Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous

Faut pas merder avec les femmes Rahjak, sinon ya toujours un de ses frères pour te péter la gueule [Ozvan] Empty Faut pas merder avec les femmes Rahjak, sinon ya toujours un de ses frères pour te péter la gueule [Ozvan]

le Mar 2 Juin 2015 - 1:10
Partie depuis des jours, Solan revient dans sa maison, animé désormais de cette odeur familière et féminine. Les mains chargé de bois vert et de plume de toute les couleurs, il déposa ses trouvailles sur le plan de travail de la cuisine. Vivre avec Freya l'avait contraint à devenir plus organisé et plus propre. Alors il n'attendit pas une seconde avant de ranger chaque chose à sa place. Surtout que ça semblait beaucoup déranger l'adolescente lorsqu'il laissait le moindre truc traîner. Un mot accroché d'un clou sur la porte d'entrée. Un mode de communication courant entre eux, puis qu'il ne peut parler. « Je suis dans les parages, ne t'en fais pas. Et arrête de partir aussi longtemps ! » Un petit visage mécontent dessiné sur le côté. Solan sourit attendrit, mais se sentait légèrement coupable. Sa nouvelle position de père était si soudaine, qu'il oubliait parfois que ses priorités se tournait vers Freya. La mort de sa mère l'avait cependant poussé dans ses retranchements et il avait eu besoin de temps et d'isolement avant de pouvoir retrouver le sourire. Freya, malgré son côté direct et maladroit, l'avait compris. Du moins, tant qu'on lui expliquait d'une manière clair et sans détour, elle acquiesçait sans faire d'histoire. Puis la perte d'une mère. Elle seule pouvait le comprendre en ces temps difficile. Le deuil d'un parent cher, reste une épreuve douloureuse, même quand on s'appelait Solan et qu'on laissait le malheur glisser sur ses épaules comme si de rien n'était.

Il garde le bout de papier, comme un souvenir en somme. Le range dans un tiroir de son plan de travail et referme la boite qui contenait ses appâts. Bizarrement ouverte. Peut-être que Freya était partie pêcher. Il fut déçu qu'elle ne l'ait pas attendu.

Il part dans la salle d'eau, récupérant un seau plein d'eau qui s'était tiédis au soleil. Sa fille avait pensé à le remplir chaque jour, il en était reconnaissant. Il put enfin se laver après une marche de plusieurs heures. Son corps ruisselait de crasses à travers les grilles qui donnait dans le vide de sa maison sur pilotis. Il pouvait voir entre les grilles, la verdure de l'herbe et le marron de l'écorce et la terre. Il frotte une dernière fois son corps et utilise ce qui reste d'eau pour se rincer. Ça le réveille, l'eau n'étant pas encore assez chaude.

Les cheveux encore humide, il se balade en pantalon de toile brune, les pieds nus, une tunique beige pour couvrir son torse. Freya l'avait déjà vu torse nu et il se souvenait de l'expression de son visage à chaque fois. Elle ne comprenait pas pourquoi un homme libre et non violent pouvait posséder autant de trace de violence sur son corps. Et il était difficile à Solan de mentir ou d'expliquer sur ce sujet. Pour lui, rien d'anormal même s'il ne ferait jamais subir ça à ses enfants. C'était certains. Lui, ne retient que la douceur de sa mère, même si elle avait mentit concernant son père, même si elle l'avait garder dans l'ignorance. Son ventre gargouille et le voilà parti pour sortir des placards pain et viande séchée. Un cadeau de Laurelin avant son départ de chez elle.

Couteau à la main, on frappe à la porte. Ses sourcils se froncent, Freya ne frappait pas, elle entrait, tout simplement, comme le reste de sa famille d'ailleurs, surtout les indésirables comme Conrad. Il repose le couteau et vient ouvrir la porte. L'invité surprise est comme son adjectif l'indique, plus que surprenant. Grand, vieux, poilus, d'ailleurs et toujours ce regard familier qui lui prends aux tripes. Qui était-il ?

Il tapote de son index la poitrine de l'inconnu et avec sa main et l'expression de son visage, fait comprendre qu'il ne savait pas qui il était, ni ce qu'il voulait. La politesse quand on était muet, n'était pas nécessaire. Autant aller au direct.
† Hell Ain't Civilized †
Ozvan Hickok-Cannary
DATE D'INSCRIPTION : 27/05/2015 PSEUDO/PRENOM : I MULTICOMPTES : My Boy D'Arbanville & Hyacinthe & Dix & Elouan & Tam-Tam MESSAGES : 4869 CELEBRITE : Anson Mount COPYRIGHT : AVENGEDINCHAINS & Brimbelle & Pivette METIER/APTITUDES : Eclaireur & Orientation & Combat TRIBU : Rahjak POINTS GAGNES : 45
Voir le profil de l'utilisateur

Faut pas merder avec les femmes Rahjak, sinon ya toujours un de ses frères pour te péter la gueule [Ozvan] Empty Re: Faut pas merder avec les femmes Rahjak, sinon ya toujours un de ses frères pour te péter la gueule [Ozvan]

le Jeu 4 Juin 2015 - 0:08
Le chemin avait été long mais il n'était pas homme à s'en plaindre. C'était sa vie, sa passion ainsi que sa raison de vivre désormais. A UNE exception prêt : Freya. Il ne restait plus de famille au Rahjak à défaut de sa nièce. Il l'avait retrouvé sur le tard, heureux de cette découverte  dont il n'avait que peu profité. Nomade il ne sacrifiait que rarement son temps, de plus elle avait sa mère. Jusque là il n'avait jamais eut à veiller sur personne d'autre que lui-même. Égoïste certainement mais il ne l'aurait pas démenti. Oz savait ses défauts, ne se voyait que peu de qualités à part la loyauté. Qui s'en souciait d'ailleurs? Parfois il faisait escale parmi elles deux. Gardant toujours une petite babiole pour l'enfant en échange d'un bon repas. Rien pour rien ça n'existait pas pour lui. Il n'y avait que Ahn jusque là qui avait bénéficié de la gratuité des objets. Oui ça s'appelait un cadeau mais  il ne prononçait ce mot. Alors il était arrivé après la tragédie, sa soeur morte, sa nièce envolée chez son père biologique. Un Calusa, pas étonnant qu'on ne lui ait rien dit. Non pas que ça le gêna, cependant comme il ne parlait aucunement de lui sa soeur n'aurait pu deviner que ça n'avait aucune incidence sur la façon dont il percevait  cette enfant. Une jeune fille désormais.

Maintenant fallait pas abuser, comment savoir qu'il serait bon avec elle. Si il allait la considérer comme son esclave et lui faire exécuter toutes les corvées. Pas question, il devait se rendre compte en personne. Ainsi il saisit quelques une de ses affaires oubliées, les fourra tout à trac dans un vieux sac. Puis laissant tout autre autre occupation il s'en alla sans dévier de son chemin. Il entreprit cette longue route épuisante et mortelle pour certains. Oz ignorait le lieu exact ou vivait ce géniteur mais ça ne représentait pas un frein. Toujours il trouvait ce qui devait l'être. Le but était important alors il n'avait prit des pauses que pour l'indispensable autant dire qu'il ne brillait pas comme un sous neuf. Mais ça c'était le moindre de ses soucis. Il finit par dénicher cette petite bicoque après quelques détours et aventures. Le presque cinquantenaire tocqua à la porte ce qui de sa part restait particulièrement civilisé. Et bien qu'il n'ait préparé aucun discours l'impatience le rongeait. La voilà qui s'ouvre ...


Voici l'homme, Oz l'observe quelques instants alors que l'autre le tapote sur la poitrine. Le Rahjak aurait été plus jeune d'au moins dix ans son vis à vis tout hôte qu'il soit ce serait retrouvé violemment rejeté vers l'arrière. S'il n'est pas devenu sage, il prend le temps d’écouter et dans ce cas précis de réfléchir. Des hommes à la langue coupée il en à rencontrés quelques-uns, donc les mimiques ne lui sont pas inconnues. Le Calusa ne parle pas quel qu'en soit la raison. Ça commence déjà mal. Alors Oz pénètre à l'intérieur sans y avoir été invité, mais sans brusquer le fameux père de la petite. Il pose le sac par terre puis se retourne sans sourciller et d'un ton caverneux déclare :

« C'est à freya » tout en regardant autour de lui mais n'entend aucun bruit, voix ou mouvement. Puis rajoute de façon plus impérative « Ou est-elle? » enfin pour montrer qu'il à comprit la situation du muet « Un geste suffira »

Pour le quarantenaire il n'a fait preuve d'aucune impolitesse, elle fait partie de sa famille, il à donc tous les droits. Il sait très bien qu'elle protesterait de sa façon de faire. Mais il doit la voir avant tout pour s'assurer que tout est correct. Après il verra que penser de celui qui habite ces lieux. Lui ne croit pas qu'il doit se justifier mais dans une tentative de garder les esprits au calme il juge bon  d'expliciter.

« Je suis son oncle »

Ce sera tout, il en à dit assez. Maintenant au tour de l'autre de le conduire vers celle qu'il souhaite revoir. La dessus il ne tranchera pas et son regard le laisse comprendre. Il ne se fait pourtant pas menaçant car il s'agit du père de la petite. Il ne veut pas qu'un malentendu se crée même si sa façon d'agir reste cavalière. Malgré tout il en faudrait très peu pour que le Rahjak s'enflamme.
Invité
Invité
Anonymous

Faut pas merder avec les femmes Rahjak, sinon ya toujours un de ses frères pour te péter la gueule [Ozvan] Empty Re: Faut pas merder avec les femmes Rahjak, sinon ya toujours un de ses frères pour te péter la gueule [Ozvan]

le Sam 6 Juin 2015 - 17:08
La surprise pour Solan. Rare sont les visiteurs depuis que Léo est de nouveau porté disparus et qu'Athéna a mis les voiles après la mort de sa fille. Ce qu'il pouvait largement comprendre désormais. Habitant en bord de mer, la peur que Freya ne sache pas nagé lui était venue en tête et il n'avait pas encore entamé le sujet. La jugeant peut-être assez grande pour se méfier des vagues au besoin. L'homme imposant et barbu rentre dans la maisonnette alors que le muet recule d'un pas, pris au dépourvu. Il écarquillait les yeux comme un enfant, presque trop impressionné par cette homme, pour oser le rejeter. Il pose un sac sur la table et se contente d'expliquer qu'il appartenait à Freya, sa fille. Maintenant le Calusa fronce les sourcils et cherche leur lien à ces deux là. Cétait vraiment une première pour Solan, qui ne chercha même pas à mentir. Il pointa la porte de son index pour faire comprendre qu'elle était dehors. Et puis après tout, c'était tout ce qu'il savait. Peut-être aurait il dû être plus … étouffant, mais il se souvenait qu'adolescent il préférait la solitude et la nature à l’enfermement. Comment pourrait-il imposer ça à quelqu'un. « Je suis son oncle. » La voix grave qui résonnait entre ses murs met enfin fin aux questions qui bourgeonnaient dans la tête du pêcheur. Ses épaules se détendaient et il hocha la tête comme si il venait de comprendre.

Si l'invité imposé avait prévu de faire comme si il était le bienvenu, Solan allait prétendre que ceux-ci ne le perturbait pas plus qu'outre mesure. Bien que ce ne soit pas totalement vrai. Il passa de l'autre côté de la planche de travail pour sortir tasses et vielles et vielle casserolle. Le feu avait été préparé il ne manquait plus qu'à l'allumer. C'était plus que son chauffage, c'était pour lui à la fois son four et sa cuisinière, quand il n'était pas dehors à faire fumer son poisson et sa viande.

Il regarda l'homme, toujours planté au milieu de la pièce. Il lui montra le fauteuil près de la fenêtre, signe qu'il pouvait rester jusqu'à ce qu'elle arrive. Si c'était son oncle, elle sera certainement ravi de le voir. Solan se souvient des larmes de panique qui avait envahis Freya quand elle avait réellement compris ce que le mot mort impliquait. Elle était venue à la rencontre de Solan, bien avant de faire son deuil. En plein dénie, elle était encore persuader de revoir sa mère débarquait sur le pas de la porte le lendemain. En plein deuil lui aussi, il avait eu énormément de peine pour sa fille et ne savait plus comment la rassurer, elle s'était exilé d'un monde connu pour venir dans un village de pêcheur. Solan n'était pas la personne la plus intégrée qui plus est dans son village et il craignait que cela déteigne sur les relations sociales de Freya.

Il fait bouillir de l'eau et agite quelques herbes, laissant ainsi infuser à l’extérieur des flammes. Un genou au sol, la pièce était silencieux. D'un parce que Solan ne pouvait parler et de deux parce que notre invité mystère n'était pas plus loquace que ça. Il finit par apporter une tasse fumante à son convive et prendre l'autre pour lui et s'asseoir sur la banquette en peau de vache. Ils se regardaient dans le blanc des yeux comme deux idiots, Solan cherchait à le sonder. A creuser sa mémoire en se demandant quand est-ce que Selena lui avait parler d'un frère. Mais rien à faire. Et Solan ne voulait pas laisser une mauvais image de son ancienne amour.

Il sort de sa poche son carnet et son crayon de bois, devenu tout petit à force de l'utiliser. Depuis que Freya avait débarqué dans sa vie, il n'avait jamais eu autant besoin de communiquer que ces derniers jours. Il tends alors son petit cahier vers le grand barbu. « Je suis Solan, le père de Freya. Pardon de demander, mais Selena ne m'avait jamais parlé d'un frère. »

Il aurait pu être méfiant, sonner l'alerte, appeler au secours. Mais après avoir rencontrer Erobren et découvrir lui même après plus de 25 ans qu'il avait un petit frère. Il savait que la vie d'un grounder n'était pas aussi simple.
† Hell Ain't Civilized †
Ozvan Hickok-Cannary
DATE D'INSCRIPTION : 27/05/2015 PSEUDO/PRENOM : I MULTICOMPTES : My Boy D'Arbanville & Hyacinthe & Dix & Elouan & Tam-Tam MESSAGES : 4869 CELEBRITE : Anson Mount COPYRIGHT : AVENGEDINCHAINS & Brimbelle & Pivette METIER/APTITUDES : Eclaireur & Orientation & Combat TRIBU : Rahjak POINTS GAGNES : 45
Voir le profil de l'utilisateur

Faut pas merder avec les femmes Rahjak, sinon ya toujours un de ses frères pour te péter la gueule [Ozvan] Empty Re: Faut pas merder avec les femmes Rahjak, sinon ya toujours un de ses frères pour te péter la gueule [Ozvan]

le Mer 10 Juin 2015 - 0:51
Le muet visiblement n'avaiT pas été mis au courant de la chose. Ainsi son hôte forcé pouvait facilement croire qu'il racontait des histoires. En même temps pour inventer un tel mensonge il fallait être suicidaire. Les rahjak n'étant pas particulièrement en odeur de sainteté. Il était rare que qui ce soit se fasse passer pour l'un deux. A part un explorateur un peu cinglé voulant rentrer dans la cité pourtant ouverte aux autres. Il semblait d'après les gestes du Calusa que sa nièce fut dehors. Oz se déplaça vers la fenêtre inspectant tous les millimètres visibles mais ne vit rien. Il ne pouvait pas non plus réellement mettre sa menace à exécution tant qu'il ne la trouverait pas. il pouvait apercevoir certaines touches féminines en cet endroit. Elle semblait donc bien y habiter. Il attendrait donc son retour en compagnie de l'homme sortant ses tasses, deux, et semblant l'inviter à s'installer. Alors l'invité inattendu toussa en marmonnant quelque chose qui devait ressembler à un merci. Une fois dans la place il n'avait pas véritablement de discours préparé, les bavardages ce n'était pas son fort. On aurait pu croire que ça tombe bien qu le père de sa nièce ne sache pas prononcer un mot mais ça n'impliquait pas qu'il soit sourd ou idiot. Donc il allait devoir faire un minimum d'effort s'il tenait à la revoir. Il savait qu'il pouvait s'estimer heureux qu'une bande de Calusa ne soit pas arrivé en renfort.

Le voyageur agissait un peu comme un lion en cage. Il s'asseyait sur le fauteuil qu'on lui avait gentiment proposé, puis se relèvait, puis s'assied à nouveau. Il le trouvait étroit pour lui alors s'avanca sur le bord pour finalement garder une préférence pour la station debout. Oui Oz c'était un ours et il ne le cachait pas. Mais il savait aussi que sa seule chance de renouer avec freya est de serait de rester un minimum civilisé. Les compliments ne faisant pas parti de son vocabulaire habituel, pas plus que la doucereuse mièvrerie pour se faire bien voir, il laissa donc Solan s'affairer sans l'interrompre. Il en profita un peu pour mieux observer l'endroit qu'il trouva bien tenu. Certainement mieux que chez lui, il ne doutait pas que la jeune fille s'y plaise. Il n'avait pas l'idée de tout ce qui passait par la tête du Calusa mais il pouvait deviner que son intrusion le perturbait. Il accepta en hochant la tête la tasse fumante qu'il lui offrait, et autant l'avouer il trouva cela plutôt bon. Il buvait tout en laissant le muet l'examiner. Il devait certainement se demander si ils s'étaient jamais croisés. En tout cas lui ne s'en souvenait pas. L'homme soudain attrape un carnet puis se met à écrire pour finir par le tendre vers lui. Heureusement pour lui le Rahjak sait lire, car tous n'ont pas cette chance mais il serait malheureux que lui éclaireur ne puisse transcrire les demandes des autres. L'homme est donc cultivé, c'est bon pour sa nièce, dans son fort intérieur il à la certitude que sa soeur en serait heureuse. Si elle l'a aimé de toute façon elle devait le savoir.

« Ozvan » répond-il rapidement puis se disant qu'il doit malgré tout un minimum d'explication il avance il regarde Solan droit dans les yeux ajoutant « Sa mère ne m'a jamais parlé de vous, mais je l'ai retrouvé très tard, elle avait déjà la petite, elle n'aurait pas pu vous le dire, nous avions été séparés enfants. C'était un bébé, elle ne s'en souvenait pas à l'époque. »

Son ton sonne rocailleux, dure, comme s'il ne s'était pas servi de sa voix depuis longtemps. Ce qui ne serait pas loin de la vérité. Il pourrait donner l'impression d'être en colère, ce qui n'est pas tout à fait le cas. Il s’inquiète et ne sait pas gérer cette émotion. Dans ses voyages il n'a pas pensé un seul instant que sa soeur disparaitrait, que sa nièce s'en irait sans l'attendre, qu'il se retrouverait sans famille à nouveau. Orphelin il à grandit sous l'aile d'un oncle qui est décédé tôt sans jamais lui dire qu'il lui restait une soeur. Un concours de circonstance le lui à apprit. Poussé par ses voyages il n'en à pas profité assez, à présent avec freya il voudrait se racheter. Mais n'est pas à son meilleur pour l'exprimer. iL n'a d'ailleurs jamais autant parlé de lui dans toute sa vie. A part à Eon son "frère".

« Elle est partie sans rien dire » Ajoute t'il un peu contrarié « Je veux m'assurer qu'elle est bien  »
Invité
Invité
Anonymous

Faut pas merder avec les femmes Rahjak, sinon ya toujours un de ses frères pour te péter la gueule [Ozvan] Empty Re: Faut pas merder avec les femmes Rahjak, sinon ya toujours un de ses frères pour te péter la gueule [Ozvan]

le Dim 14 Juin 2015 - 3:27
Solan n'avait pas l'intention d'être impoli et son regard insistant n'était du qu'à la nostalgie du passé. Solan n'avait pas autant repenser à Selena depuis des années. Avec Zahra, puis Freya, c'était comme si elle ne l'avait jamais quitté. Jeune guerrière, blessé, si étrange, si différente de ce que Solan avait toujours connu. Elle avait absorbée son attention en un sourire. Si forte, si belle et pourtant si douce. Il la voyait aisément porter Freya bébé dans ses bras, la bercé pour l'endormir, l'attendre les bras ouvert qu'elle fasse ses premiers pas. Solan n'avait jamais pensé que ces moments là, il les regretterait en choisissant le célibat. Si seulement Selena était revenue, il l'aurait accepté quand bien même ses craintes. Sa demande d'identité était légitime, il était sur, qu'elle n'aurait jamais caché l'existence d'un frère. Bien que pourquoi pas ? Elle ne lui avait caché Freya. Ozvan se présente. Sa voix est rauque, dur, atone. Voila bien quelque chose qui différé avec la voix de sa défunte sœur. Solan avait du mal à la voir comme une combattante surtout quand elle riait, on aurait dit une enfant. Freya avait hérité de son rire. Grâce à Dieu. Il hoche la tête compréhensif. Une pensée alors pour le grand Erobren. Le frère surprise de Solan. Il esquisse un sourire, se demandant si Oz avait trouvé là, le même réconfort à trouver une famille, que lui avait eu. Il explique qu'elle est partie un peu à la sauvette. Il sourit un peu plus. Il retrouvait bien là, la jeune fille qu'il avait appris à connaître. Les premiers temps, Solan avait eu d'ailleurs très peur. Elle disparaissait des heures entière avant que Solan n'ouvre l'oeil et revenait seulement à l'heure du soupé. Au début, il avait bien essayé d'user d'autorité, mais il était débutant dans ce jeu là et très peu convainquant. Il s'exprime de nouveau à l'aide de son crayon et du papier.

« Au moins, je découvre que ce n'est pas une habitude qu'elle a pris ici. » Enfin... Au moins, elle avait laissé un mot, même si sa destination était inconnue. Il sourit à l'homme bourru. La compagnie ne le dérangeait guère au contraire. Souvent pris pour un hermite, Solan pourtant détestait la solitude lorsqu'elle se faisait trop longue. Il rajoute sur le carnet quelque chose avant de lui montrer sa première phrase. « Normalement, Freya rentre pour manger, tu peux rester si tu veux, le changement de culture a été trop difficile pour elle, ça lui ferait surement plaisir de revoir un visage familier. »

Le regard de Solan se change, il tends à nouveau le carnet, le laisse entre les doigts abîmés du Rahjak. Les pleures et les crises d'hystérie. En avait-il connu quand Selena était encore en vie ? Elle était si perdue au début. Il s'était senti impuissant face à ces larmes de deuil, et faire le siens quelque jours après avait été éprouvant pour Solan, qui ne pouvait se laisser aller devant la fragilité de Freya. Il  tapota le fauteuil nerveusement et se leva de son siège. De toute manière, qu'il accepte ou non, Solan devait s'y mettre, l'heure approchait. Il aurait été si pratique d'avoir une voix, parce que Solan avait besoin de ses mains pour parler, mais il avait aussi besoin de ses mains pour la plupart de ses travaux. Il retourne vers son plan de travail, là ou l'attendait son en cas à la base. Mais maintenant qu'il avait des invités, l'idée du sandwiches sonnait un peu mal avisé.

Il sort de l'obscurité d'un placard bas des légumes qui venait d'arrivé. L'hiver n'était plus qu'un mauvais souvenir. Il sorti carotte, navet, poireaux et persil. Il joua avec le couteau entre ses doigts, c'était bien la seule habilité qu'il avait avec une lame. Coupe tout en morceaux avant de les mettre de côté. Marmite en fonte remplis d'eau il plonge le persil dedans et rejoins le feu de tout à l'eau pour le mettre dedans à l'aide d'un tison en fer forgé. Il fait un grand sourire à Ozvan. Il reprend alors son carnet. « J'ai cru comprendre que dans votre région, la nourriture était différente. » Il penche la tête, soudain amusé des réactions de ce nouveau venu. Mais lorsque Solan avait fait son premier ragout de poisson à Freya, celle-ci n'arrêtait pas d'épiloguer sur combien c'était différent du désert. A l'entendre parler, ce n'était pas une place que Solan souhaitait visiter.

Pas mal de temps passa, sans même que les deux hommes aient vraiment quelque chose à se raconter. Les gens silencieux il savait ce que c'était. Dans la montagne, il avait rencontrer un homme bien étrange et un peu effrayant, plus effrayant que Ozvan et pourtant quelque chose d'étonnement humain et rassurant pour le Calusa. Il ne parlait presque jamais, ne s'encombrait jamais de mot inutile. Ce qui le rendait parfois un peu abrupte. Mais Solan communiquait un peu comme ça aussi. Freya débarqua en trombe en ouvrant la porte en grand. L'odeur de légume et d'herbes parfumait la pièce, bientôt rejoint par le poisson fumé et salé pour donner en protéine au plat. Les joues rougies par l'extérieur, elle regarda vers le feu, cette silhouette qui lui disait quelque chose. Elle plissa les yeux avant de les écarquiller quand enfin son cerveau reconnecte l'information. « Ozvan ! Tu es loin de chez toi ! » Dans la précipitation, elle allait presque demander si sa mère était au courant, avant de se rappeler, qu'elle n'était plus de ce monde. Elle pinça ses lèvres. « Maman est morte tu sais. » Et paf, en plein de le vif du sujet. Freya avait ce dysfonctionnement qui l'empêchait d'user de tact ou de légerté, pour elle, il n'y avait que le concrès. Et même si ces mots lui faisait du mal, c'était la vérité et il fallait le prévenir, c'était son oncle après tout. Même si elle ne le voyait pas beaucoup. « Toi aussi tu connaissais Solan alors ? » Demande-t-elle bêtement. Bah oui, sinon qu'est-ce qu'il fichait là. Elle se tourne d'ailleurs vers son père, qu'elle n'a jamais appeler papa d'ailleurs. Peut-être encore un peu distante, non, c'est juste qu'elle ne voyait pas pourquoi l'appeler ainsi. « Tu fais ton ragoût ? »

HRP : Techniquement, l'attitude de Freya vis à vis de Ozvan ne devrait pas le surprendre vu qu'il la connait. Elle souffre d'une espèce d'autisme qui fait qu'elle ne rentre jamais en contact physique et va toujours droit au but dans ses paroles. Sans comprendre que parfois elle peut être vexante ou douloureuse dans ses propos. Et pardon pour les fautes, il est tard et je suis plus très efficace à cette heure-ci.
† Hell Ain't Civilized †
Ozvan Hickok-Cannary
DATE D'INSCRIPTION : 27/05/2015 PSEUDO/PRENOM : I MULTICOMPTES : My Boy D'Arbanville & Hyacinthe & Dix & Elouan & Tam-Tam MESSAGES : 4869 CELEBRITE : Anson Mount COPYRIGHT : AVENGEDINCHAINS & Brimbelle & Pivette METIER/APTITUDES : Eclaireur & Orientation & Combat TRIBU : Rahjak POINTS GAGNES : 45
Voir le profil de l'utilisateur

Faut pas merder avec les femmes Rahjak, sinon ya toujours un de ses frères pour te péter la gueule [Ozvan] Empty Re: Faut pas merder avec les femmes Rahjak, sinon ya toujours un de ses frères pour te péter la gueule [Ozvan]

le Jeu 18 Juin 2015 - 21:47
Debout il restait comme une sentinelle chargée de veiller à la sécurité de l'endroit tout en buvant du bout des lèvres - n'étant guère habitué aux tasse mais plus aux gourdes -, le délicieux breuvage que lui avait offert le muet. L'éclaireur n'excellait pas dans la lecture des pensées intimes et dissimulées de ceux qu'il côtoyait. Avec lui il fallait s'exprimer de façon claire et franche. Mais son visage sévère n'appelait malheureusement pas à la confidence. Dans le cas contraire ils auraient pu - ces deux hommes en dehors des normes - partagés leurs expériences. Oz s'était épris de deux personnes, l'une n'avait pas voulu de lui, l'autre non plus. Si dans le premier cas il s'agissait d'un amour platonique le second plus profond dévorait encore son cœur sauvage. Lui non plus alors n'accepta pas de se sédentariser : Quitter les vagabondages il ne pouvait pas. Cela ajouté à ses étranges manies et humeurs leur histoire ne résista pas. Il s'en était voulu, Maintenant il aurait accepté de prendre racine, pour Freya il l'aurait fait aussi, le ferait peut-être si il s'avérait que ce Calusa ne satisfaisait pas à ses exigences. Déjà il savait que Selena l'aimait de son vivant, encore, pour le Rahjak cela importait car il respectait la mémoire de sa sœur. En son cœur il comprenait qu'elle ne voudrait pas que des mots irrécupérables soient dit ici. Par respect pour elle, pour freya aussi il fera attention à ses paroles - déjà rares -, il ne ferait pas de  mal intentionnellement dans cette situation précise mais il pourrait être maladroit, discuter avait toujours été sa bête noire. L'homme semblait heureux que sa fille ait pu faire quelques bêtises ailleurs que chez lui. Forcément c'était encore une enfant, du moins pour Oz.

« Oui je reste  » répond l'homme du désert un peu fort, faisant la confusion habituelle de penser parler plus haut à un muet qui pourtant entendait très bien. Il ne se faisait pas prier, avec lui la simplicité régnait, il disait ce qu'il pensait, nul besoin d'intriguer autour de lui car il repérait très vite les tricheries. Après avoir lu tout le petite message il ajouta « Je serais tout aussi heureux de la revoir, et oui à la maison sa mère en voyait de toutes les couleurs, mais elle était ... est votre fille, alors elle ne l'en aimait que davantage  »

Le Rahjak savait dire les mots justes sans fioritures d'autant qu'il connaissait bien le tempérament et les bizarreries de sa nièce. Lui même n'en était pas incommodé mais il se souvenait que sa sœur s'en inquiétait beaucoup. Il se disait que cela pouvait être de famille ces étranges humeurs et façons de se comporter, il la persuadait chaque fois que l'enfant trouverait sa place. Il ne tentait jamais d'expliquer ou de corriger la jeune fille, il agissait en conséquence, il s'adaptait. Avec les siens il faisait montre d'une patience infinie qui en surprenait plus d'un lorsqu'il en était témoin. Voilà aussi pourquoi il se trouvait ici, il se doutait que Solan sans le savoir hériterait d'un tempérament parfois problématique. Il craignait alors qu'elle soit mal acceptée et ne pouvait tolérer de sa propre part de ne pas au moins se rendre sur place pour prendre la température de la situation. Au mieux il se joindrait à solan pour l'épauler, au pire il la l'enleverait de force au risque de créer un incident diplomatique ce qu'il évitait depuis toujours car il avait une bonne entente avec toutes les tribus.

La bonne odeur des légumes plaisait au nez d'Oz, voilà une des choses qu'il appréciait le plus - avec le port - en dehors du désert, ces mets délicieux qu'on trouvait rarement de leur coté. Non qu'il avait jamais pensé avant d'en gouter que ce qu'il avalait fut dégouttant mais ça n'avait plus la même saveur désormais. Néanmoins il s'en contentait car pour lui, lors de ses voyages, c'était de l'ordre des futilités. Il se félicitait pour l'heure d'être invité et de pouvoir se nourrir de façon plus qu'agréable. Toujours debout il observait tous les gestes du muet avec grand attention sans penser qu'il aurait pu le mettre mal à l'aise.

« En effet le désert n'est pas fait pour les gourmands  » admit-il en ajoutant « Freya doit être aux anges avec tout ça   »

Le quarantenaire laissait le silence reprendre la place, Il préférait que le calusa travaille en paix plutôt que de prononcer des paroles inutiles. Après tout chacun savait que l'autre attendait le retour de la jeune femme pour des raisons différentes. De plus il serait toujours temps de bavarder quand elle arriverait. Il commençait à se sentir à son aise et ne pensait pas que son hote ne le fut pas car il ne s'était montré que peu menaçant et simplement à son arrivé. Rien n'était gagné mais il se déciderait quand toute la situation aurait été analysée. Il jugeait préférable ne pas se faire d'idées avant son retour, ainsi que de ne pas céder à la tentation de trouver Solan trop sympathique. Certainement qu'oz serait amusé de savoir qu'il puisse être considéré comme effrayant, il se peut d'ailleurs qu'il connaisse l'homme auquel le muet pense. Cependant leurs histoires ainsi que leurs problèmes diffèrent en tout, les deux sont à l'antipode de l'autre. 

Soudainement un bruit les interrompt voila celle qu'ils attendaient tant, pareille, inchangée, peut-être plus rayonnante comme si le désert la réchauffait de l'intérieur. Elle se révélait brute à son habitude dans ses mots mais Oz n'était pas un homme à s'offusquer de la brusquerie encore moins quand il s'agissait de sa famille. Au contraire un sourire apparait enfin sur ce visage qui se déride rarement. L'inquiétude annihilant le reste maintenant disparue il ressentait la joie de la retrouver, de distinguer un peu de sa soeur perdue en elle qui perdurait. Il fit un geste vers la table.

« Je t'ai ramené quelques affaires oubliées   » commença t-il par dire expliquant sa présence en ces lieux tout en continuant pour satisfaire sa curiosité  « Je suis au courant Freya quand je suis venu vous rendre visite c'est alors que je l'ai découvert  » Marquant une pause au souvenir de cet instant douloureux il continua « Non je ne le connaissais pas, quelqu'un m'a renseigné et je t'ai cherché partout .... Alors le voilà ton père ? Es-tu contente de l'avoir retrouvé ? »

HRP:
T'inquiète pas, c'était parfait, j'ai donc intégré tes explications j'espère que ça ira.
Invité
Invité
Anonymous

Faut pas merder avec les femmes Rahjak, sinon ya toujours un de ses frères pour te péter la gueule [Ozvan] Empty Re: Faut pas merder avec les femmes Rahjak, sinon ya toujours un de ses frères pour te péter la gueule [Ozvan]

le Sam 18 Juil 2015 - 21:48
Quand Freya débarqua, Solan s'était figé un peu surpris. Mais il était rassuré de la retrouver en si bonne forme. Elle lui rappelait beaucoup Selena. Hormis le regard clair, elle avait tout de sa mère, c'était presque voir un fantôme. Il resta derrière son contoir à écouter l'échange entre les deux Rahjaks. Il avait une certaines appréhension qui lui venait à l'esprit. Et si Oz l'emmenait avec lui, n'aurait-il plus le luxe de découvrir sa fille, quand bien même il l'a laisse seule parfois. Maintenant qu'elle avait le choix du départ, Solan réalise bien qu'il avait fait une erreur de négliger cette chance de reconnecté avec sa fille. Il range la table, nettoie le plan de travail et lève le regard parfois vers eux. Mais quand celle-ci évoque la mort de sa mère, le souvenir d'une Selena pleine de vie se plante dans le crâne de Solan. Solan et Selena, c'était tellement accordé qu'il regrette de ne pas l'avoir retenu. Il s'en veut tellement, il regrettait maintenant qu'il savait qu'elle était morte.

Il vient près du feu et continu son ménage, préparant trois assiette à l'aide d'une grosse louche. Pomme de terre et poisson se mélange dans une sauce fumante et appétissante. Il fait un geste de la main à Freya pour qu'elle vienne s'asseoir. Il lui sert une assiette ainsi qu'à Ozvan. Il leur graffiti un sourire et se demande si sa fille osera répondre franchement avec lui dans les environs. Il ne se sert donc pas, mais retire la marmite du feu, pensant manger plus tard. Sa mère morte récemment, il pensait alors à son père d'adoption, certainement encore en train de renier la cuisine. Dans un bol large en bois, il y met une certaine quantité et revient vers le plan de travail. Il écrit quelque mots. Le confiant à Freya, il l'embrasse sur la joue et se retourne vers Oz en s'abaissant rapidement pour le saluer.

Un dernier regard et Solan disparaît dans la fraîcheur du printemps. Laissant Freya au bon soin de son oncle. Elle lit le mot, s'était raidi au contact trop chaleureux de son père. Persistant à vouloir la toucher. L’inconvénient de son handicap se disait elle. Elle explique alors à Oz le mot. « Il est parti chez son père... sa mère est morte d'une maladie il y a quelques jours. » Elle l'observe de ses grands yeux, encore enfantin, encore innocent.

« Tu sais que c'est affreusement long pour venir ici ? Je me demande comment maman à trouver cette tribu la première fois... » Elle soupire, ne sachant presque rien de la rencontre de ses parents, Solan s'était beaucoup défilé sur le sujet, trop sensible. Mais Freya en avait certainement besoin...

Solan les avaient laissé seul pour ne pas être un poids, une pression sur les épaules de Freya. Devant la porte de l'ancienne maison de sa mère, il se souvient de la joie qui avait irradié le regarde de sa mère en découvrant qu'elle avait une petite fille. Rempli de nombreux regret, il aurait du lui offrir ce cadeau bien avant, qu'elle profite de ce bonheur un peu plus longtemps. Mais au moins, elle n'était pas morte sans l'avoir connu, c'était comme ça qu'il se consolait. Avec appréhension, le muet frappe à la porte de son beau-père, ne sachant pas vraiment comment il allait être reçu...
† Hell Ain't Civilized †
Ozvan Hickok-Cannary
DATE D'INSCRIPTION : 27/05/2015 PSEUDO/PRENOM : I MULTICOMPTES : My Boy D'Arbanville & Hyacinthe & Dix & Elouan & Tam-Tam MESSAGES : 4869 CELEBRITE : Anson Mount COPYRIGHT : AVENGEDINCHAINS & Brimbelle & Pivette METIER/APTITUDES : Eclaireur & Orientation & Combat TRIBU : Rahjak POINTS GAGNES : 45
Voir le profil de l'utilisateur

Faut pas merder avec les femmes Rahjak, sinon ya toujours un de ses frères pour te péter la gueule [Ozvan] Empty Re: Faut pas merder avec les femmes Rahjak, sinon ya toujours un de ses frères pour te péter la gueule [Ozvan]

le Lun 20 Juil 2015 - 19:56
Après un repas délicieux ou solan se montra discret, puis s'en alla pour les laisser ensemble de façon à qu'il reprennent leurs marques tranquillement. la jeune fille lui fit une remarque. Oz aurait souhaité lui apporter une explication, mais en réalité il devait avouer n'en rien savoir. Il faudrait qu'il se renseigne là ou sa sœur avait vécu. Peut-être que les voisins pourraient l'aider, lui donner certaines indications. Selena ne lui avait jamais avoué qui était le père de Freya. Son histoire elle la gardait secrète de peur que l'éclaireur ne se mette en colère. La preuve qu'ils se connaissaient peu. Ils s'aimaient bien sur, de plus le Rahjak se trouva béni de découvrir qu'il lui restait de la famille. Mais il n'en changea pas ses habitudes pour autant. Il ne passait les voir, elle et sa mère que très rarement, mais ça ressemblait chaque fois à une fête. Il s'adaptait bien au handicap de sa nièce. Peut-être parce que lui-même possédait un coté asocial. Au fond, il n'aurait jamais renié sa sœur pour un amour interdit, il préférait ne pas se mêler des histoires d'amour. Sans doute que sous sa carapace il y était trop sensible.


Au bout d'un moment, après avoir assuré à la jeune fille qu'il se renseignerait prêt de solan, pour en savoir plus sur l'histoire de ses parents, ils se dirent que ça faisait un trop long moment que le Calusa s'en était allé. Tous deux s'en allèrent chez l'oncle qui leur ouvrit un peu rétif au début à la présence d'Oz. Après explication cependant il se montra plus coopératif et les renseigna. Non il n'avait pas vu solan, car lui  s'était absenté tout l'après-midi. Donc certainement trouvant la maison vide, ce dernier s'était rendu ailleurs. Inquiets il firent le tour du village, se rendirent près de la plage mais rien. C'est alors que  des rumeurs d'enlèvements se propagèrent. Plusieurs personnes se trouvaient au nombre des abonnés absents. Certains témoignèrent avoir vu un petit nombre d'hommes et de femmes rodés puis en enlever d'autres. Que se passait-il donc ?


Résolu à retrouver Solan il demanda au frère de ce dernier de prendre soin de freya. Il ne fallait surtout pas qu'il lui arrive malheur. Il promit de revenir, connaissant pas mal les chemins, il pensait que tout seul il serait plus rapide, et efficace pour en apprendre davantage. D'abord il passa voir Eon qui se portait le mieux qu'il pouvait dans ses circonstances, il ne put le renseigner. Ensuite il décida de se rendre chez Grace, premièrement pour honorer sa promesse de repasser, deuxièment pour s'assurer qu'elle allait bien, puis voir si elle n'avait rien entendu de son coté.

THE END


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Invité
Invité
Anonymous

Faut pas merder avec les femmes Rahjak, sinon ya toujours un de ses frères pour te péter la gueule [Ozvan] Empty Re: Faut pas merder avec les femmes Rahjak, sinon ya toujours un de ses frères pour te péter la gueule [Ozvan]

le Sam 15 Aoû 2015 - 10:47
Rp archivé en raison de la suppression de Solan Faut pas merder avec les femmes Rahjak, sinon ya toujours un de ses frères pour te péter la gueule [Ozvan] 484338566
Contenu sponsorisé

Faut pas merder avec les femmes Rahjak, sinon ya toujours un de ses frères pour te péter la gueule [Ozvan] Empty Re: Faut pas merder avec les femmes Rahjak, sinon ya toujours un de ses frères pour te péter la gueule [Ozvan]

Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum