-15%
Le deal à ne pas rater :
Ventilateur Rowenta VU5640F0 TURBO SILENCE EXTREME
75.99 € 89.82 €
Voir le deal

Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous

Le monde est très grand et pleins de contrées magnifiques [Ozvan] Empty Le monde est très grand et pleins de contrées magnifiques [Ozvan]

le Ven 4 Déc 2015 - 23:16
Le monde est très grand
Ashiri
feat.
Ozvan


 

 



 

 

Dans la vie morale, aussi bien que dans la vie physique, il existe une aspiration et une respiration : l'âme a besoin d'aborder les sentiments d'une autre âme, de les assimiler pour les lui restituer plus riches. Δ Honoré de Balzac

L’air semblait perpétuellement étouffant ici bas, dans la cité de feu. Irrespirable, et chargée d’une odeur nauséabonde, telle la putréfaction de mille déchets organiques. Certains quartiers semblaient épargnés par la fragrance incertaine, mais la chaleur n’y était pas moins étouffante, c’est le constat de la jeune Naori, dont le regard émeraude s’était éclairci sous les lumières vives de la contrée désertique. Le départ de son peuple n’était plus très loin, l’heure de rentrer chez eux approchait à grand pas. Peut-être était-il temps de retrouver les leurs, de conter leur traversée du désert, d’émerveiller les uns avec l’architecture de la cité des Rahjaks, ou d’effrayer les autres par le récit des spectacles de gladiateurs. La ville transpirait le sauvage, le barbare et la violence, trois notions qui ont toujours su écœurer la jeune future conseillère, mais dont elle s’était toujours abstenue de commentaires. À chacun sa culture, celle des Naoris était hautement pacifiste, un fait ridicule selon plusieurs clans, mais dont la neutralité n’était pas à jeter toutefois. Samaïn leur avait prouvé une fois de plus qu’ils étaient à part, les divers évènements leur ayant prouvé que jamais, ils ne pourraient vivre à l’image des hôtes de la cité. Ils étaient faibles physiquement parlant, mais avisés pourtant. Leur premier réflexe était toujours d’aider autrui avant de penser à soi, un fait qui semblait en avoir agacé plus d’un. Oui, il était grand temps qu’ils rentrent chez eux, qu’ils retrouvent la sécurité de leur forêt, la délicate humeur des leurs. Ashiri savait qu’elle allait devoir rendre des comptes au conseil, qu’elle ne devrait omettre aucun détail de ce qu’elle avait pu voir ou même entendre… Ce n’était pas tant de l’espionnage que la possibilité d’émettre un réel avis sur leurs anciens frères et éternels rivaux. Une paix était toujours souhaitable entre les deux clans, mais plus les années passaient, plus il semblait difficile de  poser un avis positif sur les agissements des Rahjaks, sur leur soif de violence et leur abus de pouvoir.

Pourtant, la jeune Naori se montrait sage, conservant ses propres opinions pour porter un regard neutre sur les hommes et femmes l’entourant. Elle était en train d’apprécier les valeurs d’un marchand, commerçant que le peuple Naori possédait sans que la relation soit la même… Ici, la valeur de l’argent était bien plus importante que le troc, et la jeune druide avait du mettre toute son attention à l’œuvre pour en comprendre le système et se procurer elle-même ces fameuses pièces. Le système de vente et d’achat était simple, mais apprécier la réelle valeur de la marchandise était bien plus complexe. Avant de se mettre à l’œuvre, elle avait observé les marchandises pour assurer un prix correct à ce qu’elle pouvait posséder d’intéressant que les commerçants Rahjaks ne détenaient pas. Avait-elle prévu l’affaire d’avance ? Elle avait entendu bien des choses de la bouche de voyageurs, notamment sur le système de commerce de la tribu du désert, suffisamment pour réunir quelques affaires qu’elle possédait en quantité suffisante, mais aussi potions de guérison dont elle pourrait se séparer pour convoiter d’autres choses étrangères. C’était ainsi qu’elle en était arrivée à posséder suffisamment pour s’approvisionner en huiles, minéraux, herbes et autres denrées qu’elle pourrait rapporter chez elle, et qui pourraient trouver une utilité assurée. Elle s’était même achetée une paire de botte qu’elle pourrait renforcer avec de la fourrure pour l’hiver à venir. À l’heure actuelle pourtant, elle bataillait avec un marchand avec lequel elle était en train de négocier le prix de viande séchée, denrée nécessaire pour leur chemin retour. Il n’était pas difficile de comprendre pourquoi le marchand proposait des prix exorbitants : il n’y avait qu’à regarder la jeune femme et la marque au henné sur sa main pour comprendre qu’elle n’était certainement pas d’ici. Si elle ne se permettait pas d’hausser la voix, le marchand lui en revanche, mettait dans son ton plus d’agressivité qu’il n’était nécessaire… Une situation que l’enfant pouvait gérer en temps normal.
© Gasmask


† Hell Ain't Civilized †
Ozvan Hickok-Cannary
DATE D'INSCRIPTION : 27/05/2015 PSEUDO/PRENOM : I MULTICOMPTES : My Boy D'Arbanville & Hyacinthe & Dix & Elouan & Tam-Tam MESSAGES : 4941 CELEBRITE : Anson Mount COPYRIGHT : AVENGEDINCHAINS & Brimbelle & Pivette METIER/APTITUDES : Eclaireur & Orientation & Combat TRIBU/CAMP : Rahjak POINTS GAGNES : 0

Le monde est très grand et pleins de contrées magnifiques [Ozvan] Empty Re: Le monde est très grand et pleins de contrées magnifiques [Ozvan]

le Sam 19 Déc 2015 - 21:23


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Ashiri & Ozvan


La plupart des Rahjaks semblaient prit par des occupations particulièrement importantes, courant ici et là. Le regard sombre et soucieux pour l'un, illuminé pour l'autre. Immobile cela faisait un moment qu'il s'était éclipsé de cette étrange cérémonie supposant amener la paix avec les Naoris. Assuré désormais que ce genre d'événement ne lui convenait pas, il hésitait quant à ses prochaines activités. Le voyageur se trouvait un peu handicapé sans cheval. Il faudrait qu'il s'en procure un très prochainement. Il pensait peut-être faire un tour dans ses quartiers mais il remarque quelques personnes croisées plutôt à Samain, et décida alors de les suivre discrètement pour s'assurer que rien de fâcheux n'arrive. L'homme du désert n'entrait pas dans la catégorie de ceux qui méprisaient les autres tribus. Il tissait des liens avec toutes. Moins chez leur derniers invités car il ne faisait pas de troc de leur coté, mais il y possédait quelques connaissances rencontrées au détour d'un arbre. Cependant Oz préoccupé par beaucoup de choses diverses se laissait par moment distraire par un cri, un enfant qui jouait, une femme rasant les murs, un homme en colère ... Quand il revint au petit groupe, celui-ci s'était envolé alors il pressa le pas avec l'idée de les rattraper. Mais visiblement ces derniers particulièrement prestes ne se trouvaient plus là.

Se décidant finalement à faire demi tour son attention fut attirée par cette jeune femme discutant avec un marchand de façon plutôt agitée. Le vagabond se rapprocha doucement tout en écoutant pour bien comprendre ce qui se trouvait en jeu. Il ne fut pas étonné de la mauvaise volonté du vendeur. Et bien qu'il eut préféré rester en dehors, la culpabilité portée pour les tortures administrées au jeune cent, le forçait à se racheter à ses propres yeux. Non pas qu'il eut, en temps ordinaire laissé molester la jeune femme, mais tant qu'elle ne craignait pas pour sa vie, il serait resté en dehors. "Je crois" articula t-il en arrivant derrière la jeune femme "que ce monsieur, ici présent à oublié que nous avions conviés quelques naoris dans un geste de paix, et leur faire payer la nourriture dont il ont besoin au prix fort ne semble pas la bonne solution pour montrer tes bonnes intentions ... Marchand" L'homme abaissa la tête marmonna des mots incompréhensibles qui ne devaient pas être des compliments envers le Rahjak ou la naori présente. Malgré tout il savait qu'il ne ferait pas le poids fasse à un éclaireur tel que Oz. Aussi bon gré, mal gré il revint sur ses prix alors que l'homme du désert se reculait pendant que la jeune brune terminait ses achats.

Sa présence, ainsi qui son intervention, fit en sorte que plus personne n'eut l'idée de profiter de sa condition d'étrangère. Quand elle sembla avoir finit il se rapprocha pour se présenter, non qu'il fut particulièrement poli, mais après s'être mêlé de ses affaires il lui devait au moins cela "Ozvan j'ose espérer que vous ne m'en voudrez pas de m'être introduit dans votre discussion, Je ne souhaitais pas que vous repartiez avec une image complétement noire de notre peuple" le mot peuple lui arracherait presque la langue tellement il n'a plus envie de le défendre. Mais il ne le fait pas pour lui "Souhaitez vous que je vous raccompagne quelque part ?" termine t-il. Il se peut, il est même probable qu'elle refuse, et dans ce cas il n'insistera pas. Il terminera de loin la mission qu'il s'assignait tout seul pour retrouver cette lumière blanche et brillante en son âme. cette clarté perdue qui ne prenait pas beaucoup de place mais qu'il tenait à récupérer. Car malgré toute elle l’empêchait de se tourner vers des décisions tortueuses et cruelles.


Dernière édition par Ozvan Hickok-Cannary le Sam 20 Fév 2016 - 20:48, édité 2 fois
Invité
Invité
Anonymous

Le monde est très grand et pleins de contrées magnifiques [Ozvan] Empty Re: Le monde est très grand et pleins de contrées magnifiques [Ozvan]

le Dim 7 Fév 2016 - 22:43
Une petite foule s’était amassée autour de la scène en train de se jouer. Le genre de foule à laquelle la jeune Naori n’était pas particulièrement habituée, son peuple, bien trop pacifiste pour oser jouer sur l’agressivité ou prendre à témoin. Au sein de leur village, le partage était tel qu’il n’y avait nullement besoin de se battre pour obtenir quelque chose, un bon geste, un faciès avenant y pourvoyaient aisément. Ici cependant, l’apprentie conseillère ne se sentait pas tout à fait à sa place, mais prenait néanmoins sur elle afin d’acquérir cette compétence diplomatique à laquelle elle n’était pas tout à fait exercée. Bien plus facile à dire qu’à faire, et la jeune druide sentie bientôt le rouge entretenir ses joues, sous l’inquiétude, la honte peut-être de ne pas savoir répondre, de ne pas être capable d’exprimer la colère qu’elle ressentait à l’égard du marchand jouant de sa position pour ne pas lui vendre ce dont elle avait cruellement besoin. Ou tout du moins l’extorquer. À plusieurs reprises, elle songea à abandonner la partie, allant jusqu’à tenter de se convaincre qu’elle pourrait toujours trouver un autre marchand pour subvenir à ses besoins… mais partout en ville lui avait-on clamé qu’il s’agissait du meilleur boucher de la cité. Aussi serra t’elle les poings, mordilla plusieurs fois sa lèvre inférieure pour ne pas céder à l’appel de l’abandon. Il lui fallait cette viande, elle ne pouvait se permettre de laisser tomber aussi facilement… Mais comment résoudre le dilemme qu’elle entretenait avec l’homme de mauvaise foi ?

Une voix d’homme derrière elle s’incrusta dans la conversation, et un instant, la Naori craignit que ce ne fut que pour envenimer les choses et l’inciter à déguerpir au plus vite, mais grâce à n’importe quelle entité, les propos tenus eurent l’avantage de détendre les épaules d’Ashiri, dont le faciès se tourna vers l’étranger venu lui prêter main forte. Il n’était pas un des siens, mais bel et bien un Rahjak de la cité, certainement le seul à se montrer agréable, quand le reste des leurs se montrait aussi réticent que désireux de voir la délégation s’en aller une bonne fois pour toute. L’intervention de celui-ci eut du bon toutefois, incitant le marchant à baisser ses prix, permettant à la Naori d’achever définitivement cette transaction et de ne pas demander son reste. Elle souhaitait seulement quitter cet étal et ce coin de la cité. De toute manière, il ne lui restait pas grand-chose à acheter, seulement quelques vivres pour le voyage du retour. Se tournant vers l’inconnu, elle se permit de le dévisager, inclinant la tête en guise de salutation. « Enchantée de faire votre connaissance Ozvan, je suis Ashiri. Et croyez-moi, votre intervention a été plus qu’appréciée. Je ne savais plus quoi faire… Je n’ai pas l’habitude de ce genre de marchandage. » Non, le troc, le partage, voilà qui était bien plus apprécié au sein de son peuple. Il ne serait jamais venu à l’esprit d’un naori d’extorquer des voyageurs. « Je crains toutefois que la représentation de nos deux peuples ne puisse évoluer dans un meilleur sens… » osa t’elle faire remarquer, en souvenir de la soirée de Samaïn. La paix, ne répondait en aucune façon à une définition commune.

Lorsqu’il se proposa de l’accompagner ailleurs, Ashiri hésita une fraction de seconde. Il lui restait quelques courses à faire, mais pouvait-elle abuser de l’aide du Rahjak aussi impunément ? « Eh bien… Il me reste à trouver quelques fruits secs pour notre voyage retour, j’aimerai en trouver de bonne qualité, et à un prix raisonnable… Si vous savez où je peux en trouver, cela me serait d’un grand secours, mais je ne veux pas abuser de votre amabilité. » Risqua t’elle toutefois, son regard s’évadant pour mieux admirer l’architecture de la cité du feu. « C’est vraiment différent ici. Vous avez déjà voyagé ailleurs ? »

Spoiler:
Je suis désolée, ce n'est vraiment pas fameux, mais je promets de me rattraper au prochain, la reprise est un peu compliquée Le monde est très grand et pleins de contrées magnifiques [Ozvan] 338696913
† Hell Ain't Civilized †
Ozvan Hickok-Cannary
DATE D'INSCRIPTION : 27/05/2015 PSEUDO/PRENOM : I MULTICOMPTES : My Boy D'Arbanville & Hyacinthe & Dix & Elouan & Tam-Tam MESSAGES : 4941 CELEBRITE : Anson Mount COPYRIGHT : AVENGEDINCHAINS & Brimbelle & Pivette METIER/APTITUDES : Eclaireur & Orientation & Combat TRIBU/CAMP : Rahjak POINTS GAGNES : 0

Le monde est très grand et pleins de contrées magnifiques [Ozvan] Empty Re: Le monde est très grand et pleins de contrées magnifiques [Ozvan]

le Sam 20 Fév 2016 - 21:03


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Ashiri & Ozvan


La foule tout d'abord hostile finit par se calmer, ou alors d'autres événements se produisaient qui attiraient son attention. Le Rahjak se demandait encore pourquoi il cru bon d'aller faire un tour à cette fête. ses pairs en général se montraient trop rancuniers que pour réellement faire bonne figure. Lui se trouvait au dehors quand les enlèvements se produisirent. Ainsi que la tentative de libération. Non pas qu'il put se venter de la façon dont il occupa son temps libre, mais à présent il rongeait son frein dans cette citée. Le voyageur ne souhaitait qu'une chose : repartir. N'eut été la délégation qui se trouva sur son chemin il serait déjà loin. L'homme du désert ne s'illusionnait pas non plus sur le fait que son seul geste pour aider la jeune femme puisse réellement changer les relations des deux tribus. Mais chez eux il se lia avec Shawn à présent disparu, ainsi que la joyeuse Erza. Rien que pour ces personnes, il se sentait en devoir de remplir cette mission - en leurs souvenirs - si ce n'est de porter secours, au moins d'aider la brune restée seule derrière. « Ashiri » répéta t-il à sa suite quand finalement elle se présenta « Et bien c'était le moins que je puisse faire après le mauvais accueil que vous avez reçu »

Ainsi que toute cette histoire et de délégation. De  moins en moins il prenait du plaisir à revenir dans la cité. Il se pouvait aussi que ses dernières aventures, brutales, l'eussent mit de très mauvaise humeur, surtout avec ce mal de tête persistant partant et revenant sans cesse. Il regrettait et se félicitait à la fois de toujours être là, et décida de faire contre mauvaise fortune bon coeur. Après tout il ne pouvait pas désigner la Naori comme responsable de ses malheurs, et comme il venait de lui prêter main forte autant rester à ses côtés, en tâchant de lui faire terminer son séjour de la meilleure façon possible. « En effet ces marchands ne se sont pas montrés des plus coopératifs, mais a défaut de nos peuples nous pouvons faire en sorte qu'au moins deux individus agissent dans le sens de la paix ... Parfois il suffit qu'un seul montre l'exemple » Le vagabond aurait bien voulu croire à ses paroles, mais espérer des miracles devenait un peu ridicule à son âge. Mais l'éclaireur cachait des aspirations parfois un peu illusoires, qu'il ne partageait jamais car il se persuadait que ça faisait parti de son comportement cyclothymique dont il souffrait depuis son jeune âge.

Loin de tous ses problèmes personnels qui n'intéressaient certainement personne, la brune accepta l'aide qu'il lui offrait et évoqua le désir de se procurer pour son voyage de retour quelques fruits sec de bonne qualité « Et bien suivez-moi je vous conduis auprès d'une connaissance dont les produits sont généralement irréprochables, nous pourrons ainsi un peu discuter le temps de s'y rendre et puis je vous aiderais à sortir tranquillement de la ville  » proposa le Rahjak en faisant quelques pas dans la direction ou il se proposait de l'amener, attendant qu'elle le rejoigne. « Vous n'abusez pas je vous assure, et même vous me rendez service à votre tour car je ne pensais pas rester et je pourrais peut être faire un bout de chemin avec vous car je pense aller voir un ami de longue date qui habite les montagnes ...»  Ozvan tentait de sourire mais sa voix raisonnait de lassitude, il ne cessait de faire de la route, ne réussissant pas à trouver ce qui calmerait son âme agitée « Que trouvez vous donc ici de différent qui vous frappe le plus ? Et sinon oui je voyage depuis que je suis tout jeune  »


Spoiler:
Pas de soucis, en plus j'étais pas trop content de mon précédent poste donc j'espère que ce sera mieux cette fois Le monde est très grand et pleins de contrées magnifiques [Ozvan] 416276913 et bon retour
Invité
Invité
Anonymous

Le monde est très grand et pleins de contrées magnifiques [Ozvan] Empty Re: Le monde est très grand et pleins de contrées magnifiques [Ozvan]

le Mar 3 Mai 2016 - 21:34
Les paroles du Rahjak touchèrent sincèrement la Naori, peut-être parce qu’il était le premier à tenter de faire bonne impression, alors qu’ils étaient là depuis quelques temps, et invités par le roi lui-même de surcroit. Quel genre de souverain faisait en sorte que ses invités ne se sente pas à l’aise ? Bien que neutre et préférant ne pas juger, Ashiri s’inquiétait du futur, des tensions entre les deux tribus autrefois sœurs. Comment les choses avaient-elles put tant dégénérer par le passé ? Comment en étaient-ils arrivés à se haïr dans la cordialité diplomatique, gâchée par les attitudes de certains ? L’attitude du commerçant n’était qu’une parmi tant d’autres, et la conseillère Naori ne doutait pas un seul instant, malgré toute la candeur désirée, qu’il serait difficile de rétablir de bons contacts avec leurs voisins du déserts, leurs anciens frères, leurs anciennes sœurs. « On ne peut pas s’attendre à mieux lorsque l’on fait face à des années de discordes. » répondit-elle, songeuse, « Mais cette invitation est un bon début pour rétablir une entente entre nos deux peuples. » Peut-être au fond d’elle, était-elle lucide sur l’avenir entre les deux peuples : si certains membres trouveraient une oreille attentive chez les Naoris, d’autres en revanche, ne seraient jamais les bienvenus dans la tribu. En cela, même la jeune conseillère ne pouvait rien y faire, et ce, malgré toute la bonne volonté du monde.

Tout comme elle savait qu’aucun Naori ne serait jamais réellement le bienvenu dans la cité du feu, alors autant en profiter tant qu’elle était là, découvrir la culture de ce peuple aux mœurs brutale, l’architecture des bâtiments qui n’avaient strictement rien à voir avec les habitats Naoris. Tout ici était différent de ce que l’on pouvait trouver dans le village d’origine. Le système de même. Ashiri considérait depuis toujours que l’argent était un problème de taille pour l’homme : plus on en possédait, plus on en voulait. Le système de troc était bien plus sûr, et la possession, inexistante chez les siens, était un concept qu’elle ne parvenait à comprendre, malgré tous les efforts qu’elle pouvait mettre en place pour pallier à ce problème. Reprenant la marche, Ashiri observa son vis-à-vis, signant de la tête pour confirmer ses propos. « C’est un geste que j’apprécie gracieusement. Si chacun fait un pas vers l’autre, de bonnes choses peuvent émerger. » Marquant une pause, elle observa une échoppe avant de reprendre la conversation, consciente qu’elle ne trouverait rien qui puisse l’intéresser là-bas. « Ce ne sera pas facile, et il faudrait certainement plus que deux personnes pour instaurer un semblant de paix permanente, mais j’espère pouvoir un jour rencontrer d’autres personnes comme vous. Ce serait bénéfique. » Et peut-être faudrait-il que les Naoris soient capables de tenir tête à leurs voisins. Peut-être Harlan avait-il raison sur certains points. Face à un peuple comme celui des Rahjaks, les Naoris n’étaient que des lapereaux sur le point de se faire dévorer.

« Je vous remercie de votre aide. J’espère que les miens ont eux aussi eu la chance de tomber sur quelqu’un d’aussi généreux. » Bien sûr qu’elle s’inquiétait pour ceux-là, ils étaient des membres qu’elle voyait tous les jours, qu’elle appréciait, et pour qui elle se devait d’être prêt à tout pour qu’ils rentrent ensembles et en sécurité. « J’ai peur toutefois que les évènements ne les rebutent à l’idée de revenir un jour. Votre cité est… impressionnante. » Sur un tas de points, mais la Naori était consciente de n’en avoir vu qu’un échantillon, pas la totalité. Les paroles de l’homme éveillèrent subitement l’intérêt de la jeune femme, donc la soif de voyage n’était un secret que pour ceux qui ne la connaissaient pas. Pour l’heure, elle n’avait pas trouvé l’opportunité de le faire, mais tant qu’Harlan était vivant, peut-être était-il de bon augure de s’y mettre, de découvrir le monde. Elle ne souhaitait pas la mort de son mentor, mais si cela devait arriver, voyager serait bien plus difficile. « Les montagnes ? Celles où l’on peut trouver la tribu Pikuni ? » Existait-il d’autres montagnes ? Son ignorance en ce point était vexante, mais elle comptait bien un jour profiter de ses propres aventures. « Je serai ravie de vous avoir pour compagnon de voyage. Je pense sincèrement que votre compagnie pourrait offrir un regard neuf à ceux qui n’ont pas trouvé ce qu’ils cherchaient en répondant à l’invitation du roi. » Et surtout, elle pourrait lui poser des questions, l’interroger sur ce qu’il avait vu du monde. Certainement plus que les anciens de sa tribu. « Tout. Tout est différent. Nous n’avons pas de système monétaire chez nous, nous vivons de troc, et la notion de possession est inconnue. La culture aussi. En venant, je pensais retrouver des similitudes, puisque nous sommes issus d’une même tribu, mais je constate que non. C’est appréciable. Je n’ai jamais voyagé, découvrir votre cité, c’est un peu comme si je découvrais une partie du monde. C’est un début. »
† Hell Ain't Civilized †
Ozvan Hickok-Cannary
DATE D'INSCRIPTION : 27/05/2015 PSEUDO/PRENOM : I MULTICOMPTES : My Boy D'Arbanville & Hyacinthe & Dix & Elouan & Tam-Tam MESSAGES : 4941 CELEBRITE : Anson Mount COPYRIGHT : AVENGEDINCHAINS & Brimbelle & Pivette METIER/APTITUDES : Eclaireur & Orientation & Combat TRIBU/CAMP : Rahjak POINTS GAGNES : 0

Le monde est très grand et pleins de contrées magnifiques [Ozvan] Empty Re: Le monde est très grand et pleins de contrées magnifiques [Ozvan]

le Mer 25 Mai 2016 - 16:23


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Ashiri & Ozvan


La foule passait à coté d'eux dévisageant parfois la jeune femme, mais la véritable hostilité semblait s'être envolée, sans doute la prenaient-ils pour la maîtresse du Rashjak, ou encore son esclave. Bref ça ne les regardait plus vraiment, ils s'en allaient à leurs affaires. Désormais ozvan et Ashiri pouvaient se considérer tranquilles. Bien sur il restait la possibilité qu'un mauvais plaisantin vint les importuner mais ce genre de mésaventure arrivait partout. Enfin peut-être pas chez les Naoris. Oz ne connaissait pas du tout leurs coutumes à part leur pacifisme reconnu. Et cela à travers Erza la jeune fille aux cheveux multicolores qui rêvait de voyager à travers le monde et Shawn son protégé disparu. Le Vagabond ne tentait pas de faire bonne impression, il agissait comme toujours, selon sa conscience, du moins essayait-il. Tout un chacun peut changer d'attitude dans des situations difficiles, et parfois, un côté noir caché peut se réveiller. Mais celui du voyageur ne sommeillait pas, sauf qu'il ne possédait aucune raison de mal agir avec la jeune femme qui l'accompagnait, même il trouvait sa compagnie plutôt agréable.« C'est juste mais je ne dirais pas que la mauvaise volonté vient de votre côté au contraire, ce que vous avez fait pour ces prisonniers .... »

Oui il en avait entendu parler, il savait que Grâce s'était trouvée parmi eux,  ... Il possédait les quelques brides de ses divagations quand elle s'était endormie avec la fièvre. Séparée des autres son expérience n'avait pas été moins cauchemardesque, au contraire. Et cela il ne le pardonnait pas aux siens, même si il ne pouvait s'attaquer à tout Rahjak passant devant lui. Car il savait que certains possédaient un cœur d'or. Simplement ici on le cachait trop bien, au point parfois de ne pas s'en souvenir. Comme la jeune fille acquiesçait à ses dires il en éprouvait presque de l'espoir. Sans pour autant dire que la colère qui dormait en son âme en serait jamais apaisée. Mais la naori n'en serait jamais la responsable, forcément son peuple pouvait avoir fait des faux pas, mais des enlèvements il en doutait grandement.« Vous pourriez être surprise savez-vous, il suffirait que vous trainiez davantage ici et vous remarqueriez des visages souriants et accueillants à votre égard. Il y des bonnes personnes, seulement elles n'osent pas trop se montrer. Au début... Mais elle finissent toujours par le faire, seulement cela demanderait un temps conséquent à ne pas pouvoir être chez vous et vous avez certainement des devoirs plus importants à remplir auprès des vôtres » Oz ne pouvait entendre le pensées de la jeune femme mais il les rejoignait car pour gagner un peu de respect auprès des Rahjaks malheureusement il fallait savoir faire preuve de force.

« Vous pourriez aussi les impressionner un petit peu en leur démontrant que vous savez vous défendre, je ne dis pas de devenir des guerriers, mais savoir les remettre à leur place. Car malheureusement je crains qu'une langue habile ne suffise pas » Ou peut-être pour quelques-un mais pas suffisamment pour convaincre tout un peuple. Tout en déambulant à ses côtés sans vrai destination jusqu’à ce qu'elle lui demanda expressément quelque chose de précis, il l'écoutait. Trouvant appréciable pour une fois de n'avoir qu'a échanger sans d'autres idées saugrenues ou mauvaises derrière la tête. « Oh rassurez vous,je suis certain qu'ils ont trouvé leur chemin vers la sortie car si le contraire était arrivé nous serions déjà au courant. Je suis désolé mais ce serait assimilé à un bon spectacle ici, et la rumeur passerait de bouche en bouche » L'homme du désert lui donnait une bien mauvaise vision de son peuple, et ceci pour la rassurer, mais il préférait être honnête que de la laisser dans l'expectative de nouvelles qu'il savait déjà bonnes. « Oui notre cité de feu est un peu tape à l'oeil, ça peut très vite dégénérée, je vous conseillerais de ne plus vous y engager sans une très bonne escorte  »

En même temps, si les rahjaks eussent souhaités tous les naoris morts, ils le seraient probablement. la conversation déviait vers ses voyages et il se trouvait plus qu'heureux de la renseigner puisque vivre pour lui se résumait à bouger, toujours et plus loin. « Oui les montagnes mais plutôt celles ou vivent les Athnas, les pikunis préfèrent de loin les plaines » De plus le voyage s'annonçait plus intéressant qu'il ne s'y attendait, il ne serait pas seul, il pourrait découvrir une culture qu'il n'avait qu'effleurer jusque là à travers divers échanges avec Erza qui aimait beaucoup plus questionner que répondre. « Voilà pour les fruits secs que vous souhaitiez, je vous en prit servez-vous et après sortirons de cette cité étouffante, avez-vous un cheval pour la route ?  » Ce serait bien entendu beaucoup mieux, mais sinon il restait la possibilité d'en louer un, il connaissait ce lieu en sortant, ce n'était pas trop cher et il pourrait ramener l'animal par la suite. « Je dois dire que je n'use d'argent que dans la cité ou presque, partout ailleurs j'opte pour le troc, mais ça doit sûrement être très déstabilisant pour vous »
Invité
Invité
Anonymous

Le monde est très grand et pleins de contrées magnifiques [Ozvan] Empty Re: Le monde est très grand et pleins de contrées magnifiques [Ozvan]

le Dim 3 Juil 2016 - 23:55
Rp archivé suite au départ d'Ashiri Le monde est très grand et pleins de contrées magnifiques [Ozvan] 484338566
Contenu sponsorisé

Le monde est très grand et pleins de contrées magnifiques [Ozvan] Empty Re: Le monde est très grand et pleins de contrées magnifiques [Ozvan]

Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum