Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous

Intrigue n°10 : diplomacy is a trick - Page 4 Empty Re: Intrigue n°10 : diplomacy is a trick

le Ven 19 Fév 2016 - 1:06
Naori
En dévalant les rues silencieuses en direction du palais, loin des baraques abritant la plupart des malades, Paco pouvait le sentir. L'inconfort. La gêne. L'angoisse même. Celle qui ne l'a pas quitté depuis qu'ils avait passé les portes de la Cité du Désert. Nés de son expérience et de ses déceptions les plus ardentes, lorsqu’il s'était pense médiateur et pont, entre deux mondes qui n’avaient plus rien en commun. Il était arrive en curieux, il était reparti brise. De différences qui leur serait toujours étrangère. Mais parmi les terres qui avaient remué les drames dans des coins reculés de sa caboche, il se sentait investi. Il savait ce pourquoi il était ici, lui, Celui Qui A Vu, l'émissaire Naori, quinze ans après les éclats de ses mésaventures dans un désert inconnu.

Il a vu Harlan, la faiblesse de ses mouvements, l’impuissance de son regard. Lui-même se sentait inutile auprès des malades, peu connaisseur des techniques de guérison avancées, de ses plaies béantes qui les ouvraient de l'intérieur, d’un mal invisible difficile à entrevoir. Les symptômes ont fini par s'étaler et de nouveaux de faire leur apparition à l'étonnement général. Loin, très loin, de ces histoires de seringues dérobées dans la carlingue fumante non loin des terres Naoris, et de cette grippe si inoffensive qui a fini par tous les gagner, ces habitants du désert. C’est autre chose. Dissimulé. Plus complexe, difficile à identifier. Et ça tombe bien a propos, aussi. Paco sait qu'Harlan trouvera une solution, mais ils ont besoin de temps. Du temps pour comprendre, pour trouver une solution. Un temps précieux que les Rahjaks ne semblent pas prêt a leur accorder. Alors le long des rues il marche, un peu vite, jusqu'à la course. Il n’a pas de temps a perdre. Arkhip a beau vouloir leur refuser une audience, Paco sait que le Roi ne rejettera pas son aide, devant la portée toute égoïste du geste. Il sait, il a les mots pour s’adresser au régent, il le connaît, et il le tient en profonde aversion ; mais qu’est ce que la rancœur quand c’est la tribu qui paye le fruit de son propre pacifisme et de son empathie.

Ici il a un nom. Il est connu. Il déambule dans l’ombre mais il peut sentir les regards le suivent le long des ruelles. Il protège son visage d’un tissu entaché de poussières, qu’il baisse en approchant de gardes à l'entrée du palais. Les arrestations Naoris ont déjà commencé, mais il n’a pas de temps à consacrer a la négociation, pas encore. Il lève le menton et s’approche du premier Rahjak en vue, aulequel il crache avec tout le flegme et l'autorité dont il est capable : "Dites à Arkhip que Matoaka veut lui parler." Paco s’arme de toute son assurance. "Dites-lui que je peux le soigner."



Spoiler:
472 mots.
- Paco s'inquiète de l'état d'Harlan et des autres. Surtout avec la montée des tensions contre les Naoris au sein de la cité du feu.
- Il compte sur sa réputation auprès des Rahjaks pour obtenir une audience auprès du roi Arkhip, afin de gagner du temps.
Game Master
DATE D'INSCRIPTION : 28/05/2014 PSEUDO/PRENOM : Le Grand Manitou MESSAGES : 2486 CELEBRITE : Nobody POINTS GAGNES : 285
Admin

Intrigue n°10 : diplomacy is a trick - Page 4 Empty Re: Intrigue n°10 : diplomacy is a trick

le Sam 20 Fév 2016 - 0:02
Keep your friends close
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]



Les Naoris angoissent, les Naoris appréhendent. Les malades du Temple semblent enfin réagir à leurs traitements mais au palais, la situation s'aggrave. Au lendemain de l'arrestation de leurs compagnons, la nourriture empoisonnée fait une nouvelle victime et n'arrange pas leur cas. Toutes leurs tentatives pour négocier avec le roi ont échoué, l'incompréhension les envahit. Mais au milieu de la deuxième nuit, une âme noble leur tend la main.

Noah Saada, garde de la cité, s'infiltre dans le palais sous prétexte de relever des collègues mal en point. Suite aux derniers événements, on ne songe même pas à remettre en question sa version des faits. Muni de potions de sommeil récupérées auprès d'une Sorcière, il endort les geôliers assoiffés gardant les Naoris prisonniers. À la faveur de la nuit, il les fait traverser le palais mais tout ne se passe pas comme prévu.

La princesse Drahsteel, lassée d'être enfermée dans ses appartements, est enfin parvenue à endormir la vigilance de ses chaperons. Et au détour d'un couloir, elle tombe sur le petit groupe en cavale. Paniqué, l'un des Naoris se jette sur elle et la capture avec la ferme intention d'en faire une otage de choix afin de pouvoir sortir son peuple de la cité sain et sauf. Ainsi, Irina est entraînée hors du palais contre son gré.

Guidés par leur allié inattendu, les Naoris parviennent à rejoindre les leurs, restés non loin du Temple de Feu. Celui qui détient la princesse expose son plan aux conseillers présents. Quant à Noah, il leur conseille de partir tant qu'il fait encore nuit. Mais qui sait, peut-être que les gardes ont déjà été alertés ou que des oreilles - amies ou ennemies - traînent non loin et écoutent ce qu'il se raconte. Il n'y a pas de temps à perdre, une décision doit être prise.





Cinquième tour de jeu




IRL : du vendredi 19 février au vendredi 26 février 2016
IRP : 30 janvier 2116

Les Naoris : C'est la deuxième nuit après l'arrestation de vos amis et vous ne trouvez pas l'antidote. Les gens du Temple guérissent mais pas ceux du palais et vous ne comprenez pas pourquoi. Au milieu de la nuit, vous voyez vos compagnons revenir, la princesse Rahjak sous le bras comme otage. Que faites-vous ? Vous enfuyez-vous directement ? Préférez-vous la relâcher ou l'emmener avec vous par précaution ? Que pensez-vous de tout ça ?

Les Rahjaks : Les personnes dans le Temple guérissent peu à peu de la maladie, même si encore faibles. Les personnes dans le palais ne vont pas mieux à cause du poison. Si vous êtes gardes, vous pouvez partir à la recherche des prisonniers échappés ou être alertés par la garde personnelle de la princesse. Si vous êtes dans le Temple, vous pouvez voir arriver la petite troupe et décider de les aider ou au contraire d'alerter les gardes. Leur sort est entre vos mains innocentes  Intrigue n°10 : diplomacy is a trick - Page 4 2359462184

• Rappelez-vous : vos messages peuvent compter jusqu'à 700 mots. N'oubliez pas le résumé sous spoiler.  

Admin △ Underneath it's just a game
Harlan Tikaani
DATE D'INSCRIPTION : 06/12/2015 PSEUDO/PRENOM : Electric Soul MULTICOMPTES : Kayden Elwood & Einar Helgusson MESSAGES : 10689 CELEBRITE : Jon Kortajarena COPYRIGHT : Stolen Paradise & ASTRA METIER/APTITUDES : Conseiller druide | Soigneur & orateur/diplomate TRIBU : Naori POINTS GAGNES : 1113
Admin △ Underneath it's just a game

Intrigue n°10 : diplomacy is a trick - Page 4 Empty Re: Intrigue n°10 : diplomacy is a trick

le Dim 21 Fév 2016 - 22:45
NAORI

Les heures passent, une nouvelle mort au Palais est prononcée et tu ignores toujours comment sauver les Naoris. Les maladies et poisons sont trop nombreux, les symptômes trop génériques pour que tu te fixes sur un unique mal. Et s'il s'agit d'un poison, pourrais-tu vraiment agir ? À chaque heure qui passe, la possibilité de trouver un antidote s'amenuise. Même Ashiri n'a pas pu réellement t'aider. Trop de possibilités s'offrent à toi et sans patient à examiner, tu ne peux prononcer de diagnostic réellement fiable. Ton abattement face à ton impuissance et la maladie qui te frappe de plein fouet te donnent envie d'abandonner. Quelle solution as-tu devant toi ?

Tu as bien pensé à envoyer quelqu'un libérer les Naoris discrètement des cachots, mais quel membre de ta tribu peux-tu envoyer, dont la présence ou l'absence ne paraîtra pas incongrue ? Les gardes vous surveillent et les malades se méfient et épient vos moindres gestes. Et quel Rahjak serait assez fou pour vouloir vous venir en aide ? Tu n'as pas envie de te résoudre, mais ta détermination flanche. Tu as toujours été froidement réaliste, tu as analysé la situation et tu ne vois pas d'issue favorable. La raison, la logique, les négociations ont échoué. Vous êtes trop surveillés pour pouvoir passer sous le nez des gardes. Vous n'êtes pas assez nombreux pour recourir à la force.

Le seul point positif que tu trouves à cette sordide affaire, c'est que la maladie commence à perdre du terrain, comme tu l'avais imaginé au départ. La victoire est amère. Si les Rahjaks avaient été un peu plus patients, vous avaient écouté au lieu de tout de suite penser à un complot, il n'y aurait pas d'innocents de ta tribu enfermés dans les sous-sols rahjaks.

Tu ne supportes plus la chaleur du temple et la méfiance des malades. Un grand nombre de Naoris ont fait part de leur envie de partir et vous vous trouvez en groupe non loin du temple de feu quand une petite troupe se dirige vers vous, au coeur de la nuit. Tu te méfies, craignant des Rahjaks revenus sur leur parole et venus vous embarquer malgré le jour qu'il vous reste, mais tu reconnais l'assemblée les visages des Naoris enfermés. Tes yeux s'écarquillent un peu plus de surprise quand tu vois avec eux Noah Saada et une inconnue, clairement rahjak et aussi clairement mal en point. Quand l'un des Naoris vient s'entretenir avec toi et Paco, te parle de son plan, tu tournes le regard vers la malade. Une princesse Draghsteel. Une otage, une monnaie d'échange. Cela ne fait pas partie des pratiques courantes de ton peuple, mais tu reconnais là un geste astucieux, bien que dangereux. La proposition de simple fuite dans la nuit du jeune Saada est elle aussi sensée, mais vous laissera-t-on si aisément partir ? Quelqu'un s'est-il déjà rendu compte de la disparition de la princesse ? L'alerte a-t-elle été donnée ?

Les paquets ont déjà été préparés par la majorité des Naoris. Vous pourriez partir dès à présent. Et si les chevaux manquent, vous pourrez toujours en prendre quelques uns aux étables et les ramener ensuite. Tu refuses de songer à cela comme un vol. Tu comptes bien les rendre, si tout se déroule comme prévu.

Les Rahjaks guérissent petit à petit. Le sort de ceux qui se trouvent au palais t'importe moins que celui des citoyens. Tu ne serais pas contre te débarrasser du roi. Mais, conscient de votre cargo précieux, tu auscultes rapidement la princesse et les symptômes se précisent un peu plus. Tu prépares rapidement un thé de ta composition, rassemblant plusieurs plantes visant à détoxifier l'organisme et le renforcer. Tu doutes qu'elle guérira dans l'immédiat, mais peut-être au moins pourra-t-il la soulager.

Tu te tournes vers les Naoris assemblés et ta décision est prise. Tu n'as plus envie de rester dans cette cité qui semble vouloir vous recracher à tout prix. Le plan est dangereux et contraire à vos méthodes, et peut-être la maladie te fait-elle délirer mais tu trouves que c'est encore la meilleure solution. Tu aides la princesse à monter sur ton cheval avant de toi-même te mettre en selle.

« Allons-nous-en. »


Spoiler:
696 mots

Harlan est encore plus malade, n'a toujours aucune idée de ce à quoi il a affaire (trop de possibilités) et veut abandonner la cause. Il a examiné les possibilités de sortir les Naoris de là (raison, logique, négociations, recours à la force, fuite en douce, libérer discrètement les Naoris) mais se sachant surveillés, il sait qu'il n'y a pas de réelle solution. Les Naoris songent à partir et se sont déjà préparés. Harlan se trouve non loin du temple de feu quand les kidnappés, Irina et Noah les trouvent. Il écoute la proposition du Naori de se servir d'Irina comme otage et monnaie d'échange au cas où les choses tournent mal et celle de Noah de fuir immédiatement. Il donne un thé détoxifiant à Irina (ça ne la soignera pas mais la soulagera peut-être) et la fait monter sur son cheval. Il prend la décision de quitter la cité rahjak, en gardant Irina pour le moment avec eux.
Invité
Invité
Anonymous

Intrigue n°10 : diplomacy is a trick - Page 4 Empty Re: Intrigue n°10 : diplomacy is a trick

le Dim 21 Fév 2016 - 23:26
Naori
Il fixe ses mains moites, entremêlés, dans la pénombre d'une tente dressée à la va-vite. La sueur roule sur son front comme les inquiétudes dans le fond de sa conscience agitée. C'est un calvaire et c'est un cauchemar et ça n'a pas l'air de vouloir cesser. Il semble qu'il n'y ait rien à faire. Dans les baraques en bordure du palais, les plus faibles vont mieux et se remettent, lentement, du mal qui les a si durement touché. Mais derrière les murs de sable blanc, là où la famille royal complote ses vengeances et ses colères, on continue de mourir à petits feux. Pour des raisons qui échappaient au bon sens. Il y avait sans doute des mystères qui tenaient à ne jamais être révélés.

Paco revenu bredouille du palais sans avoir pu rencontrer Arkship, commence à culpabiliser. Combien des leurs encore subiront les chaines et les boulets à cause de l'impuissance des conseillers ? Du coin de l'œil, il voit Harlan, la fatigue sur son visage, l'épuisement même. L'animiste connait assez son ami et collègue pour savoir que ses tentatives touchent à leurs fins. Ils ne peuvent s'autoriser de partir avant de s'être battu pour la vie de leurs camarades, ils le savent, Rowena ne leur pardonnerait jamais. Mais les jours avaient défilé et les solutions également. Ils arrivaient au terme et Paco ne pouvait le supporter.

La nuit était déjà bien installé sur le campement improvisé lorsqu'ils firent leur apparition. Eux, le visage de ceux qui avaient disparu des jours auparavant. Alerté par le bruit, Paco rejoint Harlan et le petit groupe meneur de l'expédition. Il touche des têtes, caresse des épaules et serre des mains en murmurant ses joies et son soulagement. Les siens étaient de retour. Mais à quel prix ? Il fronça les yeux en apercevant la princesse Drahsteel et en comprenant rapidement la raison de sa présence, se tourna vers le dénommé Noah Saada : "Libère-la."Dit-il de sa voix la plus calme. "Nous sommes des Naoris. Pas des idiots. Libère-la." Il n'osait pas regarder les visages attroupés de peur de croiser un qui n'aurait pas du se trouver ici. Ils avaient encore une chance de libérer la princesse et de faire en sorte que l'évènement passe inaperçu. Un groupe de Naori libérés contre le grés du Roi serait plus facile à négocier que l'enlèvement d'un membre de la famille royale.

Mais contre toute attente, Harlan en décida autrement. Après avoir persuadé la princesse d'avaler un thé de son cru, il lui intima le chemin de sa monture ainsi qu'au reste de la tribu, et Paco comprit assez rapidement que la délégation se dirigeait vers le départ. Alors qu'au palais Rahjaks, on mourrait toujours de symptômes inconnus. "Harlan." Lança Paco en lui emboitant le pas. "Non, s'il te plait. Il faut qu'on reste. Il faut qu'on les aide." Dit-il en désignant le palais dans les obscurités de la nuit. Lui-même n'avait pas la famille royale sous bonne auspice, mais la perspective de les laisser à leur mal n'enchantait pas plus sa gentillesse Naori. Il regarda la princesse embarquer avec un regard paniqué et angoissé. "Tu veux rentrer en guerre ?"Cria t-il un peu plus fort pour alerter les siens. "Tu sais de quoi ils sont capables et tu sais que les nôtres ne le sont pas. Combien de Naoris tu comptes sacrifier à une décision prive à la va-vite ? Ashiri, dis lui !" Mais Harlan est déjà sur son cheval. Harlan a déjà mis la princesse sur son canasson et Harlan est prêt à partir. Et Paco qui ne sait plus quoi faire, se met face à la bête pour l'empêcher d'avancer. Le cheval souffle et l'animiste hurle presque. "HARLAN! Si tu pars, nous sommes en guerre !"


Spoiler:
624 mots.
- Paco s'inquiète de... tout : la maladie au palais qui ne décolère pas, l'impuissance des guérisseurs Naoris, le découragement d'Harlan.
- Lorsqu'il voit la princesse arriver avec les récents prisonniers Naoris, il refuse de la faire prisonnière, bien qu'Harlan ne soit pas de cette avis.
- Il prédit les conflits à venir s'ils emportent la princesse avec eux et refuse de laisser partir la délégation.
Invité
Invité
Anonymous

Intrigue n°10 : diplomacy is a trick - Page 4 Empty Re: Intrigue n°10 : diplomacy is a trick

le Lun 22 Fév 2016 - 1:24
Princesse Rahjak.

Partir. Faire un tour. Ce n'était pas comme ça que vous l'aviez imaginé. Pas sur le dos d'un Naori, avec un Noah à ses côtés. Mais voilà – vous étiez dehors. Vous l'aviez cherché, mais dans tous les scénarios probables, celui-là était inédit.

Ils sortent du palais, loin. Ce n'est qu'à l'approche du Temple que votre corps se réveille, hurle, pour ne pas aller dans cet endroit rempli de malades, rempli de personnes qui n'attendraient que ça. Vous commencez à vous agiter, paniquée. Heureusement pour tout le monde, la troupe s'arrêta assez loin du Temple. Face à d'autres Naoris, puisque vous reconnaissiez les conseillers en chef, bien que n'étant plus très sûre de qui faisait quoi là-dedans.
Vous les entendez discuter de vous comme si vous n'étiez pas là, au mieux, ou comme si vous n'étiez qu'un simple objet. L'un des chef demande votre liberté, mais cela ne semblait pas bien engagé. Vous auriez aimé vous concentrer plus sur ce qu'ils disaient, si votre ventre n'en faisait pas qu'à sa tête. L'air frais améliorait un peu les choses, mais votre stress, votre incompréhension, n'arrangeaient rien. A un moment de leur conversation, il fut question de Noah, le seul qui détonnait dans leur groupe, le seul que vous connaissiez, en qui vous aviez un minimum confiance. On lui demandait de partir. Non, Noah … non. Reste ? Vous n'aviez pas le courage de parler plus, de demander plus. Bien que cela ne vous dérangeait pas trop de rencontrer ces Naoris – vous ne saviez pas encore s'ils allaient pouvoir vous être utile, mais ça semblait plutôt bien engagé – ils n'avaient pas idée de l'importance de Noah ici, avec vous. Il pouvait être la solution. Le tampon entre vous et le reste d'entre eux. Même si peut-être qu'il était à la source du problème.
L'un des pseudos-chef Naori fit un rapide tour sur votre état de santé, étant visiblement plus au courant que vous de certaines choses qui se déroulaient dans la cité. Vous lui parlez de vos maux de ventre, de votre faim. Et tombez amoureuse quand il vous fait un thé.

Le reste se déroule vite. Trop vite. Quelques paroles en l'air et voilà que les pseudos-chefs s'emportent. Aider encore, ou partir. Lasse, faible, vous restez fidèle à vous-même quand, cynique, vous répondez à celui qui propose de soigner le reste du monde. Bah … au pire, ils meurent.
Puis quelqu'un va va chercher des chevaux. Non, non, non. Vous n'avez pas signé pour ça. Pour faire la discussion aux Naoris, ok, pas de soucis, mais quand vous comprenez que vous devez actuellement monter sur le cheval … vous devinez que ça ne va pas être pour vous ramener au palais. La seule autre solution qui se profile … ne vous plaît pas du tout. Vous n'avez pas le choix. Mais ça ne vous empêchera pas d'exulter. Vous ne saviez pas ce qu'il y avait derrière ces murs, derrière les horizons de sable. Vous ne savez pas, et y aller avec des purs inconnus, ça ne vous semblait pas être une bonne idée. D'ailleurs, le nounours pensait aussi que c'était une mauvaise idée, incluant sans doute une future guerre. Sautant sur l'occasion de comprendre un peu mieux ce qu'il se passait, vous répondez : Je ne sais pas comment votre peuple a été mis au courant de cette maladie. Ce que je sais, en revanche, c'est que le roi n'aurait pas levé le petit doigt pour vous aider, si la situation était inversée. Si vous étiez aussi docile cette nuit, c'est que d'un côté, vos chances de survie n'étaient pas forcément pires avec eux, que seule dans le palais. Vous n'aviez jamais eu l'audace ou l'occasion de partir. Puisque cela signifiait sans doute renoncer à revoir la cité, un jour. Or, cette nuit, il vous semblait que vos certitudes se fissuraient. Vous n'aviez aucune idée de ce qu'il vous attendait, là-bas, mais vous en étiez arrivée au point où cela n'avait plus d'importance. Lançant un regard vers le Temple de feu, la vérité se faisait grave dans votre voix, votre ventre : En guerre ? En guerre contre qui, au juste ? - Oh, et vous avez pas à manger ?


HJ:
698 mots par là  Intrigue n°10 : diplomacy is a trick - Page 4 941065769 Intrigue n°10 : diplomacy is a trick - Page 4 2479568514
Elle est tellement au bout de sa vie qu'elle en a plus rien à faire de ce que les Naoris lui font ou presque, tant que y'a de la bouffe Intrigue n°10 : diplomacy is a trick - Page 4 1360497918
Puis elle crache un peu sur tonton le roi au passage  Intrigue n°10 : diplomacy is a trick - Page 4 407818960
Invité
Invité
Anonymous

Intrigue n°10 : diplomacy is a trick - Page 4 Empty Re: Intrigue n°10 : diplomacy is a trick

le Lun 22 Fév 2016 - 23:25
RAHJAK / NAORI

Tu marches dans les couloirs du palais. Tu ne penses à rien qui puisse te distraire, aucune morte ne vient hanter tes pensées, c’est faux. Il faut juste marcher, accélérer le rythme, tu es en retard. Tic toc, le peuple des arbres est-il déjà mort ? Tu parviens à te mêler aux autres gardes sans difficulté, bien que tu ne sois normalement pas autorisé au palais, mais ils ne voient pas au-delà de ton uniforme. La situation est trop tendue et en sous-effectif pour cela. Comme prévu, tes camarades ne savent pas refuser une lampée d’alcool à la touche Jezabel, les plongeant dans un sommeil dont la belle au bois rêverait.

Les clés en mains, les Naoris présents n’hésitent pas longtemps à te suivre. Pourquoi faire ça ? Pourquoi pas ? Tu es déjà traître et le sang dégouline de tes mains. Un peu plus ou un peu moins, qu’y avait-il en jeu, si ce n’est ta tête ? D’un geste, tu intimes le silence alors que vous commencez le long périple. Tu remercies silencieusement Irina pour t’avoir montré malgré elle les passages étroits réservés aux servants. Tu manques d’ailleurs de t’étrangler quand tu vois Naori trop zélé la prendre en otage sans que tu ne puisses esquisser le moindre geste. Est-ce que ce peuple n’était pas supposé être plus intelligent et altruiste que les autres ? Mais tu ne pouvais plus rien faire, provoquer un argument au milieu du palais était trop risqué. Tu continues donc à les guider jusqu’à la sortie, et finalement, vous arrivèrent auprès des leurs.

Tes nerfs ne se relâchent pas. Les oreilles de cette cité ne dorment jamais, et les Rahjaks n’auraient pas laissé les Naoris sans surveillance. Tu leurs dis de fuir maintenant tant qu’ils le peuvent encore, mais quelque chose les retiens. Ils ne savent que faire d’Irina, ils ne considéreraient quand même pas … Un homme (Paco) vint confirmer le doute en te réclamant la liberté de ton amie, sans doute confus de ta position dans l’affaire. Tu étais Rahjak, donc un être méprisabe, n’est-ce pas ? Tu comprenais ce point de vue, le partageant souvent. Mais tu commençais également à douter de la fameuse non-stupidité de son peuple.

Ton regard surveillait Irina de près alors qu’elle te demandait de rester, plus faible que tu ne l’avais jamais vu, à peine rassuré par le thé que le guérisseur lui offre. « Je vais la ramener au palais, vous partez. » Tu lui réponds. Que les choses s’arrêtent ici. Mais évidemment, elles ne firent que s’envenimer. Tes doigts massent tes tempes, désespéré devant l’échange illogique qui ne reposait que sur la fièvre d’un seul homme. Le plus sensé prit la défense de ton peuple, encore plus optimiste que toi sur leur futur. Pendant qu’ils argumentaient, tu attrapas la main de la princesse déjà disposée sur le cheval, marquant ton lien avec elle. Elle ne part pas, c’est tout. Bon d’accord, tu voulais surtout qu’elle arrête d’aggraver son cas. « Princesse, tais-toi donc et mange ça. » Tu lui sors un bout de pain presque rassit du fond de ta poche, sa royauté devra faire avec. Tu lèves alors les yeux vers leur chef (Harlan) qui semblait déterminé à prendre la mademoiselle avec lui. « Écoutez votre ami, vous avez trop peu de temps pour décider et trop d’enjeux pour mal le faire. Vous n’avez pas besoin d’elle, pas de cette façon, elle ne fera que vous ralentir. On sait tous que mon peuple est légèrement impulsif, que pensez-vous qu’il se passera si vous prenez leur princesse ? Irina a du pouvoir sur le peuple mais aucun sur son oncle, il ne ralentira pas ses troupes pour elle, croyez-moi. Et pourtant, vous lui donnerez l’excuse qu’il désespérait d’obtenir pour une belle guerre avec les Naoris. » Le choix était à lui maintenant, un seul homme pour le destin de deux peuples. Tu cherches ensuite Paco des yeux. « Si vous pensez mon peuple encore digne d’être sauvé, laissez derrière vous vos potions. Les plus malins seront en faire bon usage. Merci. »

Spoiler:
- 695 mots
- Noah sort les Naoris de prison, les ramène auprès des autres.
- Il donne du pain à Irina
- Il n'est pas d'accord avec le kidnapping improvisé et essaie de convaincre Harlan.
- Il remercie Paco de toujours s'inquiéter pour les siens.
Invité
Invité
Anonymous

Intrigue n°10 : diplomacy is a trick - Page 4 Empty Re: Intrigue n°10 : diplomacy is a trick

le Mer 24 Fév 2016 - 13:23
Couldn't stop caring
rahjak

It’s all for you, you get the change and I give the truth. It’s all for you, take it to depths they never knew. I couldn’t stop couldn’t stop stop caring. Shot down. She’s coming like a hurricane. Shot down. She’s in love with the pain. ✻✻✻ Shell vacille, bien plus faible qu'elle ne pensait, qu'elle ne l'aurait souhaité. Manquant tomber, quelqu'un la rattrape alors. Noah. Toujours lui. « Il faudra que tu acceptes de ne pas être invincible, un jour. » Tentant de le carboniser du regard, Shell grogna, acceptant cependant l'aide du brun. L'amenant à l'abri du passage, Shell finit par s'appuyer contre une colonne, sentant son corps tanguer sous son poids. Il tente de la rassurer, avant de disparaître dans la foule. Le regardant s'éloigner, Shell ferme alors paupière, voulant trouver repos un instant.

[...]

Combien de temps est-elle restée inconsciente, voulant prendre quelques minutes de repos avant de retrouver Zoran? Elle ne sait. Beaucoup trop, visiblement. Une cacophonie monstre régnait tandis que la blonde commençait à reprendre des forces, quoique encore faible. Sa tête lui faisait moins mal, et elle dut se faire violence pour admettre qu'elle s'était évanouie et avait dû recevoir des soins. Foutue compassion. Elle en était certaine, elle aurait seulement eu besoin d'un peu de repos, son corps étant plus fort que n'importe quelle maladie. Foutaises et mauvaise foi, l'ex-mercenaire se releva tout de même, cherchant à comprendre ce qui se passait. Quelqu'un murmura les mots rébellion, les mots poison et palais. Ses pensées fusèrent alors vers un même nom: Irina. Était-elle seulement en sécurité? La rancœur de Shell était grande, son mauvais caractère aussi, mais même si sa sœur adoptive n'avait déversé que poison à son égard, la rabaissant constamment, Shell ne put s'empêcher d'espérer qu'il ne lui arrive rien. Rien de mortel, du moins. Pas une seule pensée pour le roi, car il était pour elle inconcevable que celui-ci puisse périr un jour. C'était comme s'il avait toujours existé, la blonde ignorant tout de cet assassinat qu'il fomenta, tuant par là même son père adoptif, ainsi que sa mère. Si seulement elle savait... Ses pensées allèrent bien vite à Demyan, Shaë également, quoique sûrement en sécurité, puis Zoran. Le garçon était toujours enfoui là, quelque part dans la foule. Où était Noah? Disparu, lui aussi. Sans doute avait-il laissé l'enfant. Raison de plus pour accélérer le pas. Elle l'aperçut alors. Muselée de soulagement, la blonde s'accroupit. « Ça va? » Les yeux se perdant alentour, elle tentait de comprendre ce qui se passait, déboussolée. C'est alors qu'elle entend une voix s'élever, racontant que la princesse a été kidnappée. Lançant un regard entendu à Zoran, la blonde se relève. « Ne perdons pas de temps. »

[...]

Rassemblant quelques hommes en hâte, elle quitta alors le temple. Elle ne savait pourquoi elle faisait ça. Peut-être par loyauté, peut-être par désespoir. Consciente qu'elle n'était que chien, elle guida cependant la petite troupe hors de ces murs. Elle n'était pas au meilleur de sa forme, mais sa tête s'était enfin un peu calmée. Les quelques jours de repos lui avaient fait du bien, sans qu'elle ne veuille l'admettre. C'est alors qu'une petite voix en provenance des toits la surprit. Lui indiquant de la suivre, la jeune Shaë avait tout vu. Elle avisa alors les silhouettes indécises des Naoris, ainsi que celle de Noah - que fichait-il ici - elle accéléra le pas. Elle se rendait bien compte qu'elle n'avait rien suivi des derniers évènements, se remémorant seulement cette foule malade avant de sombrer dans l'inconscience. Peu importe, on ne touchait pas à la famille royale sans devoir passer sur leur garde du corps. Aussi la blonde n'hésita pas à marquer leur entrée. « Vous allez quelque part? » roucoula-t-elle, un sourire perfide aux lèvres. Quoi qu'ils aient en tête, ils n'avaient décemment plus le temps d'établir de plan d'attaque. Qu'ils tentent seulement de fuir et elle se ferait un malin plaisir à faire basculer le cheval de la princesse et son agresseur d'un fluide coup de fouet. Et pas seulement pour entraver le dit Naori, mais pour le plaisir de voir la brune goûter à ce sable qu'elle répugne. Les renforts étaient arrivés.


Spoiler:
(700 mots)  Intrigue n°10 : diplomacy is a trick - Page 4 Fresse
-Noah rattrape Shell, mal en point qui s'évanouit peu de temps après, succombant au mal
-Les choses se corsent dans la cité tandis que Shell se fait soigner, inconsciente
-Quand elle se réveille, à demie rétablie, elle va vers Zoran, tentant de comprendre la situation
-En entendant parler du kidnapping d'Irina, elle rassemble quelques guerriers (libre à vous de venir) et part à la poursuite des Naoris
-Guidée par Shae, elle interrompt le petit échange, déterminée à repartir avec la princesse

✻✻✻
CODES ©️ LITTLE WOLF.
Invité
Invité
Anonymous

Intrigue n°10 : diplomacy is a trick - Page 4 Empty Re: Intrigue n°10 : diplomacy is a trick

le Mer 24 Fév 2016 - 23:47
RAHJAK


Il ne s'était pas senti au mieux de sa forme et avait fini par s'abandonner dans un sommeil profond. Il ne sut combien de temps cela avait duré, mais lorsqu'il ouvrit les yeux, il sentit que son corps allait mieux. Certes, il était toujours fort affaibli, mais quand il essaya de le faire, il réussit à se mettre debout, et à faire quelques pas de long en large. Finalement, avec l'aide des Naoris, il était parvenu à se remettre de ses douleurs. Cependant, il entendit bien vite les nouvelles se propager parmi les habitants qui étaient toujours réunis dans le Temple. On parlait de personnes décédées par la maladie, et de bien d'autres rumeurs qui semblaient bien sombres. Le jeune homme s'en inquiéta, sans exactement savoir de quoi il en relevait vraiment. Il se rassit ensuite, mais le regard droit et la tête parfaitement dressée, pas comme lors de son arrivée, ce qui lui plut énormément. Il fut d'autant plus heureux en voyant le visage familier de Shell arriver vers lui. Elle avait l'air de s'être remise elle aussi de la maladie, tout comme une bonne partie des malades, au faite. Ils étaient certes affaiblis, mais c'était bien moins alarmants que lors des premières manifestations de la maladie. Finalement, ils s'en sortiront. Elle lui demanda s'il allait bien. Il lui répondit par un sourire, franc cette fois et non juste pour la rassurer.

-Ça va beaucoup mieux.

A peine s'étaient-ils retrouvés qu'une voix s'éleva dans les rangs des malades, annonçant que la princesse avait été enlevée. Zoran croisa le regard de sa mentor, qui lui montra toutes ses intentions sans même qu'elle ne le lui dise. Sans attendre une seconde de plus, il se releva, et suivit la femme à la crinière de lionne, loin du temple. Il était temps, il avait besoin de se dégourdir les jambes.

Il ne savait pas exactement de quoi cela traitait, et à vrai dire, il n'était pas vraiment un partisan de la famille royale. A vrai dire, seule Shell le motivait vraiment à s'y rendre, puisqu'il préférait avoir un œil sur sa petite famille plutôt que de rester en arrière. Les pratiques du roi n'étaient pas pour lui plaire, loin de là, lui qui était d'ailleurs un esclave en fuite. Mais il ne se soucait guère de son statut à cet instant précis, et il songea même qu'à l'heure actuelle les gardes n'en auraient que faire de cette information. D'autant plus que Pom se joignait à leur petit groupe, elle qui avait pu être au courant de tout, ce qui ne le surprenait pas, elle qui était la plus maline des trois. Ils se retrouvèrent bientôt face aux fugitifs et à la princesse. Les Naoris avaient l'air de ne pas savoir sur quel pied danser, et la princesse semblait ne pas être dans un bon état. Il y avait aussi Noah, l'homme qu'il avait brièvement vu quelques jours plus tôt, à sa grande surprise. Il demeura silencieux, laissant Shell prendre les commande, près à défendre sa mentor si les choses allaient mal, bien qu'il était loin de le désirer, lui qui n'avait rien contre les Naoris, qui étaient venus avec de bonnes intentions, au départ...

Spoiler:

532 mots.

Zoran se réveille et se sent beaucoup mieux. Shell le rejoint ensuite, puis il la rejoint dans son sauvetage de princesse en détresse. Il est prêt à défendre Shell et Shaë, bien qu'il n'a pas très envie de se battre contre les Naoris.


Dernière édition par Zoran Saleh le Jeu 25 Fév 2016 - 23:10, édité 1 fois
Admin △ Underneath it's just a game
Harlan Tikaani
DATE D'INSCRIPTION : 06/12/2015 PSEUDO/PRENOM : Electric Soul MULTICOMPTES : Kayden Elwood & Einar Helgusson MESSAGES : 10689 CELEBRITE : Jon Kortajarena COPYRIGHT : Stolen Paradise & ASTRA METIER/APTITUDES : Conseiller druide | Soigneur & orateur/diplomate TRIBU : Naori POINTS GAGNES : 1113
Admin △ Underneath it's just a game

Intrigue n°10 : diplomacy is a trick - Page 4 Empty Re: Intrigue n°10 : diplomacy is a trick

le Jeu 25 Fév 2016 - 22:42
NAORI

La fatigue t'étreint, la migraine hurle entre tes tempes. Tu aimerais simplement pouvoir partir, ramener les tiens en sécurité dans ta tribu et enfin laisser derrière toi ce peuple au coeur aussi aride que le désert qu'ils ont choisi. Tu en as assez, et c'est peut-être cette lassitude, cet éreintement qui te pousse à prendre des décisions trop hâtives mais qui font sens, selon toi. Oui, c'est dangereux. Oui, c'est contraire au mode de pensée naori. Mais le pacifisme à outrance peut vous nuire, à vous emprisonner dans une façon de penser trop étroite.

Peut-on te blâmer de songer à d'autres solutions ? De penser de façon réaliste ?

Mais tu es apparemment le seul à songer ainsi. Paco te regarde avec frayeur, et tu te rends un peu plus compte de la fracture qui s'est opérée entre vous il y a des années de ça. Un instant, tu oublies qu'il s'agit de ton ami. Tu ne le vois que comme un obstacle, un critique de plus. Et quand il se met devant ton cheval, te bloque le chemin, te hurle que tu commets une erreur, tu vois rouge.

« Me crois-tu complètement irréfléchi ? Complètement fou ? » assènes-tu d'une voix glaciale. « Je ne veux pas d'un conflit, mais les Rahjaks cherchent la guerre depuis toujours. Même en cherchant à l'éviter, elle viendra frapper à nos portes, un jour ou l'autre. Et je préfère que ce soit en mes propres termes que par le biais d'un mensonge. » Tu serres les rênes entre tes doigts. « J'ai soigné ceux qui méritaient d'être soignés. Le reste est au temps, au repos et, si Gaïa le veut, au bon sens des sorciers. J'ai fait ce que je suis venu faire : j'ai la conscience tranquille. »

Mais quand tu vois Noah saisir la princesse par la main, faisant signe qu'il refuse de la laisser partir, tu hésites. Kidnapper n'est pas dans tes habitudes, Gaïa t'en garde. Mais quelle garantie as-tu que les gardes ne vous assassineront pas dès que vous chercherez à franchir les portes ? Tu ne comptes pas garder la princesse en otage longtemps, juste assez pour vous permettre de quitter la cité en sécurité.

« Je ne compte pas vous voler votre princesse bien longtemps, elle retournera en sécurité vers vous dès que nous serons sortis de la cité. » Tu tournes le regard vers Paco à cette dernière remarque avant de revenir vers Noah et reprendre, le ton cru, amer. « Votre peuple nous accusera de toute façon. Il ne verra pas les malades guéris par nos soins. Il ne verra que les morts que nous n'avons pas pu sauver. Il ne verra que les empoisonnés desquels nous ne sommes aucunement responsables. C'est plus facile d'accuser la tribu étrangère que chercher l'ennemi qui se trouve dans vos murs. »

Tu es prêt à passer outre le barrage offert par Paco et continuer ton chemin, quand une voix sort des ombres et t'arrête. Tu reconnais l'accent rude et l'attitude, l'accoutrement de la femme la désignent clairement comme un danger à tes yeux.

Tes plans sont contrecarrés. Malgré les propos alarmistes des autres, tu ne veux pas d'une guerre – tu veux simplement faire rentrer les tiens en sûreté. Rapidement, tu avises, trouves une excuse. Tu te redresses légèrement en selle et t'adresses calmement à la Rahjak, ne trahissant pas les intentions que tu avais encore quelques secondes auparavant. Tu espères ne pas paraître aussi épuisé que tu l'es, tant physiquement que mentalement.

« Nous allions simplement reconduire la princesse au palais. Monsieur Saada... » Tu coules le regard vers Noah, priant pour qu'il coopère. « ...pensait que je pourrais plus facilement soigner la princesse en personne, étant donné que je n'ai pu me rendre au palais moi-même et observer les patients pour rendre mon diagnostic. » Tu promènes ton regard sur les autres Naoris avant de fixer à nouveau la mercenaire. « Certains des miens allaient simplement rentrer. Les malades du temple commencent à guérir et il n'est guère nécessaire de rassembler la majorité de nos soigneurs ici. Vos malades se remettront naturellement dans quelques jours, pourvu que les sorciers continuent de leur prodiguer les soins nécessaires. »



Spoiler:
700 mots c'était dur, gosh

Harlan est épuisé et veut utiliser Irina comme garantie de pouvoir quitter la cité rahjak sans que les Naoris ne se fassent assassiner par des gardes.
- Il répond vertement à Paco et à Noah, estimant avoir fait le nécessaire pour les Rahjaks et persuadé que, de toute façon, ils trouveront le moyen de blâmer les Naoris pour tout, que les Naoris prennent Irina avec eux ou non.
- L'arrivée de Shell contrecarre les plans de Harlan et il avise, déclarant qu'ils comptaient escorter Irina au palais et qu'elle avait simplement été amenée par Noah jusqu'à Harlan pour qu'il puisse la soigner (n'ayant lui-même pas pu se rendre au palais et diagnostiquer les malades empoisonnés). Par la même occasion, il déclare les Rahjaks en voie de guérison et estime inutile qu'autant de soigneurs naoris restent sur place, trouvant ainsi une excuse pour faire sortir les Naoris de la cité.
Invité
Invité
Anonymous

Intrigue n°10 : diplomacy is a trick - Page 4 Empty Re: Intrigue n°10 : diplomacy is a trick

le Ven 26 Fév 2016 - 22:06
Princesse Rahjak.

Vous roulez des yeux, quand Noah affirme vous ramener au palais, car ce n'était pas aussi simple que cela. Votre corps affamé n'opposait aucune résistance à quiconque, certes, et vos pensées étaient peut-être encore un peu embrumées, mais vous saviez que ce n'était pas aussi simple. Au moins, le contact de sa main vous rassurait, et plus encore quand il vous donna un morceau de pain. Ce n'était pas le grand luxe, mais ça avait le mérite d'être comestible. Ou presque.
Et ensuite, un blabla infernal commença. Vous étiez là, et pourtant invisible, à croire comment ils se passaient de votre avis, tout en débattant de votre sort. Vous aviez tout le loisir d'entendre – et de feindre d'ignorer – ces hommes qui parlaient de vous comme … d'un morceau de pain, au pire, d'une statue, au mieux. Vous n'étiez, encore une fois, qu'un outil. Qu'un instrument, pour aider les uns ou les autres. Celui qui s'appelait Harlan ne se privait pas, ayant visiblement besoin de vous … juste comme une clé pour sortir de la cité. Malades, empoisonnés … S'il voulait votre avis, ça ne datait pas de quelques jours, ces deux symptômes, dans la Grande Cité. Il y avait bien des années que le Mal sévissait, sans que cela n'inquiète personne.

Au moins, cette conversation quelque peu agaçante fut coupée par l'arrivée, presque royale, de Shell – suivie par quelques autres individus, sans doute malades jusqu'à la moelle. Visiblement, elle voulait être mise au courant de la situation, mais vous ne saviez pas encore si elle l'approuvait ou non.
Parce que vous étiez là, sur un cheval, de nuit, à manger un bout de pain rassis, entourée de Naoris … et il n'y avait pas encore de morts. Allez dans leur tribu, là où vous n'aviez encore jamais mis les pieds … l'idée vous allait, après cette semaine de privation. Après cette semaine passée à idéaliser l'idée d'une mort brève pour votre peuple, pour votre oncle, pour votre stupide paranoïa.
Mais vous éclatez de rire quand, à son approche, Harlan décide de simplement vous rendre au palais. Soudainement, vous étiez devenue une malade à aider, et Noah son plus fidèle allié. Et j'ai le droit de donner mon avis quand, là-dedans ? Vous vous étiez retournée vers le Naori, tout en lançant un regard à Noah, mais également du côté de Shell et de sa troupe. Il n'y avait bien que Shell pour profiter de tout ce spectacle à sa juste valeur, alors que le pain rassis, et les délires Naoris, vous restaient coincés en travers de la gorge. Dommage pour la rousse (Astrid) que vous voyiez, complètement endormie, un peu plus loin. Elle ne savait pas ce qu'elle manquait. Alors, je suis quoi ? Un trophée, un moyen d'assurer la sécurité de ton peuple ? Un objet, une victime ? Victime d'une maladie, victime de votre oncle, peut-être … mais certainement pas une victime d'un drogué Naori. Dommage que vous n'étiez pas convenablement apprêtée, parée, mise en lumière. Les effets dramatiques se perdaient, coincée sur un cheval dans une position … abstraite. Mais s'ils pensaient vous manipuler à leur guise … Ils n'allaient pas être déçus du voyage.
Si je pars de mon plein gré, alors il n'y a plus de débat ? Vous pourrez partir d'ici, et mon oncle ne pourra rien y redire. … Techniquement. Le truc, avec cette cage dorée dans laquelle vous viviez, c'était que votre oncle était celui qui gardait précieusement les clés. Je n'y retournerai pas ... Votre voix était plus cassée que vous ne l'auriez voulu. Car votre corps était encore faible, et cela se ressentait dans votre ton. Pas en tant que princesse. Votre regard sur Shell ne laissait aucune place au doute. Vous en aviez déjà trop dit. A trop de monde. Alors peut-être que vous partiriez au fin fond des bois. Peut-être que vous allez achever le roi. Peut-être que vous mourrez en essayant, ou passerez le reste de vos jours dans un cachot. Peut-être enfin, qu'ils allaient tous vous prendre pour complètement folle et aliénée, mais vous aurez essayé. Vous aviez déjà trop attendu.

HJ:
Irina attention whore Intrigue n°10 : diplomacy is a trick - Page 4 Fresse
684 mots !
Irina en a marre qu'on parle d'elle comme si elle était pas là Intrigue n°10 : diplomacy is a trick - Page 4 1528644579 Harlan prend un peu cher et Astrid fait tapisserie Intrigue n°10 : diplomacy is a trick - Page 4 484338566
Du coup tapez 1 : elle part avec les Naoris vivre à poil dans la forêt Intrigue n°10 : diplomacy is a trick - Page 4 3015447154
tapez 2 : elle tente de tuer son oncle pour devenir gueuse ou reine Intrigue n°10 : diplomacy is a trick - Page 4 1584349879
jet'aimegm Intrigue n°10 : diplomacy is a trick - Page 4 484338566
Game Master
DATE D'INSCRIPTION : 28/05/2014 PSEUDO/PRENOM : Le Grand Manitou MESSAGES : 2486 CELEBRITE : Nobody POINTS GAGNES : 285
Admin

Intrigue n°10 : diplomacy is a trick - Page 4 Empty Re: Intrigue n°10 : diplomacy is a trick

le Sam 27 Fév 2016 - 0:00
Keep your friends close
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]



Le dilemme reste entier mais face à la menace réelle que représentent les mercenaires et les gardes, les Naoris décident de libérer la princesse, certainement à contrecœur pour certains. Les paroles du conseiller druide (Harlan) semblent porter leur fruit et Irina est remise aux mains de ses gardes du corps qui n'auront qu'à s'occuper de son cas ; ce qu'ils font avec plaisir en la ramenant dans ses appartement, avec ou sans son accord. Si la princesse oppose une trop forte résistance ou alerte, ses gardes n'hésiteront à employer les grands moyens pour la rendre docile ou la faire taire. Pendant ce temps, le peuple de la forêt profite de l'obscurité pour quitter cette cité maudite avant que le palais ne s'aperçoive de leur départ. Heureusement pour eux, la maladie a affaibli bien trop de citoyens Rahjaks pour qu'ils songent à leur courir après pour le moment. Quant au poison, il s'évacue peu à peu de l'organisme de celles et ceux qu'il n'a pas tués. La cité de Feu survivra.

Deux jours après le départ des Naoris, ceux-ci arrivent enfin au sein de leur tribu. Sans attendre, ils rassemblent leur peuple et font un compte rendu détaillé de ce qu'il s'est passé dans le désert. Y a-t-il un risque de guerre ? Est-il judicieux de continuer d'aider leur tribu sœur ? Tant de questions qui traversent les esprits et animent les cœurs.

Du côté des Rahjaks, les derniers symptômes de la maladie disparaissent peu à peu, comme les Naoris l'avaient prédit. Pourtant, certains continuent à mettre ça sur le compte de leur départ. S'ils vont mieux, c'est que ces hommes de la forêt ne sont plus là pour les empoisonner, voilà ce que certains disent. On murmure dans la cité que le roi va mieux et que des choses se préparent dans le palais, mais le mystère reste entier.





Sixième (et dernier!) tour de jeu




IRL : du vendredi 26 février au vendredi 4 mars 2016
IRP : du 30 au 01 février 2116

Les Naoris : Voilà deux jours que vous avez quitté les Rahjaks. Vous êtes au cœur de votre tribu, en plein rassemblement et vous discutez de ce qu'il s'est passé ainsi que des possibilités d'avenir. Que pensez vous du comportement des hommes du désert ? Que s'est-il passé dans le palais ? Que pensez-vous des menaces proférées par les gardes ? De ceux qui vous ont aidé ?
Ecrivez NAORI en gras au début de votre message.

Les Rahjaks : Les Naoris sont partis depuis deux jours et ceux qui étaient encore malades voient leurs symptômes diminuer peu à peu, comme ils l'avaient prédit. Au palais, le poison se dissipe de l'organisme de ceux qui n'y ont pas succombé. Vous retrouvez vos proches dans le temple, dans les rue, chez vous et vous discutez de ce qu'il s'est passé. Était-ce la faute des Naoris ou non ?
Ecrivez Rahjak en gras au début de votre message.

• Rappelez-vous : vos messages peuvent compter jusqu'à 700 mots. N'oubliez pas le résumé sous spoiler.

• Game Master et tout le staff vous remercie d'avoir fait vivre cette intrigue. On vous fournira bientôt un questionnaire à ce sujet afin que vous puissiez nous donner votre avis. En attendant, profitez de ce dernier tour de jeu ! Intrigue n°10 : diplomacy is a trick - Page 4 2215546156  

Admin △ Underneath it's just a game
Harlan Tikaani
DATE D'INSCRIPTION : 06/12/2015 PSEUDO/PRENOM : Electric Soul MULTICOMPTES : Kayden Elwood & Einar Helgusson MESSAGES : 10689 CELEBRITE : Jon Kortajarena COPYRIGHT : Stolen Paradise & ASTRA METIER/APTITUDES : Conseiller druide | Soigneur & orateur/diplomate TRIBU : Naori POINTS GAGNES : 1113
Admin △ Underneath it's just a game

Intrigue n°10 : diplomacy is a trick - Page 4 Empty Re: Intrigue n°10 : diplomacy is a trick

le Dim 28 Fév 2016 - 12:23
NAORI


Tu attends anxieusement la réaction des Rahjaks. Ou ils acceptent le stratagème – en est-ce vraiment un, d'ailleurs ? tu comptes respecter ta parole, même si le changement te plan n'était pas prévu – ou c'en est fini de toi et des tiens. Peut-être aurais-tu réellement dû fuir tant qu'il était temps et compter sur la chance, sur la parole d'un Rahjak que tu connais à peine. Ta garantie s'est retournée contre toi et quand la princesse ouvre la bouche pour exprimer son opinion, elle manque de réduire à néant tes efforts. Tu t'efforces de rester calme tandis qu'elle révèle tes propos et que tu peux voir tout son mépris dans son regard. Tu as envie de la faire taire mais tu ne le peux pas. Et tu ne peux pas la blâmer, pas vraiment, parce qu'elle n'était réellement qu'un élément, qu'un outil, dans ton mode de pensée mais tu aimerais juste...qu'elle se taise. Tu pries Gaïa pour que les gardes ne prennent pas compte de ses propos. Cela t'étonne qu'elle puisse vouloir volontairement vous suivre mais, après tout, tu ne sais rien d'elle, elle n'est que la nièce du roi et tu ne l'as jamais rencontrée personnellement auparavant. Tu es cependant trop préoccupé par le destin de ton peuple pour te soucier réellement de son avenir à elle. Elle sera gagnante dans les deux cas, ta tribu n'ayant jamais mal traité quiconque. Mais vous...vous, vous pourriez perdre la vie pour avoir osé porter la main sur le sang royal rahjak, même si l'idée ne venait même pas de toi, au départ.

Quand les gardes semblent accepter tes explications, tu leur remets la princesse sans broncher. Le plan a changé, certes, mais tu t'adaptes. Tout ce que tu veux, c'est rentrer chez toi, avec les tiens, en sécurité et pouvoir peut-être enfin guérir toi-même. Vous profitez de leur départ pour quitter la cité au coeur de la nuit. La fuite est lâche et te laisse un goût amer, toi qui détestes reconnaître avoir tort ou plier, mais tu tâches de passer outre. Les vies naories comptent davantage que ton ego blessé.

Le trajet du retour est long, fatiguant, et l'atmosphère est lourde. Vous savez tous que cette visite aura probablement des répercussions – et connaissant les Rahjaks, tu doutes qu'elles soient positives. Quand, deux jours après avoir quitté la Cité de Feu, tu retrouves l'arbre de vie et la neige, tu es presque soulagé. Tu es toujours malade, le stress et le voyage ne t'ayant pas aidé à aller mieux, mais la vue familière du village rend ton coeur moins lourd. Cependant, vous ne pouvez pas perdre de temps et, une fois tout le village rassemblés, vous relatez tout ce qui est arrivé dans la cité rahjak. Tu ne caches pas les troubles que vous avez pu rencontrer dans le temple, l'incarcération de plusieurs Naoris en contrepartie d'un antidote ou le plan risqué – et raté – de se servir de la princesse comme garantie de libre passage.

« Leurs malades sont soignés ou en voie de guérison. » finis-tu d'expliquer, avant de te lancer dans la partie délicate. Que va-t-il se passer maintenant ? « Mais la famille royale a été empoisonnée et il est possible que les Rahjaks nous en fassent porter la responsabilité. Nous n'avons pas toujours été bien reçus parmi eux et certains nous soupçonnent d'avoir aggravé leur cas et cherché à leur nuire. » Tu prends une inspiration avant d'ajouter : « Il est possible que la guerre vienne frapper à nos portes. »

Tu fixes ces visages, traversés par une myriade d'émotions. Toi, tu es juste...fatigué. Tu aimerais que le monde cesse de tourner, ne serait-ce que pour quelques heures ou quelques jours. Ne pas devoir craindre un possible conflit imminent.

« Nous allons devoir songer à l'avenir de nos relations avec la Cité de Feu. Et déterminer s'il est encore possible pour nous de garder des relations pacifiques avec les Rahjaks. »



Spoiler:
654 mots

- Harlan a juste envie de faire taire Irina quand elle commence à révéler ses plans mais est soulagé quand les gardes semblent accepter ses explications.
- Les Naoris fuient la cité rahjak en pleine nuit et rentrer à l'arbre de vie deux jours plus tard. Harlan est toujours malade.
- Les Naoris de retour expliquent ce qu'il s'est passé à la Cité de Feu. Harlan déclare qu'une guerre est possible et qu'il va falloir penser aux futures relations avec les Rahjaks. Lui, est juste trop crevé pour réfléchir à tout ça et a franchement juste envie que le monde cesse de tourner pendant quelques heures ou quelques jours.
Invité
Invité
Anonymous

Intrigue n°10 : diplomacy is a trick - Page 4 Empty Re: Intrigue n°10 : diplomacy is a trick

le Mer 2 Mar 2016 - 10:21

RAHJAK
(avant le départ des Naoris..)

Seule sur son maudit toit, Shaëryn constatait l'augmentation des malades, et des morts également. La nouvelle de deux décédés au palais ne resta pas silencieuse bien longtemps. Parfois Pom changeait de toit, retourner sur le terre ferme, mais la plupart du temps elle restait perchée dans les hauteurs, craignant d'attraper la maladie en restant trop près des malades. De toute façon, Shell lui avait ordonné de quitter cet endroit contaminé qu'était devenu le temple. Un nid à bactéries qui vous plonger petit à petit dans le sommeil puis couper votre respiration au fil des jours. Shaë avait les yeux embuées en pensant à Zoran qui était encore coincé là-bas, et également à Shell. Titouf lui toujours introuvable. La rouquine se rendit compte à quel point les membres de sa famille recomposé étaient importants dans sa vie et quel ne pourrais pas avancer sans eux. Les jours passèrent.

[..]

Elle s'ennuyait l'adolescente, alors elle ne pouvait que surveiller de ses yeux vert ambre les mouvements ralentis de la ville. Ayant une belle vue sur le temple puis sur le palais ainsi que sur la rue principale de la cité, Shaëryn observait. Peut être que Titouf allait se montrer dans cette rue ou à la sortie du temple, tout comme Shell et Zoran. Mais ce ne fut pas ça qui attira l'attention de Shae, non, c'était un petit groupe de personnes qui s'étaient dirigés vers le palais, ressortant avec un autre individu. La princesse Irina. On ne l'as voyait pas beaucoup dans la cité mais suffisamment de fois pour la reconnaître, et ce même de loin. De toit en toi Shae s'était approché discrètement pour comprendre la situation mais tout était flou. Puis elle reconnu le garçon qu'elle avait – un peu – agressé.. Noah.

Attiré par d'autres mouvements de son champ de vision Shae dirigea son regard sur le temple d'où sortit Shell suivit par quelques hommes dont Zoran. Shaeryn se releva si soudainement de sa position qu'elle faillit tomber du toit et se faire griller par les Naoris. Tel un fennec, la rouquine quitta sa position d'observation pour rejoindre Shell. « La princesse Irina à quitter le palais avec des Naoris. Et l'idiot du début de semaine. » autrement dit, de Noah. Un mince sourire naquit sur les lèvres de Shae, contente de voir que Zoran avait repris un peu de force, tout comme Shell. « Tu va mieux, je suis contente Zoran. Je voulais pas m'ennuyer le reste de ma vie, t'embêter est ma principale activité non ? » Un petit rire. De joie. Car cette santé retrouvé était un miracle selon Shae. Après cette courte discussion, Shae guida Shell et la troupe vers l'endroit où se trouvait les Naoris et la princesse..


Shae se tenait à une distance tout de même de Shell et Zoran, ils étaient encore un peu malade et les inconnus près de Shell sans doute un peu aussi. Raisonnablement donc Shae préféré être au devant de la marche. Une fois arrivée devant Noah, la princesse et les Naoris elle se tourna vers son mentor. Shae observait d'un œil méfiant le comportement du chef Naoris (Harlan). Il craignait d'être agressé lors de son départ de la cité..

Spoiler:
500 mots environ.
- Shae à passer des jours seules sur les toits de la cités à observer l'arrivée d'un des membres de sa famille sans résulat.
- Elle à vu de loin le kidnapping de la princesse, sa sortit du palais en tout cas.
- Elle voit Shell et Zoran quitter le temple et informe directement Shell de la disparition de la princesse ainsi que l'endroit où elle l'as vu avec le groupe de Naoris
- Elle est très heureuse de voir que Zoran et Shell vont mieux
- Quand il y a la confrontation Shell/Harlan, Shae reste à l'écart en regardant d'un air méfiant Harlan, elle ne le sent pas du tout.

Excusez du retard de la réaction de Shae avant le départ des Naoris
Invité
Invité
Anonymous

Intrigue n°10 : diplomacy is a trick - Page 4 Empty Re: Intrigue n°10 : diplomacy is a trick

le Jeu 3 Mar 2016 - 0:19
Naori
Dans la poussière soulevée du désert jusqu'au chemin difficile tracé dans la poudreuse, le retour est un nouvel épuisement en soi. Une nouvelle épreuve que le groupe Naori affronte dans le silence le plus total. Le cheval de Paco traîne la patte depuis plusieurs kilomètres - un nerf bloqué sans doute - et il peine à suivre celui d'Harlan qui trottine quelques mètres plus loin. L'animiste murmure des mots qui viennent se perdre aux oreilles engourdies de l'animal, mais son regard ne cesse d'errer dans le dos de son ami, frère, collègue. Derrière le calme apparent et les tensions redescendues, il n'a pas oublié le venin de ses mots, et le froid glacial qui avait pointé dans la rhétorique des questions sensibles, répertoire arrogant et défensif qui cherchait à excuser la haine. Paco sait qu'Harlan n'a jamais tenu les Rahjaks en grande estime - qui l'a déjà d'ailleurs - mais il apprécie encore moins ses actes de violence intermédiaires. Des arguments voilés derrière des éclats de pensée voulu réaliste, mais qui ne faisait que paraître pour des actes de malveillances.
 
Me crois-tu complètement irréfléchi ? Complètement fou ? Paco détourne le regard et enfin l'arbre millénaire apparait à sa vision troublée de fatigue. Non, Harlan. Réaliste, peut-être ; impuissant, sûrement ; cruel et endurci, définitivement. En prenant soin d'éviter son ami, il descend finalement de son cheval là où les siens viennent les entourer de murmures et de mains tendues. Il sent Karah avant de la voir, et les bras refermés autour de son corps transit de froid réchauffe un instant son cœur. Effleurant d'un revers de main la joue chaude de son apprentie, Paco lui glisse son premier sourire depuis longtemps. Au milieu de la place, c'est l'effervescence. Les uns et les autres veulent savoir, des voix s'élèvent, quelques cris et finalement Harlan prends la parole.

Paco écoute d'une oreille attentive, prend note en s'éloignant lentement vers son logis. Il a tant de choses à discuter et de sentiments à avaler ; mais la précipitation ne lui attira que des ennuis et il le sait. Il laisse à Harlan le plaisir de parler en leur nom à tous. Ils ont tous leur responsabilité à prendre à présent, dans les conflits actuels et ceux qui s'annoncent, dorénavant, clairement depuis le lointain désert. Il aimerait faire taire les égos et les fiertés d'un simple froncement de sourcil, mais il n'entend que les voix dans le fond de son crâne murmurer des souvenirs pêle-mêle d'un voyage douloureux dans la cité du feu. Ses synapses hurlent au repos et lorsqu'en chemin Rowena pose une main sur son bras, Paco la rejette. Il tourne le dos au druide en maugréant ses propres démons.


Spoiler:
449 mots.
- Paco rentre de la Cité du feu avec le reste des Naoris, épuisé et remonté contre Harlan. Il pense que ce dernier a agit égoïstement en suivant ses propres peurs et haines.
- Lorsque le conseiller druide fait part des nouvelles aux Naoris restés au campement, Paco affirme son mécontentement en refusant de prendre part aux discussions. Il tourne le dos à Harlan et part.

Pas content pas content Intrigue n°10 : diplomacy is a trick - Page 4 1360497918
Invité
Invité
Anonymous

Intrigue n°10 : diplomacy is a trick - Page 4 Empty Re: Intrigue n°10 : diplomacy is a trick

le Ven 4 Mar 2016 - 23:53
Slay.

Objet, victime, levier. Vous n'étiez rien, que de la chair à canon. Transbahutée de mains en mains comme une vulgaire putain, une esclave de seconde zone. On vous arrachait de force de la monture quand vous vouliez répandre le sang, ou vous enfuir. Mais pieds et poings liés, fatiguée, affamée, et retenue prisonnière de grosses brutes, vos plans étaient plus difficilement réalisables. Vos promesses, en attendant, ne resteraient pas de simples paroles en l'air. N'avaient-ils pas conscience, eux tous, que vous pouviez tout finir, tout arrêter, ce soir ? Dans quel état se trouvait le Roi, sa garde ? Sans doute pas en bonne position, l'un ou l'autre. Rien qui ne soit invincible. Ce n'était pas sa couronne qui lui donnait son invincibilité, son immortalité.
Une fois que vous serez en mesure de bouger, de reprendre des forces, ils verraient. Personne n'était invincible. Tout le monde faisait des erreurs – comme ce soir, une grosse erreur, marqué aux lettres de feu. Le roi en faisait, ses gardes aussi. Vous en aviez fait, de nombreuses. Votre sentence allait venir, vous en étiez presque sûre, mais vous ferez en sorte d'emmener le plus de gens avec vous, lorsque vous tomberez. Trop de promesses avaient été faites cette nuit, qui ne se réaliseraient pas.
En attendant, vous alliez rentrer au palais. Ignorer ce cataclysme, et évincer les soupçons sur votre personne en attirant plutôt l'attention de votre oncle sur cette menace interne, sur l'empoisonneur – si les Naoris n'avaient pas menti sur ce point. C'était ironique. Il y avait bien longtemps que le poison coulait dans les veines de ce peuple, dans celles du roi. Ce vieil idiot aurait pu recevoir une dose mortelle et en ressortir en meilleure forme qu'il ne l'a jamais été.
Sous votre crâne battait vos envie de revanche, de révolte, de celles qui s'élevaient depuis des années. Vous deviez reprendre des forces, vous améliorez encore. Accaparer ce pouvoir qui vous manquait encore, avant d'écraser au creux de votre poing le monde façonné par Arkhip. Il était temps que le changement s'opère. Il était temps qu'Isaak se bouge s'il souhaitait ce foutu trône avant de devenir un ramassis de vieillesse, de puanteur et d'incontinence. Qu'il se bouge avant que vous ne lui preniez le trône, à lui aussi. Après tout … c'était vôtre dû, d'une certaine manière. Et si ce soir, les gardes vous prenaient votre corps, votre liberté, pour vous enfermer à nouveau dans votre prison doré, ils n'auraient pas le loisir de vous enlever vos idées, visibles sur votre immense sourire ironique. L'avenir était, pour sûr, plein de surprises.

HJ:
430 mots, jusqu'à la fin Intrigue n°10 : diplomacy is a trick - Page 4 977114301
Elle pense encore pouvoir faire quelque chose alors qu'elle se fait gentiment raccompagner dans sa prison Intrigue n°10 : diplomacy is a trick - Page 4 2215546156 (c'est beau l'espoir Intrigue n°10 : diplomacy is a trick - Page 4 1360497918 )
Contenu sponsorisé

Intrigue n°10 : diplomacy is a trick - Page 4 Empty Re: Intrigue n°10 : diplomacy is a trick

Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum