Partagez | 
 

˜˜˜˜˜˜Let there be light
maybe life should be about more than just surviving


Admin
avatar
28/05/2014 Le Grand Manitou 2005 Nobody 335
Admin


Sujet: Let there be light
Dim 18 Nov - 22:58

Let there be light


Popcorns et lumière !


Enfin, après trois ans passés sur cette Terre, parfois peu accueillante, souvent effrayante, ils sont parvenus à la créer, cette source d’électricité qui leur manquait tant.

L’éolienne trône au milieu du campement, sur le toit du bâtiment principal. Les derniers aimants avaient été trouvés, installés grâce au troc avec les athnas. Eux les trouvaient par dizaines dans leurs mines, ne savaient pas quoi en faire. Alors, ils avaient permis aux débarqués, aux Odysséens, de retrouver de l’électricité. Certes, ils n’avaient pas de quoi éclairer tout le campement, faire fonctionner une grosse machinerie, mais petit à petit, ils retrouvaient du confort.

D’ailleurs, pour fêter cela, ils récupérèrent un écran encore fonctionnel, et un DVD qui n’avait pas été abîmé dans le crash. De quoi inviter les cents pour faire une petite séance cinéma improvisée, peut-être la dernière…


Explications


- Les Odysséens ont réussi à obtenir une petite éolienne domestique après trois ans de durs labeurs. Ils décident donc de passer un film sur un écran pas très grand pour fêter ça. Les cents sont invités également pour profiter du retour de l'électricité.

- GM ne passera pas durant cette animation. Elle se situe au alentours du 20 novembre 2118.

- L'éolienne a été achetée avec les points de groupe ! L'électricité fournie ne peut pas permettre le chargement d'un objet plus gros qu'un téléphone/écran. Donc pas de générateurs ou de micro-ondes par exemple, il s'agit d'une éolienne domestique (pas d'un immense pylône qu'on trouve dans les champs, par exemple). Soyez donc logiques pour vos futurs RPs, svp

- Amusez-vous bien


avatar
19/05/2018 Phoebus - Léonard Caleb A. Hakara 89 Sebastian Stan Ava © STARFIRE - Signa © EXORDIUM. Stratégie & Maniement des armes 243


Sujet: Re: Let there be light
Mar 20 Nov - 15:59

♫ Hollow Coves - The Woods ♫

Let there be light


Les humains... Ils ont cette façon de toujours reproduire les mêmes erreurs, de tourner éternellement en rond jusqu'à possiblement trouver comment se mordre la queue avant de tout recommencer. Tu n'es pas sans reproduire le schéma bien évidemment, cependant lorsque tu avais entendu parler d'une éolienne et d'une invitation pour aller auprès des odysséens et bien lapremière pensée qui tétais passé par la tête était 'Nous ne sommes plus là-haut, à quoi jouent-ils?' Parce que pour toi, vouloir recréer ce que vous aviez perdu était à la foi un combat perdu d'avance, mais aussi une douce illusion. Le vaisseau avait eut ses failles, tu te souviens d'années passées en son sein comme un animal au zoo et tu gardais une certaine rancoeur à l'idée de voir les tiens recréer un peu de ce que vous aviez là haut... Peut-être par rancoeur, amertume, par peur? Tu n'étais pas l'un de ces hommes qui se disent sans peur, cette dernière vous permet d'avancer après tout, elle est plus une tout qu'un handicap si l'on se montre capable de la gérer.

Et dieu sait que tu ne voulais pas aller là bas. Tu t'étais tout d'abord buter à te dire que c'était inutile, qui voudrait gaspiller le peu d'électricité qu'ils allaient gagner pour ça, sans savoir si cette dernière allait rester ou se mourir comme elle était venue? Tu aurais prétexté à qui voulait bien l'entendre que tu ne voulais pas les voir alors que ta seule peur est de les croiser. Eux. Tes parents, ces gens qui plus encore que ton peuple, t'ont abandonnés en prison sans un regard, oubliant peut-être jusqu'au fait d'avoir eut un fils. Tu te prends parfois à te demander si Monsieur Ansvor, haut de ses amis bien placés avait eut la possibilité d'avoir un second fils et bien que la réponse soit forcément négative, tu ne pouvais qu'imaginer le nombre de fois où il avait du le désirer.
Ton dernier séjour là bas s'était passé à l'infirmerie, on avait soigné au mieux ce bras aujourd'hui aussi lourd à porter qu'un poids mort mais dont la main était au moins fonctionnel et les mouvements bien que limités, encore possibles. Évidemment tu étais parti aussi vite qu'il avait été possible de disparaître et cette fois encore aucun père, aucune mère n'était passé te voir... À quoi diable t'attendais-tu? Ils pourraient tout autant être morts lors de la descente de l'Odyssée, tu n'en saurais rien.

Mais à mesure de réflexion, tu avais peu à peu perdu du terrain. Là bas tu serais mêlé aux tiens, les cents seraient présents tant qu'ils n'avaient pas une haine sans nom envers l'Odyssée. Curieux. Envieux. Interessés... Vous aviez tous vos raisons pour venir alors ton refus perdait du terrain, rattraper par la curiosité et l'envie de voir ce qu'il se passerait quand vous seriez tous sous un même ciel, sans barreaux, sans cages, sans heures de visites ni menace d'une mort à venir. Tu préférais ne pas imaginer ce que certains Odysséens pouvaient penser de vous... Parce qu'il était trop tard désormais pour faire demi tour alors que tu étais en marche pour le camp, d'un pas décidé.
Tu étais parti plus tôt que les autres, ton endurance depuis l'accident avait été mis à rude épreuve et bien que tu puisses de nouveau entraîner ton corps, tu avais perdu en souffle et en force, tu ne voulais ralentir personne et de manière tout à fait égoïste, tu ne voulais pas que l'on puisse te remarquer si tu venais à traîner la patte...

C'est bien dans les premiers que tu atteignis le campement, les alentours étaient calmes, paisibles aussi t'autorisa-tu une petite marche dans les alentours. Tu avais le temps, ici. Tu avais toute la vie devant toi et tu comptais bien la croquer à pleine dents. Cheveux attachés en un bon serré, tu avais l'air bien moins en détresse que la dernière fois si ce n'est l'écharpe dans laquelle ton bras reposait encore, plus par confort et précaution qu'autre chose. Tu avais au moins fais un effort pour être présentable. Il y avait peu de ces réunions, encore moins avaient été celles auxquelles tu avais accepté de participer, alors autant fair les choses bien.

Puis enfin tu arriva à l'entrée du campement, y entrant non sans une certaine appréhension... Et si les autres ne venaient pas? S'ils avaient tous décidés de rester derrière et que tu te retrouvais face à tout ces Odyssées qui même s'ils étaient des vôtres, semblaient tellement étrangers... Non bien sûr... Vous aviez en ces quelques années essuyé des pertes, enterré des amis... Mais il y avait encore un grand nombre des vôtres, emplis d'espoir, emplis d'idées pour l'avenir, qui se présenteraient aussi.

C'était peut-être une soirée toute simple, un petit écran et un film que chacun aura certainement déjà vu ai'l a eut l'accès aux documents de l'Odyssée -ce qui n'avait pas vraiment été ton cas- ; Cependant c'était une lueur d'espoir pour chacun d'entre vous. Vous viviez dans deux camps différents, vous aviez tous vos habitudes et vos idées mais il y avait un semblant de paix entre vous tous et c'était peut-être ça, au final, qui t'avais amené ici.

code by EXORDIUM. | imgs by tumblr



Spoiler:
 

avatar
16/04/2015 Isaïah/Burning Soul Ozvan & Hyacinthe & Ten & Celeste ( ex Elouan ) & Tam-Tam 12633 Aneurin Barnard Alex Tempêtueuse :) & AVENGEDINCHAINS & Lux Aeterna & Rowen & Harlan Cuisinier - Aide soignant/Leader Camp de vie Cent / Ex-kidnappé 159
- Hit the Road -


Sujet: Re: Let there be light
Sam 24 Nov - 19:26


Odysséens & Cent @Taël Guest=James #CinemaParadiso


L'électricité, il y en avait de nouveau, voilà ce que la plupart des siens "chantaient" en ce moment. Et bien entendu il s'agissait des "autres" pour arriver à la recréer, ceux chez qui ils refusaient de se rendre. Oui, pour le moment Taël il n'avait jamais accepté d'y mettre un pied chez les Odysséens. Bien que depuis quelques temps il fut tenté d'aller déposer une petite sculpture en bois faite rien que pour sa petite sauvageonne disparue : Thaïs.

Puis surtout quelques rencontres le poussèrent à réviser un peu son avis. Le bouclé ne pourrait pas toujours faire preuve de mauvaise foi. Alors quand on annonça une séance de cinéma ou ils se voyaient conviés, il ne put s'empêcher d'imaginer que ça ferait sûrement plaisir à James. Ça le changerait de son quotidien de voir cette magie sur écran. Et lui aussi d'ailleurs. Après quelques tergiversations internes il se décida à tenter l'expérience. Bien entendu il devrait porter l'enfant assez souvent le long du chemin, mais ce dernier qui avait maintenant presque quatre ans savait très bien marcher désormais. Fallait juste ne pas oublier de quoi boire et grignoter pour lui. Le Bouclé se joignit donc aux quelques cent qui acceptèrent cette invitation.

Quand il arriva enfin aux ruines, il découvrit avec surprises les arrangements fait par leurs habitants. Taël suivit ceux qui s'y connaissaient mieux que lui pour arriver au lieu de rendez-vous. Le voilà tenté de visiter un plus profondément ces lieux retravaillés. Pour le moment il fallait prendre place et montrer de la patience avant que le film ne démarre.

Le bouclé aperçu Raphaël @Raphaël D. Ansvor au loin mais il préféra ne pas s'en approcher. On ne pouvait pas dire qu'ils s'entendaient particulièrement bien, et puis autant éviter que le gamin s'en aille trébucher sur le bras mal en point de celui-ci. Le cuisinier s'installa dans un lieu où il restait de l'espace afin que James puisse un peu jouer avant que ses prunelles se fassent capturer par la magie du cinéma.

Lui, le bouclé cherchait parmi la "foule" déjà présent des visages familiers. Pas qu'il en connu des masses mais il déjà Mr Wrath @Leary Wrath, Devos @Devos Acciaro et Murphy @Murphy Cavendish, cependant pour l'instant il n'en dégota aucun.

Pendant que Taël inspectait consciencieusement les diverses personnes présentes, le gamin attrapa quelques cailloux à sa portée et les lança devant lui atteignant quelques têtes qui pestèrent avec beaucoup de conviction.

Spoiler:
 



avatar
15/05/2018 shiranui Machar 218 tom holland eilyam & bat'phanie Cuisinier, aptitudes en botanique et cuisine. 271


Sujet: Re: Let there be light
Lun 3 Déc - 23:47


let there be light | rp commun
Il a passé les derniers jours à retourner l’idée, encore et encore, dans un coin de sa tête. Il est en plein dilemme et ça l’agace. Ils ont reçu il y a quelques jours une invitation de la part des odysséens, qui ont réussis à faire marcher une éolienne leur permettant d’alimenter des petites sources d’énergie. Ils veulent profiter de leur construction pour faire fonctionner un écran, et y passer un film. Morgan avait presque abandonné l’idée de revoir un film de toute sa vie – ou plutôt, ce n’était pas vraiment dans ses priorités du moment. Mais maintenant que la possibilité s’offrait à lui, la seule chose qu’il avait envie de faire, c’est de foncer jusqu’au camp des odysséens et de s’asseoir devant l’écran, de préférence le nez à quelques centimètres de celui-ci. Ça lui paraît tellement bizarre de se dire que les films existent encore, que ce n’est pas simplement des souvenirs qui ressemblent de plus en plus à des rêves, flous et imprécis. Avoir été envoyé sur Terre a crée une sorte de rupture dans sa vie, et tout ce qu’il prenait pour acquis sur l’Odyssée semble maintenant appartenir à une autre vie, à une autre époque. Il a du mal à s’imaginer un monde où les Naoris et Hollywood pourraient cohabiter, par exemple. Mais maintenant qu’on lui a proposé l’idée, il a du mal à penser à quoi que ce soit d’autres. Il serait prêt à regarder une vidéo de trente secondes, serait-ce la pire vidéo jamais créée, simplement par curiosité et nostalgie. Comme si ces quelques secondes lui permettraient de récupérer le confort qu’il avait là-haut.
L’annonce de cette éolienne apporte aussi l’espoir, que dans quelques années peut-être, ils pourront avoir de l’électricité, et recommencer à vivre... un peu plus normalement. Il se surprend à penser qu’il serait d’accord pour collaborer avec l’Odyssée – seulement si cela voulait dire profiter de leurs avancées technologiques, cela dit. Il a à peine conscience d’à quel point ce mode de pensée peut être ridicule. Il finit par se motiver, un peu au dernier moment, d’accompagner le groupe de cents qui se rend à la séance de cinéma improvisée. Après tout, rien ne l’oblige à adresser la parole aux gens à qui il n’a pas envie de parler. Et il y a quelques odysséens qu’il aime bien, mine de rien. Il ne serait pas contre croiser Tea’, si jamais il le trouve, mais celui-ci a une fâcheuse tendance à disparaître dès que les cents sont dans le coin, à quelques rares exceptions près.
Il passe le temps du trajet à ruminer, comme à son habitude. Sans sa fierté mal placée, il n’aurait pas réfléchi à deux fois avant d’accepter l’invitation. Mais il s’est fait un point d’honneur à éviter de mettre le pied dans ce campement, et c’est devenu comme une règle qu’il s’est imposée à lui-même. Parce qu’il passe son temps à refuser d’y aller, c’est un endroit qui le met mal à l’aise, et il espère réussir à se détendre, l’espace d’une soirée. Ça ne lui fera pas de mal, surtout en cette période. Il supporte très mal l’hiver, le froid et tout ce qui vient avec cette saison, et il attend déjà l’été avec impatience.
Ils arrivent au campement, et une partie du groupe va discuter avec des connaissances chez les odysséens. Un autre petit groupe, dont Morgan fait partie, reste plus ou moins entre eux, un peu indécis sur la marche à suivre, avant qu’on les emmène devant l’attraction du jour. Morgan se sent stupide, sentant son coeur se mettre à s’emballer à la simple idée de faire une soirée cinéma. C’est un plaisir si simple, qu’ils tenaient quasiment tous pour acquis lorsqu’ils étaient là-haut, et qu’ils ne pensaient même pas récupérer une fois tombés sur Terre. Pour lui, c’est comme si ses deux vies, l’ancienne et la nouvelle, venaient de se mêler, réunissant ses années passées dans l’espace et celles passées sur Terre.
Il repère Raphaël plus loin, et il hésite un instant. Il ne pensait pas le voir ici, à vrai dire, étant donné qu’il n’avait pas fait le trajet avec eux. Pris par un élan d’audace, il décide d’aller l’aborder avant de se raviser. « T’es venu tout seul ? » Dit-il en guise de bonjour, et il n’arrive pas à cacher le reproche qu’il a dans la voix. Le plus âgé l’agace en ce moment, surtout parce qu’il a l’impression qu’il passe son temps à le rembarrer. Du coup, il n’est pas toujours agréable avec Raphaël, et il a le sentiment d’être pris dans un cercle vicieux dont il est bien incapable de se libérer. « J’savais pas que tu voulais venir. » Décidément, la conversation, c’est pas son fort. Heureusement pour lui que le film va bientôt commencer et qu’ils auront sûrement plus la possibilité de parler – il sera trop concentré sur l’écran, de toute façon. Attiré par des grognements non loin de lui, Morgan aperçoit Taël et James un peu plus loin, l’enfant étant occupé à jeter des petits cailloux sur les adultes devant lui. Le jeune cent se dit que si Raphaël se décide à l’envoyer chier une nouvelle fois, il battra en retraite du côté de son collègue, tiens.   
code by EXORDIUM.



Spoiler:
 

avatar
01/11/2015 Glacy Ezra 2350 Brett Dalton AVENGEDINCHAINS (avatar), Frimelda (signature) ancien militaire - maniement des armes - statège 258
- Whatever it takes -


Sujet: Re: Let there be light
Mar 4 Déc - 18:19


   
Let there be light
#event

   
« Et lux in tenebris lucet. »
Finalement. Que la lumière soit et la lumière fut. Un élan de fierté. Un élan de fierté que je n'éprouvais pas pour avoir réaliser un acte courageux, ou pour avoir réaliser une tâche de la plus haute importance. Non cet élan de fierté il ne me concernait pas mais concernait tous ceux qui avaient bataillé et tempêté pour obtenir l'électricité. Et ils y avaient réussi. Après des mois à s'acharner ils avaient en effet réussi. Fier d'eux. Cela ne faisait aucun doute. N'en prenant aucun crédit. Mais il était certain que je n'étais qu'heureux de voir qu'ils avaient réussi à arriver. Ils s'étaient tellement investis. Ils s'investissaient tellement pour améliorer la vie du campement qu'il était que gratifiant de voir leurs efforts payaient. Et ces efforts ils avaient payé, se concrétisant par la construction d'une petite éolienne. Bien entendu, l'électricité produite ne serait jamais comparable à celle dont nous disposions sur l'odyssée mais à vrai dire ici cela révélait du miracle. Le campement de l'odyssée qui semblait se transformait en petite ville petit à petit. Des cultures qui poussaient. Des ruines qui avaient été reconstruites pour prendre la forme de maison. Du chemin qui avait été fait depuis le soudain déménagement. Du chemin qui avait été fait depuis notre crash sur terre. Chaque campement qui évoluait au fil des saisons s'améliorant. Des compétences techniques qui avaient pu mettre à profit sur terre, effaçant l'idée qu'ici leur vie n'avait pas de sens, leur travail n'avait pas de sens. Bien au contraire. Chaque compétence développée qui ne pouvait qu'être utile. Il était certain de dire qu'aucun des campements, villages des tribus aux alentours n'évoluait de la même façon mais tout ce qui comptait étaient les pas réalisés dans la bonne direction. Ayant souri à l'annonce. Car ce n'était pas juste une mini-éolienne qu'ils nous proposaient si ce n'était la possibilité de voir un film. Trois ans à batailler et maintenant la possibilité de regarder un film sur un écran. Revenu il y a trois ans, personne n'aurait cru sans doute cela possible suite au crash.

Mais maintenant la première victoire était gagnée. Une séance de cinéma qui ne nous était pas seulement offerte mais qui était aussi offerte aux cents. Ces derniers qui ne pourraient que nous rejoindre pour une soirée si leur coeur leur en disait. Ce que j'espérai d'autant, pour revoir des visages familiers. N'ayant néanmoins nullement rejoint le groupe qui commençait à se former en ce début de soirée. N'ayant pas été là pour accueillir nos invités, occupés à finir des tâches militaires avant de finalement me diriger vers notre nouveau home du cinéma. Me positionnant non moins légèrement en retrait alors que je tentais dans un premier temps de repérer des silhouettes familières. Ne cherchant pas tant le visage connu de certains cents comme celui de Rachel si ce n'est ceux familiers des membres de l'odyssée comme celui de Devos, de Chiraz. Des silhouettes que je n'apercevais pas encore mais que je savais que je finirai par trouver. Ce n'était que le début de la soirée et il était certain qu'elle s'annonçait épique, ne manquant que les sucreries pour passer un parfait moment devant un film. Ne pouvant rien demander de plus alors que je savais que j'allais me retrouver entouré de ceux que je considérais comme des membres de ma famille. Un sourire satisfaisant venant flotter sur mon visage alors qu'à mes yeux la soirée à venir s'annonçait juste parfaite.

Spoiler:
 
(c) DΛNDELION

avatar
07/05/2018 Dumbass*Angel non 146 Chloe Bennet Minibouh (avatar), ASTRA (signature) cuistot, avec aptitudes en botanique et cuisine 210


Sujet: Re: Let there be light
Mer 5 Déc - 6:13


( let there be light )
Je me levais comme à mon habitude, bien plus tôt que certains Cents. Je profitais toujours pour faire le tour, boire un peu d’eau et me rendre en cuisine, question de m’assurer que tout était prêt. Ce matin, en revanche, il semblerait que j’en vienne à me retrouver dans un garde-manger désert, à ressasser l’invitation que tout le monde reçu. L’électricité, le point culminant pour le campement de l’Odyssée. Ils voulaient, semblerait-il, célébrer tout ça avec un visionnement de film quelconque. C’est fou, il semblerait qu’encore hier, nous étions à devoir vivre de peu ou de rien. Trois ans plus tard, voilà que ce progrès surgit, une preuve que le temps passait malgré ma réticence à le voir ainsi. Moi-même, je semblais changé, avec les mois. Oh, je n’étais pas miraculeusement guérie, je n’irais pas chanter à cueillir des fleurs en chantant à tue-tête. Cependant, je ne me réfugiais plus autant dans ma tente, parlant un peu avec les autres. Pas-à-pas, je retrouvais le bon chemin, aussi loin et éprouvant soit-il. Je sais bien que Chris, Devos et Jude seraient tous là pour m’aider, mais j’avais besoin de faire ces progrès seule, pour la simple et bonne raison que je me sentirais plus confiante par la suite. Même si leurs gestes témoignaient de leur grande amitié à mon égard, me fier constamment à leurs conseils ne deviendrait qu’une béquille, surtout advenant le décès soudain de l’un d’eux. Si je ne voulais pas m’effondrer de nouveau, il me fallait reconstruire, mais avec des bases plus solides.

Ne devrais-je donc pas en faire autant pour cette tension entre certains Cents et Odysséens? Je sais pertinemment la réponse à cette question. De la rhétorique, vraiment, puisque nous savions tous la réponse à cela. La meilleure chose à faire serait d’enterrer la hache de guerre et retrouver une bonne entente. Pourtant, je ne pouvais pas simplement faire un trait sur ce qu’on subit, sur ce qu’on connut en débarquant sur Terre. Si les campements étaient séparés, c’est qu’il y avait une raison. Pourquoi donc devoir faire d’autres efforts aussi insignifiants? Diantre, pourquoi devrais-je me pointer là, alors que j’aurais certainement le goût d’arracher la tête à plus d’un Odysséen présent? Le jeu vaudrait-il vraiment chandelle? Je ne crois pas. Je me remis donc au travail, coupant des légumes ici et là, essayant d’oublier l’activité qui rassemblerait bien des gens. Ce manège dura encore quelques minutes, avant que je ne dépose le couteau, m’essuie les mains et ne parte finalement en direction du campement opposé, non sans maugréer encore quelques commentaires désobligeants. Au moins, il y aurait des visages familiers. Je m’en tiendrais qu’à eux, question d’apaiser les choses.

En arrivant à l’entrée, je pris une petite pause, remettant en cause une décision si soudaine. Étais-je de celles qui cherche les problèmes? Pas si je m’en tenais à un certain coin, à distance de tous. Du coin de l’œil, j’aperçu Morgan, mais n’osait pas dire quoi que ce soit. Je continuais simplement à marcher, tout droit, repérant un arbre désert, où je pourrais sans aucun doute attendre, le temps d’apercevoir d’autres visages familiers. Mes yeux scrutèrent un peu les gens, avant de finalement repérer Chris. Je m’approchais de lui, nonchalamment, redoutant encore le déroulement de cette session cinéma. « Coucou, Chris. » Voix posé, preuve que j’en revenais à la Rachel d’autrefois, non pour le moins plus mûre.


( Pando )


Spoiler:
 

avatar
23/07/2018 Laenai / Alicia Tasha ♥ 146 Rachel McAdams Laenai Archiviste - Médecin 94


Sujet: Re: Let there be light
Aujourd'hui à 11:12

We just want to do it right


L'électricité. C'était quelque chose de magique, ici sur Terre. Cela faisait près de 3 ans que nous n'en avions plus vu la couleur. Aujourd'hui était donc un grand jour. Le jour où la lumière fut à nouveau là. Et nous allions en profiter en regardant un DVD. C'était assez cocasse, car nous aurions pu faire bien d'autres choses à la place, mais nous avions décidé de regarder un film. De se réunir tous ensemble devant des images d'un autre temps. Et cela me plaisait. Les Cents étaient invités et cela ne pourrait que bien se passer, je n'en doutais pas.

Noah m'accompagnait. Mais il était censé surveiller les alentours, donc il s'éloigna alors que je m'approchais du petit groupe qui se formait autour de l'écran. Il n'était pas très grand, mais la magie était toujours là. Grâce à une petite éolienne, nous pourrions accéder à ce qui aurait pu paraître perdu des années plus tôt.

J'aperçus plusieurs Cents qui nous avaient déjà rejoints. J'offris un sourire à ceux dont je croisai le regard. Chris et Rachel étaient également présents, je leur souris à eux aussi, mais je ne m'approchai pas. Je voulais leur laisser un peu d'intimité. Au lieu de cela, j'allai m'installer par terre près de la télévision. J'attendais avec impatience que l'écran s'allume et que nous puissions enfin profiter d'un peu de notre civilisation disparue.

Spoiler:
 

avengedinchains


Contenu sponsorisé



 

Let there be light

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» the light of aerendil
» Lucky Light
» Moon Light [Pouffy]
» Feather Light
» Light Yagami [Pouffy]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Hundred :: welcome to hell :: Le campement de l’Odyssée-