Aller en bas
- Whatever it takes -
Chris Wilson
DATE D'INSCRIPTION : 01/11/2015 PSEUDO/PRENOM : Glacy MULTICOMPTES : Ezra MESSAGES : 2554 CELEBRITE : Brett Dalton COPYRIGHT : tearsflight (avatar), Frimelda (signature) METIER/APTITUDES : ancien militaire - maniement des armes - statège POINTS GAGNES : 383
Voir le profil de l'utilisateur

Crazyness, rabbits and pigs [Sierra] Empty Crazyness, rabbits and pigs [Sierra]

le Mar 12 Mar - 8:43

Crazyness, rabbits and pigs
Chris & Sierra

« Oh she's sweet but a psycho. »
Me demandant comment je m'étais retrouvé là. Non, à vrai dire je pouvais facilement répondre à la première question. Je pouvais facilement savoir comment j'en étais venu de nouveau à me retrouver tout près du campement des 100. Ces petites visites hebdomadaires que nous continuons de réaliser avec Rachel. Des visites qui pouvaient être plus espacées dans le temps en fonction des tâches de chacun. Mais tôt ou tard nous finissions toujours par nous retrouver. L'un ou l'autre faisant le chemin inverse. Un chemin qu'il serait sans doute possible de parcourir les yeux fermés ou presque s'il n'y avait pas tant d'arbres en travers du chemin. Alors savoir comment je m'étais retrouvé ici plus généralement était une question auquel je pouvais aisément répondre. Non, la question auquel il était plus difficile de répondre était de savoir comment j'avais finir par atterrir dans l'enclos composés d'animaux. Des animaux qui n'étaient pas des animaux de compagnie, non. Ils n'étaient pas ce genre de peluches qu'on prenait dans nos bras ou qu'on décider de transformer en nos meilleurs amis. Non, ces animaux là étaient destinés à finir en assiette. Un fin de vie un peu délicate. Les âmes sensibles qui s'abstenaient sans aucun doute de venir jusqu'à l'enclos pour observer les différents animaux profitaient de leurs derniers instants avant de se rappeler après qu'ils seraient nécessaire de les tuer pour manger après. En soit, ce n'était que la base de la chaîne alimentaire. Le plus gros mangeait le plus petit et ainsi venait la suite. Il était certain que ce n'était pas parce que j'avais faim que je m'étais retrouvé là, mais là encore je ne pouvais que me poser des questions.

Après tout, ce n'était pas comme si une personne censée d'esprit déciderait au premier abord de rendre visite à des cochons sauvages. Des cochons sauvages qui n'étaient pas les seuls composants de l'enclos alors que se trouvait aussi des lapins atteints par la radioactivité. Ayant déjà vu un cervidé en partie à deux têtes. Les lapins et les cochons n'étaient pas plus ordinaires. Certain que le gène de la radioactivité irradiait encore eux. Pourtant personne n'était mort en les mangeant. Personne n'ayant fini empoisonner. Non pas qu'ils avaient une chance de subir une intoxication alimentaire auprès de leurs cuisiniers, qui étaient doués. Le risque de subir une intoxication alimentaire ne pouvant qu'être plus important si l'ustensile de cuisine était confié à un novice. Ou alors que quelqu'un se décidait de me confier la tâche de préparer le repas. Heureusement ce jour n'en n'était pas encore arrivé. Au contraire de mourir, ou de subir une intoxication alimentaire, chacun avait survécu. Ces lapins et ces cochons avaient eux-même survécu à la radioactivité. Ce qui en était presque fascinants. Après tout, ils n'avaient pas un organisme plus résistant qu'un autre animal. Difficile de savoir pourquoi parmi toutes les espèces animales, c'était ceux ayant de grandes oreilles qui devaient survivre. Peut être un désir de leur part de conquérir le monde ou simplement l'instinct de survie. De nombreux points d'interrogations qui restaient alors qu'il était autant difficile de comprendre comment certains êtres humains avaient survécu à défaut d'autres. La génétique mise en avant autant que leur facilité à se cacher, à résister. Mais si encore des réponses pouvaient être trouver pour expliquer la présence des siècles plus tard des grounders, la question restait bien plus difficile quant à expliquer la survie de cochons sauvages et de lapins. Un fait qui restait difficile à expliquer.

Autant que celui de comment je m'en étais retrouvé à ouvrir la porte de l'enclos pour m'approcher au plus près. Comme si j'avais décidé de devenir somnambule ou soudainement mué par un désir irrépressible, je m'étais décidé à m'approcher au plus près de la faune sauvage. Non pas que j'avais été mué non plus par le désir de me mettre à genoux et observer avec fascination les petits cochons sauvages qui se ruaient en direction de leur mère pour réclamer le nectar tant recherché. Là encore des points d'interrogation que je décidais de laisser en plan. Décidant autant de me réveiller au lieu de rester là au milieu de l'enclos, le visage pensif comme si j'étudiais le cas scientifique le plus impressionnant de l'univers. Un mystère que je n'avais pourtant pas à résoudre. Qu'importait. Après tout, je n'étais pas là pour cela.

Alors que je pivotais sur mes talons, je ne pouvais qu'espérer que personne n'en vienne à m'avoir trouver là et se demander ce que je faisais ici. Ou du moins j'espérai que personne ne vienne me demander ce que je faisais ici plus précisément. Alors là il serait nécessaire de plonger dans des limbes que plus obscures, dans un paysage que trop flou pour tenter de trouver une porte de sortie, une lumière au bout du tunnel. Ce que je préférai éviter. D'expérience, chercher son chemin dans un brouillard aveugle ne m'avait pas beaucoup permis de retrouver son chemin. Souvenir que je chassais alors que je faisais non moins un pas en avant pour sortir de l'enclos. Pas que je faisais avant de me figer de nouveau sur place en voyant une silhouette se trouvait à quelques pas de là qui m'observait. Silhouette qui m'observait. Juron que je m'adressais mentalement alors que je m'efforçais de sourire comme s'il était simplement normal qu'un membre de l'odyssée se trouve désormais là et comprenne la seconde d'après qu'il allait être assaillie par des bébés cochons qui avaient trouvé une activité plus intéressante que de se remplir l'estomac.
(c) DΛNDELION
Sans peurs et presque sans reproches
Sierra Megara
DATE D'INSCRIPTION : 27/07/2014 PSEUDO/PRENOM : Sammix MULTICOMPTES : Adriel MESSAGES : 17652 CELEBRITE : Barbara Palvin COPYRIGHT : Mayumi + Tumblr METIER/APTITUDES : Ramasseuse de fruits & plantes / Agricultrice / Parcourir la forêt à la recherche de nouvelles plantes & fruits TRIBU : Les 100 POINTS GAGNES : 317
Voir le profil de l'utilisateur

Crazyness, rabbits and pigs [Sierra] Empty Re: Crazyness, rabbits and pigs [Sierra]

le Jeu 21 Mar - 21:14
Le campement demandait un entretien toujours plus grand, car nous tentions à notre mesure de l'améliorer, de faire en sorte qu'il soit plus convivial si l'on peut dire cela ainsi, qu'il soit un lieu de vie qui ne fasse pas temporaire. C'est pour ça qu'au fil des mois, des années, nous avions ajoutés quelques agréments, notamment ce qui se trouvait à proximité de celui-ci, avec le jardin potager mais aussi l'enclos pour les animaux que nous avions réussi à capturer vivants et que nous élevions pour la viande. Enfin si on veut, car élever était un bien grand mot, mais au moins, nous avions un peu de viande à disposition pour nous. Et si l'enclos n'était pas tellement l'espace qui m'était révolu, il m'arrivait de passer à proximité de celui-ci toutefois. Mon royaume c'est plus le vieux pote juste à côté, le potager si vous n'aviez pas compris. J'y joue l'agricultrice depuis que nous l'avons mis en place avec d'autres qui ne sont plus forcément dans le coin, ce qui me désole un peu d'ailleurs. Je pense récemment à Ikoku qui a disparue, comme bien d'autres avant elle, qui ont craqués et qui ont préférés partir. Pourtant, je pensais qu'elle avait réussi à reprendre du poil de la bête, mais il faut se rendre à l'évidence, ce n'est pas le cas, et cela ne le sera sans doute jamais. Mais j'ai arrêté de compter ceux qui sont partis sans laisser de traces, qui sont sans doute mort depuis, et puis ceux qui sont morts sous nos yeux. Le deuil fait partie de nous, mais il faut savoir l'évacuer aussi. Je suis peut être un peu dure à ce niveau là, mais il ne faut pas s'apitoyer sur son propre sort car une personne que l'on aime n'est plus là. J'ai ce tempérament et ce caractère pour gérer cela facilement, pourtant tout le monde n'est pas comme ça. Il y en a qui sont plus dépressifs, trop négatifs, c'est pour ça que j'essaye de remonter le moral de ces personnes là même si ce n'est pas évident.

Je passe donc au potager pour y travailler un petit peu lorsque je constate une présence non loin de là, enfin, elle n'est pas au potager mais la personne semble un peu perdue. En fait, c'est bizarre, mais j'ai l'impression de voir comme une illusion, car la personne disparaît un instant de mon champs de vision. Où est ce qu'elle a bien pu passer ? Est ce que je ne l'aurais pas rêver ? Est ce que cette personne ne serait pas mon kraken personnel ? Parce que oui, depuis ce jour, du côté du village des calusas, j'ai parfois l'impression de voir des silhouettes traversées au loin mon champ de vision. Mais là, la silhouette semblait plus proche que ça. Alors, je m'avance en direction de l'enclos pour tenter de voir s'il y a bien quelqu'un. Et effectivement, il y a une personne, que je ne connais pas très bien, mais j'en sais suffisamment sur elle pour comprendre qu'elle est perdue, qu'elle n'est pas à sa place. Le campement de l'Odyssée n'est pas à côté, et il est seul, et il est dans l'enclos des animaux pour une raison que je ne comprends pas, un peu obscure pour moi. Il m'a vu, Chris, je crois que c'est son prénom si je ne m'abuse. Que fait-il ici ? Je n'en sais tellement rien, mais il est là, dans l'enclos alors que les porcelet sont en train de fondre sur lui. Alors, je lui fais signe de la main, de sortir de là alors qu'il me sourit avec une sorte de sourire que je qualifierais de benêt.

" Je crois que ce serait mieux de sortir de là si tu veux pas te faire piétiner par une tripoté de porcelets sauvages. "

Mais est ce qu'il m'entend vraiment ? Est ce qu'il est vraiment parmi nous ? Je n'en sais rien, son attitude est pour le moins étrange car je ne pense pas qu'il soit venu du campement de l'Odyssée pour observer notre enclos. Enfin, je suppose.
- Whatever it takes -
Chris Wilson
DATE D'INSCRIPTION : 01/11/2015 PSEUDO/PRENOM : Glacy MULTICOMPTES : Ezra MESSAGES : 2554 CELEBRITE : Brett Dalton COPYRIGHT : tearsflight (avatar), Frimelda (signature) METIER/APTITUDES : ancien militaire - maniement des armes - statège POINTS GAGNES : 383
Voir le profil de l'utilisateur

Crazyness, rabbits and pigs [Sierra] Empty Re: Crazyness, rabbits and pigs [Sierra]

le Sam 23 Mar - 20:57

Crazyness, rabbits and pigs
Chris & Sierra

« Oh she's sweet but a psycho. »
Souriant. Ce genre sourire pour lequel il était certain qu'elle me prendrait pour un fou ou alors peut être un idiot. Il y avait toujours une description possible qui pouvait s'appliquer. Il y avait toujours qualité qui pouvait être attribué. Une silhouette que j'avais reconnu. Une silhouette que j'avais bel et bien et reconnu alors qu'il s'agissait de celle de Sierra. Sierra que j'avais connu rapidement. Une expédition que nous avions réalisé ensembles pour collecter des objets appartenant aux anciens membres de la tribu calusa. Des expéditions qui étaient réalisés en partenariat avec les grounders. Une expédition qui s'était terminée étrangement. Peut être qu'une hallucination. Il ne restait pas moins qu'elle était une jeune femme que je ne connaissais pas en détails, quand bien même j'étais déjà venue à leur campement plusieurs fois. Une jeune femme que je reconnaissais, certes. Ce n'était pas pour autant que nous étions meilleurs amis ou qu'elle n'allait pas me prendre pour un individu étrange. Etrange alors que je me trouvais bien dans un enclos d'animaux alors que je n'avais rien à faire ici. Un point dans la description sur lequel on pouvait se poser des questions.

Mais un point sur lequel je ne revenais pas alors qu'avec plus de précisions les petits cochonnets se ruaient dans ma direction. Des porcelets qui me fonçaient dessus sans que je ne puisse les empêcher alors que j'étais soudainement devenu l'attraction du coin. M'étant pour ainsi dire transformé en la grande route géante. Ces derniers qui n'étaient mêmes pas tentés de faire la queue ou de patienter. Il n'y avait pas de queue qui valait. La patience qui ne faisait pas partie de leurs qualités. Ce qui n'était pas un trait de caractère alors que soudainement c'était tout ce qu'ils souhaitaient. Comme si digne d'un jeu, ils ne pouvaient que vouloir défoncer les murs et pousser tout sur leur passage. Ce qu'ils voulaient. Ou du moins si ce n'était pas ce qu'ils voulaient, car il restait difficile de se mettre à leur place et imaginer ce qu'ils pouvaient penser, c'était ce qu'ils étaient en train de faire. Plus précisément il n'y avait rien à pousser. Il n'y avait pas d'obstacle sur leurs chemins alors que tous les autres animaux élevés par les 100 semblaient s'être dispersés dans d'autres coins de l'enclos. Des animaux qui semblaient vouloir jouer le rôle de spectateurs, badauds et leur laisser la piste libre. Nul besoin de réaliser un tour de piste. Une ligne droite. Un sprint à réaliser pour atteindre la cible. Une cible que je semblais être devenu. Ou une attraction particulière qu'ils devaient examiner sous toutes ses coutures, dans tous les sens.

Une hypothèse que je devienne la grande route, centre d'attraction au coeur du parc ou qu'ils me considèrent comme le livreur. Habitués à la présence humaine. Des habitudes que je ne connaissais pas. Je n'étais celui en contact avec eux. Il était certain que les porcelets, lapins entachés par la radioactivité se débrouillaient parfaitement tout seul mais il n'était pas non plus pas dit qu'ils ne considéraient pas toute nouvelle présence humaine comme une nouvelle potentielle source de nourriture. Ce que je pouvais représenter alors. Ce qui pourrait potentiellement justifier la soudaine volonté de leur part de se précipiter dans ma direction.

La voix de Sierra qui retentissait alors. « Je crois que ce serait mieux de sortir de là si tu veux pas te faire piétiner par une tripoté de porcelets sauvages. » Ne prenant pas la tête de hocher la tête. Ne prenant pas le temps de lui répondre. Ce n'était pas une attaque de loup géant. Il n'y avait pas d'attaque d'un animal particulièrement dangereux mais peut être serait-il aussi préjudiciable de croire que des porcelets ne pouvaient pas se montrer voraces ou quoi. Des porcelets qui restaient sauvages comme elle n'avait pu que le rappeler. Des animaux habitués au contact humain mais qui restaient bel et bien sauvages. Alors je ne me fis pas dire deux fois. Certes je ne courrai pas comme si j'avais le diable à mes trousses, comme si je tentais d'échapper à un incendie. Je ne courrais pas comme si l'amour me donnant des ailes me permettait d'aller plus vite. Mais je ne m'attardais pas non plus. Porte que j'ouvrais et que je refermais rapidement et que je refermais. Des porcelets qui ne purent que grognèrent de frustration. Des porcelets qui pressaient leur groin contre la porte de l'enclos. Des petits cochonnets qui s'agitaient particulièrement alors que leur attraction se révélait soudainement close. M'assurant que la porte ne s'ouvrirait pas de nouveau. Ce n'était pas comme si je voulais me retrouver à chasser des porcelets dans tout le campement. Il ne manquerait plus que d'être responsable d'une telle catastrophe pour que ce soit la fin. Mais non, l'enclos était de nouveau bien sécurisé heureusement. Les porcelets de nouveau à l'abri bien que visiblement mécontents. « Il y en a encore aucun qui s'est échappé ? » Question qui me traversait l'esprit alors que je continuais d'observer les petits porcelets sauvages, pressés contre la porte de l'enclos. Furieux, peut être.

(c) DΛNDELION
Sans peurs et presque sans reproches
Sierra Megara
DATE D'INSCRIPTION : 27/07/2014 PSEUDO/PRENOM : Sammix MULTICOMPTES : Adriel MESSAGES : 17652 CELEBRITE : Barbara Palvin COPYRIGHT : Mayumi + Tumblr METIER/APTITUDES : Ramasseuse de fruits & plantes / Agricultrice / Parcourir la forêt à la recherche de nouvelles plantes & fruits TRIBU : Les 100 POINTS GAGNES : 317
Voir le profil de l'utilisateur

Crazyness, rabbits and pigs [Sierra] Empty Re: Crazyness, rabbits and pigs [Sierra]

le Lun 1 Avr - 19:55
Je me demandais vraiment ce qu'il foutait là-dedans, ça n'avait tout simplement aucun sens et si pour le moment, je lui disais juste de sortir, j'allais lui demander quelques petites explications évidemment pour comprendre ce qui avait pu se passer dans la tête de Chris. Mais allait-il pouvoir me répondre convenablement ? Je n'en savais rien, quelques choses me dit que sa réponse ne sera guère convaincante. Il était arrivé à l'intérieur de l'enclos comme s'il avait voulu voir les animaux de plus près, sauf qu'il n'allait rien faire d'autres que des les exciter, surtout qu'il n'était pas là pour donner à manger, chose qui aurait calmer les animaux en rûtes. S'il était l'éleveur, qu'il donne à manger aux petits cochons, je n'aurais sans doute pas dit cela, je l'aurais laissé faire, passant même sans doute mon chemin, mais ce n'était pas le cas, alors je devais l'avertir un minimum. Il était là, en train de rêvasser ou quelques choses dans ce genre là. A quoi pensait-il seulement ? M'avait-il reconnu au moins ? Savait-il où il se trouvait ? Les questions se posaient clairement au vue de ses agissements. Je ne saurais dire s'il repensait à ce Kraken que nous avions vu sur la plage calusa. J'avais été malmenée, sans réellement l'avoir été, étrange phénomène que voici mais les stigmates n'avaient été que superficiel. De là à dire que je m'étais jeté dans l'eau, seule, il n'y avait eu qu'un pas. Mais d'autres avaient été là, Chris était là. Peut être qu'en me voyant, ce souvenir lui revenait en tête, ce seul réel souvenir que nous avions en commun, car s'il venait de temps en temps sur le campement, je ne lui avais jamais réellement adressée la parole. Il faut dire qu'il venait surtout pour Rachel. Je n'avais pas osé demander à la jeune femme le lien précis qui l'unissait à Chris à vrai dire, mais la perte d'êtres chers pour elle avait laissé un grand vide, que je tentais de combler, et lui aussi. Mais elle n'était là, il n'y avait que lui devant moi. Alors je lui conseillais de sortir de là, mais il semblait être ailleurs. Pourtant, ma voix le réveille et il bouge, enfin, alors que les porcelets ne sont plus très loin de lui. Bien sûr, ils ne représentent pas une menace trop importante, c'est vrai, mais s'il venait à trébucher, il pourrait se retrouver piétiner par la tripotée de cochons avec de belles contusions à la clé. Mais il arrive à sortir à temps de l'enclos laissant les petits animaux sur leur faim au vue de leur grognement. Il faut dire qu'il leur a donné envie, les pauvres pensaient avoir à manger, mais il n'en sera rien malheureusement pour eux. Alors, il me pose la question à propos du fait qu'aucun ne s'est échappé. Cela me fait sourire, mais cela a dû arriver, je suppose, je ne suis pas tout le temps près de l'enclos quand les bêtes sont nourries à vrai dire.

" Je suppose que c'est arrivé déjà, je ne suis pas en charge de l'enclos, donc je ne peux pas réellement dire, mais en général, quand on vient les nourrir, ils sont assez calmes même s'ils restent des bêtes sauvages. Mais là, ils ne sont pas contents, ils pensaient qu'on allait les nourrir, raison de leur mécontentement. En tout cas, j'aimerais comprendre ce que tu faisais là dedans ? Une explication ? "

Mon regard doit trahir une sorte de sentiment contradictoire entre le fait que cela me fasse rire, mais que cela me consterne aussi. Enfin, je ne sais pas comment dire tellement je ne m'attendais pas à cette situation là à vrai dire.
Contenu sponsorisé

Crazyness, rabbits and pigs [Sierra] Empty Re: Crazyness, rabbits and pigs [Sierra]

Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum