Aller en bas
Admin - Supermassive Black Hole
Liam Cohen
DATE D'INSCRIPTION : 04/11/2014 PSEUDO/PRENOM : Mystery Light MULTICOMPTES : Elijah & Near & Saoirse & Cassandre & Jade MESSAGES : 29980 CELEBRITE : Thomas B.-Sangster COPYRIGHT : @lemontart Signa HERESY METIER/APTITUDES : ancien patrouilleur, désormais leader diplomatie. TRIBU : Cent (ancien kidnappé) POINTS GAGNES : 900
Voir le profil de l'utilisateur
Admin - Supermassive Black Hole

Like real people do (Alaska)  Empty Like real people do (Alaska)

le Sam 1 Déc - 0:36



Like real people do




Il aimait bien leur style de vie. Les alliances s’inscrivaient pour durer tant avec les Odysséens qu’avec les terriens. Pas tous, bien évidemment mais avec ceux avec qui ils avaient eu beaucoup de mal et ce pour des raisons différentes de ces deux groupes de personnes bien différentes, c’était un grand pas. C’était important et ce même si parfois, évidemment, ils ne savaient jamais trop comment se comporter avec l’un ou l’autre terrien, avec l’un ou l’autre membre du deuxième groupe tombé du ciel. C’était normal. S’ils allaient de l’avant, cela ne voulait pas forcément dire que tout le monde était d’accord tout de suite. Il y aurait encore beaucoup de chemin à parcourir pour qu’il n’y ait plus de tension entre tout le monde ici mais c’était déjà un bon début. Il le pensait alors qu’il se déplaçait en forêt alors que le temps n’était pas des meilleurs. Il espérait que le temps serait radieux lorsqu'il serait temps d'aider les Pikunis dans les champs. Pour le moment, c'était la pluie fortement désirée en cet été bien chaud qui l’avait poussé à sortir malgré les souvenirs du cyclone. Cela faisait du bien, il ne se souciait pas pour le moment que cela empire parce qu’il ne se passait rien de tel, c’était simplement une petite pluie fine comme il y en avait eu beaucoup sur Terre depuis leur arrivée. Ce n’était pas parce qu’ils avaient vécu l'enfer du cyclone et ses conséquences terribles qu’ils devaient avoir peur de chaque geste de la nature qui les entourait, de celle qu’ils ne semblaient pas aussi bien comprendre que les deux Naoris qu’il avait croisé il y a quelques mois de ça.

La méfiance était encore de mise pour eux, enfin, il ne les comprenait pas trop en réalité. Ils avaient une façon de penser à des années lumières d’eux et pourtant semblaient se retrouver à chaque moment important sauf celui-là. Pourquoi ? Peut-être parce que les plus récents arrivés sur terre semblaient s’en sortir, peut-être ça oui : ils ne se sentaient plus concernés. Il haussa les épaules, pas trop certain de savoir qu’en penser ni même s'il avait juste. La dernière fois que les Naoris avaient vraiment été de la partie : il n’avait pas été convaincu. La pluie se fit plus forte et s’il se dépêchait de pour se mettre à l’abri, il ne voulait pas aller trop vite pour se casser la figure, cela arrivait trop souvent ces derniers temps. Il n’y aurait personne pour l’aider cette fois-ci. La pluie le faisait dévier de sa trajectoire pour aller chez les Odysséens, le désorientait par sa non envie de se trouver sous un orage. Il pensait être à mi-chemin, peut-être plus vers le pont, un peu plus loin ? Si l’on pensait connaitre un endroit en particulier il suffisait qu’un détail change la donne pour que l’on s’y sente complètement perdu. Le ciel s’assombrit toujours plus vite qu’on ne le pense, si vite qu’il n’a pas le temps de voir où il se dirige lorsqu’il chute, glisse non loin de ce qu’il suppose juste être sur le moment juste un tapis de feuillage, un peu désorienté par la chute il ne parvient pas encore à distinguer ce qui se cache derrière ce trompe l’œil de la forêt qu’il ne connait pas si bien, plus si bien.

Il se relève sans trop de difficulté, ne remarque pas la blessure au genou quand il voit une forme au loin. Avec ses trombes d'eau, il peine à voir, cela peut être n'importe qui, il doit faire attention comme pour tout le reste. Il est une brindille qui se ballade en forêt, qui joue avec les intempéries comme pour se dire qu’il est capable, qu’il ne faut pas avoir peur de tout, que ce n’est pas la solution pour celui qui veut avancer, celui qui ne prend pas assez conscience des dangers quand l'inconnue semble avoir remarqué le même endroit que lui. Il tente de s’adosser à cet abri naturel mais sent le déséquilibre de la surprise l'embarquer au sol. La nature est fourbe pour qui ne la connait pas assez, elle lui montre aujourd'hui une porte ouverte sur une porte ouverte sur une entrée souterraine qu’il découvre à l’instant. Il s’est relevé ne dirait pas non à retourner sous la pluie pour retirer cette boue, ce sang qui coule à la jambe droite mais l’endroit est trop impressionnant pour qu’il y pense, fasse attention à cette voix qui le rejoint, qu’il aurait reconnue n’importe où.

Spoiler:
@Alaska C. Burckley  Tu sais où me trouver si y'a quelque chose à changer Like real people do (Alaska)  13787583   




— code by lizzou —

Alaska C. Burckley
DATE D'INSCRIPTION : 04/11/2018 PSEUDO/PRENOM : Authenticity MULTICOMPTES : Demy le magnifique MESSAGES : 47 CELEBRITE : Cara Delevingne COPYRIGHT : @Applestorm METIER/APTITUDES : Médecin : herboristerie & notions médicales POINTS GAGNES : 120
Voir le profil de l'utilisateur

Like real people do (Alaska)  Empty Re: Like real people do (Alaska)

le Dim 27 Jan - 19:20
LIKE REAL PEOPLE DO
Liam

 
In the real world, as lived and experienced by real people, the demand for human rights and dignity, the longing for liberty and justice and opportunity, the hatred of oppression and corruption and cruelty is reality.
John McCain

Orage. Grondement. Tonnerre. Pluie. Tout ne devient qu'un tourment de sensation qu'ne un instant. Alaska, elle est là, sous le vent et les arbres. Une goutte d'abord, qui vient s'écraser, glaciale, sur sa joue. Puis deux, et enfin trois. Le clapotis se fait incessant et elle prie le ciel pour que ça ne dure pas. Elle ne dirait pas qu'elle n'aime pas la vie sur Terre, mais le climat et toutes ces choses qui rendent l'environnement instable ne l'enchantent pas plus que ça. Elle préférerai éviter une tornade tant qu'elle le peut.Alaska n'a pas réellement confiance en ces grosses gouttes qui tombent du ciel. Bientôt, elle sent ses cheveux tremper dans son dos. Elle n'a pas encore entendu l'orage de trop près, laissant une dizaine de secondes s'écoulant dans son esprit avant que le son ne rejoigne la lumière au dessus d'elle. Alaska ne pense pas s'être trop éloignée du campement Odysséen, elle a peut-être dérivé un peu, mais elle ne devrait pas encore se perdre dans cette forêt. Laissant ses pas la guider là où elle pense qu'elle pourra trouver un refuge, elle continue à marcher sous la pluie. Il ne faut pas plus de quelques minutes pour que les arbres commencent à tanguer vraiment dangereusement autour d'elle. Partout où elle regarde, c'est froid et humide. Les arbres cachent probablement derrière leurs branches touffues de quoi s'abriter, mais elle n'aimerait pas se risquer à s'approcher de trop près des rochers. Elle espère tomber sur quelqu'un qui la ramènera sur le sentier vers le campement, ou du moins, peut-être se trouer assez proche de celui des Cents. C'était la direction qu'elle avait choisie, au départ.

Elle pose vaguement ses doigts sur la paroi rocheuse. Elle doute de trouver une entrée protégée sous les pierres entassées, et érodées par la pluie. Mais elle n'a pas vraiment d'autre choix. Alaska a relevé sa veste au dessus de sa tête, tentant vainement de se protéger du mieux qu'elle le peut. Elle sent l'eau lui couler dans le dos, froide et mordante. Elle n'a aucune envie de rester plus longtemps sous la pluie. Elle entend des frémissements, plus loin, elle a l’impression de ne pas être seule ; mais c'est toute la forêt autour d'elle qui parle. Elle n'a jamais l'air aussi terrifiante que quand la tempête s'empare d'elle.

Enfin, ses doigts s'enfoncent dans la végétation. Elle ne remarque pas un instant les marques de boue et de sang au sol. Évitant soigneusement les pierres tranchantes, elle pose un pied sur une pierre et tente de se hisser un peu plus haut, là où elle a l'impression d'avoir déniché une entrée. Elle n'en sais trop rien, en fait. Peut-être que le tunnel ne sera pas plus étroit qu'elle, et qu'elle ne sera pas avancée à grand chose. La paroi est glissante, et elle fait du mieux qu'elle peut pour ne pas tomber. Alaska finit par se hisser un demi-mètre plus haut, et poser le genou sur une corniche. Elle pousse la végétation, rendue beaucoup plus lourde par la pluie et le vent lui fait claquer des branches sur les chevilles. Elle se hâte de traverser le mur végétal, préférant tomber sur un ours de l'autre côté que de rester sous cette pluie battante. Elle traverse finalement sans mal, un peu assourdie par le bruit de la pluie qui résonne dans la petite grotte. Pas d'ours en vue, c'est déjà ça. Elle n'est même pas certaine que de pareilles bestioles vivent dans le coin, mais elle n'a vraiment l'intention de le découvrir par elle-même tout de suite. Prenant quelques instants pour reprendre son souffle, elle s'adosse à la paroi qui la glisser instantanément de tout son poids sur le sol. Elle dévale quelques mètres, descendant un peu plus bras. La force de la chute lui arrache à peine quelques morceaux de vêtements, mais elle sonnée quelques instants. Elle qui pensait avoir fait très attention pour monter jusque-là, déjà.

Un peu plus loin, devant elle, Alaska distingue une silhouette familière. Ses lèvres articulent en douceur le prénom, se demandant si c'est bien toi. Tu bouges, dans le noir, doucement. Tes gestes sont lents, tu n'as même pas remarqué la jeune fille plus loin qui t'observe. Tu sembles aussi humide qu'elle, peut-être as-tu voyagé sous la pluie toi aussi. Alaska avance, en douceur, se relevant endolorie de sa petite chute, et elle te rejoint, se postant derrière-toi. Plissant les yeux, elle essaie de distinguer de plus près les traits de ton visage, et elle crie, pour être entendue à travers la pluie : « Liam ! ». Mais tu ne l'entends pas, tu regardes quelque chose. Et elle aussi, elle lève les yeux, et elle voit, devant toi. L'endroit est grandiose, impressionnant. Elle ne pipe plus un mot, quelques pas derrière toi, elle regard, elle aussi. Seul le temps pourrait vous surprendre, seuls, ici. Elle s'arrache à sa contemplation, s'avance, pose une main sur ton épaule et demande sans te brusquer : « Liam. Que fais-tu ici ? Tu as bravé la pluie, toi aussi. » Elle secoue quelques gouttes sur tes épaules, et te détailles de la tête aux pieds.


(c) DΛNDELION
Admin - Supermassive Black Hole
Liam Cohen
DATE D'INSCRIPTION : 04/11/2014 PSEUDO/PRENOM : Mystery Light MULTICOMPTES : Elijah & Near & Saoirse & Cassandre & Jade MESSAGES : 29980 CELEBRITE : Thomas B.-Sangster COPYRIGHT : @lemontart Signa HERESY METIER/APTITUDES : ancien patrouilleur, désormais leader diplomatie. TRIBU : Cent (ancien kidnappé) POINTS GAGNES : 900
Voir le profil de l'utilisateur
Admin - Supermassive Black Hole

Like real people do (Alaska)  Empty Re: Like real people do (Alaska)

le Mer 10 Avr - 17:08
LIKE REAL PEOPLE DO

The world was on fire and no one could save me but you. It's strange what desire will make foolish people do. I'd never dreamed that I'd meet somebody like you. And I'd never dreamed that I'd lose somebody like you.


Il s’était dépêché, n’avait pas fait vraiment attention à cette forêt et au fait que chacun de ces arbres pouvaient bien avoir l’air d’un autre. Si en temps normal il n’était pas tant du genre à se perdre, c’était différent lorsqu’un élément était bien loin de son quotidien et il ne s’était que trop rarement lancé dans la péripétie d’aller en pleine nature alors que le temps était contre eux. Il y avait bien évidemment eu le cyclone mais ce n’était pas la même chose, le temps leur manquait et ils avaient fait si souvent le déplacement jusqu’à l’odyssée en temps normal que le lieu avait été comme gravé dans sa mémoire. Ils étaient partis après que les derniers vents forts soient partis, différent d’aujourd’hui où la pluie commençait, se faisait de plus en plus forte rendant la visibilité si pas nulle, beaucoup moins claire alors.

Il pressait le pas, avait l’impression d’avoir vu une forme au loin lorsqu’il se pressait de l’autre côté, près de cet endroit qu’il n’avait pas une seule seconde comme étant un lieu cachant comme un passage secret, des galeries souterraines. Il fait froid, la neige n’est pas encore tombée mais ne tardera pas. Il a beau être un minimum couvert, il sent qu’il va devoir tenter le troc même s’il se trouve pas être le meilleur négociateur en la matière même s’il ne se débrouille pas si mal dès qu’il s’agit de parler à d’autres quand  c’est important. Le commerce pourtant n’est pas du tout dans son savoir faire, il se sent d’ailleurs bien maladroit quand il s’agit d’avoir de grands rassemblements comme l’autre qu’ils ont eu avec les tribus sœurs et l’Odyssée pour parler de leur futur d’après le cyclone, cette nouvelle entraide qui allait naître petit à petit beaucoup plus franche qu’elle ne l’avait jamais été.

C’était un grand pas en avant mais pour ça, il lui faudrait un peu plus se démener peut-être, avoir des prises de positions plus tranchées que de vouloir tout simplement toujours dire ce que les autres pensaient. C’était important, il ne disait pas le contraire, c’était important de savoir ce que tout le monde pensait pour pouvoir donner un point de vue d’ensemble mais prendre la parole pour tout le monde ne se résumait pas tout simplement à dire ce que tout le monde pouvait bien penser, il s’agissait aussi de mettre les mains dans le cambouis et de dire ce qu’il pensait. Il n’était pas si doué pour ça même s’il ne se taisait pas non plus. Disons qu’au campement, il avait souvent des réflexions contraires à ses camarades alors s’il s’agissait de donner son point de vue sans froisser la majorité, c’était beaucoup plus compliqué. Heureusement il savait qu’il y avait moyen le plus souvent de discuter mais savait tout autant que les discussions prochaines ayant pour point central les odysséens seraient toujours un peu plus houleuses surtout depuis leur déplacement même si dans les faits, ils n’avaient jamais montré d’hostilité franche à cette annonce faite il y a bien longtemps.

Il est blessé mais pas tellement, c’est juste sa jambe qui sur le coup est bien douloureuse. Elle ira mieux d’ici quelques temps, p’etre même que d’ici quelques secondes il ne sentira déjà plus rien, c’est simplement ce contre coup d’avoir chuté d’une façon bien conne par sa faute d’avoir voulu s’abriter trop vite sans vraiment avoir conscience de l’endroit où il se trouvait, dans son entièreté. Il pouvait bien blâmer la pluie mais n’avait pas le temps pour, Alaska qu’il lui semblait bien avoir reconnu au loin s’était rapprochée de cet endroit qu’elle devait probablement connaitre mieux que lui. « Je crois bien oui. » Il a ce sourire amusé malgré la situation, malgré cette galerie de roche dans laquelle ils se trouvent. « On ne connaîtra jamais assez bien la forêt pas vrai ? » Il a envie de voir à travers les feuillages mais la pluie a l’air toujours aussi forte que précédemment. « Si on s’arrête pour une petite pluie, on ne fait plus jamais rien. » Puis ils ont eu bien pire, ils le savent tous les deux. Il l’observe un moment, elle a l’air d’aller bien Alaska, elle a toujours l’air d’aller bien parce que cela fait bien longtemps qu’il ne l’avait pas vue avant ces dernières semaines. « Tu vas bien ? » Il ne sait pas s’il parle de maintenant, s’il lui parle de ce qu’il se passe en même temps pour elle chez les Odysséens. « Tu savais que y’avait des galeries souterraines ? » Il sait à propos des galeries du métro mais pour lui elle ne menaient pas à grand-chose, à nulle part en fait alors il n’a jamais pris le pas d’aller voir, on ne lui aurait p’etre pas laissé le temps d’être curieux, c’est pas encore chez eux, ce campement des deuxièmes tombés du ciel même s’il ne s’est jamais senti comme un paria en allant les voir. A chaque fois malgré les tensions, cela se passait toujours plus ou moins bien, à moins que cela ne soit sa facilité de balayer les problèmes d’un geste, de faire toujours en sorte pour que cela se passe bien quoiqu’il advienne.  

Spoiler:
@"Alaska C. Burckley " Like real people do (Alaska)  484338566




CODAGE PAR AMATIS
loudsilence. & la peau bleue


Alaska C. Burckley
DATE D'INSCRIPTION : 04/11/2018 PSEUDO/PRENOM : Authenticity MULTICOMPTES : Demy le magnifique MESSAGES : 47 CELEBRITE : Cara Delevingne COPYRIGHT : @Applestorm METIER/APTITUDES : Médecin : herboristerie & notions médicales POINTS GAGNES : 120
Voir le profil de l'utilisateur

Like real people do (Alaska)  Empty Re: Like real people do (Alaska)

le Ven 17 Mai - 22:23
LIKE REAL PEOPLE DO
Liam

 
In the real world, as lived and experienced by real people, the demand for human rights and dignity, the longing for liberty and justice and opportunity, the hatred of oppression and corruption and cruelty is reality.
John McCain

Jamais elle n'avait pensé que les feuillages et les pierres pouvaient cacher de tels édifices. Bien sûr, avec les anciennes bouches de métro, les conduits, les ruines, tout ça, elle savait qu'il y avait plein de choses dans le coin qui ne demandaient qu'à être découvertes. Parfois, même, elle se surprends à penser qu'il y aurait peut-être un bunker, dans le coin. Des gens habitués à la vie sous la terre, prêts à les rejoindre sur la surface. Enfin, à choisir entre vivre sous al terre et dans l'espace, elle aurait quand même choisi l'espace. L'air y était peut-être moins frais là-haut, mais au moins, elle pouvait voir la Terre. Ils avaient tous pu regarder cette planète bleue, de là-haut, en rêvant à toucher terre. Si seulement ils avaient su ce qui les attendait ici-bas, hein ?

Avec toi, elle se rend compte qu'elle n'a pas vraiment peur. Peu importe où ces galeries mènent, vous vous y retrouvez tous les deux. En fait, vous avez toujours été un bon soutient l'un pour l'autre. Même à travers ce fichu mur de la prison . Alaska, elle s'en souvient comme si c'était hier. Vos échanges, à travers deux portes closes. « On ne connaîtra jamais assez bien la forêt pas vrai ? » Elle hoche la tête, approuve. Elle ne dit rien de plus, elle regarde devant elle surtout. Elle ne sait pas trop ce qu'elle espérait trouver ici, en fait. Peut-être rien, vu qu'elle n'essayait que d'échapper à la pluie. Elle n'avait pas vraiment l'intention de se perdre dans les grottes, mais l'endroit a l'air splendide et elle n'aurait voulu rater ça pour rien. La forêt, derrière vous, fait un bruit d'enfer mêlée à la pluie. Non, vous ne la connaîtrez jamais assez, c'est certain. elle doit regorger de tellement de secrets. Improbables. Inconnus.

« Si on s’arrête pour une petite pluie, on ne fait plus jamais rien. » Elle n'est pas vraiment sûre, de ça. Mais c'est peut-être parce que Alaska a abandonné l'idée d'avoir de l'espoir sur plein de choses déjà, maintenant. Elle ne croit plus en certains destins. A quoi bon faire de son mieux, quand on sait que l'on va tous finir pareils ? Ce n'est pas vraiment une vie, pour elle. Elle n'a pas la prétention de mieux connaître les grands chemins du bonheur, mais elle sait qu'il est loin, bien trop loin d'elle. Parfois, elle se demande si tout ce qu'elle fait va lui permettre un jour d'obtenir du mérite. Peut-être que, au final, aucun de nos actes n'a de valeur aux yeux de la mort. C'est peut-être pour ça, qu'elle ferait mieux de se reposer. « J'sis pas. Peut-être que tout c'quon fait ça vaut pas trop le coup, en fait. Me reposer, des fois, ça me dérange pas. J'aime bien regarder la pluie. » Elle te réponds d'un air décontracté, en haussant un peu les épaules. De toute façon, qu'est-ce qu'elle va te dire de plus hein ? elle a déjà bien l'impression d'avoir été trahie par la vie. « Tu vas bien ? » Alaska te regarde, doucement. Elle te rends ton observation. Vous avez l'air d'aller bien tous les deux, mais la chute jusque dans la grotte n'était pas forcément des plus agréables alors... « Je crois que oui. T'es tombé de haut, toi aussi ? Fichue galerie hein ? » Elle te demande, un petit sourire. En fait, Alaska, elle rumine autant sur la vie qu'elle arrive à apprécier les moments avec les autres, en fait. Surtout les moments avec toi. Elle est moqueuse, un peu, mais gentiment.

« Tu savais que y’avait des galeries souterraines ? » Elle y jette à nouveau un coup d'oeil. Non, pas plus que ça, en fait. Quand elle a passé du temps chez les Naori, peut-être, elle en a entendu une vague idée, quelques fois. Mais elle n'était encore jamais tombée dessus, ou même dedans. « Peut-être que j'en ai déjà entendu parler. Je sais que certains ont dit à l'infirmerie qu'ils étaient tombés dans des trous très profonds. Mais de là à y voir des galeries... » Elle bouge la tête de droite à gauche, comme pour signifier non. « Tu crois qu'on peut aller voir plus loin ? Le sol a l'air mouillé, et je sais pas trop où on va atterrir. Mais y'a peut-être des trucs. »

(c) DΛNDELION
Contenu sponsorisé

Like real people do (Alaska)  Empty Re: Like real people do (Alaska)

Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum