Aller en bas
Rachel A. Gomez
DATE D'INSCRIPTION : 07/05/2018 PSEUDO/PRENOM : Dumbass*Angel MULTICOMPTES : non MESSAGES : 237 CELEBRITE : Chloe Bennet COPYRIGHT : Lunaeye (avatar), crackintime (signature) METIER/APTITUDES : cuistot, avec aptitudes en botanique et cuisine POINTS GAGNES : 100
Voir le profil de l'utilisateur

it's just a spark|| ft Sierra Empty it's just a spark|| ft Sierra

le Sam 26 Jan - 7:46

it's just a spark, but it's enough
La perfection n’existe pas, les miracles non plus. Ce n’est pas du jour au lendemain, que je me remettrais sur pied. Le vide en moi, auquel je refusais de faire face, m’a marqué à un tel point qu’encore aujourd’hui, mon physique et mon mental ne s’en sont pas complètement remis. On a beau me dire qu’avec le temps, je verrais la différence, que je ne percevrais plus le monde de la même façon, il me reste un très long chemin devant moi. Je devais faire un trait sur mes anciennes habitudes de vie. Comment? Bah déjà, il serait préférable de ne pas éviter les conversations avec les autres Cents. Pas d’excuses pathétiques, pas d’horaire irrégulier pour ne pas être dérangée. Rien que ces deux points feraient toute la différence. De plus, il me faudrait trouver la force de manger des repas plus complets ainsi que … ah, c’est là que le bas blesse. Dormir, anodin pour certains, mais dans mon cas, je n’arrivais guère à fermer les yeux de la nuit. Je criais ou je pleurais, mes mains tremblantes dès que je me réveillais soudainement. Des cauchemars me gardant éveillée pendant presque toute la nuit. J’osais croire qu’en parlant avec Chris et Jude, mes problèmes d’insomnie se feraient plus rares. Même si je ne pouvais pas le qualifier de pire, mon sommeil restait très peu reposant.

Dès les premiers rayons du soleil ce matin, je ne pus rester dans la tente. Impatiente? Non. Cependant, je ne mentirais pas en disant que mes cauchemars s’étaient empirés. Les changements à mener niveau mental prendraient sans aucun doute plus de temps. Cela pourrait me prendre encore des mois, avant que ces images horribles ne viennent perturbés mon repos. Qu’à cela ne tienne; je me révillais et me préparait rapidement à sortir. Une fois en plein cœur du campement, je pris le temps d’observer qui se levait au même moment que moi. J’aperçu quelques personnes, dont des chasseurs, prêts à passer par la cuisine et y déposer le fruit de leur chasse. Je me remis en route, saluant quelques personnes au passage, interaction assez étrange, autant pour les autres que pour moi. Est-ce que cela venait vraiment du cœur? En partie, oui. Je faisais du mieux que je pouvais pour ne pas me renfermer comme autrefois. Néanmoins, ce n’était pas parfait. Je ne passais pas beaucoup de temps avec eux, rétorquant que j’avais du boulot en cuisine. Ironiquement, dans le cas présent, je ne mentais pas. Dès que je franchis l’entrée, je pus apercevoir les carcasses d’animaux. Je me roulais dons les manches avant de commencer à découper et dépecer l’animal mort non loin de moi. Heureusement, ce matin-là, les autres Cents travaillant également en cuisine vinrent me porter main forte, ce qui nous permit de terminer les tâches assez rapidement.

Je ne sais pas exactement le moment exact où on réussit à tout terminer, mais lorsque ce fut le cas, un soupir de fatigue se fit entendre. On pût rapidement reprendre l’horaire des repas, question que ce midi, personne ne vienne se plaindre qu’il manquait de ‘ci’ et de ‘ça’.  Malgré un dur matin en cuisine, je pouvais mieux respirer, préparer le reste des choses pour la journée. Étonnamment, je n’ai pas cherché à prendre la fuite, quand les gens en cuisine commencent à poser des questions plutôt personnelles. Quelle évolution, quand même!  Je me souviens qu’avant, dès que ça sentait le roussi, je me réfugiais en pleine forêt, à la recherche de plantes et de fleurs. Des petites manies que je perdais, que Jude et Chris ne verraient probablement jamais. Mais … avais-je vraiment besoin de leurs mots d’encouragement? Non, absolument pas. Il faudrait sincèrement que je me comporte comme un vrai Cent, et que je prenne soin de tout ce qu’on possède. « Tu peux aller manger, Rachel. » Je hochais simplement la tête, avant de saisir une feuille et quelques bouchées du repas de ce soir. Je sortis rapidement à l’extérieur, trouvant un recoin plus tranquille pour y prendre place et grignoter. Mon regard sauta d’une personne à une autre, des visages plus ou moins connus dans le cas de quelques personnes.  Je venais à peine de prendre place lorsque j’entendis une voix assez familière m’appeler. Il s’agissait d’’une de plusieurs victimes de ma haine. « Salut Sierra. » Juste une courte façon de la saluer, ne sachant pas si elle viendrait déverser sa haine, ou si elle voulait vraiment juste me parler comme entre habitants du même campement.
code by EXORDIUM.

Sans peurs et presque sans reproches
Sierra Megara
DATE D'INSCRIPTION : 27/07/2014 PSEUDO/PRENOM : Sammix MULTICOMPTES : Adriel MESSAGES : 17794 CELEBRITE : Barbara Palvin COPYRIGHT : Zuz' + Tumblr METIER/APTITUDES : Ramasseuse de fruits & plantes / Agricultrice / Parcourir la forêt à la recherche de nouvelles plantes & fruits TRIBU : Les 100 POINTS GAGNES : 400
Voir le profil de l'utilisateur

it's just a spark|| ft Sierra Empty Re: it's just a spark|| ft Sierra

le Sam 26 Jan - 19:55
    Les choses n'ont jamais été simples sur le campement depuis notre arrivée sur terre voilà maintenant quelques années. Nous avons perdus certaines personnes, disparues sans laissées de traces, d'autres sont mortes sous nos yeux, ou alors nous avons trouver leur corps un peu plus loin du campement selon. Mais nous ne pouvons pas dire que nous avons été épargnés, c'est même tout le contraire qui s'est produit. Mais tout le monde ne réagit pas de la même façon face à ses pertes, car nous n'avons pas tous les mêmes liens entre nous non plus. Je sais que je suis la bonne amie, un peu trop positive parfois, un peu lourde donc par définition mais qui veut votre bien. Et ça ne plait pas forcément à tout le monde malheureusement, je le sais mais ça ne m'empêche pas de continuer à agir dans ce sens, pour le bien du campement. Parce que c'est toujours ce que j'ai en tête, le bien de tous, avant mon propre bien, c'est pour ça que je me démène dans le potager pour que tout le monde puisse manger à sa faim. Evidemment, ça ne fait pas tout, il faut compter sur la cueillette et les chasseurs aussi pour apporter de la nourriture à nos cuisiniers. Et quand je pense cuisiniers, je pense à Taël à qui j'ai fait une petite coupe de cheveux, mais je pense aussi à Rachel. Je la connais moins que le bouclé, elle est assez refermée sur elle-même, la communication n'est pas son fort, pourtant, j'ai montré que j'étais là, si elle en avait besoin, laissant toujours entre ouverte ma porte pour elle, et pour quiconque. Mais je n'ai jamais insisté sur le moment la laissant en paix puisque c'était ce qu'elle désirait pourtant elle le pourrait pas rester dans cette solitude trop longtemps, dans le déni aussi. Bien entendu, il est facile de dire que le temps fera son oeuvre pour passer un peu de baume sur son coeur, et c'est vrai mais le temps ne passe pas à la même vitesse pour chacun d'entre nous, je le sais bien. J'ai attendu qu'elle revienne, en vain, alors j'ai décidé de ne plus l'attendre et que si jamais je la croisais au détour d'un chemin dans la forêt, alors je lui parlerais, je la prendrais dans mes bras si je le pouvais. Quelques choses s'était pourtant brisé pour qu'elle ne revienne pas vers moi, mais quoi ? Je ne pouvais pas savoir, je n'avais aucun moyen de la contacter malheureusement, et pour souvenir, j'avais cette constellation sur l'épaule qu'elle m'avait fait la dernière fois que nous nous étions croisée elle et moi. Peut être qu'elle était morte, peut être qu'elle avait décidé de fuir, je ne saurais dire, je n'avais aucun moyen de savoir, mais au fond de mon coeur, il y avait cet espoir de la revoir un jour. Pour Rachel, c'était différent évidemment, l'espoir n'était plus là, mais je n'allais pas m'amuser à remuer le couteau dans une plaie qui avait encore du mal à cicatriser.

    " Hey Rachel. "

    Pourtant aujourd'hui, c'était presque elle qui faisait le premier pas vers moi ce qui me réjouissait. Je venais de la saluer et elle n'avait pas fui comme bien souvent. Elle semblait avoir réussi, commençant à aller de l'avant malgré les circonstances pesant sur son coeur meurtri. Alors je répondais un sourire franc et massif à sa salutation de retour. Je ne lui en voudrais jamais, au contraire, je voulais tenter de la ramener vers nous, vers les autres.

    " Super ton repas aujourd'hui. "

    Un petit compliment sincère lui ferait du bien. Je ne disais pas ça pour faire la lèche, non, mais bien lui faire comprendre que si certains critiquaient souvent, ce n'était pas mon cas, je me contentais de ce qu'elle préparait, elle et les autres et aujourd'hui, je trouvais ça très bien, mieux que d'autres fois, alors je le lui disais alors que j'avais pris place à ses côtés.
Rachel A. Gomez
DATE D'INSCRIPTION : 07/05/2018 PSEUDO/PRENOM : Dumbass*Angel MULTICOMPTES : non MESSAGES : 237 CELEBRITE : Chloe Bennet COPYRIGHT : Lunaeye (avatar), crackintime (signature) METIER/APTITUDES : cuistot, avec aptitudes en botanique et cuisine POINTS GAGNES : 100
Voir le profil de l'utilisateur

it's just a spark|| ft Sierra Empty Re: it's just a spark|| ft Sierra

le Mer 30 Jan - 6:07

it's just a spark, but it's enough
Ce serait stupide de dire que je n’ai guère reçu d’aide de qui que ce soit. Si on n’est pas venu me voir, après cette tragédie, c’est simplement parce que je me suis immédiatement établi des barrières. Je ne voulais pas qu’on voit la chose fragile que je devins, et surtout, je refusais d’entendre ou de voir une quelconque once de pitié. Je préférais largement être ignorée qu’être traitée comme la ‘malchanceuse’. Une attitude qui n’empêcha pas certains de venir me voir, de me demander ce qui n’allait pas. Des réponses très brèves au début, ce qui dissuada plus d’un de me déranger trop longtemps. Puis, au fur et à mesure, je verbalisais plus souvent ma peine, non sans affirmer que je la supporterais. Quelques personnes se permirent tout de même de me donner des conseils. Je les réfutais immédiatement, argumentant mon avis avec véhémence. Pourtant, leurs paroles n’étaient pas tombées dans l’oreille d’un sourd. Que ce soit des cents, des odysséens ou même des terriens, je les gardais en tête, les entassant sans vraiment y faire attention, jusqu’au moment où j’éclatais. Là, devant Chris et Jude, j’avouais mes pires pensées, j’admis avoir songé à commettre l’irréparable, même. Le temps qui pensait les maux, alors qu’en fait, il ne fit que les accroître. Mais c’est devant ces plaies ouvertes que les diverses recommandations ressurgirent. Il me fallait passer au travers de plusieurs avant de m’estimer en voie de guérison. Certaines étaient moins plaisantes que d’autres. La pire resterait celle de vivre en portant les bons souvenirs, sans pour autant qu’ils ne me semblent amers en bouche. Comment est-ce que les gens faisaient, pour repenser à leurs êtres chers sans avoir envie de juste s’effondrer? Ne ressentaient-ils pas le vide laisser derrière? Et de quelle façon trouvèrent-ils la bonne raison de ne pas simplement abandonner? La Terre ne me semblait guère aussi splendide que lorsque j’avais foulé le sol, la première fois. Même le simple fait de voir la joie sur le visage d’une autre personne me forçait à me questionner sur ce qui n’allait pas chez moi, à me faire enrager et à maudire le moment où je décidais de me reprendre en main. Un vrai yoyo, vous l’aurez deviné. Une instabilité qu’on me dit normale, et pourtant, je ne m’étais jamais sentie aussi impuissante devant mes émotions. Tantôt, j’avais espoir que ça irait mieux, et quelques minutes plus tard, j’en revenais à la case départ, estimant qu’il n’y avait rien à faire.

[i]Une étape à la fois[i]. Oui, il fallait que j’y repense. Rome ne s’est pas construite en un jour, et un tel chagrin ne s’arrêterait pas instantanément. Donner du temps au temps, et essayer de franchir certaines phases. La première, non pas par sa facilité si ce n’est parce qu’elle nécessite un travail constant, eh bien c’est celle de la communication. Je m’étais réellement renfermée, forçant les autres à s’éloigner, à cesser de me parler complètement, dans les cas plus extrêmes. Mais par où commencer? Une tâche si vague et si vaste … on aurait dit que je me trouvais sur un chemin aux directions multiples. Je finis par me décider, en sortant de mon habitude et restant présente après le repas. J’essayerais, par la même occasion, de reprendre un régime plus équilibré, comme le souhaitait Jude. J’avais perdu beaucoup de poids, n’ayant plus mon appétit d’autrefois. Je me portais un peu mieux, mais il me manquait encore quelques courbes. Toujours est-il que j’étais présente pour interagir avec les autres, ce que je fis en voyant Sierra, non loin. Une brève salutation à laquelle la jeune femme me répondit rapidement, accompagnant le tout d’un sourire franc. J’essayais d’en faire autant, bien que dans mon cas, ce fut bref et peu inspirant. Elle ne broncha pas, venant plutôt complimenter le repas d’aujourd’hui. « Ah … merci. Je … je n’ai pas tout fait, il y a d’autres cuisiniers qui m’ont aidé, tu sais. » Malaise qui se créa dans mon discours en la voyant prendre place à côté de moi. Depuis combien de temps n’avais-je pas participé ainsi aux repas? Depuis … eh bien depuis que je me suis éloignée du groupe, je n’ai plus manger en présence de qui que ce soit. Normalement, je grignotais quelque chose en pleine forêt, au calme, dans le silence complet. Et ça, c’est quand je mangeais de façon régulière! Ce n’était donc pas étonnant que la présence de Sierra, de quelques cents me rende de nouveau nerveuse, voire craintive. Retomber dans des habitudes que j’avais alors que mon frère était encore parmi nous … c’est un autre coup dur sur le moral.
code by EXORDIUM.

Sans peurs et presque sans reproches
Sierra Megara
DATE D'INSCRIPTION : 27/07/2014 PSEUDO/PRENOM : Sammix MULTICOMPTES : Adriel MESSAGES : 17794 CELEBRITE : Barbara Palvin COPYRIGHT : Zuz' + Tumblr METIER/APTITUDES : Ramasseuse de fruits & plantes / Agricultrice / Parcourir la forêt à la recherche de nouvelles plantes & fruits TRIBU : Les 100 POINTS GAGNES : 400
Voir le profil de l'utilisateur

it's just a spark|| ft Sierra Empty Re: it's just a spark|| ft Sierra

le Ven 1 Fév - 17:37
Nous avions tous connus des moments difficiles par ici, personne n'avait été épargné par la perte d'êtres chers que ce soit de notre côté, du côté des plus jeunes, ou du côtés de l'Odyssée, des plus vieux pour la plupart. Depuis notre arrivée sur terre, je n'ai plus eu de nouvelles de mes parents, et quand j'ai croisé des personnes de l'Odyssée, ils ne semblaient pas être là non plus. Peut être qu'ils avaient été mis au courant de mon éjection sur terre avec cent autres jeunes et qu'ils avaient décidés de le faire savoir aux autres qui n'avaient pas fait dans la demi-mesure de les éjecter dans l'espace. Peut être qu'ils avaient été dans une partie de la station qui avait été si endommagée en venant sur terre qu'ils n'ont pas survécu. Je suis dans l'ignorance, mais au fond, je ne préfère presque pas savoir ce qui a pu leur arrivée, comme ça, je ne me fais pas de soucis outre mesure pour eux. Je sais c'est moche de réagir de la sorte, mais s'ils sont encore en vie du côté des odysséens, je sais que je vais me faire du soucis pour eux avec tout ce qui nous tombe sur la tête depuis maintenant plusieurs années. Ce n'était pas un sujet que j'évoquais avec quiconque, personne ne m'avait réellement posé la question non plus, comme si ce sujet là était un peu tabou même après des années. Nous étions les vilains petits canards et parfois, les relations avec nos aînés étaient plus que tendues. Avec mes parents, ça allait, mais dès mon plus jeune âge, j'avais été assez indépendante, respectant les règles toutefois, jusqu'à ce que je frappe quelqu'un et que je sois mise en détention, jusqu'à ce que l'oxygène se fasse rare et qu'on me jette sur terre avec d'autres. Depuis ce jour, je n'ai pas vraiment revu mes parents et si au fond, ils me manquent sans doute un peu, consciemment, ça n'a jamais été le cas, comme si j'en avais été libérée à jamais. Je ne savais pas ce qu'il en était pour Rachel, mais je ne voulais pas ouvrir à nouveau des plaies qui étaient potentiellement cicatrisées. Ses épreuves étaient différentes, la perte encore trop fraîche dans son esprit, même si petit à petit elle commençait à s'ouvrir à nous, à nouveau, arrêtant de jouer à l'huître et à se refermer sur elle-même coupant les quelques ponts que nous tentions, vainement de construire vers elle. J'avais fait en sorte d'en construire plusieurs, mais toujours, ils étaient écroulés avant même qu'ils ne soient réellement commencer à construire. Mais aujourd'hui, ce n'était pas le cas, alors je tentais de renforcer les fondations pour qu'il ne s'écroule pas trop rapidement, et qu'elle ne me rejette. Je savais pourtant pertinemment que cela serait plus difficile pour elle que pour moi, car c'était elle qui avait fait en sorte de s'éloigner, de faire le repas avec les autres mais de ne pas y participer par la suite, quand elle mangeait évidemment, car elle avait perdu du poids depuis que nous étions arrivés sur terre. Et elle n'allait pas le reprendre facilement, c'était une sacré certitude que voici mais au moins, elle restait avec nous après avoir réaliser des prouesses avec ce que nous pouvions avoir comme nourritures sur le campement. Je ne la sentais pas à l'aise alors que je prenais place à ses côtés et lui lançait un petit compliment. Malgré tout, elle se la jouait clairement un peu trop modeste.

" Oui, je sais mais ça n'enlève rien à ton mérite Rachel. Vous savez faire des merveilles alors que parfois, il n'y a pas grand chose comme possibilités. "

Et je lui souriais, parce que c'était vrai. Elle n'était pas seule, certes mais elle avait contribué à la bonne santé physique du campement à défaut d'une bonne santé mentale. Je le savais, ce n'était pas aussi simple qu'on le voudrait mais chacun s'efforçait d'y mettre du sien. Moi, je participais à leur apporter des fruits et des légumes à travers le potager et la cueillette.
Rachel A. Gomez
DATE D'INSCRIPTION : 07/05/2018 PSEUDO/PRENOM : Dumbass*Angel MULTICOMPTES : non MESSAGES : 237 CELEBRITE : Chloe Bennet COPYRIGHT : Lunaeye (avatar), crackintime (signature) METIER/APTITUDES : cuistot, avec aptitudes en botanique et cuisine POINTS GAGNES : 100
Voir le profil de l'utilisateur

it's just a spark|| ft Sierra Empty Re: it's just a spark|| ft Sierra

le Mar 5 Fév - 6:22

it's just a spark, but it's enough
Je ne mentirais pas, en disant que notre arrivée ici fut tout, sauf facile. Nous avions essuyé de graves pertes, nous ne faisions guère confiance aux terriens à l’époque, et surtout, nous étions les seuls débarqués de toute cette planète. Bien que Chris et Devos me manquaient, j’avais toujours pu me reposer sur mon frère pour faire passer les journées les plus éprouvantes. On se racontait des histoires, on se faisait rire … oh, son rire. Ce n’est qu’un écho dans mes pensées, un autre bruit qui continuait de me hanter de temps à autre. Rob, mon pauvre Rob, il ne sait pas à quel point mon avis changea à nouveau. Ce court laps de temps où les Odysséens débarquèrent, où notre petit groupe d’amis se retrouva, ce fut certainement la période la plus heureuse de ma vie. Je revivais une certaine stabilité, je m’entourais des mêmes gens que sur le vaisseau, quoiqu’on se trouvât à de différents campements. L’amitié, une force réellement puissante, mais possédant des faiblesses dévastatrices. Dès que la faucheuse vint faire son sale travail, je me retrouvais en terrain inconnu. Moi qui m’étais accrochée à ce qu’il me restait de famille sur le campement des Cents, me voilà complètement perdue, sans aucune envie de rentrer. Je ne voulais assurément pas changer de campement, mais je ne percevais plus ce lien si intrinsèque avec les autres Cents. Une seule et simple raison, à tout ça? Mon attitude. Comme une huître, je me refermais sur moi-même dès qu’on me posait trop de questions, dès qu’on essayait de me convaincre de juste ‘tourner la page’. Des conneries, je vous le dis! Et est-ce qu’ils me tendaient souvent la main? De ce que je pouvais voir, beaucoup construisaient vainement des ponts entre eux et moi, essayant de percer ma carapace. Sierra était certainement celle qui mériterait une médaille, rien que pour le nombre de fois où elle est venue me voir. Toujours un refus, mais la jeune femme ne s’en décourageait pas. On aurait dit que son plan était d’en construire plus d’un, et espérer que je ne change d’avis.

Un entêtement qui portait visiblement ces fruits, alors que de mon côté, j’avais assurée vouloir changer pour en revenir à une version améliorée de la Rachel d’avant. Un soulagement, une nouvelle qui plût à Chris et Jude. Mais il ne s’agissait que de mots. Le pire restait à venir. Combien de fois ne retomberais-je pas dans mes mauvaises habitudes, me forçant à devoir tout recommencer constamment? Tomber pour mieux se relever, n’est-ce pas? Pour ma part, je ne crois pas que je réagirais ainsi. Advenant une onde de frustration et de chagrin trop forte, je repartirais me cacher derrière cette version de moi-même menant presque droit aux problèmes. Je ne dormais toujours pas, ce qui était dans mes habitudes. Cependant, un de mes problèmes d’avant, c’était la communication avec le reste du campement. Pour que je sois présente, même après avoir fini le repas, et que je m’assoie parmi le groupe, ça relève du miracle, je vous le jure. Je croyais, en fait, qu’on ne remarquerait pas ma présence, qu’on continuerait sa routine. Pourtant, je ne pût avoir droit à un moment de paix. En effet, Sierra trouva bon de venir discuter un peu, complimentant mon travail au passage. Je préférais indiquer qu’il s’agissait d’une aide collective, que je n’étais qu’un maillon parmi tant d’autres. De belles paroles qui ne surent convaincre Sierra. « Bah écoute, je me concentre sur la préparation des repas pour justement ne pas avoir à me perdre dans des pensées complètement dépourvues de sens. J’imagine que ça me permet d’être plus efficace en cuisine. » Les autres cuisiniers faisaient un travail impeccable aussi. « Et comme j’te dis, c’est un travail collectif, puisque vous nous ramenez des fruits et des légumes. » Je retournais les compliments vers Sierra, ne sachant pas trop comment me sentir face à des notes si positives, à des commentaires redorant. Je souriais un brin avant de reprendre ma moue et mon regard froid. Pourquoi prenait-elle place par ici? Pourquoi faisait-on la discussion? Cela faisait plusieurs mois que je ne me présentais pas aux rassemblements, et que je participe aux activités qu’à un strict minimum.
code by EXORDIUM.

Sans peurs et presque sans reproches
Sierra Megara
DATE D'INSCRIPTION : 27/07/2014 PSEUDO/PRENOM : Sammix MULTICOMPTES : Adriel MESSAGES : 17794 CELEBRITE : Barbara Palvin COPYRIGHT : Zuz' + Tumblr METIER/APTITUDES : Ramasseuse de fruits & plantes / Agricultrice / Parcourir la forêt à la recherche de nouvelles plantes & fruits TRIBU : Les 100 POINTS GAGNES : 400
Voir le profil de l'utilisateur

it's just a spark|| ft Sierra Empty Re: it's just a spark|| ft Sierra

le Ven 15 Fév - 15:29
Elle jouait avec l'humilité, comme si finalement, elle n'avait presque rien fait, alors qu'ils ne sont pas si nombreux que ça a être en cuisine, je veux dire régulièrement, comme elle ou encore Taël. Je n'y mets pas les pieds personnellement, ou alors c'est rare, très rare même. La dernière fois, ça remonte à quelques mois maintenant avec le bouclé, mais en soit, c'était juste pour s'amuser, juste par plaisir que nous avions pu nous faire une omelette, rien que ça. Mais il faut bien l'avouer, les cuisiniers ont du mérite de toujours nous faire quelques choses, régulièrement, que ce soit bon, pas seulement mangeable, car il faut savoir nourrir tous les bouches du campement. Alors parfois, il faut se contenter de peu, mais même ce peu est bon. Elle n'a pas l'air d'en avoir seulement conscience, comme si finalement, c'était normal qu'elle agisse ainsi après tout ce temps passé ici. L'adaptation avait été plus difficile pour certains que pour d'autres. Moi, je sais que je me suis presque sentie tout de suite à la maison, ici sur terre, parce que j'avais appris la botanique, les plantes, les légumes, les fruits, c'était de la théorie là-haut, mais ici, avec l'aide de quelques terriens, la théorie était devenue pratique, et aujourd'hui, ça me servait plus que jamais. Si je n'avais pas appris cela là-haut, sur l'Odyssée, je me serais façonnée autrement ici sur terre quoiqu'il en soit. Ainsi, j'avais appris à travailler la terre, l'étape d'après celle qu'était la cueillette. Je le faisais encore, mais durant les mois hivernaux, où il faisait froid, il fallait mieux savoir être polyvalent. Et les journées passaient toujours trop vite ou presque, mais là, je prenais le temps de manger mon repas, mais aussi de discuter réellement avec Rachel puisqu'elle ne m'avait pas encore repoussée. Peut être qu'elle ne le ferait pas, pas tout de suite, je ne saurais dire, je ne voulais pas me montrer invasive, juste lui montrer que j'étais là pour discuter et tenter de lui remonter le moral, pour qu'elle remonte la pente. Elle abordait d'ailleurs son point sensible. La cuisine lui permettait de ne pas penser aux être disparus, c'était donc une bonne chose pour elle, et ça me plaisait qu'elle réussisse à avancer, petitement dans ce monde, plutôt que de toujours regarder en arrière si la personne ne pourrait pas revenir, mais en l'occurrence cela serait difficile. Alors je lui souriais. Elle avançait, et c'était tout ce qui comptait au fond, car nous avons tous perdus des êtres chers sur cette terre, que ce soit plus anciennement ou plus récemment. Mais notre vie continuait, nous pouvions pas vivre résolument dans le passé, vivre encore là-haut, alors qu'il n'y avait désormais plus personnes depuis dès mois puisqu'ils étaient venus s'échouer sur terre à leur tour même si tout le monde n'avait pas survécu. En tout cas, si je lui donnais de beaux compliments, elle jouait la carte donc de l'humilité me faisant aussi de beaux compliments, puisque je faisais partie des maillons de cette chaîne puisque j'apportais aussi la nourriture, la matière première le plus souvent possible que ce soit des produits issues de la culture ou de la cueillette d'ailleurs. Je souriais à ce compliment même si je voyais bien qu'en disant cela, elle pensait que j'allais partir, que je n'allais pas insister un peu pour tenter de la faire sourire un peu, car c'était quelques choses que je n'avais pas vu assez souvent sur son visage, contrairement à moi. Parce que oui, j'ai tout le temps le sourire, je vis sur cette terre comme si cela avait été toujours ma maison, tentant de profiter de chaque instant. Je pourrais revenir sur les pertes que nous avons subit avec Rachel, mais je ne voulais pas la lancer dans des souvenirs qui sont sans doute toujours trop douloureux pour elle. Alors je rebondissais sur ces dernières paroles.

" Oui, c'est vrai que nous ne sommes que des maillons dans cette chaîne là, mais je ne fais que donner la matière première autant que possible, c'est toi par la suite avec les autres cuisiniers qui arrive à donner de belles saveurs. Parce que je suis sûr que sans ça, mes légumes seraient sans doute un peu fade, tu ne crois pas ? "

Oui, des haricots, ou des courges sans une bonne cuisson, sans une bonne préparation, ça ne doit pas être fameux, mais Rachel savait faire, savait aller au delà de tout ça, et je l'en remerciais grandement.
Rachel A. Gomez
DATE D'INSCRIPTION : 07/05/2018 PSEUDO/PRENOM : Dumbass*Angel MULTICOMPTES : non MESSAGES : 237 CELEBRITE : Chloe Bennet COPYRIGHT : Lunaeye (avatar), crackintime (signature) METIER/APTITUDES : cuistot, avec aptitudes en botanique et cuisine POINTS GAGNES : 100
Voir le profil de l'utilisateur

it's just a spark|| ft Sierra Empty Re: it's just a spark|| ft Sierra

le Mer 13 Mar - 5:21

it's just a spark, but it's enough
Je détestais déjà être le centre de l’attention, auparavant. Certes, je suivais toujours le groupe constitué de Chris, de Robb et de Devos. Mon rôle de petite sœur énervante m’allait à merveille, mais jamais je n’avais poussé cette histoire jusqu’au but. En fait, dès que nous nous trouvions dans une salle où je ne connaissais qu’eux, je prenais place pas très loin. Ils devinrent ma bouée de sauvetage, la famille que je n’ai jamais eue, et ce, même au-delà de mon petit frère. Imaginez maintenant? Je ne suis pas guérie miraculeusement. J’entamais à peine le processus, ayant avouer que quelque n’allait pas, qu’il me fallait de l’aide. En revanche, les cauchemars ne m’avaient pas quitté, je restais encore éveillée pendant toute la nuit ou presque. La seule chose qui prenait du mieux, était mon régime alimentaire. Je mangeais, même si ce n’était que de maigres rations pour le moment. Je me forçais à manger le matin, le midi et le soir, m’en tenant à un horaire strict pour ne pas me dévier de tout ça. Je savais qu’en faisant des exceptions à gauche et à droite, je finirais par ne plus prendre ma situation au sérieux. La meilleure chose pour moi était de grignoter, même si ce n’était que de toutes petites portions.

Voilà l’un des plusieurs avantages desquels on me parle. La Terre, un endroit bien plus libre, là où l’air est pur et le paysage est éblouissant. On nous en avait tant parlé, sur l’Arche. En fait, on nous avait préparé à y vivre, quoique nous ne soupçonnions rien à ce moment-là. De mon côté, je dois dire que les rations là-haut ne me donnaient guère envie de cuisiner, tant je ne pouvais explorer diverses cuissons ou plantes. Ici, au moins, je pouvais réellement aller au-delà de mes attentes. Oh, croyez-moi, au début, j’en était presque inspirée. Je voulais tout faire, tout essayé. J’avais le sourire presque collé aux lèvres, croyant qu’on avait atterri au paradis. Les attaques des grounders me firent vite comprendre que la Terre était en fait la rose, et que ces natifs étaient les épines. Je ne voulais pas, à cette époque-là, voir cela comme la preuve que nous étions tombés dans un véritable enfer. J’essayais d’y voir encore un peu d’espoir. Malheureusement, tout s’écroula après son décès. On aurait dit que le fil sur lequel je me tenais encore en équilibre se rompait. Moi, incertaine de si je devrais encore voir ce monde d’une façon positive, j’eus réponse à tout en un seul instant. La Terre n’est pas faite pour nous. Notre présence n’était pas la bienvenue, et en guise de message, voilà que le destin se joue de certains. La cuisine resta mon lieu de refuge, mais mon plaisir à explorer les saveurs et les couleurs se défit, peu à peu.

J’atteins le fond complet. Mes cernes témoignaient de l’état mental dans lequel je me trouvais, et ma maigreur servait d’exemple flagrant de ma profonde tristesse. Cela me prit toute la force du monde que d’avouer mes erreurs et de demander qu’on m’aide. La présence de certaines personnes, incessantes dans leurs conseils, eut raison de moi. Maintenant, commençait le chemin le plus long et le plus éprouvant de toute ma vie; me reconstruire. Il me fallait placer des étapes à atteindre qui ne soient pas au-delà de mes capacités actuelles. La première, celle qui me sembla la plus raisonnable, fut de manger. Le seul hic, dans tout ça, c’est que pour le peu de fois que je grignotais quelque chose, je le faisais toujours loin des autres. J’avais trop peur qu’ils ne remarquent mon plat et se mettent à me questionner. Néanmoins, vu les progrès qu’il me reste à faire, je me suis convaincue de sortir et m’installer non loin des autres. Mon but n’était pas qu’on vienne me parler. J’essayais juste de voir si la sensation de manger avec d’autres me rendait anxieuse. Si c’était le cas, je saurais qu’il me faudrait vraiment y aller plus lentement. À ma grande surprise, je restais assise, à regarder les gens, de temps à autre, avant de manger encore un peu. Bientôt, j’entrevis Sierra qui s’approcha et qui vint finalement discuter avec moi. Bordel! Je ne me rendais compte parlé que maintenant du nombre de personnes à qui je n’avais pas beaucoup parlé. La brunette en faisait malheureusement partie. Pourtant, elle ne m’en tenait pas rancune, bien au contraire. « Oui, je sais bien qu’on donne de belles saveurs. J’arrive juste pas à avoir la même perspective de mes plats que toi. On dirait que ça me semble fade, peu importe la façon de les faire. » Comme là, en ce moment. Je mangeais parce que je me forçais, parce que je savais qu’autrement, je continuerais qu’à avoir la peau et les os. « Ça donne pas l’appétit. » Je ne parlais guère de mes problèmes avec les autres. Les seuls à en être au courant m’avaient juré de ne rien dire. Jamais.
code by EXORDIUM.

Sans peurs et presque sans reproches
Sierra Megara
DATE D'INSCRIPTION : 27/07/2014 PSEUDO/PRENOM : Sammix MULTICOMPTES : Adriel MESSAGES : 17794 CELEBRITE : Barbara Palvin COPYRIGHT : Zuz' + Tumblr METIER/APTITUDES : Ramasseuse de fruits & plantes / Agricultrice / Parcourir la forêt à la recherche de nouvelles plantes & fruits TRIBU : Les 100 POINTS GAGNES : 400
Voir le profil de l'utilisateur

it's just a spark|| ft Sierra Empty Re: it's just a spark|| ft Sierra

le Jeu 21 Mar - 18:36
Elle ne me donnait pas beaucoup de grains à moudre comme souvent, comme trop souvent d'ailleurs depuis une certaine mort. Je n'avais encore jamais abordée le sujet avec elle, trop éloignée que j'étais de son coeur, cela aurait été comme un cheveu sur la soupe, cela n'aurait jamais été légitime de ma part, cela serait venu de nul part. Mais je savais qu'elle avait été atteinte de plein fouet par celle-ci, nous l'avions tous été, mais elle à plus forte raison. Avec le temps, j'avais réussi à me détacher de ses morts là, car il y en avait eu, beaucoup, trop avais-je envie de dire. Et encore, pour certains nous n'avons jamais su ce qui leur est véritablement arrivé. Sont-ils morts ou se sont-ils simplement enfuis du campement ? Peut être que leur fuite a apporté avec elle leur perte, je ne saurais dire, car certains se sont simplement évaporés dans la nature, ne revenant jamais ici, et nous, nous n'avons jamais trouvé de corps pour nous dire qu'effectivement, c'était bien fini pour elle ou pour lui. Peut être qu'ils sont allés si loin qu'ils ne sauraient pas revenir ici, c'est une possibilité envisageable bien entendu. Quoiqu'il en soit, ils ne sont plus parmi nous, physiquement parlant. Ils sont dans nos coeurs où nous entretenons leurs souvenirs. Pour Rachel, il en est ainsi aussi, même si cela a été bien plus dur pour elle, qu'elle a mis du temps à surmonter tout cela, et qu'aujourd'hui encore cet équilibre est fragile. Mais elle fait des efforts, elle ne fuit pas comme elle l'aurait fait avant, non, elle est encore là à me parler même si je sens que je la gêne, même si je sens dans sa réponse que la joie n'est clairement pas revenue dans son coeur encore meurtri. Et sans doute que cela prendra encore bien du temps avant qu'elle ne retrouve une certaine joie de vivre sur le campement. Je ne l'ai jamais épiée, mais je l'ai vu agir, un peu, agir contre son propre bien. C'est pour ça que souvent, je suis venue la voir, pour tenter de lui parler, un peu, pour lui changer les idées, la remettre sur le droit chemin, sur le bon sentier, sans jamais trop insister même si plusieurs fois je suis revenue à la charge. Et aujourd'hui ne fait pas exception à la règle, mais elle n'a pas encore fuit, elle me parle de façon négative, mais elle me parle, c'est ce que je retiens, le négatif finira par s'en aller, je l'espère. Alors néanmoins, je lui souris. Elle n'arrivait à voir ses plats autrement, elle n'arrivait pas à y mettre un peu de couleurs, comme s'ils étaient destinés à rester en noir et blanc pour elle. Pourtant, ils faisaient de belles choses en cuisine, elle, Taël aussi s'en sortait bien pour nourrir le campement. En fait, les cuisiniers faisaient un boulot véritablement remarquable. Rachel n'avait pas un gros appétit, mais est ce que cela venait vraiment du fait que ce soit elle qui prépare les plats ? Possible, mais il y avait clairement d'autres choses qui allaient avec ça.

" Alors essaye de ne pas penser à la façon dont tu les fais. Dis toi que c'est quelqu'un d'autres qui le fait, et que tu ne sais pas exactement comment tout cela a été préparé, comme si tes papilles découvraient véritablement chaque plat qui pourrait alors avoir une saveur plus colorée pour toi. Moi, je sais que j'applique ça dans ma vie de tous les jours. Même si tout n'est pas parfait, j'essaye de voir les petites touches de couleurs de chacun pour rendre mon paysage plus beau. C'est pour ça que j'ai toujours le sourire. Tu devrais essayer. "


C'est un conseil comme un autre, car au fond, nous sommes assez opposées : elle est plutôt dépressive, négative, alors que je suis sans doute trop optimiste pour ce moment. Je n'ai pas peur de grand chose non plus, alors je me montre optimiste, même si je sais être réaliste toutefois. Il le faut, car sinon, je ferais peut être trop de plans sur la comète et ça pourrait ne pas être très bon.
Rachel A. Gomez
DATE D'INSCRIPTION : 07/05/2018 PSEUDO/PRENOM : Dumbass*Angel MULTICOMPTES : non MESSAGES : 237 CELEBRITE : Chloe Bennet COPYRIGHT : Lunaeye (avatar), crackintime (signature) METIER/APTITUDES : cuistot, avec aptitudes en botanique et cuisine POINTS GAGNES : 100
Voir le profil de l'utilisateur

it's just a spark|| ft Sierra Empty Re: it's just a spark|| ft Sierra

le Ven 12 Avr - 6:34

it's just a spark, but it's enough
Ce serait faux pour moi de dire que tout revient à la normale, qu’après une longue conversation, que mes problèmes furent résolus. En fait, ce fut tout le contraire, alors que Jude m’alerta des habitudes de vie que je devrais changer. Chris en fit autant. Les deux s’accordèrent pour dire que je devrais reprendre le sommeil que je perdais, chose qui restait difficile, vu que les cauchemars ne s’effaçaient pas encore de mon esprit. Ce que j’aurais fait, lors de cette phase sombre de ma vie, maintenant, c’est de ne juste pas reposer ma tête sur l’oreiller. Ma façon de voir les choses était assez peu fondée, maintenant que j’y pense. Sans essayer de fermer les yeux et tenter de relaxer, au minimum, je prenais place, assise, et attendait que le temps passe. En reprenant peu à peu conscience de mes erreurs, je priorisais maintenant la position couchée. Oh, le découragement subsiste encore. C’est une horreur que de se tourner à droite, à gauche, sur le ventre ou sur le dos. Rien qu’en sachant que je risque de me tortiller ainsi, sans garanti de repos, j’en devenait folle. Sans compter que les cauchemars subsistent encore, me réveillant en sueur parfois, ou en tremblant, mais moins qu’avant. Dans des moments pareils, je regrettais presque de ne pas être dans le même campement que Chris, et de juste sortir pouvoir discuter avec lui. Voilà mon deuxième petit problème, celui qui me semble plus atteignable que le premier, mais pas facile à franchir sans piétiner sur mon peu de confiance. Le social, le fait de discuter avec d’autres … ça me paraissait si facile, à un certain moment. Puis je me sentis doucement m’éloigner de tout le monde, ne venant pas manger avec eux, ne prenant pas vraiment part aux évènements et aux regroupements qui se déroulaient chez les Cents. Plus simple de ne pas faire la conversation et de me concentrer sur mes problèmes constamment que de partager entre mes émotions et un masque de mensonges. J’y croyais, au début, m’imaginant être capable de me comporter comme n’importe qui. Puis quand apparurent les premiers craquements, je préférais ne pas prendre de chance. À quoi bon, de toute façon, si la moitié des gens par ici ne connaissaient pas trop Robb? Je ne réussissais pas à en parler, gardant un tumulte de sentiments enfouis.

Quant à la nourriture, j’appris à tenir tête à mes caprices, et manger même si j’ai la fâcheuse tendance de ne pas le faire. Bon, mes portions restaient minimes, et mes plats ne comportaient pas de saveur unique, de celles que j’explorais au tout début, quand je confectionnais encore les repas avec amour. Pas que je désirais empoissonnée tout le monde! Non, là n’était pas la réponse! En fait, ma méthode de travail et mes intentions avaient changés. C’est ce qui explique pourquoi je regarde le résultat final et n’ai aucun sentiment de geste accompli. J’ai fait de quoi nourrir les gens au campement, questions qu’ils ne meurent pas de faim. Une obligation, un rôle, quelqu’un pour les aider à ne pas avoir à trop chercher pour manger un repas convenable. Le monde autour de moi divisé en noir et en blanc, sans jamais apercevoir des couleurs. Sierra, la jeune femme perspicace qu’elle est, avait remarqué que quelque chose n’allait pas dès le début. Ces mots encourageants, à l’époque, ne m’atteignaient même pas. Et elle dû le comprendre assez rapidement, parce qu’elle ne tardait pas trop sur le sujet. Sauf que là, j’avais franchi une des premières étapes, celle de manger en groupe. Je devrais accepter tout ce qui viens avec cette décision. « Je déteste ne pas être en contrôle de ce que je prépare en cuisine, alors t’imagine devoir ne pas faire attention à mes méthodes ou mes ingrédients? J’aimerais que ça soit si facile que ça, Sierra, mais ce n’est pas le cas. Je vois ce qu’il y a dans le plat, je sais à quoi ça goûte, je mastique et avale avant de passer à autre chose. Enfin, … j’essaie de manger, c’est déjà ça de gagner. Ça et … parler, aussi. » Petites étapes, petits pas devant. Que cela me prenne des jours, semaines, moi ou années, ce sera ainsi que je ferais du progrès. « Je ne vois pas ces couleurs, pour l’instant. Il n’y a rien de cette Terre qui me captive, rien qui m’inspire vraiment. J’ai trop perdu pour voir le monde de façon positive, et encore moins sourire. Je n’espère plus vraiment de miracle, au point où j’en suis. Si je trouve la force d’avancer et de discuter avec quelques personnes, ça sera amplement assez. Mais non, je ne serais plus la Rachel d’avant. » Pas celle qui trépignait d’envie, au moment où on débarqua sur Terre. Pas celle qui s’empressa de humer l’air et cueillir ses premières fleurs. Cette fille-là, elle était trop naïve. Son optimisme lui est retombé dessus, avec les grounders, puis avec la mort de son frère. Cette Rachel-là, ça fait longtemps que je ne l’entends plus. Morbide ou pas, j’avais la nette impression qu’à force de chercher des moyens de mettre fin à ma vie, la souffrance tua ma personnalité d’avant. « Peut-être est-ce pour le mieux. » Au moins, je serais plus alerte. Et puis je saurais me débrouiller seule, si l’imprévu se pointe et que nous devions tous nous séparer.  
code by EXORDIUM.

Sans peurs et presque sans reproches
Sierra Megara
DATE D'INSCRIPTION : 27/07/2014 PSEUDO/PRENOM : Sammix MULTICOMPTES : Adriel MESSAGES : 17794 CELEBRITE : Barbara Palvin COPYRIGHT : Zuz' + Tumblr METIER/APTITUDES : Ramasseuse de fruits & plantes / Agricultrice / Parcourir la forêt à la recherche de nouvelles plantes & fruits TRIBU : Les 100 POINTS GAGNES : 400
Voir le profil de l'utilisateur

it's just a spark|| ft Sierra Empty Re: it's just a spark|| ft Sierra

le Mer 17 Avr - 20:05
La situation restait compliquée pour Rachel, et je pouvais le comprendre, en partie, car nous avons tous perdu des êtres chers dans ce monde devenu complètement fou bien avant la naissance de tout le monde, raison pour laquelle nous nous étions retrouvés exilés, dans les cieux, avant de devoir retourner sur terre, car il n'y avait pas d'autres alternatives. Et une fois sur terre, il nous était arrivé tellement de choses, tellement d'aventures, mais aussi bien des choses que l'on aimerait parfois oublier, mais étais-ce seulement possible ? Non, bien sûr que non, même si j'arrivais facilement à faire abstraction de pas mal de petites choses. J'arrivais à passer outre ce qui ne me convenait pas vraiment, mais j'avais bien compris depuis le temps que ce n'était pas donné à tout le monde, notamment à Rachel. Mais on ne pouvait pas la blâmer pour cela après tout. Nous n'avons pas tous le même caractère, les mêmes envies, les mêmes besoins, sinon la vie pourrait être encore plus morne que ce qu'elle n'est déjà. Pourtant, si tout n'allait pas parfaitement dans le meilleur des monde pour la brune, elle faisait des efforts depuis quelques temps, elle essayait, alors je tentais de l'encourager au mieux sans pour autant être trop lourde avec elle, trop insister sur des points qui pourraient lui faire mal pour ainsi dire. Mais elle mangeait avec nous, elle n'essayait plus de fuir la discussion non plus, comme maintenant, même si son discours était loin d'être aussi positif que le mien, comme si à ce niveau là nous étions les parfaites opposées. Elle était peut être un peu trop pessimiste, moi j'étais peut être un peu trop optimiste selon les situations. Mais si je reste une grande enfant, j'ai appris à me responsabiliser, et de ne plus être simplement une bout en train qui ne pensaient plus aux conséquences. J'essaye toujours d'être positive, et faire en sorte que tout le monde le reste malgré les circonstances, mais ce n'est pas facile, car parfois, les autres n'ont pas le coeur à simplement sourire. Alors je donne une méthode à Rachel, qu'elle pourrait essayer d'appliquer même si ça ne sera pas aussi simple que pour moi sans doute, mais elle ne perd pas grand chose à essayer, je le pense. Il faut qu'elle réussisse à voir un peu de couleurs dans ce monde, pas qu'elle voit la vie en rose, mais quelques petites couleurs pastels pour donner un peu plus de relief que du noir, du blanc et quelques nuances de gris. Oui, même en noir et blanc le monde peut être magnifique, mais nous avons la possibilité de voir les couleurs alors autant en profiter, n'est ce pas ? C'était ce que je me disais depuis que j'avais appris à distinguer les couleurs, que je voyais ce beau panel devant mes yeux. Alors, elle me parle de ce qu'elle est, et comme je le pensais, les choses ne sont pas aussi simples qu'il le faudrait pour elle. Elle ne va pas pouvoir appliquer ma méthode, car elle n'arrive pas à se détacher assez des choses, car elle veut le contrôle, sans ça, elle ne peut pas y arriver, raison pour laquelle, elle n'arrive pas à outrepasser certaines pensées, certaines envies qu'elle a. Et avec mes moyens, je ne vois pas comment faire pour lui faire passer cette envie de tout contrôler, c'est au delà de mes compétences, au delà de mon imagination aussi, je le vois pas bien, et ça me désole un peu, de ne pas pouvoir mieux l'aider que ça. Mais je l'écoute, elle me parle, bien plus que d'habitude, en plus de manger, un peu, et en soit c'est déjà une belle victoire pour elle. Pourtant, elle ne semblait pas avoir envie d'aller au delà de tout cela, elle semblait se contenter de ces deux victoires là, elle n'avait plus envie. Elle ne voulait pas redevenir celle qu'elle était au départ, celle qui me ressemblait en fin de compte. Elle avait disparue, disparue dans les limbes de ses souvenirs, dans le tréfonds de son âme, comme un souvenir qui ne pourrait plus redevenir simplement ne serais-ce que réalité. Et elle pensait que c'était sans doute pour le mieux même si elle hésitait à ce niveau là. Je ne pouvais pas la laisser penser cela, elle arrivera à trouver quelques choses qui lui redonne un peu plus goût à la vie, n'est ce pas ? Je ne pouvais pas lui rapporter son frère, c'était simplement impossible, je ne pouvais pas agir de cette façon, mais peut être qu'en pensant à lui, elle le rendrait plus vivant ? Ou alors, elle se ferait peut être plus de mal encore en se disant que ses souvenirs là ne pourraient plus jamais être vécus, et qu'au fil du temps, ils finissaient par devenir flou, comme si finalement, le souvenir même de Robb était en train de s'effacer de sa mémoire car elle n'était plus alimenté par de nouvelles choses. C'était triste de penser ainsi mais sans doute qu'elle fonctionnait de la sorte, je le pensais. Alors je tentais de chercher une idée qui pourrait peut être suffisamment la motiver pour qu'elle puisse aller résolument de l'avant.

" Peut être qu'on peut essayer de trouver quelques choses qui te captivera d'avantage que ce que tu connais déjà ? Tu n'aimerais pas venir avec moi dans le potager pour le cultiver ? Peut être que tu trouveras ça sympathique ? Enfin, je te propose ça comme ça, mais je me dis qu'un peu de nouveauté ne pourrait pas te faire de mal. En tout cas, prends ton temps, fais à ton rythme et tu pourras ainsi amasser plein de petites victoires pour peut être réussir à voir une ou deux couleurs au bout d'un petit moment. Mais prenons les victoires comme elles viennent, c'est déjà super que tu manges un peu et que tu essayes de t'ouvrir aux autres. "

Un sourire se trouve sur mon visage comme souvent, et ma main se pose sur l'épaule de Rachel, instinctivement. Pourtant, je reste sobre, je n'en fais pas trop, je ne veux pas lui faire peur non plus, juste qu'elle comprenne que je serais là quoiqu'il arrive si elle avait besoin de moi.
Rachel A. Gomez
DATE D'INSCRIPTION : 07/05/2018 PSEUDO/PRENOM : Dumbass*Angel MULTICOMPTES : non MESSAGES : 237 CELEBRITE : Chloe Bennet COPYRIGHT : Lunaeye (avatar), crackintime (signature) METIER/APTITUDES : cuistot, avec aptitudes en botanique et cuisine POINTS GAGNES : 100
Voir le profil de l'utilisateur

it's just a spark|| ft Sierra Empty Re: it's just a spark|| ft Sierra

le Jeu 25 Avr - 6:04

it's just a spark, but it's enough
Cela prit un temps fou, avant que je n’admette que ça n’allait plus, que ce silence et cette distance, que les nuits blanches et le ventre vide détérioraient mon cas. Avant cette constatation, mes yeux ne s’étaient jamais posés sur les autres jeunes du campement qui ont perdu des êtres chers. N’allez pas voir en cela de l’égocentrisme! En fait, mon esprit était tellement accaparé de pensées noires que je ne m’attardais plus au reste. Il faut admettre que de me soucier d’encore plus de choses, ça m’aurait rendu complètement K.O., mentalement parlant. Mais les temps ont changé. Enfin … peut-être pas tant que ça. Juste un peu. Des excuses, il m’en faudrait faire des tonnes, autant par mon comportement peu redorant que par ma haine que je laissais déborder, bon moment ou pas. Jamais je ne pris en considération que d’autres vécurent un deuil aussi intense que le mien, que des êtres chers les avaient quittés, mais qu’ils surmontèrent la douleur d’une telle perte. Ma question était simple; comment firent-ils pour ne pas céder sous le poids de leurs émotions? Est-ce que quelqu’un pourrait m’expliquer clairement la procédure à suivre, pour que je puisse également sortir de cette impasse en un tour de main, et que je progresse enfin? Qu’est-ce qu’il fallait dire? Que devrais-je faire? À écouter et observer Sierra, je me rendais bien compte que nos personnalités, il fut un temps, se ressemblaient grandement. J’avais ce même regard sur le monde, heureuse de découvrir la Terre et ses secrets. Je discutais avec plus de gens, je me baladais dans les environs tout en m’amusant. Rien que mon petit carnet de notes, celui qui contient tout ce que j’appris jusqu’à maintenant sur la vie végétale nous entourant, on peut lire ma joie dans les premières pages. Mes dessins étaient plus artistiques, j’écrivais sans me précipiter, y allant presque d’une langue poétique. En comparaison, les dernières pages peignent un portrait complètement différent. Les croquis sont très mal faits, avec une banalité et une rapidité qui laisse prévoir un dégoût plus grand, qui affecte plus que ma passion pour les plantes. Beaucoup de raturages, des mots clés qui ne veulent rien dire, quand on les lit les uns après les autres …. On sent que l’auteur commence à garnir les pages de ce carnet par simple obligation. Où diable se cachait la Rachel de l’Odyssée, la Rachel qui retrouva Chris, après le crash? Elle semblait à des lustres, inatteignable. Des cicatrices qui me rappelleront ce qui m’attend, advenant que je redevienne la fille insouciante et joviale d’avant. J’en vins à la conclusion qu’il valait mieux voir le monde en noir et blanc, que malgré les couleurs, je préférais ne plus retomber dans cette gamine que j’étais. De toute façon, ce n’est pas comme si quelque chose dans mon quotidien me stimulait à un tel point que je me métamorphoserais en quelqu’un de mieux. Sans oublier pour survivre et essayer de ne pas se faire prendre par un grounder quelconque, mon esprit pessimiste me donnait la chance de suivre ce qu’il se passait, de rester en alerte, quand j’en croise un.

« J’imagine que d’essayer quelque chose de nouveau m’aidera, oui. Selon Chris, il y a tellement de trucs à faire … » Pas de monotonie à ses yeux, lui qui semblait toujours être partout, à parcourir de longues distances, à faire connaissance avec des grounders, à explorer sans arrêt. Il avait un certain avantage, cependant. Il aimait discuter avec eux. Ça, c’est mon talon d’Achille, car je ne suis pas capable de leur parler sans que je ne devienne tendue. Pire encore, je ne parlais guère leur langue. Le peu que j’appris, je l’effaçais de mon esprit, ne les prononçant jamais, ne les écrivant pas, n’y pensant même pas. « Peut-être que j’irais faire un tour avec toi au potager, oui. Je ne peux pas te dire que je trouverais ça super ni le contraire, simplement parce que je sais pas, comment ça se passera. » Confuse, émotionnellement parlant. Dire que j’aime ou que je n’aime pas devient une sensation quasi-impossible à démystifier. « À mon rythme actuel, je ne sais pas quand est-ce que j’arriverais à amasser des victoires. Un jour ça va, le lendemain, c’est le contraire complet. Je suis pas stable, Sierra, je le sais, et je le vois. Deux victoires? C’est plutôt une et demi. Oui, je mange un peu, ce qui est mieux que de ne pas manger du tout. Mais m’ouvrir aux autres, c’est encore un concept trop vague. J’ai commencé à reparler avec certains, sauf que je n’arrive pas à tenir une longue conversation. » On ne pouvait plus me surnommer pipelette, par ici. Non pas que je gardais le silence le trois quart du temps, sinon que je reste à ce qu’on pourrait appeler quelques phrase de politesse.
code by EXORDIUM.

Sans peurs et presque sans reproches
Sierra Megara
DATE D'INSCRIPTION : 27/07/2014 PSEUDO/PRENOM : Sammix MULTICOMPTES : Adriel MESSAGES : 17794 CELEBRITE : Barbara Palvin COPYRIGHT : Zuz' + Tumblr METIER/APTITUDES : Ramasseuse de fruits & plantes / Agricultrice / Parcourir la forêt à la recherche de nouvelles plantes & fruits TRIBU : Les 100 POINTS GAGNES : 400
Voir le profil de l'utilisateur

it's just a spark|| ft Sierra Empty Re: it's just a spark|| ft Sierra

le Ven 26 Avr - 21:37
Je ne sais pas exactement pendant combien de temps elle s'était laissé allé dans une dérive qui ne convenait pas, mais elle m'avait souvent repoussée, pas méchamment, mais je comprenais qu'il n'était pas la peine d'insister. Alors, je n'insistais pas, mais dès qu'une nouvelle occasion se présentait, je sautais dessus, même si c'était une nouvelle fois qu'elle me faisait comprendre que je n'avais pas à m'apitoyer sur son sort si l'on peut dire. Ce n'était pas le cas évidemment, je voulais juste lui parler, l'aider, faire en sorte qu'elle puisse voir plus loin que le jour même, ne serais-ce que demain ou après-demain. Il ne faut pas broyer du noir comme ça, mais quand on a eu des chocs, des secousses comme ce qu'elle a pu subir, on ne peut pas tous bien réagir, ce n'est pas possible, nous ne sommes pas égaux là dessus. Je me savais chanceuse vis à vis de tout cela, je n'ai jamais été quelqu'un de dépressif, ou qui avait tendance à l'être comme si rien ne pouvait réellement m'atteindre, je gardais cet éternel optimisme que personne n'avait réussi à gardé intact au fil des années. Pourtant, j'avais réussi cela, mais qui sait, peut être qu'un jour je finirais par craquer et que ce sera plus violent que les autres, car il faudra éliminer des années de frustrations, de déboires ... Mais pour le moment cela ne semblait pas être en voie d'arriver, heureusement pour moi, alors je tentais de consoler les autres, ou dans le cas présent, de tisser quelques choses qui soit aussi solide que le fil d'une toile d'araignée. Un deuil n'est jamais simple à faire, cela va de soi, mais nous en avons tous subit, des plus ou moins proche, mais c'est comme ça, notre vie ne peut pas s'arrêter de continuer sous peine que celle d'un autre n'est plus là à défiler. C'est dur, c'est difficile, mais il faut le faire, le temps aide, les bonnes compagnies et habitudes aussi. Rachel pourtant aimait la vie mais elle avait été brisée en milliers de morceaux, et elle avait du mal à recoller tout cela. Mais elle s'en donnait la peine depuis quelques temps. Quand on recolle, ça n'a pas tout à fait la même forme, la même saveur, ce n'est plus aussi joli, c'est une certitude, mais quand même. Rachel était un magnifique vase à notre arrivée sur terre, et elle méritait d'y ressembler encore malgré les aléas de nos vies, c'est comme ça que ça fonctionne. En tout cas, elle semblait résolue à aller de l'avant et rien que cela était une belle chose à mes yeux. Chris lui avait dit qu'il y avait beaucoup de choses à faire, qu'il était impossible que la monotonie nous gagne et en cela, je l'approuvais même si je ne le connaissais pas plus que ça à vrai dire. Nous avions eu l'occasion de nous croiser, pas encore de réellement parler de quoique ce soit. Rachel voulait donc bien venir m'aider au potager sans savoir si cela lui conviendrait ou si elle aimerait vraiment, mais je pouvais le comprendre bien entendu, il fallait qu'elle voit par elle-même, c'était dans la logique des choses.

" On ira à ton rythme pour le potager ne t'en fais pas. Même si on en fait peu, ce n'est pas grave, ce qui compte c'est qu'on en fasse un peu et que ça te fasse du bien au fond, tu ne penses pas ? Comme ça tu pourras me dire si ça te plait ou pas, et surtout il ne faut pas avoir peur de me dire la vérité en face à ce moment là, je ne m'en offusquerais pas sache le. "

Oui, même si elle n'aimait pas au final, au moins nous aurions essayé quelques choses et rien qu'essayer c'était déjà une victoire, pour moi en tout cas. Car on ne peut pas dire qu'on aime pas quelques choses quand on n'a pas goûté ou essayé selon ce que cela est. Alors elle se confie, et ça me réchauffe le coeur de l'entendre parler, et même si tout ce qu'elle dit n'est pas si positif, il n'y a pas que du négatif. Son discours semble être pris entre deux eaux, mais au moins, elle bouge, et même si elle n'amasse pas deux victoires, mais une et demi, c'est mieux que si elle n'avait tenté de ne rien avoir. Alors qu'elle aille à son rythme, qu'elle amasse de petites victoires, petit à petit pour aller vers de plus grandes et retrouver un semblant de vie normale, enfin ce que l'on peut avoir de vie normale ici sur terre.

" Il faut que tu gardes ton rythme Rachel, tu ne dois pas chercher à en faire trop sous peine de faire un pas en avant et deux en arrière au final. Il faut que tu y ailles selon ce que ton coeur te dit, selon ce que ton esprit te guide de faire, et s'ils sont en contradiction, essaye de faire ce qui te semble le mieux pour toi. Alors mange un peu, parle un peu, tu n'es pas obligée de parler avec tout le monde, quelques personnes suffisent, et petit à petit tu réussiras à avoir de plus nombreuses victoires, pour que ton coeur puisse à nouveau battre réellement dans ta poitrine. Ce ne sera jamais comme avant mais ça ira dans le bon sens et tu verras que ça te fera du bien. "

Je tentais de nuancer mon discours sans être trop positive, en étant simplement réaliste, sans lui donner d'objectifs qui étaient pour le moment impossible à réaliser. Il faut y aller doucement mais sûrement, dans son cas, c'était la meilleure chose à faire.
Rachel A. Gomez
DATE D'INSCRIPTION : 07/05/2018 PSEUDO/PRENOM : Dumbass*Angel MULTICOMPTES : non MESSAGES : 237 CELEBRITE : Chloe Bennet COPYRIGHT : Lunaeye (avatar), crackintime (signature) METIER/APTITUDES : cuistot, avec aptitudes en botanique et cuisine POINTS GAGNES : 100
Voir le profil de l'utilisateur

it's just a spark|| ft Sierra Empty Re: it's just a spark|| ft Sierra

le Sam 27 Avr - 8:45

it's just a spark, but it's enough
Je ne comptais plus le temps depuis lequel je n’avais pas laissé un rire sincère s’échapper. Dans la tente, quand j’étais avec Robb, c’était notre quotidien. Il me racontait sa journée, et moi la mienne. On se taquinait sans cesse, on se demandait à quoi ressemblerait le lendemain, et on espérait continuer à explorer la Terre. Des rêveurs, voilà ce qu’on était. Depuis un temps fou, cependant, il n’y avait plus de ça, plus de ces sourires et de cette joie de vivre. Les premiers temps, en fait, ce furent surtout des pleurs, des sanglots, des cris de rage … je me demande si quelqu’un les a entendus. Personne ne m’en a parlé en tout cas, comme s’ils n’osaient pas me questionner sur le sujet. Un froid que j’établis, un refus total de m’apitoyer sur le sort misérable que le destin m’avait donné, sans pour autant espérer qu’un meilleur jour se lèverait pour moi. Je n’y voyais pas tant une mauvaise décision, car à mon avis, ce qui me rendait plus faible, c’était justement m’appesantir. Puis, avec le temp, ce fut ma lutte contre ce gouffre sans fond que j’abandonnais, sachant qu’une fois établie dans cette noirceur constante, je n’aurais plus besoin de me soucier de quoi que ce soit d’autre. Je me vêtis donc de toute ma haine et mon chagrin, comme s’ils étaient tout ce qu’il me restait, pour me couvrir de l’horreur que la faucheuse laissa derrière. À partir de ce moment, je crus que tout était résolu, que maintenant, je pouvais vivre sans avoir l’impression que j’étouffais. Oh, je me doute bien que cette décision, je l’ai prise sans estimer les dégâts, sans en parler à d’autres. Pourquoi diable croyez-vous que je tentais d’éviter Chris sans arrêt? Il pouvait me lire comme un livre ouvert, exactement comme mes amis les plus proches. Et moi qui estimait avoir placer le masque parfait, celui qui ferait croire que j’allais bien, que je contrôlais les choses. Bordel, même Sierra s’en est rendu compte, vu toute ces fois où elle vint me voir et essayer de discuter! Pas si discrète que ça finalement. Ou alors … alors étais-je vraiment trop à l’écart de l’ancienne Rachel? Différente … à ce point? Un choc, quand j’y repensais, mais avec le temps, j’en vins à convenir de cette personnalité qui s’était transformée. Un cœur brisé qui ne se recollerait plus aussi bien. Des morceaux manquaient à l’appel, dont un que je ne retrouverais jamais.

« Y aller à mon rythme, ça aidera probablement, oui. Qui sait, ça me changera peut-être les idées. » Avant, je retombais sur la cuisine comme l’un des deux moyens pour ne pas penser à ce qui ne va pas. Je me donnais corps et âme au travail, mais sans que ce ne soit pour les bonnes raisons. Je me tenais mentalement occupée, mais seulement pour mieux m’éloigner du deuil. Cela ne démontrait pas nécessairement des efforts pour me sortir de mon état, si ce n’est qu’étouffer les émotions et taire la douleur. Ce qui devrait changer, à partir de maintenant, c’est la raison de ces activités multiples. Cette fois, il me faudrait changer ma vision des choses, pour que d’aller au potager avec Sierra, ce ne soit pas une façon d’ignorer mes troubles. J’étendais mon horizon, tout simplement, j’allais doucement explorer des parties de cette vie que j’avais refusé de regarder jusqu’à maintenant. Sans cette âme curieuse qui m’animait, j’oubliais qu’auparavant, je passais certains moments de la journée à observer le rôle des autres, de les accompagner ou de me placer à distance, et les observer. « Je te dirais si j’aime ou si je n’aime pas. En tout cas, on verra bien ce que ça donnera. » Je n’avais pas passé beaucoup de temps dans les potagers, depuis notre arrivée sur Terre. Je ne passais pas loin, parfois, mais sinon, je cuisinais et partait à la recherche de plantes.

Un poids se défaisait de mes épaules, pour la première fois depuis des jours. D’en parler à quelqu’un de mon propre campement, quelqu’un qui m’écoutait et qui montrait de l’intérêt pour mes petites victoires, aussi minime soient-elles, me réchauffait un peu mon cœur, froid et dur comme de la pierre. « Je ne peux écouter mon cœur, pas tout de suite. Je dois y aller avec la logique des choses, avec le concret, pas l’émotif. » Je sentais que mes émotions étaient un peu éparpillées, que je ne savais guère où me placer, où me tenir. « Je mange, même si je dois m’arrêter quelques fois. Mon estomac n’est pas encore tout à fait rétabli de mon régime d’avant. Et puis j’essaie de discuter avec les gens. Parfois, c’est horriblement difficile, parce que bon, comment est-ce qu’on peut s’excuser d’avoir été brusque, parfois trop agressive, avec certains? C’est pas comme si j’avais vraiment été délicate dans mes propos. » Devos … je l’avais réellement traité comme s’il n’était rien du tout à mes yeux, alors qu’en fait, il faisait parti de cette famille que l’on s’était construit, sur l’Odyssée, et qui continuait maintenant sur Terre. Des morceaux à recoller, sans guide pour m’expliquer les choses à faire et à éviter. « Non, ce ne sera plus exactement comme avant … mais je vais … je ferais de mon mieux pour que je remonte la pente. » Quelques larmes coulaient, mais pas de peine cette fois. C’était du soulagement, un peu comme une délivrance que de dire que je ne laisserais plus la noirceur vaincre, prendre le dessus. Je posais ma tête sur son épaule. « Merci, merci de m’écouter, Sierra. Merci de tes conseils. Merci … d’être encore là. » Il fallait que je me construise de nouveaux piliers, que je resserre les liens avec ceux qui étaient encore là. Parce que c’est ce que Chris souhaitait pour moi, parce que c’est ce que Robb aurait voulu … et parce que je le voulais aussi.
code by EXORDIUM.

Sans peurs et presque sans reproches
Sierra Megara
DATE D'INSCRIPTION : 27/07/2014 PSEUDO/PRENOM : Sammix MULTICOMPTES : Adriel MESSAGES : 17794 CELEBRITE : Barbara Palvin COPYRIGHT : Zuz' + Tumblr METIER/APTITUDES : Ramasseuse de fruits & plantes / Agricultrice / Parcourir la forêt à la recherche de nouvelles plantes & fruits TRIBU : Les 100 POINTS GAGNES : 400
Voir le profil de l'utilisateur

it's just a spark|| ft Sierra Empty Re: it's just a spark|| ft Sierra

le Jeu 9 Mai - 19:16
Je ne désirais pas la brusquer, je ne l'avais jamais fait jusqu'à présent, du moins je le pensais, même si je revenais vers elle, régulièrement, toujours, comme pour lui rappeler ma présence, comme pour lui faire voir qu'elle n'avait pas besoin d'être seule et qu'elle pouvait m'avoir moi, un peu, si elle le désirait. Et aujourd'hui, elle l'avait bien voulu, elle ne m'avait pas envoyé baladée loin d'ici, chose que j'aurais pu comprendre, chose qui était presque acquise. Mais elle commençait à changer, à évoluer vers ce qu'elle a été, ce qu'elle était à notre arrivée sur terre. Nous étions semblables au départ, sauf qu'elle a connu une perte bien plus importante que les miennes, et qu'elle a été brisée en profondeur, une profondeur abyssale mais il faut croire qu'elle avait "réussi" à toucher le fond pour remonter progressivement, à un niveau qui semblait convenable, à défaut d'être pleinement satisfaisant. Elle ne serait jamais plus la même, cela ne faisait absolument aucun doute, mais peut être qu'à son rythme, elle réussirait à tendre vers ce modèle là, vers quelques choses avec lequel, elle se sentirait assez à l'aise. Et je ferais tout ce qui est en mon pouvoir pour l'aider dans cette tâche là, ce serait difficile mais elle semblait être encline à faire les efforts qu'il faut pour cela alors tout me semblait possible. Elle acceptait en tout cas de se joindre à moi dans le potager, et même si je n'étais pas la seule à m'en occuper, j'étais celle qui s'en occupait régulièrement depuis que nous l'avions mis en place voilà quatre année à présent. Et il y avait du boulot, toujours plus de boulot, alors si elle se sentait de m'aider, ne serais-ce qu'un tout petit peu, ce serait mieux que rien et peut être que cela lui plaira pour que le tout devienne une activité régulière pour elle. Mais nous n'en étions pas là. Toutefois, je lui souriais pour abonder dans son sens.

" Oui, je pense que ça sera une bonne chose pour toi, mais si ça ne te plait pas, tu pourras toujours faire d'autres choses bien entendu. "

Oui, car son domaine de référence, c'est principalement la cuisine, n'est ce pas ? Elle aimait cela, même si aujourd'hui, visiblement, elle faisait cela par défaut, par habitude et que ça ne lui plaisait pas autant qu'avant parce que justement, tout cela avait perdu de sa saveur aussi paradoxal que cela puisse paraître. Quoiqu'il en soit, il fallait qu'elle aille à son rythme, à son allure pour prendre de nouvelles habitudes, pour faire de nouvelles choses suffisamment motivantes pour elle, pour qu'elles s'ancrent dans son quotidien. En tout cas, elle essayera le potager, et verra d'elle-même si cela lui convient, si elle a envie de faire cette activité plus ou moins régulièrement. Elle savait que si ça ne lui plaisait pas, je ne m'en offusquerais pas le moins du monde. J'aurais essayé de lui trouver quelques choses qui aurait pu lui convenir. Mais pour le moment, nous n'en étions pas encore là. Il faudra voir dans un futur proche comment tout cela se déroule. J'en souriais, car déjà, je la voyais en train de ramasser méticuleusement certaines plantes, certains légumes, certains fruits. Et puis, nous pourrions même faire de la cueillette, partir à la recherche de plantes aromatiques dont elle pourrait avoir besoin pour agrémenter sa cuisine. Tout cela me semblait être de bonne augure pour la suite même si je ne crierais pas victoire trop rapidement bien entendu. Je restais quelqu'un d'optimiste, mais je n'étais pas non plus irréaliste même si c'était un peu le cas au départ. J'ai appris à temporiser un peu, à me rendre compte que tout n'était pas rose, simplement qu'il fallait tiré partie du mieux, du meilleur de chaque situation. Ce n'est pas évident, mais si la situation est sombre, si le ciel est chargé, j'arriverais toujours à voir ce petit coin d'éclaircie au dessus de nos têtes. Elle me disait donc qu'elle ne pouvait pas véritablement écouter son coeur, sous peine de faire peut être des choses qu'elle pourrait regretter. Oui, son coeur était en morceau, alors si elle l'écoutait, sans doute que cela pourrait ruiner les efforts qu'elle faisait présentement. Alors, je l'écoutais se confier à moi, parce que oui, ça ressemblait à une véritable confession qui apaiserait un peu ce coeur si meurtri, du moins, je l'espérais. Elle se demandait comment est ce qu'elle pourrait faire pour réellement s'excuser d'avoir été trop rude avec certains. Ce n'était pas facile à faire, de prendre son courage à deux mains pour le leur dire, mais avec moi, elle n'en aurait pas besoin, elle était déjà pardonnée. D'autres auront peut être plus de rancoeur vis à vis de cela mais après tout, elle n'était pas bien, c'était sa façon de se défendre, elle n'avait pas d'autres moyens pour se protéger.

" Tu sais, parfois c'est difficile de s'excuser, mais si les personnes t'aiment réellement, elles te comprendront si tu leur dis que tu n'étais pas bien, et que tu regrettes sincèrement d'avoir agit ou dit certaines choses contre elles. Peut être que si tu fais ça, tu réussiras à expier tout cela, ça pourrait t'apaiser de te dire que les autres n'ont plus de rancoeur contre toi à cause de ça. Mais ce n'est pas simple c'est sur. Je pense que dans ces cas là, il faut savoir user de franchise, et ça devrait aller. "

Ce n'est pas simple de s'excuser dans ce genre de circonstances, c'est une certitude, mais si elle agit comme cela, simplement, cela devrait suffire, je le pense. Pour moi, ça suffirait en tout cas, mais tout le monde n'est pas moi. Sans doute qu'elle pense à des gens qu'elle appréciait quand elle parle de ceci, alors ses personnes devraient comprendre si elles aiment profondément Rachel. Elle a de la bonne volonté, elle désire sincèrement remonter la pente, cela se voit dans son regard qui n'est plus aussi vide qu'à une certaine période, cela s'entends dans ses paroles. Je lui souris, j'aime ce que je vois, et ce que j'aime le plus c'est qu'elle ne le fait pas pour me faire plaisir, c'est une réelle volonté de sa part de progresser en ce sens. Elle pleure, légèrement, pas trop, mais ce ne sont pas de gros sanglots, comme si elle réalisait qu'enfin, elle réussissait à faire deux pas en avant, sans en faire derrière trois en arrière. Et finalement, elle pose sa tête sur mon épaule, car elle la trouve suffisamment solide pour que je devienne une sorte de pilier pour elle et elle me le dit, elle me le fait comprendre. Alors mon sourire s'agrandit encore, et mon bras passe autour de ses épaules comme pour lui faire comprendre que je serais là quoiqu'il arrive, que je serais là pour elle si elle en avait besoin.

" Sache qu'on m'a toujours dit que j'étais une oreille attentive, alors j'essaye de le rester. C'est à toi de voir si tu juges mes conseils de bonne qualité, j'essaye d'aller dans le bon sens pour tous, pour toi, pour tout le monde. Il ne faut pas se faire avoir par la morosité ambiante même si ce n'est pas toujours simple. Dans ce paysage de chaos, il faut savoir discerner ce qui va bien, comme une petite abeille butinant une fleur pour faire son miel alors qu'autour la forêt est en feu. "

Comment ça mon exemple est bidon ? Je ne trouve pas moi. Je trouve même qu'il est très bien cet exemple, que ça vous plaise ou non. Quoiqu'il en soit, j'aimais ce que j'entendais, Rachel était vraiment sur la bonne voie, celle qu'il fallait pour retrouver le goût de la vie, pour vivre tout simplement.
Rachel A. Gomez
DATE D'INSCRIPTION : 07/05/2018 PSEUDO/PRENOM : Dumbass*Angel MULTICOMPTES : non MESSAGES : 237 CELEBRITE : Chloe Bennet COPYRIGHT : Lunaeye (avatar), crackintime (signature) METIER/APTITUDES : cuistot, avec aptitudes en botanique et cuisine POINTS GAGNES : 100
Voir le profil de l'utilisateur

it's just a spark|| ft Sierra Empty Re: it's just a spark|| ft Sierra

le Dim 23 Juin - 6:50

it's just a spark, but it's enough
Mes mauvaises habitudes prirent rapidement possession de mon quotidien, et il semblerait que maintenant, elles me collent à la peau. L’ancienne Rachel n’aurait jamais perdu sa bonne humeur, son sens de l’humour, son sourire, et même parfois, son étourderie. Il est vrai, cependant, que ma personnalité changea lorsque l’on se retrouva en direction de la Terre. L’amertume de la trahison me hanta jour et nuit, après notre arrivée en terrain inconnu. En fait, on ne peut pas dire que j’ai pardonné ce geste aux odysséens en général, ni au conseil. À part ceux et celles avec qui je discutais un peu plus, je jugeais le reste, les voyant comme coupables. Pourquoi ne pas avoir tenu tête? Bordel, nous étions tous jeunes! Quelles horribles tragédies n’avions-nous pas subi, avant que les autres ne débarquent? Pour le bien de qui, exactement? Pas le nôtre, ça c’est sûr. Encore heureuse que les cents refusent de se joindre au campement des odysséens, car je ne me verrais pas vivre auprès des gens qui nous ont tourné le dos. J’aimerais encore mieux me retrouver seule que de sub… Mon dieu! Peut-être qu’en fait, je ne devrais pas m’étonner de mon cheminement actuel. Oui, c’est vrai, j’ai touché le fond cette fois, mettant en danger ma santé physique et morale. Pourtant, en resassant ma haine, j’estime maintenant que la mort de mon frère n’a fait que jeter de l’huile sur un feu déjà ardent. En fait, ce fut la goutte qui fit déborder le vase. En ne m’aidant pas, en ne me ressaisissant pas, j’ai aggravé mon cas, de diverses façons. Entre autres, je minimisais mon contact avec la plupart des gens, y compris Sierra. Combien de fois n’avais-je pas été brusque dans mes propos? Je détestais que l’on vienne me voir en pitié, et à chaque fois que c’était le cas, je grinçais des dents. Voilà pourquoi j’arrêtais de venir manger auprès des autres, et qu’en prenant place aujourd’hui, je sentais le regard confus de ceux et celles aux alentours. Heureusement pour moi, la conversation avec la jeune femme me permettait de ne pas trop me soucier du reste. « Ce n’est pas comme si j’avais plus d’une option. Je sais faire à manger, et je reconnais les plantes. Si l’une ou l’autre de ces tâches ne me plaît pas, je me retrouvais en mauvaise situation. Je ne sais faire que ça. » Petit haussement des épaules. Je n’ai pas tant de cordes à mon arc. La médecine ne me plaît guère, et je n’ai aucun talent pour le combat. Quant à la diplomatie … ça n’est que pour ceux qui n’ont aucun mal à communiquer avec les grounders. Comme je ne connais ni leur langue ni leur culture, eh bien je risquerais beaucoup.

Me contenter de ce que je possédais. Je détestais tant ce mot. Contenter. Faussement ressemblant à ‘content’, alors qu’en fait, ça n’a rien de positif. Malheureusement, ma vie n’était maintenant fait que de ça, du contentement. Essayer d’être maigrement satisfaite de ce que j’avais, de ce que je pouvais faire, et des quelques progrès en cours. Me compter chanceuse d’avoir survécu jusqu’à maintenant, de me débrouiller comme je peux, de discuter avec quelques personnes encore chères à mon cœur. Je me répétais sans cesse que demain, ça irait mieux. Je me remémorais tout ce qui parsemait ma vie. N’était-ce pas comme ça que l’on avançait? Alors pourquoi est-ce que cette impression de vide ne disparait pas? Cette phrase me revient sans cesse en tête. Il manque quelqu’un, l’impression de stabilité s’efface d’un seul coup, et tout ce qu’il me reste, ce sont mes doutes et mes angoisses. Ça va, ça revient, sans jamais me laisser du répit. Il me faudrait donc choisir une journée où mon humeur est passable pour aller rejoindre Sierra. Je voulais au minimum essayer en gardant l’esprit ouvert. Difficile d’en faire autant lorsque notre esprit vous expose tout ce qui ne va pas. Ainsi, avant même que l’optimisme ne revienne, il faudrait débuter par l’humeur stable, pour avancer un peu dans mon parcours de rétablissement. Ne pas me régir par mes émotions, y aller de façon logique me préservera aussi des discours agressifs dont je fais parfois preuve. « Je sais que pour certains, ça leur semble un peu extrême, mon comportement. Ils n’ont pas tout à fait tort, tu sais. Je ne suis pas la seule à avoir perdu un être cher. Pourtant, je suis l’une de celle qui est tombée très bas, et qui n’a pas remonté la pente depuis. Ça … ça va me prendre beaucoup de temps, avant que je n’aie voir ces gens et que j’essaie de leur faire la conversation. J’espère seulement que quand ce sera fait, je pourrais ne plus y repenser, mettre tout ça dans le passé. » La route était encore si longue, avant un retour à la normale! Tant d’aspects auxquels je ne pensais même plus et qui avaient toute leur importance, maintenant. Cela me prendrait un certain temps, avant que je ne voie cette fameuse lumière au bout du tunnel … et beaucoup d’efforts de ma part.

Est-ce que j’avais la ferme intention de tout changer d’un seul coup? Non. En y allant de façon aussi dramatique, je risquerais de me confronter à mes peurs et mes angoisses, retombant à la case zéro. Y aller pas à pas, continuer à croire que ce n’est pas en faisant deux pas devant, que je reculerais de trois ensuite. Il y avait de la volonté dans mes paroles, peu importe qu’elle n’en soit qu’à des bribes, encore. Je devenais émotive, non pas à cause de la tristesse de ce que j’ai perdu, mais plutôt de ce que je réussis à accomplir en l’espace de quelques minutes. Moi qui me croyais forcée à errer sans but, à replonger dans cette noirceur sans en sortir, j’avais un peu plus de facilité à imaginer le jour où je retrouverais quelques aspects de la Rachel du passé. Les yeux un peu embrouillés, je posais ma tête sur l’épaule de Sierra, heureuse de la savoir encore présente, dans ma vie, la remerciant pour tout ce qu’elle avait fait, et continuait de faire pour moi. Je sentis alors son bras passer autour de mes épaules, geste témoignant sa promesse silencieuse d’être là, pour moi. « Au point où j’en suis, il me faut suivre les conseils qu’on me donne. Et les tiens sont ceux qui me semblent les plus réalisables, car il s’agit d’étapes plus faciles à franchir, qui prennent en compte comment je me suis sentie ces derniers temps. » Pourquoi me lancer dans des buts trop compliqués pour moi, alors qu’il s’agissait de me faire progresser, pas régresser? « Un jour, un jour j’y arriverais, à ne plus me laisser engloutir par la morosité. Je crois que ça viendra avec le reste … quand mon cœur ira mieux. »
code by EXORDIUM.

Contenu sponsorisé

it's just a spark|| ft Sierra Empty Re: it's just a spark|| ft Sierra

Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum