le mettaient au supplice. Il ne le voulait pas, mais il se vit dans l'obligation de l'avertir tandis qu'il en possédait encore le courage, tandis qu'Anoki se baissait pour terminer « Je ... Si je tombe dessus, c'est pas que j'ai envie ... Enfin pas que j'ai pas ... Non c'est juste que parfois je m'endors sans le vouloir »


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]  Oh Simple Thing ... ( ☼ Anoki ) 2215546156  Oh Simple Thing ... ( ☼ Anoki ) 2215546156  Oh Simple Thing ... ( ☼ Anoki ) 2215546156
Spoiler:
Il va pas pas être pris d'une crise de narcolepsie, mais il à tellement la trouille que Anoki puisse croire que c'est fait exprès, qu'il en part. Ce qu'il ne fait jamais ( à part avec Liam )
Invité
Invité
Anonymous

Oh Simple Thing ... ( ☼ Anoki ) Empty Re: Oh Simple Thing ... ( ☼ Anoki )

le Dim 28 Juin 2020 - 19:08


Oh simple thing
Give me the permission to act like a child ~ Taël & Anoki

« Tout dépend la définition que l'on donne au mot réussir. » Partager ta foi et ton optimisme en vous, en la vie, en l'avenir, c'était la manière la plus simple et honnête que tu avais d'ouvrir ton cœur. Tu savais qu'on te considérait trop souvent naïf ou idéaliste, et c'était certainement ce que se disait Taël, mais pour toi tout était une simple question de perspective. Ne pas arriver à son but, on pouvait le voir comme un échec ou bien comme un apprentissage et une opportunité d'être mené sur un nouveau chemin. La déception, la tristesse, on ne pouvait pas les empêcher mais on pouvait apprendre à prendre du recul jusqu'à réaliser que la vie continuait et chaque seconde qui s'écoulait était une chance de faire les choses différemment, de sourire à nouveau et d'essayer autre chose. Chacune de nos expériences sculptait notre perception du monde mais on finissait le plus souvent par réaliser qu'il n'y avait jamais réelle victoire ou défaite, réelle bonne ou mauvaise personne. Simplement des actions et leurs conséquences infinies dont on n'a pas vraiment conscience, et des humains imparfaits avec leurs croyances, leur propre lumière et leur propre ombre. « Tout essayer et faire au mieux, pour moi, ça c'est déjà réussir. »  

Les minutes filaient trop rapidement, les discussions se poursuivaient, et finalement c'était comme si vous vous découvriez pour la première fois. Ses responsabilités, son sentiment de ne pas en faire assez, sa rencontre avec un ours, ces tasses... c'était presque comme si vous en oubliez cette histoire de pantalon. Il faut dire qu'il avait fallu tant de temps pour que tu aies enfin l'occasion d'en savoir un peu plus sur lui. Et tu ignorais si c'était une bonne chose mais tu ne pouvais pas nier l'intérêt qu'il était en train de faire naître dans ton esprit intrigué. Tu réalisais qu'il était si...unique. Il était perturbant, définitivement doué pour te surprendre par ses réactions imprévues, et sans le vouloir il éveillait une envie de jouer un peu trop forte pour être innocente.

Tu ne t'attendais d'ailleurs absolument pas à ce qu'il se montre si décidé à t'accompagner au troc, avait-il conscience que cela impliquerait de passer plus de temps ensemble que nous n'en aviez jamais passé si on cumulait toutes vos brèves interactions depuis votre débarquement sur Terre ? Allait-il le supporter ? Il avait tant préféré à ce que vous aillez des contacts formels et distants, voire même inexistants, que cela alimentait grandement ta curiosité. Il te fallait découvrir et comprendre ce qui avait changé. Pour le moment il cachait si souvent ses yeux entre ces belles boucles sombres que tu ne parvenais pas à y lire ce qu'il pouvait penser ou ressentir. Ses mots se mélangeaient, tu ignorais de quelle façon tu le mettais tant mal à l'aise et encore moins pourquoi il voulait s’infliger cela encore plus en partant au moins une journée entière en expédition à tes côtés. Mais tu ne déclinais pas sa proposition, en fait tu l'acceptas sans hésitation quand tu compris qu'il était sûr de lui, car tu étais bien trop tenté et attiré par tout ça. Dans cette nouvelle route invraisemblable qui se dessinait, tu mourrais d'envie d'y plonger pour voir ce qui t'attendait. Où tout cela vous mènerait-il ?  

Mais désormais le trouble était trop grand pour que tu aies l'énergie de te poser ce genre de questions ou même d'avoir encore des pensées cohérentes. En fait tu avais complètement perdu le fil de ce qu'il venait de se passer -le comble pour un couturier - comme si ce n'était pas réel. Peut-être que tu venais d'imaginer tout ça. Tu ne comprenais pas pourquoi tu étais soudain si focalisé sur l'enivrant son de la respiration du bouclé ni pourquoi tes mains s'attardaient aussi longtemps sur ses jambes pour la dernière mesure qui devrait déjà être terminée. Accroupi, immobile et songeur, le regard détaillant le sol comme si une réponse logique à tout ça s'y trouvait, le mètre en main, c'est Taël qui réveilla finalement ton attention. Envie de quoi... ? Tu aurais étrangement aimé qu'il termine sa phrase. Mais la suite fut si inattendue qu'elle dissipa complètement ta confusion. Tu te reprenais. « Je suis si ennuyant que cela ? » Tu retiras lentement tes mains et commenças doucement à te relever en le rassurant avant qu'il ne pense t'avoir vexé. « Je plaisante. Mais c'est vraiment possible de s'endormir... sans le vouloir ? » Vu que même la nuit tu ignorais comment dormir correctement, être soudainement frappé par le sommeil te semblait aussi peu probable que de voir un Rahjak venir partager un dîner avec vous. « Si tu es aussi épuisé, tu devrais peut-être prendre quelques jours complets de repos. » Les inquiétudes réapparaissaient aussitôt sans que tu n'aies rien demandé, tu n'aimais pas l'idée que Taël puisse être autant au bout du rouleau. Le campement pouvait tourner quelques jours sans lui, il fallait absolument qu'il prenne plus soin de lui. « En tout cas j'ai terminé. Te voilà libre. » C'était mieux ainsi, car cette journée était déjà bien assez singulière et énigmatique. « Tu auras ton pantalon demain. » Tu y passerais certainement une majeure partie de la nuit, et tu espérais que le résultat final lui conviendrait. Tu rêverais d'avoir une multitude de tissus pour modifier ou créer des vêtements de manière parfaitement adaptée aux nuances de la personne qui les porterait mais tes ressources étaient si limitées que c'était déjà une chance d'en avoir assez pour en faire un entièrement.  
code by bat'phanie



@Taël D'Arbanville   Oh Simple Thing ... ( ☼ Anoki ) 171928021
- Hit the Road -
Taël D'Arbanville
DATE D'INSCRIPTION : 16/04/2015 PSEUDO/PRENOM : Isaïah/Burning Soul MULTICOMPTES : Ozvan & Hyacinthe & Ten & Celeste ( ex Elouan ) & Tam-Tam MESSAGES : 15514 CELEBRITE : Aneurin Barnard COPYRIGHT : Lubnjia Santa ! Alex Tempêtueuse :) & AVENGEDINCHAINS & Lux Aeterna & Rowen & Harlan METIER/APTITUDES : Cuisinier - Aide soignant/Leader Camp de vie TRIBU/CAMP : Cent / Ex-kidnappé POINTS GAGNES : 88

Oh Simple Thing ... ( ☼ Anoki ) Empty Re: Oh Simple Thing ... ( ☼ Anoki )

le Mer 1 Juil 2020 - 1:27
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Anoki & Taël @PantalonEnMiettes #IsThereSomethingStrangeInTheNeigthboroug #Anaël


Comment ? Pourquoi ? Une conversation s'était engagée qui tournait autour du fait de Réussir, alors que le bouclé souhaitait simplement venir demander au couturier de lui réparer son pantalon. Entrer, sortir voilà ce qu'il se jura de faire avant d'entreprendre cette action qu'il retardait depuis bien trop longtemps. Ça paraissait si simple penser comme ça, et pourtant face à Anoki tout prenait une autre dimension. Un peu comme ses poupées qu'on ouvre et qui en dissimulent une autre, puis un autre, et encore une autre quasiment indéfiniment.

Taël, il ne comptait pas s'attarder, éviter toute discussion inutile et même au besoin agir rudement envers le jeune homme. Pour l'instant il ne creusait pas les raisons de son comportement envers Anoki, car il devinait que la réponse le mènerait vers des terres inexplorées. Et ça se révélait absolument véridique, à mesure que ses défenses fondaient au rythme des découvertes sur celui qu'il fuyait depuis la première vision qu'il eut de lui. Évidement que le couturier ne possédait rien d'un monstre, bien entendu que ce dernier apparaissait particulièrement attachant aux yeux de Taël. Qui pourtant se refusait de lui concéder quoi que ce soit, mais abdiquait malgré tout quand ses paroles prenaient forme en désaccord avec ses décisions « C'est vrai. C'est souvent ce que je dis aux autres, et pour eux je le pense vraiment ... Il se peut que j'aie été perché cette expectation de réussite un peu trop haut pour moi »  

Autant dire qu'il n'était pas prêt. Taël ne possédait pas les armes pour affronter le bouleversement de toutes ses certitudes et de toutes ses émotions. Avant de de pénétrer dans cet abri, le bouclé avait dû le pressentir puisqu'il avait tourné toute la journée comme un lion en cage. A présent il se découvrait fasciner, inquiet, intéressé tout ce qu'il souhaitait ne pas être. Et pourtant. A la fois les secondes s'égrenaient telles des heures et les instants à ses côtés bénéficiaient d'une saveur trop éphémère. Pareil à un magicien il eut voulu arrêter le temps, pour en apprendre davantage, pour entendre - écouter - le son apaisant de sa voix, puis creuser pour comprendre ce qui se dissimulait dans cette douleur volatile qui perça brièvement dans les prunelles d'Anoki.

Mais tout s'arrêtait là, dans un futur bien trop proche ils allaient couper le fil. Parce que ce pourquoi le bouclé sollicitait le couturier serait accompli. Enfin tout ce qu'il était nécessaire de faire là, tout de suite. L'émotivité qui le gagnait menaçait de le faire tomber endormi. Le bouclé connaissait assez les données de son problème pour détecter les failles possibles. Ça ne se produisait pas forcément, mais Taêl ne maîtrisait pas le déclenchement. Et il visualisait une situation qui eut pu porter à confusion, celle qui l'envahissait déjà ... Oh Non voulut-il affirmer au couturier qui se relevait en précisant qu'il le taquinait, si bien que cette dénégation mourût dans sa gorge.

Maintenant Anoki le regardait, intrigué par cette histoire de sommeil, rien dans cette interrogation ne soulignait une quelconque connaissance de ce dont souffrait Taël « Oui c'est possible, c'est une maladie » Dans sa tête cet adjectif résonne comme une faiblesse, et l'expression qui se peint sur le visage du bouclé en dit long sur les dilemmes que ça lui procure. Il déteste l'évoquer, et pourtant les mots sortent si facilement avec Anoki  « On appelle ça narcolepsie si ... Il y pas de traitement ... Que je connaisse en tout cas. Ça arrive n'importe quand ... »

Puis il sait, finalement ça n'a doit pas être un sujet si intéressant pour le couturier, des tas de cent ont des problèmes bien plus complexes que ça « Ce qui fait que je dors déjà beaucoup trop » Termine-t-il en conclusion alors qu'Anoki le libère, et que lui Taël demeurerait bien prisonnier encore ... Un tout petit peu. Il faut pourtant se rendre à l'évidence, il va agacer l'autre s'il s'incruste encore sans raison apparente « Et bien merci » Et dans un geste spontané il s'avance et pose un baiser sur la joue d'Anoki puis se détourne rapidement pour sortir en courant, droit devant lui sans penser à ou il se dirige ...

*T'as fait quoi ? Tu n'embrasses jamais personne*  

 
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] Oh Simple Thing ... ( ☼ Anoki ) 2732326958
Contenu sponsorisé

Oh Simple Thing ... ( ☼ Anoki ) Empty Re: Oh Simple Thing ... ( ☼ Anoki )

Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum