Aller en bas
Thémis Gyllenstierna
DATE D'INSCRIPTION : 26/09/2019 PSEUDO/PRENOM : J/CapRaccoon MULTICOMPTES : Maori K. Ho'oname, Werowa Sundagger MESSAGES : 53 CELEBRITE : Lulu Antariksa COPYRIGHT : Mellowness avatar, Dark Paradize signa METIER/APTITUDES : Souffleuse de verre TRIBU : Athna POINTS GAGNES : 184
Voir le profil de l'utilisateur

Pleasure in the details ~ ft. Sinead Empty Pleasure in the details ~ ft. Sinead

le Dim 6 Oct 2019 - 23:32
       

       
I think love is the only thing worth living for… or dying for. Thémis & Sinead
       

       
Pleasure in the details

       
Elle était concentrée sur son art. Il ne fallait pas de fissures. Il fallait que sous ses doigts, le verre soit lisse, d'une perfection sensible. Constamment à la recherche du oindre accroc, à traquer la première faille pour la colmater ensuite. Faire en sorte que rien ne dépasse, qu'il n'y ait aucun endroit sur lequel le pouce pouvait s'arrêter, la peau se déchirer. Aucun fragment qui ne viendrait joncher le sol, petit éclat qui disparaîtrait, écrasé sous son poids. Non, il ne fallait rien de tout ça, il fallait quelque de lisse. De parfaitement lisse, sans imperfection, sans même la plus petite fêlure qui soit. Elle n'admettrait rien de tout cela. Et peu importait qu'on en est la sensation, quelquefois, à voir ces myriades de couleurs emprisonnées dans le verre ; ce n'était qu'un trompe-l'œil. Les couleurs s'emboîtaient parfaitement, et le verre restait rond et lisse. Sous ses doigts, il prenait forme, fondu dans la chaleur de la fournaise, au bout de sa perche, puis pris en tenaille par ses pinces et elle le modelait, en faisait ce qu'elle voulait. Elle avait le pouvoir de donner forme au verre, de lui donner la forme qu'elle voulait, la forme dont elle rêvait, ce qu'elle ne pouvait faire autre part. Ses rêves se réalisaient, quelquefois ; elle pourrait même dire que nombre d'entre eux s'étaient réalisés, mais elle ne les maîtrisait pas. Ils n'en étaient que plus beaux encore, que plus parfaits encore. A la différence de ce vase, trop lisse, trop uniforme. Elle allait le vendre ; elle ne pouvait pas laisser une quelconque fissure entacher son travail. Mais Thémis préférait lorsqu'il y avait des fêlures. Ce sentiment d'instabilité, de précarité, il magnifiait tout. Parce qu'on se rendait compte de la rareté, de la préciosité de ce qui était fêlé, et tous nos efforts étaient mis à empêcher la fissure de se propager, de s'étendre, jusqu'à tout ruiner. L'esthétique des fissures, parce que les fissures, c'étaient ces interstices qui laissaient filtrer des profondeurs les lumières les plus puissantes. Un simple faisceau, qui comme celui de son poêle, illuminait à peine, quelques rais qui transparaissaient, et venaient éclairer ces yeux de quelques lucioles à peine, quelques étincelles. Elle n'avait pas besoin de plus que ces braises ou ces étincelles. Un feu à attiser, c'était presque aussi beau que des fêlures à caresser. Suivre du bout des doigts leurs bords dentelés, déchiquetés, imaginer les souffrances qu'elles causaient mais aussi la joie, le soulagement lorsqu'elles disparaissaient comme par magie, et la satisfaction aussi, la satisfaction d'avoir su gérer la crise et empêcher le verre de se briser. Il n'y aurait pas mille éclats jonchant le sol ce jour-là, puisque le verre qu'elle créait était lisse. Mais il n'en était pas pour autant monochrome. Toutes les couleurs du firmament et de l'univers semblaient s'y être données rendez-vous. Du rouge carmin au bleu saphir en passant par le vert émeraude, de vagues nappes constellaient la silice, s'entremêlaient et joignaient leurs volutes, quelquefois s'étiraient à l'infini, quelquefois se tassaient et laissaient place à la transparence du verre. Un miroir complet, reflet du corps et de l'âme ; couleurs foisonnantes et fusionnantes, explosions et myriades d'éclats et de veines, murmures et craquements des flammes bleutées et de l'acier brillant, sous cet apparent masque plat et uniforme, lisse et sans aspérités. La vie grouillant dans ces grains figés par la chaleur extrême, Thémis la connaissait bien, la connaissait par cœur, lui donnait forme, l'emprisonnait et la libérait dans un même mouvement de création et d'inspiration subites, lui insufflait une âme ; elle était un Pygmalion du verre, quelquefois.
       
(c) crackle bones

       
Sinead Gyllenstierna
DATE D'INSCRIPTION : 29/09/2019 PSEUDO/PRENOM : Mellowness/Sandra MULTICOMPTES : Un mec chiant avec toutes ses états d'âme (Anoki) MESSAGES : 96 CELEBRITE : Rose Bertram METIER/APTITUDES : Eclaireuse/Exploratrice + penchant pour le tatouage TRIBU : Athna POINTS GAGNES : 162
Voir le profil de l'utilisateur

Pleasure in the details ~ ft. Sinead Empty Re: Pleasure in the details ~ ft. Sinead

le Lun 7 Oct 2019 - 11:35
Pleasure in the details

J'ai passé ma vie à monter et descendre ces montagnes. Enfin pas littéralement toute ma vie. J'avais peur de sortir de ma propre maison avant. Ouais on peut dire que j'étais un cas. Mais depuis les expéditions, il a bien fallu que j'apprenne à les connaître. Plus que moi-même. En fait tout va bien tant qu'on relâche pas la vigilance. Car elles sont nos plus grandes alliées les montagnes. Mais elles pardonnent pas la moindre erreur.

À escalader, grimper la roche
Je le sens le vide derrière-moi
Qu'est-ce que ça fait de chuter de plusieurs centaines de mètres
Et d'être écrasé par la violence du choc ?


Rassurez-vous j'ai pas pris rendez-vous avec la mort. Donc je regarde droit devant moi. Pas le vide. Faut jamais le regarder. Parce qu'il est comme Medusa. Sauf que lui il est réel. Juste résister à la tentation. C'est dur au début puis on s'y fait. On ne regarde que là où on pose les mains et les pieds. On pense pas à la chute, on pense à l’ascension. Et on monte. Avec le sac dans le dos. Même quand on a l'habitude c'est éprouvant. Surtout après les trois jours d'expédition que je viens de me taper. Tout ça pour rien en plus. Donc frustrée, déçue même. Mais heureuse de rentrer à la maison. Comme à chaque fois. Que que je me barre quelques heures, ou plusieurs jours, y a toujours cette même impatience lors du retour. Partir c'est bien, rentrer c'est mieux. Surtout qu'aujourd'hui c'est pas n'importe quel jour. Je pouvais pas rater ça. Mais je contiens ma hâte. Je prends toujours mon temps dans les montagnes. La patience c'est pas pour moi mais j'ai pas envie d'avoir la réponse à la question que je me posais, j'ai pas envie de rejoindre le vide. Le camp est proche de toute façon.

Je m'imagine déjà,
Collée à ses côtés,
Comme si on avait été séparées des années
Et ne plus jamais vouloir m'en aller.


Je serais pas si heureuse s'il n'y avait pas elle pour m’accueillir à chaque fois. Pour supporter mes départs et célébrer mes arrivées. À l'époque je croyais que j'avais besoin de rien. De personne. Puis elle s'est immiscée en moi. Devenue mon pilier, simplement par sa gentillesse et son amour. Je croyais pas qu'un jour je deviendrais comme ça. L'air aveugle, naïvement romantique. Et dépendante. Tellement dépendante. Le pire c'est que c'est diablement agréable. Donc j'ai aucune envie que ça change. Je veux que ça dure le plus longtemps. Je veux continuer à sourire bêtement. Je veux que ça défie les lois de la nature et qu'on ne puisse jamais placer le mot fin sur cette histoire.

Cette fois, plus besoin de retenir l'impatience
Je suis arrivée parmi les miens, mais y en a qu'une qui soit vraiment mienne
De toute façon je ne veux qu'elle.
Je suis pas compliquée
.

Alors je me tiens dans l'entrer dans son atelier. Elle est si concentrée. Captivée par ses propres œuvres. Bien trop douée pour le commun des mortels. Et moi je m'offre quelques secondes à la regarder. Elle est si rayonnante dans ces moments-là. Une lumière si pure. Pas éblouissante, mais du genre à faire disparaitre toutes vos peurs par sa chaleur. J'oserais presque pas la déranger. Mais je peux pas m'en empêcher, j'ai attendue trop longtemps de la retrouver.

« Tu salues pas ta femme ? »


Ce sourire idiot, déformant mon visage sali par l'expédition, il n'est rien que pour elle.


☆☆☆ Beerus


Thémis Gyllenstierna
DATE D'INSCRIPTION : 26/09/2019 PSEUDO/PRENOM : J/CapRaccoon MULTICOMPTES : Maori K. Ho'oname, Werowa Sundagger MESSAGES : 53 CELEBRITE : Lulu Antariksa COPYRIGHT : Mellowness avatar, Dark Paradize signa METIER/APTITUDES : Souffleuse de verre TRIBU : Athna POINTS GAGNES : 184
Voir le profil de l'utilisateur

Pleasure in the details ~ ft. Sinead Empty Re: Pleasure in the details ~ ft. Sinead

le Mar 8 Oct 2019 - 22:59
     

       
I think love is the only thing worth living for… or dying for. Thinead
       

       
Pleasure in the details

       
Brûlant. Incandescent. Si le fer devait être battu chaud, le verre devait être travaillé avec patience. Il fallait savoir prendre le temps de l'apprivoiser, de lui donner forme avec patience et douceur. Prendre son temps pour pouvoir le former, à défaut de le formuler. Faire en sorte qu'il ne se brise pas dès les premiers instants, le fonder et non le fondre, tout doucement, remuer la canne dans le four, le ressortir grossi de matière à chaque fois, et non vide, déprivé et dépourvu de cette matière si essentielle à son existence. Et elle aurait beau souffler dedans, il ne serait jamais creux. Il serait toujours rempli, même d'air, car l'air n'était pas toujours le vide, il était quelquefois le plein. Il était quelquefois ce qui remplissait le mieux l'espace, ce qui occultait les brèches mieux que n'importe quelle colle ou grossière retouche pourrait le faire. Cet air était nécessaire, indispensable, pour empêcher les fissures, pour consolider la structure. C'était un équilibre délicat, comme toujours, mais Thémis faisait de son mieux pour le maîtriser. Il y avait des loupés, bien entendu, des instants où le verre se fissurait, où le verre se craquelait. Mais cela n'était pas arrivé depuis plusieurs années. Cinq ans, plus précisément. Jour pour jour. Cinq années qu'elles avaient passées à apprendre des fissures du début, pour donner forme à tout le reste, une forme pleine et entière, profonde et intangible, la forme qu'elles voulaient. Pas celle que les autres voulaient voir, mais celle qu'elles, elles voulaient créer. Elle n'y serait jamais arrivée seule.

       
C'était fou. Même son regard elle le connaissait par cœur. Elle pouvait le reconnaître entre mille. Même dans une foule, il lui arrivait de savoir lorsqu'elle la regardait. Thémis était sensible au regard des autres ; celui de Sinead importait le plus. Le contraste, entre son atelier, fournaise et cave, et le clair du froid extérieur, était assez saisissant. Souvent, elles ne respiraient pas le même air, mais ça ne faisait rien. Elles étaient complémentaires. Cet air pur que Sinead humait chaque jour durant ses expéditions, c'était la bouffée d'air frais qu'elle rapportait à Thémis à chaque retour ; l'air enfumé et chaud qu'elle-même respirait chaque jour, c'était l'inquiétante bouffée qu'elle lui apportait à chaque départ. Thémis connaissait les dangers de la montagne mieux que personne ; elle avait un pied boiteux pour en témoigner. Mais elle n'était pas faite pour partir. Elle était faite pour être celle qui restait, et qui attendait le retour de l'aimée, telle Penelope. Le soulagement, le bonheur du retour, elle préférait les accueillir, à bras ouverts. Comme sa femme.

       
"Tu salues pas ta femme ?"Le sourire sur les lèvres de Thémis était né bien avant que Sinead ne parle. L'artisan avait bien heureusement fini son travail, et déposait le vase dans le four de refroidissement au bon moment. Thémis se retourna vers Sinead, son sourire s'élargit, et elle se dirigea vers elle, dans l'embrasure de son atelier, entre deux mondes. Bien entendu, elle boitillait, mais elle ne le sentait même plus, n'y faisait même plus attention sous son regard. Thémis vint enlacer tendrement Sinead, passa ses bras autour de ses hanches et vint voler un rapide baiser sur ses lèvres. "Bonjour. C'est mieux ?" Trois jours. Trois jours qu'elle était partie. Trois était un chiffre sacré pour nombre de cultures ; pour Thémis, il avait été maudit, jusqu'à cet instant du retour. Heureux qui comme Ulysse… Heureux qui comme Thémis. Pour être honnête, la jeune femme adorait ces moments, d'une façon purement égoïste. Sinead était tellement… belle, dans ces moments. Ereintée, souvent couverte de saletés, mais avec toujours ce grand sourire béat aux lèvres, alors en miroir Thémis ne pouvait que l'arborer également. "C'était sombre et terne sans toi." Tu m'as manqué, en langage Thémis. Les couleurs lui parlaient plus que les mots. L'améthyste a son cou était plus puissante que leurs vœux. Retrouver Sinead, c'était aussi retrouver la couleur et la chaleur de son foyer. Brûlant. Incandescent.
       
(c) crackle bones

       
Sinead Gyllenstierna
DATE D'INSCRIPTION : 29/09/2019 PSEUDO/PRENOM : Mellowness/Sandra MULTICOMPTES : Un mec chiant avec toutes ses états d'âme (Anoki) MESSAGES : 96 CELEBRITE : Rose Bertram METIER/APTITUDES : Eclaireuse/Exploratrice + penchant pour le tatouage TRIBU : Athna POINTS GAGNES : 162
Voir le profil de l'utilisateur

Pleasure in the details ~ ft. Sinead Empty Re: Pleasure in the details ~ ft. Sinead

le Dim 20 Oct 2019 - 2:02
Pleasure in the details
Et dire que je flippais pour cette mission. Alors que c'était que du vent. Car y avait eu que dalle. Pas une info. Pas la moindre trace. Quelle idée d'écouter les rumeurs... Même le pisteur qui est parti en même temps que moi - bien qu'on ait pris des chemins différents - n'a rien déniché. On a cherché pourtant. On a fait que ça. J'ai été jusqu'à interroger quelques Pikunis. Et chaque nuit dehors, je craignais de tomber sur elle. Et finalement, rien. Ce ragot a juste créé quelques frayeurs et m'a fait perdre mon temps. Rageant. Cette expédition a été tout sauf exaltante. Trois longs jours où la tension et l'ennui ont grandement flirté, pendant que je rêvais de mon doux foyer. Me demandant ce que je foutais là, au milieu des bois à suivre le sillon d'une rumeur caduc.

Il était une fois, une grande et mystérieuse sorcière Rahjak
Mais ses pouvoirs suscitaient autant l'admiration que la jalousie
Elle finit par quitter les siens
Tous les mercenaires à sa poursuite ne revinrent jamais
On dit qu'elle erre sans but, qu'elle a perdu la tête
On dit qu'elle maudit tous ceux qui croisent sa route
On dit qu'elle vagabonde désormais autour des montagnes


Comment on a pu croire à cette histoire ? Comment elle a pu se propager assez pour préoccuper une tribu guerrière entière ? C'est vrai qu'on aime pas voir des solitaires traîner dans le coin. Ils sont imprévisibles. Sans code de conduite, sans règles à respecter. Ce sont des électrons libres. Et la majeure partie d'entre eux ont perdu la boule. Bref tout pour nous rendre méfiant. Et là le mot sorcellerie est un peu monté à la tête de certains. Comme si elle pouvait vraiment nous jeter une malédiction... Mais c'est pas possible hein ? Les sorciers c'est juste des guérisseurs non ? J'en sais fichtrement rien. Et j'ai aucune envie de le savoir. Alors ouais j'étais pas rassurée par cette mission. Si j'étais tombée sur elle, que la rumeur était vraie, j'aurais fait quoi ? Les cours de ce benêt d'@Elias Caroll m'auraient servi à quoi contre une sorcière ? Au final c'est sûrement mieux que j'ai rien vu ni entendu. Et le pisteur non plus. Comme on est rentrés les mains vides, on peut enterrer cette affaire et ne plus avoir besoin d'en parler. Enfin j'espère.

Quoi qu'il arrive,
Au bout du chemin elle est toujours là
Rien n'a changé
Alors les quelques jours passés loin d'elle s'effacent
Et tout reprend son cours. Tout reste.


Chaque fois que je rentre, j'ai toujours ce court instant de doute, puis de soulagement en la voyant à l'atelier ou à la maison. Elle est encore là. Que je parte quelques heures, ou plus, impossible de se détacher cette sensation qu'elle pourrait ne plus être là à mon retour. Que je pourrais l'avoir perdue. Pourtant elle ne va nulle part. Elle ne me lâche pas. On s'est choisies après tout. J'aime penser que tout ça est immuable, que ce sera toujours ainsi. Et je crois pas qu'elle m'en veuille de mes absences. On a trouvé notre mode de fonctionnement. De toute façon, simplement s'aimer, c'est suffisant pour faire face à tout, non ? Alors oui je souris bêtement. Je la taquine. Et oui j'adore ces moments de retrouvailles.

La voir s'avancer vers moi fait fondre mon cœur d'amoureuse candide. Elle était si captivée par ses propres œuvres, mais elle les délaisse pour me rejoindre.  Égoïstement ça me ravit. Et ses bras qui entourent mes hanches, puis ce baiser à l'envolée, c'est l'ultime récompense. Ce contact savoureux, au goût d'une tendre passion, je peux pas m'en lasser. Ça m'a tellement manqué de simplement la sentir, la ressentir. Les nuits précédentes avaient été si froides, et les journées mornes. Alors que là, entre ses yeux et ses bras, je ne ressentais que de la chaleur. Et de la couleur. Tellement de couleurs. « Mmh disons que c'est un bon début » Deux de mes doigts pâles osent jouer avec une de ses mèches, et cela me déconcentre quelques secondes. Mais je me sens si bien. Nos corps près l'un de l'autre, nos auras s'entremêlant, et nos cœurs battant au même rythme, c'est tout ce qu'il me faut. Tout le reste s'oublie. « Donc je suis le soleil de ta vie ? Je prends le compliment ! Mais le soleil peut pas briller sans toi... alors les miennes étaient ternes aussi. » Cette fois, un court baiser ne me suffit pas, alors j'attrape lentement ses lèvres pour leur partager tous les fervents sentiments qui m'animent. Le désir brûle au creux de ce contact. Personne d'autre que Thémis n'a su m'asservir ainsi. Qui aurait cru que c’est si bon d'être captive ? « J'aurais voulu être dans une plus belle tenue pour te le souhaiter mais... joyeux anniversaire ma belle Thémis » Ses quelques mots je les murmure une fois que nos bouches fiévreuses se séparent. Aujourd'hui est marqué par nos cinq années de mariage, et étrangement les choses sont bien plus simples maintenant qu'avant. C'est même plus intense. C'est devenu une évidence. Mais je peux pas m'empêcher de rompre avec le sérieux du moment. « En fait je crois que la seule chose qui a changé ce sont ces petites rides sur ton visage »


☆☆☆ Beerus

Thémis Gyllenstierna
DATE D'INSCRIPTION : 26/09/2019 PSEUDO/PRENOM : J/CapRaccoon MULTICOMPTES : Maori K. Ho'oname, Werowa Sundagger MESSAGES : 53 CELEBRITE : Lulu Antariksa COPYRIGHT : Mellowness avatar, Dark Paradize signa METIER/APTITUDES : Souffleuse de verre TRIBU : Athna POINTS GAGNES : 184
Voir le profil de l'utilisateur

Pleasure in the details ~ ft. Sinead Empty Re: Pleasure in the details ~ ft. Sinead

le Mer 23 Oct 2019 - 16:09
     

       
I think love is the only thing worth living for… or dying for. Thinead
       

       
Pleasure in the details

       
Rien ne paraissait assez bien. Comme s'il y avait toujours un fossé à franchir avant d'atteindre la satisfaction. Thémis pouvait se contenter de peu, se satisfaire de l'incomplet, mais pas là. Pas maintenant, pas ici, pas avec elle. Tout devait toujours être parfait, elle devait être satisfaite, la satisfaire. Il fallait qu'elle comble le fossé, même si c'était impossible s'efforcer de le combler. Faire en sorte que rien ne s'écroule, que tout reste, que le sol ne s'effondrerait pas sous ses pieds une nouvelle fois. La première fois, elle y avait survécu, par chance, et parce qu'elle était là, Sinead. Parce qu'elle l'avait rencontrée. Tout avait été plus facile à surmonter avec elle. Plus rien n'avait semblé être une fatalité. Tout avait été mis en perspective, ans la perspective d'un futur auquel elle n'avait jamais songé jusqu'alors, un futur qu'elle n'avait jamais ni dessiné ni planifié, et encore moins remis en question. Sinead avait toujours réussi à éloigner les ténèbres et le doute dans sa vie. Par sa simple présence, jamais aussi rayonnante que maintenant, lorsqu'elle revenait de ces expéditions qu'elle chérissait tant. Thémis partageait cet attrait de l'inconnu avec elle, bien qu'elle soit plus casanière. Aller par monts et par vaux, cela faisait partie de ces futurs qu'elle n'avait pas envisagés, de ces futurs qui n'avaient jamais été une possibilité vraiment tangible. Elle sortait peu de la montagne, alors chaque sortie était une aventure, une découverte, un périple. Plus c'était rare, plus c'était précieux.
       
Ou pas. Sinead était l'exception. Ou pas. Elle s'embrouillait : des couples, ce n'était pas rare, les sentiments, ce n'était pas rare non plus, mais ce qu'elle vivait, avec Sinead, elle avait l'impression que ça l'était. Elle avait l'impression que c'était rare et précieux, qu'elles étaient une exception ; parce qu'elle ne savait pas ce que les autres ressentaient, lorsqu'ils voyaient leur moitié. Elle ne pouvait rien imaginer de comparable à ce qu'elle, elle ressentait. Dès qu'elle regardait les autres couples, leurs gestes d'affection et d'attention, ils lui paraissaient ternes, fades, sans saveur et sans couleur. C'était probablement faux ; ou pas. Mais en tout cas, c'était fou. Elle, ce qu'elle vivait, c'était intense. Ca prenait à la gorge. Cette voix, ces bras, ils la prenaient à la gorge, ils lui enserraient le cœur de toutes leurs forces pour ne pas la laisser partir ; non qu'elle veuille partir. Ses taquineries, sa désinvolture, elles la rendaient folles, la poussaient à surenchérir pour que ce soit plus qu'un "bon début", pour qu'elle soit satisfaite et aussi parce qu'elle raffolait de cette simplicité et de ces jeux. Ils ne détruisaient jamais l'instant, ils ne faisaient que l'alléger, que lever cette rose qui lui enserrait le cœur à chaque sourire, à chaque regard de Sinead. A ces sourires, à ces regards, elle pourrait presque suffoquer.
       
Sinead est là, tout contre elle, dans ses bras. Elle la taquine, elle lui sourit, elle joue avec ses cheveux, et Thémis, les yeux mi-clos, se cale plus confortablement contre elle, l'utilise comme pilier. Son cœur bat un peu plus vite, puis tonne et galope lorsqu'elle l'embrasse. Quel bonheur de retrouver ces lèvres… ! De pouvoir danser avec, jouer avec… ! Juste de fermer les yeux, et de se laisser embarquer dans la volupté et le délice du moment… ! Sinead sent l'air frais, la forêt, la roche, la terre, les sentiers parcourus et les parois escaladées ; Thémis le feu, le fer, la roche, le verre, l'espace enfumé et les outils manipulés. L'ardeur des 1250°C du four brûle dans ses veines, l'irrigue, s'est transmise à elle à force d'heures passées à son contact. Thémis a du mal à se séparer de ses lèvres, à clore la fusion tant espérée et tant attendue. Son cœur s'est calmé ; puis son cœur se cristallise. "J'aurais voulu être dans une plus belle tenue pour te le souhaiter mais… joyeux anniversaire ma belle Thémis" L'émotion qui l'étreint à ses mots prend la forme d'une rose, de cette même rose qui enserre son cœur à chaque sourire, à chaque regard. C'est une rose de verre, et ses pétales naissent au creux de son ventricule gauche, se propagent, s'irisent et s'étendent sur tout l'organe, l'emprisonnent dans leurs feuilles de cristal. Il brille, étincelant, de mille feux, ce cristal, il est froid et chaleureux, il a figé l'émotion et il l'attise. Et pourquoi une rose, après tout ? Ce pourrait être n'importe quoi d'autre. C'est une rose parce que c'est romantique, une rose. Parce que c'est rouge, une rose, une rose c'est couleur carmin et c'est écarlate, une rose. Une rose c'est pur et c'est dur, c'est rare et c'est précieux, c'est fragile et c'est solide, une rose. Une rose c'est comme du cristal, comme du verre. Comme un diamant brut, non ciselé, à prendre dans toute sa simplicité, avec toutes ses imperfections. La rose déploie ses pétales sur son cœur, le solidifie et le ralentit, consolide la puissance de l'émotion. Cœur étreint dans un pétale de rose de cristal. "En fait je crois que la seule chose qui a changé ce sont ces petites rides sur son visage" Et cela ne suffit pas, ni à briser le verre, ni même à le rayer. Cela ne fait rien, ne l'altère pas un seul instant ; cela décristallise juste la fleur, qui redevient vibrante d'énergie, tremblante d'émotion. Le sourire de Thémis est plus large que jamais, parce que… Cinq ans. Depuis cinq années, jour pour jour. C'est si peu, et si long... ! Elle pourrait taquiner Sinead, elle aussi, elle sait le faire, aime le faire, mais pour l'instant elle préfère savourer. Laisser les pétales de la rose trembler sous une brise chaude. Thémis leva la tête, et déposa un baiser malicieux sous le menton de Sinead. "Ces rides, c'est parce que tu me rends heureuse." Puis elle continua de la regarder avec un grand sourire, qui atteignait définitivement ces petits rides aux coins des yeux.
       
(c) crackle bones

       
Sinead Gyllenstierna
DATE D'INSCRIPTION : 29/09/2019 PSEUDO/PRENOM : Mellowness/Sandra MULTICOMPTES : Un mec chiant avec toutes ses états d'âme (Anoki) MESSAGES : 96 CELEBRITE : Rose Bertram METIER/APTITUDES : Eclaireuse/Exploratrice + penchant pour le tatouage TRIBU : Athna POINTS GAGNES : 162
Voir le profil de l'utilisateur

Pleasure in the details ~ ft. Sinead Empty Re: Pleasure in the details ~ ft. Sinead

le Sam 2 Nov 2019 - 23:03
Pleasure in the details
À chaque fois je la ressens, cette envie irrésistible de repartir. Je peux pas la refréner. Quoi que je fasse, j'ai toujours de nouveau l'envie de partir explorer. Je les connais pourtant ces montagnes, la forêt aussi. Heureusement j'en ai pas fait le tour, loin de là. De toute façon à chaque fois c'est différent. Les sentiers sont souvent les mêmes, mais les sensations, et les missions, non. Alors je finis toujours par craquer. Je succombe au chant des sirènes de l'aventure, de la liberté. Pourtant je cherche pas à fuir. Avant oui, mais plus maintenant. Parce que j'ai enfin compris que j'ai ma place ici. Et puis j'ai tout pour être heureuse. Je le suis. Parfois j'ai cru que quelque chose était bancal chez moi. Si tout va bien, pourquoi je veux partir à chaque fois ? Mais finalement je crois que c'est juste moi. Que je suis comme ça, et que y a pas besoin de chercher une explication. Que c'est pas le signe que quelque chose cloche, juste que j'aime pas la routine. Que je sais pas rester tranquille. J'ai besoin de bouger et d'expérimenter. Finalement je suis plus utile comme ça. Je sais faire que ça. Et y a rien d'autre qui me correspondrait mieux. C'est peut-être pas une mauvaise chose. La différence ça fait du bien. Qui rêverait d'être tous les mêmes ? Sans différence, rien n'évolue, rien ne se passe. J'ai pas envie d'être comme quelqu'un d'autre, et je crois que personne a envie de me ressembler. Il faut juste réussir à trouver des gens qui nous complètent. Il y en a certains avec qui on pourra jamais s'entendre, et il y en a d'autres qui semblent nés pour faire partie de notre vie. On sait pas combien de temps ils resteront. Mais on sait qu'on a besoin d'eux et on sait qu'on ne serait plus vraiment nous, si eux n'étaient plus là.


Au début on s'en rend jamais compte. On réalise pas qu'ils vont prendre une part si importante dans notre vie. On échange juste des mots, des rires, des services. Puis tout s'intensifie. Ils deviennent des amis ou des amants. Ils louent avec un contrat à durée indéterminée une partie de notre cœur. Et ensuite c'est eux qui décident ce qu'ils en font. Ils peuvent lui faire vivre des montagnes russes, ils peuvent même finir par le briser ce cœur. Mais ils peuvent aussi simplement le rendre plus fort. Ils peuvent l'illuminer. Ça doit être pour ça que j'ai l'impression que mon sourire est invincible depuis que je suis avec Thémis. Sa lumière me fait rayonner. Elle en transmet une partie dans ses verreries. Elle m'en partage une autre. Et elle en diffuse aussi au reste de la tribu. On pourrait pas se passer d'elle. Moi je pourrais pas. J'aurais jamais cru que deux âmes pouvaient se lier au point de plus pouvoir exister l'une sans l'autre. Et que ce que l'une vit, l'autre le ressent. C'est vertigineux. On est plus forts que jamais et pourtant plus vulnérables. Il y a de quoi avoir peur. Donner tout pouvoir sur soi à quelqu'un d'autre, ça demande pas juste de la confiance, mais de la foi. La foi que l'autre va nous aimer autant qu'on l'aime, la fois que ça va durer, et la foi que ce lien sera plus fort que le reste. On en devient aveugle parfois. Mais c'est si bon d'être naïf. C'est si bon de croire que cet amour ne s'arrêtera jamais. Après tout, il y au moins une chance que ce soit vrai. Alors pourquoi ne pas tenter d'y croire ?


Tout ce que je veux c'est profiter de cet inestimable bonheur simple. Et c'est ce que je fais là maintenant. Dans les bras de Thémis. Sa peau est si chaude. Brûlante. Pas besoin de four. C'est sûrement pour ça que mon cœur s'enflamme. « Le bonheur fait vieillir ? » Même si c'était vrai, je serais prête à troquer quelques années de jeunesse pour continuer à vibrer d'amour. « Tu es magnifique. » Il faut qu'elle le sache. Parce que mes taquineries c'est jamais du sérieux, parce que je pourrais pas trouver quelqu'un d'autre plus beau qu'elle. Ça explique pourquoi mes yeux la lâchent pas depuis plusieurs minutes. Je suis enfin de retour. « Tu as encore beaucoup de travail ? »Question curieuse mais pas innocente. Difficile de cacher que j'ai une idée en tête. Mais je veux pas chambouler tous ses plans. Elle supporte ma soif de m'échapper sans jamais douter de mon amour pour elle, alors je peux pas faire des caprices quand je rentre. Mais cette journée est pas banale.  « J'avais l'intention de te kidnapper pour profiter de cette journée... mais est-ce que tes verres me le pardonneront ? » Je lui fais cet aveu entre deux courts baisers. Ces effusions d'amour font un bien salvateur après trois jours d'absence.
Parce que ce besoin de partir, il est toujours suivi d'une envie irrésistible de rentrer. De rentrer pour elle...


À l'incendie de l'amour,
À l'oiseau de la lune,
À mes peurs évincées,
À tes humbles talents,
À nos comètes alignées,
À l'infini, et aux rires,
À nos lèvres engourdies  
À force de s'embrasser.



☆☆☆ Beerus



Dernière édition par Sinead Gyllenstierna le Sam 2 Nov 2019 - 23:07, édité 1 fois
Thémis Gyllenstierna
DATE D'INSCRIPTION : 26/09/2019 PSEUDO/PRENOM : J/CapRaccoon MULTICOMPTES : Maori K. Ho'oname, Werowa Sundagger MESSAGES : 53 CELEBRITE : Lulu Antariksa COPYRIGHT : Mellowness avatar, Dark Paradize signa METIER/APTITUDES : Souffleuse de verre TRIBU : Athna POINTS GAGNES : 184
Voir le profil de l'utilisateur

Pleasure in the details ~ ft. Sinead Empty Re: Pleasure in the details ~ ft. Sinead

le Dim 10 Nov 2019 - 23:11
       

       
I think love is the only thing worth living for… or dying for. Thinead
       

       
Pleasure in the details

       
Une sensation de chute étourdissante. Un vertige papillonnant dans tous ses membres. Un agréable tourbillon dans lequel elle plongeait. C'était à la fois doux, et intense. C'était paradoxal. Elle était happée dans des profondeurs, autant qu'elle était hissée vers des sommets. C'était un délicieux sentiment, un délicat abandon. D'abord, ça avait été bien plus rude. Une véritable chute, et elle avait heurté le sol, durement, le choc résonnant dans ses os. Être au bord du précipice était effrayant. Et grisant. Tellement grisant… Terrifiée, et euphorique. Elle connaissait un mot en gonasleng qui exprimait les deux à la fois, qui concentrait le paradoxe en son sein, le compressait pour le faire tenir dans trois syllabes à partir desquelles tout son être pouvait s'épancher à partir desquelles elle pouvait se dérouler et se dévider comme un fil d'Ariane et dans le labyrinthe elle devait trouver le donjon vaincre le dragon la femme au cœur du labyrinthe était sa propre femme son propre cœur la beauté de la vie la beauté de sa vie celle qui enchâssait ce simple mot et toutes ces émotions qu'il faisait naître en elle et la peur de la perdre et la fierté de l'avoir et le bonheur de la connaître. Terrific. C'était terrific. Tout ce qu'elle ressentait pour elle. Les montagnes gravies, les monts franchis ; les abysses traversées, les gouffres escaladés. C'était terrific, ce tourbillon et cette tornade, les tréfonds et les cimes. La fosse dans laquelle elle pouvait se noyer, sombrer ; la crête sur laquelle elle pouvait s'élever, voler. Subjuguée, charmée, à la Sirène et son envoûtante incantation elle avait succombé, à la Succube et sa suave incarnation elle avait cédé. A Sinead et à sa brûlante inscription dans sa chair elle s'était abandonnée.
       
Douceur de sa chair contre la sienne, qui apaisait la brûlure en son sein. "Le bonheur fait vieillir ?" Question candide de l'archange qui s'est envolé avec son cœur. Si elle savait. La peur, la terreur, le terrific qui roulait à flots destructeurs dans ses veines à chaque départ. Les scenarii qui flottaient toujours dans un coin de sa tête, à peine exorcisés par le travail, à peine apaisés par la loi de l'habitude. Elle est toujours revenue, elle reviendra encore aujourd'hui. Et elle reviendra demain. Elle n'a pas eu de problème, elle a juste fait un détour, elle est juste en retard. Elle n'a pas eu de problème, elle sera là bientôt. Dans la nuit, dans la solitude, privée de sa présence à ses côtés et de son toucher bien sûr que l'esprit de Thémis allait par monts et par vaux et de catastrophe en catastrophe et l'oppressante peur continuait de peser sur sa poitrine faisait pression de ses deux mains de glace de ses deux serres d'épines l'empoignait et le pressait à pleines mains le faisait battre affolé et s'arrêter désespéré faisait galoper son imagination et régner ses cauchemars en maître sur ses nuits dans une douce agonie dans une lente chute. Ses yeux à peine croisés elle s'envolait déjà, éradiquée et exorcisée par sa simple présence par la certitude plus tangible que jamais qu'elle était bien là juste par son toucher elle faisait tout s'envoler toutes les peurs toutes les angoisses elle les prenait les mettait au fond d'un tiroir au fond d'un coffre au fond d'un gouffre et elle le refermait le refermait à clé le refermait. "Tu es magnifique." Elle lui prend son souffle encore, Thémis a le souffle court à cause d'elle. Parce qu'elle a peur. Parce qu'elle l'aime. C'est fou, et lucide. C'est doux, et intense. "Tu es plus belle encore." Ce n'est qu'un murmure, et c'est un monde.
       
Ce n'est qu'un regard, et c'est un univers. Elle se perdrait dans ses yeux. Elle se perd dans ses yeux. Exquise errance au fond de ses prunelles. Devrait-elle lui dire qu'à chaque manque d'inspiration, il lui suffit de croiser ses iris pour que les idées reviennent fourmiller dans son crâne ? Faille. Fêlure. Lézarde. Mais plus rien ne semble insurmontable dans ses bras. "Tu as encore beaucoup de travail ?" La question n'est plus ni candide ni innocente. "J'avais l'intention de te kidnapper pour profiter de cette journée… mais est-ce que tes verres me le pardonneront ?" Entre deux baisers, mais Thémis ne se sent pas prise dans un étau, entre deux baisers elle se sent libérée. La jeune femme se dressa pour passer un bras autour du cou de Sinead, plaquer son corps contre le sien, ses seins contre les siens. Son baiser est fiévreux, ardent. C'est doux, et intense. Elle pourrait succomber à l'appel de la chair, hic et nunc. Doucement, sa main gantée pour éviter les brûlures passe sous le haut de Sinead, caresse tendrement son ventre. Lorsque leurs lèvres se décrochent, Thémis caresse la joue de Sinead. Un peu de la Succube semble s'être avivée en elle. "Je pense que je peux leur faire entendre raison." Bien entendu, ce n'est qu'un murmure ; rauque est sa voix, noirs sont ses yeux. Sous son enveloppe charnelle, l'intensité s'agite ; sa peau s'est craquelée, et derrière les lézardes le désir est flamboyant. Il ne s'échappe jamais qu'entre les bras de Sinead. C'est elle, son gouffre et sa cime. C'est elle, ses abysses et ses nues. C'est elle, son Nadir. C'est elle, son Zénith.
       
(c) crackle bones

       
Contenu sponsorisé

Pleasure in the details ~ ft. Sinead Empty Re: Pleasure in the details ~ ft. Sinead

Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum