Le Deal du moment : -28%
Xiaomi MI Watch Lite
Voir le deal
49.99 €

Aller en bas
Helm Nordström
DATE D'INSCRIPTION : 15/03/2020 PSEUDO/PRENOM : Lulu MESSAGES : 1273 CELEBRITE : Joel Kinnaman COPYRIGHT : AVENGEDINCHAINS METIER/APTITUDES : Eleveur d'oiseaux messagers TRIBU/CAMP : Pikuni POINTS GAGNES : 25

When you're cursed you're always hopin' [Pv Maxim & son] Empty When you're cursed you're always hopin' [Pv Maxim & son]

le Dim 6 Déc 2020 - 13:43
Sa blessure est quasiment guérie et pourtant, la douleur lancinante est toujours présente. Le manque est parti depuis des jours, mais l'envie de fumer est forte. Enfermé, sans voir le soleil depuis des semaines, le géant va devenir dingue. Fanatiques dont il ne comprend pas la langue. Quoi que, depuis qu'il est là, à les entendre jacasser, il y a quelques mots, qu'il a appris à repérer. Pas assez pour comprendre pourquoi il était toujours en vie. Ses premiers jours ont été difficiles. Proche de la mort à cause d'une hémorragie importante, il se refuse à être reconnaissant. Piégé par ce peuple, alors qu'il avait perdu connaissance. Nor' admet une chose, les siens n'auraient pas pu le sauver. Il saurait certainement mort de ses blessures.

Alors qu'on vient le chercher dans sa cellule, il se déplie et domine de sa taille impressionnante, les disciples qui le menottent. Docile, il joue le jeu d'un prisonnier bien élevé. Un homme reste en retrait, donne les ordres. Le Pikuni lui reste un regard inquisiteur. Le jauge. Sans comprendre ce qui se dit, il entrevoit une hiérarchie. Nor' se déplace difficilement, il boite à cause de ses muscles endoloris. Une rééducation inexistante après ses blessures, des séquelles, certainement à vie. S'il arrive à survivre à cette tribu, bien étrange. Sa cellule, malgré la présence d'autres prisonniers, est bien froide, rien en comparaison de ses geôliers qu'il voit comme des envahisseurs au cœur de pierre.

On le place dans une pièce, vide d'objet, de décoration, presque stérile. La couleur blanche domine. Rien de ce qu'il a connu jusqu'à présent. Un siège sur lequel on le force à s'asseoir et l'attache. Les poignets collés aux accoudoirs, la taille visser au dossier. Ainsi, il ne représente aucune menace. Nor' se demande si cette tribu lui reproche les morts dans leur camp, lors de la bataille. Le représentant Pikuni, y avait donner toute son âme, blessé plus d'un et tuer quelques autres. Sans aucun remords, le grand blond, avait défendu les siens avec hargne. Enfin, il se retrouve seul à seul avec l'homme qui donne les ordres. Ils se fixent comme deux loups alpha. Helm est obligé de s'avouer vaincu dans une telle position. Son fort intérieur meurt d'envie de se battre, mais son esprit lui demande de se contrôler, de ruser. Alors il baisse les yeux, ravale sa fierté, pour vivre encore quelques jours de plus.

« Ni toi, ni moi, ne nous comprenons ! Je me demande bien à quoi ça rime notre petit dîner aux chandelles. »

Parler, sa seule défense, son seul repère jusqu'ici. Le blanc des murs lui donne froid, le fauteuil est inconfortable. Sa jambe le lance et Nor' réprime ses réactions.

Le Pikuni a réussi à apprendre quelques notions d'Anglais, pour son rôle d'émissaire, peut-être devrait-il apprendre leur langue également. L'arrivée de cette tribu est bien différente de celle des enfants du ciel. Ils ont l'air plus sûrs d'eux, plus fort également. Nettement mieux entraîner et armé, comme il a pu le remarquer lors de la bataille de l'équinoxe. Encore une fête gâchée par des envahisseurs.

Ses pensées divaguent, il se demande si sa mère et sa protégée vont bien. Il est loin de se douter que la première à rendu l'âme pendant l'hiver, impitoyable. Shani est seule à tenir deux maisons. Est-ce que les siens ont fait appelle à l'aide des autres tribus. Que se passe-t-il là-bas. Cherche-t-on à les libérer ?
Maxim Perov
DATE D'INSCRIPTION : 16/03/2020 PSEUDO/PRENOM : Authenticity MULTICOMPTES : Demyan & Alaska MESSAGES : 88 CELEBRITE : Nikolaj Coster-Waldau COPYRIGHT : @luxaeterna METIER/APTITUDES : Enseignant | Gardien du savoir & Art de la parole TRIBU/CAMP : Enfant de Svarog CERCLE - ORDRE : Cercle III - Ordre 8 POINTS GAGNES : 203

When you're cursed you're always hopin' [Pv Maxim & son] Empty Re: When you're cursed you're always hopin' [Pv Maxim & son]

le Lun 28 Déc 2020 - 0:07
when you're cursed
you're always hopin'

L'avènement de ton peuple. C'est ce que prédisait cette invasion. Faire éclore au grand jour la lumière de vos dieux. Une opération de réussite, bien préparée. Vos enfants en première ligne dans la bataille, vos meilleurs soldats face à un ennemi dont on a récolté quelques bribes d'informations. Guidés par la sagesse de vos créateurs, rien n'aurait pu mieux se passer que cette excursion sur le continent. Lorsqu'ils sont revenus par bateaux, tu as eu du mal à cacher ton impatience de connaître le fin mot de cette histoire. Bien évidemment, tu sais que ce n'est pas terminé ; que d'autres invasions sont à prévoir, mais tu crains en secret qu'une trop grande réussite ne donne trop d'idées à votre prophète. Dans un sens, tu crains toujours ce futur qui reste malgré tout incertain. Auquel même tu n'as pas pu participer. Si c'était réellement une réussite, comment expliquer les fantômes qui dansent dans les yeux de ton plus jeune fils depuis son retour ?

Ton fils traîne des pieds derrière toi, et tu le saisis d'un bras pour le faire avancer. Depuis le début, tu hésitais entre l'emmener avec toi ou trouver quelqu'un de bien plus qualifié pour cette tâche. Tu as cédé à tes propres angoisses en voulant voir, de tes propres yeux, ce que lui inspirent les autres, les aveugles. Tu veux vérifier qu'il n'a pas folâtré avec des idées défendues. Ton benjamin, si prompt à te faire tourner en bourrique, ne pourrait pas vouloir batifoler avec l'ennemi. Tu te refuses à penser que cette guerre lui a fait peur, qu'il a entraperçu une porte de sortie à vos idées si belles de conquête. Non, tu veux juste t'assurer que tout va bien. Même si ça l'obliges à revivre des souvenirs douloureux. Tu en as besoin, toi aussi. Tu veux comprendre, quelque part. Alors tu le tire, tandis que vous passez devant les cellules pour rejoindre celle où vous êtes attendus. Tâche de ne pas trop parler. murmures-tu à ton fils en le lâchant, alors que l'un des geôliers te salue de la tête. Nila t'as parlé un peu de ce qui se passait ici, elle a quelques mains pour la tenir au courant, et tu as insisté pour en voir un de tes propres yeux et mener l'interrogatoire. Fort heureusement, ton appartenance à un cercle d'importance t'as largement suffit pour que ce soit accepté sans détour. Reste là. Des ordres, tu ne t'adresses à lui que par autorité. On fait reculer un pue ton jeune fils, et tu discutes quelques instants avec ceux qui gèrent cette affaire. Quelque part, tu jubiles d'être là pour donner les ordres, d'être celui qui mène la danse. Toi, l'homme de l'ombre, tu tiens entre tes doigts les fils d'une marionnette ; comme chaque fois.

On ouvre la porte de la cellule, et tu laisses les geôliers entrer en premier. Ils ont l'habitude, les prisonniers dorment depuis quelques semaines déjà dans le Berceau. Toi, tu rentres après, restant largement en retrait derrière les autres. Tu observes, et ton regard se pose sur les trois prisonniers. Celui qu'on t'amène est le plus vieux, celui qui semble aussi le moins effrayé, sans aucun doute. Cela aurait été trop facile, sinon, n'est-ce pas ? Tu siffles quelques indications, lorsque les choses ne vont pas suffisamment vite à ton gout, et tu regarde réprobateur suffit à faire accélérer le mouvement. Tu croises les bras, mais vous finissez par ressortir de la cellule avec le bon prisonnier. Tandis que vous marchez vers la salle d'interrogatoire, tu observes les pas de l'homme en restant derrière. Il est docile, ne dit pas un mot ; mais son corps trahit de la douleur, il se déplace difficilement. Dans la salle d'interrogatoire, tu restes immobile pendant qu'on l'attache. Bien sûr, que tu saurais te défendre ; mais tu n'es pas du genre à prendre des risques inutiles et cette procédure te convient bien. Tu fulmines en te demandant où est passé Ilya, mais tu restes là calmement à attendre. Tu fixes l'homme, qui ne montre pas grand chose de ses émotions. Tu ressens généralement bien la peur, pourtant il ne transpire pas grand chose. Vy yécater here ya malchick. Avant que je ne sois obligé d'aller le chercher moi-même, ce qui risquerait de faire tâche sur son comportement irréprochable de ces dernières semaines. penses-tu les dents serrées. Le condamné te regarde, alors que les autres s'en vont, et tu ne le lâches pas des yeux pour autant. Après un temps qui te paraît infiniement long, il baisse les yeux et un sourire vient naître au coin de tes lèvres. Ni toi, ni moi, ne nous comprenons ! Je me demande bien à quoi ça rime notre petit dîner aux chandelles. L'homme ne parle pas en staroyaz, tu en es quasiment sûr. Tu réprimes le haussement de sourcil qui te vient, et tu te demandes si cet interrogatoire aura de l'intérêt si vous ne vous comprenez pas. Pourtant, tu espères apprendre beaucoup de choses. S'il accepte de parler. Tu récites quelques paroles à Svarog dans ta tête, demandant de l'aide pour cette tâche. Finalement, tu viens poser tes deux mains sur la table pour fixer le prisonnier de plus près. Ya no govoreet zemlyanin yachzick, ya only govoreet novoyaz. Tu ne connais pas grand chose au continent, mais tu penses que cet homme doit venir de la terre. Dans ton dos, la porte s'ouvre à nouveau pour, enfin laisser entrer ton fils, et tu poses une question sans te détourner : Ty eemya be wot ?.

hors-rp Vous deux : J'ai mis la traduction du novoyaz au passage de la souris sur le texte, j'ai traduit que à partir du moment où il est avec Helm, sorry, parce que sinon avant c'était trop compliqué.
Helm : J'ai considéré tes paroles comme du Trigedasleng au vu de ce qui est dit sur les Pikunis dans les annexes, mais hésites pas à me mp si j'me suis trompée (vu qu'après tu parles de l'anglais mais j'étais pas trop sûre ; (tu parles de notions d'anglais pour helm alors j'ai supposé qu'une expression comme "dîner aux chandelles" passait au-delà)) When you're cursed you're always hopin' [Pv Maxim & son] 484338566
Ilya : J'ai pris quelques libertés au début, hésites pas à me dire s'il y a quoi que ce soit. When you're cursed you're always hopin' [Pv Maxim & son] 484338566
icon@doomdays
Ilya Perov
DATE D'INSCRIPTION : 23/03/2020 PSEUDO/PRENOM : Lexis MULTICOMPTES : Kieran K. Peters et Kai Collins MESSAGES : 108 CELEBRITE : Levi Miller COPYRIGHT : Avatar - myslef METIER/APTITUDES : Etudiant en médecine - herboristerie TRIBU/CAMP : Les Enfants de Svarog CERCLE - ORDRE : Cercle I – Vélès – Ordre 3 (étudiant). POINTS GAGNES : 100

When you're cursed you're always hopin' [Pv Maxim & son] Empty Re: When you're cursed you're always hopin' [Pv Maxim & son]

le Mer 13 Jan 2021 - 22:24

When you’re cursed, you’re always hopin’

Dialogue de sourds.

Décembre 2120.

Des mois. Cela fait des mois maintenant que nous sommes revenus de la mission que Svarog nous avait confiée. Ou plutôt de la première phase de cette mission, car elle n’allait pas se réaliser en un jour, malheureusement…

Des mois, mais bizarrement j’avais du mal à savoir combien exactement. Anastasia, Yana, et tant d’autres, eux, ne sont pas revenus. Je ne sais même pas dans quel état ils sont et combien de temps ils pourraient encore tenir... Et cela n’est qu’une question parmi tant d’autres que je me pose depuis ce jour.

Des mois, à ma demander qui je suis réellement, ce que je suis réellement…
Une fois les émotions du moment passées : fatigue, peur, joie, tristesse,… Les images de la bataille ont commencées à me hanter. Dans mes rêves d’abord, puis éveillé par la suite. Le sang, les cris, les armes, la douleur, la haine… Cette dernière, je la vis comme à travers les yeux d’un autre. Je me revois essayer de frapper cette femme, encore et encore, mais dès que j’essaie de me rappeler ce que j’avais en tête à ce moment-là, c’est le blanc. La seule impression qui me rese de cet instant précis, c’est d’avoir été une marionnette. Une poupée dirigée par une force supérieure. Svarog s’était-il emparé de mon corps pour servir ses desseins ? Ou était-ce juste moi qui m’étais donné corps et âme à notre cause au point d’en oublier mes principes propres ? Si tel était le cas, était-ce cela croire en un dieu tout puissant ? Ne plus avoir de volonté propre et servir ce dieu aveuglément ? Ce n’était pourtant pas nous, les aveugles, mais les autres, ceux qui ne baignaient pas dans la lumière de Svarog…

Ces mots, je devais désormais mes les répéter en boucle, constamment, afin d’essayer d’effacer les doutes et les questions de mon esprit. Une question : ce n’est pas nous les aveugles… un doute : ce n’est pas nous les aveugles…
Cette litanie est devenue si courante qu’elle en a perdu tout son sens, et pourtant je continue à ma la répéter, encore et encore.

Evidemment, mon état n’a pas échappé aux yeux des autres, à commencer par ma famille. Certes je ne montre rien de mes doutes, j’affiche toujours un sourire forcé que je voudrais convainquant, je continue de vivre normalement en m’inquiétant juste ce qu’il faut pour les disparus et en prônant le fait que les morts ont rejoins nos dieux, comme j’ai appris à le faire depuis ma naissance… Mais ces dernières semaines, il devient difficile de dissimuler mon manque de sommeil dû aux insomnies provoquées par les cauchemars. Ma concentration laisse grandement à désirer, que ce soit pour les cours ou les tâches quotidiennes. Je suis plus maladroit que d’habitude, moins enjoué, plus distant… Et ça, ça na pas échappé pas à mon père, évidemment. Mais il est pourtant bien la dernière personne à qui j’irais  parler de mes soucis. Même à ma sœur Yéléna je n’en ai pas parlé, et pourtant elle a essayé de me faire dire ce qui me tourmente, tout comme ma mère… Mais même à elles je ne peux rien dire. Déjà que j’essaie de me mentir à moi-même… enfin de me convaincre moi-même…

Finalement, mon père à décidé de prendre les choses en main une bonne fois pour toute. Sans me laisser le choix, il a décidé de me faire participer à un interrogatoire d’un des aveugles fait prisonnier lors de l’attaque. Honnêtement, je ne sais pas si c’est une bonne ou une mauvaise idée, aussi je ne montre pas le meilleur des entrain lorsque le moment est arrivé. Je traîne même des pieds, pour le plus grand agacement du paternel. Il y a au moins cet avantage à la situation…

Mon père fini par m’attraper le bras pour me faire avancer plus vite. Par réflexe, je grimace. Mes blessures ont bien guéris mais mon côté gauche est toujours sensible même si plus vraiment douloureux.
Je ne sais pas trop qu’elle idée il a derrière la tête en me prenant avec lui. Est-ce qu’il veut me montrer à quel point ils sont ignorants et malheureux sans Svarog ? Veut-il me faire une leçon ? Le connaissant, surement, mais laquelle du coup ?

Mon père me tire entre les cellules qui renferment les aveugles. Je suis curieux, j’aimerais pouvoir regarder dans les cellules, mais je me retiens et me contente de me laisser trainer à sa suite. Lorsque nous arrivons a destination, il m’enjoint de ne pas trop parler et me lâche enfin. Et voilà qu’il m’indique de ne pas bouger ! Je lève les yeux au ciel en guise de réponse et m’appuie contre la paroi prêt de laquelle on ma relégué, fixant mes chaussures d’un air boudeur, pour la forme. Mais quand un petit groupe ressort de la cellule accompagnée d’un prisonnier, la curiosité l’emporte et je me redresse pour le regarder passer. Il est grand mais semble, gauche… Un blessé…

Je reste immobile un instant, fixant le dos de l’homme alors que le groupe s’éloigne, avec mon père en dernier. Malgré moi, je me retrouve à analyser l’aveugle afin d’essayer de déterminer ses blessures et ce qui aurait pu les causer. Mais je suis rappelé à l’ordre par un des gardiens qui m’indique avec sévérité que mon père m’attend. Je grommelle un « m’emm**** » entre mes dents et suis l’homme sans un mot de plus.

J’arrive dans la pièce d’interrogatoire alors que mon père demande son nom à l’homme. La porte se referme derrière moi et nous sommes désormais seuls tout les trois, mon père, l’aveugle, et moi…
Mon père à posé la question en novoyaze, et l’idée me vient aussitôt qu’il ne doit rien avoir comprit. Lors de la bataille, j’ai pu entendre des mots que je n’ai pas compris, et eux, les autres, les aveugles, ne semblaient pas nous comprendre non plus… Je revois à nouveau cette femme, j’entend sa voix, et mes yeux se baissent sur mes mains alors que je marmonne.

« On no kopat novoyaz… » *

Je n’ai pas vraiment fait en sorte de me faire entendre. Mais après tout, mon père m’a dit de ne pas trop parler, pas de ne pas parler du tout, non ? Cette information pourrait lui être utile : vous n’allez pas vous comprendre. En fait, ça pourrait être drôle de les observer se faire la conversation sans rien comprendre de se qu’ils se disent… Je relève alors les yeux et les pose sur l’homme, assis et attaché. Il n’est pas vraiment différent de nous, si ce n’est qu’il a toujours la même tête que nous avions au retour de la bataille : l’air fatigué et mal en point. J’ai envie de demander comment ils ont été traité depuis ce jour, depuis des mois… mais je me retiens cette fois, gardant les yeux fixés sur lui. Est-ce qu’il connait la femme avec laquelle je me suis battu ? Celle qui m’a, au finale, laissé la vie sauve…

AVENGEDINCHAINS

*Il ne comprend pas le novoyaze.

@Maxim Perov et @Helm Nordström When you're cursed you're always hopin' [Pv Maxim & son] 484338566
Contenu sponsorisé

When you're cursed you're always hopin' [Pv Maxim & son] Empty Re: When you're cursed you're always hopin' [Pv Maxim & son]

Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum