Aller en bas
- Hit the Road -
Taël D'Arbanville
DATE D'INSCRIPTION : 16/04/2015 PSEUDO/PRENOM : Isaïah/Burning Soul MULTICOMPTES : Ozvan & Hyacinthe & Ten & Celeste ( ex Elouan ) & Tam-Tam MESSAGES : 13986 CELEBRITE : Aneurin Barnard COPYRIGHT : Alex Tempêtueuse :) & AVENGEDINCHAINS & Lux Aeterna & Rowen & Harlan METIER/APTITUDES : Cuisinier - Aide soignant/Leader Camp de vie TRIBU : Cent / Ex-kidnappé POINTS GAGNES : 614
Voir le profil de l'utilisateurEn ligne

Oh Simple Thing ... ( ☼ Anoki ) Empty Oh Simple Thing ... ( ☼ Anoki )

le Lun 7 Oct 2019 - 21:42

Anoki & Taël @PantalonEnMiettes #IsThereSomethingStrangeInTheNeigthboroug



Cela fait plusieurs fois qu'il parcourt le campement, ça n'a rien d'extraordinaire puisque ça fait un peu parti de son job. Régulièrement, dans la journée quand il ne se trouve pas aux fourneaux avec Rachel, à l'infirmerie s'il faut soigner un petit bobo ou entrain de faire l'éducation de James, il arpente les lieux. Au cas où l'un ou l'autre souhaiterait l'aborder pour lui demander de l'aide ou faire une simple requête.

Cependant, depuis ce matin il a doublé ses rondes de passage - même triplé -, et ce parce qu'il se voit dans l'obligation d'aller chercher de l'aide. Pas chez n'importe qui ... Et d'ailleurs s'il en avait la capacité, le bouclé réglerait le problème lui-même. C'est que son dernier pantalon tombe en morceaux, il croyait qu'il durerait beaucoup plus longtemps. Oh il n'ignorait pas Taël, que très vite, il lui serait nécessaire d'aller faire un peu de troc pour se rhabiller. L 'imbécile, il remettait toujours à demain, comme un procrastinateur, et surtout parce que toutes ses activités lui mangeaient l'entièreté de sa journée. Trop tard, il ne pourra pas se rendre chez les terriens dans un tel état, il y arriverait nu s'il devait traverser un bout de forêt, alors la seule solution qui s'impose à lui : Un couturier.  

le seul à disposition demeure Anoki, bien qu'il ne l'ait jamais prononcé, il connaissait très bien le prénom de ce dernier. Généralement il l'interpellait de loin, puis coupait court très vite à leur échange de dialogue. Oh le cuisinier ne se montrait pas agressif, ça ne lui ressemblait pas, mais il ne souhaitait pas particulièrement développer un lien avec celui-là. Non qu'il puisse lui reprocher une mauvaise attitude, au contraire, de plus il ignorait totalement le crime de celui-ci, et n'avait jamais essayé d'en savoir plus.

Comme pour tous les autres, après tout, suite à une telle épreuve ils possédaient tous le droit et le devoir de repartir à zéro. Alors non, il ne travaillait pas mal du tout, Taël l'estimait même plutôt doué, et serviable ... Alors ? Ben il y a des trucs qu'il ne s'expliquait pas à lui-même, et il était passé par tant de choses et d'épreuves depuis son arrivée, qu'il renonçait complétement à plonger au fond de son âme. Beaucoup le jugèrent plutôt mal ou bizarre au début, mais depuis ils s’habituèrent à lui Et comme il évoluait plutôt pas mal non plus les regards étranges ou agacés diminuaient de plus en plus. Finalement il décida de s'arrêter tout net devant l'abri de celui qui le faisait tourner en bourrique depuis le matin.  

« Tu es là ? » Evidement ce n'était pas des plus efficaces, éloigné de quelques mètres de l'habitation, ça pouvait s'adresser à n'importe qui. Surtout que Taël n'insufflait pas beaucoup d'énergie dans son appel. Il se résigna donc à exécuter plusieurs pas pour se rapprocher de l'antre du couturier « Anoki ? » Bizarre comme sensation lorsque ce mot passa ses lèvres pour la toute première fois.

Le bouclé haussa les épaules dans le vide, pour lui, il se traitait d'imbécile et de sombre idiot. Mais qu'est-ce que ses manières soudainement de sa part ? Alors il fonça, à son habitude, spontané dans sa gaucherie,  osa pénétrer à l'intérieur « Anoki tu es là ? Je te cherche ... »

Taël cligna légèrement des yeux car on n'y voyait pas grand-chose quand on passait de la lumière du jour à ces séjours bricolés plutôt sombres. Il lui sembla apercevoir une silhouette, aussi se laissa-t-il le temps de s'habituer à la différence de clarté « Désolé d'arriver comme ça chez toi, mais je ne t'ai pas vu sur le camp » Ou dans ce cas il n'osa pas l'approcher, mais ça il se garderait bien de le lui révéler. Espérons maintenant qu'il n'allait pas tout simplement le chasser parce qu'il le surprenait dans son moment de détente ...



@Anoki W. Lu Oh Simple Thing ... ( ☼ Anoki ) 2732326958 Oh Simple Thing ... ( ☼ Anoki ) 2790306669
Anoki W. Lu
DATE D'INSCRIPTION : 10/08/2019 PSEUDO/PRENOM : Mellowness MULTICOMPTES : L'infatigable Sinead MESSAGES : 1247 CELEBRITE : Willy Cartier COPYRIGHT : Lux Aeterna (avatar) / Astra (code signa) METIER/APTITUDES : Couturier / Artisanat & Cueillette POINTS GAGNES : 570
Voir le profil de l'utilisateur

Oh Simple Thing ... ( ☼ Anoki ) Empty Re: Oh Simple Thing ... ( ☼ Anoki )

le Mer 9 Oct 2019 - 0:53


Oh simple thing
Give me the permission to act like a child ~ Taël & Anoki

De tes doigts tristes, tu caressais son flanc. Toute la tendresse dont tu savais faire preuve, tu la donnais à cet instant. Ton âme accompagnait la sienne. Son corps chaud ne le serait plus dans peu de temps. Mais l'attente n'avait pas de fin. Si cela te semblait si long, qu'en était-il pour elle ? Tu ignorais tout de la douleur qu'elle devait ressentir, car ce n'était pas toi, étendu au sol, qui baignait dans cette liqueur grenat, mais elle. Le flot était irréfrénable. Le sol en était maculé. Tes vêtements aussi. Sauf que ce n'était qu'un détail futile. Ce qui comptait c'était que son regard - qui t'avait longtemps fui - te faisait désormais face. Elle n'avait plus la force de lutter. Elle n'avait plus la force d'avoir peur de toi. Le plus que tu pouvais faire était de lui offrir ta chaleur humaine, tes tendres caresses et tes yeux bouleversés n'abandonnant pas les siens. Tu ignorais si cela soulageait une partie de sa souffrance. Peut-être n'était-elle plus en état de percevoir ta présence. Mais qu'elle s'en rendait compte ou non, tu resterais jusqu'au bout. Aucune âme, quelle qu'elle soit, ne méritait d'être seule en voyant la fin arriver.

Sa tête posée sur tes cuisses, la biche refusait de se laisser partir... Peut-être avait-elle des petits qui attendaient son retour ? Elle avait trouvé refuge derrière ce petit bosquet, tu l'avais entendue s'écrouler sans savoir de quoi il s'agissait et en t'approchant tu l'avais vue. Elle avait voulu te fuir mais c'était de son arrière train que provenait la blessure béante. Impossible de courir à nouveau. C'était ici que ses jours prendraient fin, alors tu avais simplement voulu lui tenir compagnie... Était-ce stupide ? Tu n'avais même pas de quoi abréger ses souffrances. Tu n'étais qu'un spectateur impuissant, compatissant. Et face à son regard si humain tu comprenais pourquoi la chasse te faisait tant horreur. Ainsi que pourquoi depuis ton arrière sur Terre, aucune bouchée de viande ne t'avait procuré le moindre plaisir.

Peut-être que ton inconscient cherchait juste à te rassurer mais tu avais la sensation que tes caresses l'apaisaient. Son aura était si faible. Et toi tu ne voyais qu'elle, oubliant complètement tout ce qui vous entourait. Tu fredonnas même légèrement quelques notes, sorties tout droit de ton imagination, comme si tu refusais que l'animal majestueux parte dans le silence et l'indifférence. Cela dura quelques minutes encore. Quelques minutes de vie aux abords de la mort. Quelques minutes d'un animal à l'agonie, et d'un humain désemparé. Quelques minutes avant qu'elle n'expira pour la dernière fois, et que tu lui adressas une prière. Quelques minutes après lesquelles tu restas immobile un moment. Ébranlé par cette si grande peine que tu ressentais. Ce sentiment de tristesse... tu avais presque oublié ce que c'était. Le regard baissé, le cœur meurtri, tu te relevas et te mis en direction du campement. Il fallait que tu rentres. Et tu ne pouvais l'emmener. Les biches pesaient généralement une centaine de kilos. Même si la laisser derrière-toi ne faisait qu'empirer l'émotion. Et bien que tu aimerais qu'elle repose en paix et que sa dépouille soit respectée, tu devrais indiquer son emplacement aux chasseurs. Étant donné que c'était forcément l'un d'eux qui lui avaient fait cette blessure à l'arrière-train, ils devaient la chercher dans toute la forêt. Et une telle potentielle réserve de nourriture ne pouvait être laissé à l'abandon. Si les chasseurs se montraient réactifs, ils pourraient peut-être la récupérer avant que les corbeaux ne s'en fassent un festin.

Après cinq années de survie sur Terre, la plupart des Cents s'étaient habitués à cette partie de votre quotidien. Tuer pour survivre. Mais pas toi. Comme un enfant, tu t'émerveillais à chaque animal que tu croisais, à chaque fleur qui s'éveillait. Comme un enfant, tu n'étais pas préparé à supporter ce genre de funeste spectacle. Alors sur le chemin du retour, habituellement loin dans tes pensées, ton esprit était là totalement vide. Fragilisé. Ce n'est qu'en arrivant à l'entrée du camp que tu parvins à sortir de ta torpeur, à mettre ce qu'il venait de se passer de côté, et à réaliser que tu étais couvert de sang. Il faillait que tu te changes immédiatement. Tu n'avais pas envie qu'on te pose de question. Ensuite, il serait temps de reprendre tes fonctions, comme si rien n'était arrivé. Profites de la vie tant que tu vas bien. C'est à cette idée que tu te raccrochas.

Tu étais donc au fond de ta tente, à l'abri des regards et en train de constater l'ampleur des dégâts sur tes vêtements, lorsque tu eus l'impression qu'on avait murmuré ton nom. Mais qui ? Tu pensas sincèrement avoir halluciné. Alors tu t'apprêtais à retirer ton haut tacheté, lorsqu'une présence inattendue fit surface en s'engouffrant dans ton abri. Tu tournas la tête, surpris. Tu n'avais pas rêvé finalement. « Bonjour Taël. » Se passait-il quelque chose ? Car s'il y avait bien quelqu'un qui n'était pas du genre à venir te voir c'était bien lui. Tu avais cette fréquente impression qu'il te fuyait. Là en l’occurrence, il semblait avoir besoin de tes services. Tu remarquas directement l'état de son pantalon. C'était loin d'un gentil trou. Tu percevais presque plus de peau nue que de tissu. Cela te fit légèrement sourire, car tu imaginais le malaise de Taël de se montrer ainsi. « T'en fais pas, tu ne me déranges pas. » Si ce n'est que s'il était entré quelques secondes plus tard, il t'aurait vu en train de te déshabiller. « Tu attendais de te retrouver à poil avant de venir me voir ? » plaisantes-tu. Car pour que son bas soit si déchiré, cela n'avait pas dû se faire du jour au lendemain. Cela devait faire un moment que son habit se détériorait. Pas sûr que tu pourrais sauver ce pauvre pantalon. « Désolé je m'étais absenté. » Cela n'aurait pas dû être une longue absence, mais tu avais eu ce...contretemps. « Ça ne te dérange pas si je me change avant de m'occuper de toi ? » Peut-être d'où il était ne voyait-il pas le sang qui te couvrait, en tout cas tu ne pouvais décemment pas rester comme ça. Et pour être honnête, tu avais besoin de les retirer, de tout oublier. Reprendre la journée normalement, retrouver la couture et profiter de la rare présence de Taël, c'était exactement ce qu'il te fallait. Une mort ne suffisait pas à arrêter la vie.

code by bat'phanie



@Taël D'Arbanville Oh Simple Thing ... ( ☼ Anoki ) 4081441540 Oh Simple Thing ... ( ☼ Anoki ) 4081441540 Oh Simple Thing ... ( ☼ Anoki ) 3746051466


Dernière édition par Anoki W. Lu le Sam 23 Nov 2019 - 22:27, édité 2 fois (Raison : n)
- Hit the Road -
Taël D'Arbanville
DATE D'INSCRIPTION : 16/04/2015 PSEUDO/PRENOM : Isaïah/Burning Soul MULTICOMPTES : Ozvan & Hyacinthe & Ten & Celeste ( ex Elouan ) & Tam-Tam MESSAGES : 13986 CELEBRITE : Aneurin Barnard COPYRIGHT : Alex Tempêtueuse :) & AVENGEDINCHAINS & Lux Aeterna & Rowen & Harlan METIER/APTITUDES : Cuisinier - Aide soignant/Leader Camp de vie TRIBU : Cent / Ex-kidnappé POINTS GAGNES : 614
Voir le profil de l'utilisateurEn ligne

Oh Simple Thing ... ( ☼ Anoki ) Empty Re: Oh Simple Thing ... ( ☼ Anoki )

le Mer 30 Oct 2019 - 21:54

Anoki & Taël @PantalonEnMiettes #IsThereSomethingStrangeInTheNeigthboroug



La tonalité de la voix d'Anoki résonne d'étranges vibrations alors qu'il salue Taël, et l'esprit du bouclé s'y accroche plus longuement que nécessaire. Il y ressent un certain malaise, mais peut-être n'est-ce que le sien qu'il transfère mentalement sur le couturier, afin de se rassurer. Ses lèvres bougent doucement alors qu'il veut s'inquiéter de comment se porte son vis-à-vis, cependant ce dernier le coupe inconsciemment pour lui confirmer qu'il ne le dérangeait pas.

Ah zut, il aurait sûrement sauté sur la perche tendue pour s'esquiver aussi vite que le vent. Tout en se promettant de revenir plus tard. Malheureusement ses pieds doivent s'ancrer comme une enclume sur le sol pour ne pas reculer, et affronter l'autre. Taël, il secoue intérieurement ses pensées, fautives de revêtir le garçon d'un manteau ennemi, comme s'il devait entrer en guerre. Alors il s'efforce de respirer doucement tout en se maudissant d'agir si bêtement.

« Oh tant mieux » Il faut bien qu'il se donne une contenance. Avec celui-là c'est comme s'il reculait de cinq ans en arrière. Quand il se cachait de tous, qu'il refusait de partager la vie du camp car il demeurait persuadé, après avoir aperçu le premier terrien qu'ils viendraient tous les assassinés dans leur sommeil. Depuis il a radicalement changé. Avec les siens il s'est stabilisé. Normalement. Y'avait que Alex qui le mettait dans tous ses états. Mais elle est partie. Alors il ne redoute plus rien.

Redouter quoi ?

Peu concentré, Taël n'enregistre pas la seconde phrase que prononce Anoki, son cerveau ne réagit que quand il ouïe les mots "A poil". Ses pupilles s'arrondissent comme des soucoupes, alors que sa conscience regagne complétement sa tête. Une expression légèrement ahurie s'empare de ses traits pendant qu'il dévisage de haut en bas le couturier - c'est plus fort que lui -, et en arrive à la conclusion qu'il a dû manquer un sacré bout de tout un ensemble de paroles.

Néanmoins l'obscurité de l'abri s'enfuit alors que Taël s'y habitue tranquillement. Il n'est donc pas sans noter les tâches qui envahissent les vêtements du brun quand celui-ci s'excuse de s'être absenté « Tu t'es absenté ? » Questionne le bouclé, comme un écho passant du je au tu. Une inquiétude perce dans cette demande. Non que partir de leur lieu de vie fut exceptionnel, ou interdit, mais plutôt, et surtout, l'incident qui a couvert de sang Anoki. Il le flaire dorénavant comme si le fait d'être rappelé à la réalité ait donné un coup de pied à son odorat. Car pour un cuisinier l'odeur métallique de l'hémoglobine lui saute directement au nez. De plus tout le monde sait que son interlocuteur ne possède rien d'un chasseur « T'as eu un souci ? Tu es blessé ? Tu veux que je regarde ? » Proposition qu'il regrette aussitôt l'avoir lancée. Non pas qu'il laisserait mourir Anoki dans d'atroces souffrances, juste qu'il refilerait ce job à un autre soignant plus doué que lui.  

Ce qui est, bien entendu, absurde comme réaction. Evidement que si le couturier fut en proie d'un quelconque mal ou danger, Taël n'eut pas hésité une seconde à le secourir. Mais il ne semblait pas défaillir ... car bon, si c'était lui qui avait perdu tout ce liquide vermeil, il eut probablement été très chancelant ...

« Oh oui ... » Balbutia-t-il en se détournant pour lui offrir toute son intimité « Enfin non, ça ne me dérange pas » Un peu quand même. Non pas que Taël fut prude ... Ou peut-être un peu. La vérité était que depuis qu'il avait été enfermé dans une cage avec d'autres cent, il évitait toute promiscuité. Puis surtout on ne demeure pas cadenassé dans une cellule pendant dix ans sans en garder des marques. Alors le bouclé, il n'apprécie pas forcément de se déshabiller ou se laver en public, mais ça ne regarde que lui. Il n'emmerde pas ceux qui sont exhibitionnistes. Non pas qu'il pense que le brun le soit. Il n'y a pas réfléchi et il s'en fout. C'est ce qu'il se murmure à lui-même, un peu trop haut, pour échapper à toutes ces idées un peu fantasmagoriques qui se bousculent dans sa caboche. Telles les mouches qui vont embêter les bestiaux aux grandes chaleurs.

Décidément ses comparaisons se révèlent nulles « Bref si tu as besoin que je t'examine n'hésite pas » Mais pourquoi insiste-t-il ? L'autre aura bien compris sans qu'on aille lui mettre les points sur les I « D'ailleurs c'est pour tout autre chose que je venais te voir »
 
Ne se doutant pas qu'Anoki a tout deviné en un coup d'œil à la vue de ses vêtements. Sa distraction l'a perdu vers d'autres horizons, il s'apprête à s'embarquer dans des explications sur ses intentions « C'est que, si tu n'es pas trop occupé, j'aurais besoin de tes services... » Ça lui coute un peu - beaucoup - de demander de l'aide à celui auquel il se jurait de ne jamais le faire. Mais le moteur est lancé alors maintenant il ne peut plus emprunter les chemins de traverse « Et puis ça ne presse  pas »

Tu rigoles de qui ?

Taël il jette toutes les miettes de pain possible pour qu'Anoki puis saisir la tangente « C'est que, tu sais ... Je pensais que j'avais encore beaucoup plus de vêtements, et je voulais me rendre au troc, chez les terriens comme je le fais d'habitude ... Et j'ai trop laissé le temps passé » Et pourquoi il raconte tout ça. Il s'en moque le couturier des raisons du pourquoi, lui, il n'a besoin que des habits ou des commandes qu'on va lui passer « Bref j'ai plus vraiment de pantalons, est-ce que tu pourrais raccommoder le seul qui me reste le temps que j'en trouve un autre ? » Ouf. Ça s'apparentait à une montagne et finalement il a découvert une colline. Pour le début ... Mais après si il dit oui, comment est-ce qu'on procède ?



@Anoki W. Lu   Oh Simple Thing ... ( ☼ Anoki ) 4223727879 Oh Simple Thing ... ( ☼ Anoki ) 4049921582 Oh Simple Thing ... ( ☼ Anoki ) 4049921582
Anoki W. Lu
DATE D'INSCRIPTION : 10/08/2019 PSEUDO/PRENOM : Mellowness MULTICOMPTES : L'infatigable Sinead MESSAGES : 1247 CELEBRITE : Willy Cartier COPYRIGHT : Lux Aeterna (avatar) / Astra (code signa) METIER/APTITUDES : Couturier / Artisanat & Cueillette POINTS GAGNES : 570
Voir le profil de l'utilisateur

Oh Simple Thing ... ( ☼ Anoki ) Empty Re: Oh Simple Thing ... ( ☼ Anoki )

le Sam 23 Nov 2019 - 22:28


Oh simple thing
Give me the permission to act like a child ~ Taël & Anoki

 Si tu ressentais régulièrement l'envie de t'évader, si tu vagabondais souvent au milieu des arbres, et si par hasard ce matin tu avais découvert cette biche mutilée, c'est sans aucun doute parce que tu passais une majeure partie de ton temps enfermé dans cet abri. La nuit, officiellement à dormir mais la plupart du temps à subir quelques persistantes insomnies ou à expérimenter un libertinage non dissimulé ; et le jour simplement pour remplir ta fonction. La tente te protégeait du vent, et t'offrait le luxe d'un calme fragile mais nécessaire pour se concentrer. Ça t'a toujours bien convenu jusqu'à présent, et cela devrait continuer ainsi. Il y a ceux comme Taël, indispensable, qui se démenaient en vadrouillant la journée entière entre les différents pôles du camp. Tu admirais l'énergie dont il devait faire constamment preuve pour assurer sur tous les fronts. Cuisinier, soigneur, leader. Difficile d'être plus impliqué que cela. Toi tu ne faisais que t'asseoir, et réparer ou créer, en mêlant tes doigts aux fils et aux aiguilles pour laisser parler ton corps habitué à ces gestes devenus quasiment mécaniques. Bien que le contact avec le tissu restait toujours si savoureux. Il t'arrivait aussi parfois de participer aux cueillettes, mais c'était loin d'être un fardeau, juste un honnête plaisir. Alors tu avais, de plus en plus souvent, l'espoir de pouvoir t'investir plus encore. Et de te débarrasser de cette impression nouvelle de ne pas en faire assez. Il faut dire que les Cents t'ont tant apporté. Tu n'as plus rien de celui que tu étais il y a cinq ans, grâce à eux. Tu ne savais pas encore ce que tu pourrais faire de plus, mais tu pouvais au moins profiter de cette occasion pour te rendre utile, surtout pour l'un des piliers du campement. Taël ne venait pour ainsi dire jamais à toi, et les rares moments où c'était le cas l'échange ne devait pas durer plus d'une minute, c'était peut-être enfin le moment de le remercier - non pas par des mots mais par des actes - pour tout ce qu'il faisait. Alors oui, ta tente était grande ouverte pour lui, il y avait sa place. Surtout au vu de l'urgence de sa situation. Mais pendant un instant, tu crus que tu étais en train de le faire fuir. Hum ta blague avait dû être de mauvais goût, en tout cas le choc sur son visage te fit regretter de t'être permis de le taquiner ainsi alors que vous vous connaissiez si mal. La prochaine fois tu devrais être plus délicat, sinon cet échange risquait de tourner court comme tous les autres. Généralement, tu ne te posais pas de question pour t'exprimer. Tout venait naturellement, calmement, et parfois-même sans utiliser de mots, simplement par un regard, un sourire, pour écouter ce que l'on avait à te dire. On te trouvait parfois trop sérieux, et d'autre fois étrangement enfantin. Parfois on estimait que tu philosophais trop longtemps sur des choses inutiles, et parfois on s'agaçait de voir que tu te montres si peu bavard. Mais rien de tout ça ne t'avait jamais dérangé ni changé. Mais avec Taël, c'était déstabilisant cette impression que chacune de tes paroles l'incommodaient. Tu ne savais comment t'y prendre pour te rattraper, sans savoir de quoi tu étais coupable. « Juste une envie de prendre un peu l'air. » Il n'y avait pas un jour sans que tu ne t'échappais du campement, pour une heure au moins. « Mais je crois que j'aurais dû rester dans ma tente » songas-tu à voix haute. Ça t'aurait évité bien des émotions.  


Par contre, l'aspect dans lequel tu étais à cet instant était surêment déconcertant, et surtout peu crédible venant d'un couturier. « Non, je vais bien. » Au vu de ton calme, il devait paraître clair que tu ne mentais pas. Mais l'odeur indélébile du sang commençait à te faire tourner la tête. Rappel d'instants passés, très lointains, que tu voulais être oubliés. « Mais je suis désolée d'être si peu présentable. » Qu'il s’inquiétait pour toi montrait qu'il ne te détestait pas tant que ce que tu craignais. Et une fois de plus, il était prêt à jouer son rôle jusqu'au bout. Mais aujourd'hui, pour une fois, ce ne serait pas lui qui se mettrait au travail. Tu avais juste besoin de changer ton haut pour un de ceux - propres - qui étaient posés près du lit, mais lui avait besoin que tu lui trouves un nouveau pantalon. Ou que tu répares celui qu'il avait, mais ça il y avait peu de chances que ce soit possible. « Je ne souhaite pas te mettre mal à l'aise, tu peux sortir une minute de la tente si tu préfères » proposas-tu lui avec douceur. On ne pouvait pas dire que tu sois pudique, tu aimais spontanément les corps tout en ayant parfaitement conscience des tabous et complexes qui circulaient autour. Alors tu attendais d'abord de savoir si Taël voulait s'éclipser quelques secondes, ou simplement détourner le regard, pendant que tu retirerais ce haut vermeil poisseux. Pour l'instant tu l'avais toujours sur toi, en ayant profondément hâte du moment du moment où tu pourrais t'en débarrasser. Mais si Taël sortait de ta tente, reviendrait-il ensuite ? Car sa présence ici semblait presque être un effort surhumain pour lui. Peut-être que tu te faisais simplement des idées, et qu'il était avec toi comme avec n'importe qui d'autre. « Je crois que c'est plutôt toi qui vas avoir besoin d'être examiné. » Tu lui offris un simple sourire. Il te faudrait t'approcher pour savoir si quelque chose était sauvable dans cette épave de tissus qui couvraient ses jambes. Et probablement prendre ses mesures, s'il l'acceptait. Mais d'abord, il semblait déterminé t'expliquer la raison de sa venue. Tu l'avais compris mais il devait être important pour lui de le formuler. Alors tu te tus. Complètement, jusqu'à ce qu'il ait dit tout ce qu'il voulait. Tu observais curieusement le jeune leader tout en l'écoutant. En fait c'était plutôt attendrissant. Mais ça tu te devais de le garder pour toi. Tu ne prendras pas le risque de le perturber à nouveau. Finalement, en quelques minutes tu entendis plus le son de sa voix qu'au cours de toute l'année passée. C'était bon signe, non ? « Je vais t'aider, je suis là pour ça tu sais. Et beaucoup d'autres viennent me voir à la dernière minute, ne t'en fais pas. » Enfin généralement ils ne venaient pas avec des vêtements en lambeaux et la moitié de leur peau découverte. À vrai dire cela t'amusait, et tes mots le rassureraient peut-être. Les quelques vêtements dont tu devais t'occuper pouvaient largement attendre. Alors que Taël non. « Et je n'oserais pas me mettre un leader à dos. » Tu avais osé tenter une légère plaisanterie à nouveau. « Par contre... je ne sais pas si on va pouvoir le sauver. Mais si ce n'est pas possible, je devrais pouvoir t'en trouver un autre. À ta taille. J'espère juste qu'il n'avait pas une valeur sentimentale pour toi » Il était toujours surprenant de voir ô combien certains pouvaient s'attacher à leurs vêtements. Dans un monde où les ressources étaient si rares, si précieuses, la moindre possession matérielle pouvait prendre une valeur inestimable. Comme si l'être humain avait besoin de posséder pour se sentir bien.

code by bat'phanie



@Taël D'Arbanville  J'ai mis plus de temps que prévu à répondre mais j'espère que ça te va Oh Simple Thing ... ( ☼ Anoki ) 665777697 Oh Simple Thing ... ( ☼ Anoki ) 484338566
Contenu sponsorisé

Oh Simple Thing ... ( ☼ Anoki ) Empty Re: Oh Simple Thing ... ( ☼ Anoki )

Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum