Aller en bas
- Whatever it takes -
Chris Wilson
DATE D'INSCRIPTION : 01/11/2015 PSEUDO/PRENOM : Glacy MULTICOMPTES : Ezra MESSAGES : 3348 CELEBRITE : Brett Dalton COPYRIGHT : alcuna licenza. (avatar), frimelda (signature) METIER/APTITUDES : ancien militaire - maniement des armes - statège TRIBU/CAMP : odyssée POINTS GAGNES : 255

Here comes the sun [Maori] Empty Here comes the sun [Maori]

le Sam 22 Juin 2019 - 11:24

Here comes the sun
Chris & Maori

« We do not remember days, we remember moments. »
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]L'équinoxe du printemps avait soulevé de nouvelles questions. Des questions qui invitaient à la création d'une expédition pour chercher des réponses. Une expédition qui prendrait forme peut être plus tard. Pouvant comprendre cette recherche de réponses, cette volonté de savoir ce qui se passait derrière. Comment expliquer l'apparition de cette silhouette se traînait de la forêt lors de la dernière rencontre avec les grounders. Une rencontre qui était liée aux contes et légendes. Une rencontre au coeur de la nuit pour rapprocher les peuples autour de nouvelles histoires, autour de mots. N'ayant pu en effet que visiter de nouveau dans mon esprit les derniers événements. N'ayant pu que réfléchir à ces mots murmurés, auquel le conteur avait donné sens. Ce qui était censé n'être qu'une histoire. Une histoire troublante qui avait entraîné l'extinction du feu, l'apparition de nouvelles ombres. Les ombres avaient grandi avant de disparaître à leur tour. Mais ces apparitions, ce qui s'était passé; il n'y avait pas encore de juste réponses ni explications. Ce que j'avais relégué dans un coin de mon esprit comme une histoire quand bien même la curiosité restait à l'oeuvre.

Ce qui n'était le dernier événement produit alors que le conseil de l'odyssée était nouvellement constitué. Et cet événement était sans aucun dire bien plus intéressant. Un conseil fraîchement constitué. Et une nouvelle composition que je pouvais avouer apprécier. Certes, certains désaccords existaient, certes je n'étais pas le premier dans la liste de Murphy, Nadja, Richard et ils n'étaient pas forcément ou plus forcément les premiers dans ma liste mais... mais en effet j'appréciais cette soudaine composition. Certains membres du conseil plus inconnus mais sachant autant que l'ajout de la présence de Wyatt au conseil était un plus. Un homme que je connaissais encore trop peu mais des idées auquel je pouvais m'associer. Sachant que leurs désirs étaient plus existants quant à la volonté de nouer des liens avec des grounders, un rapprochement avec des 100. La composition d'un conseil plus juste que le précédent. Un chancelier plus juste que le précédent. La composition d'un nouveau conseil qui permettait de balayer l'amertume que le mouvement rebelle ait été dissout. Mouvement qui avait replongé dans l'ombre. Un sens qui n'avait pas été trouvé. Et ce changement, cet événement soudain qui avait permis de balayer et renverser le monde politique m'avais permis de trouver une source d'apaisement. Une source d'apaisement que je n'aurai pas pensé trouver dans le conseil de l'odyssée. Une source d'apaisement que je n'avais jamais trouvé avant. Mais sans doute que passer des heures en tant que garde, de nouveau à la base militaire m'avait permis de méditer, de prendre de nouveau du recul sur la situation, sur tout ce qui s'était passé. Au moins, maintenant il était certain que l'évolution serait plus progressive, plus juste. Certains qu'avec ses membres du conseil les décisions prises seront plus justes, plus respectueuses des autres. Du moins c'est ce que j'espérai. Si j'avais été méfiant par rapport à l'ancien conseil, je l'étais soudainement moins face à la composition de nouveau. Conscient que cette méfiance avait peu à peu été dissoute parce que je connaissais les membres, plusieurs d'entres eux même si avec certains l'histoire restait plus ou moins houleuse. Et n'ayant d'ailleurs discuté avec aucun récemment.

Mais il ne restait pas moins que pour une fois je n'étais pas venu sur la base militaire pour évacuer mes préoccupations. Je n'étais pas venu pour faire le vide dans mon esprit. Je n'étais pas venu pour évacuer toutes sources de colère ou préoccupations en me prenant au punching ball. Pas cette fois. Cette fois, je n'avais pas frappé pour retrouver le contrôle, pour faire le vide. Ce n'était pas ce que j'avais fait. Non, pour une fois chaque mouvement réalisé avait été apaisé. Chaque mouvement avait été relâché alors que j'avais combattu amicalement avec Seth. Je ne doutais pas que ce dernier s'en était aussi rendu compte. Conscient autant que je ne pouvais qu'être plus apaisé grâce à la stabilité de ma relation avec Chiraz. Un sourire qui naissait plus facilement sur le visage alors que j'évoluais dans le campement, que l'été surgissait. Le soleil qui se faisait plus violent doucement et qui nous rattrapait aussi. Ce que je savais. Les gouttes de sueur qui avaient coulé le long de la peau n'en n'étaient qu'une preuve supplémentaire. Le soleil plus haut dans le ciel alors qu'il était bientôt sur les coups de l'après-midi. Regard échangé avec Seth alors que nos chemins divergeaient pour le moment. Bouteille d'eau attrapée, serviette servant à éponger les gouttes de sueur. Un sac retrouvé avant que je sortais du terrain d'entraînement. Commençant à sortir de la base militaire pour compter me diriger vers les cuisines de l'odyssée et attraper quelque chose à manger rapidement. Plus tard, mon tour de garde commencerait mais quelques heures restaient encore à ma disposition. Du moins, il restait certain que je n'avais pas prévu cette soudaine apparition auparavant évitée.
(c) DΛNDELION
Maori K. Ho'oname
DATE D'INSCRIPTION : 13/06/2019 PSEUDO/PRENOM : CapRaccoon MULTICOMPTES : Werowa, Thémis, Lazuli MESSAGES : 429 CELEBRITE : Becky G COPYRIGHT : lux aeterna avatar, drake signa, capraccoon icons&texts METIER/APTITUDES : Traqueuse ¤ chasse/pêche ¤ combat TRIBU/CAMP : n°81 des 100 3:) POINTS GAGNES : 190

Here comes the sun [Maori] Empty Re: Here comes the sun [Maori]

le Sam 22 Juin 2019 - 22:07
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
     
Vas-y, pète les plombs, affronte tes démons, une fois pour toutes.
Maori & Chris

     

     
Here comes the sun

     
Les mains dans les poches, Maori furetait dans le camp des Odysséens. Innocemment, étonnamment, mais elle n'avait vraiment rien à faire. Elle avait été embarquée dans cette expédition contre son gré, et maintenant, elle avait du temps à tuer. La jeune femme avait été recrutée pour accompagner une petite expédition devant aller voir les Odysséens, afin d'échanger avec eux, et également pour rencontrer les nouveaux membres du Conseil. Maori, elle, ça ne l'intéressait pas. Elle tenait sur ses positions, et refusait toujours un rapprochement avec les Odysséens. Malgré tout, elle avait été la seule combattante disponible pour compléter l'équipée, et s'était donc retrouvée à emprunter un chemin qu'elle connaissait peu, tant elle se refusait à le suivre. A présent, ses camarades vaquaient à leurs occupations, et elle se retrouvait donc esseulée, à vagabonder avec un air sombre plaqué sur le visage. C'était le moyen le plus efficace pour ne pas se faire importuner alors qu'elle ressassait sa rancœur. Depuis le crash de l'Odyssée, Maori passait son temps à éviter ses anciens amis, ses anciennes connaissances, tous ceux qu'elle avait connus alors qu'ils étaient là-haut, dans les étoiles, dans ce cercle de ferraille et ce cercueil trop petit pour eux. Elle ne voulait pas savoir qui avait survécu ; si sa famille avait survécu, si ceux qu'elle avait aimés, de manière générale, avaient survécu. Bien entendu, elle avait des échos, mais elle essayait constamment d'y échapper, elle fermait ses oreilles à la moindre rumeur, à la moindre information. En son cœur, une rancœur aigrie, moisie, pourrie qui avait eu le temps de croître, de s'étendre, de contaminer et déformer ses pensées. Les haïr, c'était devenu presque viscéral, autant qu'instinctif.

Il semblait donc normal, avec une telle amertume en elle, prête à l'explosion, que Maori se retrouve à errer dans la base militaire des Odysséens. Elle songea, un instant, à leur chiper leurs installations le temps de frapper sur quelques sacs, avant d'oublier cette idée aussitôt qu'elle lui était venue. La jeune femme n'avait pas envie d'expulser cette aigreur, elle voulait la garder en elle : masque rageur sur les traits, tension sanguine dans les muscles, c'était ce qui l'avait animé pendant trop longtemps pour qu'elle l'oublie aussi facilement. Ou qu'elle veuille s'en départir. Subitement, la traqueuse se figea net, et le raidissement, l'animosité en elle doubla d'un seul coup. A la vue d'une seule personne, qu'elle suivit du regard quelques instants ralentis dans le temps. Chris Wilson. L'une de ces connaissances qu'elle ne voulait pas revoir, qu'elle avait tout fait pour ne pas revoir. Garde sur l'Odyssée, ami et compagnon d'armes de sa mère, il était donc tout naturel qu'ils se rencontrent et forgent des liens. Chris lui avait appris à se battre, à mieux maîtriser sa force et à préciser ses coups, en complément de l'apprentissage que lui donnait sa mère. Chris avait été un ami, quelqu'un avec qui elle avait rigolé, qu'elle avait taquiné et fait tourner en bourrique avec son entêtement. Mais Chris, c'était aussi celui qui l'avait arrêtée, officiellement, et qui l'avait escortée jusqu'à sa cellule lorsqu'elle avait été capable de marcher. Chris, c'était également celui qui l'avait accompagnée jusqu'à sa deuxième cellule, juste avant le projet Cent. Il avait survécu au crash de l'Odyssée, et était l'un de ceux qui visitaient le plus leur campement. Maori l'avait évité, dès le départ, incapable de savoir comment se comporter avec lui. Très vite, Chris l'avait laissée faire, n'avait pas cherché à forcer une conversation avec elle. Il la connaissait, après tout, et savait très bien que forcer Maori, ce n'était que le meilleur moyen de la buter contre vous.  

Aussi brutalement qu'elle s'était arrêtée, Maori se remit en mouvement. Chris avait disparu de son champ de vision, mais elle était traqueuse, et ce n'était pas compliqué de suivre quelqu'un ici. Clairement, il sortait d'un entraînement ; il était donc logique qu'il se dirige vers les habitations. Maori pressa le pas, animée d'une vigueur ardente. Elle qui avait passé des années à éviter Chris, elle se dressa subitement devant lui, dardant ses yeux sombres sur lui, furieuse et blessée. Furieuse et blessée. Quand quelqu'un de proche semblait vous trahir, ces deux adjectifs allaient toujours de pair. Et à cet instant-là, pour Maori, la règle ne fit pas exception. La jeune femme n'avait rien prévu : pas de discours larmoyant, ni de pique sèche. Elle avait juste cédé à ses impulsions, en avait eu assez de fuir et avait foncé. Impulsive, Maori, vraiment ? C'était difficile à décrire, cette animosité qui vous envahissait, vous animait sans raison. Animosité animant ; dans d'autres circonstances, elle aurait ri jaune. Elle avait presque envie de céder à la tentation, en vérité. Mais non, les lèvres pincées, Maori garda ses yeux rivés dans ceux de Chris, bornée comme jamais. « T'as du temps libre pour t'amuser, maintenant que t'as plus à t'occuper de criminels hein ? »
(c) crackle bones

     
- Whatever it takes -
Chris Wilson
DATE D'INSCRIPTION : 01/11/2015 PSEUDO/PRENOM : Glacy MULTICOMPTES : Ezra MESSAGES : 3348 CELEBRITE : Brett Dalton COPYRIGHT : alcuna licenza. (avatar), frimelda (signature) METIER/APTITUDES : ancien militaire - maniement des armes - statège TRIBU/CAMP : odyssée POINTS GAGNES : 255

Here comes the sun [Maori] Empty Re: Here comes the sun [Maori]

le Dim 23 Juin 2019 - 21:36

Here comes the sun
Chris & Maori

« We do not remember days, we remember moments. »
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]Le terrain d'entraînement qui se trouvait désormais à quelques mètres derrière moi. Ayant commencé à emprunter le chemin qui menait jusqu'aux cuisines pour m'arrêter quelques secondes plus tard. Me figeant sur place en voyant cette soudaine apparition. Cet éclat de curiosité qui surgissait aussitôt dans mon regard en découvrant la silhouette de la jeune femme. Maori. Un visage néanmoins impassible alors que je détaillais sa silhouette du regard. Me rappelant en avoir parlé avec Seth un peu plutôt. La présence de quelques 100 venus jusqu'au campement. Des nouvelles échangées à tour de rôle. Le rapprochement des campements avait permis de diminuer les distances entre les groupes. Le rapprochement des campements avait permis de simplifier les trajets et de les raccourcir. Un rapprochement espéré qui s'était réalisé bien que chacun continuait de vivre dans des campements différents. Un choix préférable. Certains griefs qui étaient toujours présents. Certains qui en voulaient encore suite à leur envoi sur terre. Chacun qui avait sa propre opinion à ce sujet. Mais sachant tout autant que la jeune femme avait jusqu'à là évité tout rapprochement strict. Ou du moins, il était préférable de préciser qu'elle m'avait avant tout évité. Sachant qu'elle m'en voulait pour avoir fermer la porte de la cellule derrière elle. Chacune de mes tentatives pour lui parler, prendre de ses nouvelles qui s'était soldé par un échec avant que je n'en vienne à lui laisser de l'espace. Une des raisons pour laquelle cet éclat de curiosité ne pouvait qu'être plus brillant dans mon regard. Intéressé. Curieux de savoir ce qu'elle faisait là, quand bien même il était facile d'assimiler sa venue à celle des autres jeunes désormais présents sur place. Doutant qu'elle soit toutefois venue avec peut être un grand enthousiasme. Mais néanmoins, elle se trouvait désormais là.

Mon regard posé sur elle alors que j'observais chacun de ses gestes. Tentant de déterminer si elle était venue jusqu'ici volontairement. Peut être pas mais alors qu'elle se trouvait devant moi, je savais ce geste volontaire. Une option facilement choisie. Un choix personnel. Une option qui était facilement choisie alors que la colère dessinait les traits de son visage, les modulant. La fureur était là sur son visage, visible dans ses yeux. Au bord de l'explosion. Explosion qu'il était préférable qui se produise un peu plus, en arrière; sur le terrain d'entraînement qu'en plein milieu du campement. En colère, elle l'était, cela ne faisait aucun doute. Des techniques pour gagner en contrôle que j'avais tenté de lui donner si ce n'était celles techniques, de combat. Douée là-haut. Bel et bien douée alors qu'au fur des entraînements, elle s'était améliorée. N'ayant pas eu l'opportunité de voir l'évolution de ses capacités là sur terre. Des techniques qu'elle avait forcément pratiqué. La guerre qui les avait marqué en premier. Eux qui avaient du affronté les grounders au départ, apprendre à survivre dans cet environnement hostile suite au crash. N'ayant pas eu la vie facile. Et la paix s'était installée, mais seulement plus tard. Sentiment d'apaisement qui n'était pas lisible sur son visage alors, loin de là.

Son visage qui ne trahissait pas seulement sa colère si ce n'était ses sentiments personnels. Ce n'était plus la demoiselle qui m'avait évitée, à cet instant elle dévoilait toute sa vulnérabilité. Blessée. Et sur le point d'exploser. Ce n'était qu'une question de minutes, de secondes tôt ou tard. Comme une bombe à désamorcer. Le bon fil à couper. Un choix à faire. Maori qui prenait la parole et sa voix qui était remplie d'animosité. « T'as du temps libre pour t'amuser, maintenant que t'as plus à t'occuper de criminels hein ? » La clef. Le centre du problème. Ce pourquoi elle m'en voulait réellement. M'en voulant d'avoir suivi les ordres, d'avoir fermé la porte de la cellule derrière elle. Trahison qu'elle avait considérée. Elle n'était pas la première. Elle n'était pas la première à m'en avoir voulu pour cela. Sans doute qu'à un autre moment j'aurai esquissé un sourire face à ces mots. Mais au lieu de cela, mon regard s'adoucissait. Un ton calme, opposé au sien alors que je prenais la parole. « Pourquoi on irait pas sur le terrain, toi et moi ? » Une invitation implicite bien que je n'attendais pas réellement sa réponse pour faire demi-tour et me diriger de nouveau vers la base militaire. Seth qui paraissait au final s'être attardé qui haussait les sourcils en me voyant revenir. Regard dans sa direction alors que je continuais un peu plus loin. « T'as besoin de te défouler. » Un simple constat. Ne me dirigeant pas vers les punching ball. Lui offrant la possibilité d'évacuer sa colère. Des explications qui devaient être données. « Sache que je n'ai pris aucun plaisir à fermer la porte de la cellule derrière-toi. » Ayant suivi les ordres. Tous les gardes qui l'avaient fait. Tous les gardes qui vaquaient à cette fonction qui avaient fermé la porte sur ceux connus. Ce qui était aussi dur que d'escorter des adultes jusqu'aux portes. Éjectés pour les crimes commis. Chacun sa part de responsabilité. « Pour ce que cela vaut, je suis désolé. » Sincère. N'en ayant pris aucun plaisir.
(c) DΛNDELION
Maori K. Ho'oname
DATE D'INSCRIPTION : 13/06/2019 PSEUDO/PRENOM : CapRaccoon MULTICOMPTES : Werowa, Thémis, Lazuli MESSAGES : 429 CELEBRITE : Becky G COPYRIGHT : lux aeterna avatar, drake signa, capraccoon icons&texts METIER/APTITUDES : Traqueuse ¤ chasse/pêche ¤ combat TRIBU/CAMP : n°81 des 100 3:) POINTS GAGNES : 190

Here comes the sun [Maori] Empty Re: Here comes the sun [Maori]

le Lun 24 Juin 2019 - 0:29
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
     
Vas-y, pète les plombs, affronte tes démons, une fois pour toutes.
Maori & Chris

     

     
Here comes the sun

     
Il était certain que son amorce n'avait été qu'une pique gratuite. Il y avait tant de rancœur en Maori qu'elle devait l'expulser, qu'elle avait chercher à la formuler du mieux qu'elle pouvait. Mais, en voyant Chris s'adoucir, même tenter un sourire, elle sut que ça ne prendrait pas sur lui. Peut-être même l'avait-elle toujours su : elle était bien plus explosive que lui, et il avait toujours su la comprendre. Suffisamment, en tout cas, pour la passer à exploiter cette rage qu'elle avait toujours eue en elle, plutôt que de la perdre vainement en actions au mieux inutiles, au pire dévastatrices. Sans attendre, Chris l'entraîna vers le terrain d'entraînement, pivotant sur ses talons. Maori enragea. Elle n'était plus l'adolescente qu'il avait connue, qu'il avait envoyée sur Terre. Se battre ne réglait pas tout, elle l'avait bien compris. Un instant, Maori songea à refuser, à faire sa tête de mule et à refuser de bouger, les pieds ancrés dans cette parcelle du sol, cette parcelle et pas une autre. Cependant, Chris continuait de s'éloigner, et elle finit par le suivre. Les mains toujours dans les poches, néanmoins. Très bien, ils iraient jouter sur le terrain d'entraînement. Mais pas avec les poings.

Quand bien même Maori adorerait lui montrer qu'elle avait grandi, forci et musclé son esprit, elle avait plusieurs raisons de refuser de se défouler avec les poings. La première ? Elle savait ce qu'il lui fallait. Elle savait qu'elle garderait les lèvres pincées, et ne laisserait rien échapper. La jeune femme ne pouvait pas faire deux choses à la fois : elle était trop compétitive pour se distraire elle-même en parlant en même temps qu'elle frappait. Or, ce qu'il lui fallait aujourd'hui, c'était parler. Mettre des mots, pouvoir enfin toucher de l'esprit et de la parole ce qui la dérangeait tant, et la torturait tant. Alors oui, elle allait agir à contre-courant de son attitude habituelle. Si elle aimait contredire, Maori aimait aussi surprendre. Pas sûr que cela marche avec Chris, mais peu importait. Elle refusait d'en venir aux poings avec lui, pour une seconde raison : elle refusait de lui montrer que ses entraînements avaient porté leurs fruits. C'était lui qui l'avait envoyée sur Terre ; son esprit de contradiction l'empêchait d'admettre que c'était aussi lui qui lui avait permis d'y survivre. Et, en vérité, c'était cela, le cœur du problème. C'était cela, que Chris allait devoir lui faire admettre.

« Sache que je n'ai pris aucun plaisir à fermer la porte de la cellule derrière-toi. […] Pour ce que cela vaut, je suis désolé. » Il était sincère, évidemment, elle le sentait. Pour autant, il lui faudrait bien plus que cela pour l'adoucir un peu. Néanmoins, Maori se félicita : le dialogue était engagé. Elle arriverait peut-être à ses fins. « Mais tu l'as quand même fait. Tu m'as quand même envoyée à la mort. Sans même me prévenir ou quoi que ce soit, juste... comme ça. Comme si j'étais une criminelle lambda. » Des excuses, encore des excuses. Ce n'est pas ça, Maori, ce n'est pas ça, ce petit truc qui touille dans tes entrailles et brouille ton cerveau. Ce n'est pas ça, ce qui te gêne tant.
(c) crackle bones

     
- Whatever it takes -
Chris Wilson
DATE D'INSCRIPTION : 01/11/2015 PSEUDO/PRENOM : Glacy MULTICOMPTES : Ezra MESSAGES : 3348 CELEBRITE : Brett Dalton COPYRIGHT : alcuna licenza. (avatar), frimelda (signature) METIER/APTITUDES : ancien militaire - maniement des armes - statège TRIBU/CAMP : odyssée POINTS GAGNES : 255

Here comes the sun [Maori] Empty Re: Here comes the sun [Maori]

le Lun 24 Juin 2019 - 18:40

Here comes the sun
Chris & Maori

« We do not remember days, we remember moments. »
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]« Mais tu l'as quand même fait. Tu m'as quand même envoyée à la mort. Sans même me prévenir ou quoi que ce soit, juste... comme ça. Comme si j'étais une criminelle lambda. » Ses mots qui retentissaient. Envoyée en effet. Envoyées sur terre. Une décision soudaine. Une décision uniquement connue par les membres du conseil. Personne n'avait rien su avant que le jour n'arrive. Chacun d'entre eux conduit à tour de rôle en direction de la capsule envoyée en direction du sol. Une mission. Leur mission, celle de savoir si la terre était encore viable. Une seconde chance. Envoyés eux en particulier parce qu'ils étaient jeunes, mais parce qu'il était aussi possible d'en disposer, d'en décider ainsi. Si les adultes étaient éjectés au moindre crime commis, les jeunes étaient enfermés. « Et je l'ai quand même fait. J'ai suivi les ordres. » Ayant en effet suivi les ordres donnés. Ayant rempli le rôle du parfait soldat. Chacun l'avait fait. Chacun l'avait fait avec plus ou moins une seconde conscience. Mouvement rebelle organisé dans l'ombre. Mouvement auquel je ne faisais pas alors totalement parti au début. Des débuts compliqués. Mais ayant bel et bien appliqué la loi. Une part de responsabilité. Une part de responsabilité que je ne déniais pas. Non pas le seul acte pour lequel j'étais coupable.

Mais je ne l'avais pas envoyé à la mort à la différence de mon père. Lui je l'avais envoyé à la mort. Le dénonçant pour vol de médicaments, quand bien même je le savais chef du mouvement rebelle. Les sentiments personnels qui avaient pris le dessus. Différent à l'époque. Une pièce de monnaie que j'avais voulu lui renvoyer pour chaque coup, pour chaque mot humiliant qu'il m'avait jeté à la figure. N'ayant éprouvé aucun remord. Des remords que je n'éprouvais toujours pas quant à sa mort. Des remords que j'avais aussi facilement écrasé lorsque j'avais laissé Ailina être prise dans les mailles du filet, lorsque je m'étais autant servi d'elle pour le mouvement rebelle. Pensant que le fait d'appartenir à une plus grande cause valait le coup. La fin qui semblait alors justifier les moyens. Des remords quant aux portes que je fermais qui avaient été à leur tour été rapidement étouffés. Il n'était possible de dire le contraire. Rien ne pouvait être fait. Tout pas réalisé dans leur direction, tout pas réalisé dans sa direction ou tout geste pour l'aider aurait valut mon éjection. Egoiste. Cela ne faisait alors aucun doute. Et les liens qui nous unissaient qui n'étaient pas les mêmes. Chaque porte fermée qui n'avait les mêmes conséquences. Rachel qui avait elle réagi différemment. La déception alors lisible dans mon regard. Colère qui s'était emparé dans mon corps quand Robb avait été enfermé mais pas contre le monde, contre lui alors qu'il avait couché avec la femme d'un supérieur. En colère alors qu'il m'avait laissé. Même sentiment qu'elle avait ressenti. L'histoire changeait mais dans le fond les blessures étaient crées.

Des blessures qu'il était difficile de passer outre. La distance qui s'installer. L'entêtement qui jouait son rôle. Borné, chacun qui campait sur ses positions. Trop fier. Robb et moi qui avaient attendu trop longtemps. Chacun trop campé sur ses positions pour faire un pas vers l'autre avant qu'il ne soit réellement trop tard, avant qu'il ne meure et qu'il ne reste que les regrets et la culpabilité. Les blessures qui étaient restées, entachant ce lien avec Ailina. Et pourtant je l'avais aimé cette fille. Mais du temps il en avait fallut pour être pardonné, pour que toute once de liberté soit rendue des deux côtés, pour se retrouver. Et maintenant elle était ailleurs. Disparue. Ni morte, ni vivante. Cet entre deux. Ce même inconnu. Comme pour Faust. Chaque relation qui prenait une autre tournure. Et si j'avais refermé autant la porte derrière Rachel, la première rencontre n'avait été emplie de rancoeur. Non, à l'opposé, ces retrouvailles avaient été une bouffée d'oxygène. Peut être parce qu'avant nous n'étions pas autant proches, peut être parce qu'avant nous ne faisions que nous chamailler. Mais elle faisait partie de la famille. Maori était elle devenue une amie. Alors certes je comprenais et pourtant je regrettais autant qu'elle ne soit pas venue avant alors même que j'avais fait un pas vers elle avant de lui laisser décider. Le temps passer trop vite.

Mais ce qui restait certain, c'était que non elle n'avait été envoyée à la mort. Sa présence ici comme la mienne le prouvait. « Personne ne savait. » Si elle le croyait, elle se trompait. Personne ne savait avant qu'ils ne soient envoyés sur terre. Ne sachant pas pour autant que j'étais celui chargé de son arrestation avant de suivre l'autre garde et de me retrouver devant elle. A ce moment que les menottes s'étaient refermées autour de ses poignets, que je l'avais conduit là-bas. « Je ne savais pas. » Mais en effet, pour eux, elle était une criminelle. Les règles instaurées pour une raison. Mais autant ironique. Suivant les ordres mais ayant autant fait part du mouvement rebelle, ayant été un des leaders avant que ce même mouvement ne soit dissous sur terre. Des pensées que je ne tardais à chasser. Si facile de composer un masque, de reprendre le contrôle. Et pourtant un regard qui trahissait mon soulagement à la savoir là. Peut être qu'au final elle n'aurait pas besoin de cet entraînement, de cette possibilité pour discuter, peut être que parler suffirait. « Mais tu n'es pas morte. Nous sommes là. » En étant là, maintenant. Etant arrivés là sur Terre. Et tous deux là sur cette vaste étendue de terre à la fois hostile mais aussi magnifique.

(c) DΛNDELION
Maori K. Ho'oname
DATE D'INSCRIPTION : 13/06/2019 PSEUDO/PRENOM : CapRaccoon MULTICOMPTES : Werowa, Thémis, Lazuli MESSAGES : 429 CELEBRITE : Becky G COPYRIGHT : lux aeterna avatar, drake signa, capraccoon icons&texts METIER/APTITUDES : Traqueuse ¤ chasse/pêche ¤ combat TRIBU/CAMP : n°81 des 100 3:) POINTS GAGNES : 190

Here comes the sun [Maori] Empty Re: Here comes the sun [Maori]

le Mer 26 Juin 2019 - 13:42
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
     
Vas-y, pète les plombs, affronte tes démons, une fois pour toutes.
Maori & Chris

     

     
Here comes the sun

     
« Personne ne savait. » Pas même ceux qui en avaient décidé peut-être ? Et ne me fais pas croire que certains n'ont pas eu la puce à l'oreille... Des prisonniers subitement déplacés, et un vaisseau préparé, même dans la plus grande discrétion... ? Non, Maori n'y croyait pas. Elle n'arrivait pas à croire que personne n'avait rien vu, que personne ne s'était interrogé, que personne ne s'était douté de quelque chose, de n'importe quoi, mais de quelque chose ! « Je ne savais pas. » Ça, elle voulait bien le croire. Après des heures, des jours et des semaines passés auprès de lui, Maori n'avait aucun mal à le croire. Peut-être était-elle aveugle, peut-être se faisait-elle aveugle parce qu'elle ne voulait pas envisager, un seul instant, la possibilité que Chris ait su, que Chris n'ait rien vu, ne s'était pas interrogé, ne s'était douté de rien, et qu'il l'avait quand même enfermée dans cette cellule. La jeune femme ne voulait pas y croire, et faisait tout pour ne pas y croire.

Face au calme olympien de Chris, la colère de Maori se retrouva sans accroche. Elle en conçut une rancœur plus grande encore, mais cette rancœur ne brassait que de l'air. Ils s'étaient arrêtés dehors, devant les terrains d'entraînement, et le soleil tapait dans le dos de Maori. Cette dernière continuait de river des yeux furieux sur un Chris perdu dans ses pensées. Ce qu'elle vit sur son visage, dans ses yeux, la nostalgie et la tristesse, donnèrent un peu de grain à moudre au moulin de sa colère. Il n'était pas difficile de savoir qu'il pensait à ceux qu'il avait perdus, aux disparus et aux morts, à ses proches qu'il ne verrait plus. A nouveau, par un subit regain de flamme, Maori se sentit prête à exploser. Elle aussi avait perdu des amis. Certains avaient été enlevés, d'autres tués, d'autres évaporés dans la nature. « Mais tu n'es pas morte. Nous sommes là. » Un sourire sarcastique étira les lèvres toujours pincées de la jeune femme. « Nous oui. Les chanceux. Combien d'amis as-tu vu mourir, hein ? Combien crois-tu que moi, j'en ai vu mourir ? Alors en quoi c'est différent que d'être éjecté ? Oh, oui, pardon : on a atterri quelque part. Pour se faire kidnapper, torturer et tuer, super ! Vraiment, après tout ça, tu restes convaincu qu'on n'a pas été envoyés à la mort ? » De la mauvaise foi, pure et dure. Du Maori tout craché.
(c) crackle bones

     
- Whatever it takes -
Chris Wilson
DATE D'INSCRIPTION : 01/11/2015 PSEUDO/PRENOM : Glacy MULTICOMPTES : Ezra MESSAGES : 3348 CELEBRITE : Brett Dalton COPYRIGHT : alcuna licenza. (avatar), frimelda (signature) METIER/APTITUDES : ancien militaire - maniement des armes - statège TRIBU/CAMP : odyssée POINTS GAGNES : 255

Here comes the sun [Maori] Empty Re: Here comes the sun [Maori]

le Jeu 27 Juin 2019 - 15:28

Here comes the sun
Chris & Maori

« We do not remember days, we remember moments. »
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]Un sourire sarcastique sur ses lèvres. Ce même ressentiment. « Nous oui. Les chanceux. Combien d'amis as-tu vu mourir, hein ? Combien crois-tu que moi, j'en ai vu mourir ? Alors en quoi c'est différent que d'être éjecté ? Oh, oui, pardon : on a atterri quelque part. Pour se faire kidnapper, torturer et tuer, super ! Vraiment, après tout ça, tu restes convaincu qu'on n'a pas été envoyés à la mort ? » Alors que j'écoutais ses mots, je me demandais s'ils étaient nombreux parmi eux à partager cette opinion en ce moment. Pensant à Rachel. Ayant éprouvé ce même sentiment de dégoût envers ce nouveau continent, suite à la mort de Robb. Toutefois là n'était plus le cas, plus maintenant. Certes; cet endroit n'était pas que plaisant. Des événements survivaient. Des morts arrivaient. Ayant perdu beaucoup tout comme elle.  « Trop. » J'en avais certainement trop vu mourir. Et elle aussi. Tout le monde en avait assez de la mort, ce n'était que logique. Les morts qui n'étaient pas survenus qu'ici bien que là-haut elle n'avait pas assisté aux éjections, elle n'avait pas assisté à la mort des adultes conduites aux portes. Un aller simple vers l'espace. Un simple aller-retour. Mais la mort aussi rencontrée là, lors du crash. Le vaisseau métallique qui avait chuté violemment. L'impact contre le sol avait été dur et avait laissé un vide. Mais d'autres étaient morts aussi là. Adversaire qu'ils avaient rencontré en premier. Une guerre les ayant opposé aux grounders. Mais là n'avait été le seul obstacle alors que la nature même avait pu devenir l'ennemi. Chacun marqué par les décès, par les disparitions. C'est vrai la différence pouvait exister. Ne mourant toutefois pas à cause d'une infraction aux règles mais autrement. Aucune des raisons autour qui n'était préférable.

Le sentiment d'amertume qui était peut être plus fort pour eux. Pouvant comprendre. Ils avaient connu la guerre autant. Ils avaient connu le lot de la violence, de la peine et la souffrance trop tôt. Forcés à devenir adulte bien trop tôt, bien trop vite. Les épreuves qui les avaient marqué plus profondément. Ne sachant comment j'aurai réagi si j'avais été à la place, si j'avais été envoyé là-bas, mais il restait certain que rien ne pouvait être fait pour retourner en arrière. Rien ne pouvait être fait pour retourner là-haut. Il n'était pas possible de revenir sur l'odyssée. Il n'était pas non plus possible de créer une machine pour remonter dans le temps et retourner en arrière. « Non, je ne crois pas qu'on est ici pour mourir. » Bien que cela pourrait sembler être le cas. Une vision qui pouvait facilement être obscurcie. Ne restant pas moins une sorte de seconde chance. « De toute façon, si on ne serait pas là maintenant, on serait tous morts là-haut. » Ce qui aurait été le cas. Des réserves d'oxygène coupées. Non pas que j'avais été en faveur de leur envoi quand je l'avais appris après coup. Ils auraient dû procédé autrement. Envoyés des volontaire. Faire autrement mais il n'était pas possible de revenir en arrière. Un conseil de l'odyssée qui n'était plus désormais le même. Les élections qui avaient changé la donne finalement, non pas le mouvement. Mon regard qui se reposait sur elle alors que je reprenais la parole simplement. « On ne pourra jamais retourner là-haut, ni revenir en arrière alors mieux vaut-il sans doute avancer, ne penses-tu pas ? » Esquissant un sourire bien que triste. Retourner en arrière n'aiderait pas forcément. Reprenant toutefois la parole pour lui poser une question, pour tenter de savoir où elle en était. « Pourquoi n'es-tu venue que maintenant ? » Lui avait-il fallut tout ce temps pour accepter ce que j'avais fait. Différents motifs qui traversaient mon esprit mais sa réponse que je désirai entendre quel que soit. Etant vrai que notre lien nous manquait et d'autant plus ses séances d'entraînement.

(c) DΛNDELION
Maori K. Ho'oname
DATE D'INSCRIPTION : 13/06/2019 PSEUDO/PRENOM : CapRaccoon MULTICOMPTES : Werowa, Thémis, Lazuli MESSAGES : 429 CELEBRITE : Becky G COPYRIGHT : lux aeterna avatar, drake signa, capraccoon icons&texts METIER/APTITUDES : Traqueuse ¤ chasse/pêche ¤ combat TRIBU/CAMP : n°81 des 100 3:) POINTS GAGNES : 190

Here comes the sun [Maori] Empty Re: Here comes the sun [Maori]

le Ven 28 Juin 2019 - 17:07
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
   
Vas-y, pète les plombs, affronte tes démons, une fois pour toutes.
Maori & Chris

   

   
Here comes the sun

   
« Trop. » Le sourire sarcastique de Maori s'étira. Trop. Évidemment, trop. Quelle autre réponse pouvait-il y avoir, que trop ? C'était trop, toujours trop. Aucune vie ne devrait voir de morts ou de disparus, mais ça n'existe pas, une vie sans morts ni disparus. Mais trop, c'est toujours trop. Une mort, c'est trop. Un disparu, c'est trop. Dix, quinze, vingt, n'en parlons même pas. Trop, trop, trop ; trop, c'est trop. Et c'était peut-être de là que, fondamentalement, venait le ras-le-bol de Maori. Trop, assez. Trop de morts, assez de rancœur. Il était temps de s'arrêter, à un moment. D'expurger son être de ce trop-plein, de cet amas de rancœur. En était-elle seulement capable ? N'était-ce pas cela, qui l'avait motivée à survivre, un jour de plus, sur cette Terre ? Peut-être... Peut-être était-il temps de trouver un autre motif de vie. Mais la jeune femme avait beau chercher, elle n'en trouvait pas d'autre, pour l'instant. Alors, à défaut, Maori choisissait la rancœur, jusqu'à l'excès.

« Non, je ne crois pas qu'on est ici pour mourir. » Les yeux de Maori se plissèrent, tandis qu'ils revenaient pour fixer intensément Chris. Lui, non. Il était venu ici pour vivre. Grâce au sacrifice expiatoire de cent jeunes gens, et grâce à la mort de dizaines d'entre eux. Dans la navette qui les conduisait sur Terre, Maori ne s'était pas dit un seul instant : « Je vais vivre ! » Clairement, non, ce n'était pas du tout ça qu'elle s'était dit ! Aucun d'entre eux ne s'était dit ça, au milieu des cahots, des secousses, de la chaleur, des alarmes, et de la menace omniprésente d'un crash probable. Ils en avaient réchappé, et alors, pendant quelques jours, ils avaient entraperçu l'espoir d'une nouvelle vie, sans responsabilités, sans lois, sans adultes pour les embrigader et les emprisonner. Puis étaient apparus les Grounders. La guerre, la nature transformée, les dangers omniprésents. Puis étaient revenus les Odysséens. Leur famille ; les lois, auxquelles il fallait se soumettre constamment, étaient tombées sur Terre, les rejoignant et faisant peser une nouvelle épée de Damoclès sur leurs têtes. Maori refusait d'obéir à ces lois ; elle reconnaissait la nécessité de lois, mais quitte à se soumettre à certaines, autant se soumettre à celles qu'elle avait contribué à créer. Plus de lois arbitraires, décidées avant sa naissance et devant lui survivre, pour elle. « On ne pourra jamais retourner là-haut, ni revenir en arrière alors mieux vaut-il sans doute avancer, ne penses-tu pas ? » Exactement ! C'était exactement ça, le fond du problème ! « Qu'est-ce qui me dit que si nous nous rallions à vous, ça ne va pas être exactement pareil que là-haut ? Que vous déciderez de nos vies, encore ? Je refuse ça. Je refuse de me plier à vos lois une nouvelle fois. Si cette vie sur Terre est une nouvelle chance, alors je la prends. Loin de vous. » Maori s'était apaisée. Le brasier en son âme ne s'était pas refroidi pour autant : il continuait de briller avec ferveur dans ses yeux. Mais sa voix était posée, son assurance inébranlable. Elle affronta Chris du regard, sans ciller, sans peur et sans regret. « Pourquoi n'es-tu venue que maintenant ? » Son sourire sarcastique revint étirer ses traits, et Maori haussa insolemment les épaules. Non, pas insolemment. L'insolence supposait un rapport à l'autorité. Elle refusait cette autorité dorénavant. Donc non, pas insolemment. Indolemment, peut-être. « J'avais du temps à perdre. » Oh oui, cette phrase avait été créée pour faire mal. Et Maori l'utilisait dans ce but précis.
(c) crackle bones

   
- Whatever it takes -
Chris Wilson
DATE D'INSCRIPTION : 01/11/2015 PSEUDO/PRENOM : Glacy MULTICOMPTES : Ezra MESSAGES : 3348 CELEBRITE : Brett Dalton COPYRIGHT : alcuna licenza. (avatar), frimelda (signature) METIER/APTITUDES : ancien militaire - maniement des armes - statège TRIBU/CAMP : odyssée POINTS GAGNES : 255

Here comes the sun [Maori] Empty Re: Here comes the sun [Maori]

le Ven 28 Juin 2019 - 21:06

Here comes the sun
Chris & Maori

« We do not remember days, we remember moments. »
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]« Qu'est-ce qui me dit que si nous nous rallions à vous, ça ne va pas être exactement pareil que là-haut ? Que vous déciderez de nos vies, encore ? Je refuse ça. Je refuse de me plier à vos lois une nouvelle fois. Si cette vie sur Terre est une nouvelle chance, alors je la prends. Loin de vous. » « Parce que tu penses que je veux que cela redevienne comme avant ?! » Regard indigné. Mais elle ne savait pas. Elle n'avait rien su du mouvement rebelle. N'ayant jamais parlé politique avec elle. Il n'y avait aucune raison alors. Peut être déçu qu'elle me range dans le même tas. Non pas que je lui avais forcément donné une raison de ne pas le faire. Les choix avaient été faits là haut. N'ayant eu mon mot à dire. N'ayant pas pour autant été pour leur envoi sur terre. D'autres alternatives qui auraient pu exister. Et arrivés sur terre, des tentatives de rapprochement avaient été faits. Ce que je trouvais qui étaient une bonne chose. Trouvant qu'il était bien que les deux groupes se rapprochent, quoique continuant de vivre distinctement car tenant à eux. Il était important de rester proches. Mais l'idée même de les contrôler était aberrante. Ayant à apprendre d'eux. Une politique de reprise de décision qui ne paraissait être celle du nouveau conseil de l'odyssée. N'étant pas dans leurs têtes mais sachant que là ne serait pas le cas. Reprenant la parole non moins calmement, conscient qu'il ne servait à rien de s'énerver face à la jeune femme. « Je ne suis pas membre du conseil Maori. » Une distinction qui était claire et net. Opposé dans l'ombre. Certes, désormais le mouvement rebelle était dissous. Une discussion qui avait eu lieu. Discret depuis. Ayant tenté de retrouvé ma place. Mouvement rebelle qui avait de l'importance, réellement. Y croyant. Reprenant la parole doucement. « Je faisais partie du mouvement rebelle, un des leaders... pas tout le monde n'a approuvé votre envoi sur terre... bien que le mouvement existait déjà d'avant... mais à la fin nous n'étions plus utiles... maintenant. » De longues discussions. Des débats houleux. Une fin qu'il avait été difficile à admettre. Renonciation. Des armes déposées. Tout avait changé. « ...Joe McOrish.. il nous a donné une seconde chance. » L'ayant toujours respecté là-haut sur l’odyssée. Membre du corps militaire, un grade bien supérieur. Diplomate. Ayant toujours éprouvé du respect et admiration pour lui. En dépit des événements, ce point n'avait pas changé. Ayant à vrai dire voté pour lui lors des élections. Nous ayant offert une seconde chance, autant que l'ancien conseil. Peut être un dernier déclic. L'éponge passée. Une chance offerte. Une chance saisie.  « Il est le nouveau chancelier maintenant. Comme tu sais, il y a eu des élections, un nouveau conseil. » Les élections avaient tout changé, avait permis de nous permettre d'entrevoir plus de démocratie, de nouveaux départs alors que tout le monde allait désormais de l'avant. Reprenant mon souffle avant de reprendre. « Le conseil n'est plus le même. Il est différent. Ils veulent se rapprocher des grounders. Cet ancien conseil il n'est plus. Les nouveaux membres sont plus diplomates, différents. Tu dois en connaître certains. » Les prénoms de chaque conseiller qui défilait dans ma tête alors que je reprenais la parole. L'élection du nouveau conseil qui restait récent, dont elle n'avait peut être pas connaissance encore. « Murphy Cavendish, Richard Coben, Nadja Wolkoff, Wyatt Sheperd, Nathan Russel, Allegra Valera, Nora Horvat. » Les premiers que je connaissais plus que les trois derniers. Allegra qui s'était aussi présentée en tant que chancelière bien qu'elle n'avait pas été élue, mais elle était devenue par la suite conseillère. Ce qui n'avait pas été le cas de Clara Kedwell, particulièrement acharnée contre le mouvement rebelle. Non, il était certain que le nouveau conseil était bien plus respectable que le précédent. Un compromis. Mais la rancoeur qui restait chez les jeunes. Toutefois, comme je venais de lui dire il n'était pas possible de revenir en arrière, de revenir sur cette décision prise qu'on ait pu l'approuver par la suite ou non. Il fallait avancer. N'ayant d'autant moins le choix suite à la dissolution du mouvement rebelle. La nécessité de se retrouver, d'avancer de nouveau. Un mouvement rebelle dont il n'y avait plus besoin de garder l'existence secrète ou tue, quand bien même je ne comptais pas forcément m'attarder sur le sujet. Dévoilé. Partant de là, il ne servait à rien de faire peser le secret plus longtemps, de s'obstiner.

Ne pouvant m'empêcher de lui demander pourquoi elle n'était venue que maintenant. Sourire sarcastique qui s'étirait sur ses lèvres et à vrai dire je ne pouvais que sourire même en entendant ses mots qui voulaient blesser.  « J'avais du temps à perdre. »  Ce même mécanisme de défense. Le sarcasme comme arme. Des masques portés. Me rappelant trop. Des souvenirs qui remontaient que je chassais non moins, nullement énervé par ses mots ou blessé. Me contentant de sourire alors que je l'observais. « Alors c'est mon honneur. » Amusé. Me doutant qu'elle ne s'attendait pas forcément à que je prenne ses mots avec autant de nonchalance. Prêt à lui proposer de nouveau de me servir de partenaire vu qu'elle avait visiblement du temps à perdre et le besoin de se défouler. Mais je ne posais pas de nouvelle question, voulant attendre que la proposition vienne d'elle si besoin est. Peut être qu'elle préférait autant parler. Son choix. Attendant de voir sa prochaine réaction, de voir si le brasier continuerait de brûler face à ces déclarations.
(c) DΛNDELION
Maori K. Ho'oname
DATE D'INSCRIPTION : 13/06/2019 PSEUDO/PRENOM : CapRaccoon MULTICOMPTES : Werowa, Thémis, Lazuli MESSAGES : 429 CELEBRITE : Becky G COPYRIGHT : lux aeterna avatar, drake signa, capraccoon icons&texts METIER/APTITUDES : Traqueuse ¤ chasse/pêche ¤ combat TRIBU/CAMP : n°81 des 100 3:) POINTS GAGNES : 190

Here comes the sun [Maori] Empty Re: Here comes the sun [Maori]

le Sam 29 Juin 2019 - 15:32
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
   
Vas-y, pète les plombs, affronte tes démons, une fois pour toutes.
Maori & Chris

   

   
Here comes the sun

   
« Parce que tu penses que je veux que cela redevienne comme avant ?! » La colère de Chris prit Maori par surprise. Lui d'ordinaire si calme... elle avait réussi à lui arracher un peu d'indignation ! Première fois qu'il perdait un peu de son flegme depuis le début de la conversation. Cela réchauffa un peu le cœur de la jeune femme, bien qu'elle ne l'avouerait pas de sitôt. Si elle ne put empêcher un éclair de surprise de passer dans son regard, elle parvint néanmoins à garder un visage impassible, face à Chris redevenu lui aussi impassible. Le garde chercha ses mots, pendant quelques secondes, et Maori s'enfonça un peu plus dans la surprise : « Je faisais partie du mouvement rebelle, un des leaders... pas tout le monde n'a approuvé votre envoi sur terre... bien que le mouvement existait déjà d'avant... mais à la fin nous n'étions plus utiles... maintenant. » La Cent posa un regard neuf sur son ancien entraîneur. Pourquoi ne l'avait-il pas dit plus tôt, sérieusement ? Ça lui aurait évité une bonne pique de la part de la jeune femme, aigrie par la rancœur... Une rancœur qui trouvait de moins en moins de prises, d'accroches sur lesquelles s'appuyer et grimper jusqu'à un sommet de plus en plus lointain. Maori en voyait presque la cime s'éloigner au fur et à mesure que la conversation avançait.

Un nouveau conseil ? Oui, elle savait. Elle était là pour ça. A cause d'eux. Recrutée pour protéger les petits curieux d'entre eux qui voulaient se renseigner. Finalement, Maori, sans le vouloir, aurait peut-être plus d'informations qu'eux tous réunis. Elle avait le nom du chancelier, et celui de tous les membres en prime. Merci Chris. Maori se répéta les noms mentalement, se força à les garder en mémoire le temps de les transmettre à ses camarades si besoin était. Elle connaissait peu des conseillers personnellement. Quelques noms lui restaient inconnus, d'autres n'étaient que de vagues réminiscences d'un passé qui lui paraissait si lointain... Presque comme une autre vie, ces dernières années sur Terre avaient creusé un fossé, et le temps lui semblait étiré, les époques étrangères. Une infinité d'événements donnait souvent cette impression.

« Alors c'est mon honneur. » Maori leva les yeux au ciel. Ses piques n'avaient que peu d'effet sur Chris. Elle en avait probablement trop abusé lors de leurs entraînements. Les deux protagonistes restèrent silencieux quelques instants. Maori savait pertinemment où cela les mènerait. L'accès était crevé avec Chris. Pas complètement, Maori resterait méfiante pendant un certain moment, tout pouvait devenir un nouvel apport à sa rancœur. « Vous n'auriez pas des punching-ball, par hasard ? Ça fait longtemps que je ne me suis pas entraînée au corps-à-corps. »
(c) crackle bones

   
- Whatever it takes -
Chris Wilson
DATE D'INSCRIPTION : 01/11/2015 PSEUDO/PRENOM : Glacy MULTICOMPTES : Ezra MESSAGES : 3348 CELEBRITE : Brett Dalton COPYRIGHT : alcuna licenza. (avatar), frimelda (signature) METIER/APTITUDES : ancien militaire - maniement des armes - statège TRIBU/CAMP : odyssée POINTS GAGNES : 255

Here comes the sun [Maori] Empty Re: Here comes the sun [Maori]

le Sam 29 Juin 2019 - 23:04

Here comes the sun
Chris & Maori

« We do not remember days, we remember moments. »
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]La surprise lisible sur son visage. M'étant attendu à des commentaires de sa part mais aucun mot ne sortit de sa bouche. Peut être justement que la surprise lui avait coupé l'herbe sous le pied, permettant d'expliquer qu'elle puisse garder le silence. Mon regard posé sur elle alors que je la regardais en effet assimiler les informations que je venais de lui donner. Pouvant voir de là son cerveau travaillait. Pouvait voir les expressions de son visage se transformaient, comme un bref soupçon de culpabilité qui disparut non moins rapidement. Ne lui en voulant pas pour ses commentaires d'avant, et ne m'attendant pas non plus à ce qu'elle garde le silence. De toute manière, Maori serait toujours trop directe, empêchant à quiconque de lui marcher sur les pieds. Ne voulant pas non plus la voir réduite à silence autant que je continuais de l'étudier, que je voyais la colère doucement disparaître. Un brasier qui flambait encore, subtilement. Le feu qui courrait dans ses veines. Un sourire à cette pensée.

« Vous n'auriez pas des punching-ball, par hasard ? Ça fait longtemps que je ne me suis pas entraînée au corps-à-corps. » « Pourquoi t'embêter avec un punching-ball quand tu as un partenaire prêt à se porter volontaire ? » Amusé d'autant plus qu'elle voulait s'entraîner au corps à corps. Voulant voir ses progrès. Voulant voit comment elle évoluait désormais. Et ton taquin alors que je reprenais la parole. « Mais je comprendrai si tu veux te ménager aussi... » La taquinant volontairement et me demandant si comme je m'y attendais, la jeune femme allait partir au quart de tour et relever ce défi. Partenaire d'entraînement que j'avais été, la forçant à évoluer au sein du secteur militaire de l'arche, de mettre en oeuvre les techniques de combat qu'elle apprenait au fur à mesure. Voulant voir comment ses techniques avaient évolué, si elle en avait acquis de nouvelles. Autant conscient que son entraînement sur terre n'avait pu être le même. Les circonstances différentes.

Le corps militaire caractéristique de l'odyssée avait continué d'exister sur ce campement, mais au sein de leur campement, les tâches et les fonctions n'étaient pas réparties de la même. Ce qui n'était pas pour autant un mal. Pensant au contraire que c'était un bien alors qu'une évolution distincte existait entre les campements, alors qu'ils étaient devenus autonomes, indépendants, organisant une hiérarchie avec des leaders. Un travail qu'ils avaient accomplis qui n'était qu'admirable. Non, il n'y avait pas à dire, je continuais d'estimer que nous avions beaucoup à apprendre d'eux. Et les groupes qui se distinguaient aussi grâce aussi à cette nouvelle organisation, hiérarchie. Si j'étais pour un rapprochement avec les 100, je n'étais toutefois pas certain qu'une union complète des deux campements soit une bonne chose, en doutant. Ce système fonctionnait bien. Ce qui ne voulait pas dire que nous ne pouvions pas être alliés, restés proches. Espérant réellement que la dissolution du mouvement n'avait pas été vaine. Espérant réellement que tous les sacrifices n'avaient pas été vains et qu'un réel sens de la démocratie, d'une communauté plus juste serait acquise. Un cheminement progressif qui je souhaitais continuant dans le bon sens, d'autant plus avec l'élection du nouveau chancelier, l'apparition de nouveaux conseillers et conseillères. Tentant toujours de retrouver ma place encore. Tentative de trouver un équilibre, certainement pas encore acquis tout à fait.

Commençant à me perdre dans mes pensées avant que mon regard n'en vienne à se reporter sur Maori, que j'en vienne à reprendre la parole comme si un court silence ne s'était pas écoulé. Un même court silence qui s'était écoulé suite aux révélations, qu'elle réalisait que la rancoeur ne valait peut être plus la peine, que chacun progressait les mots dits. Ce même court silence qui venait de nouveau à s'écouler jusqu'à ce que je reprenne la parole, naturellement. Comme si ce silence ne s'était pas produit et que je ne m'étais pas perdu dans mes pensées, de nouveau. Trop souvent le cas. «A moins que tu ais un visage en tête ? » Faisant référence à son désir de frapper dans quelque chose ou peut être ce désir de frapper quelqu'un en particulier sans qu'elle n'ait pu le faire. Et mieux valait sans doute qu'elle ne le fasse pas. Ton légèrement sarcastique ou surtout amusé, alors que je replongeais dans ces anciennes habitudes. Devenant de nouveau plus détendu alors que mes muscles se relaxaient légèrement. Peut être le début, le renouveau d'un élan de complicité.
(c) DΛNDELION
Maori K. Ho'oname
DATE D'INSCRIPTION : 13/06/2019 PSEUDO/PRENOM : CapRaccoon MULTICOMPTES : Werowa, Thémis, Lazuli MESSAGES : 429 CELEBRITE : Becky G COPYRIGHT : lux aeterna avatar, drake signa, capraccoon icons&texts METIER/APTITUDES : Traqueuse ¤ chasse/pêche ¤ combat TRIBU/CAMP : n°81 des 100 3:) POINTS GAGNES : 190

Here comes the sun [Maori] Empty Re: Here comes the sun [Maori]

le Dim 30 Juin 2019 - 21:03
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
 
Vas-y, pète les plombs, affronte tes démons, une fois pour toutes.
Maori & Chris

 

 
Here comes the sun

 
« Pourquoi t'embêter avec un punching-ball quand tu as un partenaire prêt à se porter volontaire ? » La réponse qu'elle attendait. Évidemment, Chris allait sauter sur l'occasion pour évaluer ses progrès. Entraîneur un jour, entraîneur toujours. Il ne pouvait pas s'en empêcher, il se devait de garder un œil sur elle et sur ce qu'elle avait pris. Personne ne le lui avait demandé, mais c'était dans sa nature. « Mais je comprendrai si tu veux te ménager aussi... » Le sourcil de Maori se leva aussitôt, piquée au vif. Cette pique, elle l'avait bien méritée, en représailles de celles qu'elle lui avait lancées. Mais ça restait gentil, si ce n'est gentillet. Une taquinerie, comme ils avaient pu en échanger durant leurs entraînements... Chris cherchait vraiment à retrouver un semblant de complicité. Maori le voyait déjà se détendre, après s'être perdu, de nouveau, brièvement, dans ses pensées. Ce ne fut que lorsqu'il reporta ses yeux sur elle que Maori se rendit compte que ses lèvres s'étaient étirées en un léger sourire amusé. Elle ne chercha même pas à le gommer ; en l'effaçant, elle se donnerait l'air coupable d'apprécier ces taquineries bon enfant. Or, Maori ne s'en sentait pas coupable ; peut-être un peu gênée, que leurs rapports redeviennent semblables à ceux d'un avant bien lointain. Tant de choses s'étaient passées, qu'elle pouvait difficilement prétendre ne pas avoir changé.

«A moins que tu ais un visage en tête ? » Maori perdit son sourire en moins d'une seconde. Ses yeux se perdirent dans le vague. Devant eux, devant une rétine dans le vague, un kaléidoscope de visages. C'était comme avant. Trop. Trop de visages dans lesquels elle aimerait décocher un bon crochet. Trop de personnes qui le mériteraient, à son sens. Et certains, sans visage, mais eux aussi victimes de sa colère. Oui, décidément, il y en avait bien trop, de ces visages haïs. Maori avait perdu ces prémisses d'amusement que le ton taquin de Chris avait fait naître en elle. Il n'était plus question de s'entraîner parce qu'il l'avait faussement piquée. Maintenant, elle savait que ces faces tourneraient dans sa tête, et que, en frappant un punching-ball ou Chris, elle penserait à eux et souhaiterait les frapper eux. Ce désir croîtrait en elle, et il lui serait difficile de s'en départir. La rancœur... La rancœur revenait. Elle qui n'avait déjà pas besoin de grand-chose pour s'inviter dans le cœur de Maori... Chris venait de lui offrir non seulement une raison d'y passer la tête, mais également d'y poser ses valises. Maori savait qu'il lui faudrait du temps pour l'apaiser. Beaucoup de temps.

La jeune femme sortit de sa rêverie, et jeta un regard à Chris, sans mot dire. Elle le dévisagea quelques instants, les traits froids. Enfin, elle se détourna, et se décida à entrer dans le complexe. Cette fois-ci, parler ne l'aiderait pas. Elle avait pu laisser glisser la rancœur gardée envers Chris parce qu'elle avait pu se confronter à lui. Ce ne serait pas le cas avant un bon moment, pour ces visages qui tournoyaient dans son esprit. Alors autant profiter de la proposition qui lui avait été faite, et aller frapper quelque chose. « Tu viens ? Sinon je risque de me perdre, ce serait dommage de m'avoir dans les pattes jusqu'à demain. »
(c) crackle bones

 
- Whatever it takes -
Chris Wilson
DATE D'INSCRIPTION : 01/11/2015 PSEUDO/PRENOM : Glacy MULTICOMPTES : Ezra MESSAGES : 3348 CELEBRITE : Brett Dalton COPYRIGHT : alcuna licenza. (avatar), frimelda (signature) METIER/APTITUDES : ancien militaire - maniement des armes - statège TRIBU/CAMP : odyssée POINTS GAGNES : 255

Here comes the sun [Maori] Empty Re: Here comes the sun [Maori]

le Lun 1 Juil 2019 - 19:42

Here comes the sun
Chris & Maori

« We do not remember days, we remember moments. »
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]Ses traits qui se refermaient aussitôt. Constat réalisé. Observation silencieuse. La suivant alors qu'elle faisait le premier pas. Sa décision prise. « Tu viens ? Sinon je risque de me perdre, ce serait dommage de m'avoir dans les pattes jusqu'à demain. » Ne protestant pas, ni ne prenant le temps d'arguer plus alors que je prenais les devants pour la guider en direction du terrain d'entraînement, là où elle pourrait réellement se défouler. Me permettant par la même occasion de me rendre compte de ses progrès. M'arrêtant un peu plus loin alors que je déposais de nouveau le sac que j'avais soulevé quelques instants plutôt sur le sol. Mon regard qui se posait sur sa tenue. « Tu as tout ce qu'il faut ? » Voulant m'assurer qu'elle était à l'aise avec la tenue qu'elle portait en ce moment ou savoir si elle préférait une autre tenue. « On a des affaires de rechange sinon. » Ayant le sentiment qu'elle n'en voudrait pas. Sa rancoeur pour les adultes venus de l'odyssée qui restait forte. Sans doute trop fière pour accepter une tenue venant d'eux ou même de moi. Conscient qu'il était facile de marcher sur des oeufs avec la jeune femme dont le caractère ne semblait pas s'être adoucie avec les années. Au contraire, comme de nombreux d'autres, elle semblait s'être endurcie, devenant plus forte. Chacun qui se créait une carapace et si elle n'avait pas pipé un mot face aux révélations précédentes, je restais non moins à son écoute, tentant d'aller doucement. Continuant d'observer son comportement aussi simplement qu'il le soit même subtilement alors que je sortais non moins d'autres affaires de mon sac au cas où elle serait tentée d'accepter cette proposition.

Ceci fait, je ne pouvais que venir me placer au centre du terrain d'entraînement alors désert. Les autres gardes partis se rassasier, ou encore en poste, en train de monter la garde ou surveiller les alentours. Une pause du repas qui serait définitivement retardée. Et si mon premier objectif avait été de rejoindre les cuisines pour manger un morceau et remplir mon assiette avant de partir reprendre mon poste, manger devenait plus une alternative. Une partie plus intéressante qui se jouait maintenant. Attendant qu'elle vienne se placer en position devant moi. Un sentiment de déjà-vu. « Est-ce que tu t'es entraînée avec d'autres ? ou seule ? » Question posée. Un aménagement réalisé que m'avait montré Raya. Ne sachant toutefois pas à vrai dire quel poste la jeune femme occupait au sein de leur campement. D'autres questions qui seraient autant posées. « Prête ? » Et n'attendant qu'à croiser son regard pour avancer mon poing dans sa direction, visant sa mâchoire. N'étant pas là pour la blesser mais n'étant pas non plus là pour la ménager. Aucun de nous deux qui ne s'était jamais ménagé en entraînement. Là n'était pas le but. Une force qu'il était certes nécessaire de contrôler, comme des coups. Mais elle n'était pas une débutante et je ne l'étais plus non. Un rythme dans lequel il pouvait être facile de retomber bien que toutefois chacune de nos techniques avaient du évolué. Des techniques de combat qui avaient autant évolué au profit des rencontres réalisées, comme de ma rencontre avec Arméthyse, ancienne rahjak. Des coups et techniques qu'elle m'avait montré qui n'avaient pu que m'intéresser et que je n'avais pu que reproduire. Mais ne pensant pas plus aux autres que cela. Toute mon attention focalisée sur mon adversaire ou plutôt sur elle en ce moment. A peine le poing tendu dans sa direction, que ma jambe se dirigeait vers ses hanches pour porter un coup. Des réflexes que je comptais vérifier. Comptant voir comment elle se battait. Comptant voir aussi les mouvements appris dont elle se rappelait. Des erreurs qu'elle pouvait de nouveau faire et d'autres non. « De quelles tâches te charges-tu à ton campement ? » Et autant prêt à la déstabilisé comme je l'avais toujours fait. Attendant de voir de quel bois elle se chauffait.
(c) DΛNDELION
Maori K. Ho'oname
DATE D'INSCRIPTION : 13/06/2019 PSEUDO/PRENOM : CapRaccoon MULTICOMPTES : Werowa, Thémis, Lazuli MESSAGES : 429 CELEBRITE : Becky G COPYRIGHT : lux aeterna avatar, drake signa, capraccoon icons&texts METIER/APTITUDES : Traqueuse ¤ chasse/pêche ¤ combat TRIBU/CAMP : n°81 des 100 3:) POINTS GAGNES : 190

Here comes the sun [Maori] Empty Re: Here comes the sun [Maori]

le Mar 2 Juil 2019 - 20:54
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
 
Vas-y, pète les plombs, affronte tes démons, une fois pour toutes.
Maori & Chris

 

 
Here comes the sun

 
Maori suivit Chris, les mains dans les poches. Intéressée, curieuse, la jeune femme regarda volontiers autour d'elle. Les installations odysséennes étaient différentes des leurs. Plus propres, et plus récentes aussi. Plus nombreuses, également. De temps en temps, Maori s'entraînait dans le vaisseau, mais la plupart du temps elle préférait rester dehors. Quitte à être sur Terre, autant en profiter. En plus, comme il était difficile de penser que les Terriens les attaqueraient dans leur vaisseau, il était bien plus probable qu'elle ait à se battre dans la nature, alors autant la maîtriser. S'habituer aux bruits, entraîner ses sens à s'étendre, s'ouvrir à un nouveau monde et l'apprivoiser. Pendant qu'elle observait la salle, Chris posa son sac au sol, puis lui proposa d'emprunter des vêtements plus confortables pour un combat au corps à corps. Maori esquissa un sourire détaché. « Ça ira, merci. Je suis habituée à m'entraîner avec ceux-là. » Enfin, avec ses vêtements de tous les jours, plutôt. Passer ses journées à l'extérieur n'était pas l'activité la plus sûre, et n'importe qui pouvait l'attaquer durant ses chasses. Maori préférait donc s'entraîner comme elle était.

Chris partit se placer au centre du terrain. Ils étaient seuls, le silence en était presque assourdissant. Maori sortit les mains de ses poches, et prit le temps de sautiller et de détendre ses muscles avant de se placer face à son ancien – de nouveau ? - entraîneur et partenaire de combat. « Est-ce que tu t'es entraînée avec d'autres ? ou seule ? » Maori esquissa un sourire, alors qu'elle était déjà concentrée sur la séance. Très bien, il voulait jouer à ça. Poser des questions, pour évaluer sa concentration, mais aussi ses capacités d'adaptation, et de... compartimentation serait peut-être le meilleur mot. Maori se mit en garde, et répondit aussitôt, mais sans se précipiter. Ne pas confondre vitesse et précipitation. « D'autres. » C'était bref, mais y avait-il vraiment besoin de plus ? Alors qu'elle répondait, Chris lança l'entraînement, en même temps que son poing en direction de son visage. Maori analysa aussitôt la situation, envisagea de le parer, puis aperçut du coin de l’œil la hanche de Chris qui se soulevait, et elle recula aussitôt, en coulant presque sur le sol. Pour l'instant, elle prenait encore ses marques, et à vrai dire le silence la dérangeait. Étrangement, c'était cette absence intersidérale de bruits qui la gênait. Maori se retrouva à être encore plus sur les nerfs que lors de ses premiers entraînements sur Terre, car il lui semblait toujours qu'elle se ferait prendre par surprise, alors que et probablement justement parce qu'il n'y avait aucune raison qu'on l'attaque sans prévenir. A fleur de peau, Maori oscillait entre sens accrus et concentration défaillante. Cela ne l'empêcha pas de se recentrer sur Chris ; ce fut même un soulagement, de retrouver des gestes qu'elle connaissait par cœur, qui étaient inscrits dans ses muscles. Hors de portée de sa jambe, elle attendit quelques millièmes de seconde que cette dernière se repose, puis avança, toujours avec cette enjambée coulante. Ce fut à son tour, après s'être placée derrière le bras de Chris, d'agir. Maori tendit la main, pour agripper le poignet du garde, et bougea sa jambe dans l'optique de la glisser derrière celle de Chris afin de le faire tomber. Dans le même temps, elle répondit à sa question, qu'elle avait gardé dans un coin de sa mémoire : « Chasse, traque. Tu coules des jours tranquilles ? Avec quelqu'un ? » C'était à son tour, et tant qu'à faire elle essayait de taper au cœur.
(c) crackle bones

 
- Whatever it takes -
Chris Wilson
DATE D'INSCRIPTION : 01/11/2015 PSEUDO/PRENOM : Glacy MULTICOMPTES : Ezra MESSAGES : 3348 CELEBRITE : Brett Dalton COPYRIGHT : alcuna licenza. (avatar), frimelda (signature) METIER/APTITUDES : ancien militaire - maniement des armes - statège TRIBU/CAMP : odyssée POINTS GAGNES : 255

Here comes the sun [Maori] Empty Re: Here comes the sun [Maori]

le Lun 15 Juil 2019 - 18:24

Here comes the sun
Chris & Maori

« We do not remember days, we remember moments. »
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]Ses mouvements étaient fluides et d'autant rapide. Comme un ballet de danseurs qui s'annonçait, une chorégraphie improvisée qui allait s'amorcer sur le terrain d'entraînement. En soit, c'était une chorégraphie. Des mouvements qui se suivaient, qui s'entremêlaient. Des pas réalisés. La seule différence était que chaque coup restait réel. Notant qu'elle s'adaptait au terrain alors que ses yeux passaient d'un point à l'autre. Elle n'avait pas ses marques comme je les avais. Elle ne connaissait pas ce lieu. Elle ne connaissait pas le terrain d'entraînement tel qu'il était désormais. Ce n'était ni le terrain d'entraînement qui se trouvait au coeur de l'espace au sein du vaisseau métallique, ni celui situé sur leur campement. Un terrain différent. Des repères qu'elle était obligée de prendre rapidement sans pour autant se déconcentrer. Concentré d'autant sur elle alors qu'elle évitait ses premières attaques, se mettant hors de portée avant qu'elle n'en vienne à son tour à agir. Sa main qui agrippait mon poignet. « Chasse, traque. Tu coules des jours tranquilles ? Avec quelqu'un ? » Mais alors qu'elle tentait de me faire tomber par derrière, j'en venais à me servir rapidement de cet appui pour la faire basculer en avant. Suivant sa chute pour l'amortir autant alors que je pesai de tout mon corps sur elle. Réponse de sa part et question qui avait manqué de me déstabiliser si ce n'était pas un mouvement que Seth usait à chaque fois. Tentant de l'empêcher de bouger pour qu'elle n'en vienne à user ses bras que je bloquais contre le sol, pesant mon corps contre le sien. « Des jours tranquilles je ne sais pas, mais avec quelqu'un oui. » Image de la jolie blonde, de Chiraz qui s'affichait de mon esprit avant que je ne puisse tenter de la chasser rapidement. C'était ce genre d'erreur, ce genre de secondes qui pouvait faire perdre toute attention, qui pouvait le dessus à un adversaire émérite. Et question sur ma vie amoureuse que je n'avais certainement pas attendu sa part. Non ce n'était certainement pas une question que j'attendais. Les réflexes qui avaient plus permis d'éviter son attaque. « Elle s'appelle Chiraz. » La jolie brune qui la connaissait peut être. Ce qui n'avait pas été mon cas avant. Non, ne l'ayant jamais repéré avant. Ne l'ayant pas vu avant de ressentir cet électrochoc, avant de sortir de ce brouillard embrumé en ayant de voir l'impression de voir Lina. Pourtant si elles se ressemblaient sur le plan physique, le caractère n'était pas du tout le même. Mais Maori la connaissait peut être elle, sans doute alors qu'elle était professeur sur l'odyssée. Question que je lui retournais aussi. Si je restais curieux, elle n'était pas la seule qui pouvait tenter de perturber l'autre pour gagner ce combat amical. Après tout, si ce n'était qu'un entraînement amical, l'esprit de compétition qui restait et qui ne pouvait être anéanti. Comptant autant tester ses progrès. « Et toi ? Tu es avec quelqu'un ou tu as quelqu'un en vue ? » Homme, femme, grounder, ou non peu importait dans le fond tant que le bonheur était là, existant. C'était ce qui comptait, seulement cela.

(c) DΛNDELION
Contenu sponsorisé

Here comes the sun [Maori] Empty Re: Here comes the sun [Maori]

Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum