Le Deal du moment : -40%
Vélo d’appartement FYTTER – ...
Voir le deal
150 €

Aller en bas
Misha Machir
DATE D'INSCRIPTION : 15/03/2020 PSEUDO/PRENOM : Amsaja MULTICOMPTES : Gen Deng, Eirik Thorvald, Leary Wrath, Skylar Rees, Cyd Raye MESSAGES : 70 CELEBRITE : Ju Ji-hoon COPYRIGHT : Amsaja METIER/APTITUDES : Ingénieur TRIBU/CAMP : Enfant de Svarog CERCLE - ORDRE : Cercle III, Ordre 8 POINTS GAGNES : 180

When you believe | Eva Empty When you believe | Eva

le Sam 27 Juin 2020 - 14:04
Le coup de poing le cueillit à l’estomac alors qu’un rire lui échappa. C’était ainsi depuis sa capture, on le frappait, encore et encore, il crachait du sang, vomissait, jurait, mais ne cessait de prier à voix haute. L’homme en face de lui hurlait, l’attrapa par le visage. Misha se fit plaquer au sol. Au fil des mois, il avait compris que ces Aveugles parlaient plusieurs langues. Il y avait une langue, impossible de comprendre même si parfois, il croyait entendre parler de l’anglais modifié. Et il y avait des hommes et des femmes qui parlaient anglais. « Que vouliez-vous en venant ici ? » Il avait appris l’anglais très jeune, avant que cela soit vraiment interdit sur le Berceau. Mais il ne l’avait plus pratiqué depuis sa tendre enfance, alors il ne parlait pas. Par contre, il les comprenait, mais n’en montrait rien. Il priait. « Svarog est mon guide, je ne crains pas la peur, le froid et la faim. Sa Lumière me protégera. » Il ne comprit pas ce que dit son bourreau alors qu’on le secoua. Il parla plus fort, encore et encore. On lui tordit un bras et il hurla, mais reprit sa litanie. « Il est têtu, on arrête. » Souffla une femme déterminée. Elle s’approcha de lui, lui caressa le visage. Misha la regarda avec haine et lui cracha à la figure. Elle lui donna un coup puissant au niveau de la gorge et il perdit son souffle alors que ses bourreaux ricanèrent.

On le traîna, il refusait de marcher, même si parfois à cause de la douleur il en était incapable. Il ignorait où il se trouvait, tout ce qu’il savait, c’était qu’il était avec certains des siens, même si on murmurait qu’il y en avait d’autres ailleurs. Misha fut jeté dans la caverne. Il roula sur le dos en grognant, toussant. Il avait mal aux côtés. L’ingénieur avait des habits usés, sales. Il avait été étonné en se faisant kidnapper par les Aveugles, il avait été soigné. Durant la grande bataille, il s’était fait blesser au niveau des côtes et s’était pris une balle dans le bras. Il ne portait que des cicatrices à présent. Lentement, il se redressa. Il regarda ses compagnons de fortune avant de se traîner. Il faisait tellement humide ici, froid, le sol était dur, rugueux, impossible de dormir correctement. Il pensait souvent à ses enfants pour tenir, convaincu qu’on viendrait les sauver. Il tourna la tête en voyant Eva revenir d’une séance de torture. Ces foutus Aveugles n’étaient pas cohérents, étranges comme s’ils n’étaient pas du même peuple. Lentement, il s’approcha de la jeune femme. « Comment te sens-tu ? » Il ne faisait pas vraiment jour ici. Il s’assit devant elle. « N’oublions pas le chemin que Svarog a dû suivre. Nous sommes testées mes frères et sœurs. » Sa voix était rauque, son regard brûlant de haine.

Sa foi était éprouvée ici, mais il n’abandonnait rien. Il était convaincu qu’en restant sur ses positions, tout irait bien. « Ils sont trop lâches pour nous tuer. La Lumière ne les guide pas. T’ont-ils fait du mal ? » Sa plus grande crainte était que les femmes se fassent violer. Oui il y avait pensé et s’il y pensait, l’ennemi aussi. Ici, il sentait les ténèbres se développer, mais il continuait de prier, convaincu que Svarog ne les abandonnerait. Etonnement, Misha n’était pas choqué d’avoir tué durant la grande bataille, ni d’avoir blessé. Il s’était senti vivant comme jamais. Il avait été terrifié au début, puis il avait compris qu’il devait rester fort car il était dans les plus âgés. Il devait guider les autres, continuer à prier, à faire les litanies. Il connaissait les textes sacrés et il n’abandonnerait pas. Il avait peur que les plus jeunes abandonnent, il ne le permettrait pas. Il avait la rage. Peut-être était-il ici pour une bonne raison, car en temps voulu, il serait capable de se plonger dans les ténèbres pour sauver les siens. Misha le comprenait maintenant, il devait accepter d’être le monstre pour protéger les plus jeunes. Svarog ne l’abandonnerait pas. Tendrement, comme le père qu’il était, il caressa les cheveux d’Eva. « Il ne faut plus avoir pitié d’eux. Ces Aveugles sont incapables de nous comprendre, ce sont des sauvages, des damnés. Ils ne méritent que la mort. »

Au début, il s’était dit que la mort était un châtiment trop violent et qu’il se perdrait, mais aujourd’hui, il ne doutait plus. Il se rendit compte que sa main était sale, couverte de sang séché et il soupira. Il n’osait imaginer quelle apparence il renvoyait. Le regard sombre hanté par la rage, le visage souillé, couvert de grasse et de sang. Malgré la faim, la soif, il refusait de ployer.
Eva Belikov
DATE D'INSCRIPTION : 14/03/2020 PSEUDO/PRENOM : Glacy MULTICOMPTES : Ezra & Chris MESSAGES : 392 CELEBRITE : Victoria Justice COPYRIGHT : StrangeHell (avatar) METIER/APTITUDES : oracle - gardienne du savoir + artiste TRIBU/CAMP : Les enfants de Svarog CERCLE - ORDRE : Cercle III - Ordre 8 POINTS GAGNES : 301

When you believe | Eva Empty Re: When you believe | Eva

le Sam 27 Juin 2020 - 15:33

When you believe
Eva & Misha

« Where is the real me? I'm lost and it kills me »
Ayant pensé écrire une lettre d'amour à destination de ce monde nouveau. Ayant pensé, encore idéaliste, que ce monde nouveau serait merveilleux. Ayant eu conscience avec l'annonce du prophète que ce départ en direction de ce nouveau continent n'était pas une visite de courtoisie mais une invasion pourtant. Ce dont j'avais eu conscience. Mais idéaliste. Ayant cru qu'il aurait été possible d'éviter la guerre. Ayant cru qu'en leur donnant le choix, qu'en voyant la lumière, ces derniers en viendraient aussitôt à abandonner l'obscurité pour se tourner vers la splendeur de Svarog. Mais ils étaient depuis trop longtemps dans l'obscurité. Depuis trop longtemps leurs yeux étaient fermés. Un choix qui leur avait été donné de choisir entre Svarog et la mort. Choisir de trouver la paix, de trouver le réconfort auprès de lui, de se tourner vers une vie meilleure ou choisir la destruction et le sang. Ils avaient choisi la voie que Svarog avait tracé devant eux. Ils avaient choisi d'emprunter ce chemin dangereux, entouré de ronce et d'épine, qu'ils ne connaissaient pas. Une erreur qu'ils avaient commises. N'étant pas prêts. N'étant pas prêts ce jour là à faire face à la puissance de Peroun, à faire face à cette armée qui se battait corps et âme, unis jusqu'au bout pour Svarog. Cette union qu'il n'avait pas. S'étant battu pour défendre leur vie mais destinés à échouer depuis le début. Comment aurait-il pu en être autrement alors que nous nous battions pour un même nom. Un plan qui avait été préparé à l'avance. Un armement supérieur. Entraînés. Prêts à mourir pour Svarog là où eux voulaient vivre. Et une victoire qui s'était concrétisée. Une guerre qui s'était concrétisée. Peroun murmurant à mon oreille alors que là-bas, comme tous les enfants de Svarog, je m'étais battue jusqu'au bout de mes ongles. Ayant craint que j'allais mourir, mais j'avais vécu et j'étais devenue l'instrument de la mort, l'instrument de Peroun. Mon bâton de combat qui était devenue l'extension de mon bras, comme me l'avait prédit @Lazuli Miskowiak. Arme fatale avec laquelle j'avais blessé. Mais au-delà de vouloir vaincre pour Svarog, de vouloir protéger @Anastasia Miskowiak, des émotions plus obscures avaient vu le jour. Ayant laissé Chernobog, le dieu de l'obscurité me parlait. Proposition plus attirante que celle faite par son opposé, Belobog. Voie que j'avais pourtant tenté de suivre que leur laisser le choix, mais rapidement, trop rapidement, les balles avaient commencé à pleuvoir et à partir de là, seuls Peroun, Svarog, Chernobog et Hors m'avaient aidé. Car Hors, le dieu de la survie, était aussi de la partie, attirant la mort autour de lui. La mort qui avait dansé alors que des amis, des proches avaient perdu la vie. Le visage de Vladimir dansant devant mes yeux. Tué. Le guérisseur qui ne rouvrirait plus jamais ses yeux de la couleur du ciel pour voir une dernière fois la lumière. Il ne reviendrait pas comme de nombreux autres. Et là où les uns avaient survécu, d'autres étaient décédés. Mais le point le plus important était de se rappeler que la mission avait réussi. Certains kidnappés mais de notre côté aussi, kidnappé.

Ce que j'étais devenue, prisonnière d'un ennemi. Un ennemi qui parlait une langue dont je ne connaissais rien. Questions auquel je ne pouvais répondre alors que je ne comprenais rien. Ayant perdu la notion du temps. Ayant perdu la notion de tout. Des journées qui se résumaient désormais à une nouvelle dose de douleur, alors qu'à chaque moment, les uns puis les autres nous étions entraînés dans l'obscurité au coeur d'une caverne aux parois grisées, pour subir un nouvel interrogatoire. Un interrogatoire, un mot bien joli pour décrire ces questions qui étaient posées que je ne comprenais pas et pour décrire la torture imposée. Sans doute ce qui était au final amusant que de les voir s'énerver, frustrer de ne pas pouvoir nous entendre, de nous faire entendre raison, de ne pas réussir à m'arracher de réponses. Ce qui me donnait la force de continuer. Ces petites notes de sarcasme et cette foi auquel je me raccrochais sans faille. Chasser les ombres, faire le vide. Peroun toujours là, dissimulé dans un recoin. Svarog aussi proche. Pour lui. Pour lui que j'esquissais un nouveau sourire en direction de mes geôliers avant que son poing n'en vienne à se diriger en direction de mon visage. Poing qui heurtait ma joue. Douleur multipliée. Des mots échangés. N'ayant le temps d'hurler, de prononcer un mot de plus alors que la seconde d'après j'étais traînée de nouveau en direction de notre cellule. L'interrogatoire qui était terminé pour le moment. Jetée sans ménagement sur le sol froid et humide. Mains qui interrompaient la chute. Mains égratignés. Devenant coutumière à voir du sang. Oubliée la douce Eva. Oublié l'idéalisme.

Me redressant légèrement et tête que je levais en direction de Misha. Compagnon de fortune. L'un des cinq qui se trouvait là, enfermés dans cette même cellule. Me redressant un peu plus. Regard qui se posait sur lui. Son regard encore plus sombre, hagard. « Comment te sens-tu ? » « ... ça va. » En effet, aujourd'hui ça allait. Un peu moins secoué qu'auparavant. Plus de questions que de coups. Un jour un peu mieux. « N’oublions pas le chemin que Svarog a dû suivre. Nous sommes testées mes frères et sœurs. » Son regard brûlé de haine, peut être que le mien reflétait cette même lueur. « Mais à la fin de journée, notre coeur est pur. » Il l'était. « ... tandis qu'eux sont encore plongés dans l'obscurité. » Ce n'était pas pour rien qu'ils étaient appelés des aveugles. Ils ne voyaient rien. Coeur teinté de noir.

« Ils sont trop lâches pour nous tuer. La Lumière ne les guide pas. T’ont-ils fait du mal ? » Partageant cette même opinion ou presque. Etant certaine qu'ils ne nous tueront pas. Et sourire qui se dessinait sur mes lèvres. Sourire de prédateur. « Sans nous, ils nous trouveront jamais leurs amis. » Rire qui résonnait doucement en écho dans la caverne. Note d'hystérie ou de folie, ou de certitude. Ne pouvant nous tuer alors que sans nous jamais ils ne trouveraient leurs amis. Un monde extérieur qu'il ne connaissait pas. Le berceau qui serait toujours invisible à leurs yeux. Le berceau qui pouvait simplement être trouvé par nos soins. Tandis que ceux envoyés en éclaireur n'avaient eu aucune difficulté à trouver leur repère, à former un plan. Et pouvant voir aussi dans son regard l'inquiétude. Rire qui retombait en écho alors que rassurante, je reprenais la parole en douceur. Oscillant. Equilibre perdu. Ce qui était aussi dangereux. « Je vais bien. » Regard qui se reportait plus sur loin, sur une silhouette endormie. « Je m'inquiète plus pour Ana... » Presque un murmure. @Anastasia Miskowiak qui était jeune, auquel l'humidité ne faisait bien. Mais qui était surtout soumise à la cruauté, à la merci de nos geôliers. Ce que je détestais. Ce qui me faisait enrager le plus. Ayant promis à sa mère, à @Lazuli Miskowiak de la protéger. Là avec moi. Elle était en vie. Etant restés ensembles pendant la bataille, ayant combattu ensembles comme deux soeurs d'arme. Mais elle était plus à mes yeux qu'une soeur d'arme, elle était comme une soeur. Voulant la protéger même là alors que j'avais les mains liées.

Regard que je reportais après un moment en direction de Misha. « Il ne faut plus avoir pitié d’eux. Ces Aveugles sont incapables de nous comprendre, ce sont des sauvages, des damnés. Ils ne méritent que la mort. » « ... je ne sais pas.... ils sont perdus, comment pourraient-ils voir la bonté de Svarog alors qu'ils n'ont jamais vu la lumière ? » Oracle et mission que j'avais qui revenait automatiquement dans mon esprit, celle de les guider vers la lumière. De nouveau cette oscillation, alors que dans un coin je voulais aussi voir leur sang être répandu rien qu'à l'idée qu'ils puissent faire du mal à Ana, en pensant à Vladimir et d'un autre côté je pensais à cette mission, qu'il fallait leur permettre de retrouver la lumière. Poings qui se serraient. « Mais il est vrai qu'ils doivent payer. » Le devant. Justice devant être faite.

Et alors que ses mains étaient venus caresser mes cheveux, je n'avais pu m'empêcher d'avoir un léger de mouvement de recul. N'étant pas tous les deux proches. Nos familles qui se connaissaient, mais l'homme qui était aussi solitaire, un peu étrange. Des liens qui naissaient alors que nous étions compagnons de cellule, mais aussi cette réserve. Cette réserve et cette froideur naissante, ravivée par les interrogatoires plus musclés les uns que les autres.

@Misha Machir When you believe | Eva 3237542935 j'aime déjà trop notre rp When you believe | Eva 484338566
@Anastasia Miskowiak, je me suis permise, comme vu, de te citer comme compagnon de cellule When you believe | Eva 171928021
(c) DΛNDELION
Misha Machir
DATE D'INSCRIPTION : 15/03/2020 PSEUDO/PRENOM : Amsaja MULTICOMPTES : Gen Deng, Eirik Thorvald, Leary Wrath, Skylar Rees, Cyd Raye MESSAGES : 70 CELEBRITE : Ju Ji-hoon COPYRIGHT : Amsaja METIER/APTITUDES : Ingénieur TRIBU/CAMP : Enfant de Svarog CERCLE - ORDRE : Cercle III, Ordre 8 POINTS GAGNES : 180

When you believe | Eva Empty Re: When you believe | Eva

le Dim 28 Juin 2020 - 15:12
Misha se tenait aux côtés d’Eva et vit sa joue blessée. Nul-doute qu’elle avait reçu un coup de poing et qu’elle aurait un bleu plus tard. L’ingénieur était venu auprès d’elle sans réfléchir. A une époque, il aurait préféré se tenir loin d’elle car ses parents en auraient vu une possibilité de mariage. Mais ici, plus de question de mariage, juste le fait que Misha était le plus âgé et devait veiller sur les autres. Eva compléta ses paroles et il hocha la tête. « Nous sommes éclairés par Son chemin, nous voyons à travers l’obscurité. » Compléta-t-il après elle. Il affirma que ces Aveugles ne les tueraient jamais et le sourire d’Eva ne le fit pas broncher. Autrefois, il aurait eu de la méfiance, mais son propre cœur se remplissait de ténèbres pour se préparer à se battre, encore et encore. Misha ignorait depuis combien de temps ils se trouvaient ici, un mois, deux semaines, deux jours ? Le temps défilait étrangement. Le seul moyen d’évaluer le temps était de regarder les blessures cicatriser. Probablement qu’un certain temps s’était écoulé compte tenu que les blessures profondes n’étaient que des cicatrices rouges non douloureuses. Oui, ils ne trouveraient jamais leurs amis. Misha avait foi en le Berceau et ceux qui s’y trouvaient.

Dans un coin de sa tête, il y avait tout de la même l’interrogation de savoir si eux resteraient à jamais ici. Il préférait ne pas partager cette réflexion pour éviter toute hystérie. Il sentait que certains camarades n’étaient pas bien et même Eva semblait au bord d’un certain précipice. Il tourna la tête quand elle regarda la benjamine du groupe. « Elle est la plus jeune d’entre nous. Il est de notre devoir de la protéger, je l’ai promis à sa mère. » Et dans sa voix résonnait un grondement animal. Il n’aurait pas peur de tuer pour elle, pour s’assurer que l’avenir survive. Elle était l’avenir en tant que benjamine, Misha avait déjà des héritiers, il pouvait mourir, il devenait vieux. Il pensa à @Lazuli Miskowiak, il lui avait promis sur le Berceau de veiller sur sa fille. « Rien ne lui arrivera, que Svarog en soit témoin. » Même sale, roué de coup, Misha refusait de se soumettre et d’être cassé. La faim constante n’émoussait en rien sa foi, elle ne faisait que la décupler. Il ferma un instant les yeux, la tête lourde, le corps usé. C’était comme s’il avait pris plusieurs années ces derniers mois. Il rouvrit les yeux, estimant ne plus devoir avoir pitié des Aveugles et il le dit. Il écouta les paroles d’Eva. Elle avait raison, mais il en avait plus qu’assez.

« Ils sont perdus et vont preuve de cruauté. Il faut savoir voir quand la Lumière n’est plus accessible. Plus le temps passe et plus ces Aveugles s’enfoncent dans l’Obscurité. Nous ne pourrons bientôt plus leur montrer le juste chemin. Serais-tu prête à ce qu’ils blessent les plus jeunes d’entre nous ? » Misha avait cru en la bonté des Aveugles, mais les coups, les mauvais traitements avaient eu raison du peu de gentillesse qu’il possédait. Aujourd’hui, il ne nourrissait qu’une soif de combat digne de Péroun. Il savait qu’il était trop faible pour se défendre, mais un jour, il faudrait le faire. Il faudrait le faire avant que les Aveugles entraînent certains loin de la Lumière. Misha se demandait qui s’éloignerait du chemin. Au moins Eva ne le décevait pas, elle affirma qu’ils devaient payer et Misha hocha la tête. L’homme était fatigué et presque avec tendresse, il caressa les cheveux de la femme, grave erreur. Un instant de faiblesse, un geste tendre que d’habitude il octroyait à ses enfants. « Pardonne-moi, je n’aurais jamais dû. » S’excusa-t-il platement alors qu’il recula à son tour, mettant une distance raisonnable pour bien montrer à Eva qu’il ne lui ferait aucun mal.

Leurs deux familles se connaissaient bien, mais Misha s’était toujours tenu loin de la jeune oracle dès qu’il avait perdu Ada. Il avait très bien vu que sa mère adorait cette famille et trouvait Eva bien comme future épouse. Alors, l’ingénieur s’était montré glacial avec l’artiste. Ainsi, ses parents préféraient @Nila Yurinova comme future épouse et c’était mieux ainsi. Eva lui apparaissait comme une enfant. Il serait incapable de coucher avec elle, ce qu’on attendait d’un mari et d’une femme. Pourquoi avait-il ce genre de pensées impures ? Ses réflexions ne s’arrêtaient jamais et allaient toujours jusqu’au bout de ce qui était tolérable. « De toute manière, ils ne parlent pas notre langue, impossible de leur parler de la Lumière. » Il ne lui dit pas qu’il avait compris une des deux langues, l’anglais. Avait-elle appris cette langue qui avait été enseignée quand Misha était gamin ? Il en doutait. Ses parents ne parlaient pas cette langue et quand elle avait été interdite à l’enseignement, le gamin qu’était Misha avait perdu progressivement l’usage de cette langue impure. Il était étonnant de constater qu’après tout ce temps, un coin de son cerveau se souvenait encore de certains mots.
Eva Belikov
DATE D'INSCRIPTION : 14/03/2020 PSEUDO/PRENOM : Glacy MULTICOMPTES : Ezra & Chris MESSAGES : 392 CELEBRITE : Victoria Justice COPYRIGHT : StrangeHell (avatar) METIER/APTITUDES : oracle - gardienne du savoir + artiste TRIBU/CAMP : Les enfants de Svarog CERCLE - ORDRE : Cercle III - Ordre 8 POINTS GAGNES : 301

When you believe | Eva Empty Re: When you believe | Eva

le Lun 29 Juin 2020 - 8:16

When you believe
Eva & Misha

« Where is the real me? I'm lost and it kills me »
« Nous sommes éclairés par Son chemin, nous voyons à travers l’obscurité. » « Grâce à lui, nous formons un. » Unis devant lui. Unis devant le prophète bien que ses mots avaient aussi chamboulé toutes les générations. Des mots qu'il avait prononcé et qui avaient surpris. Ce même état d'interrogation, de curiosité, de doute dans un premier temps alors qu'il avait annonçait l'existence d'une nouvelle terre, d'un nouveau continent, la présence d'êtres humains. Nous n'étions pas les derniers. Nouvelle qui avait surpris alors qu'il avait aussi annoncé le désir de les envahir, de les rallier à la lumière de Svarog. La guerre avant la paix. Nouvelle qui m'avait surprise, mais n'étant pas des ceux à avoir la compétence à remettre en doute les paroles du prophète. Le servant et servant les dieux. Alors j'en m'étais remis à Svarog pour continuer de me guider vers la lumière. Lui faisant confiance. Et alors que je me trouvais sur un nouveau continent, je me rattachais à la foi. N'ayant pour le moment aucune raison de m'être en doute ces paroles, n'ayant pour le moment aucune raison de croire à 100% qu'il n'avait pas eu tort, que c'était une erreur. Des adversaires perdus dans l'obscurité qui étaient devenus nos geôliers. Et comme après le premier discours du prophète, une part de moi était tenté de les guider vers la lumière comme j'avais continué de les faire auprès des enfants de Svarog. Rassurante et douce. Mais cette douceur s'effaçait face à la froideur de nos cellules.

Inquiète pour @Anastasia Miskowiak. Inquiète pour elle alors qu'elle comptait. Lien de vulnérabilité mais puissant en elle aussi cette force pour me battre. Une mission de la protéger et mon regard qui se posait sur Misha alors que de sa voix sortait un grognement, grondement. Instinct plus primaire, plus bestial qui prenait le dessus. Pouvant lire dans ses yeux la volonté de protéger, de tuer. « Elle est la plus jeune d’entre nous. Il est de notre devoir de la protéger, je l’ai promis à sa mère. » « Alors nous sommes deux. » Une promesse solennelle. Une affirmation. Ce point commun qui nous reliait alors qu'il était possible de voir des fondements solides se construire, ce même désir de la protéger et d'assurer dans sa survie. Dans ce regard entrecroisé, il était possible de voir que tous deux nous nous battrions pour elles jusqu'à notre dernier souffle, voir que nous étions prêts à mourir pour elle.  « Rien ne lui arrivera, que Svarog en soit témoin. » « Et s'ils lui font du mal, ils mourront. » Peut être était-ce là l'une des limites. Autant prête à épargner leur vie, mais prête à tuer si cela était nécessaire. Prête à tuer pour elle, alors que je n'osais imaginais le pire des scénarios, qu'ils la touchent ou qu'ils la blessent encore plus qu'elle ne l'était déjà. La violence des interrogatoires qu'il était impossible de lui épargner, à peine protéger par son âge. La froideur et l'humidité des cellules qu'il était impossible de lui épargner alors que là aussi, elle était enfermée sans que nos geôliers n'éprouvent la moindre compassion. La guerre avait fait ses ravages et elle continuait de les poursuivre. Reprenant la parole en rencontrant le regard de Misha. « Que Svarog et Peroun en soient témoins. » Complétant ses mots. Une promesse. Là où allait Svarog, Peroun était proche. Le dieu de la guerre qui nous avait guidé dans la bataille alors que nombre des leurs avait été occulté, kidnappé. Il y avait la colère et il y aurait sans aucun doute les conséquences de la revanche. Un chemin plus diplomatique qui se dessinait difficilement. Obéissant au prophète, mais là de l'autre côté du continent, nous étions aussi seuls. Seuls et pourtant si peu alors que nous étions ensembles, avec Svarog à nos côtés. Pensées qui se mélangeaient et chassant l'obscurité, détournant ma propre attention alors que je me tournais vers lui pour lui poser une question qui m'avait traversé l'esprit un peu plutôt. « Quel est ton lien avec Lazuli ? Elle n'a jamais parlé de toi. » Note de curiosité. La jeunesse de l'âge. La curiosité en effet alors que je me demandais quel était son lien spécifique avec elle. Ne lui demandant pas comment il la connaissait alors que chacun se connaissait au sein du berceau. La guerrière qui devait avoir confiance en lui pour lui confier la protection de sa fille, mais là ne répondait à la question de savoir qui il était pour elle alors qu'elle n'avait jamais prononcé son prénom. Non pas qu'elle n'était pas secrète et silencieuse mais, curieuse. Et toute alternative de discussion était la bienvenue pour échapper à la morosité de l'emprisonnement.

« Ils sont perdus et vont preuve de cruauté. Il faut savoir voir quand la Lumière n’est plus accessible. Plus le temps passe et plus ces Aveugles s’enfoncent dans l’Obscurité. Nous ne pourrons bientôt plus leur montrer le juste chemin. Serais-tu prête à ce qu’ils blessent les plus jeunes d’entre nous ? » « N'use pas tes tactiques avec moi, vieil homme. » Il ne pourrait me faire douter de ma foi. Il ne pourrait réussir à me démontrer que j'avais échoué devant Svarog alors que j'étais là, sur le continent. Il ne pourrait réussir à ébranler mon désir de protéger Ana. Car il était plus âgé et s'il faisait mine de me caresser les cheveux, que je me reculais, il n'était pas mon père. Et n'étant pas naïve au point de ne pas avoir ma propre opinion. « Que connais-tu des rituels, et de ceux qui retrouvent la lumière. Car tous peuvent retrouver la lumière s'ils le veulent, chacun peut être purifié. » Chacun qui avait commis des fautes pouvait encore être purifié s'il était prêt à saisir cette chance, à trouver sa rédemption, à retrouver le chemin de la lumière. Maître de ces rituels de purification alors que je les accompagnais. Croyant que tous ceux perdus dans l'obscurité pouvait retrouvait le bon chemin, la lumière. Ne pensant pas encore qu'il était trop tard même avec la guerre, même emprisonnée. N'étant pas encore brisée. N'ayant pas encore renoncé à toute trace d'humanité. « Ce chemin vers la lumière est simplement plus difficile à leur montrer alors qu'ils ne comprennent les signes devant eux leur indiquant le chemin. » Barrière de la langue. Seul signe de radoucissement alors que sur les nerfs, tout mon instinct avait été d'attaquer, de se défendre verbalement, quand il présenta ses excuses. « Pardonne-moi, je n’aurais jamais dû. » Un hochement de tête en signe d'acceptation. En effet il n'aurait pas dû. Il n'était pas  mon mari et quant à ceux pour lesquels j'avais succombé, il ne faisait là non plus pas encore parti du lot. Tactile et extrovertie envers les hommes, aimant attirer les regards mais les derniers traitements subis avaient eu tendance de ce genre de faveur.

Continuant de l'observer alors qu'il semblait perdu dans ses pensées. Regard fixé dans les siens alors que je pouvais voir ses pupilles se dilataient. Intéressant bien que ne pouvant saisir le cours de ses pensées et redevant par la suite normale. Comme une hallucination. En doutant alors qu'il semblait retrouver son calme. Un premier signe. Un premier signe qui n'était pas encore analysé alors qu'il reprenait la parole. « De toute manière, ils ne parlent pas notre langue, impossible de leur parler de la Lumière. » « L'ancienne langue est impure. » Connaissant peu de leur langue, mais reconnaissant quelques consonances comme lui. Ayant dû apprendre à en reconnaître les consonances pour la bannir, alors que cette ancienne langue qu'ils parlaient était reconnue comme indésirable. Des mots chassés par le prophète alors qu'une seule langue nous unissait. Rôle des oracles que de conduire les enfants de Svarog vers la lumière des dieux et du prophète alors que nous prêchons sa parole. Certitude réaffirmée mais conversation sur laquelle je ne préférai pas m'attarder et cette barrière de la langue qui n'empêchait rien. « Si nous voulons, nous pouvons. » Ayant voulu envahir le continent, et l'ayant fait. Il y avait toujours un choix et sa capacité à servir la cause que je ne pouvais m'empêcher de jauger. Ne pouvant que me demander si auprès de lui, la lumière vacillait.

(c) DΛNDELION
Misha Machir
DATE D'INSCRIPTION : 15/03/2020 PSEUDO/PRENOM : Amsaja MULTICOMPTES : Gen Deng, Eirik Thorvald, Leary Wrath, Skylar Rees, Cyd Raye MESSAGES : 70 CELEBRITE : Ju Ji-hoon COPYRIGHT : Amsaja METIER/APTITUDES : Ingénieur TRIBU/CAMP : Enfant de Svarog CERCLE - ORDRE : Cercle III, Ordre 8 POINTS GAGNES : 180

When you believe | Eva Empty Re: When you believe | Eva

le Mar 30 Juin 2020 - 18:02
Pour l’instant, tout se passait bien entre Misha et Eva. Ils se comprenaient et parlaient convenablement même si l’ingénieur perdait peu à peu son humanité sans même s’en rendre compte. Il hocha la tête alors qu’Eva affirma qu’ils étaient deux à avoir promis, c’était bien. Si l’un d’eux mourait, l’autre veillerait encore sur la fille. C’était rassurant. Oui il pensait toujours au pire car il fallait penser au pire pour survivre dans ce monde et cette nouvelle épreuve en était la preuve. Il leva les yeux vers la femme quand elle affirma qu’ils mourront s’ils faisaient du mal à @Anastasia Miskowiak. « Serais-tu prête à donner la mort ? » C’était un acte courageux. Misha se revit sur le champ de bataille assommer des Aveugles. Il se revit, vibrant de rage malgré la douleur et les blessures. Péroun l’avait presque envahi, l’animant comme on animait une marionnette. Il hocha de nouveau la tête quand elle parla de Svarog et Péroun, les dieux les guideront. Misha le croyait car il ne possédait que cela. Combien de temps resteraient-ils ici ? Peut-être faudrait-il en parler, mais pas aujourd’hui. Il voyait la foi d’Eva, il la voyait si vibrante l’artiste. Il n’appréciait pas la curiosité, mais il ne pensait pas que l’autre femme soit un danger pour lui, alors il décida de répondre. « Nos familles se connaissent et elle a été là quand ma femme est morte. »

Il en parlait sans montrer l’émotion que cela créait en lui. Cinq ans qu’Ada était morte. Il l’acceptait encore difficilement, sa douce moitié, la mère de ses enfants. Il allait devoir se remarier, quand il retournerait sur le Berceau, peut-être que @Nila Yurinova serait là. Il ne savait pas, il se le demandait. « Elle ne m’a jamais parlé de toi non plus. Quel est ton lien avec elle ? » Ils se découvraient. Il s’était toujours tenu si loin d’Eva. Ils avaient tout de même sept ans d’écart, sept ans c’était énorme. C’était pour cela que quand sa mère avait parlé de cette famille, il avait cru s’étouffer. La famille d’Eva était pieuse, Eva l’était, mais non, elle était une enfant. Elle ne pourrait pas le canaliser, supporter sa noirceur en tant qu’épouse. Elle était si naïve, si douce, il n’appréciait pas les femmes douces et gentilles. Misha ne pouvait s’empêcher de tester, de parler, vérifier que les Aveugles n’avaient pas éloigné Eva de la lumière, elle était maligne la petite. « Sois respectueuse, je ne suis pas si vieux. » Certes, il n’était plus dans la tranche d’âge très jeune, mais tout de même, elle lui devait un minimum de respect. Bien entendu, Eva semblait déborder et partir dans tous les sens. Misha la regarda durement, un regard qui disait bien qu’il ne tolérait aucun manque de respect et de défiance. « Je connais car je les pratique et que je fais passer la parole des dieux. As-tu déjà perdu la tête dans cette grotte pour oublier qui je suis ? Reprends-toi. Tu es en train d’agir comme quelqu’un défiant notre Prophète. N’oublie pas que nous sommes des Enfants, nous n’avons pas à nous entre-déchirer de la sorte, c’est indigne des dieux. »

Il la regardait comme si elle avait perdu la tête. Il n’avait rien à lui prouver, s’investissant assez sur le Berceau, faisant les rituels, rependant la parole des dieux, ramenant les brebis galleuses dans les rangs. Certes, il était ingénieur, mais dès le moindre temps disponible, il s’investissait auprès des dieux et des siens. Il commençait sérieusement à se demander si elle n’avait pas subi un lavage de cerveau de la part des Aveugles. « Peut-être que leur chemin sera difficile, mais ne te laisse pas attendrir. Il y a des gens qui resteront Aveugles toute leur vie. » Il n’y avait pas que des croyants, même sur le Berceau. Il en avait vu des gens douter, des gens qui étaient morts, qui avaient tenté de fuir. « Ils vont essayer de nous faire douter, de nous faire croire qu’ils savent tout et que leur vie est mieux que la nôtre. Nous sommes ici pour répandre la Lumière, reprendre nos terres. Ils ont tué certains des nôtres, ne l’oublions pas. » Eux avaient tué des Aveugles, mais cela le répugnait moins. Misha refusait d’avoir le moindre pardon pour ces gens-là.

« S’ils étaient si bons, ils auraient vu les plus jeunes qui sont ici, avec nous. Crois-tu que les nôtres ont maltraité leurs prisonniers comme ils nous maltraitent ? S’ils ont attrapé des jeunes, ils les traiteront bien, comme nous l’avons toujours fait. » Il étouffait. Il se massa la nuque, colérique. Il détestait être ainsi, il détestait entendre quiconque défendre les Aveugles. Quand il pensait à l’état du Berceau, les machines qui se fatiguaient, c’était une question de survie. Bien sûr, il ne pouvait pas dire à Eva. Il ne pouvait pas dire qu’il y avait des choses impossibles à réparer. Cela devenait une question de survie pour les prochaines générations. Ses enfants ne pourraient pas grandir convenablement sur le Berceau. Misha se calma et décida de changer de sujet. Il refusait de se bagarrer avec Eva. Il n’abandonnerait pas les siens. Si elle montrait de la défiance, il ne manquerait pas d’en faire un rapport sur le Berceau et elle répondrait aux dieux de son arrogance, voilà tout. Pour l’instant, ils devaient rester unis. Les Aveugles seraient bien trop heureux de les voir se bagarrer. La langue ancienne était impure et il le savait. Eva affirma que s’ils voulaient, ils pourraient. Misha la sonda, ignorant qu’elle faisait de même avec lui. « J’ai essayé de leur réciter des textes anciens, mais cela semble les agacer. » Probablement car ils ne comprenaient rien.

« Que proposes-tu pour les atteindre ? La Parole leur est inaccessible. Peut-être l’art leur parlera. » Et il se rappela qu’elle dansait. Mais y seraient-ils sensibles ? Ou n’y verraient-ils que le corps d’une femme, sans voir la Parole de Svarog dans ses mouvements ? Sans musique, la tâche serait ardue. Misha tenta de se mettre mieux, mais impossible. L’humide collait aux vêtements, il manquerait plus qu’il ne tombât malade. Peut-être cela expliquerait ses humeurs difficiles, le manque de lumière, la mauvaise nourriture, tout ceci pouvait le rendre malade et altérer son jugement.
Eva Belikov
DATE D'INSCRIPTION : 14/03/2020 PSEUDO/PRENOM : Glacy MULTICOMPTES : Ezra & Chris MESSAGES : 392 CELEBRITE : Victoria Justice COPYRIGHT : StrangeHell (avatar) METIER/APTITUDES : oracle - gardienne du savoir + artiste TRIBU/CAMP : Les enfants de Svarog CERCLE - ORDRE : Cercle III - Ordre 8 POINTS GAGNES : 301

When you believe | Eva Empty Re: When you believe | Eva

le Mar 30 Juin 2020 - 20:11

When you believe
Eva & Misha

« Where is the real me? I'm lost and it kills me »
Parlant d'Ana, parlant de la guerre. Les conséquences là. « Serais-tu prête à donner la mort ? » La première fois que le sang avait coulé. La pointe du bâton de combat tranchant et perçant. Mort que j'avais évité en dansant avec l'aveugle. Bâton qui de nouveau ne m'avait pas faillit alors que j'étais devenue l'arme de Peroun. Pointe de l'arme qui s'était planté avec violence dans la jambe de @Helm Nordström. Le sang qui avait giclé. Ayant disparu de l'ombre tout aussitôt pour surgir de nouveau et frapper, faisant tomber les aveugles comme des mouches comme @Rachel A. Gomez, @Near Reinhart. Elle que j'avais blessé. Lui qui avait attiré mon regard. Tableau poétique et romantique qui semblait formé. Et pourtant, au final, chacun d'entre nous n'avait répondu qu'au sang, qu'à la colère, qu'à la vengeance. Le désir de vengeance qui avait grandi alors que le voleur s'enfuyait. Ayant perdu mon arme de combat, l'extension de mon bras mais ayant gagné une épée. Mais au final ce n'était pas de la pointe de mon épée que j'avais transpercée @Mila Swann même si alors plus que jamais j'aurai voulu que la pointe de cette épée traverse son coeur. Pour Vladimir. Son bras que j'avais désarticulé à la place car voulant la voir souffrir autant que j'avais souffert en voyant mon ami mourir. Quelqu'un extérieur qui aurait pu dire que ce n'était pas moi, mais c'était moi. Long moment de silence alors que les images de la bataille tournoyaient dans ma tête. Soudainement, ce n'était pas seulement l'humidité et la froideur des cellules que je ressentais de l'extérieur que cette froideur intérieure comme si je devenais de glace alors que lui brûlait d'un feu ardent, celui de la haine. « Je le voulais. » Une vérité nette et absolue. Il ne servait à rien de croire que je n'avais pas succombé à l'appel de l'obscurité. Masque de guerre qui avait été peint sur mon visage alors que le sang et la boue avait maculé mes vêtements. Disparaissant l'image de la jeune femme au visage rayonnant.

Et sans doute prête à tuer pour sauver Anastasia, voir à mourir alors que tout comme lui, un serment nous reliait avec Lazuli. Et curieuse d'en savoir plus sur le lien qui l'unissait à la jeune femme aux cheveux blonds et visage sévère. Paraissant si froide de l'extérieur pour ceux qui ne la connaissait pas. Mais ce n'était pas la vérité alors qu'elle était protectrice, et prête à défendre sa fille plus que tout, du bout de ses crocs et de ses griffes. Ne doutant pas que là-bas au sein du berceau, elle était prête à remuer ciel et terre, voire mettre des cités à feu et à sang pour obtenir des réponses et nous retrouver. Regard qui se tournait vers lui alors qu'il reprenait la parole. « Nos familles se connaissent et elle a été là quand ma femme est morte. » Ce que mes parents avaient aussi été, le trouvant toujours plus que respectable, prêt à chanter ses louanges. Mais ce n'était pas pour autant qu'un tel lien unissait nos familles. « Vous devez être proches. » Un simple constat alors que sa femme était morte il y a des années. Un lien qui les unissait alors qu'elle avait été là pour elle. Et rare étant les fois où j'avais vu la disciple s'ouvrir complètement, voir son visage s'illuminait. Il fallait du temps pour gagner sa confiance. « Elle ne m’a jamais parlé de toi non plus. Quel est ton lien avec elle ? » « Je suis proche d'Ana. » C'était ainsi que je l'avais connu. Et sa fille était devenue comme une soeur. Mais ce n'était pas seulement une soeur que je voyais en elle, voyant bien plus derrière ce visage angélique. Voyant le futur. « Je veux être sa mentor après. » Ce que je voulais, l'entraîner pour qu'elle devienne l'une des meilleures oracles que le berceau n'avait jamais vu. Ce dont j'étais certaine qu'elle deviendrait alors qu'elle avait tellement de potentiel. Représentant le futur. Représentant l'espoir. Un espoir à préserver.

« Sois respectueuse, je ne suis pas si vieux. » N'ayant pas aimé la comparaison ou la petite piqûre de rappel. N'ayant pas apprécié la taquinerie ou ce rappel que le temps passait vite, bien trop vite. Un commentaire que l'Eva d'avant n'aurait jamais fait. Elle n'aurait jamais jugé une personne sur son âge ou s'en serait permise de lui rappeler par taquinerie, note défensive ou volonté de faire du sarcasme. Mais la Eva d'avant s'éloignait déjà à grands pas alors que son regard à lui, à cet homme pas si vieux et pourtant vieux devenait plus dur. Me retenant soudainement de sourire alors que la situation n'avait rien de comique. Me retenant de sourire alors que son front plissait et apparaissait des petits plis alors qu'il devenait de plus en plus sérieux, de plus en plus formel. Comme pour me faire la leçon ou me rappeler que j'étais en train de commettre une boulette. Me montrer avec sévérité que les avions en papier que je venais de lancer ne s'étaient pas envolé pour atterrir avec succès dans la poubelle mais étaient tombés à côté. Paraissant néanmoins avec sa carrure dessinée légèrement dans l'obscurité plus que jamais grincheux et solitaire et étrange. L'une des seules raisons qui permettaient d'apprécier l'obscurité était qu'elle permettait de rendre plus difficile à observer les traits de son voisin. Il devenait dès lors bien difficile de voir s'il souriait ou s'il pleurait mais que certaine de voir son visage se creusait, se plissait comme il avait tendance à le faire les rares fois où je l'avais croisé au berceau. « Je connais car je les pratique et que je fais passer la parole des dieux. As-tu déjà perdu la tête dans cette grotte pour oublier qui je suis ? Reprends-toi. Tu es en train d’agir comme quelqu’un défiant notre Prophète. N’oublie pas que nous sommes des Enfants, nous n’avons pas à nous entre-déchirer de la sorte, c’est indigne des dieux. » Et en effet, il l'était. Aussi un oracle bien que sa branche était moins celle de la créativité, auprès des dieux qu'intellectuelle. Ingénieur avant tout. Profession similaire mais qui me paraissait pourtant moins parfaite bien qu'il était tout aussi dévoué aux dieux qu'à ses siens. Consciente que si mes parents étaient là, ils auraient été chagrinés de voir leur fille parler ainsi et déçus, extrêmement déçus. Me rendant compte aussi que c'était la première fois pendant laquelle je pensais réellement à eux de nouveau. Obnubilée par les entraînements au combat puis la guerre et désormais par nos geôliers. Mais il était certain que s'ils auraient été là, ils auraient tombé par terre. Des propos que je n'aurai jamais osé tenir avant ni même osé lui tenir tête. Ce qui était une marque d'affront, d'irrespect et qui pouvait être considéré comme il le disait comme un acte de défiance envers le prophète. Détestant peut-être encore plus l'idée qu'il puisse remettre en cause ma foi alors que j'avais versé mon sang pour le prophète, pour les dieux, que je faisais partie d'une des plus jeunes personnes autant impliquées sur le berceau. Encore là, encore vivante. Ne cédant pas devant nos geôliers. Mais là où j'aurai pu argumenter, je ne le fis pas, faisant taire cette voix dans mon esprit, cet instinct qui me disait pour l'une des rares fois à lui répondre. Au lieu de cela je reprenais la parole docilement. « Pardonne-moi, cet endroit me met les nerfs à vif. » Ce qui était le cas. N'étant pas à l'aise ici. Le jour qui n'était pas vu. Il y avait l'obscurité. La paroi grîsatre de la caverne. Toujours cette même froideur et humidité. Toujours des nouvelles questions mais aussi de nouvelles cicatrices qui s'ajoutaient. Séance de torture dont je revenais et espérant qu'il comprenne la situation alors que les nerfs de chacun étaient mis à vifs, que j'étais inquiète pour Ana et que nous étions testés de plus belle.  « J'ai besoin de prier. » Une certitude. Me raccrochant à la foi aussi.

« Peut-être que leur chemin sera difficile, mais ne te laisse pas attendrir. Il y a des gens qui resteront Aveugles toute leur vie. » Je ne me laisse pas attendrir. Ne le pouvant pas alors qu'ils avaient tué les nôtres, qu'ils avaient blessé. @Mila Swann qui avait tué Vladimir sous mes yeux, juste devant moi. Ne pouvant oublier alors que son visage venait désormais me hanter comme celui des morts. « Mais le prophète m'a donné une mission, de guider ses enfants vers la lumière et ceux qui tombent dans l'obscurité, c'est ce que je continuerai de faire. » Une mission que je continuais de remplir dans ce monde, même si à des milliers de lieu de là, je ne pouvais plus continuer de répandre la bonne parole et solliciter les Dieux. « Ils vont essayer de nous faire douter, de nous faire croire qu’ils savent tout et que leur vie est mieux que la nôtre. Nous sommes ici pour répandre la Lumière, reprendre nos terres. Ils ont tué certains des nôtres, ne l’oublions pas. » « Pour le moment, leur vie ne parait pas être meilleure que la nôtre. » Un constat. Ne sachant rien à vrai dire de leur vie, n'ayant pas compétence pour en savoir autant que ceux qui avaient préparé cette mission, cette invasion. N'ayant aucune idée de l'endroit où ils vivaient, me demandant simplement si leur vie était celle-ci, là aussi plongée dans l'obscurité, dans ces cavernes immondes et humides. Une possibilité bien effrayante.


« S’ils étaient si bons, ils auraient vu les plus jeunes qui sont ici, avec nous. Crois-tu que les nôtres ont maltraité leurs prisonniers comme ils nous maltraitent ? S’ils ont attrapé des jeunes, ils les traiteront bien, comme nous l’avons toujours fait. » « Oh crois-moi j'étais là quand nous nous battions sur le champ de bataille, aux côtés d'Ana, ils n'ont que faire de savoir des enfants parmi nous. » La vie des plus jeunes ne leur importait pas. J'avais pu le voir de mes propres yeux quand ils avaient tenté de la tuer. N'ayant montré aucune compassion, nous ayant simplement enfermé là et depuis c'était autre chose. « J’ai essayé de leur réciter des textes anciens, mais cela semble les agacer. » Esquissant un sourire qu'il ne nous vit pas. « Ils paraissent si frustré de ne pas pouvoir nous comprendre. » Ils l'étaient et sans aucun doute que s'ils possédaient des talents en télépathie, ils se seraient réjouis. Mais là n'était pas le cas, au lieu de cela, ils devaient faire face à nous. Ils devaient réussir à nous briser ou obtenir des réponses par n'importe quel moyen sans pour autant voir que nous étions aussi en train de chercher des indices pour les comprendre, pour tenter de déchiffrer ce qu'ils disaient et percer leurs défenses. Un jeu de dupes et un jeu qui prenait du temps. Mais justement ce temps nous le possédions et nous pouvions nous permettre de l'user à bon escient pour Svarog. « Que proposes-tu pour les atteindre ? La Parole leur est inaccessible. Peut-être l’art leur parlera. » « On pourrait tenter. Je ne donnerai rien de mieux que de pouvoir les atteindre en dansant, voir en chantant mais encore faudrait-il être libéré de nos chaînes. » A chaque fois attaché et étant surveillés de près, gardés. Des interrogateurs qui se succédaient, toujours au minimum par deux voir plus pour enchaîner les questions ou les coups et toujours s'assurer que nous leur étions soumis. Mais si je pouvais être libre alors il était certain que je pourrai sans aucun doute tenter de les convaincre, user l'art pour les attirer vers la lumière de Svarog. Ce que je faisais, usant la danse mais aussi usant le chant. Chantant et accompagnant les danses, priant pour ceux dans le besoin. Peut être une solution. « A quoi tu penses ? » Curieuse de savoir à ce qu'il pensait pour les atteindre, pour les guider vers la lumière.

When you believe | Eva 3237542935 @Misha Machir
(c) DΛNDELION
Misha Machir
DATE D'INSCRIPTION : 15/03/2020 PSEUDO/PRENOM : Amsaja MULTICOMPTES : Gen Deng, Eirik Thorvald, Leary Wrath, Skylar Rees, Cyd Raye MESSAGES : 70 CELEBRITE : Ju Ji-hoon COPYRIGHT : Amsaja METIER/APTITUDES : Ingénieur TRIBU/CAMP : Enfant de Svarog CERCLE - ORDRE : Cercle III, Ordre 8 POINTS GAGNES : 180

When you believe | Eva Empty Re: When you believe | Eva

Hier à 21:37
Misha lui avait demandé si elle serait prête à donner la mort et de longues secondes s’étaient écoulées avant qu’elle ne parlât. Il hocha la tête quand elle avoua la vérité. « Nous ne sommes plus les mêmes que hier et nous ne serons plus les mêmes que demain. Ce continent nous transforme et nous devons l’accepter. Péroun est implacable et parfois, il a commis des choses affreuses, mais nécessaires. Si nous n’oublions pas Svarog, si nous n’écoutons pas Czernobog, tout ira bien. » La guerre n’allait pas sans mort, malheureusement. Il regarda en détail Eva, elle semblait si différente, si éteinte. Comme si on avait éteint sa flamme intérieure. Il avait cru qu’elle n’était qu’une gamine innocente, mais il entrevoyait autre chose, la future femme qu’elle se destinait à être. Il avoua son lien avec @Lazuli Miskowiak, ne disant pas la vérité. Ce désir animal qu’il ressentît pour elle. Il se souvenait encore de son corps contre le sien quand ils s’étaient entraînés au combat. Misha savait que @Lazuli Miskowiak n’était pas une femme pour lui, @Nila Yurinova lui était destinée, elle était mieux. Il avait déjà pêché adolescent en s’adonnant à la chair par passion, sans réfléchir. Ada l’avait canalisé, l’avait élevé toujours plus haut. Il devait privilégier la raison, le désir était la tentation même pour lui et trop destructeur. Il sortit de ses pensées quand Eva dit être proche d’Ana.

Plus logique, il hocha la tête. Il apprit ainsi qu’elle voulait devenir sa mentore. C’était étrange, mais il ressentit une certaine joie de savoir que sa cadette se projetait à s’occuper des plus jeunes qu’elle. « C’est bien, nous devons offrir le juste chemin aux plus jeunes et en faire notre futur. » Quitte à oublier les anciens, mais c’était ainsi. Seule la vie comptait et la jeunesse. Et puis tout dérapa, Eva semblait perdre la tête. Misha la remit à sa place sans réfléchir, d’un ton autoritaire qui n’acceptait aucun compromis. Il la regardait si durement. Elle s’excusa, mais il comprenait. Elle venait d’une séance d’interrogatoire ou de torture ? Difficile à dire. Il n’osait lui demander si elle avait été malmenée. Il n’était pas bête, vu les coups qu’il se prenait, il se doutait que les femmes subissaient de même. Elle dit avoir besoin de prier. « Peut-être pourrait-on prier Soud ? Lui seul sait quel destin nous attend. Il voit notre fil de vie, nos épreuves à venir. Les autres nous trouveront. » Il voulait lui souffler de l’espoir. Les autres ne les abandonneraient pas. Il connaissait plusieurs pour savoir qu’ils ne les abandonneraient jamais.

Il n’avait pas voulu en parler au début, mais finalement, pourquoi ne pas partager son espoir avec Eva ? L’idée que les autres viendraient un jour le maintenaient en vie. Cependant, il avait conscience que ce n’était pas demain, peut-être serait-ce dans des semaines, voire au pire des cas, des années. Ses enfants grandissaient sans lui. Il chassa cette pensée d’horreur, sa famille veillerait sur eux et les élèverait. Mais quel choc cela devait être pour eux, surtout son fils. Ils avaient déjà perdu leur mère et voilà qu’il perdait leur père. Misha baissa la tête, envahi par la tristesse, tristesse qui se mua en colère, refusant de se laisser aller. Depuis quelques temps, il avait remarqué que ses émotions fluctuaient de manière étrange, voire dangereuse, mais il refusait de voir la vérité. Il refusait de se laisser attendrir par les Aveugles, les haïssant de toute son âme. Il écouta Eva dire qu’elle devait guider les enfants vers la Lumière et il hocha la tête. Il savait qu’elle avait raison, elle était plus sage que lui. Quand l’ingénieur était-il devenu aussi enragé ? Il semblait constamment habité par Péroun, incapable de s’apaiser. Il redressa la tête quand elle affirma que leur vie ne paraissait pas meilleure que la leur. « Ils semblent… différents les uns des autres. Certains ont une allure étrange, d’autres portent des habits… en peau de bête ? Même leurs visages semblent différents. S’ils sont du même peuple… C’est étrange. »

Et il repensa quand ils étaient sur la plage, qu’ils les avaient surpris et là encore, il y avait eu toutes sortes de gens. Misha trouvait tout ceci illogique, incompréhensible. Il se massa la nuque, sentant une migraine pointer le bout de son nez, il réfléchissait trop. Il apprit ainsi que la vie des plus jeunes ne comptait pas. Il soupira. « C’est pire que ce je pensais… J’ai cru voir des jeunes chez eux, des jeunes qui se battaient comme chez nous… » Il repensa aux regards qu’il avait croisé, aux peurs qu’il avait cru sentir. Ces Aveugles pourraient-ils leur ressembler ? Il refusait de l’envisager. Il avoua à Eva avoir récité des textes, mais que cela les agaçait. « Ils ne parlent absolument pas notre langue. » Et c’était si déroutant. Il n’y avait aucun moyen de communication, sauf la langue impure, l’anglais. Il vit qu’il pensait pareil qu’Eva qui parla de danser et chanter. Il hocha la tête. « Ils ne te laisseront jamais danser, ils te frapperont si tu bouges. » Et il refusait l’idée même qu’elle souffrît encore. « Je pensais au chant. Ils te parlent, alors ils attendent que tu parles ? Comment réagiront-ils si tu chantes ? Peut-être que cela les rendra curieux. » Il fallait trouver une porte d’entrée. Il regarda Eva, son visage doux, il la revoyait danser et chanter sur le Berceau. Elle était douce et pouvait apaiser les âmes. « Il faut les attendrir, leur faire oublier qui nous sommes. »

Des envahisseurs, des ennemis. Il fallait se lier à eux. Misha était incapable de douceur, bloc de froideur et dureté. « Et si nous leur faisions croire que nous ne sommes pas d’accord entre nous ? Peut-être est-ce ce qu’ils désirent, que nous nous séparions. » Les duper dans leur bêtise, c’était tentant, mais dangereux. L’un d’eux pouvait tomber, trouver leur Obscurité si belle. Il pouvait tenter aussi de les charmer, d’abaisser sa carapace. Il ne le dirait jamais, mais peut-être pourrait-il souffler un mot en anglais. Il devait passer plus de temps à écouter. Les mots reviendraient peut-être un jour, un peu. Misha risquait de se brûler en se rappelant la langue impure.
Contenu sponsorisé

When you believe | Eva Empty Re: When you believe | Eva

Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum