Aller en bas
Ezra Aerys
Accro des points
Ezra Aerys
DATE D'INSCRIPTION : 28/02/2016 PSEUDO/PRENOM : Glacy MULTICOMPTES : Chris Wilson MESSAGES : 2251 CELEBRITE : Jessica Parker Kennedy COPYRIGHT : Draíochta (avatar) METIER/APTITUDES : esclave de Roan (de retour) ▲ métier ingrat ▲ ancienne couturière, esclave domestique, prostituée TRIBU : Rahjak POINTS GAGNES : 235
Accro des points

Don't get too close, it's dark inside [Sven] Empty Don't get too close, it's dark inside [Sven]

le Mer 2 Oct - 21:33

   
Don't get too close, it's dark inside
Ezra & Sven

   
« I want to hide the truth; I want to shelter you; But with the beast inside; There's nowhere we can hide »
Ce sentiment d’oppression. La porte qui claquait. Il fallait fuir, il fallait s'éloigner. S'éloigner à tout prix du mercenaire, l'ultime but alors. Tempête qui grondait. Feu qui brûlait. Eléments qui se déchaînaient alors que je me retrouvais à quitter la propriété commune pour m'enfoncer dans les ruelles de la cité. Peut être qu'une autre personne aurait ferait un choix que de s'engouffrer au coeur de la nuit dans des ruelles en partie déserte. Le crépuscule tombé depuis peu, l'obscurité qui continuait de s'épaissir au fil des minutes. Les températures qui commençaient à chuter, mais qui étaient encore à cette époque douce et chaleureuse. L'hiver qui ne paraissait jamais être réellement là. Par ici, il n'y avait aucun manteau blanc qui recouvrait le sable. Il n'y avait de neige éternelle. Il n'y avait que le sable qui semblait pourtant se figer au coeur de la nuit, quand les températures se mettaient à chuter brutalement. Mais pour le moment, là n'était venue cette saison. Il y avait encore le temps. Sans doute l'une des raisons pour lesquelles je ne m'étais pas embêtée à m'emparer d'une étoffe. Des bras découverts. Vêtue d'une robe plus légère alors que je n'avais quitté la demeure avant maintenant sur un coup de tête. Consciente que je n'irai pas loin, consciente que je n'irai jamais de nouveau jusqu'aux portes de la cité bien que j'avais manqué d'y retourner, simplement pour les observer dans l'ombre. Mais alors qu'il avait le plus grand plaisir de passer son temps dans les tavernes les plus proches et rentrer pour décuver, certains cherchaient d'autre passe temps que se noyer dans l'alcool. Sentiment de se laisser aller qui avait de nouveau disparu en parti. De nouveau sous contrôle, de nouveau à jouer avec le feu et à tenter de masquer les apparences, de me tenir à carreau. Mais parfois le désir de hurler était trop fort. Parfois les étincelles embrasaient tout sur leur passage. L'envie de tout faire tomber, de tout envoyer voler plus forte. Et le ton qui était monté, ce qui n'était ni la première fois ni la dernière, ce qui restait certain. Une certitude alors que je m'éloignais toujours plus, parcourant que ses ruelles que je connaissais par coeur. Armé qui n'était maintenant là. N'ayant plus personne ou presque chez qui me réfugier, et ne comptant encore moins venir importuner Kieran. Le jeune homme qui avait trop sur le coeur. Idée rejetée. Croisée des chemins auquel je m'arrêtais pour contempler, le regard un peu lointain, le chemin qui menait à la demeure de Shanareth. Mais à son tour l'image de la jolie brune était rejetée alors que je prenais l'autre chemin. Silhouette qui se dessinait sur les murs, tentée de me rendre dans les ruelles où se dressaient les armuriers, en direction de chez Ariane, mais elle non plus ne serait là. Les proches qui disparaissaient. Sentiment de solitude qui s'ajoutait à la colère ressentie.

Des pas qui se perdaient alors tandis que d'un pas hésitant je me dirigeais vers les bordels et tavernes qui se tenaient non loin de la grande place. Comme si je voulais alors me faire du mal en manquant de replonger de ce passé, en repensant à des moments plus obscurs. Parce que l'équilibre était toujours fragile. Parce qu'il y avait toujours cette pendule qui oscillait, parce qu'on ne savait jamais de quel côté la balance allait pencher. Ne sachant toujours pas si au prochain pas esquissé, je tomberai. Un risque toujours là. Les échos des conversations qui semblaient lointain mais ensuite qui paraissaient très proches. Me glissant le long d'un mur pour éviter le passage des hommes et me fondre ainsi dans le pénombre, dans les ombres. Souvent préférable de se faire discrète la nuit. Certaines rencontres bien moins recommandables que d'autres. Certains hommes qui l'étaient moins bien. Souvenirs qui resurgissaient, que je chassais alors que je bifurquais de nouveau en direction d'autres ruelles plus discrète. Mais seule non plus. Cette fois-ci une silhouette qui s'avançait dans ma direction que je ne pourrai éviter. Celle d'un homme. Tête qui se baissait comme pour se fondre dans le décor ou éviter d'attirer l'attention de cet homme dont je ne connaissais les attentions, mais doutais d'avance qu'elles puissent être honorables encore plus s'il se retrouvait seul avec une autre femme dans une ruelle déserte.
(c) DΛNDELION
Sven Stromberg
Sven Stromberg
DATE D'INSCRIPTION : 10/09/2019 PSEUDO/PRENOM : Meg' MESSAGES : 25 CELEBRITE : alexander ludwig COPYRIGHT : sigyn (ava) excelsior (sign) METIER/APTITUDES : Esclave domestique, se bat dans des combats illégaux. TRIBU : Esclave Rahjak, s'il se sait né d'ailleurs, il ignore avoir vu le jour dans la tribu Athna POINTS GAGNES : 44

Don't get too close, it's dark inside [Sven] Empty Re: Don't get too close, it's dark inside [Sven]

le Mar 8 Oct - 1:58


don't get too close, it's dark inside
sven x ezra
Une nuit de plus. Encore un combat; Une routine qui se répétait un peu trop souvent dans le quotidien de Sven. Il y était habitué, s’entraînait durement et se battait depuis son plus jeune âge. Mais auparavant, il le faisait pour un homme qu’il respectait, et qui le respectait assez pour savoir ne pas outrepasser les limites de son esclave. A cet époque, ça ne dérangeait pas le grand blond, de jouer de ses poings. C’était un moyen comme un autre d’assurer sa liberté, un jour, et sa vie en dehors de tout cela n’était pas trop désagréable, comparé à d’autres esclaves. C’était bien différent aujourd’hui. Son nouveau maître se moquait bien de savoir que Sven était fatigué. Mentalement, physiquement. Il ne se préoccupait pas du fait qu’à force de tirer sur la corde, elle finirait pas céder. Sven devait se battre. Sven devait gagner. Et même si l’idée de faire perdre quelques pièces d’or à son maître juste pour lui casser les pieds ne déplaisait pas au grand blond, il n’était pas stupide. Une défaite menait généralement à une journée exécrable le lendemain. Trop de défaites, quant à elles, l’enverraient directement aux mines. Alors oui, Sven était con parfois, et c’était à se demander s’il était doté d’un instinct de survie… mais il n’était pas si con.

Par chance - ou grâce à son talent et au fait qu’il avait, pour une fois, eu droit à un jour sans combat la veille - Sven avait emporté avec lui la victoire et son maître, ayant clairement abusé d’alcool pendant la soirée, l’avait juste laissé en plan pour s’éloigner avec d’autres hommes tout aussi respectables que lui, satisfait du butin que son esclave lui avait raflé. Il était si alcoolisé qu’en s’éloignant, Sven l’avait même entendu vanter ses mérites, affirmant que son côté insoumi faisait de lui un mauvais esclave, certes, mais surtout un excellent combattant. Prononcé par quelqu’un d’autres, Sven aurait presque accepté cela comme un combattant, mais il avait bien vite appris de ne jamais rien accepter de ce maître. Ca reviendrait à tendre la main vers un serpent endormi, pour finalement se retrouver avec ses crocs enfoncés dans votre chair, son venin circulant dans vos veines, vous envoyant vers une mort certaine.

Sans son maître sur le dos, Sven était libre de déambuler dans les rues comme il le souhaitait. Un droit qu’il s’accordait parfois de lui-même, mais ce soir… il fallait bien qu’il rentre, après tout. Et pour rentrer, il devait bien traverser quelques rues. Rien ne l’empêchait de choisir un itinéraire plutôt qu’un autre. Peu importe le chemin qu’il prendait, vu l’état de son maître, il serait dans tous les cas rentré avant eux. Le pas lourd, Sven remontait donc les rues de la cité Rahjak. Pas les plus fréquentables, entre tavernes mal famées et bordels, mais il est évident qu’on ne conduisait pas des combats clandestins en plein milieu de la place centrale. Ils n’étaient pas aussi secrets qu’on voudrait le faire croire, mais ça ferait quand même désordre.

L’esclave avait une tête à faire peur. Ses vêtements tachés de sang, le sien et celui de son adversaire, quelques plaies ici et là… Rien de très grave, il en avait vu d’autres. Même une victoire de se remportait pas sans quelques coups, et personne n’était là pour se faire de cadeaux. Il avait l’habitude. Sven ne se souvenait même plus du dernier jour où sa peau n’avait été marquée d’aucune plaie récente. Il ne parla à personne sur son chemin, si ce n’est à cette prostituée venue lui faire les yeux doux, et à qui il n’aurait pas une pièce d’or à offrir, même s’il le souhaitait. Laissant le bordel devant lequel elle se trouvait derrière lui, Sven s’engagea dans une autre ruelle sombre, qu’il croyait déserte, jusqu’à ce qu’il y décèle la silhouette d’une jeune femme, qui semblait tenter de se cacher dans l’obscurité, de se fondre dans le décor. Tu devrais pas rester là, lança-t-il. J’ai croisé quelques hommes qui ne feraient de toi qu’une bouchée s’ils te trouvaient seule dans une ruelle, lui conseilla-t-il, désignant d’un geste vague de la main une rue un peu en amont, qu’il avait quittée quelques instants plus tôt.
(C) CANTARELLA. | @Ezra Aerys
Ezra Aerys
Accro des points
Ezra Aerys
DATE D'INSCRIPTION : 28/02/2016 PSEUDO/PRENOM : Glacy MULTICOMPTES : Chris Wilson MESSAGES : 2251 CELEBRITE : Jessica Parker Kennedy COPYRIGHT : Draíochta (avatar) METIER/APTITUDES : esclave de Roan (de retour) ▲ métier ingrat ▲ ancienne couturière, esclave domestique, prostituée TRIBU : Rahjak POINTS GAGNES : 235
Accro des points

Don't get too close, it's dark inside [Sven] Empty Re: Don't get too close, it's dark inside [Sven]

le Dim 13 Oct - 14:45

   
Don't get too close, it's dark inside
Ezra & Sven

   
« I want to hide the truth; I want to shelter you; But with the beast inside; There's nowhere we can hide »
Silhouette qui grandissait, qui paraissait géante. Ombre qui s'agrandissait à chacun des pas accompli par l'homme dans cette direction. La silhouette d'un homme visible. Un homme qui paraissait mal en point, amoché. Des vêtements tâchés de sang. Trace qu'il était encore difficile de distinguer nettement alors que plusieurs mètres nous séparait encore. Mais à chacun des pas effectué en direction de ce point central, il était plus facile de discerner les détails de sa silhouette. Un regard évité. Se fondre dans le décor de nouveau pour passer inaperçue. Silhouette auquel je n'avais alors prêté pas plus attention. A chaque pas avancé, je ne pouvais que me convaincre qu'il serait bientôt dépassé. Note de méfiance, de suspicion qui me conduisait à vouloir devenir invisible. Consciente non moins qu'il m'avait remarqué. Peut être cette réalité loin d'être consternante qui me poussa finalement à relever la tête dans sa direction alors qu'il ne restait que quelques pas nous séparant. Premier détail que je remarquais alors qui n'était pas la couleur de ses yeux mais le sang se trouvant sur ses vêtements. Ces tâches de sang qu'il était aisé de reconnaître une fois la cité rahjak fréquentée, encore plus quand des mercenaires étaient côtoyées sans cesse. Non pas la première fois que j'avais entrevu des vêtements tâchés de sang. Obligée de relever la tête pour entrevoir son visage. Habitude prise, loin d'être grande. Me dépassant bien plus d'un tête. Peut cette note de curiosité accompagnée de ce frisson alors que le cheminement était continué. Regard qui continuait de remonter pour découvrir ensuite les cicatrices sur son visage, cette note de sang. Combat. Combat auquel il avait pris part. Evidence. Une évidence saisissante. Regard qui se mirait dans le sien alors qu'il en venait à prendre la parole. La couleur du ciel. Bleu saisissant. « Tu devrais pas rester là. J’ai croisé quelques hommes qui ne feraient de toi qu’une bouchée s’ils te trouvaient seule dans une ruelle. » Un geste de la main désignant les ruelles qu'il venait de quitter. Arrêtée. Arrêtée lorsqu'il avait pris ses mots. Quelques pas nous séparant. Un peu diagonale. Toujours le long de ce mur. Silhouette qui se découpait, ombre projetée sur les murs de la cité alors qu'il était de l'autre côté de la ruelle. Le contemplant l'espace d'un instant avant de reprendre la parole doucement. « Je sais. » Une confirmation. Confirmation que je les avais vu. Premiers hommes qui provenaient donc de ce même groupe dont j'avais entrevu les silhouettes. Premier groupe que j'avais évité en me glissant dans l'ombre, dans les ruelles adjacentes. Ce qui ne serait la première rencontre malencontreuse. Il y avait toujours un risque. La chance toujours là. La chance ou la rencontre avec les bonnes personnes. Coup de pouce du dieu du soleil alors que je l'observais scrutant son visage. Groupe d'hommes dont il provenait. Questions qui se dessinaient dans mon esprit. Cette note de méfiance. Lui qui était peut être comme eux. Lui qui peut être tentait simplement de m'amadouer bien que ses conseils paraissaient sincères. Un constat que nous connaissons tous deux. Au coeur de la nuit, certains qui ne faisaient qu'une bouchée de ceux imprudentes. Imprudente que j'avais été de sortir subitement bien que je ne connaissais ces ruelles. Imprudence de porter une robe aussi légère, qui dévoilait une peau halée. Imprudence peut être mais n'étant pour autant totalement désarmée. Poignard qui m'accompagnait de nouveau. Ombre d'une lame dissimilée, qui n'était pas sortie. Arme qu'il ne semblait posséder si ce n'était poings. Des poings sur lequel mon regard s'était ensuite attardé pour entrevoir des jointures marquées. Des coups donnés. Meurtre, activité obscure ou encore combat illégal. Les possibilités expliquant ce sang qui étaient multiples, les unes pas forcément plus favorables que les autres. Des activités propices qui se développaient au coeur de la cité, au coeur de la nuit. Un réseau s'étant développé dans l'ombre de la construction des bordels. Un business qui était créé tour à tour. Des organisations qui existaient. Familiarité. Ce sentiment de familiarité, parce que peu important d'où il venait, ce sentiment était déjà connu. Sentiment déjà connu et entrevu que d'appartenir aussi à son monde. Ne pipant toutefois un mot alors que je me contentais de l'observer silencieusement, sur mes gardes. L'écho de voix un peu plus lointain. Des scénarios qui se dessinaient. Des chemins qui se divisaient. Ne pouvant que me demander s'il voulait devenir un chevalier blanc, mais alors sa monture avait fui depuis longtemps. Armure qui ne paraissait blanche qu'écarlate, maculée de sang. Des questions encore sans réponse.

@Sven Stromberg
(c) DΛNDELION
Contenu sponsorisé

Don't get too close, it's dark inside [Sven] Empty Re: Don't get too close, it's dark inside [Sven]

Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum