Aller en bas
- Whatever it takes -
Chris Wilson
DATE D'INSCRIPTION : 01/11/2015 PSEUDO/PRENOM : Glacy MULTICOMPTES : Ezra MESSAGES : 3351 CELEBRITE : Brett Dalton COPYRIGHT : alcuna licenza. (avatar), frimelda (signature) METIER/APTITUDES : ancien militaire - maniement des armes - statège TRIBU/CAMP : odyssée POINTS GAGNES : 275

Black bird in the sky [Alita, Anastasia] Empty Black bird in the sky [Alita, Anastasia]

le Jeu 9 Juil 2020 - 9:00

Black bird in the sky
Chris & Alita & Anastasia
(+ Ragnak)

« Are you a men or a monster ? »
« Alita ! » Son prénom que je criais. Voix portée. Echo de ma voix transporté en direction de la silhouette qui se trouvait de dos à quelques pas de là. Près d'elle, un feu allumé crépitait. Des petites étincelles orangées scintillant, illuminant l'obscurité. L'obscurité qui avait recouvert avec sa douceur habituelle le campement improvisé, englobant les silhouettes qui se dessinaient dans son long manteau. Faisant quelques pas dans la direction pour la rejoindre près de ce feu. Chaleur bienvenue. Le début de l'été mais des températures qui se rafraîchissaient à la tombée du jour, et celles-ci d'autant plus au coeur des montagnes. Un paysage devant lequel il aurait pu être possible de s'émerveiller si les temps n'étaient pas aussi troublés.

A ses pieds qu'un campement improvisé avait été dressé, non pas pour accueillir les grounders issus de la tribu des athnas mais pour réunir des grounders venus de toute partie du continent. Un campement improvisé qui ne réunissaient pas seulement des grounders qui pouvaient avoir des différents, mais aussi ceux descendus du ciel, à la fois jeunes et anciens. Des tribus qui pouvaient avoir des différents au quotidien, instaurés une trêve fragile mais qui s'étaient pourtant réunis d'un commun accord. Des peuples différents qui mettaient de nouveau leurs différences de côté pour être unis et obtenir des réponses. Des silhouettes toutes aussi différentes les unes que les autres, alors que certains portaient des vêtements classiques et modernes, tandis que d'autres suivaient des coutumes plus ancienne. Des silhouettes qui pouvaient être opposées mais qui s'étaient battus d'un même front uni pour tenter de repousser les envahisseurs venus de la mer. Comme un même peuple. S'aidant, se soutenant, se donnant la main pour tenter de vaincre et protéger ceux qui étaient les plus faibles. Lors des combats, de nombreux étaient tombés. La mort frappant sans faire de différence de couleur, de peau, de culture, d'appartenance, de sexualité. Frappant tout simplement. Les armes avaient trouvé leur cible tour à tour. Certains coups qui avaient échoué, les armes se perdant en chemin. D'autres avaient trouvé le chemin jusqu'à leur cible, réussissant à fragiliser un adversaire qui répondait par sa supériorité numérique et sa puissance d'attaque, sa puissance militaire, sa puissance de feu. Vivant et debout sur mes deux jambes alors que d'autres étaient morts. Quant à d'autres, ils étaient tout simplement envolés, ayant disparu dans l'obscurité, emportés par les envahisseurs alors que ceux présents sur le continent faisaient de même. Pour l'une de ces nombreuses raisons que toutes ces personnes de toutes ces tribus différentes étaient réunies. Réunies pour obtenir des réponses et peut être répondre à des intérêts plus personnels, au désir de mettre un nom sur un ennemi inconnu, au désir de faire couler le sang, au désir d'obtenir vengeance, au désir de trouver la paix, au désir de pardonner si la force en était. Chacun qui était là pour un but précis mais aussi commun que d'obtenir des réponses.

Et c'était justement pour obtenir des réponses que je m'étais tournée vers Alita, non pas parce que cette dernière les détenait mais parce qu'en sa compagnie, j'allais tentée d'en obtenir auprès de ces prisonniers encore inconnus. Des groupes qui étaient formés, mélangeant à la fois ceux venus du ciel et ceux là bien avant sur le continent. Mélangeant tout âge et tout genre. Mélangeant des volontaires qui avaient des compétences au niveau militaire ou en terme de diplomatie. Des groupes qui étaient formés au-dessus, tirés au sort aussi. Briefing qui avait eu lieu et dont je ressortais, connaissant ceux avec qui je ferai équipe, dont elle. Ce qui était dans un sens apaisant alors que je la connaissais, et qu'elle aussi avait vécu ce qui s'était passé, comprenant. Mais ce n'était pas seulement avec elle que j'en viendrai à faire équipe si ce n'était un autre grounder, qu'il nous restait à rencontrer par la suite. Quelques minutes accordées pour faire le point, pour accorder ses violons avant de se diriger dans les entrailles de la terre ou plutôt de la montagne et procéder à un interrogatoire en due et bonne forme. Ne perdant néanmoins pas de temps, pour aller droit au but. But qu'elle connaissait. « On fait équipe. On a quelques minutes avant de partir en interrogatoire pour s'accorder et aussi rencontrer notre troisième partenaire. » Une équipe qui aurait peut être l'allure du bon, de la brute et du truand. « Il appartient au skankru. » Et pivotant des talons alors que je me dirigeais vers l'endroit où se dirigeait certains des membres du désert. Notre troisième coéquipier qui était un rahjak. Appartenant au peuple du désert, aussi réputé pour sa férocité et ses mésententes avec ses pairs, aussi réputé pour son système esclavagiste. Mais en dépit de ces différences, ils avaient répondu présent à l'appel et avaient combattu avec vaillance sur le champ de bataille. Ce qui pouvait néanmoins poser des difficultés alors que les leurs avaient kidnappé des 100 avant notre arrivé, les ayant retenu otages avant qu'ils n'en viennent finalement à pouvoir quitter la cité du désert, libres. Ce qui pouvait être problématique si elle ne les appréciait guère. Variable que je tentais d'éliminer et de contrôler. La mission qui passait avant. Les émotions distingués du professionnels. Un seul objectif dans ma tête que d'obtenir des réponses. « Est-ce que cela va être un problème ? » Une conversation éphémère alors que le campement improvisé était vite traversé, qu'il était facile de repérer ceux venus du désert. La majorité des personnes qui s'étaient réunis par tribus. Illustrés. Restant à savoir qui du petit groupe allait être le bon, la brute ou le truand. « Ai laik Chris kom Skaikru. Osir ste lufa Ragnak au.» Et des silhouettes qui se trouvaient immobiles près de tentes se dégagea un homme au teint mat, à la barbe. Une étincelle dans le regard. Ayant déjà compris pourquoi nous venions. « Jus drei, jus daun.»

Spoiler:
@Alita Wheeler, @Anastasia Miskowiak Black bird in the sky [Alita, Anastasia] 484338566
Il faut survoler le texte pour obtenir la traduction. Black bird in the sky [Alita, Anastasia] 2215546156
(c) DΛNDELION
Nothing lasts forever
Alita Wheeler
DATE D'INSCRIPTION : 12/03/2020 PSEUDO/PRENOM : Jenn MULTICOMPTES : No MESSAGES : 1130 CELEBRITE : Odette Yustman COPYRIGHT : Vava - dea tacita | Signa - rainmaker METIER/APTITUDES : Combattante | Guerrière - Traqueuse TRIBU/CAMP : Cents POINTS GAGNES : 797

Black bird in the sky [Alita, Anastasia] Empty Re: Black bird in the sky [Alita, Anastasia]

le Lun 13 Juil 2020 - 20:24
Black Bird in the Sky

le 28 Mars 2120 - Campement aménagé dans la montagne proche du village Athna - Prisonniers interrogés - Informations sur les raisons d'une telle guerre et sur le kidnapping de nos alliés - Réponses à nos questions
L’obscurité prenait doucement sa place tandis que les flammes d’un petit feu de camp dansaient devant mes yeux. Des crépitements jaillissants de ce feu pour venir s’écraser à mes pieds telles de petites pépites d’or ne cessaient de faire leurs apparitions. Des flammes qui me rappelaient la douleur de cette blessure si longtemps inscrite dans mon corps et dans ma tête. Ne pouvant la faire taire, me rappelant à quel point la vie est si courte. L’impression de voir des silhouettes au travers de cette danse enflammée, des silhouettes de personnes fuyants le combats et la guerre. Des personnes à la démarche tremblante, peu assurée dont les cicatrices n’ont eu de cesse d’apparaître. Ces mêmes personnes qui sont mortes, tuées par ce peuple de sauvage, par ces monstres venus de la mer. Ce Kraken, tel que je pouvais le penser qui nous avait envahi avec ses tentacules mangeuses d’hommes, qui nous avait menacé de par sa force et sa motivation. Un cauchemar qui avait pris vie, nous engloutissant avec lui dans les profondeurs des Abysses. L’Enfer, tel que je l’ai vu durant ces jours-derniers, nous avait tous affecté d’une manière ou d’une autre. Tous autant que nous sommes vivants et survivants, nous avons tous des cicatrices de cette guerre. Cette guerre qui nous aura coûté des vies qui nous auras fait perdre de nombreux proches et dont l’absence de certains d’entre nous pèse considérablement dans nos cœurs. Des prises d’otages et des kidnappés, les conséquences de cette guerre en plus de la vie. Après tant d’années, après tant de temps passé avec les terriens dont la trêve a été plus que bénéfique, nous voilà donc de nouveau confrontés à un peuple dont nous n’avons aucune idée de leurs motivations ni de leur identité. Un peuple qui n’avait nulle envie de discuter, qui n’avait nulle envie de marchander. Un peuple aveugle à toute communication dont la seule revendication était de faire la guerre et de nous tuer tous autant que nous sommes. Malgré cela, celle-ci s’est terminée laissant des survivants derrière elle. Nous, terriens et peuple du ciel réunis tous ensemble pour faire marche jusqu’à la plaine. Cette même plaine aménagée en hôpital pour blessés graves mais aussi aménagée pour se retrouver, amis et familles. Un recensement des personnes présentes et disparues avait pu être défini. Un recensement difficile à effectuer car le choc était toujours là. Le traumatisme de cette guerre continuant perpétuellement son périple à la recherche de zone à couvrir. Des souvenirs douloureux, tristes mais aussi heureux sur chaque visage de cette plaine. Des souvenirs dansants dans ma tête tels les flammes de ce feu, captant à peine l’écho lointain de mon nom crié par mon ami @Chris Wilson.

Proche du village des Athnas, au cœur des cavernes et des montagnes, des campements avaient été aménagés, reliés entre eux par un réseau. Comme des tunnels présents au cœur des mines ou les couloirs d’un gigantesque vaisseau. Des interrogatoires allaient avoir lieu pour comprendre les circonstances d’une telle guerre et ainsi découvrir l’identité de nos ennemis, tels qu’ils sont vus à l’heure actuelle. Nous n’avions aucune information et nous allions enfin interroger les kidnappés ennemis pour en savoir plus sur leurs motivations. Je n’avais guère plus envie que d’être ici, mes quelques notions militaires pouvant faire l’affaire. Nous avions été choisis pour effectuer les interrogatoires, diplomates ou militaires… nous étions en capacité d’interroger les prisonniers. Je ne pouvais pas rêver mieux après une telle défaite dont l’amertume était toujours en ces lieux. Chacun possédait sa propre vision de la façon dont l’interrogatoire allait se dérouler. Chacun jugeait de la culpabilité des prisonniers. Moi-même étant dans l’optique qu’ils étaient largement coupables et que leur mort n’était que justice à rendre. Justice pour tous ces morts, assassinés de sang-froid alors qu’une vie les attendait. Nos amis kidnappés qui eux aussi méritaient la liberté et que justice soit rendue. Je ne pouvais imaginer qui d’entres eux, Lucie, Taël, Anoki, Kai ou Jonas allait s’en sortir vivant. Je ne voulais pas y penser, je ne voulais pas imaginer que l’un d’entre eux meurt. Je continuais d’espérer, je continuais de me dire qu’ils étaient toujours en vie et que nous allions les revoir tous sains et saufs, même les odysséens et les terriens. Je croisais les doigts et dans mon cœur, j’espérais qu’ils se battent encore. Encore un peu alors que nous étions tranquillement ici.

Les montagnes, un décor surréaliste. Ces grandes collines neigeuses l’hiver et rocailleuse l’été. Elles offraient un paysage magnifique d’une étendue de forêt remarquable et incroyablement verte en cette période. En cette heure tardive, celle-ci était si sombre et si dense qu’on n’y voyait pas grand-chose au travers. Une guerre aurait pu éclater encore une fois sur ce sol, qu’on n’y verrait que du feu. C’était approximativement ce qui s’était déroulé quelques jours plus tôt et nous n’avions rien vu venir. Des souvenirs tumultueux laissant le goût incontestable d’un échec insatisfait. La présence de Chris à mes côtés me rassurait. Je sentais qu’il était proche de moi, qu’il s’était tourné vers moi pour annoncer sa présence. Pour m’annoncer qu’il était prêt pour la suite des évènements. Un pourparler nous disant qu’il était temps d’interroger les prisonniers par équipe pour en savoir davantage sur eux. Nous disant également que toutes les informations récoltées seraient importantes. Toutes sans exception. Ainsi, nous étions une équipe de trois avec Chris et un autre terrien. « On fait équipe. On a quelques minutes avant de partir en interrogatoire pour s'accorder et aussi rencontrer notre troisième partenaire. » Récapitulatif qu’il me disait à voix-haute tandis que mes souvenirs noirs s’envolaient peu à peu. « Il appartient au skankru. » Sur ces mots, il partit rejoindre des personnes inconnues. Des personnes du désert comme en témoignait leurs habits. Fronçant les sourcils à leur approche tandis que Chris plus serein, paraissait plus enclin à demander où pouvait se trouver notre troisième partenaire d’interrogatoire. Me demandant tout d’abord si cela pouvait poser problème d’avoir un Rahjak dans l’équipe. « Non. » Ai-je formulé froidement et de manière simpliste. Je n’avais guère l’envie de penser aux Rahjaks et à ce qu’ils ont pu faire par le passé. Même si ces souvenirs semblaient apparaître telles des étoiles dans le ciel, je ne voulais pas y penser. Y penser ne ferait qu’aggraver la situation qui était déjà bien pesante et toute aussi compliquée. Qui plus est, je savais qu’ils étaient présents parmi nous durant cette bataille alors qu’ils auraient très bien pu rester dans leur cité royale. Mes aprioris de côté, je continuais de marcher auprès de Chris qui s’était présenté auprès des Rahjaks comme membre du peuple du ciel et recherchant un certain Ragnak… Des yeux aussitôt levés et dirigés vers nous nous indiquèrent qu’il était là. Présent et affichant un sourire méprisant, me rappelant aussitôt ce même sourire exprimé par nos ennemis. Refoulant cette image de mon esprit, je décide de me présenter à mon tour dans le même langage terrien. « Ai laik Alita Wheeler kom Skaikru. Gonplei ste nou odon. » Ai-je prononcé sûre de moi à destination du Rahjak. « Jus drei, jus daun. » n’a jamais pris autant de sens qu’en cet instant. Nous étions trois à interroger un prisonnier. Trois défenseurs de nos terres tandis que ces envahisseurs allaient payer. « Teik's go. » Ai-je dit, tournant les talons en direction du réseau des cavernes jusqu’à la salle d’interrogatoire.

© ELECTRIC SOUL


Spoiler:
@Chris Wilson & @Anastasia Miskowiak, pareil il suffit de survoler pour avoir la traduction. J'espère que ça vous plairas Black bird in the sky [Alita, Anastasia] 484338566
- Whatever it takes -
Chris Wilson
DATE D'INSCRIPTION : 01/11/2015 PSEUDO/PRENOM : Glacy MULTICOMPTES : Ezra MESSAGES : 3351 CELEBRITE : Brett Dalton COPYRIGHT : alcuna licenza. (avatar), frimelda (signature) METIER/APTITUDES : ancien militaire - maniement des armes - statège TRIBU/CAMP : odyssée POINTS GAGNES : 275

Black bird in the sky [Alita, Anastasia] Empty Re: Black bird in the sky [Alita, Anastasia]

le Mar 21 Juil 2020 - 19:53

Black bird in the sky
Chris & Alita & Anastasia
(+ Ragnak)

« Are you a men or a monster ? »
Il y avait les rouages de mon cerveau qui tournaient à toute allure. Connaissant l'importance de cet interrogatoire. La nécessité d'obtenir des réponses le plus rapidement possible. La nécessité d'obtenir des réponses et des informations. Il fallait découvrir le plus de détails possibles pour tenter de savoir où les nôtres pouvaient être. Ceux qui avaient été enlevés. Ceux qui n'avaient pas été retrouvés. Ceux qui avaient été kidnappés sous nos yeux sur le champ de la bataille. Il y avait la colère. Il y avait le désir d'obtenir la justice. Mais il y avait aussi la nécessité de garder le contrôle et la tête froide. Le sang qui courrait habituellement dans mes veines était encore pour le moment froid. Cette nécessité que je puisse garder le contrôle bien que je savais que comme Alita, comme Ragnak, la volonté de se venger était aussi là. Vengeance qui devrait attendre. Une vengeance qui était un plat qui se mangeait froid. Et le but, nos ordres qui n'étaient pas de nous venger ou d'aller assassiner les leurs si ce n'est d'obtenir des réponses, une localisation. La nécessité pour cela de les apprivoiser, de savoir où ils étaient, d'en apprendre le plus possible de ceux que nous avions réussi à notre tour à kidnapper. Il ne fallait pas seulement apprendre des mots qu'ils prononceraient mais apprendre de leur langage corporel, de leur comportement. Comme un entraînement. C'était comme s'apprêter à combattre un adversaire pour de faux, sur le terrain d'entraînement. Il fallait être précis mais aussi être patient. Il fallait être aussi rapide qu'un serpent qui s'apprêterait à mordre. Il fallait repérer les failles dans la cuirasse. Il fallait agir au bon moment, quand la faille était dévoilée et frapper. Plusieurs styles de combat. Comme un jeu d'échec. Il y avait plusieurs possibilités pour joueur. Certains qui avaient un style plus agressif. D'autres qui réfléchissaient avec soin avant de déplacer les pions. Connu pour avoir un style agressif sur le terrain d'entraînement, me servant de ma taille et de ma force pour frapper rapidement et acculer l'adversaire. Ce qui était un point commun avec Alita. Consciente que si elle était plus fine, ses techniques de combat révélaient aussi sa nature, sa façon de penser. Et les mots de Ragnak révélaient aussi qu'il avait un style agressif, le désir perçu chez ce dernier de faire couler le sang. Des mots qui prenaient du sens plus que jamais. Une même volonté impitoyable. Un style agressif qui ne serait toutefois le plus adapté à la partie qui s'amorçait. En ayant conscience. Trois guerriers qui étaient envoyés pour interroger. Aucune touche réelle de diplomatie, alors que nous étions moins connus pour les mots prononcés que pour nos actions. Et peu doué avec les mots, et bien plus à l'aise avec les poings. Conscient néanmoins que les poings et la peur ne résoudraient rien, que ce serait avec précision qu'il faudrait poser des questions. Il fallait choisir les bonnes questions. Il fallait peut être appâter même l'adversaire pour le rejoindre à notre cause. Une stratégie de jeu à mettre en place. Une stratégie qui devait être mise en place rapidement alors que nous avions très peu de temps, seulement ces quelques minutes de trajet. Un trajet qui nous conduisait vers un lieu inconnu, au coeur des montagnes. Un territoire qui était aussi inconnu pour la personne que nous allions interrogés. Mais un terrain sur lequel nous allions devoir nous montrer à l'aise. Devant former un même groupe. Devant ne faire qu'un comme sur le champ de bataille, aussi relié par ce mantra répété. Aussi relié par les pertes, la douleur, le sang qui avait coulé et la volonté de retrouver les nôtres. Une même quête que nous devions accomplir et une stratégie que nous devions mettre en place. « Ha oso na kom thru ? »Il fallait savoir comment la partie allait se dérouler et se mettre d'accord. « Teik emo chich op. » Poings dévoilés. Style agressif. « Oso laik gona. Ba osir beda ste bryon. » Regard qui croisait les siens, il fallait trouver des points d'entente. Des mots brièvement entendus prononcés par les autres. Le champs de bataille qui ne laissait pas vraiment place aux mots, mais ce qui ressortait des premiers interrogatoires. Réfléchissant plus à voix haute, en repensant à ce qui se murmurait, à ce que j'avais vu. « Ils ne nous comprennent pas. » Repensant à ces différences, ces mêmes différences que nous avions connu en arrivant ici. Une barrière supplémentaire, en plus sans aucun doute de leur volonté à résister. Un autre inconvénient. Une autre variable qu'il était nécessaire de prendre en compte.

Une conversation qui ne pouvait néanmoins pas durer des siècles. Regard que je dirigeais vers Alita. Proche. Prêt à découvrir la personne que nous allions interrogé. Gardes salués. Armes que nous n'aurons pas, seulement nos mains et notre langue. Des gardes qui se dessinaient et un chemin qui était suivi dans les entrailles de la montagne. L'assurance de ne pas avoir à se baisser alors que les entrées et le chemin creusé en direction des grottes, au coeur de la paroi rocheuse était suffisamment large et haut pour pouvoir se tenir debout sans difficulté. Un point qui était le bienvenue alors que je n'étais pas sans me rappeler que dans les tunnels souterrains non loin du métro, du campement, certains chemins étaient si escarpés et glissants qu'il fallait avancer à l'aveugle. Souvent obligés de reculer, faire demi-tour, faire attention à ne pas chuter mais aussi se baisser. Si là l'humidité pouvait être ressenti comme le début du froid, il était possible d'avancer sans difficulté, guidés par ceux qui connaissaient la montagne mieux que personne. Escortés en direction des cellules où le transfert de prisonnier avait lieu, où tour à tour, l'un était désigné pour être interrogé. Regard qui se posait sur les prisonniers affaiblis, dont il était possible de distinguer la silhouette éclairée par les lueurs de lumière. Des silhouettes affaiblies, tapies dans l'obscurité, attendant leur tour. « Elle. » Ordre aboyé alors que deux athnas relevaient une silhouette petite. Des cheveux bruns. Mais ce n'était pas tant sa taille qui me frappait aussi brièvement, que son visage, que son âge. Jeune. Trop jeune et envoyé sur le champ de bataille. Ce choc qu'il fallait dissimuler. Ce même choc en voyant un garçon de son âge tenter de tuer, envoyé en pâture. Folie de la guerre. Masque que je me forçais à apposer sur mon visage alors que la prisonnière était escortée sous bonne garde dans la salle d'interrogatoire. Des chaises. Cette dernière enchaînée à l'une. Ce qui était légèrement ridicule alors que les chaines la faisaient encore paraître plus petites qu'elle ne l'était. Doutant qu'elle soit en était de s'enfuir mais la méfiance qui était de mise. La prudence qui était imposée. Regard échangé puis un regard posé sur l'enfant assis devant nous alors que doucement je m'approchais. Un premier contact. Tout aussi important. Peut être l'issu de l'interrogatoire qui se dessinait déjà. Il était temps de commencer la partie. M'accroupissant à sa hauteur, pour réduire le contraste si saisissant et voir ses yeux. « Je suis Chris. » Me désignant puis désignant tour à tour mes compagnons. « Et voici Alita et Ragnak. » Mots articulés avec soin, calmement. Pas une note d'agression. Chaines sur lesquels je jetais un coup d'oeil, l'emprisonnant et cliquetant. « Désolé pour les chaines. » Ne l'étant pas vraiment mais un peu aussi alors que chaque cliquetis était source d'agacement, mais aussi nécessaire. Confort dont ceux kidnappés n'avaient d'autre choix que de s'abstenir. Tentant une approche en douceur et diplomatique. Ce qui était plus opposé que je ne l'étais.

Spoiler:
@Alita Wheeler, @Anastasia Miskowiak Black bird in the sky [Alita, Anastasia] 484338566
Il faut survoler le texte pour obtenir la traduction. Black bird in the sky [Alita, Anastasia] 2215546156
(c) DΛNDELION
Nothing lasts forever
Alita Wheeler
DATE D'INSCRIPTION : 12/03/2020 PSEUDO/PRENOM : Jenn MULTICOMPTES : No MESSAGES : 1130 CELEBRITE : Odette Yustman COPYRIGHT : Vava - dea tacita | Signa - rainmaker METIER/APTITUDES : Combattante | Guerrière - Traqueuse TRIBU/CAMP : Cents POINTS GAGNES : 797

Black bird in the sky [Alita, Anastasia] Empty Re: Black bird in the sky [Alita, Anastasia]

le Jeu 23 Juil 2020 - 21:53
Black Bird in the Sky

le 28 Mars 2120 - Campement aménagé dans la montagne proche du village Athna - Prisonniers interrogés - Informations sur les raisons d'une telle guerre et sur le kidnapping de nos alliés - Réponses à nos questions
Nous étions en plein cœur de la montagne, dans des cavernes humides et très peu éclairées. Nous n’avions pas l’habitude, nous peuple du ciel, de s’aventurer dans cette zone si loin de notre confort et pourtant nous avions l’impression d’être comme chez nous, bien accueillis par nos amis Athnas. Nous venions Chris et moi-même de rencontrer Ragnak qui était un Rahjak pur et dur. Nous pouvions le remarquer rien qu’à la lueur de son regard. Un regard malicieux et mesquin qui n’annonçait rien de bon. J’étais moi-même dans l’optique d’un interrogatoire plutôt musclé. Je n’avais guère l’envie de paraître pour la gentille, je voulais endosser le rôle de la guerrière. De celle qui a survécu à la guerre si grandement menée. Lucie me manquait terriblement en cet instant, j’aurais voulu la remercier pour m’avoir sauvé la vie mais aussi pour son dévouement loyal. Elle a été kidnappée par ces monstres et j’espérais qu’elle aille bien. Nous étions en train de traverser tout un réseau de cavernes pour atteindre les cellules retenant les prisonniers de guerre. Nous allions enfin découvrir la personne que nous allions interroger et je j’avais hâte de pouvoir lui soutirer des informations, de pouvoir la mitrailler de questions auxquelles elle devra répondre et si tel n’était pas le cas, j’userai de moyens plus importants. Certes, nous n’avions pas le droit aux armes, logique si l’on considère la situation actuelle. Ça ne m’empêchera pas d’user de la force de mes bras quoi qu’il en coûte, si le besoin se fait ressentir. Ce qui est certain c’est que nous obtiendrons des informations d’une manière ou d’une autre, j’en étais grandement persuadée. Leur langage pouvait être différent du nôtre, peu importe nous trouverons un moyen de communiquer. Ma mère était persuadée que l’apprentissage de la langue n’était pas toujours nécessaire à sa compréhension. Pourtant j’étais curieuse, curieuse de savoir quelle langue pouvait-il bien parler. Même si au fond, c’était plus la colère qui était de la partie que la curiosité. Une colère exprimée contre leur peuple qui ne semblait pas avoir appris le respect. Qui ne semblait pas avoir de compassion pour autrui. Tous ces morts qu’ils avaient laissés, qui se retrouvaient sur le champ de bataille étaient la preuve irréfutable qu’ils étaient bels et bien des monstres. Cette guerre n’aura été que folie et démesure et les personnes tuées durant celle-ci devaient être vengées de quelque manière que ce soit. Je me doutais de comment allait réagir le Rahjak à sa façon de serrer et desserrer les poings. Il voulait tout autant que moi la vengeance mais comme il l’avait exprimé auparavant, il voulait la vengeance par le sang. Personnellement, je voulais que justice soit rendue et je souhaitais remettre de l’ordre dans tout ce bordel. Je souhaitais venger nos morts comme ce Rahjak à la différence près que la mort de ces prisonniers et de ce peuple n’était peut-être pas la solution. A l’inverse, Chris semblait bien plus distant comme s’il était en plein contrôle de son propre corps. Imperturbable et méfiant, un Chris que j’avais rarement vu n’exprimant ni haine ni rancœur, exprimant juste… de l’attente et de la suspicion. Absent comme retiré dans ses propres pensées. Je le voyais sans le voir comme s’il était là sans l’être vraiment. Comment pouvait-il se contrôler ainsi. La guerre l’aurait-il changé à ce point ? Ou avait-il pris des cours de diplomatie ? Je ne voulais pas le savoir et en vérité je n’étais pas prête à débattre sur ce sujet tant mes pensées étaient fixées sur l’interrogatoire. Une stratégie. Nous avions besoin d’une stratégie et avant de rencontrer notre futur interrogé, Chris avait posé la question fatidique de comment faisait-on. Quel était réellement notre plan d’attaque. Notre parade face à l’ennemi. Nous devions obtenir le plus d’informations possibles et pour cela nous savions pertinemment que nous devions être intransigeants. Sans pour autant les torturer ou les blesser. Mais leur faire comprendre que nous n’étions pas faibles et que nous voulions des réponses et que nous n’allions pas abandonner. Nous, survivants de la guerre de la plaine. J’avais simplement écouté les paroles de Chris et de Ragnak. J’étais d’accord avec Ragnak sur le fait qu’il fallait les faire parler, mais j’étais aussi d’accord avec Chris sur le fait que nous devions être plus malins qu’eux. Ils semblaient être un peuple intelligent, nous devions donc faire preuve de minutie et de précaution. La manipulation étant peut-être leur atout majeur, et nous allions bientôt le découvrir. « Ils ne nous comprennent pas. » Certes c’était vrai, ils parlaient un autre langage. Un langage que nous ne connaissions pas comme venu d’ailleurs, remettant en question la présence des tribus sur cette planète. Y en avaient-ils d’autres encore ? D’autres natifs venus d’ailleurs ? « Nous devons leur faire comprendre ce que nous voulons. » Dis-je. C’est alors que nous arrivions devant la ribambelle de prisonniers, tous tapies dans l’ombre tels des criminels. Nous les regardions de loin, attendant de savoir lequel d’entre eux allait nous rejoindre. Aussitôt, un Athna désigne une jeune fille assise et visiblement perturbée qui gisait au sol telle une abandonnée. Je n’exprimais aucun sentiment comme abstraite face à son jeune âge qui pourtant pouvait choquer bon nombre de personnes. Je la regardais, remettant en question mon plan d’attaque personnel en ce qui concerne l’emploi de moyens plus conséquents comme la force. Toutefois, je ne voulais pas rester sur mes positions simplement parce qu’il s’agissait d’une fillette et non d’un adulte responsable. Tout le monde était concerné par cette guerre et tout le monde allait passer à la casserole.

La prisonnière est attachée à une chaise, ligotée par des chaînes rigides qui allaient laisser des traces sur son petit poignet d’enfant. Tous les trois, nous allions entrer dans la cellule et mon cœur battait déjà la chamade avant même de commencer l’interrogatoire. Je me râcle doucement la gorge avant d’entrer dans cette cellule isolée. Puis je remarque Chris entamer la première phase de l’interrogatoire consistant à se présenter convenablement. Me présentant également ainsi que Ragnak qui semblait vouloir ne faire qu’une bouchée de cet enfant. Un instant, je priais pour que le Rahjak reste tranquille tandis que Chris s’excusait déjà pour les chaînes. Bien trop aimable, je ne pouvais supporter cette entrée en matière qui était bien trop gentille à mon goût. Aussi, je ne voulais pas être trop directe dès le début donc je laissai passer pour cette fois.

« Bonjour. Moi Alita. Toi qui es-tu ? Chon yu bilaik ? »« Et d’où viens-tu ? Where laik yu kom ? »

Je ne savais pas bien si je devais parler dans notre langage ou dans celui des terriens. Dans un cas comme dans l’autre, je décide d’utiliser les deux pour me faire comprendre aussi du Rahjak.

« Ai'll teik a bite out gon yu. » Ragnak semblait se rapprocher dangereusement de la jeune fille et je pris instantanément son bras pour le retenir. Je pouvais ressentir toute sa rage qu’il gardait en lui, surgir à la surface tel un lion affamé. Tant de haine se trouvait à l’intérieur de lui, il était important de savoir le contrôler. Je ne voulais pas voir de quoi il était capable, typiquement le genre de Rahjak qui se prenait pour un gros dur. Un guerrier de sang-chaud qui n’avait guère le temps de discuter et qui pensait que la violence avait réponse à tout. En cet instant, je me devais de le calmer car il allait lui faire plus peur qu’elle ne l’était déjà. « Daun Ste pleni ! Shof op ! Osir don kom do em step by step, nou like disha. » Lui ai-je répondu en terrien, sachant qu’il comprendrait du moins je l’espérais, mon accent n’étant pas mon fort. Les étapes de l’interrogatoire devaient se dérouler de façon progressive et non de manière précipitée. J’espérais que Chris continuerait sur cette voie, sur la voie de la diplomatie tel qu’il l’avait fait. Il était bien plus ouvert à la conversation. Quant à Ragnak, il semblait vociférer dans sa barbe à la fois surpris qu’une femme lui réponde mais aussi fourbe à l’idée de pouvoir continuer l’interrogatoire de sa propre manière. Nous attendions la réponse de la jeune fille, impatients d’avoir plus de détails tant espérés que nous comprenions leur langage.

© ELECTRIC SOUL


Spoiler:
@Chris Wilson & @Anastasia Miskowiak pour avoir la traduction, il suffit de survoler le texte toujours Black bird in the sky [Alita, Anastasia] 484338566 (je procéderai comme ça pour chaque phrase en langage terrien) Black bird in the sky [Alita, Anastasia] 2215546156
Anastasia Miskowiak
DATE D'INSCRIPTION : 15/03/2020 PSEUDO/PRENOM : Laenai MULTICOMPTES : Tasha & Lulu & Autumn ♥ MESSAGES : 603 CELEBRITE : Lola Flanery COPYRIGHT : Laenai METIER/APTITUDES : Apprentie chanteuse / Combat TRIBU/CAMP : Les Enfants de Svarog CERCLE - ORDRE : Cercle 1, Ordre 3 (Étudiante) POINTS GAGNES : 233

Black bird in the sky [Alita, Anastasia] Empty Re: Black bird in the sky [Alita, Anastasia]

le Sam 25 Juil 2020 - 15:12


Black bird in the sky


cellules dans les montagnes athnas, jour d'interrogatoire


Eva, Nikita, Misha et Yana. Ils avaient tous été emmenés pendant plusieurs heures. Ils avaient été interrogés. Quand Eva avait retrouvé des forces, elle m'avait raconté, expliqué ce qu'ils avaient fait. Ça m'avait terrifiée. Et pourtant, j'étais certaine qu'elle n'avait pas tout dit pour me ménager et je n'avais pas osé insister. Mais je savais que mon heure arriverait et la tension était montée petit à petit.

Pourtant, je savais aussi quelle était ma mission et je la prenais toujours autant à cœur. J'étais là pour leur apporter la lumière, pour leur ouvrir les yeux et leur permettre d'entrer dans les grâces de Svarog. Je me raccrochais à cette mission, cette nouvelle épreuve qu'Il me soumettait. Je devais lui prouver que j'étais digne d'un jour, peut-être, devenir l'une de ses Oracles.

Et le jour de mon premier interrogatoire ne tarda pas à pointer le bout de son nez. Le jour, ou la nuit, je ne savais plus rien. Cela faisait trop longtemps que je n'avais plus vu de lumière autre que celle des gardes lorsqu'ils venaient nous apporter de la nourriture – en trop faible quantité – ou chercher l'un des nôtres. J'étais un peu perdue, mais je gardais la foi. J'avais ma propre lumière, au fond de mon cœur. Elle ne serait pas éteinte par leurs ténèbres, elle continuerait d'éclairer et de grandir en moi et à l'extérieur lorsque je la leur aurai montré.

Bien sûr, quand ils me saisirent pour m'emmener, j'avais peur. Très peur. Mais je devais essayer de cacher la panique, de la réprimer. C'était un peu comme sur le champ de bataille, sauf qu'ici je savais à quoi m'attendre. Du moins, je le pensais. Je devais me montrer forte, car je l'étais. Durant le trajet, je tentai de calmer ma respiration et de ravaler l'angoisse qui ne demandait qu'à s'exprimer. C'était la première fois que je sortais de la cellule de pierre depuis que j'y avais été enfermée. Les couloirs se ressemblaient tous, et ils ressemblaient aux murs que je voyais depuis des jours. J'étais perdue. Mais je devais suivre le chemin de Svarog, quoi qu'il m'en coûte.

La pièce dans laquelle les gardes me laissèrent avec mes interrogateurs n'était pas beaucoup plus grande que la cellule. Elle était aussi froide et humide. Je fus attachée avec mes chaînes sur une chaise. J'observais les environs pour essayer de calmer ma peur. Pour me familiariser avec le lieu. J'étais seule, à présent. Plus d'Eva pour me tenir la main, plus de Yana, Nikita ou Misha pour me rassurer. Plus de maman pour me guider...

Ils étaient trois, face à moi. Habillés différemment, peut-être n'étaient-ils pas tous du même camp ? J'avais entendu les conversations des autres, parfois quand ils croyaient que je dormais. Ils pensaient que ces Aveugles venaient de plusieurs tribus. C'était peut-être le cas.

Mes yeux vagabondaient autour de moi. Je n'étais pas du tout à l'aise. Mais je me raccrochais à ma mission, encore une fois. Je visualisais mon but, qui était le but de Svarog et celui de Kolya lorsqu'il avait décidé de cette expédition. Lorsque l'un des hommes s'approcha de moi, je reposai rapidement mes yeux sur lui, l'observant s'accroupir près de moi. Il se mettait à ma hauteur. Et il parla, mais je ne compris rien de ce qu'il me dit. Les mots qu'ils prononçaient m'étaient inconnus. Pourtant, il avait pointé un doigt vers lui. Peut-être s'était-il présenté ? « Jesuikris » ? Il désigna ensuite les autres mais je n'arrivais pas vraiment à suivre ses mots sans les comprendre. Pourtant, il restait calme, il parlait doucement. Il ajouta encore quelque chose et je jetai un œil sur les autres, ne comprenant pas.

Ça promettait d'être compliqué s'ils ne comprenaient pas non plus ce que je leur disais. Mon regard se reposa sur l'homme puis revint sur la femme, qui prenait la parole à son tour. Elle utilisait sans doute le même langage que lui et le résultat était le même. Je ne pouvais que les fixer sans comprendre. Son intonation était moins calme, plus sèche. Mais c'est surtout le ton employé par le troisième homme qui me fit sursauter. Il était très agressif. D'ailleurs, il s'approchait à son tour de moi et je me reculai un peu plus sur ma chaise, bloquée par le dossier. Je n'arrivais pas à soutenir son regard, même si je l'avais voulu. Il y avait une telle agressivité chez lui que je n'avais pas vraiment besoin de comprendre ses paroles pour en comprendre le sens...

La femme s'adressa à lui et il s'arrêta à distance, ne disant plus rien. Ma mission était difficile, et à vrai dire j'étais plus confiante de commencer par l'homme près de moi et par la femme que par cet autre Aveugle. Je reposai donc mes yeux sur l'homme. Aucun des trois ne parlaient. Ils semblaient attendre que je dise quelque chose. C'était donc à mon tour de parler. Je pris une grande inspiration pour me donner du courage.

- Ya eemya be Anastasia Miskowiak, ya be ditya Svaroga. Ya be to skavat on Svarog eemya. Ya nye be vrag vy. Vy skavat novoyaz ?

J'espérais que l'un d'eux me comprendrait et le parlerait. Cela serait plus facile pour la suite.


Spoiler:



© ELECTRIC SOUL
- Whatever it takes -
Chris Wilson
DATE D'INSCRIPTION : 01/11/2015 PSEUDO/PRENOM : Glacy MULTICOMPTES : Ezra MESSAGES : 3351 CELEBRITE : Brett Dalton COPYRIGHT : alcuna licenza. (avatar), frimelda (signature) METIER/APTITUDES : ancien militaire - maniement des armes - statège TRIBU/CAMP : odyssée POINTS GAGNES : 275

Black bird in the sky [Alita, Anastasia] Empty Re: Black bird in the sky [Alita, Anastasia]

le Lun 27 Juil 2020 - 13:57

Black bird in the sky
Chris & Alita & Anastasia
(+ Ragnak)

« Are you a men or a monster ? »
Tout qui était bon pour essayer, tenter d'établir une conversation, le dialogue. Mais Ragnak qui n'était pas un grand fort du dialogue qui s'approchait. Un pas fait en avant bien qu'Alita avait déjà la situation en main, le retenant. Une variable à contrôler. Une variable qu'il nous fallait contrôler alors qu'il fallait procéder par étape. L'homme qui poussait un grognement non sans hocher la tête, acceptant d'attendre. Le sang qui coulerait tôt ou tard. Note d'inquiétude masquait alors que mon regard était de nouveau rivé sur la prisonnière. L'éclat de peur dans son regard. Me demandant si elle avait vu cette division. Car dans tout plan existait des failles. N'étant pas aussi unis, alors que nous étions divisés, formant différentes tribus, différents camps. N'étant alliés que par ce désir de retrouver nos proches. Mais là aussi des techniques de combat différentes alors que nous devions réussir à nous entendre, être coordonnés et efficaces. Ce qui pouvait se révéler plus compliqué que prévu alors que chacun était un peu à fleur de peau, que les souvenirs de la guerre et des morts, disparus étaient frais. « Oso laik wonkru.» Calme et tentant de l'apaiser. Nous ne formions qu'un. Nous devions ne former qu'un tous les trois. Nous devions former cette équipe et réussir à avoir des réponses.

Notre cible juste devant nous. « Ya eemya be Anastasia Miskowiak, ya be ditya Svaroga. Ya be to skavat on Svarog eemya. Ya nye be vrag vy. Vy skavat novoyaz ? » Trop de a et de t. M'étant attendu à ne pas comprendre. M'étant attendu à avoir des difficultés pour obtenir des réponses. M'étant attendu à ce que la langue soit une barrière fondamentale, mais ayant oublié à quel point la barrière pouvait être longue. Ce qui était véridique. Une barrière qui s'étirait en longueur mais aussi en hauteur, qu'il faudrait néanmoins dépasser, surmonter. La clef que nous ne possédions pas. La clef que nous ne pouvions pas insérer dans la serrure pour ouvrir la barrière simplement. Ce qui était une certitude alors que je ne connaissais pas ce langage. Certain que cela n'était pas non plus le cas d'Alita. Peut être que Ragnak possédait la clef. Ce que j'espérai car à défaut il allait falloir trouver d'autres alternatives. Il pouvait exister des alternatives plus douces, plus simples qui pouvaient aussi prendre du temps. Il était possible de longer la barrière pour tenter de la contourner. Il était possible aussi de vouloir passer par-dessus et espérer la surmonter sans se prendre dans les fils de barbelé qui pouvaient l'entourer à certains endroits, sans chuter brutalement. Barrière qui existait et qui allait se transformer tout au long de l'interrogatoire. Des obstacles que nous étions les seuls à pouvoir créer. Et pouvant nous condamner tout aussi facilement en ajoutant des fils de barbelé, en lui faisant peur. Craintive elle l'était. C'était une certitude alors que son regard avait brièvement trahi la peur. Se trouvant dans un endroit inconnu, loin de chez elle et désorienté. Un enfant perdu. Une barrière qui nous faisait face. Notre rôle de réussir à passer de l'autre côté. Notre rôle d'éviter de créer de nouveaux obstacles mais aussi de vouloir passer de l'autre côté rapidement. L'un des objectifs de la partie et là aussi de nouvelles stratégies qui existaient alors qu'il était possible d'être tenté de forcer la serrure, de démolir la barrière. Une stratégie qui n'était pas encore définie et un contexte qui évoluait.

Mais la barrière de la langue là et des mots que je tentais d'analyser. Ya. eemya. be. Des mots qui sortaient du lot comme pour former une phrase, peut être pour se présenter. Son prénom mémorisait plus ou moins. Nom de famille que je n'avais pas retenu mais un prénom retenu. Celui d'Anastasia. Et un autre mot qui sortait du lot. Svarog. Svaroga. M'écartant d'elle pour m'éloigner vers le fond de la grotte. Un peu à l'écart alors que je réfléchissais rapidement. Un calepin que je sortais rapidement pour noter les mots qui revenaient. Un calepin qui était donné par groupe. Regard qui croisait le sien alors que je reprenais la parole tout en répétant les phrases ordinaires, passant d'une langue à l'autre. « Bonjour Anastasia. Heya Anastasia. » Des mots que j'articulais doucement. Un signe de la main. Des signes dont il allait falloir user mais poser des questions qui s'annonçait compliqué. Regard que je dirigeais en direction d'Anastasia. « Svarog ? Svaroga ? » Mot que je répétais. Qu'est-ce que c'était. Me demandant si elle parlait de quelqu'un. Me demandant si c'était le nom d'une tribu, de son clan. Un mot qui semblait avoir de l'importance, qu'elle avait répété à deux reprises. Mais interrogatoire qui promettait d'être long. « T'as compris quelque chose ? Ha yu na ge'da'n in? » Passant d'une langue à l'autre. Testant aussi la prisonnière alors qu'il paraissait dévoilé qu'elle comprenait certains mots ou qu'elle avait du moins compris grâce à l'usage des signes nos présentations. Tentant aussi de rassembler les informations transmises préalablement. Mais il était aussi préférable de repartir de zéro aussi pour réussir à établir un contact d'autant que là était le premier interrogatoire. La sauce à laquelle elle était mangée qui n'était pas encore décidée. Réfléchissant. « Elle peut peut être écrire sur le sol ? ... skrab daun ona graun-de ? » Il fallait trouver une clef ou un moyen de passer la barrière à tout prix.

Spoiler:
@Alita Wheeler, @Anastasia Miskowiak Black bird in the sky [Alita, Anastasia] 484338566
Il faut survoler le texte pour obtenir la traduction. Black bird in the sky [Alita, Anastasia] 2215546156
Petite référence à the 100  Black bird in the sky [Alita, Anastasia] 4186525286

Black bird in the sky [Alita, Anastasia] A393bf378d415b918cbf2c0d8d8b0a87
(c) DΛNDELION
Nothing lasts forever
Alita Wheeler
DATE D'INSCRIPTION : 12/03/2020 PSEUDO/PRENOM : Jenn MULTICOMPTES : No MESSAGES : 1130 CELEBRITE : Odette Yustman COPYRIGHT : Vava - dea tacita | Signa - rainmaker METIER/APTITUDES : Combattante | Guerrière - Traqueuse TRIBU/CAMP : Cents POINTS GAGNES : 797

Black bird in the sky [Alita, Anastasia] Empty Re: Black bird in the sky [Alita, Anastasia]

le Jeu 30 Juil 2020 - 23:37
Black Bird in the Sky

le 28 Mars 2120 - Campement aménagé dans la montagne proche du village Athna - Prisonniers interrogés - Informations sur les raisons d'une telle guerre et sur le kidnapping de nos alliés - Réponses à nos questions
La réaction de Ragnak avait fait peur à la jeune fille et je pouvais que comprendre. Les rahjaks n’avaient aucune pitié. Rien qu’en les regardant nous pouvions voir leur colère et leur fourberie. Il n’y avait que très peu de place à de l’amour. La haine faisant son chemin petit à petit vers le cœur. La jeune fille s’était toutefois radoucie quelque peu sous le regard de Chris et nous avait parlé une langue totalement inconnue. Ce que tous nous craignons était bel et bien là, cette barrière du langage qui allait être un frein pour nombre d’interrogatoires. Malgré tout, nous n’allions pas baisser les bras et nous trouverons une solution pour outrepasser cette barrière. Je regardais Chris qui tentait de rassurer les troupes et de détendre l’atmosphère. Voulant briser la glace en mentionnant que nous n’étions qu’un seul clan à nous trois, qu’il n’y avait pas de différences. Faisant bonne figure devant cette intruse qui nous avait parlé dans sa langue natale. Des mots incompréhensibles selon moi et qui semblaient difficiles à être traduits. Je regardais Chris noter quelques mots sur son carnet qui nous servirait à tous les trois. Puis mon regard se fixa de nouveau sur la jeune fille qui ne disait plus un mot. J’avais mémorisé sa phrase ou du moins quelques mots que je répétais à voix-haute en réfléchissant lentement. « Novoyaz », « Anastasia », « Svaroga » des mots étranges et particuliers hormis son nom qui devait être Anastasia. Chris fut d’ailleurs le premier convaincu la saluant brièvement. J’en fis de même très rapidement, puis je regardais par-dessus l’épaule de Chris pour y voir ses notes qui étaient les mêmes que les miennes, que j’avais noté dans ma tête. Hochant la tête vigoureusement, il l’interroge sur le mot « Svaroga, Svarog » qui semblait être un élément pertinent pour notre compréhension. Pendant que nous étions penchés sur le problème Ragnak semblait lui à court de soutien comme absent et restant dans son coin tel un élève puni. Pourtant sous ses airs de victime, un éclat ou une lueur dans ses yeux brillait comme les yeux d’un loup dans une forêt sombre. Je ne pouvais m’empêcher de le regarder de temps en temps prête à bondir s’il le fallait pour éviter la catastrophe. Eviter qu’il y est collision entre lui et la jeune fille assise sur sa chaise et enchaînée ne pouvant même pas répliquer.

Finalement Chris demande si nous avions compris quelque chose. Des mots en référence à une autre tribu ou à un dieu peut-être ? Nous ne savions quoi penser. Surtout moi, j’étais totalement à court de moyens et désarmée au sens propre comme au sens figuré. Je regardais Chris les paumes tournées vers le haut en signe de méconnaissance et mon regard s’attarda aussitôt sur Ragnak qui semblait lui en savoir plus qu’il ne le disait.

« J’ai compris comme toi, qu’elle s’appelle Anastasia. » Disais-je en la pointant du doigt au moment de l’épellation de son nom pour lui faire comprendre à elle aussi que nous avions compris cela. « Pour le reste, je pense qu’il est question d’une tribu ou d’un peuple pouvant s’appeler Svaroga ou Svarog. Et pour le mot novoyaz par contre je n’ai pas tellement de référence. Peut-être est-ce un dieu, une légende ou un dialecte ? » Le regard incertain, imaginant différentes traductions à ce mot.

Comme je l’avais mentionné précédemment, nous procéderons par étape. Nous noterons tout dans ce petit carnet qui nous a été donné au début de l’interrogatoire et nous avancerons doucement mais sûrement. Je pris le temps de m’avancer vers la jeune fille, plongeant mon regard dans ses yeux innocents. Je pris le temps de l’observer jusqu’à ce que Chris demande s’il y avait possibilité qu’elle écrive sur le sol. Je me relevais donc à cette question, surprise d’entendre ses mots qui pourtant n’avaient rien de contrariants. Toutefois, pour moi ils l’étaient car cela voudrait dire qu’elle serait libre de tout mouvement. Que nous devions la libérer de ses chaînes et je n’avais guère l’envie que cela se passe même si cela pouvait éviter la barrière de la langue.

« Ecrire sur le sol ? A choisir, je préfère qu’elle écrive sur notre carnet plutôt que sur le sol. Tu imagines un peu si nous la délivrons de ses chaînes, ce qu’elle pourrait faire ? » Je pensais réellement que c’était une mauvaise idée. Malgré son air innocent, je m’en méfiais comme de la peste. Elle avait participé à cette guerre et certes je n’avais pas vu ses prouesses mais j’avais pu voir celles d’une autre femme (Lazuli) et franchement pour un peuple sorti tout droit de la mer, ils n’étaient pas débutants bien loin de là. Leur artillerie lourde pouvant même confirmer mes dires. Ragnak semblait confirmer mes propos comprenant quelque peu notre langage. En vérité, peu importe avec qui il était d’accord, ce qui l’importait était que cette jeune fille paie pour ce qu’elle a fait. La vengeance étant la fin du dîner si l’on imagine que l’interrogatoire en est un.

« Em can use em as a gon. » Ragnak désignait le stylo que Chris tenait entre ses doigts et je ne pus que réprimer un soupir. Certes, le stylo pouvait en effet servir d’arme mais franchement. Allait-elle vraiment prendre le risque sachant que nous étions trois et qu’elle était seule et enchaînée ? « Der laik thri gon osir en em's alone. Den, em ste chained. » Disais-je en direction du rahjak qui semblait insatisfait de ma réponse recherchant même une intervention de la part de Chris. Mais sans attendre de réponses de sa part j’avais entrepris de poser des questions à la jeune fille les laissant débattre de la question.

« Quel âge as-tu ? D'où est-ce que tu viens ? Et pourquoi venir sur nos terres ? » Demandais-je dans notre langue et en langage terrien pour en savoir davantage. Toute information est bonne à prendre même sur l’identité de notre interlocuteur. J’espérais qu’elle continue de répondre pour ne pas à avoir à employer la force. Pour l’instant tout se déroulait au mieux possible. Nous n’avions pas eu de problèmes particuliers hormis la différence de langage.

© ELECTRIC SOUL


Spoiler:
@Chris Wilson & @Anastasia Miskowiak si quelque chose ne va pas, vous me dites Black bird in the sky [Alita, Anastasia] 484338566
Anastasia Miskowiak
DATE D'INSCRIPTION : 15/03/2020 PSEUDO/PRENOM : Laenai MULTICOMPTES : Tasha & Lulu & Autumn ♥ MESSAGES : 603 CELEBRITE : Lola Flanery COPYRIGHT : Laenai METIER/APTITUDES : Apprentie chanteuse / Combat TRIBU/CAMP : Les Enfants de Svarog CERCLE - ORDRE : Cercle 1, Ordre 3 (Étudiante) POINTS GAGNES : 233

Black bird in the sky [Alita, Anastasia] Empty Re: Black bird in the sky [Alita, Anastasia]

le Jeu 6 Aoû 2020 - 16:08


Black bird in the sky


cellules dans les montagnes athnas, jour d'interrogatoire


J'avais attendu en espérant entendre des mots connus, en espérant qu'ils parlent le novoyaz. Mais je compris bien vite que ce n'était définitivement pas le cas. C'était embêtant. Une nouvelle embûche placée sur mon chemin, entravant ma mission. La rendant plus compliquée à accomplir. Mais il s'agissait là d'une épreuve, j'en étais persuadée. Et une épreuve ne devait pas être facile. Svarog m'avait choisie parce qu'il me sentait digne de l'accomplir ! Je me raccrochais à cette idée alors que l'homme s'était éloigné pour noter des choses dans un petit carnet. Sans doute les mots que j'avais prononcés. Il me jeta un œil en prononçant deux fois mon prénom dans une phrase. Je fus un peu surprise mais aussi soulagée : il avait compris quelque chose. Tout n'était pas perdu ! La femme aussi prononça mon prénom en me pointant du doigt. Je ressentais toujours l'angoisse à l'intérieur, mais ce petit pas en avant me redonna un peu confiance en moi. Je hochai la tête pour les encourager. Et j'imitai même le signe de la main de l'homme que j'identifiais comme « Jesuikris », signe limité par les chaînes autour de mes poignets. Mais j'étais là pour communiquer avec eux, et c'était ce que je comptais faire.

Bientôt, ce fut le nom de Svarog que j'entendis dans leur bouche. Et à vrai dire cela me rendit fière. S'ils prononçaient déjà son nom, ils ne tarderaient pas à apercevoir sa lumière et à ouvrir les yeux. Il fallait que j'arrive à leur faire comprendre qui il était, mais les mots ne semblaient pas être mes alliés sur le coup. Je n'avais pas vraiment été préparée à ça. L’entraînement s'était concentré sur le combat, l'endurance et la force physique. Pas sur la négociation et la communication avec eux. Mais si je souhaitais devenir Oracle, j'allais devoir apprendre à communiquer et à interpréter ce que Svargo voulait.

Ils parlaient entre eux, me jetant de temps en temps un regard. Ils essayaient toujours de déchiffrer mes paroles. Et ils avaient l'air de ne pas être d'accord. Pendant un instant, je pensai à essayer d'enlever mes chaînes pour tenter de partir. Cette idée me traversa l'esprit comme un coup de foudre. L'instinct de survie, peut-être ? Mais elle fut très brève et je la repoussai : j'avais autre chose à faire, ici.

L'instant passa rapidement et la femme s'intéressa de nouveau à moi. Elle s'approcha à son tour et me posa des questions. Je savais que c'en était en écoutant son intonation. Mais je ne savais pas ce qu'elle me demandait. J'avais beau me concentrer en essayant de détacher des mots dans ce qu'elle disait, je n'y parvenais pas.

- Svaroga be my Pee vsek, on be dobby. Otkryt vy glazes i privetstvovat on svet.

Je tentai de faire un geste ample des mains pour désigner ce qui nous entourait et les inclure dedans. Mais je n'étais pas sûre de me faire comprendre, notamment à cause des chaînes qui réduisaient mes possibilités de mouvement.

Ragnak n'appréciait pas l'idée de donner une arme à son ennemie, même s'il s'agissait d'une enfant. Pourtant, il avait une certaine fierté et il devait bien admettre qu'ils étaient trois adultes contre une jeune fille. Il était un Rahjak, un guerrier, et il avait tué de nombreuses personnes, dont d'autres guerriers tout aussi forts que lui. Il était peut-être possible de faire quelque chose.

- Em no na getaway. Em be yongon and ai laik Sankru gona ! Taim em trana, ai na frag op em bilaik.

Il avait dit ça avec agressivité et supériorité. Il se croyait au-dessus des deux skaikrus et cela se ressentait. Il s'approcha de moi en gonflant le torse et fit un geste pour éloigner la femme. Sa présence aussi proche m'arracha un frisson que je ne pus cacher. Je ne savais pas quelles étaient ses intentions et, quand il leva les bras vers moi, je retins ma respiration. En premier lieu, il posa l'une de ses mains sur mon cou et le serra assez fort pour me faire mal, mais pas assez pour me tuer. Son autre main détacha l'une des chaînes qui me retenait à la chaise. Il plongea un regard menaçant dans le mien : il me détachait certes les mains pour me donner une plus grand liberté de mouvement, je n'avais pas intérêt à bouger plus que je ne le devrais. Je sentais ses doigts se serrer un peu plus alors que mes yeux s'écarquillaient. J'aurais pu me débattre, d'autant plus que je pouvais à présent bouger mes mains, mais au lieu de cela je serrai les accoudoirs de la chaise et fermai les yeux, cherchant à reprendre un souffle qui ne venait presque plus. Je priai Svarog de me laisser en vie pour accomplir ma mission...

- Ai na frag op yu ! insista-t-il alors que je ne comprenais pas ses paroles. Par contre, ses actes montraient qu'il était prêt à me tuer maintenant, sans doute parce que je ne répondais pas à leurs questions comme il l'aurait voulu... Peut-être m'avait-il déjà détachée pour emmener mon corps lorsque cela serait fait ?


Spoiler:



© ELECTRIC SOUL
- Whatever it takes -
Chris Wilson
DATE D'INSCRIPTION : 01/11/2015 PSEUDO/PRENOM : Glacy MULTICOMPTES : Ezra MESSAGES : 3351 CELEBRITE : Brett Dalton COPYRIGHT : alcuna licenza. (avatar), frimelda (signature) METIER/APTITUDES : ancien militaire - maniement des armes - statège TRIBU/CAMP : odyssée POINTS GAGNES : 275

Black bird in the sky [Alita, Anastasia] Empty Re: Black bird in the sky [Alita, Anastasia]

le Dim 9 Aoû 2020 - 22:25

Black bird in the sky
Chris & Alita & Anastasia
(+ Ragnak)

« Are you a men or a monster ? »
Un dialogue qui était installé. Elle qui faisait un signe de la main suite à ma présentation. Signe de la main que je réalisais de nouveau, en signe de salut. Il fallait se montrer diplomate. Il fallait instaurer la conversation. Mais aussi, maintenant il fallait comprendre et tenter de comprendre. Ce qui pouvait se révéler plus délicat et ne pouvant m'empêcher de sonder mes coéquipiers. « Elle répète toujours Svarog. Une tribu ou un dieu ou un leader ou ? et novoyaz le dialecte peut être ? » Le mot Svarog qui semblait avoir une grande importance. Les expressions de son visage qui la trahissait, qui indiquait que ce mot avait de l'importance pour elle, qu'elle tenait cette personne en estime. Pensant plus qu'il s'agissait d'un personnage important, mais le fait que cela rappeler sa tribu qui n'était pas non plus opposé. Et des notes que j'ajoutais à côté des mots dans le carnet. Des descriptions concises, dans un style très militaire alors que tout était méthodique, écrit avec soin. Un discours précis alors que j'ajoutais comme détail une description objective et méthodique du comportement de la jeune femme. Mon regard qui était posé vers elle, vers notre prisonnière. « Qui est Svarog ? Chon yu Svarog ? Ton leader ? Heda ? Un dieu ? Hayon ? » Des mots que j'articulais avec soin, marquant des pauses entre chacune des questions, distinction de mots associés avec la traduction correspondante. Tentant de comprendre et de déterminer la chaîne de commandement, la pyramide qui semblait de se dessiner. Les informations les plus importantes qui devaient être reconnus, décortiquées.

Des nouvelles questions adressées non pas à la prisonnière mais à eux, sur la marche à suivre. Froncement de sourcils face aux remarques d'Alita alors que je n'avais pas pensé à cette manière. Le cheminement de pensée qui avait été suivi différemment et son plan qui me paraissait tout aussi dangereux. Un point que je venais éclaircir alors que je ne pensais pas la délivrer de ses chaînes. « Je ne pensais pas la délivrer. Elle peut user ses pieds. » L'idée trop dangereuse bien que ce n'était qu'un enfant, qu'elle paraissait inoffensive. Après nous étions trois contre un, s'il fallait la maîtriser. Et ne pouvant demander des éclaircissements sur sa proposition, si elle souhaitait qu'elle écrive sur le carnet. « Tu veux la délivrer donc ? ou simplement lui donner le stylo ? » Ton qui trahissait mon point de vue. Une idée sur laquelle je n'étais pas d'accord. Et rejoignant Ragnak. Ce dernier qui pensait identiquement, que le stylo pouvait servir d'arme. « Ai mafta em op. »Partageant son point de vue. Etant d'accord avec l'avis de l'homme alors que tout pouvait servir d'arme. Il fallait être prudent. Ce n'était pour rien que je m'étais reculée. Certes elle était un enfant, ce qui pouvait surprendre, choquer. Ce qui m'avait choquer que de voir qu'ils étaient envoyés sur le champ de bataille. Mais ne restant pas moins qu'eux aussi avaient combattu, fait couler le sang. Personne n'était innocent. Il fallait être prudent et se méfier des apparences. Ragnak qui hochait la tête, croisait son regard alors qu'Alita reprenait la parole pour mentionner un des points auquel j'avais préalablement pensé. Car en effet, nous étions contre trois. N'ayant pas tort, mais il était nécessaire de se montrer plus prudent.

Alita plus proche, continuant ses questions. Certains mots qui semblaient se rapprocher de l'anglais. « Svaroga est quelqu'un. » Une quasi certitude. Mais n'ayant alors compris qu'il s'agissait du père, quoique son ton suffisait pour confirmer de nouveau qu'il était en tête de la pyramide, le chef ou tout comme. Un autre mot qui m'interpellait. Privest. Variantes qui tentaient d'être trouver. L'enfant qui faisait des gestes pour nous englober et ses mains qu'elle dirigeait ensuite vers elle, comme pour nous inclure, nous inviter à venir vers elle. « Elle veut qu'on la rejoigne ? Prier ? Elle nous demande de prier ? » Me tournant de nouveau elle. Ce à quoi je pensais en matière de religion terrienne, ou encore de dieu. Eux qui étaient plus proches d'avoir un culte, de vouloir servir un dieu, de suivre l'esprit de leurs leaders ou de la nature, ou du dieu du soleil. Chaque tribu avec ses moeurs différentes et coutumes différentes. Les leurs aussi différentes qu'il allait falloir comprendre.

Mais Ragnak qui était resté sur le dernier point alors que déjà il s'approchait de l'enfant. Supériorité affirmée alors qu'il pensait identiquement qu'à trois nous pouvons la maintenir et de nouveau il s'avançait vers l'enfant pour poser ses doigts autour de son cou. L'empêchant de bouger et en même temps déliant un peu plus ses chaînes. Mais là où il aurait pu s'arrêter, le faire en douceur, il continuait de serrer. Prêt à la tuer. « Hod op !  » L'homme qui s'écartait d'un pas. Violence qu'il allait falloir contrôler. Seconde fois. « D'où viens-tu ? » Reprenant la question qu'Alita avait posé et sur le sol du bout des doigts je dessinais des formes humaines. Classique. Un dessin d'enfant. Des ronds pour les têtes, des traits pour les corps. Dessinant un trait à l'horizontale au niveau et autour des personnes pour représenter la plaine puis des arbres pour représenter la forêt bordant la plaine et de l'autre côté des vagues pour représenter l'océan. De cette direction, de l'est qu'ils paraissaient être venus. La nécessité d'en savoir plus. Index que je dirigeais vers la carte, que je déplaçais lentement alors que mon regard était posé sur elle. « D'où viens-tu ? Svarog ? » Mots traduits en trigesdaleng aussi. Le nom important prononcé comme pour la rappeler aux siens, et espérant qu'elle indique sur la carte d'où elle venait.

Spoiler:
(c) DΛNDELION
Nothing lasts forever
Alita Wheeler
DATE D'INSCRIPTION : 12/03/2020 PSEUDO/PRENOM : Jenn MULTICOMPTES : No MESSAGES : 1130 CELEBRITE : Odette Yustman COPYRIGHT : Vava - dea tacita | Signa - rainmaker METIER/APTITUDES : Combattante | Guerrière - Traqueuse TRIBU/CAMP : Cents POINTS GAGNES : 797

Black bird in the sky [Alita, Anastasia] Empty Re: Black bird in the sky [Alita, Anastasia]

le Lun 17 Aoû 2020 - 20:04
Black Bird in the Sky

le 28 Mars 2120 - Campement aménagé dans la montagne proche du village Athna - Prisonniers interrogés - Informations sur les raisons d'une telle guerre et sur le kidnapping de nos alliés - Réponses à nos questions
La jeune fille à son air semblait concentrée sur chacun des mots que je lui avais dits. Je me rendais bien compte que la barrière de la langue procurait un cruel manque de temps. C’était à se demander s’il n’y avait pas parmi nous des traducteurs pouvant comprendre ce langage et pouvant nous le traduire. Il était impossible pour des débutants comme nous de comprendre un traître mot de ce qu’elle racontait. Elle venait encore de dire certains mots comme « Svaroga », « Pee », « Dobby », « Glazes », « Svet » qui n’avaient aucun sens pour moi. Hormis le mot « Glazes » qui pouvait se rapprocher du mot « glasses » qui veut dire « Lunettes ». Peut-être pensait-elle qu’on devait voir quelque chose que nous ne voyions pas à l’heure actuelle. Je voyais toujours Chris noter les mots sur son carnet, réfléchissant encore à leurs significations. J'avais pris l'initiative de rajouter sur le carnet ce que j'avais pensé précédemment tout en le disant à Chris. Même si ces efforts sont notables, j’avais tout de même peur que ce temps passé à l'interroger ne soit tout simplement perdu et que peu d’espoir soit possible. Retrouver nos proches kidnappés sera bien plus compliqué qu’on aurait pu l’imaginer. Cela dit, il ne fallait pas abandonner et continuer d’enquêter car tant que nous n’avions pas vu leurs corps, nous pouvions penser qu’ils étaient toujours en vie.

« Pour répéter autant ce mot, cela doit avoir une réelle signification comme un dieu ou une tribu. Je ne vois que ça. Le novoyaz, nous ne savons pas si ce mot est réellement important ou non… » Compliqué. Les mots semblaient faciles à noter mais difficiles à en comprendre le sens. Une autre langue synonyme d’un autre peuple et d’une autre culture que la nôtre. Nous avions encore beaucoup à découvrir et nous en étions qu’au début d’une gigantesque enquête. Chris prenait doucement la suite de l’interrogatoire lui demandant plus d’informations sur Svarog. J’attendais avec impatience la réponse de la jeune fille qui semblait de nouveau terrifiée par le Rahjak présent parmi nous.

Délivrer la fille me semblait une très mauvaise idée et lui donner un stylo pour qu’elle puisse écrire ne semblait pas avoir satisfait l’audience. Le Rahjak lui-même avait suivi l’idée de Chris sur l’utilisation du stylo comme une arme et la majorité l’avait donc emportée. Je n’avais pas d’autre choix que de suivre l’avis générale et d’accepter ma défaite. Difficile étant de nature têtue et rebelle, j’avais envie d’insister plus et je commençais à taper de mon poing sur la table en signe de désinvolture. Bien entendu mon excès de colère que je qualifiais de minime semblait avoir effrayée la jeune fille. Chose qui n’allait pas faciliter la suite de l’interrogatoire.

« Bien ! On continue alors ! » Sèche et perplexe, je continuais de croire que nous n’allions pas avancer si nous continuions de l’interroger oralement. Nous devions trouver une solution plus pratique nous permettant de comprendre. Même si ses gestes pouvaient nous donner quelques indications son langage était quand même incompréhensible. Malgré ça, Chris continuait son cheminement d’information. Il continuait son monologue à la poursuite de sa traduction. Des mots qu’elle avait dits, accompagnés par des gestes d’alliance. Je ne pus que réprimer un sourire désabusé et remplis de sarcasmes. Si elle croyait que nous allions sympathiser avec eux, elle se mettait le doigt dans l’œil et bien profond ! Il n’y avait aucune chance pour que nous signions un traité de paix avec eux. Ils n’étaient que des monstres à mes yeux, balayant notre peuple et détruisant des vies. Tandis que ses pensées et ses images plutôt violents se baladaient dans ma tête, le questionnement de Chris sur la prière et l’esprit de communauté n’allait rien arranger. Mon visage s’était comme figeait à l’énonce de ses mots que j’avais gardé en tête précieusement et qui se mélangeaient avec les siens. Je n’étais pas ravie du tout d’entendre cela.

« Prier ? Alors qu’ils nous ont massacrés ? Qu’ils ont tué des nôtres de leurs propres mains ? Je n’espère vraiment pas que leur peuple veuille que nous les rejoignions car après tout ça. Après ce bain de sang… »

Mes yeux se voilèrent instantanément à l’évocation de cette guerre qui avait fait énormément de morts. Je ne voulais pas montrer de signes de faiblesse et pour le coup je n’avais rien pu contrôler. Des larmes s’échappèrent de mes yeux sans que rien d’autres ne se passent. Seules les larmes coulaient silencieusement le long de mes joues devenues rouges. Aussitôt, je fermais les yeux pour faire taire ses larmes. Elles auraient pu attendre la fin de l’interrogatoire pour couler toutefois, l’évocation des souvenirs douloureux avaient eu raison de moi. Je pris le temps de prendre une grande bouffée d’inspiration pour me calmer. Mais le calme n’allait pas rester longtemps car c’était maintenant au tour de Rahjak d’affirmer son point de vue. A la différence de moi, c’était la colère qui s’était manifesté et non la tristesse. En même temps, voir un Rahjak triste relevait de l’impossible. Il parlait dans son langage et se rapprochait de la jeune fille. Ses doigts s’étaient resserraient autour de son petit cou et il l’avait desserré de ses chaînes. Elle n’avait pas intérêt de bouger car le moindre mouvement pouvait provoquer sa mort immédiate. Sur l’instant, je voulais l’écarter de la jeune fille mais il m’avait lui-même éloigné me signifiant très clairement de ne pas m’en mêler. Ses doigts continuaient de serrer encore plus le coup de la jeune Anastasia et bientôt elle ne pourrait plus respirer. Heureusement Chris parvient à le maîtriser et à le reculer de sa proie. Ses yeux toujours fixés sur elle d’un noir profond à croire que la mort s’y trouvait.

« Control yu, no frag em op tonight. Den ai'd ask yu kom go out gon honon violence. »

J’espérais que ces mots le calmeraient mais je savais pertinemment qu’un Rahjak resterait un Rahjak. La lueur dans ses yeux n’avait pas baissé d’un poil et je savais qu’une deuxième fois était synonyme d’une troisième fois. Il n’allait pas abandonner ces tentatives et je me demandais quelle autre idée idiote allait-il sortir de son crâne. Je n’éprouvais aucun respect pour les Rahjak, j’éprouvais beaucoup de colère à leur égard et le seul point positif que j’avais pu trouver était qu’ils avaient été présents lors de la guerre. Sinon, ils restaient le seul peuple pour lequel j’éprouvais autant de sentiments négatifs.

Chris avait de nouveau insisté sur la question de ses origines. Le Rahjak avait instinctivement levé les yeux aux ciels en signe de perte de temps considérable mais personnellement, je trouvais la question importante si nous voulions retrouver nos proches. Chris prenait le temps de dessiner sur le sol pour lui faire comprendre le sens de notre question. Je trouvais l’idée plutôt bien et ses dessins ressemblant à du gribouillage pour enfant semblaient intéresser la jeune fille. Répétant la question en pointant son index sur les vagues qu’il venait de dessiner pour représenter l’océan puis « Svarog » un mot dont nous ne comprenions pas le sens, du moins pas totalement. Nous n’étions pas sûr de son sens malgré nos idées primitives.

« Guerre là. Wor der. » J’avais emprunté le stylo pour y entourer les plaines où a eu lieu la guerre pour lui rappeler où ils sont allés après leur débarquement depuis la mer. Nous attendions tous avec impatience les réponses de la jeune fille qui semblait toujours perturbée par l’attaque du jeune Rahjak mais aussi rassurée de savoir que nous étions deux à le contrôler si nécessaire.

© ELECTRIC SOUL


Spoiler:
Anastasia Miskowiak
DATE D'INSCRIPTION : 15/03/2020 PSEUDO/PRENOM : Laenai MULTICOMPTES : Tasha & Lulu & Autumn ♥ MESSAGES : 603 CELEBRITE : Lola Flanery COPYRIGHT : Laenai METIER/APTITUDES : Apprentie chanteuse / Combat TRIBU/CAMP : Les Enfants de Svarog CERCLE - ORDRE : Cercle 1, Ordre 3 (Étudiante) POINTS GAGNES : 233

Black bird in the sky [Alita, Anastasia] Empty Re: Black bird in the sky [Alita, Anastasia]

le Mar 18 Aoû 2020 - 10:25


Black bird in the sky


cellules dans les montagnes athnas, jour d'interrogatoire


Alors que je croyais ma fin arrivée, l'homme plus gentil s'interposa et l'autre recula, me lâchant. Je toussai quelques instants en essayant de prendre mon souffle tandis que la femme élevait la voix contre lui. Était-ce pour cela qu'ils étaient plusieurs ? Pour s'empêcher les uns les autres de nous tuer ? Je fus absente quelques instants, le temps de reprendre une respiration à peu près normale. Pendant ce temps, je les entendais discuter de manière un peu plus lointaine. Ils répétaient à nouveau le nom de notre Dieu, plusieurs fois, suivi d'autres mots que je ne parvenais pas à comprendre. La flemme tapa du poing sur la table et pleura pendant qu'ils discutaient, mais je le remarquai à peine.

Je reposai finalement mes yeux sur la pièce. L'homme gentil se rapprocha et s'accroupit au sol. Je le suivis des yeux et observai avec attention ce qu'il dessinait dans la poussière. Je crus reconnaître des silhouettes humaines, comme nous les dessinions parfois sur les murs ou sur le sol du kolybel. Oui... c'était une bonne idée ! Avec le dessin ce serait plus simple de leur faire comprendre ! D'autant plus que j'aurais du mal à chanter en ayant mal à la gorge. Il me reposa encore des questions, et je crus déceler que c'était la même que tout à l'heure, sans pour autant en être sûre. J'observais surtout avec attention ce qui apparaissait sous mes yeux : des étranges formes verticales, que je ne reconnaissais pas. Puis un carré autour des silhouettes. Et des traits plus flous à côté. Peut-être l'eau ? Oui, ça ressemblait à des vagues, j'en étais presque sûre ! Bientôt, la femme vint entourer le carré avec les silhouettes. Ils me montraient peut-être où nous étions, même si à vrai dire j'avais du mal à me situer. Mais je pouvais leur montrer d'autres choses !

Je me penchai doucement, faisant cliqueter les chaînes qui retenaient toujours mes pieds à la chaise. Ce n'était pas la position la plus agréable, surtout après m'être fait étrangler, mais je ne voulais pas retenter l'expérience aussi je faisais le moins de gestes possibles. Au-dessus des vagues, je dessinai le soleil de Svarog entouré de flammes . Je le pointai du doigt en leur expliquant de qui il s'agissait.

- Svaroga.

Je dessinai ensuite des rayons qui irradiaient dans tous les sens, jusqu'à venir toucher les silhouettes sur le sol. J'avais compris que les phrases étaient difficilement interprétées, tout comme moi je ne comprenais pas ce qu'ils essayaient de me dire et je n'arrivais pas à détacher les mots. Aussi, je pris le parti de dire seulement les mots essentiels.

- Svaroga svet, dis-je en suivant les rayons du doigt.

Je me tournai un peu pour trouver un endroit vierge et y dessinai des yeux fermés à côté d'yeux ouverts. Je répétai ensuite à leur intention ce que j'avais dit tout à l'heure :

- Otkryt vy glazes i privetstvovat on svet.

Lorsque je parlai des yeux et de la lumière, je montrai du doigt les différents éléments les représentant sur le sol. Je profitai également de ma semi-liberté retrouvée pour mimer le geste, plaçant mes mains à côté de mes yeux fermés puis les ouvrant en même temps. Je posai ensuite mes mains sur ma tête et sur mon cœur, pour leur montrer où ils devaient accueillir Svarog. C'était très basique, mais je gardais l'espoir qu'ils comprendraient !


Spoiler:



© ELECTRIC SOUL
- Whatever it takes -
Chris Wilson
DATE D'INSCRIPTION : 01/11/2015 PSEUDO/PRENOM : Glacy MULTICOMPTES : Ezra MESSAGES : 3351 CELEBRITE : Brett Dalton COPYRIGHT : alcuna licenza. (avatar), frimelda (signature) METIER/APTITUDES : ancien militaire - maniement des armes - statège TRIBU/CAMP : odyssée POINTS GAGNES : 275

Black bird in the sky [Alita, Anastasia] Empty Re: Black bird in the sky [Alita, Anastasia]

le Sam 22 Aoû 2020 - 22:25

Black bird in the sky
Chris & Alita & Anastasia
(+ Ragnak)

« Are you a men or a monster ? »
Tentant de déchiffrer. Tentant de comprendre ses gestes. Tentant de deviner. Il n'était possible que d'émettre des hypothèses, de se jouer de son intelligence, de son imagination pour trouver des réponses et instaurer un dialogue avec la fillette. Et des signes qu'elle continuait de faire. Alita qui prenait la parole, émotion perceptible dans sa voix. « Je pense pas qu'elle soit en train de danser.. » Il y avait un certain ton robotique dans ce mots. Il y avait un certain constat ou une certaine objectivité. Il y avait une certaine neutralité. Là où la colère s'exprimait pour Ragnak, là où les larmes commençaient à couler le long des joues d'Alita, il y avait de mon côté une certaine distanciation. Les morts qui n'étaient pas oubliés bien au contraire. Au fond de moi, il y avait cette colère enfouie. Au fond de chacun d'entre nous, il y avait cette colère et rage sourde qui bouillonnait. S'exprimant encore plus vivement pour Ragnak, là où pour Alita elle se trahissait par des poings fermés. Et cette colère elle bouillonnait tout autant à l'intérieur de moi dès lors que se rappelait à moi les images sanglantes du champ de bataille. La guerre qui était une tragédie. Il y avait les images du sang. Il y avait les images des corps qui tombaient. Il y avait l'insomnie. Il y avait les regards de ceux que j'avais tué qui venaient me hanter. Il y avait les ombres et il y avait les démons. Non il y avait la colère et ce même ressenti, mais pourtant à la différence de mes coéquipiers, cette colère et cette douleur était tenue pour le moment à l'écart. Il était impossible de savoir pendant combien de temps mais pour le moment toute cette douleur et cette rage, elle était mis dans une boîte. La clef qui avait été jetée. Une clef dont je connaissais l'existence et je savais aussi où elle se trouvait. Il suffisait que la clef soit tournée pour que tout en vienne à changer, pour qu'il soit laisser libre court à la bête. Une bête maintenue à l'écart pour le moment. Un visage qu'Alita connaissait. Calme pour le moment, presque robotique mais presque aussi le seul moyen d'aller jusqu'au but. Une mission. Une mission qui passait avant. Celle d'obtenir des réponses, celle de comprendre son langage, celle de les trouver. N'ayant la place pour les émotions et la colère. Contraste avec ce sang chaud qui bouillonnait dans mes veines. N'ayant pas encore exploser pour le moment. Pour le moment, tout était sous contrôle. Ce contrôle que je maintenais alors que comme insensible aux larmes, je continuais de chercher des réponses. Massacre auquel je n'étais pourtant pas insensible dans le fond alors que trop avait péri, que l'impuissance et la rage s'était succédait à la volonté de vaincre. Réfléchissant. Tenter de trouver. Un mystère qu'il fallait résoudre. Des réponses qu'il fallait obtenir. La craquer. Ce qui comptait alors. « Elle veut nous faire passer un message. » Une certitude. Et qu'elle veuille nous dire qu'elle voulait prier était une éventualité.

Mais là où il y avait des éventualités, il y avait des risques. Comme le risque que la situation puisse dégénérer de nouveau très rapidement. Arrêté à temps. Sa douleur qui s'exprimait par la colère. Tout son visage qui trahissait la douleur et le désir de venger les siens. Comphréension. Mais répondant sous le coup de l'émotions. Or il y avait une ligne à ne pas franchir, comme celle de la tuer ou l'empêcher de parler. Devant obtenir des réponses et quitte à ne pas tout comprendre, il était nécessaire néanmoins qu'elle puisse encore disposer de sa langue pour parler et s'exprimer. Observant du coin de l'oeil le rahjak. Regard froid. Ce regard froid qui pouvait habiter chacun d'entre nous. Ce regard froid qui se durcissait bien, qui venait se dessiner sur mon visage. Regard porté sur la prisonnière alors que de nouveau je m'approchais pour tenter d'obtenir des réponses.

Alita qui venait d'ailleurs m'épauler alors qu'à l'aide de ces graffitis, de ces dessins nous espérions nous faire comprendre. Des dessins que tout enfant pourrait faire. Mais justement elle était un enfant, une fillette encore. Ces dessins elle pouvait les comprendre. Ces dessins ils étaient simples et enfantins mais ils avaient le mérite d'être clair. Ce qui comptait alors que chaque lieu était dessiné. Devant trouver où ils se trouvaient, où ils avaient été emmenés. Vers l'ouest. Vers l'océan. Il fallait plus. Il fallait plus d'informations. Il fallait comprendre le point de chute et savoir. Laissant Alita prendre la main et poursuivre alors que j'observais la fillette dont le visage s'éclairait. Enfin. Des réponses. Se montrant coopérante. Et me penchant à mon tour pour surveiller la prisonnière mais aussi examiner les dessins qu'elle faisait. Là aussi des dessins simples mais permettant de comprendre. Observant le soleil entouré de flammes. Mémorisant chaque détail. Svaroga. L'observant alors qu'elle dessinait les rayons du soleil en direction des silhouettes, de nous. Des yeux fermés et des yeux ouverts. L'observant avec soin alors qu'à tour de rôle elle ouvrait ses mains, fermait les yeux, désignait son coeur et sa tête. Ragnak qui comprenait avant nous, assimilant les éléments avec les coutumes de sa tribu. « Skankru heim seintaim. Hayun deimeika. Svaroga laik seimon. » Assimilant Svarog au dieu du soleil. Une même représentation. Le soleil brillant au-dessus des têtes, bien que celui-ci était entouré de flammes. Des mouvements qui ressemblaient à des prières. Un murmure audible que pour Alita. Une vision différente de la religion. Des coutumes différentes. « Manquait plus que des fanatiques.. »

@Anastasia Miskowiak & @Alita Wheeler Black bird in the sky [Alita, Anastasia] 484338566
(c) DΛNDELION
Nothing lasts forever
Alita Wheeler
DATE D'INSCRIPTION : 12/03/2020 PSEUDO/PRENOM : Jenn MULTICOMPTES : No MESSAGES : 1130 CELEBRITE : Odette Yustman COPYRIGHT : Vava - dea tacita | Signa - rainmaker METIER/APTITUDES : Combattante | Guerrière - Traqueuse TRIBU/CAMP : Cents POINTS GAGNES : 797

Black bird in the sky [Alita, Anastasia] Empty Re: Black bird in the sky [Alita, Anastasia]

le Dim 23 Aoû 2020 - 20:02
Black Bird in the Sky

le 28 Mars 2120 - Campement aménagé dans la montagne proche du village Athna - Prisonniers interrogés - Informations sur les raisons d'une telle guerre et sur le kidnapping de nos alliés - Réponses à nos questions
Les émotions avaient éclaté pour Ragnak et pour moi quelques minutes plus tôt. Seul Chris arrivait encore à prendre sur lui et j’espérais qu’il continu car je ne voulais pas voir cette facette qu’il garde, incontrôlable et obscure. Je m’étais remise plus ou moins de mes émotions et j’avais entouré la plaine que Chris avait dessiné, écrivant le mot guerre à côté. Je ne savais pas si elle comprendrait mais nous devions essayer. C’était le moment pour elle de s’exprimer et sa semi-liberté lui permettait de dessiner d’autres choses sur le sol. Bientôt un soleil accompagné de ses rayons y était inscrit nous indiquant « Svaroga ». Les rayons qu’elle dessinaient descendait vers le sol en direction des hommes que nous étions. Elle dessina également sur une partie vierge du sol des yeux fermés et des yeux ouverts reprenant les mots « glazes » et « privetstvovat ». Je commençais à comprendre certaines choses et je tenais à les dire à voix-haute. Mais avant tout, je voulais la laisser terminer. Ses mains libérées lui permirent de les placer sur ses yeux puis sur sa tête et sur son cœur. Elle essayait de nous faire comprendre quelque chose d’important pour elle et pour son peuple, c’était évident. Chris lui-même disait qu’elle nous envoyait un message. J’étais d’accord avec lui.

Je marchais quelques secondes dans la pièce, réfléchissant de nouveau à toutes ces informations. Je pris le temps de reprendre les mots et y voyait plus clair. Mais avant d’avoir le temps de donner mon avis. Ragnak avait lui-même traduit les propos d’Anastasia. Chose qui me surprenait étant donné son implication peu notable depuis le début de l’interrogatoire. Le dieu du soleil ? Alors ils suivraient un dieu du soleil. Oui pourquoi pas, c'était possible après tout. J’avais de mon côté d’autres idées pouvant nous aider dans la compréhension de tout ce charabia. Aussitôt, j’entendis Chris murmurer de manière ironique qu’il ne manquait plus que nous aillons affaire à des fanatiques. Je ne pus que réprimer un soupir profond puis une colère qui ne déborda pas, restant en moi pour le moment en lien avec ces fanatiques qui se seraient permis de nous envahir sous les ordres d’un dieu du soleil.

« Je commence peut-être à comprendre… Elle a utilisé les mots « glazes » et « privetstovat ». Et en nous montrant les rayons du doigt, elle a dit « svet ». Si on en déduit que ce dernier veut dire « rayon » comme les rayons du soleil, alors les deux autres mots sont forcément liés aux yeux représentés sur le sol. « glazes » pouvant représenter la vue et les yeux ouverts tandis que « privetstovat » désignerait l’aveuglement et les yeux fermés. »

J’avais peur de comprendre. Si Ragnak avait raison, ils étaient des religieux. Enfin des terriens priant eux aussi un dieu inconnu aux terriens de nos propres terres. Mais alors, d’où venaient-ils concrètement ? D’un autre continent ? D’une terre inexplorée par-delà l’océan ? Un peuple doté d’armes aussi puissantes, entraîné à combattre et répondant aux ordres d’un dieu. Il devait y avoir un roi, ou un chef prônant des lois et incitant ses disciples à lui obéir. Avait-il lui-même participé à la bataille ou était-il resté sur leurs terres ? Pourquoi nous avaient-ils attaqué maintenant ? Tant de questions qui allaient rester sans réponses pour le moment car il était bien difficile de se faire comprendre. Je regardais Chris d’un air fatigué et Ragnak semblait à l’inverse plus déterminé que jamais à vouloir déceler leurs secrets.

Nous devions retrouver nos kidnappés et mettre un terme à cette mascarade. Nous avions nous aussi des kidnappés et nous allions les interroger comme eux aller interroger les nôtres. Ils allaient probablement se heurter eux aussi à la barrière du langage et je me demandais si leurs méthodes étaient les mêmes que les nôtres. J’espérais qu’ils allaient traiter nos amis, nos alliés de manière respectueuse. J’espérais vraiment car sinon les conséquences seraient désastreuses.

Chassant ces pensées, je m’étais accroupie sur le sol, parlant lentement à Anastasia. Je reprenais mes propos précédents montrant les yeux ouverts et la désignant elle du doigt puis montrant ensuite les yeux fermés et nous désignant nous du doigt dans la pièce puis les hommes présents dans la plaine. J’espérais qu’elle me dise oui pour en conclure que mes propos étaient justes. Ensuite, j’entreprends un autre raisonnement qui allait aboutir à une question pour Anastasia.

« Anastasia, regarde. » Je lui montre les traits tordus des vagues qu’avait dessiné Chris et y dessine à côté une terre avec des arbres. Je lui représentais des terres que nous ne connaissions pas. Leurs terres à eux. Leur peuple. « Ici, votre peuple. Vos lois. Votre dieu. Svaroga. Vous habitez loin ? » Je dessinais aussi des hommes les représentants eux puis j’avais dessiné leur symbole de Svarog au centre puis des yeux ouverts. J’espérais qu’elle comprenne mes dessins assez brouillons mais compréhensible à mon goût. « Par-delà l’horizon et la mer, vous avez emmené nos alliés. » Je réalisais des gestes d’ensemble avec mes mains, nous incluant dans un groupe, avec les hommes des plaines sur le sol. Je nous désignais comme des prisonniers, avec des chaînes. Je les dessinais sur le sol, sur l’île en question. Je dessinais des visages tristes et des mains enchaînées, puis des barreaux de prison sur l’île. « Vous les avez kidnappés, où sont-ils ? » Je réalisais des pointillés entre l’île et nos terres, représentant des bateaux miniatures en guise de transport sur la mer. « Vous êtes loin de nos terres, quelle distance ? Quels moyens de transports ? » Bien entendu, toutes ces questions étaient également posées en langage terrien pour que Ragnak comprenne car il était essentiel qu’il nous aide. La distance était notée sur le sol à côté des pointillés : « km ? » Pensant qu’elle pouvait noter à côté mais je ne savais pas si elle comprenait quoi que se soit. Sinon en termes de temps, il était possible également de nous le dire. Je pris donc le temps de noter les mots « heures » et « minutes » de l’autre côté du trait en pointillés. Je posais mes questions en même temps de dessiner pour lui permettre de comprendre. J’insistais sur les mots à côté des dessins et j’attendais ses réponses. Je ne voulais pas paraître insistante mais je voulais avoir la réponse à nos questions. J’espérais qu’elle continue de coopérer. Puis nous continuerons les interrogatoires avec les autres prisonniers. En priant pour que toutes les informations récoltées nous aident à retrouver nos proches.

© ELECTRIC SOUL


Spoiler:
@Chris Wilson & @Anastasia Miskowiak, si quelque chose ne va pas. Vous savez où me trouver  Black bird in the sky [Alita, Anastasia] 1689179954  Black bird in the sky [Alita, Anastasia] 484338566  
Anastasia Miskowiak
DATE D'INSCRIPTION : 15/03/2020 PSEUDO/PRENOM : Laenai MULTICOMPTES : Tasha & Lulu & Autumn ♥ MESSAGES : 603 CELEBRITE : Lola Flanery COPYRIGHT : Laenai METIER/APTITUDES : Apprentie chanteuse / Combat TRIBU/CAMP : Les Enfants de Svarog CERCLE - ORDRE : Cercle 1, Ordre 3 (Étudiante) POINTS GAGNES : 233

Black bird in the sky [Alita, Anastasia] Empty Re: Black bird in the sky [Alita, Anastasia]

le Dim 13 Sep 2020 - 18:14


Black bird in the sky


cellules dans les montagnes athnas, jour d'interrogatoire




J'entends sa voix prononcer mon prénom et je me tourne instinctivement vers elle, observant ses gestes et essayant de saisir ses paroles. C'était laborieux, mais je commençais à comprendre certaines choses grâce aux dessins. Et surtout, j'avais l'impression qu'ils commençaient à me comprendre. L'homme un peu plus violent, qui me faisait le plus peur, parla de Svarog de manière assurée, comme s'il comprenait. L'autre homme fit une réflexion mais je ne la saisis pas. Je me concentrai plutôt sur la jeune femme qui s'était accroupit près de moi et qui effectuait les mêmes gestes que j'avais fait précédemment. Elle avait compris que les yeux fermés les représentaient et je hochai la tête également quand elle me désigna avec les yeux ouverts. Finalement, nous allions peut-être pouvoir nous entendre malgré cette barrière invisible qui nous empêchait de parler...

Elle continua en gardant mon attention, tandis que l'homme violent se rapprochait aussi et gardait un œil méfiant sur moi. Mais je ne bougeais pas plus que nécessaire, ne voulant pas à nouveau qu'il attrape mon cou et qu'il ne s'arrête qu'une fois morte... J'avais déjà eu assez peur et assez de mal à me remettre et à continuer à communiquer avec eux après ça. Mais j'avais une mission et je devais tout faire pour l'accomplir. Absolument tout. Alors j'avais pris sur moi et je faisais de mon mieux, comme toujours.

La femme désigna des traits tordus, je crus comprendre qu'il s'agissait de l'eau. Ca devait être des vagues. À côté, elle dessina un ensemble qui devait représenter une terre. Par contre, je ne compris toujours pas ce qu'elle voulait me faire comprendre avec ces petits triangles étranges dans l'ensemble. Je fis la moue, concentrée. Mais rien ne me venait. Elle ne resta cependant pas sur cet échec et continua à dessiner. Cette fois-ci se furent de nouvelles silhouettes qui apparurent dans la poussière. Elle y ajouta un symbole approximatif de Svarog et y ajouta des yeux ouverts. Je compris où elle voulait en venir. C'était nous. Enfin, les Enfants de Svarog. J'acquiesçai donc et elle continua, sans doute encouragée par ma validation. Elle parlait en même temps et j'essayais de déceler le sens des mots mais je me concentrais principalement sur les dessins, car jusqu'ici c'était ce qui nous permettait le mieux de nous comprendre.

J'observais toujours ses gestes, elle fit un geste d'ensemble, les désignant tous les trois avant de dessiner des silhouettes derrière des lignes. Des barreaux peut-être, comme ceux dans cette caverne ? Elle nous dessinait Eva, Yana, Nikita, Misha et moi ? Je crus d'abord qu'il s'agissait de nous, surtout avec le symbole de Svarog à côté. Mais elle avait effectué son dessin en deux temps : d'abord, les Enfants d'un côté, puis les silhouettes derrière les barreaux. Elle voulait savoir où étaient les prisonniers que les nôtres avaient embarqué ! J'aurais dû m'en douter, à vrai dire. Mais j'étais tellement concentrée sur ma mission, celle d'ouvrir leurs yeux à la lumière, que je n'y pensais plus vraiment. Et malheureusement, je savais pertinemment que je ne pouvais pas leur dire où étaient les leurs. Ce serait trahir les projets de Svarog. Si une lueur de compréhension traversa mon regard, je tentai de la dissimuler aussitôt. Et ce ne fut pas très compliqué puisqu'elle posa encore des questions que je ne compris pas, et dessina ce qui ressemblait à des lettres, un peu différentes de celles que je connaissais, mais qui ne voulaient rien dire pour moi. Pour ne pas bloquer la communication, je me penchai à nouveau et esquissai un dessin de barque très basique.  

- Svarog nous a guidés jusqu'à vous au-delà de l'eau pour vous apporter la lumière. Nous sommes là pour vous sauver.

J'ajoutai un œil en train de s'ouvrir au-dessus des Aveugles derrière les barreaux. Je ne savais pas vraiment depuis combien de temps j'étais ici, mais j'estimais qu'ils devaient soit déjà avoir ouvert les yeux, soit être en train de le faire. Sur le kolybel, il ne pouvait en être autrement. Ici, c'était plus difficile car nous n'avions pas l'occasion de leur parler autant que nous l'aurions voulu.


Spoiler:
@Chris Wilson & @Alita Wheeler désolée j'ai pas eu le courage de faire les traductions cette fois mais j'avais envie d'avancer, j'espère que ça ne vous ennuie pas Black bird in the sky [Alita, Anastasia] 484338566 Et que la réponse convient Black bird in the sky [Alita, Anastasia] 1802821642



© ELECTRIC SOUL
- Whatever it takes -
Chris Wilson
DATE D'INSCRIPTION : 01/11/2015 PSEUDO/PRENOM : Glacy MULTICOMPTES : Ezra MESSAGES : 3351 CELEBRITE : Brett Dalton COPYRIGHT : alcuna licenza. (avatar), frimelda (signature) METIER/APTITUDES : ancien militaire - maniement des armes - statège TRIBU/CAMP : odyssée POINTS GAGNES : 275

Black bird in the sky [Alita, Anastasia] Empty Re: Black bird in the sky [Alita, Anastasia]

le Sam 26 Sep 2020 - 13:37

Black bird in the sky
Chris & Alita & Anastasia
(+ Ragnak)

« Are you a men or a monster ? »
Mon regard qui était posé de nouveau sur Alita, toute mon attention tournée vers elle. Ecoutant. Tentant de comprendre. C'était un rébus que nous tentions de déchiffrer. C'était une langue inconnue que nous tentions de comprendre. C'était même fondamental de comprendre. Ce qui était aussi frustrant car comprendre nécessitait du temps. Du temps que nous n'avions pas. Néanmoins une étape obligatoire désormais. Alors il fallait chercher, il fallait creuser et tenter de comprende le sens de chaque mot ou faire au mieux possible pour comprendre le contexte de chaque phrase. « Tu veux dire qu'elle pense que nous sommes aveugles ? » Ce qui ne serait pas vraiment la vérité, du moins peut être pas dans un sens aussi littéral. Mes yeux qui étaient bien ouverts. Mais une potentielle traduction qui ne disait rien de bon. Il n'y avait aucun bon présage. Il n'y avait rien de rassurant dans ces mots à l'idée que nous avons pu tomber sur des fanatiques ou des religieux. Il ne manquerait plus que cela. Ce que je n'espérai vraiment pas. Mais alors qu'elle ne répétait que le nom de Svarog et faisait de tels mouvements, il paraissait difficile de croire qu'une autre interprétation ne soit possible. Il aurait été plus agréable de penser qu'elle voulait nous inviter à une fête mais j'en doutais sérieusement. Je pouvais voir le regard d'Alita qui était fatigué, et à côté la lueur déterminée dans le regard de Ragnak. Il nous fallait des réponses mais les réponses qui semblaient se dessiner ne paraissaient rien avoir de joyeux. Tournure des événements que je n'appréciais guère. Néanmoins, ce n'était pas le moment pour se précipiter ou faire un faux pas. Il fallait être prudent. Il fallait d'autant plus attention alors que tout n'était que sujet à interprétation. Ne pouvant nous permettre de commettre une erreur. Ne pouvant pas nous permettre de mal comprendre et pourtant chaque mot utilisé, chaque information transmise qui était utile. Regard que je posais de nouveau sur notre prisonnière avant d'en venir à noter de nouveaux détails dans le calepin en me reculant. Notant la signification des mots auquel on avait pensé, tout en restant sur mes gardes, tout en laissant l'interrogatoire continuer. Il nous fallait plus de précisions.

Le dessin qui commençait à ne ressemblait rien. Perdant en rigueur alors que des détails un peu grossiers s'ajoutaient. Un dessin d'enfant mais aucun d'entre nous qui n'était cartographe. Alors tout était fait au mieux, avec les moyens du bord. Laissant à Alita les explications, ne lui précisant qu'à un moment un conseil. « Ne va pas trop vite. » Ce qu'il fallait éviter. Il fallait prononcer chaque mot avec précision et soin. Il fallait prononcer chaque mot avec une certaine lenteur, aussi pour éviter de perdre notre prisonnière ou qu'elle n'en vienne à ne plus rien comprendre. Ce qu'il fallait éviter. Des explications plus lentes, bien que j'avais toujours un peu peur qu'on ne vienne à la perdre à un moment ou l'autre. Pour elle aussi, le langage était inconnu. Elle aussi, elle devait comprendre. Son visage que je continuais d'examiner un peu plus à distance pour voir si elle suivait toujours le fil de la conversation, si elle nous comprenait toujours. Ce qui n'était pas certain à vrai dire. Doutant qu'elle puisse comprendre chacun des mots prononcés là encore, mais peut être que le schéma continuerait d'aider, si encore il restait comphréensible.

Un éclat qui traversait son regard. Une lueur de compréhension avant qu'elle n'en vienne à se reprendre, ou que l'incompréhension n'en vienne à s'afficher sur son visage. « Je crois que tu l'as perdu. » Ce qui me semblait et soudain, elle en venait à dessiner une barque sur le sol et un oeil ouvert. Un oeil ouvert qu'elle positionnait néanmoins ou qu'elle dessinait auprès des silhouettes de personnage enfermées derrière des barreaux. Reprenant la parole dans sa langue en mentionnant de nouveau le nom de Svarog. Reprenant la parole en tentant de nouveau de faire passer le même message. Un message cette fois moins bien compris alors que mon regard des deux côtés. Commençant à me donner mal à la tête ou perdre un peu patience, bien que lentement j'en venais à reprendre la parole. « Elle a l'air de reparler la même chose, de nouveau de Svarog. » Réfléchissant. M'approchant lentement. « A chaque fois, cet oeil. Toujours cet oeil.. » Elle voulait dire quelque chose. Des yeux fermés. Des yeux ouverts. Le soleil.

« Em get. » Regard qui se tournait vers le rahjak. Lui aussi avait vu ce détail. Son regard posé tout le long de l'interrogatoire sur la prisonnière, il avait vu cette lueur dans son regard. Il avait vu ce signe qui avait tôt fait de disparaitre. « Em get weron du ste. » L'observant alors qu'il se rapprochait de la prisonnière, balayant le dessin dessiné d'un coup de pied. Note de poussière. L'observant avant de faire lentement le tour de la prisonnière pour se positionner derrière elle. Menace qu'elle sentait dans son dos mais face à laquelle elle ne pouvait rien faire. Menace qu'elle sentait. M'approchant à mon tour. Désormais un triangle formé autour d'elle. Trois points. Trois silhouettes. Elle en son centre. « Zo hon voum. Den, oso na breik oso kru au.. »

@Anastasia Miskowiak & @Alita Wheeler Black bird in the sky [Alita, Anastasia] 484338566

Spoiler:
Black bird in the sky [Alita, Anastasia] BnzFy7X
(c) DΛNDELION
Contenu sponsorisé

Black bird in the sky [Alita, Anastasia] Empty Re: Black bird in the sky [Alita, Anastasia]

Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum