Aller en bas
Ashiri Rodakaar
DATE D'INSCRIPTION : 01/09/2019 PSEUDO/PRENOM : Kalix MESSAGES : 61 CELEBRITE : Zoe Kravitz COPYRIGHT : Avatar et icon : Zuz' Gif : assyrianjalebi Signa : Frimelda METIER/APTITUDES : Apprentie conseillère druide / botanique et soins TRIBU : Naori POINTS GAGNES : 68
Voir le profil de l'utilisateur

Entre deux mondes [Werowa & Ashiri] Empty Entre deux mondes [Werowa & Ashiri]

le Dim 1 Sep - 19:41

Entre deux mondes
Werowa & Ashiri

Ashiri chérissait sa tribu, et les membres qui la composaient. Elle avait trouvé un équilibre et une place qui lui convenait aux côtés d'Harlan, tentant d'être à la hauteur de la confiance qu'il avait placée en elle.
Mais il lui arrivait d'avoir encore besoin d'évasion. D'avoir besoin de ces moments où, pour quelques minutes, quelques heures, elle n'était plus responsable de rien. Ni de sa mère, ni des décisions prises par le Conseil. Ces instants précieux, recherchés depuis l'enfance, ou elle pouvait être seulement Ashiri.

Cette fois, elle s'était aventurée plus au nord. Foulant sans but précis les terres de la sylve, elle s'arrêtait de temps à autre ramasser des plantes, ou simplement observer la vie qui s'éveillait autour d'elle. Elle était dans son élément, seule au milieu des bois. Elle sentait les esprits côtoyer l'âme de la nature, l'aidant à respirer. Ce n'est qu'en remarquant la lumière qui perçait avec force les branches des arbres qu'elle compris qu'elle n'était pas loin du désert, et avec lui : des terres de Rahkaj.

Cette frontière n'était pas uniquement physique. Deux mondes s'opposaient ici, radicalement. Deux cultures, deux philosophies. Deux modes de vie qu'Ashiri estimait incompatibles. Elle n'était pas de ceux qui s'enfermaient dans le cercle confortable du connu, mais la tribu Rahjak représentait la limite de sa tolérance. Elle ne comprenait ni n'acceptait leurs règles, et méprisait l'impact que leur comportement pouvait avoir sur l'ensemble des êtres peuplant la terre. Cherchant à dominer les Hommes autant que la Nature, elle voyait en eux des ennemis bien plus que des voisins. Imprévisibles et barbares, elle ne leur accordait aucune confiance. Pourtant, il fallait bien cohabiter. Et elle savait que son avis n'était pas toujours partagé.

Pensive, elle s'adossa à l'un des arbres bordant la forêt. Son regard se perdit dans le vague, laissant ses questionnements internes balayer toute vigilance. Jusqu'à ce que son regard soit attrapé par une silhouette, à quelques mètres de distance. D'ordinaire accueillante, comme tout Naori, Ashiri préféra se relever et observer. Elle était bien consciente d'être aux abords d'un territoire potentiellement hostile, et elle n'avait pas l'intention de risquer naïvement sa peau.

code by bat'phanie
Werowa Sundagger
DATE D'INSCRIPTION : 03/08/2019 PSEUDO/PRENOM : CapRaccoon MULTICOMPTES : Maori K. Ho'oname MESSAGES : 76 CELEBRITE : Sofia Boutella COPYRIGHT : PANDA avatar, Dark Paradize signa METIER/APTITUDES : Garde ¤ mercenaire déchue, ancienne esclave gladiateur ¤ combat TRIBU : Rahjak POINTS GAGNES : 386
Voir le profil de l'utilisateur

Entre deux mondes [Werowa & Ashiri] Empty Re: Entre deux mondes [Werowa & Ashiri]

le Mar 3 Sep - 19:15

Il n'y a pas de frontières, que des limbes, des endroits où ni vous ni moi ne sommes humains, que des silhouettes dans la brume…
Werowa & Ashiri


Entre deux mondes

Un coup de tête. C'était tout de ce qu'il avait fallu à Werowa pour franchir les portes et s'enfoncer entre les dunes. Enfin, pas un coup de tête littéral, personne ne lui avait enfoncé son crâne dans le ventre. En revanche, deux circonstances s'étaient heurtées, ce qui l'avait conduit ici, à l'entrée du territoire naori. Un jour de repos, l'anniversaire de cette mission fatidique qui avait conduit à sa déchéance, et elle avançait d'un pas lent, semble-t-il serein, résolument aux aguets, à l'orée de la sylve. Sous ses pieds, après le sable chaud du désert qui glissait, les feuilles et les épines de la forêt craquaient. Werowa ne faisait pas d'effort pour se cacher, cela n'aurait servi qu'à la ridiculiser. Elle n'aimait pas les bois, se sentait à l'étroit, oppressée, entre tous ces troncs. Pas de visibilité, impossible de savoir s'il y avait une menace ni d'où elle allait venir. L'orée lui convenait : d'une part, son territoire, de l'autre, l'inconnu. Elle se sentait à cheval sur la frontière, comme si, pas après pas, elle les alignait précautionneusement sur un fil tendu, prête à verser d'un côté ou de l'autre, funambule en équilibre précaire. D'un côté, la sûreté et la sécurité du désert et de ses dunes chaleureuses ; de l'autre, le danger et l'angoisse de la forêt et de ses arbres roides.

Werowa avait emprunté un cheval, contre une bourse d'or. Elle en était descendue à son arrivée sous les frondaisons, l'avait savamment placé entre elle et les taillis, puis, il y a quelques mètres, l'avait accroché à un arbre pour finir sa route seule. C'était comme un pèlerinage, et elle ne voulait pas que même ce pauvre animal sache où elle allait. Néanmoins, elle n'était pas stupide, elle le surveillait du coin de l'œil. De toute façon, elle n'était même pas sûre d'aller jusqu'à sa Mecque, de mener le voyage jusqu'à son terme. Dans son esprit, c'était le néant. Aucune image de ce jour où tout avait dérapé, où la loi de la grande descente s'était mise en branle. Ou alors, elle ne laissait rien transparaître, de marbre et d'ébène comme à son habitude. Werowa ne laissa rien, aucune émotion, filtrer sur ses traits, même lorsqu'une jeune femme déboucha d'un fin sentier entre les buissons, apparition comme subite à ses yeux. Pour autant, sa main s'était dirigée déjà, d'instinct, vers le pommeau de sa dague. Bien piètre arme, qui ne payait pas de mine ; mais, mine de rien, Werowa la maniait comme personne. Sundagger, la Dague du Soleil, Deimeika Bleirona, c'était elle, et elle n'avait pas passé sept ans dans l'arène à parfaire le maniement de la dague, à en faire son art si ce n'est son nom, pour rien. Bien piètre arme, en apparence uniquement. Les deux femmes s'étaient figées, à quelques mètres l'une de l'autre. En branle jusqu'alors, Werowa s'était arrêtée, prête à faire demi-tour et à retourner aussi sec à sa monture, si la femme n'était pas seule. Elle parierait sur une Naori, même si quelques Débarqués imprudents s'approchaient parfois de la frontière, à ce qu'on disait. Mais cette femme n'avait pas les vêtements des Débarqués. Werowa analysa tout cela, en un instant, et surtout, en silence. La bouche close, hermétiquement close, les muscles immobiles, parfaitement immobiles, à attendre que la fille des bois fasse le premier pas. Réellement ou métaphoriquement ; peu lui importait. Cela revenait au même.
(c) crackle bones

Ashiri Rodakaar
DATE D'INSCRIPTION : 01/09/2019 PSEUDO/PRENOM : Kalix MESSAGES : 61 CELEBRITE : Zoe Kravitz COPYRIGHT : Avatar et icon : Zuz' Gif : assyrianjalebi Signa : Frimelda METIER/APTITUDES : Apprentie conseillère druide / botanique et soins TRIBU : Naori POINTS GAGNES : 68
Voir le profil de l'utilisateur

Entre deux mondes [Werowa & Ashiri] Empty Re: Entre deux mondes [Werowa & Ashiri]

le Dim 8 Sep - 12:56

Entre deux mondes
Werowa & Ashiri

Immobile, Ashiri détailla la silhouette de cette inconnue. Elle lui donnait l'impression d'être enracinée là où elle avait cessé de bouger. Droite, dure. Probablement une Rahjak. A moins qu'il ne s'agisse d'une esclave en fuite. Ce n'était pas courant, mais Ashiri avait déjà croisé la route de certains d'entres eux. Mais cette femme-là ne leur ressemblait pas. Même avec la distance, Ashiri pouvait deviner que ce n'était pas la peur, ni même l'urgence qui habitait son regard. Tout, chez elle, respirait la confiance et la force.

Silencieuses, les deux femmes se toisaient. Animales, elles se méfiaient. L'Histoire avait appris à chaque tribu que la confiance naïve n'apportait rien de bon, et q'un peu de prudence était toujours bienvenue. Pour cette raison, Ashiri resta là où elle se trouvait : la forêt l'aiderait à fuir en cas de besoin. Elle connaissait parfaitement ses compétences, et le combat n'en faisait pas partie. Elle ne portait d'ailleurs aucune arme, comme la plupart des siens. Et a la place des dagues et épées, elle n'avait qu'une bourse en tissu accrochée à la taille, remplie d'herbes en tout genre. Rien, donc, qui lui aurait permis de se défendre.

Mais malgré tout, sa curiosité la démangeait. Elle avait toujours aimé croiser les étrangers, et ne se privaient généralement pas de les aborder. Elle tourna lentement la tête en direction du désert pour vérifier qu'elles étaient seules, qu'aucune troupe, alliée ou ennemie, ne comptait débarquer et l'empêcher de fuir. Elle fut rassurée de voir qu'ils n'y avaient qu'elles deux. Finalement, la voix claire, elle se décida à l'aborder. « Que cherches-tu ici ? La forêt est un vrai labyrinthe pour celui qui ne la connait pas ». Et elle en connaissait chaque recoin. Mais ce n'était pas tant la réponse qui l'intéressait que la façon dont elle réagirait. Les hommes sont des bêtes avant tout. Et à la manière des animaux, il est possible de déceler leurs intentions du langage parlé par le corps. Le comportement, la voix, les mots étaient donc autant d'indicateurs qui permettraient à Ashiri de savoir si elle devait se mettre à courir ou pas.

code by bat'phanie
Werowa Sundagger
DATE D'INSCRIPTION : 03/08/2019 PSEUDO/PRENOM : CapRaccoon MULTICOMPTES : Maori K. Ho'oname MESSAGES : 76 CELEBRITE : Sofia Boutella COPYRIGHT : PANDA avatar, Dark Paradize signa METIER/APTITUDES : Garde ¤ mercenaire déchue, ancienne esclave gladiateur ¤ combat TRIBU : Rahjak POINTS GAGNES : 386
Voir le profil de l'utilisateur

Entre deux mondes [Werowa & Ashiri] Empty Re: Entre deux mondes [Werowa & Ashiri]

le Mar 10 Sep - 22:20

Il n'y a pas de frontières, que des limbes, des endroits où ni vous ni moi ne sommes humains, que des silhouettes dans la brume…
Werowa & Ashiri


Entre deux mondes

Elles étaient assez semblables, les deux femmes. Toutes deux méfiantes, les yeux fuyant à la recherche d'ennemis imaginaires. Chat des sables et chat des arbres, prêts à détaler au moindre bruissement ou soufflement suspect. Deux proies, mais deux proies prédatrices, deux proies qui n'étaient pas sans défense. Un croc, une griffe, une dague. A tout le moins, Werowa n'était pas sans défense. L'autre femme, en revanche, ne sortit aucune arme. Soit elle péchait par excès de confiance, soit elle n'en avait pas. Et si elle n'en avait pas, soit elle était une Naori pacifiste, soit une Naori accompagnée, soit elle était inconsciente. Ou un peu de deux, un peu des trois. Le questionnement en lui-même n'importait pas : c'était la réponse qui importait. Réponse qu'elle avait peu de chances de soutirer à la femme des bois, à la nymphe.


Elle détestait la forêt. Cette prison vivante, d'écorce et de buissons, de frênes de hêtres de chênes de sapins de pins de bouleaux de peupliers de saules et encore un certain nombres de plantes dont elle ne connaissait pas, ne connaîtrait jamais les noms. Des barreaux, partout, à perte de vue, des barreaux qui élançaient leurs troncs droits et durs vers le ciel, des barreaux qu'un souffle ne pouvait briser, des barreaux à scier pendant des heures et des heures si ce n'était des jours. Elle détestait la forêt. Au moins, dans le désert, c'était simple : la silhouette que vous distinguiez au loin, soit elle était réelle, soit elle ne l'était pas. Il n'y avait pas à se demander, à chaque tronc d'arbre biscornu, à chaque branche de buisson qui s'agitait, s'il y avait quelqu'un derrière, animal ou homme, en tout cas quelque chose prêt à vous sauter dessus. Il fallait être constamment sur ses gardes dans la forêt, et Werowa n'aimait pas cet état de tension constante. Elle préférait la simplicité rugueuse et âpre du désert, le panorama ouvert à perte de vue, et les illusions, les véritables illusions, tangibles et si réelles pour un habitant du désert. Pas ces espèces de fantômes passagers qui occupaient les bois. Les miracles, au moins, elle savait les déchiffrer, les décrypter, les dévoiler. Le vent dans les branches, elle préférerait que ce ne soit que du vent dans les branches ; mais on ne savait jamais, dans la forêt. C'était toujours soumis à question, soumis au débat.


La femme, Werowa décida qu'elle était une Naori, prit la parole, les tira toutes deux de leur méfiance pour briser le silence parcouru par la bise. Satanée bise, elle était partout ! "Que cherches-tu ici ? La forêt est un vrai labyrinthe pour celui qui ne la connaît pas" Un sourire léger, sardonique, étira les lèvres de Werowa, anima la statue de basalte qu'elle pouvait être. Elle prit son temps pour répondre, pour peser ses mots, décider de sa phrase, de ses phrases. Labyrinthe, c'était le mot : superflu, mais agréer pouvait mettre en confiance son interlocutrice. Un peu de flatterie discrète, également, ça ne faisait jamais de mal. Werowa aurait préféré se passer du superflu, mais le superflu de maintenant serait peut-être l'utile de demain : la formulation était naïve, mais avait le mérite d'être vraie. Mieux valait s'assurer qu'elle survivrait à cette rencontre. Mais après ça, que faisait-elle ? Répondrait-elle à la question ? Oui, il valait mieux. Non pas qu'elle aimait faire la conversation, encore moins s'ouvrir sur la raison qui l'amenait ici, mais c'était… c'était comme un besoin irrépressible. Un besoin ancré dans ses gènes, inculqué par la culture. Juste, le besoin de répondre à une question qui lui était posée. Une démangeaison dans la bouche, l'impossibilité de laisser une question sans sa réponse, au moins dans ce cas-ci. Que disait-elle, alors ? Elle ne pouvait décemment pas dire "Je viens voir l'endroit qui a déterminé que je passerai sept ans dans une arène de gladiateurs à tuer d'autres esclaves."Quoique, ce serait vrai. Mais trop long, beaucoup trop long. Et cela amènerait d'autres questions. N'importe quelle réponse amènerait à une nouvelle question, probablement. C'était souvent le cas, un cycle sans fin. Et rencontrer une Rahjak aussi près de la frontière… c'était suffisamment rare pour justifier sa curiosité. "Labyrinthe, c'est le mot. Je suis en pèlerinage." Pèlerinage… sans sa connotation religieuse, c'était le mot parfait pour expliquer sa présence.
(c) crackle bones

Contenu sponsorisé

Entre deux mondes [Werowa & Ashiri] Empty Re: Entre deux mondes [Werowa & Ashiri]

Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum