Partagez | 
 

˜˜˜˜˜˜it's just a spark|| ft Sierra
maybe life should be about more than just surviving


Rachel A. Gomez
07/05/2018 Dumbass*Angel non 180 Chloe Bennet Minibouh (avatar), ASTRA (signature) cuistot, avec aptitudes en botanique et cuisine 235


Sujet: it's just a spark|| ft Sierra
Sam 26 Jan - 7:46


it's just a spark, but it's enough
La perfection n’existe pas, les miracles non plus. Ce n’est pas du jour au lendemain, que je me remettrais sur pied. Le vide en moi, auquel je refusais de faire face, m’a marqué à un tel point qu’encore aujourd’hui, mon physique et mon mental ne s’en sont pas complètement remis. On a beau me dire qu’avec le temps, je verrais la différence, que je ne percevrais plus le monde de la même façon, il me reste un très long chemin devant moi. Je devais faire un trait sur mes anciennes habitudes de vie. Comment? Bah déjà, il serait préférable de ne pas éviter les conversations avec les autres Cents. Pas d’excuses pathétiques, pas d’horaire irrégulier pour ne pas être dérangée. Rien que ces deux points feraient toute la différence. De plus, il me faudrait trouver la force de manger des repas plus complets ainsi que … ah, c’est là que le bas blesse. Dormir, anodin pour certains, mais dans mon cas, je n’arrivais guère à fermer les yeux de la nuit. Je criais ou je pleurais, mes mains tremblantes dès que je me réveillais soudainement. Des cauchemars me gardant éveillée pendant presque toute la nuit. J’osais croire qu’en parlant avec Chris et Jude, mes problèmes d’insomnie se feraient plus rares. Même si je ne pouvais pas le qualifier de pire, mon sommeil restait très peu reposant.

Dès les premiers rayons du soleil ce matin, je ne pus rester dans la tente. Impatiente? Non. Cependant, je ne mentirais pas en disant que mes cauchemars s’étaient empirés. Les changements à mener niveau mental prendraient sans aucun doute plus de temps. Cela pourrait me prendre encore des mois, avant que ces images horribles ne viennent perturbés mon repos. Qu’à cela ne tienne; je me révillais et me préparait rapidement à sortir. Une fois en plein cœur du campement, je pris le temps d’observer qui se levait au même moment que moi. J’aperçu quelques personnes, dont des chasseurs, prêts à passer par la cuisine et y déposer le fruit de leur chasse. Je me remis en route, saluant quelques personnes au passage, interaction assez étrange, autant pour les autres que pour moi. Est-ce que cela venait vraiment du cœur? En partie, oui. Je faisais du mieux que je pouvais pour ne pas me renfermer comme autrefois. Néanmoins, ce n’était pas parfait. Je ne passais pas beaucoup de temps avec eux, rétorquant que j’avais du boulot en cuisine. Ironiquement, dans le cas présent, je ne mentais pas. Dès que je franchis l’entrée, je pus apercevoir les carcasses d’animaux. Je me roulais dons les manches avant de commencer à découper et dépecer l’animal mort non loin de moi. Heureusement, ce matin-là, les autres Cents travaillant également en cuisine vinrent me porter main forte, ce qui nous permit de terminer les tâches assez rapidement.

Je ne sais pas exactement le moment exact où on réussit à tout terminer, mais lorsque ce fut le cas, un soupir de fatigue se fit entendre. On pût rapidement reprendre l’horaire des repas, question que ce midi, personne ne vienne se plaindre qu’il manquait de ‘ci’ et de ‘ça’.  Malgré un dur matin en cuisine, je pouvais mieux respirer, préparer le reste des choses pour la journée. Étonnamment, je n’ai pas cherché à prendre la fuite, quand les gens en cuisine commencent à poser des questions plutôt personnelles. Quelle évolution, quand même!  Je me souviens qu’avant, dès que ça sentait le roussi, je me réfugiais en pleine forêt, à la recherche de plantes et de fleurs. Des petites manies que je perdais, que Jude et Chris ne verraient probablement jamais. Mais … avais-je vraiment besoin de leurs mots d’encouragement? Non, absolument pas. Il faudrait sincèrement que je me comporte comme un vrai Cent, et que je prenne soin de tout ce qu’on possède. « Tu peux aller manger, Rachel. » Je hochais simplement la tête, avant de saisir une feuille et quelques bouchées du repas de ce soir. Je sortis rapidement à l’extérieur, trouvant un recoin plus tranquille pour y prendre place et grignoter. Mon regard sauta d’une personne à une autre, des visages plus ou moins connus dans le cas de quelques personnes.  Je venais à peine de prendre place lorsque j’entendis une voix assez familière m’appeler. Il s’agissait d’’une de plusieurs victimes de ma haine. « Salut Sierra. » Juste une courte façon de la saluer, ne sachant pas si elle viendrait déverser sa haine, ou si elle voulait vraiment juste me parler comme entre habitants du même campement.
code by EXORDIUM.


Sierra Megara
27/07/2014 Sammix Adriel 17471 Barbara Palvin Mayumi + Tumblr Ramasseuse de fruits & plantes / Agricultrice / Parcourir la forêt à la recherche de nouvelles plantes & fruits Les 100 111
Sans peurs et presque sans reproches


Sujet: Re: it's just a spark|| ft Sierra
Sam 26 Jan - 19:55

    Les choses n'ont jamais été simples sur le campement depuis notre arrivée sur terre voilà maintenant quelques années. Nous avons perdus certaines personnes, disparues sans laissées de traces, d'autres sont mortes sous nos yeux, ou alors nous avons trouver leur corps un peu plus loin du campement selon. Mais nous ne pouvons pas dire que nous avons été épargnés, c'est même tout le contraire qui s'est produit. Mais tout le monde ne réagit pas de la même façon face à ses pertes, car nous n'avons pas tous les mêmes liens entre nous non plus. Je sais que je suis la bonne amie, un peu trop positive parfois, un peu lourde donc par définition mais qui veut votre bien. Et ça ne plait pas forcément à tout le monde malheureusement, je le sais mais ça ne m'empêche pas de continuer à agir dans ce sens, pour le bien du campement. Parce que c'est toujours ce que j'ai en tête, le bien de tous, avant mon propre bien, c'est pour ça que je me démène dans le potager pour que tout le monde puisse manger à sa faim. Evidemment, ça ne fait pas tout, il faut compter sur la cueillette et les chasseurs aussi pour apporter de la nourriture à nos cuisiniers. Et quand je pense cuisiniers, je pense à Taël à qui j'ai fait une petite coupe de cheveux, mais je pense aussi à Rachel. Je la connais moins que le bouclé, elle est assez refermée sur elle-même, la communication n'est pas son fort, pourtant, j'ai montré que j'étais là, si elle en avait besoin, laissant toujours entre ouverte ma porte pour elle, et pour quiconque. Mais je n'ai jamais insisté sur le moment la laissant en paix puisque c'était ce qu'elle désirait pourtant elle le pourrait pas rester dans cette solitude trop longtemps, dans le déni aussi. Bien entendu, il est facile de dire que le temps fera son oeuvre pour passer un peu de baume sur son coeur, et c'est vrai mais le temps ne passe pas à la même vitesse pour chacun d'entre nous, je le sais bien. J'ai attendu qu'elle revienne, en vain, alors j'ai décidé de ne plus l'attendre et que si jamais je la croisais au détour d'un chemin dans la forêt, alors je lui parlerais, je la prendrais dans mes bras si je le pouvais. Quelques choses s'était pourtant brisé pour qu'elle ne revienne pas vers moi, mais quoi ? Je ne pouvais pas savoir, je n'avais aucun moyen de la contacter malheureusement, et pour souvenir, j'avais cette constellation sur l'épaule qu'elle m'avait fait la dernière fois que nous nous étions croisée elle et moi. Peut être qu'elle était morte, peut être qu'elle avait décidé de fuir, je ne saurais dire, je n'avais aucun moyen de savoir, mais au fond de mon coeur, il y avait cet espoir de la revoir un jour. Pour Rachel, c'était différent évidemment, l'espoir n'était plus là, mais je n'allais pas m'amuser à remuer le couteau dans une plaie qui avait encore du mal à cicatriser.

    " Hey Rachel. "

    Pourtant aujourd'hui, c'était presque elle qui faisait le premier pas vers moi ce qui me réjouissait. Je venais de la saluer et elle n'avait pas fui comme bien souvent. Elle semblait avoir réussi, commençant à aller de l'avant malgré les circonstances pesant sur son coeur meurtri. Alors je répondais un sourire franc et massif à sa salutation de retour. Je ne lui en voudrais jamais, au contraire, je voulais tenter de la ramener vers nous, vers les autres.

    " Super ton repas aujourd'hui. "

    Un petit compliment sincère lui ferait du bien. Je ne disais pas ça pour faire la lèche, non, mais bien lui faire comprendre que si certains critiquaient souvent, ce n'était pas mon cas, je me contentais de ce qu'elle préparait, elle et les autres et aujourd'hui, je trouvais ça très bien, mieux que d'autres fois, alors je le lui disais alors que j'avais pris place à ses côtés.

Rachel A. Gomez
07/05/2018 Dumbass*Angel non 180 Chloe Bennet Minibouh (avatar), ASTRA (signature) cuistot, avec aptitudes en botanique et cuisine 235


Sujet: Re: it's just a spark|| ft Sierra
Mer 30 Jan - 6:07


it's just a spark, but it's enough
Ce serait stupide de dire que je n’ai guère reçu d’aide de qui que ce soit. Si on n’est pas venu me voir, après cette tragédie, c’est simplement parce que je me suis immédiatement établi des barrières. Je ne voulais pas qu’on voit la chose fragile que je devins, et surtout, je refusais d’entendre ou de voir une quelconque once de pitié. Je préférais largement être ignorée qu’être traitée comme la ‘malchanceuse’. Une attitude qui n’empêcha pas certains de venir me voir, de me demander ce qui n’allait pas. Des réponses très brèves au début, ce qui dissuada plus d’un de me déranger trop longtemps. Puis, au fur et à mesure, je verbalisais plus souvent ma peine, non sans affirmer que je la supporterais. Quelques personnes se permirent tout de même de me donner des conseils. Je les réfutais immédiatement, argumentant mon avis avec véhémence. Pourtant, leurs paroles n’étaient pas tombées dans l’oreille d’un sourd. Que ce soit des cents, des odysséens ou même des terriens, je les gardais en tête, les entassant sans vraiment y faire attention, jusqu’au moment où j’éclatais. Là, devant Chris et Jude, j’avouais mes pires pensées, j’admis avoir songé à commettre l’irréparable, même. Le temps qui pensait les maux, alors qu’en fait, il ne fit que les accroître. Mais c’est devant ces plaies ouvertes que les diverses recommandations ressurgirent. Il me fallait passer au travers de plusieurs avant de m’estimer en voie de guérison. Certaines étaient moins plaisantes que d’autres. La pire resterait celle de vivre en portant les bons souvenirs, sans pour autant qu’ils ne me semblent amers en bouche. Comment est-ce que les gens faisaient, pour repenser à leurs êtres chers sans avoir envie de juste s’effondrer? Ne ressentaient-ils pas le vide laisser derrière? Et de quelle façon trouvèrent-ils la bonne raison de ne pas simplement abandonner? La Terre ne me semblait guère aussi splendide que lorsque j’avais foulé le sol, la première fois. Même le simple fait de voir la joie sur le visage d’une autre personne me forçait à me questionner sur ce qui n’allait pas chez moi, à me faire enrager et à maudire le moment où je décidais de me reprendre en main. Un vrai yoyo, vous l’aurez deviné. Une instabilité qu’on me dit normale, et pourtant, je ne m’étais jamais sentie aussi impuissante devant mes émotions. Tantôt, j’avais espoir que ça irait mieux, et quelques minutes plus tard, j’en revenais à la case départ, estimant qu’il n’y avait rien à faire.

[i]Une étape à la fois[i]. Oui, il fallait que j’y repense. Rome ne s’est pas construite en un jour, et un tel chagrin ne s’arrêterait pas instantanément. Donner du temps au temps, et essayer de franchir certaines phases. La première, non pas par sa facilité si ce n’est parce qu’elle nécessite un travail constant, eh bien c’est celle de la communication. Je m’étais réellement renfermée, forçant les autres à s’éloigner, à cesser de me parler complètement, dans les cas plus extrêmes. Mais par où commencer? Une tâche si vague et si vaste … on aurait dit que je me trouvais sur un chemin aux directions multiples. Je finis par me décider, en sortant de mon habitude et restant présente après le repas. J’essayerais, par la même occasion, de reprendre un régime plus équilibré, comme le souhaitait Jude. J’avais perdu beaucoup de poids, n’ayant plus mon appétit d’autrefois. Je me portais un peu mieux, mais il me manquait encore quelques courbes. Toujours est-il que j’étais présente pour interagir avec les autres, ce que je fis en voyant Sierra, non loin. Une brève salutation à laquelle la jeune femme me répondit rapidement, accompagnant le tout d’un sourire franc. J’essayais d’en faire autant, bien que dans mon cas, ce fut bref et peu inspirant. Elle ne broncha pas, venant plutôt complimenter le repas d’aujourd’hui. « Ah … merci. Je … je n’ai pas tout fait, il y a d’autres cuisiniers qui m’ont aidé, tu sais. » Malaise qui se créa dans mon discours en la voyant prendre place à côté de moi. Depuis combien de temps n’avais-je pas participé ainsi aux repas? Depuis … eh bien depuis que je me suis éloignée du groupe, je n’ai plus manger en présence de qui que ce soit. Normalement, je grignotais quelque chose en pleine forêt, au calme, dans le silence complet. Et ça, c’est quand je mangeais de façon régulière! Ce n’était donc pas étonnant que la présence de Sierra, de quelques cents me rende de nouveau nerveuse, voire craintive. Retomber dans des habitudes que j’avais alors que mon frère était encore parmi nous … c’est un autre coup dur sur le moral.
code by EXORDIUM.


Sierra Megara
27/07/2014 Sammix Adriel 17471 Barbara Palvin Mayumi + Tumblr Ramasseuse de fruits & plantes / Agricultrice / Parcourir la forêt à la recherche de nouvelles plantes & fruits Les 100 111
Sans peurs et presque sans reproches


Sujet: Re: it's just a spark|| ft Sierra
Ven 1 Fév - 17:37

Nous avions tous connus des moments difficiles par ici, personne n'avait été épargné par la perte d'êtres chers que ce soit de notre côté, du côté des plus jeunes, ou du côtés de l'Odyssée, des plus vieux pour la plupart. Depuis notre arrivée sur terre, je n'ai plus eu de nouvelles de mes parents, et quand j'ai croisé des personnes de l'Odyssée, ils ne semblaient pas être là non plus. Peut être qu'ils avaient été mis au courant de mon éjection sur terre avec cent autres jeunes et qu'ils avaient décidés de le faire savoir aux autres qui n'avaient pas fait dans la demi-mesure de les éjecter dans l'espace. Peut être qu'ils avaient été dans une partie de la station qui avait été si endommagée en venant sur terre qu'ils n'ont pas survécu. Je suis dans l'ignorance, mais au fond, je ne préfère presque pas savoir ce qui a pu leur arrivée, comme ça, je ne me fais pas de soucis outre mesure pour eux. Je sais c'est moche de réagir de la sorte, mais s'ils sont encore en vie du côté des odysséens, je sais que je vais me faire du soucis pour eux avec tout ce qui nous tombe sur la tête depuis maintenant plusieurs années. Ce n'était pas un sujet que j'évoquais avec quiconque, personne ne m'avait réellement posé la question non plus, comme si ce sujet là était un peu tabou même après des années. Nous étions les vilains petits canards et parfois, les relations avec nos aînés étaient plus que tendues. Avec mes parents, ça allait, mais dès mon plus jeune âge, j'avais été assez indépendante, respectant les règles toutefois, jusqu'à ce que je frappe quelqu'un et que je sois mise en détention, jusqu'à ce que l'oxygène se fasse rare et qu'on me jette sur terre avec d'autres. Depuis ce jour, je n'ai pas vraiment revu mes parents et si au fond, ils me manquent sans doute un peu, consciemment, ça n'a jamais été le cas, comme si j'en avais été libérée à jamais. Je ne savais pas ce qu'il en était pour Rachel, mais je ne voulais pas ouvrir à nouveau des plaies qui étaient potentiellement cicatrisées. Ses épreuves étaient différentes, la perte encore trop fraîche dans son esprit, même si petit à petit elle commençait à s'ouvrir à nous, à nouveau, arrêtant de jouer à l'huître et à se refermer sur elle-même coupant les quelques ponts que nous tentions, vainement de construire vers elle. J'avais fait en sorte d'en construire plusieurs, mais toujours, ils étaient écroulés avant même qu'ils ne soient réellement commencer à construire. Mais aujourd'hui, ce n'était pas le cas, alors je tentais de renforcer les fondations pour qu'il ne s'écroule pas trop rapidement, et qu'elle ne me rejette. Je savais pourtant pertinemment que cela serait plus difficile pour elle que pour moi, car c'était elle qui avait fait en sorte de s'éloigner, de faire le repas avec les autres mais de ne pas y participer par la suite, quand elle mangeait évidemment, car elle avait perdu du poids depuis que nous étions arrivés sur terre. Et elle n'allait pas le reprendre facilement, c'était une sacré certitude que voici mais au moins, elle restait avec nous après avoir réaliser des prouesses avec ce que nous pouvions avoir comme nourritures sur le campement. Je ne la sentais pas à l'aise alors que je prenais place à ses côtés et lui lançait un petit compliment. Malgré tout, elle se la jouait clairement un peu trop modeste.

" Oui, je sais mais ça n'enlève rien à ton mérite Rachel. Vous savez faire des merveilles alors que parfois, il n'y a pas grand chose comme possibilités. "

Et je lui souriais, parce que c'était vrai. Elle n'était pas seule, certes mais elle avait contribué à la bonne santé physique du campement à défaut d'une bonne santé mentale. Je le savais, ce n'était pas aussi simple qu'on le voudrait mais chacun s'efforçait d'y mettre du sien. Moi, je participais à leur apporter des fruits et des légumes à travers le potager et la cueillette.

Rachel A. Gomez
07/05/2018 Dumbass*Angel non 180 Chloe Bennet Minibouh (avatar), ASTRA (signature) cuistot, avec aptitudes en botanique et cuisine 235


Sujet: Re: it's just a spark|| ft Sierra
Mar 5 Fév - 6:22


it's just a spark, but it's enough
Je ne mentirais pas, en disant que notre arrivée ici fut tout, sauf facile. Nous avions essuyé de graves pertes, nous ne faisions guère confiance aux terriens à l’époque, et surtout, nous étions les seuls débarqués de toute cette planète. Bien que Chris et Devos me manquaient, j’avais toujours pu me reposer sur mon frère pour faire passer les journées les plus éprouvantes. On se racontait des histoires, on se faisait rire … oh, son rire. Ce n’est qu’un écho dans mes pensées, un autre bruit qui continuait de me hanter de temps à autre. Rob, mon pauvre Rob, il ne sait pas à quel point mon avis changea à nouveau. Ce court laps de temps où les Odysséens débarquèrent, où notre petit groupe d’amis se retrouva, ce fut certainement la période la plus heureuse de ma vie. Je revivais une certaine stabilité, je m’entourais des mêmes gens que sur le vaisseau, quoiqu’on se trouvât à de différents campements. L’amitié, une force réellement puissante, mais possédant des faiblesses dévastatrices. Dès que la faucheuse vint faire son sale travail, je me retrouvais en terrain inconnu. Moi qui m’étais accrochée à ce qu’il me restait de famille sur le campement des Cents, me voilà complètement perdue, sans aucune envie de rentrer. Je ne voulais assurément pas changer de campement, mais je ne percevais plus ce lien si intrinsèque avec les autres Cents. Une seule et simple raison, à tout ça? Mon attitude. Comme une huître, je me refermais sur moi-même dès qu’on me posait trop de questions, dès qu’on essayait de me convaincre de juste ‘tourner la page’. Des conneries, je vous le dis! Et est-ce qu’ils me tendaient souvent la main? De ce que je pouvais voir, beaucoup construisaient vainement des ponts entre eux et moi, essayant de percer ma carapace. Sierra était certainement celle qui mériterait une médaille, rien que pour le nombre de fois où elle est venue me voir. Toujours un refus, mais la jeune femme ne s’en décourageait pas. On aurait dit que son plan était d’en construire plus d’un, et espérer que je ne change d’avis.

Un entêtement qui portait visiblement ces fruits, alors que de mon côté, j’avais assurée vouloir changer pour en revenir à une version améliorée de la Rachel d’avant. Un soulagement, une nouvelle qui plût à Chris et Jude. Mais il ne s’agissait que de mots. Le pire restait à venir. Combien de fois ne retomberais-je pas dans mes mauvaises habitudes, me forçant à devoir tout recommencer constamment? Tomber pour mieux se relever, n’est-ce pas? Pour ma part, je ne crois pas que je réagirais ainsi. Advenant une onde de frustration et de chagrin trop forte, je repartirais me cacher derrière cette version de moi-même menant presque droit aux problèmes. Je ne dormais toujours pas, ce qui était dans mes habitudes. Cependant, un de mes problèmes d’avant, c’était la communication avec le reste du campement. Pour que je sois présente, même après avoir fini le repas, et que je m’assoie parmi le groupe, ça relève du miracle, je vous le jure. Je croyais, en fait, qu’on ne remarquerait pas ma présence, qu’on continuerait sa routine. Pourtant, je ne pût avoir droit à un moment de paix. En effet, Sierra trouva bon de venir discuter un peu, complimentant mon travail au passage. Je préférais indiquer qu’il s’agissait d’une aide collective, que je n’étais qu’un maillon parmi tant d’autres. De belles paroles qui ne surent convaincre Sierra. « Bah écoute, je me concentre sur la préparation des repas pour justement ne pas avoir à me perdre dans des pensées complètement dépourvues de sens. J’imagine que ça me permet d’être plus efficace en cuisine. » Les autres cuisiniers faisaient un travail impeccable aussi. « Et comme j’te dis, c’est un travail collectif, puisque vous nous ramenez des fruits et des légumes. » Je retournais les compliments vers Sierra, ne sachant pas trop comment me sentir face à des notes si positives, à des commentaires redorant. Je souriais un brin avant de reprendre ma moue et mon regard froid. Pourquoi prenait-elle place par ici? Pourquoi faisait-on la discussion? Cela faisait plusieurs mois que je ne me présentais pas aux rassemblements, et que je participe aux activités qu’à un strict minimum.
code by EXORDIUM.


Sierra Megara
27/07/2014 Sammix Adriel 17471 Barbara Palvin Mayumi + Tumblr Ramasseuse de fruits & plantes / Agricultrice / Parcourir la forêt à la recherche de nouvelles plantes & fruits Les 100 111
Sans peurs et presque sans reproches


Sujet: Re: it's just a spark|| ft Sierra
Ven 15 Fév - 15:29

Elle jouait avec l'humilité, comme si finalement, elle n'avait presque rien fait, alors qu'ils ne sont pas si nombreux que ça a être en cuisine, je veux dire régulièrement, comme elle ou encore Taël. Je n'y mets pas les pieds personnellement, ou alors c'est rare, très rare même. La dernière fois, ça remonte à quelques mois maintenant avec le bouclé, mais en soit, c'était juste pour s'amuser, juste par plaisir que nous avions pu nous faire une omelette, rien que ça. Mais il faut bien l'avouer, les cuisiniers ont du mérite de toujours nous faire quelques choses, régulièrement, que ce soit bon, pas seulement mangeable, car il faut savoir nourrir tous les bouches du campement. Alors parfois, il faut se contenter de peu, mais même ce peu est bon. Elle n'a pas l'air d'en avoir seulement conscience, comme si finalement, c'était normal qu'elle agisse ainsi après tout ce temps passé ici. L'adaptation avait été plus difficile pour certains que pour d'autres. Moi, je sais que je me suis presque sentie tout de suite à la maison, ici sur terre, parce que j'avais appris la botanique, les plantes, les légumes, les fruits, c'était de la théorie là-haut, mais ici, avec l'aide de quelques terriens, la théorie était devenue pratique, et aujourd'hui, ça me servait plus que jamais. Si je n'avais pas appris cela là-haut, sur l'Odyssée, je me serais façonnée autrement ici sur terre quoiqu'il en soit. Ainsi, j'avais appris à travailler la terre, l'étape d'après celle qu'était la cueillette. Je le faisais encore, mais durant les mois hivernaux, où il faisait froid, il fallait mieux savoir être polyvalent. Et les journées passaient toujours trop vite ou presque, mais là, je prenais le temps de manger mon repas, mais aussi de discuter réellement avec Rachel puisqu'elle ne m'avait pas encore repoussée. Peut être qu'elle ne le ferait pas, pas tout de suite, je ne saurais dire, je ne voulais pas me montrer invasive, juste lui montrer que j'étais là pour discuter et tenter de lui remonter le moral, pour qu'elle remonte la pente. Elle abordait d'ailleurs son point sensible. La cuisine lui permettait de ne pas penser aux être disparus, c'était donc une bonne chose pour elle, et ça me plaisait qu'elle réussisse à avancer, petitement dans ce monde, plutôt que de toujours regarder en arrière si la personne ne pourrait pas revenir, mais en l'occurrence cela serait difficile. Alors je lui souriais. Elle avançait, et c'était tout ce qui comptait au fond, car nous avons tous perdus des êtres chers sur cette terre, que ce soit plus anciennement ou plus récemment. Mais notre vie continuait, nous pouvions pas vivre résolument dans le passé, vivre encore là-haut, alors qu'il n'y avait désormais plus personnes depuis dès mois puisqu'ils étaient venus s'échouer sur terre à leur tour même si tout le monde n'avait pas survécu. En tout cas, si je lui donnais de beaux compliments, elle jouait la carte donc de l'humilité me faisant aussi de beaux compliments, puisque je faisais partie des maillons de cette chaîne puisque j'apportais aussi la nourriture, la matière première le plus souvent possible que ce soit des produits issues de la culture ou de la cueillette d'ailleurs. Je souriais à ce compliment même si je voyais bien qu'en disant cela, elle pensait que j'allais partir, que je n'allais pas insister un peu pour tenter de la faire sourire un peu, car c'était quelques choses que je n'avais pas vu assez souvent sur son visage, contrairement à moi. Parce que oui, j'ai tout le temps le sourire, je vis sur cette terre comme si cela avait été toujours ma maison, tentant de profiter de chaque instant. Je pourrais revenir sur les pertes que nous avons subit avec Rachel, mais je ne voulais pas la lancer dans des souvenirs qui sont sans doute toujours trop douloureux pour elle. Alors je rebondissais sur ces dernières paroles.

" Oui, c'est vrai que nous ne sommes que des maillons dans cette chaîne là, mais je ne fais que donner la matière première autant que possible, c'est toi par la suite avec les autres cuisiniers qui arrive à donner de belles saveurs. Parce que je suis sûr que sans ça, mes légumes seraient sans doute un peu fade, tu ne crois pas ? "

Oui, des haricots, ou des courges sans une bonne cuisson, sans une bonne préparation, ça ne doit pas être fameux, mais Rachel savait faire, savait aller au delà de tout ça, et je l'en remerciais grandement.

Contenu sponsorisé



 

it's just a spark|| ft Sierra

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» CHARLIE ♣ Non mais allo ! T'es une meuf et t'as jamais couché avec moi ? [ft Sierra Kusterbeck • en cours]
» Sierra A. Morisson | Rosario Dawson
» ALBERT BIERSTADT (1830-1902)
» Spark-IV et Spark-VII
» SUJET COMMUN N°3 - ALL BEGINS WITH A SPARK

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Hundred :: welcome to hell :: Le campement des Cents-