-30%
Le deal à ne pas rater :
30% sur les abonnements PlayStation Plus & PlayStation Now
41.99 € 59.99 €
Voir le deal

Aller en bas
Thémis Gyllenstierna
DATE D'INSCRIPTION : 26/09/2019 PSEUDO/PRENOM : J/CapRaccoon MULTICOMPTES : Maori, Werowa, Lazuli MESSAGES : 111 CELEBRITE : Lulu Antariksa COPYRIGHT : Thinkky (<3) avatar, capraccoon gifs METIER/APTITUDES : Souffleuse de verre TRIBU/CAMP : Athna POINTS GAGNES : 140

Pleasure in the details ~ ft. Sinead Empty Pleasure in the details ~ ft. Sinead

le Dim 6 Oct 2019 - 23:32
       
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
       
I think love is the only thing worth living for… or dying for. Thémis & Sinead
       

       
Pleasure in the details

       
Elle était concentrée sur son art. Il ne fallait pas de fissures. Il fallait que sous ses doigts, le verre soit lisse, d'une perfection sensible. Constamment à la recherche du oindre accroc, à traquer la première faille pour la colmater ensuite. Faire en sorte que rien ne dépasse, qu'il n'y ait aucun endroit sur lequel le pouce pouvait s'arrêter, la peau se déchirer. Aucun fragment qui ne viendrait joncher le sol, petit éclat qui disparaîtrait, écrasé sous son poids. Non, il ne fallait rien de tout ça, il fallait quelque de lisse. De parfaitement lisse, sans imperfection, sans même la plus petite fêlure qui soit. Elle n'admettrait rien de tout cela. Et peu importait qu'on en est la sensation, quelquefois, à voir ces myriades de couleurs emprisonnées dans le verre ; ce n'était qu'un trompe-l'œil. Les couleurs s'emboîtaient parfaitement, et le verre restait rond et lisse. Sous ses doigts, il prenait forme, fondu dans la chaleur de la fournaise, au bout de sa perche, puis pris en tenaille par ses pinces et elle le modelait, en faisait ce qu'elle voulait. Elle avait le pouvoir de donner forme au verre, de lui donner la forme qu'elle voulait, la forme dont elle rêvait, ce qu'elle ne pouvait faire autre part. Ses rêves se réalisaient, quelquefois ; elle pourrait même dire que nombre d'entre eux s'étaient réalisés, mais elle ne les maîtrisait pas. Ils n'en étaient que plus beaux encore, que plus parfaits encore. A la différence de ce vase, trop lisse, trop uniforme. Elle allait le vendre ; elle ne pouvait pas laisser une quelconque fissure entacher son travail. Mais Thémis préférait lorsqu'il y avait des fêlures. Ce sentiment d'instabilité, de précarité, il magnifiait tout. Parce qu'on se rendait compte de la rareté, de la préciosité de ce qui était fêlé, et tous nos efforts étaient mis à empêcher la fissure de se propager, de s'étendre, jusqu'à tout ruiner. L'esthétique des fissures, parce que les fissures, c'étaient ces interstices qui laissaient filtrer des profondeurs les lumières les plus puissantes. Un simple faisceau, qui comme celui de son poêle, illuminait à peine, quelques rais qui transparaissaient, et venaient éclairer ces yeux de quelques lucioles à peine, quelques étincelles. Elle n'avait pas besoin de plus que ces braises ou ces étincelles. Un feu à attiser, c'était presque aussi beau que des fêlures à caresser. Suivre du bout des doigts leurs bords dentelés, déchiquetés, imaginer les souffrances qu'elles causaient mais aussi la joie, le soulagement lorsqu'elles disparaissaient comme par magie, et la satisfaction aussi, la satisfaction d'avoir su gérer la crise et empêcher le verre de se briser. Il n'y aurait pas mille éclats jonchant le sol ce jour-là, puisque le verre qu'elle créait était lisse. Mais il n'en était pas pour autant monochrome. Toutes les couleurs du firmament et de l'univers semblaient s'y être données rendez-vous. Du rouge carmin au bleu saphir en passant par le vert émeraude, de vagues nappes constellaient la silice, s'entremêlaient et joignaient leurs volutes, quelquefois s'étiraient à l'infini, quelquefois se tassaient et laissaient place à la transparence du verre. Un miroir complet, reflet du corps et de l'âme ; couleurs foisonnantes et fusionnantes, explosions et myriades d'éclats et de veines, murmures et craquements des flammes bleutées et de l'acier brillant, sous cet apparent masque plat et uniforme, lisse et sans aspérités. La vie grouillant dans ces grains figés par la chaleur extrême, Thémis la connaissait bien, la connaissait par cœur, lui donnait forme, l'emprisonnait et la libérait dans un même mouvement de création et d'inspiration subites, lui insufflait une âme ; elle était un Pygmalion du verre, quelquefois.
       
(c) crackle bones

       
Sinead Gyllenstierna
DATE D'INSCRIPTION : 29/09/2019 PSEUDO/PRENOM : Sandra MULTICOMPTES : Anoki & Kostya MESSAGES : 282 CELEBRITE : Rose Bertram COPYRIGHT : lilousilver METIER/APTITUDES : Eclaireuse/Exploratrice TRIBU/CAMP : Athna POINTS GAGNES : 279

Pleasure in the details ~ ft. Sinead Empty Re: Pleasure in the details ~ ft. Sinead

le Lun 7 Oct 2019 - 11:35
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Pleasure in the details

J'ai passé ma vie à monter et descendre ces montagnes. Enfin pas littéralement toute ma vie. J'avais peur de sortir de ma propre maison avant. Ouais on peut dire que j'étais un cas. Mais depuis les expéditions, il a bien fallu que j'apprenne à les connaître. Plus que moi-même. En fait tout va bien tant qu'on relâche pas la vigilance. Car elles sont nos plus grandes alliées les montagnes. Mais elles pardonnent pas la moindre erreur.

À escalader, grimper la roche
Je le sens le vide derrière-moi
Qu'est-ce que ça fait de chuter de plusieurs centaines de mètres
Et d'être écrasé par la violence du choc ?


Rassurez-vous j'ai pas pris rendez-vous avec la mort. Donc je regarde droit devant moi. Pas le vide. Faut jamais le regarder. Parce qu'il est comme Medusa. Sauf que lui il est réel. Juste résister à la tentation. C'est dur au début puis on s'y fait. On ne regarde que là où on pose les mains et les pieds. On pense pas à la chute, on pense à l’ascension. Et on monte. Avec le sac dans le dos. Même quand on a l'habitude c'est éprouvant. Surtout après les trois jours d'expédition que je viens de me taper. Tout ça pour rien en plus. Donc frustrée, déçue même. Mais heureuse de rentrer à la maison. Comme à chaque fois. Que que je me barre quelques heures, ou plusieurs jours, y a toujours cette même impatience lors du retour. Partir c'est bien, rentrer c'est mieux. Surtout qu'aujourd'hui c'est pas n'importe quel jour. Je pouvais pas rater ça. Mais je contiens ma hâte. Je prends toujours mon temps dans les montagnes. La patience c'est pas pour moi mais j'ai pas envie d'avoir la réponse à la question que je me posais, j'ai pas envie de rejoindre le vide. Le camp est proche de toute façon.

Je m'imagine déjà,
Collée à ses côtés,
Comme si on avait été séparées des années
Et ne plus jamais vouloir m'en aller.


Je serais pas si heureuse s'il n'y avait pas elle pour m’accueillir à chaque fois. Pour supporter mes départs et célébrer mes arrivées. À l'époque je croyais que j'avais besoin de rien. De personne. Puis elle s'est immiscée en moi. Devenue mon pilier, simplement par sa gentillesse et son amour. Je croyais pas qu'un jour je deviendrais comme ça. L'air aveugle, naïvement romantique. Et dépendante. Tellement dépendante. Le pire c'est que c'est diablement agréable. Donc j'ai aucune envie que ça change. Je veux que ça dure le plus longtemps. Je veux continuer à sourire bêtement. Je veux que ça défie les lois de la nature et qu'on ne puisse jamais placer le mot fin sur cette histoire.

Cette fois, plus besoin de retenir l'impatience
Je suis arrivée parmi les miens, mais y en a qu'une qui soit vraiment mienne
De toute façon je ne veux qu'elle.
Je suis pas compliquée
.

Alors je me tiens dans l'entrer dans son atelier. Elle est si concentrée. Captivée par ses propres œuvres. Bien trop douée pour le commun des mortels. Et moi je m'offre quelques secondes à la regarder. Elle est si rayonnante dans ces moments-là. Une lumière si pure. Pas éblouissante, mais du genre à faire disparaitre toutes vos peurs par sa chaleur. J'oserais presque pas la déranger. Mais je peux pas m'en empêcher, j'ai attendue trop longtemps de la retrouver.

« Tu salues pas ta femme ? »


Ce sourire idiot, déformant mon visage sali par l'expédition, il n'est rien que pour elle.


☆☆☆ Beerus




Dernière édition par Sinead Gyllenstierna le Mer 1 Jan 2020 - 20:52, édité 1 fois
Thémis Gyllenstierna
DATE D'INSCRIPTION : 26/09/2019 PSEUDO/PRENOM : J/CapRaccoon MULTICOMPTES : Maori, Werowa, Lazuli MESSAGES : 111 CELEBRITE : Lulu Antariksa COPYRIGHT : Thinkky (<3) avatar, capraccoon gifs METIER/APTITUDES : Souffleuse de verre TRIBU/CAMP : Athna POINTS GAGNES : 140

Pleasure in the details ~ ft. Sinead Empty Re: Pleasure in the details ~ ft. Sinead

le Mar 8 Oct 2019 - 22:59
     
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
       
I think love is the only thing worth living for… or dying for. Thinead
       

       
Pleasure in the details

       
Brûlant. Incandescent. Si le fer devait être battu chaud, le verre devait être travaillé avec patience. Il fallait savoir prendre le temps de l'apprivoiser, de lui donner forme avec patience et douceur. Prendre son temps pour pouvoir le former, à défaut de le formuler. Faire en sorte qu'il ne se brise pas dès les premiers instants, le fonder et non le fondre, tout doucement, remuer la canne dans le four, le ressortir grossi de matière à chaque fois, et non vide, déprivé et dépourvu de cette matière si essentielle à son existence. Et elle aurait beau souffler dedans, il ne serait jamais creux. Il serait toujours rempli, même d'air, car l'air n'était pas toujours le vide, il était quelquefois le plein. Il était quelquefois ce qui remplissait le mieux l'espace, ce qui occultait les brèches mieux que n'importe quelle colle ou grossière retouche pourrait le faire. Cet air était nécessaire, indispensable, pour empêcher les fissures, pour consolider la structure. C'était un équilibre délicat, comme toujours, mais Thémis faisait de son mieux pour le maîtriser. Il y avait des loupés, bien entendu, des instants où le verre se fissurait, où le verre se craquelait. Mais cela n'était pas arrivé depuis plusieurs années. Cinq ans, plus précisément. Jour pour jour. Cinq années qu'elles avaient passées à apprendre des fissures du début, pour donner forme à tout le reste, une forme pleine et entière, profonde et intangible, la forme qu'elles voulaient. Pas celle que les autres voulaient voir, mais celle qu'elles, elles voulaient créer. Elle n'y serait jamais arrivée seule.

       
C'était fou. Même son regard elle le connaissait par cœur. Elle pouvait le reconnaître entre mille. Même dans une foule, il lui arrivait de savoir lorsqu'elle la regardait. Thémis était sensible au regard des autres ; celui de Sinead importait le plus. Le contraste, entre son atelier, fournaise et cave, et le clair du froid extérieur, était assez saisissant. Souvent, elles ne respiraient pas le même air, mais ça ne faisait rien. Elles étaient complémentaires. Cet air pur que Sinead humait chaque jour durant ses expéditions, c'était la bouffée d'air frais qu'elle rapportait à Thémis à chaque retour ; l'air enfumé et chaud qu'elle-même respirait chaque jour, c'était l'inquiétante bouffée qu'elle lui apportait à chaque départ. Thémis connaissait les dangers de la montagne mieux que personne ; elle avait un pied boiteux pour en témoigner. Mais elle n'était pas faite pour partir. Elle était faite pour être celle qui restait, et qui attendait le retour de l'aimée, telle Penelope. Le soulagement, le bonheur du retour, elle préférait les accueillir, à bras ouverts. Comme sa femme.

       
"Tu salues pas ta femme ?"Le sourire sur les lèvres de Thémis était né bien avant que Sinead ne parle. L'artisan avait bien heureusement fini son travail, et déposait le vase dans le four de refroidissement au bon moment. Thémis se retourna vers Sinead, son sourire s'élargit, et elle se dirigea vers elle, dans l'embrasure de son atelier, entre deux mondes. Bien entendu, elle boitillait, mais elle ne le sentait même plus, n'y faisait même plus attention sous son regard. Thémis vint enlacer tendrement Sinead, passa ses bras autour de ses hanches et vint voler un rapide baiser sur ses lèvres. "Bonjour. C'est mieux ?" Trois jours. Trois jours qu'elle était partie. Trois était un chiffre sacré pour nombre de cultures ; pour Thémis, il avait été maudit, jusqu'à cet instant du retour. Heureux qui comme Ulysse… Heureux qui comme Thémis. Pour être honnête, la jeune femme adorait ces moments, d'une façon purement égoïste. Sinead était tellement… belle, dans ces moments. Ereintée, souvent couverte de saletés, mais avec toujours ce grand sourire béat aux lèvres, alors en miroir Thémis ne pouvait que l'arborer également. "C'était sombre et terne sans toi." Tu m'as manqué, en langage Thémis. Les couleurs lui parlaient plus que les mots. L'améthyste a son cou était plus puissante que leurs vœux. Retrouver Sinead, c'était aussi retrouver la couleur et la chaleur de son foyer. Brûlant. Incandescent.
       
(c) crackle bones

       
Sinead Gyllenstierna
DATE D'INSCRIPTION : 29/09/2019 PSEUDO/PRENOM : Sandra MULTICOMPTES : Anoki & Kostya MESSAGES : 282 CELEBRITE : Rose Bertram COPYRIGHT : lilousilver METIER/APTITUDES : Eclaireuse/Exploratrice TRIBU/CAMP : Athna POINTS GAGNES : 279

Pleasure in the details ~ ft. Sinead Empty Re: Pleasure in the details ~ ft. Sinead

le Dim 20 Oct 2019 - 2:02
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Pleasure in the details
Et dire que je flippais pour cette mission. Alors que c'était que du vent. Car y avait eu que dalle. Pas une info. Pas la moindre trace. Quelle idée d'écouter les rumeurs... Même le pisteur qui est parti en même temps que moi - bien qu'on ait pris des chemins différents - n'a rien déniché. On a cherché pourtant. On a fait que ça. J'ai été jusqu'à interroger quelques Pikunis. Et chaque nuit dehors, je craignais de tomber sur elle. Et finalement, rien. Ce ragot a juste créé quelques frayeurs et m'a fait perdre mon temps. Rageant. Cette expédition a été tout sauf exaltante. Trois longs jours où la tension et l'ennui ont grandement flirté, pendant que je rêvais de mon doux foyer. Me demandant ce que je foutais là, au milieu des bois à suivre le sillon d'une rumeur caduc.

Il était une fois, une grande et mystérieuse sorcière Rahjak
Mais ses pouvoirs suscitaient autant l'admiration que la jalousie
Elle finit par quitter les siens
Tous les mercenaires à sa poursuite ne revinrent jamais
On dit qu'elle erre sans but, qu'elle a perdu la tête
On dit qu'elle maudit tous ceux qui croisent sa route
On dit qu'elle vagabonde désormais autour des montagnes


Comment on a pu croire à cette histoire ? Comment elle a pu se propager assez pour préoccuper une tribu guerrière entière ? C'est vrai qu'on aime pas voir des solitaires traîner dans le coin. Ils sont imprévisibles. Sans code de conduite, sans règles à respecter. Ce sont des électrons libres. Et la majeure partie d'entre eux ont perdu la boule. Bref tout pour nous rendre méfiant. Et là le mot sorcellerie est un peu monté à la tête de certains. Comme si elle pouvait vraiment nous jeter une malédiction... Mais c'est pas possible hein ? Les sorciers c'est juste des guérisseurs non ? J'en sais fichtrement rien. Et j'ai aucune envie de le savoir. Alors ouais j'étais pas rassurée par cette mission. Si j'étais tombée sur elle, que la rumeur était vraie, j'aurais fait quoi ? Les cours de ce benêt d'[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] m'auraient servi à quoi contre une sorcière ? Au final c'est sûrement mieux que j'ai rien vu ni entendu. Et le pisteur non plus. Comme on est rentrés les mains vides, on peut enterrer cette affaire et ne plus avoir besoin d'en parler. Enfin j'espère.

Quoi qu'il arrive,
Au bout du chemin elle est toujours là
Rien n'a changé
Alors les quelques jours passés loin d'elle s'effacent
Et tout reprend son cours. Tout reste.


Chaque fois que je rentre, j'ai toujours ce court instant de doute, puis de soulagement en la voyant à l'atelier ou à la maison. Elle est encore là. Que je parte quelques heures, ou plus, impossible de se détacher cette sensation qu'elle pourrait ne plus être là à mon retour. Que je pourrais l'avoir perdue. Pourtant elle ne va nulle part. Elle ne me lâche pas. On s'est choisies après tout. J'aime penser que tout ça est immuable, que ce sera toujours ainsi. Et je crois pas qu'elle m'en veuille de mes absences. On a trouvé notre mode de fonctionnement. De toute façon, simplement s'aimer, c'est suffisant pour faire face à tout, non ? Alors oui je souris bêtement. Je la taquine. Et oui j'adore ces moments de retrouvailles.

La voir s'avancer vers moi fait fondre mon cœur d'amoureuse candide. Elle était si captivée par ses propres œuvres, mais elle les délaisse pour me rejoindre.  Égoïstement ça me ravit. Et ses bras qui entourent mes hanches, puis ce baiser à l'envolée, c'est l'ultime récompense. Ce contact savoureux, au goût d'une tendre passion, je peux pas m'en lasser. Ça m'a tellement manqué de simplement la sentir, la ressentir. Les nuits précédentes avaient été si froides, et les journées mornes. Alors que là, entre ses yeux et ses bras, je ne ressentais que de la chaleur. Et de la couleur. Tellement de couleurs. « Mmh disons que c'est un bon début » Deux de mes doigts pâles osent jouer avec une de ses mèches, et cela me déconcentre quelques secondes. Mais je me sens si bien. Nos corps près l'un de l'autre, nos auras s'entremêlant, et nos cœurs battant au même rythme, c'est tout ce qu'il me faut. Tout le reste s'oublie. « Donc je suis le soleil de ta vie ? Je prends le compliment ! Mais le soleil peut pas briller sans toi... alors les miennes étaient ternes aussi. » Cette fois, un court baiser ne me suffit pas, alors j'attrape lentement ses lèvres pour leur partager tous les fervents sentiments qui m'animent. Le désir brûle au creux de ce contact. Personne d'autre que Thémis n'a su m'asservir ainsi. Qui aurait cru que c’est si bon d'être captive ? « J'aurais voulu être dans une plus belle tenue pour te le souhaiter mais... joyeux anniversaire ma belle Thémis » Ses quelques mots je les murmure une fois que nos bouches fiévreuses se séparent. Aujourd'hui est marqué par nos cinq années de mariage, et étrangement les choses sont bien plus simples maintenant qu'avant. C'est même plus intense. C'est devenu une évidence. Mais je peux pas m'empêcher de rompre avec le sérieux du moment. « En fait je crois que la seule chose qui a changé ce sont ces petites rides sur ton visage »



☆☆☆ Beerus



Dernière édition par Sinead Gyllenstierna le Mer 1 Jan 2020 - 20:51, édité 1 fois
Thémis Gyllenstierna
DATE D'INSCRIPTION : 26/09/2019 PSEUDO/PRENOM : J/CapRaccoon MULTICOMPTES : Maori, Werowa, Lazuli MESSAGES : 111 CELEBRITE : Lulu Antariksa COPYRIGHT : Thinkky (<3) avatar, capraccoon gifs METIER/APTITUDES : Souffleuse de verre TRIBU/CAMP : Athna POINTS GAGNES : 140

Pleasure in the details ~ ft. Sinead Empty Re: Pleasure in the details ~ ft. Sinead

le Mer 23 Oct 2019 - 16:09
     
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
       
I think love is the only thing worth living for… or dying for. Thinead
       

       
Pleasure in the details

       
Rien ne paraissait assez bien. Comme s'il y avait toujours un fossé à franchir avant d'atteindre la satisfaction. Thémis pouvait se contenter de peu, se satisfaire de l'incomplet, mais pas là. Pas maintenant, pas ici, pas avec elle. Tout devait toujours être parfait, elle devait être satisfaite, la satisfaire. Il fallait qu'elle comble le fossé, même si c'était impossible s'efforcer de le combler. Faire en sorte que rien ne s'écroule, que tout reste, que le sol ne s'effondrerait pas sous ses pieds une nouvelle fois. La première fois, elle y avait survécu, par chance, et parce qu'elle était là, Sinead. Parce qu'elle l'avait rencontrée. Tout avait été plus facile à surmonter avec elle. Plus rien n'avait semblé être une fatalité. Tout avait été mis en perspective, ans la perspective d'un futur auquel elle n'avait jamais songé jusqu'alors, un futur qu'elle n'avait jamais ni dessiné ni planifié, et encore moins remis en question. Sinead avait toujours réussi à éloigner les ténèbres et le doute dans sa vie. Par sa simple présence, jamais aussi rayonnante que maintenant, lorsqu'elle revenait de ces expéditions qu'elle chérissait tant. Thémis partageait cet attrait de l'inconnu avec elle, bien qu'elle soit plus casanière. Aller par monts et par vaux, cela faisait partie de ces futurs qu'elle n'avait pas envisagés, de ces futurs qui n'avaient jamais été une possibilité vraiment tangible. Elle sortait peu de la montagne, alors chaque sortie était une aventure, une découverte, un périple. Plus c'était rare, plus c'était précieux.
       
Ou pas. Sinead était l'exception. Ou pas. Elle s'embrouillait : des couples, ce n'était pas rare, les sentiments, ce n'était pas rare non plus, mais ce qu'elle vivait, avec Sinead, elle avait l'impression que ça l'était. Elle avait l'impression que c'était rare et précieux, qu'elles étaient une exception ; parce qu'elle ne savait pas ce que les autres ressentaient, lorsqu'ils voyaient leur moitié. Elle ne pouvait rien imaginer de comparable à ce qu'elle, elle ressentait. Dès qu'elle regardait les autres couples, leurs gestes d'affection et d'attention, ils lui paraissaient ternes, fades, sans saveur et sans couleur. C'était probablement faux ; ou pas. Mais en tout cas, c'était fou. Elle, ce qu'elle vivait, c'était intense. Ca prenait à la gorge. Cette voix, ces bras, ils la prenaient à la gorge, ils lui enserraient le cœur de toutes leurs forces pour ne pas la laisser partir ; non qu'elle veuille partir. Ses taquineries, sa désinvolture, elles la rendaient folles, la poussaient à surenchérir pour que ce soit plus qu'un "bon début", pour qu'elle soit satisfaite et aussi parce qu'elle raffolait de cette simplicité et de ces jeux. Ils ne détruisaient jamais l'instant, ils ne faisaient que l'alléger, que lever cette rose qui lui enserrait le cœur à chaque sourire, à chaque regard de Sinead. A ces sourires, à ces regards, elle pourrait presque suffoquer.
       
Sinead est là, tout contre elle, dans ses bras. Elle la taquine, elle lui sourit, elle joue avec ses cheveux, et Thémis, les yeux mi-clos, se cale plus confortablement contre elle, l'utilise comme pilier. Son cœur bat un peu plus vite, puis tonne et galope lorsqu'elle l'embrasse. Quel bonheur de retrouver ces lèvres… ! De pouvoir danser avec, jouer avec… ! Juste de fermer les yeux, et de se laisser embarquer dans la volupté et le délice du moment… ! Sinead sent l'air frais, la forêt, la roche, la terre, les sentiers parcourus et les parois escaladées ; Thémis le feu, le fer, la roche, le verre, l'espace enfumé et les outils manipulés. L'ardeur des 1250°C du four brûle dans ses veines, l'irrigue, s'est transmise à elle à force d'heures passées à son contact. Thémis a du mal à se séparer de ses lèvres, à clore la fusion tant espérée et tant attendue. Son cœur s'est calmé ; puis son cœur se cristallise. "J'aurais voulu être dans une plus belle tenue pour te le souhaiter mais… joyeux anniversaire ma belle Thémis" L'émotion qui l'étreint à ses mots prend la forme d'une rose, de cette même rose qui enserre son cœur à chaque sourire, à chaque regard. C'est une rose de verre, et ses pétales naissent au creux de son ventricule gauche, se propagent, s'irisent et s'étendent sur tout l'organe, l'emprisonnent dans leurs feuilles de cristal. Il brille, étincelant, de mille feux, ce cristal, il est froid et chaleureux, il a figé l'émotion et il l'attise. Et pourquoi une rose, après tout ? Ce pourrait être n'importe quoi d'autre. C'est une rose parce que c'est romantique, une rose. Parce que c'est rouge, une rose, une rose c'est couleur carmin et c'est écarlate, une rose. Une rose c'est pur et c'est dur, c'est rare et c'est précieux, c'est fragile et c'est solide, une rose. Une rose c'est comme du cristal, comme du verre. Comme un diamant brut, non ciselé, à prendre dans toute sa simplicité, avec toutes ses imperfections. La rose déploie ses pétales sur son cœur, le solidifie et le ralentit, consolide la puissance de l'émotion. Cœur étreint dans un pétale de rose de cristal. "En fait je crois que la seule chose qui a changé ce sont ces petites rides sur son visage" Et cela ne suffit pas, ni à briser le verre, ni même à le rayer. Cela ne fait rien, ne l'altère pas un seul instant ; cela décristallise juste la fleur, qui redevient vibrante d'énergie, tremblante d'émotion. Le sourire de Thémis est plus large que jamais, parce que… Cinq ans. Depuis cinq années, jour pour jour. C'est si peu, et si long... ! Elle pourrait taquiner Sinead, elle aussi, elle sait le faire, aime le faire, mais pour l'instant elle préfère savourer. Laisser les pétales de la rose trembler sous une brise chaude. Thémis leva la tête, et déposa un baiser malicieux sous le menton de Sinead. "Ces rides, c'est parce que tu me rends heureuse." Puis elle continua de la regarder avec un grand sourire, qui atteignait définitivement ces petits rides aux coins des yeux.
       
(c) crackle bones

       
Sinead Gyllenstierna
DATE D'INSCRIPTION : 29/09/2019 PSEUDO/PRENOM : Sandra MULTICOMPTES : Anoki & Kostya MESSAGES : 282 CELEBRITE : Rose Bertram COPYRIGHT : lilousilver METIER/APTITUDES : Eclaireuse/Exploratrice TRIBU/CAMP : Athna POINTS GAGNES : 279

Pleasure in the details ~ ft. Sinead Empty Re: Pleasure in the details ~ ft. Sinead

le Sam 2 Nov 2019 - 23:03
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Pleasure in the details
À chaque fois je la ressens, cette envie irrésistible de repartir. Je peux pas la refréner. Quoi que je fasse, j'ai toujours de nouveau l'envie de partir explorer. Je les connais pourtant ces montagnes, la forêt aussi. Heureusement j'en ai pas fait le tour, loin de là. De toute façon à chaque fois c'est différent. Les sentiers sont souvent les mêmes, mais les sensations, et les missions, non. Alors je finis toujours par craquer. Je succombe au chant des sirènes de l'aventure, de la liberté. Pourtant je cherche pas à fuir. Avant oui, mais plus maintenant. Parce que j'ai enfin compris que j'ai ma place ici. Et puis j'ai tout pour être heureuse. Je le suis. Parfois j'ai cru que quelque chose était bancal chez moi. Si tout va bien, pourquoi je veux partir à chaque fois ? Mais finalement je crois que c'est juste moi. Que je suis comme ça, et que y a pas besoin de chercher une explication. Que c'est pas le signe que quelque chose cloche, juste que j'aime pas la routine. Que je sais pas rester tranquille. J'ai besoin de bouger et d'expérimenter. Finalement je suis plus utile comme ça. Je sais faire que ça. Et y a rien d'autre qui me correspondrait mieux. C'est peut-être pas une mauvaise chose. La différence ça fait du bien. Qui rêverait d'être tous les mêmes ? Sans différence, rien n'évolue, rien ne se passe. J'ai pas envie d'être comme quelqu'un d'autre, et je crois que personne a envie de me ressembler. Il faut juste réussir à trouver des gens qui nous complètent. Il y en a certains avec qui on pourra jamais s'entendre, et il y en a d'autres qui semblent nés pour faire partie de notre vie. On sait pas combien de temps ils resteront. Mais on sait qu'on a besoin d'eux et on sait qu'on ne serait plus vraiment nous, si eux n'étaient plus là.


Au début on s'en rend jamais compte. On réalise pas qu'ils vont prendre une part si importante dans notre vie. On échange juste des mots, des rires, des services. Puis tout s'intensifie. Ils deviennent des amis ou des amants. Ils louent avec un contrat à durée indéterminée une partie de notre cœur. Et ensuite c'est eux qui décident ce qu'ils en font. Ils peuvent lui faire vivre des montagnes russes, ils peuvent même finir par le briser ce cœur. Mais ils peuvent aussi simplement le rendre plus fort. Ils peuvent l'illuminer. Ça doit être pour ça que j'ai l'impression que mon sourire est invincible depuis que je suis avec Thémis. Sa lumière me fait rayonner. Elle en transmet une partie dans ses verreries. Elle m'en partage une autre. Et elle en diffuse aussi au reste de la tribu. On pourrait pas se passer d'elle. Moi je pourrais pas. J'aurais jamais cru que deux âmes pouvaient se lier au point de plus pouvoir exister l'une sans l'autre. Et que ce que l'une vit, l'autre le ressent. C'est vertigineux. On est plus forts que jamais et pourtant plus vulnérables. Il y a de quoi avoir peur. Donner tout pouvoir sur soi à quelqu'un d'autre, ça demande pas juste de la confiance, mais de la foi. La foi que l'autre va nous aimer autant qu'on l'aime, la fois que ça va durer, et la foi que ce lien sera plus fort que le reste. On en devient aveugle parfois. Mais c'est si bon d'être naïf. C'est si bon de croire que cet amour ne s'arrêtera jamais. Après tout, il y au moins une chance que ce soit vrai. Alors pourquoi ne pas tenter d'y croire ?


Tout ce que je veux c'est profiter de cet inestimable bonheur simple. Et c'est ce que je fais là maintenant. Dans les bras de Thémis. Sa peau est si chaude. Brûlante. Pas besoin de four. C'est sûrement pour ça que mon cœur s'enflamme. « Le bonheur fait vieillir ? » Même si c'était vrai, je serais prête à troquer quelques années de jeunesse pour continuer à vibrer d'amour. « Tu es magnifique. » Il faut qu'elle le sache. Parce que mes taquineries c'est jamais du sérieux, parce que je pourrais pas trouver quelqu'un d'autre plus beau qu'elle. Ça explique pourquoi mes yeux la lâchent pas depuis plusieurs minutes. Je suis enfin de retour. « Tu as encore beaucoup de travail ? »Question curieuse mais pas innocente. Difficile de cacher que j'ai une idée en tête. Mais je veux pas chambouler tous ses plans. Elle supporte ma soif de m'échapper sans jamais douter de mon amour pour elle, alors je peux pas faire des caprices quand je rentre. Mais cette journée est pas banale.  « J'avais l'intention de te kidnapper pour profiter de cette journée... mais est-ce que tes verres me le pardonneront ? » Je lui fais cet aveu entre deux courts baisers. Ces effusions d'amour font un bien salvateur après trois jours d'absence.
Parce que ce besoin de partir, il est toujours suivi d'une envie irrésistible de rentrer. De rentrer pour elle...


À l'incendie de l'amour,
À l'oiseau de la lune,
À mes peurs évincées,
À tes humbles talents,
À nos comètes alignées,
À l'infini, et aux rires,
À nos lèvres engourdies  
À force de s'embrasser.



☆☆☆ Beerus



Dernière édition par Sinead Gyllenstierna le Mer 1 Jan 2020 - 20:50, édité 2 fois
Thémis Gyllenstierna
DATE D'INSCRIPTION : 26/09/2019 PSEUDO/PRENOM : J/CapRaccoon MULTICOMPTES : Maori, Werowa, Lazuli MESSAGES : 111 CELEBRITE : Lulu Antariksa COPYRIGHT : Thinkky (<3) avatar, capraccoon gifs METIER/APTITUDES : Souffleuse de verre TRIBU/CAMP : Athna POINTS GAGNES : 140

Pleasure in the details ~ ft. Sinead Empty Re: Pleasure in the details ~ ft. Sinead

le Dim 10 Nov 2019 - 23:11
       
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
       
I think love is the only thing worth living for… or dying for. Thinead
       

       
Pleasure in the details

       
Une sensation de chute étourdissante. Un vertige papillonnant dans tous ses membres. Un agréable tourbillon dans lequel elle plongeait. C'était à la fois doux, et intense. C'était paradoxal. Elle était happée dans des profondeurs, autant qu'elle était hissée vers des sommets. C'était un délicieux sentiment, un délicat abandon. D'abord, ça avait été bien plus rude. Une véritable chute, et elle avait heurté le sol, durement, le choc résonnant dans ses os. Être au bord du précipice était effrayant. Et grisant. Tellement grisant… Terrifiée, et euphorique. Elle connaissait un mot en gonasleng qui exprimait les deux à la fois, qui concentrait le paradoxe en son sein, le compressait pour le faire tenir dans trois syllabes à partir desquelles tout son être pouvait s'épancher à partir desquelles elle pouvait se dérouler et se dévider comme un fil d'Ariane et dans le labyrinthe elle devait trouver le donjon vaincre le dragon la femme au cœur du labyrinthe était sa propre femme son propre cœur la beauté de la vie la beauté de sa vie celle qui enchâssait ce simple mot et toutes ces émotions qu'il faisait naître en elle et la peur de la perdre et la fierté de l'avoir et le bonheur de la connaître. Terrific. C'était terrific. Tout ce qu'elle ressentait pour elle. Les montagnes gravies, les monts franchis ; les abysses traversées, les gouffres escaladés. C'était terrific, ce tourbillon et cette tornade, les tréfonds et les cimes. La fosse dans laquelle elle pouvait se noyer, sombrer ; la crête sur laquelle elle pouvait s'élever, voler. Subjuguée, charmée, à la Sirène et son envoûtante incantation elle avait succombé, à la Succube et sa suave incarnation elle avait cédé. A Sinead et à sa brûlante inscription dans sa chair elle s'était abandonnée.
       
Douceur de sa chair contre la sienne, qui apaisait la brûlure en son sein. "Le bonheur fait vieillir ?" Question candide de l'archange qui s'est envolé avec son cœur. Si elle savait. La peur, la terreur, le terrific qui roulait à flots destructeurs dans ses veines à chaque départ. Les scenarii qui flottaient toujours dans un coin de sa tête, à peine exorcisés par le travail, à peine apaisés par la loi de l'habitude. Elle est toujours revenue, elle reviendra encore aujourd'hui. Et elle reviendra demain. Elle n'a pas eu de problème, elle a juste fait un détour, elle est juste en retard. Elle n'a pas eu de problème, elle sera là bientôt. Dans la nuit, dans la solitude, privée de sa présence à ses côtés et de son toucher bien sûr que l'esprit de Thémis allait par monts et par vaux et de catastrophe en catastrophe et l'oppressante peur continuait de peser sur sa poitrine faisait pression de ses deux mains de glace de ses deux serres d'épines l'empoignait et le pressait à pleines mains le faisait battre affolé et s'arrêter désespéré faisait galoper son imagination et régner ses cauchemars en maître sur ses nuits dans une douce agonie dans une lente chute. Ses yeux à peine croisés elle s'envolait déjà, éradiquée et exorcisée par sa simple présence par la certitude plus tangible que jamais qu'elle était bien là juste par son toucher elle faisait tout s'envoler toutes les peurs toutes les angoisses elle les prenait les mettait au fond d'un tiroir au fond d'un coffre au fond d'un gouffre et elle le refermait le refermait à clé le refermait. "Tu es magnifique." Elle lui prend son souffle encore, Thémis a le souffle court à cause d'elle. Parce qu'elle a peur. Parce qu'elle l'aime. C'est fou, et lucide. C'est doux, et intense. "Tu es plus belle encore." Ce n'est qu'un murmure, et c'est un monde.
       
Ce n'est qu'un regard, et c'est un univers. Elle se perdrait dans ses yeux. Elle se perd dans ses yeux. Exquise errance au fond de ses prunelles. Devrait-elle lui dire qu'à chaque manque d'inspiration, il lui suffit de croiser ses iris pour que les idées reviennent fourmiller dans son crâne ? Faille. Fêlure. Lézarde. Mais plus rien ne semble insurmontable dans ses bras. "Tu as encore beaucoup de travail ?" La question n'est plus ni candide ni innocente. "J'avais l'intention de te kidnapper pour profiter de cette journée… mais est-ce que tes verres me le pardonneront ?" Entre deux baisers, mais Thémis ne se sent pas prise dans un étau, entre deux baisers elle se sent libérée. La jeune femme se dressa pour passer un bras autour du cou de Sinead, plaquer son corps contre le sien, ses seins contre les siens. Son baiser est fiévreux, ardent. C'est doux, et intense. Elle pourrait succomber à l'appel de la chair, hic et nunc. Doucement, sa main gantée pour éviter les brûlures passe sous le haut de Sinead, caresse tendrement son ventre. Lorsque leurs lèvres se décrochent, Thémis caresse la joue de Sinead. Un peu de la Succube semble s'être avivée en elle. "Je pense que je peux leur faire entendre raison." Bien entendu, ce n'est qu'un murmure ; rauque est sa voix, noirs sont ses yeux. Sous son enveloppe charnelle, l'intensité s'agite ; sa peau s'est craquelée, et derrière les lézardes le désir est flamboyant. Il ne s'échappe jamais qu'entre les bras de Sinead. C'est elle, son gouffre et sa cime. C'est elle, ses abysses et ses nues. C'est elle, son Nadir. C'est elle, son Zénith.
       
(c) crackle bones

       
Sinead Gyllenstierna
DATE D'INSCRIPTION : 29/09/2019 PSEUDO/PRENOM : Sandra MULTICOMPTES : Anoki & Kostya MESSAGES : 282 CELEBRITE : Rose Bertram COPYRIGHT : lilousilver METIER/APTITUDES : Eclaireuse/Exploratrice TRIBU/CAMP : Athna POINTS GAGNES : 279

Pleasure in the details ~ ft. Sinead Empty Re: Pleasure in the details ~ ft. Sinead

le Jeu 28 Nov 2019 - 19:37
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Pleasure in the details
Vivre dans le ciel...comment ont-ils fait ?
Et tenir aussi longtemps dans leur engin de métal...y a pas plus grand mystère.
Ça date et pourtant, je pourrais jamais oublier le jour où les jeunes criminels sont tombés du ciel, ni le jour où  je me suis approchée du campement des autres - arrivés un an après - pour la première fois.
Je pouvais pas m'empêcher de me faire tout un tas de scénarios dans ma tête.
Ils ont tout chamboulé.
J’avais pas confiance et pourtant j’étais fascinée. Envoutée.
C’était comme s’il se passait enfin quelque chose d’intéressant. Comme si tout allait changer. J’ai même cru que certaines tribus se regrouperaient pour faire face, ou qu’au contact de ces nouveaux venus nos règles et traditions évolueraient.
Mais finalement, on, les Athnas au moins, est restés les mêmes. On est même plus méfiants qu’avant. On reste à l’écart, parce qu’on a estimé que c’est la meilleure manière de protéger notre identité. On ne cherche pas la guerre, mais on continue de s’y préparer. Comme si on refusait d’oublier, même rien qu’une seconde, que la paix peut basculer d’une seconde à l’autre. Parfois je nous trouve parano. C’est pesant, et même angoissant. Mais ils ont sûrement raison. Après tout, on sera jamais pareils que ceux du Ciel.
Tant mieux...enfin j’imagine. J’en sais rien en fait. Ceux que j’ai rencontrés m’ont rendue encore plus curieuse. Ils avaient pas l’air mal intentionnés. Et il y a toutes ces choses qu’on ignore encore sur eux.
Ce qui est sûr c'est que ce s’ils sont revenus sur notre Terre, c’est que ça devait être foireux là-haut. Logique. L’Homme est pas fait pour la quitter. Sinon on naîtrait avec des ailes. Le ciel appartient aux Anciens et aux oiseaux. Nous on doit rester au sol. C'est pas si mal. Y a pas de quoi s'ennuyer. Même si du haut de nos montagnes, on a parfois l’impression de se noyer dans le ciel. Au beau milieu des nuages. Mais en fait, on y est proche sans jamais l’atteindre. Il veille sur nous. Pendant qu’on a simplement le droit de le contempler, et de le remercier.


Aujourd’hui, vu le soleil amical qu’il nous offre, je crois qu’il mérite que je lui dise merci. Parce que cette douce chaleur est à l’image de cette journée. Rien ne pourrait être plus parfait. Thémis est là. Toujours aussi belle. Toujours aussi patiente. Elle m’embrasse, me fait frissonner, et se livre à moi dans sa plus grande honnêteté. Je savoure. Mais on peut pas rester là, enfermées dans la forge. Surtout pour une journée si unique.
Des fois je me dis que ce bonheur il est pas réel. Encore plus miraculeux que les gens tombés du ciel. Puis l’instant d’après, je dis à mon esprit de la fermer et je pose les yeux sur mon irrésistible artiste. Et immédiatement je vois qu’elle est bien là, je vois que son regard ne ment pas, et mon sourire que j’arrive pas à retenir me fait dire que si, tout ça...c’est bien réel.
Alors j'adorerais rester là dans ses bras. Délicieusement coincée. À écouter ses compliments et être presque en train de fondre entre la chaleur de la forge et de son cœur. Mais j'ai pris une décision il y a quelques années. J'ai choisi de l'épouser. Le truc bien sérieux. Même si je m'en rendais pas compte à l'époque. Au fond j'avais aucune fichue idée de ce que je faisais. C'était pas prévu. Ça m'était tombé sur la tête. Bizarrement c'est la plus belle décision que j'ai jamais prise. C'est pour ça qu'on doit le fêter. C'est pour ça que j'essaye de lui dire que je veux l'emmener. Ailleurs. À l'extérieur. Juste nous deux. Malgré tout ce que ce lieu représente pour Thémis, ici c'est pas le bon endroit.


Mais je rêve ou tout prend une tournure beaucoup trop intense soudainement ? Ça va déraper. Ses lèvres sont trop impertinentes. J'ai envie de leur répondre plus sauvagement. Elle va me faire perdre la tête. Je suis incapable de faire partir ses doigts. Je me sens comme une proie prise au piège mais ne voulant pas s'enfuir. J'adore quand elle se métamorphose en Tentatrice. Mais je peux pas l'avouer. Elle a déjà bien trop de pouvoir sur moi, et elle le sait. Alors mes lèvres se pincent pour retenir le moindre son qui tenterait de s'échapper. Et pour ne pas céder à la tentation de dévorer sa belle nuque découverte qui semble m'appeler encore et encore. Résiste. Je les ouvre finalement pour expirer longuement, en espérant que mon souffle emporterait loin avec lui ce désir ravageur. « Thémis... »
Bon.
0% de crédibilité.
Allez un effort. Je suis plus une ado qui se laisse émoustiller au moindre geste, hein ? Je peux me contenir quand même, non ? J'ai d'autres projets pour nous. C'est à ça que je dois penser. Je dois surtout pas penser à ce corps magnifique et fiévreux collé contre moi. Respire. « Je sais pas comment je fais pour pas avoir déjà craqué...mais il va falloir attendre ce soir ! » J'ai enfin repris le pouvoir sur moi. Bon début. Mes yeux troublés deviennent maintenant déterminés. C'est moi qui repends la danse. « Allez on y va ! On a quelque chose à fêter ! » Un bel après-midi nous attend. Sautillant presque d'impatience, je me décolle brutalement de ma moitié mais avant de sortir de la forge, je lui adresse quand même un murmure espiègle : « Si tu es déçue...ne t'en fais pas je m'occuperais de toi ce soir ». Puis je m'éloigne pour la forcer à me suivre. Elle n'a plus vraiment le choix. Bien qu'en fait, j'ai aucune idée de là où je vais l'emmener.



☆☆☆ Beerus



Dernière édition par Sinead Gyllenstierna le Mer 1 Jan 2020 - 20:49, édité 1 fois
Thémis Gyllenstierna
DATE D'INSCRIPTION : 26/09/2019 PSEUDO/PRENOM : J/CapRaccoon MULTICOMPTES : Maori, Werowa, Lazuli MESSAGES : 111 CELEBRITE : Lulu Antariksa COPYRIGHT : Thinkky (<3) avatar, capraccoon gifs METIER/APTITUDES : Souffleuse de verre TRIBU/CAMP : Athna POINTS GAGNES : 140

Pleasure in the details ~ ft. Sinead Empty Re: Pleasure in the details ~ ft. Sinead

le Sam 7 Déc 2019 - 0:04
       
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
       
I think love is the only thing worth living for… or dying for. Thinead
       

       
Pleasure in the details

       
Belle aux yeux de diamants,
Où cherches-tu ton cœur charmant ?
Sur les purs versants du blanc mont,
Sous les yeux des nues en surplomb ?

Dans les cieux bleus à jamais,
Se façonnent quelques doux traits.
Ardents miroirs de l'âme, éprise
Les astres bruissent sous la brise.

Frôlées, les cordes de la lyre
Chantent d'un neuf et clair délire.
Le monde serein vagabonde.

Pléiades gravées sur le dôme,
Sur Kûrma ce vaste royaume.
For ever dure une seconde.
       
Thémis aime sa femme, plus que tout au monde. Un bras passé autour de son cou, autant pour s'appuyer sur elle que pour se rapprocher d'elle, la jeune femme attend tranquillement, s'amuse à enrouler autour de son doigt une mèche écervelée, échappée et sauvage, tandis que Sinead tente de reprendre ses esprits. Quand elle rouvre les yeux, Thémis ne peut s'empêcher d'esquisser un sourire taquin, clairement fière de son effet. Et cela la rassure, de voir Sinead perdre ses moyens face à elle. Avec un pied bot, elle n'aurait jamais parié rencontrer quelqu'un qui la désirerait. Sinead la rassure, même sans s'en rendre compte, et pour ça Thémis sent son cœur enfler de pure extase. "Je sais pas comment je fais pour pas avoir déjà craqué… mais il va falloir attendre ce soir !" Ce qui est sûr, c'est que ça, ça fait craquer Thémis. Tout doucement elle sent quelque chose se briser en elle : ses dernières réticences, ses dernières angoisses, réminiscences de trois jours de solitude et anamnèses de cents nuits de cauchemars. Elle est pleinement rassurée à présent. Sinead est bien de retour, est bien là avec elle, face à elle, ce n'est pas une chimère ou une illusion ou un rêve de son esprit, encore moins une désillusion c'est même tout le contraire c'est une perfection. Thémis ne peut immortaliser ces moments en peinture ou en dessin mais elle les transfère dans ses œuvres les plus personnelles qui sont comme autant de souvenirs qu'elle éparpille aux quatre coins de leur foyer, scènes cristallisées en formes et couleurs, inexplicables à autrui. Sa mémoire réside dans le verre et ses facettes irisées, c'est un secret qu'aucun diamant ne saurait percer. Et ils perdureront après elle, après elles. Sans que personne ne le sache jamais, à moins qu'elle ne vende la mèche, mais il n'en est pas question pour le moment. C'est un secret bien gardé au creux du verre, qui n'en accouchera jamais. Il se brisera, se morcellera, s'éparpillera, mais jamais ne livrera son secret de cristal.
       
Thémis s'est perdue dans ses pensées, comme souvent lorsqu'elle est avec Sinead. C'est la voix enjouée de cette dernière qui la tire de son cheminement, et la jeune femme la laissa partir, laisse la mèche filer entre ses doigts et retombe sur ses pieds avec la douceur de l'habitude. "Allez on y va ! On a quelque chose à fêter ! […] Si tu es déçue… ne t'en fais pas je m'occuperais de toi ce soir." Sinead aussi peut jouer à la Succube, et Thémis lui répondit par un sourire en coin, un sourcil levé et un murmure : "Très bien. Tu as intérêt." Elle peut paraître très calme, trop calme de l'extérieur peut-être, comme détachée presque distante. C'est la presque impossibilité d'exprimer ses prolongements instantanés immédiats en nous qui nous fait paraître comme paralysés, presque toujours, en bien des circonstances. Thémis n'était pas douée pour exprimer ses émotions. Elle était trop souvent… sous le coup de l'émotion. Abasourdie et ravie par tant d'intensité par tant de puissance elle en oubliait de le laisser voir elle le laissait plutôt s'épanouir en son sein avec une joie immense difficilement discernable derrière ses pupilles brunes. 
       
Le rayon qui frappe un diamant entouré de gangue y est-il mieux reflété qu'en un diamant bien taillé où pénètre l'essence même du feu ? Il lui fallait rattraper sa tête, partie tourner dans les nuages et dans les étoiles, c'était l'effet Sinead. Forcée de se raccrocher à un peu de pragmatisme, Thémis fit demi-tour. Cela semblait paradoxal : l'une retournait vers son air, l'autre retournait vers son verre. Deux mondes différents, deux trajectoires différentes, mais ils n'y connaissaient rien. Thémis vérifia rapidement que son four était bien fermé, rangea les quelques outils qui traînaient encore, puis rejoignit Sinead dehors. Elle laissa sa besace dans son atelier, sa besace avec ses livres de compte ses vagues esquisses ses précises notes et ses commandes. Elle laisse tout derrière elle, elle n'en a pas besoin elle n'en a cure en cet instant. Elle n'a que faire du travail éreintant, de l'air pur et du soleil doux. Thémis sort, referme la porte derrière elle, admire le profil de Sinead sous le soleil puis s'avance. Elle s'arrête à côté de sa femme, les mains délicieusement vides, tourne la tête vers elle, et lui sourit avec tendresse. "Je te suis jusqu'au bout du monde." … Les mots lui avaient encore joué un tour, avaient exprimé sa pensée, malins démons avaient tordu sa langue pour qu'elle épouse la vérité. For ever dure une seconde.
       
(c) crackle bones

       
Sinead Gyllenstierna
DATE D'INSCRIPTION : 29/09/2019 PSEUDO/PRENOM : Sandra MULTICOMPTES : Anoki & Kostya MESSAGES : 282 CELEBRITE : Rose Bertram COPYRIGHT : lilousilver METIER/APTITUDES : Eclaireuse/Exploratrice TRIBU/CAMP : Athna POINTS GAGNES : 279

Pleasure in the details ~ ft. Sinead Empty Re: Pleasure in the details ~ ft. Sinead

le Sam 7 Déc 2019 - 23:07
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Pleasure in the details

Je sais pas d’où ça nous est venu. Cette attirance mutuelle. Ce coup de foudre.
Je sais pas si c’était vraiment un coup de foudre. C’était une simple rencontre. Grâce à son frère. Il était inquiet pour elle. Elle avait failli mourir. Son corps en gardait les séquelles, encore aujourd’hui. Pourtant on avait rien en commun. Je voulais juste l’aider. L’aider à aller mieux. Pour une fois je pensais pas qu’à moi. Pour une fois j’oubliais mes caprices. Peut-être que j’étais pas qu’une gamine insupportable. En tout cas c’était pas comme ça que Thémis me voyait.
Alors d’abord on est juste devenues amies. Au fond de nous on savait peut-être déjà, que c’était pas que ça, que l’amitié c’était qu’un prétexte pour se côtoyer. J’en sais trop rien. Je sais juste qu’elle m’apaisait. Que j’étais bien avec elle. Tout était si simple. J'allais la voir. Prendre de ses nouvelles. Essayer de la faire sortir de chez elle. Je voulais lui montrer tant de choses. J'avais peur de mal m'y prendre. Mais je me posais plus trop de questions quand j'étais avec elle. Je me fiais juste à mon instinct, à mes émotions, à son sourire. J'étais sûre qu'elle s'en sortirait. Je tentais moi aussi de me reprendre en main. Mais à force, je finis par ne plus m'imaginer vivre sans elle. Jusqu’à se marier quelques mois après. Ouais un cliché dans les grandes largeurs. Mais notre cliché, rien qu’à nous. On s’est sauvées autant l’une que l’autre. Sans elle, je me serais peut-être jamais trouvée. Je suis fière maintenant. D'elle, de moi, de nous. De tout. Je céderais ma place pour rien au monde.

Après chaque expédition, il y a toujours un temps que je passe juste à la regarder. Elle, entièrement, longuement. Comme si j'essayais à chaque fois de mémoriser chacun des traits de son visage. Par cœur. Jusqu'au moindre détail. Je ne veux rien oublier. Je veux être sûre qu'à ma prochaine absence, je puisse l'imaginer avec moi. La visualiser à mon bras, collée à moi. Comme si elle était forcément à mes côtés. Même au beau milieu de la forêt, loin de nos montagnes. Comme si je ne l'abandonnais pas vraiment. Parce que oui, je repars à chaque fois. Parce que c'est mon rôle. Parce que je peux pas m'en empêcher. Alors que je pense déjà au retour. J'ai hâte de la revoir. Il n'y a rien que je souhaite plus que ça. Je veux que mes pieds franchissent à nouveau le pas de cette forge. Je pense à chez nous, à nos discussions, au lit qui nous attend. Avant que je disparaisse à nouveau, dans la nature. C'est sans fin. Un cercle. Un cercle d'absences, parfois, mais d'amour, tout le temps.    

Et maintenant, je suis là. À nouveau. Et je crois que Thémis attend que je me rattrape. J'y compte bien. Je sais que ses paroles sont remplies de tendresse, de désir peut-être aussi. Elle exprime rarement sa passion par des mots. Mais je la sens. Et je la partage. Si cette journée n'était pas si unique, je n'aurais pas hésité une seconde à rendre hommage à ma femme délaissée, convoitée. À laisser nos feux intérieurs nous consumer. Dans un moment hors du temps où je pourrais enfin lui montrer une fois de plus, que rien ne compte plus qu'elle. Que je me dévoue littéralement corps et âmes à elle.
Je n'ai pas refusé, simplement reporté. J'attends à l'extérieur qu'elle revienne à moi. Elle ne reste dans la forge qu'une minute de plus. Mais difficile de contenir mon impatience. Pourtant je commence à paniquer un peu. Carrément même. Je n'ai rien prévu. J'étais absente, j'ai pas pu organiser quoi que ce soit. Qu'est-ce qu'on peut faire là, dans le village ? Sous les regards, au risque de se faire déranger, interpeller. Mais j'ai pas le temps de réfléchir à quoi que ce soit. Thémis est là, près de moi. Je me focalise sur elle et le sourire qu'elle m'adresse.  « Je rêve justement de t'y emmener » J'ai déjà l'impression d'être dans un autre monde avec elle. Mais elle compte sur moi. Elle m'a attendue, une fois de plus, alors il faut que ça en vaille la peine.
Ne pas paniquer.
Simplement profiter.
Mais si ce n'est pas à la hauteur, si je ne suis pas à la hauteur, m'en voudra-t-elle ? Je veux pas la décevoir, pas aujourd'hui. Je fais un pas vers elle, pour que ma main puisse attraper la sienne. Le pli inquiet se formant sur mon front chaque fois que les angoisses reprennent le dessus, s'en va aussitôt. Sentir sa peau me rappelle qu'elle m'aime autant que je l'aime. Cette journée sera forcément belle. Quoi qu'il arrive. « On va essayer de le trouver ensemble ce bout du monde. » Je souris à mon tour sans artifice, avec un peu de naïveté même. Sans la lâcher, je me mets à avancer doucement. Des pas lents et presque silencieux. On s'éloigne de la forge mais tant qu'on reste ensemble, on est chez nous partout. « Tu crois pouvoir sortir du village ? » J'ai peur de trop lui en demander. « Ne te force pas à dire oui. Je veux que tu sois bien. On ira où tu voudras. » Laisse-moi prendre soin de toi.




☆☆☆ Beerus



Dernière édition par Sinead Gyllenstierna le Mer 1 Jan 2020 - 20:52, édité 1 fois
Thémis Gyllenstierna
DATE D'INSCRIPTION : 26/09/2019 PSEUDO/PRENOM : J/CapRaccoon MULTICOMPTES : Maori, Werowa, Lazuli MESSAGES : 111 CELEBRITE : Lulu Antariksa COPYRIGHT : Thinkky (<3) avatar, capraccoon gifs METIER/APTITUDES : Souffleuse de verre TRIBU/CAMP : Athna POINTS GAGNES : 140

Pleasure in the details ~ ft. Sinead Empty Re: Pleasure in the details ~ ft. Sinead

le Dim 8 Déc 2019 - 0:20
     
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
       
I think love is the only thing worth living for… or dying for. Thinead
       

       
Pleasure in the details

       
Certains avaient dit que la Terre était plate. Une espèce de tablette, avec des creux où se lovaient les mers, des reliefs sur lesquels se dressaient les montagnes. Deux satellites qui tournaient autour, un disque de feu et un disque d'argent, un boulier rond qui tournait inlassablement. Puis la Terre s'était épaissie, avait enflé, était devenue ronde, sur le boulier s'étaient rajoutées des planètes des météores des comètes des étoiles tout un nouveau monde qu'ils ne connaissaient pas. Ceux du ciel l'avaient découvert, y avaient vécu et survécu, savaient ce que cela faisait d'être au plus proche des astres. Sur Terre, il leur fallait lever la tête, braquer leurs lunettes vers le ciel et les imaginer. Le jour et la nuit, deux sœurs jumelles, les deux sœurs siamoises, se pressaient à tour de rôle pour étendre leur voile sur leur ciel, étaient constamment jointes par les paumes de leurs mains passaient leur temps à danser une ronde infinie inéluctable et invariable. Sur leurs fronts leurs humeurs s'assombrissaient leurs sourcils se fronçaient et la pluie tombait les orages grondaient. Quand leurs fronts s'éclaircissaient et que leurs sourcils se relevaient, le soleil rayonnait et les aurores boréales dansaient. Et elles dansaient, dansaient, dansaient…
       
Le bout du monde, la quête de tout un chacun et la quête de toute une vie. Si le monde était sans limite, sans extrémité, sans bordure, la traversée était sans fin. Mais la vie, elle, avait un terme, une mort, une borne. C'était elle, leur bout du monde, c'était elle le bout du monde d'une femme qui ne pouvait dévaler les flancs des montagnes et déambuler dans les forêts. La borne de sa vie lui paraissait aussi lointaine que la bordure de ce monde cyclique. Repoussée par-delà l'éternité, vers l'infini et l'au-delà. Le bout du monde pouvait être n'importe où, c'était à elle de placer la borne. Thémis refusait de la placer. "Je rêve justement de t'y emmener." Sinead ne la reprend pas, se laisse entraîner par son lapsus. Elle est l'une des rares à ne pas s'étonner de son étrangeté, elle est la meilleure pour la faire se sentir normale. Dans son élément. Partie prenante de ce monde. "On va essayer de trouver ensemble ce bout du monde." C'est un programme qui lui plaît, le sourire de Thémis s'élargit et devient éclatant. Sinead s'est rapprochée, et leurs doigts se sont entrelacés, tout naturellement. Plus rien n'existe, et Thémis a trouvé son bout du monde. Elles se mettent à marcher avec lenteur, mais son bout du monde marche à ses côtés, ne la quitte pas un seul instant, il est là avec elle et l'accompagne. Sa chair est vibrante de chaleur de soleil et de nature, frémissante de vie et tumultueuse devient l'âme de Thémis. Bouleversée elle frissonne sans bruit au plus profond de son être, mais cela se reflète dans ses yeux une petite lueur passagère qui ne dit pas son nom mais qui est là pendant un instant, tandis qu'elle continue de contempler le profil de Sinead. Elle lui a manqué. "Tu crois pouvoir sortir du village ?" L'absence est comblée par sa voix qui résonne à ses oreilles, et Thémis détourne la tête pour regarder la rue qui s'étend devant elle, tandis qu'elle réfléchit, sonde ses capacités physiques, interroge son corps. Elle veut être sûre d'elle. Elle ne veut pas dire oui trop vite, pour ensuite se retrouver à bout de forces et exténuée à mi-chemin, incapable autant de continuer que de rentrer. "Ne te force pas à dire oui. Je veux que tu sois bien. On ira où tu voudras." Un léger sourire flotta sur les lèvres de la souffleuse de verre le temps qu'elle élise sa réponse, puis elle la formula, les yeux toujours sur la rue de pierres et de pavés pendant encore quelques instants. "Je suis bien. Allons-y. J'ai envie de découvrir un peu ton monde." Thémis a fini par reporter ses iris sur Sinead, encore plongée dans ses pensées pendant une seconde, puis son sourire éclate de nouveau sur son visage, son pas s'accélère légèrement parce qu'elle est excitée enjouée elle se sent bien son âme virevolte vole papillonne s'étonne s'étire vers ces contrées inconnues sur lesquelles elle pourra poser un regard et c'est un beau jour pour ça Thémis se sent pousser des ailes.
       
(c) crackle bones

       
Sinead Gyllenstierna
DATE D'INSCRIPTION : 29/09/2019 PSEUDO/PRENOM : Sandra MULTICOMPTES : Anoki & Kostya MESSAGES : 282 CELEBRITE : Rose Bertram COPYRIGHT : lilousilver METIER/APTITUDES : Eclaireuse/Exploratrice TRIBU/CAMP : Athna POINTS GAGNES : 279

Pleasure in the details ~ ft. Sinead Empty Re: Pleasure in the details ~ ft. Sinead

le Mer 1 Jan 2020 - 20:46
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Pleasure in the details

Marcher dans l'enceinte du village, main dans la main, et s'y sentir pleinement à sa place. Sensation paisible, et surtout divine. Je ne m'en lasse pas. Hormis un ou deux regards réprobateurs, que je ne perçois même plus, j'ai l'impression que l'amour transforme, que l'amour se diffuse tout autour.
En fait, c'est comme si mes vœux avaient été réalisé. Des vœux auxquels je n'aurais même pas osé espérer. Le vœu de ne plus être une gamine remplie de peurs. Le vœu d'une passion inébranlable, ou presque. Le vœu que tout prenne un sens.
Je ne me sens plus perdue. Je suis guidée, en permanence. Parfois mon esprit dévie. L'impulsivité et l'émotivité m'emportent parfois. Mais ça ne dure pas longtemps. Impossible de réellement m'égarer car la lumière revient toujours.
Mes pensées sont pas toujours aussi romanesques. Je peux être négative, râleuse, et carrément chieuse. Mais généralement pas avec Thémis. C'est comme si elle arrivait à tout apaiser. Là, j'ai l'impression de scintiller. Ou de planer. On ne fait qu'avancer à travers les rues pourtant. Mais elle a accepté de me suivre. Il ne me faut rien de plus. L'emmener pour voler quelques minutes au temps et s'échapper dans un autre monde, c'est déjà tant. « Mon monde a besoin de toi. Terriblement besoin de toi. »
Il a besoin de ta lumière, il a besoin de ta douceur, il a besoin de ton amour. Il ne te voit pas souvent, mais il est comblé chaque fois que tu décides de t'y aventurer. Il n'attend que ça de voir ton sourire, et de se perdre dans tes prunelles où voguent tant de mystères. Ça je ne le dis pas, mais elle le sait, non ? Les mots ne sont pas toujours nécessaires. Il n'y a pas mieux placer que Thémis pour le savoir. Ses œuvres contiennent bien plus de sens que la parole ne pourrait leur en donner.

Il en faut du temps pour sortir du village. Aucun Athna ne se perdrait dans ces dédales de chemins, mais cela rend les entrées et les sorties contraignantes. Pourtant j'ai l'impression que cela n'a été l'affaire que d'une seconde. Par des regards réguliers, je veille à l'état de Thémis. Au moindre problème, on fera demi-tour. Et sinon, je suis étonnement silencieuse. Comme si j'attendais d'être sortie pour retrouver l'usage de la parole. Finalement, nous y voici enfin. Hors de la grotte. À mi-hauteur d'une montagne, me donnant à chaque fois une impression de puissance et de légèreté réunies. Quelques oiseaux apparaissent, et captent toute mon attention, avant de repartir comme pour rejoindre le soleil. J'aurais presque voulue monter sur leur dos, qu'ils nous fassent voyager comme aucun humain ne le peut. Mais désormais on est seules. « Le monde est à nous... » Ces mots m'échappent, dans un éclair d'assurance, mais dans une intention bienveillante. Aucun intérêt à posséder le monde, on ne souhaite que se connecter à lui. Juste nous deux et le monde. Beau, imposant, dangereux, fascinant. « Alors maintenant, on monte ou on descend ? » On ne s'éloignera pas trop, juste assez pour s'assurer de ne plus croiser personne et avoir l'impression que rien d'autre n'existe en dehors de cette bulle éphémère. « Dans tous les cas, on trouvera un endroit où se poser. Je te laisse choisir la direction, mais ensuite... il faudra me faire confiance » J'ai l'impression de redevenir enfant. La même impatience, la même espièglerie. Au point de voler un baiser envieux, pressé, à la Belle. « Je t'aime. »



☆☆☆ Beerus

Thémis Gyllenstierna
DATE D'INSCRIPTION : 26/09/2019 PSEUDO/PRENOM : J/CapRaccoon MULTICOMPTES : Maori, Werowa, Lazuli MESSAGES : 111 CELEBRITE : Lulu Antariksa COPYRIGHT : Thinkky (<3) avatar, capraccoon gifs METIER/APTITUDES : Souffleuse de verre TRIBU/CAMP : Athna POINTS GAGNES : 140

Pleasure in the details ~ ft. Sinead Empty Re: Pleasure in the details ~ ft. Sinead

le Dim 12 Jan 2020 - 0:49
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
       
I think love is the only thing worth living for… or dying for. Thinead
       

       
Pleasure in the details

Des nues, je suis tombée. Dans ses bras, j'ai chuté. J'ai dégringolé de l'enfer pour atterrir au paradis. La cascade m'a envoyée bringuebaler contre des rochers et m'écraser contre les étoiles. J'en ai vu, des étoiles, tournoyer devant mes yeux, une noirceur incommensurable, puis subitement cette lumière éclatante a tout envahi. Je me suis réveillée à l'infirmerie, elle était là, avec mon frère. Orion, le brillant Orion, et elle à ses côtés. La douleur m'avait terrassée, son sourire m'avait rassurée. Durant des jours, je n'ai cessé de dévaler des pentes plus ardues les unes que les autres, de choir encore et toujours plus bas. J'ai fini par m'accrocher, à la première prise que je trouvais. Et je suis remontée. A la force des bras. Mes muscles brûlaient, mais je devais continuer, je devais escalader les parois du gouffre, ne pas sombrer dans sa gueule ouverte et démente. Je devais m'agripper, assurer mes prises, consolider mon assise, reprendre le chemin vers cette lumière qui m'avait aveuglée. Je devais continuer, peu importait la douleur, peu importait le désespoir, il y avait quelque chose de magnifique qui m'attendait là-haut. Je me suis effondrée, plusieurs fois, sous ses yeux, ses bras ont toujours été là pour m'accueillir. Mon corps pétri de douleur, mon corps dans le pétrin. J'aurais pu laisser tomber, m'écrouler et écrouler des tonnes et des tonnes de pierre sur moi jusqu'à suffoquer jusqu'à ce que mon souffle soit bloqué et que mon âme s'envole j'ai vu mon âme s'envoler et aller se loger dans un autre sein qui m'a redonné la vie j'ai vu mon âme se dédoubler et s'unifier j'ai vu ses yeux bleus m'enchanter et m'aspirer j'ai vu que la chute n'était pas une fatalité j'ai vu que la chute d'eau chute de larmes chute de pleurs chute de peur était belle avec ses reflets irisés et qu'elle s'élançait vers le ciel de toute la force de sa chute en un rebond gigantesque et magnifique elle atteignait les étoiles les reflétait les brouillait mais si la chute d'eau m'a emportée elle ne m'a pas noyée.

       
Elles ont fait du chemin, depuis leur première rencontre, Thémis en est fière. Aujourd'hui plus rien n'importe, personne d'autre que Sinead n'a droit à ses regards. Elle la distrait facilement, Sinead, Thémis se distrait facilement à la regarder. Ce n'est jamais assez. Elle veut graver ses traits dans ses souvenirs, est morte de peur à l'idée d'oublier son visage. De perdre le détail de ses petites expressions, de soucieuse à envolée en passant par rancunière elle veut se remémorer la moindre forme de ses traits avec perfection. "Mon monde a besoin de toi, terriblement besoin de toi." Elle veut revivre l'étincelle dans ses yeux, cette lueur désespérée et euphorique qu'elle comprend si bien parce qu'elle la partage de tout son cœur et de toute son âme parce qu'à la fois elle la hait et l'aime plus que tout au monde cette étincelle parce qu'elle sait que cela veut dire qu'elle aime follement et que cela la réjouit et la terrifie certains jours les plus sombres les plus pluvieux la peur de la perdre est plus forte et la douleur alors que ce n'est qu'une possibilité qu'elle repousse de tout son être est déjà si intense qu'elle lui brise le cœur son cœur en verre pourtant si vibrant de chaleur ne tient pas n'arrive pas à écarter la souffrance si atroce qui tord son âme et la déchire une émotion qu'elle ne supporterait pas déjà des poignards dans sa gorge et des larmes dans les yeux la chaleur de son foyer est un réconfort auquel elle revient toujours. Aujourd'hui la souffrance lui paraît lointaine même pas une ombre dans son esprit tandis qu'elles marchent, ensemble. Thémis regarde devant elle sans rien voir parce qu'elle sent les yeux de Sinead fréquemment posés sur elle, cela lui fait chaud au cœur de savoir qu'elle veille sur elle. Il n'y a pas meilleur ange qu'elle.

       
A présent elles sont sorties du village, ont laissé un monde derrière elle, son monde à elle, la société dans laquelle elles sont nées et doivent vivre, un monde très terre-à-terre, rocailleux et normé, et elles s'enfoncent dans un nouveau mystère, ensemble. "Le monde est à nous…" La voix de Sinead est si belle. Thémis tourne les yeux vers elle, subitement dégage une petite mèche pour embrasser tendrement son cou. Quelquefois elle est impulsive, pour le mieux. Dans ce monde de mystères, Thémis ne veut pas s'encombrer l'esprit, elle veut se laisser porter sur les ailes de Sinead. "Alors maintenant, on monte ou on descend ? […] Dans tous les cas, on trouvera un endroit où se poser. Je te laisse choisir la direction, mais ensuite… il faudra me faire confiance." Serait-ce une métaphore de leur vie à deux ? Oh Sinead, si tu savais… "On monte." Evidemment, qu'on monte. On monte toujours. On monte, dans ton monde. Je te suivrai jusqu'au bout de ton monde. Je n'ai aucune hésitation, on monte, on monte toujours, toutes les deux, ensemble. La descente aux enfers n'est pas pour aujourd'hui, loin de là, tant que tu sera là la descente aux enfers sera à jamais loin de moi. Thémis connaît quand même un peu les sentiers, lointaine réminiscence qui rend les premiers pas sur le sentier étrange. Elle tient Sinead par la main, s'élance à peine puis la laisse passer devant elle parce qu'elle ne sait pas où elle veut aller et qu'elle lui fait confiance à la vie à la mort et les yeux fermés. Taquine, Thémis enserre la taille de sa femme de ses bras et se balance un peu. "A-A-A-A la queue-leu-leu." lance-t-elle avec des rires dans la voix. Elle a hâte de voir où elle l'emmène, mais elle prend son mal en patience. Elle fait bien. Son baiser est bref, vite donné et vite reparti, bien trop bref à son goût mais c'est ce qui en fait la perfection. "Je t'aime." Tu me brûles la poitrine, allume un brasier dans ma cage thoracique, embrase mon cœur. Thémis enveloppe le visage de Sinead dans ses mains en coupe et l'attire à elle pour un baiser à l'envolée. "Je t'aime."
       
(c) crackle bones

       
Sinead Gyllenstierna
DATE D'INSCRIPTION : 29/09/2019 PSEUDO/PRENOM : Sandra MULTICOMPTES : Anoki & Kostya MESSAGES : 282 CELEBRITE : Rose Bertram COPYRIGHT : lilousilver METIER/APTITUDES : Eclaireuse/Exploratrice TRIBU/CAMP : Athna POINTS GAGNES : 279

Pleasure in the details ~ ft. Sinead Empty Re: Pleasure in the details ~ ft. Sinead

le Ven 31 Jan 2020 - 11:34
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Pleasure in the details

On en a gravi des montagnes. De ce lit où elle était prisonnière, blessée, abattue. Et moi qui tâchais de lui sourire alors que j'étais aussi perdue qu'elle. Mon esprit n'avait ni queue ni tête, j'avançais dans le brouillard et l'orage depuis mon enfance. C'est en voulant l'aider que je me suis sauvée. Un amour qui s'est construit au fur et à mesure des galères qu'on escaladait. Deux filles imparfaites, un peu cabossées, souvent préoccupées par des peurs absurdes, mais liées par une union qui rendait ces défauts presque invisibles, ou en tout cas sans importance. Car rien ne comptait plus que nos sentiments. On est aux deux extrémités d'une bascule, on ne pourra jamais chuter tant que l'autre tient le coup. Si l'une commence à flancher, à laisser la peur l'atteindre, il suffit d'un regard de l'autre, d'un sourire, ou d'un baiser, pour se rappeler que cet équilibre à un sens, et qu'il faut le préserver coûte que coûte. Il ne faut pas laisser l'arc-en-ciel s'effacer.

Je ne sais même pas pourquoi je pose la question, évidemment qu'on va monter. On ne veut pas s'expédier dans les ténèbres. On s'en va créer notre propre échappatoire. Trinquer notre joie parmi les nuages. Aller jouer aux reines d'un monde où l'on ne serait que deux. De jolis mots simplement pour dire qu'on veut se vider la tête et oublier le reste pour ne se souvenir que de l'autre. On ne cherche qu'à profiter de nos retrouvailles, et à ajouter un peu de poésie et de légèreté à ce jour déjà symbolique. J'ai presque l'impression d'entendre une mélodie nous appeler. Thémis a l'air calme, apaisée. Elle me fait confiance. Ses mains douces, brûlantes se posent sur mes hanches. Elle est là, on est ensemble. Au contact de son corps c'est toute mon âme assoiffée d'elle qui vibre. Elle est la fleur du bien, et on va se rapprocher plus encore du soleil pour que toute sa beauté puisse éclore. Mais les métaphores sérieuses m'échappent complètement en la sentant se trémousser derrière moi et mon éclat de rire résonne en chœur avec les paroles qu'elle fredonne. « Bien tenté mais tu pourras jamais battre mon déhanché légendaire ! » Un faux air compétiteur contrasté par un sourire d'enfant malicieux. Et enfin, je commence à avancer en sentant que Thémis ne me lâchera pas.

Je tente de me concentrer mais c'est mission impossible avec la demoiselle de verre qui m'avoue son amour et me scelle à ses lèvres de carmin. Impression d'atteindre le mystérieux Éden dont on rêve tous, où l'infini est le terrain de jeu du bonheur. Galvanisée par la passion, je me plonge dans son cou pour goûter à cette peau veloutée qui me trouble tant et me rappelle que l'on n'est plus des enfants tant les désirs qu'elle m'évoque sont irrépressibles. « À cette vitesse, on sera jamais montée avant la nuit Thémis... » Je susurre cela pour nous ressaisir, mais prononcer son nom est comme manger une sucrerie. Et je n'ai aucune envie de m'arrêter là. Pourquoi on voulait monter déjà ? On est si bien ici aussi... Mais céder maintenant aux instincts signifierait renoncer à cette expédition, j'ai envie qu'on s'en prenne plein la vue, et là n'importe qui peut débarquer.  « Allez ! » Tentative de m'insuffler assez de volonté pour reprendre le chemin. Je recommence à marcher, à m'accrocher, et pas à pas on prend de la hauteur. On sent la température extérieure chuter légèrement alors que la mienne explose. Et je sais enfin où je nous dirige. Cela fait longtemps que je n'y ai mis un pied, sûrement parce qu'y aller seule n'a pas vraiment de sens. « Je crois que c'est par là. » sans expliciter de quoi je parle. J'espère ne pas me tromper, je crains de fatiguer Thémis pour rien. Je commence à râler, cela fait dix longues minutes que je cherche sans trouver, j'étais persuadée que c'était de ce côté-ci. On grimpe mais à quoi ça rime ? Peut-être que c'est plus haut encore ? Ou plus bas et qu'on l'a ratée ? Je ne sais plus. Je me sens stupide. Si stupide soudainement. Je suis même pas fichue de réussir ça. On n'a nulle part où aller, elle doit être crevée, je n'ose pas lui demander si ça va, je n'ose pas la regarder. Paralysée par ce pathétique échec devant celle que je voulais impressionner. « Pardon... » c'est le seul mot qui m'échappe.




☆☆☆ Beerus

Thémis Gyllenstierna
DATE D'INSCRIPTION : 26/09/2019 PSEUDO/PRENOM : J/CapRaccoon MULTICOMPTES : Maori, Werowa, Lazuli MESSAGES : 111 CELEBRITE : Lulu Antariksa COPYRIGHT : Thinkky (<3) avatar, capraccoon gifs METIER/APTITUDES : Souffleuse de verre TRIBU/CAMP : Athna POINTS GAGNES : 140

Pleasure in the details ~ ft. Sinead Empty Re: Pleasure in the details ~ ft. Sinead

le Ven 28 Fév 2020 - 15:00
PLEASURE IN THE DETAILS
I think love is the only thing worth living for… or dying for. Thinead
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Je t'aurai un jour, je t'aurai. Ces mots, Thémis ne les avait jamais prononcés. Elle n'avait jamais prévu, dès le premier instant où elle avait posé les yeux sur Sinead, de la faire tomber dans ses bras pour la vie. A vrai dire, la première fois qu'elle avait vu Sinead, elle était groggy, complètement à l'ouest et n'avait pas la lumière à tous les étages. Et pourtant Sinead est restée. Elle était là, quand elle était au plus mal. Elle l'a vue se tordre de douleur, délirer quelquefois, désespérer, Thémis n'en est pas fière elle déteste y repenser, repenser à ce spectacle pitoyable qu'elle a pu lui donner. Les crises de pleurs, les crises de colère, Sinead les a supportées, les a effacées, les unes après les autres. Ces semaines de souffrance, à attendre que sa jambe se remette, à essayer de la forcer à se remettre parce qu'elle était jeune et conne, forment un flou souvenir ininterrompu dans son esprit. Thémis a encore des frissons de dégoût en y repensant, ne peut s'empêcher de se haïr en se remémorant les bas et les bas et les bas qu'elle avait traversés. Traversés. Traversée. Une traversée difficile, sur une mer houleuse, récifs et falaises heurtant la coque cabossée de l'épave qu'elle devenait, mer d'orage mer de tempête folle envie de se laisser dévorer par les requins de temps en temps ou de s'abandonner aux tentacules tentatrices de la pieuvre aussi couteaux effilés coupants et tranchants débris volant en tout sens éclair et tonnerre et foudre. Foudre. Le rayon de lumière tombé en plein cœur de la tourmente, étincelle puis brasier sur la charpente du navire à la dérive du bateau ivre de douleur brasier qui brise les lames du bois de la mer océan déchaîné qui subitement n'a plus prise sur l'épave puisqu'il n'y a plus d'épave. Sinead l'a tirée hors de la tourmente. Elle n'a pas été seule, Orion était là aussi, leur mère dans une moindre mesure, d'autres amis qui n'ont pas eu peur de la tourmentée. Alors oui, on monte.

Sinead lui ouvre les yeux sur un autre monde. Hors de sa tanière, Thémis ne connaît plus rien, il lui semble vaguement reconnaître quelques pics et quelques rochers mais elle ne sort plus guère du village. Avec le temps les souvenirs se sont effilochés, mais le souvenir d'aujourd'hui, elle veut le garder vivant et vivace dans son esprit. Le rire de Sinead, ses yeux qui scintillent sous le soleil, son visage éclairé par les rayons. Thémis l'aime imparfaite. Elle de la terre, ou de la poussière, de l'herbe, ou des feuilles, dans les cheveux, ils sont indisciplinés, se sont évadés avec le vent et l'exercice, mais elle n'en est que plus belle. Elle n'en est que plus humaine, que plus attendrissante et que plus aimante. Un instant se fige, Thémis fait de son mieux pour l'imprimer dans son esprit sur ses paupières avec toute sa lumière et toute sa splendeur. Sa malice la fait craquer, comme toujours, elle fait ressortir la taquine en Thémis. D'ordinaire Thémis est discrète, réservée, douce, mais avec Sinead elle peut se laisser aller à être plus piquante, elle aime la taquiner mais s'effraie toujours d'en faire trop et de la blesser. Je plaisante, ça, ce sont des mots qu'elle dit souvent. Sinead lui succombe, Thémis lui succombe. Leurs lèvres se scellent, leurs cœurs se scellent, ne s'ouvrent que l'une pour l'autre, double osmose et triple harmonie avec le cosmos elles sont bien juste entre elles deux et la nature pour seul témoin silencieux. "A cette vitesse, on sera jamais montée avant la nuit Thémis…" Le souffle de Sinead dans son cou la fait frissonner, doux baisers aphrodisiaques Thémis se dit que ça ne la dérangerait pas, la luxure l'appelait. Pensée incongrue, qu'elle refoule. Sinead veut l'emmener quelque part, elle la suivra, alors Thémis ferme juste les yeux pour profiter des millièmes de seconde au plus proche de sa femme, puis la laisse se détacher d'elle et s'encourager. La jeune femme se pince les lèvres pour ne pas sourire, Sinead est tellement mignonne avec sa candeur. Elle paraît si légère. Tellement heureuse qu'elles soient là toutes les deux qu'elle semble planer. Thémis a envie de planer avec elle, alors elle la suit, lui fait confiance pour la suite. Ses yeux ne quittent pas Sinead, ne se décrochent d'elle que pour suivre le sentier et regarder où elle met ses pieds. Envolée. Pas de chute merci.

Petit à petit elle voit une autre expression s'inviter sur le visage de Sinead. Ses ailes de feu se font lourdes de plomb, alourdies de déception. "Pardon..." Le labyrinthe a eu raison d'elle. Mais qu'est-ce qu'elle est belle. Le cœur de Thémis fondait comme une guimauve qui crépitait caramélisée par le feu avec ses tons d'or et de rouge et de flamme et de brasier et de sève figée, caramel qui enrobait le myocarde, ambre de son être des yeux bleus et des cheveux blonds avaient cet effet sur elle il n'y avait aucune chance que qui que ce soit d'autre lui fasse vivre ça ce sentiment amoureux qui prenait à la gorge d'aucuns détestaient cette odeur de rose tandis que les flammes brûlaient son amour brûlait aussi, elle avait ses yeux bleus et ses cheveux blonds plein la tête plein les yeux carcan canevas doux et euphorisant des chaînes plus douces et plus dociles comme elle ne pourra jamais en rencontrer d'autres elle aimait chaque part d'elle de la plus petite fissure au gouffre le plus profond elle accepterait de s'y noyer il n'y avait rien de plus beau de plus fou que ses pensées éparses éparpillées à ses côtés incapable d'aligner deux mots correctement toute cohérence disparue dans le flamboiement et l'ambre caramélisée et le cristal de son cœur. Chouchou au cœur enrobé, l'ambre de leur mariage, inséparable de son écrin, enchâssée au creux de son cou et au creux de son cœur. Symbole de passion qui repoussait quiconque la voyait, Thémis était une femme prise et éprise. Il n'y en avait qu'une qui pouvait se montrer romantique avec elle, qu'une dont elle acceptait les avances, qu'une qui pouvait faire chavirer le bateau ivre de douleur en bateau ivre de bonheur. Qu'une dont la déception en cet instant pouvait la faire se sentir si fière et si faible. Doucement Thémis s'avance et vient se nicher dans les bras de Sinead. Elle est restée longtemps à côté d'elle à la contempler, son regard détourné et sa mâchoire serrée, son regard déçu et sa mâchoire crispée. Elle sait ce que c'est, elle aussi veut être la meilleure pour elle. Faire de son mieux, encore et toujours, se surpasser, mais Thémis aime tout autant ses défauts. Elle voit sa fragilité, ses fissures, les caresse du bout des doigts pour que les tessons de verre ne la lacèrent plus. Alors Thémis s'enroule dans les bras de Sinead, lève la tête vers elle. Elle ne réussira pas à croiser son regard pour le moment, elle est trop petite, trop à côté de la plaque. Pourtant son sourire est si doux, si apaisé qu'elle espère qu'il sera apaisant pour Sinead, baume sur sa déception. "Fais attention, tu passes trop de temps avec moi tu vas finir par t'excuser pour tout." Thémis commence par la taquiner, entre dans son terrain de jeu habituel parce qu'après tout elle est dans son monde. "C'est bon, Sinead. Je suis bien, là, avec toi. Je n'ai pas besoin d'un joli promontoire avec une jolie vue, ce qu'on a ici c'est largement suffisant. Tu me fais sortir de mes habitudes, ne t'en demande pas trop. Tu reviendras chercher cet endroit plus tard et tu m'y emmèneras une autre fois. Sans raison. J'aime bien quand tu fais les choses sans raison." Thémis se tait un instant, les yeux perdus dans le vague, enfin, dans le creux de l'épaule de Sinead. "Il faut que je t'avoue un truc… Je n'ai absolument pas regardé le paysage. Tu lui fais pâle figure. (Thémis fronce le nez, elle a l'impression de dire le contraire de ce qu'elle veut dire). Je veux dire, tu lui fais de l'ombre. A mes verreries aussi d'ailleurs, elles vont être jalouses." Elle retourne sur son terrain, cycle sans fin. Un nouveau sourire, le fameux sourire de tortue luth, éclaire son visage, et cette fois-ci elle tapote le menton de Sinead de ses doigts. "Allez, regarde-moi." Patiente, mais un peu impatiente parce qu'elle ne sait pas se décider, Thémis attend de croiser ses yeux bleus, lui sourit de nouveau. La roche sous leurs pieds, elle ne la sent plus, plus rien n'a de consistance que ses bras. "Je t'ai, je t'aime, ça me suffit." Et son sourire s'élargit, Thémis est fière d'elle, enfantine comme jamais. Elle a appris quelques trucs, à force d'écouter les histoires de Freyja, ou les racontars de TC, ce grand dragueur. A ne pas lui dire. Mais elle est fière d'elle, de la fierté enfantine d'un chérubin à qui il manque une dent qui a mieux parlé. Thémis tend la main, ses doigts remontent jusqu'à la pommette de Sinead, puis jusqu'à son cou, et elle l'attire à elle pour un baiser. Profond baiser, sentiments abyssaux et vertigineux. La montagne est ancrée dans leur être avec ses monts et ses gouffres avec ses sommets et ses bas-fonds. Cupidon a bien fait les choses.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

code by FRIMELDA
Contenu sponsorisé

Pleasure in the details ~ ft. Sinead Empty Re: Pleasure in the details ~ ft. Sinead

Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum