Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous

last resort (ezra) [⚠ violence] Empty last resort (ezra) [⚠ violence]

le Jeu 4 Avr - 11:59

   
Last Resort
Ezra & Shana

   
« Can you help the hopeless? Well, I'm begging on my knees. Can you save my bastard soul ? Will you ache for me ? »
Le soleil frappe. Fort. Et pourtant, moult rahjak sont agglutinés sur la place principale du marché, pour assister au châtiment de l'esclave en fuite que la mercenaire a récupéré, lors de son dernier voyage hors de la cité dorée. Encore un pensant pouvoir fuir les mines de sel, sans que personne ne s'en aperçoivent et qu'aucune alerte ne soit donnée à l'instant même où sa fuite aurait été découverte. Un esclave que la mercenaire connait bien, puisque ce n'était pas la première fois qu'elle lui courait après pour le ramenait à son point de départ. Un esclave qui avait eu la chance de tomber sur un maître conciliant, beaucoup trop conciliant au goût de la mercenaire. Car à chaque tentative, il s'en sortait avec dix coups de fouet et retour dans les mines de sel, mais ça ne semblait pas le décourager pour autant. Sauf que depuis les derniers événements, tout avait changé, pas que la vie au sein de la Cité, mais les gens aussi. Si bien que la sentence pour cette énième fuite fût pire que la mort aux yeux de la mercenaire. L'esclave recevra cinquante coups de fouet, avant d'être envoyé dans les Mines de Malma, là où aucun esclave n'est jamais revenu. La place principale est à présent rempli. Shanareth est sur l’estrade, à côté du maître de l'esclave. Son regard balaye les rahjaks présents, elle espérait tomber sur les yeux de son frère, mais il n'est pas là - comme toujours. Elle détourne le regard pour voir arriver deux gardes, maintenant fermement l’esclave avant de l'attacher sur un poteau, dos face à l'assemblée. L'un d'eux rappel aux personnes présentes pourquoi cet homme est attaché et quel sentence lui a été attribué. C'est alors que l'homme à côté de la mercenaire se déplace, prenant le fouet que l'un des gardes lui tend.

Et le premier coup part, cuisant, déchirant la peau du malheureux et un premier filet de sang s'échappe de la blessure fraîchement taillée. La mercenaire d'un calme olympien regarde sans broncher, sans sourciller, sans sourire même - alors qu'autrefois elle ne serait pas gênée pour se complaire du malheur de ce pauvre homme attaché à son poteau. Pourtant, elle n'en fait rien, se contente simplement de compter les coups s'abattre sur la peau de l'esclave et de regarder le sang couler sur son corps et sur le sol de l'estrade en de fines gouttelettes. Au quarantième coups de fouet, l'homme au fouet s'arrête, il se dirige vers la mercenaire. Ils se regardent un long moment, avant que ce dernier ne finisse par lui tendre l'objet de la souffrance de son esclave. Il veut lui laisser les dix derniers coups, certainement un dédommagement de toutes les fois où elle a due partir à la poursuite de son esclave. Elle accepte de prendre le fouet et s'avance à son tour vers le centre de l'estrade.

Son regard se perd sur les gens, tous retiennent leur souffle, tous connaissant la cruauté de la mercenaire et qui ils le savent tous prendra un malin plaisir à achever la souffrance de pauvre homme. C'est alors que son regard se fige, tombe sur celui d'une femme qu'elle a cherché a esquivé depuis déjà un an. Ces yeux là, la mercenaire ne saurait les oublier, s'y étant déjà trop noyés. Ezra. Que fait t-'elle ici ? Pourquoi ici ? Pourquoi maintenant ? Des questions que la mercenaire se pose, alors que son bras se tend machinalement, donnant le premier coup de fouet. Il est franc, violent et sanglant. Ses yeux n'ayant toujours pas quitté ceux de la jeune femme. Chaque lacération sur le dos de l'esclave lui rappelle celle gravé sur son cœur, lorsque la mercenaire a décidé de laisser partir Ezra. Et au dernier coup de fouet, Shanareth ne lâche pas Ezra du regard, une unique larme coulant le long de son joue - alors que les gardes détachent l'esclave pour l'emmener dans la Mine de Malma, là où il finira ses derniers jours. La mercenaire descend les marches, se mêlent aux autres rahjaks, cherchant à se cacher d'Ezra - ne souhaitant en aucun lui faire face, de peur de lui faire du mal. Elle veut fuir ce face à ce face qui semble de plus en plus inévitable à mesure où les cachettes s'amenuisent pour l'éviter.
(c) DΛNDELION



Dernière édition par Shanareth Zamarguilea le Ven 5 Avr - 15:47, édité 1 fois
† Game of survival †
Ezra Aerys
DATE D'INSCRIPTION : 28/02/2016 PSEUDO/PRENOM : Glacy MULTICOMPTES : Chris Wilson MESSAGES : 1796 CELEBRITE : Jessica Parker Kennedy COPYRIGHT : chrysalis (avatar) METIER/APTITUDES : esclave de Roan (de retour) ▲ métier ingrat ▲ ancienne couturière, esclave domestique, prostituée TRIBU : Rahjak POINTS GAGNES : 511
Voir le profil de l'utilisateur

last resort (ezra) [⚠ violence] Empty Re: last resort (ezra) [⚠ violence]

le Jeu 4 Avr - 20:57

   
Last Resort
Ezra & Shana

   
« When we fight, we fight like lions. But then we love and feel the truth. We lose our minds in a city of roses. We won't abide by any rules... »
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]Ce n'était pas ce que j'avais en tête au départ. Au départ je n'étais que là pour faire des commissions sur la grande place. Mais trop rapidement, bien trop rapidement j'avais été emportée par les mouvements de la foule. Des badauds qui se pressaient dans une même direction. Ayant tenté de résister au départ, de gagner les étalages des marchands les plus proches puis j'avais renoncé. Emportée par le flot de badauds. Me laissant aller face au murmure de la foule. Un murmure qui se propageait. Un murmure qui se propageait, des voix en écho qui résonnaient alors qu'était propagé la nouvelle.

Ce n'était pas un spectacle dans les arènes qui allaient se tenir, mais en soit l'impact était similaire. Un spectacle pour le peuple où les règles étaient rappelées. Un esclave qui allait être châtié. Certains qui disaient que c'était non seulement les mines qui l'attendaient mais les coups de fouet. Simplement entendre les murmures de la foule. Simplement entendre le nom des mines de Malma me fit frisonner. Ce frisson glacial qui m'étreignait sans que je ne puisse l'empêcher. Si l'espoir de revenir des mines des sels existait, jamais personne n'était revenu des mines de Malma. Une condamnation à l'obscurité. L'impossibilité de revoir le soleil. L'impossibilité de revoir la lumière du jour. Ceux condamnés là-bas n'auraient d'autre choix que d'extraire l'or, le cuivre, l'argent. Peu échappait aux mines. L'un des sorts qui était le plus effrayant. Ceux qui étaient envoyés là-bas étaient ceux dont on voulait se débarrasser.

Il était impossible de se faire des idées, croire qu'ils reviendraient. Pourtant parfois une petite lueur était allumée, une petite flamme qui était allumée dans le noir. Ce que j'avais appris en revenant. Des esclaves qui avaient fait grève dans les mines du sel. Une première fois qu'ils s'étaient révoltés. La situation qui n'avait pas réellement changée après. La situation qui restait en soit tendue au sein de la cité, avec les autres grounders. La situation qui était toujours tendue. Il y avait toujours cet éclat de violence. Un contraste apparent avec les autres tribus alors que l'attraction en ce milieu de matinée devenait ce châtiment.

Et bientôt je me retrouvais en face de l'estrade, à quelques pas. Sa place où j'avais été. Commençant à trembler sans me rendre compte alors que je me forçais à reprendre ma respiration. Il était là aussi impossible de faire demi-tour. Certes, ce n'était pas pour les mêmes raisons que je ne pouvais faire demi-tour. Il n'y avait pas cette fois-ci de soldats pour m'empêcher de tenter de fuir, il n'y avait pas de bourreau pour se tenir à côté. Du moins, le bourreau n'était pas à mes côtés. Mais cerclée je l'étais encore. Cerclée par les badauds. L'impossibilité de me frayer un chemin alors que désormais il me faudrait assister jusqu'au bout à cette exécution. Me forçant à respirer et à me dissocier des souvenirs. Ces souvenirs qui remontaient à la surface ores et déjà mais que je m'efforçais de repousser. M'en détachant pour finalement poser un réel regard sur l'estrade. Deux silhouettes s'en trouvant. Le maître de l'esclave. Et une silhouette dont je ne connaissais que trop bien toutes les courbes, une silhouette que je n'avais plus vu depuis longtemps. Ce qui ne restait pas moins un choc. L'impression que pendant l'espace de quelques secondes mon coeur s'arrêtait de battre alors que mon regard se posait sur la silhouette de Shanareth.

Là immobile sur l'estrade. Ne m'ayant vu. Mais l'inverse était existant. Mon regard qui était fixé sur elle. Il y avait quelques mètres pour nous séparer. Elle ne semblait pas avoir changé. Mais pourtant comme à chaque fois, c'était comme une flèche reçue en plein coeur. Mon regard qui ne quittait sa silhouette, détaillant chacun de ses traits. Ne pouvant que noter aussi qu'elle cherchait quelqu'un du regard. Son regard qui scrutait la foule. A cet instant je ne pouvais qu'espérer qu'elle ne me remarque pas. Tout qui se bousculait dans mon esprit alors que je retenais mon souffle. Ma respiration qui semblait revenir lorsque son regard se détourna pour se poser sur les silhouettes des gardes qui emmenaient l'esclave sur l'estrade.

Elle qui ne se détachait pas de l'estrade. Non pas que le châtiment attendait. Les premiers coups de fouet qui s'abattaient. Je grimaçais. Chaque coup de fouet qui résonnait dans l'air et qui claquait contre la peau. Non pas que je ne savais pas ce qu'il en était. Les marques qui étaient toujours sur ma peau. Les cicatrices qui resteraient jusqu'à la fin. La morsure du fouet je m'en rappelais. Me rappelant de la douleur. Des orteils de pied qui avaient fini sur l'estrade. Et si je paraissais hypnotisée par le spectacle, mon regard qui n'était même pas posée sur elle, je ne pouvais que revivre d'autres souvenirs. Incapable d'esquisser alors le moindre mouvement. Prisonnière de nouveau des ombres. Ne pouvant même pas dire combien de secondes ou minutes s'étaient écoulées. Personne ne bougeait. Et aucun mouvement ne se fit. Ne retrouvant contact que lorsque les claquements de fouet cessèrent de résonner.

Mais ce n'était pas fini. Non, la situation ne faisait qu'empirer. Le fouet qui était tendu à Shanareth. De nouveau c'était comme si tout s'arrêtait. Et c'est alors que son regard rencontrait le mien. Pourtant ce fut sans hésiter qu'elle prit le fouet. Son regard qui ne me quittait pas à chaque coup qu'elle donnait. Jusqu'au dixième qui résonnait. J'avais toujours su qu'elle était une mercenaire, qu'elle était une assassin, qu'elle avait du sang sur les mains. Ce n'était pas ce fait qui était la conséquence de ce tourbillon d'émotions dans laquelle j'étais prisonnière désormais. Non, cette scène elle était bien plus personnelle. Et trop loin pour entrevoir la larme qui coula le long de sa joue. Trop loin pour la retenir alors qu'aussitôt elle s'éloignait de l'estrade pour s'éloignait. Mais à vrai dire je ne tentais de la rattraper. Ce dont je n'étais capable en vue de ma condition. Ce que je ne voulais pas. Pour la première fois je ne voulais la rattraper, la retrouver. Pour une fois, je me détournais à mon tour. Mais là encore je ne décidais pas du mouvement de la foule. Alors que je tentais de m'éloigner, la foule m'emmenait, dérivant le cours de ma route. Oubliées les provisions à ramener. Mais là encore je ne décidais pas. Ne me retrouvant qu'à lui faire face.
(c) DΛNDELION


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] last resort (ezra) [⚠ violence] 484338566
Invité
Invité
Anonymous

last resort (ezra) [⚠ violence] Empty Re: last resort (ezra) [⚠ violence]

le Ven 5 Avr - 17:33

   
Last Resort
Ezra & Shana

   
« Can you help the hopeless? Well, I'm begging on my knees. Can you save my bastard soul ? Will you ache for me ? »
Aussitôt l'esclave emmenait, la mercenaire n'avait pas perdu de temps pour quitter l'estrade. Elle ne souhaitait en aucun cas restait une seconde de plus dans les parages, tout en sachant qu'Ezra y était aussi. En se mélangeant à la foule, elle espérait lui semer compagnie ou du moins, faire en sorte qu'elle n'essaye pas de la rattraper, de la retrouver parmi les autres. Malgré elle, elle espérait que la jeune femme tente de la rattraper - encore un infime espoir pour se convaincre à elle-même que leur histoire n'était pas totalement terminée et que les morceaux brisés pouvaient encore être recollés. Une utopie, un rêve, une chimère que de croire que ces deux femmes puissent se réconciliées et faire comme si l'une d'elle n'avait jamais fui la cité et que l'autre l'avait laissé partir sans la rattraper. La mercenaire se faufile entre la foule, cherche une brèche où en sortir. Et alors qu'elle pensait s'être suffisamment éloignée d'Ezra, voilà qu'elle lui fait à présent face, la foule l'ayant sans le vouloir amenée jusqu'à elle. Elle pourrait simplement la contourner et faire comme si elle ne l'avait pas vu, mais tout ce qu'elle fait c'est regarder la jeune femme dans les yeux. Incapable de bouger, comme paralysée, la mercenaire voudrait partir, mais son cerveau ne lui obéit pas, son corps ne répond pas. Seul son regard reste plongé dans la splendeur de ses beaux yeux noisettes.

Ce regard qui lui a tant manqué et dont elle n'a pas cessé de songer durant tout le temps où cette dernière était partie, se demandant si elle la reverrait un jour. Et maintenant que c'était chose fait, elle ne savait pas quoi lui dire - si elle devait l'ignorer, la saluer ou la tuer comme elle s'était promis de le faire, si jamais cette dernière devait à nouveau croiser son chemin. Mais serait t'-elle vraiment capable de faire du mal à la seule femme qu'elle a aimé ? La seule femme qui a su voir l'humaine derrière la vipère ? La seule qui a su faire battre son cœur, alors que leur amour était censé être interdit et prohibé. En face à face, les minutes s'écoulent, mais la mercenaire ne veut toujours pas bouger, comme si au fond, ça lui faisait du bien de la savoir ici, vivante. Lorsqu'elle avait appris son retour de la bouche de son frère, elle s'était attendue à ce qu'il lui dise qu'elle avait été condamnée à mort ou condamnée à finir ses jours avec les autres dans les Mines de Malma. Mais au lieu de ça, elle fût condamnée au fouet et à perdre deux de ses orteils. Un châtiment moindre pour la faute commise, mais un châtiment qui contenta Shanareth. Elle avait certes perdu une partie de son autonomie pour se déplacer, mais au moins, elle pouvait s'estimer heureuse d'être encore en vie.

Un autre n'aurait sûrement pas eu autant de chance. Un mal pour un bien. « ...Salut ! » Sort t-'elle avec difficulté. Au moins, elle a réussi à dire et à faire quelque chose. Son regard se détache du sien, descend sur le corps de la jeune femme et sur le panier qu'elle tient dans ses mains. Apparemment Roan l'a envoyé faire les commissions, à moins que ce soit une décision qu'elle a pris d'elle même. Puis, son regard descend plus bas, sur le bas de la robe où le pied entaillé et meurtri est caché derrière le tissu. « Comment va ton pied ? » Lui demande t'-elle l'air de s'en soucier sincèrement en désignant d'un mouvement de tête l'endroit en question. Peut-être qu'elle ne voudra pas lui en parler, peut-être ne voudra t'-elle pas lui parler du tout. Dans ce cas, Shanareth s'en ira et continuera son chemin. Au moins, Ezra ne pourra pas lui reprocher de ne pas avoir essayé d'arranger les choses entre elles.
(c) DΛNDELION

† Game of survival †
Ezra Aerys
DATE D'INSCRIPTION : 28/02/2016 PSEUDO/PRENOM : Glacy MULTICOMPTES : Chris Wilson MESSAGES : 1796 CELEBRITE : Jessica Parker Kennedy COPYRIGHT : chrysalis (avatar) METIER/APTITUDES : esclave de Roan (de retour) ▲ métier ingrat ▲ ancienne couturière, esclave domestique, prostituée TRIBU : Rahjak POINTS GAGNES : 511
Voir le profil de l'utilisateur

last resort (ezra) [⚠ violence] Empty Re: last resort (ezra) [⚠ violence]

le Ven 5 Avr - 23:03

   
Last Resort
Ezra & Shana

   
« When we fight, we fight like lions. But then we love and feel the truth. We lose our minds in a city of roses. We won't abide by any rules... »
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]Face à face. Tôt ou tard cette réunion aurait dû se produire. Tôt ou tard j'aurai croisé sa route. Tôt ou tard je l'aurai aperçu. La cité rahjak qui n'était pas assez grande pour que nos chemins ne puissent pas se croiser. Et la revoir je l'avais espéré. La revoir je l'avais espéré, ayant espéré qu'elle soit là. Ayant cherché sa silhouette parmi la foule de badauds qui se pressait pour assister à mon châtiment. J'avais cherché sa chevelure brune, son regard dans lequel j'avais eu l'habitude de me perdre. Mais je ne l'avais pas trouvé. Elle n'était pas venue. Je n'avais trouvé aucun réconfort. Longtemps je m'étais demandée si elle avait décidé de ne pas venir expressément. Longtemps je m'étais demandée si elle avait su. Mais il était obligé qu'elle ai su la nouvelle alors que les rumeurs avaient fait le tour de la cité, que les nouvelles se propageaient toujours comme une traînée de poudre. En ayant conclu que c'était volontairement qu'elle avait décidé de ne pas venir. Des questions restées en suspens. Une pointe d'amertume qui était restée. Peut être aurait-il été préférable qu'elle ne soit pas là. Sa présence qui n'aurait rien changé à mon sort, qui m'aurait seulement donné un peu plus de courage. Ayant conclu qu'elle avait bel et bien tourné la page. Pourtant c'était comme elle l'aurait fait que je m'étais redressée. Ayant gardé la tête haute. Ayant aussi voulu garder la tête haute pour leur faire un queue de poisson, pour leur offrir ce spectacle qu'ils voulaient entrevoir. Sachant que si elle avait été là, elle ne leur aurait pas fait le plaisir de se montrer docile. Sans aucun doute que Shell lorsqu'elle avait tenté d'assassiner les membres de la royauté s'était aussi montrée valeureuse lors de son exécution. Si je ne la portais dans mon coeur, il aurait tort de ne pas reconnaître le feu qui brûlait dans les veines de la blonde. Ce même feu qui avait brûlé en Radoslav avant que les flammes ne s'éteignent, qu'il n'y ait plus que cendre. Ce même feu qui brûlait en elle, qui brûlait en Roan. Ayant voulu me monter brave. Ayant pris la parole. Sans doute l'une des raisons outre mon comportement, et mon nouveau statut qui m'avait valut de perdre des deux orteils. Perte auquel elle n'avait assisté. N'ayant pas été là.

Elle n'avait pas été là quand le fouet s'était abattu sur mon dos. Elle n'avait pas été là pour entendre les cris qui sortaient de ma gorge, qui résonnaient. Elle n'avait pas été là pour voir la douleur se peindre sur mon visage. Me demandant toujours ce que ressentait la foule quand chacun venait assister à une exécution. Me demandant toujours s'ils entendaient ces cris qui brisaient les coeurs. Ces cris qui me ramenaient là-bas. Ces cris qui m'emmenaient à me perdre dans le noir. Ces cris qu'elle avait provoqué. Ce fouet avec laquelle elle avait frappé sans relâche la chair, le dos. N'ayant pu m'empêcher de me demander si elle aurait fait de même si j'avais été celle qui était à sa place. Après tout là non plus ce n'était Roan qui avait administré les coups de fouet. Non. L'honneur qui avait été fait à un autre bourreau. Et sa réputation qui n'avait pu que partir en flamme un peu plus. Réputation qu'il regagnait désormais. De l'eau qui avait coulé sous les ponts ou du sang. Un tournant qui avait eu lieu. Pourtant ce n'était ni cette exécution, ni son absence à elle qui avait provoqué ce changement dans la relation si ce n'est ce point de non retour que j'avais pris au coeur de la forêt. Ce dont elle ne savait rien. Ce que je n'étais prête à lui avouer alors que mon regard était rivé dans le sien.

Car de nouveau, elle était en face de moi. De nouveau elle était là. Soudainement immobile. Elle ne bougeait pas, me forçant à me demander ce qu'elle attendait. Alors qu'elle avait été si prompte à prendre la fuite, elle était désormais là, clouée sur place. Et j'étais tout aussi incapable de faire demi-tour ou de m'éloigner comme je l'avais fait quelques instants après sa fuite. Parce que comme toujours un pincement était éprouvé à l'endroit où se trouvait mon coeur en la regardant. Mais pourtant incapable de mettre des mots sur ce que je ressentais, de tirer une ligne concrète. Il m'était alors impossible de coudre en ligne droit un filament. Les ornements ils s'entremêlaient. Des noeuds qui étaient créés alors que je ne pouvais que l'observer, attendant qu'elle fasse le premier pas ou qu'elle se détourne. Lui laissant ce choix qu'elle avait déjà fait avant. Ce choix qu'elle avait fait et qui m'avait autant blessé. Si elle m'avait accordé ma liberté, elle avait autant tiré une flèche dans mon coeur en décidant de retourner de la cité. Refusant de la fuir par amour. Refusant de renier ses origines par amour. Des questions qui n'avaient pu que surgir par la suite et peut être qu'à cet instant la colère était aussi de retour. Si j'avais cru faire la paix avec notre histoire, il ne suffisait que de quelques minutes en sa compagnie pour que des flammes renaissent. Mais ce brasier il était ardent. Un brasier ardent alimenté par les questions nées suite à son soudain départ. Des questions qui remettaient tout en question, qui m'avait fait douter de savoir si elle avait réellement éprouvée quelque chose. Un coeur de pierre qu'elle avait prétendue avoir. Ayant vu derrière. Ayant vu derrière l'illusion. Mais face à son départ, le doute avait surgi de nouveau, surpassant le fait que j'avais été la première à la laisser derrière. Des choix que chacun avait fait, qui avaient blessés l'autres. Des choix qui teintait cette histoire de larmes et de sang. Des choix qui vous faisait vous demander si cette histoire n'était pas déjà vaine depuis le début.

Et finalement alors que je m'apprêtais soudainement à faire demi-tour pour ne pas être consumée par le feu grandissant, elle en vint à prendre la parole. « ...Salut ! » Un simple mot. Un simple mot qu'elle faisait sonner dans un sens autant difficilement que naturellement, comme si la situation était la plus banale. Ce qui n'était le cas. Me contentant de la regarder. Une salutation auquel je ne savais répondre. Ne sachant si j'avais envie de lui parler. Ne sachant si j'avais de ressentir cette pointe de douleur qui surgirait forcément. Ne sachant si je pouvais jouer la comédie comme elle pouvait si bien le faire, comme si je pouvais prétendre que tout aller bien comme elle semblait vouloir le faire. Mon regard qui suivait le sien alors que le sien descendait jusqu'à la pointe de mes pieds. Confirmation qu'elle savait, qu'elle avait eu connaissance des nouvelles. Ce qui ne l'avait pourtant pas amenée à faire quoique ce soit. « Comment va ton pied ? » Et depuis tout ce temps, c'était ce qu'elle trouvait à me demander. Son ton semblait sincère mais le doute, les faux semblants étaient là. Des idées déjà existantes. « Parce que cela t'importe peut être ? » Un sourcil argué. Si elle avait vraiment voulut savoir, elle serait venue plutôt. Ce que j'estimais alors. Un début de conversation qui ne me plaisait pas alors que j'avais déjà l'impression d'être sa prisonnière, alors que j'avais déjà l'impression de plonger dans ce vide sans fin. Il n'y avait rien pour me retenir de nouveau. A chaque fois c'était une plongée vers l'inconnu. Ne pouvant que me demander si elle était vraiment sérieuse de poser cette question, si elle voulait une réponse honnête ou un mensonge. Me demandant si le coup de la pression, elle n'avait trouvé que cette question. Mais alors cela ne ferait aucun doute que la grande shanareth avait perdu en répartie. Un ton presque cassant, froid que je reprenais non moins pour lui répondre. « Je vais bien, merci. » Ce qui n'était pas tout fait exact. Un stade qui n'était que relatif. Je n'allais pas parfaitement bien. Je ne m'étais pas encore totalement habituée à mon sort. Il y aurait toujours ce boîtement. Il y aurait toujours cette assurance qui en avait pris un coup. Il y aurait toujours ces moments où je manquerai de plonger dans les ombres. Mais tout autant les mois avaient passé, et les ombres avaient été chassés. Allant mieux alors que de nouveau il était devenu plus facile de respirer, de sourire de nouveau plus naturellement comme je le faisais avant. Mais sans doute aurait-elle tort de croire que celle qui se trouvait devant elle était la même version que celle d'avant. Ce qui serait faux. Ne me faisant d'idée sur elle, ne pouvant que me douter que c'était dans une spirale ténébreuse qu'elle avait plongé. Ne pouvant envisager d'autres choix même si je ne pouvais qu'attendre de voir la suite pour confirmer les questions muettes qui surgissaient dans mon esprit.
(c) DΛNDELION


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] last resort (ezra) [⚠ violence] 484338566
Admin △ Underneath it's just a game
Harlan Tikaani
DATE D'INSCRIPTION : 06/12/2015 PSEUDO/PRENOM : Electric Soul MULTICOMPTES : Kayden Elwood & Einar Helgusson MESSAGES : 8749 CELEBRITE : Jon Kortajarena COPYRIGHT : Lips Like Morphine & tearsflight METIER/APTITUDES : Conseiller druide | Soigneur & orateur/diplomate TRIBU : Naori POINTS GAGNES : 1177
Voir le profil de l'utilisateur
Admin △ Underneath it's just a game

last resort (ezra) [⚠ violence] Empty Re: last resort (ezra) [⚠ violence]

le Dim 28 Avr - 20:25
RP archivé suite à la suppression de Shanareth last resort (ezra) [⚠ violence] 484338566
Contenu sponsorisé

last resort (ezra) [⚠ violence] Empty Re: last resort (ezra) [⚠ violence]

Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum