Aller en bas
Demyan Draghsteel
DATE D'INSCRIPTION : 05/03/2018 PSEUDO/PRENOM : Authenticity MULTICOMPTES : Alaska MESSAGES : 495 CELEBRITE : Michiel Huisman COPYRIGHT : @money honey. METIER/APTITUDES : Prince | Diplomate & Stratège TRIBU : Rahjak POINTS GAGNES : 58
Voir le profil de l'utilisateur

Money made me (Astrid) Empty Money made me (Astrid)

le Lun 10 Juin - 22:11
Money made me
Astrid

 
Many people take no care of their money till they come nearly to the end of it, and others do just the same with their time.
Johann Wolfgang von Goethe

Par la fenêtre, tu la devines dans les jardins. Ta petite soeur doit tellement se sentir à l'étroit, enfermée entre ces quatre murs. Mais elle est trop jeune, et tu es d'accord avec tous ceux qui pensent qu'elle doit être protégée. Peut-être que, parfois, tu exagères un peu avec elle. Mais c'est pour son bien, n'est-ce pas ? C'est ce qu'il y a de mieux à faire pour elle. Et puis, elle n'est pas si seule. elle a toi, ton frère, ta cousine. Ton mère, aussi. Bien que ces trois personnes ne soient pas forcément une très bonne influence pour elle. Elle est si influençable, parce qu'elle ne connaît pas la réalité des choses. Elle est tellement bonne, parce qu'elle pense que tout le monde peut être sauvé. tu t'es fais un devoir de la protéger, mais tu as peur que cela entraves son bonheur. Et une petite idée t'es venue, quand tu as pensé que tu pouvais peut-être lui apporter de la compagnie. Elle, avec un animal. Ses jours ne pourront en être que meilleurs.

Un simple coup d'oeil au miroir. Le tintement de quelques pièces qui s'échappent de tes doigts. Tu comptes, et recomptes. Rien de beaucoup plus intéressant à faire. Ton sourire se fait satisfait quand tu jauges ta silhouette. Quelques coups sont frappés à la porte, et tu caches à peine ton excitation à l'idée d'enfin voir ce que tu as commandé.

« Entrez. » Trop solennel. Pas trop ton genre, ça, en fait. A peine tu jettes un coup d'oeil derrière toi. Tu sais ce que tu attends, pas besoin de t'assurer qu'on ne va te planter un couteau dans le dos. Quoique une vipère rousse... Elle n'a pas besoin de couteau pour te poignarder, ses crocs suffiraient probablement à assommer un homme adulte.

Pas plus de bonjour qu'un signe de tête, tes yeux se rivent tout de suite sur la caisse qu'elle porte. Petite, mais c'est ce que tu voulais. La silhouette de la rousse t'es familière, plus que tu ne le voudrais. Tu grimaces quand la porte se referme sur vous. Enfermés, entre quatre murs, prêts à débattre à coup de rondelles en ferraille. « Vous n'avez pas trop peiné à me trouver, j'imagines ? », dis-tu avec une pointe d'ironie à peine cachée. La jeune femme porte une petite caisse en bois, qui t'intéresses immédiatement.

Tu observes la marchandise sans vraiment lui prêter attention. Tu laisses égarer tes oreilles, ne l'entendant pas forcément. Ton esprit vagabonde déjà à des années lumière de là. Tu essaies d'imaginer la réaction de la petite princesse quand elle recevra enfin son cadeau. Enfin, elle ne le sait pas, n'est-ce pas ? Personne d'autre que toi ne devait être au courant. Tu n'as même prévenu aucun domestique de ta sœur, ni même l'un des tiens. Tu as songé, probablement avec raison, que la mercenaire n'aurait aucun mal à venir jusqu'à toi avec un colis aussi spécial. De toute façon, personne ne doit songer à lui chercher des noises ici. Le petit fennec est silencieux, dans la boite, et tu espères un instant que la demande a été bien comprie. vivant, hein ? Tu ne voudrais pas devoir attendre encore des jours pour obtenir ce que tu veux à cause d'un quiproquo. « Il semble assez petit. Pas bruyant. A-t-il été bien traité ? Il vient de loin ? » Tes questions s’enchaînent, sans lui jeter un regard. Elle va probablement te trouver pressé, ou trop exigent. Mais après tout, le prince ne peut-il pas exiger ? Bien sûr que si. Et son sourire lui permet d'obtenir tout ce qu'il veut. « La caisse n'a pas l'air en très bon état. », dis-tu avec un air refroidi. Tu sais pertinemment qu'elle est capable de te faire ravaler la caisse et son contenu si elle se sent ne serait-ce qu'un petit peu froissée, mais tu ne peux t'empêcher de partager tes commentaires.

Laissant encore un peu couler ton regard sur la boite, tu restes songeur avant de demander, le plus sérieusement du monde : « combien ? ». Un service tel que celui-ci doit couter bien plus que ce que pourrait se payer la moitié de la population, mais tu n'as pas envie de lésiner sur le geste et tu veux pouvoir t'assurer que ce que tu donneras est tout à fait en accord avec ce qu'elle espérait. Quitte à sauter dans le nid aux serpents, et tout le monde sait ô combien tu réprouves les actions des mercenaires, tu préfères le faire avec une certaine intelligence.

(c) DΛNDELION
Astrid Helgusson
DATE D'INSCRIPTION : 28/07/2015 PSEUDO/PRENOM : avengedinchains MULTICOMPTES : Milo, Meeka, Elias & Richard MESSAGES : 1573 CELEBRITE : Rose Leslie COPYRIGHT : ava by jenesaispas METIER/APTITUDES : Mercenaire et voleuse TRIBU : Rahjak. Sa famille est Iskaar mais elle ne le sait pas encore. POINTS GAGNES : 125
Voir le profil de l'utilisateur
Admin

Money made me (Astrid) Empty Re: Money made me (Astrid)

le Dim 7 Juil - 19:26
Il n’a jamais été question que d’un peu d’or, dans la vie d’Astrid. Tout était dirigé par la quantité que telle ou telle action pourrait lui offrir. Bien sûr que ce n’est pas toujours du goût de tout le monde. Bien sûr qu’elle est apparue comme un être abjecte pour certains. Mais qu’est-ce que ça change ? Que nos actions soient dirigées par la volonté ou par une récompense, ça n’impacte pas tant le comportement de quelqu’un, non ? Oh, bien sûr que son caractère s’est développé avec tout ça. Peut-être même que c’est ce que ça a entraîné. Le fait qu’elle soit mercenaire l’a fait grandir et a amené à développer ses traits peu humains. D’une certaine manière, puisqu’elle reste humaine, n’est-ce pas ? Mais c’est une autre histoire et il n’est donc pas nécessaire de chercher plus loin. D’une certaine manière, du moins, mais les choses sont bien moins faciles et possibles qu’on ne pourrait bien l’admettre. Et c’est parfois plus simple comme ça. Parfois seulement. En fait, la Rahjak essaie juste continuellement de s’en convaincre, parce qu’il est plus facile de croire que c’est pareil pour tout le monde. Plus facile de prétendre qu’elle n’est pas différente. pourtant, elle l’est, n’est-ce pas ? Elle ne peut pas agir comme elle le voudrait parce qu’il n’a jamais été question de ça. Et c’est presque plus facile comme ça. Presque seulement. Elle sait qu’elle n’agit pas de la bonne manière, que bien souvent, elle ne paraît pas éprouver de sentiment. Mais… Elle ne les maîtrise juste pas. A force de tout taire et de prétendre que rien ne se passe, la rousse ne peut cacher le fait qu’elle ne sait juste pas comment il faut se comporter pour que les choses se passent bien.

Mais elle ne veut pas une seule seconde chercher plus loin ou même y réfléchir une seule seconde. C’est presque plus facile comme ça, et encore, ça ne l’est pas tant que ça non plus. C’est une affaire compliquée. Se retrouver dans le palais lui amène un goût amer en bouche. Elle n’aime pas se trouver ici, elle déteste devoir jouer un rôle. Parce que c’est un peu de ça qu’il s’agit, non ? Mais une mission est une mission, peu importe celui qui peut bien la lui donner. Parce que c’est de ça qu’il est question ici et il n’est pas nécessaire de chercher plus loin. Que ce soit facile ou non.

Ici en mission, Astrid trimballe un animal. Elle n’aime pas beaucoup ça et n’en a pas pour habitude. A une minute près, le fennec n’aurait pas survécu, elle avait oublié de faire des trous et il aurait suffoqué. Bon, dans l’ensemble, ça aurait pu être drôle mais là n’est pas non plus l’idée. Il faut juste qu’il arrive vivant, pour la suite, ça ne la concerne même plus. Même si ce serait dommage. il est plutôt mignon, pour ce qu’elle en sait.

On l’invite à entrer, et elle se surprend à penser que le ton de la voix est presque trop sérieux par rapport à ses habitudes avec l’homme. Il ne l’a pas habitué à un tel comportement jusqu’à présent mais c’est assez marrant, malgré tout. Elle ne se fait pourtant pas prier, observant une dernière fois autour d’elle pour voir s’il n’y a pas quelqu’un dans les environs. Elle n’a pas de problème avec l’idée de vendre des trucs au palais. Mais de manière générale, elle aime s’en éloigner, au moins un peu. Alors, elle n’hésite jamais à le faire. Est-ce qu’elle a eu du mal à le trouver ? Cela lui arrache un sourire. Comment peut-on avoir du mal à trouver un prince ? Quasiment tout le palais sait où le trouver. Alors ils sont à chaque fois apte à leurs dire où il faut se rendre. " Vous imaginez bien. Tout le monde ici sait où vous trouver. Ca doit toujours être le cas. ". Une situation qu’elle ne supporterait pas. impossible de se cacher et de rester seule, impossible d’avoir un peu d’intimité puisqu’à tout moment, quelqu’un peut venir frapper à la porte. Cette idée lui ferait presque grincer des dents.

La rousse pose la caisse sur la table la plus proche et déjà, elle ne s’en soucie pas. Le bruit qui s’en échappe et faible et il y a quelques couinements. L’animal en a marre d’être enfermé mais déjà, ce n’est plus son problème. Il lui pose quelques questions, au sujet de l’animal, dans le but de savoir s’il va bien et s’il n’a pas été mal traité. Faire ça, ça aurait baissé le prix, elle n’est pas stupide et elle fait bien son travail. Toujours. Sauf s’il s’agit d’un esclave qui ne se laisse pas faire et alors, des fois, elle se permet d’un peu l’abîmer. " Il vient du désert, d’un petit coin là-bas. Il est sauvage et peut mordre mais sinon, il va bien. ". Il l’a mordu, une fois ou deux, et elle a failli le tuer mais elle n’en a rien fait parce que c’est le seul qu’elle a pu croiser dans un périmètre assez soutenu. Elle se met à rire à l’idée que la caisse paraisse abîmer. " Vous préférez que la caisse soit abîmée ou son contenu ? ". Elle n’allait quand même pas fabriquer une caisse juste pour trimballer cet animal hein. Hors de question, elle a mieux à faire de son temps.

Il ne faut jamais demander son prix à un mercenaire après la livraison. un fin sourire se glisse sur les traits de la rousse. Bien sûr, on n’arnaque pas un membre de la famille royale sous risque de se faire tuer pour une raison ridicule mais… Elle pourrait demander ce qu’elle veut et paraître partir juste parce que le montant lui plaît pas. Elle ne saurait le dire mais dans l’idée, c’est une histoire un peu plus ridicule, si on peut le dire ainsi. En tout cas, il lui est impossible de trouver la bonne réponse à cette question parce qu’il n’y en a pas vraiment. " N’avions-nous pas déjà convenu d’un prix ? ". Elle ne part jamais en mission sans connaître le montant d’or à obtenir en échange, surtout quand ça peut s’avérer un peu compliqué. Et là pour le coup, elle n’y est pas arrivé en deux secondes. Donc… Ouais, elle ne serait jamais partie sans savoir. Même si elle sait que le prince aurait payé. C’est mieux, oui. " Parce que si je décide du montant maintenant, je prendrais tout le palais. ". Elle se met à rire et dans le fond.. Peut-être qu’elle le pense un peu. Après tout, elle est disposée à demander tout ce qu’elle veut, vu sa réponse.
Demyan Draghsteel
DATE D'INSCRIPTION : 05/03/2018 PSEUDO/PRENOM : Authenticity MULTICOMPTES : Alaska MESSAGES : 495 CELEBRITE : Michiel Huisman COPYRIGHT : @money honey. METIER/APTITUDES : Prince | Diplomate & Stratège TRIBU : Rahjak POINTS GAGNES : 58
Voir le profil de l'utilisateur

Money made me (Astrid) Empty Re: Money made me (Astrid)

le Dim 15 Sep - 10:40
Money made me
Astrid

 
Many people take no care of their money till they come nearly to the end of it, and others do just the same with their time.
Johann Wolfgang von Goethe

A l'instant où elle passe le pas de la porte, tu réprimes ta volonté à lever les yeux au ciel. Tellement... elle. Mais probablement la préférée de tous ces arracheurs de dents. Au moins, elle ne se tord pas en courbettes inutiles parce que tu es le Prince. Elle est presque drôle, parfois. Elle joue ton jeu. Bien que tu préfères t'assurer qu'elle n'en vienne jamais à te manipuler. Le mot « argent » serait presque gravé dans sa chair, tellement elle tient à faire monnayer chacun de ses pas. Tu es presque sûr que tu as bien fais de laisser traîner quelques pièces supplémentaires, elle serait parfaitement capable de te faire en plus payer le déplacement que ça lui a coûté de venir jusqu'à toi.

« Vous imaginez bien. Tout le monde ici sait où vous trouver. Ça doit toujours être le cas. » Tu grimaces. Pourquoi faut-il toujours qu'elle ai réponse à tout ? Exaspérante. Même si elle pourrait te faire rire, tu ne peux t'empêcher de penser qu'elle n'a accepté cet échange de bons sentiments que pour t'emmerder. Et elle n'aurait probablement pas tord. Elle sait à quel point tu déteste verser de l'argent à elle et... toute sa troupe de joyeux lutins. Souvent, tu fermes les yeux sur leurs agissements. Tu sais que le peuple n'est pas prêt à changer ses coutumes et ses manières, mais ce n'est pas pour autant que tu comptes financer la barbarie. « A mon grand désespoir, parfois. »  Ton visage se tord sous la grimace, laissant apparaître quelques rides. Tu n'es pas si vieux, n'est-ce pas ? Mais tu sembles porter sur tes épaules un fardeau qui te fait prendre plus de jours qu'il n'en passe. Tu te sens faible, parfois. Certaines choses sont lourdes à porter. Les erreurs des autres, notamment. C'est difficile pour toi de t'immiscer dans des affaires aussi importantes que les devoirs de ton frère et de ton père. Seulement, elles nécessitent parfois bien plus que ta présence. Peut-être qu'au fil des années, tu as l'impression que les fils de ces marionnettes te glissent entre les doigts. Quelqu'un, quelque part, tente de tisser un fil entre toi et les autres. Quelqu'un d'autre veut manipuler, et tu espères ne jamais arriver trop tard.

Ton attention se porte immédiatement sur la boite qu'elle dépose sur la table la plus proche. Enfin ! Tasha va être tellement ravie. Tu n'osais pas espérer lui faire plus beau cadeau que celui-ci. « Il semble assez petit. Pas bruyant. A-t-il été bien traité ? Il vient de loin ? »« Il vient du désert, d’un petit coin là-bas. Il est sauvage et peut mordre mais sinon, il va bien. » Mordre ? Ahem. Bon, très bien. Tu devras t'en contenter. De toute façon, que pouvais-tu espérer de plus d'une bête sauvage ? Tasha saurait parfaitement l’apprivoiser. Peut-être devra tu attendre un peu avant de lui offrir, le laisser s'habituer quelques temps au palais. Oui, très bien, ce sera la meilleure solution. Tu trouveras probablement un domestique pour lui apprendre les bonnes conduites pendant quelques jours. Tu ne veux prendre aucun risque. Aucun pour la petite princesse. Après tout, cette petite bestiole est censée devenir son animal de compagnie. Et ce n'est pas rien.

« Compagnon de la princesse royale »

Quel titre !

Ahem. Tu sors de tes pensées, et reporte ton attention sur la rousse. Merde, c'est vrai, elle est toujours là. Tu t'éclaircis la gorge, et tu signales que la caisse semble légèrement abîmée. « Vous préférez que la caisse soit abîmée ou son contenu ? » Certes. Tu réprimes une nouvelle grimace et hoche la tête sans répondre. Que dire ? Tu ne sais pas si maintenant qu'elle t'a signalé que la bête pouvait ne pas apprécier être enfermée dans une cage tu as vraiment envie de l'ouvrir. Pas seul. Et pas avec elle non plus. Elle serait capable de partir en courant une fois la bourse remplie et te laisser te faire dévorer. Tu parierais à cent pour cent sur cette éventualité.

Tu demandes son prix, quelque peu songeur. « N’avions-nous pas déjà convenu d’un prix ? » Si, si, évidemment. Tu n'as pas passé la matinée à compter les pièces pour rien, après tout. Tu aurais pu demander à quelqu'un de le faire, mais tu tenais tellement à ce cadeau que tu as préféré t'en charger toi-même. Et tu n'aurais pas voulu prendre le risque qu'une telle somme se prive de quelques pièces, parce qu'elle t'aurait tailladé en pièces pour l'avoir trahie. « Parce que si je décide du montant maintenant, je prendrais tout le palais. » « Il vous a tant donné à retordre que ça ? », lances-tu sarcastique. Pauvre demoiselle en détresse, martyrisée par une petite bête sauvage.

« Un palais, ce serait cher payé. Bien que je vous laisserais volontiers celui-ci s'il était mien, je trouve qu'on y étouffe quelque peu. » Tu jettes un coup d’œil à la fenêtre. Bien que ce soit lumineux et bien entretenu, la chaleur du désert vous agresse même entre les murs. Tu es un enfant du feu, mais tu te demandes à quoi ressemble la vie de tous ces peuples qui ont choisi la forêt. Sont-ils plus heureux à l'abri des grands chênes ? Tu ne sais même pas si un seul d'entre-eux survivrait ici. Les arbres ne sont pas vraiment faits pour le désert. Enfin... Tu présentes d'un geste las la somme dont vous aviez convenu. « Je vous laisse recompter. Si cela vous convient. » Tu sais pertinemment qu'elle ne plaisante pas avec ça. Ironiquement, tu demandes : « Ou souhaitez-vous un supplément pour la dureté de la tâche accomplie ? » Tu fais le malin, mais peut-être qu'elle n'a pas tord. Peut-être que la bête ne se prive pas pour montrer son mécontentement et que'elle ne sera jamais assez docile pour servir la princesse.

« J'aimerais voir de quoi il en retourne. », dis-tu en désignant la boite d'un geste vague de la main. Peut-être que c'est pile le moment où tu devrais arrêter de faire le malin, Demyan. Mauvaise idée, probablement. Tu fais un signe de tête à l'un des gardes posté dans un coin de la pièce, qui s’approche de la boite. C'est horrible, comme pensée, mais tu te surprends à être soulagé de te dire qu'il sera le premier mordu s'il arrive quoi que ce soit. « Voulez-vous bien l'ouvrir, je vous prie ? » dis-tu en direction de la rousse, appuyant fortement son regard.  
(c) DΛNDELION
Astrid Helgusson
DATE D'INSCRIPTION : 28/07/2015 PSEUDO/PRENOM : avengedinchains MULTICOMPTES : Milo, Meeka, Elias & Richard MESSAGES : 1573 CELEBRITE : Rose Leslie COPYRIGHT : ava by jenesaispas METIER/APTITUDES : Mercenaire et voleuse TRIBU : Rahjak. Sa famille est Iskaar mais elle ne le sait pas encore. POINTS GAGNES : 125
Voir le profil de l'utilisateur
Admin

Money made me (Astrid) Empty Re: Money made me (Astrid)

le Sam 5 Oct - 16:06

Money made me
★ Astrid & Demyan


Se rapprocher de la famille royale n’est pas une idée qui la traverse vraiment, ou même qui l’intéresse. Astrid part simplement du principe que l’existence elle-même se suffit et on n’a pas besoin de faire le malin ou de se faire bien voir. C’est parfois mieux, plus facile, plus supportable. C’est plus avantageux, d’être dans les petits papiers royaux. Mais qu’est-ce que ça change ? Qu’est-ce que ça avance ? Rien à n’en pas douter. Avec le peuple du désert, on réalise facilement que certains iraient jusqu’à vendre leurs parents pour être bien vus. La différence ? Astrid n’a pas de famille. Et malgré son appât du gain, l’or n’a pas assez de puissance pour faire en sorte que sa bouche se ferme. Elle parle vite, parfois trop vite et son impulsivité lui a déjà causé certains coups. Elle aime se battre, de temps à autre. Il ne faudrait pas non plus trop en abuser mais le truc c’est que la mercenaire ne se laisse pas avoir sur ses propres capacités. Elle sait se battre, elle sait manipuler les gens mais en parallèle à cela, elle sait qu’à côté de certains physiques, elle ne peut pas faire plus que ce qu’elle fait déjà. Elle manipule, joue, use mais lorsqu’il faut lâcher l’affaire elle sait quand il faut le faire.

Bien sûr qu’il doit être agaçant de toujours être repéré, suivi. De toujours être observé du accompagné, quoi qu’on puisse faire. Elle ne le supporterait pas. Elle n’apprécie déjà pas que Saoirse puisse la suivre comme ça de temps en temps. C’est peut-être pour cette raison qu’elle lui laisse autant de liberté. Elle sait que dans une certaine mesure, elle peut lui faire confiance. Mais pour le reste, c’est vrai, elle préfère faire un minimum attention. Il ne faudrait pas donner une image de faiblesse aux autres. Disons juste que son esclave sait un minimum qu’il est préférable de ne pas prendre de risque. Libre à elle de faire une erreur mais il est évident qu’elle ne pourra pas en faire deux.

La boîte sur la table et Demyan s’en approche pour en analyser le contenu. Stupide bestiole. S’occuper d’une personne, c’est bien assez compliqué comme ça pour qu’elle ne s’impose pas quelque chose comme ça en plus. Mais ils sont heureux, ces gens plein d’or. Et elle, elle se remplit les poches. Le reste ne l’intéresse absolument pas. Qu’ils en fassent ce qu’ils veulent. Si ça se trouve, ils ont agi ainsi dans le seul but de le manger. Et dans ce cas...  C’est presque dommage, l’animal est assez mignon. Non qu’elle ait pour envie d’en avoir un, elle aussi. Mais c’est l’idée. " Je l’ai trouvé dans le désert, de nuit ". Heureusement qu’elle a eu l’occasion de prendre conscience de ça. Si elle n’avait pas pris le temps de se renseigner, peut-être qu’elle aurait cherché plus longtemps. En même temps, elle est une mercenaire, elle n’est pas gardienne de zoo et ne s’occupe pas d’animaux en général. C’est un sujet qui ne l’intéresse même pas de près. " Même si vous lui apprenez à obéir, n’oubliez pas qu’il restera toujours un peu sauvage. ". Non qu’elle s’en soucie, mais disons plutôt qu’elle se méfie plutôt des conséquences. Si l’animal blesse la princesse, n’en viendrait-on pas à le lui reprocher, à lui ? Autant s’en méfier avant de courir le risque.

Son ton sarcastique, elle a envie de le lui faire avaler. Non que l’animal lui ait donné du fil à retordre. Disons plutôt qu’elle ne va pas donner une faible somme si on lui demande de trancher. Mais c’est la logique, l’évidence de l’appât du gain. Mais bien sûr, c’est une affaire qu’il ne comprend pas puisque c’est une logique plus compliqué pour quelqu’un qui n’a jamais eu besoin de rien. Le pire dans tout ça, c’est qu’elle n’en a sans doute pas besoin elle-même. Mine de rien, Astrid cumule les pièces et elle ne s’en sert qu’à de bien petites situations. " Pas du tout, mais si je choisis le montant, il sera forcément plus élevé que celui que vous imaginiez. ". Et c’est juste du bon sens. C’est peut-être un peu trop compliqué pour lui, allez savoir. Mais pour ce qu’il en est du palais, ça ne l’intéresse même pas vraiment. Il se trouve dans le désert, et dans le fond, elle aimerait le quitter un jour. Trouver un petit coin tranquille, quelque part. Disparaître. Et de toute manière, le jour-là, elle n’aura guère d’autre choix, il lui faudra disparaître. Se reconstruire et ne plus revenir sur l’île. Trois mois et c’est la trahison, l’abandon et la recherche. Elle serait poursuivie. Elle connaît les rouages, parviendra à rester cachée quelques temps. Mais elle imagine qu’on finira par la retrouver, quoi qu’elle en dise. Et cela l’inquiète lourdement. Elle croise les doigts mais malheureusement, il lui faudra attendre de voir.

Il lui tend la somme, celle qui était convenue au départ. Pas besoin de chercher plus loin. Pas besoin de tenter des vannes ou de plaisanter pour obtenir un peu plus. A quoi bon ? De toute manière, Astrid respecte toujours ses contrats. Elle ne cherche jamais à empirer la situation. Et dans ce château, la seule chose qui ait de l’importance c’est partir au plus vite. Respecter les délais et les choses à faire et ne pas chercher plus loin. Elle manipule tant d’or qu’elle n’a même pas besoin de compter. Elle regarde le dessus et soupèse le sachet. Ca paraît bien. De toute manière, mettre en doute les membres de la famille royale, ce n’est pas plus conseillé que le reste. Autant faire attention. " Ca ira. "

Alors dans sa tête le contrat est bien rempli et il n’y a pas besoin d’aller plus loin. Dans sa tête, elle n’a pas besoin de pousser le bouchon et il lui faut rentrer chez elle. Sauf qu’elle n’a pas cette chance, elle n’a pas cette disposition. Et c’est bien dommage. Il reste là, à lui demander d’ouvrir la boîte alors que son garde s’est rapproché. Pourquoi ne pas demander à l’homme d’ouvrir la boîte ? Pourquoi ne pas demander à son garde qui est disposé à le protéger ? Parce qu’elle n’est qu’une mercenaire, parce qu’elle ne compte pas, parce qu’elle est sans importance. Et si quelque chose lui arrive, ça n’a pas d’importance réelle. Elle le comprend et le conçoit. Elle serait presque tentée d’attraper l’animal et de lui jeter au visage mais ce n’est guère possible. Elle aimerait être vivante, encore demain. La mort n’est pas une évidence pour elle, et cela ne lui colle pas vraiment à la peau, là maintenant. Bref. Elle sourit poliment, alors que ses yeux lancent des éclairs. Elle aimerait être ailleurs. " Je comprends, vous n’y arriveriez pas vous-même. ". La remarque est déplacée, le regard du garde le lui fait comprendre mais elle s’en moque. Il serait peut-être temps qu’ils se sortent les doigts et qu’ils prennent conscience qu’ils sont comme les autres. Dans un sens du moins. Mais c’est plus compliqué. Tant que ce n’est pas elle qui décidera du moment où elle pourra disposer, elle sera coincée dans cette pièce. Et on ne peut pas dire que c’est l’endroit où elle se sent le plus à l’aise. Au contraire.
Contenu sponsorisé

Money made me (Astrid) Empty Re: Money made me (Astrid)

Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum