Le deal à ne pas rater :
Clé licence Windows 10 professionnel 32/64 bits – Français
12.90 €
Voir le deal

Aller en bas
Accro des points
Ezra Aerys
DATE D'INSCRIPTION : 28/02/2016 PSEUDO/PRENOM : Glacy MULTICOMPTES : Chris Wilson MESSAGES : 2814 CELEBRITE : Jessica Parker Kennedy COPYRIGHT : werowa ♥ (avatar) - frimelda (signa) METIER/APTITUDES : esclave de Roan (de retour) ▲ métier ingrat ▲ ancienne couturière, esclave domestique, prostituée TRIBU/CAMP : Rahjak POINTS GAGNES : 675
Accro des points

Wildflowers [Nola] Empty Wildflowers [Nola]

le Dim 15 Sep 2019 - 13:33

   
Wildflowers
Ezra & Nola

   
« xoxo. »
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]Un autre jour. Succession. La tempête de sable passait désormais depuis quelques jours. Une tempête de sable moins importante. Cité protégée grâce à ses murs. Mais pourtant certaines traces laissées. Couche de sable qui recouvrait le sol, poussière environnante qui continuait de se soulever. Parfois la nécessité de se cacher le visage, espérer respirer un peu mieux. L'un des points néfastes de vivre entouré de sable que de voir ses branches respirations se faire attaquer parfois sans répit dès qu'une brise soulevait les particules les plus fines. Les commerces qui se remettaient, chaises redressées, le marché sur la grande place qui avait repris vie aussitôt. Comme si rien ne s'était passé. Tout le monde restant habitué aux conditions météorologiques, aux tempêtes de sable qui pouvaient surgir tôt ou tard bien que parfois prenant au dépourvu certains. Une cité qui se relevait toujours. Une cité qui se relevait des bains de sang, de la mort de son roi, des attaques d'autrui. Une cité rahjak qui continuait de perdurer même alors que le roi était mort, qu'un nouveau était ores et déjà en charge. Ligne de succession qui suivait son cours. La cité qui continuait imperturbablement le cours de sa vie, continuant de se dresser au coeur du désert, immobile. Des intrigues à la Cour royale qui intéressait d'autant moins le peuple. Peuple qui s'occupait des tâches domestiques, qui tentaient de vivre un autre jour, qui travaillait pour que chaque bouche affamée soit nourrie, qui s'endormait avant de rouvrir les yeux pour affronter une nouvelle journée.

Nouvelle journée affrontée. Une note sans aucun doute différente qui se jouait pour un esclave. Les enjeux qui n'étaient les mêmes, dépendant de la volonté du maître. Mais une journée qui prenait un aspect plus ensoleillé, plus agréable. Une négociation qui prenait fin. Une nouvelle commande. Un peu du bouche à oreille mais surtout des rencontres innatendus. Aucun droit qui n'existait, aucun droit de tenir un commerce, aucune prétention légale à pouvoir monnayer argent contre la confection de vêtements ou de bijoux. Mais une négociation que je réalisais non moins, discrètement. Une nécessité de jouer finement, de faire attention à ne pas se faire remarquer. Une alternative pour gagner un petit pécule d'or, arrondir des fins de moyen bien qu'en soit la bourse d'or revenait pour dire directement à Roan. Un arrangement accepté. Au courant évidemment. Rien ne lui échappait. Mais surtout une machine à couture qui était usé dans un but précis. Un usage qui me faisait plaisir et qui égayait autant mes journées. Ainsi se rendre sur la grande place publique était aussi devenue un moyen pour transmettre la marchandise. Commande qui arrivait parfois directement à destination dans les mains de l'acquéreur comme les tuniques avaient pu être transmises directement à [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] précédemment. Une grande place publique qui servait de décor aux transactions. La grande place qui était un lieu idéal pour ce faire. Là où le nombre d'acquéreurs, de marchands, de négociants étaient le plus accru. Là où je pouvais trouver avec soin les plus belles étoffes mais en profiter aussi pour acquérir les provisions nécessaires. Là où je pouvais trouver aisément une porte de sortie. Il était aisé de se faufiler parmi la foule pour disparaître, de rejoindre ensuite les ruelles adjacentes qui conduisaient aux établissements les plus proches comme les tavernes, les bordels. Des ruelles adjacentes que je connaissais par coeur non seulement parce qu'ayant vécu dans un des bordels réputés de la cité mais aussi parce que ces ruelles je les avais parcouru avec Armé, alors enfant. Des ruelles que nous avions déjà emprunté pour échapper aux gardes. Commerces ici et là, se mélangeant aux habitations. Mais le coeur du commerce restait sur la grande place, là où les étalages de couleur se succédaient, où les échos des voix et des conversations environnaient la foule. Des stands colorés, attirants, mais aussi des stands qui rappelaient semblant de violence. Etalages où il était possible d'acquérir des armes mais aussi une part de la place réservée à la vente d'esclave, là où sur l'estrade, les silhouettes humaines défilaient et étaient vendues au plus offrant. Là aussi où se tenait les exécutions publiques, les châtiments. Rappel qu'il était plus facile d'oublier alors que je me retrouvais en pleine conversation avec l'acquéreur. Un homme qui comptait maintenir les apparences, satisfaire son épouse ou lui faire oublier ses récentes infidélités au bordel. Une robe qui pourrait lui complaire et autant attirer les regards, courtisans de la Cour qu'ils étaient. Une robe aux couleurs vives réalisés avec soin. Une robe mettant les courbes en valeur. Note féminine et d'or, comme symboles rendus en hommage envers la cité. Coupe de vêtements adaptés selon les désirs des clients, pour survivre aux conditions climatiques particulièrement arides. Autre robe que je portais pour affronter la chaleur, dévoilant semblant de peau nue avec délicatesse mais aussi soin. Note de beauté que je prenais plaisir à faire transparaître mais aussi pour oublier certains conditions physiques comme une démarche plus claudicante. Et non moins un sourire qui se dessinait sur mes lèvres alors que j'échangeais la robe contre une bourse contenant aux avoisinantes 100 piécettes d'or comme convenu. Une affaire des plus intéressantes qui venait d'être conclue. Et le tintement de la bourse qui faisait certainement plaisir à entendre. Note de satisfaction assurément alors que cette journée commençait particulièrement bien.

Spoiler:
HS : référence à la mini tempête de sable décrite dans mon sujet avec [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien], chronologiquement ce sujet se déroulerait une semaine après Wildflowers [Nola] 2215546156
(c) DΛNDELION
Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum