Aller en bas
- Whatever it takes -
Chris Wilson
DATE D'INSCRIPTION : 01/11/2015 PSEUDO/PRENOM : Glacy MULTICOMPTES : Ezra MESSAGES : 2799 CELEBRITE : Brett Dalton COPYRIGHT : shiya (avatar), Frimelda (signature) METIER/APTITUDES : ancien militaire - maniement des armes - statège POINTS GAGNES : 1086
Voir le profil de l'utilisateur

Escapade en forêt Empty Escapade en forêt

le Ven 26 Avr - 22:06

Escapade en forêt
#rachriraz

« Love is not always simple. »
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]Une silhouette qui se dessinait parmi les arbres. Ce n'était pas possible. Qu'est-ce qu'elle faisait là. J'en étais certain. Je la reconnaissais cette silhouette. Petite, une tête de moins. Des cheveux bruns. Des cheveux bruns plus longs, qui retombaient derrière ses épaules. Une silhouette qui détonait parmi les arbres. Tout ce qu'il y avait de plus voyant. Presque à voir un lapin en peluche traîné derrière elle. Presque à voir un bouquet de fleurs entre ses mains. Un éclat de détermination dans son regard. Le même qu'on aurait pu voir quand je me retrouvais à vouloir lui piquer son goûter ou vouloir lui planquer son lapin en peluche sur l'odyssée. Le même reflet que je voyais dans son regard quand elle paraissait déterminer à récupérer ses objets, ou qu'elle avait quand elle semblait particulièrement bornée. Bornée ou déterminée. A cet instant je ne savais pas où elle allait mais ce qu'il était certain, c'était qu'elle allait quelque part. Ce qui semblait presque certain à moins que ce ne soit que le fruit de mon imagination c'était qu'elle se dirigeait dans notre direction. J'aurai presque pu jeter un regard autour mais je savais parfaitement que nous n'étions là que tous les deux. Il n'y avait que nous et elle. Ce dont j'étais certain, c'était qu'elle n'était pas en fantôme. Non elle était là. La main du destin. Là et nous épargnant des kilomètres en plus à marcher. Main que je levai au ciel et que j'agitais quand bien même elle n'était pas aveugle, quand bien même elle nous apercevait forcément. « M.. Rachel ! » Vieille habitude qui revenait. M'avançant dans sa direction non sans avant me tourner vers la jolie blonde qui se trouvait à mes côtés. « Je crois que j'arriverai jamais à me faire à l'idée qu'elle veuille plus que je l'appelle mini-miller... une tragédie..» Sourire aux lèvres alors que j'attrapais la main de la jeune femme pour l'entraîner dans ma suite avant de la lâcher quelques instants plus tard pour retrouver la jolie brune. Heureux de la tournure des événements. « Viens ici ! » La jeune femme que je soulevais dans les airs avant de reposer quelques secondes d'après et me reculer de quelques pas, fermant les bases du triangle. « Tu sais qu'on venait justement te voir tous les deux ?! » Une certaine escapade en forêt donc peut être le résultat n'était pas celui tant attendu par tous.

**
Auparavant dans la journée


Ouvrant les yeux. Toujours réveillé à l'aube. Mon regard qui cherchait le sien aussitôt. Endormie. Endormie et magnifique. Ne pouvant que la dévorer du regard. Immobile. Si j'aurai bouger avant, je n'en fis rien non plus cette fois-ci. Restant là silencieusement à l'observer avant de repousser doucement une mèche de ses cheveux blonds en faisant attention à ce qu'elle ne se réveille pas. Il était encore tôt. Sans doute bien trop tôt pour de nombreux. Mais comme à chaque fois, je ne pouvais empêcher de me réveiller si tôt, impacté par les horaires des gardes parfois trop décousus mais qui nous laissaient non moins des jours de repos. Parfois l'un des avantages à veiller aussi de nuit. L'un des avantages alors qu'à défaut le prix à payer pouvait aussi être élevé. Mais cette fois-ci j'avais pour dire été chanceux. Chanceux de me réveiller entre ses bras. Chanceux de me réveiller à ses côtés. La quittant non moins peu après pour en profiter pour aller chercher de la nourriture. N'étant pas encore réveillée quand je revenais. Plat que je déposais peu après, non sans avoir refermé la porte. M'assurant que cette bulle restait fermée, que nous étions les seuls qu'elle encerclait avant de revenir près d'elle. Mais pourtant, je savais que le sommeil ne viendrait pas me trouver. Conscient que le sommeil ne serait pas là. Le sommeil qui ne revenait jamais facilement une fois les yeux ouverts. Insomnies et cauchemars que je savais pourtant chassés parce qu'elle était là, seulement. Une nuit de repos de plus. Et finalement un sourire qui se dessinait sur mes lèvres alors que je la voyais remuer légèrement. Un sourire là alors que je l'observais me chercher sans aucun doute du regard. « Hey toi. » Baiser volé. Un sourire qui flottait sur mes lèvres alors que je l'observais, et que les pensées sur lesquelles j'avais travaillé avaient finalement donné un résultat concret. « Est-ce que cela te tenterait une petite escapade en forêt tous les deux ? »

(c) DΛNDELION
Rachel A. Gomez
DATE D'INSCRIPTION : 07/05/2018 PSEUDO/PRENOM : Dumbass*Angel MULTICOMPTES : non MESSAGES : 234 CELEBRITE : Chloe Bennet COPYRIGHT : Lunaeye (avatar), crackintime (signature) METIER/APTITUDES : cuistot, avec aptitudes en botanique et cuisine POINTS GAGNES : 90
Voir le profil de l'utilisateur

Escapade en forêt Empty Re: Escapade en forêt

le Dim 28 Avr - 7:37

Escapade en forêt
#rachriraz

« Love is not always simple. »
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]On ne pourra pas dire que mon progrès se faisait automatiquement. Il y avait encore beaucoup de lacunes, ici et là, certains moments de silence qui me donnaient trop souvent la chance de m’évader dans des souvenirs plus amers qu’autre chose. Tentant de faire la conversation, pendant que j’étais dans la cuisine, mais sans grand résultat. Les gens parlaient déjà entre eux, lorsque j’arrivais, ce qui ne me donnait pas la chance de me mêler aux divers sujets si facilement. Regards tantôt surpris par ma voix qui se faisait moins froide qu’avant, tantôt suspicieux, probablement offusqués que je me sois adressée de façon brusque, à un certain moment. Personne d’autre à blâmer que moi, car j’avais tendance à couper les ponts, à me faire agressive pour que justement, on ne me dérange pas. Sierra, Liam, Taël … quelques Cents me pardonnèrent plus facilement, m’encourageant dans mon cheminement, essayant de trouver les bons mots pour ne pas que je me perde en cours de route. Je m’en voulais terriblement, d’avoir semer tant de mal autour de moi. Des amitiés perdues, parce que je préférais vivre dans mon chagrin, que d’avouer le mal que je me faisais, afin qu’on m’aide. Quand je finis par craquer, je ne calculais plus le nombre de gens que je repoussais.

Je préparais les rations pour les repas d’aujourd’hui, mais préféra prendre de l’air, sentant que j’avais assez fait pour le moment. Tenir une conversation de plus d’une quinzaine de minutes me coûtait énormément d’énergie, car je me forçais à ne pas broyer du noir, à répondre convenablement et calmement. Je réfléchissais à un moyen de renouer avec le paysage qui nous entourait, avec la Terre en général, car jusqu’à maintenant, je n’y voyais qu’un amas de verdure et d’eau. Sur un coup de tête, juste parce que j’en avais terriblement envie, je préparais un sac plein de vivres, et pris au passage mon carnet de notes, avant d’avertir les gens en cuisine que je partirais quelques jours, chercher d’autres plantes, de quoi aménager le potager. On s’empressa de me demander où était ma destination, question que l’on détermine le nombre de jour qu’il faudrait trouver quelqu’un d’autre en cuisine. Je leur indiquais la forêt profonde, mais une petite voix dans ma tête me hurlant presque de continuer et d’aller jusqu’à la mer, essayer de décompresser et de reprendre contact avec la nature. En revanche, je préférais aller voir Chris et lui faire part de mon expédition, espérant secrètement qu’il me suive. Je pris donc la direction du campement des odysséens, marchant doucement, respirant calmement. Encore ce foutu silence, qui me mettait toujours dans un sale état. Mon cerveau voulait se sentir occuper, et là, je ne lui offrais pas cette chance.

Les yeux rivés sur le sol, je semblais presque trop absorbée par mes mouvements pour relever le regard. Heureusement, j’eus l’instinct de le faire, ce qui me permit d’apercevoir d’abord Chris, et puis Chiraz. Je répondis avec gêne au geste de la main qu’il fit, m’approchant sans nécessairement y aller d’un pas pressé. Une douce amertume, de les voir là, tout les deux. L’impression que j’étais de trop, dans tout cette histoire, et que j’aurais peut-être dû juste continuer mon chemin dans l’autre sens. « Chris arrête! Je ne suis plus une enf… » Trop tard! Le voilà qui me soulève dans les airs quelques secondes, avant de me redéposer et reculer, complétant ainsi le triangle. « Ah si, tous les deux? Pourquoi est-ce que vous veniez me voir? » En fait, ce que je voulais insinuer par-là, c’est l’assurance quasi-complète que la blondinette ne voulait rien savoir de ça, que ce n’était pas dans ses plans. La tension toujours aussi palpable, entre nous, chose que le brun ne remarquait pas. Un silence que je gardais, le voyant heureux, ne voulant rien défaire de ce qu’il ressentait. Mon cœur qui s’alourdissait quand même, me faisant clairement voir que les gens autour de moi étaient tous à une étape avancée de leur vie, et que moi, je faisais énormément de surplace. Rendu au point où j’en étais, une partie de moi ne souhaitait même plus chercher à aimer quelqu’un d’autre. Je vivrais l’amour à travers ce qu’ils ressentaient entre eux, mais ne cherchera pas à aimer quelqu’un d’autre. Je préférais vivre seule que de donner mon cœur à un parfait inconnu. Pas de Cents, pas de terriens. Advenant que les deux campements se réunissent, là il est certain que je ne supporterais pas de les voir constamment, main dans la main. Devant une telle tournure d’évènements, je m’éclipserais sans qu’il ne le sache, et partirait vivre ma vie comme Robb et moi avions tant voulu. Juste nous, et la nature. En son honneur, c’est ce que je ferais. Mais je ne dirais pas où ce lieu se trouverait, voulant surtout qu’on me laisse en paix, à faire pousser un potager et cueillir d’autres plantes. Seule, mais si tout va bien, d’ici là, j’aurais enfin pris le dessus sur mes pensées noires. Je n’aurais donc plus mes problèmes d’avant. En revanche, je laisserais le champ libre à Chiraz, elle qui méritait tant d’avoir un tel homme dans sa vie. Mais ma joie qui s’effriterait, en les voyant si épanouis, ensembles.
(c) DΛNDELION
Invité
Invité
Anonymous

Escapade en forêt Empty Re: Escapade en forêt

le Dim 28 Avr - 17:56

Escapade en forêt
#rachriraz

« Love is not always simple. »
Une escapade en forêt, une bulle de bonheur à part du campement, loin de leur habitude et tâches quotidienne parmi les autres odysséens. Un moment de partage, une marche silencieuse ponctuer par leurs respirations à l'unisson, par l’émerveillement de leurs yeux face à cette nature verdoyante. Voilà ce qu'attendait Chiraz de leur journée, faisant suite avec plaisir à la proposition de celui qui demeure à être son "amoureux". Elle s'était munis d'un sac qu'elle portait en bandoulière sur son ventre tandis qu'il y glissait quelques vivres et une gourde d'eau, preuve d'un voyage plus ou moins long. Chiraz elle n'avait pas posé de questions sur leur destination. Ce n'est pas son genre que de se soucier de ce genre de détails, surtout en compagnie de Chris. Elle avoue parfois lui faire une confiance quasi aveugle sur tout ce qui concerne leur escapade. Le principal étant de passer un bon moment ensemble. Et ils y arrivent en général. Cette sensation de bien-être en sa compagnie surprend toujours un peu la blonde. Elle n'est pas du genre à se laisser aller à tant de confort, elle s'est même demandé certaines fois si elle avait réellement le droit au bonheur. Sans faire preuve d’égoïsme, elle sait que sa vie est plutôt banale et qu'elle n'a rien vécue de traumatisant en dehors de la perte de sa mère, mais cette épreuve était la plus compliquée à surmonter à ses yeux. Vivre sans elle, alors qu'elle n'avait connu que cette vie pendant vingt-quatre ans à changer littéralement sa manière de voir les choses. Il a fallu à Chiraz apprendre à vivre de nouveau, à se reconstruire et ce ne fut pas sans mal. Chris fut l’élément moteur de sa renaissance et aujourd'hui, malgré l'indépendance dons ils font preuve l'un envers l'autre sur le campement, il reste et sera toujours un pilier dans sa vie ; le dernier membre de sa famille.

Elle marche silencieusement, plongée dans ses multiples pensées lorsque Chris s'arrête devant elle. Il observe la forêt qui s’étend sous leurs yeux et Chiraz en fait de même par-dessus l'épaule massive du gardien. Les arbres clairsemés laissent facilement entrevoir la silhouette fine d'une brune qui avance d'un pas assuré dans leur direction sans les apercevoir. Sans bonheur aucun, elle identifie rapidement le visage de la jeune femme comme étant celui de Rachel. « Je crois que j'arriverai jamais à me faire à l'idée qu'elle veuille plus que je l'appelle mini-miller... une tragédie..» elle reste derrière Chiraz, avançant d'un pas mesuré dans sa direction alors que Chris s'empresse d'aller la saluer. La blonde n'est pas d'une nature jalouse. Seulement toute sa vie, elle a eu l'amour de sa mère pour elle, désormais qu'elle a réussie à partager de nouveau son coeur avec quelqu'un, maintenant qu'elle a découvert une nouvelle forme d'amour, partager sans avoir peur qu'on vienne de nouveau lui arracher son coeur est un dilemme hautement compliqué. « Chris arrête! Je ne suis plus une enf… » Les dents de Chiraz grincent quand il porte son amie dans ses bras. Ce contact physique est complètement innocent et amical venant de sa part, elle en a aucun doute. Seulement voilà, Chiraz est loin d'être naïve et le sourire gêné sur les lèvres de Rachel cache bien autre chose. Il y a longtemps qu'elle sait que cette relation d'amitié n'est platonique que d'un seul côté. Il y a longtemps qu'elle a compris que Rachel n'est pas insensible aux charmes de Chris, mais elle n'en a jamais rien dit Chiraz parce qu'elle n'est pas le genre de femme à faire des histoires et dans le fond qui est-elle pour interdire à son petit ami d'avoir des relations amicales avec d'autres personnes. Rachel n'est pas méchante, elle en est persuadée mais pour l'heure elle reste tout de même méfiante à son égard. « Salut Rachel » elle lui lance un signe de main poli tout en s'avançant à leur niveau avec un sourire qui masque difficilement son malaise, bien heureux tout de même de voir la brune de nouveau poster sur ses deux pieds. Puis elle adresse un signe de tête interrogateur à Chris lorsque ce dernier avoue à Rachel qu'ils allaient justement à sa rencontre. Bizarrement, elle n'a pas le souvenir d'en avoir discuté avec lui avant de partir. Silencieuse, elle attend l'explication de Chris.


(c) DΛNDELION
- Whatever it takes -
Chris Wilson
DATE D'INSCRIPTION : 01/11/2015 PSEUDO/PRENOM : Glacy MULTICOMPTES : Ezra MESSAGES : 2799 CELEBRITE : Brett Dalton COPYRIGHT : shiya (avatar), Frimelda (signature) METIER/APTITUDES : ancien militaire - maniement des armes - statège POINTS GAGNES : 1086
Voir le profil de l'utilisateur

Escapade en forêt Empty Re: Escapade en forêt

le Mar 30 Avr - 9:05

Escapade en forêt
#rachriraz

« Love is not always simple. »
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]Dans notre bulle. Peu de mots qui étaient échangés, chacun qui se contentait de vivre dans cette bulle. Il n'y avait de nouveau que nous deux comme lorsque nous étions partis en expédition pour découvrir les ruines. Il n'y avait que nous deux et le silence, et cela suffisait. Il n'y avait pas besoin de plus. Le silence d'une parfaite compagnie. En parfaite harmonie l'un avec l'autre alors que je continuais de marcher à ses côtés, l'emmenant dans la direction pensée. Mon regard qui se posait parfois sur son visage alors que je ne pouvais m'empêcher de sourire en la voyant perdue dans ses pensées, à son tour dans sa bulle. Ce qui me faisait toujours sourire autant que je voulais m'assurer qu'elle ne se prenne pas un arbre, car trop perdue dans ses pensées. Ce qui m'avait bien faillit m'arriver mais là était une époque différente où j'avais sombré dans les abimes suite à la mort de Robb. Là était différent. Là était une autre époque bien plus heureuse où le bonheur était de mise, où les arbres regagnaient leurs couleurs et les moments de contentement étaient trouvés.

Souriant en voyant Rachel avant de ne pas tarder à la soulever dans les airs comme j'avais fait la première fois que je l'avais revu sur Terre avant de la reposer. Des marques d'affection qu'elle semblait toujours détester autant. Contact qui ne durait que quelques secondes alors que je la reposais la seconde d'après comme si ce n'était qu'un mirage. Des contacts qui ne duraient jamais très longtemps. Avant c'était elle qui était portée sur les marques d'affection, des câlins que j'évitais à chaque fois. Des ombres du passé qui existait. N'ayant jamais été trop porté pour les marques d'affection, souvenirs de froideur de l'enfance. Ce qui avait sans doute eu le don de résumer ma relation avec les femmes. Toujours des coups d'un soir. Une froideur calculée. Aucun attachement. Aucune trace d'affection pour éviter qu'elles puissent voir derrière la carapace, qu'elles puissent voir plus loin. De la froideur pour éviter d'être brisé. Peu avait vu derrière le masque, peu avait évité ce traitement de faveur. A vrai dire elles n'étaient que deux, Ailina et Chiraz. Et peut être Rachel mais là c'était différent. La jeune femme qui protestait autant avant de renoncer. Des tentatives pour lui rappeler qu'on était là, qu'elle n'avait pas besoin de sombrer seule. Des tentatives pour la dérider, pour lui arracher un sourire qui ne fonctionnait que trop rarement. « Au moins je ne t'ai pas appelé Mini-Miller. » Un ton moqueur alors que je me reculais non sans sourire. Ne lui ayant pas adressé la parole avec ce surnom. Un surnom qui manquait un peu face à ces airs dramatiques. Echangeant un regard avec Chiraz à qui je m'étais déjà plaint de ce difficile effort que je devais faire, bien trop satisfait de réussir à l’embarrassé auparavant. Des temps qui changeaient mais autant heureux de retrouver les deux jeunes femmes, de les voir là. Heureux que nos chemins soient croisés alors qu'aveugle face au silence qui manquait de s'installer, au malaise, je souriais.

Un malaise qui existait pourtant, des étincelles de tension que je ne percevais pas. Notant juste le salut poli et rapide de Chiraz. Un froncement de sourcil. Un regard qu'elle ne remarquerait pas. Conscient que j'aurai des questions à lui poser, mais plus tard. Toutefois au lieu de m'appesantir sur les raisons  qui les poussaient à se montrer légèrement distantes, je ne pouvais que les encourager à être plus proches. « Vous savez vous pouvez vous faire un câlin, pas besoin de jouer les modestes parce que je suis là, mon ego en prendra pas un coup. » Taquin alors que je les invitais en effet à se faire un câlin comme si tout allait bien. Comme si la réponse à cette certaine distance était parce que j'étais là, parce qu'elles ne voulaient pas gâcher ces retrouvailles. Dans le fond je savais très bien que quelque chose n'allait pas, qu'il y avait un malaise. Je savais très bien qu'il y avait une raison pour lesquelles elles se montraient trop respectueuses l'une envers l'autre. Il y avait anguille sous roche. Mais là n'était pas tant le moment de poser des questions. Ne voulant gâcher l'ambiance. Ne voulant que des tensions surgissent. Voulant garder cette bonheur humeur. Et sans doute égoïste de choisir la bonne humeur aux réponses, à la vérité. Mais personne n'avait jamais dit que je ne l'étais pas. Chacun ayant sans doute même une part d'égoïsme en soit et puis le monde avait bien besoin d'égoïstes pour continuer de tourner. Alors ce qui comptait sans aucun doute à mes yeux étaient que les deux jeunes femmes s'entendent bien. M'important qu'elles s'entendent tout comme il m'aurait importé que Robb trouve Chiraz à son goût. Des avis qui comptaient, la famille et les amis qui comptaient quand bien même il y avait des fossés, quand bien même il pouvait y avoir des disputes, des cris et des larmes.

Le regard interrogateur de Chiraz croisé. Et aussi celui de Rachel. L'impression d'avoir déjà commis l'irréparable. L'impression de me retrouver soudainement sur un siège interrogatoire. Compréhensible. Ouvrant la bouche avant de la refermer aussitôt, commençant déjà à m'empiéter les pinceaux. L'impression d'être soudainement cerné par une meute de loups, ou plutôt de louves. Chaque animal qui était là, guettant. Tournant autour, harcelant sa proie avant de fendre dessus. Unis. Chacun veillant sur les autres. Ou chacun veillant plus exactement à ce que la proie n'ait aucun échappatoire. Un peu comme un cerf pris entre deux phares. Le même sentiment alors qu'un malaise manquait de s'installer, que Chiraz avait des questions et Rachel aussi. Me disant que j'aurai dû me taire dès le départ, parce qu'il était certain que face aux deux jeunes femmes je ne faisais pas le poids. Alliées qui pouvaient bien me mettre à terre ou me réduire en charpie si elles le voulaient. « Du moins c'était pas l'idée initial...» Tentative de prendre la parole qui commençait déjà à se solder un échec. « mais... éventuellement, on serait sans doute venu s'assurer que tu allais bien. » Un plan qui se serait sans doute déroulé plus de cette manière. Idée qui m'avait autant traversé l'esprit alors que comme convenu je m'assurais qu'elle continuait d'aller mieux, lui rendant visite si elle ne venait pas d'elle-même. Continuant de veiller sur elle comme promis. Mais certes, la question paraissait délicate alors qu'à la base j'étais partie en balade seulement avec la jolie blonde. Jolie blonde auquel je lançais un regard comme pour lui faire comprendre de ne pas me fusiller aussitôt. La vérité qui était promise et qui serait dû à chaque fois. Espérant qu'elle me comprenne que je lui expliquerai plus tout longuement après. Ce que j'espérai, ce qui n'était pas dit qu'elle obtempérerait. La corde qui pouvait être aussi passée à mon cou aujourd'hui. Mais comme pour éviter un malencontreux événement comme celui-ci, je ne pouvais que renverser les questions en la direction de Rachel. Volonté de redistribuer les cartes de nouveau. « Qu'est-ce que tu fais d'ailleurs dans cette direction ? Tu venais nous voir ? » Inversant les questions.
(c) DΛNDELION
Rachel A. Gomez
DATE D'INSCRIPTION : 07/05/2018 PSEUDO/PRENOM : Dumbass*Angel MULTICOMPTES : non MESSAGES : 234 CELEBRITE : Chloe Bennet COPYRIGHT : Lunaeye (avatar), crackintime (signature) METIER/APTITUDES : cuistot, avec aptitudes en botanique et cuisine POINTS GAGNES : 90
Voir le profil de l'utilisateur

Escapade en forêt Empty Re: Escapade en forêt

le Mer 1 Mai - 6:41

Escapade en forêt
#rachriraz

« Love is not always simple. »
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]Bien plus adepte de ces expéditions qu’avant. Terrorisée à l’idée de sortir du campement, peu après ce tragique accident. Craintive que je connaisse la même fin, ou que je croise le chemin de grounders, ceux qui, à mes yeux, restaient un énorme danger. Des intentions différentes, car je ne fuyais plus tant mes problèmes. Je me souviens encore des journées où je trouvais refuge dans le silence de la clairière, me cachant dans un recoin, ne voulant pas qu’on me voit. Il m’est également arrivé de marcher trop longtemps, de me perdre et pourtant, de ne pas chercher à retrouver mon chemin. Des envies que je cachais à tout le monde, honteuse d’en venir à ce stade. La porte de sortie la plus facile, celle qui me permettrait de revoir mon frère plus rapidement. Aucun amarrage à ce monde, mon cœur incapable de battre sans cette moitié manquante. Les jours passaient et se ressemblaient tous, sous un ciel gris, espérant toujours que la faucheuse ait enfin exaucée mon vœu. La gravité d’une telle révélation ébranla Chris, lui qui croyait pourtant avoir réussi à garder un œil sur moi. Un masque que je portais plus ou moins constamment, et qui su le tromper jusqu’à ce point de non-retour, jusqu’à ce jour où je craquais enfin. Une échelle a remonté, maintenant. Très peu solide, potentiellement dangereuse, et pourtant, il voulait que je la gravisse quand même. Sa bienveillance pouvait parfois être étouffante, mais c’est qu’il souhaitait réellement un rétablissement stable, afin que je puisse goûter à ce qu’il me reste de vie ici, sur Terre.

Ah, mais on dirait bien des marques d’affection du passé! J’aurais presque eu l’impression que nous étions encore à cette étape cruciale, lorsque les Odysséens se sont écrasés, et qu’enfin, nous avions pu nous réunir. Une amitié maltraitée, vu nos infractions et notre temps derrière les barreaux à Robb et à moi. L’opportunité de reprendre là où on n’aurait jamais dû se dévier, entre amis, entre famille. J’aurais juré pouvoir entendre mon frère parler, au loin. Toujours ce pincement au cœur, une sensation que je ne perdrais pas de sitôt. Préférant ne pas le lui dire, ne pas le voir se faire plus de soucis. Je retombais dans mes protestations habituelles, celles qui ne détonaient pas nécessairement sur ma personnalité. Trop tard, à vrai dire, car il n’eut aucune gêne à me soulever et à me reposer par la suite. « Tu viens de le faire! Ce n’est pas parce que tu rephrase que ça passera inaperçu, tu sais. » Je n’avais pas encore de ton taquin, cette particularité ne me revenant pas aussi rapidement que j’aurais voulu. Mini-Miller. Un surnom que j’appris à détester, à vrai dire, puisque j’essayais tant bien que mal de me concentrer sur le présent, sur ce qui m’attendrait devant, et pas à ce qui ne pourrait jamais revenir. Heureusement pour moi, je sais qu’il fait ses efforts pour ne plus m’appeler ainsi. Il faut cependant préciser que devant Chiraz, je grinçais un peu des dents, car je trouvais ce surnom très enfantin. Est-ce qu’il me prenait vraiment au sérieux, ou est-ce qu’il ne changerait jamais sa perspective? J’ai grandi, je ne suis plus la gamine. Trop de choses se sont passées dans ma vie pour que je reste naïve devant le froid que laisse traîner la Mort.

Le malaise palpable, entre moi et la blonde, pendant que Chris lui, souriait simplement. Comment est-ce qu’il ne peut pas remarquer que derrière leur façade, chacune d’entre elles préfère voir l’autre partir, que ça ne sera jamais compatible, qu’elles n’arriveront pas à s’entendre? À distance l’une de l’autre, nous n’avions que prononcer les noms, sans pour autant lancer la conversation. Néanmoins, Chris remarqua ce petit détail, ce manque d’enthousiasme dans nos salutations, ce qui valu une reproche marquant un énième malaise dans cette rencontre. « Tu m’as littéralement soulevé du sol, autrement, tu sais que je n’aurais pas accepté un câlin. J’ai trop de mal avec ça, pour le moment. » Plus facile de laisser ça retomber sur mon état émotif trouble, plutôt que d’avouer une tension horrible. Au moins comme ça, il n’irait pas poser plus de questions, ou nous forcer à se faire un câlin. Cela n’aurait certainement pas été crédible à ses yeux, de toute façon. Je me doute que cela enlèvera également un poids des épaules de Chiraz, car elle n’aurait qu’à dire qu’elle ‘comprend’ ce que je veux dire par là, alors que je ne sais même pas si elle sait vraiment ce que j’ai ressenti, pendant tout ce temps.

Des interrogations qui surgirent l’instant d’après. Une rencontre purement coïncidente, mais qui valait quand même la peine d’être expliquée. Le regard perplexe de la blonde me signalait qu’elle n’était pas non plus au courant de quoi que ce soit. Peut-être était-ce vraiment juste le hasard … ou pas. En effet, il avoua être sorti avec Chiraz, initialement. J’imagine qu’ils partaient se promener, prendre un peu d’air frais, tout comme moi. En revanche, la suite de mon discours me fit comprendre que les visites continuaient, mais que cette fois, en plus, il venait accompagner. « Ah oui, je vois. » Je ne le questionnais pas à propos de leur idée de sortie entre eux, mais fut surprise d’apprendre qu’ils me rendraient éventuellement visite. « Bah je vais bien. Je voulais aller me promener un peu, c’est tout. » Pourquoi est-ce qu’il s’inquiétait encore? Il prenait un malin plaisir à me répéter la demande de mon frère, celle de garder un œil sur moi, puisqu’il rendit son souffle immédiatement après. Bonté divine, pourquoi est-ce que Robb lui a mit ça dans la tête? Maintenant, il essaie constamment de savoir si je vais mieux, si les choses avancent, si j’arrive à sortir la tête de l’eau. Adorable de sa part, oui, je sais. En revanche, si c’était possible de le faire que de temps à autre, sans que cela ne m’aiderait à ne pas le sentir toujours sur mon cas. Je suis sous une tonne et demi d’émotions étouffées, oui, mais je les démêle moi-même.
(c) DΛNDELION
Invité
Invité
Anonymous

Escapade en forêt Empty Re: Escapade en forêt

le Ven 3 Mai - 12:13

Escapade en forêt
#rachriraz

« Love is not always simple. »
Chiraz a toujours eu un problème à faire confiance aux gens, une peur irrépressible de se faire de nouveau abandonné ou trahir. Pourtant, elle n'a jamais vécu de drame dans sa vie, outre que de devenir orpheline à son arrivée sur terre. Rien comparé à certains ici qui n'ont vécu bien pires. Sur l'odyssée, elle a eu une vie sans faire de vagues vivant avec sa mère, elle qui a grandi comme une enfant épanouie entourée par ses amis bien loin de tous les soucis cachés par les conseils, bien loin de se douter que ses jours ainsi que tous ceux présents sur l'odyssée étaient en réalité comptés. Elle n'a jamais était trahis à proprement parler, mais elle avait que très peu d'amis fidèles avec qui elle a grandi et la plupart se sont retrouvé enfermé pour avoir enfreint les règles ; elle qui pourtant a toujours mis un point d'honneur à ne pas se faire remarquer, à rester dans le "droit chemin". Elle ne leur a pas tourné le dos ceci dit, restant fidèle à l'amitié qui l'a unis à ces personnes durant des années mais elle a tout de même mal vécu le fait de les voir être séparés d'elle. De devoir continuer à grandir seule. Et c'est sans doute de là que lui vient cette peur d'être de nouveau seule. Elle a mis du temps à s'ouvrir que ce soit en amitié ou en amour une fois arrivé sur terre et elle ne supporterait pas d'être déçue. C'est compliqué d'avoir confiance dans ce milieu de vie, sur cette terre qui regorge encore de surprise et qui pourrait la séparer de son cercle vital en quelques secondes seulement, il suffirait d'une mauvaise rencontre, de se trouver au mauvais endroit au mauvais moment, de s'enfoncer un peu trop loin dans une zone inconnue... Cette peur, Chiraz la ressentira toujours quoi qu'il arrive et qu'importe si elle travaille dessus, peu importe le temps qui passe. Pour autant, il y a bien d'autre facteurs qui pourraient l'éloigner de Chris, qui pourrait le forcer inconsciemment à lui faire du mal et à la trahir. Et un de ces facteurs se tient actuellement à quelques centimètres du couple. Chris est bien le seul dans cette forêt à ne pas remarquer l'ambiance électrique entre les deux jeunes femmes. Le seul à ne pas se rendre compte que finalement, ils forment un triangle amoureux complexe.

Elle le regarde toujours silencieuse, quand il tente de se justifier sur leur itinéraire et leur visite au campement des cents. Elle ne lui en veux pas, jamais elle ne le pourrait. Mais elle prend sur elle, consciente qu'il y aura toujours ce lien entre Rachel et Chris. Quoi qu'il arrive, elle viendra vers lui pour lui rendre des comptes, mais également car elle en a besoin. Lui de son côté cherchera toujours à veiller sur elle, à respecter cette promesse faite à son meilleur mais. Chiraz a bien compris le lien qui les unis et pour ça elle respecte leur amitié. Tout serait plus simple si Rachel n'avait pas, de son côté envie de plus avec Chris. Gérer cette situation demande beaucoup d'efforts, de patience et d’énergie. Souvent elle ne sait pas où se mettre Chiraz. Est-ce qu'elle doit parler, mettre les choses à plat et demander à Rachel de prendre ses distances ? Sachant pertinemment qu'elle ne contrôle pas ce qu'elle ressent et que quoique l'arrive Chiraz passerait pour la méchante, celle qui met des barrières à son petit maïs et celle qui brise une amitié. Alors, elle prend sur elle encore et encore, se contente d'observer leurs échanges, peut-être qui si elle garde un œil sur eux les choses s'apaiseront.

« Est ce que vous voulez qu'on continue vers le campement des cent du coup ? ou on continue un peu dans la foret ? » elle demande alors d'une voix calme observant tour à tour son petit mais et l'amie de ce dernier. Chiraz le sait, Chris ne laissera pas Rachel partir si facilement et rapidement, alors autant prendre sur elle pour passer un moment à trois. Au moins, Rachel ne reviendra pas de sitôt lui rendre des comptes sur leur campement si Chris la voit suffisamment longtemps pour penser qu'elle va mieux. Malgré tous les efforts que cela lui demande, elle accorde un sourire à Rachel. Tentative vaine pour effacer le malaise palpable qui cours dans l'air....


(c) DΛNDELION
- Whatever it takes -
Chris Wilson
DATE D'INSCRIPTION : 01/11/2015 PSEUDO/PRENOM : Glacy MULTICOMPTES : Ezra MESSAGES : 2799 CELEBRITE : Brett Dalton COPYRIGHT : shiya (avatar), Frimelda (signature) METIER/APTITUDES : ancien militaire - maniement des armes - statège POINTS GAGNES : 1086
Voir le profil de l'utilisateur

Escapade en forêt Empty Re: Escapade en forêt

le Mar 7 Mai - 19:43

Escapade en forêt
#rachriraz

« Love is not always simple. »
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]Comme toujours plus elle ronchonnait, et plus elle grimaçait, plus elle m’amusait. Toutefois si je m’en amusais même de ces répliques alors qu’elle ne voulait plus être considérée comme un enfant, je ne voyais pas le malaise qui grandissait. Car là était le cas pour elles. Tant pour la jolie brune que pour la jolie blonde. Ignorant ou ne faisant que l’autruche. Autant que j’acceptais ces remarques, ses justifications sans me douter qu’il y avait des non-dits. Justification qui était tellement valable que je ne pouvais qu’hocher la tête avant de lui adresser un rapide regard pour lui faire comprendre que j’avais compris le message. Alors je me reculais. Lui laissant l’espace qu’elle souhaitait. Pensant que c’était ce qu’elle voulait. Tentant de ne pas prendre trop de place, de ne pas lui mettre trop de pression. Des progrès qu’elle réalisait donc j’étais conscient. Ne voulant casser ce rythme alors que je me reculais bel et bien pour me retrouver plus près de Chiraz. Ou peut être que l’impression soudainement donnée était celle d’être pris en étau, bien qu’aussitôt je ne pouvais que donner des explications à Chiraz autant qu’à Rachel à vrai dire. Mon regard posé sur la première alors que je tentais de voir si elle était en colère en non pour avoir mis fin à cette soudaine sortie plus ou moins. Mon regard posé sur elle qui tentait de détailler les expressions de son visage alors que je cherchais à comprendre si le fait qu’elle ne prononce aucun mot était un bon signe ou non. Ce dont je n’étais absolument pas certain. Sachant qu’elle ne dirait sans doute rien là. Mais. Il y avait toujours un mais, il y avait toujours des doutes ou des points d’interrogation comme ceux qui surgissaient dans l’esprit de Rachel. Un sujet de conversation que je préférai détourner en sa direction pour ne pas subir des foudres, ne pouvant que lui demander ce qu’elle faisait là. Une réponse tant soit évidente mais qui ne m’aidait pas véritablement à éviter le blanc. « C’est bien si tu te promènes un peu. » L’impression de ramer alors que je savais mettre mis dans cette situation tout seul. Ne pouvant qu’avoir l’impression que le regard scrutateur de la jolie blonde était sur moi, que j’étais en faute d’une manière ou qu’une soit. Le silence qui retombait alors.

Mon regard qui se reposait parfois trop souvent sur Chiraz comme si je tentais de percevoir les contours de ce malaise qui manquait de s’intensifier. Ne discernant pas ce malaise clairement, non. Je préférai sans doute l’ignorer quand bien même je pouvais que manquer d’interpréter ce silence qui manquerait de s’installer. Ces secondes parmi lesquelles des points d’interrogation s’allumaient dans mon esprit alors que je me posais de nouvelles questions. Silence finalement rompu alors que la jolie blonde reprenait la parole calmement. Peut être trop calmement. Ce qui me faisait poser de nouvelles questions. Toutefois je ne lui en fis part, et au lieu de cela répondez à sa question. « On pourrait continuer à s’enfoncer plus dans la forêt ? » Le but à la base. Celui de s’éloigner de la civilisation. Ne pouvant que me douter que Chiraz serait du même avis, et sans doute aussi Rachel qui elle aussi avait tenté à maintes reprises d’éviter la civilisation ces derniers temps. Certes elle pourrait toujours nous surprendre mais. Il y avait toujours ce mais qui existait, qui m’induisait à vouloir m’assurer qu’elle ne restait pas justement trop éloigné de ce monde, qu’elle chercherait toujours à avoir ce lien avec les autres personnes pas forcément du campement mais aussi autour. Des traces d’une civilisation bien plus ancienne que nous représentions. Nous en étions l’âme. Nous en étions les survivants. Ayant survécu à l’apocalypse que ce soit là-haut ou ici sur terre comme avait pu réussir à le faire les grounders. L’espèce humaine continuait de survivre et de prospérer. Certes il restait plus délicat d’imaginer le nombre des adultes de l’odyssée ou des 100 gagnaient. Il n’y avait pas eu tant de naissance. Si peu. Ce qui était aussi expliqué par la présence des jeunes, par sans doute le peu de nombre de couples qui s’étaient formés. N’étant pas capable de chiffrer le nombre de couples qui existaient. Mais il y en avait peu ce qui était certain. S’il pouvait être difficile de trouver l’amour fou là-haut sur terre avec une partie de la population encore plus dispersée, encore plus décimée dû aux épreuves qu’elle avait du affronter, il semblait que délicat d’imaginer mêler les uns et les autres rapidement. Pourtant ce n’était que grâce aux naissances que la race humaine pouvait continuer espérer à survivre, prospérer. Des questions qui ne se posaient toutefois pas forcément. Une question que je ne m’étais jamais réellement posée. Et mon regard songeur qui se posait sur la jolie blonde avant de me rendre compte que de nouveau je me perdais dans mes pensées. Alors pour ne pas le faire, je reprenais la parole, conscient autant que j’avais perdu le cours de la conversation. « Dans quelle direction vous voulez aller alors ? »
(c) DΛNDELION
Rachel A. Gomez
DATE D'INSCRIPTION : 07/05/2018 PSEUDO/PRENOM : Dumbass*Angel MULTICOMPTES : non MESSAGES : 234 CELEBRITE : Chloe Bennet COPYRIGHT : Lunaeye (avatar), crackintime (signature) METIER/APTITUDES : cuistot, avec aptitudes en botanique et cuisine POINTS GAGNES : 90
Voir le profil de l'utilisateur

Escapade en forêt Empty Re: Escapade en forêt

le Ven 24 Mai - 6:47

Escapade en forêt
#rachriraz

« Love is not always simple. »
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]Mon discours diminué, mes paroles que je taisais question aussi de ne pas marcher sur le cœur de Chiraz. Oui, j’étais éternellement jalouse de la place que la blonde occupait dans la vie de Chris. Mais j’avais parcouru tant de hauts et de bas, tant d’instabilité émotionnelle, que maintenant, je voulais aller de l’avant. Pour cela, je ne devrais pas garder autant de haine ou de chagrin. Il serait plus facile pour moi de retomber dans cette noirceur que de m’en extirper. Donc si je laissais la rancœur s’éprendre de moi, ce serait un retour à la case départ. Mes efforts ne furent pas surhumains. Je ne faisais que paraître discrète, calme et … enfantine. Oui, c’est bien l’impression que je donnais à tout le monde. À en juger par l’étreinte de Chris, je ne sortirais jamais de ce moule. Oh, il est certain, je me sens complètement protégée du danger quand je suis dans ses bras. Malheureusement, s’il le fait, ce n’est pas par amour. Encore et toujours cette promesse, jamais rien de plus que ça. Un besoin de m’éloigner de sa poigne, de mettre les points sur les ‘i’, et de le rappeler à l’ordre. Il n’y avait plus de Mini-Miller. La gamine de l’époque a grandi malgré elle, a apprit à la dure que la vie est injuste. Je suis laissée à moi-même plus souvent qu’il ne le croit, préférant me débrouiller seule. Pourquoi diable faisais-je ça? Je voulais prouver à tous et à toutes que j’étais capable d’accomplir beaucoup, si on m’en laissait la chance, bien entendu.

Justement, en parlant de mes accomplissements, ne partais-je pas plus souvent en expédition? Bon, il est vrai, je le faisais déjà auparavant. Pourtant, les choses ont changé! Bien qu’angoissée à l’idée de croiser un terrien, je pars à l’aventure, j’essaie de redécouvrir ce qui auparavant m’extasiait. Je retrouvais des fleurs, des plantes. Je les dessinais, je les décrivais. Je ne fuyais plus le campement pour les mêmes raisons. Si, il y a encore quelques semaines de cela, je guettais la Faucheuse, dans mes balades au beau milieu d’un coin perdu, maintenant je sors pour trouver un moment de tranquillité, afin ide reconnecter avec la nature, avec ce qui m’avait saisi, en arrivant sur Terre la première fois. Mon but, ce serait d’avoir la force de visiter la supposée tombe où se trouve mon frère. De pouvoir lui parler, de le visiter plus souvent. De ne plus avoir la sensation de parler dans le vide et de perdre mon temps. « J’essaie. L’envie n’est pas toujours au rendez-vous, mais … » Je ne terminais pas ma phrase, incapable de m’assurer que peu importe les mots qui suivraient viendrait rassurer Chris. Au contraire, même, car je me doute bien qu’après de tels aveux, la dernière fois, chaque commentaire pourrait être interprété de la mauvaise façon.

« Je ne compte pas faire demi-tour vers le campement des cent, si c’est d’où je suis partie. Mais si vous voulez aller visiter quelqu’un, libre à vous. » N’y avait-il personne d’autre qu’ils souhaitaient rencontrer? Pourtant, Chris en connaissait quelques-uns. À l’entendre, on dirait qu’il n’attendait que de me croiser pour me proposer de continuer cette balade avec eux. Me sentant soudainement comme la cinquième roue du carrosse, celle qui tient la chandelle. Ce ne serait pas agréable, pendant une expédition. La tension déjà à couper ne ferait que s’empirer, selon moi. « Ou on peut aussi s’enfoncer un peu dans la forêt, oui. » D’autres plans, des changements que je devais faire afin de m’adapter. Heureusement pour moi, j’avais mon carnet de note. Si les choses devenaient un peu étranges, entre nous trois, je pourrais toujours continuer ou bifurquer, prétendant avoir vu quelque chose d’intéressant. Oh, j’imagine qu’il ne serait pas content. Il préférait me savoir à l’abri, ou alors en train de socialiser avec les autres … les … terriens. Sa proposition de la dernière fois, de m’enseigner la langue que ces gens parlent … je n’étais aucunement dupe. Il voulait ainsi me pousser vers les grounders, essayer de ne pas empirer les choses avec mes paroles un peu trop froides. Les cents et les odysséens qui devaient continuer à perdurer … seulement … je n’avais guère le cœur à entretenir une relation si proche de qui que ce soit que je ne connais pas. Je continuais à croire qu’il n’y avait qu’un seul homme dans mon cœur, et ce, même s’il aime une autre femme. Le baiser avec ce grounder, la dernière fois, fut une erreur que je regrettais encore jusqu’à ce jour. « Si on continue vers le nord, on arrivera à la clairière. Si jamais vous voulez un espace moins caché, ce serait la meilleure option. » Je n’imposais rien, je ne réagissais pas vraiment, mon visage plutôt stoïque. Un mécanisme de défense face au sourire que Chiraz venait de faire.  
(c) DΛNDELION
Invité
Invité
Anonymous

Escapade en forêt Empty Re: Escapade en forêt

le Mar 4 Juin - 15:33

Escapade en forêt
#rachriraz

« Love is not always simple. »
Ce moment de malaise, ce léger flottement ressenti par Chiraz alors qu'elle observe la scène en silence sans jamais se défaire de son masque d’indifférence sur le visage. Elle sent le regard interrogateur de son petit ami sur elle, comme s'il voulait tâcher de sonder ses réactions et pensées mais elle reste le plus stoïque possible. Faisant preuve de beaucoup de sang-froid. Bien sur, combien de fois elle a bouilli intérieurement. Combien de fois elle s'est posé la question de savoir ce qui aurait pu se passer entre Rachel et Chris si elle n'avait jamais existé. Formuler ses pensées à haute voix néanmoins ne servirait à rien et montrer sa jalousie non plus. La blonde le sait, elle n'a rien d'autre à faire qu'écouter en silence la conversation qu'ils vont avoir. De surveiller dans l'ombre que Rachel ne laisse jamais trop de porte ouverte au garçon, qu'elle ne lui lance pas d'occasion qu'il pourrait saisir. Parce que mine de rien, elle a tout de même peur d'être trahie de nouveau et se retrouver seule sur cette terre n'est vraiment pas un scénario envisageable. Bien sur qu'elle n'est pas aveugle et qu'elle ressent ce lien entre son compagnon et l'amie d'enfance de ce dernier. Et bien sur qu'elle ne peut rien faire pour le défaire, jamais elle ne se permettra de les éloigner malgré le danger que ça représente. Jamais non plus elle ne prendre à part Rachel pour la menacer et encore moins Chris pour le prévenir. Non, Chiraz n'est réellement pas quelqu'un de méchant. Et se mettre dans une position pareil ne lui ressemble pas.

« Si on continue vers le nord, on arrivera à la clairière. Si jamais vous voulez un espace moins caché, ce serait la meilleure option. » Elle observe Rachel qui vient de proposer l'endroit afin de poursuivre leur conversation à trois. Choisir entre la forêt et la clairière à vrai dire elle s'en fiche un peu Chiraz. Dans le fond elle subit plus cette rencontre qu'autre chose et même si elle ne veut veux pas à Chris de lui avoir caché leur destination, il est vrai qu'elle n'arrive pas spécialement à se détendre. Toujours debout les bras balants à côté de Chris, la blonde fourre les mains dans ses poches dans une tentative de paraître un peu plus assuré avant de prendre timidement la parole. « J'aurai une préférence pour la clairière, il se peut même que je fasse de nouvelles découvertes en plantes là-bas. Si ça convient à tout le monde .» Elle lance un nouveau regardé à Chris, dans l'attente de sa réponse. Au moins quitte à ne pas suivre leur conversation elle pourra faire quelques choses de constructifs en inspectant la flore de l'endroit. Bien sûr Chiraz n'est pas la plus compétente en exploration et cueillette, mais elle a l'avantage de pouvoir s'intéresser à tous ce qui l'entoure et elle avoue volontiers qu'il serait préférable pour elle de se trouver une occupation tandis que les autres parleront de l'état de santé de la brune....


(c) DΛNDELION
- Whatever it takes -
Chris Wilson
DATE D'INSCRIPTION : 01/11/2015 PSEUDO/PRENOM : Glacy MULTICOMPTES : Ezra MESSAGES : 2799 CELEBRITE : Brett Dalton COPYRIGHT : shiya (avatar), Frimelda (signature) METIER/APTITUDES : ancien militaire - maniement des armes - statège POINTS GAGNES : 1086
Voir le profil de l'utilisateur

Escapade en forêt Empty Re: Escapade en forêt

le Ven 7 Juin - 20:10

Escapade en forêt
#rachriraz

« Love is not always simple. »
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]Des propositions pour avancer, pour prendre un nouveau chemin et continuer ce voyage qui prenait un autre tournure. Un point commun qui semblait être trouvé entre les jeunes femmes. Des idées qui émergeaient. La possibilité de se diriger vers la clairière ou s'enfoncer encore plus au coeur de la forêt, et ne pouvant qu'hocher la tête face à l'idée de se diriger vers un espace plus ouvert. Il n'était que profitable de profiter des espaces ouverts. Il n'était que profiter d'échapper à des structures étouffantes. Ayant d'ailleurs voulu échapper à ce sentiment d'étouffement ressenti au campement. Alors il était certain que le choix était vite fait. Une facilité à vouloir éviter cette tentative d'oppression.

Un ciel ouvert qui n'avait jamais été entrevu avant réellement. Il y avait toujours eu une barrière. Il y avait toujours une barrière de glace entre la sécurité de la structure de l'odyssée et le ciel. Il y avait toujours eu une barrière, un plafond au-dessus de nos têtes. Des corps prisonniers entre quatre murs. Une prison qui n'était pas à ciel ouvert mais qui nous condamnait à cette pénombre infinie. Certes, il était difficile de rivaliser avec le néant, avec l'obscurité qu'offrait la voûte céleste. Une voûte céleste qui s'animait la nuit alors que les étoiles devenaient plus visibles de nouveau. Et un ciel qu'il n'était possible que d'admirer dans toute sa splendeur là sur terre. Une fois les pieds sur terre, une fois touché le sol, il était possible d'avoir une autre perspective du monde qui nous entourait. Désormais le ciel était semblable au plafond qui recouvrait nos têtes lorsque nous nous trouvions au coeur de l'odyssée. Un plafond vivant qui changeait de couleur, bien plus appréciable à observer que le plafond triste, morne et sinistre qui avait surplombé nos têtes pendant des années. Un ciel qui pouvait se montrer capricieux, qui pouvait devenir ombrageux en l'espace de quelques secondes. Les éléments qui pouvaient se déchaîner avant qu'une couche de peinture bleu ne le repeigne, et qu'il retrouve sa tranquillité. Une magnificence qu'il était difficile de comparer. Une perspective inversée là sur terre. Un regard qui pouvait se perdre facilement dans la voûte céleste. Lorsque le crépuscule tombait; il était tentant de compter les étoiles ne serait-ce que pour trouver le sommeil comme d'autres compteraient les moutons, pour trouver du réconfort face à des nuits d'insomnies. Mais les étoiles étaient toujours trop nombreuses. Il était impossible de les compter. Il était possible de retrouver les constellations sans pour autant réussir à en déterminer l'étendue précisément. Des étoiles filantes qui étaient désormais plus difficiles à entrevoir. Certains qui disaient qu'elles représentaient ceux éjectés. A chaque fois qu'une personne était éjectée de l'odyssée, que son corps chutait dans l'infinie du soleil, une nouvelle étoile filante était née.

Me demandant à quoi aurait ressemblait la chute de mon père vue d'en bas. Chute que j'avais provoqué. Le retour d'une pièce d'une monnaie. Chute auquel il ne s'était pas attendu. Mais une chute qui s'était produit. Et le ciel qui sans émouvoir avait changé de teinte. Peut être que la pluie ne représentait que des larmes, comme celles qui pouvaient couler le long des joues. Des histoires que chacun pouvait aimer se raconter. Chacun qui restait libre d'en inventer la suite. Des mots qui existaient pour permettre d'autant de créer de nouveaux contes. Des nouveaux mots qui pouvaient être imaginés pour nommer de nouvelles couleurs, pour donner un titre à ce qui restait inconnu. Un désir de s'approprier l'inconnu. Ce même inconnu qui pouvait faire peur, autant que les émotions. Cet inconnu que chacun tentait de maîtriser à sa façon. Certains qui s'affranchissaient des règles, certains qui tentaient de le dompter, certains qui reculer de peur de sauter et d'autres qui sautaient. Un choix qui était présenté à chacun. Et chacun qui réagissait différemment en fonction de sa personnalité, de ce qu'il désirait faire. Des réponses qui changeaient et qui permettaient d'étendre chaque jour le champs des possibilités. D'autres choix qui étaient peut être faits dans un autre univers parallèle. Peut être que là-bas, la terre était différente. Peut être que là-bas, un second soleil existait. Peut être que là-bas les couleurs étaient bien plus vives. D'autres histoires qui y seraient racontées. Et une nouvelle histoire qui serait racontée le lendemain. Mais aujourd'hui celle-ci était celle qui continuait de s'écrire.

Mon regard qui s'était posé sur Chiraz puis sur le visage de Rachel. La première qui n'avait pu qu'avancer son désir de découvrir de nouvelles plantes. Des points qui convergeaient. Des points que j'aurai aimé relier tout comme on pourrait vouloir tracer un dessin, en reliant les points entre eux. « On peut aller là-bas, oui. Tu as des plantes à ramasser aussi Rach ? » Rach, non mini-miller. Des expéditions. Plus précisément, des plantes que nous avons ramené d'expédition, que nous avons récolté jusqu'aux montagnes. Des plantes dans lesquels je n'étais pas un expert. Délégant cette tâche volontiers et que conscient que j'étais entouré de personnes bien trop intelligentes et expertes dans la matière que je ne pourrai jamais l'être. Néanmoins, j'avais pu prendre des notes à chaque fois et examiner les croquis dessinés pour tenter de retrouver les bons plans des mauvais. Toutefois il restait parfois trop délicat de distinguer des brin d'herbe ou des plantes qui à mes yeux se ressemblaient toutes. Ce qui restait un peu du charabia tout comme l'avait été pour longtemps la mécanique entre autre. Mais curieux, j'avais pu apprendre auprès de ceux que je côtoyais. N'ayant eu trop de choix alors que j'avais du rapidement m'immerger pour ne pas être largué face au jargon employé par Ailina, Robb ou encore Isaïah. Ce qui importait pour eux importait aussi à mes yeux. Ce qui me donnait le désir d'apprendre. La curiosité toujours là bien qu'il était certain que je préférai comparer des armes entre elles que de décider quelle plante serait la plus utile pour guérir des maux. « Au moins, on aura pas besoin d'aller aussi loin pour en chercher cette fois. » Un bon point alors que les plantes seraient certainement plus près que celles se trouvant au coeur des montagnes. « Tu en recherches en particulier ? » Mon regard qui s'était reposé sur Chiraz d'autant alors que je ne pouvais que me demander si elle recherchait des plantes pour l'infirmerie. Ce qui restait certain était que là se trouvait un terrain commun de discussion pour les deux jeunes femmes. Un terrain qui pouvait faire disparaître le silence, mais un terrain aussi miné où je pouvais me retrouver coincé si elles décidaient de s'allier contre moi. Une possibilité qui restait alors qu'il y aurait toujours un moment où je tenterai de prendre avantage, de vanter les mérites des combats face à la cueillette de pâquerettes. Mais pour le moment, je ne pouvais que tenter de me tenir à carreaux. Ce que je me répétais. Me tenir à carreaux, ne pas dépasser une ligne invisible où je me retrouverais acculé entre deux tables comme l'avait pu l'être Rachel lorsque Devos et moi-même l'avions pris en embuscade.

« En tout cas, ce serait mieux de se trouver à ciel ouvert. » Ce que je préférai. Et me demandant si elles partageaient la même opinion, le même sentiment. Me demandant si elles aussi avaient trop souvent ce sentiment d'étouffement, cette volonté de s'échapper. Chacun qui cherchait à fuir quelque chose. Chacun qui cherchait cette bouffée d'oxygène. Peut être ce choix d'autant plus pour gagner la clairière. Et un sourire qui naissait à mes lèvres en découvrant le champs de fleurs. Des fleurs qui étaient partout, qui semblaient avoir poussé dans tous les sens. Un champs de fleur à l'état sauvage. Un champs de fleur qui n'avait en soit rien d'ordinaire à première vue. Après tout, il était logique que les plantes poussent, qu'elles puissent gagner du terrain. La nature qui reprenait ses droits. Des plantes qui vivaient bien que trop souvent temporairement. Ephémère. Mais ce sentiment de déjà vu il n'existait pas seulement parce que nous nous retrouvions dans une clairière ou face à un champs de fleurs; que face au fait que ces fleurs étaient lumineuses, phosphorescentes. Mon regard qui se passait sur Chiraz. Me demandant si elle pensait à la même chose que moi. Ce même champs de fleur qui se trouvait à un autre endroit mais qui avait annoncé le début de cette histoire. Des fleurs non seulement lumineuses de plein jour mais qui se teintaient d'une lueur bleutée la nuit. Des papillons bleus touchés par la radioactivité qui avaient pris cette teinte bleutée à leur tour. Une couleur qui ne rendait le spectacle que plus attrayant, que plus éblouissant. Une bulle créée. Une bulle dont il n'était que possible de désirer d'y rester. Mais tôt ou tard cette bulle prenait fin, tout comme les fleurs pouvaient perdre leurs pétales avant d'éclore de nouveau. Ce même phénomène qui se produisait avec ces plantes fluorescentes. Chaque nuit, le spectacle changeait. Chaque nuit, la forêt se teintait d'une atmosphère mythique, enchanteresse. Des souvenirs qui remontaient dans mon esprit. Des souvenirs frais. Une clairière près du campement de l'odyssée, différente mais similaire. Une clairière qui était devenue un point de repère, une échappée. Ma main qui glissait sur les pétales des plantes alors que je faisais un pas en avant. Ne souhaitant rompre avec la beauté de cet instant. Un silence harmonieux qui avait gagné les coeurs et les esprits. Me frayant un chemin parmi les plantes alors que mon regard glissait au coeur de la clairière puis sur le ciel. Difficile de croire que la journée n'avait fini sa courbe. Difficile de croire que la journée était loin de prendre fin. La sensation d'être coupée du monde. La sensation que le temps s'était figé. Cette sensation recherchée qui était trouvée. Cette sensation que je pouvais vouloir voir perdurer encore. « On devrait rester là pour la nuit... » Une proposition. Une proposition ou plutôt un doux souffle, un murmure. Un murmure difficile à faire concilier avec un ton plus grave, plus rauque. Mais un murmure prononcé alors qu'il était désirable de ne rompre avec la beauté de cet instant. Comme si parler trop fort pourrait faire éclater cette bulle dans laquelle nous nous trouvions désormais. Il était certain que je ne voulais en prendre le risque, préférant au contraire rester là.

Alea jacta est:

Afterwads : quand tu t'attends au pire avec les dés, à affronter le danger, à périr et que tu tombes sur des fleurs Escapade en forêt 3932957285Escapade en forêt 412041774
(c) DΛNDELION


Dernière édition par Chris Wilson le Ven 7 Juin - 21:03, édité 2 fois
Game Master
DATE D'INSCRIPTION : 28/05/2014 PSEUDO/PRENOM : Le Grand Manitou MESSAGES : 2283 CELEBRITE : Nobody POINTS GAGNES : 90
Voir le profil de l'utilisateur
Admin

Escapade en forêt Empty Re: Escapade en forêt

le Ven 7 Juin - 20:10
Le membre 'Chris Wilson' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Mésaventure (Terre)' :
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Rachel A. Gomez
DATE D'INSCRIPTION : 07/05/2018 PSEUDO/PRENOM : Dumbass*Angel MULTICOMPTES : non MESSAGES : 234 CELEBRITE : Chloe Bennet COPYRIGHT : Lunaeye (avatar), crackintime (signature) METIER/APTITUDES : cuistot, avec aptitudes en botanique et cuisine POINTS GAGNES : 90
Voir le profil de l'utilisateur

Escapade en forêt Empty Re: Escapade en forêt

le Jeu 27 Juin - 6:09

Escapade en forêt
#rachriraz

« Love is not always simple. »
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]Je ne proposais la clairière que par pure coïncidence. La vérité est que j’avais quitté le campement des cents, en ne préparant aucun plan au préalable. Une envie terrible de me promener, de ne pas m’éterniser dans un coin, et peut-être de retrouver la beauté que détenait la Terre. Ne m’étais-je pas montré admirative, en foulant le sol pour la première fois, et poser mes yeux sur le paysage nous entourant? Oui, tout à fait. Même s’il nous fallait établir un ordre d’idées, une mécanique de travail efficace à notre survie, je ne pouvais cacher mon envie d’explorer les environs, voire d’expandre les frontières. Malheureusement, en se faisant attaquer par les grounders, la première fois, je perdis vite mon amour pour l’aventure. Trop craintive qu’on ne soit attaqué soudainement, je délaissais mes rêves pour mieux me concentrer sur notre situation, apporter un peu de mon aide au groupe. Puis, lorsque les Odysséens sont arrivés, et que la réconciliation entre Robb, Chris et moi se fit, on put se balader, explorer des recoins cachés. Je crus que nous passerions le restant de nous jours comme lorsque nous étions là-haut. Il n’y avait rien qui démontrait le contraire. Pourtant … pourtant le destin fut tout autre. J’étais obligée de réapprendre à tout faire. Manger, dormir, parler. En plus de ces besoins vitaux, je ne pouvais oublier ma santé mentale, c’est-à-dire mon humeur et mes émotions. Pour cela, il n’y a rien de mieux que de renouer avec certaines de mes passions, dont celle de la nature.

Tout le monde semblait accepter ma proposition, ce qui m’étonna un peu, surtout de la part de Chiraz. Je croyais qu’elle parlerait d’un autre recoin, d’un endroit qu’elle préfère, mais non. À la place, elle ajouta vouloir en profiter pour faire de nouvelles découvertes en plantes. Je hochais discrètement la tête. « Je n’ai pas de plantes en particulier à ramasser, Chris. Je ne fais que voir, prendre des notes. » Ne pas m’éterniser sur le sujet, me doutant qu’il comprendrait mes propos. Sortir et essayer de sourire. Oui, c’est bien ça. Ce geste tout simple, celui que bien des gens font automatiquement. C’est ce que je ne faisais pas depuis longtemps. Si je devais me retrouver le nez dans les plantes et les fleurs pour qu’enfin je me sente mieux, eh bien c’est ce que je ferais. « Effectivement, ce n’est pas aussi loin que les montagnes. Mais il y a des espèces qui ne poussent qu’en haute altitude, c’est pour ça qu’on n’a pas vraiment eu le choix. » Je ne sais pas si je faisais ces explications pour Chiraz ou pour moi. D’un côté, j’osais croire que la blonde serait rassurée de savoir que cette sortie à l’improviste avec Chris, il y un petit moment déjà, ce n’était rien d’autre que pour les ravitaillements en herbes médicinales pour le campement des cents. À bien y repenser, peut-être que ces excuses pathétiques me servaient aussi à me mentir en plein visage, question de ne pas penser à mes sentiments envers le beau brun.

J’écoutais attentivement la réponse de la blonde, ainsi que les quelques interventions de Chris, avant de les suivent. Mon rythme n’était pas aussi rapide que le leur, mais je ne les perdais jamais de vue. Cependant, mon regard se posait sur le paysage autour de nous. Je testais mes connaissances, en reconnaissant une plante ou une fleur, puis essayer d’en trouver le prénom. Si je ne la trouvais pas dans mon carnet, je prendrais note du chemin que l’on a suivit jusqu’ici, et saurais revenir pour mieux comprendre leurs caractéristiques. Je reconnus plus d’une espèce de verdure, ce qui m’étonna, vu que je n’avais pas encore appris par cœur toutes mes notes. Peut-être est-ce l’instinct, qui sait. Ça, ou le savoir s’accumulait sans qu’il ne disparaisse, preuve que ma passion ne m’a pas quitté. En revanche, rien ne me prépara à apercevoir des fleurs … lumineuses. « Qu’est-ce que… » Je ne sus terminer ma phrase, mon esprit et mes yeux accaparés par ce spectacle silencieux. Il y avait un côté presque enchanteur à ce que je voyais, et les mots manquaient pour le décrire. Par instinct, je me mis à griffonner sur mon carnet, ayant pourtant aperçu les regards que lui et la blonde se lançaient. Heureusement que nous étions près de la clairière! Ça me permettrait peut-être de décompresser et partir dégourdir mes jambes, les laissant ainsi entre eux. Les fleurs phosphorescentes les tiendraient occupés pendant un bon moment. Ainsi perdue dans mes plans, c’est à peine si j’entendis Chris nous parler. « Ça ne me dérange pas. Je n’ai pas apporté de quoi survivre tout une soirée, mais bon, nous sommes à la clairière, ce ne devrait pas être trop dangereux. C’est comme vous voulez. Tout ce que je demande, c’est d’avoir le premier tour de garde. » Je préférais toujours le faire avant les autres, quoique je serais presque tentée de leur dire qu’ils n’ont pas besoin de le faire, que je me porte volontaire à leur place pour la nuit entière. J’essayais cependant d’être plus raisonnable, et de me retrouver en position assise ou couchée, même si je ne fermais pas les yeux.
(c) DΛNDELION
Admin △ Underneath it's just a game
Harlan Tikaani
DATE D'INSCRIPTION : 06/12/2015 PSEUDO/PRENOM : Electric Soul MULTICOMPTES : Kayden Elwood & Einar Helgusson MESSAGES : 9267 CELEBRITE : Jon Kortajarena COPYRIGHT : Electric Soul & tumblr METIER/APTITUDES : Conseiller druide | Soigneur & orateur/diplomate TRIBU : Naori POINTS GAGNES : 1201
Voir le profil de l'utilisateur
Admin △ Underneath it's just a game

Escapade en forêt Empty Re: Escapade en forêt

le Dim 1 Sep - 12:27
RP archivé suite à la suppression de Chiraz Escapade en forêt 484338566
Contenu sponsorisé

Escapade en forêt Empty Re: Escapade en forêt

Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum