Aller en bas
— SMOKE MADE OF TEARS —
Irina Draghsteel
DATE D'INSCRIPTION : 03/01/2018 PSEUDO/PRENOM : ELOW ; MULTICOMPTES : GENIUS DEVOS & BABY JONAS ; MESSAGES : 384 CELEBRITE : BHUMI PEDNEKAR ; COPYRIGHT : ELOW ; METIER/APTITUDES : PRINCESSE A TEMPS PLEIN, ENSORCELEUSE EXPERTE, CONSPIRATRICE ET RÊVEUSE DE TRÔNE CAMOUFLÉE ; TRIBU : RAHJAK ; POINTS GAGNES : 106
Voir le profil de l'utilisateur

 “a sweet memory” (eirik) Empty “a sweet memory” (eirik)

le Ven 17 Mai - 21:28

— a sweet memory
MAI 2095

Six ans de regard brisé sur ce monde. Six ans d’existence, filouté par une mémoire trop nouvelle. Une jeunesse déjà inexistante pour un esprit fragilisé par la peur. Oui, Irina à peur. Constamment. Elle a l’impression que son oncle l’observe grandir. Que le roi ricane derrière sa couronne, fier d’être celui sur le trône, fier d’avoir détruit le seul père que l’enfant n’a jamais eu. C’est comme un premier souvenir de ce monde, deux frères qui s’entretue pour un objet. De l’or et des pierres sur une tête. Pourquoi tuer pour diriger ? La logique lui échappe. De toute manière, elle n’est pas importante, elle le sait. Contrairement à eux. Isaak. Prince hérité surprotégé, couvert de présent à la moindre occasion. Lui et son frère, des chouchous. Des enfants adorés, aimés. Ils sont une famille. Parfaite ensemble, parfaite pour l’avenir qui leur est réservé. Des héritiers, des combattants, des princes.

Et elle ? Une princesse, oui, mais délaissé. A côté, Irina fait tâche. Un vulgaire caprice, inoffensive. Il n'y a pas de danger à laisser une fille vivre, après-tout. Pas de risque qu'elle plante une lame dans le coeur de pierre du roi. Non, aucune...

Sous la tutelle d’une gouvernante qui ne laisse que trop de peu de place à la curiosité. Non, Irina. Ne fait pas ça, ne fait pas ci. Des limites qui frustrent la jeune fille, qui n’annonce que plus de questions. Les pourquois, elle ne peut que les prononcer en espérant avoir un jour une réponse. Un semblant de chemin qui se trace devant.

Six ans, et déjà cette impression que la cage est réelle. Que la clémence du roi n’est en réalité qu’une punition.

Irina aimerait avoir plus de liberté, sortir du palais, apprendre des tas de choses ! Comme lire les étoiles et jouer avec les autres enfants ! Se battre aussi, parce qu’elle est fascinée par la violence qui règne dans l’arène. Quand elle suit le reste de la famille royale pour aller observer les gladiateurs, elle a les yeux qui brillent.

« Wouah ! » Une tape à l’épaule lui indique de se calmer et, bien élevée, la petite Irina ferme la bouche et reprend son calme. Sa gouvernante est juste derrière elle, debout devant l’arène quasi-vide. La journée démarre à peine, le soleil n’a pas encore atteint son pic. Elle guide ensuite l’enfant vers les gladiateurs, dont la plupart s’entraînent. Face à la princesse, certains s’écartent, la salue poliment. Royale malgré son âge ridicule. Peu importe, Irina ne cherche qu’un seul homme en particulier. Qu’un combattant qui a charmé son cœur de gamine.

Face à Eirik, elle freine la cadence. Deux gardes se posent pour garder une distance correcte entre le sang noble et le reste. Le reste des gladiateurs est vite renvoyé.

Il n’y a rien entre la princesse et Eirik à part de la distance.

« C’est vous ! » Son enthousiasme trahit son admiration. Cette fois, pourtant, pas de gouvernante pour l’arrêter. Celle-ci se contente de se pencher à son oreille et de murmurer un simple ‘joyeux anniversaire princesse’.

Oh, c’est vrai. C’est aujourd’hui.

@Eirik Thorvald
Eirik Thorvald
DATE D'INSCRIPTION : 15/06/2015 MULTICOMPTES : Gen Deng, Leary Wrath, Skylar Rees, Cyd Raye MESSAGES : 401 CELEBRITE : Colin Farrell COPYRIGHT : praimfaya METIER/APTITUDES : ancien esclave, participe à la rébellion Rahjak TRIBU : Rahjak POINTS GAGNES : 40
Voir le profil de l'utilisateur

 “a sweet memory” (eirik) Empty Re: “a sweet memory” (eirik)

le Mar 4 Juin - 14:37
Il n’a que vingt-deux ans, mais il en paraissait tellement plus. Les cheveux coupés le plus court possible, le regard foncé hanté déjà par les démons. Enfant de la mine qui se retrouvait ici. Enfant de la mine devenu gladiateur qui ignorait tout de son avenir, de sa prochaine chute, de son retour dans la mine. Il était musclé, forcé à l’être pour survivre. Il était dans l’arène des gladiateurs et quand le roi le demandait, il tuait ses adversaires sans jamais froncer les sourcils. Il avait une allure de démon, la peau foncée, usé par le soleil. Il était agile, rapide et vicieux. Le démon, on le nommait ainsi. Sans ami, sans famille, sans rien et il survivait avec arrogance. Ici, on le nourrissait bien mieux que dans les mines. Ici, il avait souvent deux repas par jour et bien équilibrés. Il profitait de chaque bouchée comme de la dernière car à chaque combat, cela pourrait être le dernier. Aujourd’hui était un jour spécial, les maîtres étaient nerveux, ils attendaient quelque chose. On le fit approcher plus que de coutume et Eirik baissa la tête. Démon domestiqué qui devait obéir s’il voulait vivre. On lui dit d’être sage aujourd’hui et d’être un bon chien de garde, d’être beau, mais de ne pas faire trop peur, quelqu’un allait venir. Le gladiateur se demanda bien qui, mais se tut.

Il reprit l’entraînement avec son adversaire préféré. Ils ne s’étaient pas encore affrontés, mais cela viendrait un jour et probablement une mise à mort épique serait demandée. Ils étaient les deux jeunes favoris du moment, les stars. Eirik tentait de ne pas trop s’attacher, mais difficile dans ce monde d’hyène. Difficile de laisser son cœur de côté quand on avait la jeune vingtaine. Le soleil était encore bas, mais c’était le meilleur moment pour se battre. Il eut une onde d’énergie et Eirik bloqua un coup, voyant des gladiateurs au loin s’arrêter, s’écarter. C’était probablement la personne attendue. Il repoussa sans pitié son adversaire d’un coup de pied. « Tss, tu vas me le payer. » Mais pas le temps de répliquer pour l’autre, que des gardes surgirent et que les deux hommes se séparèrent. Une gamine haute comme trois pommes leur faisait face, mais pas n’importe qui, la princesse Irina. Eirik cherchait du regard quelqu’un de plus digne que la princesse, mais il n’y avait qu’elle et semblait-il, une gouvernante. Son adversaire se retira, ainsi que le reste des gladiateurs, ne laissant qu’une arène vide. Eirik ne sut pas quoi dire face à la voix fluette, il restait bouche-bée.

Bouche-bée devant une princesse qui était enthousiasme de le voir, voire admirative ? Personne ne l’avait jamais admiré. Ils devaient se tromper. « Oui c’est moi, Princesse, Eirik Thorvald pour vous servir. » Il regarda les gardes, la gouvernante, devait-il poser un genou à terre ? Non. Le démon avait ses limites bien sûr. Déjà parler lui demandait beaucoup, sa voix était rauque, basse comme s’il sortait des enfers. Le gladiateur avait encore son arme à la main. Il sentait les gardes tendus. Il se demandait bien ce que la gouvernante avait dit à la gamine. Une gamine, oui une enfant avec du sang royal qui pouvait très bien demander à ce qu’il meure aujourd’hui. Eirik recula de trois pas et fit tourner avec calme son épée dans sa main. Les gardes se tendirent encore plus et le brun ténébreux fit un sourire arrogant. Il posa son regard de flamme sur la fillette. Il ne lui ferait rien, il ne toucherait jamais à une enfant, surtout pas avec ce regard. « J’imagine que vous aimez les combats. » Comme toute bonne Rahjak elle devait aimer voir le sang couler. Eirik n’avait aucune délicatesse avec ses cadets. C’était un vrai bulldozer quand il s’y mettait. Peut-être rencontrait-il sa première fan, il avait du mal à y croire, mais pourquoi pas.
— SMOKE MADE OF TEARS —
Irina Draghsteel
DATE D'INSCRIPTION : 03/01/2018 PSEUDO/PRENOM : ELOW ; MULTICOMPTES : GENIUS DEVOS & BABY JONAS ; MESSAGES : 384 CELEBRITE : BHUMI PEDNEKAR ; COPYRIGHT : ELOW ; METIER/APTITUDES : PRINCESSE A TEMPS PLEIN, ENSORCELEUSE EXPERTE, CONSPIRATRICE ET RÊVEUSE DE TRÔNE CAMOUFLÉE ; TRIBU : RAHJAK ; POINTS GAGNES : 106
Voir le profil de l'utilisateur

 “a sweet memory” (eirik) Empty Re: “a sweet memory” (eirik)

le Ven 28 Juin - 21:11

— a sweet memory
MAI 2095

C’était incroyable et peut-être un peu surréaliste pour l’enfant, et pourtant elle était là. Dans sa petite robe de coton, le regard amoureux posé sur ce qu’elle considère être le meilleur gladiateur du monde – en même temps, sa vision du monde est assez limitée à son grand château et au dessert immense qui l’entoure. Elle se demande, d’ailleurs, de quoi les autres monarches ont l’air, dans leurs forêts profondes et leurs hautes montagnes. Ils ne doivent pas être très beau, sans doute parce qu’ils n’ont pas la force du soleil pour les éclairer. Elle-même, elle se considère très jolie. C’est d’ailleurs sa couleur de peau qu’elle adore, dorée. Plus jeune encore, elle se demandait si elle n’était pas constitué d’or, mais on lui a très vite expliqué que ce n’était pas possible. Quel dommage !

Que la petite Irina soit aussi admirative de celui qui était nommé le démon, était sujet à controverse par ses cousins plus âgés. Ils sont bien trop aveugles pour voir la grandeur du soldat qui a su, au fil de chaque combat, prendre le dessus et survivre. Et c’est ça qu’elle adore, Irina. La manière dont il défit la mort. Non, pour Irina, il mérite amplement son admiration la plus totale.

« Vous êtes si grand, je suis impressionné Eirik Thorvald. » La différence était improbable. Elle, si jeune, si petite. Lui, véritable monstre. Il manie si bien son épée que ses yeux brillent. Un jour, elle sera capable de faire ça, elle aussi. De prendre une arme et d’affronter la mort. C’est au Roi qu’elle pense. À celui qui lui a pris son père, son trône, sont droit à la couronne. C’est trop tôt peut-être, mais sa gouvernante n’a pas manqué à sa mission secrète, celle de faire naître une rancune trop grande. Trop dévorante. C'est encore ridicule, mais elle ne se doute pas de l'ampleur que cette vengeance aura sur elle.

« Beaucoup ! » Irina regarde autour d’elle. « Wouah, je suis dans l’arène. » Elle se met à courir sous le regard anxieux des gardes, mais la gouvernante les rassure. Il n’y a pas de raison qu’il se passe quoi que ce soit. Le gladiateur sait sa position. « Je vous ait vu, vous savez ! Je n’ai jamais vu personne comme vous. Je vous aime beaucoup. » Elle tient ses mains derrière son dos, bouge son bassin faisant voler sa petite robe. Sa gouvernante lève les yeux aux ciels et ajoute un simple : « Princesse. » « Oh, ça va. J’ai bien le droit de dire ce que je pense non, c’est mon anniversaire après tout. » Et elle tire la langue tout en s’approchant du gladiateur.

« Et pour une fois que je peux respirer en dehors de ma chambre. » Elle repose ses yeux sur Eirik, tout sourire. Il est vraiment très beau. Et pourtant, il a cet air de souffrance, de ceux qui ont un destin cruel. « Comment êtes-vous devenu aussi fort ? » Puis, elle murmure en espérant être assez loin pour que personne ne l’entende – mais sa discrétion est ridicule. « Moi aussi, je veux taper des gens. » Isaak en particulier, tellement plus âgé et arrogant, il ne survivrait pas une seconde ici.

@Eirik Thorvald
Eirik Thorvald
DATE D'INSCRIPTION : 15/06/2015 MULTICOMPTES : Gen Deng, Leary Wrath, Skylar Rees, Cyd Raye MESSAGES : 401 CELEBRITE : Colin Farrell COPYRIGHT : praimfaya METIER/APTITUDES : ancien esclave, participe à la rébellion Rahjak TRIBU : Rahjak POINTS GAGNES : 40
Voir le profil de l'utilisateur

 “a sweet memory” (eirik) Empty Re: “a sweet memory” (eirik)

le Sam 27 Juil - 10:22
Il était face à la petite princesse. Un geste, un mouvement de main, il pourrait l’attraper et lui tordre le cou sans effort. Pourtant il ne bougea pas. Conscient des regards sur lui, il restait à sa place. Il pencha la tête en avant quand Irina affirma qu’elle était impressionnée. « Vous m’en voyez ravi, princesse. » Elle n’avait beau n’être que princesse, il devait se plier face à elle. Un mot de travers, un geste mauvais et la petite princesse pourrait le faire exécuter. Eirik ignorait si elle en avait réellement le pouvoir, mais il ne préférait pas provoquer. Il la regarda alors qu’elle courait, visiblement heureuse d’être là. Il fallait être née dans le bon rôle pour apprécier ce lieu, ou être fou. Eirik n’avait pas l’habitude de rencontrer une fan, aussi petite de plus. Elle affirma l’avoir vu et qu’elle l’aimait beaucoup. « Vous me flattez. Je ne mérite pas tant de sympathie de votre part. » Dit-il, la tête encore baisée. Il devait rester humble, soumis. Elle pourrait demander n’importe quoi qu’il devrait obéir et vite. Il vit la gouvernante lever les yeux au ciel et comprit tout quand la princesse annonça que c’était son anniversaire. Voila donc, il n’était qu’un cadeau, un jeu. Il sentit la rage monter en lui, lécher son esprit. Il vit rouge, mais extérieurement il resta impassible. Eirik compta lentement dans sa tête, se calmant. « Joyeux anniversaire. » Sa voix était plus rocailleuse, plus profonde.

Il sentit les gardes se tendre et il se força à arborer un langage corporel très détendu, comme si toute cette situation était parfaitement normale. Alors que ce n’était absolument pas le cas, mais tant pis. Il n’avait pas à dire ce qu’elle pouvait faire ou non durant son anniversaire, mais il comprenait son besoin de s’exprimer. Visiblement, elle était aussi bridée que lui, mais d’une autre manière. Elle restait une enfant, une enfant enfermée dans un rôle comme lui avait été dans la mine. Il l’écoutait attentivement. Elle devait être cloîtrée dans sa chambre car bien entendu, pas tout le monde dans le peuple n’appréciait la royauté. Une si petite fille, c’était facile à tuer. Il se souvenait bien de la lignée royale, elle n’était pas la descendante du roi. Il était si loin de ses histoires et de leur conséquence. Elle lui posa des questions intimes, mais il serait obligé de répondre. Quand elle avoua vouloir taper des gens, il eut un sourire amusé, presque tendre. Oui c’était une enfant, une princesse, mais avant tout, une enfant. « Je suis devenu fort à force de m’entraîner. Si je ne m’entraîne pas et n’apprends pas, un autre me tuera. » Il ne sourcillait pas en disant cela, c’était ça sa vie.

Être le plus fort pour vivre le plus longtemps, sinon la mort. Il n’y avait absolument aucune autre solution, c’était ainsi. S’il hésitait, s’il développait de l’empathie, un autre le tuerait. C’était ainsi, c’était la loi de l’arène. « Désirez-vous apprendre quelques coups ? » Il ne savait pas si elle avait le droit, ni même si lui avait le droit de suggérer cette idée ou si c’était de la pure folie. Oh tant pis. Il ne perdait rien à proposer. Il jeta un coup d’œil discret à la gouvernante pour voir ce qu’elle pensait et tourna la tête ensuite vers Irina. Il se plierait à ce qu’elle disait. Finalement, peut-être que cette visite ne serait pas aussi catastrophique que ce qu’il pensait. Il avait peut-être une chance de bien profiter. Du moins, cela promettait une meilleure matinée que celle d’habitude, dans la souffrance, la sueur et l’idée que cette journée serait la dernière. Peut-être que si Eirik agissait bien, on lui accorderait un jour de pause supplémentaire. C’était permis de rêver bien entendu, mais pourquoi pas ?
— SMOKE MADE OF TEARS —
Irina Draghsteel
DATE D'INSCRIPTION : 03/01/2018 PSEUDO/PRENOM : ELOW ; MULTICOMPTES : GENIUS DEVOS & BABY JONAS ; MESSAGES : 384 CELEBRITE : BHUMI PEDNEKAR ; COPYRIGHT : ELOW ; METIER/APTITUDES : PRINCESSE A TEMPS PLEIN, ENSORCELEUSE EXPERTE, CONSPIRATRICE ET RÊVEUSE DE TRÔNE CAMOUFLÉE ; TRIBU : RAHJAK ; POINTS GAGNES : 106
Voir le profil de l'utilisateur

 “a sweet memory” (eirik) Empty Re: “a sweet memory” (eirik)

le Dim 22 Sep - 17:33

— a sweet memory
MAI 2095

Elle est adorable, Irina. Pas encore très grande, d’énormes joues rosées, un regard curieux et une robe en tissu soyeux qui ferait rêver n’importe quel riche. Six ans dans la peau, et pourtant un regard déjà admiratif de la mort et de ceux qui parviennent à la défier. Peut-être qu’au fond, elle se dit que son père aurait mérité une telle compétence. Un tel acharnement pour la vie. Elle ignore complétement le quotidien du gladiateur, mais là en face d’elle, il a toute son admiration. Eirik est grandiose. Imposant par sa taille, musclée. Irina le trouve d’ailleurs très beau, et c’est bien la première fois qu’elle trouve un garçon charmant – en même temps, ce n’est pas très difficile quand on connaît ses cousins. Eux, ils sont jeunes et idiots. Lui, il est grand et fort. Des bras capables d’écraser le crane du roi si jamais l’opportunité se présente, quelque part.

Debout dans l’arène, elle s’enivre d’une puissance imaginaire. Qu’est-ce qu’elle aimerait, elle aussi, être capable de tenir une épée et de trancher la gorge de ses adversaires. Le sang ne lui fait pas peur et les blessures non-plus. Tant que le cœur bas, que faut-il de plus ? Elle se sait trop jeune, mais si elle commence à apprendre dès maintenant, alors peut-être que lorsqu’elle aura le même âge que lui, elle sera encore plus forte ? Elle ne sait pas. Si une potion existe pour faire accélérer les choses, elle l’achètera bien.

Eirik est flatté, et le sourire d’Irina s’agrandit. De le voir si calme, si humble, c’est presque déstabilisant. « Merci beaucoup ! J’ai six ans aujourd’hui, bientôt je serais une vraie femme. » Dans sa tête, surtout. La gouvernante, plus loin, s’impatiente. Tout cela est ridicule, mais Irina n’est pas une princesse comme une autre. Irina devrait être l’héritière aux trônes, tout simplement. À la place on l’exhibe comme un trophée de clémence. Elle a été épargnée par son oncle et, si le destin fait bien les choses, elle se transformera en une belle plante que les nobles convoiteront.

« Je doute que qui que ce soit puisse un jour vous vaincre. Votre liberté n’est sûrement plus très loin, maintenant. » Dit-elle tout haut, fusillé du regard par ceux qui l’accompagne. Trop peu on réussit un tel exploit, surtout face aux nouveaux rois et elle est bien trop jeune pour influencer le verdict final. Pourtant, elle y croit tellement que ses yeux brillent – tout comme elle croit possible qu’elle puisse un jour se marier avec lui !

« Non. » Lui impose la gouvernante sans laisser Irina répondre. Comme si c’était suffisant. « Avec plaisir ! En attendant qu’on ramène le goûter qui m’a été promis. » Elle insiste, en jouant un jeu dangereux. Son regard ne faiblit pas face à celle qui doit garder un œil sur elle. Après une minute de silence, elle finit par céder, acceptant d’un geste de la tête et forçant l’un des gardes de ramener une table ainsi que des fruits et des sucreries.

« Je veux une épée. » Puis elle reprend, souriante. « Mais pas trop lourde, je ne suis encore qu’une enfant. » Quand même. Elle se rapproche de lui et le regard, charmé. Elle se demande ce qu’elle peut apprendre et si, surtout, cela lui sera utile pour défier ses affreux cousins.

@Eirik Thorvald
Eirik Thorvald
DATE D'INSCRIPTION : 15/06/2015 MULTICOMPTES : Gen Deng, Leary Wrath, Skylar Rees, Cyd Raye MESSAGES : 401 CELEBRITE : Colin Farrell COPYRIGHT : praimfaya METIER/APTITUDES : ancien esclave, participe à la rébellion Rahjak TRIBU : Rahjak POINTS GAGNES : 40
Voir le profil de l'utilisateur

 “a sweet memory” (eirik) Empty Re: “a sweet memory” (eirik)

le Sam 5 Oct - 21:11
Faire sourire une princesse lui apporterait peut-être une meilleure nuit ou un meilleur repas. Oui on en était là, mais pourquoi pas ? Eirik devait se plier. Il détestait cela. La folie tapie en lui, encore endormie, grondait, menaçait, mais il se contrôlait encore. Le sourire de la princesse s’agrandit et le ciel semblait s’éclairer. Le démon ne faisait sourire personne, mais aujourd’hui était différent et nul doute qu’il en entendrait parler. « Je n’en doute pas que vous serez bientôt une vraie femme. » Dit-il en hochant la tête. Elle devait ignorer ce que cela signifiait être une femme, être en âge de procréer et devenir un objet de désir. Combien de fois avait-il vu les femmes des mines devenir magnifiques et devenir des objets de désir usés comme de simples tissus. Combien de fois ne les avaient-elles pas vues pleurer en voyant leurs menstrues arriver ? Signe de leur fécondité, mais aussi des formes qui se dessinaient et donnaient envie. Cette princesse ignorait tout de son avenir de femme et ce que la société lui réservait. Oui elle était princesse, mais femme. Cela la plaçait au-dessus d’Eirik, mais pas au-dessus des hommes de son rang à elle. Elle était naïve, elle le croyait bientôt libre, mais le gladiateur savait la vérité.

Il savait qu’il n’aurait pas de liberté. Il ignorait par contre que d’ici quelques années, il retournerait dans les mines, tomberait fou amoureux d’une femme qu’il aiderait à s’évader. Il ignorait tout du destin tragique qui l’attendait. S’il l’avait su, il aurait tué Irina sur le champ. Eirik voyait bien le regard des gardes et il eut un sourire discret pour la princesse, mais bien visible pour les adultes. Un sourire de démon qui disait bien qu’il n’était pas le seul dans la misère, mais eux aussi. Une joute visuelle se jouait entre les adultes, mais Eirik avait la décence de baisser les yeux. Il ne fallait pas trop jouer de sa chance aujourd’hui, sinon il le regretterait. Il n’avait pas l’habitude que quelqu’un de la haute société le regardât ainsi. Il y voyait briller tant de choses dans le regard d’Irina, qu’Eirik n’arrivait pas à haïr la jeune princesse. Il avait plus pitié d’elle. Ne voyait-elle pas leur différence de statut ? Ne voyait-elle pas qu’il était contraint de se plier à tout pour elle ? Il regarda la gouvernante et lui signifia bien qu’il trouvait la situation cruelle, mais pas pour lui, mais pour cette enfant rêveuse. Lui n’avait jamais rêvé. Il avait très vite appris la réalité de ce monde. Eirik osa proposer quelque chose et la voix de la vieille chouette s’éleva. Il ne broncha pas.

Il voulait voir qui commandait aujourd’hui. Bien entendu, la petite princesse répondit et il sourit. Il regarda la joute visuelle avec délice et vit la gouvernante se plier. Intéressant. Il pourrait peut-être prendre des sucreries, mais il ne montra rien de sa faim. La faim était son amie habituelle et il avait appris à se contrôler pour qu’on ne retournât pas cela contre lui. Elle voulait une épée. « Une enfant peut apprendre beaucoup. » Dit-il avec tendresse. Il la laissa approcher, sans vraiment avoir le choix de dire non. Il se rendit compte alors qu’elle était charmée. Une idée germa dans son esprit et il se demanda s’il pourrait charmer une jeune princesse. Peut-être pourrait-il améliorer ainsi sa condition de vie. Les gardes se mirent en quête d’une épée et il était évident qu’Eirik n’aurait pas une vraie épée face à la princesse. « Je vais vous apprendre à utiliser vos avantages face à une grande personne. » Dit-il avec un clin d’œil taquin. Le garde apporta une épée à la princesse, petite, mais tranchante, un genou au sol.

Le brun n’eut le droit qu’à une vieille épée rouillée. Les gardes mirent la main sur leurs épées, signe qu’ils étaient prêts à le tuer au moindre écart. Même avec une épée rouillée, Eirik savait tuer, mais il jouerait le jeu. « En garde. Ne levez pas trop haut l’épée pour ne pas fatiguer inutilement les bras. » Il fut soudainement très sérieux, cessant d’être charmeur. Il fit quelques pas en arrière pour mettre une distance. « L’astuce, c’est de me laisser avancer. Une fois que je serai proche de vous, penchez-vous le plus bas possible et visez mon abdomen. » Il désigna le bas de son ventre. « Imaginez que vous m’ouvrez et que les intestins tombent. Je serai déstabilisé. » Il s’approcha d’elle, laissant peu de distance, mais assez pour que si elle frappait réellement, il puisse se protéger. Bien entendu, il lui donnait des astuces hypothétiques. Un adulte pourrait aisément la tuer. Sans prévenir, il se pencha en avant, comme s’il mimait une chute, mais en réalité, il était assez proche de son oreille pour qu’elle seule entende ses paroles. « Si tu veux survivre, tu dois être rapide. Travaille ta rapidité. » Et il la regarda avec énormément de sérieux. Il tomba à genoux et il sentit aussitôt que les gardes tendus se calmèrent car entre temps, ils avaient cru que le gladiateur avait perdu l’esprit et tentait de tuer leur précieuse princesse. « Touché. Après, il faut me planter l’épée dans le ventre. Je me viderai de mon sang, ce sera plus simple que de me trancher la gorge. A votre âge, humblement, vous n’auriez pas la force de m’égorger. » Dit-il en baissant la tête sagement.

Il avait lâché son épée et avait mis ses mains au niveau de son ventre, comme s’il était ouvert. C’était très théâtral, mais pas trop non plus pour donner une illusion de réalité à cette scène étrange de faux combat. Pas une seule fois leurs épées ne s’étaient croisées. Cela ne se faisait pas avec une enfant de ce rang.
— SMOKE MADE OF TEARS —
Irina Draghsteel
DATE D'INSCRIPTION : 03/01/2018 PSEUDO/PRENOM : ELOW ; MULTICOMPTES : GENIUS DEVOS & BABY JONAS ; MESSAGES : 384 CELEBRITE : BHUMI PEDNEKAR ; COPYRIGHT : ELOW ; METIER/APTITUDES : PRINCESSE A TEMPS PLEIN, ENSORCELEUSE EXPERTE, CONSPIRATRICE ET RÊVEUSE DE TRÔNE CAMOUFLÉE ; TRIBU : RAHJAK ; POINTS GAGNES : 106
Voir le profil de l'utilisateur

 “a sweet memory” (eirik) Empty Re: “a sweet memory” (eirik)

le Sam 19 Oct - 11:53

— a sweet memory
MAI 2095

Il y a toujours eu chez elle un esprit rebelle. Une envie de mettre en péril ceux qui la servent. Ces gardes qui se plient pour elle, cette nourrice qui lui rappelle sans cesse comment et pourquoi son père et mort. Oh, Irina a six ans et l’esprit déjà agité par la politique du palais. Ses caprices n’atteignent pas le roi, car ils sont minimes et contrôler. Ils sont pourtant bien réels puisqu’elle est là, face à un gladiateur, journée d’anniversaire joyeux sous un ciel clair. Le roi Soleil seul sait jusqu’où, elle ira  au fil des années, et les malheurs qui lui tomberont dessus. Peut-être, un jour, vaincra-t-elle le monstre qui gouverne au cœur du désert et qu’elle repeindra la cité de sa volonté tout en mangeant un peu plus de dattes – très important ce dernier détail. Pour l’instant, elle ne doit se soucier que de ses robes et de sa jolie frimousse en guise de visage pour les nobles. L’image parfaite de l’enfant épargnée pour faire plaisir à la population, pour rappeler qu’il est miséricordieux.

Bientôt, une vraie femme. Des mots qu’elle chérit et qu’elle ne pourra oublier. Sa naïveté dégoulinante est beaucoup trop loin de la réalité. Irina est une princesse. Un claquement de doigt peut suffire à détruire les âmes qui barrent sa route et c’est ainsi qu’elle croit que son avenir sera. La puissance toujours entre ses doigts, le rang de princesse comme poison pour ceux qui la dérange.

Pour l’instant, elle réalise un rêve, et c’est déjà beaucoup. Personne n’a conscience de ce désir qui la ronge, de cette envie de se battre, d’apprendre l’épée et le fouet. Les combats, la sueur, le sang. Tout ça l’a toujours attiré. Pourquoi les garçons peuvent et pas elle ? Qu’elles sont ses différences qui la retiennent ? Aujourd’hui, il n’y en aura pas. Pas de limite entre elle et lui ! Elle aura une épée dans les mains et le regard assoifé d’apprentissage. Elle veut savoir comme faire, elle veut être capable de faire. Après avoir forcé la gouvernante à chercher de quoi manger, la petite Irina se tourne vers le Gladiateur, décidé. Qu’Eirik soit d’accord l’enchantent. Qu’il lui dise comment prendre l'avantage sur les autres, c’est encore mieux !

« J’apprécie votre aide, Gladiateur. » Elle ne peut s’empêcher de sourire, prenant l’épée qu’un garde lui offre. Elle soupèse l’objet métallique, s’imagine déjà comme une vraie guerrière et imite maladroitement des mouvements. Les gardes sont en alerte. Ils imaginent le pire. Ils ne comprennent pas, d’ailleurs, ce qu’elle fait là, Irina. La princesse est un objet de propagande pour leur bien-aimé roi. Quel scandale cela ferait que d’apprendre sa mort, au sein de l’arène ! Comment le Roi a-t-il pu laisser une chose pareille se produire ? Tellement incompétent… Mais elle est jeune, Irina. Elle ne se doute pas que sa gouvernante, aspire à la vengeance. Maintenant ou dans dix ans, tout est bon pour détruire la réputation de celui qui avait tué son propre frère. Elle ne s’attendait sans doute pas à ce que le gladiateur se plie aux volontés d’une enfant de six ans, là où elle espérait que sa fierté serait assez blessée pour qu’il tente l’impensable.

Irina baisse son bras, plus sérieuse que jamais. Ne pas fatiguer le bras, très important. « D’accord. » Ses yeux brillent encore plus. Elle s’exécute comme conseiller, complétement d’accord avec sa technique : viser là où elle peut compte-tenu de sa petite taille, et toucher ce qui peut déstabiliser l’adversaire. Soudain, elle entend sa voix. Si proche d’elle, si rapide. Aucun mot ne sort de sa bouche, mais elle a compris. Alors que les gardes reculent, elle saisit l’importance de ce message. Eirik joue le jeu, main sur le ventre et Irina rit trouvant la situation très amusante.

« Est-ce si difficile que ça de trancher la gorge d’un homme ? » Puis elle désigne un garde et ordonne : « Vous ! Venez ici, je veux qu’il me montre comment faire. » Panique total. Le garde est tétanisé. C’est tellement un jeu d’enfant, pour elle. Évidemment, cela ne dure pas. La gouvernante et déjà de retour, des serviteurs à ses côtés. Elle décide alors de lancer un regard amusé à Eirik, comme pour lui montrer que même si elle n’était pas encore très rapide, elle était capable de déstabiliser un adulte. « Princesse ! » « Je plaisante, voyons. C’est évidemment purement hypothétique, je ne veux pas de sang sur ma nouvelle robe. » Quand même.

Elle plante la petite épée dans le sol puis court regarder ce qui a été apporté. Une table est mise en place, par-dessus des fruits et des gâteaux sucrés, ainsi que de thé.  

@Eirik Thorvald
Contenu sponsorisé

 “a sweet memory” (eirik) Empty Re: “a sweet memory” (eirik)

Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum