-33%
Le deal à ne pas rater :
Ecran PC HP 27xq 27″ QHD Noir
199.99 € 299.99 €
Voir le deal

Aller en bas
Elias Caroll
DATE D'INSCRIPTION : 20/01/2016 PSEUDO/PRENOM : avengedinchains MULTICOMPTES : Milo, Richard, Astrid & Meeka MESSAGES : 1131 CELEBRITE : Tom Hardy COPYRIGHT : signa by beylin METIER/APTITUDES : guerrier TRIBU/CAMP : Athna POINTS GAGNES : 50
Admin

I fear there's no one to save me (Mila) Empty I fear there's no one to save me (Mila)

le Dim 29 Sep 2019 - 11:09

I fear there's no one to save me
★ Elias & Mila


La vie reprend doucement son cours. Le départ d’Isdès en a secoué plus d’un mais il n’est pas la première personne à prendre la décision de partir. C’est étrange, et un peu déstabilisant mais ça n’a rien de vraiment surprenant. Ce n’est pas facile parce que c’est un grand guerrier qui est parti, Elias est le premier à le dire. Bien qu’il ne soit pas l’homme le plus fort qui soit - vu qu’il estime que c’est lui le plus puissant - mais il sait de quoi il était capable. De quoi il est toujours capable parce qu’il sait très bien qu’il n’a pas disparu, qu’il reste là, quelque part. Il a ressenti le besoin de s’éloigner, et c’est une chose que lui, il peut comprendre. Mais… Disons que pour quelqu’un qui prônait les valeurs de son village, voilà que d’un seul coup, la situation se retrouve considérablement différente. Et c’est ce qui se trouve le plus étrange maintenant. Il n’y a rien de plus à faire ou à dire, de toute façon. Ce n’est pas comme si ça allait vraiment changer quelque chose.

il n’aurait jamais imaginé être touché par la disparition de son rival. En réalité, au début, il a même éprouvé une certaine sensation de joie. Son seul adversaire, la seule personne qui puisse être son égal était partie. Donc il ne restait que sa puissance et on allait enfin lui donner le statut de meilleur guerrier du village. Mais c’est vite redescendu. Parce que malgré tout ce qu’il pourrait être capable de dire, il réalise que son ami lui manque. Oui, ça a toujours été ça n’est-ce pas ? Malgré toutes ses pensées, il savait qu’en cas de soucis, il pourrait se retrouver à compter sur lui. Ce n’était pas facile, c’était même pas toujours évident mais c’est ainsi depuis l’enfance. Le plus difficile de cette histoire, c’est que Elias n’a pas d’amis, ou très peu. En perdre un, c’est une marque pour en perdre beaucoup plus. Dans un sens. A son échelle, c’est un peu comme perdre une part de lui-même. Sans doute est-il en train d’extrapoler et de se perdre. Mais lorsqu’on a peu d’amis, en perdre un, ça prend toujours une échelle un peu plus complexe n’est-ce pas ? Il ne sait pas vraiment ce qu’il ressent. Sans doute un peu de tristesse et d’instabilité. Et avec son état d’esprit, la stabilité est sans doute la chose qui compte le plus au monde. Le moindre bouleversement pourrait le mettre dans tous ses états. Et il se perd, il ne sait plus où donner de la tête et ne se sent pas à son aide. Un lourd problème, une lourde complication. Il ne saurait le dire. Pas besoin de chercher plus loin, visiblement. Il se perd et le départ d’Isdès ne l’aide pas à se sentir bien.

Ca n’a peut-être rien à voir avec la tristesse, c’est peut-être uniquement le fait qu’il perde une stabilité qu’il s’est construit au fil des années. Il a perdu sa femme, sa fille, il s’accroche à ce qu’il peut et se perd. Il n’y comprend pas grand chose. En fait, il ne cherche même pas à comprendre. Il passe son temps à être perdu, passe son temps à tenter de comprendre certaines de ses noires pensées. Et il n’y arrive que bien trop peu.

Alors il occupe ses journées de choses calmes et détendues. Il n’a plus la bagarre. Il n’a plus les combats avec son rival qui lui permettait de se vider la tête. Il juge les autres, il ne les trouve pas assez fort. Et c’est bien ça le problème. Afin de se détendre, jusqu’à aujourd’hui, il a passé sa vie à se battre contre Isdès, à mesurer leurs forces. la victoire comptait mais ce n’était pas le plus important. Cela lui permettait de se vider la tête et c’est tout ce qui importait. Le sang sur ses poings le soulageait, l’adrénaline qui faisait battre un peu plus vite son coeur le calmait. Désormais, l’équilibre de son esprit est perturbé.

Descendant doucement la montagne, son attention s’arrête sur une femme, plus bas. Ses cheveux bruns volent au vent un peu frais de cette journée. Il s’attarde sur ses courbes, alors qu’il se rapproche. Elle ne semble pas l’avoir remarqué, ou du moins, elle ne le montre pas et ne lève guère le visage. Lui, il n’a pas besoin de discerner les traits de son visage pour reconnaître ses courbes. Mila. Alors il s’avance vers elle, sans même avoir besoin de se poser la question. Il a envie de lui parler, ou du moins, d’entendre le son de sa voix, il a envie de l’écouter. Il a envie… De la toucher également mais bien sûr, il ne le peut guère. Il ne peut trahir le souvenir de sa femme, de ce passé plein de joie dont il tente si souvent de se souvenir. Ce n’est pas facile. Et au contact de la débarqué, il a l’impression de tout oublier. " Bonjour, fille du ciel. ". Quelqu’un d’autre, sans doute aurait-il été méfiant, en le voyant près de sa montagne. Il a d’ailleurs arrêté Murphy, la dernière fois. Elle… Il ne parvient plus à être rationnel à son contact.
Mila Swann
DATE D'INSCRIPTION : 26/08/2017 PSEUDO/PRENOM : ΛURORΛ BOREΛLIS MULTICOMPTES : MAKENNA ASKAYWEN MESSAGES : 1078 CELEBRITE : ANNA SPECKHART COPYRIGHT : LUX AETERNA // ASTRA // CLANN METIER/APTITUDES : TU CULTIVES LA TERRE SELON LES SAISONS (BOTANIQUE & AGRICULTURE) TRIBU/CAMP : EVERYTHING IS BLIE POINTS GAGNES : 35

I fear there's no one to save me (Mila) Empty Re: I fear there's no one to save me (Mila)

le Lun 14 Oct 2019 - 18:52



I fear there's no one to save me. This all or nothing really got a way of driving me crazy. I need somebody to heal. Somebody to know. Somebody to have. Somebody to hold. It's easy to say but it's never the same. I guess I kinda liked the way you numbed all the pain (@lewis capaldi // beerus)


Tu te retournes pour regarder une dernière fois ce que tu laisses derrière toi. Tu aperçois le campement, le dortoir au loin, le refuge qui te tient à cœur, l’abri qui te protège envers et contre tous. Ça te fait presque de la peine de partir de cette façon, sans prévenir personne de ton départ mais tu as pris cette décision des mois auparavant, tu ne vas pas revenir dessus. En effet, tu prépares cette expédition depuis un moment. Depuis cette nuit avec lui, dans la grotte, au coin du feu. Tu es rentrée au petit matin en sachant pertinemment que tu voulais le revoir et surtout que tu n’allais pas attendre de le recroiser au hasard. Tu étais décidée à prendre les choses en main. Alors tu t’es mise à explorer les environs seule, pour te confronter à des situations difficiles à gérer. Il faut dire que tu n’es pas une enfant de la Terre même si tu l’affectionnes tout particulièrement. Et la vérité c’est que tu ne sais pas si tu t’en sortiras, là-bas, dans la nature, livrée à toi-même. Cependant, tu es déterminée à faire le chemin, parcourir la distance, avaler les kilomètres pour atteindre la montagne. Voilà ta destination.

Tu ignores combien de temps tu vas marcher, sans aucun doute des heures. Et surtout, tu ignores combien de temps tu vas rester mais tu as laissé une lettre à Richard. Parce qu’il va sans aucun doute s’inquiéter. Tu sais qu’il préviendra les quelques personnes préoccupées par toi même si tu ne peux t’empêcher de penser au soulagement que certaines vont ressentir. Comme un poids en moins. N’est-ce pas ce que tu représentes pour beaucoup ? Tu quittes finalement les ruines de la petite ville et commences à t’enfoncer dans la forêt profonde. Tu connais suffisamment les environs pour te réparer facilement au début du voyage mais au bout de quelques heures, les choses commencent à se compliquer. Il te faut faire appel à ton sens de l’orientation pour ne pas te perdre en route. Tu te trompes de chemin quelques fois mais tu parviens à te remettre sur la bonne voie. Tu n’es pas tellement inquiète par l’idée de t’égarer ou de chuter ou pire, de mourir au milieu de nulle part. Tu es plus inquiète à l’idée de te retrouver seule si longtemps pour la première fois.

Tu sais pertinemment que tu ne le seras pas totalement, les voix t’accompagnent partout mais c’est étrange de ne pouvoir compter sur personne. Personne d’autre que soi. Qui aurait cru que tu finirais par relever un tel défi ? Certainement pas toi. Sauf que tu es comme tout le monde, tu évolues au sein de ce nouvel environnement et tu t’adaptes pour survivre. Voilà ta façon de survivre. Elias. Tu ignores pourquoi tu ressens le besoin de le retrouver mais tu sens qu’il peut t’apporter quelque chose. Un quelque chose qui te manque cruellement. Votre dernière rencontre est la preuve que cette impression ne réside pas seulement au sein de ta tête. Tu sens que vous avez franchi un pas dans la même direction et tu ne veux surtout pas faire marche arrière. Accaparée par tes pensées, tu réalises finalement que tu tournes en rond. Comment c'est possible ? Tu es littéralement en territoire inconnu, n'ayant jamais mis les pieds aussi loin. Tu aperçois bien les montagnes, à perte de vue, mais elles semblent inatteignables.

Tu ignores quel chemin emprunter pour parvenir à grimper. Au bout de trois tentatives, tu poses finalement ton sac à terre afin de réfléchir. De toute évidence, le sentier de gravier ne fonctionne pas, ni la montée accrue à travers les arbres, encore moins le chemin mousseux. Quand tout à coup, une voix familière t'interpelle. Quelle n'est pas ta surprise en découvrant l'identité de cette personne : l'homme que tu cherches. Cette rencontre te conforte dans l'idée que le destin, encore une fois, vous réunit. « Elias ! » Tu attrapes tes affaires rapidement avant de t'approcher de lui. Bien que vous ayez considérablement amélioré votre relation, tu demeures persuadée qu'un contact physique est peu précipité pour lui. Alors tu te contentes d'un sincère sourire. « Tu tombes bien ! Je me suis perdue. » Tu aurais pu tomber sur n'importe qui dans les environs et pourtant, ce sont les traits du terrien qui te dévisagent à cet instant. Il croise ta route comme tu as croisé la sienne sur cette falaise, deux ans auparavant. Et depuis, vos routes sont diamétralement liées l'une à l'autre. « Je suis venue te voir... chez toi. »


→ elias, la montagne, début septembre 2119
Elias Caroll
DATE D'INSCRIPTION : 20/01/2016 PSEUDO/PRENOM : avengedinchains MULTICOMPTES : Milo, Richard, Astrid & Meeka MESSAGES : 1131 CELEBRITE : Tom Hardy COPYRIGHT : signa by beylin METIER/APTITUDES : guerrier TRIBU/CAMP : Athna POINTS GAGNES : 50
Admin

I fear there's no one to save me (Mila) Empty Re: I fear there's no one to save me (Mila)

le Lun 18 Nov 2019 - 10:28

I fear there's no one to save me
★ Elias & Mila


Mila, c’est cette fille qu’il ne comprend pas. Elias n’a jamais été vraiment capable de comprendre les gens, il n’a jamais trouvé les mots ou les gestes pour aller faire les gens et jusqu’à présent, ça ne l’a jamais vraiment atteint. Il avait réussi, à l’époque, à attirer Moïra vers lui, il avait réussi à la faire venir parce qu’ils s’étaient attirés l’un et l’autre sans qu’ils ne soient en mesure d’aller contre ça. Elle avait peur de lui, il ne la trouvait pas forcément très forte. Mais c’était là, dans l’air, entre eux, et il fut impossible d’aller contre ça. Ressent-il cette alchimie pour Mila, non. Il ne saurait dire ce qu’il éprouve parce qu’il ne parvient pas à se résoudre à s’éloigner d’elle. Il la trouve néfaste et quelque peu toxique. Il s’imagine avec facilité qu’elle n’est pas faite pour lui. Mais il ne peut s’empêcher de la chercher, de la traquer quelque peu, sans qu’il ne soit en mesure de se l’avouer. Elle est différente des siens, différente des gens qu’il a pu croiser dans sa vie, qu’ils viennent de la Terre ou de l’espace. Il ne serait pas en mesure de comprendre de quoi il s’agit mais chaque phrase le surprend et le laisse perplexe. Elle l’attire, mais il n’y comprend rien, elle avance dans ses pensées sans qu’il ne soit en mesure de le comprendre.

Il n’aurait pourtant pas imaginé la croiser dans sa montagne. Oh, elle n’est pas bien haut, elle n’a pas encore eu le temps d’avancer. le village est sans doute déjà au courant, avec les patrouilleurs. Mais personne n’a bougé puisqu’elle n’est pas suffisamment montée pour ça. Les débarqués ont plus de droit qu’avant, elle aurait eu la possibilité de donner son point de vu ou son avis mais il n’est pas certain qu’elle aurait vraiment pu continuer à monter si sa raison n’était pas assez forte. Les Athnas sont méfiants, ils le demeurent, malgré les décisions qui peuvent être prises et malgré le traité. Lui-même n’aimerait pas qu’un débarqué se pointe dans le village si ça n’est pas nécessaire. Ils n’ont pas tous les droits. Eux-mêmes ne se pointent pas chez eux sans raison. Qu’ils se calment, donc.

Mila le surprend, une nouvelle fois, en lui disant s’être perdu, ajoutant qu’elle venait le voir. Autant le dire, il n’imaginait pas un tel scénario possible. La dévisageant une seconde, il ne peut s’empêcher de se demander si quelque chose s’est produit. Il ne comprend pas pourquoi elle serait venue le voir. Certes, ils ne se voient pas de manière quotidienne, c’est impossible sans savoir ce que fait ou ne fait pas l’autre. Mais de là à venir le voir ici, non, ce n’était pas attendu. Lui-même ne l’aurait sans doute pas fait si des mois ne s’étaient pas écoulés. L’aurait-il fait, en finalité ? Se serait-il inquiété de ne pas la voir ? Oui, peut-être. Mais il lui est difficile de le dire à voix haute. Ou même de le montrer. Deux ans depuis la première rencontre, deux années depuis que son regard à lui s’est posé sur elle, la prenant pour sa défunte femme. Depuis, une relation étrange se glisse et se crée, sans qu’il ne soit en mesure de le comprendre. Il a l’impression de trahir Moïra, sans qu’il ne puisse y faire grand chose. Mais il ne peut aller contre ça.

Aucun geste vers elle, un regard un peu fuyant, Elias ne sait jamais comment il doit se comporter avec elle. " Pourquoi ? ", lâche-t-il simplement. Pourquoi voudrait-elle venir le retrouver, comme ça ? Et s’il était arrivé quelque chose ? " Toi avoir problème ? ". S’il faut se battre… Il le fera. Et c’est cette délicate montée de colère qui le lui dit, sans qu’il ne puisse y dire grand chose. Foutue problème de gérance.
Mila Swann
DATE D'INSCRIPTION : 26/08/2017 PSEUDO/PRENOM : ΛURORΛ BOREΛLIS MULTICOMPTES : MAKENNA ASKAYWEN MESSAGES : 1078 CELEBRITE : ANNA SPECKHART COPYRIGHT : LUX AETERNA // ASTRA // CLANN METIER/APTITUDES : TU CULTIVES LA TERRE SELON LES SAISONS (BOTANIQUE & AGRICULTURE) TRIBU/CAMP : EVERYTHING IS BLIE POINTS GAGNES : 35

I fear there's no one to save me (Mila) Empty Re: I fear there's no one to save me (Mila)

le Sam 14 Déc 2019 - 11:29



I fear there's no one to save me. This all or nothing really got a way of driving me crazy. I need somebody to heal. Somebody to know. Somebody to have. Somebody to hold. It's easy to say but it's never the same. I guess I kinda liked the way you numbed all the pain (@lewis capaldi // beerus)


Deux ans. Ca fait deux ans que vous vous croisez au détour d'un chemin, au milieu d'une foule, au coeur d'une forêt. Deux ans que ce petit manège dure, éternel tourment. Toi, tu as clairement envie de mettre à mal le hasard et le destin. Peu importe la forme qu'ils prennent. Tu veux le voir parce que c'est ton choix, ta volonté. Afin ne plus dépendre d'un peut-être, d'une probabilité, pire encore d'une éventualité. Alors tu es venue à lui, pour lui. Tu as fini par sortir de ta zone de confort, chercher l'aventure au risque de frôler le danger, accepter de te retrouver seule. Avec toi-même. C'est inédit. Tu es même étonnée de ne pas entendre de voix dans ta tête quand il te parle. A croire qu'elles sont à bout de souffle, au bord du précipice. « Pourquoi pas ? » Tu te retiens de rire face à la réaction du terrien. Décidément, Elias n'est pas du tout à l'aise avec ta venue imprévue.

Il paraît assez décontenancé de te voir, ici. Est-ce que tu empiètes sur son territoire ? Tu dois dire que la montagne est d'une beauté sans nom. Difficile à décrire. Rien à voir avec l'environnement de votre campement. « Il me faut forcément un problème ? » T'es pas réellement surprise de l'attitude qu'il adopte à ton encontre. Depuis le début de votre relation, tu as dû avancer lentement pour l'approcher. Comme un animal sauvage, il a tendance à fuir quand tu brûles les étapes. Alors forcément, cette fois, tu dois avoir incendié tous les remparts qui vous séparent. Cependant, t'es plutôt confiante. Il semble de plus en plus enclin à t'accepter en tant qu'individu à part entière. Bien que Moïra demeure une sorte de lien invisible entre vous. Une ancre. Elle vous accompagne sans que vous ne vous en rendiez compte. Parfois, tu te plais à penser que vous êtes de la même famille, partagez des ancêtres communs.

Ca te fait du bien d'imaginer qu'une partie des tiens est restée sur Terre, qu'ils n'ont pas tous abandonné leurs racines, qu'il reste des fondements de toi, en quelque sorte. Si tu avais eu ton mot à dire, tu aurais pris la décision de rester. Quitte à mourir, à t'exposer aux radiations, à succomber à d'atroces souffrances. Pour rien au monde tu n'aurais quitté cette planète. C'est pourquoi tu l'envies autant, Elias. D'avoir pu naître et grandir là où il était supposé être et non là où il était supposé survivre. « Tu comptes rester émerveillée devant moi ou tu vas m'emmener dans un endroit phénoménal de ta montagne ? Je veux pas repartir sans être éblouie ! » A défaut de lui demander de voir son village, son habitation, tu adoptes une autre approche. Consciente qu'il refuserait immédiatement si les autres Athnas ne le font pas avant. Les humains, tellement compliqué. Tout ce temps perdu à voir en l'autre une menace. Alors que vous voulez la même chose : vivre, exister, aimer, être aimé.

→ elias, la montagne, début septembre 2119
Elias Caroll
DATE D'INSCRIPTION : 20/01/2016 PSEUDO/PRENOM : avengedinchains MULTICOMPTES : Milo, Richard, Astrid & Meeka MESSAGES : 1131 CELEBRITE : Tom Hardy COPYRIGHT : signa by beylin METIER/APTITUDES : guerrier TRIBU/CAMP : Athna POINTS GAGNES : 50
Admin

I fear there's no one to save me (Mila) Empty Re: I fear there's no one to save me (Mila)

le Mar 14 Jan 2020 - 15:55

I fear there's no one to save me
★ Elias & Mila


En vérité, il serait bon de préciser qu’Elias n’a jamais été capable de faire les choses comme il faut. Il n’a jamais été doué dans le social et dès que ça lui était possible, il tournait le dos à tout. C’était souvent plus simple, plus évident. Fuir, disparaître avant que les choses ne soient plus compliquées. Moïra, il n’a pas réussi à la fuir, il n’a pas été capable de la laisser derrière lui. Il a essayé, mais il n’a jamais cessé de se retourner, jamais cessé de regarder où elle était, de revenir vers elle, malgré le danger que ça pouvait représenter. Parce que c’était ça le problème avec elle, il ne savait pas dans quoi il mettait les pieds, il ne savait pas quel risque il allait courir, ni ce qu’il allait se produire. Bien sûr qu’il faisait de son mieux pour que ça se passe bien. Mais ça n’a jamais été le cas. Pour l’heure, face à Mila, il ne sait pas vraiment ce qu’il est censé faire, ou dire. Il aimerait partir, ne plus revenir devant elle, il aimerait se débarrasser d’elle parce qu’il se retrouve à chaque fois coincé dans une histoire qu’il ne saisit pas. C’est ainsi mais ça ne veut pas dire que c’est évident. C’est même tout le contraire, dans un sens. Elias, c’est un homme qui aime qu’on lui fixe certaines limites parfois, mais sur le reste du terrain, sur les autres points, les choses sont un peu plus complexes encore.

En réalité, là c’est encore pire. la voir s’aventurer de son côté, ça n’a rien d’évident, rien de facile. Mais les choses sont comme elles sont et il n’est donc pas nécessaire de chercher plus loin. Sur sa montagne, à côté de son village, Elias se sent presque vulnérable. Elle sait où aller pour l’atteindre, elle sait ce qu’elle doit faire ou comment elle doit le faire. Elle sait comment l’atteindre, ce qu’il faut dire, ou ce qu’il fait faire. Et lui, il se retrouve quelque peu pris au piège parce que face à cette femme, il ne sait pas ce qu’il est censé dire. Et il y a cette frontière, cette ligne entre eux, cette limite qui fait qu’ils ne puissent aborder les sujets comme ils pourraient le vouloir. Elias ne parle pas assez bien anglais pour que l’échange se fasse correctement. La voir l’inquiète un peu, il se questionne, demande s’il y a un problème, si quelque chose ne va pas. Il veut l’aider, quoi qu’il se passe, même s’il doit tuer quelqu’un. Il sait que là, quelque part au fond de lui, on sera content d’avoir à tuer quelqu’un. Mais il préfère taire une nouvelle fois ce sentiment.

Est-ce qu’il lui faut un problème pour monter la montagne ? Non. Cependant, Elias ne peut s’empêcher de poser la question puisqu’elle n’a rien à faire dans le coin, rien à faire ici. C’est étrange, c’est un fait. Le peuple de la montagne peut s’inquiéter à tout instant. Ils peuvent paniquer et vouloir faire en sorte que ça se passe bien. Mais ça ne fonctionne pas toujours. Un soupir s’échappe de ses lèvres alors qu’il la regarde. Non, elle n’a pas à avoir de problème mais si elle tombe sur quelqu’un d’autre, ça pourrait lui arriver. Il faut se méfier des gens du coin. Il faut faire grandement attention parce que justement, ça pourrait représenter un problème. Et il refuse que quelque chose puisse lui arriver. Hors de question qu’elle prenne un risque. " Peuple du ciel, pas vraiment bienvenue. ". Bien sûr qu’il y a certaines évolutions. Le traité, l’entente avec leurs campements. Mais tout de même. Ils font sûrement parti des plus méfiants et ils continuent de l’être. Elias en vient, ce n’est pas pour rien. Et c’est préférable. Et nécessaire aussi.

Elle veut qu’il l’emmène quelque part et il n’a pas la moindre idée de quel endroit elle devrait visiter ou de quel endroit elle a envie. Il réfléchit, tente de faire le point et réalise qu’à part les sources, il n’y a rien qui puisse l’impressionner. Sa montagne est belle, il l’aime, il ne pourra rien faire contre ça. Au moins, si elle n’est pas éblouie, elle ne partira pas, c’est déjà ça. Parce que quoi qu’il puisse en dire, il aimerait qu’elle reste. Au moins, encore un peu. Ou alors il y a les mines, aussi, songe-t-il le temps d’un instant. Mais c’est bien moins incroyable non ? " Il y a les Sources Chaudes. ". Il hausse les épaules et lui tend la main, pour qu’elle puisse mieux le suivre. Il ne sait pas comment il réagira à ce contact mais il ne peut s’empêcher de le désirer...
Mila Swann
DATE D'INSCRIPTION : 26/08/2017 PSEUDO/PRENOM : ΛURORΛ BOREΛLIS MULTICOMPTES : MAKENNA ASKAYWEN MESSAGES : 1078 CELEBRITE : ANNA SPECKHART COPYRIGHT : LUX AETERNA // ASTRA // CLANN METIER/APTITUDES : TU CULTIVES LA TERRE SELON LES SAISONS (BOTANIQUE & AGRICULTURE) TRIBU/CAMP : EVERYTHING IS BLIE POINTS GAGNES : 35

I fear there's no one to save me (Mila) Empty Re: I fear there's no one to save me (Mila)

le Ven 24 Jan 2020 - 16:47



I fear there's no one to save me. This all or nothing really got a way of driving me crazy. I need somebody to heal. Somebody to know. Somebody to have. Somebody to hold. It's easy to say but it's never the same. I guess I kinda liked the way you numbed all the pain (@lewis capaldi // beerus)


« Alors quoi ? Moi repartir ? » Elias, c’est un peu le saut dans l’inconnu. Vertigineux. Sensationnel. Imprévisible. Contrairement aux membres de ton peuple, tu ne peux pas l’observer à longueur de temps. Et ce, afin d’apprendre à mieux le connaître. Chaque moment passé en sa compagne semble minutieusement chronométré, t’empêchant de l’apprivoiser. Parfois, tu as l’impression de faire marche arrière avec lui, de revenir au stade de votre première rencontre. Et d’autre fois, tu sens que vous avez avancé dans la même direction, à la même vitesse. Est-ce que ta venue inopinée va avoir l’effet escompté ? Pour l’instant, les réactions du terrien vont en ce sens. Il ne prend pas la fuite, ne te demande pas de déguerpir, ne se ferme pas à ton contact. A vrai dire, tu es profondément surprise par son comportement. Alors qu’il répond favorablement à ta demande, tu aperçois une main tendue vers toi. Durant quelques secondes, tu la regardes perplexe, comme si elle allait s’évanouir à l’instant où tu l’auras touchée. Tu finis par la saisir, délicatement, craignant presque de la froisser. Pourtant, ce n’est pas ton poids plume qui va avoir raison de cette dernière.

Tu apprécies particulièrement ce geste –inespéré- de sa part. Si tu avais su, tu serais sans aucun doute venue plus tôt dans sa montagne. Cependant, tu ne fais aucune remarque sur cette opportunité, ne voulant pas le brusquer. De toute évidence, vous n’êtes pas encore prêt à vous taquiner mutuellement.

Marcher main dans la main est assez déconcertant en soi. Parce que ça fait longtemps que tu n’as pas eu ce genre de contact. Parce que la dernière main que tu as enlacée était recouverte de sang. Tu ne peux t’empêcher de penser à elle dans un contexte pareil. Bien que les regrets n’aient toujours pas réussi à se frayer un chemin vers toi. « Tu vis seul ? » Question anodine qui dissimule pourtant une intention précise. Si le silence te dérange moins qu’avant, ce n’est pas pour cette raison que tu le brises. Non. En réalité, tu as envie de profiter de cette occasion pour obtenir des informations sur lui, sur elle. Moïra. Tu ne peux pas la mentionner directement alors tu cherches des façons détournés de l’évoquer. Était-ce sa femme ? Était-ce sa sœur ? Était-ce sa fille ? Tant d’interrogations frôlent tes lèvres à cet instant précis parce que tu ne connais pas grand-chose d’Elias. Tu es certaine qu’il est plus vieux que toi, néanmoins les traits durs de son visage trompent son âge. Sans oublier de mentionner cet air sérieux qui reste placardé en permanence sur son faciès.

A croire qu’il ne peut pas se détendre en ta présence. Peut-être que les sources chaudes auront raison de sa moue rigide ? Tu es curieuse de découvrir cet endroit, le seul endroit qu’il t’a proposé. Pourquoi ce choix ? Pourquoi pas un autre ? Tu souhaiterais voir où il vit mais tu as conscience que le village est probablement proscrit aux inconnus.

→ elias, la montagne, début septembre 2119
Elias Caroll
DATE D'INSCRIPTION : 20/01/2016 PSEUDO/PRENOM : avengedinchains MULTICOMPTES : Milo, Richard, Astrid & Meeka MESSAGES : 1131 CELEBRITE : Tom Hardy COPYRIGHT : signa by beylin METIER/APTITUDES : guerrier TRIBU/CAMP : Athna POINTS GAGNES : 50
Admin

I fear there's no one to save me (Mila) Empty Re: I fear there's no one to save me (Mila)

le Mar 11 Fév 2020 - 13:02

I fear there's no one to save me
★ Elias & Mila


Il serait mentir que de prétendre que Mila ne serait pas la première fille du ciel qu’il serait capable d’emmener avec lui au village. Ce serait stupide, et il ne pourrait que le regretter l’instant d’après mais il ne peut le nier, il y songe, parfois. Pourtant, que ferait-elle dans un village comme le sien ? Comment réagirait-elle au milieu de ces brutes et en haut de cette montagne. Le but ici, ce n’est certainement pas de pousser les gens à fuire, n’est-ce pas ? Il ne s’imagine pas l’entraîner dans sa maison parce qu’il ne le supporterait pas. C’est son toit, son abri, et c’était celui de MOïra. Et pour cette raison, il ne pourrait pas y amener quelqu’un d’autre. Et de toute manière, il estime bien trop sa tribu pour y amener une débarquée. Il ne voit pas comment cela pourrait être bien pris. Encore qu’ils seraient capables de bien le prendre. Ou en tout cas, on ne lui dirait rien. On ne dit jamais rien à Elias. Il impose trop de respect, il se comporte de manière trop étrange et froide pour qu’on se soucis un seul instant de lui faire une remarque. Enfin… Ca dépend bien sûr. Tye sait se faire entendre quand il le veut vraiment. Et à lui, Caroll ne dira jamais rien. Le respect qu’il éprouve n’est même pas ébranlable. Malgré toutes ces erreurs, on a toujours su lui faire confiance, alors il rend la pareille et ne risque pas de changer son comportement.

Mila, c’est un être étrange. Il a essayé de la fuir au début, parce qu’il a vite remarqué qu’elle n’était pas faite pour lui. Pourquoi a-t-il fini par revenir dans son sillage ? Il est parfaitement incapable de le savoir et ne cherche même pas à le comprendre. Tout ce qu’il sait, c’est que cet être qu’il a longtemps essayé de repousser, il a fini par en avoir besoin. Peut-être n’est-ce pas le bon terme pourtant, du fait qu’elle occupe bon nombre de ses pensées, il doit bien y avoir une bonne raison à cela et ça ne peut pas uniquement être pour des aspects négatifs. Ce fut le cas au début, alors qu’il apprenait qu’elle posait trop de questions à son sujet et qu’il ne comprenait pas pourquoi. Elle s’intéressait à lui, à son histoire avec Moïra. Elle avait même posé des questions à Isdès, s’il ne se trompe pas. Mais voilà, aujourd’hui, il ne s’en soucie plus autant que maintenant. Au contraire, voilà que lui aussi aimerait en savoir plus sur elle. Et le pire, c’est qu’il est incapable de comprendre pourquoi. S’il est incapable d’oublier sa femme, incapable d’arrêter de l’aimer, il se rend compte qu’il s’attache à elle aussi et il s’y perd. LUi qui garde le contrôle sur tout, lui qui fait attention à ce que les choses se passent de la bonne manière, " Non, reste. ". Et lorsu’elle s’éloigne, quand ils se séparent, il ne peut se résoudre à détourner son regard d’elle, tant qu’elle est dans son champ de vision.

Mais son principal problème lorsque Mila fait partie de son champ de vision, c’est qu’il ne sait pas comment il est supposé se comporter. Bourde, fuite, conversation bancale, il ne sait pas ce qu’il est censé faire et de manière général, il ne fait pas grand chose. Ce qui est sans doute encore plus stupide. Il pourrait apprendre à la connaître, il pourrait tenter de la découvrir et d’en savoir plus sur elle. Le blocage de langue est un éternel problème encore. Il lui faut trop longuement réfléchir pour que les choses tournent dans le bon sens. Elias, il n’a jamais été capable de gérer le relationnel, il n’a jamais été en mesure de tenir une conversation convenable et il n’en a jamais éprouvé réellement le besoin. Parce que jusqu’à présent, tout était plus facile. Sauf que ce n’est pas le cas, et aujourd’hui, il en prend réellement conscience.

Tendre sa main vers elle pour l’emmener à sa suite, c’est une première, une grande avancée. Un geste qu’il n’a pas fait volontairement mais qui lui plaît un peu. Il la voit attendre, regarder sa main sans trop savoir ce qu’elle fait et pourquoi elle attend. Mais elle finit par la saisir et Elias serre sa main le plus doucement possible. Geste improbable chez la brute qu’il est. Et ils sont là, à marcher côte à côte, situation improbable. Elias fait des efforts et il espère qu’elle apprécie. Il n’est pas vraiment capable de savoir si c’est satisfaisant. Une seconde, il sent la main dans la sienne se crisper mais ça ne dure qu’un instant alors il n’en parle pas. Ils avancent et il espère malgré lui qu’ils ne croiseront personne, ce serait quelque peu déplacé. Il ne veut avoir de compte à rendre à personne.

" Oui maison seul. ". En même temps, ça n’a rien de vraiment étonnant. Il avait sa femme, il avait sa fille. Et ils étaient biens. Si aujourd’hui ils ne sont plus là, il ne voit pas qui il aurait pu entraîner dans son domicile. Ou même qui pourrait vouloir vivre avec lui. Il ne lui est pas facile de supporter la présence de quelqu’un pendant bien longtemps. Seraient-ils capables de se supporter si longtemps, eux-mêmes ? Mila finirait par découvrir qu’il est bien plus insupportable qu’elle ne le pense et elle finirait par partir, par le fuir sans même se retourner une seule seconde.

A cran, stressé, et incapable de savoir ce qu’il serait bon pour lui de faire, Elias se retrouve à l’entraîner aux sources chaudes. Il n’est même pas capable de savoir pourquoi il fait ça, il ne sait pas non plus si c’est un truc qui pourrait lui plaire. Moïra n’aimait pas ça, elle trouvait ça étrange. Lui, il aime s’y rendre, savourer le contact de l’eau chaude lorsqu’il s’y glisse. Il ne vient pas souvent pour que la magie ne s’envole pas, mais il s’y plaît, c’est un fait. " Source chaude. Si tu veux. ", il lâche sa main, lui montre ce qui se tient devant eux et la regarde, attendant une réaction de sa part.
Mila Swann
DATE D'INSCRIPTION : 26/08/2017 PSEUDO/PRENOM : ΛURORΛ BOREΛLIS MULTICOMPTES : MAKENNA ASKAYWEN MESSAGES : 1078 CELEBRITE : ANNA SPECKHART COPYRIGHT : LUX AETERNA // ASTRA // CLANN METIER/APTITUDES : TU CULTIVES LA TERRE SELON LES SAISONS (BOTANIQUE & AGRICULTURE) TRIBU/CAMP : EVERYTHING IS BLIE POINTS GAGNES : 35

I fear there's no one to save me (Mila) Empty Re: I fear there's no one to save me (Mila)

le Mar 24 Mar 2020 - 23:28



I fear there's no one to save me. This all or nothing really got a way of driving me crazy. I need somebody to heal. Somebody to know. Somebody to have. Somebody to hold. It's easy to say but it's never the same. I guess I kinda liked the way you numbed all the pain (@lewis capaldi // beerus)


Tu dois bien reconnaître que ce contact te fait un effet particulier. Pourtant ce n'est pas faute d'en provoquer avec des individus de ta communauté, hélas aucun ne peut rivaliser avec Elias. Ils n'exercent pas sur toi une certaine emprise. D'une certaine façon, tu sais que le terrien est hors de ta portée, l'ombre de cette défunte Moïra planant en permanence sur lui. Et c'est ce qui te pousse à braver l'interdit, chaque fois un peu plus. A vouloir te rapprocher encore. Jusqu'où serais-tu prête à aller ? Très bonne question. Tu as quand même parcouru des milliers de kilomètres pour le retrouver. Un exploit que tu n'aurais pas relevé à l'époque de votre rencontre. Cependant, les choses sont différentes, vous avez depuis initié un lien dont tu ne parviens, dont tu ne veux, te défaire. Il nourrit ton âme fracturée, te permet d'avoir une échappatoire à tes propres déboires. Nouvelle addiction ? Probablement. Faut dire que la disparition brutale de Thalia est en partie responsable de la répétition de ce comportement maladif. Tu t'es accrochée à lui à défaut de pouvoir la récupérer, elle.

« Comment c'est ? De vivre seul. » Des centaines de questions envahissent subitement ton esprit. Parce que t'as un peu de mal à imaginer ce que ça représente, d'embrasser complètement cette sombre solitude. Bien que tu aies décidé de partir à l'aventure sans compagnie, tu n'es pas certaine de pouvoir vivre comme lui. T'as besoin, malgré toi, des autres. De leur attention à ton égard. De cette attention qui te manque cruellement depuis que t'es gamine. T'as grandi avec ce trou béant dans ta poitrine, cherchant en vain à le combler. Pourtant ce n'est pas faute d'avoir bénéficié de toute une équipe médicale à ton service mais elle n'a pu réparé le mal causé dans ta poitrine. « Nous on vit les uns avec les autres en permanence. » Y'a aucune intonation dans ta voix parce que tu te contentes de relater un fait. T'es tellement habituée à ce mode de fonctionnement que tu ne le remets pas en question. Pourtant c'est bien l'envie de voir d'autres horizons qui t'a menée à l'un d'entre eux en particulier. Elias. Une aventure dont tu ignores encore le dénouement.

Quand vous arrivez finalement à votre destination, tu dois reconnaître être agréablement surprise. Tu t'attendais à tout, littéralement tout, venant de sa part. C'est presque romantique comme point de chute, ce qui te semble assez inattendu. Effectivement, il n'a pas l'air d'être trop portée sur les sentiments ni rien. Cependant, tu ne te fais pas prier pour retirer tes affaires, ayant envie d'aller goûter l'eau. Ton sac à dos quitte tes épaules en un geste brusque et rapide avant que ton haut ne dévoile une partie de ta peau dénuée, rapidement rattrapée par le pantalon au sol. A vrai dire, tu n'attends pas le terrien pour savourer la source chaude mais lorsque tu réalises qu'il est encore là, planté à quelques mètres de toi comme un arbre au milieu d'un champ désertique, tu l'éclabousses. « Qu'est-ce que tu attends Elias ? » T'es persuadée qu'il n'est pas venu ici pour le simple plaisir de te mater en petite tenue. Pourtant, t'es la seule de vous deux qui s'expose à ce moment précis. Faut dire que t'es ni pudique, ni timide, encore moins complexée.

→ elias, la montagne, début septembre 2119
Contenu sponsorisé

I fear there's no one to save me (Mila) Empty Re: I fear there's no one to save me (Mila)

Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum