Aller en bas
Eris Garfagnini
DATE D'INSCRIPTION : 21/12/2017 PSEUDO/PRENOM : Thinkky / Angel MULTICOMPTES : Rowena Chakraan MESSAGES : 374 CELEBRITE : Sophie Turner COPYRIGHT : (c) Battery fox METIER/APTITUDES : mécanicienne (robotique) / construction & robotique/mécanique POINTS GAGNES : 61
Voir le profil de l'utilisateur
Admin

Walk through the fire (Hécate) Empty Walk through the fire (Hécate)

le Jeu 20 Juin 2019 - 11:54


Walk through the fire



Vas-y.

C’est une petite voix qui revient souvent ces derniers temps. C’est le démon posé sur l’épaule, se donnant des airs d’angelot. Et toi, tu l’écoutes, tu lui prêtes une attention grandissante. C’est la folie qui pointe le bout de son nez, mais tu t’en moques. T’as certainement besoin de te dire que tu peux changer, que tu n’as pas besoin d’attendre l’approbation de ceux qui t’entourent. Tu devrais peut-être, puisque tu n’es pas encore capable de te défendre seule… Néanmoins, le temps passe, les grains s’écoulent sans arrêt dans le sablier de ta vie, et tu te dis que bientôt, tu n’en auras plus. Peut-être que demain, la semaine prochaine, ta fin t’attend, Faucheuse qui se tient au détour d’une forêt, à l’orée d’une clairière, au bord d’une montagne, d’une mer, d’un désert interminable… Et t’en as marre, de juste rester là, parce que tu n’es pas assez, parce que tu n’y arriveras pas, parce qu’on te met des bâtons dans les roues, presque autant que tu t’en mets toi-même. Et si tu n’essaies pas, si tu ne veux pas te relever, tu n’en feras rien. Parfois, un peu de volonté suffit à changer, à se battre…

Alors, tu espères que ce sera le cas aussi pour cette fois-ci.

T’as prévenu le campement, quelques personnes, de ce départ. Ca doit durer quelques jours seulement, et l’itinéraire défini à l’avance en rassure certains. Comme si tu ne savais pas te débrouiller seule. Enfin, au moins, grâce aux diverses cartes et dessins que l’on te fait, tu comprends un peu les directions à prendre, celles à éviter. Dans les faits, rester sur le bon chemin, faire preuve d’anticipation et de réactivité va être complexe. Mais t’as pas besoin de le savoir, sinon, la peur reprendrait le dessus, et tu serais à nouveau tétanisée à l’idée de partir. En fait, t’es dans un état étrange, flottant entre l’envie de tout laisser tomber, de claquer la porte virtuelle devant toi, pour mieux la laisser derrière, et le fait de rester, de ne pas bouger. Bien plus confortable de rester dans sa zone de confort, non ? Bien plus facile, de ne jamais jeter un coup d’œil ailleurs. La peur paralyse. Et tu ne le veux plus.

Dernier regard, dernier sourire, et le temps se fait clair, doux rayons du soleil pour réchauffer ta chair, t’accompagner dans ce réel départ. Certes, tu seras de retour d’ici la fin de la semaine, mais y’a comme un vent de nouveauté par ici. Un changement, un pardon qui quittera bientôt tes lèvres aussi. L’empathie reviendrait, se développerait, sans aucun doute…

**

Malgré le beau temps des dernières heures, et la vue dégagée devant toi, tu commences à sentir la pression sur tes épaules. Une part de toi veut faire demi-tour, mais ne serait-ce pas s’abandonner ? Profonde inspiration, et tu passes tes doigts dans tes longs cheveux roux. Le chemin est repris, avec la fatigue qui pèse sur l’esprit et le corps. C’est ce qui te dessert, de refuser de t’arrêter pour faire une pause, de prendre en compte les signaux que ton organisme t’envoie. Et les pieds s’emmêlent, se prennent une racine qui dépasse un peu plus que les autres. Chute sur quelques mètres, légère pente que tu dévales. Adrénaline qui masque la douleur sur le coup. Pourtant, le mollet est en sang, la cheville ne va pas beaucoup mieux… Et c’est en te relevant (ou essayant), que tu comprends. Impossible de bouger, de marcher. Tu déglutis, panique qui étreint ton cœur, manque de te faire défaillir. T’as pas d’autres choix que d’attendre, de prier pour que quelqu’un passe par là, avant une bête sauvage…

Des feuilles sont écrasées, bruit léger qui te fait tourner la tête. Inquiète, la langue terrienne s’écrase sur la barrière de tes lèvres : « Qui être là ? » Comme un écho de ce que tu connais. Et si c’est un animal… Cela signifie que le moment est venu.

Hécate Pankara
DATE D'INSCRIPTION : 06/04/2017 PSEUDO/PRENOM : Aenah / Marie MESSAGES : 327 CELEBRITE : Mimi Elashiry COPYRIGHT : Blossom. (av), poésies cendrées.(sign), Gingerbread (gif) METIER/APTITUDES : Guerrière et chasseuse TRIBU : Kovarii, aujourd'hui chez les Naoris POINTS GAGNES : 17
Voir le profil de l'utilisateur

Walk through the fire (Hécate) Empty Re: Walk through the fire (Hécate)

le Lun 4 Nov 2019 - 16:48

WALK THROUGH THE FIRE
Eris & Hécate


Cela faisait un peu plus d’un mois qu’Hécate avait quitté la tribu des Naoris pour explorer le continent. Elle avait également laissé sa mère derrière elle, ses amis, tous ceux avec qui elle avait grandi. Sans un regard en arrière, elle s’était enfoncée dans les bois sans véritable objectif à part celui de fuir ce qui lui pesait. La mort de sa petite sœur, celle de Ćiro, la culpabilité, la colère, la tristesse. Elle avait atteint le point de rupture et partir était la seule solution. Elle avait mis plusieurs mois à le comprendre et à accepter de prendre le risque de s’éloigner de son confort, du cadre rassurant qu’offrait la tribu qui les avait accueillis à bras ouvert, elle et les Kovariis. Mais il était temps de grandir et Hécate en avait assez de végéter.

Ce n’était pas la première fois qu’elle parcourait ainsi le continent, mais c’était la première fois qu’elle le faisait seule. Adolescente, sa mère avait toujours pris leur voyage en main et elle disposait d’un but. Hécate pouvait donc se reposer sur elle pour manger, boire et s’orienter. Aujourd’hui, la jeune femme ne pouvait compter que sur elle-même. Ce mois passé dans la nature lui avait permis de faire des rencontres parfois surprenantes, d’autres fois plus désagréables.

Les beaux jours revenants, la chaleur traversait les feuillages de la forêt dans laquelle évoluait Hécate, faisant fuir l’humidité. La jeune femme avait hâte que l’été revienne. Elle était bien plus à l’aise avec la chaleur qu’avec le froid, héritage de son ancienne vie sur l’île. Cela faisait plusieurs jours qu’elle n’avait pas croisé âme qui vive, à part quelques lapins dont l’un d’eux avait fini dans son ventre. Son arc et son carquois en bandoulière, la jeune femme avançait d’un pas énergique tout en prêtant attention où elle mettait les pieds. Elle savait combien le sol d’une forêt, qu’elle soit composée de palmiers ou d’arbres, pouvait être traite. Ce fut d’abord un bruit sourd puis des frottements contre le sol qui l’alertèrent. Hécate se baissa entre les fourrés, réduisant sa respiration au minimum pour mieux entendre et ne pas se faire repérer. Elle n’avait aucune idée de ce qui avait pu produire un tel bruit. Elle n’avait pas croisé de trace d’animal pouvant faire un tel bruit en tombant. Vérifiant qu’elle était bien seule, Hécate s’avança prudemment pour apercevoir l’origine de ce boucan. Hécate aperçut d’abord une chevelure rousse. Fronçant les sourcils, elle se décala légèrement vers la droite afin de mieux voir à qui pouvait appartenir cette tignasse. Ses pas, pourtant léger, alertèrent l’inconnu et une voix féminine raisonna. L’accent lui apprit qu’il s’agit sans doute d’un des membres tombés du ciel. Elle les avait rencontré lors de la fête organisée entre les tribus. Ćiro était décédé pendant qu’elle y était. Hécate se maudit une nouvelle fois de penser à lui, de parvenir à faire des liens qui la ferait souffrir.

Se reconcentrant sur la jeune femme, Hécate sortit prudemment du fourré dans lequel elle s’était cachée, un poignard à la main. « Je m’appelle Hécate. », dit-elle d’une voix légèrement enrouée, dans la langue des enfants du ciel. C’est à ce moment-là qu’elle réalisa qu’elle était incapable de se souvenir quand elle avait parlé depuis la dernière fois. Hécate détailla sans se presser l’inconnu, vérifiant qu’elle n’était pas armée puis leva la tête et regarda autour d’elle. La jeune femme semblait seule, ce qui surprit Hécate. Pour les avoir observés, elle les trouvait quelque peu gauche et peu habile, pour la plupart.

La femme rousse restant à terre, Hécate comprit que c’était elle qui était tombée et qu’elle s’était sans doute fait mal. La jeune femme chercha quelques instants le terme dans sa langue. « Blessée ? », fit-elle simplement, sans sourire, faculté qu’elle avait dû mal à retrouver depuis que la tristesse l’habitait. Hécate rangea son poignard à sa ceinture et s’approcha doucement. « Besoin d’aide ? », ajouta-t-elle d’une voix monotone, comme si retrouver une fille tombée du ciel blessée était quelque chose de banal pour elle. Il faut croire qu’elle avait également enfoui profondément la jeune femme douce et empathique qu’elle était.
(c) DΛNDELION
Eris Garfagnini
DATE D'INSCRIPTION : 21/12/2017 PSEUDO/PRENOM : Thinkky / Angel MULTICOMPTES : Rowena Chakraan MESSAGES : 374 CELEBRITE : Sophie Turner COPYRIGHT : (c) Battery fox METIER/APTITUDES : mécanicienne (robotique) / construction & robotique/mécanique POINTS GAGNES : 61
Voir le profil de l'utilisateur
Admin

Walk through the fire (Hécate) Empty Re: Walk through the fire (Hécate)

le Mer 20 Nov 2019 - 19:03


Walk through the fire



Tu te redresses, difficilement, sur tes coudes, tes pupilles s’attardant sur les alentours. T’es loin du campement, et pas tant en même temps, mais ta voix ne portera pas jusque-là. Tu pestes, te demandes pourquoi tu veux absolument sortir seule, sans jamais recevoir d’aides. Certes, Wyatt t’avait expliquée les bases de la survie par le passé, mais là… T’es juste suffisamment douée pour te prendre une racine et dévaler une pente sur plusieurs mètres. Dents serrées, tu écoutes les environs, laisses la langue terrienne claquer sur ton palais. T’espères juste que c’est bien un être humain que tu entends arriver, et pas une bête féroce. Jonas t’avait raconté la fois où il avait été attaqué, et tu as peur que ça t’arrive aussi, même si tu comptes contrôler autant que possible ta panique.

Et en fait, tu te demandes si les animaux ne sont pas mieux, quand tu vois une jeune femme, dans tes âges, sortir soudainement d’un fourré, une arme à la main. Le sourire timide sur tes lèvres a disparu bien rapidement, et tu recules tant bien que mal face à la menace. La douleur n’est pas encore insurmontable, tu peux te déplacer tant que tu ne prends pas trop appui dessus. « Je… Pourquoi vous avez ça ? » L’anglais reprend ses droits sur la nouvelle langue apprise. Avec la peur, ton cerveau refuse de fonctionner correctement, et aucune autre langue ne sera acceptée. « Eris. Je m’appelle Eris. » Pause. « Je suis… Tombée. Pas un danger. » La frayeur dans tes pupilles doit bien te servir pour le coup. T’as rien de dangereux, et vu le sang autour de ton mollet, ça doit particulièrement se voir. D’ailleurs, elle finit par le remarquer, par t’approcher après avoir rangé son arme. Néanmoins, tu manques de confiance. L’autre pourrait très bien la sortir pour te planter par la suite.

Tes doigts glissent sur la chair blessée, cherchent les os brisés, les ouvertures. Etonnamment, y’avait surtout beaucoup de sang, et plus de peur que de mal. Tu hoches doucement la tête quand elle te demande si tu es blessée, et tu ne peux t’empêcher d’être factuelle, obvious. « Oui, y’a beaucoup de sang… » Tes pupilles se reposent doucement sur ta jambe. Tu dois aussi avoir une tête épouvantable, pleine de feuilles et de terre. Enfin, tu n’es plus à ça près depuis le temps.

Tu te frottes doucement les joues, pour te réveiller, pour te maintenir éveillée. « Vous… Vous connaissez un guérisseur ? » T’essaies de parler, dans un mélange d’anglais et de terrien. Certainement qu’elle se moquera de toi, mais ça ne te dérange pas. Pour l’instant, t’essaies juste de savoir comment tu vas bien pouvoir rentrer chez toi…

Contenu sponsorisé

Walk through the fire (Hécate) Empty Re: Walk through the fire (Hécate)

Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum