-10%
Le deal à ne pas rater :
-30€ sur Apple Watch SE (GPS, 40 mm)
269 € 299 €
Voir le deal

Aller en bas
Gen Deng
DATE D'INSCRIPTION : 04/10/2014 PSEUDO/PRENOM : neko MULTICOMPTES : Eirik Thorvald, Skylar Rees, Leary Wrath, Cyd Raye, Misha Machir MESSAGES : 1856 CELEBRITE : Godfrey Gao COPYRIGHT : LipsLikeAMorphine(avatar), tumblr (gif), northern lights.(code signature) METIER/APTITUDES : cavalier, archer TRIBU/CAMP : Athna POINTS GAGNES : 230

Le fantôme de la montagne | Nuna  Empty Le fantôme de la montagne | Nuna

le Dim 27 Déc 2020 - 22:16
Deux ans qu’Enako était morte. La douleur était vive, elle déchirait son être. Il était allé boire en plaine sans réfléchir chez les pikunis. Il tanguait sur Yuki qui le ramenait vaillamment chez les athnas. Gen grogna, il n’avait pas envie de voir Ephraim, encore moins Dai. Il savait quel regard elle lui lancerait, un regard de haine. Elle lui en voulait tellement d’abandonner le petit, de partir sans se retourner. Mais elle ne se rendait pas compte. Elle ne se rendait pas compte que sans Enako, Gen n’était rien qu’une loque. Sans elle, son monde n’avait aucun sens. Deux ans qu’elle était partie à cause de la grippe et depuis, tout lui semblait flou. Il se bagarrait la moitié du temps, hurlait sur ses compagnons de tribu. Et depuis quelques temps, il buvait. L’alcool atténuait le trou dans son cœur, mais quand il devenait sobre, elle était là et pire. Comme pour lui rappeler de l’individu ignoble qu’il était. Il n’était rien sans sa femme. Un soupir rauque lui échappa et il descendit de selle après avoir stoppé Yuki. L’air frais de cet hiver lui frôla le visage. Il avait terriblement envie de vomir et sans réfléchir, il continua à pieds, tenant sa jeune jument par la bride.

Elle sentait bien que son cavalier était différent, mais elle restait sage. Sa seconde mâchoire sur sa joue gauche mâchait l’air, elle était nerveuse, mais Gen ne s’en rendait pas compte. L’archer s’enfonçait dans la neige qui peuplait le chemin qui menait à la grotte des athnas. Il avait chevauché durant toute la nuit, il était épuisé et les premières lumières de l’aurore se levaient. Il ne savait pas s’il renterait chez lui, probablement oui. Il arriva finalement devant l’entrée de la grotte et les gardes qui étaient là haussèrent un sourcil, mais ne dirent rien devant son odeur d’alcool alors qu’il donna ses armes sans un mot. « Bienvenue à la maison. » Souffla l’un d’eux, compatissant, Gen ricana sans un merci et pénétra les lieux. La place était encore calme alors qu’il se dirigeait vers les écuries où laisser Yuki. A mesure qu’il marchait, il semblait dessoulé, ou du moins le monde tanguait moins. Il s’occupa d’enlever tout le harnachement de la jument avant de la laisser avec du foin frais.

Il s’appuya contre un mur de pierre en soufflant. Il passa une main sur son front, il n’avait envie que d’une chose dormir. Avec un peu de chance, tout le monde dormait dans la maison et il pourrait se coucher sans histoire. Depuis que Dai avait emménagé chez son ancien chez lui et Enako, il la laissait refaire la décoration sommaire comme elle voulait. Il se considérait à peine chez lui vu le temps qu’il passait dehors. Il alla jusqu’à sa maison en pierre et entra sans frapper, c’était chez lui, encore un peu. C’était calme, pas un bruit, le petit devait encore dormir et quelque part, il était soulagé. Il retira ses bottes mouillées qu’il déposa devant le feu qui crépitait encore. Les peaux de bête quittèrent sa peau, dévoilant sa tenue de cuir chaude sur son corps athlétique. Il s’assit sur une vieille chaise en bois en grognant et regarda les flammes danser. Il s’endormit sans s’en rendre compte, ce fut un bruit léger qui lui fit ouvrir les yeux. En alerte, il redressa vivement la tête, le regard noir et le posa sur quelqu’un qu’il ne s’attendait pas à voir ici. « Nuna ? » Sa tête était lourde, il était sobre même s’il dégageait une odeur de vieil alcool.

Il regarda son amie, soulagée de la voir seule, Ephraim devait encore dormir. Ce qui était étrange car le soleil semblait plus haut que quand il était arrivé. Il devait s’être écoulé une ou deux heures. « Tu fous quoi chez moi ? » Aussi sympathique qu’une porte de grange. Elle avait beau être son amie, une part de lui était furieuse qu’elle le voit ainsi, comme une loque. Il se redressa péniblement. Il avait disparu quelques jours sans rien dire, comme à son habitude. Il revenait toujours comme une fleur, l’air de rien, mais en rogne. Comme si c’était la faute des autres alors que non, c’était lui qui merdait complètement.
Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum