Aller en bas
Skylar Rees
DATE D'INSCRIPTION : 05/05/2016 PSEUDO/PRENOM : Ponyta MULTICOMPTES : Gen Deng, Eirik Thorvald, Leary Wrath, Cyd Raye MESSAGES : 430 CELEBRITE : Norman Reedus COPYRIGHT : lux aeterna METIER/APTITUDES : Second du chef de garde. - Pisteur - Combat à mains nues - Stratège POINTS GAGNES : 55

Le feu aux poudres | Richard Empty Le feu aux poudres | Richard

le Dim 28 Aoû 2016 - 21:56
Skylar cherchait Richard comme à son habitude. Sauf qu’il ne s’attendait pas à le trouver avec une jolie brune toute avenante. Le soldat ne comprit pas pourquoi, mais il resta caché dans l’ombre tout en les regardant parler. Il n’entendait rien de ce qui était dit, mais il les vit sourire et rire. Soudainement, il sentit son sang ne faire qu’un tour et sa vision se troubla de rage. Il aurait dû s’y attendre, Richard n’allait pas passer sa vie célibataire. Il fallait bien qu’il retrouve quelqu’un. Skylar ne comprit pas, mais il était furieux et terriblement vexé. L’homme recula et tourna les talons, décidant d’aller s’entraîner seul. Il préférait ne pas demander l’avis de son meilleur ami et trouva un autre soldat avec qui aller s’entraîner. Bien entendu ce n’était pas Richard, c’était différent, éprouvant et surtout Skylar tomba dans une mauvaise humeur sans précédent. Il parlait de moins en moins et se montrait brusque. L’homme avec qui il s’entraînait ne se gêna pas pour lui dire que cela n’allait pas. Skylar décida d’abandonner l’entraînement, plus de mauvaise humeur que jamais, bien décidé à se trouver une activité à faire. Il avait mis en place quelques exercices et cela avait le mérite de lui occuper l’esprit.

Le brun enchaîna les travaux, s’informa sur les patrouilles qu’il avait mises en place. Le plus dur était probablement d’éviter tout simplement Richard. Il savait où et quand son ami passait, mais il l’évitait. Il savait son comportement suspect, mais il ne pouvait faire autrement. Il se sentait obligé de l’éviter car il ne voulait pas s’expliquer ni dire des mots qu’il ne fallait pas. Skylar n’arrivait pas à comprendre son comportement ou alors il ne voulait pas s’avouer certaines choses. C’était bien trop difficile d’analyser ses sentiments, Skylar n’était pas un spécialiste là-dedans. Il avait d’autres choses à penser, comme par exemple arranger le camp après le tremblement de terre. C’était déjà pas mal selon lui. Un ou deux soldats vinrent vers lui et l’informèrent que Richard le cherchait. Le brun hocha la tête, mais ne renvoya pas un message et chercha encore moins son ami. Il savait que ce qu’il faisait était mal et qu’il faisait vraiment le con, mais tant pis. Il en avait gros sur la patate et au fil des heures, cela semblait empirer. Skylar aurait pensé qu’il aurait une meilleure humeur, qu’il arrêterait de se morfondre et de grogner dans son coin, mais bien loin de là. Cela semblait empirer au fil des heures.

Il devrait vraiment sortir de cet état d’esprit. Skylar était particulièrement fier de lui, surtout qu’il arrivât enfin au soir sans croiser Richard. Cela lui faisait mal au ventre d’avoir comme dernière image de lui cette image avec une autre femme. C’était comme de l’acide, cela brûlait tout son être. Après une bonne douche, il traîna non loin du feu de camp, une gamelle de nourriture dans la main. Skylar s’installa dans un coin et observait au loin le feu, mâchant sa nourriture sans réfléchir. Un électrochoc le traversa en voyant son ami. Le brun enfonça le nez dans sa gamelle, conscient que ce qu’il faisait était stupide. Mais c’était plus fort que lui, il n’arrivait pas à refréner ses pulsions infantiles. Il leva la tête et osa affronter son regard, il le lui devait bien. « Tu as passé une excellente journée ? » II savait que Richard ne serait pas dupe, c’était son meilleur ami tout de même. Il saurait tout, Skylar cachait difficilement sa mauvaise humeur. Le pire il s’en voulait car c’était stupide ce qu’il faisait. « J’ai eu pas mal de travail. Les patrouilles étaient un peu dispersées. » Peut-être parce que Skylar les avait formées comme un pied aujourd’hui et qu’il avait dû rattraper ses propres erreurs. Parfois il se demandait pourquoi il était encore adjoint quand il travaillait de la sorte, aussi mal. Il se justifiait alors qu’il n’avait reçu aucune question, la preuve qu’il savait qu’il avait merdé, terriblement merdé sa journée.
Richard Coben
DATE D'INSCRIPTION : 23/05/2015 PSEUDO/PRENOM : avengedinchains MULTICOMPTES : baelfire/astrid/elias/meeka MESSAGES : 1662 CELEBRITE : Andrew Lincoln COPYRIGHT : ava : blake. sign by beylin METIER/APTITUDES : Chef de secteur devenu chef de la garde après le crash. POINTS GAGNES : 30
Admin

Le feu aux poudres | Richard Empty Re: Le feu aux poudres | Richard

le Dim 11 Sep 2016 - 16:51

Richard & Skylar

Le feu aux poutres


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]Ce qu’elle était chiante cette fille. A venir me parler sans raison, à me flatter en prétendant que d’un seul coup, je suis devenu le meilleur homme du monde ou un délire du genre. J’ai réussi à rester poli, un véritable miracle. Mais elle était d’un chiant… Jolie mais pas forcément futée. Et à l’heure actuelle, disons que je n’ai pas particulièrement envie de connaître quelqu’un. Bien assez de galères. Je ne pense pas avoir besoin de plus, à l’heure actuelle. Et elle était là, à glousser, à me caresser le bras. Un véritable cliché d’intérêt. Et elle ne m’intéresse pas. Alors forcément, je n’ai vu que les sales défauts. Elle m’a tenu la jambe pendant un bon moment, d’ailleurs. Et j’ai mis bien du temps à comprendre la raison de tout ça. La repoussant, j’ai juste supposé que toute cette histoire n’était pas pour moi. Alors, quand elle a eu terminé, je me suis juste contenté d’inventer des trucs à faire. Ses courbes sont intéressantes mais je crains qu’elle ne soit constamment sur mon dos si je me permets de m’y arrêter. Trop de problèmes, en tout cas. Alors pour moi, il est hors de question de tenter quelque chose.

Le reste de la journée, je n’ai pas fait grand-chose. J’ai passé plusieurs heures à tenter de bidouiller un arc. Et j’en ai été pas mal incapable en réalité. Un peu à côté de la plaque, le gars. Mais bon, je crois que je n’y arriverais jamais. J’ai parlé avec quelques personnes. Je ne cache pas, en tout cas, que j’ai pas mal délégué mes trucs à Skylar. Le plus bizarre, c’est que je ne l’ai pas croisé de la journée. Je ne dis pas qu’on est constamment collé mais je ne vais pas nier que je le cherche assez régulièrement, quand même. Mais là, rien, je l’ai entrevu de loin mais il ne m’a pas calculé. Je n’ai pas cherché plus loin mais un tel comportement me laisse malgré tout assez perplexe, c’est un fait. Je n’ai pas pour habitude qu’il soit ainsi, qu’il ne me calcule pas, qu’il reste un peu en dehors de mon champ de vision. Depuis que je suis petit, on se colle le cul. Alors forcément là, je me retrouve face à une situation un peu perplexe. Après, vu que j’ai délégué, sans doute a-t-il été trop occupé aujourd’hui pour que nous puissions bavarder. C’est tout aussi possible.

Alors quand le soir se pointe et que nous n’avons pas du tout parler, j’essaie de me dire que c’est de là que vient le souci et que ça ne peut être que là. Je n’ai pas vraiment envie de réfléchir ou de chercher, c’est fatiguant mais soit, il n’y a rien à y faire. Je ne vois pas vraiment pourquoi il m’esquiverait et il m’est facile de deviner que c’est uniquement ma parano qui me pousse à penser de la sorte. Alors quand je le vois, dans un coin, avec sa gamelle, je ne comprends pas trop. Il ne m’attend même pas pour manger en plus ? Je choisis de me poser à côté de lui, avec la mienne, attendant qu’il me parle et qu’il évoque, si nécessaire, un quelconque problème. « Tu as passé une excellente journée ? ». Pas lui, visiblement. Il est visiblement de mauvaise humeur et au ton de sa voix, je jurerais presque qu’il m’en veut. Cependant, puisque je ne vois toujours pas de quoi il est question, je ne sais pas quoi lui dire. Alors je choisis l’option de facilité. Après tout, ma journée n’était pas trop dégueulasse. « La journée a été relativement correcte. Je n’ai toujours pas réussi à construire un arc, cela dit. J’ai du mal à comprendre quel type de corde il faut. Mauvaise journée ? ». Et hop, les pieds dans le plat. Du moins, un peu, puisque totalement, ce serait un risque qu’il est préférable de ne pas courir.

« J’ai eu pas mal de travail. Les patrouilles étaient un peu dispersées. ». Ouais, ces derniers temps, ils ne sont pas très attentifs et ils font aisément des difficultés de bien peu de choses. Je ne sais pas comment ils se débrouillent mais… Disons que je préfère ne pas y prêter trop attention. Ils font un minimum ce qu’on leurs demandent. Et si quelque chose se passe mal, tout le campement en subira les conséquences. Et ça, ils en ont tous plus ou moins conscience. « Ils ont toujours eu tendance à faire de la merde quand on les laisse faire. Mais ils font le strict minimum. Et si quelque chose leurs arrive, on saura que y a un problème ». Je préfère ne pas me prendre la tête sur la question. Il n’y en a pas le moindre intérêt réel. De toute manière, moi-même, je ne suis pas forcément toujours très attentif.
AVENGEDINCHAINS
Skylar Rees
DATE D'INSCRIPTION : 05/05/2016 PSEUDO/PRENOM : Ponyta MULTICOMPTES : Gen Deng, Eirik Thorvald, Leary Wrath, Cyd Raye MESSAGES : 430 CELEBRITE : Norman Reedus COPYRIGHT : lux aeterna METIER/APTITUDES : Second du chef de garde. - Pisteur - Combat à mains nues - Stratège POINTS GAGNES : 55

Le feu aux poudres | Richard Empty Re: Le feu aux poudres | Richard

le Ven 23 Sep 2016 - 23:02
Skylar ne comprenait pas pourquoi il était contrarié à ce point. Ce n’était pas lui. Il ne comprenait pas pourquoi la vue de cette femme l’avait contrarié alors que Richard avait eu une femme, comme lui. Le soldat perdait le contrôle et il se demandait si quelque chose ne clochait pas dans sa tête. Un arc, c’était donc ce que Richard avait fait sa journée. « On va dire ça. » Fut sa seule réponse pour répondre à la question de son meilleur ami. Dire que sa journée avait été mauvaise était vraiment un doux euphémisme. Il était vraiment de mauvaise humeur et Skylar ne comprenait pas pourquoi Richard restait calme. D’un côté c’était normal ? L’homme mâcha la nourriture, espérant que ce goût moyen l’aiderait. La mauvaise humeur ne résolvait rien, bien au contraire. Il avait mieux temps de rester calme. Il décida de parler de sa journée fournie, une journée qu’il avait fait en sorte d’avoir ainsi. C’était mieux que de ruminer comme un adolescent contrarié. Il n’avait jamais pensé pouvoir être contrarié de la sorte. Se concentrer sur les patrouilles lui éviterait de déraper et dire que des bêtises. Ce serait mieux pour tout le monde, rester calme. A force de se dire de rester calme, Skylar se crispait. Il sentait la tension grimper dans son corps.

Sauf qu’il n’avait toujours pas répondu à Richard qui avait parlé des patrouilles, en réponse à ses propres paroles. Il s’était écoulé près d’une minute depuis les paroles de son meilleur ami et une minute c’était bien long dans une vie. « Il faudrait plus d’entraînement. » Skylar était ainsi, il répondait par la force brutale sans vraiment réfléchir, pourquoi faire après tout ? Penser aux patrouilles le calmait. Ce qui l’inquiétait c’était l’avenir, son avenir ici, son avenir avec Richard. Pourquoi cela revenait-il ? Il plissa les yeux comme un chat contrarié, il n’était vraiment pas dans son assiette. « C’était qui la nana de ce matin ? » Cette phrase aurait pu être innocente. Une phrase que deux hommes pouvaient lancer pour parler des femmes. Sauf que Skylar ne résonnait pas ainsi. Jamais il n’avait parlé cul avec Richard. Ce n’était pas un sujet qu’il adorait. Chacun avait eu une femme dans sa vie, à un moment de leur vie, mais jamais ils n’avaient parlé de leurs vies de couple. Quand Skylar avait parlé de Calliope, c’était qu’il était mordu d’elle, point à la ligne. Il avait attendu car mine de rien, il était extrêmement timide sur ce genre de sujet. Une sorte de soupir lui échappa. « On devrait parler d’autre chose. » Car il savait qu’il merdait d’A à Z et ne voulait pas y penser. C’était complètement inutile.

Il ne pouvait pas accepter ce qu’il avait en tête. Il ne pouvait pas accepter ce tourbillon qui le dévorait. Cela devait être le deuil qui le chamboulait, voilà tout. Tout irait mieux dans quelques temps. Il ne ferait plus de crise de jalousie sur son meilleur ami et arrêterait de ressentir cette possessivité sauvage. Skylar n’était pas quelqu’un de possessif. Territorial, peut-être, mais c’était un concept qu’on perdait vite une fois qu’on était sur Terre. Peut-être s’acclamait-il bien plus mal à son environnement qu’il ne le pensait. Il ne s’y attendait pas à cela. Il espérait qu’il ne perdrait pas la tête comme Sadik, il ne manquerait plus que cela. Le brun cherchait un sujet de conversation intéressant, un sujet qui tiendrait la route. Finalement il se fit la réflexion qu’un peu de calme, cela irait tout aussi bien. Pas besoin de se prendre la tête. Il pouvait profiter, tout simplement. Cette idée lui convenait parfaitement. S’il restait silencieux, tout rentrerait dans l’ordre. C’était la technique de l’autruche, faire semblant de rien et vivre sa vie. Oui il en était capable. Vivre sa vie. Il y arriverait. Tout rentrerait dans l’ordre et il cesserait de faire une espèce de crise de il ne savait trop quoi juste parce que Richard causait avec une brune bien trop belle.
Richard Coben
DATE D'INSCRIPTION : 23/05/2015 PSEUDO/PRENOM : avengedinchains MULTICOMPTES : baelfire/astrid/elias/meeka MESSAGES : 1662 CELEBRITE : Andrew Lincoln COPYRIGHT : ava : blake. sign by beylin METIER/APTITUDES : Chef de secteur devenu chef de la garde après le crash. POINTS GAGNES : 30
Admin

Le feu aux poudres | Richard Empty Re: Le feu aux poudres | Richard

le Mar 18 Oct 2016 - 0:02
Un lourd soupir s’échappe des lèvres de Richard alors qu’il fait face à son ami, alors qu’il constate que Skylar n’a pas l’air d’être de bonne humeur. Il ne sait pas vraiment quoi faire parce qu’il n’a pas pour habitude de le voir comme ça. Surtout sans la moindre explication. Parce que c’est principalement à ça qu’il fait face. A une équation à une inconnue. Et ça ne l’amuse pas, il s’énerve et s’agace pour une situation qui lui échappe lourdement. Il aimerait comprendre et en même temps, il ne se voit pas vraiment aborder le sujet aussi simplement. Parce que ce n’est pas comme ça que ça se passe. Il n’a pas vraiment le droit de pointer ses problèmes du doigt, il n’a pas le droit de lui montrer avec évidence tous les traits qui n’allaient pas. Il n’a pas le droit d’appuyer sur un problème ou plutôt, il n’a pas vraiment pour habitude de faire ce genre de chose. Parce que disons que ça ne le concerne pas vraiment. Il soupire, il n’y peut rien, il aimerait faire autrement. Mais s’il ne lui pose pas la question, est-ce qu’il va en parler ?

Il garde les choses pour lui, mais il ne peut pas s’empêcher de trouver qu’il y a quelque chose qui cloche dans tout ça. Il va attendre de voir, déjà. Et s’il ne parle pas, il finira par lui faire comprendre qu’il doit lui parler. Richard est son meilleur ami, n’est-ce pas ? Ils ont plus de quarante ans, aujourd’hui. Deux adultes qui ne parviennent pas toujours à comprendre les choses. Mais qui apprennent, malgré tout, à faire en sorte que ça se passe bien. Dans les bons comme les mauvais côtés, ils sont là, l’un pour l’autre. Alors malgré les années écoulées, il se permet sérieusement de croire qu’il n’y a rien de si étonnant que ça dans le fait qu’il veut plus d’information, qu’il veut aider son ami. Dans les bons et les mauvais côtés, il sera là. Sauf que son ami ne semble pas le comprendre. « On va dire ça. ». Ils abordent un sujet, mais il ne semble pas y porter de réel intérêt. Il est là sans être là. Et Richard n’a pas forcément la patience pour ce genre de chose. Il est déplaisant de le voir ainsi. De le voir de mauvaise humeur. Comme ça. C’est agaçant parce qu’il ne sait pas quoi faire. Ni quoi dire, d’ailleurs. Et être gêné comme ça, pour lui parler, ce n’est pas non plus dans ses habitudes. Il n’ajoute rien, en tout cas, parce qu’il ne voit pas vraiment ce qu’il pourrait dire. « Il faudrait plus d’entraînement. ». Même à ça. Parce qu’il a l’impression que c’est un échange bancal, qu’il ne les intéresse pas, et que pourtant, il faut parler pour noyer le poisson. Pour dissimuler le malaise. Et il ne comprend pas pourquoi il y en a un. C’est agaçant.

« C’était qui la nana de ce matin ? ». Il marque un temps d’arrêt, interdit. Il ne bouge plus, ne sait pas vraiment ce qu’il pourrait dire. Pourquoi est-ce qu’il lui pose une telle question ? Ce matin, il était avec une femme oui, mais il n’y a rien de vraiment fabuleux dans tout ça. Jolie mais idiote, il n’oublie pas les conneries qui ont pu sortir de sa bouche. Lui, il ne savait même plus comment lui parler pour ne pas se montrer odieux ou ridicule. Parce qu’il avait aussi cette impression. Elle le voit comme un héros, et lui, il ne sait pas vraiment ce qu’il aurait bien pu faire pour prétendre être un héros. Parce qu’il ne voit pas en quoi il serait question de ça. Un soupir s’échappe de ses lèvres alors qu’il passe une main dans ses cheveux grisonnant. De quoi est-il véritablement question, ici ? Mal à l’aise avec la situation, il ne sait pas vraiment ce qu’il pourrait bien être supposé dire.  Pourquoi cette soudaine question ? Il ne sait pas vraiment quoi répondre, c’est un fait. Et lui, pour le coup, il aimerait mieux voir toute cette histoire s’arranger. Bordel. « En réalité, je ne me souviens plus de son prénom. Pourtant… Elle a du me le donner. Je n’ai toujours pas compris ce qu’elle me voulait mais elle m’a pas mal flatté ». Un sourire en coin se glisse sur ses traits. Il n’est pas forcément très intelligent d’agir comme ça mais il ne parvient pas forcément à faire autrement. Il n’y peut pas grand-chose, n’est-ce pas ? Peut-être qu’en plaisanter n’est pas la bonne stratégie. « Mais bon, c’est sans importance.

C’était un moment très dérangeant, très… Chiant aussi. Elle n’avait aucune conversation. »
. Et à ses yeux, elle était surtout sans intérêt. Sans doute est-ce pour cette raison, avant tout le reste, qu’il ne comprend pas que cette situation soit aussi bancale. Après tout, pourquoi faut-il à ce point en parler ? Quel est le but ? « Pourquoi ? ». Parce que c’est là qu’est toute la question. Il n’est pas certain qu’il soit judicieux de la poser pourtant. « On devrait parler d’autre chose. ». Oui, sans doute serait-ce préférable. Il n’a juste pas envie de changer de sujet parce que tout, ici, est perturbant. Son ami est bizarre et lui, il veut juste comprendre pourquoi ce serait aussi étrange. Richard veut uniquement comprendre une situation qui lui échappe et le comportement de son meilleur ami qu’il ne comprend pas. Est-ce trop demander ? « Tu es bizarre, aujourd’hui ». Mais encore une fois, il lâche cela dans l’espoir de ne pas le blesser.


Dernière édition par Richard Coben le Ven 9 Déc 2016 - 17:58, édité 1 fois
Skylar Rees
DATE D'INSCRIPTION : 05/05/2016 PSEUDO/PRENOM : Ponyta MULTICOMPTES : Gen Deng, Eirik Thorvald, Leary Wrath, Cyd Raye MESSAGES : 430 CELEBRITE : Norman Reedus COPYRIGHT : lux aeterna METIER/APTITUDES : Second du chef de garde. - Pisteur - Combat à mains nues - Stratège POINTS GAGNES : 55

Le feu aux poudres | Richard Empty Re: Le feu aux poudres | Richard

le Jeu 3 Nov 2016 - 18:57
Skylar ne savait pas s’il avait fait quelque chose d’intelligent, mais il décida de parler. Il posa la question qui le torturait depuis un petit moment. S’il n’osait jamais, il s’en mordrait les doigts. Il observait la réaction de Richard qui se passa la main dans les cheveux. Un soulagement étrange le traversa quand il apprit que le brun ignorait son prénom. Sa jalousie s’apaisa et il se sentit nettement moins agressif. Il avait moins envie de sauter à la gorge de cette cruche qu’il aurait bien voulu tuer quand il l’avait vue proche de Richard. Il n’avait plus été possessif ainsi depuis bien longtemps. Il n’avait jamais été possessif avec Calliope. Il avait confiance et en amoureux transis, il lui avait laissée une intense liberté, étonnant, n’est-ce pas ? Mais pour son meilleur ami, c’était différent. Il était toujours extrêmement possessif, violent d’une certaine manière même s’il le cachait. C’était une part de sa personnalité qu’il n’acceptait pas si bien. Skylar avait besoin de discipline et ne pas laisser passer ses pensées les plus sombres. Apprendre que cette femme avait flatté Richard, cela lui laissa un goût amer dans la bouche, alors plus quand il le vit sourire. Visiblement il était content. Il le détailla soudainement, les sens à vif. Skylar ne souriait pas, il évaluait la situation. Non ce n’était pas sans importance.

C’était d’une importance capitale quand il le voyait sourire ainsi. Richard irait-il coucher avec cette femme ? Et si oui, quoi ? Skylar ne pouvait rien faire, cela ne le regardait absolument pas. Il avait beau se dire cela, cela ne rendait pas la situation plus supportable. Il comptait lentement dans sa tête et se focalisait sur sa respiration pour s’empêcher de faire une connerie ou dire quelque chose qu’il regretterait, clairement. Ah, maintenant la madame devenait chiante et sans conversation. Skylar ne faisait toujours aucun commentaire, le laissant parler. Sa question le surprit quand il lui demanda pourquoi et il haussa les épaules simplement. Le brun décida de faire diversion et de changer de sujet. Mais rien que d’avoir entendu le peu de choses qu’il avait entendu, cela l’avait achevé. Il se sentait mal, terriblement mal. Péniblement, il termina son bol de nourriture et le posa à côté de lui, songeur. Ah bizarre, c’était le cas de le dire. Skylar posa son regard clair sur lui et affronta son regard. « Toi aussi, je ne croyais pas que tu parlerais à une femme aussi tôt. » Qu’est-ce qui était en jeu ? Si l’homme se mentait, c’était qu’ils étaient les deux veufs, en deuil et que voir une femme arriver maintenant ne plairait pas à l’adjoint des patrouilles. La vérité, était qu’il voulait garder Richard rien que pour lui, pour une raison bien obscure qu’il n’acceptait pas vraiment.

« Cette femme doit t’admirer. Normal, qui ne t’admirait pas ? » Il ne le quittait toujours pas du regard. Un regard qui voulait tant dire au fond. Un regard lourd de sens. Il avait tant de questions à poser, mais des questions qu’il ne se sentait pas de dire encore. Skylar se passa une main dans les cheveux, soudainement nerveux. Il se contrôlait mal, tellement mal. Il ferma un instant les yeux et les rouvrit avant de les poser sur Richard. « Une présence féminine te manque ? » Non il ne répondait pas à son meilleur ami. Il ne disait pas la vérité, ne voulait pas la voir. Lui-même ne comprenait pas. Il ne comprenait pas pourquoi il était possessif. Il n’y avait rien de logique dans son comportement, clairement, il devait se soigner. Il le regarda et se dit qu’il devrait s’éloigner. Sauf que Skylar ne s’éloignerait pas ainsi de Richard. Il resterait à ses côtés, quoi que cela lui en coûte. Affronter d’autres femmes risquait de lui coûter cher. D’avance il se préparait à la bataille et faire fuir les prochaines femmes qui se présenteraient. C’était encore trop tôt, ils devaient porter leurs deuils, quelle excuse minable. Depuis que Calliope était partie, il n’était plus le même et ses réactions envers son meilleur ami devenaient disportionnées, presque dangereuse. Heureusement qu’il n’en mettait aucune en pratique, c’était mieux pour tout le monde.
Richard Coben
DATE D'INSCRIPTION : 23/05/2015 PSEUDO/PRENOM : avengedinchains MULTICOMPTES : baelfire/astrid/elias/meeka MESSAGES : 1662 CELEBRITE : Andrew Lincoln COPYRIGHT : ava : blake. sign by beylin METIER/APTITUDES : Chef de secteur devenu chef de la garde après le crash. POINTS GAGNES : 30
Admin

Le feu aux poudres | Richard Empty Re: Le feu aux poudres | Richard

le Ven 9 Déc 2016 - 17:57
Le feu aux poudres
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]Il n’est pas vraiment facile de comprendre une solution comme celle-ci. Richard n’ira certainement pas le nier mais cela reste un point non négligeable. Il faut parfois savoir faire la part des choses, c’est vrai. Ce n’est pas toujours simple, mais de temps à autre, on fait le nécessaire pour que les choses se passent bien. Pourtant, l’histoire commence simplement. Un homme parle à une femme et l’homme subit une crise de jalousie par… Et c’est là que la situation s’effondre. Dans le fond, il n’est pas certain qu’il soit question de jalousie, juste une histoire à laquelle il est difficile de réfléchir, finalement. Parce que c’est un peu de ça qu’il est question. Là, on ne parle pas de la copine de Richard. Il n’en a d’ailleurs pas. Nous parlons de Skylar, son meilleur ami de toujours, qui semble lui reprocher d’avoir parlé à une femme plus tôt. Un point qu’il est difficile d’éclaircir parce que là, pour le coup, il ne parvient juste pas à comprendre ce qu’il faudrait qu’il fasse pour que les choses s’arrangent. Il n’a pourtant aucune raison de se formaliser pour aussi peu de chose, et surtout, il n’est même pas certain que ce soit ça. Il connaît la jalousie, il était jaloux des hommes qui pouvaient approcher de sa femme, par le passé. Et ça y ressemble, dans l’instant présent. Mais il ne se voit pas mettre de tels mots sur les choses qui ont pu lui arriver. Que ce soit plaisant ou non, ça ne risque pas de changer grand-chose. Mais là, pour le coup, il ne sait absolument pas ce qu’il pourrait bien faire pour que la situation s’arrange. Il ne voit pas ce que son ami lui reproche ni quelle pourrait être la solution pour que ça s’arrange. Si ce n’est pas son but, ou si ce n’est pas dans ses intérêts, il ne pourra pas y faire grand-chose. C’est même assez impossible, finalement.

« Toi aussi, je ne croyais pas que tu parlerais à une femme aussi tôt.. Sur l’instant, il marque un temps de pause, il s’arrête, il bug. Il tolère beaucoup de choses, il est une personne agréable et posée sur des points sur lesquels il est incapable de revenir en arrière parce que ça ne risque pas d’aller en changeant. Bien qu’on n’en soit pas loin. Mais pour le coup, là, dans l’instant présent, il ne parvient vraiment pas à comprendre pourquoi d’un seul coup, il se met à lui parler de la sorte. Sa mâchoire se serre, son regard se baisse et il tente de faire de son mieux pour que les choses s’améliorent. Mais ça ne va pas en s’arrangeant et ça part en sucette, finalement. Skylar n’a pas à se mêler d’une chose ainsi, il n’a pas à le faire et il l’énerve. La colère perce, il ne parvient pas à la contrôler alors qu’elle le perfore doucement. Il soupire, encore une fois et encore une fois, il est incapable de se reprendre. Il soupire une fois, puis deux, et quand il prend une profonde inspiration, il réussit à reprendre le contrôle. Au moins, un peu. Il n’a certainement pas à se mêler ou à le juger trop rapide pour quelque chose. Il est veuf, il a perdu sa femme et en réalité, il en paie encore le prix, parfois. Il ne le supporte pas et il a mal encore. Mais il est hors de question qu’on lui fasse d’un seul coup des reproches de manière aussi gratuite. Il le refuse totalement. « Tu viens vraiment de dire ça ? ». Son ton est sec. Trop, peut-être même. Mais il est bien incapable d’agir différemment. L’accusation dont il est la cible, il ne la tolère pas, il ne l’accepte pas une seule seconde et ça ne risque pas de changer. Il aimait sa femme et il l’aime toujours. A l’heure actuelle, il est incapable de savoir s’il sera en mesure de tourner la page et il n’y réfléchit même pas. Mais, pour autant, il est absolument hors de question qu’il prenne en pleine gueule les reproches d’un frère. « Je ne pense pas avoir réellement un compte à te rendre à ce sujet ». Son poing droit se serre et il ne parvient pas à y faire grand-chose. Il faut juste qu’ils se calment, l’un comme l’autre. Oui, et ce serait sans doute mieux ainsi. Une amitié ne devrait pas se briser pour aussi peu de choses. Et il le sait, mais là, pour le coup, c’est une attitude qu’il ne peut pas cautionner.

« Cette femme doit t’admirer. Normal, qui ne t’admirait pas ? ». Son ton ne lui plaît pas non plus. Il est là, à le dévisager sans qu’il ne soit en mesure, ni de comprendre son comportement, ni de chercher à ce que la situation s’améliore. Et ça ne risque pas d’aller. Clairement pas. Est-ce de l’ironie dans sa voix ? Une envie de se moquer de lui alors que tout ceci ne le concerne pas ? Parce qu’une nouvelle fois, toute cette histoire ne risque pas de l’atteindre la bonne manière. C’est une lourde douleur contre laquelle les possibilités sont presque inexistantes. « C’est de l’ironie ça ? ». Non parce qu’au vu de l’échange précédent, il a bien du mal à croire que ça se passera bien. Et dans le fond, sur certains points, il y a quand même quelques galères. Mais là, dans l’instant présent, jamais il ne s’est autant senti mal à l’aise avec son ami. Il faut que ça se calme, que les choses redeviennent comme elles étaient encore hier. Une femme ne peut pas les séparer, n’est-ce pas ? Et il faut vraiment que tout redevienne comme avant. « Une présence féminine te manque ? ». La question semble être plus sincère, déjà. Il ne s’est jamais posé la question, cela dit, et il a toujours trouvé plus facile de ne pas réfléchir à tout ceci. Une présence féminine lui manque ? Vraiment ? Non, il n’en a pas l’illusion. Ici, sur Terre, ils ont bon nombre de choses à faire pour s’occuper l’esprit qui ne concernent pas les courbes d’une femme. « Je n’y pense pas en réalité. Ici, les tâches sont nombreuses. Je pense encore à Catherine et à James. Et là, non loin, il y a Liam et Autumn. J’ai envie de faire les choses dans l’ordre. Tu y penses toi, parfois ? ».

Skylar Rees
DATE D'INSCRIPTION : 05/05/2016 PSEUDO/PRENOM : Ponyta MULTICOMPTES : Gen Deng, Eirik Thorvald, Leary Wrath, Cyd Raye MESSAGES : 430 CELEBRITE : Norman Reedus COPYRIGHT : lux aeterna METIER/APTITUDES : Second du chef de garde. - Pisteur - Combat à mains nues - Stratège POINTS GAGNES : 55

Le feu aux poudres | Richard Empty Re: Le feu aux poudres | Richard

le Mer 14 Déc 2016 - 11:08
Skylar ne s’était pas retenu et les mots avaient jailli de sa bouche, trop tard. Il regarda Richard baisser la tête et l’écouta inspirer et expirer. Le brun avait merdé, clairement. Il ne bougeait pas, refusant de fuir, assumant ce qu’il venait de dire. Il voyait bien la colère de son meilleur ami. Ils se connaissaient depuis l’enfance, par cœur. Chaque réaction de ce corps, Skylar le décryptait. Il savait qu’il avait dépassé une limite dangereuse. Quand le ton sec de Richard explosa, il resta silencieux. Il détestait se répéter et partait du principe que la question de son ami était une simple question pour combler le vide et la lourdeur de l’ambiance entre eux. Skylar ne bougeait pas, se demandant ce qu’il allait se passer maintenant qu’il s’était dévoilé. Cela ne plaisait pas à son ami, mais cela ne l’étonnait même pas. Il le regarda, se demandant combien de temps cet échange épineux allait durer. Skylar aurait dû se taire, mais ses paroles avaient dépassé ses pensées. Il y avait des choses qui trottaient dans sa tête, des rêves étranges qu’il refusait de comprendre. Il ne pouvait pas accepter cela, pas encore. Pour autant, voir une femme autour de Richard l’avait rendu jaloux de manière inédite. « En effet. » Sa voix grave résonna après celle de l’autre homme en réponse au compte à rendre. Il le regarda serrer son poing et se demanda si cet homme qu’il avait connu gamin allait le frapper. Allaient-ils en arriver là ? Briser à ce point leur amitié ?

Il parla de cette femme qui admirait Richard, pour lui c’était normal. Son ami était admirable, il dégageait quelque chose d’intéressant. Cela charmait les femmes, mais pas seulement. « Non ce n’est pas de l’ironie, c’est la vérité. » Dit-il avec un bref haussement d’épaules, reportant son regard sur le feu. Il s’était calmé, mais visiblement pas son ami. Skylar ne savait pas s’il avait brisé quelque chose dans leur amitié, visiblement oui et peut-être bien ne pourrait-il rien y faire. Il resta silencieux. Il ne savait plus comment se rattraper alors que l’ambiance était lourde et dense. Il étouffait aux côtés de l’homme qui avait toujours été tout pour lui. Un homme qui était sa moitié, différemment que Calliope. Car Richard avait tout connu de lui, chaque peur, chaque secret. Il avait vu le gamin, l’ado, puis l’homme qu’était Skylar. Chacun avait eu sa femme, fin de l’histoire et maintenant ils partageaient le deuil. Cela ne rendait absolument pas la situation plus confortable. Le brun avait l’impression de se modifier étrangement au contact du deuil. La douleur le relevait et la présence de Calliope qui le contenait autrefois n’était plus là. Il se dévoilait et avait envie de se cacher, de disparaître à jamais. Richard avait une famille encore, Skylar était seul, il n’avait que lui. Il posa son regard sur son meilleur ami, ayant l’impression que la paix retombait enfin entre eux.

Comme si sa simple question sur une présence féminine apaisait leurs esprits échauffés. Le brun réfléchit sérieusement à la réponse et question de l’autre homme. « Calliope me manque… J’ai l’impression que je change et je ne comprends pas. J’ai déjà perdu mes parents… Mais la douleur ne m’a jamais rendu ainsi. » Si différent, si désespéré concernant Richard, cherchant un moyen de se sauver. « Je ne veux plus de femme dans ma vie. » C’était une certitude, il ne voulait plus souffrir de la sorte. Alors que voulait-il dans sa vie ? Il le savait, mais refusait encore de l’admettre. « On a tellement voulu cette terre… Mais j’ai l’impression que tout est différent. Je ne me reconnais plus. » Avoua-t-il tout en regardant ses mains usées. Il disait la moitié des choses, mais c’était déjà mieux que rien. « Je suis désolé pour tout à l’heure, cela ne regarde pas. » Il reculait dans ses actes, refusant d’affronter la vérité, acceptant ce rôle de meilleur ami éternel. Il regarda Richard, sans sourire, sans rien. Skylar n’était pas l’homme souriant de l’année après tout. Il s’excusait rarement, mais là il venait de le faire, c’était un effort. Il savait que s’il ne le faisait pas, la réconciliation serait encore plus dure. Il savait que cela mettrait du temps, la confiance aveugle reviendrait avec le temps. Ils se faisaient encore confiance, rien n’était perdu, mais il faudrait du temps.

Si Skylar se montrait impatient, il risquait de tout briser. Il ne voulait rien briser. Il voulait conserver Richard. Il allait devoir être plus malin, ne plus attaquer de front, mais amadouer son meilleur ami un brin sauvage. Cela ne lui faisait pas peur, cela faisait bien trente ans qu’ils se connaissaient. Trente ans d’amitié, cela ne se brisait pas ainsi, oh non.
Richard Coben
DATE D'INSCRIPTION : 23/05/2015 PSEUDO/PRENOM : avengedinchains MULTICOMPTES : baelfire/astrid/elias/meeka MESSAGES : 1662 CELEBRITE : Andrew Lincoln COPYRIGHT : ava : blake. sign by beylin METIER/APTITUDES : Chef de secteur devenu chef de la garde après le crash. POINTS GAGNES : 30
Admin

Le feu aux poudres | Richard Empty Re: Le feu aux poudres | Richard

le Ven 16 Déc 2016 - 16:44
Le feu aux poudres
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]Situation cauchemardesque dans un monde apocalyptique. Richard ne sait plus quoi dire ni où donner de la tête pour que les choses évoluent ou s’arrangent d’une quelconque façon. Il est face à une situation parfaitement inédite. Tout au long de leurs deux vies, il a eu l’occasion d’avoir des hauts comme des bas avec son meilleur ami. Faut dire qu’une amitié, ça dépend aussi de ça, qu’il ne suffit pas juste de sympathiser avec quelqu’un, parce que c’est une évidence à laquelle on doit se rattacher de près ou de loin. En amitié, il n’y a pas que les rires et les instants de bonheur. C’est qu’un ami se doit d’être là quand ça va mais également lorsque ça ne va pas et c’est aussi en référence à ça qu’on réalise si un ami est fait pour l’être ou s’il faut se détourner de lui. Jamais il n’a imaginé avoir une conversation comme celle-ci avec Skylar, en tout cas. Mal à l’aise, à côté de plaque, déstabilisé par des mots qui le blessent, il ne sait pas vraiment ce qu’il peut être supposé dire. Il ne veut pas se prendre la tête avec lui, il ne veut pas d’une dispute dont il ne connaîtrait guère les conséquences. Et pourtant, il réalise que parfois, c’est plus facile ainsi. Il ne l’accepte pas mais finalement, est-ce que ce n’est pas à ça qu’il fait face, là, maintenant ? Il n’en a pas envie mais il est parfois difficile d’ignorer juste. De prétendre qu’on a rien entendu. Peut-être l’aurait-il pu, avant ? Se détourner, s’éloigner et prétendre qu’il n’a rien entendu. Maintenant, il ne peut pas. Et il n’en a pas non plus envie. Ce n’est pas à Skylar de choisir ce qu’il est bon pour lui de faire ou non. Il n’a pas le droit de juger alors que les choses ici ne le concernent pas. Bordel, ce que c’est compliqué tout ça. Parce que dans le fond, ça le concerne un peu quand même ? Ils sont si proches que forcément, l’avis de l’autre compte plus que l’on ne peut le dire. Mais… Non, ça ne veut pas dire que c’est supportable. Au contraire, en réalité. Qu’il parle à une femme s’il le souhaite, est-ce que c’est supposé être son problème ?

Mais n’est-ce pas une manière de se détourner du principal problème ? Quoi qu’il en dise, Richard est dans le faux sur quelques points. Autant que son ami, cela dit. Parce qu’il se ment à lui-même, en réalité. Si la situation avait été inversée, ce que l’homme ne sait pas, c’est qu’il aurait réagi de la même manière. C’est une sensation étrange, qu’il conserve pourtant au fond de lui, là quelque part. Qu’il devrait réaliser rapidement avant de tomber de plus haut, encore. Mais là n’est pas son jugement et celui de son ami a commencé avant le sien. « En effet. ». Oui en effet, il n’a pas de compte à lui rendre. Pour autant, il aurait pensé que son ami serait bien le dernier à le juger sur des choses sans le moindre fondement. Sans doute est-ce le point qui le laisse perplexe, celui qui l’irrite plus encore que le reste. Un ami qui le juge, qui s’imagine un instant qu’il ne dira rien, peut-être même. Comment savoir. Il est presque choqué de la tournure que prend leur échange. Mais il comprend enfin pourquoi son ami le regarde bizarrement depuis ce matin. Il n’ajoute rien. De toute manière, il ne voit pas ce qu’il pourrait ajouter à tout ça et il n’en a pas non plus envie. De toute manière, s’il vient à ouvrir la bouche, il ne fera que le regretter, il est au moins conscient de ça et il ne peut pas vraiment en dire grand-chose. Skylar est sur un terrain miné et Richard, il fait de son mieux pour que la situation ne s’envenime pas plus. Mais… Il ne comprend pas. Est-ce de la jalousie ? Et dans ce cas, vis-à-vis de quoi ? Parce qu’il avance et pas lui ? Ou du moins, parce qu’il en a l’impression ? Parce que ce n’est pas le cas. Et il faut que son ami s’en rende compte.

« Non ce n’est pas de l’ironie, c’est la vérité. ». Difficile à envisager après les mots qu’il lui a jeté au visage. Mais soit, il ne continuera pas davantage sur cette lancé. A quoi bon hein ? Richard a conscience de peu de chose mais il a bien eu l’occasion de voir que certaines personnes continuent de le respecter, malgré tout ce qui peut bien se passer et malgré les lourds doutes vis-à-vis du conseil. Mais il n’en parle pas parce que ce sont des choses qui ne concernent pas vraiment les siens. Mais donc ouais, c’est peut-être la vérité, il ne sait pas et il s’en moque. D’une certaine manière. Disons que dans l’instant présent, l’échange qu’ils ont ensemble est bien trop bancale pour qu’il se mette à chercher quelques compliments. A quoi bon hein ? Il a encore en travers de la gorge les mots qu’il vient d’employer. Alors il ne risque pas de chercher plus loin ou de réfléchir à une situation différente. Hors de question.

« Calliope me manque… J’ai l’impression que je change et je ne comprends pas. J’ai déjà perdu mes parents… Mais la douleur ne m’a jamais rendu ainsi. ». Il est difficile de perdre celle qu’on a un jour aimé, il ne le cache pas. Catherine était tout. Une bénédiction dans un monde où certaines décisions auraient pu le rendre fou. Mais il était là quand elle est partie et malgré les circonstances, il a su comprendre qu’elle ne lui en voulait pas. Mais ce fut compliqué, bien sûr. Et oui, la douleur est forte, mais elle passe. Ou du moins, il y croit. Il ne sait juste pas vers quoi il faut se tourner pour que les choses s’arrangent vraiment. Et ça le rend malade. Parce qu’il n’est pas capable d’aimer à nouveau s’il ne tourne pas cette stupide page, n’est-ce pas ? Et pour la tourner, il faut avancer. Il a l’impression d’y parvenir mais en même temps, est-ce qu’il en a vraiment envie hein ? Il en a assez de devoir se prendre la tête pour les autres. Mais parfois, c’est plus facile de faire ainsi que de se concentrer sur les problèmes qui nous sont propres. « Je ne veux plus de femme dans ma vie. ». Difficile de savoir si ce sera ainsi. Richard sait que par le passé, il a connu plusieurs femmes. Mais les choses sont comme elles sont et aujourd’hui, ce n’est plus sa priorité. Il n’a pas besoin d’une femme. Il a ses proches et il se sent bien. A sa manière, du moins. Parfois il y pense mais il imagine qu’il n’est juste pas prêt. Oui, c’est plus facile de se dire que c’est juste ça.

« On a tellement voulu cette terre… Mais j’ai l’impression que tout est différent. Je ne me reconnais plus. ». Skylar fixe ses mains et Richard les fixe aussi. Ils sont là, ils sont perdus et ce monde les met mal à l’aise, les change. Et ils ne se dirigent pas forcément vers quelque chose dont ils ont envie. Ce n’est pas facile à accepter mais oui, ils deviennent d’autres personnes. Ils sont des survivants et maintenant, il faut se façonner avec cette unique base. Mais ce n’est pas facile. Lui, il se sait plus irritable, tendu et distant. Il ne fait pas exprès, il trouve ça plus facile. Il apprend au fur et à mesure ce qu’il devient. Il ne sait pas vraiment, il s’y perd. C’est compliqué. Tout est compliqué. « Nous sommes différents. ». Et il n’y a rien à en dire de plus, n’est-ce pas ? Il espère juste que le crash ne les changera pas au point de les éloigner l’un de l’autre. Il en est malade alors qu’il ne fait qu’y penser. Il ne veut pas que ça arrive. « Je suis désolé pour tout à l’heure, cela ne regarde pas. ». Il hausse les épaules. Il n’y a pas de mots en réalité. Quoi qu’il dise, Richard continue de penser à ce qu’il lui a dit et à cogiter là-dessus. Il ne parvient pas à s’en empêcher. C’est là, en lui, malgré tout ce qu’il pourrait en dire. « Pas de problème ». Mais putain, ce que ça sonne faux. Une pression sur l’épaule de son ami et pourtant, aucun sourire ne se glisse sur ses traits alors qu’il s’éloigne de Skylar.

(terminé. Si ça te va ?
Et si c’est bon, j’enchaîne avec le nouveau)

Contenu sponsorisé

Le feu aux poudres | Richard Empty Re: Le feu aux poudres | Richard

Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum