Aller en bas
Nuna Cortez
DATE D'INSCRIPTION : 12/10/2018 PSEUDO/PRENOM : Lux Aeterna MULTICOMPTES : Murphy Cavendish MESSAGES : 2143 CELEBRITE : Zazie Beetz COPYRIGHT : Lux Aeterna (vava, sign, gifs) METIER/APTITUDES : Forgeronne et orfèvre (joaillière) TRIBU : Athna POINTS GAGNES : 270
Voir le profil de l'utilisateur

Les explorateurs du dimanche | Nuna - Page 2 Empty Re: Les explorateurs du dimanche | Nuna

le Lun 19 Aoû 2019 - 1:50


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
les explorateurs du dimanche

Nuna Cortez & Gen Deng


(22 novembre 2118 / intrigue Halloween)


« Alors on les écoutera, chez nous, et ils parleront... Enako et tous les autres. » Sa voix était douce, son regard paisible. Peut-être qu'ils n'avaient pas trouvé Enako ici, mais ils avaient trouvé une évidence qui s'était effacée à leur regard jusque-là : il n'y avait pas besoin de traverser le monde pour retrouver ce et ceux que l'on croyait perdu. Enako était restée à ses amours : son volcan, son homme, son fils, ses amis. Enako ne les avait jamais vraiment quittés pour de vrai et c'était maintenant qu'ils étaient si loin de chez eux qu'ils s'en rendaient compte. Ca avait pris un voyage et une sombre frayeur, mais maintenant ils savaient où trouver Enako -et les autres. Pas besoin de traverser les terres ou les océans ou de s'infliger les pires obscurités : ils étaient là, toujours un peu à leurs côtés, éternellement au sein de leurs montagnes. « On va bien, non ? » La remontrance était aussi sévère que celles qui l'avaient précédée. Nuna refusait que son ami se flagelle pour quoi que ce soit; elle était là, amie fidèle au poste, amie fidèle pour épauler celui qui en avait besoin. Les qualités de force des Athnas ne l'étouffaient pas; elle n'était pas une combattante et plutôt une force faible de la nature. Elle n'était pas une fonceuse ou une aventurière; elle préférait maîtriser les choses et être capable de les prédire. La tranquillité de la sécurité avait un charme que l'inconnu ne pourrait jamais lui offrir, malgré toutes les surprises dont il pouvait regorger. Mais au milieu de tous ces défauts qui l'isolaient des siens, Nuna savait se reconnaître une qualité, une unique qualité : elle était là pour ceux qu'elle aimait, entière et sincère, un peu candide parfois, toujours avec une tendresse qui lui ferait sans doute pardonner parmi les plus grandes fautes. Mais si Gen semblait convaincu de lui avoir failli, Nuna était convaincue en son for intérieur qu'il n'en était rien. Ils étaient sortis de la tour; ils en étaient sortis ensemble et entiers, et c'était tout ce qui comptait. Et puis, que pouvait-on faire contre des âmes égarées ?

Ou plutôt, que pouvait-on faire pour des âmes égarées ?

On ne pouvait pas qualifier Nuna de courageuse; ce n'était pas le trait le plus évident de son caractère, et il était masqué pour ne réapparaître que lorsque les circonstances l'exigeaient et qu'il devenait le dernier recours, la dernière alternative possible face à une catastrophe ou une réponse qui lui serait insupportable. C'était ce genre de circonstances qui était apparu ce soir, en ce début de nuit, en ce temps d'apocalypse automnale. Parce que l'alternative de laisser ces âmes perdues à leur perdition lui était inconcevable, Nuna avait plongé au plus profond de son être, juste pour y trouver une once de courage, juste pour parvenir à étouffer la frousse qui lui donnait envie de déguerpir jusqu'à retrouver son volcan, sa forge, sa maison, son petit jardin. Ici était un univers de fin du monde, un univers qui lui était suffisamment inconnu et fantasque pour faire naître chez elle frissons de peur et instincts de survie. Mais ce n'était pas eux qu'elle avait choisi d'écouter. Ce qu'elle avait choisi d'écouter, ce qu'elle avait choisi de laisser la guider, c'était cette plume de courage timide et à peine convaincu, c'était une envie et un besoin de faire quelque chose, c'était une incapacité à laisser derrière elle et dans la détresse des êtres vivants, des êtres à demi-vivants, des êtres qui avaient été vivants -peu importe ce qu'ils étaient ou avaient été, elle pouvait ressentir leur souffrance comme si elle était la sienne.

Non, elle n'avait pas d'herbes ou rien de ce que les avisés brandiraient dans ce genre de circonstances. Pas d'incantations ou d'alliés expérimentés. Il n'y avait qu'eux deux, mais ils étaient deux humains et ils disposaient des armes les plus vives et précieuses : ils avaient les mots. Ils avaient le cœur, ils avaient l'âme. Ils avaient l'humanité. Alors Nuna sourit timidement et tendrement à son ami, qui lui reconnaissait cette qualité, et lui caressa le bras pour seule réponse avant de retrouver le chemin du phare.

Il se dressait toujours là, intimidant au milieu de la nature sombre de ces mois d'automne. Mais il ne paraissait soudainement plus menaçant; il semblait presque humain, grand tas de pierres qui résistait comme il le pouvait au temps, érodé par les éléments, les années et ses interactions avec le genre humain. Et puisque ce qui les abritait devenait plus doux à l’œil et à l'âme, les esprits suivaient. Nuna n'irait pas s'aventurer sur les hauteurs de la tour; elle avait peur de la mer en contrebas, elle avait peur du vent qui fouettait le visage, elle avait peur des bris de verre qui jonchaient le sol, et elle avait peur de l'espace confiné et la prison qu'il pouvait devenir en l'espace de quelques instants. Alors elle restait là, sur le pas de la porte, purgatoire qui liait encore les morts et les vivants. Entre obscurité intérieure et brume extérieure, entre méfiance palpable et main tendue, il n'y avait qu'un pas, ce seul pas que l'on franchissait en une seconde. Nuna retenait la porte de son pied mais c'était à l'intérieur du bâtiment qu'elle s'adressait; à la cage d'escalier qui se dressait là, sombre et inquiétante, menaçante, mais probablement plus timide encore, réalisant à peine qu'elle s'ouvrait au monde. Derrière elle, Nuna devinait la chaleur d'une flamme que son ami avait allumée et ça la réconfortait. Il appelait les autres à la chaleur de la vie, à cette Terre qui n'était pas qu'obscurité et brumes lugubres. Elle croisa brusquement son regard et rechargea son courage dans les lueurs chaudes du feu qui s'y reflétaient.

Ses paroles étaient hésitantes mais ses gestes l'étaient probablement encore plus. Immobile d'un point de vue extérieur, elle était pourtant dans les starting blocks à chaque seconde, prête à prendre la fuite au moindre faux pas. Un pied dehors et un pied dedans, montée sur ressort même adossée à l'épaisseur du mur. Mais il n'y avait pour réponse que ces drôles de faibles lueurs chaudes qui la firent plisser du regard, silencieuse, attendant de chaque seconde quelque chose de plus ou de moins, un coup de vent ou une impression, un geste venu de ce purgatoire dans lequel s'étaient enfermées ces âmes esseulées. « Probablement » souffla-t-elle dans un sourire en jetant un coup d'oeil à Gen par-dessus son épaule. « Là où elles doivent aller, y'a sûrement plein de belles choses comme ça. » Des foyers chaleureux et tout ce qui s'y rapportaient : la chaleur humaine et les sourires, les rires et les histoires, de l'alcool et la vie, la vie humaine qui avait déserté ce qui restait des leurs. Et il ne resterait d'elles ici que les sourires et la légèreté d'âmes qui auraient trouvé une éternelle paisibilité. Comme Enako... Nuna baissa le regard vers Gen, qui était passé devant elle pour entrer dans le bâtiment et y récupérer un peu de ce qui paraissait être du sel. Il venait probablement de la mer qui continuait de s'écraser en contrebas des roches, sous le phare, et plus loin sur la longue plage de galets. « Nettoyer... » releva-t-elle en grimaçant. Nettoyer les lieux d'une présence qui ne demandait qu'à s'évaporer ? Les nettoyer de ce qui avait été une vie, une existence, un cœur, une âme ? « Ca vous aidera peut-être à trouver la suite... » s'excusa-t-elle dans un souffle à ceux qui les accompagnaient. Elle jeta un regard fuyant à Gen, tout aussi désolée de le reprendre. Mais le choix des termes était toujours un exercice périlleux pour quelqu'un qui, comme elle, les utilisait avec une précision dont il imaginait qu'elle avait un pouvoir de vie ou de mort sur ceux qui les recevait. Nettoyer les lieux, ça faisait de ces habitants malheureux des déchets à évacuer loin et vite, ça déshumanisait le peu d'humain qui restait de ces âmes abîmées par la prison des pierres et du temps. Le sel voletait dans les reflets tendres de la torche et au loin, sur le fond obscur de la cage d'escalier, les lueurs clignotaient sous les yeux de la brune, qui les observait avec une sérénité qui l'étonna elle-même. La fumée des feuilles qui se consumaient à leurs pieds envahissaient l'espace d'un de ces parfums simples que Nuna chérissait affectueusement. Gen avait offert à leurs interlocuteurs un environnement incroyablement doux et chaleureux et vivant; un échantillon, probablement, de ce qui les attendait s'ils faisaient le dernier pas vers la libération ultime. « Vous pouvez partir, maintenant. La suite vous attend... » murmura-t-elle en même temps que les lueurs furent soufflées par un air imperceptible, ne laissant derrière elles que le noir de l'escalier sur lequel dansait encore le reflet des flammes de la torche. Nuna sourit presque tendrement en se redressant contre l'épaisseur de la porte, jetant un coup d'oeil apaisé à Gen. Dehors, les chevaux étaient calmes et l'air était redevenu respirable au milieu de cette brume qui semblait s'être allégée. Les deux mondes s'étaient séparés, pour ce soir.
Gen Deng
DATE D'INSCRIPTION : 04/10/2014 PSEUDO/PRENOM : neko MULTICOMPTES : Eirik Thorvald, Skylar Rees, Leary Wrath, Cyd Raye MESSAGES : 1509 CELEBRITE : Godfrey Gao COPYRIGHT : Electric Soul(avatar), tumblr (gif), northern lights.(code signature) METIER/APTITUDES : cavalier, archer TRIBU : Athna POINTS GAGNES : 24
Voir le profil de l'utilisateur

Les explorateurs du dimanche | Nuna - Page 2 Empty Re: Les explorateurs du dimanche | Nuna

le Sam 7 Sep 2019 - 16:00
La douceur de Nuna contrebalançait avec la dureté évidente de Gen. Elle parla de les écouter chez eux, les morts. Le brun hocha la tête, elle avait parfaitement raison et quelque part, cela le soulagea. Enako ne les avait pas complètement oubliés et cela le rassurait. Il avait toujours vécu sa mort comme un abandon et il avait mis de longues années à pardonner. Il s’était énervé la moitié du temps sans jamais pardonner. Aujourd’hui il pardonnait enfin il se rendait compte. Il tenait à s’excuser auprès de Nuna, se trouvant franchement gauche pour le coup. Il soupira quand elle affirma qu’ils allaient bien. Il hocha la tête, elle avait raison. Il décida de ne pas en rajouter une couche. Gen se dressa derrière Nuna avec sa torche en disant que le feu indiquerait le chemin. Il se demanda soudainement si quand on passait de l’autre côté, le chemin était si difficile à effectuer. Cela lui faisait peur pour quand son temps viendrait de partir et qu’il n’aurait pas le choix. Ferait-il parti des âmes colériques qui ne partaient jamais et rôdaient comme ici ? Gen frissonna. Il se demanda si Enako restait par colère ou si c’était pour autre chose, une sorte de mission. Il ne le saurait jamais, il devait faire confiance à son instinct.

Son épouse n’avait jamais été colérique, il n’y avait pas de raison qu’elle le soit devenue après sa mort, il l’espérait. Gen gardait toutes ces pensées en lui, ne voulant pas les partager. Il se sentait pudique sur ce sujet. Il ne savait pas si Nuna et lui faisaient les bons choix compte tenu qu’ils n’étaient pas des spécialistes des âmes. Le brun espérait juste qu’ils n’allaient pas s’attirer des problèmes, ils verraient bien. L’archer parla de nettoyer et perçut bien que les mots étaient bien trop maladroits pour être tolérés. Il aurait dû s’excuser, mais il haussa les épaules pour parer à la grimace de son amie. La réaction de l’homme était probablement enfantine, mais il ne savait pas comment réagir autrement. Il vit son regard fuyant quand elle le corrigea, mais il ne se vexa pas. Gen pouvait être orgueilleux, mais aussi reconnaître ses fautes aussi. Il reconnaissait bien qu’il avait merdé pour le coup. Son regard foncé était sans jugement et voulait bien dire qu’il acceptait ce qu’elle disait. L’odeur des feuilles brûlées emplit l’air et il se sentit si bien, si léger. Il laissa Nuna mener le bal et parler. Les mots étaient justes, posés. Ce fut à peine si l’athna remarqua les lueurs, un peu trop fermé d’esprit pour les voir correctement.

L’atmosphère changea et l’homme lâcha un soupir content et soulagé. Il se sentait mieux. Ils avaient visiblement réussi à apaiser les âmes perdues. Gen ressentit une intense fatigue. Il recula. Les chevaux étaient calmes et cela le rassurait. Il s’assit sur l’herbe fraîche et soupira un grand coup. Il avait la tête qui tournait un peu, mais cela passa. Il se sentit mieux. « Quelle journée de folie. On l’a vraiment échappé belle. » Il la regarda et sourit. Son sourire était sincère et joyeux. Gen ressentit une intense fatigue. Il regarda les chevaux. « On pourra dormir près d’eux. Ils font bien le système d’alarme. » Il n’y avait rien de mieux que des chevaux pour vous signaler quand il y avait un prédateur qui rôdait. Un cheval qui dormait restait alerte, en tout cas quand ils dormaient debout. Gen se redressa. Il frotta son pantalon. Le brun posa sa torche et l’éteint d’un coup de pied précis. « On peut partir demain, cela nous fera arriver pas trop tard chez nous. » Sauf si elle voulait visiter la mer. Il regarda au loin la mer sombre et agitée ce soir. S’il se souvenait bien, c’était la première fois qu’elle venait ici. Lui détestait l’eau, cela le rendait vraiment malade.
Nuna Cortez
DATE D'INSCRIPTION : 12/10/2018 PSEUDO/PRENOM : Lux Aeterna MULTICOMPTES : Murphy Cavendish MESSAGES : 2143 CELEBRITE : Zazie Beetz COPYRIGHT : Lux Aeterna (vava, sign, gifs) METIER/APTITUDES : Forgeronne et orfèvre (joaillière) TRIBU : Athna POINTS GAGNES : 270
Voir le profil de l'utilisateur

Les explorateurs du dimanche | Nuna - Page 2 Empty Re: Les explorateurs du dimanche | Nuna

le Ven 13 Sep 2019 - 0:40


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
les explorateurs du dimanche

Nuna Cortez & Gen Deng


(22 novembre 2118 / intrigue Halloween)


Ce qui comptait, pour Nuna, c'était d'avoir accompagné Gen dans une mission qui lui importait. De ne pas avoir tout su dès le départ ne changeait pas grand chose : elle lui faisait entièrement confiance et lui aurait confié sa vie sans ciller, alors peu importaient les raisons qui avaient poussé son ami à organiser un voyage à l'autre bout de leur continent. Et ce soir, en ce bord de mer, à l'intérieur d'un bâtiment qui semblait appartenir à un autre monde, il avait trouvé des réponses. Des réponses qui ne se prononçaient pas vraiment et auxquels les mots ne rendraient jamais justice, mais des réponses qui se ressentaient dans le cœur et dans l'âme. Il fallait sans doute avoir profondément aimé et passionnément perdu pour comprendre la force de quelque chose d'aussi intangible. Et ces quelques instants perdus dans le temps et dans l'espace, il fallait sans doute être soi-même un peu hors de ce monde pour les vivre. La douceur de Nuna était lourde à porter mais ces moments étaient de ceux qui lui rappelaient qu'elle pouvait trouver une place dans ce monde. Tutoyer l'impalpable, s'émouvoir de ce qu'on ne pouvait pas voir...

Et partager ces sensations, angoisses, sentiments, impressions et réflexes, c'était probablement l'une des plus belles preuves de l'existence d'une amitié. On pouvait ne pas comprendre ce qui avait pu tant les rapprocher, Gen et Nuna; mais il suffisait d'être un témoin invisible de cette scène pour que tout éclate au grand jour. Leur amitié se passait de mots. Elle s'était construite sur une présence et des absences, sur une tendresse aussi tangible que timide, sur une longévité affectueuse qui n'avait rien à envier aux liens de sang. Et puis ces quelques moments le mettait en évidence : elle s'était aussi construite sur une sensibilité commune, sur l'unisson de deux âmes un peu esseulées. C'était se perdre à l'autre bout de leur monde, au milieu d'une brume qui isolait des terres et des mers environnantes, qui révélait la profondeur de ce qui les unissait. Et ils n'avaient pas besoin de témoins pour approuver de ça; leur amitié n'avait pas besoin qu'on la valide parce qu'eux, ils savaient ce qu'elle valait. Ils savaient son importance et Nuna espérait qu'en cet instant, Gen sentait sa présence et son soutien au plus profond de son cœur. Elle voulait être son épaule et sa béquille à chaque moment sensible, et ce moment précis, elle le savait, en était un. Il était là pour Enako. Il était là pour retrouver sa femme, pour partager un instant et un morceau de son cœur avec la disparue. Et Nuna, si elle crevait d'envie de retrouver Enako elle aussi, n'était là qu'en second rang. Elle accompagnait le héros de cette narration et avait été choisie pour en être l'alliée.

Peu importait quelle pouvait être l'identité des inconnus qu'ils avaient croisés dans la tour, maintenant. Ce qui comptait, c'était qu'ils avaient été escortés pour quitter les lieux - et donc que les leurs s'avéraient toujours là, prêts à répondre au moindre appel. Appel des mots ce soir, mais appel des larmes au cœur des nuits les plus difficiles, appel des rires dans les journées les plus ensoleillées. La soirée, jusque-là, avait collé bien des frissons, mais la voilà qui réconfortait par la présence des êtres aimés. C'était des frissons de tendresse, maintenant, et il n'y avait plus que la bienveillance qui dirigeait Nuna. Elle n'était pas rassurée mais ce n'était plus l'angoisse qui parlait à sa place lorsqu'elle s'adressait aux âmes rôdaient en ces lieux, et elle s'adressait aux inconnus comme elle se serait adressée à n'importe quel vivant un peu désemparé. Il y avait encore de la méfiance mais elle n'était plus angoissée. La moitié de son corps qui avait investi l'entrée de la tour en était la preuve; l'autre moitié était signe de ce doute qui subsistait mais il était négligeable, parce que c'était vers les escaliers que son regard se dirigeait. C'était l'invisible et l'inconnu qu'elle fixait droit dans les yeux.

Et puis le monde fut moins lourd, subitement. Une succession de mots et de non-dits et la brume était plus légère sur leurs épaules. Le phare s'était vidé de tout un monde intangible. La mer rencontrait les galets en contrebas avec plus de douceur, et les couleurs carmines de fin de journée n'étaient plus agressives mais se contentaient de caresser la côte avec une chaleur enveloppante et réconfortante. Lorsqu'elle se redressa contre le mur, Nuna savait que la donne venait d'être changée. Pour leur soirée, pour sa conscience, mais sans doute avant tout pour ceux qui venaient d'être libérés de leur piège. Le regard qu'elle lança à Gen la laissa entendre qu'il avait capté tout ça, lui aussi, et qu'ils pouvaient maintenant se raccrocher au cours de leur vie sans plus se soucier des âmes esseulées du phare. Silencieusement, elle le regarda s'asseoir par terre, dans un mélange d'herbe humide et de la terre battue par tous ceux qui avaient visité les lieux avant eux.

Maintenant, c'était l'après. C'était la fin de l'angoisse et le début d'une nuit apaisée. Ils n'avaient plus à courir ni contre les menaces, ni contre le temps. « Oui, c'est fini... » souffla-t-elle avec un petit sourire en se glissant dans la semi-obscurité jusqu'à Gen, pour s'asseoir par terre, à ses côtés. « On peut même dormir à l'intérieur, maintenant... » Elle se permit le petit sourire en coin de ceux qui venaient de participer à la libération et mise à disposition des lieux. Mais Gen semblait avoir la bougeotte et déjà, elle le regardait se lever. Elle ne bougea et le regarda de contrebas en arrachant quelques brins d'herbe pour jouer avec. « T'as trouvé ce que tu voulais, ici ? » La question n'était pas naïve ou innocente; elle voulait l'entendre répondre par la positive. Elle voulait qu'il s'entende affirmer qu'Enako était toujours à ses côtés, parce que telle était la vérité -ou telle était sa vérité, mais telle devenait leur vérité d'amis en symbiose. Enako, comme tous ceux dont ils avaient du être séparés trop tôt, demeurait à leurs côtés tant qu'ils les portaient dans leur cœur. Ils n'étaient pas coincés, enfermés ou piégés comme avaient pu l'être ceux qu'ils venaient de libérer. Les leurs vagabondaient entre les deux mondes et laissaient toujours un peu d'eux ici pour veiller sur ceux qu'ils y avaient laissés. Leurs disparus, eux, avaient choisi. Leurs disparus n'étaient pas rattachés à des pierres ou à des malédictions; ils demeuraient liés à ce monde par l'amour qu'on leur y portait encore. S'ils avaient encore un pied ici, c'était par l'une des plus belles bénédictions qui avaient été données à l'Homme dans sa condition humaine : sa capacité à aimer profondément et de manière inaltérable. Alors Enako était là parce qu'ils y étaient; mais elle était aussi dans leurs montagnes, chez Gen, à tous les coins de leur village et partout dans leur volcan. Elle était auprès de son époux et de leurs fils; elle était avec sa famille et ses amis; elle était partout où elle avait laissé un peu d'elle et les traces de son propre amour pour ce monde. Enako était là où les cœurs lui laissaient une place.

Finalement, Nuna suivit Gen et se leva à son tour pour longer pour le bâtiment et faire face à l'étendue maritime sur laquelle le soleil achevait de se coucher. Les premières lumières apparaîtraient de l'autre côté de l'horizon, le lendemain matin. « Avant de partir, je voudrais juste voir le soleil se lever de là-haut. » Du menton elle désigna le sommet du phare. C'était la mer qu'elle avait regardée de là-haut, mais la vue sur la forêt devait être aussi exceptionnelle. Par temps clair, on pouvait peut-être même deviner leurs montagnes. « Je crois que je vais le regarder se coucher sur la mer. Tu veux ? » proposa-t-elle en posant le regard sur lui et en lui tendant la main, malgré la distance qui les séparait. Il n'y avait probablement pas plus belle paisibilité que celle méritée comme ils méritaient la leur; il n'y avait probablement pas plus belle paisibilité que celle de la danse des astres, là-haut, bien au-delà de leurs considérations humaines.
Gen Deng
DATE D'INSCRIPTION : 04/10/2014 PSEUDO/PRENOM : neko MULTICOMPTES : Eirik Thorvald, Skylar Rees, Leary Wrath, Cyd Raye MESSAGES : 1509 CELEBRITE : Godfrey Gao COPYRIGHT : Electric Soul(avatar), tumblr (gif), northern lights.(code signature) METIER/APTITUDES : cavalier, archer TRIBU : Athna POINTS GAGNES : 24
Voir le profil de l'utilisateur

Les explorateurs du dimanche | Nuna - Page 2 Empty Re: Les explorateurs du dimanche | Nuna

le Sam 12 Oct 2019 - 22:07
Gen admirait profondément Nuna pour sa réaction face aux âmes perdues. Lui n’aurait pas eu la même patience. La tempête d’énergie était enfin retombée, tout était nettement plus calme. Le brun se sentait clairement apaisé. Assis dans l’herbe, il réfléchissait à la suite des événements. Ils dormiraient ici cette nuit, il ne voulait pas faire le chemin de nuit, c’était trop risqué. Il l’aurait peut-être fait seul, mais pas ce soir. Oui c’était fini et cela le soulagea. Nuna vint le rejoindre et s’assit à ses côtés. « Dormir à l’intérieur… » Dit-il pensivement en regardant le phare. Il ne savait pas vraiment quoi en penser. Ils seraient en effet mieux dedans, au frais, protégés du vent et des intempéries. Gen avait juste besoin de temps pour accepter de dormir dans un lieu qui l’avait terrorisé. « Je veux réfléchir. » Peut-être en demandait-il trop. L’archer ne pourrait pas réfléchir trop longtemps. Elle sourit et lui se leva. L’homme avait besoin de bouger, de décharger l’énergie qui l’habitait. Il pensait à un homme précis, un homme qui avait volé son cœur. Il fut triste de ne pas avoir sa présence maintenant. Il le chassa de ses pensées. Son regard foncé se posa sur Nuna qui posa une question intéressante.

Il comprenait ce qu’elle voulait dire et il détailla le phare. « Je crois bien que oui, j’ai trouvé ce que je voulais ici. » Il avait trouvé des réponses qu’il cherchait depuis longtemps. Il savait maintenant qu’Enako serait toujours avec lui. Son amie le suivit au bord de la mer. Elle montra le phare du menton. « Je crois que tu le mérites. » La taquina-t-il. Cela ne le dérangeait absolument pas qu’ils voient le soleil se lever de là-haut. Cela pourrait même être sympa. Gen avait bien vu le soleil se lever depuis le haut de la montagne, pas le point le plus haut, mais un point haut. Il se demanda si c’était plus haut que le phare et le brun se dit qu’il verrait bien demain matin. « J’ai faim aussi. » Gen regarda la main tendue alors que Nuna avait proposé de voir le soleil se coucher de là-haut. « Allons-y. » Il attrapa un sac de réserve de nourriture, attrapa la main de son amie et se dirigea vers le phare. Gen savait qu’il ne dormirait pas de suite, même après le coucher du soleil et qu’il redescendait pour ranger les affaires, faire le tour des chevaux et des lieux. Il était toujours ainsi loin de sa montagne. Il avait toujours besoin de tourner dans la zone, de surveiller, de s’imprégner des lieux.

Il entra dans le phare et se rendit compte que maintenant, ce n’était plus du tout oppressant. Il pouvait respirer normalement. Les murs semblaient moins oppressifs. Il fallait monter les marches et Gen fut forcé de lâcher la main de Nuna pour grimper. « Dépêchons-nous avant que le soleil ne soit plus là. » Il s’était pris au jeu et à présent il voulait voir le coucher de soleil. Ils arrivèrent à temps et le brun s’assit sur un coin au bord avant de sortir un mélange de baies dans une bourse en tissu. Il la tendit à Nuna après s’être servi. « Et toi ? Tu ne regrettes pas d’avoir quitté ta montagne pour suivre ? » Dit-il avec un sourire taquin. Il savait qu’il la sortait de sa zone de confort, clairement. Il la trouvait courageuse. Il ne le dirait pas forcément car c’était difficile pour lui de complimenter, mais ses yeux foncés parlaient d’eux-mêmes. Le soleil se couchait lentement et le temps semblait retenir son souffle. Gen se dit que c’était une image magnifique figée dans le temps, presque hors du temps. « Je veux bien dormir ici. On ne risque rien. » Aucun mauvais esprit ne risquait ne leur sauter dessus. Il se sentait protégé à cet instant. Ils ne risquaient rien du tout.
Nuna Cortez
DATE D'INSCRIPTION : 12/10/2018 PSEUDO/PRENOM : Lux Aeterna MULTICOMPTES : Murphy Cavendish MESSAGES : 2143 CELEBRITE : Zazie Beetz COPYRIGHT : Lux Aeterna (vava, sign, gifs) METIER/APTITUDES : Forgeronne et orfèvre (joaillière) TRIBU : Athna POINTS GAGNES : 270
Voir le profil de l'utilisateur

Les explorateurs du dimanche | Nuna - Page 2 Empty Re: Les explorateurs du dimanche | Nuna

le Lun 11 Nov 2019 - 0:54


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
les explorateurs du dimanche

Nuna Cortez & Gen Deng


(22 novembre 2118 / intrigue Halloween)


Tout était fini, et c'était une fin douce. Les êtres perdus avaient retrouvé leur chemin, et Gen et Nuna profitaient du répit si douloureusement gagné. C'était fini, parce qu'ils avaient trouvé ici les réponses qu'ils étaient venus chercher malgré elle. Si cette peur avait dû être sacrifiée à l'endroit pour en obtenir un peu de cette quiétude si bienvenue, alors Nuna était heureuse d'avoir offert ces longues minutes de panique aux bordures côtières. Ce qui comptait, c'était que Gen dormirait ici avec le cœur tranquille, et remonterait dans les montagnes l'esprit plus léger. Enako était à ses côtés et enfin il s'autoriserait à la voir, sans se sentir obligé de traverser le continent, comme s'il devait gagner la moindre seconde avec sa femme comme un combat. Même le gouffre de la mort qui séparait les deux mondes, vivants et partis, ne demandait pas tant de sacrifices. L'amour et l'attachement trouvaient toujours un moyen. Il fallait parfois s'isoler, parfois fermer les yeux. Il fallait parfois apprendre à tout arrêter pour n'être plus dévoué qu'à l'autre ; il fallait parfois se battre contre soi-même pour s'autoriser à écouter, mais on pouvait toujours l'autre. C'était une bise, un rayon de soleil, un petit arc-en-ciel parfois. C'était un sourire arraché à une banalité, un petit geste du quotidien ; c'était des petits riens qui représentaient tout, et l'autre était là, une main sur son épaule, et pendant quelques instants on n'était plus si sûr d'avoir été séparés. S'il avait fallu à Gen descendre jusqu'ici pour le réaliser pleinement, alors Nuna était heureuse. Et c'était tout ce qui importait, au-delà, même, de la libération de ces âmes esseulées qui lui avaient parues si effrayantes.

Mais il fallait se réapproprier les lieux avant le départ du lendemain. C'était ici qu'ils dormiraient, maintenant que les menaces s'étaient évaporées. A l'intérieur ou pas, Gen gardait encore pour lui ce mystère. Peu importait, puisqu'ils n'avaient plus à s'enfoncer dans la forêt obscure. Ils pouvaient rester ici et prendre leur temps, même lorsque le manteau noir de la nuit aurait définitivement recouvert les lieux. Il n'y avait plus rien à craindre de la tour et même la mer qui s'écrasait au contrebas, maintenant, le faisait d'un ton doux et rassurant. L'air iodé n'apparaissait plus si étranger ; il était agréable aux narines et berçait la soirée de cette saveur maritime que les montagnes ne savaient pas porter.

Et maintenant, ils pouvaient profiter de ce que l'endroit pouvait leur apporter de plus trivial et primitif. C'était au tour des rétines de se faire aveugler par la beauté du paysage qui s'enflammait encore dans les dernières lueurs chaudes. Monter dans le phare pour profiter des derniers éclats de la journée, voilà maintenant ce que Nuna voulait s'autoriser. Et quelques instants plus tard, les voilà à nouveau sous la coupole de verre fêlé et brisé. La coursive dehors n'apparaissait plus si dangereuse puisque plus rien ne guettait, et Nuna souriait de ceux qu'ils avaient libérés et de ce jour qui se libérait à la nuit. Sous leurs prunelles émerveillées de montagnards s'étendait l'infini de l'océan qui brillait des teintes rougeoyantes que seules savent faire naître ces quelques minutes de la journée. C'était mystique, comme moment, et Nuna, pendant quelques instants, envia ceux de la mer, qui pouvaient contempler ces spectacles tous les jours où les cieux le leur permettaient. Elle faisait quelques infidélités aux montagnes si chères à son cœur d'Athna mais elle se les autorisait, parce que les montagnes savaient que Nuna n'appartenait qu'à elles. « Tu parles, je regretterai jamais de t'accompagner dans une de tes aventures ! » Elle eut un petit sourire en coin en attrapant une pincée de baies dans le petit sac que lui tendait son ami. « Je suis contente qu'on ait trouvé ce que tu cherchais. Et tu sais, si tu as besoin de parler de ces choses-là chez nous... je suis toujours là. » Elle sourit tendrement à Gen avant de reporter son attention sur le soleil qui finissait de passer l'horizon. Il y aurait probablement bientôt le bref reflet bleu que certains passaient une vie à chercher. Cette nuit semblait capable de le leur offrir, et Nuna observait, croquant dans ses baies, les unes après les autres. « On sera bien ici, tu verras. »
Contenu sponsorisé

Les explorateurs du dimanche | Nuna - Page 2 Empty Re: Les explorateurs du dimanche | Nuna

Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum