-17%
Le deal à ne pas rater :
Manette Xbox Series sans fil nouvelle génération – Blanc
49.99 € 59.99 €
Voir le deal

Aller en bas
Leary Wrath
DATE D'INSCRIPTION : 07/12/2015 MULTICOMPTES : Gen Deng & Eirik Thorvald & Skylar Rees & Cyd Raye & Misha Machir MESSAGES : 325 CELEBRITE : Luke Evans COPYRIGHT : Cristalline METIER/APTITUDES : Professeur en biologie TRIBU/CAMP : Odysséen POINTS GAGNES : 50

Want to travel | Wyatt Empty Want to travel | Wyatt

le Sam 27 Juin 2020 - 17:48
La nature s’éveillait et Leary se sentait comme un enfant. Il avait eu l’idée quelques temps auparavant de partir quelques jours avec Wyatt. L’équinoxe de printemps chez les pikunis avait été une catastrophe et Leary avait été heureux de ne pas être là-bas, par contre, il avait ressenti une immense tristesse en se rendant sur le camp de fortune pour aider à soigner. Il s’agissait maintenant de prendre soin des blessés et des traumatisés. Il se sentait étouffer dans le campement et il avait proposé au conseiller de partir quelques jours. Peut-être que cela leur ferait du bien, en tout cas Leary savait que cela lui ferait du bien à lui. Il avait envie aussi de parler avec son nouvel ami, parler de ses rêves depuis qu’il avait croisé le chemin de Meeka. Il rêvait à présent de bateau, d’océan, d’épices, de terres infinies. Il avait envie de partir, mais il avait peur. Il attendait devant l’entrée du camp Wyatt, impatient, sautillant comme un gosse sous le regard effaré de certains. Il savait que c’était considéré comme déplacé son attitude. Leary aurait dû montrer plus de colère, de hargne, mais il ne voulait pas. Il ne voulait pas entendre parler d’interrogateur ou d’autres bêtises du genre. Il ne voulait pas céder à la haine de l’autre, ce n’était pas dans sa mentalité.

Il s’était assis sur un gros caillou, observant le ciel clair. Il avait une idée où camper quelques jours pour mieux voir les animaux du coin. Il savait qu’en cette saison, les biches mettaient bas et il avait hâte d’aller explorer la forêt en espérant croiser ces magnifiques bêtes. Finalement, il vit Wyatt et se leva quand il vit l’homme s’approcher. « J’ai cru que tu allais changer d’avis ! » Dit-il en rigolant. Mais au fond, Leary aurait compris si le conseiller avait dû rester. « J’espère que ça ne va pas t’attirer des problèmes que tu partes quelques jours avec moi ? » Cette attaque d’inconnus avait ébranlé tout le monde et Leary voyait les différences de comportement. Il fallait avouer qu’une part de lui était troublée et ignorait comment réagir de manière juste. Il espérait qu’ils n’en parleraient pas trop, cela le gênerait profondément. Leary se sentit mieux respirer après avoir franchi la porte d’entrée du campement et il sortit une carte sommaire de sa poche. « Regarde, c’est un coin caché dans la forêt. L’année passée, je me suis rendu compte que les biches rôdaient pas mal dans le coin. Elles y mettent bas et les faons ne sont pas loin. » Il était fier de sa découverte et de l’idée de dormir dehors le rendait heureux. Il avait attendu cette aventure durant des jours, rêvassant joyeusement. « Il y a un coin pas mal pour dormir. J’ai fait quelques repérages pour que les prédateurs ne viennent pas nous embêter. » Parler de dormir dehors, des animaux le rendait euphorique. Il s’agitait, ses yeux brillaient.

Il semblait heureux, léger, rien n’entravait son esprit. Il regarda de biais Wyatt pour le sonder. Il se demandait si le conseiller avait changé, s’il était autant choqué qu’eux tous. Leary avait la crainte que la violence grimpât et qu’une guerre éclatât. Il ne le supporterait pas, c’était un rêveur, un idéaliste qui croyait en la bonté de l’Homme même s’il fallait bien avouer que là, la bonté n’existait plus. Il pensait à ceux qui avaient été kidnappés. Il n’osait imaginer ce qu’ils subissaient et où ils étaient. Leary longea la rivière, soudainement silencieux. Il y avait des choses dont il voulait parler avec Wyatt, mais il se demandait comment son ami le prendrait. Le prendrait-il bien s’il parlait de partir sur un bateau ? Il préférait encore attendre avant de se heurter à une mauvaise réaction, au cas où.
Wyatt Sheperd
DATE D'INSCRIPTION : 01/08/2018 PSEUDO/PRENOM : Thirteen MULTICOMPTES : TC Jones & Nila Yurinova MESSAGES : 1026 CELEBRITE : Rami Malek COPYRIGHT : jenesaispas ;; - doom days / keane - somewhere only we know METIER/APTITUDES : Conseiller Odysséen. - Botanique & Zoologie. TRIBU/CAMP : Dana (Odyssée) POINTS GAGNES : 84
Admin

Want to travel | Wyatt Empty Re: Want to travel | Wyatt

le Dim 15 Nov 2020 - 20:44
Depuis qu’il avait pris son premier poste de conseiller, la vie de Wyatt avait changé. Il avait beau dire qu’il était toujours le même à qui voulait bien l’entendre, en vérité il n’était plus tout à fait le même. Son nombre d’obligations ayant drastiquement augmenté, sa vie solitaire en avait forcément pâti. Ce sacrifice des longs voyages ne lui semblait souvent qu’un tout petit prix à payer pour tout ce que ça représentait en retour. Pourtant parfois, c’était le cœur un peu lourd que Sheperd rentrait tôt d’un voyage ou ne se voyait pas poursuivre un chemin pour voir où il menait. Mais c’était le jeu. Heureusement pour lui, parfois la vie lui amenait quelques surprises. Des rencontres, des excuses mandatées par McOrish et aujourd’hui la vie lui avait donné Leary. Enfin, elle ne lui avait pas vraiment donné aujourd’hui, il n’était pas apparu comme par magie non plus mais pourtant, ce qui s’était passé avec un soupçon d’irréel. Depuis le temps que les deux scientifiques se connaissaient et depuis le temps qu’ils étaient sur Terre il leur avait fallu des engins de torture pour en venir à cette idée.

Une idée qui n’était en soi, pas si folle que ça. Pas non plus si saugrenue pour les deux hommes. Les deux biologistes avaient sillonné la planète chacun de leur côté sans jamais avoir l’idée de se tenir compagnie. Ou peut-être l’avaient-ils eu au détour d’une pensée mais ça n’avait jamais abouti. Jusqu’à aujourd’hui. Parce que comme le brun l’a toujours pensé : la Terre rapproche, elle unit, elle rend meilleur. Le voyage était prévu depuis quelques temps et même s’il n’avait jamais eu pour ambition d’être éternel, les actualités récentes l’avaient rendu presque impossible à mettre en place. Oh, évidemment, le conseiller aurait pu aller voir l’autre et lui dire qu’il n’était tout simplement ni en droit ni en capacité de tenir sa promesse. Mais la vérité c’est que le biologiste avait grand besoin de ce voyage. Plus qu’il n’avait besoin de respirer en ce moment précis, faut dire que ce voyage lui permettrait de respirer si on le connaissait. McOrish connaissait bien Wyatt et lorsque ce dernier lui avait dit qu’il partait seulement quelques jours, grand maximum avec Leary, le Chancelier lui avait donné la permission en lui faisant promettre de rester prudent.

Si Sheperd n’était pas capable de tenir une si grande promesse par lui-même, il ne doutait pas des capacités de son camarade pour le maintenir en vie et dans une ligne de conduite sans trop de risques. Le grand jour était finalement arrivé et si, comme un gamin, le conseiller était près aux aurores à rejoindre son camarade - presque sautillant de joie, il s’était évidemment fait arrêter en chemin. Cachant sa frustration à demi-mot, Wyatt retrouvait ses mauvaises habitudes de jeunesse, laissant voir au monde qu’il avait clairement mieux à faire que leur parler. Contrairement à son passé, il se voyait malgré tout répondre et adresser un sourire faussement poli à tous ceux qui lui posaient des questions. Finalement, après ce qui lui a paru être un chemin interminable, il se retrouve enfin non loin de son compagnon d’aventure. Les frustrations envolées, c’est un sourire jusqu’aux oreilles qui les remplace en une fraction de seconde.

La voix de Leary perce l’air et lui offre un rire franc en guise de réponse. « Jamais de la vie ! » Qu’il dit tout en s’approchant de l’autre, la question qui suit lui attire un sourire joueur et, comme à son habitude, Wyatt se permet de taquiner celui qui lui avait fait découvrir la vie sur roulettes. « T’as déjà failli me tuer avec des rollers, on est plus à ça près, va. » Il rigole tendrement en resserrant les lanières de son sac à dos et les yeux rivés vers l’horizon prend une grande inspiration. Ce n’était que le début et ils n’étaient même pas sortis du camp et pourtant, voilà qu’il respirait déjà un peu mieux. Leurs pas s'emboîtent rapidement pour les mener définitivement hors de leur petit confort inconfortable et les mener vers l’inconnu un peu connu. La tête en l’air, le conseiller baisse seulement les yeux quand son ami lui montre une carte entre ses doigts. Avec une attention toute particulière, le brun écoute les dires de l’aventurier et les mots qu’ils prononcent lui mettent plus de baume au cœur qu’aucun n’avait réussi à lui en mettre depuis qu’il avait appris que ses proches étaient en vie après cette nuit d’horreur. Le sourire vissé sur les lèvres il ne dit d’abord rien, les étoiles dans ses yeux parlant pour lui et alors que Leary lui prouve qu’il avait bel et bien raison d’avoir mis sa vie entre ses mains il se permet de lui glisser une tape sur l’épaule, amicale, enjouée mais aussi pleine d’attentes de ces jours à ses côtés. « Alors allons-y, je te suis ! »

Sa main retrouvait la bretelle de son sac à dos tandis qu’ils avançaient lentement dans la direction maîtrisée par l’odysséen à ses côtés. Sur le coup, c’est le silence qui reprend place entre eux et avec lui, le poids des maux du brun qui se met à peser sur ses épaules. Il ne lui faut pas une minute pour commencer à triturer son sac et se passer des mains dans la nuque, comme si c’était ça le problème, comme si la tension dans sa nuque venait d’une mauvaise posture et non de tout ce qu’il avait dans la tête. Finalement, comme un réflexe nécessaire avant que tout ne devienne insupportable, avant qu’il ne devienne insupportable, il se tourne vers son ami et la voix un peu plus triste, les yeux loin de l’innocence enfantine qui les avait habité quelques minutes plus tôt il lance. « Comment tu vas alors ? Je sais que tout est un peu tendu en ce moment mais tu as quand-même voulu qu’on fasse ce petit voyage, je dois t’avouer que ça m’a soulagé. » Il parle, il parle pour ne pas penser. « J’avais besoin de m’éloigner de… » eux « … tout ça, enfin tu vois quoi. » Il hausse les épaules et regarde ses pieds en continuant. « La Terre c’est la réponse à tout, non ? » Un petit sourire un peu triste qui orne son visage et il conclut. « Des biches tu disais… J’espère qu’on va en voir mettre bas, y a rien de plus pur que la nature et de plus beau que la vie innocente qui vient nous rejoindre. » Normalement, dans deux minutes le brun fait demi-tour parce qu’il ne peut plus s’encadrer le conseiller. Il le sait, il est pénible quand il ne sait pas comment s’y prendre, quand sa tête prend plus de place que son cœur. Puis faut dire que socialiser ça n’a jamais été sa spécialité. « Peut-être qu’on aurait dû prendre tes engins de torture, ça t’aurait sans doute moins gonflé que moi et ça aurait rendu le voyage plus… amusant ? » Il n’était pas des meilleures compagnies et il le savait. Pourtant il était bien incapable de se sortir de sa spirale tout seul, si Leary ne l’arrêtait pas et ne le centrait pas sur un autre sujet, il allait continuer comme ça jusqu’à ce que l’autre décide de le planter, au litteral ou au figuré. « J’suis désolé, j’me tais. » Qu’il dit malgré tout sans y croire, geste de la main passant sur ses lèvres pour accompagner ses mots.

Eh bah, c’était bien parti cette histoire.
Leary Wrath
DATE D'INSCRIPTION : 07/12/2015 MULTICOMPTES : Gen Deng & Eirik Thorvald & Skylar Rees & Cyd Raye & Misha Machir MESSAGES : 325 CELEBRITE : Luke Evans COPYRIGHT : Cristalline METIER/APTITUDES : Professeur en biologie TRIBU/CAMP : Odysséen POINTS GAGNES : 50

Want to travel | Wyatt Empty Re: Want to travel | Wyatt

le Jeu 3 Déc 2020 - 21:28
Il n’aurait jamais cru qu’ils auraient pu vraiment partir. Jusqu’au bout, quelque part au fond de lui, il avait douté. Le rire de Wyatt perça l’air et le biologiste sourit. Un sourire digne d’un enfant naquit sur son visage quand son compagnon d’aventure lui rappela les rollers. « Oh ça ? Ce n’était que le début, voyons. » Dit-il avec un clin d’œil plein de sous-entendus. Même s’il fallait bien avouer qu’il avait eu très peur avec les rollers. Ils s’étaient bien amusés, mais une ou deux fois, il se demandait s’ils allaient se rompre le cou. Ils se mirent en route et Leary se retenait de ne pas sautiller partout. Le scientifique sortit sa carte pour montrer ce qui les attendait. C’était encore mieux que Noël selon lui. Il attendait avec une petite pointe de nervosité la réaction de son ami. La tape sur son épaule le fit sourire. Ils se retrouvèrent dehors, mais il y avait une étrange ambiance. Alors que Leary regardait à l’horizon, il capta l’humeur changeante de son compagnon de route.

Il le regarda discrètement, remarquant bien tout son manège avec ses mains et il se demandait bien ce qui se passait, ce qu’il avait pu rater. Leary décida de faire comme si de rien n’était même si une part de lui était clairement inquiète. Wyatt tourna la tête vers lui, la lueur enfantine avait déserté son regard. Le scientifique se sentit se tendre, mais resta silencieux, attendant et se demandant bien ce qui allait lui tomber dessus. Le brun l’écouta parler, encore et encore. La voix ne cessait pas, sortant tout ce qu’il fallait. Il sautait du coq à l’âne, parlant des derniers événements, avant de parler des biches, des engins de torture et enfin, de s’excuser. Leary resta silencieux quelques secondes, le regard sur l’horizon, continuant de marcher et tentant d’aligner ses pensées. « Je préfère être dehors qu’enfermer avec les autres, je t’avoue. J’entends des choses déplaisantes. Certains sont plein de colère, à juste titre, mais je n’aime pas la violence. » Il osait enfin dire ce qui lui pesait sur le cœur. Leary osa regarder Wyatt pour affronter sa réaction. Il était trop pacifiste pour accepter d’entendre un seul mot de vengeance.

« Les animaux sont simples. Ils suivent un cycle, naître, grandir, se reproduire, mourir et ainsi à l’infini. Même quand la Terre a été détruite, le cycle a continué. » Et c’était ainsi. La Terre continuerait toujours de tourner, s’en fichant bien des humains et de leurs guerres qui n’en cessaient pas. De la violence infinie qui semblait se transmettre entre les générations pour une raison qui lui échappait. « On se serait tué avec ces engins, je crois. On ne peut pas avoir de la chance deux fois. » Dit-il avec un petit sourire en coin. Même s’ils se seraient bien amusés. Il perdit son sourire, redevenant sérieux. « Tu sais, si j’ai appris quelque chose en enseignant aux cents, ce qu’on ne peut contenter personne. Certains ne deviendront jamais pacifistes, quoi qu’on fasse, quoi qu’on dise. » Un peu pessimiste, mais il tournait tellement la situation dans sa tête. Il avait passé bien des nuits à tout tourner en boucle. Une part de lui savait que la violence ne cesserait jamais complètement. « Je te mentirais si je te disais que je n’avais pas besoin de m’éloigner aussi. Parfois je rêve de voyage. » Il n’osait dire encore la vérité. Il rêvait bien plus de voyager, il avait osé en parler à une native. Il avait découvert l’existence d’un peuple de marins, de bateau. Il avait lu bien des histoires enfants, entendu bien des contes anciens. Il ne pensait pas cela possible un jour et pourtant cela existait.

Leary se rendait compte qu’il ne faisait pas forcément en sorte que l’humeur de de son ami s’améliore. Mais pourrait-on réellement le lui reprocher au final ?
Contenu sponsorisé

Want to travel | Wyatt Empty Re: Want to travel | Wyatt

Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum