Aller en bas
† Game of survival †
Ezra Aerys
DATE D'INSCRIPTION : 28/02/2016 PSEUDO/PRENOM : Glacy MULTICOMPTES : Chris Wilson MESSAGES : 2057 CELEBRITE : Jessica Parker Kennedy COPYRIGHT : lara (avatar) METIER/APTITUDES : esclave de Roan (de retour) ▲ métier ingrat ▲ ancienne couturière, esclave domestique, prostituée TRIBU : Rahjak POINTS GAGNES : 1736
Voir le profil de l'utilisateur

[libre] Le roi est mort, vive le roi  ! Empty [libre] Le roi est mort, vive le roi !

le Jeu 27 Juin - 13:15

   
Le roi est mort, vive le roi !
Libre - post annonce de la mort du roi

   
« In a thousand years, the dust from our bones will be gone. Yes. But our names will remain. »
Le roi était mort. Pas n'importe quel roi. Le Roi Arkhip était mort. La nouvelle était tombée. Une période de deuil national qui avait été annoncée. Les pleurs qui ne seraient sans doute pas en rendez-vous. Une différence avec certaines tribus du continent. Les larmes n'avaient pas leur place à l'aube de la mort, si ce n'est les sourire. Des fêtes organisées pour se rappeler les défunts, les moments passés. Des souvenirs partagés qui n'empêcheraient pas l'écho des prières et des chants. Des prières et chants auquel tous les fidèles prenaient part, se réunissant près du temple du feu ou au coeur de la cité pour réciter les mots sacrés, pour aider ce passage des défunts vers l'au-delà. Des rituels sacrés, des traditions ancrées dans les moeurs. La préférence pour les rires que pour se rémémorer la peine de perdre un être aimé.

Certes, il était sans doute plus difficile de rappeler les bons moments en mémoire quand le défunt en question n'était pas particulièrement aimé, ou proche. Mais il ne resterait pas moins que les mots seraient prononcés. Chants auquel j'avais pris part en me rendant au temple du feu. Y ayant toujours pris part. Un échappatoire aussi. Et maintenant, une tentative de se raccrocher à la foi. Tentative de se rapprocher du Dieu Soleil. M'en étant éloigné. M'étant éloignée du temple du feu, des prières suite à cette séance de torture publique. Ayant perdue la foi mais tentant désormais de nouveau de retrouver cet apaisement procuré. Un sourire naissant plus facilement sur mes lèvres. Des sourires qui pourraient cette nuit et dans les jours à venir naître moins facilement sur les visages de certains. Le roi était mort. Ce qui n'était rien.

Ne pouvant avouer lui avoir vouer un culte, comme certains. Certes, il y avait eu une once de respect. Comment ne pas en être autrement. Il était le roi. Mais il y avait aussi eu le dégoût, le désir et d'autres sentiments plus néfastes qui s'étaient mêlés aux précédents. Cet élan d'admiration pour la famille royale quand j'étais petite qui s'était ternie avec le temps, avec le passage à l'âge adulte, face aux épreuves rencontrées. Et maintenant le roi était mort. Nouvelle qui était tombée funèbrement. Personne qui ne pouvait s'attendre réellement à cette nouvelle, du moins pas parmi le peuple.

Les feux qui brûlaient encore, éclairant la cité au coeur de la nuit. Les notes de mélodie, de rire résonnaient encore. Un contraste. Préférant choisir de se remémorer la vie, de s'y accrocher que de sombrer dans le désarroi et donner plus de points d'accroches à la mort. Les tavernes et auberges qui semblaient s'emplir chaque soir d'un peu plus de clients. Sans doute l'ultime période de répit avant que la course pour le trône ne commence. Mais la question ne se posait pas de savoir qui serait le prochain. A vrai dire, il n'y avait nulle course, seulement un prénom. Les murmures continuaient de se répandre. Le prénom du roi était dans toutes les bouches, dans toutes les conversations. En fait les sujets restaient liés. Comment ne pas oublier les rivalités familiales. Comment ne pas oublier les coups d'éclats lors des événements auquel la famille royale avait pris part.

Certes, les dés avaient déjà été jetés. Isaak qui devenait roi. Il était le premier dans la lignée royale. Un choix auquel je n'adhérais pas. Non pas que quiconque avait un mot à dire. Le premier de la lignée et futur roi. S'il avait emporté le coeur d'Ariane, leur histoire semblait être aussi devenue des cendres. La jeune femme qui n'était plus dans la cité, ne l'ayant vu récemment à mon désarroi. Et si elle l'aimait, si peut être elle aurait pu lui rappeler cet élan d'humanité, je ne pouvais qu'être inquiète face au futur. Ne pouvant échapper à cette destinée alors que maintenant que le roi était mort, il serait le prochain. Mais autant que j'avais pu soutenir Ariane, être là même entrevoir cette lumière qu'elle voyait en lui, comment soutenir les idées qu'il avait. C'était simplement impossible. Mais plus précisément, le guerrier ambitieux était devenu roi. Le couronnement qui n'avait encore eu lieu certes, mais qui ne paraissait être qu'une formalité.

Les murmures étaient centrés sur le couronnement mais restaient aussi centrés sur la mort du roi ou plutôt sur son origine. L'annonce officielle avait été d'affirmer que le roi était mort dans son sommeil. Mais comment ne pas être suspicieux, d'autant plus suite aux affronts avec les naoris ? Comment ne pas douter alors que les ambitions des uns et des autres étaient connus ? Un roi qui ne semblait pas être dans un mauvais état de santé. Et une simple mort dans son lit pouvait être honorable mais était non moins trop suspecte. Du moins, sa mort était suspecte dans mon esprit. C'était trop simple, trop banal. Il pouvait être difficile de l'imaginer mourir sur un champs de combat, bien que. Il paraissait plus facile d'imaginer la mort de mercenaires, guerriers l'épée à la main. Autant que même chez eux, des rebondissements avaient eu lieux, certains étaient tombés non pas en défendant la cité mais en tentant d'assassiner la famille royale. Des têtes étaient tombées. Celles de Shell, Radoslav. Les rebelles aussi connus. Des rebelles dont je n'avais plus entendu parler. Des nouvelles rapportées après coup lorsque j'étais revenue. Mais comment imaginer face à la vie trépidante de la cité une mort aussi simple pour un roi. Doutant. Doutant peut être comme d'autres doutaient.

Alors un verre à la main, au coeur de la taverne, j'écoutais les murmures de ceux présents. Tentant de saisir des bribes de conversation. Curieuse autant de savoir ce que d'autres pensaient de la mort du roi. Cherchant aussi des visages connus parmi ceux qui se trouvaient là.

Spoiler:

Sujet libre post mort roi, au coeur de la taverne pour rendre hommage au roi, en parler, partager ses doutes... [libre] Le roi est mort, vive le roi  ! 3237542935
(c) DΛNDELION
Werowa Sundagger
DATE D'INSCRIPTION : 03/08/2019 PSEUDO/PRENOM : CapRaccoon MULTICOMPTES : Maori K. Ho'oname MESSAGES : 46 CELEBRITE : Sofia Boutella COPYRIGHT : PANDA avatar, Dark Paradize signa METIER/APTITUDES : Garde ¤ mercenaire déchue, ancienne esclave gladiateur ¤ combat TRIBU : Rahjak POINTS GAGNES : 288
Voir le profil de l'utilisateur

[libre] Le roi est mort, vive le roi  ! Empty Re: [libre] Le roi est mort, vive le roi !

le Ven 9 Aoû - 16:09

 
Le nom des fous est écrit partout, le nom des fins est écrit sans fin.
Libre

 

 
Le roi est mort, vive le roi !

 
L'annonce donnée il y a quelques jours, la réunion au petit matin et leur commandant qui la leur annonçait, les prévenait avant les autres pour qu'ils puissent se préparer à tout débordement. Il n'y en avait eu que peu, des débordements, mais Werowa avait été bien occupée, à patrouiller, à  surveiller les rassemblements impromptus. Le brouhaha incessant de la rue qui s'était terni, atténué, un octave plus bas que d'habitude. Bien moins de cris perçants des marchands pour attirer l'attention, comme une chape de plomb sur toute la cité, au départ atmosphère plus calme bienvenue, moins de bourdonnements incessants pour lui emplir le crâne de bourdons, puis la place à la suspicion. Calme, certes, mais trop calme. Et toutes ces personnes qui se toisaient, les regards en coin sur eux alors qu'ils patrouillaient, les cercles fermés et les voix encore plus basses ou les silences subits au cas où leurs oreilles traîneraient. Oh, pour sûr, les oreilles de Werowa traînaient, mais elles ne captaient bien souvent que de la surprise partagée, quelques regrets énoncés de-ci de-là également. Ceux qui se taisaient à leur approche, ils étaient minimes, portion marginale de la population dont le silence était moins trompeur et plus signifiant qu'ils ne le pensaient. Werowa ne s'énervait même pas après eux ; ça ne servirait à rien, et de toute façon elle avait été bien trop occupée pour s'arrêter à ça. Un peu plus de bagarres dans les tavernes que d'ordinaire quand même, mais surtout une tension palpitante et palpable, les gardes aux portes avaient cette crispation au bas du dos. Ils faisaient bien attention à qui entrait et ressortait surtout, cherchaient à graver plus de visages que d'ordinaire dans leurs mémoires, au cas où. Les suspicions, eux aussi, ils les avaient. Ils les envisageaient, surtout. De façon purement égoïste, d'abord : au cas où cela leur retomberait dessus. Puis venait le zèle, par respect pour le mort.

Un roi est mort. Le Roi est mort. Ce qui signifiait temps d'incertitude, temps de changement ; temps propice aux révoltes et autres rébellions et grèves. Ils étaient attentifs à cela, les gardes, et Werowa particulièrement. Elle avait fait de sa vie une mission de protection de la famille royale, alors toute rébellion était à endiguer, tout traître à éradiquer. Ce qui faisait qu'elle se retrouvait ici, dans cette taverne, la nuit à peine tombée, seule dans son coin mais avec les oreilles grandes ouvertes. Oreilles de fennec, immenses, cherchant à capter tout ce qui passait, de la bribe de conversation à la discussion complète. Quelquefois, elle enviait les fennecs et autres animaux à l'ouïe fine et aux oreilles mobiles. Cela lui serait utile, actuellement. Elle n'aurait pas à tendre l'oreille, juste à la pivoter. Sans bouger la tête, comme elle le faisait à présent. Il ne lui servirait à rien de faire le hibou, à moins qu'une discussion précise ne retienne son attention, ce qui n'était pas le cas pour le moment. Au contraire, Werowa laissait venir les informations à elle, emmagasinait tout ce qu'elle pouvait, la tête baissée sur son bock. Rare moment où elle s'installait à la taverne, taciturne plus que jamais et solitaire comme toujours, et où elle se laissait aller à boire de l'alcool. Mais le besoin, aussi, de se remettre du choc. A présent qu'elle était seule, que son service était fini, que ces derniers jours tendus étaient passés, elle pouvait prendre toute la mesure de la nouvelle. Le Roi Arkhip était mort.

On ne pourrait pas dire qu'elle l'aimait, mais en revanche elle le respectait. Il était le Roi, c'était le devoir de tous les Rahjaks de le protéger et de lui obéir. D'aucun s'étonnerait de sa dévotion, de sa loyauté à ce Roi pourtant sévère, à ce Roi qui l'avait réduite en esclavage. Peu importait ; ce n'était pas leurs affaires. Elle ne lui en était pas reconnaissante, il ne faut pas abuser non plus, mais elle ne lui en tenait pas rigueur. Elle avait fauté, il l'avait punie. Il avait même été magnanime avec elle, plus qu'avec son frère. Une gorgée de bière moussue bue rapidement, pour faire passer un moment de gêne, un souvenir désagréable, plus que pour se désaltérer. Werowa se souvenait vaguement de cette rencontre, de ce châtiment. Elle ne s'en souvenait que par éclairs, que par impressions et non dans son ensemble. La voix de son frère, gourmande et flagorneuse, plus aiguë qu'à l'accoutumée, plus plaintive également, qui avait fait se hérisser les poils de sa nuque, même à elle. Le sentiment que quelque chose de mauvais arrivait, s'avançait vers eux et devenait de plus en plus inéluctable à chaque instant. Puis le couperet, la voix sèche, la sentence rendue, et le vide. A l'annonce de la mort future de son frère, Werowa n'avait pas réagi. Même pendant qu'il cherchait à plaider sa cause, elle était restée vide de tout sentiment, de toute pensée. Ou pas. Mais son visage impassible aux traits durs ne laissera jamais passer un quelconque signe vous orientant vers telle ou telle hypothèse, et sa voix rauque ne vous racontera jamais la scène. C'était son petit secret, tout comme ce qui s'était déroulé durant cette mission qui avait conduit à cet instant fatidique où le cercle s'était dessiné sur sa nuque, les chaînes refermées autour de ses poignets. Personne ne savait, pas même le Roi. Et aujourd'hui, le Roi était mort. Choc lent, longue prise de conscience. Les hommages pas encore rendus, trop occupée à garder l'ordre dans la cité, en l'absence de ce maître de toutes choses, dont la terreur de la rage gardait le calme plus efficacement que les gardes eux-même. Mais période de deuil qui s'enclenchait petit à petit, et surtout les oreilles qu'elle devait garder ouvertes, écouter et espionner, s'assurer qu'une nouvelle rébellion n'aurait pas lieu ; et vous pouvez être sûrs que même les yeux plantés dans son verre, Werowa gardait un œil sur vous.
(c) crackle bones

 
Lion F. Ishtarr
DATE D'INSCRIPTION : 06/02/2016 MESSAGES : 1044 CELEBRITE : Jaden Smith COPYRIGHT : Walt M. (ava) ; anaëlle (signa) METIER/APTITUDES : Orientation & Combat // Serveur, voleur à ses heures perdues TRIBU : Rahjak POINTS GAGNES : 157
Voir le profil de l'utilisateur

[libre] Le roi est mort, vive le roi  ! Empty Re: [libre] Le roi est mort, vive le roi !

le Dim 11 Aoû - 13:18




Le roi est mort, vive le roi !


JUIN 2119 - MORT DU ROI ARKHIP

Le roi est mort. Et qu’est-ce qu’il peut bien en avoir à faire ?

La nouvelle de la mort du souverain s’est répandue à travers la Cité, laissant dans son sillage une armée de fidèles désemparés. Les visages sont atterrés, les esprits, égarés, les questions, désordonnées. Arkhip s’est éteint. Trois mots qui retournent toute une population, tout un pays, tout un désert. Privé du phare dont la mission était de les éclairer, les habitants de la Cité ne savent plus à quoi se raccrocher. Leur seul point de repère dans l’immensité du désert s’est envolé. Il a quitté ce monde pour en rejoindre un autre, laissant ses sujets en proie à une panique sourde. Nombreux sont ceux qui sont venus au monde sous le règne de l’intransigeant monarque. Ils n’ont connu personne d’autre à la tête de leur patrie. Brusquement privés de leur chef, les voilà perdus, en proie à une angoisse qu’ils n’avaient encore jamais connue. Que vont-ils devenir ? Que faire, ainsi arrachés à leur source de lumière ? La question muette est au bord de toutes les lèvres, sans forcément en franchir la barrière. Toutes, à l’exception de deux lippes indifférentes à la tempête qui secoue la Cité de feu.

Lion est l’une des rares âmes damnées qui se fichent bien de savoir qui est au pouvoir. La mort de son souverain ne lui a fait ni chaud ni froid. Imperméable aux histoires des puissants, il se contente d’arborer un masque impassible quelque peu empreint d’une tristesse qu’il n’éprouve pas. Il donne simplement le change. Le garnement fait semblant. Afficher ouvertement son insensibilité lui vaudrait des ennuis qu’il préfère éviter. Il n’aimait pas Arkhip, pas plus qu’il ne le détestait. Il s’en contrefichait. Tous deux vivaient dans deux mondes trop distincts, trop éloignés. Rien n’aurait jamais pu les rapprocher. Le riche roi, prisonnier de ses privilèges au sommet de sa tour d’ivoire, n’aurait jamais pu comprendre Lion, le petit garçon à l’abandon obligé de voler pour espérer voir le soleil se lever. L’enfant est bien conscient qu’il n’est qu’un déchet au sein de la Cité. Un déchet dont personne ne veut se préoccuper. Trop anonyme pour être reconnu, trop pauvre parmi les parvenus, trop insignifiant pour briller de par ses talents, rien n’aurait pu justifier que le roi le prenne en pitié. Les riches aident leurs semblables. Les pauvres se soutiennent entre eux. L’écart se creuse entre les deux. Ni Arkhip, ni son successeur, ni celui qui lui succèdera encore ne feront en sorte de combler ce fossé qui fera un jour éclater leur utopique société.

Vraiment, Lion ne se sent pas concerné. A peine sourit-il à l’idée de voir les choses s’envenimer. La succession ne se fera pas sans quelques remous à la surface d’une eau trop calme. Elle risque d’apporter son lot de complications. Et ça, Lion se promet d’être aux premières loges pour y assister. Il n’y a que quand les choses partent en vrille qu’elles valent la peine d’être considérées. Lui ne veut vivre que les bons côtés. Le reste, il préfère l’ignorer. Alors, en arpentant les rues bondées en cette tragique soirée, il se détache de la poisse qui émane de toute la Cité. L’atmosphère est nouvelle, épaisse, presque tangible. Elle menace de lui happer la peau et de lui glacer les os. C’est que le chagrin et le désarroi sont palpables. Le peuple pleure son roi. Boule d’énergie solaire et solitaire, le petit Lion embrase les ténèbres qui ont gagné le cœur de ses semblables. Lui ne voit aucune raison de se laisser emporter par la perdition. Au contraire, il compte bien profiter des maigres avantages présentés par la période de deuil national. Ce soir, il a permission. Il abandonne son rôle de serveur pour devenir client. Il a du mal à ne pas sautiller, à ne pas fredonner, tant il est content de s’arracher à son quotidien. Il sait déjà que ses oreilles vont siffler, débordant des commentaires proférés au sujet du roi décédé. Mais il n’en a que faire. Ce soir, il veut simplement profiter d’un peu de liberté bien méritée.

Il s’offre une bière avec les quelques écus qu’il a apportés. Il a du mal à les lâcher, plus habitué à prendre qu’à donner. Puis il se fraye un chemin au cœur de l’établissement bondé. Autour de lui ce ne sont que cris, rires, pleurs, rumeurs. Comme à l’accoutumée. Il est dans son élément. Très à l’aise, il ne se fait pas remarquer pour autant. Pas maintenant. Sur ce terrain qui n’est pas le sien, il préfère se montrer prudent. Ne reconnaissant personne au premier abord, il préfère s’isoler, écouter, observer, avant de trouver sa place dans cette foule déchaînée. Rares sont les tables inoccupées, et le garçon se voit contraint de partager son espace avec quelqu’un. Ou plutôt d’envahir l’intimité d’une pauvre femme qui n’a rien demandé. Et qui en plus va le regretter. Car, une fois assis en face de la jeune femme, Lion reconnaît son visage fermé. Des traits qui n’en finissent pas de l’exaspérer. Plus d’une fois il a pu la croiser dans la taverne où il exerce. Plus d’une fois il a levé les yeux au ciel et soupiré à la vue de ce masque incapable de se fissurer. Pour sa première soirée de citoyen libre, il fallait qu’il tombe sur cette sorcière coincée. La perspective d’une soirée triste à en mourir, il ne peut l’accepter. Malheureusement pour l’immobile cliente, Lion n’est pas du genre à débarrasser le plancher. Si l’herbe est plus verte ailleurs, il ne fera pas l’effort d’y aller. C’est aux autres à se plier à ses exigences d’enfant gâté.

- Merde alors, lâche-t-il en comprenant que sa soirée risque d’être moins mouvementée que prévu. J’veux pas d’c’te tête de déterrée ce soir, hein. Tu ris, tu pleures, mais tu gardes pas cet air nul. Un peu d’entrain, putain !


Spoiler:
@Ezra Aerys @Werowa Sundagger Je viens vous gâcher la soirée  [libre] Le roi est mort, vive le roi  ! 951541818
- Lion se fiche bien de la mort de son roi, mais y voit là une occasion en or pour profiter de la soirée.
- Alors qu'il se cherche une place, il se retrouve face à Werowa, qu'il ne peut s'empêcher d'importuner [libre] Le roi est mort, vive le roi  ! 2132942727


— code by lizzou —

† Game of survival †
Ezra Aerys
DATE D'INSCRIPTION : 28/02/2016 PSEUDO/PRENOM : Glacy MULTICOMPTES : Chris Wilson MESSAGES : 2057 CELEBRITE : Jessica Parker Kennedy COPYRIGHT : lara (avatar) METIER/APTITUDES : esclave de Roan (de retour) ▲ métier ingrat ▲ ancienne couturière, esclave domestique, prostituée TRIBU : Rahjak POINTS GAGNES : 1736
Voir le profil de l'utilisateur

[libre] Le roi est mort, vive le roi  ! Empty Re: [libre] Le roi est mort, vive le roi !

le Lun 12 Aoû - 9:01

   
Le roi est mort, vive le roi !
Libre - post annonce de la mort du roi

   
« In a thousand years, the dust from our bones will be gone. Yes. But our names will remain. »
Petit à petit la taverne continuait de se remplir de monde. Des rangs qui se gonflaient alors que de nouveaux clients faisaient leur apparition. Ces jours qui étaient pour ainsi dire des jours heureux pour le tavernier. Comment pouvoir lui en vouloir d'avoir ce sourire en coin alors que plus le nombre de clients augmentait, plus le nombre de recettes augmentait. La bière qui coulait à flot si ce n'était le vin. Si la taverne pourrait être aisément bondée chaque soir en temps ordinaire, avec certains jouant aux cartes, d'autres prenant leur place d'habitués ; un événement comme celui-ci signifiait des clients et encore plus de clients. Certains qui avaient alors même du mal à circuler, devant se frayer un chemin auprès du bar pour attraper une bière ou pour ensuite tenter de gagner une des rares tables inoccupées. Le nombre de tables vides qui diminuait conséquemment, permettant ainsi de former des couples des plus étranges. Le nom du roi qui restait sur les lèvres. Appréciant cette soudaine ambiance. Mort qui n'avait rien de réjouissant, mais ces moments au sein de la taverne animés rendaient toujours la soirée plus intéressante.

Sourire qui se dessinait sur mes lèvres alors que je me relevais. Coupe de vin vide. Et une nouvelle coupe que je comptais bel et bien emplir. Délaissant la table auquel je me trouvais pour le moment. Regard rapide lancé autour sans de nouveau repérer une tête familière. Me dirigeant vers le comptoir principal. Un chemin qu'il était plus difficile de se frayer alors que chacun avait un verre en main. Petite taille dont je me servais alors pour atteindre le tavernier. Echos de conversation que je réussissais à saisir. L'un qui déclarait que c'était forcément le fils qui l'avait tué. L'autre qui pariait sur la fille. Les soupçons sur sa mort là. D'autres qui pensaient comme moi qu'il était trop étrange qu'il soit simplement mort dans son sommeil. Se poser la question paraissait même banale. Il paraissait banal et qu'ordinaire de se demander si ses propres enfants n'avaient pas porté le dernier coup. Chacun qui avait entrevu les animosités au sein de la famille royale. Chacun qui avait ses secrets. Verre que j'attrapais non moins après avoir posé quelques piécettes d'or sur le comptoir.

Un chemin qui se déroulait dans le sens inverse plus compliqué. Un chemin qui se déroulait plus sensiblement. Tentative de ne pas renverser la moindre goutte du précieux nectar. M'en sortant plutôt bien non sans éviter aussi ceux qui voulaient renverser leur verre sur ma robe. Et table que j'atteignais finalement. Une table qui était alors de nouveau remplie. Evidemment. Logique. Ayant oublié ce détail. Soit. Encore certaines qui restaient à peu près inoccupées. Table que je repérai alors. Ou plutôt ses occupants que je repérai. @Lion F. Ishtarr et @Werowa Sundagger. Esquissant un sourire en voyant le gamin. Il était là. Et en vue du verre près de lui, il était là pour profiter de la soirée. Certains qui pourraient débattre sur la moralité, avancer qu'il était trop jeune pour boire. Mais l'argument sonnait creux au sein de la cité rahjak. Un verre qu'il avait près de lui qui m'inquiétait moins que la présence de la garde à ses côtés. Méfiance qui s'installait. Pointe d'hésitation alors que je continuais de les observer silencieusement. En vue de son visage fermé, je doutais qu'elle soit simplement là pour faire la fête. Ne paraissant pas être du genre à faire la fête. Visage toujours fermé qu'elle abordait. Ayant entendu les rumeurs. Et une décision prise rapidement alors que soudainement je me dirigeais vers leur table pour m'asseoir sur une des chaises devant, encore libre. Au même moment qu'un entrait dans la taverne et s'écriait. « Le vieux fou est mort ! Silence qui tombait alors, ceux les plus proches qui se retournaient. L'homme déjà alcoolisé reprenant la parole. « La prochaine tournée est pour moi ! » Et les plus proches qui le regardaient, qui se mettait soudainement à taper du poing sur la table et partager leur enthousiasme. Un verre de plus jamais refusé. Mèche de cheveux bruns que je repoussais derrière mon épaule avant de tourner mon visage vers les deux occupants de la table que j'avais reconnus. Sourire aux lèvres alors que je levais la coupe de vin avant de la porter à mes lèvres.

Spoiler:

- Ez s'incruste à la bonne table et compte profiter de la soirée [libre] Le roi est mort, vive le roi  ! 3395933406 @Lion F. Ishtarr et @Werowa Sundagger
- Une tournée est offerte !  [libre] Le roi est mort, vive le roi  ! 858911541
(c) DΛNDELION
Werowa Sundagger
DATE D'INSCRIPTION : 03/08/2019 PSEUDO/PRENOM : CapRaccoon MULTICOMPTES : Maori K. Ho'oname MESSAGES : 46 CELEBRITE : Sofia Boutella COPYRIGHT : PANDA avatar, Dark Paradize signa METIER/APTITUDES : Garde ¤ mercenaire déchue, ancienne esclave gladiateur ¤ combat TRIBU : Rahjak POINTS GAGNES : 288
Voir le profil de l'utilisateur

[libre] Le roi est mort, vive le roi  ! Empty Re: [libre] Le roi est mort, vive le roi !

le Lun 12 Aoû - 13:29

Le nom des fous est écrit partout, le nom des fins est écrit sans fin.
Libre


Le roi est mort, vive le roi !

Oh. Non. Pas. Lui. Voilà à quoi se résuma la pensée de Werowa lorsqu'elle vit Lion sortir de la foule, apparaître brutalement entre deux corps et venir s'incruster pile face à elle. Elle aurait dû s'en douter : son air patibulaire ne faisait pas fuir tout le monde, et avec le nombre de clients important ce soir, nul doute qu'elle aurait fini par être dérangée à sa table. Néanmoins, elle aurait espéré que cela arrive moins vite que prévu. Et que ce ne serait pas ce jeune chenapan. Il allait lui faire vivre une soirée atroce, à toujours vouloir lui décrocher un mot, puis à s'en vanter, et à en vouloir plus. Avec son babil, il allait lui en mettre plein les oreilles, et elle n'allait pas pouvoir écouter le reste des clients. « Merde alors. J’veux pas d’c’te tête de déterrée ce soir, hein. Tu ris, tu pleures, mais tu gardes pas cet air nul. Un peu d’entrain, putain ! » Qu'est-ce qu'elle disait. A peine installé, il commençait déjà. Incrédule, presque horrifiée, Werowa le regarda, puis décida que quitte à passer une soirée à le supporter, autant arrêter de faire la statue. Autrement, il serait infernal, alors que si elle se détendait, elle pourrait plus aisément tourner la tête, feindre de l'écouter alors qu'en vérité ce ne serait absolument pas le cas, mais ça pouvait marcher, non ? Il lui foutrait plus la paix si elle lui donnait quelque chose à grignoter, pas vrai ? Alors, le visage de Werowa s'anima, et elle offrit son sourire le plus faux possible à Lion : « Surveille ton langage. » Toujours cette économie de mots, avec elle. Il avait déjà réussi à la faire parler ; grande victoire pour lui. Elle n'allait pas tarder à en entendre parler, alors Werowa tourna la tête pour regarder la foule, buvant une gorgée de son breuvage et se désintéressant momentanément du jeune homme.

« Le vieux fou est mort ! […] La prochaine tournée est pour moi ! » Werowa n'esquissa même pas un mouvement, alors que le cri résonnait dans la taverne, faisait taire tout le monde et tourner toutes les têtes. De là où elle était, la garde ne voyait pas grand-chose, guère plus que quelques gestes dans l'interstice entre les corps amoncelés. De nouveau impassible, elle cacha ses lèvres derrière son verre, tic qu'elle avait lorsqu'elle réfléchissait. Les clameurs résonnèrent de nouveau, envahirent tout l'espace, et le sol trembla sous ses pieds, les vibrations remontèrent jusque dans sa mâchoire, tandis que tous tapaient du poing sur la table. La guerrière, elle, ne bougea toujours pas. Un ivrogne. Ce n'était qu'un ivrogne, mais l'alcool déliait bien des langues. Inhibiteur de toute logique, il révélait la vérité la plus profonde des êtres, quand il était ingéré à bonne dose. L'alcool n'était qu'un poison comme un autre, qu'un sérum de vérité tellement banalisé et répandu qu'on n'y pensait plus. Ce n'était pas pour rien que les espions venaient récolter des informations dans les tavernes, ou se débrouillaient toujours pour faire boire leur cible. Ils le connaissaient, eux, le pouvoir de l'alcool. Werowa, elle, n'était pas espionne, mais il n'empêchait qu'elle connaissait également les effets de tout breuvage. La densité de la foule pour atteindre le bar était une bonne excuse pour ne pas boire trop, et laisser les autres se saouler jusqu'à parler.

La guerrière retourna la tête, et croisa une nouvelle paire d'yeux, plus ambrés que ceux de Lion, plus féminins aussi. Une pointe d'amusement plus délicate dans ces prunelles-ci, alors que la femme levait son verre à leur intention. Werowa y répondit d'un mouvement léger, à peine esquissé, puis redressa ses épaules voûtées, repliées au-dessus de la table comme si elle essayait de se faire oublier ou de se forger une carapace. Elle abandonna cette position, rejeta les épaules en arrière, déploya sa petite taille et cela lui fit du bien. Elle se sentait plus confiante ainsi, plus sereine aussi. Ses oreilles continuaient de traîner aux alentours, mais ne captaient rien d'autre que le raclement des bancs et des tables, le souffle aux cent têtes de la foule, les cris et les rires tonitruants, quelques pleurs discrets, mais la plupart de ceux qui regrettaient tant le Roi ne venaient pas ici. Ils restaient plutôt cloîtrés chez eux, déjà en deuil, ou allaient au Temple de Feu. Pèlerinage que Werowa ne tarderait à accomplir, dès le lendemain sûrement. Prières en son cœur, mais qui n'avaient encore pu franchir ses lèvres. Et encore une soirée éprouvante qui s'annonçait, bien que d'une autre sorte que celles qu'elle passait ordinairement, en patrouilles et course-poursuites de voleurs opportunistes. Werowa se demanda, pendant un instant, comment les gladiateurs réagissaient, là-bas, dans l'arène qu'elle avait quitté. Avaient-ils une sorte de sortie de groupe prévue, pour aller se recueillir au Temple de Feu, ou devaient-ils se contenter d'une paillasse crasseuse et d'une bougie pour leurs prières ? Le deuil serait-il pour eux une période d'accalmie, ou au contraire serviraient-ils de catharsis sanglante, avec des combats et des recrutements à tout va ? Une bonne période pour se faire remarquer, mais aussi pour se faire tuer. Mais à vrai dire, tous ceux qu'elle avait connu, ils devaient déjà être morts.
(c) crackle bones



Spoiler:

-Werowa n'est pas du tout contente de voir @Lion F. Ishtarr [libre] Le roi est mort, vive le roi  ! 1360497918
-Elle se perd dans ses pensées et ses souvenirs sur l'arène, et ne reconnaît pas @Ezra Aerys de prime abord
Contenu sponsorisé

[libre] Le roi est mort, vive le roi  ! Empty Re: [libre] Le roi est mort, vive le roi !

Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum