-30%
Le deal à ne pas rater :
HAUCK Lit parapluie Dream N Play
29.39 € 41.99 €
Voir le deal

Aller en bas
Skylar Rees
DATE D'INSCRIPTION : 05/05/2016 PSEUDO/PRENOM : Ponyta MULTICOMPTES : Gen Deng, Eirik Thorvald, Leary Wrath, Cyd Raye, Misha Machir MESSAGES : 477 CELEBRITE : Norman Reedus COPYRIGHT : lux aeterna METIER/APTITUDES : Responsable adjoint des patrouilles - Pisteur - Combat à mains nues - Stratège TRIBU/CAMP : Odysséen POINTS GAGNES : 95

T'as pas l'impression de faire tâche ? | Murphy Empty T'as pas l'impression de faire tâche ? | Murphy

le Sam 21 Mai 2016 - 20:55
Skylar effectuait son travail, mais il sentait bien que quelque chose planait dans l’air. Il y avait quelque chose de dérangeant et il n’arrivait pas à mettre le doigt dessus. On murmurait bien des choses sur le conseil. Ceux qui se débrouillaient mieux sur Terre commençaient à prendre le relai et à aider les plus faibles. Le brun organisait comme d’habitude ses patrouilles et il n’avait qu’une hâte, retrouver Richard. Ridicule, n’est-ce pas ? Pas selon lui. Rien n’était ridicule, surtout pas une amitié vieille d’autant d’année. Il se demandait si les gens étaient juste jaloux de ce genre de relation. Ce genre d’amitié n’existait plus vraiment. Ce n’était qu’un mirage qu’on pouvait entrevoir. Un mirage qui donnait envie et pouvait susciter la haine. Ironique, n’est-ce pas ? Terriblement selon lui. Skylar lui s’en fichait bien. Il ne faisait pas vraiment attention à ce que pouvaient dire les gens, ou pas. Les rumeurs qui couraient en ce moment sur lui et Richard commençaient à l’agacer. Il n’arrivait pas forcément à expliquer pourquoi, mais cela le gênait. Oui c’était quelque chose comme cela. Les gens disaient de plus en plus que les deux amis partageaient plus que de l’amitié, ridicule !

D’un autre côté, qu’est-ce que cela pouvait bien faire ? Ne pouvait-on pas les laisser vivre en paix ? Visiblement pas et cela le décevait énormément. Comme si la vie sur Terre n’était pas suffisamment pénible comme cela, il fallait encore en rajouter une couche. Quelle déception bien amère. Le brun renifla avec dédain. Il ne devait pas penser à tout cela, il allait rejoindre son ami. Nourrir des pensées négatives n’avancerait en rien, bien au contraire. Il fallait passer au-dessus de ce genre de choses. Skylar salua quelques têtes familières tout en continuant d’avancer calmement l’air de rien. La dernière patrouille allait bientôt rentrer et lui et Richard allaient les relayer. Il sortit de l’enceinte et attendit au point donné, non loin de l’entrée et il put ainsi profiter du paysage. Cette nature était sublime, mais dangereuse, il n’était pas dupe. L’adjoint responsable des patrouilles se demanda un instant si la nature avait une influence sur eux et si cela pouvait expliquer le changement de comportements de certains d’entre eux. Non il se faisait des films, Calliope se serait moqué de lui, oui. Il secoua la tête et enfonça ses mains dans ses poches.

Il vit la patrouille d’avant arriver et les salua d’un signe de tête bienveillant. Il se demanda ce que faisait Richard. Il s’apprêtait à aller le chercher quand il vit une silhouette surgir. Ce n’était pas Richard, non c’était Murphy. Skylar fronça les sourcils, se demandant bien ce qui se passait quand la patrouille d’avant arriva à sa hauteur. « Chef, rien à signaler. Ah salut Murphy ! On vous laisse la place. » Dit un des soldats avant de partir avec son partenaire. Le responsable en resta sans voix. Il n’avait pas eu le temps de dire qu’il ne patrouillait pas avec Murphy, mais avec Richard et d’un autre côté, qu’est-ce que cela pouvait bien faire ? Pourquoi s’attacher autant à ce genre de choses, hein ? Pourquoi en faire tout un plat ? « Bon allons-y. » Pas un bonjour, il était ainsi, un brin bourru. Surtout quand on le prenait par surprise. Skylar se mit en marche. Leur relation était particulière, voire inexistante il y avait toujours eu Richard pour les relier. Et en prime, avant c’était elle sa supérieure hiérarchique et voilà que les rôles étaient inversés. Skylar n’aimait pas le pouvoir, il avait pris ce poste pour rester proche de son ami et pour lui faire plaisir. « Je croyais que je faisais ma patrouille avec Richard. » Pas d’accusation.

Il lui jeta un regard en coin, elle allait devoir s’expliquer. Il était déjà bien poli de ne pas l’avoir chassée devant les autres. Il avait des principes et au fond, tant que le travail était fait, pourquoi se plaindre ? Bonne question, mais le brun avait bien envie de se plaindre même s’il prit sur lui et tint sa langue.
Murphy Cavendish
DATE D'INSCRIPTION : 06/12/2015 PSEUDO/PRENOM : Lux Aeterna MULTICOMPTES : Nuna Cortez MESSAGES : 45230 CELEBRITE : Sophia Bush COPYRIGHT : jenesaispas (vava); Lux Aeterna (sign & gifs & fiche rp) METIER/APTITUDES : Conseillère diplomate; militaire - lieutenant, stratège, garde et patrouilleuse. Quelques notions de médecine et bases en maniement des armes. TRIBU/CAMP : Odyssée POINTS GAGNES : 766

T'as pas l'impression de faire tâche ? | Murphy Empty Re: T'as pas l'impression de faire tâche ? | Murphy

le Mer 25 Mai 2016 - 3:29
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

T'AS PAS L'IMPRESSION DE FAIRE TACHE ?
Murphy Cavendish & Skylar Rees
(21 mai 2116)


Dans quelques jours, cela ferait un mois que sa Faust avait disparu. Avec cet anniversaire funeste se profilaient les nouvelles accablantes dont il était synonyme. La première semaine avait été sérieuse, la seconde avait amené un nouveau flot de panique, la troisième avait été accablante. Le mois, lui, apportait une certitude encore plus effrayante. Un mois, ce n'était plus un petit voyage ou un égarement furtif. Pourtant, Murphy ne se résignait pas à abandonner sa blonde. Tenace diront certains, bercée d'illusions diront d'autres. Pour elle, cela importait peu. Faust était toujours là, quelque part, peut-être à quelques kilomètres à peine ou beaucoup plus loin; elle n'arrêterait pas de chercher tant qu'elle n'aurait pas de réponse. Elle ne pouvait pas abandonner sa meilleure amie à son sort. Et peu importait les chances de survie de cette dernière qui se réduisaient comme peau de chagrin au fil des jours et des semaines, Murphy continuait de croire, peut-être naïve, qu'elle la retrouverait. Alors elle passait des heures et des journées dehors, seule ou accompagnée de Chris ou de Tennessee, à la chercher elle ou des indices de la direction qu'elle aurait pu prendre. Cette forêt, ils connaissaient à bien la connaître, ou tout du moins les environs du campement. Ils restaient inlassablement vierges de tout signe de la blonde, mais la jeune femme était persévérante et obstinée. Elle ne dormait plus vraiment, de toute façon. Il n'y avait qu'en dehors des limites du campement qu'elle se sentait utile et capable de faire avancer les choses. Rester à l'intérieur ne lui prodiguait qu'angoisses et inquiétudes. A l'extérieur, elle avait des terrains infinis à explorer, prospecter, ré-explorer. A l'extérieur, aussi, elle n'était jamais à l'abri de douces parenthèses comme celle que lui avait offerte Paco. Alors, dès qu'elle en avait l'occasion, elle partait en patrouille ou en exploration, officielle ou non. Et lorsqu'elle n'en avait pas l'occasion, elle se la créait.

Puisque rester à l'intérieur la tuait, elle guettait les gardes et les patrouilles pour en faire partie. Elle les enchaînait inlassablement, s'incrustait au plus possible d'entre elles, et, pour une raison obscure, elle continuait de franchir les limites du camp avec le même espoir naïf et vain de retrouver Faust. L'identité de ceux qui l'accompagnait à l'extérieur lorsqu'elle n'était pas seule comptait peu. En réalité, lorsqu'elle cherchait son amie, elle oubliait jusqu'à la la présence de chaque soldat qui pouvait l'accompagner. Ce jour-là, elle avait intercepté Richard au moment il allait prendre sa patrouille avec Skylar. Après quelques échanges vifs, il avait fini par la laisser prendre son tour. Elle ne savait pas trop s'il comprenait tout ce qui pouvait lui passer par la tête, même un mois après la disparition de Faust, mais elle lisait dans son regard une empathie dont elle n'avait jamais douté. Ils ne parlaient pas de ces choses-là, jamais. Mais ils s'étaient probablement toujours compris.

« Hey », salua-t-elle les soldats dont Skylar et elle allaient prendre la suite. Celui qui était devenu son binôme pour la toute première fois était resté silencieux. Gênée, Murphy lui sourit, se rendant compte qu'elle était en train d'imposer ses désirs à l'une de personnes qui l'impressionnaient le plus. Skylar Rees, le meilleur ami de Richard, l'homme mystérieux dont elle ne connaissait finalement pas grand chose d'autre que le pouvoir intimidant. A cet instant précis, sous le regard placide du soldat, Murphy se sentit rétrogradé à une place d'enfant immature, inexpérimenté et incroyablement capricieux. L'effet Skylar Rees. « Bon allons-y » lui intima-t-il finalement alors qu'elle ne pipait mot, se demandant si le choix le plus judicieux pour elle était d'expliquer la situation ou ses motivations, ou de simplement se taire. Il n'y avait probablement que cet homme-là pour amener Murphy à se poser ce genre de questions. Même Richard ne lui faisait plus un tel effet. Ils quittèrent le campement l'un à la suite de l'autre, Murphy sur les talons de Skylar, trop intimidée pour prendre la tête de leur petit cortège. « Je croyais que je faisais ma patrouille avec Richard » lâcha-t-il finalement alors qu'ils commençaient à s'enfoncer dans la forêt. Elle croisa son regard en faisant de grandes enjambées pour revenir à sa hauteur, tenter de se donner un peu de contenance et d'apporter un soupçon de légitimité à sa plaidoirie. « Je préfère être dehors, et j'ai déjà fait ma patrouille aujourd'hui... cette nuit. » Elle se demanda subitement s'il avait eu vent de la disparition de Faust. Probablement en coup de vent, comme la plupart des survivants qui ne la connaissaient pas plus que de vue ou de nom. L'avait-il connu ? Lui manquait-elle ? Elle ne lui manquerait jamais autant qu'elle lui manquait à elle. Peut-être que Richard lui avait touché deux ou trois mots de sa disparition ou du lien qui les avait liées toutes les deux. Elle n'avait jamais trop su comment fonctionnait leur amitié. Ils étaient fusionnels, comme deux frères que rien n'aurait pu séparer, mais elle n'arrivait pas à appréhender le concept même du lien qui les unissait. Skylar lui avait toujours paru calme et imperturbable, silencieux, consciencieux et attentif, mais jamais des plus expressifs. Richard savait-il ce qui se passait dans la tête dans son meilleur ami ? Car elle, pour sûr, ne comprenait pas cet homme. Il dégageait une aura solide, à la limite de l'indestructible, qui avait mené la brune, dès son plus jeune âge, à l'admirer autant qu'elle le redoutait. « Et puis Richard avait l'air content de rester au calme », tenta-t-elle de plaisanter avant de l'attraper par le bras pour l'attirer vers une autre direction que celle qu'il prenait. « On va au Sud... », elle se racla la gorge en croisant son regard, lâchant aussitôt son bras, « ... si ça te va, bien sûr. C'est juste que j'ai fait le Nord tout à l'heure, j'ai peur de m'ennuyer. » Un mélange d'humilité, d'incertitude et d'humour maladroit. L'effet Skylar Rees, en somme.


Dernière édition par Murphy Cavendish le Ven 8 Juil 2016 - 3:01, édité 1 fois
Skylar Rees
DATE D'INSCRIPTION : 05/05/2016 PSEUDO/PRENOM : Ponyta MULTICOMPTES : Gen Deng, Eirik Thorvald, Leary Wrath, Cyd Raye, Misha Machir MESSAGES : 477 CELEBRITE : Norman Reedus COPYRIGHT : lux aeterna METIER/APTITUDES : Responsable adjoint des patrouilles - Pisteur - Combat à mains nues - Stratège TRIBU/CAMP : Odysséen POINTS GAGNES : 95

T'as pas l'impression de faire tâche ? | Murphy Empty Re: T'as pas l'impression de faire tâche ? | Murphy

le Mar 31 Mai 2016 - 8:55
Elle semblait si fragile, mais Skylar ne se laissait pas amadouer par les apparences, bien au contraire. Il se méfiait de ce genre d’apparence. On pourrait le traiter de paranoïaque, mais il faisait confiance à son instinct pour le guider. Il ne se trompait que très rarement. Le brun ne manqua pas de l’interroger à sa manière, sur l’absence de Richard. Au moins il obtint une réponse et cela le satisfaisait. Du moins allait-il devoir faire avec, donc inutile de se faire des nœuds au cerveau pour rien. Il allait devoir faire avec elle, cela ne l’empêcherait pas d’aller faire une remarque à Richard une fois la patrouille terminée. Si son ami l’avait laissé avec elle, cela devait être pour une raison et une bonne raison. Il ne devait pas se fâcher, cela n’apporterait rien de bénéfique, pour sûr. Il devait plutôt garder l’esprit frais et de réfléchir convenablement. Skylar était loin de se douter que son ancienne supérieure le redoutait. Il ne se rendait pas toujours compte de l’impression qu’il dégageait. Il fallait bien avouer qu’il était dans sa bulle, difficile de l’ignorer. Malgré tout, cela ne faisait pas le méchant croque-mitaine de l’année. Cela rendait les plus jeunes nerveux, ignorant qu’il rendait aussi nerveux les plus âgés. Hum Richard content de rester au calme ? Peut-être, mais il ne fit aucun commentaire.

Il allait rarement contre les décisions de son meilleur ami, sauf de très rares cas, mais cela n’était plus arrivé depuis fort longtemps. Skylar aurait pu rester calme, mais quand elle le toucha, il arqua un sourcil interrogateur. Il n’appréciait que moyennement le contact physique. Cela avait tendance à le rendre nerveux si on pouvait dire les choses ainsi. Nerveux n’était pas forcément le terme qui convenait, mais cela l’agaçait, pour sûr. Au sud ? Il ne voulait pas aller au sud. Mais au moins la brune le relâcha. Le brun la regarda, se demandant bien ce qu’elle voulait entendre de sa part. Il avait franchement l’impression de marcher sur des œufs et la sensation était quelque peu désagréable dirons-nous. « Parfois c’est répétitif, mais c’est ce qui nous permet de voir ce qui change dans l’environnement et d’ainsi, déceler les dangers imminents. » Oui il faisait une leçon et il aurait pu s’en passer. Skylar fut surpris de ses propres paroles même s’il le cacha. « Mais soit, allons au sud. » Ils n’allaient pas se bagarrer pour une histoire de direction. Il appréciait qu’elle ne le touche plus. Cela avait tendance à le rendre nerveux quand on entamait un contact prolongé avec lui trop longtemps.

Skylar avait eu une femme qu’il avait aimé de tout son cœur, mais il n’avait jamais été l’homme le plus démonstratif que cette planète connaisse. Alors le toucher était bien la dernière des choses à faire pour l’amadouer. « Tu cherches quelque chose en particulier ? » Elle donnait clairement cette impression même s’il n’arrivait pas à expliquer la sensation qu’il ressentait. Pas grave, il était convaincu qu’elle avait compris ce qu’il voulait dire. Le brun restait calme, les bras le long du corps et écoutant les bruits environnants, méfiant. Il relâchait rarement son attention, conscient de ce qui rôdait dehors. Le plus dangereux n’était pas les terriens selon lui, non c’étaient les bêtes qui rôdaient, des bêtes particulières et différentes du fait de la radiation. Peut-être que Murphy savait ce qui se passait au camp, il décida de voir si c’était le cas. « Il se passe quelque chose au camp, n’est-ce pas ? » Il jouait le gars naïf et un peu bête, cela marchait toujours. On avait tendance à croire Skylar stupide car il avait une apparence de brute. Sauf qu’il cachait bien son intelligence. C’était toujours facile de se faire passer plus con qu’on ne l’était.
Murphy Cavendish
DATE D'INSCRIPTION : 06/12/2015 PSEUDO/PRENOM : Lux Aeterna MULTICOMPTES : Nuna Cortez MESSAGES : 45230 CELEBRITE : Sophia Bush COPYRIGHT : jenesaispas (vava); Lux Aeterna (sign & gifs & fiche rp) METIER/APTITUDES : Conseillère diplomate; militaire - lieutenant, stratège, garde et patrouilleuse. Quelques notions de médecine et bases en maniement des armes. TRIBU/CAMP : Odyssée POINTS GAGNES : 766

T'as pas l'impression de faire tâche ? | Murphy Empty Re: T'as pas l'impression de faire tâche ? | Murphy

le Mer 1 Juin 2016 - 3:43
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

T'AS PAS L'IMPRESSION DE FAIRE TACHE ?
Murphy Cavendish & Skylar Rees
(21 mai 2116)


A cet instant précis, le malaise, Murphy ne le ressentait que trop bien. C'était pourtant la première fois qu'elle était capable de l'occulter pour quelque chose qu'elle considérait comme plus important qu'à peu près n'importe quoi d'autre. Pour Faust, elle était prête à affronter le regard calme et perçant de Skylar, et même, sait-on jamais, à se le mettre à dos en s'imposant à ses côtés. Richard ne s'était pas fait supplier pour laisser sa place et avait probablement compris les motivations de Murphy en un regard, mais elle devinait Skylar à des années lumières de ses préoccupations -tout comme elle-même devait être bien loin des siennes, d'ailleurs. Elle ne pouvait même pas affirmer avec certitude qu'il était au courant de la disparition de Faust. S'il ne l'avait pas connue plus que de vue, il avait à peine du remarquer qu'elle se faisait rare, et elle ne pouvait pas le lui reprocher. Cette idée, pourtant, lui glaçait le sang. Elle avait du mal à réaliser que le campement pouvait continuer à tourner même sans Faust. Il semblait qu'ils n'étaient qu'une poignée de survivants à réellement ressentir le manque de sa blonde, et c'était quelque chose qu'elle avait du mal à concevoir. Son monde à elle avait été complètement retourné, et toutes ses certitudes s'étaient envolées par son amie.

« Parfois c’est répétitif, mais c’est ce qui nous permet de voir ce qui change dans l’environnement et d’ainsi, déceler les dangers imminents », la contredit le brun alors qu'elle essayait de le faire dévier vers le sud. Interloquée, la brune resta silencieuse quelques instants. Les dangers, ce n'était pas ce qui lui importaient maintenant. Pas les dangers qui pourraient nuire au campement, du moins. Elle s'organisait pour ratisser les environs avec la même ténacité, alternant les zones à intervalles réguliers, persuadée d'ainsi gagner en logique, et donc en efficacité. Plus que jamais, face à Skylar, elle se sentit infantilisée et son travail remis en question. « Mais soit, allons au sud » finit-il pourtant par accepter. Elle n'avait pas remarqué sa réaction lorsqu'elle l'avait touché, trop obnubilée par les recherches qui les attendaient et le réflexe qu'avait eu Skylar d'aller contre sa proposition. Son approbation inattendue fut accueillie par la brune comme un soulagement ultime. Il lui semblait en ce moment que le moindre écart qu'elle pourrait commettre par rapport à son plan pourrait être fatal. A qui, à quoi ? Elle savait cette façon de penser totalement hors propos et loin d'être cohérente et raisonnée, mais elle ne pouvait s'empêchait de s'imaginer que son organisation méthodique dans ses recherches était tout ce qui la raccrochait encore à Faust. « Tu cherches quelque chose en particulier ? » D'un pas déterminé, ils venaient de prendre la direction du sud. Murphy observa les profondeurs de la forêt avec attention pendant quelques instants. Qu'était-elle censée lui répondre ? Est-ce qu'il comprendrait ses vraies motivations à cette excursion en tête-à-tête ? Est-ce qu'il la jugerait, la considérerait irresponsable, trop bête, peut-être, trop sensible ? « Hrm », se racla-t-elle la gorge en réfléchissant à une vitesse affolante à ce qu'elle allait pouvoir lui répondre. « Je cherche... le sud. » Réponse bien plus mature que de lui expliquer la disparition de sa meilleure amie, n'est-ce pas ? « Et si tu vois une blonde de mon âge, aussi, préviens-moi », se décida-t-elle finalement à préciser comme si elle parlait de la dernière tranche de viande qu'elle avait avalée ou de la météo de la veille. Elle ne voulait surtout pas paraître dramatique ou faible face à Skylar et, elle l'espérait, peut-être qu'il aurait compris de quoi elle parlait. En attendant, elle resta le silence retomber au milieu de cette sombre forêt, accrochée à son couteau avec la plus grande des prudences. La vérité était que si son supérieur n'avait pas été là, elle aurait probablement déjà pleuré. Faible; Faust l'avait rendue faible, et sa disparition l'avait transformée en fontaine à larmes. Mais ici et maintenant, elle s'interdisait de pleurer. Ses lèvres tremblaient dangereusement, mais elle ne pleurerait pas. « Il se passe quelque chose au camp, n’est-ce pas ? » Leurs bruits de pas avaient à nouveau été couverts par la voix grave de l'ami de Richard. Elle lui jeta un regard réflexe et bref, puis reporta son attentions ur leur chemin. Mentionnait-il là la rébellion ? Maintenant qu'elle l'avait intégrée et qu'elle faisait partie du petit groupe qui la menait, elle connaissait avec certitude l'identité de ses membres. Skylar n'en faisait pas partie -c'était le genre d'informations qui l'aurait vraiment marquée. Elle en aurait enfin connu un peu plus de lui, et elle s'en serait souvenue. « Hein ? Comment ça ? » demanda-t-elle innocemment pour savoir où il voulait en venir. Il était hors de question qu'elle vende la rébellion, et encore moins à quelqu'un dont elle ne savait rien d'autre que l'estime que Richard avait pour lui. Tout le monde devait maintenant connaître ses opinions contre le Conseil, mais maintenant qu'elle avait officiellement rejoint le mouvement rebelle, elle se sentait tenue de responsabilités toutes nouvelles. Ce qu'elle pouvait dire ne l'impliquerait plus seulement elle-même, et c'était quelque chose d'assez nouveau pour elle. « Quelque chose comme une fête ? » Elle sourit pour masquer les doutes qui l'assaillaient. Et si... et s'il mentionnait son enfermement de février avec les Cents ? Au moins, elle saurait où il voulait en venir. Avec les informations dont elle disposait à ce moment précis, il pourrait tout aussi bien être en train de parler d'une soirée autour du feu de camp ou d'une partie de cache-cache pour les jeunes.


Dernière édition par Murphy Cavendish le Ven 8 Juil 2016 - 3:01, édité 1 fois
Skylar Rees
DATE D'INSCRIPTION : 05/05/2016 PSEUDO/PRENOM : Ponyta MULTICOMPTES : Gen Deng, Eirik Thorvald, Leary Wrath, Cyd Raye, Misha Machir MESSAGES : 477 CELEBRITE : Norman Reedus COPYRIGHT : lux aeterna METIER/APTITUDES : Responsable adjoint des patrouilles - Pisteur - Combat à mains nues - Stratège TRIBU/CAMP : Odysséen POINTS GAGNES : 95

T'as pas l'impression de faire tâche ? | Murphy Empty Re: T'as pas l'impression de faire tâche ? | Murphy

le Ven 10 Juin 2016 - 21:14
Skylar ignorait tout du trouble de Murphy. Il croyait que tout allait bien. Le brun sentait bien quelque chose d’étrange dans l’air, mais les émotions n’avaient jamais été son fort. C’était ce qui expliquait pourquoi il ne réagissait pas alors que Murphy ne semblait pas dans son assiette. Il ne la connaissait pas assez pour savoir toutes les émotions qui la traversaient. Ils n’étaient que deux inconnus reliés par Richard et c’était déjà pas mal très franchement et il le savait. Le brun s’enfermait dans sa bulle depuis la mort de Calliope et ce n’était pas forcément quelque chose de bien. Il avait beau le savoir, il n’arrivait pas à faire autrement. Quand Murphy parla d’une blonde, il lui jeta un regard de biais. « Elle a quelque chose de particulier ? Une tenue ? » Pourquoi cherchait-elle quelqu’un ? D’un autre côté elle semblait si calme, comme si de rien n’était. Alors il ne pouvait rien dire, juste se taire. Oui c’était exactement cela. Skylar garderait ses yeux ouverts et garderait ses commentaires pour lui. C’était franchement le mieux à faire actuellement. Cette idée ne lui plaisait moyennement très franchement, mais c’était ainsi. Il avait l’impression que Murphy était sur la retenue, mais il ne savait pas s’il avait juste ou se trompait.

Peut-être le brun se faisait-il des histoires, tout simplement. C’était fort probable. Parfois il se trouvait un poil paranoïaque. Mais c’était cela qui faisait sa force. Il se rendait compte de ses points faibles et utilisait son intelligence pour s’en sortir. L’adjoint responsable des patrouilles décida de fourrer son nez là où il ne le fallait pas forcément. Il avait besoin de réponses, il avait besoin de poser des questions. Il ne savait pas s’il avait raison ou tort. Il n’avait qu’un but. Skylar ne savait pas quel genre de réponses il attendait, mais clairement pas ce qu’il reçut. Il en ressentit un goût particulièrement amer et toisa Murphy discrètement tandis qu’il pestait intérieurement. « L’ambiance générale. » Dit-il et ce fut avant qu’elle ne parlât de fête. Il cligna des yeux, se demandant si elle blaguait. « Trouves-tu qu’on ait l’humeur pour faire la fête ? » Bon d’accord il y avait des personnalités clairement plus joyeuses que lui et il n’était pas obligé d’en rajouter une couche de la sorte. Skylar se racla la gorge pour s’excuser de son comportement, même s’il n’émit aucune excuse qui pouvait s’entendre. Un peu trop pudique. « Tu as été enfermée avec des Cents. Il se passe quelque chose et on ne m’ôtera pas cette idée de la tête. Je voulais juste le point de vue de quelqu’un qui ne pense pas comme moi. »

En réalité il s’en fichait de cette histoire, mais c’était en effet un avis différent de celui de Murphy. Alors peut-être qu’elle pourrait l’éclairer. Lui ne se souvenait que de la rage de certains tandis que lui et d’autres soldats appliquaient les ordres du Conseil. Ensuite Richard et lui s’étaient éloignés de ce joyeux bordel. Très franchement, Skylar n’avait pas signé pour cela. Il n’avait pas signé pour voir les gens perdre la tête. Il se demandait ce qu’aurait pensé Calliope de tout cela. Son épouse n’aurait pas apprécié, assurément. Ce qui l’inquiétait plutôt, c’étaient les tensions qui habitaient le camp, ainsi que les murmures. Les gens avaient peur, c’était évident, ou alors étaient en colère. Skylar n’avait pas le temps de gronder les gens, il avait d’autres préoccupations. Il se préoccupait de la sécurité sur le camp car c’était son rôle. Alors on pourrait se dire qu’il ne devait pas s’inquiéter de ce qui se passait et des éventuelles tensions, mais pour lui, cela en valait de la sécurité du camp. Skylar marchait calmement et doucement, attentif aux moindres bruits qu’il pourrait percevoir. Il avait les sens à vif.
C'était toujours ainsi quand il se trouvait dehors.
Murphy Cavendish
DATE D'INSCRIPTION : 06/12/2015 PSEUDO/PRENOM : Lux Aeterna MULTICOMPTES : Nuna Cortez MESSAGES : 45230 CELEBRITE : Sophia Bush COPYRIGHT : jenesaispas (vava); Lux Aeterna (sign & gifs & fiche rp) METIER/APTITUDES : Conseillère diplomate; militaire - lieutenant, stratège, garde et patrouilleuse. Quelques notions de médecine et bases en maniement des armes. TRIBU/CAMP : Odyssée POINTS GAGNES : 766

T'as pas l'impression de faire tâche ? | Murphy Empty Re: T'as pas l'impression de faire tâche ? | Murphy

le Lun 13 Juin 2016 - 5:13
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

T'AS PAS L'IMPRESSION DE FAIRE TACHE ?
Murphy Cavendish & Skylar Rees
(21 mai 2116)


Faust était ce que Murphy avait de plus précieux, et si elle s'était rendu compte de la chance qu'elle avait eue de l'avoir gardée à ses côtés malgré le crash, elle réalisait à présent à quel point son bonheur et son bien-être dépendaient de sa meilleure amie. Avec son absence, elle se sentait dépourvue d'une part d'elle-même, et c'était l'une des pires sensations qu'elle avait jamais connue. La douleur était devenue physique, et sa physiologie n'arrivait plus réellement à suivre. Elle avait perdu sommeil et appétit, et dans sa tête trottait cette idée constante, cette peur de ne plus jamais revoir Faustine. Désespérée, elle s'accrochait à ce faible espoir, maigre consolation face à l'évidence qui se faisait de plus en plus écrasante chaque jour. Dépendante de cet espoir, seul élément capable de la faire avancer, elle continuait de fouiller les alentours et les coins un peu plus reculés. S'il y avait un signe de Faust dans cette forêt, elle comptait bien le retrouver. Et tant qu'elle n'aurait pas une preuve concrète de la mort de son amie, une part d'elle ne cesserait de croire en sa survie, en la possibilité de la retrouver, même des années plus tard. Ce monde leur était encore bien inconnu, et Murphy elle-même était bien incapable de deviner ce qui aurait pu arriver à Faust pour l'empêcher de retourner au campement. Quelque chose d’inattendu, sans aucun doute, et quelque chose qui s'était fait contre sa volonté. Quelques jours avant sa disparition, sa blonde lui avait promis de ne plus lui faire le même genre de frayeur que celle qu'elle venait de leur faire. La voir disparue pendant une semaine avait déjà fait naître une panique non négligeable chez Murphy... que devait-elle penser maintenant ? Maintenant que cette promesse les liait, et maintenant que la semaine s'était transformée en mois ?

Elle ne voulait pas y penser. Peut-être vivait-elle dans le déni, mais c'était la seule option qui lui permettait de survivre. Elle doublait, triplait ses patrouilles, et sautait sur la moindre occasion de sortir. Si elle ne le faisait pas dans des circonstances officielles et en tant que garde, elle le faisait à titre personnelle. La zone sylvestre qui entourait le campement ne semblait plus avoir de secrets pour elle, mais elle n'en retirait aucune satisfaction. La disparition de Faust lui était encore totalement mystérieuse, et c'était tout ce qui lui importait. « Elle a quelque chose de particulier ? Une tenue ? » Elle lui jeta un regard bref. La vérité était qu'elle n'en avait aucune idée. « Elle est habillée » fut tout ce qu'elle trouva à répondre. Elle était belle, Faust. Elle avait de beaux yeux bleus et une longue chevelure dorée, Faust. Elle avait un charisme énigmatique, un calme serein et réfléchi, une prestance qui avait toujours eu le don de l'apaiser. Mais tout ça, elle ne pouvait pas le dire à Skylar; pas plus qu'elle ne pouvait lui décrire la tenue qu'elle portait lors de sa disparition. Elle n'était même pas totalement sûre qu'ils soient tout à fait sur la même longueur d'ondes. Avait-il connu Faust, avait-il remarqué sa disparition ? « Les cheveux en queue de cheval, probablement. » Et en réalité, à ce moment précis, Murphy se sentait particulièrement inutile et ridicule. « Si elle répond quand on l'appelle Faust, ça sera elle », lâcha-t-elle finalement avec une boule en ventre. Peut-être qu'elle ne l'appellerait plus jamais Faustine, et peut-être que son amie ne lui jetterait plus jamais de regard noir pour lui répondre. Elle venait à demi-mots de dévoiler ses pires inquiétudes à Skylar. Ce serait le moment pour elle de savoir s'il connaissait Faust, ou s'il avait au moins déjà entendu son prénom. La nouvelle de sa disparition avait été relayée au campement, et notamment au sein de la garde, mais il était possible qu'elle se soit vite étouffée. Peut-être n'avait-il pas eu le temps d'en avoir vent. En attendant sa réaction, Murphy fuyait son regard. Plus que jamais, elle avait peur de son jugement.

En attendant, ils se dirigeaient vers le sud, et cette simple idée rassurait la brune. Ou tout du moins, ne la faisait pas paniquer comme l'aurait fait paniquer n'importe quelle autre direction. Au moins, elle suivait les plans qu'elle avait élaborés dans sa tête, et cette simple perspective l'empêchait de trop penser, de trop se perdre dans les hypothèses et les idées foireuses. Son regard perçant se posait sur chaque arbre qui se dressait sur leurs côtés ou devant eux. Elle avait arrêté d'hurler le prénom de Faust depuis des semaines. Elle ne lui avait pas répondu les premiers jours, et Murphy avait bien vite compris que se rompre les cordes vocales ne l'aiderait pas dans ses recherches. Pour remplacer ces cris, elle observait avec attention chaque détail, cherchait à ses pieds, dans les branches. Il lui arrivait même parfois de lever la tête pour surveiller les hauteurs. « L’ambiance générale. » Cet indice semblait tout aussi mystérieux que le reste. Elle ne savait pas ce qu'il attendait d'elle ou de ce qu'elle pourrait répondre. Alors, elle fit ce qu'elle savait faire de mieux : elle répondit par un trait d'humour. Humour auquel Skylar n'était visiblement pas très sensible... « Trouves-tu qu’on ait l’humeur pour faire la fête ? » Si elle s'était trouvée face à n'importe qui d'autre, Murphy aurait sans doute répliqué que les cernes qui s'étaient creusées sous ses yeux n'étaient du qu'à des nuits trop longues passées à faire la fête. Tendre sarcasme. Au lieu de ça, elle fixa le sol quelques instants, humiliée par la remarque de son aîné. C'est lui qui brisa le silence en se raclant la gorge. Elle leva un regard méfiant vers lui alors qu'il reprenait la parole. « Tu as été enfermée avec des Cents. Il se passe quelque chose et on ne m’ôtera pas cette idée de la tête. Je voulais juste le point de vue de quelqu'un qui ne pense pas comme moi. » Sa feinte avait donc doublement échoué : l'humour n'était pas passé, et il n'avait pas oublié de quoi il parlait et ce qu'il voulait savoir. Et ce dont il parlait avait vraisemblablement bel et bien à voir avec le Conseil, les Cents, et peut-être même la rébellion. Sûrement, même la rébellion. De quoi d'autre aurait-il pu être question au campement ? « Alors tu es de ceux qui étaient pour l'enfermement des Cents, pour la séparation des deux camps ? » Si c'était le cas, le fossé ne pourrait que se creuser davantage entre eux. « Tu faisais partie de ceux qui m'ont enfermée ? » réalisa-t-elle soudainement dans un hoquet et une grimace de dégoût. En réalité, elle n'arriverait plus avoir aucune once de respect pour lui s'il s'avérait être du côté de Conor et de ses acolytes. « Notre camp va finir par se déchirer en deux. » La rébellion avait été remaniée trois jours plus tôt, et il était hors de question qu'elle risque leur sécurité en discutant ne serait-ce que de leur existence avec quelqu'un qui n'en faisait pas partie. Mais son point de vue en tant qu'individu, elle serait prête à le défendre bec et ongles. D'autant plus maintenant que son emprisonnement avait exposé ses convictions au monde. « Je dois en conclure qu'on sera pas du même côté ? »


Dernière édition par Murphy Cavendish le Ven 8 Juil 2016 - 3:01, édité 1 fois
Skylar Rees
DATE D'INSCRIPTION : 05/05/2016 PSEUDO/PRENOM : Ponyta MULTICOMPTES : Gen Deng, Eirik Thorvald, Leary Wrath, Cyd Raye, Misha Machir MESSAGES : 477 CELEBRITE : Norman Reedus COPYRIGHT : lux aeterna METIER/APTITUDES : Responsable adjoint des patrouilles - Pisteur - Combat à mains nues - Stratège TRIBU/CAMP : Odysséen POINTS GAGNES : 95

T'as pas l'impression de faire tâche ? | Murphy Empty Re: T'as pas l'impression de faire tâche ? | Murphy

le Sam 25 Juin 2016 - 19:04
Skylar avait l’impression de faire quelque chose de mal, de poser les mauvaises questions. Il ne comprenait pas ce qui se passait. Il retint pour lui une remarque alors qu’elle lui dit que la personne disparue était habillée. Encore heureux oui, sinon elle serait morte de froid. Mais bon, ne rien dire, attendre. Murphy avait l’air sur les nerfs, un peu comme un animal blessé sauf qu’il ne voyait aucune blessure apparente. Peut-être que c’était une blessure psychique. Ce genre de blessure qui devait guérir seule et dont on ne pouvait rien. Les cheveux en queue de cheval, bon au moins il se doutait qu’elle avait les cheveux longs. C’était parfois un détail qui comptait. Il ne montra pas son étonnement quand elle parla d’une Faust. Il se souvenait vaguement d’elle et il avait souvenir qu’on avait signalé sa disparation. Personne n’avait rien compris et cela faisait quoi, plusieurs semaines qu’elle était loin, non ? Skylar sentait bien qu’elle fuyait son regard et il décida de prendre le taureau par les cornes. « Elle était importante pour toi. » Il savait reconnaître ce genre de lien quand il le voyait, il avait le même avec Richard. Si son ami venait à disparaître, il en deviendrait malade, incapable de fonctionner. Il serait anéanti et ferait tout pour le chercher. Il comprenait Murphy à cet instant. Mais pouvait-il quelque chose pour elle ? Il avait bien peur que non.

Skylar décida de changer de sujet et il se dit que c’était vraiment chaud. Il sentait comme une sorte de tension, de non-dits. Les paroles de la brune firent mal, plus mal que prévus. « Non, je n’ai jamais été pour l’enferment des enfants. » Mais il l’avait fait car il était un soldat. Se rebeller impliquait énormément de choses. Il ne l’aurait jamais fait quand il était avec Calliope, mais maintenant c’était différent. Maintenant il n’y avait que Richard et lui. A deux, les hommes pouvaient s’en sortir. Il avait ralenti la marche pour se donner le loisir de mieux réfléchir. Le brun la regarda droit dans les yeux. « J’ai obéi aux ordres. Mais cela ne veut pas dire que je les approuve. Quand il y a eu ce bordel… Richard et moi avons préféré nous tirer. Ce n’est pas moi… Enfermer des gens de la sorte pour des raisons obscures. Mais je suis un soldat. » C’était sa manière de donner son opinion, mais il ne prendrait pas parti. Il voulait juste comprendre car il gérait les patrouilles. Et s’il commençait à avoir du bordel au camp, il devait comprendre ce qui se passait. « Je le sais qu’il va se déchirer. Je discute avec mes gars, j’écoute les gens. Les gens sont fatigués, ils ont trop perdu. » Sa bouche se plissa. Lui avait trop perdu, mais il ne dit rien. Il était pudique, il ne parlait pas de lui. « Quel est donc ton côté Murphy ? » Il était calme, très lucide. Il n’allait pas se bagarrer pour si peu.

Il voulait juste se comprendre, même si clairement, il était en train de se mettre quelqu’un à dos. « Je ne suis pas ton ennemi, je ne suis l’ennemi de personne. Le Conseil a ses torts. Je n’écouterai pas toute ma vie ce qu’ils disent. J’ai beaucoup écouté. » Trop écouté et il y avait eu des souffrances. Calliope l’avait toujours félicité pour son implication. Même quand il avait arrêté l’assistante de sa femme. Non cela n’avait pas été juste, mais elle ne l’avait pas blâmé. « Tu m’as toujours soutenu Richard et moi. Je te respecte tu sais. » Il s’autorisait un moment où il pouvait parler de lui. Il voulait lui montrer ce qu’il avait au fond de lui, qu’il n’avait rien contre elle, quoi qu’elle pense. Skylar commençait à avoir une idée de ce qui se passait et de l’avenir qui se profilait. Cela ne le dérangeait pas, il y avait des choses qui devaient arriver dans la vie, tout simplement. On ne pouvait pas aller contre.
Murphy Cavendish
DATE D'INSCRIPTION : 06/12/2015 PSEUDO/PRENOM : Lux Aeterna MULTICOMPTES : Nuna Cortez MESSAGES : 45230 CELEBRITE : Sophia Bush COPYRIGHT : jenesaispas (vava); Lux Aeterna (sign & gifs & fiche rp) METIER/APTITUDES : Conseillère diplomate; militaire - lieutenant, stratège, garde et patrouilleuse. Quelques notions de médecine et bases en maniement des armes. TRIBU/CAMP : Odyssée POINTS GAGNES : 766

T'as pas l'impression de faire tâche ? | Murphy Empty Re: T'as pas l'impression de faire tâche ? | Murphy

le Sam 2 Juil 2016 - 3:36
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

T'AS PAS L'IMPRESSION DE FAIRE TACHE ?
Murphy Cavendish & Skylar Rees
(21 mai 2116)


S'il y avait bien un moment où l'instinct de survie qu'inspirait Skylar à Murphy s'était laissé étouffer, c'était maintenant. Il n'y avait aucune raison que son inquiétude et ses recherches qui l'avaient poussée à prendre la place de Richard au sein de cette patrouille, et si, en temps normal, elle aurait plutôt cherché à éviter de se retrouver en tête à tête avec Skylar, il s'agissait à ce moment précis du cadet de ses soucis. « Elle était importante pour toi », releva-t-il d'ailleurs. Il avait bien du comprendre les raisons de cette patrouille anormale qui n'avait rien de retrouvailles de courtoisie. Elle lui jeta un très bref regard, à la fois impressionnée par lui comme à son habitude, et gênée qu'il ait pu lui reconnaître cette faille. Pourtant, elle devait l'admettre, ces dernières semaines avaient du la révéler aux yeux de quelques inconnus qu'elle avait pu croiser au campement. Il était devenu presque impossible de ne pas se rendre compte de l'état de fatigue physique et mentale dans lequel elle se trouvait depuis la disparition de son amie. « Oui », lâcha-t-elle finalement dans un souffle presque imperceptible, alors que son regard se perdait à nouveau sur les branchages verts de ce début d'été.

Faust, heureusement pour Murphy, ne resta guère plus longtemps au centre du débat. Celui qui suivit, pourtant, n'avait rien d'un exercice plus facile pour la jeune femme. Elle avait rapidement montré une position de défense, méfiante, obnubilée par son entrée récente au sein de la rébellion. Il était hors de question qu'elle mette en péril le mouvement, mais elle n'était pas pour autant capable de rester sur le banc de touche lorsqu'il s'agissait de défendre ce en quoi elle croyait. « Non, je n’ai jamais été pour l’enferment des enfants. » Elle le savait, cette fois, il parlait de leur enfermement, leur premier enfermement, celui qui les avait conduits à cette situation si particulière. Elle avait l'impression d'avoir touché une corde sensible. Il semblait aussi perdue qu'elle à ce sujet. En tant que soldats, aller contre les décisions du Conseil était particulièrement délicat, et ça l'avait été plus encore lorsqu'il étaient là-haut et qu'ils avaient cet équilibre à maintenir dans cette capsule à laquelle ils devaient tous leur survie. « J’ai obéi aux ordres. Mais cela ne veut pas dire que je les approuve. Quand il y a eu ce bordel… Richard et moi avons préféré nous tirer. Ce n’est pas moi… Enfermer des gens de la sorte pour des raisons obscures. Mais je suis un soldat. » Se... tirer ? Richard et lui s'étaient tirés ? Murphy accusa le coup un moment, se rappelant qu'elle avait prié secrètement, cachée au fond de sa cellule, pour que Richard ou Faust intervienne. La vérité était donc qu'aucun des deux n'avait compté le faire. « C'est... compliqué » approuva-t-elle malgré tout alors que ses pupilles voguaient de végétal en végétal. Elle fuyait toujours le regard de Skylar, persuadée qu'elle y lirait un jugement qu'elle n'était pas prête à affronter. « En tant que soldats, vous auriez du défendre les gamins. C'était les ordres du Conseil, pourtant » soupira-t-elle d'une petite voix, tout juste capable d'imposer son opinion. « Mais le Conseil a plus aucune légitimité à rien... j'ai l'impression » tentait-elle de se rattraper. Elle avait du mal à cerner une opinion arrêtée chez Skylar, et si elle ne cachait pas les siennes, elle préférait éviter de les lui hurler au visage. Elle en apprenait un peu plus sur lui, malgré tout, et elle réalisait qu'il n'était peut-être pas si différent d'elle, perdu dans une hiérarchie qui semblait avoir toujours existé mais s'avérait de plus en plus dépassée et obsolète. « Je le sais qu’il va se déchirer. Je discute avec mes gars, j’écoute les gens. Les gens sont fatigués, ils ont trop perdu. » Elle lui jeta un regard en coin. Il était loin d'être aveugle. Fin observateur, même, il semblait même comprendre et réaliser plus de choses que ce qu'il laissait filtrer face à elle. « S'il ne se passe rien très vite, un jour, ça ira trop loin et il y aura plus de marche arrière possible. Il faut qu'on arrive à garder une cohésion, tous. Et l'épisode de l'autre fois me laisse présager le pire. » Sa voix s'était faite plus assurée, cette fois-ci. Ce n'était plus le Conseil qui les unissait. Il était temps pour eux tous de trouver une autre façon de fonctionner, des leaders qui les représentent réellement et soient capables de s'adapter à tout ce qui pouvait leur tomber dessus depuis qu'ils étaient arrivés ici. « Quel est donc ton côté Murphy ? » La question tomba brusquement, lourde et presque inattendue. Elle ne pouvait plus contourner le sujet et donner des ébauches de réponses. Alors, brusquement, elle s'arrêta et l'attrapa par la manche pour qu'il en fasse autant. Il était temps qu'elle lui fasse face, peu importe ce qu'elle pourrait lire dans son regard. « Je suis du côté de ceux qui espèrent qu'on puisse trouver notre place, ici, avec ceux qui nous entourent, y compris ces gamins qu'on a envoyés ici. Je suis du côté de ceux qui croient que c'est possible, qu'on peut se battre pour ne plus redouter les idées de ceux avec qui on partage un dortoir ou un morceau de viande fumée au coin du feu. » Elle marqua une pause qu'elle écourta de peur qu'il ne prenne la parole et la contredise. « On a pas besoin de se taper dessus pour devenir une unité. On découvre encore cette planète, on a autre chose à faire que s'entre-tuer parce qu'on refuse d'accepter que les choses changent. » Elle posa nerveusement ses mains sur ses poignards, solidement accrochés à ses cuisses. « Je suis désolée, je voulais pas... » Elle ne voulait pas l'arrêter, elle ne voulait pas s'imposer comme elle venait de le faire. Maintenant, elle attendait comme une gamine honteuse la sentence qui pourrait lui tomber dessus. « Je ne suis pas ton ennemi, je ne suis l’ennemi de personne. Le Conseil a ses torts. Je n’écouterai pas toute ma vie ce qu’ils disent. J’ai beaucoup écouté. » Rassurée, elle esquissa un sourire tranquillisé. « On a tous beaucoup écouté. » Elle n'avait rejoint la garde pour obéir aveuglément à des ordres qui venaient d'hommes et de femmes abandonnés à leur élitisme. Elle respectait et aimait profondément Adelaide, mais elle ne lui avait jamais caché ses opinions. Elle s'était toujours refusé à éjecter elle-même des condamnés à mort, et avait suivi l'envoi des jeunes sur Terre d'aussi loin que possible. Elle avait beau crier ses idées et appréciations, on les avait jamais écoutées. « Il est peut-être temps qu'on passe à autre chose... » Elle se racla la gorge alors que son regard fuyait à nouveau celui de son aîné. Elle venait d'avouer à demi-mots qu'elle était contre le Conseil... et, s'il était au courant de l'existence du mouvement rebelle, il n'aurait aucune difficulté à relier les points entre eux. Oui, Murphy était une rebelle.

Elle releva ses iris vers lui lorsqu'il reprit la parole, aussi choquée que touchée par ce qu'il venait de lui dire. « Tu m’as toujours soutenu Richard et moi. Je te respecte tu sais. » Bouche bée, elle le fixa quelques instants, interdite. « C'est... c'est vrai ? » fut tout ce qu'elle réussit à articuler. En réalité, quelques secondes plus tôt, elle n'était même pas sûre qu'il l'ait calculée plus que ça, même après toutes ces années. Elle s'était fait un point d'honneur à éviter son regard de peur d'être jugée, et elle avait visiblement failli à cette mission. Mais étrangement, pour le mieux... Gênée, elle reprit la marche, les mains posées sur les hanches, les yeux rivés au sol. « Et ce que je viens de te dire te fait pas changer d'avis ? » Car Skylar, comme Richard, représentait aux yeux de la brunette un modèle sans égal, presque adulé par la gamine qu'elle avait été en apprenant les ficelles du métier, mais aussi celle qu'elle était encore et surtout aujourd'hui. « C'est réciproque », lâcha-t-elle timidement alors qu'elle regardait à sa droite, à l'opposé de Skylar. Elle ne lui dirait probablement jamais le respect et l'admiration qu'elle avait pour lui et Richard. Pas plus qu'elle ne lui dirait à quel point il l'impressionnait et à quel point elle craignait son jugement.
Skylar Rees
DATE D'INSCRIPTION : 05/05/2016 PSEUDO/PRENOM : Ponyta MULTICOMPTES : Gen Deng, Eirik Thorvald, Leary Wrath, Cyd Raye, Misha Machir MESSAGES : 477 CELEBRITE : Norman Reedus COPYRIGHT : lux aeterna METIER/APTITUDES : Responsable adjoint des patrouilles - Pisteur - Combat à mains nues - Stratège TRIBU/CAMP : Odysséen POINTS GAGNES : 95

T'as pas l'impression de faire tâche ? | Murphy Empty Re: T'as pas l'impression de faire tâche ? | Murphy

le Dim 17 Juil 2016 - 22:03
Skylar n’avait jamais parlé de tous ses doutes, sauf à sa femme et à Richard. La première était morte et Richard n’étaient pas présents. Le brun parlait alors à Murphy, Murphy qu’il ne connaissait pas. Il était convaincu de faire une énorme erreur, une erreur qui lui coûterait chère. Mais non, il devait faire confiance à son instinct et il avait comme l’impression qu’il pouvait faire confiance. Skylar savait bien que vu de l’extérieur, il avait l’air confiant et sûr de lui, mais il n’était pas de tout cela même s’il se taisait. Il n’allait pas se planter un couteau dans le pied pour paraître plus faible, bien au contraire. Défendre les gamins… Cela n’avait pas été si facile et beaucoup s’étaient demandés ce qui se passeraient s’ils s’opposaient à l’idée de les mettre dans cette capsule. Plus aucune légitimité, oui il avait bien remarqué cela. Ce n’était qu’une question de temps avant que cela sente vraiment le roussi. Très franchement c’était déjà le cas et pour ce que Skylar en avait vu, la prochaine fois ferait encore plus mal. Il ne comprenait que moyennement pourquoi les gens se tapaient dessus. Pour lui c’était du temps perdu. Ils avaient mieux temps de se rassembler pour survivre, mais non. Il avait comme l’impression que Murphy en avait marre du Conseil, même si ce n’étaient que des suppositions étranges.

Il écoutait les gens et plus il les écoutait et plus il entendait une forme de rage, un ras-le-bol évident. Un ras-le-bol qui pouvait devenir vraiment dangereux. « Je crois que la cohésion est partie en sucette depuis qu’on a décidé d’envoyer des enfants sur Terre. » Lui le pensait et il n’était pas le seul. C’était de là que tout était parti, selon lui. Peut-être se trompait-il ou peut-être pas. Après tout beaucoup de gens avaient ignoré ce qui se passait en réalité. L’homme était curieux et demanda directement à Murphy de quel côté elle était. Il se demandait comment elle allait réagir, mais ne s’attendait vraiment pas à ce qu’elle le stoppe. Il affronta son regard sans broncher. Skylar se demanda s’il avait dit quelque chose de mal. Murphy n’était pas le genre de femme qui lui faisait peur, bien au contraire. Peut-être aurait-il dû avoir peur d’elle. Il comprenait très bien ce qu’elle voulait dire. Elle voulait vivre ici, comme lui. Pourtant Skylar n’eut pas le temps de dire qu’il pensait comme elle que déjà elle reprenait la parole. Un vrai moulin à paroles cette fille. Skylar se demanda si elle venait de se rendre compte du contact physique qu’il y avait eu entre eux, étant donné qu’elle s’excusa. « Ce n’est pas grave. » Skylar tapa son épaule amicalement comme l’aurait fait un gars à un autre gars. Oui il se permettait certaines choses, mais c’était elle qui avait commencé après tout. « Je pense comme toi, on va devoir faire affaire avec les natifs et les enfants. C’est ça ou mourir. » Dit-il avec un haussement d’épaules qui se voulait désinvolte, mais qui ne l’était pas tant que cela.

Si chacun faisait pas un minimum d’effort et ne s’adaptait pas, ils seraient encore là dans un an. Skylar ne le voulait pas. Il supportait difficilement ce camp et ces installations qui étaient chargées d’émotion. Il ne pouvait pas oublier qu’il avait perdu la femme qu’il aimait. Elle était morte à l’atterrissage, comme tant d’autres. Skylar chassa cette pensée de son esprit, il n’avait pas envie d’y penser à présent, pas du tout même. Ils avaient tous écouté, oui en effet et le soldat hocha la tête à cette affirmation. « Passer à autre chose ? » Il en demandait plus, clairement. Pour lui c’étaient des mots lancés ainsi, mais il avait besoin d’entendre plus, clairement. Skylar tenta de capter son regard, mais cela s’avérait difficile, vraiment. L’homme avait l’impression de la gêner et il ne comprenait pas pourquoi. Pour autant il ne demanda rien, convaincu que tout ceci était dans sa tête. Il restait silencieux comme une carpe.
Skylar se décida alors de lui dire qu’il la respectait. Cela semblait être le bon moment, il ne saurait pas expliquer en quoi, mais pour lui c’était le bon moment de le dire. Apparemment, il avait dit quelque chose d’étonnant vu la tête qu’elle tirait. Skylar était fier pour lui, même s’il le cacha. Il restait discret, comme toujours. « Oui c’est vrai. » Dit-il très calmement.

Il ne se moquait pas d’elle. Il la regarda alors qu’elle posa une question étrange, une question étrange pour lui. L’homme mit quelques secondes de réflexion avant de donner sa réponse. « Non, je te comprends, bien plus que tu ne le penses. » Non il ne mentait pas ou ne faisait pas un quelconque piège. C’était la vérité vraie, tout simplement. Skylar hocha la tête quand elle dit que c’était réciproque, qu’elle le respectait comme lui la respectait. L’adjoint des patrouilles avait déjà fait un grand geste en parlant ainsi. Il ne voulait pas s’épancher plus sur ses sentiments, c’était suffisamment comme cela. Plus ils marchaient et plus il se faisait la réflexion qu’ils ne trouveraient pas Faust. Mais Skylar ne dit rien, par respect. Car perdre espoir pouvait anéantir bien plus de choses que de perdre quelqu’un. C’était l’espoir qui maintenait en vie et qui vous permettait d’avancer, jour après jour. Sans espoir, on n’était rien, absolument rien.
Murphy Cavendish
DATE D'INSCRIPTION : 06/12/2015 PSEUDO/PRENOM : Lux Aeterna MULTICOMPTES : Nuna Cortez MESSAGES : 45230 CELEBRITE : Sophia Bush COPYRIGHT : jenesaispas (vava); Lux Aeterna (sign & gifs & fiche rp) METIER/APTITUDES : Conseillère diplomate; militaire - lieutenant, stratège, garde et patrouilleuse. Quelques notions de médecine et bases en maniement des armes. TRIBU/CAMP : Odyssée POINTS GAGNES : 766

T'as pas l'impression de faire tâche ? | Murphy Empty Re: T'as pas l'impression de faire tâche ? | Murphy

le Lun 1 Aoû 2016 - 0:46
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

T'AS PAS L'IMPRESSION DE FAIRE TACHE ?
Murphy Cavendish & Skylar Rees
(21 mai 2116)


Les choses semblaient prendre une toute drôle de tournure avec Skylar. Murphy s'était toujours méfiée de cet homme, pour des raisons étranges et inexplicables. Elle voyait en lui quelqu'un d'impitoyable, de tout aussi solide que mystérieux. A vrai dire, même s'ils se connaissaient depuis des années, elle ne savait rien d'autre de lui que ce que Richard lui en disait. Il lui inspirait un respect inexplicable, une timidité presque maladive. Il lui avait fallu quelques années pour apprendre à connaître Richard, à lui faire confiance et à le considérer comme quelqu'un de confiance, quelqu'un qui était plus qu'un simple mentor ou professeur. Peut-être était-ce la stature de Skylar, son comportement ou l'amitié qui le liait à Richard qui l'impressionnait de cette façon -peu importait, en fait. Il émanait de lui quelque chose d'énigmatique, d'impénétrable. Devant lui, elle avait toujours eu la fâcheuse tendance à perdre tous ses moyens -chose qui était loin d'être commun chez elle. Elle redoutait l'opinion qu'il pouvait avoir d'elle ou le regard qu'il pouvait poser sur elle, comme si son avis importait plus que n'importe quel autre. Probablement était-ce là dû à la complicité que lui et Richard avaient ; si Skylar pensait du mal d'elle, Richard le saurait forcément. Peut-être était-ce donc là un réflexe de survie instinctif, une peur de perdre le seul membre de sa famille qui lui restait. Même lorsque sa mère était encore de ce monde et Faust encore à ces côtés, Richard comptait pour elle comme une figure paternelle, un ami tout particulier auquel elle savait qu'elle pouvait faire confiance en toutes circonstances. Est-ce que cette confiance, pour autant, pouvait s'étendre à Skylar ? Elle n'avait pas trop réfléchi à cette patrouille lorsqu'elle avait décidé de prendre le tour de garde de l'ancien chef de secteur, mais si elle avait pris le temps de le faire, elle n'aurait pas pensé une seule seconde qu'ils puissent aborder des thèmes aussi graves et délicats qu'étaient ceux de la situation actuelle du campement. Elle aurait probablement plutôt pensé qu'ils trouveraient tous les deux un certain confort dans le silence. Pourtant, ils se retrouvaient à l'exact opposé du silence, et Murphy n'était plus réellement sûre de la réaction à adopter. Elle ne s'était jamais cachée de ses convictions à quiconque. Même ses supérieurs avaient toujours connu le fond de ses pensées. Depuis qu'elle avait été enfermée avec les Cents pour avoir pris leur défense, elle se doutait que tous les survivants devaient avoir une idée précise de ses idées, et pourtant, face à Skylar, elle se demandait si cacher l'évidence ne se trouveraient pas être le réflexe de survie le plus instinctif, le plus simple, mais aussi le plus raisonnable. Peu à peu, pourtant, poussée par Skylar, elle dévoilait ses opinions. Elle fuyait son regard à chaque fois qu'elle prenait la parole, intimidée d'avance par celui qu'il pourrait poser sur elle, mais elle n'arrivait simplement pas à rester silencieuse. Skylar poussait à la confession; peut-être était-ce en partie ce qui avait fait de lui un si bon militaire, d'ailleurs. « Je crois que la cohésion est partie en sucette depuis qu’on a décidé d’envoyer des enfants sur Terre. » Peut-être aussi qu'elle était rassurée d'en apprendre un peu plus sur l'ami de Richard, et qu'elle croyait en sa sincérité. « Je pense qu'elle s'effritait déjà avant... » glissa-t-elle d'une petite voix. Peut-être n'était-ce qu'une impression, malgré tout. Peut-être qu'elle avait été la seule à sentir ce flot de révolte envers cette élite dirigeante. Peut-être que son avis était biaisée par sa proximité à la rébellion, ou peut-être l'était-il par ses propres opinions, et le seul silence que leur avait accordé. « Je crois aussi qu'on est pas faits pour vivre dans une capsule hors du temps et se reposer sur une élite minoritaire. » Oups. Les mots lui avaient échappé. Malgré elle, elle laissait peu à peu s'exprimer les ressentiments qu'elle avait contre le Conseil. Ils n'étaient pas de mauvaises personnes, mais même de bonnes personnes peuvent prendre de mauvaises décisions. Et des mauvaises décisions, ils en avaient pris bien trop. C'était eux qui l'avaient privée d'un père dès son plus jeune âge. C'était eux qui avaient sacrifié des centaines de personnes, avant de se décider à en prendre une poignée pour tenter un test des plus douteux. Elle n'avait pas réellement eu d'opinion sur cette décision. Quelque part, s'était-elle dit, c'était une occasion pour eux de commencer une nouvelle vie plutôt que de la finir asphyxiés au milieu du vide spatial. Il y avait tant à redire, pourtant, de cette mission, et elle en avait tant redis.

Pourtant, la question claire surgit au milieu de la conversation, et si elle aurait du réfléchir un peu plus longtemps avant de prendre la parole, elle finit par exprimer tout ce qui la gênait, ici, mais aussi tout ce en quoi elle espérait encore. Tant qu'elle ne disait pas clairement qu'elle était rebelle ou viscéralement contre le Conseil, rien ne pouvait aller mal... n'est-ce pas ? Lorsqu'il lui tapa l'épaule, elle arqua un sourcil surpris. Lui, venir chercher le contact ? C'était étrange. Peut-être qu'elle le connaissait encore plus mal que ce qu'elle pensait, après tout. Peut-être qu'il finissait simplement par accepter sa manière à elle de communiquer, son besoin insatiable et étrange de contacts physique à tout bout de champ. « Je pense comme toi, on va devoir faire affaire avec les natifs et les enfants. C’est ça ou mourir. » Murphy ne put alors retenir un sourire. Etre approuvée par Skylar était comme une drôle de victoire à laquelle elle ne s'était pas attendue une seule seconde. C'était un allié. « J'espère que tout le monde finira par ouvrir les yeux. Au campement, et chez les autres. » Après tout, certains n'avaient rien à leur envier. Tout ce qu'ils possédaient de plus était la technologie. Les Cents leur avaient bien fait comprendre qu'ils n'avaient pas besoin d'eux, et les natifs n'avaient même pas besoin de leur faire comprendre. Mais depuis sa rencontre avec Paco, elle ne pouvait s'empêcher de penser que de belles amitiés étaient possibles entre anciens Odysséens et Terriens. Et, naïvement, elle se disait que l'unité faisait toujours la force. En tout cas, elle n'avait aucun doute qu'elle ferait la leur. Ils avaient encore tant à apprendre de leur nouvel environnement... Les plus faibles les avaient déjà quittés, mais jusqu'où pourrait aller cette sélection ? Elle-même ne savait pas si elle pourrait survivre aux prochaines saisons. Peu à peu, elle tombait amoureuse de cette Terre nouvelle, mais elle savait pertinemment que ce n'était pas réciproque. La Terre ne faisait pas de cadeaux à ses habitants, elle n'était pas là pour ça. « Passer à autre chose ? » répéta-t-il. A nouveau, elle fuit son regard, intimidée par ce qu'il pourrait penser de sa réponse, même si elle ne doutait plus une seconde de ce qu'elle allait pouvoir lui répondre. Il était déjà trop tard pour faire marche arrière. « Oui, je sais pas... trouver une vraie maison. Quitter cette carcasse et laisser la nature en faire ce qu'elle en veut. C'était déjà plus notre maison là-haut, elle faisait que nous protéger de l'extérieur. Maintenant, elle est plus qu'un mauvais souvenir... et un moyen temporaire de se protéger. Mais... temporaire. On est ridicule, on dirait qu'on attend que quelqu'un vienne nous rechercher pour remonter là-haut. » Et ça n'arriverait jamais. Il n'y avait plus personne, là-haut. Ils étaient tous là, et ils ne remonteraient jamais au-dessus de cette planète. La carcasse de métal leur avait bien servi pour se protéger du froid hivernal, mais elle n'était pas une fin. Il fallait qu'ils apprennent à découvrir et à s'approprier leur nouvel habitat. Il fallait qu'ils se construisent, qu'ils construisent.

Peut-être, avec tout cela, était-elle allée trop loin. Leur marche avait repris, et Murphy continuait de chercher de tous les côtés un signe de sa blonde. Les sourcils froncés, elle laissait son regard voguer de feuille en arbre, de flaque d'eau en branche brisée par le vent. Car c'était pour ça qu'elle avait décidé d'accompagner Skylar ici, après tout, et elle ne perdait jamais une occasion de chercher quoi que ce soit qui puisse l'aider à trouver Faust. Pourtant, son attention se reporta bien vite sur autre chose. Skyler venait de lui dire qu'il la respectait, et elle s'en retrouvait presque choquée. Tout ce temps où elle s'était demandé ce qu'il pensait d'elle n'avait pas servi à grand chose. Il la connaissait suffisamment pour apprécier la personne qu'elle était. C'était étrange, comme sensation, de se découvrir appréciée d'une personne dont elle aurait pensé tout l'opposé. « Oui c’est vrai », avait-il répondu sobrement lorsqu'elle avait, comme par réflexe, demandé confirmation de ce qu'il venait d'avancer. « Non, je te comprends, bien plus que tu ne le penses. » Il la poussait dans ses retranchements. Elle avait beau avoir appris qu'il la respectait, elle se retrouvait maintenant bloquée par une timidité qu'elle ne s'expliquait pas. Parce qu'elle l'admirait autant que Richard, sans doute, et parce qu'elle le connaissait moins, elle était à mille lieues de savoir comment accepter ce genre de déclarations. « C'est bizarre... » laissa-t-elle échapper avant de se sentir obligée de s'expliquer. « Depuis des années, je me suis toujours dit que tu devais pas me porter dans ton cœur... » Elle ricana bêtement comme pour mieux faire passer tout ce qu'elle lui avait caché depuis des années. Elle ne s'était jamais imaginée dans une telle situation, à lui dévoiler ce qu'elle s'était imaginé à son sujet sans réellement le connaître. « Au fait... » reprit-elle tout aussi timidement, continuant d'explorer les alentours sans lui jeter un seul regard, « j'ai pas eu l'occasion de te le dire, mais... je suis désolée pour ta femme. » Pendant l'espace d'une seconde, elle laissa son regard ambré se poser sur Skylar. Elle était sincèrement désolée pour sa perte, tout comme elle l'était pour tous ceux, majoritaires, qui avaient perdu au moins une personne dans ce crash catastrophique. Elle se demandait parfois pourquoi le hasard avait accablé certaines personnes plus que d'autres, mais elle commençait à croire que le destin avait une dent contre elle. Si elle ne retrouvait pas Faust... Si elle ne retrouvait pas Faust, il ne lui resterait que Richard.
Skylar Rees
DATE D'INSCRIPTION : 05/05/2016 PSEUDO/PRENOM : Ponyta MULTICOMPTES : Gen Deng, Eirik Thorvald, Leary Wrath, Cyd Raye, Misha Machir MESSAGES : 477 CELEBRITE : Norman Reedus COPYRIGHT : lux aeterna METIER/APTITUDES : Responsable adjoint des patrouilles - Pisteur - Combat à mains nues - Stratège TRIBU/CAMP : Odysséen POINTS GAGNES : 95

T'as pas l'impression de faire tâche ? | Murphy Empty Re: T'as pas l'impression de faire tâche ? | Murphy

le Lun 22 Aoû 2016 - 22:25
Skylar sentait bien que quelque chose clochait, mais il n’arrivait pas à expliquer quoi. Il marchait sur des œufs, il sentait bien les opinions de Murphy, ou les devinait-il. Il n’était pas encore médium et n’avait pas le don de deviner ce que les gens avaient en tête. Le brun crut avoir mal entendu quand la femme affirma que la cohésion s’effritait déjà avant. Il eut la décence de ne pas lui demander de répéter, il la regarda discrètement. Il avait mal entendu, forcément, mais non. Non ils n’étaient pas faits pour vivre dans l’espace, mais de là à dire que c’était toute la faute du Conseil, il y avait un grand pas à faire. Skylar ne savait pas s’il était pour ou contre eux. Il savait juste que maintenant cela n’allait pas. Il décida donc de ne pas commenter ce qui se disait. Il n’allait pas contredire Murphy. Il préférait se taire, ce serait mieux que de briser involontairement la maigre confiance qui s’établissait actuellement entre eux, intéressant. Le brun appréciait cela à dire vrai. Elle avait confiance en lui, c’était cela, non ? Ou du moins la confiance débutait. Le soldat ne savait pas si ce qu’il faisait était de la stratégie ou s’il avait réellement confiance en elle, lui aussi. Peut-être était-il bien capable de créer des liens sans foutre le bordel. Même si créer des liens, ce n’était aucunement sa priorité. Sa priorité était de survivre ici-bas avec Richard.

Murphy pourrait être une alliée de choix dans cette survie, donc autant ne pas la contrarier. Ils glissèrent sur un autre sujet, celui de troquer avec les natifs. Skylar savait que cela serait fait, tôt ou tard. Cela avait été de tout temps ainsi, le troc. Ce qu’il avait la crainte, c’était que certains ne suivraient pas le mouvement et mouraient, forcément. Les plus forts survivraient et les plus faibles mouraient. Ils allaient retomber dans une manière de vie très moyenâgeuse, cela ne lui plaisait pas, mais sur le vaisseau il n’avait jamais vécu comme un roi. Là il vivait avec de l’espace et la possibilité d’espérer un lendemain plus facile à ce qu’il avait déjà vécu. C’était déjà mieux que rien. Skylar comprenait parfaitement ce qu’elle disait, rester dans la carcasse était stupide, mais aussi douloureux. Ce lieu était rempli de fantômes et de souvenirs lourds à porter. Ce n’était pas rien, tout simplement. Parfois Skylar avait l’espoir de croiser Calliope dans les couloirs alors qu’il savait que jamais plus il ne croiserait sa défunte femme ici. Vu que Murphy s’était mouillée, il décida lui aussi de se mouiller. « Nous partirons, c’est évident. Nous sommes exposés et les patrouilles ne nous protégeront pas si nous sommes attaqués… L’effectif ne tiendra pas longtemps face à une armée. » Il y avait pensé sincèrement. Si les natifs piquaient la mouche et les attaquaient comme ils s’en étaient pris aux gamins, ils étaient morts. Ils n’avaient même pas d’armes à feu, c’était tout simplement ridicule la manière dont ils survivaient.

Ils n’avaient pas l’avantage sur ce terrain qu’ils connaissaient à peine. « Les conditions de vie ne sont aucunement favorables. » Ils mouraient de froid, de faim. C’était un miracle qu’ils aient survécu aussi longtemps vu les conditions actuelles de vie. Le silence s’installa entre eux alors qu’ils marchaient. Cela ne dérangeait pas Skylar, il appréciait le silence. Mais il avoua à Murphy la respecter et il vit bien son étonnement, comme s’il avait dit quelque chose de profondément choquant. Il ne la regarda pas alors qu’elle affirma que c’était bizarre. Il tentait de remarquer le moindre signe anormal dans le paysage. Ce n’était pas une chose facile à faire, clairement. « Pourquoi je ne t’aurai pas porté dans mon cœur ? » Elle avait été sa supérieure et même si elle était plus jeune, il lui avait donné le respect qu’elle méritait. Skylar fut pris de court quand elle présenta ses condoléances, il s’arrêta une demi-seconde, affronta son regard. Il avait repris sa marche l’air de rien, ajoutant un haussement d’épaules comme pour dire que ce n’était rien, mais personne n’était dupe. Perdre quelqu’un n’était pas anodin et surtout pas si on disait que c’était rien. « Tu as perdu quelqu’un ? » Demanda-t-il un peu maladroitement. C’était gonflé de sa part, mais pourquoi pas ? Skylar lui fit un signe de s’arrêter et s’accroupit devant une branche cassée qu’il indiqua du doigt. Comme si quelque chose ou quelqu’un avait marché dessus. Il n’était pas le pisteur de l’année, mais il savait reconnaître les signes d’un passage.

L’homme regarda autour de lui, le regard vif, les sens attentifs. « Quelque chose est passé par là. » Il aurait pu se montrer rassurant, mais il ne l’était pas vraiment. Il ne pouvait pas assurer que c’était Faust, en fait il était quasi sûr que ce n’était pas elle, mais il ne le précisa pas.
Murphy Cavendish
DATE D'INSCRIPTION : 06/12/2015 PSEUDO/PRENOM : Lux Aeterna MULTICOMPTES : Nuna Cortez MESSAGES : 45230 CELEBRITE : Sophia Bush COPYRIGHT : jenesaispas (vava); Lux Aeterna (sign & gifs & fiche rp) METIER/APTITUDES : Conseillère diplomate; militaire - lieutenant, stratège, garde et patrouilleuse. Quelques notions de médecine et bases en maniement des armes. TRIBU/CAMP : Odyssée POINTS GAGNES : 766

T'as pas l'impression de faire tâche ? | Murphy Empty Re: T'as pas l'impression de faire tâche ? | Murphy

le Mar 30 Aoû 2016 - 0:16
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

T'AS PAS L'IMPRESSION DE FAIRE TACHE ?
Murphy Cavendish & Skylar Rees
(21 mai 2116)


Les opinions de Murphy avaient toujours été tranchées pour tout et n'importe quoi. Elle n'aimait pas les gens qui ne l'aimaient pas, elle n'aimait pas les personnes désinvoltes ou irrespectueuses, elle détestait qu'on lui coupe les cheveux, elle adorait couper ceux des autres, elle répugnait tous les gens niaiseux et voir les gens se rouler des galoches devant tout un auditoire. Dans un tout autre registre, elle avait développé un avis bien arrêté sur le Conseil. C'était eux qu'elle servait pourtant, mais ce n'était qu'en étant au cœur de leur armée qu'elle s'était rendu compte de toutes les injustices dont ils étaient responsables. L'éjection de son père lui avait sans doute pesé bien plus que ce qu'elle avait bien voulu admettre, mais au fil des années, elle l'avait progressivement mis sur un piédestal. S'il avait été éjecté, c'était qu'il était allé contre le Conseil, et aller contre le Conseil était synonyme de rejeter cette hiérarchie qu'il leur imposait. C'était pourtant les années qui avaient accentué ce besoin d'émancipation vis-à-vis d'une hiérarchie qu'elle comprenait de moins en moins. Ses coups de gueule auprès de ses collègues et de ses supérieurs n'étaient jamais passés inaperçus, mais le temps lui avaient montré qu'ils restaient éternellement sans réponse. La décision ultime qu'avait eu le Conseil de leur imposer, à tous, une descente empressée sur Terre n'avait pas été pour améliorer leur image à ses yeux. Elle n'en démordait pas : c'était de leur faute si cette descente s'était transformée en ce crash meurtrier avec lequel ils devaient tous vivre aujourd'hui. C'était de leur faute si elle avait perdu sa mère. Adelaide la première en avait fait les frais, mais peu à peu, Murphy avait appris à canaliser cette colère envers son amie. Tout n'était pas tout noir ou tout blanc. Tout n'était que nuance de gris. Le Conseil, pourtant, elle en était aujourd'hui plus que persuadée que jamais, n'avait plus sa place dans ce nouveau monde. Tout devait être reconsidéré, tout à sa base ultime. Ils ne pouvaient plus continuer à fonctionner de la sorte dans un monde qu'ils ne connaissaient pas. Ils n'étaient pas aptes à s'installer ici s'ils continuaient de suivre une hiérarchie qui n'avait jamais été préparée à cette situation.

Pourtant, parmi toutes ses convictions, il y en avait certaines que Murphy préférait garder pour elle. Après son emprisonnement quelques mois auparavant, il serait illusoire de prétendre que personne ne connaissait son opinion concernant les Cents ou le Conseil, mais maintenant qu'elle avait officiellement rejoint le mouvement rebelle, il était hors de question pour elle de trahir quiconque pouvait partager ses opinions dans le secret de leur groupe. La rébellion devait rester un mouvement sécuritaire. Même ceux qui se faisaient prendre devaient nier toute appartenance à un groupe quelconque. C'était comme ça que ça fonctionnait. C'était comme ça, et seulement comme ça, qu'ils avanceraient dans leurs projets. Ils devaient être malins, secrets, si ce n'était fourbes et vicieux, pour obtenir ce qu'ils désiraient plus que tout : l'établissement ici d'un nouvel ordre, de nouveaux objectifs. Skylar, pourtant, en quelques instants à peine, semblait avoir gagné sa confiance. Sa confiance ? Peut-être avait-il simplement désamorcé le frein qu'elle s'était imposée face à lui jusque-là. Sa proximité avec Richard n'était pas pour rien dans ces semi-confidences qu'elle lui accordait. Ses idées ne pouvaient pas être radicalement opposées aux siennes, c'était impossible. Ou même si c'était le cas, il ne pourrait pas reporter ses intentions ou ses opinions auprès de leurs supérieurs... si ? Ferait-il ça à Richard ? Oui, Murphy était un brin vicieuse dans son raisonnement. Elle comptait sur une relation dont elle ne connaissait finalement par grand chose pour assurer sa sécurité. Et puis, tant qu'elle ne mentionnait pas la rébellion, tout irait bien, non ? Elle ne lui apprenait pas grand chose. Elle ne faisait sans doute que confirmer à son propre sujet ce dont il devait déjà se douter. « Nous partirons, c’est évident. Nous sommes exposés et les patrouilles ne nous protégeront pas si nous sommes attaqués… L’effectif ne tiendra pas longtemps face à une armée. » Murphy approuva d'un hochement de tête. Il marquait un autre point. Il y avait définitivement trop d'aléas à leur situation actuelle pour qu'ils la conservent sans broncher. « J'espère juste que les autres arriveront à cette conclusion à temps... » soupira-t-elle. Cela faisait bientôt un an qu'ils étaient là, et l'idée avait à peine été évoquée, si ce n'était pas du tout. Les priorités ne semblaient pas être les mêmes pour tout le monde. Certains se contentaient de survivre, et Murphy s'y refusait. Ils n'étaient pas là pour gagner des paris sur le temps qu'ils tiendraient ici. Ils étaient là pour tenir là. Et de son côté, il fallait absolument qu'elle arrive à optimiser son armement. Il était temps qu'elle arrive à se construire son putain d'arc. Ses poignards ? Ridicules. Malgré sa fierté, elle le savait : si elle devait faire face à des ennemis, ils ne lui serviraient pas à grand chose. Ce n'était pas au corps à corps qu'elle était la plus efficace. « Les conditions de vie ne sont aucunement favorables », approuvait-il à nouveau sous l’œil rassuré de la jeune femme. Rassuré ? Oui, elle ne parlait pas à quelqu'un dont les idées étaient totalement aux antipodes des siennes, et ce n'était pas rien. « L'hiver, c'était que le début. On a rien pour nous. Ce qui aurait pu faire notre force n'est même plus là. » Ce qui aurait pu faire leur force ? La technologie. Elle les avait abandonnés avec le crash, et malgré le travail acharné des scientifiques, ils devaient se contenter du strict minimum et réapprendre à vivre pour tout le reste. Ne leur restait que des connaissances dont ils ne savaient plus quoi faire à part les réinvestir dans une cause perdue, celle de remettre sur pied cette technologie sans laquelle ils n'auraient jamais pu vivre dans les cieux. Ici, elle était dérisoire. Elle pourrait être un avantage non négligeable, mais, dans son inexistence, elle ne restait qu'une idée séduisante. Les Terriens ici n'avaient pas besoin d'elle pour survivre. Eux devaient encore apprendre à vivre sans et cherchaient à tâtons une façon de se la réapproprier.

Alors qu'ils marchaient dans un silence de marbre, Murphy ne put empêcher un léger sourire d'étirer ses lèvres. Elle n'avait pas imaginé une seule seconde ce face à face lorsqu'elle s'était imposée à la place de Richard dans ce binôme de patrouille, mais les choses avaient pris une tournure qui n'était pas totalement pour lui déplaire. C'est Skylar qui, le premier, reprit la parole, pour glisser quelques mots qui choquèrent presque la brunette tant elle avait été loin de s'imaginer les recevoir un jour de sa part. « Pourquoi je ne t’aurai pas porté dans mon cœur ? » Il ne semblait pas comprendre. Le truc, c'était qu'elle ne semblait pas prête à tout lui expliquer ; la façon dont il l'impressionnait, ce regard mystérieux qu'il posait sur tout le monde, observateur, sans piper mot. « Pourquoi tu l'aurais fait ? » Elle avait répondu à sa question par une autre question. Car, après tout, ils ne se connaissaient pas. Ils ne s'étaient qu'échangés quelques formalités liées à leur travail et, même s'ils partageaient sans aucun doute cette affection qu'ils avaient pour Richard, les choses semblaient s'arrêter là pour eux. Jusqu'à aujourd'hui, en tout cas. Alors, emportée par cet élan de sincérité et ce drôle de sentiment que les choses étaient doucement en train d'évoluer entre eux, Murphy présenta ses condoléances à Skylar pour sa femme. Ils avaient tous perdu quelqu'un... et même si c'était parfois plus facile de les oublier, leurs morts les hantaient toujours. Les pertes étaient toujours aussi douloureuses et les personnes disparues étaient toujours là, quelque part, avec eux. Cet amertume ne les quitterait probablement jamais, eux, survivants qui avaient vu disparaître leurs êtres chers. Du coin de l’œil, elle le vit hausser les épaules négligemment, se demandant si elle ne venait pas de faire une bourde plus grosse qu'elle. Bien décidée à ne plus se laisser avoir, elle resta silencieuse jusqu'à ce qu'il lui pose une question de plus. « Tu as perdu quelqu'un ? » Sa gorge se noua aussitôt en repensant à Ofelia Cavendish et à son sourire. « On a tous perdu quelqu'un, non ? » répondit-elle d'abord, le temps de se sortir l'image de sa mère de la tête. « Ma mère était dans l'aile qui s'est écrasée dans l'océan... » lâcha-t-elle d'une voix triste avant d'être brutalement arrêtée par Skylar.

Elle suivit son regard et jeta un coup d'oeil à cette branche brisée au-dessus de laquelle il s'était penché. Sans attendre son reste, la brune jeta un coup d'oeil aux environs, les sens aux aguets. « Quelque chose est passé par là. » Pleine d'espoir, la lieutenant demanda : « ... ou quelqu'un ? » Elle n'avait pas vu la branche. Elle ne savait pas à quel gabarit cette trace de passage pouvait correspondre; de toute façon, elle était à peu près aussi bonne pisteuse que coiffeuse, et si Faust était là, elle pourrait attester de sa nullité en la matière. Oh, quelles horreurs elle avait fait subir à ses beaux cheveux blonds... Sans réfléchir plus longtemps, elle dégaina ses deux poignards et avança progressivement dans la forêt, cherchant une quelconque trace supplémentaire. De toutes ses forces, elle voulait croire qu'il s'agissait de Faust, mais elle savait pertinemment que ce serait sans doute un espoir vain. Au mieux, ils rentreraient au campement avec un animal. « Tu sais chasser ? » murmura-t-elle en se tournant vers Skylar.
Skylar Rees
DATE D'INSCRIPTION : 05/05/2016 PSEUDO/PRENOM : Ponyta MULTICOMPTES : Gen Deng, Eirik Thorvald, Leary Wrath, Cyd Raye, Misha Machir MESSAGES : 477 CELEBRITE : Norman Reedus COPYRIGHT : lux aeterna METIER/APTITUDES : Responsable adjoint des patrouilles - Pisteur - Combat à mains nues - Stratège TRIBU/CAMP : Odysséen POINTS GAGNES : 95

T'as pas l'impression de faire tâche ? | Murphy Empty Re: T'as pas l'impression de faire tâche ? | Murphy

le Dim 4 Sep 2016 - 17:07
Les autres arriveraient-ils à une quelconque conclusion ? Il en doutait sérieusement, mais il garda ses doutes pour lui, se contentant de hausser simplement les épaules. Il n’était pas les autres et ne pouvait pas leur insuffler l’ordre de se réveiller. Cela ne regardait qu’eux et les quelques esprits intelligents qui émergeraient. A voir qui émergerait, cela serait intéressant, mais aussi catastrophique. Skylar avait en tête quelques hommes qui le suivraient, pour le reste… Absolument aucune idée. La technologie leur faisait terriblement défaut et ils devaient rapprendre à vivre sans cette béquille. Heureusement que Skylar n’en était pas dépendant, mais il savait que certains malades au camp auraient bien eu besoin de cette béquille technologique. La nature se chargerait de les sélectionner. C’était profondément cruel, de ce fait, il n’en parlait à personne. Il avait la crainte de choquer Richard. Seul son meilleur ami avait une réelle importance à ses yeux. Pourquoi n’aurait-il pas porté dans son cœur  Murphy ? Oh il avait quelques idées qu’il pouvait détailler sans aucun mal. Il la dévisagea pensivement. Il pouvait aisément faire une petite liste. Mais pour l’instant elle ne le dérangeait pas et ne semblait pas dangereuse, alors il la tolérait, voir l’appréciait. Skylar se contenta de faire un léger sourire, ce qui chez lui était déjà beaucoup.

Ce n’était pas la personnalité la plus extravertie de cette planète dirons-nous. Chacun avait sa personnalité et les qualités et défauts qui allaient avec. L’homme s’autorisa de lui demander si elle avait perdu quelqu’un, après tout c’était elle qui avait abordé la mort en premier. Il était donc légitime que lui aussi s’y intéresse. Il était désolé pour elle qu’elle ait perdu sa mère et s’apprêtait à rétorquer quelque chose quand une branche attira son attention et il se stoppa. Il regarda la branche, pensif. Il n’arrivait pas à se dire que c’était un être humain qui avait fait cela, plutôt un animal. Il regarda Murphy alors qu’elle lui demanda, pleine d’espoir, si cela ne serait pas plutôt quelqu’un. Skylar en doutait sérieusement, mais il haussa les épaules. C’était un geste habituel chez lui pour dire qu’il ne savait pas. Il ne préférait pas détruire les espoirs de la femme. Il regarda autour de lui, mais un bruit attira son attention et il tourna la tête pour la voir avec des poignards. Alors là, s’il s’y attendait à un tel équipement ! Il resta tout simplement sans voix devant un tel armement. Il n’était pas armé aussi bien, au contraire. Il avait l’air d’un véritable touriste prêt à se faire égorger à la moindre occasion.

« On va dire que je sais me débrouiller. » Mentit-il, mais c’était plus facile de mentir en ce moment. Il se demandait si elle était capable d’égorger quelque chose avec ses poignards. « Et toi ? » Peut-être était-elle la meilleure chasseuse qu’ils possédaient au camp. Dans ce cas, il ferait gaffe où elle mettrait les pieds. Un bruit le fit se stopper et il s’accroupit légèrement. Il identifiait difficilement ce genre de bruit et regarda par-dessus un buisson. C’était bien un animal et particulièrement grand. Le pelage marron, ayant des espèces de… défenses ? Au niveau de la gueule tout en émettant un bruit particulier en fouillant la terre de son museau. « C’est quoi… ? Un cochon non ? » Il n’arrivait plus à mettre un nom sur cette créature, ce n’était pas faute que le biologiste qui les accompagnait souvent répétait sans cesse le nom des bêtes. « Je ne sais pas si c’est agressif, mais on ne devrait pas se montrer. » Murmura-t-il. Il regarda Murphy, peut-être avait-elle mieux suivi que lui les cours concernant les animaux qu’il y avait autour d’eux. Enfin cours, c’était vite dit. Mais ceux qui comprenaient un peu quelque chose à la faune avaient eu l’amabilité de les renseigner.

Il restait immobile, réfléchissant quoi faire. Il ne se voyait pas utiliser sa maigre arme qui était plus une lance qu’autre chose. La bête devait faire le double de son poids, voir plus et n’était absolument pas rassurante. D’un côté Skylar se demandait ce qui se passerait si la créature les entendait, les attaquerait-elle ? Elle n’avait pas l’air agressive. Elle semblait même intensément concentrée à chercher sa nourriture en couinant. C’étaient vraiment de drôles de bruit, cela le perturbait. D’un côté, Skylar était fasciné par cet animal. Peut-être sa nouvelle passion de l’année, ou pas… Les animaux l’intéressaient moyennement à dire vrai. C’était quelque chose qui lui échappait complètement.

Spoiler:
Tu l'auras deviné, l'animal est un sanglier T'as pas l'impression de faire tâche ? | Murphy 3620846399
Murphy Cavendish
DATE D'INSCRIPTION : 06/12/2015 PSEUDO/PRENOM : Lux Aeterna MULTICOMPTES : Nuna Cortez MESSAGES : 45230 CELEBRITE : Sophia Bush COPYRIGHT : jenesaispas (vava); Lux Aeterna (sign & gifs & fiche rp) METIER/APTITUDES : Conseillère diplomate; militaire - lieutenant, stratège, garde et patrouilleuse. Quelques notions de médecine et bases en maniement des armes. TRIBU/CAMP : Odyssée POINTS GAGNES : 766

T'as pas l'impression de faire tâche ? | Murphy Empty Re: T'as pas l'impression de faire tâche ? | Murphy

le Sam 10 Sep 2016 - 1:03
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

T'AS PAS L'IMPRESSION DE FAIRE TACHE ?
Murphy Cavendish & Skylar Rees
(21 mai 2116)


Oui, en cette journée bien printanière, Murphy découvrait Skylar sous un tout nouvel angle. Au-delà d'une sympathie qu'elle commençait à éprouver à son égard, elle lui découvrait une humanité discrète, et pourtant bel et bien existante. L'aura mystérieuse qui émanait de Skylar était toujours présente, mais s'atténuait peu à peu pour laisser transparaître la personne qu'elle n'avait jamais appris à connaître jusque-là. Elle qui s'était toujours imaginé qu'il la détestait était tombée de haut. Peut-être qu'il était juste mystérieux, après tout. Son esprit devait tourner à une vitesse accablante à chaque fois qu'il gardait le silence, mais il semblait s'avérer qu'il n'était pas aussi inatteignable que ce qu'elle s'était imaginé des années durant. Cette révélation semblait aussi subite qu'inattendue : elle n'avait pas pensé une seule seconde à ce qu'ils se pourraient se raconter lorsqu'elle avait cordialement invité Richard à se retirer du binôme. Son seul but, depuis quelques mois déjà : retrouver Faust. Tout ce qui avait pu l'effrayer ou l'impressionner jusque-là avait été relégué au second plan. Faust comptait plus que ses inquiétudes, ses peurs ou ses a priori. A dire vrai, si elle avait du passer cette patrouille dans un silence pesant, elle l'aurait fait. Tout ce qui comptait, c'était de retrouver une trace de Faust. Pourtant, ces quelques échanges avec Skylar avaient eu le don de l'apaiser dans ses tourments. Elle réalisait parfois -trop rarement sûrement- qu'ils enduraient tous ici les conditions d'une vie qu'ils n'avaient pas choisie. Tous avaient perdu quelqu'un, c'était la logique statistique et cruelle des choses. Il restait trop peu d'entre eux pour que la moindre famille en soit sortie intacte. Murphy avait d'abord perdu sa mère, puis sa meilleure amie dans le plus grand des silences. Sa disparition avait été brutale, et le manque de réponses la rendait encore plus cruelle et dure en endurer. Elle ne pouvait pas faire le deuil d'une amie qu'elle ne savait pas morte. Elle ne pouvait pas arrêter de chercher sa soeur de cœur parce qu'elle savait ce que cela signifierait pour elle-même. Elle n'était pas prête à accepter l'abandon. Alors, dans la forêt, elle cherchait tout et rien, le moindre signe de sa possible survie, et même, maintenant, le moindre signe de son possible péril. Elle avait besoin de savoir, le besoin de ne plus rester dans cette incertitude qui la tuait à petit feu. Pourtant, chacune de ses excursions se choquait par un échec, et elle commençait peu à peu à réaliser qu'il lui faudrait, dans un futur qu'elle espérait encore lointain, accepter la fatalité de l'évidence.

Et ces traces qu'ils venaient de débusquer n'avaient pas réellement éveillé d'espoir en elle-même. Fatiguée par les fausses pistes et les espérances avortées, elle commençait à comprendre que Faust ne lui reviendrait jamais. Alors, s'il ne s'agissait pas de sa blonde, se disait-elle, peut-être au moins pourraient-ils ramener un peu de viande à leurs semblables, complètement affamés. « On va dire que je sais me débrouiller. » Le visage de la brune s'illumina. Elle avait peur des animaux comme de la mort elle-même, mais si l'un d'eux se débrouillait, ils arriveraient peut-être à abattre un animal. « Et toi ? » Elle ne put retenir un rire. Elle, avec ses poignards ? Elle serait à peine capable de se défendre contre un humain de son gabarit, alors un animal... la bonne blague ! « Me regarde pas comme ça, je sais pas pister, et quand j'ai un animal devant moi, je cours dans le sens opposé. » Ce n'était peut-être pas la déclaration la plus judicieuse de sa part, surtout face à un Skylar qu'elle cherchait plus à impressionner qu'à attirer les moqueries. Ses vieux réflexes spontanés l'avaient rattrapée. Sans doute signe qu'elle se sentait déjà un peu plus à l'aise avec l'ami de Richard. « Hrm, je veux dire », se reprit-elle en se raclant la gorge, « compte pas trop sur moi. » Mais s'il savait chassait, il n'aurait pas besoin d'elle. Elle le supporterait de loin, et c'était déjà pas mal.

Un bruit la fit s'accroupir aux côtés de Skylar. Elle avait d'ores et déjà oublié l'idée de retrouver Faust. Elle savait pertinemment que ce ne serait pas elle qu'ils retrouveraient. Ils n'étaient pas assez éloignés du campement pour ça -car oui, si Faust était encore de ce monde, ce n'était plus ce sol qu'elle foulait depuis longtemps, ou alors ce serait un beau hasard de la retrouver sur le chemin du campement. Elle observa par-dessus l'épaule de son collègue un animal qui grattait la terre innocemment. Elle ne put retenir un hoquet de peur. « C'est gros, non ? » Sa propre voix la rassurait -elle en était arrivée là. Ils échangèrent un regard bref. « C’est quoi… ? Un cochon non ? » Dans un réflexe de survie, Murphy avait resserré sa prise sur ses poignards, qu'elle savait totalement inutiles face à une bête pareille. « Un ours ? » Elle n'en savait strictement rien. Elle était à peine capable de différencier un poisson d'un oiseau. Elle restait fermée à l'idée de découvrir les animaux qui habitaient cette Terre. Tous lui faisaient peur. Pour ce qui la concernait, tous pouvaient être des ours, des élans, des vers de terre ou des vautours. « Ça se mange ? » souffla-t-elle en lui glissant un regard. Après tout, avec un chasseur à ses côtés, c'était tout ce qu'elle avait besoin de savoir. « Je ne sais pas si c’est agressif, mais on ne devrait pas se montrer. » Elle approuva d'un signe de tête silencieux. « On a pas besoin de savoir ce que c'est, tant que ça se mange... t'en as déjà chassé ? Tu sais si c'est dur à choper ? » Elle renifla subitement avant de se pincer le nez. « Ça pue... » Et, dans un premier réflexe duquel il y aurait eu à redire, elle jeta un regard accusateur à Skylar. « Bon, la question du jour, c'est : est-ce que tu te sens de l'attraper ? Je peux te prêter mes poignards, mais moi il est hors de question que je m'en approche. Je pourrai t'aider à apporter le cadavre au campement, ceci dit. » Son regard ambré s'était posé sur Skylar. Elle ne comptait pas observer en silence l'animal pendant des heures. Les risques étaient trop grands. Soit ils prenaient la fuite maintenant, soit ils tentaient quelque chose. S'ils ne bougeaient pas, ils allaient forcément finir par se faire repérer. « Ou sinon... » commença-t-elle à réfléchir, « sinon je fais diversion. J'attire son attention, je l'amène à toi et tu lui sautes dessus. Je sais courir vite, et au pire, je peux grimper à un arbre vite fait. Et une fois que tu l'as ralenti, je viens t'aider. Faudra juste que tu me laisses un de mes deux poignards. » Elle arqua un sourcil interrogatif. Le genre d'arquements sourciliers qui signifiaient deal ?.
Skylar Rees
DATE D'INSCRIPTION : 05/05/2016 PSEUDO/PRENOM : Ponyta MULTICOMPTES : Gen Deng, Eirik Thorvald, Leary Wrath, Cyd Raye, Misha Machir MESSAGES : 477 CELEBRITE : Norman Reedus COPYRIGHT : lux aeterna METIER/APTITUDES : Responsable adjoint des patrouilles - Pisteur - Combat à mains nues - Stratège TRIBU/CAMP : Odysséen POINTS GAGNES : 95

T'as pas l'impression de faire tâche ? | Murphy Empty Re: T'as pas l'impression de faire tâche ? | Murphy

le Lun 19 Sep 2016 - 17:54
Les gens avaient faim et cette bête apporterait beaucoup de nourriture. Sauf qu’il ne savait pas chasser et vu la taille de la créature, ce n’était pas une bonne idée. Il eut un léger sourire quand elle affirma courir dans le sens inverse quand il y avait une bête. Mais bientôt son sourire disparut. « J’ai déjà chassé des choses qui volaient, ou couraient, mais petites. » Il donna une mesure approximative de son avant-bras. Ce n’était pas très grand et il lui en avait fallu du courage pour tuer certaines créatures. Ce n’était pas si facile que cela mine de rien. En tout cas, il devrait se débrouiller seul et c’était quasi impossible. Il regarda l’animal qui grattait le sol, inconscient du danger qui courait avec les hommes derrière lui. Skylar regardait le pelage foncé et poilu. Cela ne le rassurait vraiment pas, au contraire. Quand elle lui demanda si c’était gros, il hocha lentement la tête. C’était bien trop gros selon lui. Ils se regardèrent et il lui demanda ce que c’était. Un ours ? Il fronça les sourcils. « Je crois qu’un ours a… des griffes ? » C’était le mot s’il se souvenait bien, des griffes. Il était quasi sûr de ne pas se tromper. Sauf que cet espèce de cochon, ou que ce soit, ne semblait pas avoir de griffes, mais d’autres choses.

Des attributs que Skylar ne reconnaissaient vraiment pas et qu’il fixait sans en comprendre le sens. Il restait étonnement silencieux, son cerveau tournait à plein régime. « Tout se mange. » Affirma-t-il. C’était ce qu’un biologiste du camp lui avait dit. Tout pouvait se manger en théorie, sauf des spécimens toxiques, mais celui-ci semblait aller. Il grimaça alors qu’elle lui demanda si c’était dur à attraper, vu la taille de l’animal, il dirait oui. « C’est la première fois que j’en vois, mais je doute sérieusement d’arriver à en attraper. » Non vraiment pas. Il renifla l’air et sentit ce fumet particulier, piquant et qui secouait ses sens. Il secoua la tête et se couvrit le nez pour tenter de ne pas avoir cette odeur éternellement dans le nez. Il regarda l’animal qui bougeait alors qu’elle lui avait demandé s’il se sentait de l’attraper. Sincèrement non, mais s’il passait à côté de cela, il risquait vraiment de le regretter. Il se mordilla la lèvre inférieure, songeur. Toute cette quantité de nourritures, ils ne pouvaient pas passer à côté. D’un côté, ils ne pouvaient pas attaquer sans une stratégie valable. Il la regarda alors qu’elle proposa son idée. « Je ne suis pas capable de sauter sur une telle bête. On devrait faire un piège, mais on n’aura jamais le temps. » Il tendit la main vers ses poignards. « Est-ce que je peux ? »

Il en prit un et regarda la lame. C’était tranchant, mais réussirait-il à donner un coup ? Son ventre gargouilla, il avait faim, c’était un fait. Sauf que quelque chose attira son attention, un bruit subtil qui avait fait levé la tête à la bête qui regardait nerveusement autour d’elle. « On se tire, maintenant. » Il rendit à Murphy son poignard et s’éloigna rapidement. Les bruits augmentèrent et un cri retentit. Skylar regarda par-dessus son épaule et il se tétanisa en voyant des bêtes immenses grises qui encerclaient le pauvre cochon sauvage qui hurlait, saignant. « On court. » Il se mit à courir, il savait qu’il faisait du bruit et que cela risquait d’attirer l’attention de ces créatures grises aux crocs tranchants couverts de sang frais. Le brun grimpa dans un arbre, s’en fichant de se blesser les mains et vit Murphy en contre-bas. « Vite ! Muphy !! » Il lui tendit la main alors qu’il vit une des bêtes, accompagnée d’une autre, s’approcher à vive allure d’eux. Ils avaient été repérés…
Contenu sponsorisé

T'as pas l'impression de faire tâche ? | Murphy Empty Re: T'as pas l'impression de faire tâche ? | Murphy

Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum