-60%
Le deal à ne pas rater :
Trottinette électrique pliable – GO RIDE 80HYBRID
99 € 249 €
Voir le deal

Aller en bas
Game Master
DATE D'INSCRIPTION : 28/05/2014 PSEUDO/PRENOM : Le Grand Manitou MESSAGES : 2796 CELEBRITE : Nobody POINTS GAGNES : 75
Admin

Roue du RP → Lion, Ezra A & Saoirse Empty Roue du RP → Lion, Ezra A & Saoirse

le Dim 27 Jan 2019 - 17:47
Roue du RP → Lion, Ezra A & Saoirse



Les mains sont chapardeuses en cette fin d’après-midi, et les sourires charmeurs. La silhouette se fait petite, au milieu de tous ces gens venus se détendre par ici. Les serveurs apparaissent débordés, et le moment idéal. Alors, les bourses se retrouvent allégées de leur or, et quand leurs propriétaires s’en rendent compte, il est déjà trop tard…

Lion, tu es de service, quand les esprits commencent à s’échauffer, et que ton patron enrage. Combien de temps tiendra-t-il avant de prendre feu ? En tout cas, c’est toi qui finis dans son collimateur, à devoir reprendre le ou la chapardeur/se. Alors, tu quittes les lieux, un peu désemparé…

Ezra & Saoirse, vous êtes en mission pour votre maître respectif, une simple demande d’aller acheter de quoi préparer le dîner qui s’approche. Rien de bien sorcier, tâche normalement accomplie en quelques minutes. Sauf que vous vous retrouvez au milieu d’une recherche qui vous dépasse, possiblement accusées. Alors, aiderez-vous l’adolescent à retrouver le véritable coupable, ou le deviendrez-vous ?




précisions


→ GM ne repassera plus sauf si demande explicite par mp. Dans ce cas, contactez Rowena Chakraan. De même si vous avez la moindre question ou précision à quémander.

→ Ce rp est laissé entre vos mains et votre imagination, n'hésitez pas à être créatif quant à vos aventures. Roue du RP → Lion, Ezra A & Saoirse 484338566  

Accro des points
Ezra Aerys
DATE D'INSCRIPTION : 28/02/2016 PSEUDO/PRENOM : Glacy MULTICOMPTES : Chris Wilson MESSAGES : 3144 CELEBRITE : Jessica Parker Kennedy COPYRIGHT : doom days (avatar) - frimelda (signa) METIER/APTITUDES : esclave de Roan (de retour) ▲ métier ingrat ▲ ancienne couturière, esclave domestique, prostituée TRIBU/CAMP : Rahjak POINTS GAGNES : 43
Accro des points

Roue du RP → Lion, Ezra A & Saoirse Empty Re: Roue du RP → Lion, Ezra A & Saoirse

le Dim 3 Fév 2019 - 10:47

   
Roue du rp
Ezra & Saoirse & Lion

   
« Like so many things, it is not what is outside but what is inside that counts. »
Une nouvelle mission. Une nouvelle tâche. Pas une mission équivalente à celle d'un mercenaire. N'étant pas chargée de ramener des esclaves en fuite à la cité. Non, j'étais chargée de tâches plus domestiques. Comme celle de préparer le dîner. Une tâche qui impliquait d'être rentrée rapidement. Certes le trajet serait forcément un peu plus long. La tâche basique serait réalisé un peu plus longuement. Tentant toujours de retrouver ma mobilité doucement. Tentant toujours de retrouver mon équilibre, d'assurer ma démarche. Mais maintenant, depuis ce jour, il y aurait toujours cette rigueur. Il y aurait toujours cette démarche en partie clopinant tandis que je me retrouvais à me déplacer en direction de la grande place. Il n'y avait plus de possibilités pour courir comme je le faisais avant. Et dans un sens je n'avais jamais réussi complètement à vouloir me remettre à courir totalement, n'ayant encore jamais réellement osé. Me contentant de tenter de marcher un peu plus rapidement et d'en venir à me maudire un peu plus quand je manquais de perdre mon équilibre. Ce qui n'était pas le cas cette fois-ci. Chaque pas mesuré alors que je me rendais au marché. Ce qui restait certain que cette course serait un peu plus longue que prévue. Un fait.

Pour autant je ne comptais pas m'attarder plus que prévu. Désormais chaque aller au marché était effectué plus rapidement. Ne m'attardant plus aussi longuement qu'avant. Avant, je prenais le temps pour humer les senteurs des fruits, pour admirer les étoffes de tissus mais là n'était plus le cas. Je ne m'attardais plus comme je le faisais avant. Ne pouvant manquer de m'arrêter pendant l'espace d'une seconde à l'entrée de la glace place. Ce que je faisais à chaque fois. Ce que je faisais désormais. M'arrêtant pendant l'espace d'un instant pour embraser la place du regard, pour reprendre mon souffle avant de m'avancer parmi la foule. Cette même foule qui était toujours présente alors que chacun se pressait entre les étalages. Chacun se dépêchait pour venir auprès des marchands comparer, acheter de nouvelles étoffes, des fruits. Chacun pouvait trouver ce qu'il voulait en cherchant bien. Chacun pouvait admirer les oeuvres d'arts exposés alors que certains avaient de l'or entre mains. Des doigts de fée. Mais alors que certains mettaient leurs talents pour créer, aspirer à vivre, d'autres n'étaient que chargés de vendre d'autres êtres humains et de les présenter comme du bétail. Vision qui me laissait toujours une grimace sur le visage. Grimace que j'esquissai toujours, que j'avais tendance à esquisser aussi à l'intention du lieu où s'était tenu l'estrade montée à la hâte pour mon exécution. Des souvenirs que je chassais de nouveau quand bien même j'avais toujours un peu du mal à accepter toute la situation.

Me forçant à avancer en direction d'un des étalages qui se trouvaient autour. Un marchand qui y vendait des fruits. En achetant quelques uns. Continuant les courses que je devais réaliser avant de me diriger de nouveau vers les ruelles adjointes à la grande place. Et mon regard qui ne tardait à se poser sur la silhouette de dos qui qui se trouvait devant moi. Silhouette auquel je ne fis pas trop attention avant de m'approcher un peu plus. Silhouette que je pensais reconnaître. Saoirse. L'esclave d'Astrid. Me rappelant que trop bien de la jeune femme à la chevelure rousse flamboyante. La première à me rattraper alors que je tentais de fuir pour la première fois. La première qui m'avait rattrapée quand je me trouvais à fuir la cité. La cité que je n'avais jamais réussi à fuir. N'ayant jamais franchi les portes. Mais au moins j'avais fui le bordel. Vendue à Roan par la suite. Du chemin qui avait été parcouru depuis. Des années qui avaient passées aussi. N'en venant pas moins à m'avancer quand bien même je ne portais pas forcément Astrid dans mon coeur pour diverses raisons, mais n'ayant rien contre la jeune femme, loin de là. Je m'avançais un peu plus jusqu'à me positionner à côté d'elle. « Salut. » Un sourire qui se dessinait sur mon visage. Quelques instants de courtoisie.

Mais un sourire qui s'effaça soudainement face aux échos d'un remue ménage. Des échos de voix ou plutôt l'écho des cris de marchands en colère. Tentant de me positionner sur la pointe des pieds pour apercevoir une silhouette, apercevoir ce qui se passait. Ne voyant pour le moment rien alors que les badauds étaient devant, se pressant tout autour. J'avais tenté de me lever sur la pointe des pieds mais de nouveau j'avais oublié. Ayant oublié qu'il me manquait deux orteils. Ayant oublié que mon équilibre n'était plus le même. Aussitôt, je ne pouvais que grimacer de plus belle alors que je glissais légèrement. A vrai dire je me retenais de justesse pour ne pas m'effondrer en emportant avec moi les commissions que je tenais. Au moins un drame d'évité. Au moins un alors que je n'allais pas être accusée d'avoir renverser ces fruits. Maigre compensation face à la soudaine douleur qui s'était emparée de mon corps. Grimace que je tentais pourtant de cacher. Grimace que je cachais en regardant le sol, reprenant au passage mon souffle avant de relever la têt vers Saoirse. Au final, la foule ne s'agitait que de plus belle sans que je sache ce qui se passait réellement. « Tu sais ce qui se passe ? »

Spoiler:

Si quelque chose ne va pas, envoyez moi un mp Roue du RP → Lion, Ezra A & Saoirse 484338566
(c) DΛNDELION
Admin - Apocalypse Please
Saoirse Crowley
DATE D'INSCRIPTION : 13/04/2016 PSEUDO/PRENOM : Mystery Light MULTICOMPTES : Liam, Near, Elijah, Cassandre, Jade MESSAGES : 2461 CELEBRITE : Taissa Farmiga COPYRIGHT : loudsilence. & Signa : ishtar ÐVÆLING, Wookid golden age METIER/APTITUDES : Esclave Rahjaks, ancienne Pikuni (botaniste, soin) TRIBU/CAMP : Ancienne Pikuni POINTS GAGNES : 4
Admin - Apocalypse Please

Roue du RP → Lion, Ezra A & Saoirse Empty Re: Roue du RP → Lion, Ezra A & Saoirse

le Jeu 14 Mar 2019 - 18:50



Roue du rp


Lion & Ezra & Saoirse

La routine s’installe simplement. C’est une nouvelle vie forcée qu’elle vit la. Elle n’a pas d’autre choix que de s’habituer. Des événements se sont passés. Les choses auraient pu être différentes pour tout le monde mais tout reste fatalement identique par ici. Rien ne change et c’est désespérant. Elle est là dans le marché à voir les autres s’affairer, esclaves non esclaves. Elle ne se mélange pas vraiment et si elle n’a pas toujours été bien renfermée, c’est cette vie dans cette cité qui fait que son caractère a changé parce qu’elle ne pouvait pas être elle-même dans un endroit tel que celui-là. Elle n’en avait comme qui dirait plus le droit. C’était toujours une question de savoir être à adopter qui était différente de ce dont elle avait pu être auparavant. C’était compliqué, difficile à vivre de façon quotidienne. Elle avait envie de changement sans pour autant prendre cette décision d’elle-même. C’était beaucoup plus rassurant finalement de faire comme si tout était normal. Elle se souvient encore des peine attribuées aux fuyards à ceux qui tentent de façon bête mais à la fois compréhensibles de retrouver leur liberté. Elle sait qu’elle ne pourra jamais agir ainsi sans réfléchir aux conséquences et abandonner l’entreprise presque tout de suite. C’est compliqué, c’est ça. Elle a beau s’ennuyer affreusement ici, souhaiter du changement, un grain de liberté qui ferait que tout serait différent mais aussitôt tout dans cette cité est là pour lui rappeler le prix de cette liberté tant qu’elle n’est pas donnée par ceux qui vous possèdent.

Elle grimace intérieurement à cette pensée. Chez les pikunis, jamais elle n’aurait pensé qu’une telle chose puisse arriver. Elle était bien loin de penser qu’être l’esclave de quelqu’un, ça pouvait exister, ça pouvait lui arriver. Perdue dans ses pensées, bien loin des courses qu’elle était venue réaliser dans ce marché si routinier, elle n’avait pas pensé une minute qu’on pouvait l’aborder. Ca lui était arrivé bien sur, c’était un endroit qu’elle avait appris à reconnaitre, dans lequel on avait appris tout autant à la reconnaitre parmi les personnes venant régulièrement, toujours de façon régulière au même moment. C’était plus simple finalement d’avoir cette vie réglée ainsi comme si elle avait été une automate. Alors évidemment elle est un peu surprise comme toujours quand on l’aborde, ne sait pas vraiment quoi dire, comme toujours même si elle reconnait rapidement celle qui a tenté de fuir. Elles ne se connaissent pas tant que ça, elle ne sait pas si elle doit la trouver courageuse ou totalement suicidaire, encore même plus qu’elle : c’est dire. « Salut, Ezra. » Petit mot pour dire qu’elle la situe, petit mot pour lui dire aussi qu’elle ne sait pas trop quoi lui dire d’autre, c’est affligeant, elle sait mais ça a toujours été ainsi, elle a toujours pris de la distance entre elle et eux. C’est plus facile même si elle a quelques exceptions, rares exceptions.

Elle suit le regard de la brune qui se dirige vers l’endroit où il se passe quelque chose. Elle est mitigée, elle n’aime pas se mélanger là où il risque d’avoir des problèmes, là ou ça risque de lui retomber sur la gueule. Elle n’oublie pas ce qu’il s’est passé sur la place public, presque ici même en quelque sorte. Elle l’aide à se relever un peu lorsqu’elle voit Ezra tenter de se mettre sur la pointe des pieds. Petit oubli qui lui coute cher et là encore elle se demande comment on peut faire abstraction d’un tel détail qui n’est pas si petit. Elle doit vivre avec ou plutôt sans tous les jours. « Je suppose qu’on a tenté de voler quelqu’un, je sais pas. Çà peut être n’importe quoi. La famille royale, quelqu’un qui fait des siennes, j’en sais foutrement rien. » Et elle n’en avait rien à faire. « C’est bien d’éviter les problèmes de temps à autres tu sais ? » Elle lui fait la morale l’air de rien. « T’as envie de voir hein ? » Elle allait p’etre l’aider si elle voulait bien de son aide mais aller au devant de l’endroit où on pouvait les désigner facilement comme coupable si quelque chose ne tournait pas rond, c’était vraiment stupide. Mais la foule s’avançait déjà, les menant toutes les deux vers ce qu’elle supposait être l’endroit des tavernes, l’endroit où elle ne risquait pas de mettre les pieds. Elle n’était pas si petite et pourtant avec la foule, n’arrivait pas voir ce qu’il se passait ou ce qu’il s’était passé. Elle vit une petite forme courir non loin d’elle et fronça les sourcils. C’était comme s’il fuyait quelqu’un. Elle n’aima tout de suite pas être là, elle ne voulait pas vraiment se retrouver prise entre lui et celui qu’il semblait vouloir fuir ainsi.


Spoiler:
@Ezra Aerys @Lion F. Ishtarr Encore désolée du retard. N'hésitez pas si quelque chose ne va pas Roue du RP → Lion, Ezra A & Saoirse 13787583



— code by lizzou —

Lion F. Ishtarr
DATE D'INSCRIPTION : 06/02/2016 MESSAGES : 1229 CELEBRITE : Jaden Smith COPYRIGHT : Thémis la plus talentueuse ♥ (ava + gif) ; anaëlle (signa) METIER/APTITUDES : Orientation & Combat // Serveur, voleur à ses heures perdues TRIBU/CAMP : Rahjak POINTS GAGNES : 0

Roue du RP → Lion, Ezra A & Saoirse Empty Re: Roue du RP → Lion, Ezra A & Saoirse

le Mer 1 Mai 2019 - 19:14




Roue du rp


Lion & Ezra & Saoirse

C’est une fournaise. Un four au cœur duquel la chaleur tourne sans jamais s’échapper. L’air est suffoquant, chargé de sueur, de bières et de postillons, d’une humidité qui vous saisit à la gorge et enveloppe sournoisement vos poumons. L’atmosphère est pesante, croulant sous le poids des rires gras, des jurons foisonnants, des interjections criées, des poings énervés qui frappent le mobilier. La salle est bondée. De quoi maintenir le petit Lion bien occupé. C’est finalement une journée comme il les aime. Ses collègues et amis l’entendront pourtant grogner toute la soirée, se plaindre d’avoir eu tant de tâches ingrates à exécuter. Il gardera bien au fond de lui son sentiment de fierté à l’idée d’avoir trouvé son utilité. Le monde l’occupe. Plus il a de clients, plus il a de travail. Et quand bien même il râle, il ne peut s’empêcher d’éprouver une certaine satisfaction à la fin des journées bien chargées. Le sentiment du devoir accompli. D’avoir servi, d’avoir trouvé un sens à sa vie. Il en faut peu pour contenter l’enfant devenu grand. Servir des verres, les nettoyer, les remplir à nouveau et lancer deux ou trois répliques bien placées, ça lui occupe l’esprit. Il n’a pas le temps de s’ennuyer. Pas le temps de s’apitoyer sur son sort. Alors il verse, rince, demande, apporte, réagit, remporte, frotte, rit, crie, il grogne aussi, et tout ça le maintient en vie. En indomptable félin, on ne doit surtout pas le laisser entrevoir qu’il est un lion enfermé dans sa cage. Tourner en rond le rend malade. Pas étonnant de le voir mettre tant de cœur à l’ouvrage. Son hyperactivité fait de lui un employé exemplaire, efficace et toujours prêt à en faire encore plus. Doté d’une énergie intarissable, il semble ne connaître aucune limite. Mais si son corps est endurant, sa patience ne l’est pas autant.

La chaleur lui tape sur le système. Elle lui met les nerfs à vif. Constamment sur le qui-vive pour rester dans les bonnes grâces de ses clients, il a le regard qui se nimbe d’encre et une veine qui se dessine au niveau de la tempe. La bombe est prête à exploser. Elle n’en fera pourtant rien, trop attentive aux intimidantes œillades du patron posté non loin. Le jeune garçon lui lance un regard dont il ne contrôle ni la froideur ni la crainte. Gorgé d’orgueil, le petit ne supporte pas d’être soumis à cet homme dont il ne peut pourtant pas s’éloigner. Heureusement pour lui, son appel muet se perd dans le vide, ne trouvant personne pour cueillir cette honteuse envie de reconnaissance. Il détourne aussitôt les yeux, trop heureux de pouvoir accourir alors qu’une table se libère. Plus excité qu’exténué après des heures de ce manège rythmé, il s’épuise inutilement à faire briller le bois usé. L’esprit trop éparpillé, la sueur lui coulant sur le front à force de vouloir se concentrer, il en délaisse la sécurité. Tout se passe en une fraction de seconde, qui lui paraît une éternité. Alors qu’il fait disparaître toute forme de présence des clients repartis, ça s’agite autour de lui. Un courant d’air entre ses mollets. Le bruit de l’or qui tinte à une table voisine. Un geste trop bien calculé. Et la guerre est déclarée.

Il faut un petit temps de réaction. Les cerveaux avinés font miroiter une douce réalité. Il leur faut quelques secondes avant de percuter la vérité. Les poches trouées font enfin sentir le vide qui les habite. Et les gosiers brûlés se déchirent pour réclamer ce qui leur appartient.

Quelqu’un crie au voleur. A ce mot, Lion sursaute, le cœur battant soudain à tout rompre. Il ouvre de grands yeux effrayés, terrifié à l’idée qu’on ait pu le reconnaître. Pour une fois, il n’a rien fait. Mais il craint toujours qu’un innocent visiteur reconnaisse sa silhouette et son faciès singulier, et lui fasse payer ses crimes passés. Le karma lui fera la peau un jour, il en est persuadé. En attendant ce fatidique moment, il est bien décidé à le défier à chaque instant. Malgré tout, il s’est plutôt calmé, depuis quelques temps. Depuis son châtiment. Aussi ne comprend-il pas qu’on lui tombe dessus aujourd’hui, maintenant. Il lui suffisait de se ranger pour être rattrapé par son passé ? On va le dénoncer, le traîner sur la place publique et les exhiber, lui et toute la honte dont il se sentira couvert lorsqu’on fera claquer le fouet sur sa peau brûlée. Son regard pétrifié ne rencontre pourtant aucune étincelle d’animosité. Il y a là-bas un groupe de gens tonitruant, dont les yeux en colère lancent des éclairs. Mais le foudroiement ne lui est pas destiné. L’âme damnée peut se rassurer. Les battements de cœur se font moins trépidants. Le voleur innocent retrouve ses esprits, pour quelques secondes seulement. Car à peine a-t-il le temps de comprendre qu’il ne comprend rien, qu’un index se dresse, une voix s’élève, et enfin le voile se lève. Rampant entre les tables, se faufilant entre les tabourets, le vrai voleur du jour comprend qu’il a manqué de discrétion et joue le tout pour le tout. Il se redresse d’un bond et prend ses jambes à son cou. Il pleut des jurons dans le dos de Lion. Déjà les corps se raidissent dans un sursaut électrique. C’est la panique. On manque de peu un soulèvement hargneux. Heureusement, le maître des lieux retrouve le rôle qui lui incombe et fait rempart à la marée humaine qui se dessine. Maître de lui aussi, et des mots qu’il choisit, il garde son calme. Un calme que Lion ne connaît que trop bien. C’est celui qui dissimule les violentes tempêtes qui agitent l’âme tortueuse de son geôlier. Lequel explique posément que cet incident n’aurait jamais dû se produire dans son repaire. Bien navré de ce qui est arrivé, il pose une main assurée sur l’épaule de Lion qui est à sa portée. Son employé grimace et lui jette un regard plein de questions alors qu’il termine de rassurer la foule :

- … et je me fais garant que nous réparerons nous-mêmes les dommages subis aujourd’hui, promet-il sans se départir de son sang-froid.

Alors que les cris laissent place aux grognements, le patron appuie son emprise sur Lion, et se penche vers lui. Il sourit à l’assemblée, et ne desserre pas les dents pour lui siffler ses ordres.

- J’ai pas d’argent à perdre dans des conneries pareilles. Retrouve-moi ce petit merdeux cleptomane, ou c’est toi qui payes sa dette.

Ses ongles s’enfoncent dans la peau du garçon, l’intimant à ne pas perdre de temps. D’habitude railleur, Lion ne se perd pas, cette fois, dans d’interminables objections. Néanmoins un peu déboussolé, il ne se précipite pas tout de suite dans le sillage du voleur. C’est bien la première fois que le destin lui joue un tour pareil. Voleur de naissance, le voilà sur les traces d’un brigand de sa trempe. Mais qui est-il, lui, pour dénoncer ses semblables ? Qui est-il pour condamner un larcin, lui qui en a commis déjà trop ? L’absurdité de la situation menace de le faire chavirer. Il n’envisage pas autre chose que de faire demi-tour, retourner dans la taverne étouffante et continuer sa journée comme si rien ne s’était passé. Comme si son hypocrite de patron n’avait jamais osé lui demander, à lui, le rescapé tuméfié d’avoir trop joué, de poursuivre ce petit dévergondé. Il a envie d’y retourner et de le frapper pour lui faire payer cet affront qui lui déchire le cœur. Mais il ne peut que serrer les poings et les dents, empli d’une fureur qu’il ne peut déverser. Alors, chose rare, il reste immobile, incapable de bouger, le temps que son cœur, fatigué de balancer entre mille aversions, penche finalement pour la moins pire des options. Ça lui prend un temps qui paraît démesurément long, puis enfin il sort de ses gonds. Le voilà qui s’élance dans la cité, et qui sent ses poumons hurler des mots dont il préfère ne pas saisir l’ampleur.

- AU VOLEUR !

C’est finalement son égocentrisme qui l’a emporté. L’idée d’être amputé d’une partie de son précieux butin lui est insupportable. Plutôt envoyer ce voyou qui lui est inconnu à l’abattoir que de se retrouver puni par sa faute. Alors il le poursuit comme si sa vie en dépendait. Sa voix forte fait tourner les têtes, mais son prédécesseur lui a mâché le travail. Loin d’être aguerri comme Lion, il a négligé toute prudence et, abandonnant toute discrétion, a laissé dans les esprits une trace de son passage furtif. Les citoyens bousculés, éclaboussés de poussière, n’ont aucun mal à indiquer la direction prise par le fautif. Les doigts se lèvent sur le chemin de Lion, lui signalant le cap à suivre. Aidé des habitants et de son inégalable rapidité, l’enfant arrogant est sûr de rattraper le coupable à temps. Mais il déchante vite lorsqu’il réalise que tous les indices le conduisent au cœur de la cité, au niveau de la grande place. Il se maudit d’avoir sous-estimé son adversaire. Lui-même a maintes fois semé ses poursuivants en se noyant dans la foule peuplant la place. Les marchands, les clients, les mendiants, les enfants, tous font obstacle aux assaillants. Impossible de se mouvoir rapidement dans cet endroit finalement trop étroit. Ce n’est pas cependant pas suffisant pour freiner Lion. Il ne ralentit pas et se lance à corps perdu dans le flot humain qui se fait déjà dense.

Alertée par la vue de ces deux jeunes gens cavalant l’un après l’autre, la population se regroupe en un seul et même endroit, au cœur de l’action, pour suivre leur progression. Tous s’écartent pour les laisser passer, et en même temps tous se rapprochent pour ne pas rater une miette de ce spectacle inattendu. Lion n’a pas la chance d’être grand, et se retrouve rapidement étouffé sous ces corps qui ne laissent pas l’air passer. Mais il a l’aubaine de ne pas se retrouver étranglé par le remords. Il n’a aucun scrupule à écarter ceux qui le gênent, à jouer des coudes pour éloigner les badauds, ou à écraser deux ou trois orteils trop à cheval sur sa route. Si des jurons se font entendre dans son sillage, lui jure plus fort encore, sans se laisser démonter. Mais bientôt, trop de barrières l’empêchent de progresser. Refusant d’abandonner, hanté par la dernière menace de son maître, il préfère ruser et bifurquer pour rattraper le fuyard. Fuyard dont il n’a pas vu le visage, et qu’il serait bien en peine de reconnaître si on le lui présentait. Mais Lion ne fait pas ce genre d’observations. Lui fonce dans le tas et réfléchit bien après. Alors il court toujours, sans se rendre compte qu’il pourchasse un fantôme anonyme.

A droite, à gauche, à côté, au loin ; Lion a les yeux qui furètent partout. Il ne regarde plus où il va, qui il repousse, qui il écrase. Ses yeux balayent seulement l’ensemble de la place, essayant de retrouver le voleur, ou un indice qui pourrait l’y conduire. Il n’y a qu’un visage qu’il cherche à reconnaître, sans l’avoir vraiment vu. Alors il ne reconnaît pas d’abord pas les yeux noisette qui, eux, se souviennent très bien de lui et des ennuis qui lui collent à la peau. Lorsque la jeune femme se crispe et s’arrête net, Lion la reconnaît enfin. Et se dirige instinctivement vers elle, son unique point de repère dans l’immensité de l’anonymat qui l’encercle. Pendant un quart de seconde, il croise le regard d’Ezra, qui accompagne Saoirse. Le jeune garçon ne peut soutenir son regard. Lâche, il préfère fuir. Fuir la douloureuse réalité, refuser de repenser à sa fuite, au fait qu’elle l’a abandonné. Ignorer surtout le quelque chose qui s’agite dans sa poitrine et qui lui donne chaud, comme un sentiment de réconfort coupable. Il se raccroche d’autant plus à Saoirse comme à une bouée de sauvetage.

- Jaibsouindaidezavépavulgarnmanjdoilretrouvé ?!

Pressé par l’urgence de la situation, essoufflé suite à sa course effrénée, confus de se retrouver face à Ezra pour la première fois depuis des mois si ce n’est plus, c’est tout ce que le garnement parvient à formuler. Persuadé d’avoir été clair, le cœur tambourinant à lui en déchirer la poitrine, il ne comprend pas l’absence de réaction et les yeux ronds de Saoirse. Voyant qu’elle ne daigne pas le gratifier d’un seul mot, l’enfant impatient s’énerve.

- J’TE PARLE PUTAIN ! s’emporte-t-il, déversant injustement sur elle toute sa frustration. FAUT S’RÉVEILLER ! IL EST PASSÉ PAR OÙ L’AUTRE CON ? Faut qu’j’lui mette la main d’ssus sinon j’vais m’faire buter.

La fin n’est plus qu’un aveu écœuré, amer et impuissant. Il n’a pas le temps d’en dévoiler plus. Pendant qu’il parle, le voleur s’enfuit toujours plus loin. Il ne peut pas le laisser s’échapper. Il les aime bien, mais si les deux jeunes femmes ne peuvent lui venir en aide, il devra les planter là sans plus de cérémonie.


Spoiler:
@Ezra Aerys @Saoirse Crowley Roue du RP → Lion, Ezra A & Saoirse 484338566
C'est moi qui m'excuse pour le retard Roue du RP → Lion, Ezra A & Saoirse 977114301 J'espère que ça vous convient, mais n'hésitez pas si je dois changer quelque chose Roue du RP → Lion, Ezra A & Saoirse 171928021



— code by lizzou —

Accro des points
Ezra Aerys
DATE D'INSCRIPTION : 28/02/2016 PSEUDO/PRENOM : Glacy MULTICOMPTES : Chris Wilson MESSAGES : 3144 CELEBRITE : Jessica Parker Kennedy COPYRIGHT : doom days (avatar) - frimelda (signa) METIER/APTITUDES : esclave de Roan (de retour) ▲ métier ingrat ▲ ancienne couturière, esclave domestique, prostituée TRIBU/CAMP : Rahjak POINTS GAGNES : 43
Accro des points

Roue du RP → Lion, Ezra A & Saoirse Empty Re: Roue du RP → Lion, Ezra A & Saoirse

le Mar 7 Mai 2019 - 19:49

   
Roue du rp
Ezra & Saoirse & Lion

   
« Like so many things, it is not what is outside but what is inside that counts. »
Elle semble si jeune et timide. Peut être que la timidité n’est pas le mot le plus adéquat mais ce qu’il est certain c’est qu’elle est toujours discrète. Une ombre parmi d’autres. Je l’avais déjà vu évidemment. Je savais qu’elle était l’esclave d’Astrid mais ce n’était pas pour autant que nous avions échangé auparavant quelques mots. Sans aucun doute qu’aujourd’hui était le réel premier jour où une conversation pouvait s’installer. Non pas que je l’avais évité auparavant car elle était justement l’esclave d’Astrid. Certes, un passé existait avec la mercenaire à la chevelure flamboyante, elle qui avait été chargée de me revendre après ma pour dire tentative de fuite qui n’en n’était pas une car je n’avais pas quitté les murs de la cité, seulement ceux du bordel. Non, ce n’était pas en raison de l’identité de sa propriétaire que je l’avais évité soigneusement, simplement que chacune n’avait jamais réellement fait un pas vers l’autre. Et le premier pas était maintenant réellement réalisé alors que je lui adressais un sourire ; non sans me demander si elle allait ou non vraiment m’adresser la parole. Le silence qui suffisait pour me faire comprendre qu’elle ne savait pas trop quoi dire. Non pas que je pouvais lui en vouloir, encore moins si elle décidait de ne pas m’adresser la parole par peur de représailles. La difficulté de m’imaginer à ce que ressemblait la vie de l’esclave d’Astrid, comment se comportait sa propriétaire en sa présence. Chaque relation entre son maître et son esclave qui était certainement différente, pouvait évoluer en bien comme en mal.

Et mon attention détourné la seconde d’après alors que je ne pouvais que tenter de savoir ce qui se passait. Une certaine agitation. Peut être une préférence de ma part qui devrait d’être de continuer à vouloir éviter les problèmes mais mon attention était éveillée. Curiosité éveillée qui me poussait à vouloir me hausser sur la pointe des pieds avant de me rappeler que l’équilibre n’était pas encore forcément là. Evitant aussi la chute grâce à la jeune femme à qui j’adressais un sourire et un hochement de tête rapide pour la remercier silencieusement. Ne pouvant qu’imaginer que c’était ce à quoi elle pensait. Elle aussi au courant. La plupart l’était certainement, même ceux qui n’avaient pas été présents sur la place publique alors que la nouvelle s’était répandue comme une traînée de poudre. Des événements comme celui-ci qui était en train de se produire maintenant qui attirait instantanément la foule, les badauds. Un vol c’était possible, et ne pouvant que sourire en entendant sa dernière remarque. Amusée et peut être surprise de l’audace de la jeune esclave qui semblait si discrète d’ordinaire mais qui mentionnait non moins les caprices de la famille royale. Il y en avait toujours. Ils en étaient les maîtres alors qu’ils passaient d’une humeur à l’autre en un éclat  de secondes, jouaient des nerfs et de ce côté dramatique et spectaculaire qui leur était propre. On pouvait les adorer et autant les détester. Sourire qui disparaissait non moins alors que je me prenais sa remarque en pleine tête. Ce que je devrais être censée faire me tenir tranquille. Ce que j’avais appris à faire de force mais parfois la flammèche s’allumait. « Tu ne penses pas que la vie serait bien fade sans ce côté tout feu tout flamme ? » Mon regard qui se plongeait dans le sien, curieuse autant de sa réponse. Sachant que de mon côté je ne pourrai que trouver cette vie que bien triste sans cette part de risque, de piment. Mais jouer avec le feu avait ses conséquences, c’était certain et assuré. J’en avais d’ailleurs vu les conséquences. « Pas toi ? » Répondant par sa dernière question avec un éclat de malice dans le regard. Sachant que dans son cas la réponse serait certainement négative. Ne disant pas que je voulais aller au-devant des risques mais voir d’un peu plus près ne ferait de mal à personne si je faisais attention. Comptant garder ma tête sur mes épaules.

Mais ores et déjà sans nous laisser le temps de décider la foule nous pressait vers le lieu de spectacle. Repérant tout comme elle cette forme, cette silhouette humaine. Silhouette qui se figeait et donc je croisais le regard. Lion. Regard qu’il n’osait affronter. Un pincement de cœur. Si longtemps je ne l’avais pas vu. Et mes yeux qui s’attardaient sur sa silhouette, notant sa tenue, notant qu’il avait encore grandi. Instinct de vouloir le protéger, maternel qui voulait faire surface alors que déjà il prononçait des mots dans un tel charabia qu’il était impossible de le comprendre. Tentant de ne pas penser qu’il avait tout de suite tenté de se tourner vers Saoirse et tentant encore plus de comprendre ce qu’il voulait dire. Mais essoufflé et les mots prononcés trop rapidement, il était impossible de le comprendre. Ce qui était certain c’était que son histoire était lié à l’homme entrevu précédemment. Et l’instant d’après il s’énervait contre Saoirse sans que la jeune esclave n’ait eu le temps de comprendre un mot. Cœur qui se serrait en entendant ses derniers mots alors que je savais qu’il était sérieux. Et aussitôt je tournais la tête pour tenter de repérer la silhouette non sans tarder à prendre la parole « Il est passé juste par là ! Et o.. je vais t’aider. » M’apprêtant à engager Saoirse mais ce n’était pas mon choix, pouvant comprendre qu’elle veuille se tenir loin des péripéthies. Une histoire qu’il n’était pas certain qu’elle finirait bien. Mais sa protection, ce gosse il passait avant les autres risques. Aide proposée ou même imposée alors que je ne comptais le laisser seul, bien que ma condition pouvait aussi le ralentir. Prête toutefois à aider.

Spoiler:

Si quelque chose ne va pas, envoyez moi un mp Roue du RP → Lion, Ezra A & Saoirse 484338566
@Saoirse Crowley @Lion F. Ishtarr
(c) DΛNDELION
Admin - Apocalypse Please
Saoirse Crowley
DATE D'INSCRIPTION : 13/04/2016 PSEUDO/PRENOM : Mystery Light MULTICOMPTES : Liam, Near, Elijah, Cassandre, Jade MESSAGES : 2461 CELEBRITE : Taissa Farmiga COPYRIGHT : loudsilence. & Signa : ishtar ÐVÆLING, Wookid golden age METIER/APTITUDES : Esclave Rahjaks, ancienne Pikuni (botaniste, soin) TRIBU/CAMP : Ancienne Pikuni POINTS GAGNES : 4
Admin - Apocalypse Please

Roue du RP → Lion, Ezra A & Saoirse Empty Re: Roue du RP → Lion, Ezra A & Saoirse

le Jeu 4 Juil 2019 - 12:29



Roue du rp


Lion, Ezra, Saoirse.


Y’a de l’animation, c’est le moins que l’on puisse dire mais en même temps n’y a-t-il toujours pas de l’animation dans la cité, d’une quelconque façon, les gens chercheront toujours à  s’enfuir de leur ennui. La cité est ennuyeuse. Il y a toujours les mêmes personnes, les mêmes visages, les mêmes esclaves, les mêmes choses qui ne changent pas, qui ne peuvent être changée. La cité est déprimante et Saoirse sait très bien où ça la mène quand c’est comme ça, quand elle commence à se sentir ainsi. Elle suit facilement Ezra qu’elle aide malgré tout. Elle ne sait pas si l’esclave réalise qu’elle se met en danger tout le temps. Elle fait exactement l’opposé. Elle essaye de changer les choses même si elle s’y prend de la mauvaise façon. Quelle est la bonne façon, par ici, quand on veut changer les choses, quand on veut vraiment changer les choses ? Saoirse ne sait pas, elle est un peu amorphe c’est vrai, elle ne voit simplement pas comment il pourrait y avoir de l’évolution pour eux par ici et sincèrement, elle ne veut pas perdre la tête pour avoir essayé. Si certains veulent, c’est leur soucis mais qu’ils ne l’entraînent pas dans leur tentative désespérée, parce que s’en est une. Ils n’ont pas vraiment l’espoir de réussir pas vrai ? Ils seront toujours rattrapé, la preuve avec Ezra qui marche difficilement à ses côtés et pourtant elle cherche encore les ennuis en s’avançant pile là où il sera probablement plus difficile pour elle de se déplacer. « Tu ne penses pas que la vie serait bien fade sans ce côté tout feu tout flamme ? » Elle a raison et tort à la foid et Saoirse hoche doucement la tête sans vouloir entrer dans les détails. Ezra ne comprendrait pas au vu de ses agissement qu’elle n’a pas envie d’être pointée du doigt, qu’elle n’a pas envie d’être la cible à abattre pour avoir parlé un peu plus fort que d’habitude. Elle préfère rentrer dans les rangs même si elle doit paraitre détestable pour d’autres esclaves, franchement, elle ne s’en soucie pas pour le moins du monde. C’est pas sa vie ici, pas ceux qu’elle connait. Elle n’a que rarement croisé des esclaves Pikunis comme elle.

La foule était plus dense et Saoirse n’était pas certaine d’apprécier, elle avait toujours eu des soucis avec la foule, avec ceux qui la désignaient parmi la foule. Elle détestait vraiment les effets de masse comme celui-ci juste parce qu’apparemment il y avait eu un vol, quelqu’un cherchait quelque chose, enfin plutôt quelqu’un. Elle ne reconnaissait pas voix qui semblaient partir dans tous les sens même si une semblait être plus claire que d’autres, celle de celui qui cherchait ce fameux voleur. Elle n’a pas l’habitude d’aider, pas l’habitude de ne pas aider, quand celui qu’elle fini par reconnaître s’approche d’elle, elle ne sait d’abord pas comment réagir, elle comprend que c’est lui qui recherche le voleur mais c’est confus dans sa tête déjà par le monde puis parce qu’il n’est pas clair, parce qu’il a peur et que la peur semble l’emporter contre tout le reste. « Jaibsouindaidezavépavulgarnmanjdoilretrouvé ?! » Elle ne semble pas comprendre et Erza non plus mais sait additionner ce qu’elle a pu voir et entendre avant. Elle suppose plein de chose mais n’a pas fait attention à ce qu’il se passait, pas véritablement, trop concentrée sur le fait d’aider Ezra à ne pas chuter, à ne pas agir peut-être de façon imprudente même si elle va le faire. Elle ne va quand même pas courir après un voleur si ? Elle n’y arriverait de toute façon pas.

« J’TE PARLE PUTAIN !  FAUT S’RÉVEILLER ! IL EST PASSÉ PAR OÙ L’AUTRE CON ? Faut qu’j’lui mette la main d’ssus sinon j’vais m’faire buter. » Elle peut comprendre sa colère mais accepte moins qu’elle soit dirigée contre elle alors qu’il s’est emporté dès le départ leur donnant des bouts de phrases incompréhensible même si elle sait ce qu’il cherche. Elle hoche la tête aux paroles d’Ezra mais d’abord, va falloir qu’il se calme Lion, parce qu’il n’arrivera à rien dans cet état. « D’abord tu vas te calmer. Tu connais la cité mieux que lui. » Bien mieux qu’elle en tout cas. Il y a bien un moment où il finira par le coincer peut importe le temps que ça prendra, il ne pourra pas en sortir de toute façon, elle ne connaisse aucun voleur qui puisse s’en tirer comme ça, de cette façon aussi simple surtout qu’il est parti en courant, quiconque pourrait l’arrêter en chemin, se douter qu’il n’est qu’un voleur fuyard, sans compter les gardes de la cité. Tout fini un jour par se découvrir, ici. C’est ce qu’elle a appris depuis qu’elle est là. « Et toi tu ne pourras pas aller bien loin. » Elle se tourne vers Ezra en lui disant ça, elle compte faire quoio Ezra, courir en clopinant à travers la cité pour attraper un voleur, elle tombera bien avant qu’elle n’ait pu l’apercevoir. Même si elle semble avoir vu où il se dirigeait au moins, elle a fait plus attention. « Pense comme lui, tu irais où dans sa situation ? » Après ça sera plus simple de le trouver. Ezra et Lion ont ce point commun de prendre des risques sans prendre le temps de réfléchir, des personnes beaucoup plus spontanées qu’elle même s’ils se dirigent tout trois dans la direction que le voleur a prise, qu’ils couperont peut-être vers d’autres endroits comme pour couper dans son élan celui qui pensait être capable de s’en sortir ainsi.

Spoiler:
@Ezra Aerys @Lion F. Ishtarr  J'suis vraiment désolée du retard de ce rp Roue du RP → Lion, Ezra A & Saoirse 4068885034 N'hésitez pas si quelque chose ne va pas pour le rp

— code by lizzou —

Lion F. Ishtarr
DATE D'INSCRIPTION : 06/02/2016 MESSAGES : 1229 CELEBRITE : Jaden Smith COPYRIGHT : Thémis la plus talentueuse ♥ (ava + gif) ; anaëlle (signa) METIER/APTITUDES : Orientation & Combat // Serveur, voleur à ses heures perdues TRIBU/CAMP : Rahjak POINTS GAGNES : 0

Roue du RP → Lion, Ezra A & Saoirse Empty Re: Roue du RP → Lion, Ezra A & Saoirse

le Dim 15 Sep 2019 - 20:04







Roue du rp


Lion & Ezra & Saoirse

Il a le sang qui bouillonne furieusement, c’est trop pour lui que de patienter bien sagement. Il sent que les minutes lui sont comptées. Plus il attend, plus sa cible lui échappe. Plus il attend, et plus il va morfler en rentrant. Son cœur tambourine fort contre sa poitrine, se gonflant d’une adrénaline terrifiée à chaque seconde qui s’écoule. Il enrage de constater que Saoirse reste imperturbable, immunisée contre le stress qui émane de lui telle une aura poisseuse. Alors qu’il voudrait la voir s’activer, comprendre sa situation et réagir dans l’urgence, elle reste de marbre et n’esquisse pas le moindre mouvement pour aider l’enfant. Pressé par le temps, le gamin sent  l’angoisse se décupler au creux de ses entrailles. Pour l’ignorer, il n’a pas d’autre choix que de s’énerver. Que de passer ses nerfs sur un tiers, pour se délester du poids de l’impuissance. Alors qu’il s’emporte injustement contre elle, la jeune esclave ne bouge pas davantage. Mais quelque chose change dans son regard. Une lueur offensée vient marbrer ses prunelles d’un voile de fierté. Son regard se durcit alors qu’elle toise l’impatient voleur avec une certaine froideur. Ça pourrait vite s’envenimer, si elle daignait lui faire cette fleur. Mais la sage Ezra intervient à point nommé. Bien plus mature que la tête brûlée qu’elle se fait un devoir de protéger, elle jette un coup d’œil aux alentours pour tenter de repérer le fuyard. Ses yeux aiguisés sont sans doute habitués à cet exercice. Plus âgée que les deux autres, elle connaît par cœur les péripéties qui ont lieu dans la Cité, et cet incident n’est probablement pas une première. Peut-être même a-t-elle déjà eu l’occasion de prendre part à une recherche de ce genre ? En tout cas, son intervention est calme, posée, et incite ses compagnons à adopter le même ton.

- Il est passé juste par là ! indique-t-elle, redonnant espoir au petit chapardeur. Et o... je vais t’aider.

C’est instinctif. Il voudrait continuer l’éviter, esquiver son regard et ignorer sa présence. Mais lorsqu’il l’entend proposer son aide, qu’il retrouve avec une joie coupable le son apaisant de sa voix, il se tourne immédiatement vers elle, relevant la tête à l’idée de pouvoir compter sur elle. Il ne peut dissimuler le léger pétillement qui anime son regard de nouveau plein d’espoir. Il croise les iris sombres qui le scrutent avec bienveillance. Et il sent que c’est trop. Brusquement, comme parcouru d’un frisson électrique, Lion se détourne et reporte son attention sur Saoirse. Il ne doit pas se laisser aller. Ezra l’a abandonné. Qu’elle accepte de l’aider dans sa situation urgente est le strict minimum qu’elle puisse faire pour le petit protégé qu’elle a délaissé. Ça n’excusera pas sa fuite, ses secrets, sa lâcheté. Ça n’effacera pas le sentiment d’abandon, la méfiance qui prend la place de la pleine confiance. Ça ne guérira pas les plaies béantes creusées dans le cœur de l’enfant, abandonné une deuxième fois par une figure maternelle. Mais c’est quand même la preuve qu’elle ne l’a pas oublié. Qu’elle reste là pour le soutenir, quand lui ne cherche qu’à la fuir.

Saoirse reste interdite quelques instants, hochant la tête comme si elle évaluait les risques de la situation. Elle a toujours été comme ça. A peser le pour et le contre avant de prendre la moindre décision. Toujours à éviter le danger, à réfléchir à deux fois avant d’ouvrir la bouche pour ne pas avoir un mot plus haut qu’un autre. Tout ce que Lion ne fait pas. Et elle l’exaspère pour ça. Trop de préparation, de projection, de réflexion. Pas une once de spontanéité chez cette fille trop guindée. Elle a vieilli bien avant l’heure, Lion en est persuadé. Et une fois de plus, la jeune femme lui arrache un soupir de frustration. Plus elle reste calme, plus Lion s’excite. Les deux êtres complémentaires font bien la paire. Mais leurs comportements trop différents sont source de conflit, bien trop souvent.

- D’abord tu vas te calmer, suggère la jeune femme avec l’autorité qui lui revient. Tu connais la cité mieux que lui.

Ce dernier ajout passe un peu de pommade sur un Lion à fleur de peau. Un peu de reconnaissance le rassure, et l’aide à se détendre légèrement. Une fraction de secondes seulement. Lion  ne peut pas rester calme bien longtemps. Il a un voleur à coincer, un butin à récupérer. Pourquoi diable Saoirse lui intime-t-elle de se calmer ? Pense-t-elle vraiment qu’il peut y arriver ? Elle sait très bien que le gamin ne l’écoutera pas. Obnubilé par sa mission, complètement désorienté à cause de la pression, il ne peut comprendre que ce qu’il a envie d’entendre. Le reste est inutile. Au mieux il n’écoutera pas, au pire il cherchera les ennuis s’il n’obtient pas ce qu’il est venu chercher. Malheureusement pour les deux esclaves, Lion est une vraie bombe à retardement, prête à exploser à tout moment. Et les leçons de morale de Saoirse, il s’en passerait bien. Elle semble les regarder de haut, lui et Ezra, comme si elle se sentait supérieure à ces deux âmes égarées prêtes à se lancer à corps perdus dans une cause qu’elle juge désespérée. C’est plus fort que lui, tout son corps se raidit alors qu’elle s’adresse à l’esclave de Roan, lui rappelant qu’elle ne pourra pas aller bien loin. Il n’apprécie pas du tout le ton moralisateur qu’elle adopte pour souligner sa remarque.

- Et pourquoi elle pourrait pas ? intervient un Lion chauffé à blanc, perdu au beau milieu des mille sentiments qui grondent en lui et qu’il refoule depuis longtemps.

Apportant un soin tout particulier à sa mission d’éviter Ezra le plus possible, le garnement n’a pas pris de ses nouvelles depuis son retour à la Cité. Aussi, s’il se doute que sa fuite n’a pas été sans conséquences, il ne sait pas exactement quel a été son châtiment. Il ne comprend donc pas pourquoi elle ne pourrait plus se mouvoir comme avant. Il perd patience. On dirait que Saoirse prend plaisir à éradiquer chacune des branches auxquelles il tente de se raccrocher. Elle veut le voir tomber et savourer l’instant où elle pourra lui susurrer « je te l’avais bien dit ». Inconsciente de la tempête qui gronde à l’intérieur de l’enfant, elle prend un risque inconsidéré en lui assénant ce qui semble être le coup de grâce.

- Pense comme lui, tu irais où dans sa situation ?

Lion est comme suffoqué. A ses yeux, la jeune esclave vient de lui manquer de respect. Offusqué, il ouvre des yeux ronds, la bouche entrouverte en un sourire ironique et désemparé. Il ne met pourtant que quelques instants à reprendre ses esprits, et réagit violemment, galvanisé par la peur et la stupeur.

- Penser ? Penser ? MAIS J’AI PAS L’TEMPS D’PENSER PUTAAAAAIN !!

Terrassé par un sentiment d’impuissance qui fait mine de le paralyser, Lion n’a d’autre choix que de vociférer pour ne pas se laisser couler. Il se moque bien des badauds qui les regardent tous les trois d’un œil intrigué. Lui ne voit que Saoirse qui essaye de l’entraver. Pourquoi ne comprend-elle pas qu’il n’a pas le temps de se poser de questions ? Lui qui ne réfléchit pas en temps normal, comment pourrait-il prendre le temps de le faire lorsqu’il se retrouve pressé ? S’il est venu vers elle, s’il s’est raccroché à sa présence inespérée au sein de cette foule anonyme, c’est bien pour qu’elle lui apporte elle-même la solution à son problème. Pas pour qu’elle le laisse faire tout le sale boulot. Une idée, une réponse, et lui peut reprendre sa course en direction du chapardeur. Il n’est bon qu’à agir. Tout ce qui nécessite une activité cérébrale se joue sans lui. Et l’esclave face à lui devrait le savoir. Alors tant pis. Il a perdu suffisamment de temps comme ça. Si elle ne veut pas lui venir en aide, il continuera seul. Seul, ou presque, puisqu’Ezra s’est spontanément proposée pour l’aider. Ecumant d’une rage qu’il tente tant bien que mal de contenir, il détourne son regard empli de fureur de la grande gigue donneuse de leçons et scrute sans vraiment la voir la direction indiquée par Ezra. Le sang palpite au niveau de ses tempes, ses oreilles sifflent et la foule autour d’eux se resserre comme pour les priver d’oxygène. Toutes les conditions semblent réunies pour le distraire et l’empêcher de se servir de sa tête. Pourtant, bien à contrecœur, il s’essaye à cet exercice peu commun pour lui. Il ne l’admettra jamais, mais Saoirse a raison. Il connaît la Cité mieux que sa poche et il est un voleur aguerri. Des paramètres que le voleur de la taverne ne pouvait prendre en compte. Lion peut y voir sa chance de salut. Il peut profiter de l’effet de surprise, et au moins rattraper le fuyard, si ce n’est le doubler. Car Lion était voleur bien avant lui, et sait où se réfugier en cas de course-poursuite. Des cachettes, il y en a à foison, quand on prend le temps d’explorer les environs. Et le voleur fantôme est comme Lion : du temps, il n’en a pas. Pour peu qu’il débute dans cette profession officieuse, son champ d’abris potentiels est restreint. Une chance que Lion veut saisir. Machinalement, le gamin fait quelques pas dans la direction indiquée par Ezra. Il paraît soudain détendu, absorbé par son cheminement mental. Le voleur n’est plus sur la place. Trop dangereux. Tout l’a monde l’a vu. Sa fuite, son poursuivant, leur précipitation, tout ça n’est pas passé inaperçu et a forcément attiré les soupçons. Les trois compères feraient d’ailleurs mieux de s’éloigner eux aussi, avant que lesdits soupçons ne se portent sur eux. Lion n’en a pas conscience, mais il pourrait bien avoir entraîné les filles dans une belle galère. Tous ceux qu’il approche finissent par être mêlés aux ennuis qui lui collent au derrière.

- Il est plus là, sauf s’il est trop con, marmonne Lion, plus pour lui-même que pour les autres. Il peut être n’importe où. Mais pas très loin. J’suis sûr qu’il s’est caché dans l’premier endroit qu’il a trouvé.

Son corps se raidit de nouveau, transporté d’une énergie nouvelle. Le gamin s’élance de nouveau à corps perdu dans la foule qui lui obstrue le chemin. Il n’a pas fait quelques mètres qu’il se retourne à moitié, et hurle par-dessus son épaule, pour être sûr que le message parvienne aux bonnes oreilles :

- Bah alors, vous m’suivez ?


Spoiler:
@Ezra Aerys @Saoirse Crowley Désolée pour le retard, encore une fois Roue du RP → Lion, Ezra A & Saoirse 480477335 Roue du RP → Lion, Ezra A & Saoirse 484338566 Roue du RP → Lion, Ezra A & Saoirse 4043954467
C'est la fête, tout le monde en prend pour son grade, je suis désolééééée Roue du RP → Lion, Ezra A & Saoirse 3474094350
MP si problème, comme toujours Roue du RP → Lion, Ezra A & Saoirse 2215546156 Roue du RP → Lion, Ezra A & Saoirse 171928021



— code by lizzou —

Accro des points
Ezra Aerys
DATE D'INSCRIPTION : 28/02/2016 PSEUDO/PRENOM : Glacy MULTICOMPTES : Chris Wilson MESSAGES : 3144 CELEBRITE : Jessica Parker Kennedy COPYRIGHT : doom days (avatar) - frimelda (signa) METIER/APTITUDES : esclave de Roan (de retour) ▲ métier ingrat ▲ ancienne couturière, esclave domestique, prostituée TRIBU/CAMP : Rahjak POINTS GAGNES : 43
Accro des points

Roue du RP → Lion, Ezra A & Saoirse Empty Re: Roue du RP → Lion, Ezra A & Saoirse

le Lun 16 Sep 2019 - 7:00

   
Roue du rp
Ezra & Saoirse & Lion

   
« Like so many things, it is not what is outside but what is inside that counts. »
Mon regard concentré sur Lion, sur sa silhouette comme pour entrevoir s'il mangeait à sa faim, s'il allait bien. Plus qu'une affection particulière à son égard, plus que la volonté de s'assurer qu'il allait bien, un réel instinct de protection et maternel qui s'était développé envers ce gosse, ce gamin des rues. Un gamin des rues qu'il n'était jamais possible d'aider comme je le souhaiterai idéalement mais ayant toujours fait au mieux, pour lui fournir un toit au-dessus de la tête si besoin est, pour s'assurer qu'il savait que j'étais, pour lui apporter un amour qu'il ne connaissait pas. Petit animal sauvage qu'il fallait apprendre à apprivoiser pas à pas pour gagner sa confiance, pour briser les barrières de méfiance, pour lui faire comprendre que pas tous ne visaient à l'enterlouper ou lui faire faire le sale boulot. L'enfant qui ne connaissait plus aucune trace d'innocence réellement, la cité qui lui avait ôté ce droit. Obligé de grandir trop vite, obligeait de connaître les lois de la rue et s'y adapter. Alors à chaque fois qu'il était aperçu, il y avait cette volonté de s'approcher, de le prendre dans mes bras. Geste jamais esquissé totalement, trop farouche pour se laisser prendre dans une étreinte plus chaleureuse. Et cette note de colère que je décelais. Un regard évité. Evitant tout regard alors qu'il restait concentré avant tout sur Saoirse. Un éclat de déception qui n'était pas visible dans mon regard à la différence d'un éclat de tristesse. Consciente que lui aussi il était en colère parce que je m'étais enfuie. Une discussion que je ne pourrai jamais avoir là non moins alors que toute son attention était focalisée sur le voleur qui s'était échappé, qu'il devait retrouvé à tout prix. Perdant son sang froid au fur à mesure que les secondes s'écoulaient. Des mots pour l'apaiser et ce petit coeur qui faisait un bond en le voyant soudainement tourner la tête dans ma direction. Un regard croisé avant qu'il n'en vienne à détourner de nouveau les yeux. Un début suffisant. Et une question qui ne se posait en effet pas alors que je comptais l'aider.

Saoirse prenant à son tour la parole d'une voix plus posée, toujours. Cette volonté de ne pas prendre de risques inutiles. Un choix de vie comphréensible que je ne partageais toutefois pas. Et ce ton qui n'était pas mordant mais non moins un peu violent lorsqu'elle s'adressait à mon attention, pour énoncer que je ne pourrai aller bien loin. Eclat qui pétillait dans mon regard plus dangereux, si c'était des faits, que je n'en n'avais conscience, là ne pouvait m'empêcher d'aider. Certes, j'avais une démarche plus claudicante, mais je n'étais pas pour autant sur mes genoux, en train de ramper. Peut être froissée ou agacée face à ses mots alors que les yeux commençaient à lancer des éclairs. Non pas que je ne l'aimais pas, mais il y avait des limites à stipuler une évidence que je connaissais déjà. Connaissant mes limites. Et étant peut être en partie handicapée physiquement, mais le physique n'était pas tant ce qui comptait que le mental. Et si elle voulait m'empêcher un peu de l'aider, même en partant de tous les bons sentiments du monde, elle se trompait. Note de froideur dans un regard qui contrastait avec cette note bien plus enflammée qui brillait dans le regard de Lion. L'enfant qui s'énervait. Feu qui brûlait en lui qui m'invitait à détourner toute mon attention de l'esclave se trouvant à mes côtés pour se porter de nouveau sur cet enfant. Regard  plus soucieux alors qu'en effet, il ne savait pas bien que les faits comme je le pensais ne changeaient pas grand chose à ma détermination d'aider. « ... parce que j'ai été amputée de deux orteils... » Ce qui s'était produit si on ne comptait les cicatrices sur le dos, les cicatrices venant taillarder ma peau. Dans un sens je préférai qu'il n'ait pas été là, ni sur la place publique lors du châtiment. Egoïste alors que je préférai qu'il s'emporte pour des raisons qu'il ne connaissait pas. Préférant cela à l'idée qu'il ait vu le spectacle, qu'il ait été là dans la foule. Tête que je n'aurai pu entrevoir car trop nombreuses, mais me suffisant. Il n'avait pas à voir ce spectacle. Des choses dont je préférai le protéger dont l'humiliation, la torture qui avait découlé de ma fuite en résultat. Soit. Mais préférant non moins aussi lui annoncer la vérité sans qu'il se fasse plus d'idées, ne se pose plus de questions. Ne servant à rien de lui mentir, et préférant que je sois celle qui en vienne à lui annoncer les mots. « ...mais je peux toujours marcher et je veux aider. » Courir était plus compliqué, blessure trop récente. Mais une détermination qui n'avait pas flanché, qui n'avait pas oscillé d'un octet. Sourire sur mes lèvres pour le rassurer bien que je me rappelais autant ce début de perte d'équilibre qui était là, existentiel, alors qu'il m'arrivait de pouvoir chuter, qu'il m'arrivait de ne pas trouver encore cet équilibre par coeur. Un regard qui se posait sur Saoirse, plus calmement. Ne lui voulant pas réellement pour les mots prononcés, trop loin pour pouvoir m'offusquée et bien trop concentrée sur la tâche attendue.

Car un voleur repéré mais un voleur qui courrait tandis que des précieuses secondes s'écoulaient. Jeune esclave qui lui intimidait de réfléchir. Simples mots qui semblaient le faire sortir de ses gongs alors que plus violemment, il s'attaquait, mordait, se défendait, le stress le gagnant. Le temps qui courait, faisant défaut. Le sentiment d'impuissance qui le gagnait alors que rompant la règle, je posais brièvement ma main sur son bras. Il n'était pas seul mais il ne pourrait gagner s'il ne retrouvait son sang froid. Main ensuite hâtée aussi rapidement. Quelques secondes avant que l'esprit ne se mette en mouvement, que j'en venais à réfléchir. Ruelles adjacentes où il n'irait pas, certes certains commerces auquel il pouvait espérer se réfugier mais il avait attiré l'attention sur lui. Il ne pourrait ni entrer dans un bordel, ni entrer dans une taverne pour attendre que la tempête en vienne à passer. Tous les regards qui seraient portés sur lui comme ceux de la foule. Foule qui exultait, qui indiquait qu'il était aussi temps de partir pour n'attirer pas plus l'attention.

Idée de cachette qui traversait mon esprit. Bâtiment abandonné dans lequel je m'étais déjà réfugiée. Non loin de la place publique mais un endroit servant de lieu pivotant, permettant d'accéder à des ruelles plus tranquilles. Un endroit qui permettait d'offrir un peu d'obscurité, pas bien grand. Une seule entrée mais auquel on ne pensait pas, car paraissant clos. Peu connu et pourtant utile bien que personne ne pouvait y rester trop longtemps. Idée qui n'eut le temps d'être mentionné alors que déjà l'enfant s'élançait parmi les badauds, se frayant un passage dans la foule. Chemin suivi autant que je m'adressais à Saoirse qui était elle aussi en retard selon les critères de Lion, tout comme moi. « Prenez la ruelle de droite puis de gauche, puis de nouveau à gauche. Il y a un bâtiment abandonné, une entrée. C'est pas loin d'ici. Il est peut être là-bas. Tu cours plus vite que moi, vous aurez plus de chance. » Refusant d'être hors de course mais s'il fallait aller vite alors Saoirse pouvait plus courir que je ne le pouvais comme elle l'avait fait remarqué. Lui faisant signe de retrouver Lion, de se hâter derrière-lui alors que je comptais suivre autant une autre ruelle qui pourrait m'emmener à l'angle, passant non loin d'un des bordels. Un autre raccourci, différent. Un autre chemin déjà emprunté dans le passé. Une cachette dont je n'étais gage, n'étant certaine qu'il était allé là-bas bien que la direction qu'il avait prise pouvait conduire à cet endroit. Il fallait tenter. La chance se mêlant. Et l'enfant qui avait peut être d'autres idées de cachette en tête, des cachettes qui pouvaient correspondre à sa taille mais qui pouvaient aussi lui offrir quelques secondes de répit dans sa carrière de voleur. Voleur à ses heures perdues. Ce dont je n'étais le plus fier venant de lui mais chacun qui faisait comme il pouvait. Et évitant un homme pour continuer de suivre, énergie qui traversait mon corps alors que j'espérai rattraper le fuyard autant ou m'assurer qu'il y arrive. Cerveau qui continuait de s'animer en parallèle pour réfléchir à tous les endroits que je connaissais pouvant servir de cachette dans le coin. Car il était là, forcément tout proche.

Spoiler:

J'adore ce rp Roue du RP → Lion, Ezra A & Saoirse 166108470Roue du RP → Lion, Ezra A & Saoirse 3395933406
Si quelque chose ne va pas, envoyez moi un mp Roue du RP → Lion, Ezra A & Saoirse 484338566
@Saoirse Crowley @Lion F. Ishtarr
(c) DΛNDELION
Admin - Apocalypse Please
Saoirse Crowley
DATE D'INSCRIPTION : 13/04/2016 PSEUDO/PRENOM : Mystery Light MULTICOMPTES : Liam, Near, Elijah, Cassandre, Jade MESSAGES : 2461 CELEBRITE : Taissa Farmiga COPYRIGHT : loudsilence. & Signa : ishtar ÐVÆLING, Wookid golden age METIER/APTITUDES : Esclave Rahjaks, ancienne Pikuni (botaniste, soin) TRIBU/CAMP : Ancienne Pikuni POINTS GAGNES : 4
Admin - Apocalypse Please

Roue du RP → Lion, Ezra A & Saoirse Empty Re: Roue du RP → Lion, Ezra A & Saoirse

le Dim 10 Nov 2019 - 15:37



Roue du rp


Lion, Ezra, Saoirse.


Elle est face à deux biens plus suicidaires qu’elle et pourtant, elle ne cherche qu’à les aider. Ce n’est pourtant pas dans ses habitudes de le faire, d’aider des esclaves ou des non esclaves pour Lion qui se sont mis dans des problèmes comme des grands. C’est une technique aussi bonne qu’une autre pour rester loin des situations compliquées. Et bien évidemment qu’ils ne comprennent pas. Chacun a sa façon d’agir et elle préfère ne se  soucier que de ses soucis qui n’en sont pas tant mais c’est mieux ainsi, du moins c’est ce qu’elle pense. A vouloir trop se créer de problèmes on se retrouve avec des membres en moins. Et ça elle préfère rester entière ou ne plus l’être du tout tant qu’à faire, hein autant choisir sa propre sentence pour celle qui a toujours voulu en finir de sa propre façon, d’une façon qu’elle aurait au moins décidée si elle peut encore décider de quelque chose par ici. Cela ne semble ne pas être le cas même pour ces deux là qui semblent avoir le diable aux trousses et si c’est sans doute le cas pour Lion, elle semble dubitative dans toute cette entreprise. Il a beau ne pas l’avoir ménagée, elle ne s’en soucie pas. « Et pourquoi elle ne pourrait pas ? » Y’a que sa petite tête qui compte à Lion hein ? Il n’est pas moins égoïste qu’elle. Il continue de s’égosiller sans se rendre compte que ça ne fonctionne pas, ça n’a jamais fonctionné sur elle ce genre de comportement. Ça la rend peut-être encore plus froide d’en voir un encore plus casse gueule qu’Ezra. « Réfléchir te sauverait la vie espèce de petit con. Qu’est-ce que j’y gagne à vouloir t’aider hein. » Réfléchir les aiderait tous les deux. Elle pourrait citer bien de leurs choix  peu habituels qui ne mèneront qu’à des problèmes, encore plus pour l’esclave à ses côtés. Et elle dans tout ça ? Elle n’y gagne strictement rien parce qu’elle sait tout aussi bien qu’il ne changera pas son attitude à son propos. Ils s’agacent mutuellement dans leurs façons d’agir bien trop différentes de l’un de l’autre.

C’est lent mais il semble avoir compris. Rassembler les neurones qu’il lui reste l’aidera à ne pas tourner en rond parce qu’il ne sait tout simplement pas où se diriger, pas plus qu’elles qui n’ont rien vu, pas plus qu’Ezra qui semble désigner un endroit au hasard. Les deux connaissent la cité bien mieux qu’elle. Elle reste mitigée mais sait bien qu’elle tentera de l’aider comme elle peut. Elle est retenue un moment par Ezra qui lui indique l’endroit où pourrait bien se trouver l’individu qu’ils cherchent. Que Lion cherche. Elle espère qu’il a un souvenir bien précis de ce à quoi l’individu ressemble, elle ne se voit pas accuser n’importe qui se trouvant dans ce lieu que l’esclave lui indique. Elle hoche la tête n’a pas trop le temps de rajouter quelque chose qu’elle rattrape Lion sans trop de problème et lui agrippe le bras quand il va d’une toute autre direction. « Par là ! » Il peut penser ce qu’il veut elle l’aide pour le moment mais le laissera en plan s’il met sa vie en danger. Elle peut lui faire confiance pour certaines choses mais sa vie à elle, c’est tout simplement hors de question. Elle est la seule à qui elle fait confiance pour ça. « Un raccourci d’Ezra. » Qu’elle rajoute pour lui couper toute envie de la contredire. Ezra trouvera un autre chemin pour les rejoindre. Elle reste silencieuse, se demande en pleine course comment il compte bien s’y prendre face au voleur ou à toute personne qui se trouvera là-bas. Peut-être pas. Un bâtiment abandonné, n’importe qui peut s’y cacher. Voleur comme esclave en quête d’endroit où personne ne songera à l’y retrouver.  Ils y arrivent sans trop de mal évidemment, elle fait signe de se taire, de ne pas faire de bruit, reste de forêt, de chasse quand elle était Pikunis. Le moindre bruit suspect le fera détaler deux fois plus vite.



Spoiler:
@Ezra Aerys @Lion F. Ishtarr  Encore désolée pour ce retard Roue du RP → Lion, Ezra A & Saoirse 4068885034  

— code by lizzou —

Lion F. Ishtarr
DATE D'INSCRIPTION : 06/02/2016 MESSAGES : 1229 CELEBRITE : Jaden Smith COPYRIGHT : Thémis la plus talentueuse ♥ (ava + gif) ; anaëlle (signa) METIER/APTITUDES : Orientation & Combat // Serveur, voleur à ses heures perdues TRIBU/CAMP : Rahjak POINTS GAGNES : 0

Roue du RP → Lion, Ezra A & Saoirse Empty Re: Roue du RP → Lion, Ezra A & Saoirse

le Sam 14 Mar 2020 - 20:35



Roue du rp


Lion & Ezra & Saoirse


Lion n’est plus qu’une bombe à retardement. Il n’est pas de ceux qui réagissent bien sous la pression. Ses idées s’emmêlent, ses sentiments tourbillonnent, il perd le sens des priorités, sombre bien loin de la réalité. Il aime rester le maître du jeu. Il aime avoir le contrôle. Un sentiment qui la galvanise, le pousse au plus haut, l’exhorte à faire de son mieux, à être la meilleure version de lui-même. Mais là, tout de suite, les événements ont pris une tournure à laquelle il ne s’attendait pas. Pour une fois qu’il ne demande rien à personne, le voilà obligé de s’improviser mercenaire pour punir son confrère. Le fait de se sentir acculé, en danger, lui fait perdre les pédales. Heureusement pour lui, ce sont deux adultes calmes et réfléchies qui lui font face. Bien que l’idée le répugne, il a eu de la chance de croiser leur route à ce moment précis. Autrement, il se serait retrouvé seul face à son impuissance, chasseur entaché étranglé par la culpabilité de poursuivre l’un de ses semblables. Perdu entre les mille voix de sa raison contradictoire, il ne sait pas à laquelle se fier. Alors il se raccroche à l’assurance maternelle d’Ezra, en dépit de l’effet corrosif qu’elle provoque en lui, et au pragmatisme froid de Saoirse, qui contrebalance violemment avec son tempérament de feu à lui. Il déteste ça, mais pour cette fois, il n’a pas d’autre choix que de s’en remettre à elles deux pour accomplir sa mission. Elles ne le laisseront pas patauger dans sa misère… pas vrai ? Saoirse ne le laissera pas couler, parce qu’elle plongerait avec lui. Et Ezra ne l’abandonnerait pas une seconde fois…

Son cœur se serre alors que la figure maternelle lui assène un coup en plein dans les entrailles, avouant qu’il lui manque désormais deux orteils. L’enfant reste le regard résolument planté dans celui de Saoirse, mais ne peut s’empêcher de baisser légèrement la tête, secoué par ces aveux. C’est vrai. Il n’y a jamais songé depuis le retour de la jeune femme, trop occupé à ressasser sa douleur. Penser à elle et au châtiment qui l’attendait à son retour au sein de la Cité, c’était déjà lui accorder trop d’importance. Se préoccuper d’elle alors qu’elle-même avait oublié son existence à lui… Quelle faiblesse ! Aussi Lion a-t-il toujours repoussé la moindre pensée liée à Ezra. Pour se protéger. Un confinement volontaire, une barricade nécessaire pour panser la plaie béante, aujourd’hui toujours saignante, laissée en plein dans son cœur d’orphelin. Un grondement sourd vient ébranler le calme relatif qui régnait en lui, lui susurrant qu’il est coupable d’égoïsme. Plutôt que d’écouter cette voix de jugement dernier qui tente de le rabaisser, il préfère l’étouffer, la cloisonner dans un recoin de son inconscient où se bousculent déjà mille sentiments. Il n’est pas plus coupable qu’elle. Cette pensée est la bouée à laquelle il va se raccrocher. S’il est coupable de l’avoir délaissée, c’est parce qu’elle-même l’a abandonné. C’est elle qui en a décidé en premier. Elle ne peut pas prétendre avoir espéré une autre réaction de sa part. Il n’a pas pu l’attendre sans broncher, comme d’autres l’ont fait. Il n’est pas faible. Il est fort et a voulu se relever.

Malgré les apparences qui lui sauvent la face, Lion est profondément choqué qu’on ait pu faire payer à Ezra son évasion. C’était son job à lui, de lui faire payer. De lui faire ressentir la douleur d’un abandon. C’était son stratagème à lui, de lui tourner le dos, de l’esquiver alors même qu’elle se tenait à ses côtés, de l’ignorer jusqu’à la faire douter de sa propre existence. C’était son histoire, c’était sa douleur, et l’idée qu’une tierce personne puisse s’en mêler ne l’a même pas effleuré. Ezra n’a fait de mal à personne, si ce n’est à lui. Personne ne voyait en elle ce qu’elle était pour lui. Alors pourquoi quiconque prendrait l’initiative de la châtier publiquement, si ce n’est lui ? La colère sourde du gamin n’a d’égal que son sentiment d’égarement. Il ne rétorque rien, reste insensible à la voix d’Ezra qui ajoute quelque chose sans que le sens de ses paroles ne lui parvienne. Mais lorsqu’elle lui touche le bras, cette fois, un courant électrique le parcourt et l’enfant se redresse. Tout son corps se projette en arrière, pour couper court à ce contact auquel il n’était pas préparé. Lion redevient lui-même, et pour répondre à cette démonstration d’affection, ne trouve rien de mieux à faire que de lancer un regard brûlant de haine à l’esclave bafouée. Elle n’a pas le droit de franchir les limites comme ça. Elle n’a pas le droit de l’approcher contre sa volonté. Tout ce qu’elle peut faire, c’est s’éloigner de nouveau, pour épargner leurs cœurs lessivés.

La foule autour d’eux commence à se faire plus dense. Dans la précipitation, Lion a attiré toute l’attention. Difficile de prétendre qu’ils sont tous trois innocents alors qu’il ne reste plus qu’eux au centre de la place. Le voleur s’est carapaté sans laisser de trace. Au milieu de l’ouragan qui agite l’éternel enfant, Saoirse se dresse comme un roc inflexible et inébranlable. D’un calme olympien, sereine alors que les choses commencent à mal tourner, elle prend le temps de répondre aux provocations de Lion.

- Réfléchir te sauverait la vie espèce de petit con, siffle-t-elle froidement. Qu’est-ce que j’y gagne à vouloir t’aider hein.

Lion s’en moque bien, de ce qu’elle peut gagner dans cette histoire. Seul son petit nombril est digne de son intérêt. Le garnement s’est déjà détourné des deux jeunes femmes, tout à sa réflexion. Et il ne les attend même pas lorsqu’il reprend brusquement sa course, les invitant à peine à se joindre à lui. Il ne se retourne plus. Il fonce tout droit, tête baissée, sans vraiment savoir où aller. Bouger l’aide simplement à ne pas se laisser décourager. Immobile, il se sent impuissant. S’il bouge, peu importe où, il a l’impression de tout faire pour atteindre son objectif. Et ça fait taire ses pensées. Ça l’arrange bien, lui qui n’a jamais été doué pour les idées, qui a toujours préféré l’action à la réflexion.

S’éloigner de la foule et des deux esclaves lui procure une certaine sensation de liberté. Il est seul face à lui-même, et ça lui convient très bien. Il n’est pas fait pour le travail d’équipe. Il est le loup solitaire qui ne survit que grâce à lui-même, et qui n’a aucune considération pour ceux qui œuvrent à ses côtés pour pallier ses nombreuses failles. Alors que ses ailes commencent à se déployer, Saoirse les coupe net, faisant irruption dans sa trajectoire. En voilà une qui n’a pas été punie pour s’être éloignée de chez elle. La jeune femme n’a visiblement pas trop de mal à soutenir l’allure de Lion, ralenti par les badauds curieux qui font obstacle à sa course. Elle agrippe sèchement l’enfant par le bras, le ramenant en arrière alors qu’il voulait prendre la direction opposée.

- Par là ! indique-t-elle sans lui laisser le choix.

Lion arque un sourcil stupéfait. Et puis quoi encore ? Cette peureuse ose à peine sortir de sa tanière, et la voilà qui s’improvise guide touristique ? Elle prétend connaître la Cité et ses recoins interdits mieux que lui, le jeune bandit ayant grandi dans la rue ? Elle doit avoir une sacrée estime d’elle-même, cette nana, doublée d’un culot comme on n’en trouve plus, pour s’imposer ainsi. Elle ignore tout de ce qu’elle dit, et Lion se fera un plaisir de le lui expliquer. Alors qu’il ouvre la bouche pour riposter avec colère, la jeune fille ne se laisse pas faire et lui fait brièvement comprendre que l’idée n’est pas d’elle, mais d’Ezra. Un coup d’œil en arrière, et Lion note que l’esclave boiteuse ne les a pas suivis. Elle est sans doute loin derrière. Consciente de son allure ralentie, elle a dû envoyer sa comparse pour veiller sur le gamin déboussolé. Si c’est Ezra qui a donné les indications, Lion est plus à même de se laisser porter. Des deux esclaves, c’est bien celle au teint hâlé qui connait le mieux la Cité. Si elle a indiqué une direction en particulier, c’est qu’elle a une idée derrière la tête. Les deux autres n’ont plus qu’à se fier à son instinct. Lion se rembrunit, se dégage de l’entrave de Saoirse mais accepte de la suivre. Les deux compères s’élancent en silence, écartant les curieux sur leur passage. A mesure qu’ils s’éloignent de la place centrale, la foule s’étiole et les obstacles se raréfient. Lion prend sur lui pour ne pas dépasser Saoirse, sans doute moins habituée à fuir que lui. Il suit ses directives muettes, et tous deux se retrouvent bientôt devant un bâtiment abandonné, construit de plain-pied mais sur une longueur conséquente. Aucune idée de ce qu’il pouvait abriter auparavant. Lion reconnaît l’endroit, pour s’y être attardé deux ou trois fois. Un lieu idéal quand on veut se mettre à l’abri après s’être rempli les poches de façon illégale sur la Grand-Place. Mais, s’agissant de la seule construction désaffectée du quartier, elle n’en est que plus facile à repérer. Un choix à double tranchant. Un abri qui peut se refermer sur vous comme un piège. S’il s’est cloîtré là-dedans, le voleur est bien mal tombé. Son assaillant connaît l’endroit sans doute mieux que lui.

Alors qu’il s’apprête à s’élancer, gonflé de confiance et d’arrogance, Saoirse lui barre la route. Il lui renvoie un regard outré, offusqué, auquel elle reste insensible. Il voudrait l’inonder sous un flot de jurons, hurler tout le mépris qu’elle lui inspire, l’exhorter à se magner parce que le temps presse toujours autant, mais elle lui intime de se taire. Elle fait ça avec une autorité naturelle qui coupe l’herbe sous le pied du garnement impatient. Il émane d’elle quelque chose que Lion n’avait jamais senti auparavant. Une sorte d’énergie calme, tranquille, dont la force terrasse tout le reste. Ses gestes ne sont plus les mêmes, pas plus que son regard. L’esclave docile s’est transformée en traqueuse expérimentée. Ses yeux furètent à droite, à gauche, à la recherche d’indice laissés par la proie. Sa respiration reste calme et maîtrisée alors qu’elle vient de courir sous une chaleur écrasante. Elle a l’air dans son élément, et elle irradie tellement que Lion parvient à rester tranquille quelques instants. Il fait les cents pas le plus silencieusement possible, trépignant à l’idée que l’autre imbécile profite de leur immobilité pour s’échapper. Qu’est-ce qu’elle espère trouver, en agissant de la sorte ? Des pièces d’or semées comme pour leur indiquer le chemin à suivre ? Le voleur n’a pas l’air très futé, mais il n’est pas amateur à ce point-là…

Lion en est là de ses réflexions lorsqu’un tintement cristallin se fait entendre. Il se redresse de concert avec Saoirse. Ce bruit-là, il l’entend toute la journée, impossible de s’y tromper. C’est le bruit d’un écu qui tombe sur une surface froide. Il n’y a plus de traque silencieuse qui tienne. Le gamin bondit, talonné, il le sent, par la chasseuse inavouée. Il ne manquera pas de la chambrer à ce sujet, une fois que la tension sera retombée. Pour l’heure, il s’abandonne à l’adrénaline qui le propulse toujours plus loin. Il s’infiltre dans le bâtiment par ce qui était autrefois une fenêtre, et qui n’est plus qu’un trou béant ouvert à tous les vents. Ses gestes sont sûrs, sa course est fluide. Toute cette poursuite n’est que la répétition d’habitudes bien ancrées en lui. Trop pour disparaître, en dépit du manque de pratique. Sa vitesse naturelle le porte jusqu’à celui qu’il recherche. Terrorisé à l’idée d’avoir été suivi, le voleur s’est empressé de reprendre sa course. Lion n’a qu’à suivre le bruit de ses déplacements pour lui mettre la main dessus. Et ce qui devait arriver arriva. Ignorant tout de la configuration des lieux, le voleur se perd rapidement, et se retrouve acculé. Le soleil entame sa course vers l’horizon, mais il est trop tard pour profiter de la pénombre naissante. La frêle silhouette ne parviendra pas à s’en tirer.

- Allez, ça va mon gars, lance Lion d’une voix maîtrisée alors qu’il ne sait pas du tout comment réagir. Donne-moi c’te merde et casse-toi. J’veux juste c’te bourse, oublie pas l’écu qu’t’as fait tomber y’a deux s’condes, et j’te laisse filer. Deal ?


Spoiler:
@Ezra Aerys @Saoirse Crowley Roue du RP → Lion, Ezra A & Saoirse 484338566
Désolée de répondre si tard Roue du RP → Lion, Ezra A & Saoirse 480477335
Je vous laisse carte blanche pour la suite, Ezra peut s'être planquée quelque part au cas où le voleur tenterait de s'enfuir, est-ce qu'il a des potes dans le coin, est-ce qu'il va se mettre à pleurer, hurler, balancer l'argent de tous les côtés ? Roue du RP → Lion, Ezra A & Saoirse 2658157065 Je suis ouverte à toutes vos idées Roue du RP → Lion, Ezra A & Saoirse 2658157065 Roue du RP → Lion, Ezra A & Saoirse 3395933406

— code by lizzou —

Accro des points
Ezra Aerys
DATE D'INSCRIPTION : 28/02/2016 PSEUDO/PRENOM : Glacy MULTICOMPTES : Chris Wilson MESSAGES : 3144 CELEBRITE : Jessica Parker Kennedy COPYRIGHT : doom days (avatar) - frimelda (signa) METIER/APTITUDES : esclave de Roan (de retour) ▲ métier ingrat ▲ ancienne couturière, esclave domestique, prostituée TRIBU/CAMP : Rahjak POINTS GAGNES : 43
Accro des points

Roue du RP → Lion, Ezra A & Saoirse Empty Re: Roue du RP → Lion, Ezra A & Saoirse

le Sam 14 Mar 2020 - 23:57

   
Roue du rp
Ezra & Saoirse & Lion

   
« Like so many things, it is not what is outside but what is inside that counts. »
@Saoirse Crowley qui m'écoutait et suivait mes instructions. Sachant ce que je faisais. Sachant que je n'étais pas celle la plus avantagée physiquement alors que ma jambe toujours un peu boiteuse me retiendrait et les ralentirait. Néanmoins, j'avais cet avantage indéniable de connaitre les recoins de la cité. Ces ruelles elles étaient devenues un territoire de jeu lorsque j'étais gamine, parcourant la cité en courant et riant avec ma soeur de coeur. Les ruelles environnant les commerces, je me les étais aussi appropriée avec un soin particulier lorsque j'étais au bordel. Une nécessité et une assurance. Une préférence afin de connaître les habitudes des clients. Des clients qu'il pouvait être facile de repérer car certains devenaient coutumier des ruelles menant des tavernes aux bordels aux commerces. Des ruelles qui se mêlaient, qui se partageaient. Des établissements qui se suivaient en pied de la marmite autour de la grande place. Un véritable réseau. Et certains propriétaires qui se faisaient d'autant plus de concurrence afin de prendre le pouvoir, voir de racheter d'autres établissements, d'autres commerces. Ces ruelles j'avais donc appris à les connaître, à les mémoriser lorsque j'étais de sortie du bordel, avec d'autres filles, des catins pour d'autres mais des soeurs pour moi, des amies.

Des ruelles que j'avais appris à mémoriser aussi pour savoir quels coins éviter au coeur de la nuit. Pouvant être une prostituée, à l'abri au sein des murs du bordel et avoir le pouvoir là-bas, mais en dehors la nuit était noire, pleine de terreur. Il y avait ces ombres qui se mouvaient et qu'on ne voyait qu'au dernier moment. Il y avait ces alcooliques qui titubaient, et qui soudainement devenaient agressifs. Dans l'obscurité se cachait aussi les prédateurs, se mélangeant aux ombres, glissant les longs des murs de la cité. Les gardes patrouillaient, assurant la sécurité et la tranquillité au plus près du palais royal. Les gardes maintenaient l'ordre mais toutes les ruelles n'étaient pas pour autant sûres lorsque le crépuscule tombait. Certaines ruelles n'étaient pas même sécurisées en plein jour. Il y avait des quartiers bien plus pauvres. Des quartiers aucun membre de la royauté ne mettait les pieds, ni les nobles. Restant à l'abris dans leur belle demeure. Mais au plus bas de la cité, se mêlait dans la pauvreté les mendiants, les voleurs de bas étage, la mort, la maladie. Déchets encombrant les rues. L'odeur de l'urine. Il y avait la misère et la crasse. M'étant déjà aventurée là-bas. Mieux valait ne pas s'attarder. Vers des ruelles plus obscures que des sorciers pouvaient être rencontrés. Certains plus arnaqueurs que sorciers. Autant qu'il y avait de la beauté dans la cité, existait le marché noir, les combats clandestins qui pouvaient commencer dès lors que la nuit tombait. Non, mieux valait faire attention. Et connaissant bien les dangers qui existaient, ces prédateurs qui guettaient leurs proies au prochain détour, au prochain tournant. Ayant été cette proie. Ayant faillit me faire violer au détour même de cette ruelle, de ce raccourci que j'empruntais actuellement. Sauvée par Shanareth. Une réalité que je n'aurai jamais cru possible. Un mercenaire sauvant un esclave. Ou plutôt une mercenaire sauvant une esclave. Comment ne pas tomber dans ses bras après cela ? Comment ne pas succomber encore plus que j'avais succombé ? Etant alors déjà mordue, mais je ne savais juste pas à quel point j'étais devenue une droguée alors. Devenant mon addiction. Ayant volé mon coeur. Doigts qui se refermaient sur le pendentif en forme de vipère qui pendait à mon cou. Petits yeux émeraudes se dardant sur le prochain venu. Ruelle que je traversais pour en rejoindre une seconde. Chassant au passage les souvenirs et les ombres pour me concentrer sur la tâche la plus importante.

La tâche la plus importante qu'il fallait alors réussir était celle de retrouver le voleur. Ce qui comptait alors. Ce qui comptait était d'aider @Lion F. Ishtarr et de le sauver par la même occasion. Que consciente des enjeux. Consciente qu'il risquait sa vie à chaque fois qu'il s'engageait dans ses chemins de travers, autant que j'avais vu des bagarres être déclenchés dans les ruelles pour quelques éclats d'or. Ce qui comptait. Ce qui faisait vivre le peuple. L'or. Une denrée matérielle. Une denrée réelle et bien vivante, pourtant que trop présente dans les mines d'or. De l'or que des esclaves arrachaient à la force de leur bras. Gouttes de sueur qui s'écoulaient leur long de leur front alors qu'ils creusaient encore et encore. L'obscurité qui devenait leur seule compagne. Le soleil qu'ils ne revoyaient jamais. Dans ces tunnels, dans ces mines qu'ils mourraient. Peu réussissait à s'échapper de cette obscurité sans fin. Frisson qui manquait de me glacer le dos alors que je pensais ceux en bas. Chanceuse alors que le soleil guidait mes pas. Ses rayons sur ma pas. Foi difficilement conciliable mais vers laquelle je me reconnectais doucement. Dieu du soleil qui continuait peut être de me guider, adjoint aux souvenirs alors que je me dirigeais vers l'une des cachettes les plus propices pour les voleurs et la raclure.

Une silhouette aperçue. Voleur au corps squelettique. Plus grand que @Lion F. Ishtarr. Le teint aussi hâlé, marqué par le soleil, la pauvreté et peut être la maladie. Ne voulant sans doute que survivre lui aussi. Voleur pris au piège alors que devant lui se dressait @Lion F. Ishtarr et @Saoirse Crowley. Le voleur et l'esclave. Un duo étrange. Un trio encore plus comique. Mon regard qui s'attardait sur la silhouette des deux comparses. Elle si timide mais ayant pourtant suivie, s'étant engagée dans cette voie. Elle n'était pas obligée de suivre. Elle n'était pas obligée de s'engager dans ce chemin, de se forcer à venir mais elle l'avait fait. Une marque de courage. Courageuse elle l'était. Cela ne paraissait pas, alors qu'elle semblait avant tout suivre les ordres. Peut être trop calme pour moi. Certainement trop calme et trop timide à mon goût. Ayant besoin de piment. Ayant besoin de sentir les flammes au bout de mes doigts au risque de me brûler. Mais respectant aussi l'idée qu'elle ne puisse vouloir se brûler. L'esclave d'@Astrid Helgusson. Méfiante sans doute à cette idée alors que c'était sa maîtresse qui m'avait empêché de fuir la première fois, m'avait vendu à @Roan Ezeriel. Me demandant si elle connaissait le versant de cette histoire. Peut être pas. Mais ces détails n'étaient pas forcément les plus importants. N'étant pas non plus la grande fan de la rouquine au tempérament de feu, bien qu'il était certain qu'elle était sublime. Charme qui n'avait pas fonctionné. N'ayant pas réussi à la faire craquer. Trop de différences. Mais ne pouvant que me demander pendant une brève seconde comment elle était en tant que maître, si @Saoirse Crowley était bien traité. Questionnement qui n'avait toutefois sa place à cet instant. Et @Lion F. Ishtarr qui était juste à côté d'elle, paraissant tout maigrelet mais son insolence était toujours là. Regard rusé que certains méprenaient. S'arrêtant aux silhouettes sans creuser plus loin, sans chercher à voir derrière les masques. Une erreur alors que derrière chaque masque, se cachait bien plus. Chaque personne jouant son propre jeu, cachant parfois ses intérêts, servant les siens et masquant bien souvent un tempérament de feu. Ne doutant pas que ces deux là associés pouvaient faire un beau duo.

Souffle repris alors que je m'approchais non sans jeter un rapide coup d'oeil autour avant de m'avancer un peu plus dans la direction de l'homme se tenant entre lui et moi, aussi silencieusement qu'il soit. La voix de @Lion F. Ishtarr qui résonnait alors que ce dernier prenait la parole. Ne pouvant m'empêcher de lever les yeux au ciel en entendant son discours. Me demandant s'il savait pendant une once de seconde ce qu'il faisait. Faisant le beau certes, mais se rendait-il que bien que le voleur paraissait squelettique, lui paraissait encore plus petit à ses côtés. Un bébé lion simplement. Plus mignon que dangereux bien qu'il n'était pas à douter qu'il pouvait sortir ses griffes, ou plutôt qu'il pouvait rugir. Savant le faire. Savant où appuyer pour faire mal, c'était certain. Trio qui faisait néanmoins le poids bien même s'il était composé d'un gamin, d'une esclave au visage doux et d'une esclave boiteuse. Trois contre un alors que j'étais derrière, c'était jouable. Mais comme toujours les dés ne cessaient de rouler. Les dés continuaient de rouler le long de la table tandis que les joueurs se penchaient, hésitant pour savoir s'ils allaient abattre leur dernier jeu de carte au risque de tout perdre ou tout gagner.

Voleur qui éclatait de rire alors que soudainement de l'ombre surgissait des colosses. Des colosses que je n'avais pas remarqué. N'ayant pas remarqué les ombres, trop focalisée sur la scène qui se jouait devant moi. Cette erreur. Cette erreur de débutante. Cette erreur que j'avais déjà commise au coeur de la forêt, bien que j'avais là-bas aussi appris à faire attention. Tout arbre pouvant dissimiler un prédateur. L'ombre pouvant les dissimiler aussi. Quand les bêtes sauvages étaient sortis, la chasse commençait. Et si le voleur paraissait maigre, squelettique, ceux-là étaient bâtis comme des armoires à glace. Cicatrices le long du visage. Peut être des mercenaires ou des combattants illégaux. Peu importait. Peu importait le passé, ce qui sautait aux yeux c'est qu'ils savaient se battre. Armés. Pivotant pour découvrir deux nouveaux colosses surgir par derrière, s'avançant dans ma direction de même que d'autres surgissaient des autres côtés pour englober @Saoirse Crowley et @Lion F. Ishtarr. Le voleur qui au centre continuait de rire. Des deux voleurs je me demandais lequel se sentait le plus en puissance en ce moment. Ne pariant pas étrangement sur @Lion F. Ishtarr. « Et si on t'casse la gueule et s'occup' des dam'zlles? » Dévoilant un sourire. Evidemment. Evidemment. Sourire de prédateur. Toute dents dévoilés alors que les comparses à côté ne pouvaient que rire, espérant sans doute se partager la mise. Sans doute l'une des raisons pour lesquels je me retrouvais toujours plus attirée par la gente féminine. Il n'était jamais trop difficile d'en venir à être répugnés par les hommes. Mais ne comptant servir d'hors d'oeuvre. Ayant déjà donné. Faisant des pas lentement en direction du voleur situé au centre de la ruelle, pour me rapprocher par la même occasion de @Saoirse Crowley et @Lion F. Ishtarr. Pas lents mais mesurés. Comme replongé. Replongée dans les souvenirs où la démarche se faisait plus séductrice, où les scènes de violence se superposaient avec les souvenirs. Cheveux bruns rejetés en arrière, alors que m'approchant de lui, je me penchais légèrement dans sa direction. Proche. Il ne suffisait de lui faire que quelques pas pour m'empoigner. Dégoûtée par l'apparence de l'homme encore plus laid de près que de loin mais ne montrant rien. Quelques pas, ce qui me séparait de lui mais aussi d'eux. Et eux étaient la priorité. Pas l'or. Pas les hommes. Eux. Assurer qu'ils étaient saufs. Instinct maternel resurgissant. M'approchant encore plus jusqu'à poser mes doigts sur les bras de l'homme. « Et si on laissait les gosses tranquilles... » et laisser les adultes continuaient la conversation. Des gamins. Ils n'étaient pas des gamins mais préférant encore qu'ils les croient totalement haut comme trois pommes. Encore des gamins en soit. Du moins @Lion F. Ishtarr l'était à mes yeux. Comme un enfant jamais eu. Quant à @Saoirse Crowley, il était simplement hors de question qu'on la touche. Et pensant à cette dague, glissé le long de ma botte. Pensant à cette dague qui ne me quittait plus depuis que j'avais fui, dont eux ni mes camarades de galère n'avaient connaissance. A défaut de dague j'espérai qu'ils auraient la décence d'esprit de prendre la fuite et ne pas vouloir jouer les sauveurs. Espérant qu’ils ne feraient pas d’histoire et prendraient juste leurs jambes à leur cou. Espérant encore plus que lui partirait. Après tout, il avait jusqu’à là toujours voulu me faire comprendre clairement qu’il me détestait pour l’avoir abandonner, sans doute n’aurait-il pas de difficultés à me rendre cette fois-ci la pareille. Ce que j’attendais à vrai dire de lui qu’il m’abandonne. Et elle aussi.

Spoiler:

Alors du coup je suis partie sur l'idée que tu proposais, enfin l'une d'entre elle parce que pour le coup il va pas rendre gentiment l'or mais va être rejoint par des comparses, qui vont vouloir un peu plus évidemment. Et il y a Ez qui s'enfiche de la bourse d'or, et qui veut juste que Sao et Lion soient saufs, et qui aimeraient bien qu'ils soient télépathiques et aient conscience qu'elle porte sur elle une dague, pour peu que ce soit utile à l'avenir Roue du RP → Lion, Ezra A & Saoirse 1689179954

Dites-moi si cela vous va, si je suis partie trop loin ou quoi, j'avais un peu le rire diabolique du voleur méchant en tête quand j'écrivais Roue du RP → Lion, Ezra A & Saoirse 3932957285 La fin est évidemment modifiable si cela convient pas vis-à-vis de vos personnages Roue du RP → Lion, Ezra A & Saoirse 484338566

@Saoirse Crowley @Lion F. Ishtarr Roue du RP → Lion, Ezra A & Saoirse 484338566
(c) DΛNDELION
Admin - Apocalypse Please
Saoirse Crowley
DATE D'INSCRIPTION : 13/04/2016 PSEUDO/PRENOM : Mystery Light MULTICOMPTES : Liam, Near, Elijah, Cassandre, Jade MESSAGES : 2461 CELEBRITE : Taissa Farmiga COPYRIGHT : loudsilence. & Signa : ishtar ÐVÆLING, Wookid golden age METIER/APTITUDES : Esclave Rahjaks, ancienne Pikuni (botaniste, soin) TRIBU/CAMP : Ancienne Pikuni POINTS GAGNES : 4
Admin - Apocalypse Please

Roue du RP → Lion, Ezra A & Saoirse Empty Re: Roue du RP → Lion, Ezra A & Saoirse

le Ven 27 Mar 2020 - 2:40



Roue du rp


Lion, Ezra, Saoirse.


Elle est agacée Saoirse mais tente d’aider comme elle peut. Elle ne va pas dire qu’elle a l’altruisme dans la peau même si c’est vrai qu’elle peut se montrer compréhensive à un certain degré. Elle comprend que Lion soit dans la merde, elle peut comprendre aussi qu’il soit une boule de nerf prête à exploser mais elle comprend moins quand ça lui tombe dessus alors qu’elle ne cherche qu’à l’aider et que lui n’est que celui qui se borne à ne pas vouloir comprendre, à vouloir simplement montrer que sa vie est en danger, et elles de leur vie à Ezra et à elle, ne l’est-elle pas plus que la sienne en danger tous les jours dans cette cité ? Elle reste calme pourtant Saoirse parce qu’elle a compris depuis longtemps que s’énerver ici ne servait à rien. Il y a le sarcasme comme toujours mais là elle est juste comme déjà fatiguée de ce qu’il va se passer avec ces deux-là qui n’ont jamais les bonnes réactions qui leur sauverait la vie.

Pour un moment elle hésite à les laisser en plan. Il ne la prend pas en otage, n’a rien contre elle, elle pourrait tout simplement le laisser se débrouiller à aller vers une mort certaine si l’altruisme si caractéristique aux Pikunis ne se trouvait pas là quelque part dans son âme, comme un morceau d’elle impossible à retirer, qu’elle ne veut pas qu’on lui enlève, cette partie qui lui montre qu’elle est différente de tous ceux qui se trouvent ici. Il y a des exceptions bien sur mais ils le lui montrent et Lion en premier qu’il n’y en a pas beaucoup dans cette cité, qu’ils se comptent peut-être à peine sur les doigts d’une main. Et pourtant elle est la première à courir sa suite après l’indication d’Ezra. Elle le voit s’insurger bizarrement silencieusement de sa façon d’agir avant qu’elle ne lui précise que l’idée ne vient pas d’elle. La seulement, il voudra bien la suivre, ou prendre les devants parce qu’il est fonceur sans prendre le recul pas même juste dans sa tête avant d’exprimer ce qu’il veut dire, être qui il veut être. Il n’a pas de filtre alors qu’il devrait bien en avoir, ne pas être esclave ne lui donne pas tous ces droits qu’il semble se donner par rapport à eux, par rapport à elle et au manque de considération qu’il aura toujours pour elle.

L’instant dure une fraction de seconde puis ils s’engouffrent dans les rues, semblent d’accord pour un moment du moins de jouer cette partition identique pour deux êtres si différents. Le lieu désaffecté semble bien idéal pour une planque. Quelque chose lui dit à Saoirse que l’individu regrettera amèrement de ne pas s’être caché dans cette foule encore danse parce qu’elle sait qu’il aurait pu leur échapper si sa décision avait été tout autre, pas cet endroit complètement désert. Sauf eux. Et l’individu qu’ils traquent désormais. Drôle de se dire qu’elle le devient par sa faute à lui qui fonce toujours sans réfléchir, lui qu’elle arrête d’un geste pour qu’il écoute un peu. Pas longtemps mais juste assez pour repérer ce qui change, l’atmosphère, les sons. Saoirse sait que Lion ne tiendrait pas une heure en vie dans la forêt. Mais il n’ira pas non plus alors elle imagine que le problème est réglé quand le bruit attendu intervient. Si elle s’attendait à un bruit de déplacement, c’est un tout autre qui leur donne la direction de celui qu’ils traquent. Et ça l’étonne que Lion propose le deal, ça l’étonne tout simplement que tout semble se passer aussi facilement que ça. Ils devraient le savoir que rien n’est jamais simple par ici.

La voilà qui jure silencieusement quand le voleur a ce rire pompeux, si sur de lui quand deux silhouettes s’avancent dans cette lumière qui leur est accordée, quand d'autres se rajoutent encore. Trop mitigée face à ce qu’il se passait face à elle qu’elle n’avait pas fait suffisamment attention aux éléments de cet endroit désaffecté, semblant vide de toute vie hors les quatre présents. Douteux. Voilà ce qu’elle avait pensé, douteux qu’ils s’en sortent si rapidement face à l’homme étrangement calme depuis le départ, depuis la tirade d’un Lion si sûr de lui. L’est-il encore à présent ? Elle ne l’est pas. Elle cherche déjà une échappatoire quand Ezra s’avance, manigance, sans qu’elle parvienne à deviner ce plan fait à la hâte. Ils sont nombreux et même avec cette idée derrière la tête qu’elle n’est pas si sans défense qu’elle semble l’être à utiliser stupidement l’atout de son corps pour tout et n’importe quoi, c’est stupide se mettre ainsi en danger de faire le pas en pensant agir pour le bien commun qui n’est pas le sien. Elle est peut-être armée mais Saoirse s’en moque bien : elle n’a jamais rencontré quelqu’un d’aussi suicidaire qu’elle. « Ravie de voir que je ne suis pas la seule suicidaire du coin. » Elle s’en fiche que l’information soi ainsi balancée : ils le savent déjà. « Et maintenant quoi, on se barre en saluant ta bravoure ? Merci mais non merci. Les gardes arrivent de toute façon. » Elle ne bluffe qu’à moitié, elle les a vu les repérer dans la rue à courir comme des dératés. Troubler l’ordre public c’est jamais bon pour la cité, jamais bon pour ceux qui la troublent. Elle entend déjà du mouvement non loin, comme des pas précipités de course. Elle ne sait pas qui a plus à perdre, Lion et l’or perdu ? Eux de se trouver là près de ces truands semblant si sûrs d’eux. Il y a comme une once de défi dans la voix de celle qui détestera toujours que l’on prenne les décisions pour elle, ceux qui jugent à mettre des gens dans des cases. Elle n’a jamais été qui ils pensaient qu’elle était.


Spoiler:
@Ezra Aerys @Lion F. Ishtarr  Je me suis un peu emportée Roue du RP → Lion, Ezra A & Saoirse Icon_arrow    

— code by lizzou —

Contenu sponsorisé

Roue du RP → Lion, Ezra A & Saoirse Empty Re: Roue du RP → Lion, Ezra A & Saoirse

Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum