Aller en bas
Chris Wilson
- Whatever it takes -
Chris Wilson
DATE D'INSCRIPTION : 01/11/2015 PSEUDO/PRENOM : Glacy MULTICOMPTES : Ezra MESSAGES : 2847 CELEBRITE : Brett Dalton COPYRIGHT : Lunaeye (avatar), Frimelda (signature) METIER/APTITUDES : ancien militaire - maniement des armes - statège POINTS GAGNES : 97

Takeaway [Rachris] Empty Takeaway [Rachris]

le Jeu 19 Sep - 8:28

Take away
Chris & Rachel

« Falling down is part of life, getting back up is living. »
Il y avait encore cette brise d'été. L'automne arrivait mais pour le moment il était encore possible de profiter des dernières notes de chaleur. Il était encore possible de profiter de la douceur des rayons de soleil. Certes, les températures qui commençaient ores et déjà à chuter. Les températures qui commençaient pas à pas à devenir plus fraîches le matin. Bientôt l'automne serait là. Bientôt l'été laisserait place à un air plus froid. L'été qui tôt ou tard laisserait place à l'automne puis à l'hiver. Il y avait encore plusieurs mois à passer avant que le ruisseau ne se recouvre de notes glacées. Il y avait encore plusieurs à mois à vivre avant que la neige n'en vienne à recouvrir de son manteau le sol. Les proies qui se feraient plus petites, plus rares pour survivre à l'hiver. Des réserves qui devaient être faites. Mais pour le moment, il était encore possible d'apprécier la prolifération du gibier, des fruits. Arbres qui se découpaient en contraste le long du ruisseau qui s'écoulait non loin du campement des 100. Des arbres dont le feuillage était encore garni, était encore verdoyant. Mais tôt ou tard, le cycle de la vie reprendrait son cours. Tôt ou tard, des notes orangées remplaceront le vert. Les feuilles ne tomberaient pas tout de suite, non, il faudra d'abord voir les feuilles changer de couleur, pigmenter la forêt de teinte plus vives. Seuls les sapins paraissaient impassibles, paraissaient être prêts encore à résister à toutes les saisons. Des saisons qui défilaient à toute allure alors que là n'était le premier été passé sur terre. Au contraire, il était même impression de se dire que c'était désormais depuis quelques années que nous étions. Quelques années que nous apprenions à survivre, à nous adapter comme les arbres pouvaient s'adapter au changement des saisons. Peut être une possibilité moindre à renaître comme les fleurs qui semblaient se renfermer sur elles-mêmes avant de se rouvrir au printemps. Des fleurs qui continuaient encore de colorer le sol bien que par ci, par là, il était possible de voir les premières notes de l'automne être jouées. Une nouvelle mélodie changeait. Des détails qui étaient encore pour le moment subtil.

La vie qui continuait en parallèle au campement. Chacun qui continuait de remplir ses tâches dans une certaine quiétude. Depuis l'installation de la trêve, la paix semblait régner du côté de la forêt. Même l'apparition du nouveau conseil semblait avoir apporté des notes de fraîcheur. Une paix trouvée même après la dissolution du mouvement rebelle. Certes, plusieurs mois d'adaptation mais comme il avait été prouvé, nous avions continué de nous adapter. N'étant le seul. Et heureux de voir que je n'étais non plus le seul à avoir trouver un peu le calme, comme Devos. Cette expédition jusqu'à l'océan qui avait fait du bien, qui nous avait permis de profiter de la morsure de l'eau, de l'étendue de sable fin. Océan toujours aussi captivant qui ne semblait changer et qui pourtant pouvait se trouver rapidement au grès des tempêtes, au grès de son humeur. Des expéditions autour ou même auprès du campement des 100 qui étaient continués d'être réalisés. Un équilibre toujours recherché entre les patrouilles, le poste de garde, Chiraz et cette volonté parfois solitaire qui reprenait le dessus de vouloir s'éloigner. Parfois plus pensif qu'à certains moments. Parfois l'esprit qui était plus embrumé, qui tentait de résoudre un mystère qui n'avait pas encore été découvert, qui tentait d'assembler les pièces de puzzle plus ou moins difficilement. Des pièces de puzzle qui pouvaient s'assembler, d'autres qui ne le faisaient alors il fallait tout recommencer patiemment. Et perdu dans mes pensées que j'étais, les deux pieds dans le ruisseau. Pantalon retroussé pour goûter de la fraicheur de l'eau. Un ruisseau qui n'était pas profond. Un ruisseau dont les chances d'être emportés par le courant étaient pour dire nulles. Pouvant sentir sous mes pieds nus les gravillons. Plusieurs centimètres d'eau, à certains endroit, l'eau plus profonde. Eau qui n'arrivait certainement pas à mes genoux, plus au-delà de mes chevilles mais ce qui était suffisant. Perdu dans mes pensées alors qu'un peu absent, je ne prêtais attention à ce qui avait autour. Regard perdu au niveau de la cime des arbres. Regard un peu lointain abordé parfois un peu trop souvent. Distrait, certainement. Distrait que j'étais alors que je ne prêtais alors attention aux personnes qui pouvaient arriver. Laissant mes pensées m'emportaient aussi simplement qu'il soit et profitant de ce silence bienveillant, seulement rompu par les pépiements des oiseaux.
(c) DΛNDELION
Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum