Aller en bas
— Chi cerca, trova —
Devos Acciaro
DATE D'INSCRIPTION : 20/12/2016 PSEUDO/PRENOM : ELOW ; MULTICOMPTES : QUEEN IRINA + BABY JONAS ; MESSAGES : 1696 CELEBRITE : JAI COURTNEY ; COPYRIGHT : ELOW ; METIER/APTITUDES : INFORMATICIEN, ANCIEN LIEUTENANT REBELLE / SPECIALISTE EN INTELLIGENCE ARTIFICIELLES, NOTIONS EN MÉCANIQUE ET ELECTRONIQUE, GÉNIE INCOMPRIS ; TRIBU/CAMP : ODYSSÉE ; POINTS GAGNES : 121

 “the clear sky of our minds” (mila) Empty “the clear sky of our minds” (mila)

Sam 16 Mai 2020 - 12:34




— the clear sky of our minds
3 MARS 2120

Il aurait juré voir son regard dans la nuit.
Entendre sa voix au loin.

Il aurait juré que Faust était revenue le hanter, pour réaliser qu’il était simplement en proie à un rêve éveillé. Ses nuits sont toujours plus courtes à mesure que l’hiver s’éloigne pour un printemps capricieux. Debout dans la nuit, il observe le ciel dégagé et se demande ce qui lui a pris de sortir si vite. De courir presque. Tant d’années à l’attendre à chaque levée du soleil pour saisir une simple évidence : Faust est morte. Morte et emporté. Loin. Elle ne reviendra jamais. C’est un fantôme qu’il avait négligé ces derniers mois. Un amour qu’il a étouffé dans un coin de son âme pour mieux vivre sa vérité à lui. Son présent. Il porte pourtant toujours à son doigt cet anneau. Un vestige de tout ce qu’il a été autrefois. De l’informaticien rebelle qui n’a jamais cessé de remettre en question la moindre émotion injustifiée. Le moindre sentiment qui n’avait pas de sens dans sa logique restreinte. Aujourd’hui, il se laisse aisément portée par les vagues qui le submerges. Le cœur palpitant sans limite, le corps tendu, les poings serrer. Il souffle plusieurs fois pour que tout s’arrête. Que son rire cesse de résonner dans sa boite crânienne. Ce n’est pas le moment de chuter, Devos. Ce n’est pas le moment de sombrer.

Il se détache des étoiles et se met en mouvement. Ses muscles tremblent encore, mais plutôt que d’assimiler ça à la peur, le choque, le rush d’adrénaline, Devos le lie à son manque d’énergie. Il ne se nourrit pas assez, l’informaticien. Ça a toujours été comme ça. Son rythme n’est jamais le même que celui des autres. Un décalage qui lui a toujours plu, dans lequel il se sent à sa place. Dans son monde. À l’écart du reste, dans une bulle dont il est le seul à connaître les secrets.

Il y a encore de la vie, dans le village. Il n’est pas encore minuit, certains traînent. Il doit sans doute rester quelque chose à manger, une boisson chaude pour le réconforter. Il entre dans le réfectoire sans saluer qui que ce soit. Son silence n’a jamais dérangé personne. Sa solitude non-plus. Tant qu’il fait sa part des choses, personne ne cherche à savoir plus. Il découvre qu’il reste quelques légumes mijotés et du poisson, alors il n’hésites pas à prendre les restes pour fournir son bol. Avec sa carrure, il a besoin de plus que la moyenne pour reprendre des forces et peut-être qu’au fond, ça l’a toujours dérangé. Heureusement qu’ils sont à une époque plus simple ou la nourriture est moins un problème qu’autrefois. Devos se souvient encore des premiers hivers, des premières années. La relation avec les autres tribus à sûrement beaucoup joué là-dedans. Peu importe, puisqu’il n’a rien avalé depuis plus d’une journée, il regroupe les parts qu’il a raté.

Il comptait s’asseoir dans un coin, ne pas réfléchir, avaler jusqu’au bout sa nourriture et retourner s’allonger, mais il a très vite reconnu la silhouette de Mila, assise un peu plus loin. Tel un aimant, il est déjà à ses côtés.

« Ça fait longtemps que tu ne m’as pas suivi. » Qu’il annonce en prenant place en face d’elle, déchirant un morceau de galette qu’il trempe dans sa mixture. « Tu as découvert tous mes secrets ? »

Pas un bonsoir, pas la moindre politesse. Il est content de la voir, mais il a appris depuis longtemps qu’avec Mila, il n’avait pas à prétendre. Qu’il n’avait pas à utiliser des mots doux pour extirper de sa bouche une conversation. Il lui suffisait d’aller dans le vif de sujet. De plonger sans réfléchir. De sauter de la falaise, avec elle.

@Mila Swann


Dernière édition par Devos Acciaro le Lun 19 Oct 2020 - 17:36, édité 1 fois
Mila Swann
DATE D'INSCRIPTION : 26/08/2017 PSEUDO/PRENOM : ΛURORΛ BOREΛLIS MULTICOMPTES : ANCIENNEMENT MAKENNA ASKAYWEN MESSAGES : 1247 CELEBRITE : ANNA SPECKHART COPYRIGHT : ETOILE VAGABONDE. // ASTRA // CLANN METIER/APTITUDES : TU CULTIVES LA TERRE SELON LES SAISONS (BOTANIQUE & AGRICULTURE) TRIBU/CAMP : EVERYTHING IS BLUE POINTS GAGNES : 110

 “the clear sky of our minds” (mila) Empty Re: “the clear sky of our minds” (mila)

Ven 24 Juil 2020 - 11:30




Etrangement, depuis que t’es plus vraiment là, depuis que tu t’évades là-bas, chaque retour est un peu comme des retrouvailles. Avec l’ancienne toi. L’ancienne version. L’ancienne Mila. Tu l’as laissée aux portes du campement pour être certaine de ne pas la trimballer dans les bois. De ne pas la ramener à la montagne. Elle t’attend, sagement, patiente, cherche ta silhouette dans la pénombre. Ça te fait bizarre de la retrouver, de la revoir, de la reconnaître au loin. De renouer avec cette autre quand tu mets les pieds ici. Parce que personne ne doit savoir ce que tu fais ailleurs. C’est ton secret, ton intimité. Et tu comptes bien garder les choses ainsi. Pour le moment en tout cas. Pour le moment t’as pas vraiment réfléchi à la suite des événements. Au futur proche. Au futur lointain. Tu te contentes d’un lendemain, d’une semaine, d’une promesse. Et ça te suffit, amplement. Est-ce que tu as fini par évoluer ? Par grandir ? Peut-être bien. Peut-être que tu as trouvé une échappatoire à ta destinée toute tracée, à cette tragédie qu’est ta vie. Cependant, tu n’as pas encore pu rompre définitivement avec les liens du passé. En es-tu capable ? Tu l’ignores. Tu ne parviens à partir sans te retourner, à mettre un terme à cette partie de ton histoire. Trop profondément attachée.

Le réfectoire est calme à cette heure de la nuit. Y’a pratiquement personne pour te déranger. Pour te demander où tu vas, qui tu retrouves. Certains ont tenté de débusquer la vérité, d’autres se sont contentés de tes mensonges avisés.  Et puis, il reste la troisième catégorie, regroupant les autres fantômes. Ceux qui, comme toi, disparaissent aux premières lueurs du soleil, pour se terrer dans leurs grottes. Ceux qui, comme Devos, ne font que de rares apparitions. A quand remonte votre dernière conversation ? Tu ne saurais le dire avec précision. Chacun de vos échanges demeurent ancrés dans ta peau, à croire qu’ils remontent tous à hier. « C'est ce que tu crois ? » Tu ne saurais simplement répondre à sa question par un oui ou par un non. C’est bien trop simple à ton goût. Néanmoins, rapidement, tu balaies le doute d’un revers de la main en lui dévoilant une information partiellement complète, totalement dépourvue de détails. « Peut-être que les miens m'accaparent un peu trop. »  Et tu finis par lever la tête vers lui pour te ruer dans ce regard azur qui te ferait presque perdre la raison.

Ton comportement trahit la trop grande confiance que tu lui accordes. Ce n’est pas une confiance ordinaire. Tu n’iras pas raconter à l’informaticien tes plus sombres secrets, surtout pas celui qu’il cherche depuis tant d’années. C’est plutôt une confiance confortable, dans laquelle tu peux te permettre d’agir sans réfléchir. Exit les formules de politesse, les gestes de convenance, les règles sociales. Entre vous, rien de tout cela n’a de sens. Et c’est ce qui te permet de te sentir aussi à l’aise en sa compagnie. Pourtant, un seul secret révélé pourrait tout faire voler en éclats. S’il finissait par apprendre que tu as délibérément tué son amie. A moins qu’il n’ait fini par le comprendre, par l’accepter d’une certaine façon, par tenter de rationaliser ce qui s’est passé. « Pourquoi tu me demandes ça Devos ? » La plupart des gens seraient ravis de ne plus être harcelé, traqué, épié mais il faut croire que ce n’est pas son cas. Peut-être que ta présence avait un côté confortable également ? « Je te manque à ce point ? » Tu ne peux t’empêcher de remarquer qu’il est venu vers toi et non l’inverse. Auriez-vous inversé vos rôles ?

@Devos Acciaro , le réfectoire, 3 mars 2120
— Chi cerca, trova —
Devos Acciaro
DATE D'INSCRIPTION : 20/12/2016 PSEUDO/PRENOM : ELOW ; MULTICOMPTES : QUEEN IRINA + BABY JONAS ; MESSAGES : 1696 CELEBRITE : JAI COURTNEY ; COPYRIGHT : ELOW ; METIER/APTITUDES : INFORMATICIEN, ANCIEN LIEUTENANT REBELLE / SPECIALISTE EN INTELLIGENCE ARTIFICIELLES, NOTIONS EN MÉCANIQUE ET ELECTRONIQUE, GÉNIE INCOMPRIS ; TRIBU/CAMP : ODYSSÉE ; POINTS GAGNES : 121

 “the clear sky of our minds” (mila) Empty Re: “the clear sky of our minds” (mila)

Dim 30 Aoû 2020 - 14:08




— the clear sky of our minds
3 MARS 2120

Mila est un mystère qu’il a longtemps essayé de comprendre. Une anomalie dans ce qu’il commençait à dessiner de l’humain, mais une anomalie tentatrice qui le fascine encore aujourd’hui. Il aurait pu l’ignorer, avancer sur sa route sans lui lancer un regard, mais il n’y arrivera jamais. Quand des occasions se présente, comme ce soir, il se décide simplement à remplir le vide qui les sépares. Les jours ont pourtant bien filé, depuis la dernière fois. Les mois, même, et pourtant, c’est comme si une heure plus tôt, il était à ses côtés. A l’imaginer sauter le haut d’une falaise, à la suivre, à sombrer aussi. Il y a une vérité, qui l’entoure, qu’il pense avoir saisi, mais qu’il refuse de prononcer. Peut-être parce qu’au fond, il ne veut pas générer le pire. Qu’au fond, il se dit que ce n’est pas ce qu’elle, elle aurait voulu. Le mieux, en réalité, c’est d’accepter que sa vie ne sera pas plus différente, même avec la vérité au creux de la main. Alors Devos a abandonné. Il ne la confronte plus sur ce passé, sur cette mort. Il n souhaite plus remuer le couteau dans la plaie, faire mal avec les mots. C’est terminé. Même si une partie de son esprit a peut-être compris, il ne l’avouera jamais et gardera ce secret au fond de lui.

Il sourit, alors qu’il s’installe en face d’elle. Ont-ils déjà eu une conversation banale ? Non. Chacun de leur échange semble éphémère et, en même temps, gravé dans la roche. Ils n’ont jamais eu besoin de savoir trop. Ils se sont toujours contentés de maintenant. Et maintenant, il doit admettre que c’est assez drôle de se dire que d’autres mystères noient la jeune femme. Qu’elle a ses propres secrets à protéger, plutôt que de chercher tous ceux qui entourent l’informaticien.

Sans un mot de plus, il se contente de manger, de boire un coup et de la laisser reprendre la parole sans que ça l’empêche de suivre ce pourquoi il est là, à la base : reprendre de l’énergie.

« Peut-être. » Dit-il, en avalant sa bouchée. « Un peu. » Il cesse, à présent, de bouger pour planter ses yeux dans les siens. Lui qui a toujours été exclu des autres, s’était habitué à l’idée d’imaginer Mila cachée derrière un arbre, l’épiant. Il s’était habitué à se dire qu’il y avait cette fille, cette âme, un drôle de parfum dangereux autour d’elle, qui était prête à l’accepter sans chercher à le modifier. « Est-ce si surprenant ? Il n’y a pas grand monde de très intéressant, ici. »

Pas grand monde comme nous, au final.

Des particularités dans un bol trop parfait. Et le monde est déjà bien difficile à comprendre en lui-même, que par défaut Devos s’accroche au peu qu’il maîtrise et connaît. Aussi étrange que cela peut paraître, il a fini par se lier à Mila d’une façon unique. D’une façon rassurante. Elle est devenue un repère, une vision réconfortante dans la tempête. Elle l’ignore peut-être, n’ose pas l’imaginer, se dit qu’il cherchera peut-être toujours à percer les mystères qui l’entourent, mais Devos à changer sa posture. Il a sur un elle, un regard bienveillant. La volonté, peut-être, de la protéger du pire.

@Mila Swann


Dernière édition par Devos Acciaro le Lun 19 Oct 2020 - 17:36, édité 1 fois
Mila Swann
DATE D'INSCRIPTION : 26/08/2017 PSEUDO/PRENOM : ΛURORΛ BOREΛLIS MULTICOMPTES : ANCIENNEMENT MAKENNA ASKAYWEN MESSAGES : 1247 CELEBRITE : ANNA SPECKHART COPYRIGHT : ETOILE VAGABONDE. // ASTRA // CLANN METIER/APTITUDES : TU CULTIVES LA TERRE SELON LES SAISONS (BOTANIQUE & AGRICULTURE) TRIBU/CAMP : EVERYTHING IS BLUE POINTS GAGNES : 110

 “the clear sky of our minds” (mila) Empty Re: “the clear sky of our minds” (mila)

Ven 11 Sep 2020 - 22:07




Tu saurais comment définir Devos. Est-ce un ami, un collègue, un repère ? Peut-être bien une énigme que tu te refuses à résoudre. Fut un temps, tu prenais un malin plaisir à le décortiquer, cherchant la réponse à la question qu’il représentait. Désormais, c’est plutôt l’inverse. Il t’apparaît comme une réponse à toutes les questions que tu te poses. Fut un temps, tu prenais un malin plaisir à le charmer, cherchant à capturer cette attention qui te faisait vibrer. Désormais, c'est plutôt l'inverse. Il t'apparaît comme une vibration à lui tout seul. Y'a bien une alchimie entre vous mais de savoir qu'elle ne saura consumée, c'est ce qui la rend aussi intense. Peu importe le temps passé loin l'un de l'autre, cette dernière demeure intacte. Comme un pacte scellé entre vous. Parce que vous êtes particuliers tous les deux. En sa présence, tu peux te montrer sous ton vrai visage, dévoiler cette étrangeté qui te rend unique.

Voilà ce qui vous rapproche, dans le fond... vos décalages respectifs. Vous ne fonctionnez pas de la même façon que le reste du monde. Vous avez vos propres fonctionnements. Ils ne sont pas identiques, ni même complémentaires mais ils parviennent, d’une certaine manière, à coexister. Et cela vous suffit, amplement. « Est-ce une déclaration ? » Dans ses propos désinvoltes qu’il lâche entre deux bouchées, tu entends tout ce qu’il ne te dit pas, tout ce qu’il voudrait te dire, tout ce qu’il aurait dû te dire. Ton visage s’illumine presque. Depuis quand tu le comprends si bien ? T’as l’impression de parler la même langue, de te retrouver dans une contrée familière. De pas être seule, en définitive. C’est reposant et drôle à la fois car il suffit que tu penses à une contrée différente, à une langue différente pour penser à ton étranger, ton terrien. Celui que tu t'accapares à défaut de pouvoir mettre un mot sur votre relation.

Elias. Il est devenu de plus en plus présent dans ta vie pourtant tu ne parles pas de lui. Jamais. Tu le mentionnes incessamment sous l'intitulé d'un secret sans le révéler. « Je fréquente quelqu'un. » Que tu balances avec nonchalance. A croire que tu lui annonces la météo qu'il fera demain. Cependant, ton comportement trahit l'importance que tu portes à cette révélation. Tu n'avales plus rien, le regard rivé sur ton interlocuteur, les coudes posés sur la table. Tu ne sais pas pourquoi tu t'es subitement confiée. Peut-être que t'as finalement envie de partager ton secret avec quelqu'un. Peut-être que t'as envie de partager ce qui te tient à coeur. Peut-être que tu vois en Devos bien plus que ce que tu ne peux imaginer. Concevoir. « Comme toi. » Le naturel revient au galop. Evidemment, tu es obligée de l'embrouiller. Involontairement. Parce que ces deux mots ont un sens décuplé, multiplié. Il en découle de multiples interprétations.

Comme toi, c'est un homme.
Comme toi, c'est un homme compliqué.

Comme toi, qui fréquente quelqu'un.
Comme toi, dont le palpitant bat pour quelqu'un.

Comme toi et moi.
Comme toi sans moi.


@Devos Acciaro , le réfectoire, 3 mars 2120
— Chi cerca, trova —
Devos Acciaro
DATE D'INSCRIPTION : 20/12/2016 PSEUDO/PRENOM : ELOW ; MULTICOMPTES : QUEEN IRINA + BABY JONAS ; MESSAGES : 1696 CELEBRITE : JAI COURTNEY ; COPYRIGHT : ELOW ; METIER/APTITUDES : INFORMATICIEN, ANCIEN LIEUTENANT REBELLE / SPECIALISTE EN INTELLIGENCE ARTIFICIELLES, NOTIONS EN MÉCANIQUE ET ELECTRONIQUE, GÉNIE INCOMPRIS ; TRIBU/CAMP : ODYSSÉE ; POINTS GAGNES : 121

 “the clear sky of our minds” (mila) Empty Re: “the clear sky of our minds” (mila)

Sam 26 Sep 2020 - 13:01




— the clear sky of our minds
3 MARS 2120

Il n’a pas besoin de répondre, elle sait.

Une déclaration, c’est un peu fort, mais il ne peut renier ce qui l’attire à elle. Ce lien qui s’est formé, composé de tant de secrets, de tant de regards dans l’ombre. Mila, au départ, elle n’était qu’une question. Désormais, il, n’a plus besoin de chercher la réponse. C’est inutile, les cœurs battent quand même. Ils se confrontent, s’observent toujours. Devos le premier, se surprend à vouloir se poser à ses questions, comme si entendre sa respiration avait quelque chose de rassurant. Peut-être qu’ensemble, ils ont réussi à s’éloigner de la falaise. Qu’ils n’ont plus besoin de plonger, pour se laisser envahir par ce qu’ils possèdent, au fond d’eux. Mila, lumineuse étoile, brûlante. Il n’est pas nécessaire pour lui de la capturer, pour la ressentir. Pour encaisser chacun de ses effets. Simplement partager un regard réchauffe son cœur et son être.

Il s’arrête, comme si le temps n’avait plus aucune emprise sur lui, sur eux. Sa cuillère finie au fond de son bol et sa tête se relève en sa direction. Il s’arrête et l’observe, sans être peiné, non. Il est juste surpris. Elle a le droit, d’avoir quelqu’un.  D’être avec quelqu’un. Cette confession, pourtant, a quelque chose d’étonnant. Comme le point final à une possibilité, qu’ils n’avaient pas entreprit. La tentation est toujours plus belle dans l’interdit. Dans cette zone étrange qui est l’impossible. Jusqu’ici, c’était toujours évident, mais de le prononcer à quelque chose d’inhabituel. Comme une nouvelle étape franchis.

Les choses pourraient pourtant être si différentes, mais c’est ainsi.
Elle a quelqu’un, et lui aussi.

Songer à Tennessee le fait sourire. Vraiment sourire. C’est différent, c’est imprévisible. Il n’a jamais compris, et maintenant, il comprend trop. Cette émotion, qui le submerge, l’envahit, lui donne la capacité à faire ce qu’il n’aurait jamais osé faire, par le passé. Les sentiments, jusqu’ici, l’avaient torturé. Avec Tennessee, il découvrait une nouvelle facette.

« Donc tu n’as pas cessé de chercher mes secrets ? » Et c’est tant mieux. Parce qu’il ne veut pas perdre, ce truc. Cet entêtement, cette course. Ce pont qui existe entre eux, unique et instable, dangereux et rassurant. « Je suis flatté. » Il ne lâche pas Mila du regard, savourant la profondeur de ses prunelles – comme au tout début, comme toujours. « J’espère qu’il en vaut la peine. »

Qu’il ne te brisera pas, comme peuvent le faire certain. Quand le cœur veut trop, mais que l’autre moitié refuse de suivre le même rythme.

@Mila Swann


Dernière édition par Devos Acciaro le Lun 19 Oct 2020 - 17:36, édité 1 fois
Mila Swann
DATE D'INSCRIPTION : 26/08/2017 PSEUDO/PRENOM : ΛURORΛ BOREΛLIS MULTICOMPTES : ANCIENNEMENT MAKENNA ASKAYWEN MESSAGES : 1247 CELEBRITE : ANNA SPECKHART COPYRIGHT : ETOILE VAGABONDE. // ASTRA // CLANN METIER/APTITUDES : TU CULTIVES LA TERRE SELON LES SAISONS (BOTANIQUE & AGRICULTURE) TRIBU/CAMP : EVERYTHING IS BLUE POINTS GAGNES : 110

 “the clear sky of our minds” (mila) Empty Re: “the clear sky of our minds” (mila)

Dim 11 Oct 2020 - 0:59




La réaction de ton interlocuteur te rend perplexe. Parce qu’à cet instant précis, tu ignores complément le sens de son silence. Est-il content, déçu, inquiet ? Tu es bien incapable de lire l’expression qui traverse son faciès. Devos n’est pas quelqu’un de facile à cerner mais avec une attitude pareille, tu ne tentes même pas d’interpréter quoi que ce soit. Cependant, tu devines un rictus effleurer ses lèvres. « J’espère devenir l’un d’entre eux, si ce n’est pas déjà le cas. » Un secret interdit, inédit ? Le genre de secret qu’on garde pour soi, à l’abri des regards indiscrets. Le genre de secret qu’on ne veut pas admettre mais qui se profile à l’horizon comme une évidence. Le genre de secret qu’on garde enfoui sous d’autres secrets car c’est la seule façon de le gérer. « Il vaut mieux. » T’as le don pour rendre des phrases légères terriblement lourdes. Probablement ton intonation ? A t’entendre, le terrien ne doit pas merder. Au risque de finir comme Thalia.

Alors qu’en réalité, cette éventualité n’a pas effleuré ton esprit. Pire encore tu n’as aucune idée de ce que ça veut dire : en valoir la peine. Est-ce qu’il en vaut la peine ? Est-ce que toi tu en vaux la peine Mila ? Est-ce que les autres en valent la peine ? Tu ne sais pas vraiment de quels critères il parle. Cependant tu comprends très bien la signification de ses propos. Thalia en valait la peine, tu penses. Elle valait tellement la peine que tu n’es parvenue à la laisser t’échapper. « Je porte son môme. » Et là, tu attends de voir la mâchoire de Devos tomber d’un instant à l’autre. Toi, enceinte ? Tu ne t’imagines pas une seule seconde endosser ce rôle. Tu ferais sans aucun doute une horrible mère, incapable d’aimer complètement ton enfant de peur de le perdre lui aussi. « Je plaisante ! Tu aurais dû voir ta tête ! » Depuis quand tu fais de l’humour ? C’est nouveau.

De l’humour de mauvais goût ? Malheureusement ça ne s’améliore pas avec le temps. La plupart des gens ne comprennent pas tes plaisanteries. Faut dire que vous n’avez pas la même sensibilité. T’es capable de rire du malheur des autres sans en avoir conscience. Simplement parce que tu trouves la situation drôle en dépit de leurs sentiments. « Et toi, est-ce qu’elle en vaut la peine dis-moi ? » Pour une fois que vous parlez de vos relations respectives, tu as envie d’en savoir plus, sur lui, sur sa romance, sur sa vision des choses, sur son nouveau quotidien. Parce que bon, dans le fond, tu n’en sais pas beaucoup le concernant. Peut-être plus que la plupart des gens grâce à tes nombreuses filatures mais tu demeures éternellement curieuse et fascinée quand il est question de Devos. Y’a tellement de non-dit entre vous. Tellement d’histoires qu’il ne t’a pas encore contée. Tellement de secrets qu’il te reste à dénicher. Tout vient à point à qui sait attendre. N’est-ce pas ?


@Devos Acciaro , le réfectoire, 3 mars 2120
— Chi cerca, trova —
Devos Acciaro
DATE D'INSCRIPTION : 20/12/2016 PSEUDO/PRENOM : ELOW ; MULTICOMPTES : QUEEN IRINA + BABY JONAS ; MESSAGES : 1696 CELEBRITE : JAI COURTNEY ; COPYRIGHT : ELOW ; METIER/APTITUDES : INFORMATICIEN, ANCIEN LIEUTENANT REBELLE / SPECIALISTE EN INTELLIGENCE ARTIFICIELLES, NOTIONS EN MÉCANIQUE ET ELECTRONIQUE, GÉNIE INCOMPRIS ; TRIBU/CAMP : ODYSSÉE ; POINTS GAGNES : 121

 “the clear sky of our minds” (mila) Empty Re: “the clear sky of our minds” (mila)

Mer 14 Oct 2020 - 10:49




— the clear sky of our minds
3 MARS 2120

Il n’avait pas essayé de s’intéresser à elle, quand elle était avec Thalia. Elle semblait être l’essentielle de son amie, et c’était suffisant. Inutile de chercher plus, inutile de dépenser du temps avec elle. Il aurait pu faire plus d’effort, c’est vrai. Thalia lui en avait déjà fait la remarque, mais elle savait aussi que Devos était un puzzle difficile à résoudre et que sa confiance se construisait avec le temps et la patience. Sa mort, il ne s’y était pas attendu. C’est vrai que parfois, il pense à elle, se dit qu’il va aller la trouver pour lui raconter quelque chose, lui poser des questions, s’ouvrir, petit à petit. Très vite, le souvenir de sa fin le rattrape, mais Devos ne cherche plus à trouver le pourquoi de ce comment brutal. La solution s’est esquissé un soir enneigé, inutile maintenant d’en reparler. Car Mila a pris une autre place, dans sa vie, et il espère que Thalia ne lui en veut pas. Qu’elle lui pardonne volontiers de suivre, pour une fois, son instinct, ses émotions, plutôt que sa tête.

Il attrape son verre quand elle parle de devenir l’un de ses secrets et les lèvres de Devos s’étirent, forme un sourire mystérieux. Un secret, c’est presque beau, c’est presque triste. Mais personne ne devrait être le secret de personne. C’est comme protéger un trésor avec des centaines de mensonges, et finir anéanti par les mots prononcés. Un gardien prêt au sacrifice. Il ne lâche pas la jeune femme du regard, se perd, accepte les conséquences. Il réalise alors, que si jamais, ils se perdent, alors c’est tout un monde silencieux qui s’effondrera. Quel sort, alors, lui réservera-t-elle ?

« Quoi ? » Elle est enceinte ? Son cerveau fume déjà. Techniquement, il ne sait plus ce que les implants font aux femmes. Il n’a pas suivi, il ne sait pas, il bloque. Mila, maman ? Ah, une blague. Il est passé à côté, comme d’habitude, mais sans doute qu’il doit être beau à voir, avec sa tête de génie en quête de réponse. « Je me disais aussi… » Il lui jette un bout de pain, parce qu’il ne peut pas lui jeter autre chose. Parce qu’il y a quelque chose de léger, pour une fois. C’est différent. Ils sont différents, ou alors, c’est plus une évolution. La preuve qu’ils ont franchi une nouvelle étape. Il y a une nouvelle brique sur ce pont magique.

« La question ne se pose même pas. » Qu’il affirme, sûr de lui. Il prend quand même la peine d’arrêter de manger pour poursuivre, car ce qu’il dit à de l’importance. « Elle était là, sous mes yeux, et je n’ai rien vu. Voilà ce qui arrive, quand on croit avec certitude, alors que rien en ce monde n’est entièrement figé. »

Tout peut se transformer.
Devenir plus beau, plus laid, plus dangereux, plus vivant.


« Je pensais savoir ce que c'était d'aimer, je crois que je m’étais trompé. »

@Mila Swann


Dernière édition par Devos Acciaro le Lun 19 Oct 2020 - 17:36, édité 1 fois
Mila Swann
DATE D'INSCRIPTION : 26/08/2017 PSEUDO/PRENOM : ΛURORΛ BOREΛLIS MULTICOMPTES : ANCIENNEMENT MAKENNA ASKAYWEN MESSAGES : 1247 CELEBRITE : ANNA SPECKHART COPYRIGHT : ETOILE VAGABONDE. // ASTRA // CLANN METIER/APTITUDES : TU CULTIVES LA TERRE SELON LES SAISONS (BOTANIQUE & AGRICULTURE) TRIBU/CAMP : EVERYTHING IS BLUE POINTS GAGNES : 110

 “the clear sky of our minds” (mila) Empty Re: “the clear sky of our minds” (mila)

Mer 14 Oct 2020 - 20:12




Aimer. C’est un mot tellement court et pourtant, il contient en ces lettres un torrent émotionnel capable de retourner l’âme dans tous les sens. La tienne par exemple. A trop aimer, tu t’es consumée de l’intérieur. Tel un brasier qui prend feu à la moindre étincelle. Thalia était ton étincelle. Trop belle pour détourner le regard. Trop attachante pour détourner le cœur. Tu es tombée sous son charme avant même de comprendre ce que cela impliquait. Elle te manque même si tu ne t’en rends pas forcément compte car sa disparition brutale n’est pas une fin en soi pour toi. Tu continues de lui parler, de parler dans le vide, de parler à cette voix qui résonne dans ta tête comme la sienne. Beaucoup moins depuis que tu fréquentes le terrien. Il semble accaparer beaucoup de tes pensées. Cela te permet de t’évader de tes plus sombres recoins. Ceux dont tu ne mentionnes pas l’existence mais dont tu laisses planer le doute en permanence.  « Tu te tromperas encore. » Une part de toi est parfaitement consciente de la gravité de ton acte. Sinon, tu ne t’en cacherais point. Sinon tu aurais avoué ton crime à Devos, trois ans auparavant.

Trois ans que tu lui mens, délibérément. Trois ans que tu as clôturé cette éventualité, volontairement. Mais s’il accepte cette réalité, est-ce vraiment considérer comme un mensonge ?  « Moi aussi. » Alors que ton interlocuteur paraît léger, détendu, tu as l’air inquiète, tendue. Faut dire que ta dernière romance ne s’est pas bien terminée. Tu as fracassé son crâne avec un rocher. Jusqu’à ce qu’il se fende sous tes coups.  « J’espère seulement ne pas faire les mêmes erreurs. » Voilà le principe même de l’évolution, non ? As-tu évolué Mila ? La question demeure suspendue à tes lèvres tandis que ton regard se perd dans le vide. Ça fait longtemps que tu ne t’es pas absentée de la sorte. Durant une conversation. C’est qu’elle te perturbe, cette conversation, alimente des souvenirs que tu n’as pas visités dans ta mémoire depuis un moment. Et soudainement, tu te sens submergée par ces réminiscences. Par ces petits détails qui s’envolent au fil des semaines, des mois, des années. Une odeur, une couleur, une saveur.  « Je ne me sens pas coupable tu sais. » Les remords, un concept totalement étranger pour toi étant donné que tu ne considères pas ton geste comme mauvais.

Cependant, si c’était à refaire, tu referais probablement différent. Tu lui pourrirais la vie à défaut de lui voler. Ainsi, elle serait capable d’interagir avec toi. Y’aurait pas un fossé si grand entre vous. Y’aurait pas une frontière si importante entre vous. La mort demeure une énigme et tu n’es pas encore parvenue à la résoudre. Tu la conçois d’une façon particulière, étrange, mais elle demeure une entité sur laquelle tu n’as pas d’emprise.  « J’aimerais seulement, cette fois, être la première à partir. » Tu ne t’en rends pas forcément compte mais tes propos sont d’une violence inouïe. Tu lui avoues, à demi-mot, que ta propre disparition tu l’envisages, tu l’anticipes, tu l’attends presque. T’as pas envie d’être la survivante. T’as pas envie d’être la dernière debout. T’as pas envie d’être seule, clairement. C’est purement égoïste. Y’a rien de beau dans tes propos. Rien de brave.  Et surtout, tu lui avoues, à demi-mot que t’es pas totalement étrangère à la disparition de ton ancienne compagne. Un aveu qu’il attendait dans le passé, qu’il n’attend plus désormais, que tu lui balances brusquement. Sans prévenir. Une tornade au milieu du désert.


@Devos Acciaro , le réfectoire, 3 mars 2120
— Chi cerca, trova —
Devos Acciaro
DATE D'INSCRIPTION : 20/12/2016 PSEUDO/PRENOM : ELOW ; MULTICOMPTES : QUEEN IRINA + BABY JONAS ; MESSAGES : 1696 CELEBRITE : JAI COURTNEY ; COPYRIGHT : ELOW ; METIER/APTITUDES : INFORMATICIEN, ANCIEN LIEUTENANT REBELLE / SPECIALISTE EN INTELLIGENCE ARTIFICIELLES, NOTIONS EN MÉCANIQUE ET ELECTRONIQUE, GÉNIE INCOMPRIS ; TRIBU/CAMP : ODYSSÉE ; POINTS GAGNES : 121

 “the clear sky of our minds” (mila) Empty Re: “the clear sky of our minds” (mila)

Ven 16 Oct 2020 - 17:17




— the clear sky of our minds
3 MARS 2120

Il avait renié toute affection. Refuser d’aimer. Pour Devos, une attirance était simplement physique et combler un besoin temporaire, ne lui demandait aucun effort particulier. Il a déjà expérimenté la manière dont les corps fusionnent, sans jamais trouver ce sentiment d’attache que certaines pouvaient exprimer. Mais quand Faust à disparue, quelque chose à commencer à s’éveiller en lui. Une douleur, nouvelle, étrange. Une attente qui ne voulait jamais s’éteindre. Un besoin persistant. Un long souffle qui ne voulait pas s’éteindre, non. Jamais. Et Devos ressent toujours cette chose, comme son estomac qui se tord en sachant que Faust, a probablement sombré et que plus jamais, il ne la retrouverait. Plus jamais, il ne pourra s’excuser pour toutes ses bêtises avouées. Et ça, pour lui, c’était le début de sa compréhension de l’amour. Le désir s’est transformé, et le physique n’a plus aucune importance, non. C’est sa présence qu’il souhaite. Le son de sa voix, comme les battements de son cœur. La sentir respirer, même de loin, car sa vie est plus précieuse que sa volonté à lui, de lui tenir la main.

Cette petite étincelle, elle a suffi à embraser Devos. Tennessee dans ses bras, et le monde s’est volatilisé. Elle s’était éloigné, et ça lui avait arraché l’âme. C’est extrême. Tout ce qu’il ressent pour elle, résonne fort dans chacun de ses regards et gestes.

Je n’ai pas envie que ça change, pense-t-il. Cette histoire, avec la mécanicienne, bouleverse beaucoup de choses, mais Devos ne veut pas perdre une seule miette de cette relation. Rien. Plus possessif que jamais.

« Toi aussi ? » Il arrête une seconde, percevant l’inquiétude dans ses paroles. Il sait que l’erreur, c’est Thalia. Son corps tout entier le sait et pourtant, ses yeux ne le trahissent pas, alors qu’il observe Mila, devant lui. Elle a l’air ailleurs, emportée, loin.

Elle ne se sent pas coupable.

Coupable d’avoir tué. Devos, où sont tes principes ? Toi, l’ancien rebelle. Toi, qui te bas pour le bien commun, prêt à te sacrifier pour les autres. Est-ce que sa relation avec Mila, l’empêche d’agir de la manière la plus juste ? Doit-il l’arrêter, la pointer du doigt, l’enfermer ? Doit-il hurler aux dangers ?

Non, il prend sa main.

Il y a d’étranges pensées qui lui viennent à la tête, depuis que ses sentiments pour Tennessee se sont révélés. Des pensées qui l’ont conduit à imaginer le pire, sans remords, sans culpabilités. Et s’il y a bien une chose qu’on lui a apprise, c’est qu’il n’a pas le droit de juger, encore moins de punir. Peut-être aussi, qu’il ne veut pas la perdre et qu’il tend la main pour la retenir de partir, de disparaître.

« C’est trop tôt. » Qu’il murmure. « C’est beaucoup trop tôt. » Pour songer à la fin. Pour imaginer le pire. Ils ont déjà trop vécu, mais il y a encore beaucoup à vivre. Il se penche en avant, se noie encore plus dans ses yeux et ajoute : « Tant que je suis encore là, tu ne seras pas la dernière. Tu ne seras pas seule. Et si jamais… Si jamais tu veux partir… » Il resserre sa prise, comme en détresse. « Promets-moi de me le dire. »

Promets-moi de me donner le temps d’un adieu,
car je ne peux supporter de revivre ça une seconde fois.


@Mila Swann


Dernière édition par Devos Acciaro le Lun 19 Oct 2020 - 16:55, édité 1 fois
Mila Swann
DATE D'INSCRIPTION : 26/08/2017 PSEUDO/PRENOM : ΛURORΛ BOREΛLIS MULTICOMPTES : ANCIENNEMENT MAKENNA ASKAYWEN MESSAGES : 1247 CELEBRITE : ANNA SPECKHART COPYRIGHT : ETOILE VAGABONDE. // ASTRA // CLANN METIER/APTITUDES : TU CULTIVES LA TERRE SELON LES SAISONS (BOTANIQUE & AGRICULTURE) TRIBU/CAMP : EVERYTHING IS BLUE POINTS GAGNES : 110

 “the clear sky of our minds” (mila) Empty Re: “the clear sky of our minds” (mila)

Dim 18 Oct 2020 - 0:29




« Peut-être. » Peut-être que vous avez encore des aventures à vivre. Peut-être que vous en avez vécu beaucoup trop. Peut-être que vous avez encore des romances à connaître. Peut-être que vous en avez perdu beaucoup trop. Peut-être que vous avez encore des drames à endurer. Peut-être que vous en avez connu beaucoup trop. Trop pour le cœur. Ce cœur battant, grondant. Votre existence entière repose sur un peut-être, incertain, éventuel, ô combien éphémère. Combien de peut-être vous reste-t-il ? Tu refermes ta main sur la sienne, scellant votre pacte. Le pacte d’une vie. De ta vie. Le moment venu, tu viendras le trouver pour lui annoncer que tu dois partir. Est-ce qu’il tentera de t’en empêcher ? Est-ce qu’il tiendra à t’accompagner ? Jusqu’à ton dernier souffle. Tu partiras un hiver, quand les flocons tomberont du ciel, recouvriront la forêt toute entière. Tu contempleras ce spectacle une dernière fois avant de disparaître, comme un ange, dans la brume blanchâtre.

La plupart des gens redoutent de mourir, évitent d’en parler. Ils préfèrent ignorer l’épée de Damoclès au dessus de leurs têtes. Toi, ça fait bien longtemps que tu as imaginé ta fin. Fut un temps, tu la redoutais parce qu’elle te confrontait à une peur ancrée, alimentée. Révolue. Tu ne crains plus de te trouver seule face à tes démons. Le moment venu, tu marcheras vers eux. « Entendu. » Un mot. Sept lettres. Et voilà qu’une promesse, tant lugubre que troublante, vous relie désormais. Une part de toi est profondément soulagée. En effet, Devos ne parait pas en colère. A vrai dire, il est d’un calme sidérant. Tu t’attendais à une réaction différente. Il ne s’est pas levé de sa chaise pour te montrer du doigt, pour t’achever d’un regard. Tout ce que tu vois au fond de ses rétines, c’est l’inquiétude qui en découle. Ca te touche, sincèrement. Trois ans auparavant, aurait-il eu la même attention à ton égard ? Question oratoire. A l'époque, ton existence même n'avait aucune valeur.

« Si ça, c’est pas une déclaration, achève-moi de suite. » Tu as le don pour rire des choses qui ne sont absolument pas drôles. Le pire, c’est que tu ne vois pas le mal. Le rictus qui étire tes lèvres en est la preuve vivante. C’est doux, chaleureux, complice. Voilà ce qu’il représente. Ton complice. A la vie à la mort. « Tu crois qu’elle m’aimera ? » Interrogation étrange. T’es pas connue pour te soucier de l’opinion des gens. T’as pas non plus l’habitude d’entretenir des liens cordiaux avec les partenaires de ton entourage. Principalement parce qu’ils ont du mal à comprendre ton fonctionnement. Parfois même, le fondement de votre relation. En fait, t’as tendance à faire tâche dans le décor. Devos est bien placé pour en parler. « Tennesse ? » C’est tellement étrange de le dire à voix haute. Surtout que tu ne peux pas vraiment affirmer la connaître. Cependant, depuis qu’elle fréquente ton complice, tu dois bien avouer te perdre dans son sillage.


@Devos Acciaro , le réfectoire, 3 mars 2120
— Chi cerca, trova —
Devos Acciaro
DATE D'INSCRIPTION : 20/12/2016 PSEUDO/PRENOM : ELOW ; MULTICOMPTES : QUEEN IRINA + BABY JONAS ; MESSAGES : 1696 CELEBRITE : JAI COURTNEY ; COPYRIGHT : ELOW ; METIER/APTITUDES : INFORMATICIEN, ANCIEN LIEUTENANT REBELLE / SPECIALISTE EN INTELLIGENCE ARTIFICIELLES, NOTIONS EN MÉCANIQUE ET ELECTRONIQUE, GÉNIE INCOMPRIS ; TRIBU/CAMP : ODYSSÉE ; POINTS GAGNES : 121

 “the clear sky of our minds” (mila) Empty Re: “the clear sky of our minds” (mila)

Lun 19 Oct 2020 - 17:36




— the clear sky of our minds
3 MARS 2120

Mais oui, c’est trop tôt. Trop tôt pour ne plus regarder la nuit envahir le jour. Trop tôt pour ne plus entendre les rires et les pleures ne faire qu’un. Trop tôt pour ne plus connaître la faim et la soif, la peur et l’amour. Et cela sera toujours trop tôt, quoi qu’il arrive. Le regard de Devos s’est planté comme un roc dans ses prunelles bleues profond. Il ne changera pas d’avis, non. Tant d’épreuves déjà surmonté, ce n’est pas pour abandonner maintenant par crainte de voir les autres partir avant soi-même. Les vieux s’éternisent parfois, et les jeunes s’envolent. C’est la vie. Personne ne contrôle les événements qui vont arriver, ni-même l’air qu’ils respirent. Les disparitions, les naissances. C’est un nouveau monde et ils sont ceux qui ont connu deux univers bien différents. L’un dans l’espace, l’autre sur terre.

C’est aussi trop tôt pour choisir. Pour se faire une idée. Décider que c’est la fin de sa propre histoire et y mettre un terme. La vie est déjà si courte, si imprévisible, pourquoi arrêter de courir quand il y a encore des kilomètres à parcourir ? Il ne peut sans doute pas comprendre, mais il peut au moins prévoir un pacte. La promesse d’un adieu. Ses doigts se glissent sur sa main et Devos se sent rassuré. Ce n’est pas un combat terminé, mais c’est un combat reporté. Ils en reparleront le moment venu. C’est aussi simple que ça.

« Déclaration ou pas, c’est sincère. » Il lui offre un sourire, mais ça ne le dérange pas que ça soit une manière de se déclarer, d’avouer des sentiments qui dépassent les frontières. De toute manière, il ne saura jamais définir ce qui le lie à Mila. C’est trop compliqué, et c’est bien plus beau ainsi. Mystérieux, mais éternel. À la vie, à la mort, donc ?

« Qui ça ? » Il retourne à son assiette, ne comprenant pas tout de suite où elle veut en venir. Il faut dire qu’il ne s’y attendait pas, mais lorsqu’elle prononce le nom de Tennessee, il se demande. Lui, il ne supporte pas les hommes qui lui tournent autours, alors logiquement, elle pourrait avoir la même réaction envers Mila, non ?

« Est-ce que c’est important ? » C’est une question légitime. Il ignore les règles à suivre dans ce genre de situation. Est-ce que Thalia attendait vraiment un avis de sa part quand elle lui a présenté Mila ? S’il lui avait fait une remarque du style : non, je ne l’aime pas, son histoire aurait-elle été différente ? Elle serait peut-être encore en vie ? Il écarte cette pensée en fronçant les sourcils : « Tu sais, qu’elle t’aime ou pas, ça ne changera pas la manière avec laquelle je te regarde. »

@Mila Swann
Mila Swann
DATE D'INSCRIPTION : 26/08/2017 PSEUDO/PRENOM : ΛURORΛ BOREΛLIS MULTICOMPTES : ANCIENNEMENT MAKENNA ASKAYWEN MESSAGES : 1247 CELEBRITE : ANNA SPECKHART COPYRIGHT : ETOILE VAGABONDE. // ASTRA // CLANN METIER/APTITUDES : TU CULTIVES LA TERRE SELON LES SAISONS (BOTANIQUE & AGRICULTURE) TRIBU/CAMP : EVERYTHING IS BLUE POINTS GAGNES : 110

 “the clear sky of our minds” (mila) Empty Re: “the clear sky of our minds” (mila)

Dim 25 Oct 2020 - 1:12




« Tu réagis exactement comme elle. » Thalia. Electron libre. Affranchie des règles sociales. Des formalités du commun des mortels. Des convenances de pacotille. Quand toi, tu cherchais à te fondre dans la masse. Reproduire les coutumes d’usage. Imiter les modèles de conformité. Vous étiez deux contraires, deux opposés. Tu te cachais du monde tandis qu’elle le défiait d’un regard. Un battement de cils et tout volait en éclats. C’était une force de la nature, toi une erreur. Ensemble, vous aviez créé un univers à contre courant. Et quand celui-ci a explosé en mille morceaux, tu as perdu tes repères. Pour mieux les construire, à ta manière. Petit à petit, tu t’es libérée de tes chaînes. Il t’en reste encore à démolir mais chaque tentative est une victoire à venir. « Vous n’étiez pas si différents après tout. » Il aura fallu trois ans et des aveux sincères pour que tu commences à comprendre, dépeindre le tableau, relier les points communs entre eux. Thalia et Devos. Pour toi, à l’époque, il n’était qu’un homme bourru. Un génie perché. Tu ne lui trouvais pas le moindre intérêt. Si ce n’est sa relation privilégiée avec ta tendre.

Est-ce que tu as dérobé cette relation ? La question se veut légitime. Sans la mort de ta compagne, vous ne seriez pas tous deux à cette table. Vous ne partageriez pas ce repas nocturne ensemble. Vous n’échangeriez pas ces paroles aux intonations lourdes de sens. Elle serait à ta place, sans le moindre doute. Aie aie aie Mila. Tu as développée une vilaine tendance. Celle de voler aux autres ce qui leur appartient. En effet, ce n’est pas la première fois que tu t’immisces dans la vie de quelqu’un. Ce n’est pas la première que tu récupères une attache pour en faire tienne, comme si de rien n’était. Ce n’est pas la première fois que tu forces le passage, quitte à démolir les parois. Tu as fait exactement la même chose avec Elias. A croire que tu développes une habitude. Jamais deux sans trois. Qui sera le prochain ? « Qu’est-ce que t’as prévu après le repas ? » La plupart des gens irait dormir, cherchait un peu de quiétude, quémandait quelques heures de calme. Sauf que vous n’êtes pas la plupart des gens. Vous êtes des exceptions, des maudits.

Des imprévus qui donnent naissance à des météorites quand ils se percutent. Et depuis le temps que vous ne vous êtes pas retrouvés ensemble, tu as envie de profiter de la présence de l’ingénieur. Tu as envie de profiter de la manière dont il te regarde. Tu as envie de profiter de ce futur proche qui n’a pas encore commencé, qui sera bientôt un souvenir du passé. Avant de retrouver, chacun, vos routines personnelles, vos partenaires respectifs. Vos existences qui se frôlent sans se toucher. Jusqu’à la prochaine collision étoilée. « J’espère que ton programme m’inclut. » Difficile d’être plus claire, toi qui d’ordinaire, aime embrouiller les esprits. Tu finis ton repas sur cette proposition affirmative, attendant de découvrir le fil de ses pensées, la suite de vos aventures.


@Devos Acciaro , le réfectoire, 3 mars 2120
— Chi cerca, trova —
Devos Acciaro
DATE D'INSCRIPTION : 20/12/2016 PSEUDO/PRENOM : ELOW ; MULTICOMPTES : QUEEN IRINA + BABY JONAS ; MESSAGES : 1696 CELEBRITE : JAI COURTNEY ; COPYRIGHT : ELOW ; METIER/APTITUDES : INFORMATICIEN, ANCIEN LIEUTENANT REBELLE / SPECIALISTE EN INTELLIGENCE ARTIFICIELLES, NOTIONS EN MÉCANIQUE ET ELECTRONIQUE, GÉNIE INCOMPRIS ; TRIBU/CAMP : ODYSSÉE ; POINTS GAGNES : 121

 “the clear sky of our minds” (mila) Empty Re: “the clear sky of our minds” (mila)

Jeu 5 Nov 2020 - 11:03




— the clear sky of our minds
3 MARS 2120

La poésie que forme leur jeu de regard a quelque chose d’enivrant. Du plus loin que remonte sa mémoire, Devos a toujours eu l’impression qu’il se passait deux choses lorsqu’il était en face de Mila : soit il fuyait ses prunelles, soit il s’y noyer. Deux extrêmes. Car il n’y a pas d’autres possibilités, quand il est à ses côtés, que d’être entier. Quelle que soit la situation, les pensées qui traversent sont esprits, c’est soit rien, soit tout. Maintenant, il sait très bien que ça sera toujours tout. Que plus rien ne pourra le faire changer d’avis, pas même la déclaration qu’elle a dévoilée, pas même cette vérité qu’il cherchait tant. Elle est responsable de la mort de Thalia, mais il n’arrive pas à la haïr pour ça. Il n’arrive pas non-plus à réagir, face à ça. Pourtant, il devrait, non ? Prévenir les autres, penser aux autres, justement. Pour le bien commun, il en a commis, des actions irréversibles, mais au fond de lui, oui, tout au fond, il pense comprendre. Du moins, savoir, que ce qui s’est produit avec Thalia est un accident unique et non-répétable avec les autres membres de leur communauté.

Sauf peut-être, lui ?
Ou, elle-même.

Quand elle voudra partir, qu’est-ce qu’il aura sous le coude pour l’en empêcher ? Rien. Il le sait parfaitement. Mais il ne veut plus y réfléchir, la promesse a été faite. Cette fois, il y aura des adieux.

« Elle m’appréciait. C’était bien l'une des rares. » Car là-haut, il était plus solitaire que jamais. Ignoré, détesté, oublié. Thalia lui avait tendu la main, semblé ne jamais se soucier de leur différence. Elle lui manque, parfois, quand il fait beau et que le calme prend le dessus. Souvent, elle émergeait du néant pour secouer son quotidien. Personne ne la remplacera jamais. Non, personne.

Pardon.

« Je dois retourner à l’atelier finir… » Il réalise qu’elle aimerait entendre autre chose, alors il pose sa cuillère et réfléchi un instant au retard que ça lui coûterait, de faire autre chose. « Il est trop tard pour sortir du campement, mais j’ai une petite idée de ce qu’on pourrait faire maintenant… » Oui, ça lui plaira sans doute, il en est certain.

Alors Devos se lève, empile son verre et son bol pour aller les déposaient près du buffet, où une jeune fille se charge de faire la plonge ce soir. Elle offre un petit sourire intimidé à Devos avant de commencer à laver les ustensiles.

« Va falloir être discret, par contre. » Il se penche vers Mila, un brin malicieux. « Et ne rien faire d’imprévisible. » Il donne sa main, espérant qu’elle soit d’accord, qu’elle se laisse faire. Qu’elle se laisse emporter…

@Mila Swann
Je te propose de conclure à mon prochain post, comme ça on pourra faire le rp à 3 ensuite ?
Mila Swann
DATE D'INSCRIPTION : 26/08/2017 PSEUDO/PRENOM : ΛURORΛ BOREΛLIS MULTICOMPTES : ANCIENNEMENT MAKENNA ASKAYWEN MESSAGES : 1247 CELEBRITE : ANNA SPECKHART COPYRIGHT : ETOILE VAGABONDE. // ASTRA // CLANN METIER/APTITUDES : TU CULTIVES LA TERRE SELON LES SAISONS (BOTANIQUE & AGRICULTURE) TRIBU/CAMP : EVERYTHING IS BLUE POINTS GAGNES : 110

 “the clear sky of our minds” (mila) Empty Re: “the clear sky of our minds” (mila)

Jeu 26 Nov 2020 - 23:04




D’habitude c’est toi l’électron libre, l’étrange étrangère mais il faut croire que tu commences à déteindre sur l’informaticien. Est-ce que les humains ont enfin un sens pour lui ? Est-ce que les machines en ont perdu ? Alors que tu entrevois la fin précipitée de votre entrevue, il te surprend. C’est comme un électrochoc. Tu te rappelles de vos premiers échanges, imprévisibles, brutaux. Elle te manque cette fougue, cette ardeur. Y’avait une véritable violence émanant de lui, une colère qui grondait à l’intérieur, cherchait à gagner du terrain à l’extérieur. Quelque chose de fort. Quelque chose qui s’est drastiquement tempéré depuis. C’est une bonne chose, non ? Probablement. Vous parvenez beaucoup plus facilement à communiquer. Cependant, tu aimerais parfois retrouver celui qu’il était avant. Avant que votre relation n’évolue. Avant que votre complicité ne prenne un tournant. Avant que vous ne deveniez des valeurs sûres. Quand vous étiez encore un doute, une hypothèse, un peut-être. Une page à écrire, un chapitre à découvrir, une histoire à vivre.

Quand tout était encore possible entre vous. Quand vous n’étiez pas encore une routine monotone. Une option pourvue. Un livre entamé. Quand rien n’était écrit à l’avance. « Je ne sais pas si ta proposition m’emballe ou m’ennuie profondément. » Bien que tu manifestes une réserve, t’es quand même vachement interpellée parce que d’ordinaire, il te dit pas des trucs pareils. Il serait plutôt du genre à fuir dans son atelier pour le reste de la soirée. La dernière fois que tu as voulu l’entraîner dans ton univers farfelu, il s’est dégonflé. C’était pas pour lui. C’était trop pour lui. Avec toi c’est tout ou rien. Y’a pas d’entre deux. Tu connais pas la définition des nuances. « Je te fais confiance malgré tout. » Malgré ta réticence marquée car clairement, il te vend pas du rêve le génie. En vrai, tu redoutes presque de découvrir ce qu’il entend par discret et prévisible. En d’autres termes, chiant à mourir. Parce que vous avez pas du tout la même conception des choses.

En plus, vous allez pas quitter le campement donc bon c’est forcément un truc dans les parages. Y’a pas grand chose à faire de nuit, ici, non ? Mine de rien, plongée dans l’ignorance, tu commences à multiplier les questions, chercher les réponses. Au final, ça te plait d’être piquée par la curiosité. Alors tu ne tardes pas à faire de même et remettre ton plateau à la plonge pour accompagner Devos. C’est pas rien que tu laisses quelqu’un d’autre mener la danse. Décider quel pas vous allez faire ensemble. Bousculer ton petit monde pour pénétrer dans le sien. Il a ce sourire malicieux qui finit par te convaincre de lui accorder le bénéfice du doute. Peut-être qu’il va agréablement te surprendre après tout ? Tu te méfies quand même. Le génie n’est pas reconnu pour ses idées exotiques, ses risques spontanés. « Ne me le fais pas regretter. » Que tu lui balances avant de prendre sa main. Allez Mila, laisse toi emporter. Laisse le t’emporter.



@Devos Acciaro , le réfectoire, 3 mars 2120
— Chi cerca, trova —
Devos Acciaro
DATE D'INSCRIPTION : 20/12/2016 PSEUDO/PRENOM : ELOW ; MULTICOMPTES : QUEEN IRINA + BABY JONAS ; MESSAGES : 1696 CELEBRITE : JAI COURTNEY ; COPYRIGHT : ELOW ; METIER/APTITUDES : INFORMATICIEN, ANCIEN LIEUTENANT REBELLE / SPECIALISTE EN INTELLIGENCE ARTIFICIELLES, NOTIONS EN MÉCANIQUE ET ELECTRONIQUE, GÉNIE INCOMPRIS ; TRIBU/CAMP : ODYSSÉE ; POINTS GAGNES : 121

 “the clear sky of our minds” (mila) Empty Re: “the clear sky of our minds” (mila)

Mar 1 Déc 2020 - 11:50




— the clear sky of our minds
3 MARS 2120

Il avait une idée. C’était souvent le cas, mais pour des objectifs bien différents. Normalement, il cherche des solutions à des problématiques concrètes. Des moyens de changer leur mode de vie, de l’améliorer. Mais là c’était une petite idée. Une petite étincelle. Quelque chose de léger pour poursuivre la soirée à ses côtés. Gratter quelques secondes en plus avant que, tel une étoile filante, elle ne disparaisse à l’horizon. C’était souvent comme ça, entre eux. Des moments forts entre des périodes de vides. Leur quotidien était trop différent pour qu’ils réussissent à se voir plus souvent. Pour qu’ils profitent plus souvent du même air. De la même neige qui tombe, de la même pluie, de la même chaleur du soleil. Et cette fois, quoi de mieux que le silence et le calme des étoiles ? Que leur propre respiration qui se complète dans la tranquillité de la nuit ?

« Promis, tu ne le regretteras pas. » Qu’il confirme, décidé. Il pourrait très bien retourner à l’atelier, mais il voulait tenter quelque chose. Essayer de lui faire plaisir, savoir s’il en est capable. Si sa compréhension de ce qu’elle était, fonctionnait. Combien de fois s’étaient-ils frappé l’un contre l’autre ? Comme deux aimants trop vite attirés, sans avoir le temps de se comprendre vraiment ? Elle attrape finalement sa main et Devos se lance. C’est parti ! Son sourire se fait plus grand alors qu’il affronte la fraîcheur de la nuit. Le bâtiment du dortoir n’est pas très loin et il faudra juste se montrer discret pour ne pas monter les étages et réveiller qui que ce soit. Ce qui est un peu compliqué, c’est le dernier étage, souvent réserver au chancelier et au conseil, mais Devos peut y accéder sans problème – l’avantage d’y avoir réparé une fuite, il y a peu. Le côté pratique, c’est qu’en passant par le dortoir, Devos pourra récupérer un tissu pour se couvrir, quand il ne fait pas encore assez chaud pour passer la nuit dehors sans protection.

Sauf que son père lui fait soudain barrage, légèrement essoufflé, le crane brillant (fc: Bruce Willis) sous la nuit. 66 ans, mais la force qui diminue chaque hiver un peu plus. L’un des rares ingénieurs et mécaniciens de sa génération.


« Eccoti ! Abbiamo bisogno di te in officina! (te voilà! on a besoin de toi à l'atelier!) » Devos lève les yeux aux ciels et, sans véritablement s’en rendre compte, lâche la main de Mila. « Cosa fai a tarda notte ? (Qu'est-ce que tu fous aussi tard?) » Il hausse les épaules devant le regard paniqué de son père qui reprend : « Non importa, sbrigati! (Ce n'est pas important, dépèches-toi !) » Puis il se tourne vers Mila et offre un sourire charmé : « Désolé, une urgence. » Puis une frappe à son fils : « Andiamo ! Andiamo ! (Allons-y ! Allons-y !) »

Sans qu’il ne puisse dire quoi que ce soit, il le tire et tout ce que Devos peut faire, c’est transmettre un regard navré à la jeune femme.

@Mila Swann
Contenu sponsorisé

 “the clear sky of our minds” (mila) Empty Re: “the clear sky of our minds” (mila)

Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum