Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous

Gravity don’t mean too much for me — Ozvan & Tristam  Empty Gravity don’t mean too much for me — Ozvan & Tristam

le Mar 15 Sep - 11:30

L’hiver arrive bientôt à son terme, c’est la plus douce promesse que l’on m’eut faite. Avec le temps, j’ai la sensation que mon cœur a prit le gel. Je me sens si froid là dedans, si cruel et immonde. J’ai la sensation d’être devenu une bête. J’attendais les beaux jours, j’attendais la vie. La chaleur sur ma peau crasseuse, le retour des animaux et pouvoir manger enfin à ma faim. J’ai survécu, tout ce temps à penser que j’allais passer l’arme à gauche et en finir avec la peur. Mais non, je dois continuer et mettre l’ours en fuite pour ne plus avoir peur. Les loups sont plus nombreux et fort que ‘nous’, que moi. Je ne veux plus penser au destin. L’avenir, j’imagine les peinture de guerre avec le mon propre sang.
Le futur est à l’épreuve des balles.

Marcher de nouveau, un bonheur qui faisait battre mon cœur d’une telle façon que je me sentais soulagé de ne pas être mort. Rien ne semblait plus important que de pouvoir marcher de nouveau, la douleur c’était volatilisée et même si je n’en étais pas à la première blessure ; celle ci fut la plus terrible de toutes. Je m’étais retrouvé à mon arrivé sur terre avec une épine de porc-épic dans l’épaule ; j’avais manqué de me briser une cote en me battant avec Gen puis un autre cent plus tard au bon milieu du camp. Tous ces souvenirs m’avaient forgé dans le sang, oh j’entendais leur murmure à mon égard. Nous ne rentrerons jamais à la maison et tout ce que je me souviendrais à la fin du monde c’est bien de cela : je ne rentrerai jamais. Tous ces fantômes peuvent bien me hanter, tous ces mots que l’on ne c’est pas dits… J’en saignerais jusqu’à la fin dans une douleur muette et dans la douceur cette vie d’aventure me tuera. Je fermais les yeux un moment, respirant l’air de la forêt : que c’était bon…

Je ne su quelle folie me poussa à sortir de ma cachette, de cet endroit où j’étais en sécurité depuis des semaines. A bondir face aux premiers rayons du soleil et de m’évader un moment au fil de mes pensées. J’écoutais ce doux murmure à mon oreille… Une mélodie étrange, j’avançais sans en comprendre le sens, attiré par le soleil. Et dans le froid de l’hiver, je me délestais de mes peaux de bêtes qui m’eurent sauvé la vie. Je senti le froid glisser sur ma peau dans ce trou de verdure éteinte. Le ciel y faisait une importance percée et la tête levé vers celui-ci, je m’aveuglais de la beauté de cet astre pour laisser sortir de ma gorge un étrange bruit que je n’avais plus réalisé depuis des semaines : un rire. Ce rire de fou ayant défié la mort, un rire de victoire. Je vivrais… Portez-moi vers le haut, vers ce fichu ciel si lointain.
Ce n’est pas une tendance fashion, c’est un vœu de mort.

Alerté par le craquement d’une branche écrasée, je dégainais mon revolver. Une arme devenue bien inutile depuis que j’avais gaspillé mes dernières munitions. Peut-être suffisant pour effrayer un grounder, bien que mon esprit imagine une plaisanterie de la part de Gen. Mes yeux ne savaient plus où se poser, parasité par tous ces bruits que j’étais le seul à entendre. « Montres-toi… » Disais-je avec un sourire fou accompagné d’une lueur démente dans les yeux ; mon cœur tambourine dans ma poitrine tel un tambour de guerre, j’ai d’une telle santé que s’en était euphorisant.

A trop se sentir en vie l’on se risque plus facilement à la perdre définitivement.
Je ne fais pas attention.

† Hell Ain't Civilized †
Ozvan Hickok-Cannary
DATE D'INSCRIPTION : 27/05/2015 PSEUDO/PRENOM : I MULTICOMPTES : My Boy D'Arbanville & Hyacinthe & Dix & Elouan & Tam-Tam MESSAGES : 4887 CELEBRITE : Anson Mount COPYRIGHT : AVENGEDINCHAINS & Brimbelle & Pivette METIER/APTITUDES : Eclaireur & Orientation & Combat TRIBU : Rahjak POINTS GAGNES : 47

Gravity don’t mean too much for me — Ozvan & Tristam  Empty Re: Gravity don’t mean too much for me — Ozvan & Tristam

le Mer 23 Sep - 18:09
Cette époque restait celle qu'il préférait, la renaissance des plantes, la fin de l'hibernation pour la plupart des animaux offrait un goût d'espoir aux journées. Le Rahjak ne cherchait plus depuis fort longtemps quels cadeaux la vie pourrait lui offrir, il se contentait avec joie de cette impression. Par bonheur Oz voyageait beaucoup, car dans le désert ces changements de climat les atteignaient très peu. L'homme du désert profitait de ces beaux jours pour rendre visite à Ahn, ou plutôt tomber dessus car cette jeune fille aimait bien parcourir le monde, aussi savaient-ils  qu'ils devaient se voir, mais de lieu il n'était jamais convenu. Pour être franc c'était toujours elle qui le dénichait, la seule pour l'instant à pouvoir le prendre en défaut. Aujourd'hui le voyageur ne se sentait presser par aucune affaire en particulier, il ne devait se rendre à aucun point de rendez-vous pour faire du troc. Alors il musardait regardant les bourgeons qui écloraient bientôt, ou les petits renardeaux courants derrière leur mère à la queue leu leu. L'Éclaireur descendit de sa belle alezane pour profiter un peu mieux de ce petit endroit qu'il appréciait bien, et ne manquait jamais de visiter. Cette dernière toujours libre dans ces cas là en profita pour aller brouter.

Le vagabond avançant de quelques pas crû entendre un bruit de voix, il se dirigea vers l'endroit d'où ça semblait venir, et se faisant discret regarda à travers le feuillage. Un  garçon aux cheveux longs se trouvait la, mais son étrange habillage ne permettait pas à Oz de le situer dans aucune tribu. Le jour de l'arrivée des cent le Rahjak vit un étrange objet mais il pensa subir une de ces hallucinations dont il était coutumier, bien qu'elle fut très differente. Par la suite, ses visites aux différentes tribus lui firent comprendre que l'événement était réel. Très vite ces enfants du ciel, tels qu'on les surnommaient attisèrent sa curiosité. Il rêvait de découvrir quels genres d'objets se trouvaient en leurs possessions. À l'affût il émettait la supposition que cet inconnu pouvait en être un. Très intéressé il remarqua néanmoins le jeune écureuil faisant des cabrioles dans les branchages. Un peu trop d'ailleurs car il attira l'attention du garçon. Ce dernier pointa alors un étrange instrument vers l'animal à présent dissimuler sous les feuilles. Il parla, et Oz reconnu la langue des guerriers qu'il comprenait pour l'avoir apprise de son oncle.

L'homme du désert, alors que le jeune homme s'apprêtait à tirer avança aussi rapidement que silencieusement pour s'emparer subtilement et par derrière de la chose étonnante qu'il tenait. Sa force, sa stature et la surprise empêchèrent le supposé cent de réagir vite. "Malheureux tu vas tuer une bête qui ne te menaçait pas" le voyageur regarda l'instrument rapidement sous toutes les coutures avant de prendre la main de son propriétaire et le remettre dedans "Intéressante ton arme mais je préfère ceci" Le Rahjak s'exprimait en anglais, pourquoi compliquer les choses quand on pouvait se comprendre, il était un adepte de l'approche direct. Il extirpa son lance-pierre d'une de ses poches, avec un petit caillou puis visa des feuilles ou la pierre s'engouffrant à l'intérieur délogea l'animal joueur qui s'empressa de disparaître de leurs yeux. L'homme du désert se recula pour faire face au garçon sans se soucier de l'arme qu'il tenait. Semblait-il. "Voilà, je me suis montré" Oz après cette déclaration pour le moins laconique en profita pour dévisager le jeune homme,puis au bout de plusieurs minutes il pointa le ciel avec un regard interrogatif. Tout en continuant sur un sujet tout à fait différent "Inutile de sacrifier une petite vie à part si tu as faim car ils sont pratiques pour t'avertir d'un danger que tu ne perçois pas"

Hors RP : Désolé pour la mise en page etc..
Invité
Invité
Anonymous

Gravity don’t mean too much for me — Ozvan & Tristam  Empty Re: Gravity don’t mean too much for me — Ozvan & Tristam

le Ven 25 Sep - 10:54
Tout ce passa très vite ; ma paranoïa décupla quand une ombre dans mon dos me priva de mon arme inactive. J’ai bondis malgré tout, sentant mon cœur frapper ma paroi thoracique. Pourquoi ne m’avez-vous pas prévenu du danger ? Trop tard après tout. Je le dévisageais alors qu’il examinait mon revolver, il s’agissait un basique baretta un peu rouillé d’ailleurs au niveau du canon. L’hiver ne l’avait pas épargné lui non plus. Je détaillais l’homme du regard, non pas sans inquiétude grandissante. Il me semblait assez âgé et surtout complètement fou. Il agissait de façon si naturelle avec un comportement qui n’était pas… Normal. Me voici à parler de normalité. Cette situation était tout à coup si grotesque. J’avais quelques difficultés à respirer, des restes d’une pneumonie qui allait disparaître avec les beaux jours à ce que l’on m’avait dit. J’y croyais. Je n’avais pas d’autre choix. Aussi, j’avais peur et ça y jouait beaucoup, sa rapidité m’avait prit de court et je ne savais pas s’il serait judicieux de tenter de dégainer mon couteau de survie. Le temps d’y méditer, il me prit le poigné, ma paume ouverte vers le ciel ; mon cœur frappait violement et mon esprit m’hurlait de réagir. Il me rendit mon arme avec surpris. Quand il relâcha ma main et menaça de sortir autre chose, croyez-moi, ma main c’est rapidement reculé de crainte de m’en voir amputé. Aucune lame ne se présenta à moi. Un système étrange faire de lanière en cuir me semblait-il… Une pierre partie dans les buissons et l’animal prit la fuite. Je repris mes esprit et pointait encore mon arme inutile vers l’homme à la peau ensoleillée.

« J’n’ai pas besoin d’un animal pour m’avertir, je sais c’que je fais. » Rétorquais-je avec animosité bien que je venais de prouver l'inverse de ma parole. Ce type était bizarre, dans le sens où il me porterait préjudice à tout moment. J’en étais persuadé. Seulement, savait-il que je n’avais pas le cran de tuer ? Du moins, pas de sang froid. Je sentais déjà mon cœur décéléré et il était évident que le calme me regagnait même si je n’étais pas en sécurité. J’avais survécu à tellement de chose, mon heure n’est pas venue. Je me suis longtemps méfié de tout ce qui m’entourait et paradoxalement, j’étais parfois coupable d’une grande insouciance. Cette insatiabilité finirait par me couter ma peau. La paranoïa me poussait à une prudence extrême et mon épuisement du à cette concentration me conduisait à un relâchement tel que je me mettais en danger facilement. « Qui es-tu et qu’est-ce que tu me veux ? » Je n’ai pas besoin de toi…

« Ne m’oblige pas à t’descendre. » Je perds le contrôle je crois. Je sais bien que c’est une menace en l’air, que de toute manière il ne me reste aucun coup dans mon chargeur. Bon sang, qu’est-ce qui m’a prit de gâcher mes munitions ? J’ai eu peur ces tout, dans cette forêt. Je crois que c’est humain après tout, cet endroit et malsain, je pouvais le sentir au plus profond de moi. Mon cœur brisé par un amour rompu trop tôt. Les cendre brulent en moi et chaque jour est un supplice. Je n’ai pas survécu, je ne suis pas sorti d’affaire.
† Hell Ain't Civilized †
Ozvan Hickok-Cannary
DATE D'INSCRIPTION : 27/05/2015 PSEUDO/PRENOM : I MULTICOMPTES : My Boy D'Arbanville & Hyacinthe & Dix & Elouan & Tam-Tam MESSAGES : 4887 CELEBRITE : Anson Mount COPYRIGHT : AVENGEDINCHAINS & Brimbelle & Pivette METIER/APTITUDES : Eclaireur & Orientation & Combat TRIBU : Rahjak POINTS GAGNES : 47

Gravity don’t mean too much for me — Ozvan & Tristam  Empty Re: Gravity don’t mean too much for me — Ozvan & Tristam

le Ven 16 Oct - 16:15
Une petite bise s'est levée qui souffle à travers le feuillage, intensifie les odeurs de la forêt, rafraîchit les idées de ceux qui bouillent intérieurement. Pas tous. Le jeune homme en face du Rahjak semble avoir des idées hautes en couleur, ce dernier le dévisage tranquillement, il ne ressent pas la peur, ses menaces lui semblent plus des cris de défenses qu'une vraie mise en garde. Bien sur l'homme du désert peut se tromper, il n'est pas sans faille, mais l'expérience lui montre ici, un jeune homme adolescent perdu. Peu importe la tribu dont il est issu. « Dans ce cas tu es très doué, je te félicite » lui rétorque t-il tranquillement en observant les environs. Le vagabond n'ayant pas pensé à vérifier auparavant s'il pouvait être accompagné. Petit erreur de parcours, du à la pensée de sa future rencontre avec Ahn. Il faudra qu'il fasse davantage attention « Tu as donc un instinct sur-développé, c'est assez rare, car les terriens savent qu'ils doivent compter sur tous leurs alliés volontaires ou non » dit-il au jeune homme évitant de lui répondre directement. Ozvan ne se retourne pas, mais il entend les sabots se son alezane qui se dirige dans sa direction, fidèle à son habitude elle vient le rejoindre. Il ne faudrait pas que cet inconnu dont il ignore encore le nom la prenne pour une cible aussi reprend-t-il la parole. « Je ne suis personne d'important, un simple vagabond qui voyage d'un endroit à l'autre et fait du troc, en compagne de sa monture ... que voilà ». Elle arrive tranquillement se joindre à eux, observant celui qu'elle n'a jamais croisé avec un soupçon d’intérêt, puis se met à brouter indifférente à leur discussion.

« Rien, j'ai tout ce dont j'ai besoin, que voudrais-tu que je te veuille ? Une vengeance ? Ça m'étonnerait, c'est la première fois que je te croise, tes biens ? Pour le moment j'en possède plus que toi, mais si quelque chose m'intéressait alors je ferais un échange. Ta vie ? A quoi pourrait-elle donc me servir ? » Même parler ne semblait pas être une option viable avec cet étranger. le garçon pour le voyageur se comporte d'une façon trop méfiante, un peu comme ses esclaves échappés des mines dont l'esprit semble parfois légèrement perdre la réalité des choses. Entendrait-il des voix? Il ne serait pas le premier que le vagabond rencontre souffrant ou ayant cette pathologie.

« Et qu'est-ce qui t'obligerait à me descendre » questionne le rahjak tranquillement en flattant le col de son cheval. Ce garçon sauvage et seul l'intrigue. Des solitaires, il en a déjà rencontrés, mais qui ressemble à ce dernier jamais. On dirait qu'il défie les lois du raisonnable, pourtant des fous, des désaxés, des enragés, des hallucinés ça ne manquent pas sur les routes.« As tu peur ? » lui demande soudain Ozvan sans crier gare ne le quittant pas de son regard tranquille et perçant « Et si oui de quoi ? Parfois dans cette forêt il y a beaucoup de murmures, il ne faut pas tous les écouter » Le Rahjak ne doute pas de l'esprit sain du Cent, mais cette forêt pourrait rendre fou n'importe qui, surtout celui qui ne se méfie pas. Elle recèle bien des mystères que lui même n'a pas encore découvert, alors qu'il la arpente depuis des décennies. Le Rahjak ressent l'hostilité du garçon mais elle ne le dérange nullement, il à affronté bien pire dans sa vie, qui sait à quoi plus tard il pourrait être confronté? Il ne s'illusionne pas sur le fait d'aider le jeune homme. Non d'ailleurs il à un rendez-vous qu'il ne veut pas manquer, mais il ne se résout pas à partir, quelque chose le fascine mais il n'arrive pas à distinguer quoi.


Dernière édition par Ozvan Hickok-Cannary le Ven 19 Fév - 10:32, édité 1 fois
Invité
Invité
Anonymous

Gravity don’t mean too much for me — Ozvan & Tristam  Empty Re: Gravity don’t mean too much for me — Ozvan & Tristam

le Jeu 22 Oct - 19:00
Je ne me fourvoyais pas quand je pensais qu’il se moquait ouvertement de moi. Je ne répondais rien pourtant, bien qu’au fond ce conseil n’était pas tombé dans l’oreille d’un sourd. Il se présenta d’une manière assez simple, bien que je me demande pourquoi ce natif vivait seul. Peut-être pour la même raison que moi. Non, c’était absurde. Personne ne vit la même chose que moi, du moins… Personne ne vit sa présence sur terre de la même manière. Un animal imposant fit son apparition, mais je ne semblais pas effrayé. Car je ne l’étais pas le moins du monde. Je n’avais pas peur des chevaux, en fait j’étais assez familiarisé avec ces créatures. Gen en possédait une et j’avais même chevauché avec lui. Il n’attendait rien de moi, je n’avais fait de troc qu’une seule fois dans ma vie. J’avais échangé mon stylo contre un couteau magnifique. Je me demandais comment Katelynn se portait, je devais l’oublier me disais-je. Pourtant… Elle m’a ouvert les yeux sur bien des choses ; j’aimerai tant la remercier. Mais je pense qu’elle m’a oublié depuis bien longtemps ; qu’elle m’avait mené dans son village et qu’elle devait le regretter. Peut-être même me tuerait-elle si je tombais de nouveau sur elle. Car j’avais bien compris qu’elle n’hésiterait pas pour sauver les siens.

Je me sens… Etrange. Plus il parlait à vrai dire, je ne savais plus quoi penser.
Quand il me demande si j’ai peur, je le défie du regard, mon arme déchargée toujours en sa direction. J’étais furieux. Bien sur que j’ai peur… J’aurais toujours peur, je suis humain. Un instant, mon regard pars sur le coté, se baisse et me laisse un moment de réflexion. Les murmures… Comment savait-il ? Je plante mon regard émeraude dans le sien avant de lui dire « Ils ne cessent jamais, il est impossible de ne pas entendre. » A force d’entendre, l’on fini par écouter. Je baissais malgré tout mon arme et soupira faiblement. Je ne sais pas si je suis près à en parler avec cet inconnu, j’avais déjà bien du mal à m’ouvrir à Gen à ce sujet.
La peur d’être incompris.
Une peur parmi tant d’autres.

Malgré mon manque de sympathie à son égards, cette méfiance asphyxiante. Je lui demandais « Tu échanges quels genre de choses ? » Non pas que je tente de faire distraction, de changer de sujet. Mais je me le demande bien. Pourquoi rien ne t’intéresse chez moi ? Je ne devrais pas réclamer ce genre d’attention, me féliciter que rien ne lui plaise. Peut-être tuerait-il pour quelque chose que je refuserais de troquer. Ces gens sont tellement fous. Je tentais malgré tout de voir ce qu’il avait comme affaire. « T’as des armes ? » J’espérais que oui, des munitions… Ce serait parfait… Je ne devrais pas marchander avec ce genre de type, je ne sais pas même quel genre de monnaie d’échange il pourrait bien exiger de moi. ET si c’était moi, qui le braquais ? J’y pensais férocement à cet instant. Bien que je me hurlais à me dire que je n’étais pas ce genre d’individu, pas de la racaille. Et puis m*rde, c’est la vie sauvage après tout.
† Hell Ain't Civilized †
Ozvan Hickok-Cannary
DATE D'INSCRIPTION : 27/05/2015 PSEUDO/PRENOM : I MULTICOMPTES : My Boy D'Arbanville & Hyacinthe & Dix & Elouan & Tam-Tam MESSAGES : 4887 CELEBRITE : Anson Mount COPYRIGHT : AVENGEDINCHAINS & Brimbelle & Pivette METIER/APTITUDES : Eclaireur & Orientation & Combat TRIBU : Rahjak POINTS GAGNES : 47

Gravity don’t mean too much for me — Ozvan & Tristam  Empty Re: Gravity don’t mean too much for me — Ozvan & Tristam

le Mar 27 Oct - 13:13
Quelques mouches leur tournoyaient autour, signe que le temps devenait lourd, sans doute y aurait-i un orage en soirée, au même plus tôt. Le rahjak en chassa distraitement quelques unes. Bien entendu que non, il ne se moquait pas du jeune sauvage, il le trouvait plutôt atypique. Il comprenait bien ses égarements et pourtant il ne semblait pas porter les mêmes souffrances que ceux qu'il croisait régulièrement. Un peu comme si la vie l'avait moins usé, ou différemment. Sinon le voyageur ne savait rien, il ne s'appuyait que sur son expérience, longue certes, mais personnelle face à chaque nouvel humain. Il soupira "J'aurais cru avec le temps que cela s'apparentait à un bruit de fond, comme un ruisseau qui coulerait juste là ou on habite, à la fin on ne remarque même plus sa présence". Ses voix à lui n'étant que rares et éphémères, il ne perçait pas complétement la gravité de la souffrance de ceux qui ne pouvaient s'en débarrasser. Même s'il lui arrivait fréquemment d'en être le témoin.

"De tout" commença t-il par répondre avec l'intention de lui proposer de regarder de lui-même. Cependant quand il parla d'armes, il préféra siffler pour que sa Elle revienne vers lui, et tenter de conseiller au mieux le garçon qui semblait véritablement vouloir en découdre. Oz ne se positionnait pas contre les armes, il possédait lui même un arc, une dague, un lance pierre et un fouet. Il fallait savoir se défendre dans ses contrées, on ne pouvait jamais deviner devant quoi on allait se trouver au prochain tournant "J'ai quelques dagues si tu veux regarder, et cette étrange massue avec quelques piques plantées dessus, un homme que j'ai croisé me l'a échangé contre une chose qui l'intéressait davantage, il m'a dit que ça se nommait "Fléau"" Il tendit l'instrument au garçon, supposant que celui-là pourrait lui être bien utile. Il semblait agile et ne devrait pas avoir trop de difficulté à le manier. Et pour ce qu'il voulait en échange "Si tu as des trucs de l'espace qu'on trouve pas ici, de ton ancienne vie, ça m'intéresse, ou ce dont tu n'as pas besoin ... Quelqu'un pourra toujours y trouver une utilité"

Le voyageur pouvait parfois se révéler un vrai maquignon, mais tout dépendait de qui se trouvait en face de lui, il donnait rarement rien pour rien, sauf à Ahn. Il pouvait cependant autoriser le remboursement pour plus tard quand il savait la personne plus que démunie. Il évoquait alors une future rencontre, qui ne se produisait pas toujours, mais l'éclaireur savait aussi prendre des risques. Rarement il se trouvait déçu, ceux qu'il dépannait s'en rappelaient généralement toujours. Face aux resquilleurs cependant il pouvait devenir sévère et intraitable. Aujourd'hui pour le cent il n'avait l'intention de se montrer très dur en affaire, mais il n'allait pas le claironner non plus. L'homme du désert ne se sentait pas en danger face à ce garçon, bien qu'il le devina assez instable. Il se demandait quelle histoire se cachait derrière ce visage qui tendait à se vouloir insensible, mais n'y arrivait pas forcément toujours. Il ne poserait cependant pas la question, car il estimait que les confessions devaient venir des autres, ainsi que de leur envie de le dire.


Dernière édition par Ozvan Hickok-Cannary le Ven 19 Fév - 10:30, édité 1 fois
Invité
Invité
Anonymous

Gravity don’t mean too much for me — Ozvan & Tristam  Empty Re: Gravity don’t mean too much for me — Ozvan & Tristam

le Lun 2 Nov - 15:51
Un ruisseau qui coule, je n’avais jamais pu voir les choses de la sorte, je le regarde bien qu’il ne manquait pas d’esprit je suis persuadé qu’il ne sait pas ce que l’on ressent vraiment quand l’on est livré à soi même dans cette nature hostile. Oui, j’étais bien seul face à toutes ces voix que je ne pouvais pas affronter. Ils sont là, en permanence. Finalement je lui demandais ce qu’il avait et me parla de ce qu’il possédait. Il me tendit un objet étrange duquel ej m’emparait. Il était assez lourd bien que maniable. Je n’avais pas vraiment idée de savoir comment se servir de cet objet, c’était une massue me semblait-il, de quoi fendre un crane animal ! Je l’observais sur toutes les coutures avec une certaine curiosité. J’essayais de me souvenir où avoir vu ses objets là, la chaine était solide et les piques m’avaient l’air tout à fait dangereux. Un remarquable travail de forgeron.
C’était destructeur. Cela me plaisait.

J’écoutais distraitement ses mots avant de relever les yeux vers lui. Des objets du ciel. « Les natifs achètent nos objets… » Ce n’était pas vraiment une question, disons que je ne m’étais pas attendu à cela. Je n’avais pas eu conscience de leur curiosité à notre égard et peut-être que le stylo que j’avais offert à un Calusa avait de la valeur aujourd’hui. « Il ne me reste pas grand-chose d’eux, tu vois… Je n’ai même plus de bracelet. » Cela depuis bien longtemps, un an déjà. Je m’en étais séparé non pas sans douleur et rage. Oui, je suis mort. Avec Hannah, nous nous sommes donné la mort. Je me demande ce qu’ils ont pensé, ah… Ils ont certainement cru avoir réussi, mais c’est étrange, j’ai le sentiment qu’ils sont toujours là, à me chercher. Bien sur, ils n’ont pas retrouvé de corps. Ils sont à mes trousses, quoi qu’ils arrivent. Ils ne dormiront pas tranquille, ils me veulent du mal depuis si longtemps. « J’ai ça… » Lui disais-je en lui montrant négligemment mon barreta, je tirais, mais un cliquetis seul ce fit entendre. Pas de munitions. Mais qui me dit que lui n’en avait pas ? Je lui révélais ainsi que mon arme n’avait été un leur, mais cela ne l’avait pas même impressionné. Ce type s’en fichait probablement de mourir.
Je n’étais pas comme ça, je voulais vivre et leur prouver à tous.

Je souris faiblement, pour la première fois. « T’as peut-être des munitions, je n’sais pas si j’pourrais me servir de ce truc. Il n’est pas lourd, mais j’ai plus l’habitlude avec ça. » Me voila à parler d’arme avec un natif, alors que nous sommes sensé nous en mettre sur la gueule. Je cherchais dans mes poches et sorti mon vieux couteau papillon. Il m’avait tenu compagnie depuis longtemps, dessus état gravé le logo de l’Odyssée et la lame était articulé avec un système mécanique dont j’usais à cet instant avec une rapidité redoutable. Mais ce couteau je ne l’utilisais plus depuis longtemps, préférait le couteau offert par la calusa qui était bien plus puissant. Ce couteau de poche ferait pourtant l’affaire contre quelques munitions, pas vrai ? Je le lui jette alors en le refermant dans un mouvement du poigné.
† Hell Ain't Civilized †
Ozvan Hickok-Cannary
DATE D'INSCRIPTION : 27/05/2015 PSEUDO/PRENOM : I MULTICOMPTES : My Boy D'Arbanville & Hyacinthe & Dix & Elouan & Tam-Tam MESSAGES : 4887 CELEBRITE : Anson Mount COPYRIGHT : AVENGEDINCHAINS & Brimbelle & Pivette METIER/APTITUDES : Eclaireur & Orientation & Combat TRIBU : Rahjak POINTS GAGNES : 47

Gravity don’t mean too much for me — Ozvan & Tristam  Empty Re: Gravity don’t mean too much for me — Ozvan & Tristam

le Sam 14 Nov - 14:00
Les natifs, voilà donc comment il dénommait les grounders, L'homme du désert trouva le mot approprié et juste. Acheter ne se trouvait pas le mot juste, intéresser plutôt. Les terriens restaient trop chatouilleux en ce qui concernait les enfants du ciel, Oz s'étonnait d'ailleurs que celui-ci fut encore en vie. Probablement avait-il bien utilisé son temps de solitaire à devenir meilleur, plus fort, plus rusé, et que ceux dont il percevait les voix l'obligeaient à être prudent. Ainsi ce que certains devaient nommer folie le sauvait. Ironique. Et si beau. « Je dirais qu'ils sont curieux face à ce qu'ils ne connaissent pas, curieu et méfiants ... Aussi est-il préférable que je dis l'avoir trouvé prêt de votre camp ». Et encore, le Rahjak n'y avait pas encore dirigé ses pas. Plus tard. Ce cent jugeait l'arme proposée par Oz. Elle lui plaisait, et l'éclaireur le comprenait bien, ça pouvait infliger de belles blessures mortelles. Pas trop encombrant, facile à manier une fois habitué, peu de terriens voyageurs en possédaient, pour le garçon ce serait un bon avantage.

Non le vagabond ne craignait pas la mort, Ici on décédait relativement jeune, lui gardait une forme étonnante pour son âge, il ne sentait pas la fin venir, mais certaines fatigues s'installaient dans ses os. Il craignait ce temps ou il ne pourrait plus se déplacer, il préférait rendre l'âme avant, car sa sanité n'y survivrait pas s'il devait en venir à vivre sans se déplacer. Alors bien qu'il ne chercha pas particulièrement à perdre la vie, il acceptait les conséquences de ces actes parfois irréfléchis.

L'arme en elle-même ne l'intéressait pas, pour lui, mais comme un petit trésor de guerre oui. Seulement le garçon en ferait meilleur usage que lui. Non que son âme fut à ce point généreuse, mais il savait calculer une situation. Estimer à la fois le meilleur pour lui et son client. Dans ce cas il ne considérait pas sa rencontre comme tel, et bien qu'il aima à ressortir gagnant il pouvait concéder du leste quand l'autre ne retirait rien de bon. « Je n'en aurait pas usage et pour le moment il est préférable que ça ne circule pas trop, je craindrait trop que ça donne de mauvaises idées à mes congénères, si jamais je trouve ce que tu nommes munitions j'en garderais pour toi » Ce qui appelait implicitement une prochaine rencontre. Le voyageur ne l'excluait pas, il aimait à revoir certaines de ses rencontres, pour diverses raisons, qui lui tenaient plus à cœur. « Tu n'auras qu'à me trouver quelque d'ici là pour le fléau » Oz pensait que ce cent possédait une parole, que s'il s'engageait dans quelque chose? il ne s'en détournait pas, ou rarement avant d'avoir réussi. Donc le Rahjak concentait sans que Tristam lui eut demandé à lui octroyer partiellement sa confiance. L'avenir le renseignerait sur ce choix.

Il fallait maintenant que l'arrangement convienne au jeune sauvage. Les propositions aussi bonnes soient-elles ne conviennent pas toujours à ceux à qui elles sont adressées. Leur propre code s'applique, ou il sont en droit de refuser sans justifier ce dernier. Alors il faudrait trouver une solution différente, ce qui serait dommage, mais pouvait toujours s'envisager. Pour que toutes les parties en sortissent avec l'idée d'avoir réussit une bonne affaire.


Dernière édition par Ozvan Hickok-Cannary le Ven 19 Fév - 10:29, édité 1 fois
Invité
Invité
Anonymous

Gravity don’t mean too much for me — Ozvan & Tristam  Empty Re: Gravity don’t mean too much for me — Ozvan & Tristam

le Sam 28 Nov - 0:32
Je l’observe alors qu’il mentait à ses pairs, ne disait pas communiquer avec nous. J’imagine que c’était le plus sage à faire. Bien que moi, j’étais tout simplement incapable de mentir. Je ne pouvais pas le faire, je n’étais pas un menteur et je ne l’ai jamais été. Je n’avais jamais eu cette faculté et cela même si j’étais capable d’inventer de nouvelles réalités, mes pensées sincères sont toujours sorties de mes lèvres et je préférais me taire que de m’aventurer dans une version que je ne maitrisais pas. Ma réalité à moi, ces voix… Un mensonge pour d’autre, ma vérité à moi. Je me sentais disloqué, quand leur regard reflète leur pensée. Ils se trompaient tous : je ne suis pas fou. Le terrien ne trouvait pas mon arme utile, j’ignorai pourquoi je marchandais avec lui, je ne devrais pas lui faire confiance et pourtant ma curiosité était belle et bien là, j’observais cet homme et j’éprouvais l’étrange désir d’en savoir plus à son sujet. De le comprendre tout simplement, saisir ce qu’il est. Pourquoi il ne m’attaquait pas, son comportement ‘amical’ lui semblait naturel. Je ne voulais pas croire qu’il me cachait quelque chose, mais je savais à présent qu’il était capable de mentir. Je regarde de nouveau ce fléau avant de relever la tête vers lui et lui répondre « Je ne peux plus entrer dans le camp, je ne suis plus l’un des leurs. Mais je sais où ils cachent certaines choses, j’n’suis pas un traitre… J’voulais les empêcher de faire une connerie, mais ils sont manipulés. Ils ne m’ont pas eu. » Je ne sais pas si mon discourt lui paraitra sensé. En tout cas, c’était ma vérité. Une fois de plus, je ne cherchais pas à lui faire prendre des vessies pour des lanternes, je voulais seulement qu’il comprenne que je ne suis plus avec ces gens. Que je n’ai jamais été dans le fond, que j’étais à part depuis le début.

J’trouverais quelque chose, les munitions s’font rare parce que les cents n’en ont pas assez ; ils n’savent pas forcement en fabriquer, mais faut pas croire qu’ils n’en ont pas encore. Mais il n’en trouvera pas facilement. Il a du comprendre que malgré tout, mon rejet des cents et bien oui… Je tenais à cette arme. « T’es pas comme les autres que j’ai pu voir, toi aussi… T’es seul ? » Rattaché à personne, redevable à aucun clan ou groupe d’appartenance. Pourquoi me suis-je mis à espérer cette vérité ? Je ne sais pas, c’est difficile de se dire que l’on est vraiment seul et que personne n’est aussi seul que vous. Je l’avais choisi après tout. Ma solitude, je croyais bien trop en mes démons et n’avait pas lutté en vain. J’étais heureux ainsi, je crois. Même si je pensais que les choses pourraient être différentes, j’aimerai être bien plus heureux. J’aimerai connaître autre chose, ailleurs… J’avais besoin… Je savais maintenant ce qu’il me fallait. Je lui tends le Fléau et lui dit « Reprend le, je te trouverai quelque chose et toi… J’ai besoin d’une carte. » Je le regarde avec sérieux, j’ai besoin de savoir comme est ce monde. Où aller tout simplement. « Il me faut une carte qui va au-delà de cette montagne. Tu peux trouver ça ? » Oui, alors chacun se tiendrait-il de cet engagement ? J’avais bien plus besoin de cela, d’un espoir qui ne se trouve pas dans la solution d’une arme. A cet instant, l’horizon seul m’appelle.
† Hell Ain't Civilized †
Ozvan Hickok-Cannary
DATE D'INSCRIPTION : 27/05/2015 PSEUDO/PRENOM : I MULTICOMPTES : My Boy D'Arbanville & Hyacinthe & Dix & Elouan & Tam-Tam MESSAGES : 4887 CELEBRITE : Anson Mount COPYRIGHT : AVENGEDINCHAINS & Brimbelle & Pivette METIER/APTITUDES : Eclaireur & Orientation & Combat TRIBU : Rahjak POINTS GAGNES : 47

Gravity don’t mean too much for me — Ozvan & Tristam  Empty Re: Gravity don’t mean too much for me — Ozvan & Tristam

le Jeu 10 Déc - 11:24

Les saisons rythmaient souvent ces décisions pourtant dans le désert ce changement de climat ne se voyait quasiment pas, mais le Rahjak y trainait peu, faisant sans cesse des allers et retours. Il ne se posait nul part mais pour les rencontres telle que celle de Tristam il possédait tout son temps. Rien ne l'attendait, il espérait bien certaines rencontres mais il n'aimait pas précipiter les choses. Échanger avec un être humain restait précieux. Ça ne devait pas s'expédier comme une corvée. Il ignorait les pensées de l'ex-cent et ne cherchait pas non plus à les découvrir. Cependant de son point de vue il ne croyait pas mentir, non, plutôt prendre des précautions. Surtout avec les terriens, certains se montraient particulièrement chatouilleux, et le vagabond ne voulait pas s'empêcher de faire ce qu'il désirait, pour lui ça devenait vital. Il écouta avec intérêt ce que lui disait l'enfant du ciel sauvage. Ozvan ne le prenait pas pour un fou, ce qu'il racontait pour lui résonnait de sens. « Pour en être arrivé là je veux ben croire qu'ils sont manipulés » Déclara l'éclaireur qui soupesait chaque mot sortant des lèvres du jeune homme  « C'est sans doute meilleur pour toi que tu n'y sois plus, qui en faisant cette action tu leur à peut-être sauvé la vie, ils comprendront plus tard ou pas, mais maintenant tu fais ta propre vie, c'est mieux .. »

Le voyageur le disait comme il le pensait, il ne s'agissait pas d'une flatterie, il se pouvait qu'il ne donnait qu'une vision de la vérité à certains mais il n'exprimait jamais des choses qu’il ne croyait pas. Il ne se donnait pas non plus le droit de juger des choix de cet étrange garçon dont la situation s'avérait particulièrement singulière.  « Je suis issu d'une tribu mais je partage pas sa façon de vivre, je suis seul oui, sans famille, je voyage, je ne m'arrête jamais parce que j'aime cela mais aussi .... je ne dois pas rester sur place ou me reposer trop, ce n'est pas très bon pour ma tête  » Ou son mental, peu importait le mot, Oz pensait que l'individu le comprendrait. Ils parlaient chacun une partie du même langage sans qu'il soit complétement identique.

Le Rahjak refusa de récupérer le Fléau, il le reposa aux pieds du jeune homme « Garde le, il m'encombre, tu me ferais une fleur » expliqua t-il tout en songeant à la demande du garçon. Pourtant l'homme du désert ne donnait jamais rien pour rien. Sauf à Ahn. Elle, l'exception. Lui il devenait l'entorse à la règle. Une fois. « Si tu as du papier sur toi, je peux te dessiner cette carte » proposa le vagabond tout en observant Tristam attentivement « J'ai voyagé loin, je suis éclaireur, tous les chemins sont dans ma tête, évidement ce sera grossier mais clair, et tu pourras le reconstituer à ta manière » Seulement cette fois il ne possédait ni carnet, ni livre qui puisse servir à constituer ce que le brun à la longue chevelure désirait. Il aurait pu aussi lui proposer de le mener à travers le pays, mais il supposait que ce gaillard-là refuserait. Il lui semblait trop indépendant, puis Ozvan avait quelques projets. « Au pire je te le dessiner sur cette terre ou si on trouve un roche assez grand, avec un peu de craie ou de charbon »

L'homme du désert regardait autour de lui , mais ne trouvait rien, peut-être aussi qu'avec une vieille branche cassée il pourrait tracer quelque chose de viable dans la terre. Une autre idée cependant lui vint en tête qu'il émit tout en n'était pas certain de réussir ce tour de force « Ou alors is on enlève l'écorce d'un arbre, le dessous reste tendre, il y a moyen d'y graver quelque chose, le cacher et que tu y reviennes par la suite »


Dernière édition par Ozvan Hickok-Cannary le Ven 19 Fév - 10:28, édité 1 fois
Invité
Invité
Anonymous

Gravity don’t mean too much for me — Ozvan & Tristam  Empty Re: Gravity don’t mean too much for me — Ozvan & Tristam

le Lun 21 Déc - 14:23
Cet homme disait me croire, c’était troublant et grisant à la fois. J’avais baissé ma garde à son égard alors qu’habituellement je ne suis qu’un être infect repoussant toute créature humaine voulant s’approcher de moi. Beaucoup trop craintif et sur la défensive avec ces animaux là. Cependant, cet étranger était parvenu à percer mes défenses sans que je ne m’en rende compte. J’ignore s’ils comprendront, j’ai voulu les aider. Mais j’ai surtout voulu me sauver. C’était trop tard, il sera trop tard quand ils viendront. Nous seront définitivement condamnés. Mais je ne les laisserais pas m’avoir si facilement. Je regarde cet homme qui parlait de sa tribu et du fait que lui aussi c’était senti… A part. Il était seul. Je n’ai rien dit de plus, parce que je savais que dire de plus, je pouvais comprendre ce qu’il vivait car moi aussi je n’ai pas de famille et pourtant, Hannah me manque terriblement. Je me souvenais avoir pensé un moment même un jour avoir un enfant d’elle, bien sur cela n’était pas possible car les femmes portent toutes un implant. Mais j’y avis songé, par amour. Je m’étais ravisé et jamais je ne lui avais parlé de cette pensée. Il y avait bien des songes que je n’avais jamais dit, pas même à cette femme que j’aime tant. Cette femme qui me manque terriblement. Quand il me demande de garder le fléau, j’ai du mal à masquer ma surprise. Parce que je ne voyais pas la raison d’un tel présent de sa part. Alors je me contente d’incliner légèrement la tête en guise de remerciement. Je n’étais pas quelqu’un qui exprimait facilement sa reconnaissance.

Il me proposa de dessiner une carte. Je réfléchis un moment alors qu’il me propose plusieurs supports. D’un geste peu assuré je détache une boucle et sort d’une poche en peau un cahier quelque peu abimé. Hannah m’en avait fait présente avant que je ne parte. Il s’agissait d’un registre qu’elle avait fait concernant les plantes de la forêt inutile de dire à quel point cela avait pu me secourir. Il y avait encore beaucoup de pages vierges alors je l’ai ouvert lentement et lui tendais le carnet sur les pages vides. « Je n’ai rien pour écrire, j’ai offert mon stylo à… » Qu’est-ce que ça peut bien lui faire ? Je préfère qu’il écrive dessus, ainsi je pourrais l’emmener avec moi, je ne veux pas d’une carte éphémère dans la terre ou de quelque chose d’immobile. Et s’il cherchait à me piéger ? Bien sur que j’y pense, inutile de le souffler à mon oreille. J’avais bien conscience du risque, je comptais bien faire examiner la carte par Gen avant de songer à l’exploiter pour voyager dans ce monde.

« Tu peux écrire dessus ; j’aimerai m’en aller d’ici. Seulement, je ne sais pas comment éviter les indigènes tout en contournant le camp. Ce que j’veux, c’est aller là bas. » Je lui désigne d’un geste du menton la montagne, je veux aller de l’autre coté. Personne ne me retrouvera là bas. J’ai besoin de savoir que c’est possible de m’y rendre. Je sais que c’est un pari fou, Gen m’a expliqué que sa tribu habite cette montagne et qu’ils ne le laisseront jamais passer. Leur territoire était bien gardé, je me souvenais être entré dans le village Calusa, j’imagine qu’il n’est pas de la même tribu que Kathelynn. A vrai dire, je ne lui ai jamais posé la question. Je ne cherche pas relié mes connaissances, je veux partir d’ici. J’avais probablement tord de ne pas me fier aux aides que je puisse recevoir des mes ‘amis’, mais ils me disent de m’en méfier. Alors c’était ce que je faisais. Moi qui ne voulais pas obéir. J’étais trop faible.
† Hell Ain't Civilized †
Ozvan Hickok-Cannary
DATE D'INSCRIPTION : 27/05/2015 PSEUDO/PRENOM : I MULTICOMPTES : My Boy D'Arbanville & Hyacinthe & Dix & Elouan & Tam-Tam MESSAGES : 4887 CELEBRITE : Anson Mount COPYRIGHT : AVENGEDINCHAINS & Brimbelle & Pivette METIER/APTITUDES : Eclaireur & Orientation & Combat TRIBU : Rahjak POINTS GAGNES : 47

Gravity don’t mean too much for me — Ozvan & Tristam  Empty Re: Gravity don’t mean too much for me — Ozvan & Tristam

le Sam 2 Jan - 1:02
A travers les intempéries il traverse la vie, il admire les immenses plaines vertes qui parfois, envahies de fleurs sauvages, prennent des teintes rouges ou jaunes. Il marche à coté de la rivière chantante l'été mais glacée l'hiver. Il s'arrête dans les villages ou grandissent les enfants, et meurent des adultes parfois plus jeunes que lui. Il grimpe la montagne dont la pluie corrode les pierres, mais ou les sentiers fleurent un goût d'éternité. Et parfois malgré la présence de Elle, la solitude pèse sur son cœur comme une enclume. Mais il sait qu'aucune autre façon de vivre ne serait adaptée à lui. Le vagabond. Alors même si son historique diffère il possède la capacité de sentir proche du cent.  Naître dans un même endroit ne garantie rien, l'éducation parfois diverge, ainsi que le caractère de ceux qui vous prennent en charge, et vous forgent pour le futur une partie de votre être. Probablement, même certainement que le Rahjak ne connaîtra pas la joie de s'installer dans sa propre famille, lui qui fond devant les enfants. Alors le voyageur protège ceux des autres, car à ses yeux il représentent l'espoir d'une amélioration future. De changements qui pourraient se diriger vers une ouverture au monde dont il leur parle pour éveiller leur curiosité, l'envie de ne pas se contenter des miettes plus ou moins véridiques qu'on leur donne sur ceux qui ne leur ressemblent pas.

Ozvan apprécie que le garçon garde le fléau, qu'il l'accepte reste le meilleur remerciement qui soit. Il voudrait faire plus pour cet enfant perdu, mais il à cerné très rapidement la fierté de ce dernier. Pour l'un comme pour l'autre il n'est nul besoin d'insister, les mots invisibles traduisent parfois beaucoup plus qu'une vraie parole. Le jeune homme désire vraiment la carte, il lui tend un support ou il pourra lui reproduire la connaissance des lieux que le vagabond à parcouru depuis plusieurs décennies. Il récupère ce vieux crayon dans sa besace, de l'encre serait mieux, mais il s'agit d'un ingrédient qui lui manque souvent car recherché par beaucoup de monde « Très bien je vais te faire ça du mieux que je peux  »  lui dit-il après que le sauvage exprime plus explicitement quels sont ces besoins. Il s’appuie sur la croupe de son Alezane pour que l'ancien papier ne pli pas, et en questionnant sa mémoire, Le Rahjak trace chemins, raccourcis et diverses sentiers ou même embuches que le cent pourrait ignorer, dans la direction ou il souhaite se diriger. Attentif à son travail qu'il veut concis, précis et facile à lire il se tait pendant un long moment ne surveillant pas ce à quoi le jeune homme s’occupe.

Mais lui comme Tristam jouissent d'une totale liberté, alors cette rencontre peut se considérer comme un échange de savoir. L'éclaireur juge sa reconstitution suffisante et revient vers l'autre à la longue chevelure, tout en posant un doigt sur un point précis. « Ici se trouve une petit passage escarpé, tu pourras appelé ça un passage secret mais en réalité il est oublié, il faut que tu fouilles parmi la végétation mais tu ne devrais pas avoir trop de difficulté. Je l'empreinte parfois, donc les branches qui semblent entremêlées ne sont en réalité qu'un leurre » Puis il remet le tout entre les mains de l'étranger. Si ils se revoient, que l'enfant du ciel survit alors il deviendra une connaissance. Pour le moment ils ne sont qu'un point dans la vie de chacun, un instant, au milieu de l'histoire de leur voyage. Minuscule.  « Partout ou tu vois une croix, j'ai bâti un abri, souvent bien dissimulé, ou tu pourras te reposer ou t’abriter en hiver si tu en as besoin, je n'y passe qu'une fois ou deux l'année » le garçon n'a rien demandé, et sans doute n'en fera t-il pas usage mais les hivers vous affaiblissent de façon traîtresse, et la fin se déclenche avant même de l'identifier.

Spoiler:
Bonne Année [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Dernière édition par Ozvan Hickok-Cannary le Ven 19 Fév - 10:27, édité 1 fois
Invité
Invité
Anonymous

Gravity don’t mean too much for me — Ozvan & Tristam  Empty Re: Gravity don’t mean too much for me — Ozvan & Tristam

le Sam 16 Jan - 15:17
Accepter ce fléau,  ne rien donner en échange me laissait redevable envers ce terrien. Mais j’étais persuadé qu’un jour je pourrais lui être utile. J’étais un bon combattant et il était âgé, j’aurais bien pu être un voleur. Mais je n’étais pas ce genre de personne, j’étais né avec une certaine justice en mon cœur et Gen m’avait enseigné la loyauté. Je devais être loyal envers moi-même et ne jamais me comporter comme les autres parce que c’est ce qu’ils ont toujours voulu faire. Dans e fond, Gen fut jamais le seul à croire en moi et à vouloir développer mes dons et capacités à être, moi. Un jour je lui rendrais la même, sa demande n’avait pas été ignoré de mon esprit et quand je pourrais lui trouver des objets correspondants je les garderai en mémoire de ce qu’il voulait, d’ailleurs je pensais même les poser dans un des abris qu’il m’avait désigné par des croix car je ne voulais pas m’encombrer d’objets à mon sens inutiles. C’était un deal que j’avais décidé de passer en silence, j’y déposerais régulièrement quelques objets qui l’intéresseront probablement. Qui sait, peut-être qu’un jour m’aiderait-il de nouveau. Cette carte était hors de prix à mes yeux, le fil vers ma liberté et j’avais curieusement envie de lui faire confiance. Je peux partir d’ici, mais pas immédiatement. Il me manque… Hannah… Je crois que je dois me résoudre à la revoir. Elle me manque, j’ai espoir de lui manquer également. J’ai besoin d’être sur… Que notre adieu soit définitif, quand je pense à ma fuite, nos adieux précipités j’avais la sensation d’avoir laissé quelque chose d’inachevé… Notre amour avec des points de suspension. Car aucun de nous n’a mis de point définitif. Je dois y retourner.

Je reprends le carnet et jette un coup d’œil au croquis avec un œil scientifique. Ce n’était pas tout à fait l’échelle, mais je pensais pouvoir évaluer le tems qu’il me faudrait en partant des ruines. Je relève la tête en direction du marchand « Merci, je ne dévoilerai à personne où sont tes abris. » Une promesse des plus sincère, Tristam Di Ruzo n’avait qu’une seule parole, mais il n’était pas obligé de me croire car après tout il ne me connaît pas et que les gens sont devenu les pires menteur. Ils mentent sans cesse et moi-même je ne sais plus en qui faire confiance, alors non... Je ne veux pas être comme eux et demeurer loyal.

Je souris faiblement, je me sens étrange. Il y a ce lien étrange entre nous, je crois que j’ai confiance en lui alors que je n’avais aucune raison de le faire, c’était bon. D’oublier un moment sa méfiance, je me sentais à vrai dire… Soulagé. Je range avec précaution ce carnet usé et relève la tête vers lui avant de reculer d’un pas. « Quand ceux du ciel viendront à leur tour, méfies-toi… Il ne faut pas s’en approcher, ils ne sont pas comme les cents. » Pourquoi je lui donner ce conseil ? Il m’a bien aidé, je pouvais bien le mettre en garde après tout. « Ils n’ont pas des intentions de paix, ils peuvent bien même tuer les autres de leur propre camp pour le pouvoir. Ce sont des monstres. » Je ne mâchais pas mes mots, nous sommes des échappés. Des criminels, mai sils sont trop stupides. Ils continuent de les servir au camp, alors qu’ils seront les premiers à se faire écraser. Je lui montre mon poignet où reste une cicatrice et lui dit « J’ai du me faire ça, pour leur échapper. Mais s’ils me retrouvent ils me le feront payer. Je sais qu’ils sont après moi. C’est pour cela que je veux partir. » Pourquoi es-ce que je lui dit tout cela me concernant ? Comme dit plus tôt, j’avais bêtement confiance en lui. Je prenais des risques, je crois en sa bienveillance.
† Hell Ain't Civilized †
Ozvan Hickok-Cannary
DATE D'INSCRIPTION : 27/05/2015 PSEUDO/PRENOM : I MULTICOMPTES : My Boy D'Arbanville & Hyacinthe & Dix & Elouan & Tam-Tam MESSAGES : 4887 CELEBRITE : Anson Mount COPYRIGHT : AVENGEDINCHAINS & Brimbelle & Pivette METIER/APTITUDES : Eclaireur & Orientation & Combat TRIBU : Rahjak POINTS GAGNES : 47

Gravity don’t mean too much for me — Ozvan & Tristam  Empty Re: Gravity don’t mean too much for me — Ozvan & Tristam

le Jeu 4 Fév - 19:27
Tranquillement le Rahjak lui laisse observer la carte. Bien qu'ayant un cœur ouvert aux autres, il ne donne que rarement gratuitement. Sauf à Ahn. Mais l'homme du désert n'a encore jamais rencontré un tel être que celui qui se dresse devant lui. A aucun moment il ne cherche ce qu'il pourrait en tirer car il le voit plutôt comme un enfant à la dérive. Un gosse malin et rusé, mais qui malgré son indépendance nécessite qu'on lui offre un peu d'aide. Non pas de pitié ni même de compassion. Juste faire en sorte qu'il ressorte avec un plus de leur rencontre. A part Eon, et de rares spécimens, jamais il n'a indiqué ses abris à d'autres. La plupart sont bien dissimulés, mais il ne pense pas devoir le lui indiquer, un garçon comme lui s'en doutera. Cet enfant du ciel saura chercher aux bons endroits, Oz n'en doute pas une seconde. Il à comprit que le garçon aux cheveux longs doit savoir se dissimuler. Certainement il possède déjà ses propres cachettes, mais des possibilités en plus ça ne se refuse pas. Et si jamais l'homme du désert voit qu'un de ces lieux dégage de la vie, il en choisira un autre pour ne pas déranger celui qui s'y trouverait.  A moins qu'il ne passe voir quelques instants comment les choses se déroulent pour Tristam.

« Je te crois »

Le vagabond aurait pu dire *Je sais* mais il trouve que cette remarque aurait sonné prétentieuse. De plus pas une seconde il ne se doute du marché silencieux que passe le jeune homme. Comment le pourrait-il ? l'Omniscience ne fait pas partie de ses qualités. Ou défauts. Et même s'il perçoit des voix, il en connait pertinemment l'origine. Alors le jour ou il découvrira quelque chose, il devinera certainement la provenance. Il en sera surpris, ravi, reconnaissant. Ils seront quitte, mais pour lui ils le sont déjà à partir du moment ou le brun reste en vie. Son regard soudain devient plus perçant, il écoute les mots de son vis-à-vis. Il les soupèse et les prend en compte. Le rahjak pense que l'autre ne parlerait que pour dire des choses conséquentes. De plus, il se trouve tout disposé à le croire car

« Oui pour vous balancer comme ça, seuls, sans vivres ... » Oz ne termine pas son énumération car il ne connait pas exactement la situation des autres, même si il en à entendu parler « Ils ne doivent pas avoir beaucoup de bonté en leur cœur »

Et pourtant le voyageur ne pourrait se poser en exemple de cette qualité là, car plus jeune, il à osé des exactions qu'il ne se pardonne pas. Et parfois il lui arrive de réagir encore avec indifférence à certaines misères humaines, mais malgré tout jamais il n'abandonnerait des jeunes de cette manière là. Pour lui cette action ressemble à un sacrifice pas un sauvetage, alors il ne pense pas qu'il pourrait être ravi de rencontrer ceux qui l'ont commis. Ensuite il examine le poignet du jeune homme pour se faire une meilleure idée de ce à quoi il doit s'attendre. Ses yeux d'aciers se remplissent d'une ombre qu'il ne serait bon à personne d'affronter.

« Si jamais tu as besoin d'aide, laisse trois cailloux noirs dans cet abri .... » Il désigne un endroit précis dans la forêt profonde ou le voyageur à déjà aposé une petite croix. « Je te trouverais »

Tout comme le cent il tiendra sa promesse si elle venait à se réclamer. Il ne pense pas avoir besoin d'en dire plus, ni même il ne souhaite en savoir plus. D'une certaine façon il ne comprend pas pourquoi ces gens sont partis si loin, pour se tuer les uns et les autres et finir comme des ennemis parmi leurs ancêtres. Tout cela reste étrange mais pourtant il prendra le temps de les regarder vivre, il pourrait s'en trouver un meilleur... Il en existe toujours.

Spoiler:
Je te répond pour Tennessee ce Week-end


Dernière édition par Ozvan Hickok-Cannary le Ven 19 Fév - 10:26, édité 1 fois
Invité
Invité
Anonymous

Gravity don’t mean too much for me — Ozvan & Tristam  Empty Re: Gravity don’t mean too much for me — Ozvan & Tristam

le Sam 6 Fév - 10:42
Le vieil homme ne semblait pas se méfier de mon discours, je crois même qu’il adhérait plus ou moins à mon idée de persécution à mon égard. Je me sentais rassuré par ce fait. Je ne suis pas un fou, ce n’est pas un délire. C’est la vérité, celle qui fait peur et que personne ne veut admettre tout simplement. Je n’ajoute rien de plus concernant le ciel, cela me met dans une telle colère et je ne veux pas l’éveiller. Pas maintenant. Je regarde cet individu qui sans violence était entré dans mon espace de confort. Je regarde le point désigné sur la carte, relevant mes yeux vers lui. Je le dévisage un moment, me demandant s’il passe souvent dans cet abri et si je ne risque pas de le rencontrer si jamais je venais m’y abriter. N’avait-il pas dit qu’il n’y allait jamais ? Bon sang, me voici encore en train de douter. Je tente de prendre un souffle paisible pour soulever doucement cette cage thoracique oppressée par l’angoisse. Pourquoi est-ce que je fais confiance en cet adulte ? Je me le demandais bien, en quoi était-il différent des autres ? La réponse était : rien. Pourtant, j’en faisais bel et bien une. Peut-être bien son âme de vagabond me plaisait telle, à moins qu’il n’ait su m’acheter avec ces divers trophées ? Je l’ignore… J’ai peur. Mais je ne le lui montre pas, je suis près à me défendre alors que paradoxalement je tente de me convaincre que je ne risque rien avec lui ; n’est-ce pas ? Je veux y croire du moins, car il n’était pas question de méfiance jusque là. Je hoche simplement la tête, avec une certaine gravité dans le regard avant de lui demander bien que je ne suis pas certains de savoir si je veux entendre la réponse ou non. « Pourquoi est-ce que tu viendrais à mon aide, tu ne me dois rien. » Non, le contraire était bien plus évident à cet instant. Je lui devais quelque chose, je ne sais pas si je serais capable surtout de demander de l’aide à qui que ce soit en matière de survie. Mais je ne sais pas de quoi le futur est fait.

Il me trouvera, je me demande si c’est bon signe. Les démons reviennent et je ne veux pas faire de mal à cet homme qui m’a aidé. Je regarde cet homme que j’estime de confiance sans savoir pourquoi, je n’avais nulle envie de disjoncter, d’écouter ce que l’on me dit si cruellement. Je ne peux pas croire qu’il cherche à me manipuler. C’était assez paradoxal en mon esprit, j’étais en manque cruel de compagnie mais je ne pouvais m’empêcher de me méfier de qui que ce soit osant s’approcher de moi. « Je n’ai pas l’habitude à ce que les gens soient tendres avec moi, je ne le suis pas non plus. Pourquoi crois-tu que je mériterais ce traitement de faveur ? » Oui, pourquoi alors que je l’avais menacé. Je devais cesser avec ces interrogations, mais le doute surgit à la surface de toutes mes pensées et s’imposent à moi. Cependant, je tiendrais promesse. Quoi qu'il arrive. Dieu merci, j'ai encore un peu d'honneur.
Je me sens mieux.
Je ne suis pas tout à fait... Un monstre.
Contenu sponsorisé

Gravity don’t mean too much for me — Ozvan & Tristam  Empty Re: Gravity don’t mean too much for me — Ozvan & Tristam

Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum